Version classiqueVersion mobile

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

L’organisation de la lutte contre les épizooties à la fin du xixe siècle entre Toulouse et les Pyrénées1

Jack Thomas

Texte intégral

  • 1 Je voudrais remercier Michel Barbaza pour les photographies des documents, Franck Vidal pour son in (...)
  • 2 C. Desplat, Pau Les épizooties en France de 1700 à 1850 : inventaire clinique chez et le Béarn au x (...)
  • 3 Sur l’action du parlement de Toulouse, voir J. Thomas, « Le parlement de Toulouse et la vie économi (...)

1Alors que presque toutes les contributions de ce volume portent sur les périodes médiévales et modernes, je vais faire exception en proposant une étude sur la fin du xixe siècle et les premières années du xxe siècle. Il s’agit d’une interrogation sur la situation sanitaire des animaux un peu plus d’un siècle après la grande épizootie des années 1774-1776. Cette épizootie de peste bovine a été – on le sait grâce notamment aux travaux de Christian Desplat et de François Vallat – très meurtrière pour le troupeau bovin du Sud-Ouest et une épreuve pour les populations humaines2. Elle a été l’occasion de tester quelques nouvelles méthodes de lutte, notamment une politique d’abattage des animaux malades ou suspectés de l’être. Les grandes institutions provinciales – parlements de Pau, de Bordeaux et de Toulouse, états provinciaux, institutions militaires ecclésiastiques – se sont mobilisées plus ou moins efficacement pour essayer d’arrêter sa propagation et pour en réparer les dommages3.

2Plus d’un siècle plus tard, comment l’administration française, désormais encore plus centralisée mais aussi « départementalisée », s’organise-t-elle pour faire face aux épizooties ? Alors que les moyens de transport ont été multipliés surtout grâce au réseau ferré, alors que les échanges ont été intensifiés, notamment par la multiplication des foires et des marchés, comment l’administration fait-elle pour éviter de nouvelles hécatombes chez les animaux des élevages français ? Pour y répondre, je vais aborder successivement cinq points : les sources ; la législation après 1880 ; la nouvelle organisation sanitaire départementale qui en résulte ; les principales maladies contagieuses qui frappent le cheptel régional entre 1880 et 1914 ; les progrès et leurs limites dans cette bataille contre les épizooties.

Les sources

  • 4 Dans les deux départements, les rapports du vétérinaire chef de service se trouvent dans la sous-sé (...)

3Les sources consultées concernent en premier lieu les départements de la Haute-Garonne et de l’Ariège. Aux archives de ces deux départements, les fonds portant sur les épizooties sont rares avant le Second Empire et ne deviennent vraiment continus et denses que dans les deux dernières décennies du xixe siècle. Avant comme après 1860, une des sources les plus fréquentes dans les dépôts départementaux est constituée par des rapports annuels des vétérinaires, chefs de service de la préfecture. Ces rapports, qu’ils soient manuscrits ou imprimés, se trouvent dans les Rapports annuels des préfets dans la série N (Conseil général)4. Ils se fondent en partie sur les comptes-rendus des vétérinaires inspecteurs dans les divers arrondissements du département et résument la situation sanitaire des troupeaux du département ainsi que les mesures prises en cas de risque de maladies contagieuses.

  • 5 Aux Archives départementales de la Haute-Garonne (désormais adhg), il n’y a pas une sous-série spéc (...)

4Les archives regorgent aussi de textes réglementaires, d’instructions ministérielles, de correspondances officielles qui donnent les grandes lignes d’une politique sanitaire à un moment donné. De même, l’organisation et le personnel du service vétérinaire sont bien documentés. Des affiches, assez nombreuses dans les deux dépôts, illustrent les efforts des autorités nationales et départementales pour communiquer au sujet des maladies. Certaines me serviront de points d’appui dans la seconde moitié de cet exposé. Comme on pourrait s’y attendre, il y a de belles séries de liasses consacrées aux épizooties qui ont frappé les deux départements entre 1880 et 1914. Il s’agit aussi bien de déclarations d’infection que de déclarations de pertes et de demandes d’indemnisation. Ces dossiers permettraient, entre autres, de voir la place des échanges dans la propagation de certaines maladies comme la fièvre aphteuse5.

  • 6 ADAr 12 M 140/2 (13 août 1872). R. Hubscher, Les maîtres des bêtes. Les vétérinaires dans la sociét (...)

