Version classiqueVersion mobile

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

Conclusions

Robert Delort

Texte intégral

1À l’issue de ces si denses et instructives contributions, je ne peux que tenter modestement de tirer quelques conclusions, plus personnelles que générales, sur les aspects entrevus et sur les pistes largement ouvertes en direction de recherches futures. En fait, j’insisterai particulièrement sur trois points : les sources permettant d’étudier les animaux malades ; les maladies elles-mêmes, jusqu’à la fin du xixe siècle ; enfin les conséquences de ces maladies, surtout des épizooties ou enzooties, sur les sociétés humaines.

Des sources variées

Importance de l’archéologie

Les paléoparasitoses

2L’archéologie est la seule à nous fournir quelques bases sûres à partir d’un matériel fort varié ; par exemple celui utilisé par la paléoparasitologie, nous livrant des restes moléculaires, des fragments de molécules fossiles comme de l’adn ; ainsi dans les fouilles du grand Louvre, de la rue de Lutèce, de Beauvais, de Saint-Malo, de Reims, ou de Charavines – Paladru, pour ne pas parler des études faites dans d’autres pays comme à Valkenburg am Rhein. On peut ainsi y trouver des œufs de parasites, bien conservés dans les coprolithes surtout en milieu humide : à Charavines, on a étudié par exemple des douves ou des ténias, typiques des ruminants polygastriques (bovins, ovins), des trichocéphales et ascaris caractéristiques d’espèces monogastriques, des porcs ou des hommes, et également des amibes à coque. Particulièrement intéressants sont les œufs de Parascaris equorum parmi des clous à ferrer, ce qui indique l’atelier d’un maréchal ferrant plutôt qu’une écurie. Il n’y a pas de ces oxyures que l’on trouve en abondance à Valkenburg, ce qui rappelle que les parasites peuvent différer suivant les régions où les hôtes intermédiaires qui hébergent ces parasites et leur permettent de se multiplier, sont permanents dans la mesure où l’écosystème local n’a guère changé ; et il est probable que, en Sardaigne par exemple, des îlots d’élevage traditionnels ont continué depuis le Moyen Âge à connaître les métacestodoses, dont l’échinococcose hydratidose, la cénurose et la cysticercose (qui proviennent des intestins du chien), Echinococcus granulosus, Taenia multiceps et Taenia hidatigena, eux-mêmes issus des viscères (foie, poumons…) d’ovins parasités par des kystes d’échinococcose et dévorés par les chiens de berger ou surtout des chiens errants, prédateurs de troupeaux.

3La principale maladie des ovins sardes actuels, que l’on peut attester dans l’histoire, est la cénurose (le cenuro est un gros kyste dans le cerveau) due au Taenia multiceps, dont la larve gagne le cerveau avant même de former le kyste, et provoque folie des adultes et mort fréquente des jeunes agneaux (jusqu’à 20 %). Quant au Taenia hidatigena, ses œufs passent par un hôte intermédiaire et deviennent des petites larves gagnant le foie du chien ou du mouton.

4L’archéologie retrouve également de nombreuses coquilles de mollusques aptes à transmettre de telles parasitoses ; ainsi la douve du foie (Fasciola hepatica) qu’héberge un moment une limnée (Limnea trunculata) ; la malacologie peut ainsi aider à repérer des parasites dangereux pour l’hôte terminal, qui peut être l’homme et donc nous introduire dans l’immense domaine des zoonoses que nous retrouverons aisément en évoquant la peste et la récente et stupéfiante découverte du bacille de Yersin dans des restes du xive siècle. Bien d’autres documents permettent de juger directement de l’état sanitaire des animaux : ainsi les ossements que quelques maladies atteignent profondément (tuberculose, ostéoporose…).

Les paléopathologies

5Mais d’une manière générale, les fouilles archéologiques ne permettent pas d’atteindre un matériel osseux signalant directement des paléopathologies dont, en revanche, les conséquences sont apparentes : et non seulement pour les chevaux, des arthroses, des fractures, des boiteries, des problèmes oculaires ou dentaires que l’on peut également éclairer par des traités d’hippiatrie ; les soins aux pieds, aux sabots, une orthopédie de précision sont attestés par les ferrures (à clous dès le ixe siècle) que l’archéologie fournit en abondance ; et de fait, les fers pour bœufs ou chevaux signalent des manques d’aplomb, des déséquilibres des bêtes, tout en attestant de l’habileté et des connaissances des maréchaux. On peut les mettre en rapport avec des arthroses de métapodes (de bovin) ou d’une arthropathie chronique que suggèrent également des vertèbres (de chien) tandis que les dents, ou des mandibules remaniées, peuvent évoquer actinomycose ou ostéomyélite.

