Version classiqueVersion mobile

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

La propagation des épizooties aux xviiie et xixe siècles : un indicateur des mouvements du cheptel ?

François Vallat

Texte intégral

  • 1 Bernard Garnier, « Foires et marchés fréquentés par les emboucheurs bas-normands (1750-1850) » dan (...)

1L’étude des déplacements du cheptel aux xviiie et xixe siècles a surtout mis à profit jusqu’ici les documents concernant les circuits marchands et l’origine des animaux consommés dans les villes1. Il ne semble pas, en revanche, que la progression des épizooties ait jamais été utilisée. Cette intervention voudrait faire entrevoir les possibilités fournies par ce nouvel angle d’enquête. Elle se limitera à deux périodes, chacune étant marquée par une maladie de l’espèce bovine dont la contagiosité et les symptômes bien affirmés facilitent le repérage dans les archives.

  • 2 François Vallat, « Les épizooties en France de 1700 à 1850. Inventaire clinique chez les bovins et (...)
  • 3 Liste chronologique dans François Vallat, DEA, Caen, 2002, vol. d’annexes : périodiques, p. 33-92  (...)
  • 4 Onésime Delafond, Traité sur la police sanitaire des animaux domestiques, Paris, Béchet, 1838 ; Je (...)

2Les documents imprimés relatifs à notre période suffisent à situer chronologiquement et géographiquement les principales épizooties, au moins dans leurs grandes lignes2. Outre les ouvrages conservés dans le fonds ancien de la Bibliothèque de l’École d’Alfort3, nous utilisons certaines synthèses effectuées au xixe siècle4, publiées à une époque où l’Histoire avait encore son mot à dire en pathologie.

Peste bovine et mouvements du bétail au xviiie siècle

Les régions de prédilection de la maladie en Europe : des centres d’élevage et d’échange ?

  • 5 Beaucoup d’auteurs n’admettent plus, actuellement, que les animaux guéris de Peste bovine puissent (...)
  • 6 Istvan Kiss, « La structure et le rôle de l’élevage bovin dans l’économie nationale et le commerce (...)

3Affection majeure de cette espèce, la peste ou typhus contagieux des bêtes à cornes a fait sa dernière apparition en France en 1871. Elle se transmet essentiellement par contact d’un animal à l’autre. Elle est due à un virus proche de celui de la rougeole humaine, mais les symptômes qu’elle occasionne sont impressionnants. Toutes les muqueuses sont atteintes. Après l’installation d’une conjonctivite, d’érosions buccales et d’une broncho-pneumonie, la muqueuse intestinale est lésée à son tour. Une gastroentérite sévère amène la mort par déshydratation dans 90 % des cas, au moins sur une population neuve. Le bassin de la Caspienne semble avoir été jusqu’au xxe siècle le foyer permanent du mal. C’est là, malheureusement, que s’approvisionnaient les armées slaves et allemandes. Chaque opération militaire vers l’ouest conduisait en pays indemne des bovins plus ou moins infectés et résistants5, utilisés au train des équipages ou comme réserve d’intendance. Insistons cependant sur le rôle prépondérant, dans cette dissémination militaire, de la belle race grise de Hongrie, dite aussi « des steppes », à la taille élevée et aux immenses cornes rectilignes. La Puszta hongroise, lande humide et semi-désertique, permettait un élevage extensif proche de celui que connurent plus tard l’Argentine ou l’Amérique du Nord, de sorte qu’en temps de paix la région exportait annuellement au xviiie siècle cent à deux cent mille bovins vers l’Europe centrale et l’Allemagne6. Cette réserve de viande sur pied servit de relais aux vagues de peste bovine et ce furent toujours les bœufs hongrois qui semèrent la contagion dans le sillage des armées. Rien d’étonnant si la plupart des auteurs crurent, jusqu’aux années 1880, que le typhus des bêtes à cornes naissait spontanément dans cette race, en raison d’une constitution particulière – selon l’hippocrato-galénisme en vigueur – jointe à une exceptionnelle immunité. Une fois la maladie arrivée en Europe occidentale, elle évoluait au gré des déplacements des bovins autochtones d’autant plus vite que les éleveurs prévenus cherchaient à se débarrasser de leur bétail à la moindre mortalité. Instructions et avis officiels insistaient avec complaisance sur les pratiques commerciales des « maquignons » en temps d’épizootie, accélératrices de la contagion.

