Desktop versionMobile version

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

La lutte contre les épizooties dans le Gers au xixe siècle

Georges Courtès

Full text

1Le traumatisme provoqué par l’épizootie des années 1774-76 reste présent dans les esprits tout le xixe siècle et les responsables administratifs comme les représentants du monde paysan y font souvent référence. La crise a été d’une telle gravité qu’elle a laissé des traces non seulement dans le domaine économique mais aussi dans la mémoire collective.

  • 1 Un seul exemple, Samatan : « Cette paroisse perdit 2 005 bestiaux à grosse corne… ; grâce à Saint R (...)
  • 2 Les labours s’opèrent très difficilement et lors d’une requête au Roi, les consuls de Cologne écriv (...)
  • 3 Etienne-Louis Journet, frappé de disgrâce, quitte Auch au mois de décembre 1775. Mais à peine arriv (...)
  • 4 Les revues d’Histoire du département du Gers – la Revue de Gascogne et le Bulletin de la société ar (...)

2N’a-t-on pas en Gascogne gersoise vu disparaître la quasi-totalité des bêtes à cornes1 ? N’a-t-on pas assisté à un désarroi tel que, faute de traction animale, on attela des humains aux timons des charrues2 ? N’a-t-on pas rapporté que l’intendant de la Généralité d’Auch avait mis fin à ses jours à la suite des récriminations de son ministre3 ? N’a-t-on pas noté, chiffré, dans quantité de registres, les dégâts, les pertes dues à cette catastrophe4 ?

3Après une telle crise – du moins dans les textes consultés – semblent s’élargir le clivage entre les explications officielles, les mesures rationnelles à prendre et les recettes du monde rural. Le langage des intellectuels (celui des partisans des progrès, relayés plus tard par les préfets…) tente de se faire entendre et d’étouffer les préjugés des paysans qui écoutent les conseils des charlatans ou ceux de résignation de l’Église. D’autre part les représentants des gouvernements quels qu’ils soient au xixe siècle demeurent très attentifs à tout signe de manifestation de mécontentement et aux risques de développement d’épizootie du genre de celle de 1774-1776. Aussi prennent-ils les choses en main.

4Notre démarche consiste à étudier surtout les dispositifs mis en place par l’Administration pour lutter contre les préjugés et prévenir toute nouvelle épidémie. Pour ce faire nous avons consulté :

  • les rapports et procès-verbaux des séances du Conseil général du Gers ;

  • le plan détaillé de topographie du département du Gers par Dralet, An 9 ;

  • les annuaires administratifs de l’An XII, de 1820 ;

  • les rapports des vétérinaires départementaux ;

  • les articles de Pierre Féral sur les sociétés d’agriculture, les fermes-écoles, les comices agricoles ;

  • la série 7 M, aux archives départementales du Gers.

Aux craintes ancestrales… des remèdes irrationnels où se mêlent coutumes, traditions

5La grande majorité des paysans n’a pas accès aux explications officielles et se réfugie dans l’irrationnel, le religieux… ce qui exaspère les esprits éclairés. Voici ce qu’écrivent les thuriféraires du gouvernement ou du préfet au début du xixe siècle :

« Les campagnards du Gers sont peut-être les plus ignorants de toute la République ; on en compte à peine 20 % qui sachent lire et écrire. Les préjugés les plus absurdes forment toute leur science.

Ici on se hâte de se défaire des bestiaux qui naissent certains vendredi de l’année ; là, on fait, à la fête de quelques saints des libations d’eau bénite sur les bêtes à cornes.

  • 5 C. Dralet, membre de plusieurs sociétés d’agriculture, Plan détaillé de topographie, suivi de la to (...)

Un père de famille a-t-il un de ses enfants malades, ses bestiaux sont-ils plus maigres que ceux de son voisin ? Le devin du canton est consulté et payé d’avance. Il déclare que ces malheurs sont l’effet d’un maléfice. Aussitôt on poursuit la sorcière... L’administration ! que de lacunes elle a à remplir ! que de bienfaits elle a à répandre ! heureux le magistrat aux mains duquel elle sera confiée, si chez lui la philosophie se trouve réunie à l’amour du bien ! qu’il n’oublie point que les moyens d’instruction doivent sans cesse être dans son cabinet, à l’ordre du jour5. »

6Et par ailleurs :

  • 6 Annuaire pour l’An XII… rédigé par le secrétaire général de préfecture… Auch, Labat, imprimeur, An (...)

