Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

Quand les animaux meurent, les hommes sont malades (l’épizootie de 1774-1776 dans les Pyrénées occidentales)

Christian Desplat

Texte intégral

  • 1 P.J. Le Roux, t. II, p. 181, cité par Le Roux de Lincy, Le livre des proverbes français, rééd. Pari (...)

« Souvent les bêtes montrent à vivre aux hommes. »
« Aulhe entecade – Loenh de laulhade1. »

  • 2 Mgr. M.A. de Noé, évêque de Lescar, Œuvres, Paris, 1818, p. 137.
  • 3 Claude Bourgelat, Des maladies des animaux considérés en général (ms. 1772), cité par Ph. Chabert, (...)

« La contagion, comme un vaste incendie a parcouru nos plaines, ravagé nos coteaux et semblable à un déluge universel a couvert la cime de nos plus hautes montagnes2. »
« Il suffit d’avoir parcouru les campagnes à l’effet de porter secours aux bestiaux malades, pour juger de l’espèce de barbarie dans laquelle est encore plongé le plus grand nombre des cultivateurs et des possesseurs de ces mêmes bestiaux […] et ceux dans l’esprit desquels la démonomanie est fortement enracinée ont garde de soumettre les malades au moindre traitement parce qu’ils n’ont aucune ressource contre la puissance invincible du mal
3. »

  • 4 Je ne reviens pas ici, ni sur le bilan, ni sur la question de l’endettement consécutif à la crise ; (...)

1Chacun à sa manière et avec des prémices différentes, sinon opposées, le proverbe, le dolorisme banal d’un évêque, les lumières d’un grand vétérinaire, aboutissent à la même conclusion : quand les animaux meurent, les hommes sont malades. La perte de ceux qui étaient souvent bien davantage qu’une source de revenus et d’indispensables compagnons de labeur, détraquait les nerfs des hommes, provoquait des crises psychologiques, des désordres sociaux, comparables à ceux d’une « peste ». L’épizootie de 1774-1776 fut loin d’être un accident isolé, mais, par son ampleur, elle toucha la moitié méridionale du royaume, et surtout par l’abondance et la qualité de sa documentation, elle offre des conditions très favorables à une analyse de psychologie collective, dans le contexte de la relation homme-animal4. Pour comprendre la nature du traumatisme dans les pays pyrénéens, il importe d’écarter quelques idées reçues et fausses.

  • 5 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1320. Ces « dots », toujours féminines étaient qualifiées de joyes ou d (...)

2Comme ailleurs, l’élevage des « bêtes à cornes », celui des bovins, était ici l’auxiliaire indispensable de l’agriculture et de l’activité économique en général ; c’était le cas sur les hautes terres béarnaises, le Vic-Bilh viticole ou dans les vallées fluviales. Mais dans les secteurs montagnards, l’élevage des bovins représentait plus que cela ; les grandes vallées souffraient d’un déficit alimentaire structurel. L’élevage y était devenu une spéculation et le fondement d’une économie d’échanges. À plusieurs reprises, les États de Béarn s’en firent l’écho ; l’élevage : « Est le principal objet de revenu et la base du commerce. » Observateurs avertis, les députés, qui n’ignoraient pas la devise de la vallée d’Ossau, « Biba la baca » !, concluaient leur Mémoire du 30 juillet 1775 en décrivant des montagnards éleveurs-sentimentaux : « Il n’y a presque pas de contrats de mariage où l’on ne trouve quelques têtes de bétail5. »

  • 6 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1537.
  • 7 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4957, fo 80. Seule une enquête systématique dans les fonds communaux pe (...)

3Un dernier paramètre, qui justifie la comparaison avec le traumatisme des pestes doit être pris en compte : le caractère répétitif et cumulatif des épizooties. Des alertes sérieuses avaient eu lieu en 1721 et 1723 ; en 1769, le Bordelais fut touché. Les États de Navarre s’inquiétèrent aussitôt des conséquences des dispositions sanitaires du Parlement : « Tout le monde se ressent de la cherté excessive des bestiaux, portée au point qu’il sera impossible de s’en procurer pour la culture des héritages. Que la source de ce mal provient de l’exécution d’un arrêt rendu le 27 avril dernier au Parlement de Bordeaux, suivant lequel l’extraction du bétail n’est point permise6. » Entre 1769 et 1782, plusieurs « pestes » locales sévirent dans le piémont pyrénéen ; la catastrophe de 1774 ne prit donc pas les autorités locales au dépourvu. En 1772, les États et le Parlement de Navarre avaient mis en œuvre les mesures habituelles : prophylaxie par l’isolement et, en dernier recours, abattage. L’alerte de 1772 avait été sévère ; fin juillet, tout le bétail était menacé, « veaux, cochons, et notamment les bœufs où elle fait un ravage aussi prompt qu’étendu7 ». Ces crises cumulées eurent un double effet : elles démontrèrent, ce n’était pas nouveau, l’inutilité des mesures préventives ; elles révélèrent l’absence d’un corps médical spécialisé. Mais, plus grave, elles fragilisèrent les troupeaux et réveillèrent une peur latente, du même ordre que celles que déclenchaient les famines et les « pestes ». L’épisode de 1772 fut ainsi une répétition de celui de 1774 ; le Parlement de Navarre fut alors le principal organisateur de la lutte. Il diligenta des commissaires, pour « connaître l’état naturel des choses » ; la Cour mit ensuite en œuvre un arsenal de dispositions éprouvées et peu efficaces : les unes répressives, fermetures des marchés, interdiction de circuler, les autres prophylactiques, l’isolement du bétail contaminé dans des « quartiers » et l’enfouissement des bêtes mortes, « de suite dans des lieux éloignés des villages, dans des fosses de cinq pieds ».