  • 7 [Claude Bourgelat], Mémoire sur les maladies contagieuses du bétail, Paris, Impr. Royale, 1775, p. (...)

[Des cultivateurs] cherchent à diminuer la somme d’une perte qu’ils regardent comme inévitable en conduisant par des routes secrettes et inconnues […] les animaux pestiférés auxquels il reste encore assez de force pour être transplantés, et en les cédant à vil prix à de coupables mercénaires, aux risques d’inonder des écoulemens de la contagion des pays plus ou moins éloignés et qui auroient peut-être été constamment à l’abri du venin mortel. Très souvent aussi, ces mercénaires, instruits dès les premiers momens du désespoir des habitans malheureux qui en éprouvent les ravages, accourent avidement de toutes parts dans les paroisses infectées, pour induire le peuple à ce commerce illicite et criminel […]7.

  • 8 Delafond, op. cit., p. 151-155, 158-161 ; Reynal, op. cit., p. 257-268 et carte h. t.

4Chaque conflit ramena donc la peste bovine en Europe occidentale comme en 1711-1715, 1742-1748, 1763-1779, 1793-1798, 1814-1815, 1870-1871. L’Angleterre, on s’en doute, n’a été infectée que par le commerce (1711, 1745, 1865). La place manque ici pour détailler le cheminement de chacune de ces épizooties8 ; il montre pourtant qu’après la Puszta, certaines régions devinrent les étapes obligatoires de leur progression, même si elles le furent toujours dans un ordre différent. Il s’agit de trois zones d’élevage prédominantes, sans doute particulièrement ouvertes aux échanges, sortes de « plaques tournantes » commerciales en matière de cheptel bovin (fig. 1) : le Piémont italien et la rive gauche du Pô, la Franche-Comté associée au plateau Suisse et à la Haute-Savoie, et le plat pays regroupant la Picardie, l’Artois, la Flandre, et les Pays-Bas. Certes d’autres contrées regorgeaient de cheptel à la même époque, mais elles n’ont certainement pas entretenu, au vu de ces résultats, un commerce d’animaux aussi intense avec les différents bassins de production bovine.

Figure 1 – Zones de prédilection de la peste bovine au xviiie siècle.
1 : la Puszta hongroise. 2 : le Piémont italien. 3 : Franche-Comté, plateau Suisse, Haute-Savoie. 4 : Picardie, Artois, Flandre, Pays-Bas.

Le commerce dans le Sud-Ouest et l’épizootie de 1774-1775

  • 9 Michel Dronne, Bertin et l’élevage français au xviie siècle, thèse pour le doctorat vétérinaire, A (...)
  • 10 Félix Vicq d’Azyr, doct. régent de la Faculté de médecine de Paris, médecin consult. de Mgr. Le Co (...)

5Si ces indications suggèrent, à l’échelle européenne, l’existence de territoires à la fois exportateurs et importateurs de bétail, une approche du commerce local semble possible lorsque des documents suffisamment nombreux détaillent la contagion à l’échelle d’une région. Le meilleur exemple reste le brutal envahissement – en 7 mois – du Sud-Ouest de la France à compter de mai 1774, pour lequel les sources, même si elles n’ont pas encore fait l’objet d’une étude définitive, semblent très substantielles9. Est-il besoin de préciser que, même dans ce cas, il s’agira toujours d’une documentation lacunaire aux yeux des épidémiologistes modernes habitués aux enquêtes scrupuleusement menées sur le terrain ? Un résumé de l’envahissement du Sud-Ouest nous a été heureusement donné par Félix Vicq d’Azyr. En décembre 1774, envoyé par l’Académie des sciences à la demande de Turgot, il recueillit sur place les renseignements de première main qu’il consigna plus tard dans l’Exposé des moyens curatifs10