5L’essentiel de cette documentation émane des autorités sanitaires, qu’elles soient nationales, départementales ou locales. Les vétérinaires, auteurs d’une bonne partie des archives qui nous sont parvenues, font partie des élites rurales. Malgré leur évidente sympathie pour les éleveurs dont ils connaissent les grandes difficultés, notamment face aux épizooties, ils expriment souvent un mépris certain pour leurs façons de faire. Ils raillent leur recours aux remèdes traditionnels et aux empiriques, ils condamnent les conditions très précaires des écuries et des étables, ils stigmatisent leur ignorance et leur refus d’obtempérer face aux mesures prises lors des épizooties. Le vétérinaire de l’arrondissement de Pamiers l’explique en 1872 alors qu’il est confronté à la propagation de la péripneumonie : « … les propriétaires et la plupart des maires ignorent les devoirs qu’ils ont à remplir au point de vue des maladies contagieuses. Dans la crainte de voir tous les animaux de ferme attaqués, plusieurs propriétaires conduisent sur les foires ceux qui, sains en apparence, portent en eux le germe de la maladie qu’ils vont transmettre aussi dans les étables où elle n’a jamais parue6. » Les sources disponibles sont donc riches mais limitées dans le temps et caractérisées par la vision des élites administratives qu’elles véhiculent.

La législation après 1880

  • 7 ADAr, 12M 140/1 : rapport de M. Marfaing, vétérinaire de l’arrondissement de Pamiers au Préfet, le (...)

6Quand, en 1867, un vétérinaire de Pamiers, dans un rapport au préfet de l’Ariège, cite une série de textes législatifs sur les épizooties, la loi la plus récente était une Ordonnance royale de janvier… 18157. Il faudra encore attendre plus de dix ans pour que la loi du 21 juillet 1881 sur la police sanitaire des animaux voie le jour. Elle marque clairement un tournant dans l’organisation de la lutte contre les épizooties mais il faudrait creuser davantage pour mieux comprendre ce qui relève du mouvement long et ce qui constitue une véritable rupture.

  • 8 F. Vallat, « Les épizooties en France de 1700 à 1850… », op. cit., p. 96.
  • 9 Le texte de loi est repris et commenté dans les ouvrages des professeurs des écoles vétérinaires co (...)

7Regroupés en cinq titres, les principaux dispositifs portent sur : 1) les maladies contagieuses des animaux et les mesures qui leur sont applicables ; 2) les indemnités ; 3) les importations et exportations des animaux ; 4) les pénalités ; 5) les dispositions générales. Pour la première fois, selon François Vallat, une loi sanitaire est informée par les découvertes pasteuriennes : elle définit les maladies réputées contagieuses et non plus selon les théories physiologiques8. Parmi les dispositions générales, on trouve l’obligation de déclarer les bêtes malades au maire de sa commune (là où se trouve l’animal) ; l’obligation est faite aux vétérinaires de déclarer aux autorités les maladies qu’ils découvrent ; l’interdiction est faite de transporter un animal malade avant la visite d’un vétérinaire ; la visite d’un animal malade ou suspect est obligatoire et suivie d’un rapport au préfet. Celui-ci peut déclarer, par arrêté, l’existence d’un foyer infectieux (étable, pâturages, commune…). À partir de cette déclaration, la loi lui donne le pouvoir d’ordonner l’isolement, la séquestration, la visite, le recensement, la marque des animaux et troupeaux au sein des localités infectées. Ces mêmes localités peuvent être interdites aux animaux à l’entrée ou à la sortie. Le préfet peut interdire momentanément les foires et les marchés ainsi que le transport et la circulation des animaux. Il peut aussi ordonner la désinfection des endroits où des animaux malades ont séjourné. Selon la nature de la maladie, des mesures draconiennes peuvent s’imposer ; les animaux atteints de la peste bovine, de la morve, de la péripneumonie contagieuse ou la rage, par exemple, doivent être abattus. Plus généralement, le commerce d’animaux malades ou suspectés de l’être est prohibé. Les personnes coupables de mettre en vente de tels animaux sont passibles de peines d’emprisonnement de deux à six mois et d’amendes de 100 à 1 000 F de l’époque9.

  • 10 V. Galtier, Traité des maladies contagieuses, op. cit., p. 255.