  • 8 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4957, fo 84.

4Les variations brutales des prix des céréales, la paralysie des échanges, rendaient ces mesures inapplicables ; entre mourir de faim ou risquer la contamination, la population avait fait son choix. La vente du lait, « à l’exception de celui de chèvre » fut interdite ainsi que celle de la viande sur les marchés de Pau et d’Oloron. Mais, dans un climat de panique, les interdits étaient transgressés et chacun luttait pour sa survie. À Pau, le 23 juillet, un bœuf malade avait été « coupé en morceau et jetté dans la rivière […] diverses personnes ont été chercher dans l’eau des quartiers dudit bœuf et l’ont débitté dans les maisons de la Basse-Ville8 ». L’épizootie aggravait le clivage alimentaire et social entre la Haute-Ville, siège des boucheries où se débitaient bœufs et moutons et celles de la Basse-Ville, réduites à vendre de la vache et de la bourègne (brebis hors d’âge).

  • 9 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4970, fo 46.

5Les Pyrénéens ne disposaient d’aucune arme nouvelle lorsque la crise de 1774 les frappa ; elle commença à se répandre en août, à partir des ports du Golfe de Gascogne. Sa progression fut foudroyante ; elle ne toucha que les bovins et fut aussitôt identifiée. La « contagion meurtrière » cessa ses ravages dans le ressort du Parlement de Navarre à la fin du printemps 1775, mais quelques foyers résiduels subsistèrent jusqu’en 1776 ; un commissaire des États de Béarn dressa ce bilan accablant : « La maladie cessa n’ayant plus où entreprendre ! » Dès le mois de janvier, le Parlement s’était rendu à l’évidence : aucune des mesures traditionnelles n’avait pu endiguer le mal. Le fléau dépassait tout ce que, « de mémoire connue », Basques et Béarnais avaient subi : « La maladie continuant, ses progrès laissent peu de lieux où elle ne pénètre […] presque toutes les communautés peuvent être présumées en contenir le germe9. »

6Pour le seul Béarn et sur la base des dénombrements des communautés et des États, le bilan était catastrophique : sur 126 862 bovins, 110 966 avaient péri, soit 87,4 %. Les pertes étaient évaluées à 4 826 445 livres. Numériquement le troupeau le plus touché, parce que le plus nombreux, était celui des agriculteurs des coteaux et des ribeyres ; mais, en valeur, celui des montagnes, beaucoup moins nombreux, représentait plus de la moitié de l’évaluation des États. Toute la vie économique était paralysée : les agriculteurs privés de force de travail, de transport et d’engrais, l’économie de marché des montagnards ruinée.

7Survenant à un moment où les autorités, tant locales que centrales, mettaient au point des instruments de travail et de mesure inédits, le traumatisme de la crise 1774-1776 est le premier dont on puisse reconnaître les manifestations. En même temps, il survint lorsque les progrès scientifiques, l’idéologie des Lumières, favorisaient l’émergence d’un appareil préventif et curatif jusque-là inconnu.

La « contagion » : « une peine médicinale » ?

  • 10 Bossuet, Premier sermon, édition Lebarc, t. II, p. 145-147.
  • 11 Bossuet, Discours sur l’histoire universelle, 3e Partie, Ch. VIII, p. 381-384, Paris, éd. 1860.
  • 12 Ce processus de pensée repentante n’était pas nouveau et se perpétua ; il suffit de relire E. Renan (...)

8« Et Yaweh envoya une peste en Israël depuis le matin de ce jour jusqu’au temps fixé ; et il mourut, de Dan à Bersabée, soixante-dix mille hommes parmi le peuple » (II. Sam. XXIV. 15). Si le Dieu de David avait puni son peuple de son orgueil, pourquoi le Dieu de la nouvelle alliance n’aurait-il pas à son tour châtié le sien pour ses péchés ? Le traumatisme des populations d’Ancien Régime a souvent été attribué à une pastorale « terroriste ». Bossuet est souvent présenté comme le porte-parole, inspiré et terrible, de ce « dolorisme » ; mais Bossuet fait entendre plusieurs voix. Celle du Premier sermon sur la Providence, prêche en effet l’affliction-médecine10 ; mais au terme de son Discours sur l’histoire universelle, il conclut que ce ne sont pas « les causes secondes qui font et défont les empires11 ». À ceux qui soutiennent la thèse d’un catholicisme post-tridentin « terroriste », il n’est pas inutile de rappeler que les thèses de Baïus (1567), de Quesnel (1713), avaient toutes été condamnées par l’Église. Lorsque, sous la Restauration, les œuvres du dernier évêque de Lescar furent publiées, l’auteur de la préface se situait dans une perspective « revancharde » qui prenait à son compte les propositions « terroristes » : le Dieu-vengeur, « deus ridens » de 1774, aurait, par anticipation, condamné la Révolution12.

  • 13 Ce texte est l’exemple d’une lecture abusive de l’Ancien Testament (voir Ex., XXV. 25 ; Deut. XXVII (...)