« … Ils ne reçoivent pas de leur femme les mêmes soins que toute une famille va s’empresser de donner à un bœuf. Un bœuf est-il malade ? Un artiste (avec lequel on s’abonne en grains) est appelé dans l’instant ; et, dans l’instant on va dans la ville voisine acheter des drogues tant que cet artiste a pu en fourrer dans son ordonnance ; alors rien ne coûte et les paysans emploieront tout leur argent, les minces provisions de leur ménage dans l’espoir même faible de sauver un animal… ; et cependant un homme ou une femme sont-ils malades, alors aucun empressement, ils se tiennent coi et souffrent. Point de bouillon, point de tisane ; l’on appelle le barbier-chirurgien (on s’abonne avec lui également en grains) : les remèdes qu’il prescrit paraissent toujours trop nombreux, trop chers, même inutiles, on ne les achète pas ou on les achète à regret… Ils croient presque tous aux revenants et aux sorciers, aux maladies que ceux-ci peuvent donner, à la vertu des devins pour les guérir, à l’effet d’une messe en l’honneur de tel ou tel saint sur telle ou telle maladie et à son inutilité si la maladie ne se trouve pas être du district de la compétence du saint ; à l’effet d’une aspersion sur des maïs dévorés par des pucerons et de celle sur les bestiaux pour les préserver des maladies, pourvu toutefois que cette dernière soit faite le jour de Saint Roch… et en effet, ce jour-là, tous les bestiaux de la commune sont assemblés devant la porte de l’église et survient le prêtre qui les asperge. Il serait peut-être digne de la sollicitude du gouvernement de faire cesser cette cérémonie dans une saison (le 28 Thermidor) où les bestiaux, épuisés par le travail et la chaleur, manquant souvent d’eau, contractant ou sont susceptibles de contracter des maladies quelquefois contagieuses. La communication en est facile6… »

7Ces deux descriptions peu élogieuses pour les gersois (mais n’est-ce pas la vision généralement exagérée que l’Administration se fait des paysans ?) serviront de prétexte à la mise en place d’une action plus constructive, plus efficace.

L’administration organise la prophylaxie

8Une leçon, au moins, semble avoir été retenue de l’épizootie de 1774 : celle d’agir en amont, car l’épidémie, une fois engagée, ne peut être étouffée. Trois directions d’actions sont envisagées puis mises en œuvre au xixe siècle :

  • l’appel à des personnes qualifiées, présentes sur le terrain à même de dépister la maladie, d’avertir le préfet, de réagir immédiatement avec des moyens modernes (scientifiques). Il s’agit de mettre en place un « corps de vétérinaires » ;

  • la lutte contre les habitudes ancestrales qui n’ont rien de rationnel. Pour ce faire, informer, expérimenter des méthodes nouvelles grâce à l’envoi de circulaires, d’articles, d’annuaires… ; et tout spécialement aux membres des sociétés d’agriculture, tous propriétaires qui peuvent donner l’exemple ;

  • enfin distribution de récompenses aux bons éleveurs (grande idée du xixe siècle) à l’occasion de concours, de foires, de comices agricoles qui rassemblent tous les paysans.

La mise en place de professionnels

9Encore au xixe siècle et a fortiori au xviiie, les paysans ont recours, pour soigner leurs animaux à des « mareschaux », hommes parfois experts manuellement souvent charlatans, ou aux pratiques religieuses : bénédictions, processions… pour soigner leurs animaux. Mais avaient-ils un choix ?

Les artistes-vétérinaires

  • 7 Solleysel (1617-1680) renouvelle la pratique de la médecine animale ; il publie en 1665 : Le parfai (...)

10À l’époque où éclate l’épizootie de 1774 (parallèlement) se met en place la pratique de la médecine animale, et cela grâce à un véritable enseignement vétérinaire. La diffusion du livre à grand succès de Solleysel Le parfait mareschal7, les écrits des philosophes, des physiocrates interpellent les politiques. En 1761 Louis XV institue l’École vétérinaire de Lyon, « berceau de l’enseignement vétérinaire », qui acquiert très vite un grand renom en France et à l’étranger, et devant le succès le roi décide l’ouverture en 1766 à côté de Paris de l’école de Maisons-Alfort.

  • 8 C. Dralet, op. cit., p. 250.

11À l’orée de la Révolution, les gersois peuvent faire appel à 2 artistes-vétérinaires sortis de ces écoles : Denis Laborde (qui exerce à Auch) diplômé en 1778 et François Petit (qui exerce à Condom) diplômé en 1779. L’un et l’autre « jouissent d’une confiance bien méritée », disent les rapports officiels8.

12En mai 1792, l’administration centrale (c’est-à-dire Auch) envoie à l’école vétérinaire d’Alfort, six jeunes gens, pris dans chaque district ; 6 autres en l’An III, et ainsi de temps à autre au xixe siècle. Ces élèves après avoir fait leurs études avec succès se sont établis dans différentes communes du département où ils mettent à profit le fruit de leur enseignement : à Vic-sur-l’Osse (Vic-Fesensac), à Lectoure, à Bassoues, à Aignan, à Cazaubon, à Gimont, à Larroumieu (La Romieu). Vers 1830, c’est l’ouverture de l’École vétérinaire de Toulouse ce qui facilite la venue de Gersois.

  • 9 Archives départementales Gers : 7 M 161 : Bourses, trousseaux pour les élèves qui suivent les cours (...)