6Une autre série considérable de documents est fournie par les cuirs archéologiques et les peaux. La liaison n’est pas toujours facile à établir entre les restes de selles, de brides, de chaussures, de vêtements ou objets mobiliers divers et l’état sanitaire de l’animal dont la dépouille a été utilisée ; et les méthodes fiables sont souvent tenues en échec par les produits de tannage. L’étude des peaux de veau, de mouton, de chevreau, voire de chameau ou de gazelle que nous ont conservées par millions les parchemins, laissent souvent supposer des maladies qui ont entraîné des faiblesses (perforations) ou des tâches indélébiles ou des follicules pileux mal implantés. Mais là encore il faut vérifier si les traitements subis pour le support d’écriture, a fortiori pour le palimpseste, n’ont pas effacé des traces irréfutables et interprétables.

Les sources textuelles

7Les très nombreux textes que nous possédons sont d’interprétation tout aussi délicate en raison de polysémies, d’attractions paronymiques ou de descriptions de symptômes cliniques très proches. Ils sont d’une incroyable variété depuis les capitulaires de Charlemagne, évoquant des bœufs « galeux », la littérature ecclésiastique, décrivant des symptômes réels à connotations symboliques, les fabliaux tournant autour du bétail, voire des chiens plus que des chats, les comptes de seigneuries ou les archives urbaines, les pièces administratives ou politiques, les romans de chevalerie ou traités de chasse qui, à côté des nobles coursiers et du peuple des meutes n’ignorent pas les maladies frappant les oiseaux, le gibier, les étables ou les basses cours. Mais particulièrement remarquables sont certains textes plus précis comme les traités d’hippiatrie, consacrés à l’animal phare de la « chevalerie », et rédigés par les spécialistes que sont les maréchaux dont l’étymologie rappelle sans erreur qu’il s’agit de « serviteurs destinés aux chevaux » et dont l’humble bâton, poussant les rosses, signale le contact permanent avec les animaux et non le devenir prestigieux qu’il aura quand il se cloutera de sept étoiles. À la science fruste née de ces contacts s’ajouta peu à peu le poids des traditions rédigées, l’influence que peut prendre le chef de la cavalerie au moment où elle devient la reine des batailles et où le comte de l’étable (de l’écurie) se mue en « connétable ». Le maréchal cesse d’être simple palefrenier et arrivera même à faire partie de corporations et à passer des examens à la base de la science vétérinaire à Valence, Cordoue, Séville… prouvant qu’il sait par cœur des textes qui seront réunis en 1536 dans le Libro de albeteyra. Mais c’est au contact des sciences grecque et arabe, dans le royaume de Sicile, à Salerne, ou en Sicile même, à Palerme, que autour du roi Roger II (1095-1154) et surtout de son petit-fils, le roi-empereur Frédéric II, œuvrent des maréchaux dont le chef, Jordanus Ruffus, écrit des traités d’hippiatrie (De medicina equorum) autant pour des cavaliers que pour des maréchaux ; il s’inspire des auteurs arabes ibn al Awam, al Shafi (1277-1306) ou ibn al Mundhir, sans ignorer les traités médicaux ou catalogues pharmaceutiques du fameux Dioscoride d’Anazarbe, les Theriaca de Nicandre de Colophon ou les plus récentes études de Jean Tzetzès (1110-1180). Et c’est en Égypte que le prince des penseurs juifs, Maïmonide, conçoit, au service de Saladin, le Livre des poisons.