9À la calamité provoquée par quelques égarés, ce préfacier opposait un peuple chrétien, uni derrière ses maîtres légitimes, son roi, son Dieu et ses États de Béarn assemblés : « Là, vous auriez vu le peuple également représenté, la noblesse attachée à la plèbe, la législation confiée à deux chambres (sic) ; dans l’une les grands possesseurs de fiefs, dans l’autre les représentants des communes, tous propriétaires des lois, résultat sacré de leurs résolutions unanimes, sanctionnées par le monarque, qui prononçait souverainement en cas de partage, et quand tous les moyens de conciliation étaient épuisés. Avec une pareille constitution, avec de pareils administrateurs, le Béarn ne pouvait qu’être heureux ! […] On eut dit que l’ombre protectrice du bon Henri veillait autour de son berceau. » Mais ce bonheur avait été anéanti : « Un fléau plus terrible que la grêle et la foudre va faire expier aux trop heureux Béarnais leur longue prospérité. Tout à coup, le ciel est devenu d’airain, le sein de la terre se dessèche ; le vent du midi, portant la contagion sur ses ailes, a promené son vol dévastateur dans toutes les provinces voisines, et se fixant sur les fertiles campagnes arrosées par le gave, il vient d’y souffler la peste et la mort. » Conclusion de ce préfacier : « La calamité qu’il déplore (Mgr. de Noé), est une expiation pour les coupables et une épreuve pour les justes13. »

10Tout est dit dans ce texte au ton très « ultra », mais au fait de la réalité de l’économie rurale pyrénéenne : le mythe du For, « Constitution », celui de la représentativité des États, de la concordia ordinum. Il exprimait parfaitement les sentiments du courant néo-foraliste, répandus dans les milieux parlementaires palois et la noblesse basco-béarnaise. Mais, tout ce que nous disent les événements de 1788 en Béarn, les cahiers de doléances, dément cette acceptation sans réserve et surtout très excessive du principe paulinien.

La « besiau » face à la crise

  • 14 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1316.

11En apparence, les communautés rurales adhérèrent à cette lecture doloriste ; mais en réalité, cette interprétation fut exceptionnelle : elle émanait des très rares villages épargnés par l’épizootie, en vallée de Barétous, la plus isolée du Béarn. Ces « miraculés » ne ménagèrent pas l’expression de leur gratitude à l’égard des puissances protectrices, célestes et terrestres. Esquiule choisit la sobriété : « Grâce à Dieu la maladie n’a pas été connue dans la paroisse depuis plus de six mois » ; à Issor, où aucune bête ne périt : « La maladie épizootique n’a heureusement pas pénétré sur le bétail à cornes, de quoi on doit remercier le bon Dieu et le prier pour la conservation de nos supérieurs qui ont eu la bonté de s’occuper pour la santé et préservation de ce funeste fléau14. »

  • 15 Voir l’enquête de Mgr. Gain de Montagnac, évêque de Tarbes, en 1783 ; Bib. mun. de Tarbes, ms. 59 à (...)
  • 16 « Oremus : Deus qui laboribus hominum, etiam de mutis animalibus solatia subrogati, supplices te ro (...)
  • 17 Voir Dictionnaire théologique portatif, Paris, 1758, p. 187 : « On exorcise aussi les créatures ina (...)
  • 18 Rituel, op. cit., p. 416.
  • 19 Voir V. Dubarat, Bréviaire de Lescar de 1541, Pau-Paris, 1891, p. CXXIX. Cette bénédiction était en (...)

12À cette réaction à la fois naturelle et conforme à la tradition, rôle des intercesseurs et des rapports de tutelle, s’oppose celle des communautés ravagées. Dans le dernier tiers du siècle, les paroisses pyrénéennes sollicitaient encore fréquemment le clergé pour obtenir des bénédictions, des processions du Saint Sacrement, en particulier pour se protéger des accidents climatiques15. Entre 1774 et 1776, on ne trouve trace d’aucune requête communautaire dans ce sens ; en dehors des « superstitions » condamnées par l’Église, les recours orthodoxes ne faisaient cependant pas défaut. Comme tous les Rituels de la province ecclésiastique d’Auch, celui d’Oloron contenait de nombreuses dispositions protectrices : bénédiction des champs pour en chasser les sauterelles, chenilles et autres « animaux qui gâtent les biens de la terre » ; « Bénédiction des animaux quand ils ont la peste ou autre maladie contagieuse16. » Le Rituel d’Oloron ne prévoyait pas d’exorciser les animaux, encore que cette pratique fut admise17. En revanche, les processions des Rogations et de la fête de Saint Marc étaient recommandées pour, « remercier Dieu en qui par semblables prières délivra autrefois les peuples de plusieurs malheurs […] et pour lui demander qu’il bénisse et conserve les biens de la terre18. » Le Rituel autorisait enfin les prières pour détourner les orages, demander la pluie et « pour le temps de mortalité ou de peste […] pour une affliction publique ». Dans le diocèse d’Oloron, où se trouvaient les grandes vallées pastorales d’Ossau, d’Aspe et de Barétous, le 16 août, fête de Saint Roch était férié : les bergers assistaient à une messe matinale suivie d’une bénédiction de leur bétail devant l’église paroissiale19.

  • 20 Mgr. Berger de Charancy, Instructions générales en forme de catéchisme, Toulouse, 1748, p. 590-591. (...)

13L’Église romaine, si prompte à pourchasser la « superstition » au Siècle des Lumières, fit preuve dans ce domaine d’une grande fidélité à la tradition. Les catéchismes pyrénéens, presque tous inspirés de celui de l’évêque de Montpellier, Mgr. Berger de Charancy, admettaient la légitimité des exorcismes et des bénédictions : l’Église exorcise également les personnes et les lieux, « toutes les autres créatures. L’Église bénit tout ce qui se mange et qui se boit […] la permission de l’évêque n’est pas nécessaire ». Enfin, lors des processions, l’usage de l’eau bénite était autorisé, « autour des campagnes pour demander au Seigneur de bénir les biens de la terre20 ».

  • 21 Les conclusions de C. Ginzburg sur la permanence de l’héritage antique, chamanique en particulier, (...)