8Cette loi vise à responsabiliser aussi bien les éleveurs que les autorités qu’elles soient communales, départementales ou sanitaires. La notion de contagion est au centre des mesures : il faut donc empêcher les maladies de se propager ; la quarantaine, voire l’abattage en sont les maîtres mots. Dans cette perspective, la circulation des troupeaux, les voies de transport et les lieux de rassemblement sont particulièrement surveillés ; de même, les foires et les marchés sont au cœur des préoccupations des autorités sanitaires lorsque menace une épizootie. Désormais, selon l’article 39 : « Les communes, où il existe des foires et marchés aux chevaux ou aux bestiaux, seront tenues de préposer, à leurs frais… un vétérinaire pour l’inspection sanitaire des animaux conduits à ces foires et marchés10. »

  • 11 V. Galtier, ibid. ; publie les principaux textes en vigueur entre 1881 et 1897, p. 256-298.

9Après 1881, d’autres textes législatifs et réglementaires sont venus apporter des modifications à la loi sans, semble-t-il, en bouleverser l’architecture de cette lutte contre les épizooties11. Cet ensemble législatif et réglementaire donne aux autorités publiques un arsenal théoriquement puissant. Un des piliers de cet arsenal est le Service sanitaire ou le Service des épizooties, particulièrement structuré à partir de 1883.

La nouvelle organisation sanitaire départementale

  • 12 adhg M 412 : texte publié dans le Recueil des actes administratifs, préfecture de la Haute-Garonne,(...)

10Dans le département de la Haute-Garonne, un arrêté préfectoral du 20 janvier 1883 crée un service des épizooties12. Il vient étoffer un service déjà existant mais moins structuré. Il s’appuie sur un vétérinaire délégué, chef du service sanitaire du département. Il travaille au chef-lieu du département et dépend directement du préfet. Le vétérinaire délégué est épaulé par six vétérinaires dits « sanitaires » qui rayonnent chacun sur plusieurs cantons. L’organigramme simplifié ressemble à ceci :

  • 13 adhg M 414.
  • 14 adhg M 408.
  • 15 adhg M 394 et M 414.

11Ce schéma varie considérablement entre 1883 et 1914. La principale difficulté réside dans le nombre et la désignation des vétérinaires sanitaires. Il y a, semble-t-il, une forte pression des vétérinaires pour multiplier leur nombre afin que la circonscription sanitaire corresponde à l’aire de leur clientèle. Certains craignent, de toute évidence, une concurrence de la part des vétérinaires auréolés d’une désignation officielle. C’est ainsi que le service de la Haute-Garonne subit des réorganisations successives en 1884, 1898, 1902 et 1909. Un arrêté préfectoral de 1898 attribue à tous les vétérinaires du département le rôle de vétérinaire sanitaire dans l’étendue de leur clientèle (avec un total de 66 vétérinaires sanitaires)13. En 1902, le nombre est réduit à 19, notamment à cause de l’inflation des frais de déplacement soumis par les vétérinaires au service départemental au budget limité14. Cette réduction drastique a suscité une vive protestation de la Société de médecine vétérinaire de la Haute-Garonne (séance extraordinaire du 23 février 1903). La protestation a dû porter car une nouvelle réorganisation du service augmente leur nombre à 36 en 1904 et à 44 en 190915.

12Dans leurs circonscriptions, les vétérinaires sanitaires et inspecteurs exercent à la fois leur profession auprès des éleveurs et leur activité administrative. S’il fallait résumer ce dernier rôle, cinq missions se détachent :

  • diagnostiquer et traiter les animaux souffrant de maladies légalement réputées contagieuses ;

  • exercer une veille sanitaire et donner l’alerte en cas de menace contagieuse ;

  • inspecter foires et marchés, abattoirs, animaux et troupeaux suspects ;

  • enquêter sur les voies de transmission des maladies contagieuses ;

  • exécuter les décisions arrêtées par le préfet ou le vétérinaire délégué dans le cadre des textes nationaux (faire isoler les troupeaux contaminés ou suspects, ordonner l’abattage d’animaux atteints de certaines maladies, organiser l’enfouissement des cadavres…).

  • 16 Voir les Annuaires du département de la Haute-Garonne ; aussi adhg M 394.