L’épizootie cruelle qui dévaste les Provinces méridionales, est venue, suivant le témoignage des personnes les plus dignes de foi, de la Ville de Bayonne, par la voie de la communication. Des bestiaux de la Paroisse de Villefranche [Villefranque] ont conduit une charrette remplie de peaux suspectes à la tannerie d’Asparen [Hasparren. Les peaux restant infectieuses trois jours au plus, ce sont très probablement les animaux attelés, en incubation, qui ont porté la contagion]. Bientôt ils ont été attaqués de la maladie épizootique, qu’ils ont communiquée à ceux des Métairies situées aux environs. Deux Paroisses voisines ont été infectées quelques temps après. […] On conduisit à Saint Martin [St-Martin-d’Arberoue], à la foire de la Saint Jean, un grand nombre de bestiaux infectés. Les Maquignons ajoutèrent au mal déjà fait en vendant également des bestiaux suspects à la foire de Saint Justin. On croit que ces bestiaux venaient de Dax, où la maladie avait pénétré du côté de Bayonne. Le Béarn était déjà infecté par la pointe qui avoisine le pays de Labour [Labourd]. Depuis cette foire, la maladie s’est répandue dans la Chalosse, dans le Marsan, dans le Tursan, dans le Béarn, dans le pays de Sonle [Soule], et le Basque ; de-là elle a gagné les montagnes de basse Navarre, et les différentes vallées qui sont au midi du Béarn. Du Marsan, elle a passé à Gondrin ; de Gondrin à Mont-Réal, à Sos, à Poudenas, qui sont dans le Condomois, à Condom enfin ; de-là à Leitoure [Lectoure], et dans la Loumagne [Lomagne]. Du Béarn, elle a pénétré dans la Bigorre, dans l’Armagnac et dans l’Estarac [Astarac], d’où elle est venue à Toulouse par Gimont et l’isle Gourdain [L’Isle-Jourdain]. Des bestiaux qui avaient été amenés du Condomois par le port Sainte Marie [Port-Sainte-Marie] à la foire de Créon, dans l’entre-deux mers, l’ont portée à Libourne et à Bordeaux. De Libourne enfin, elle s’était avancée en Saintonge et dans le Périgord.

6En dépit des cordons de troupes d’une efficacité trop éphémère et malgré la décision du Parlement de Bordeaux, en septembre, d’interdire l’hivernage traditionnel des troupeaux pyrénéens dans le pays landais, la peste bovine, arrivée certainement par bateau à Bayonne avec des animaux de Flandre ou des Pays-Bas, progressa selon deux directions (fig. 2). L’une, vers le nord, contourna les Landes jusqu’au Condomois puis longea la Garonne pour atteindre Bordeaux en septembre ; l’autre, après la dévastation du pays de Labourd et la pénétration successive des vallées pyrénéennes – d’où s’infecta l’Espagne –, s’établit en juillet sur le plateau de Lannemezan. Cette région appartenait à la fois au bassin d’approvisionnement de Toulouse et à celui des provinces de Guyenne et de Gascogne. La maladie descendit dès le mois d’août vers Auch, en suivant le Gers, avant même le retour des bêtes d’estive, propagée sans doute par les attelages ou par des transactions indélicates. En octobre, à partir d’Auch, Toulouse et ses environs étaient infectés. Il est à remarquer que le chemin le plus direct de Lannemezan vers Toulouse, celui de la haute vallée de la Garonne, n’a pas été emprunté. Des témoins rapportent que des bœufs contaminés du Condomois seraient également arrivés à Auch en août, de sorte que le contact entre les populations bovines du Sud-Ouest et celles du Languedoc aurait eu lieu non seulement au sud par Lannemezan et la Bigorre, mais aussi, au nord, par le Condomois.