14Dans le temps où sévissait la « maladie contagieuse », les bergers engageaient des « chasseurs de grêle », faisaient construire à grands frais des chapelles et entretenaient des chapelains pour éloigner les orages de grêle et les tempêtes. Face à l’épizootie, le comportement de la besiau semble atypique, hors normes de son univers mental reconnu. La catastrophe de 1774 ne suscita ni procession, ni pèlerinage, ni vœu d’édification d’un autel ou d’une chapelle. Il n’est pas exclu que la brutalité exceptionnelle de la crise ait découragée le recours aux intercesseurs traditionnels ; mais rien ne permet de valider cette hypothèse. Discerner dans l’attitude de la besiau un signe de laïcisation de la société, ou bien de déchristianisation, paraît également très peu probable. Reste que le rapport des Pyrénéens à l’épizootie peut éclairer un aspect singulier de leur relation avec le sacré et le surnaturel. Pourquoi admettaient-ils, en d’autres circonstances, les malheurs qui les frappaient comme des « peines médicinales », ou « satisfactoires », ou encore « vindicatives » ? Pourquoi ce peuple chrétien semble-t-il avoir écarté l’idée d’un châtiment prononcé par un Dieu vindicatif et, par voie de conséquence, refusé d’assumer une culpabilité collective ? On reviendra sur ce qui n’est encore qu’une simple hypothèse : plurimillénaire, vital, le pastoralisme montagnard constituait un univers mental spécifique, à la marge de celui du christianisme dominant. Il est exclu d’y voir une « religion populaire » ou bien encore une survivance des religions antiques21. Plus simplement, sans référence aux puissances du ciel et de l’enfer, un magisme « bricolé » offrait un recours satisfaisant.

« C’est pour votre instruction que vous êtes éprouvés. Dieu vous traite comme des fils. Y a-t-il un fils qui ne soit corrigé par son père ? » (Mgr. M. A. de Noé).

15Président des États de Béarn, évêque résident, très soucieux de sa charge pastorale, Mgr. de Noé fut le seul ecclésiastique en Béarn qui ait laissé une trace écrite de la position de l’Église lors de l’épizootie : Lettre pastorale à l’occasion des ravages causés dans son diocèse par la mortalité des bestiaux. Le ton de cette Lettre avait toutes les apparences du « terrorisme » ou du dolorisme qui auraient été la marque de la pastorale post-tridentine.

  • 22 Noé, Œuvres, op. cit., p. 123.

16Mgr. de Noé rejetait en effet, dans un premier temps, les « causes secondes » de la crise, certes providentielles, mais qui relevaient d’une activité naturelle. Il évoquait en revanche avec force la peine vindicative, suite du péché originel : « Si vous n’aviez pas votre part de correction qui n’est épargnée à personne, vous seriez des étrangers et non des fils légitimes » (Hébr. XII. 4). Il développait ensuite le thème de la « peine médicinale » qui, elle aussi, s’applique aux justes comme aux pécheurs : « Soumis à la main qui vous frappe, vous n’attribuez pas vos malheurs à un aveugle hasard, et vous ne vous arrêtez pas à des causes secondes qui semblent amener de si tristes événements ; vous n’imitez pas la stupidité des brutes que vous avez vu périr sous vos yeux, ni l’orgueil des faux sages, qui loin de l’invoquer, refusent de reconnaître l’unique auteur de nos biens et de nos maux […] Il appelle les vents […] pour éprouver les justes, punir les coupables et ramener, par la terreur et la contrainte, les divers peuples sur lesquels ces fléaux vont tomber22. »

17Cependant, dans une Lettre pastorale qui comptait trente pages, deux seulement rappelaient au peuple chrétien que rien, pour Dieu, n’est fortuit ou imprévu, que tout appartient à sa Providence. Le « terrorisme » du texte de Mgr. de Noé était banal ; il insistait bien davantage sur la pénitence satisfactoire que sur la punition-châtiment. Le Dieu de l’évêque de Lescar était juste et bon : « Nous croyons comme une suite du dogme de la communion des saints, qu’il existe un trésor de grâce et de commisération. » On comprend mieux, dès lors, que les fidèles aient été plus sensibles au rachat qu’à la faute et qu’ils n’éprouvèrent pas le besoin de recourir à des pratiques expiatoires. Mgr. de Noé consacrait l’essentiel de sa Lettre à dénoncer les véritables « causes » de la crise ; son argumentation n’était pas neuve, elle était même, étymologiquement, « réactionnaire ». Mais elle avait le mérite de faire descendre le débat du ciel sur la terre, ce que confirmèrent ses dispositions concrètes en faveur des sinistrés ; jusque dans ses derniers écrits, l’évêque revint enfin sur cette terrible expérience de 1774.

  • 23 Noé, op. cit., p. 131.
  • 24 Voir Desplat, « Le crédit et la reconstuction, art. cit. », 1998.

18Après s’être placé sous le patronage du roi, « digne fils du grand Henri », avoir rappelé le principe, cher à Jean Bodin, selon lequel, « la Justice est la première vertu des rois », Mgr. de Noé dénonçait les trois « causes secondes » de l’épizootie. En premier lieu, l’abondance : « Un luxe étranger à ces contrées, un funeste poison » ; en réalité, les années soixante-dix mettaient un terme à un demi-siècle de croissance relative. Après l’abondance, c’était le luxe qui était mis en cause, accusé de pousser à la subversion sociale : « Capable d’ébranler la société sur ses fondements et la menacer d’une ruine prochaine. » Enfin, Mgr. de Noé agitait le spectre de la « mendicité, des rapines, de l’émigration », pour rappeler les riches à leur devoir : « Quand l’insensibilité du riche a mis le comble à la calamité et que, las d’attendre la justice du ciel, les malheureux invoquent celle des juges de la terre, les lois autorisent leurs plaintes pour ramener une sorte d’égalité sur la terre23. » La suite de la Lettre prouvait assez que l’évêque, président des États, savait à quoi s’en tenir sur les secours extérieurs et il exposait « un plan déterminé […] vous devez chercher en vous-mêmes les ressources qu’y laisse une providence indulgente dans sa sévérité » ! Ce plan consista à dresser les statuts de deux Caisses de secours, entièrement gérées par l’évêché et qui furent le seul recours des agriculteurs les plus pauvres ; il est probable que Mgr. de Noé ait été sensible aux rumeurs, qui parvenaient aux États de toutes parts, d’une fuite massive des tenanciers vers l’Espagne24. S’inspirant d’une vertu dont le siècle doutait, « vous n’avez pas dégénéré de l’antique charité de vos pères », l’évêque de Lescar « imagine une souscription de bienfaisance (sic) ».