8Les ouvrages concernant totalement ou partiellement l’élevage, comme ceux de Pierre de Crescent, s’attachent, par exemple, aux moutons, ainsi Le vrai régime et gouvernement des bergers et bergères de Jehan de Brie signale maintes maladies des jeunes agneaux : l’affilée qui affole les bêtes laissées trop longtemps au soleil ; le bouchet frappe les agneaux tétant leur mère au retour des champs ; le pousset affecte ceux qui restent plus de 15 jours avec leur mère ; ou encore « la blanche gelée qui faict mourir les aigneaus ès ventre des mères et faict les brebis abortir ». On repère ainsi la brucellose, avortement épizootique frappant brebis mais aussi vaches et juments ; la clavelée, probablement décrite depuis Columelle, et parfois confondue avec le charbon, le harpin. Elle tua une grande partie des moutons anglais de 1275 à 1300. La fièvre aphteuse, peut-être connue d’Aristote, a été décrite par Fracastor, en 1556, lors d’une épizootie frappant l’Italie ; elle concerne porcs, chevaux, bovins, chevreaux, cabris et veaux. On la confond parfois avec le piétin des moutons qui attaque les onglons et fait soulever la corne. On repère également de redoutables pestes, bovine, équine, porcine, le rouget du porc, la gourme du cheval et même la maladie de Carré apparue chez les chiens, croit-on, vers 1740…

Des maladies et des soins

Maladies non transmissibles à l’homme

9Il est vain de reprendre l’énumération de ces nombreuses maladies, et des animaux qu’elles frappent, puisqu’un considérable catalogue, fondé sur de nombreuses études anciennes ou récentes vient d’être édité et commenté par le professeur Jean Blancou. Bornons-nous à rappeler les plus dangereuses pour les troupeaux eux-mêmes et éventuellement pour la santé des hommes.

10Nous avons déjà entrevu la lèpre porcine, causée non par le bacille de Hansen, et donc différente des lèpres humaines, mais par le Taenia solium, susceptible de transmettre à l’homme une cysticercose moins redoutable que la trichinose (décrite seulement en 1835) ; dans le même ordre d’idées la gale dont le sarcopte n’a été mis en évidence que vers 1687 frappe cheval, bœuf, porc, chien, dromadaire et surtout le mouton ; c’est la « rogne » ou la « poacre ».

11La péripneumonie contagieuse bovine ne date pas forcément du xviiie siècle et l’on peut la soupçonner à travers des textes de Virgile, Columelle, Végèce… et les descriptions de Fitzherbert (1523), d’Agostino Gallo (1550) et de Charles Estienne dans sa Maison Rustique (1554). Mais, concurremment à la peste bovine, venue de Hongrie et frappant de sud-ouest de la France dès 1774, elle fut l’un des fléaux des troupeaux au temps des Lumières et motiva la création de la première École vétérinaire du monde, à Lyon. L’agent responsable n’en fut trouvé qu’en 1898, par Nocard et Roux, le célèbre collaborateur de Pasteur, mais les ravages de ce Mycoplasma mycoides, sa contagiosité dans des locaux fermés, peu aérés et ses effets (fièvre chronique, atteinte des poumons, toux, maigreur, crachements de sang et mort rapide) étaient bien connus de même que sa spécificité, épargnant chèvres, moutons, porcs, dindons, poules et respectant totalement les hommes. La maladie s’est étendue surtout à partir de 1820, de la Franche-Comté en direction des pays de montagne ; puis dès 1822 vers les pays du Nord, élevant des bœufs comtois ; elle gagna en 1840 le pays d’Auge, puis en 1852 les régions de la Sarthe, de la Mayenne, du Maine et de la Loire. D’autres graves épizooties (peste bovine) ont dévasté les troupeaux en 1774-1777 dans le Gers (peut-être 90 % de morts) mais les coliques stercoreuses, le harpin voire le charbon, quand ils réapparaissent, ne causent pas de grande mortalité, peut-être parce que l’administration a envoyé de jeunes étudiants aux Écoles d’Alfort ou de Lyon, a financé un vétérinaire départemental ; peut-être, aussi parce que les paysans, par leur habitat, par leur organisation, par les moyens sanitaires et l’aide apportée par les autorités, également par leur non-affolement et la prestesse avec laquelle ils reconstituaient les troupeaux, ont largement atténué la catastrophe.

Les zoonoses

12Ces maladies, dont l’impact économique et social a pu être considérable, n ‘ étaient pas transmissibles aux humains ; en revanche ce sont surtout des zoonoses qui ont durement frappé, dans leur chair les populations européennes : la fièvre charbonneuse et principalement la variole (et aussi la vaccine) nous sont arrivées par les bovins ; et la tuberculose est encore courante dans la plupart des espèces domestiques et peut contaminer l’homme ; le tétanos semble avoir frappé les chevaux, que des textes médiévaux présentent avec trismus et forte raideur du cou ; et de même la morve, si répandue dans les écuries ou haras, au xixe siècle, moins facile à repérer au Moyen Âge malgré sa redécouverte par Ruffus, à la suite d’une longue chaîne d’auteurs anciens.