13Pour certains élèves, le Conseil général prend en charge les frais d’études, de trousseau, en échange d’un contrat de travail d’installation dans le Gers9.

14De fait le nombre de professionnels, de vétérinaires augmente :

  • 2 en 1789,

  • 4 en l’An XII,

  • 18 exercent en 1813

  • 25 en 1820,

  • 71 en 1856,

    • 10 Annuaires administratifs du département du Gers, années 1813, 1820, 1856, 1896.

    83 en 189610.

15Au début les vétérinaires sont localisés dans les villes, uniquement ; puis dans les chefs-lieux de canton. Cependant on note une inégale répartition : l’arrondissement de Condom, le plus fourni, en a 20 en 1856, 23 en 1896 et contraste avec celui de Lombez qui en a 5 en 1856 et 10 en 1896.

  • 11 Archives départementales Gers : 7 M 162 (artistes vétérinaires 1811-1837).
  • 12 Annuaire An XII – Tableau des différents états, professions, métiers, commerce et industrie existan (...)
  • 13 M. Masson, Statistiques de l’arrondissement de Lectoure, Auch, Imp. Roger, 1836, p. 11.
  • 14 Plusieurs circulaires ministérielles tentent d’informer les populations : Archives départementales (...)

16De temps à autre l’Administration contrôle les diplômes, répond à des enquêtes demandées par le ministre de l’Intérieur, rédige des appréciations11. Des affiches blanches, c’est-à-dire officielles, sont apposées avec le nom des vétérinaires officiels, et encore aujourd’hui. Car au même moment, naissent périodiquement des cabales à leur encontre : les mareschaux veulent garder leur clientèle. Ces mareschaux, qui sont aussi forgerons, sont 400 en l’An XII (pour 640 tisserands, 580 cordonniers, 310 maçons, 264 meuniers…)12. Depuis l’épizootie, les paysans prennent un abonnement en nature pour l’artiste-vétérinaire, qui est en réalité maréchal-forgeron et qui opère aussi l’aguzage : on donne à peu près le 1/4 de sac de blé par charrue (env. 1/5o d’hectolitre)13. Ces gens – maréchaux, guérisseurs – font le plus grand tort aux vétérinaires14. Certains paysans les soutiennent car ils captent la confiance générale ; le métayer choisit le moins cher, le plus facile, « le service de proximité ».

  • 15 Archives départementales Gers, 7 M 162. Article 1 de la circulaire du 11 septembre 1813.
  • 16 Archives départementales Gers, 7 M 162. « On ne peut interdire aux propriétaires le droit de confie (...)
  • 17 Archives départementales Gers, 7 M 163, vétérinaires gersois entre 1866 et 1882.

17Les préfets adressent circulaires sur circulaires et prennent des mesures : « Aucun vétérinaire ne peut prendre le titre de médecin vétérinaire qu’en vertu d’un diplôme15. » Dès 1836 on ne peut recevoir une indemnité après une épidémie que si l’animal a été soigné par un vétérinaire16. Une affiche est apposée dans les différentes mairies en 1896 : « Avis : Désormais aucun propriétaire ne pourra prétendre à des indemnités pour perte de bestiaux morts d’épizootie sans justifier d’un certificat du maire constatant qu’un vétérinaire breveté a été appelé pour les traiter. (Sauf s’il n’y a pas de vétérinaire breveté dans un rayon de huit km de l’habitation où l’épizootie se serait manifestée)17. »

Le vétérinaire départemental

18Le décret du 15 janvier 1813 met à la disposition du préfet un vétérinaire (sans doute le plus renommé ?) auquel on donne le titre de vétérinaire départemental. Il reçoit une rétribution votée par le Conseil général chaque année sur proposition du préfet. « Ils sont à la disposition de l’administration pour se transporter partout où leur présence et leurs soins peuvent être nécessaires pour combattre les épizooties et font annuellement des rapports. » Les vétérinaires qui reçoivent des fonds départementaux (200 F par an au début du xixe siècle, 800 F après 1853) peuvent être autorisés à établir dans leur lieu de résidence un atelier de maréchalerie et y former des élèves maréchaux auxquels ils sont autorisés à délivrer, après deux années d’apprentissage des certificats de maréchal-expert, visés par le préfet. Le sort des vétérinaires départementaux est parfois remis en cause : lorsque le danger d’épidémie s’estompe, certains veulent diminuer leur indemnité, voire supprimer la fonction. Le préfet prend chaque fois leur défense et ils existeront tout le siècle.

19Au cours du xixe s., des gersois de plus en plus nombreux sortent des trois écoles vétérinaires nationales. Ils constituent un « corps de médecins spécialisés », implantés sur l’ensemble du territoire, à même de contrecarrer l’influence, les pratiques de bon nombre de charlatans, d’empiriques, de « traiteurs de bœufs, de maréchaux », dont la mainmise sur les paysans diminue.

La sensibilisation des élites

  • 18 P. L. Feral, « L’œuvre réformatrice de la Société d’agriculture du Gers dans la première moitié du (...)