  • 25 Ce texte devait être prononcé devant l’Assemblée générale du Clergé de France ; il ne fut rendu pub (...)

19En réalité, si Mgr. de Noé n’était pas un « terroriste », ce n’était pas non plus un « philosophe ». Dès 1775, dans un Discours à l’occasion du Jubilé universel, l’évêque mettait en garde ses ouailles : « Prenez garde de l’être (victime) de l’incrédulité de nos jours. » Dix ans après l’épizootie, il revint sur ses véritables causes dans un Discours sur l’état futur de l’Église25. Les coupables étaient les nouveaux adversaires de l’Église, « les ennemis de la foi qui publient les maux de l’Église avec tant de satisfaction ». L’épizootie n’avait été que l’apparence : « D’un mal contagieux répandu dans nos contrées ; mal funeste, poison subtil, qui s’insinue dans les âmes, qui aveugle les esprits […] Des hommes orgueilleux d’un faux savoir se sont élevés contre Dieu, contre son Christ et son Église, contre toutes les lois. » Si le pasteur pyrénéen avait « perdu le compagnon de ses travaux », c’était parce que des rebelles « avaient corrompu les cœurs ».

Les « maus dats »

20Si par la voix de l’évêque de Lescar, l’Église dénonçait « des hommes orgueilleux », les autres Pyrénéens, quel que fut leur niveau de fortune ou de culture eurent tôt fait de classer la « maladie contagieuse » dans une catégorie mentale connue de tous, donc plutôt rassurante : le mau dat, ou mal donné ou encore « mal d’encontre ». Ce mal n’avait en principe rien à voir avec le Ciel ou l’Enfer ; il appartenait au registre des offices communautaires, à celui du guérisseur aux pouvoirs ambivalents, qui peut « donner » ou « lever » le mal. Dans ces conditions, il ne faut guère s’étonner que, du berger au magistrat, on se soit peu interrogé sur les causes médicales ou spirituelles de l’épizootie. En revanche, on comprend mieux les divisions sociales et culturelles qu’elle provoqua et ses prolongements politiques, d’abord très locaux, ensuite entre la province et l’État.

Les messieurs du Parlement de Navarre

21En 1775, la Cour souveraine de Pau sortait de la crise la plus longue de son histoire ; les « anciens » venaient d’obtenir le rétablissement de la vénalité des offices et l’on pouvait craindre qu’ils ne saisissent l’occasion de s’opposer aux mesures dictées par Versailles. En fait, l’épizootie fut gérée en deux temps ; d’abord par les « intrus » (des magistrats nommés entre 1765 et 1775), puis par les « anciens ». Le Parlement avait une longue expérience des « contagions » animales et suivit d’abord une procédure éprouvée.

  • 26 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4567, fo 26.
  • 27 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4968, fo 71.
  • 28 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4968, fo 80.

22Dès le 23 juillet 1774, la Cour s’accorda avec les jurats de Pau pour réactiver les mesures prises en 1771 et 177226. Les parlementaires furent les premiers à réagir ; après avoir identifié le mal, ils rendirent le 31 août un premier arrêt général27. Ils enjoignaient aux jurats d’organiser des gardes, interdisaient toute circulation du bétail à l’intérieur du ressort de la Cour et enfin ils taxaient le prix des céréales. Ces mesures de prophylaxie par l’isolement, mais aussi de prévention d’une cherté prévisible, faute de moyens de transport, furent approuvées sans réserve par l’intendance. Le 5 septembre, une commission composée de conseillers et de jurats palois examina du bétail venu de Bigorre et dressa un premier état clinique : le foie, suppurant, était envahi de « vers vivants […] de glandes schireuses », les poumons étaient desséchés28.

  • 29 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4969, fo 16.
  • 30 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4969, fo 30-32.

23À deux reprises, la Cour fut sollicitée pour assouplir ses dispositions ; les États de Béarn et de Navarre lui demandèrent un arrêt autorisant le transport des récoltes et les labours, « dans les lieux où la contagion n’a pas encore pénétré29 ». Le Parlement choisit la prudence, l’intendance ne se manifestant toujours pas ; l’enlèvement des « récoltes, la culture des terres, le transport des engrais et des denrées ou approvisionnements d’absolue nécessité » furent autorisés, sous réserve de l’approbation des assemblées générales des communautés concernées. À la fin de l’été, la Cour dut faire face, seule à nouveau, à une question fort délicate : fallait-il autoriser la transhumance des troupeaux des vallées, « accoutumés de passer l’hiver dans les landes de Bordeaux ». Les parlementaires n’ignoraient rien du drame qui se jouait dans les montagnes : « Les habitants de ces vallées n’ont point de fourrages secs pour pourvoir à la subsistance des bestiaux » et, sans bétail, ils ne pourraient subvenir à leurs propres besoins alimentaires30. La situation était particulièrement dramatique en Ossau ; la Cour ébaucha un plan de « cantonnement », mais la contagion le gagna de vitesse. Le 5 décembre 1774, le Parlement des « intrus » rendit son dernier arrêt : taxation du prix du bois et du charbon, autorisation de vendre de la viande après la visite d’un chirurgien, d’un maréchal-ferrant et des jurats. L’année suivante, les « anciens » révoquèrent cet arrêt laxiste et conjuguèrent leurs efforts avec ceux de l’intendance, dans un seul but : la prophylaxie par un strict isolement.