13Il est quasi assuré que la terrible peste, dite plus tard « noire », est une maladie de rongeurs, transmise à l’homme par la puce ; une épizootie de rats noirs aurait ainsi été cause, en Occident, de la pandémie humaine de 1347-1720 ; moins évidents sont les vecteurs animaux de la longue démie des vie-viiie siècles, les puces pouvant passer directement d’homme à homme.

14La rage est une maladie peut-être typique des animaux à sang chaud, en particulier des chauves-souris, mais elle est surtout diffusée par des carnivores, comme des canidés (loup, renard, chien…) qui la transmettent par morsure à d’autres mammifères comme, par exemple, les chevaux ou les bovins. Il ne faut pas en exagérer l’impact démographique mais insister sur l’impact intellectuel et sentimental de cette maladie qui a si fortement marqué les esprits par l’horreur des symptômes terminaux. La chasse aux loups, exécutée dans l’ensemble de l’Empire napoléonien, des bouches de l’Elbe (Hambourg) aux bouches du Tibre (Rome), était soutenue par l’attribution de primes confortables ; celles concernant des loups enragés étaient considérables (150 livres) ; or sur environ 2 000 loups tués chaque année, à peine une vingtaine était reconnue « enragée » ; et les personnes mordues, immédiatement isolées et traitées, ne contractaient la maladie (et décédaient dans d’épouvantables souffrances) que dans la proportion d’environ 50 % (immunité relative ou efficacité des premiers soins ?). L’éradication presque totale de la maladie a été réalisée par vaccin et par une attention particulière portée aux animaux susceptibles de la contracter et de la diffuser. En effet s’il y avait peu de loups enragés, toutes les bêtes qu’ils mordaient risquaient de répandre largement le fléau.

15Au demeurant, les deux plus préoccupantes zoonoses contemporaines en Occident sont non seulement le sida, venu des singes, mais encore et, disons-le, surtout la grippe, récemment « émergée », sinon apparue et étudiée, qui peut frapper les phoques comme les furets, mais aussi, chaque année, des dizaines voire des centaines de millions de personnes. Les épidémies naissent et sont transmises par des porcs et des canards en contact permanent avec des groupes humains, en particulier en Chine (grippe de « Pékin », grippe de « Hong Kong »…). Des germes venus par plusieurs points d’Europe sont échangés entre canards à Héligoland et rapportés en France par des tadornes de Belon. La lutte contre cette maladie encore plus invalidante que mortelle est menée surtout au niveau des personnes (vaccin) ; mais on peut toujours redouter que des oiseaux nous apportent à nouveau le germe de 1918 qui, en peu de mois, a causé la mort de 25 à 50 (?) millions d’êtres humains.

Les soins

16Les animaux malades ou fragiles ou menacés font l’objet de soins préventifs, palliatifs ou curatifs dont on a de nombreux exemples, soit individuels surtout pour les chevaux, les chiens, et les oiseaux de proie, soit collectifs pour les troupeaux, lors des grandes épizooties.

17C’est pour le cheval que nous sommes de loin le mieux renseignés. Grâce aux traités de Ibn al Awam ou de Pierre de Crescent, nous connaissons les soins entourant la reproduction : les étalons choisis, âgés de 4 ans, sont lâchés du début avril à la fin juin avec des juments qu’ils saillent deux fois par jour ; puis les couples sont séparés jusqu’au poulinage de mars en suivant ; la nourriture consiste en orge et luzerne ; et les poulains sont dressés avec une grande douceur.

18Les traités d’hippiatrie insistent sur les soins médicaux qui sont appliqués : les maladies des yeux retiennent surtout Ibn al Awam, tandis que Ruffus néglige les troubles gastro-intestinaux pour s’étendre, à la fois comme noble, chevalier et maréchal, sur l’appareil locomoteur. Les autres maréchaux soignent les inflammations de la bouche, des glandes salivaires, les coliques, les rhino-pharyngites, l’angine, la conjonctivite, la kératite, la furonculose et diverses parasitoses. Gale, morve et tétanos, plus ou moins bien identifiés, sont soumis à des remèdes palliatifs. Les soins apparemment curatifs sortent de l’arsenal de Dioscoride, dans le monde islamique comme en Occident, ou de traditions locales : passage à l’étuve, dépuration par fumigations, bains, breuvages, cataplasmes, clystères, collyres passés à la plume, compresses, décoctions, infusions, potions et poudres(appliquées par chalumeau !)Les interventions chirurgicales se font sur des animaux, anesthésiés par des substances opiacées, maintenus par des sangles ou des barres.