20Le second objectif, poursuivi tout le xixe siècle consiste à diffuser la « bonne information ». Comment faire évoluer les mentalités en particulier celle des métayers, maîtres-valets ou des petits propriétaires ? La méthode retenue consiste en un premier temps à informer l’élite ; on renonce à aller directement à la base. Il faut favoriser l’information auprès des gros propriétaires, des bourgeois qui eux ont autorité sur leurs métayers, leurs domestiques et pourront expérimenter, introduire des méthodes d’élevage modernes, acheter les produits bien plus adaptés, les faire prospérer sur leur domaine. L’administration incite les gros propriétaires à adhérer à des sociétés de pensée, qui organisent des débats à la mode britannique. Ce sont les sociétés d’agriculture départementales, d’arrondissements, voire cantonales18.

Vache gasconne à muqueuses aréolées.

Taureau gascon à muqueuses aréolées.

21Le préfet utilise tous ses relais administratifs que sont les sous-préfets, les maires (nommés), les conseillers généraux, les conseillers d’arrondissement avec plus ou moins de bonheur. Il a à sa disposition des publications officielles comme les annuaires administratifs, largement diffusés.

  • 19 Archives départementales Gers, 6 M 960.
  • 20 Pierre Féral a étudié la vie et le rôle des fermes écoles du Gers : Bull. Soc. Arch. du Gers 1956, (...)

22Mais aussi, à la demande des propriétaires bourgeois et de l’Administration se crée à la fin de la monarchie de Juillet la première ferme-école gersoise. « Mais, jusqu’ici, ces choses-là (= méthode nouvelle d’élevage) ne sont aux yeux du vulgaire que de brillantes théories et par conséquent des visions ; tout changement, traité d’innovation est une duperie et un abîme de ruine. Il n’y a que des exemples de succès, longtemps soutenus qui aient la puissance de dessiller les yeux de cet aveugle égoïsme... et il serait à désirer qu’on établisse dans une partie du département une ferme expérimentale19. » Trois se sont succédé pour dispenser l’enseignement agricole20 :

  • Bazin (1847-1874) à Lectoure ;

  • Larivière (1879-89) à Saint-Martin-de-Goyne ;

  • La Hourre (1889 à la Grande Guerre) à Auch.

23Ces fermes mettent en pratique les méthodes les plus modernes : assolements, soins aux vignobles, extension des prairies artificielles, amélioration de l’élevage bovin (spécialité de la ferme-école de La Hourre). En favorisant l’extension des prairies artificielles, des plantes fourragères, en luttant contre la jachère, en encourageant l’élevage, l’essai de nouvelles variétés de blé et d’avoine, en poussant à la modernisation de l’outillage, elles ont facilité l’évolution de l’agriculture et de l’élevage vers des fermes plus scientifiques et intensives.

  • 21 Mémorial no 5, 1821 Notice sur les bêtes à corne dans le département du Gers et sur les moyens prop (...)

24La sélection des espèces va faire naître le type « gascon aréolé ». Une notice très intéressante du médecin-vétérinaire départemental Laborde en 182121 fait en quelque sorte le point de l’état des bêtes à cornes dans le Gers après les épizooties de 1774 à 1776. À son avis, l’ancienne race bovine disparaît entièrement ou presque au cours de l’épidémie, soit à cause du fléau, soit à cause « des personnes chargées de tout faire assommer ». Laborde est formel : « Le Quercy, l’Auvergne et principalement le Limousin nous aidèrent à repeupler nos campagnes, et c’est à l’introduction des bêtes venant de ces contrées qu’on dut la régénération de l’espèce bovine dans la Généralité d’Auch. » Ainsi donc nos deux races gasconnes seraient d’origine récente et proviendraient d’un métissage local de bovins français d’origines diverses. C’est sans doute ce qui expliquerait qu’au début du xixe siècle « le poil diffère d’après les localités ». Les couleurs les plus fréquentes étaient « l’izobelle pâle, le gris fauve, rouges, avec un mélange de poils noirs plus abondants sur le dos… blanchâtre, pie blanc et noir ». Laborde distinguait trois races : deux à cornes grises, l’autre à cornes blanches ; les deux premières dans le nord et le centre du département, la troisième dans les arrondissements de Lombez et de Mirande. Mais il s’agit de bêtes de petite taille : 1 m à 1,10 m et 230 kg pour les bœufs, 95 cm pour les vaches (150 kg) ; un veau de 3 mois pesait 50 kg.

  • 22 L’Agriculture dans le Gers, Annales de l’Office agricole régional du Sud-Ouest, 1931, fascicule no  (...)