  • 31 Le 29 mars 1775, Mgr. de Noé, chef de la délégation des États de Béarn à Versailles, pour recevoir (...)

24Pour qui les a pratiqué, le comportement coopératif des parlementaires est surprenant ; en réalité, la bonne volonté des Messieurs mérite quelques explications. Tous les facteurs ou presque étaient favorables à des rapports pacifiés avec l’État et son représentant. Dans le dernier tiers du siècle, l’intendance adopta un « profil bas » dans la gestion économique de la province. Le principe de base de sa politique face à l’épizootie, l’isolement, avait toujours été celui du Parlement. À aucun moment l’activité de l’intendance ne remit par ailleurs en cause les « libertés » du Béarn et de la Navarre, la fameuse « Constitution » chère aux parlementaires31. Mais la coopération sereine du Parlement avec l’État avait d’autres raisons ; corps sociologique et économique très homogène, au point de ne pouvoir s’allier à nul autre dans la province, le Parlement était aussi le moins impliqué dans l’économie pastorale. La trésorerie des Messieurs leur permettait en revanche d’envisager avec une relative sérénité les suites de la crise et ils furent en effet les principaux bailleurs de fonds de la paysannerie endettée, même s’ils prirent des mesures pour endiguer les contrats de gasailhe usuraires. Cette position dominante les isola toutefois davantage encore et on en vit les conséquences en 1788-1789.

Les assemblées d’États : intervention et divisions

25Les États, nombreux dans les « pays » pyrénéens retrouvent ou conservent au xviiie siècle une activité et une vitalité considérables ; ceux de Béarn se distinguèrent dans la gestion de la crise épizootique par leurs interventions répétées et des méthodes de travail qui n’avaient rien à envier à celles de l’intendance. Toutefois, cette assemblée se trouvait dans une position plus délicate que celle du Parlement, du fait de l’hétérogénéité de sa composition, surtout celle du Grand Corps (noblesse et clergé). Si un grand nombre de domengers (possesseurs de terres nobles), appartenaient à une plèbe nobiliaire qui paya un lourd tribut à la crise, l’élite nobiliaire, viticultrice, se trouvait moins concernée. Il en résultât des divisions, des alliances fragiles, des efforts désordonnés et une résistance de plus en plus vive contre l’État, en même temps qu’une aptitude remarquable à organiser la survie de l’économie locale.

26La chronologie suffit à éclairer cette crise politique ; en octobre 1774, les États hésitaient encore sur les mesures à prendre, hostiles à celles qui risquaient de paralyser l’économie rurale. D’un côté, « on n’a pas encore éprouvé une disette absolue », les prix restaient en effet stables, donc la prophylaxie par l’isolement et l’abattage ne s’imposaient pas. Mais, d’un autre côté, devant la progression foudroyante de la contagion, « on observe que les paroisses où l’on a empêché avec le plus de soin les communications ont été préservées » ! Les États avaient établi un premier plan de lutte le 27 septembre ; il ne contenait pratiquement aucune disposition contraignante ou répressive. À l’encontre du Parlement, l’assemblée avait, semble-t-il, mal identifié la contagion ; les députés envisageaient en effet une protection des ovins. Leur principal projet consistait à acheter du bétail de substitution pour les transports et les travaux, « per far grompar chibaux, mulets et autres besties de tratatge ». Restait à trouver ces animaux, à savoir les utiliser et surtout à se procurer les fonds nécessaires : le Tiers État proposait de prélever 45 000 livres sur les fonds des Ponts et Chaussées et d’obtenir une surséance des levées fiscales. Économique, la crise prit aussitôt des dimensions sociales et politiques.

  • 32 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1320.

27Traumatisé par la brutalité de l’épizootie, le Tiers accusa le Grand-Corps de collusion avec l’intendance, qui préconisait l’abattage et un rigoureux isolement ; accessoirement, l’intendant Journet fut soupçonné de malversations et cet homme intègre se suicida. Il ne fait guère de doute que la noblesse cherchait en effet à préserver sa propre matière fiscale ; mais on ne peut lui dénier une politique qui, à long terme, protégeait aussi la masse des petits éleveurs. Parmi les députés du Tiers État, tous n’étaient pas non plus exempts d’arrière-pensées ; beaucoup étaient impliqués dans des spéculations, souvent usuraires : contrats de gasailhe avec des citadins, alliances avec des marchands de bétail et des bouchers. La libre circulation du bétail, le surpâturage interdits les menaçaient de ruine. Prudente, l’intendance évita d’abord de s’immiscer dans ce débat entre rigoristes et laxistes. Le Lieutenant général du Roi tenta, en vain, de rétablir la concorde ; la session de 1774 fut close sur un vœu pieux : les États invitaient : « Las communautats à concourer a ço que lours habitans se prestent un secours mutuel per la culture de las terres32. »

  • 33 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 811, fo 95-97.
  • 34 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1322.