19Sur les oiseaux de proie, nous possédons, dans l’œuvre célèbre de l’empereur – roi Frédéric II, le De arte venandi cum avibus, un exposé complet des soins à leur porter, pour les maintenir en état ou pour les guérir, tout comme le Livre de la Chasse du comte de Foix, Gaston Fébus, nous enseigne, entre autre, sur les manières de soigner les chiens, malades ou blessés.

20Mais à côté des troupeaux domestiques ou des bêtes de chasse, il est un élevage délicat et économiquement rémunérateur, sur lequel abondent conseil et réalisations, soins intensifs et médications, la chenille du bombyx du mûrier, ennoblie par l’usage princier des fils et vêtements de soie. Arrivé, probablement sous la forme d’œufs, dans la Chrétienté Orientale vers 552-553, au sein de la canne creuse de moines de l’Athos, s’il faut en croire Procope de Césarée, cet insecte fragile et exigeant réclame un air à 50 – 70 % d’humidité, une température entre 17-18 et 22-23o, et un climat au printemps tiède et sans fortes variations. Il lui faut également des feuilles du mûrier blanc, seules acceptées, même si le mûrier noir de Grèce a pu être un succédané partiel. Il faut également une main d’œuvre sédentaire, très nombreuse (et aussi peu coûteuse que possible), pour déposer à la main, dans des magnaneries, la chenille sur des feuilles fraîchement cueillies, remplacées dès que dévorées… On conçoit et l’impact sur le paysage géographique, replanté en mûriers, semé d’édifices parfois importants, tièdes et aérés, et sur la société rurale, éleveuse de cet animal mobilisateur et rémunérateur, base de filatures, tissages, teintures et commerce lointain. Des maladies inconnues, mal supportées par ces insectes fragiles, pouvaient amener des catastrophes et ruiner des régions entières. Signalons la seule pébrine, qui « poivrait » de noir les cocons immaculés et que Pasteur arriva à juguler, en identifiant et éliminant les femelles malades dont les œufs donnaient ces cocons semés de noir. Cévennes et vallée du Rhône furent sauvées jusqu’à l’arrivée de nouveaux textiles et aux nouvelles conditions du commerce.

Conséquences sur les sociétés

21Les conséquences de ces maladies animales et l’impact de ces animaux malades sur les sociétés humaines qui les hébergent peuvent donc être considérables et s’exercer dans des domaines fort différents.

22Il est inutile de revenir sur les zoonoses, sur les épidémies ainsi déclenchées, les ravages démographiques, la peur, la désolation, la ruine. Il suffit de rappeler la peste ou la variole. Mais il y a aussi l’idée du danger, la confusion d’une « lèpre » porcine avec la lèpre lépromateuse ou d’une « peste » bovine avec la possibilité d’une mort noire, la contagion réelle observée parmi les animaux domestiques et que l’on craint pour les familles, les communautés ; d’où les réactions par l’abattage, l’isolement, les soins spécifiques, sans effet thérapeutique, bien sûr, mais entretenant l’angoisse, dévorant le temps, déstabilisant la société, menaçant de ruine sans que l’on en soit arrivé aux tragédies, pour les éleveurs contemporains, de la fièvre aphteuse, de l’esb ou de la grippe aviaire. En revanche, les siècles derniers ont connu des parasitoses ou des pathologies dont les hommes étaient peu conscients ou dont ils ignoraient la transmission ; gale, trichinose, brucellose, botulisme (?) et, dans ce cas, l’hygiène des bêtes a pu atténuer les effets éventuels sur l’homme.