25Peu à peu les bêtes, mieux nourries et sélectionnées, deviennent plus solides. Dès 1889 on tient le tableau généalogique des produits ; chaque année le Conseil général achète les plus beaux taureaux, soit une cinquantaine environ, pour les revendre aux enchères aux éleveurs locaux. La ferme-école de la Hourre devient le laboratoire biologique de toute la province. En 1901, le gascon aréolé, méticuleusement défini par la commission du Herd-Book est définitivement créé. Peu à peu on élimine les caractères récessifs pour en fixer les caractères essentiels, particulièrement adaptés au sol, au climat. Dans ses grandes lignes, la race gasconne à muqueuse aréolée dispose d’une « architecture puissante, d’une musculature développée, véritable type de force ». Sa tête courte « à profil droit, très expressive, accuse beaucoup d’énergie ». Les cornes blanches à extrémités noires sont horizontales mais se redressent à la pointe. « Le dos est long ; les membres osseux, solides comme il convient à des animaux de travail, ont des articulations larges, puissantes et se terminent par des pieds larges22. »

26Avant d’en arriver là, il a fallu convaincre les paysans de modifier leurs pratiques : traditionnellement les femelles et les mâles sont mélangés dans les prairies et les reproductions se font très tôt. Il est demandé que les génisses ne soient saillies qu’à l’âge de 2, 3 ans au plus tôt et 10 ans au plus tard. Les taureaux servant d’étalon doivent être d’une belle conformité, âgés de 3 à 8 ans. Les étables doivent bénéficier de travaux : « Construites de la manière la plus vicieuse, sans art, sans ouverture, basses de plafond, domaine des toiles d’araignées ; les bêtes piétinent ou se couchent dans un fumier laissé sur place pendant plusieurs mois. »

Bulletin des séances de la société libre d’agriculture du département du Gers, an viii.

  • 23 Georges Courtès, « Les différents modes d’exploitation de la terre dans l’est du département du Ger (...)

27Les méthodes de nourriture et de soins défient souvent la raison : malade ou pas l’animal est saigné tous les ans et l’on rétribue l’artiste pour ce faire, « coutume d’autant plus vicieuse que la saignée comme moyen hygiénique est inutile ». La nourriture manque souvent : les prairies de vallées sont inutilisables l’hiver et parfois au printemps à cause des inondations et des dépôts de vase. Les friches, bois, « pastings » où l’on met les troupeaux ne suffisent plus. Il faudrait introduire dans l’assolement des prairies artificielles ; mais comment l’écrit le maire de Semezies-Cachan en 1851 : « Blé, avoine, les paysans ne veulent rien d’autre23. » Quant à la boisson, elle est presque toujours de mauvaise qualité ; il s’agit d’un trou creusé devant la porte de l’étable où s’écoule l’eau de pluie et l’urine. En période de sécheresse, les bêtes doivent parcourir des kilomètres pour s’abreuver.

Récompenses, prix, concours, comices agricoles

  • 24 Annuaire administratif 1820.
  • 25 Mémorial no 9 sept. 1839.

28Dans ces conditions, le moindre progrès s’apparente à une victoire et pour encourager les élevages de qualité dès la Restauration, le Conseil général vote une dotation. Les sommes sont réparties entre arrondissement, distribuées par un jury présidé par le sous-préfet à l’occasion de foires, concours, comices… En 1820, le propriétaire du plus beau taureau, des plus beaux bœufs, des plus belles vaches reçoit 500 F24. Le concours des bêtes à cornes du 11 novembre 1831 à Auch « a été très beau. On ne voyait pas il y a dix ans de vaches et de taureaux remarquables tels qu’on en trouve aujourd’hui beaucoup dans nos concours publics et jusque dans nos foires et marchés25 ».

  • 26 Rapports préfets au Conseil général 1853 p. 17.
  • 27 P. L. Feral, Bull. Soc. Arch. du Gers, 1965 p. 75.

29Dans son rapport « Encouragement à l’agriculture, 1853 », le préfet note : « Vous votez chaque année à titre d’encouragement une somme de 10 000 F, destinée à être distribuée en primes pour les taureaux et pour les chevaux ; l’année dernière 350 sujets ont été présentés, 113 ont été reconnus bons, 110 médiocres, 127 mauvais. Le vétérinaire départemental constate que pour les taureaux la prime n’est pas assez incitative et des éleveurs renoncent à présenter leurs bêtes26. » La loi du 20 mars 1851 organise les comices agricoles qui vont jouer dans nos campagnes un rôle capital. Le fonctionnement du comice agricole de Mirande a été étudié et en particulier ses efforts durant quarante ans pour améliorer la race bovine par l’organisation de concours, l’achat des plus beaux sujets et leur répartition dans les cantons. Mais les organisateurs se heurtent au manque de taureaux, « achetés par les départements voisins27 ». Ce résultat vient améliorer l’image littéraire de ces comices du xixe siècle, caricaturés par Zola ou Flaubert.

Résultat : un siècle exempt de grande épidémie

L’évolution du cheptel

  • 28 Archives départementales Gers, 6 M 964.
  • 29 Archives départementales Gers, 6 M 965.