13Le réseau des vétérinaires doit donc jouer un rôle crucial dans l’effort de prévention et de limitation de la propagation des épizooties. Leur connaissance du monde des éleveurs et des marchands de bestiaux fait d’eux des auxiliaires indispensables des autorités départementales. Néanmoins, leur capacité d’intervention n’est pas illimitée ; ils ne sont jamais assez nombreux pour pouvoir exercer une surveillance sans faille des troupeaux et, surtout, de leur circulation. Vers 1880, le département de la Haute-Garonne compte environ 80 vétérinaires dont neuf pour la seule ville de Toulouse. À la veille de la Guerre de 14-18, leur nombre a un peu augmenté pour atteindre 8416. C’est un département privilégié en terme de densité médicale du fait de la présence d’une des trois Écoles nationales de vétérinaires dans ses murs.

  • 17 AD Ariège, 12 M 128 : Inspection des foires et des marchés.
  • 18 R. Hubscher, Les maîtres des bêtes, op. cit., p. 191.

14En plus du problème des effectifs se pose la question de la rémunération. En 1889, le vétérinaire de Lézat (Ariège), responsable de la circonscription des cantons du Fossat et du Mas d’Azil, émet un doute sur la qualité des inspections : « Dans les communes où le service d’inspection est organisé, chacune d’elles ont nommé à leur choix un vétérinaire chargé de ce travail, mais à des prix dérisoires. Aussi vous devez supposer déjà de quelle manière doit être fait ce service ; les communes en ont pour leur argent17… » Selon Ronald Hubscher, la faible rémunération proposée aux vétérinaires inspecteurs pouvait être un des moyens choisis par les municipalités, méfiantes vis-à-vis de leur pouvoir, de les décourager : le temps passé dans les fonctions d’inspection, aux faibles compensations financières, les éloignait de leur principale activité auprès de leur clientèle18.

Les principales maladies contagieuses après 1880

  • 19 adhg M 412.
  • 20 adhg 12 M 140/1.

15Quelles sont les principales maladies contagieuses qui sévissent entre les Pyrénées et la plaine toulousaine entre 1850 et 1914 ? Trois types de sources permettent d’aborder cette question. Les plus visuelles sont les affiches imprimées par les autorités sanitaires qui annoncent à la fois la nature de l’épizootie qui menace les troupeaux et les mesures préconisées par le ministre ou le préfet d’un département. Ces affiches sont envoyées dans toutes les zones où la menace épizootique se fait jour. Elles peuvent être liées à des campagnes nationales d’information et de détection comme dans l’affiche en couleur du Ministère de l’Agriculture sur la « fièvre aphteuse ou cocotte19 ». Elle a une visée pédagogique : donner les moyens aux éleveurs de détecter les symptômes des animaux atteints puis énumérer les « mesures à prendre pour combattre la maladie et éviter sa propagation » (voir document no 1). Dans le même esprit, un préfet peut faire imprimer une affiche donnant une « instruction » sur le moyen « pour prévenir et combattre » telle ou telle maladie. C’est le but d’une affiche ariégeoise de 1861 concernant « la maladie épizootique des bêtes à laine, connue sous le nom de Clavelee20 » (voir document no 2). Une telle affiche était envoyée dans les municipalités où le maire devait lui « donner immédiatement la plus grande publicité ». Plus souvent elles communiquent les décisions du préfet sous forme d’arrêté lorsqu’une maladie menace les troupeaux départementaux. Les affiches conservées dans les fonds des services sanitaires indiquent que certaines maladies attirent particulièrement l’attention des autorités : la clavelée, surtout au début de la période ; la morve ; la fièvre aphteuse, particulièrement surveillée ; la péripneumonie contagieuse ; le rouget du porc ; la rage ; la tuberculose (voir documents no 3, 4, 5 et 6).

  • 21 ADAr 1 N 59 : Rapport du vétérinaire délégué, chef du service sanitaire pour l’année 1897.
  • 22 ADAr 1 N 60 : Rapport du vétérinaire délégué, chef du service sanitaire pour l’année 1898.

16Les dossiers établis par les services sanitaires de l’époque constituent le deuxième type de source pour connaître les épisodes épizootiques. Ils recensent, maladie par maladie, les principales affections contagieuses dans les deux départements. Malheureusement, pour la Haute-Garonne, de telles informations ne deviennent systématiques que dans les toutes dernières années du xixe siècle. S’y trouvent également des déclarations des maladies faites soit par les éleveurs eux-mêmes, soit par les autorités compétentes (maires, vétérinaires…). Enfin, les rapports annuels des vétérinaires en chef fournissent une synthèse de la situation sanitaire des troupeaux dans chaque département. Cette situation varie nettement d’une année à l’autre. En 1897, par exemple, le vétérinaire chef de l’Ariège ne déplore que trois maladies fréquentes : la tuberculose, le rouget du porc et le charbon21. Un an plus tard, l’état sanitaire des troupeaux paraît plus menacé avec l’apparition dans le département de la clavelée, de la fièvre aphteuse, de la morve et du farcin, du charbon bactérien, du charbon bactéridien, de la tuberculose et quelques cas isolés du rouget du porc et de la rage22.