28Au début de 1775, la catastrophe avait pris de telles proportions que le Tiers État s’inclina et accepta « las mesures uniformes et generalles33 », l’abattage en particulier. Le Tiers avait perdu la bataille sanitaire, il chercha à gagner la guerre. Les États, tous ordres confondus, avaient toujours refusé l’envoi d’un cordon sanitaire militaire, le For de Béarn interdisant la présence de forces armées dans la Principauté, à l’exclusion des Bandes béarnaises. L’assemblée dénonça d’abord l’incohérence et les contradictions, bien réelles, entre les mesures prises par l’intendance et l’armée et celles des communautés : « Et acquere espece de dissention favorisabe lou progres de la malaudie. » L’armée, trop peu nombreuse, chercha à mettre sur pied des milices municipales ; aussitôt, les États l’accusèrent de violer la « Constitution » et « de vexar lou poble en exigen que lous postes fussen occupats noeyt et jorn dens la sason la plus rude ». En mars 1776, la contagion à peu prés éteinte, la présence des soldats devint insupportable, d’autant plus que « le nombre des troupes répandues dans le pays est actuellement plus considérable que dans le temps du fléau ». De fait, les États affrontaient désormais tous les représentants de l’État : l’intendant, prévaricateur, les subdélégués, trop peu nombreux et suspects de partialité. Non sans raison, l’intendant s’était adressé de préférence aux curés plutôt qu’aux jurats et ceux-ci étaient blessés « dens lours drets, lours priviledges et la délicatesse ! » La partida sanida des communautés, spécialement dans les vallées, reprochait à l’État d’avoir écarté : « Des citoyens choisis par la nation elle-même […] intéressés eux-mêmes à combattre ce fléau destructeur34. »

29Devenu politique, le conflit avec l’État s’acheva en bonne logique par un vigoureux rappel au respect de la « Constitution ». Les députés du Tiers État, d’ordinaire peu impliqués dans le mouvement foraliste, se montrèrent les plus combatifs. Leur ordre avait été la principale victime de la contagion et l’autorité des jurats avait été bafouée, des prérogatives « plus estenudes et plus sacrades dens acquet païs que per tout autre a rason de nostre ley constitutive » !

  • 35 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1329.
  • 36 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1309.

30Les États avaient eu pleine conscience du caractère exceptionnel de la crise : « Les accidents ordinaires détruisent une partie des récoltes, l’épizootie a détruit non seulement le revenu de plusieurs années, mais aussi un capital immense, une portion du patrimoine, le numéraire est épuisé35. » L’endettement était général, des terres étaient abandonnées et des journaliers émigraient en Espagne. Dans le Vic-Bilh, les jurats de Cadillon avaient alerté les commissaires des États : la récolte suffirait à peine à quatre mois de subsistance : « Il n’y resta presque pas une tête de bétailh et qu’à l’exception de deux particuliers, aucun n’a été en état d’en achepter. » Les conséquences directes de la crise étaient encore sensibles en janvier 1778 ; les commissaires des États décrivaient : « D’un côté la misère, de l’autre des vols journaliers, peu conséquent il est vrai. » Le 26 janvier, sur le marché de Morlàas, le commissaire était entouré : « D’hommes dont la figure cadavérique effraye ; ils travaillent comme des esclaves pour une mesure de milloc […] Où est le zèle patriotique36 ? »

  • 37 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1539, fo 286, 16 avril 1788.

31Cette dernière remarque souligne l’essentiel dans le long terme : la crise politique des assemblées locales, la dégradation sensible de la relation État-province, privée de ses indispensables relais, notables, assemblées… La fiscalité servit, une fois de plus, de révélateur à un malaise qui changeait de nature : sans allégements fiscaux, les États de Béarn prévoyaient, « les désordres qui pourraient résulter d’une pareille situation ». À la veille de la Révolution, les États de Navarre, en réalité le Grand Corps, s’enflamma pour le foralisme. L’épizootie servit encore de déclencheur à leur dissidence : « Après les pertes que le fléau funeste de l’épizootie avait fait éprouver à la Navarre en 1774-1775, les États réclamèrent en vain les secours du gouvernement […] le repeuplement des bestiaux indispensable dans une contrée qui n’a que cette seule ressource avait fait sortir tout le numéraire, cependant le gouvernement exigea avec la plus grande rigueur la levée des impositions37. » Pêle-mêle, les États refusaient de contribuer aux fonds des Ponts et Chaussées, à l’augmentation du second vingtième, exigeaient un « abonnement » et une révision de l’assiette fiscale. La résistance des États, nobiliaire, dénonçait enfin la violation du For : « Sa constitution devoit la mettre à l’abry des surcharges qu’elle éprouve sans cesse par l’accroissement des impôts ; l’état actuel de ce royaume, comparé à sa situation lors de son union à la Couronne de France lui fairoit regretter l’ancien régime de son gouvernement si elle n’avoit le bonheur d’être soumise à la domination du plus juste et du meilleur des Roys, que les Navarrois libres par leur Constitution et heureux sous le gouvernement de ses souverains ne leur offrent que des dons volontaires ! »

  • 38 Cité dans « Les Cahiers de doléances des communautés béarnaises », C. Desplat, Revue de Pau et du B (...)

32Le Tiers État qui avait pu mesurer les limites du « zèle patriotique » du Grand Corps fit une lecture toute différente de la « Constitution » béarnaise et navarraise. En 1788, plusieurs cahiers de doléances demandaient l’abolition des Fors, rédigés : « Dans une époque où la noblesse jouissant de la faveur du prince était toujours à portée de prévenir au préjudice des emphytéotes38. » Les suites politiques de l’épizootie pour les assemblées d’États, à long terme, ne doivent pas empêcher de juger sereinement leur activité dans le court terme. Sans les enquêtes, fiables, de leurs commissaires auprès de chaque communauté, aucune évaluation précise des pertes n’aurait été possible, aucun dégrèvement ou indemnisation non plus.

La besiau entre malheur et peur

  • 39 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 92.
  • 40 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 285. Le commerce du bétail entre la France et l’Espagne était souvent i (...)