Figure 2 – L’épizootie de 1774 dans le Sud-Ouest

7Évidemment, il n’est ici question que du front de l’épizootie ; derrière lui, la contagion s’exacerbait par endroits et finissait par s’épuiser pour renaître dans les poches de résistance encore indemnes. Mais seule la progression initiale peut renseigner utilement sur le déplacement des bestiaux et l’idée qu’elle en donne devrait être assez fidèle, puisque les mesures de police ne semblent pas avoir notablement freiné le commerce. D’ailleurs les contemporains ont insisté avec raison sur le rôle, dans l’extension de l’épizootie, d’un certain nombre de foires, échelonnées sur le trajet évoqué ici, et que le pouvoir, attentiste, n’avait pu ou voulu interdire : Saint-Martin-d’Arberoue, Saint-Justin (en Armagnac), Gondrin et, près de Bordeaux, Créon et Saint-Médard.

8La vitesse moyenne de la progression mérite d’être évaluée suivant les régions. La remontée de Bayonne au plateau de Lannemezan se fait en soixante à quatre-vingt-dix km par mois ; la descente, suivant la Garonne, de Port-Sainte-Marie à Bordeaux, progresse environ deux fois plus vite, soit de quatre-vingt-dix à cent vingt kilomètres par mois, alors que d’Auch à Toulouse, la maladie ne gagne qu’une trentaine de km dans le même temps. On est tenté d’estimer l’avancée de l’épizootie en utilisant les données actuelles pour en comparer le résultat aux chiffres précédents. La peste bovine a un temps d’incubation de 4 à 7 jours, et elle se transmet presque immédiatement d’un malade aux individus sains. En supposant une mobilité maximale, on pourrait imaginer que le mal ait été propagé par des animaux en incubation, contagieux dès leur arrivée dans un lieu indemne, comme les bœufs attelés de Villefranque auxquels fait allusion Vicq d’Azyr. Sur place, les premiers symptômes éclataient une semaine plus tard dans le troupeau, et on s’empressait de vendre les bêtes cliniquement saines, sans doute en incubation, à dix ou vingt kilomètres tout au plus, distance que parcourent ordinairement les bovins en une journée. En un mois, le scénario pouvait se renouveler quatre fois. L’avancée de la maladie se serait donc située entre quarante et quatre-vingt kilomètres par mois, évaluation compatible avec les données recueillies. Seule la propagation de l’épizootie dans la vallée de la Garonne s’avère supérieure. Faut-il y voir le signe d’un commerce plus rapide, d’une exposition plus dangereuse des troupeaux mélangés dans leur marche vers Bordeaux, ou bien embarquait-on le bétail sur des barges pour lui faire descendre plus vite le fleuve ?

  • 11 Louis Furcy Grognier, Précis d’un cours de multiplication et de perfectionnement des principaux an (...)

9L’épizootie terminée, des bovins d’Auvergne et du Quercy furent introduits « le long des Pyrénées » et l’on reconnaissait encore, sous la Monarchie de Juillet, trois populations distinctes, issues de cette importation11. Au demeurant, une constatation s’impose, celle d’un relatif isolement du Sud-Ouest en matière de commerce de bovins. Hormis des transactions avec l’Espagne, la zone d’échange s’arrête à Toulouse et à la Dordogne à l’Est, et, au Nord, à la Saintonge. Et si la maladie s’éteint dans cette partie de la France en deux ans d’intense contagion, c’est la confirmation qu’il s’agit alors d’un territoire clos, presque insulaire. Les incursions de peste bovine en Angleterre ont connu un profil épidémiologique analogue, avec une forte intensité et une durée courte, même si cette brièveté s’explique en partie par l’efficacité de la lutte menée par le pouvoir. L’opposition avec les espaces ouverts que représentaient la Hollande et les Flandres n’a pas a être soulignée : la maladie s’y est maintenue treize ans, de 1766 à 1779, sous la forme enzoo-épizootique, sans aucun doute en raison d’une mobilité et d’un renouvellement du cheptel importants.