  • 23 ADAr 1 N 59 : Rapport… pour 1897. Le charbon bactérien ou symptomatique touche principalement la co (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 adhg M 409 (1901).

17Quels sont les principaux enseignements que l’on peut tirer de ces diverses sources ? Certaines maladies semblent sévir de manière habituelle mais sans causer de grands dégâts sauf très localement. C’est le cas des différentes formes de charbon qui commencent à être mieux comprises et qui frappent certaines exploitations et certaines communes sans jamais s’étendre au-delà23. La morve et le farcin, que l’on commence à pouvoir diagnostiquer, touchent relativement peu d’animaux ; mais le problème préoccupe les autorités à cause de la grande mobilité des bêtes infectées. Ce sont souvent des chevaux appartenant à des marchands qui vont de foires en marchés et qui séjournent régulièrement dans les écuries des auberges, donc en contact constant avec des animaux sains. En Ariège, en 1897, onze chevaux et mulets ont été abattus à la suite d’un diagnostic positif à la morve24. En 1901, une jument appartenant à une dentiste ambulante est décédée de la morve à Carbonne (Haute-Garonne) ; du fait de son activité professionnelle, on a pu retracer son parcours en découvrant que la dentiste avait fréquenté les foires et marchés d’au moins seize localités dans les mois précédents. Par conséquent, les autorités sanitaires ont ordonné la désinfection des écuries dans tous ces bourgs25.

  • 26 adhg M 416.
  • 27 Beaucoup de dossiers portent sur la tuberculose et ses conséquences (adhg M 390, 391, etc. – dans l (...)

18Si la clavelée semble en recul dans notre région dans les dernières années du xixe siècle, la fièvre aphteuse, elle, fait des apparitions nombreuses, surtout au tournant du siècle. Si cette maladie n’est pas fatale dans la plupart des cas, elle est redoutée par sa très grande contagiosité. Comme pour la clavelée, les troupeaux de moutons espagnols sont désignés comme la principale source du mal. Et quand il ne s’agit pas d’Espagne, ce sont les départements voisins qui sont tenus pour responsables. Les estives ainsi que les foires et les marchés sont toujours vus comme étant les lieux privilégiés de la propagation. Le 3 juillet 1903, le préfet de l’Ariège écrit à son homologue de la Haute-Garonne pour l’avertir que son service sanitaire a constaté « que des animaux achetés aux foires d’Auterive et de Calmont ont importé la fièvre aphteuse dans trois métairies de la commune de Saverdun26 ». À des degrés divers on pourrait faire la même remarque pour d’autres maladies comme la péripneumonie contagieuse et la tuberculose. Cette dernière affection est particulièrement surveillée du fait de la possible contagion de l’homme, notamment par l’intermédiaire du lait. Le développement de laiteries spécialisées pour le marché urbain rend la surveillance particulièrement importante27.

  • 28 Voir les séries M des Arch. Départ. Ariège et Haute-Garonne pour les nombreuses cotes portant sur l (...)
  • 29 F. Vallat, « Les épizooties en France… », op. cit.

19Malgré une chronologie tardive et leur nature lacunaire, les archives du service sanitaire ou, plus tard, celles du service des épizooties, fournissent des indications précieuses sur l’arrivée et la propagation d’une maladie dans une région, les espèces infectées, la morbidité et la mortalité, les mesures sanitaires prises28. Il serait utile qu’une étude précise fasse un compte-rendu complet de cet ensemble documentaire sur le modèle de l’étude de François Vallat pour la période 1700-185029.

Les progrès et leurs limites

20La législation et la réglementation fournissent les cadres de l’action. Ont-elles apporté des progrès dans la lutte contre les épizooties ? Peut-on en constater des limites ? On pourrait débattre des avantages de la décentralisation ou du jacobinisme dans le domaine sanitaire. En ce qui concerne les épizooties, la mobilisation de multiples acteurs, sous l’autorité du préfet, aurait dû avoir des résultats.