30Plusieurs comptages ou recensements concernant le bétail ont émaillé le xixe siècle28 ; mais les variations entre les chiffres sont telles qu’il est difficile d’y voir autre chose que des mouvements à long terme. Nous pouvons reprendre pour l’ensemble du siècle la remarque d’un des préfets de la Restauration : « Il y eut beaucoup de confusion dans l’état numérique des animaux, pour dire vrai des contradictions29. » Néanmoins malgré les fortes variations annuelles et en recoupant diverses données, on peut affirmer que le cheptel gersois a augmenté en nombre durant les premiers tiers du siècle, puis a entamé une forte décrue. L’exode rural se fait largement sentir au début de la IIIe République : les artisans-paysans et les petits propriétaires, tous détenteurs d’une paire de vaches, quittent le département.

L’état du cheptel

  • 30 Archives départementales Gers, 6 M 960.
  • 31 C. Dralet, op. cit., p. 228.

31Malgré les efforts signalés plus haut, le bétail reste dans sa grande majorité rachitique, souvent malade et sujet à forte mortalité. Une enquête de 1819, réalisée dans le canton de Saramon révèle une triste réalité30. Prenons quelques exemples : à Saint-Guiraud, le 1/4 du bétail n’est pas capable d’assurer le transport de charroi à cause de leur vieillesse et de leur mauvais entretien. À Pontéjac, sur 40 bêtes que compte la commune on dénombre 16 naissances et 8 morts par an : « Il y a des années où la mortalité fait beaucoup plus de ravages » ; à Lompouy il naît annuellement 5 à 6 veaux et il en meurt 3 ou 4. Les propriétaires de Boulaur « sont dans l’usage de faire examiner leurs bestiaux par des maréchaux-vétérinaires et ils en conservent toujours ». C. Dralet écrit : « Les bêtes à cornes sont de qualité médiocre. L’espèce la plus petite se trouve dans les environs de Nogaro parce qu’elle est épuisée par l’excès de travail… En général, l’espèce des bêtes à cornes est inférieure à celle de la plupart des départements qui nous environnent31… »

32Par ailleurs des maladies de toutes sortes attaquent les bêtes à cornes aux différentes saisons mais elles exercent surtout leurs ravages à la fin de l’été. Les maladies doivent leur origine au passage subit de la nourriture sèche à la nourriture fraîche, à l’insuffisance des aliments pendant les grands travaux, à la mauvaise qualité des eaux, à l’insalubrité des étables, à l’excès de travail. Les maladies les plus communes et les plus dangereuses sont, le charbon intérieur, le charbon extérieur, le harpin, le charbon à la langue, les coliques stercoreuses, connues sous le nom d’artignes.

33Le charbon intérieur : « quelquefois cette cruelle maladie tue comme d’un coup de foudre l’animal qui en est attaqué. Lorsque ses effets sont moins subits, on la reconnoît par la cessation de la rumination, les frissons, la crépitation le long de l’épine, le hérissement du poil, le froid aux oreilles et aux cornes. On se hâte alors de faire au fanon une incision, dans laquelle on introduit la racine d’ellébore noir, on y fait ensuite un séton, dont on enduit la corde avec de la graisse dans laquelle on a mis un peu de sublimé-corrosif ou d’arsenic. On donne deux breuvages par jour, composés de quatre poignées de chicorée sauvage, bouillies dans quatre litres d’eau. Après avoir retiré cette décoction du feu, on y jette deux poignées de sauge et d’absynthe, et on y ajoute deux décagrammes de sel de nitre et cinq grammes de camphre. Lorsque ce charbon commence à se manifester sur quelques animaux, il est prudent de faire saigner ceux qui n’en sont point encore attaqués, et de leur donner le lendemain un breuvage composé de plantes amères. On doit aussi employer l’eau nitrée et acidulée ; et lorsque la maladie est très à craindre, on peut faire un séton à chaque animal.

34Le charbon extérieur : aux symptômes qui annoncent le charbon intérieur, et qui viennent d’être décrits, se joignent une ou plusieurs tumeurs qui paraissent sur différentes parties du corps. Il faut scarifier ces tumeurs sur plusieurs points de leur étendue, en enlever les parties gangrenées, en faire sortir une humeur roussâtre qu’elles contiennent, faire saigner la plaie, la laver avec de l’essence de térébenthine, et y appliquer un onguent, composé de douze décagrammes d’onguent basilicum, quinze grammes de térébenthine, huit grammes de mouches cantharides, et autant de sublimé-corrosif. On donne aux animaux malades le même breuvage que pour le charbon intérieur. Les préservatifs sont aussi les mêmes.