La péripneumonie contagieuse bovine et la généralisation du déplacement à moyenne et longue distance des animaux à l’engrais au xixe siècle

  • 12 Jean Claude Adrien Helvetius, conseiller d’État, premier médecin de la Reine, inspecteur général d (...)

10La péripneumonie contagieuse bovine a disparu de France depuis près d’un siècle, éradiquée par les abattages systématiques. Il s’agissait d’une maladie localisée au seul poumon et causée par un mycoplasme, germe fragile dans le milieu extérieur. Les animaux ne la contractaient qu’en respirant l’aérosol expiré par les malades ; aussi l’infection, moins facile que pour la peste bovine, nécessitait-elle une cohabitation étroite et prolongée, comme dans les stabulations hivernales et dans les parcs où l’on serrait la nuit les bêtes en alpage. La dissémination de la péripneumonie disposait cependant d’un atout majeur : une bête apparemment guérie restait susceptible de rechutes dangereuses pour son entourage. Malgré ce qu’avancent les traités classiques, la contagion n’est attestée nulle part en France, au xviiie siècle, ailleurs qu’en Franche-Comté12. Le fait qu’elle ait quitté ce foyer initial à partir de la Révolution indique qu’auparavant on n’exportait guère les animaux de la région que pour être abattus, sans leur donner l’occasion de contaminer les troupeaux des provinces voisines. Cela s’inscrit, il faut en convenir, en contradiction avec les conclusions précédentes. Supposons simplement que le Jura ait peu exporté pour l’embouche. Quoi qu’il en soit, à compter de 1790, des épizooties localisées s’allumèrent en Bourgogne et en Champagne, mais le mal ne s’étendit vraiment que dans les années 1820, d’une part dans les pays de montagne favorables au germe qui pouvait y profiter du renfermement des étables ; d’autre part, chez les nourrisseurs du Nord pratiquant l’engraissement des bœufs dans des locaux dont l’atmosphère était aussi confinée toute l’année que, l’hiver, dans les fermes montagnardes (fig. 3).

  • 13 Fodéré, Journ. de méd. vétér. théorique et pratique, 1843, p. 303-320.
  • 14 Mathieu, Recueil de méd. vétér., 1838, p. 63.
  • 15 Tisserant, Journ. de méd. vétér. (Lyon), 1849, p. 547-549.

11Les élevages d’altitude qui eurent à souffrir de la péripneumonie se sont cantonnés aux Vosges et au Massif Central. Après la plaine d’Alsace (Wissembourg13), contaminée à partir d’une autre source – peut-être le duché de Bade –, les Vosges furent atteintes en 183714. Quant à l’Auvergne, ce sont les bœufs utilisés au remorquage des bateaux sur le Rhône qui furent l’origine de son infection dès 182015. Ces bœufs, provenant de Franche-Comté, du Dauphiné et de l’Auvergne elle-même, passaient l’hiver en Ardèche, où le fourrage était à bas prix, soit pour y être engraissés, soit pour y attendre économiquement la reprise des travaux. De là, le commerce local et la promiscuité des estives se chargèrent de répandre lentement le mal dans le Puy-de-Dôme, à partir de 1822, puis dans le Cantal, la Lozère et l’Aveyron, au cours des années 1840.

  • 16 Philibert Chabert, « De la péripneumonie ou affection gangréneuse du poumon, qui règne dans le pri (...)
  • 17 Chabert, Flandrin, Huzard, ibid, t. 1, 4e éd., 1809, p. 399.
  • 18 Taiche, Mémoire sur la pleuro-pneumonique [sic] enzootique observée à diverses époques sur les bêt (...)
  • 19 Gaullet, Recueil de méd. vétér., 1838, p. 120.
  • 20 Entre Lodi et Plaisance. Pierre-Benjamin Gellé, Pathologie bovine ou traité complet des maladies d (...)