21Une première question à poser est celle de la coordination entre départements. Des affiches annonçant la menace d’une épizootie et énumérant les mesures prises localement sont nombreuses, on l’a vu, dans les fonds départementaux. En les envoyant aux départements voisins, on avertit les responsables sanitaires et on encourage ceux-ci à diffuser les informations nécessaires pour interrompre la propagation de l’épizootie. Si les affiches informent, il n’est pas sûr que les responsables sanitaires des différents départements se concertent et coordonnent leurs efforts. Comme notre schéma (voir ci-dessus) le suggère, l’organisation sanitaire semble bien davantage verticale qu’horizontale.

  • 30 adhg M 416 (8 décembre 1902).

22Chaque département se voit comme un espace à protéger ; les voisins sont toujours soupçonnés de transmettre des maladies contagieuses par laxisme ou ignorance. C’est un leitmotiv de la documentation. Ce qui est vrai entre départements voisins est encore plus visible lorsqu’il s’agit des relations internationales, comme c’est le cas dans les Pyrénées avec l’Andorre et l’Espagne. Ces deux territoires sont constamment cités par les autorités sanitaires comme des réservoirs de maladies contagieuses. En 1902, le vétérinaire sanitaire de Castelbiague dans les Pyrénées haut garonnaises voit le danger aussi bien en Ariège qu’en Espagne : « … la situation sanitaire de ma contrée… est sérieusement menacée par la prochaine foire de Salies-du-Salat… Beaucoup d’animaux venus d’Ariège… y seront conduits et particulièrement des communes de Cazanet et Montgauch où la fièvre aphteuse règne librement… Elle aura pénétré dans ces deux communes par le contact des moutons indigènes avec des moutons espagnols exposés en foire à Saint-Girons30. » Malgré tout, le degré de coopération internationale semble faible si l’on en croit la rareté des traces dans les dossiers ariégeois et haut garonnais.

  • 31 adhg M 409 : Rapport sur le service sanitaire en 1902.

23Au-delà de ces difficultés de voisinage, je conclurai en abordant trois faiblesses persistantes dans le combat contre les épizooties. En premier lieu, le facteur humain. Le dispositif législatif très rationnel ne contient-il pas des maillons faibles comme les maires et les autres agents communaux ou les vétérinaires eux-mêmes ? Les premiers sont immergés dans la population, ils sont souvent éleveurs eux-mêmes ; leur volonté d’arrêter les contagions pouvait être plus faible que celle des autorités préfectorales n’ayant pas un intérêt financier dans l’élevage et dans le commerce des bestiaux. Quant aux seconds, leur nombre trop faible pour sillonner tout le territoire rendait leur mission quasi impossible. Comment tout surveiller, tout contrôler alors qu’il existait des milliers de troupeaux et de fermes, des pâturages et des estives isolés, des centaines de lieux d’échanges et de voies de circulation ? Comme l’écrit le vétérinaire délégué de la Haute-Garonne, dans son rapport de 1902 : « Si tous les marchés qui sont tenus en Haute-Garonne devaient être inspectés, le nombre de vétérinaires ne pourrait suffire à assurer ce service, fussent-ils même des fonctionnaires qu’aucune autre occupation viendrait détourner. Leur rémunération entraînerait les communes à des dépenses hors de proportion avec leurs ressources et surtout les résultats obtenus31. »

  • 32 adhg 1 N 108 : Service des épizooties en 1891. Rapport du chef du service.

24En deuxième lieu, il y a un facteur économique. Face à la menace de pertes énormes pour eux, à leur faible niveau de revenus, bien des éleveurs pouvaient être tentés de passer outre des déclarations obligatoires et l’interdiction de commercialiser des bêtes malades ou suspectes. De plus, le faible taux d’indemnisation ou son absence totale n’était pas un encouragement à l’honnêteté et la transparence citoyenne. Des marchands de bestiaux jouaient sur cette peur de tout perdre. Ils étaient souvent accusés de racheter des animaux malades ou en provenance de troupeaux et de zones infectés pour les revendre très rapidement avant que la maladie ne se déclare visiblement. Les bêtes sans maladie apparente pouvaient être négociées dans les foires et marchés, celles déjà atteintes trouvaient preneur dans les abattoirs où la surveillance laissait à désirer. Ce sont ces comportements que dénonce le chef de service de la Haute-Garonne en 1891 : « Il se fait le long de la chaîne des Pyrénées un commerce assez considérable de ces animaux maigres, épuisés et le plus souvent tuberculeux. Un industriel bien connu dans le pays court les fermes, achetant les bêtes sans valeur et dont il a cependant un débouché32. »

25Ces deux points, qui suggèrent un pessimisme certain, émanent notamment des autorités sanitaires. Il serait intéressant de confronter ce discours à des données sur l’évolution des maladies épizootiques et leurs conséquences.