35Le charbon à la langue : ce charbon est une vessie, qui dégénère subitement en un ulcère chancreux, ronge l’épaisseur de la langue en avançant du côté de la racine, la coupe en entier, et conduit l’animal à la mort. Cette maladie est d’autant plus dangereuse, qu’elle ne se manifeste que par l’état de la langue ; et que dans vingt-quatre heures, on en voit le commencement, les progrès et la fin. Pour y remédier, on scarifie dans toute son étendue, soit la vessie, soit l’ulcère, s’il est déjà formé. On prend ensuite du vinaigre, auquel on mêle du sel, du poivre, beaucoup d’ail, de la rhue et de la suie. On pile le tout ensemble, et on en lave la langue de l’animal ; ce qui doit se renouveler deux ou trois fois par jour, jusqu’à la guérison. On se sert pour préservatif à l’extérieur, de la même lotion que celle qui vient d’être indiquée pour curatif ; et à l’intérieur, de breuvages composés de deux poignées de rhue, infusées dans un demi-litre de bon vin, auquel on ajoute quelques gousses d’ail, des baies de genièvre, et douze grammes de camphre. La saignée à la jugulaire est aussi indiquée, ainsi que les boissons d’eau blanche acidulée avec du vinaigre.

36Le harpin : on appelle ainsi une espèce de tumeur charbonneuse, qui paroît sur une des jambes des bestiaux, tantôt au-dessus du pied, tantôt au-dessous du genou. Le traitement est facile, mais il demande de la célérité. On perce avec la flamme la tumeur dans plusieurs endroits, et on la frotte ensuite avec du vin, dans lequel on a fait infuser des plantes aromatiques.

37Les coliques stercoreuses : le bœuf qui en est attaqué se plaint, allonge le cou, étend la cuisse, frappe du pied, se lève et se couche souvent ; quelquefois il sue. Cette maladie, que l’on nomme vulgairement artignes, paraît être la suite d’une constipation opiniâtre. Les habitants des campagnes vident l’animal qui en est attaqué avec un morceau de bois bien uni, recourbé à l’extrémité et enduit d’huile d’olive. Ils le font ensuite marcher, et lorsqu’il est parvenu à fienter, sa guérison est assurée. Il ne s’agit plus que de lui donner quelques lavements émolliens. Les Artistes vétérinaires donnent aussi des lavements émolliens en pareil cas ; mais au lieu de torturer l’animal, en le vidant de la manière dont il vient d’être parlé, ils se contentent de lui donner un peu d’eau-de-vie et d’huile d’olive. »

  • 32 Rapports. Délibérations du Conseil général, août 1854, p. 127.

38Ces maladies mises à part, le xixe siècle semble dans nos régions échapper à toute grave épizootie ; l’évolution du troupeau gersois se poursuit très lentement, mais régulièrement. En 1854, cependant, le vétérinaire départemental écrit dans son rapport qu’il a pu se rendre maître d’une épizootie au Houga (sans doute la fièvre aphteuse ?)32.

***

39Durant le xixe s, dans le Gers aussi, les techniques d’élevage se sont améliorées : les troupeaux de bêtes à corne augmentent en nombre et en qualité. Le cheptel a pu se reconstituer, somme toute rapidement avec des souches de diverses origines qui se sont dès la deuxième génération adaptées aux conditions climatiques et au travail de nos sols. Parallèlement des éleveurs commencent timidement puis de façon progressive à améliorer la race par sélection, par repérage des plus beaux sujets et inscription de la race « gascon aréolé » au Herd-book. On note des progrès dans l’alimentation du bétail, dans l’hygiène des étables. De ce fait, le bétail à corne n’a jamais été aussi nombreux dans ce département qui n’a jamais compté autant d’agriculteurs, autant de surfaces vouées aux cultures.

40L’accent a été mis aussi par l’administration sur l’encadrement humain autour de ce bétail : préfets et sous-préfets favorisent l’implantation d’un corps vétérinaire qui peu à peu se substitue aux maréchaux ; on forme une élite par le biais des sociétés d’agriculture ; on apprend les méthodes modernes aux jeunes agriculteurs dans les fermes-écoles.

41Bref, est-ce le fruit du hasard, de la chance, ou l’effet de toutes ces actions conjuguées, le Gers contrairement à d’autres départements n’a pas connu au xixe s. de graves épizooties.

42Mais pour autant le bonheur n’était pas encore dans le pré.

Notes

1 Un seul exemple, Samatan : « Cette paroisse perdit 2 005 bestiaux à grosse corne… ; grâce à Saint Roch on eut le bonheur de conserver 100 bœufs ou vaches » (Registre de catholicité).

2 Les labours s’opèrent très difficilement et lors d’une requête au Roi, les consuls de Cologne écrivent que « dans les campagnes, il n’est pas rare de voir un homme traîner la charrue, ce qui ne pouvait qu’occasionner une culture imparfaite », Histoire de Cologne, Imprimerie ibs, 1998, p. 118.

3 Etienne-Louis Journet, frappé de disgrâce, quitte Auch au mois de décembre 1775. Mais à peine arrivé à Paris il se suicide. Les mauvaises langues parlent de gestion hasardeuse ; d’autres font état de vifs reproches que lui aurait fait M. Turgot au nom du roi, relativement à la maladie épizootique et à sa négligence pour arrêter sa propagation. M. Despaux, « La mort de l’intendant Journet », Bull. Soc. Arch. du Gers, 1900, p. 22-23.