12L’extension de la péripneumonie aux régions de plaine a débuté avec les déplacements des bestiaux pour les besoins des armées de la République et surtout avec les grands mouvements favorisés par la suppression des entraves commerciales, à tel point que Philibert Chabert, contrôleur général des École vétérinaires, dut consacrer à la maladie un mémoire qui fut distribué au printemps de 179516. Elle évolua sous la forme enzootique car on ne signala que des épizooties ponctuelles, par exemple dans l’Yonne (Avrolles, près de Saint-Florentin, 179017), dans la Nièvre (Decize, 181318) et dans l’Aube (Bligny, 181819). Mais le plus grave survint en 1822, lorsque les nourrisseurs du département du Nord entreprirent d’importer chaque année des bœufs comtois à engraisser, spécialement pour mettre à profit les sous-produits des sucreries et des distilleries. L’envahissement complet de la grande région d’élevage mentionnée plus haut, allant de l’Artois aux Pays-Bas, survint en une vingtaine d’année. En 1840, à son tour, le pays d’Auge déplorait ses premiers cas. Notons que, pendant ce temps, en Italie, la plaine du Pô était infectée dès 181820.

Figure 3 – Progression de la péripneumonie contagieuse bovine de 1790 à 1845

  • 21 Henri Bouley, « Rapport général de la mission scientifique instituée par le ministère de l’Agricul (...)

13La carte des départements touchés en 185221 (fig. 4) montre que l’extension en tache d’huile a lentement continué, avec toutefois un foyer supplémentaire, centré sur le Maine-et-Loire. En plus de la répartition rurale qui rend compte, dans ces régions, du lent commerce de bestiaux d’engrais, l’infection règne désormais au pourtour des villes comme Paris, Lyon et même Toulouse. Elle témoigne d’un phénomène bien connu : l’afflux d’animaux fatigués par la route vers les pâturages suburbains où ils doivent se refaire, avant leur vente dans les boucheries de l’agglomération.

Figure 4 – Départements atteints de péripneumonie contagieuse bovine en 1852

  • 22 Grognier, ibid., p. 90. Un siècle plus tôt, la provenance des animaux y était bien plus diversifié (...)
  • 23 Grognier, ibid., p. 88.

14On notera que des zones d’élevage majeures sont épargnées comme la Basse-Normandie, l’Ouest breton, la Vienne, soit qu’elles accueillent peu de bovins de l’extérieur, comme le Cotentin et le Finistère, soit que l’importation de malades n’ait pas encore eu lieu, comme dans le Pays d’Auge bien qu’à cette époque, on y fasse venir les bœufs à engraisser de race cholette du Poitou déjà infecté22. Mais la principale raison de ces exceptions tient au mode d’élevage. Dans ces pays, les animaux ne sont pas gardés à l’étable, de sorte qu’ils ne rencontrent pas les conditions propices à la contagion. Quant au Sud-Ouest, son isolement perdure, hormis les achats de bœufs de labour venant du Quercy et de l’Auvergne23, possible origine des cas de Dordogne et de Haute-Garonne.

***

15Après un aperçu aussi rapide, la marche des épizooties semblera peut être ne fournir que des indications générales ou au contraire anecdotiques sur les mouvements du bétail. Cependant cette source d’information devrait, au prix d’une discussion à laquelle nous n’avons pu nous livrer ici, corroborer, voire infirmer certaines données obtenues par d’autres voies. Les facteurs de migration du cheptel, à courte ou à longue distance, sont assurément nombreux et leurs conséquences inextricables. D’abord, seuls les bovins « de surplus », échappant à l’autoconsommation ou au marché local, étaient appelés à voyager, et leur nombre a varié dans le temps, en particulier avec l’augmentation progressive, dès le xviiie siècle, de la consommation de viande. Outre le regroupement des bêtes en convois parfois très importants en direction des villes, ce sont les circuits commerciaux des bovins d’embouche et de travail qui, en dehors des guerres, ont certainement propagé le plus les maladies contagieuses de cette espèce. Le détail des déplacements, déjà bien défini pour certaines époques et dans des régions entières, n’est pas encore connu en totalité et ne le sera probablement jamais tout à fait, même en se limitant à l’époque moderne. En bref, nous laisserons le lecteur apprécier si le type d’enquête proposé ici pourra se faire une place auprès de sources plus traditionnelles.