  • 33 Information aimablement communiquée par François Vallat.
  • 34 Ibid.
  • 35 adhg M 409 : Rapport sur le service sanitaire en 1902. Le vétérinaire délégué y évoque la difficult (...)

26Un troisième facteur repose sur un constat plus objectif. Aucune loi, aussi bonne soit-elle, ne pouvait aller plus vite que les connaissances médicales et les progrès dans la fabrication industrielle des vaccins. Les campagnes systématiques de vaccinations n’ont pas fait sentir tout de suite leurs effets sur les populations animales et humaines ; il faut attendre après la deuxième guerre mondiale pour trouver des vaccins, fabriqués industriellement, destinés aux animaux33. Autre problème non résolu, le dépistage des animaux asymptomatiques. Si la morve a pu être quasiment éradiquée avant 1914, grâce à la malléination, une technique rapide et sûre de diagnostic (l’animal testé positif était immédiatement abattu), les résultats du test pour la tuberculose, la tuberculine, étaient plus difficiles à interpréter. Là encore il aura fallu attendre jusque vers 1950 pour avoir un procédé – l’intradermoréaction – plus facile à utiliser dans des troupeaux importants34. Une des conséquences est le problème de la circulation des animaux et les périmètres qu’il faut envisager autour de zones infectées35. Chez les autorités sanitaires, du moins, il semble qu’il y ait eu un consensus pour éviter de trop perturber le commerce en l’absence de preuves concrètes d’une épizootie. Le principe de précaution n’était pas encore un mot d’ordre des responsables politiques et sanitaires.

***

27Les sources sur les épizooties sont particulièrement nombreuses et riches à partir des années 1880. La loi de 1881 et la mise en place de nouveaux services sanitaires chargés des épizooties en sont les principaux moteurs. Le maillage des départements par les vétérinaires est renforcé et bon nombre d’agents publics sont susceptibles d’être mobilisés par les préfets en cas de menace. D’après les sources de l’Ariège et de la Haute-Garonne, les principales épizooties de la Belle Époque sont la fièvre aphteuse, la péripneumonie contagieuse et, éventuellement, la tuberculose.

28Les progrès administratifs, notamment dans le domaine de la prévention, sont fondés sur des concepts pasteuriens. Néanmoins, il s’avère souvent difficile de faire barrage aux maladies contagieuses ; trop de facteurs, tant humains qu’économiques ou biologiques, interviennent pour limiter l’efficacité des mesures mises en place par les autorités sanitaires de la Troisième République. Si aucune grande épizootie dévastatrice, comme celle des années 1774-1776, n’a frappé les troupeaux de la région, quelle est la part de la chance, quelle est celle de la prévention et de la lutte contre les contagions dont la loi de 1881 est le porte-drapeau ?

Annexes

Annexes

Document no 1 – Archives départementales de la Haute-Garonne, M 412 : Service des épizooties, 1901.

Document no 2 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1861.

Document no 3 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1911.

Document no 4 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1874.

Document no 5 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1914.

Document no 6 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1873.

Notes

1 Je voudrais remercier Michel Barbaza pour les photographies des documents, Franck Vidal pour son initiation à Powerpoint, Annie Thomas pour son assistance aux archives départementales de l’Ariège, François Vallat pour sa science et Mireille Mousnier pour sa patience.

2 C. Desplat, Pau Les épizooties en France de 1700 à 1850 : inventaire clinique chez et le Béarn au xviiie siècle, Biarritz, J & D Éditions, 1992, t. 1, p. 43-58 ; F. Vallat, « les bovins et les ovins », Histoire et sociétés rurales, no 15, 1er semestre 2001, p. 67-104.

3 Sur l’action du parlement de Toulouse, voir J. Thomas, « Le parlement de Toulouse et la vie économique du ressort, 1735-1789 », Les Parlements de province. Pouvoirs, justice et société du xve au xviiie siècle, textes réunis et présentés par J. Poumarède et J. Thomas, Toulouse, utm-cnrs, Framespa, collection Méridiennes, 1994, p. 551-552.