4 Les revues d’Histoire du département du Gers – la Revue de Gascogne et le Bulletin de la société archéologique du Gers – contiennent de nombreuses annotations sur cette catastrophe. Derniers articles en date : E. Ducassé, « L’épizootie bovine de 1774-1775 dans le Nord de la Gascogne », Bull. Soc. Arch. du Gers, 2001, p. 45-53.

5 C. Dralet, membre de plusieurs sociétés d’agriculture, Plan détaillé de topographie, suivi de la topographie du département du Gers, imprimé par ordre du gouvernement, Paris, An IX, p. 264-265.

6 Annuaire pour l’An XII… rédigé par le secrétaire général de préfecture… Auch, Labat, imprimeur, An XII, p. 192.

7 Solleysel (1617-1680) renouvelle la pratique de la médecine animale ; il publie en 1665 : Le parfait mareschal et se heurte à l’incompréhension des maréchaux-ferrants, hommes frustres, aux connaissances réduites. Il prépare la voie à un véritable enseignement vétérinaire.

8 C. Dralet, op. cit., p. 250.

9 Archives départementales Gers : 7 M 161 : Bourses, trousseaux pour les élèves qui suivent les cours dans les écoles vétérinaires.

10 Annuaires administratifs du département du Gers, années 1813, 1820, 1856, 1896.

11 Archives départementales Gers : 7 M 162 (artistes vétérinaires 1811-1837).

12 Annuaire An XII – Tableau des différents états, professions, métiers, commerce et industrie existants dans le département du Gers.

13 M. Masson, Statistiques de l’arrondissement de Lectoure, Auch, Imp. Roger, 1836, p. 11.

14 Plusieurs circulaires ministérielles tentent d’informer les populations : Archives départementales Gers : 7M 162.
* An 8 : « Le ministre de l’Intérieur informe que des empiriques et des charlatans sous le nom de traiteurs de bœufs, de maréchaux experts ou toute autre dénomination se répandent dans plusieurs départements et abusent de la crédulité des cultivateurs en s’attribuant des connaissances dans l’art de guérir ou se vantant d’être possesseurs de remèdes secrets dont l’application entraîne souvent la perte des bestiaux. »
* 1811 circulaire du ministre contre les charlatans et les empiriques qui se permettent de traiter les animaux malades au détriment des artistes vétérinaires.
* Et encore le 11 septembre 1813, 1836…

15 Archives départementales Gers, 7 M 162. Article 1 de la circulaire du 11 septembre 1813.

16 Archives départementales Gers, 7 M 162. « On ne peut interdire aux propriétaires le droit de confier à qui bon leur semble le traitement de leurs bestiaux… Mais aucune demande en indemnité ne sera étudiée si le dossier n’est pas présenté par un vétérinaire breveté des écoles. »

17 Archives départementales Gers, 7 M 163, vétérinaires gersois entre 1866 et 1882.

18 P. L. Feral, « L’œuvre réformatrice de la Société d’agriculture du Gers dans la première moitié du xixe siècle », Bull. Soc. Arch. du Gers, 1950, p. 131 ; « La Société d’agriculture du Gers sous le Second Empire », Bull. Soc. Arch. du Gers, 1967, p. 75, 323 ; 1968, p. 190 ; « La Société d’encouragement à l’agriculture du Gers de 1882 à 1914 », Bull. Soc. Arch. du Gers, 1970, p. 168.

19 Archives départementales Gers, 6 M 960.

20 Pierre Féral a étudié la vie et le rôle des fermes écoles du Gers : Bull. Soc. Arch. du Gers 1956, p. 107, 275 pour la ferme-école de Bazin ; 1958, p. 5, 224 pour la ferme-école de Larivière ; 1960, p. 5, 248 pour la ferme-école de la Hourre.

21 Mémorial no 5, 1821 Notice sur les bêtes à corne dans le département du Gers et sur les moyens propres à améliorer la race, Laborde, médecin-vétérinaire du département.

22 L’Agriculture dans le Gers, Annales de l’Office agricole régional du Sud-Ouest, 1931, fascicule no 18.

23 Georges Courtès, « Les différents modes d’exploitation de la terre dans l’est du département du Gers au xixe s. », Actes du congrès de Rieumes, Fédération des sociétés savantes Midi-Pyrénées, 1995.

24 Annuaire administratif 1820.

25 Mémorial no 9 sept. 1839.

26 Rapports préfets au Conseil général 1853 p. 17.

27 P. L. Feral, Bull. Soc. Arch. du Gers, 1965 p. 75.

28 Archives départementales Gers, 6 M 964.

29 Archives départementales Gers, 6 M 965.

30 Archives départementales Gers, 6 M 960.

31 C. Dralet, op. cit., p. 228.

32 Rapports. Délibérations du Conseil général, août 1854, p. 127.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search