23L’apparition de la maladie et la contagion du troupeau ont cependant des conséquences considérables : fatigue des éleveurs, suspension de nombreuses activités, dépenses accrues pour la nourriture, l’hygiène, les médicaments, les frais du maréchal, l’isolement des bêtes, les changements de pâturage et, par-dessus tout, la ruine finale et les troubles de l’insécurité. Si 90 % des bêtes sont mortes de peste ou de péripneumonie, comment reconstituer un troupeau, payer des dettes, acquitter l’impôt et les fiscalités de tout ordre ? Il faut donc avoir recours à l’administration, en obtenir des aides pour survivre, des exemptions de taxes, et aussi des aides pour remettre à flot un foyer apte à payer de nouveaux impôts. C’est dans ces conditions de désespoir ou de misère que l’on se tourne vers l’Église, consolatrice ou charitable, plus moralement que matériellement ; également que l’on peut manifester de la compassion pour la bête qui souffre et meurt, que l’on ne considère plus tout à fait comme une machine, un outil, une source de revenus, mais comme un compagnon de misère.

24Parmi les premières réactions figurent aussi les recherches des moyens de soigner et de guérir et donc d’isoler la spécificité des maladies et de contribuer à la naissance de l’art vétérinaire, au milieu du xviiie siècle. Jusque-là seules les maladies propres aux chevaux, étant donné leur importance et leur valeur dans la société occidentale, pouvaient être bien repérées et soignées. Mais une partie des interventions sur le bétail pouvait aussi profiter de ces connaissances, en particulier l’usage des aromates, des onguents, du genévrier, du sel, du vinaigre et le recours aux saignées ou à des procédés traditionnels qui avaient pu prouver leur efficacité. De la sorte ont été sauvées par leurs bergers nombre de bêtes que les propriétaires auraient fait abattre en vertu des injonctions administratives, visant à enrayer la contagion.

25Maintes réactions allaient d’ailleurs dans le bon sens : changer de pâturage, gagner des zones plus sèches et délaisser les prés trop humides, séparer les bêtes saines des malades, retrouver les vertus d’une ébauche de transhumance ; et aussi, quand la mortalité était trop forte (en cas de clavelée, par exemple), ne pas hésiter à enterrer profond dans de la chaux vive. Il faut aussi noter que l’on admet le fait de garder des bêtes faibles et rachitiques, mal remises de la maladie ou de la mauvaise nourriture, et le fait que les maladies ne tuent pas toujours, et surtout n’empêchent pas toute utilisation du troupeau. Rappelons que la fièvre aphteuse tue relativement peu (14 % ?) et que, de toutes manières, le lait des bêtes malades, voire la viande des bêtes mortes, comme d’ailleurs ceux des victimes de la péripneumonie contagieuse bovine, peuvent être consommés sans problème, ou sans appréhension, même si les porcs ladres peuvent transmettre des parasitoses. On a pu aussi évoquer, durant ces pages, des détails fort intéressants, comme la protection des troupeaux, non seulement contre des maladies venue de l’extérieur, mais aussi contre des prédateurs ; le loup, par exemple que les chiens, munis de colliers à épines ou les bergers, troquant leur houlette contre de forts bâtons, parfois aiguisés en épieux, peuvent à peu près repousser, et ce d’autant que les attaques en meute semblent très rares, dès lors que chiens et bergers sont sur leurs gardes ; et ce sont des évènements climatiques, neige et froid rigoureux, qui peuvent affamer les loups et causer aux troupeaux des pertes sensibles. Il faudrait ajouter les attaques individuelles de lynx, rarissimes mais attestées çà et là et surtout celles des ours, qui cumulent les ravages des sangliers dans les cultures et des loups dans les troupeaux. M. Boucher compte, sur la fin du xviiie siècle, environ mille ours en activité dans les Pyrénées françaises représentant un danger certain pour ovins, bovins et un poids fort lourd sur les revenus paysans.

26Des conclusions précises ne s’imposent pas au terme de ces travaux dont tous les aspects ouvrent autant de perspectives neuves. C’est chaque apport qu’il faut lire et relire ; considérer l’incroyable diversité des sources et des nouvelles techniques pour interpréter les documents « bio-archéologiques » qui ne doivent en aucun cas se priver du secours des textes, souvent aussi délicats d’interprétation. Le répertoire des maladies entrevues est évidemment loin d’être exhaustif, et, de plus, laisse mainte lacune à combler, rendant la collaboration avec des vétérinaires de plus en plus essentielle ; et l’historien doit attirer l’attention surtout sur les conséquences sociales et humaines des maladies animales. Et redire que quand les animaux meurent, les hommes sont malades… et qu’il faut tous les soigner.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search