Notes

1 Bernard Garnier, « Foires et marchés fréquentés par les emboucheurs bas-normands (1750-1850) » dans Foires et marchés dans les campagnes de l’Europe médiévale et moderne, Flaran, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 1996, p. 233-250 ; Bernard Garnier, « Des bœufs pour Paris. Commercialisation et élevage en Basse-Normandie (1700-1900) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 106, 1999, no 1, p. 101-120 ; Jean-Marc Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime ( xvie-xviiie siècles), Paris, Sedes, 1999, p. 63-73 ; Reynald Abad, Le grand marché. L’approvisionnement alimentaire de Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Fayard, p. 123-142.

2 François Vallat, « Les épizooties en France de 1700 à 1850. Inventaire clinique chez les bovins et les ovins », Histoire et Sociétés Rurales, no 15, 1er semestre 2001, p. 67-104.

3 Liste chronologique dans François Vallat, DEA, Caen, 2002, vol. d’annexes : périodiques, p. 33-92 ; ouvrages imprimés, p. 93-112. Consultable sur <francoisvallat-epizooties.com>

4 Onésime Delafond, Traité sur la police sanitaire des animaux domestiques, Paris, Béchet, 1838 ; Jean Reynal, Traité de la Police sanitaire des animaux domestiques, Paris, Asselin, 1873 ; George Fleming, Animal plagues : their history, nature, and prevention, t. 1, London, Chapman and Hall, 1871, t. 2 (from A.D. 1800 to 1844), London, Baillière, Tindall and Cox, 1882.

5 Beaucoup d’auteurs n’admettent plus, actuellement, que les animaux guéris de Peste bovine puissent excréter encore le virus. Cependant les documents anciens montrent que tel était certainement le cas des bœufs hongrois.

6 Istvan Kiss, « La structure et le rôle de l’élevage bovin dans l’économie nationale et le commerce extérieur hongrois », dans L’élevage et la vie pastorale dans les montagnes de l’Europe au Moyen Âge et à l’Époque Moderne, Clermont-Ferrand, Publications de l’Institut d’études rurales, xvii, 1984, p. 27-35.

7 [Claude Bourgelat], Mémoire sur les maladies contagieuses du bétail, Paris, Impr. Royale, 1775, p. 9-10.

8 Delafond, op. cit., p. 151-155, 158-161 ; Reynal, op. cit., p. 257-268 et carte h. t.

9 Michel Dronne, Bertin et l’élevage français au xviie siècle, thèse pour le doctorat vétérinaire, Alfort, Au Manuscrit, 1965, p. 145-154 ; Christian Desplat, « Institutions et réalités pastorales dans les Pyrénées occidentales françaises à l’époque moderne », dans L’élevage et la vie pastorale dans les montagnes de l’Europe au Moyen Âge et à l’Époque Moderne, op. cit., p. 305-324, p. 320 ; Cécile Cavrot, La participation d’un académicien, F. Vicq d’Azyr, à la résolution de l’épizootie de 1774, thèse pour le doctorat vétérinaire, Nantes, 1999, p. 55-57.