4 Dans les deux départements, les rapports du vétérinaire chef de service se trouvent dans la sous-série 1N : Rapports du préfet et procès-verbaux des séances et Rapports de la Commission départementale.

5 Aux Archives départementales de la Haute-Garonne (désormais adhg), il n’y a pas une sous-série spécifique pour les épizooties ou le Service sanitaire. Il y a un ensemble de liasses regroupées dans la série M : M 388 – M 465. Une partie porte sur des généralités, règlements, personnel, l’autre sur des épizooties spécifiques. Aux Archives départementales de l’Ariège (désormais ADAr), toute la documentation se trouve dans la sous-série 12 M, notamment dans les liasses cotées de 12 M 122 à 12 M 153.

6 ADAr 12 M 140/2 (13 août 1872). R. Hubscher, Les maîtres des bêtes. Les vétérinaires dans la société française (xviiie-xxe siècle), Paris, Éditions Odile Jacob, p. 169-185.

7 ADAr, 12M 140/1 : rapport de M. Marfaing, vétérinaire de l’arrondissement de Pamiers au Préfet, le 15 juillet 1867.

8 F. Vallat, « Les épizooties en France de 1700 à 1850… », op. cit., p. 96.

9 Le texte de loi est repris et commenté dans les ouvrages des professeurs des écoles vétérinaires comme chez V. Galtier, Traité des maladies contagieuses et de la police sanitaire des animaux domestiques, 3e édition revue et corrigée, Paris, Asselin et Houzeau, 1897, p. 249-255 (le texte), p. 298 et suivants pour le commentaire.

10 V. Galtier, Traité des maladies contagieuses, op. cit., p. 255.

11 V. Galtier, ibid. ; publie les principaux textes en vigueur entre 1881 et 1897, p. 256-298.

12 adhg M 412 : texte publié dans le Recueil des actes administratifs, préfecture de la Haute-Garonne, t. LXXXVI, no 2765, Toulouse, 1883.

13 adhg M 414.

14 adhg M 408.

15 adhg M 394 et M 414.

16 Voir les Annuaires du département de la Haute-Garonne ; aussi adhg M 394.

17 AD Ariège, 12 M 128 : Inspection des foires et des marchés.

18 R. Hubscher, Les maîtres des bêtes, op. cit., p. 191.

19 adhg M 412.

20 adhg 12 M 140/1.

21 ADAr 1 N 59 : Rapport du vétérinaire délégué, chef du service sanitaire pour l’année 1897.

22 ADAr 1 N 60 : Rapport du vétérinaire délégué, chef du service sanitaire pour l’année 1898.

23 ADAr 1 N 59 : Rapport… pour 1897. Le charbon bactérien ou symptomatique touche principalement la commune de Betchat où 12 étables sont atteintes.

24 Ibid.

25 adhg M 409 (1901).

26 adhg M 416.

27 Beaucoup de dossiers portent sur la tuberculose et ses conséquences (adhg M 390, 391, etc. – dans le désordre chronologique) ; d’autres abordent la question sous l’angle des « établissements dangereux et insalubres » (vacheries, laiteries…) : M 95-96 et 5 M 38, 38 bis et 38 ter.

28 Voir les séries M des Arch. Départ. Ariège et Haute-Garonne pour les nombreuses cotes portant sur les maladies contagieuses qui sévissent dans ces deux départements dans les 40 ans avant la première guerre mondiale.

29 F. Vallat, « Les épizooties en France… », op. cit.

30 adhg M 416 (8 décembre 1902).

31 adhg M 409 : Rapport sur le service sanitaire en 1902.

32 adhg 1 N 108 : Service des épizooties en 1891. Rapport du chef du service.

33 Information aimablement communiquée par François Vallat.

34 Ibid.

35 adhg M 409 : Rapport sur le service sanitaire en 1902. Le vétérinaire délégué y évoque la difficulté de saisir quand et où les contaminations ont eu lieu à cause de l’ignorance du délai entre la contamination et les premières manifestations de la maladie (fièvre aphteuse).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8551/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Document no 1 – Archives départementales de la Haute-Garonne, M 412 : Service des épizooties, 1901.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8551/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Document no 2 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1861.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8551/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Document no 3 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1911.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8551/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Légende Document no 4 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1874.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8551/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Légende Document no 5 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1914.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8551/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Document no 6 – Archives départementales de l’Ariège, 12M140/1, 1873.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8551/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 440k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search