10 Félix Vicq d’Azyr, doct. régent de la Faculté de médecine de Paris, médecin consult. de Mgr. Le Comte d’Artois ; de l’Acad. Royale des sciences, professeur d’anatomie humaine et comparée, Commissaire-Général pour les épidémies, et premier correspondant avec les médecins du Royaume, Exposé des moyens curatifs et préservatifs qui peuvent être employés contre les maladies pestilentielles des bêtes à cornes, divisé en trois parties. La première contient les moyens curatifs. On y compare les maladies des hommes avec celles des bestiaux. La seconde renferme les moyens préservatifs. La troisième comprend les ordres émanés du Gouvernement […] Paris, Mérigot l’aîné, 1776, p. 8-9. Consultable sur <bium.univ-paris5.fr/histmed/medical/alfort.htm>

11 Louis Furcy Grognier, Précis d’un cours de multiplication et de perfectionnement des principaux animaux domestiques, P., Mme Huzard, Lyon, l’auteur, Babeuf, Barret, 1834, p. 88.

12 Jean Claude Adrien Helvetius, conseiller d’État, premier médecin de la Reine, inspecteur général des hôpitaux militaires, Docteur régent de la Faculté de Paris, et associé vétéran de l’Académie royale des sciences, Instructions sur la manière dont on doit traitter les bœufs et vaches attaqués des maladies épidémiques qui regnent dans plusieurs provinces de France, et sur tout en Franche-Comté, Grenoble, André Faure, 1744.

13 Fodéré, Journ. de méd. vétér. théorique et pratique, 1843, p. 303-320.

14 Mathieu, Recueil de méd. vétér., 1838, p. 63.

15 Tisserant, Journ. de méd. vétér. (Lyon), 1849, p. 547-549.

16 Philibert Chabert, « De la péripneumonie ou affection gangréneuse du poumon, qui règne dans le printemps sur les bêtes à cornes », dans Chabert, Flandrin, Huzard, Instructions et observations sur les maladies des animaux domestiques, P., Huzard, t. 4, 3e éd., 1812, p. 138-158. [p. 138 : « Le Conseil exécutif provisoire de l’an II, informé des ravages annuels de cette maladie, a ordonné que ce mémoire serait imprimé séparément par l’Imprimerie Nationale en une feuille in-8o, et qu’il en serait répandu une quantité suffisante d’exemplaires dans tous les départements au printemps prochain […]. »o

17 Chabert, Flandrin, Huzard, ibid, t. 1, 4e éd., 1809, p. 399.

18 Taiche, Mémoire sur la pleuro-pneumonique [sic] enzootique observée à diverses époques sur les bêtes bovines de plusieurs communes du département de la Nièvre, Nevers, Duclos, 1838.

19 Gaullet, Recueil de méd. vétér., 1838, p. 120.

20 Entre Lodi et Plaisance. Pierre-Benjamin Gellé, Pathologie bovine ou traité complet des maladies du bœuf, P., Bouchard-Huzard, Lyon, Ayné, Toulouse, l’auteur, 1840, t. 2, p. 581.

21 Henri Bouley, « Rapport général de la mission scientifique instituée par le ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, pour l’étude de la péripneumonie épizootique du gros bétail (1852) », dans Jean Cruzel, Traité des maladies de l’espèce bovine, Paris, P. Asselin, 1869, p. 249.

22 Grognier, ibid., p. 90. Un siècle plus tôt, la provenance des animaux y était bien plus diversifiée : Garnier, 1999, ibid., p. 104-106.

23 Grognier, ibid., p. 88.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Zones de prédilection de la peste bovine au xviiie siècle.1 : la Puszta hongroise. 2 : le Piémont italien. 3 : Franche-Comté, plateau Suisse, Haute-Savoie. 4 : Picardie, Artois, Flandre, Pays-Bas.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende Figure 2 – L’épizootie de 1774 dans le Sud-Ouest
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Figure 3 – Progression de la péripneumonie contagieuse bovine de 1790 à 1845
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8533/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Figure 4 – Départements atteints de péripneumonie contagieuse bovine en 1852
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8533/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 117k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search