33C’est la besiau qui subit de plein fouet la contagion ; mais, ce n’est pas une surprise, c’est elle aussi qui nous livre le moins de témoignages directs sur son malheur. Redoutés par les représentants de l’autorité, tant locale que centrale, les troubles publics furent rares et peu conséquents ; le temps des grandes révoltes était révolu. Les frictions avec les militaires du cordon sanitaire n’allèrent jamais bien loin : bagarres après bal ou fête patronale, algarade, à Gan, entre les jurats et un officier du Royal Vaisseaux qui avait réquisitionné sans ménagement un cheval pour visiter les postes de garde39. Les fraudes aux mesures prophylactiques semblent s’être limitées aux besoins domestiques ; la fraude à grande échelle resta exceptionnelle. Au début de la crise, un négociant de Bayonne fut incarcéré, puis aussitôt libéré, pour infraction aux ordonnances d’isolement40. La fraude institutionnalisée, qui n’était pas rare sur la frontière, est également peu apparente ; le cas des jurats de Lacajun qui, en 1776, organisèrent un marché clandestin avec la complicité d’un maréchal-ferrant, « expert de la dite communauté » paraît avoir été exceptionnel.

  • 41 Voir C. Desplat, « Criminalité et délinquance dans le ressort du Parlement de Navarre (1786-1790) : (...)
  • 42 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4755, 4969, 4970, 4973, 4974, 4986.

34Il est par ailleurs hasardeux d’établir un lien causal entre l’épizootie et une recrudescence de la criminalité, même si les dispositions prises par le Parlement à propos des contrats de gasailhe laissent supposer un accroissement de la criminalité rusée. Pourquoi faudrait-il que la misère soit nécessairement criminelle ? Entre 1786 et 1790, le vol de bétail constitue 33 % des vols ayant fait l’objet d’un arrêt à rapport de la Cour41. Mais il s’agit là d’une constante pyrénéenne, forme archaïque du vol en milieu pastoral. Plus significative semble avoir été la légère croissance des procédures pour dettes qui apparaissent dans les registres du Plumitif de l’audience ; entre 1774 et 1786 un nombre constant, mais très faible, entre deux et quatre, concernent des débiteurs insolvables à la suite d’achats de bétail42. Mais aucun de ces crimes ou délits n’excède de façon significative les moyennes séculaires.

  • 43 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 5420, 5421, 5423. Ces vols, commis avec effraction, s’étendent parfois (...)

35Les conséquences durables de la contagion semblent avoir surtout perturbé les structures culturelles et morales de la besiau. Dans le registre de la criminalité, les vols dans les églises, de vases et de linges sacrés, qui avaient disparu dans le premier quart du siècle, réapparaissent pendant une courte séquence, entre 1775-177943. Il est difficile de ne pas voir dans la résurgence de ces vols sacrilèges, punis avec une extrême sévérité, l’expression d’un désarroi moral que la misère ne suffit pas à expliquer. La contagion altéra le fonctionnement de la besiau, désorganisa son appareil normatif et troubla son rapport avec le sacré. La multiplication des affaires de maus dats traitées par le Parlement, qui use du vocabulaire béarnais, ne laisse à cet égard aucun doute : entre le malheur et la peur, la besiau était en effet malade de ses « superstitions ».

  • 44 L’affaire eût bien d’autres prolongements : une partie de la communauté refusa de payer la taille, (...)
  • 45 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 274. Rôle des dépenses de la communauté d’Uzos à l’occasion de l’épizoo (...)

36La procédure la plus retentissante éclata en vallée d’Ossau en 1776 ; à partir du village pastoral de Louvie-Juzon, elle concerna une douzaine de communautés. Après de longues tergiversations, une moitié de l’assemblée générale de ce village porta à la connaissance de la Cour, sans déposer plainte, les agissements d’un jeune charbonnier, épileptique et guérisseur de maus dats. En pleine crise épizootique, son office ambivalent affolait la sana partida de la communauté, les « bonnes maisons » pastorales. Tolérés et même recherchés en temps ordinaires, les talents du guérisseur devenaient inacceptables pendant la crise. Un seul point commun rassemblait tous les protagonistes de cette affaire : tous admettaient, sans le moindre doute, la réalité des pouvoirs du charbonnier. Pour le reste, l’épizootie activa ou provoqua toute une série de conflits au sein de la besiau : entre le centre pastoral et la périphérie, les bordes, qui abritaient tous les petits métiers ; entre cadets et aînés ; entre hommes et femmes ; entre le baile d’Ossau, qui avait plus ou moins pris le parti du charbonnier, et les parlementaires qui le condamnèrent comme « soy disant sorcier44 ». À ces troubles moraux, il faudrait enfin ajouter la surcharge fiscale provoquée par la contagion pour la besiau45.

Entre « superstition » et impuissance

  • 46 Fr. Vallat, « Une épizootie mal connue : “le mal de langue” de 1763 », Histoire et sociétés rurales (...)

37En apparence omniprésents, l’État et son représentant, l’intendant, n’intervinrent que de façon ponctuelle, par l’envoi de troupes ou de sommités de la médecine vétérinaire ; la crise fut gérée, au jour le jour, par les provinciaux46. Dans cette perspective, il s’agit moins d’évaluer les résultats objectifs des moyens mis en œuvre que de ne pas tout ramener au recours à la « superstition ».

Une prévention locale organisée

  • 47 Arch. com. Sainte Colome, HH. 1 (1663). Engagement d’un garde pour les juments.
  • 48 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 21.
  • 49 Arch. départ. Pyr. Atl.. E. 2173.
  • 50 Règlements des États de Navarre, Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1529, 1530, 1532 et 1J 58/1 et Bib. mu (...)

38En dépit des idées reçues, les hommes de l’Ancien Régime n’étaient pas plus résignés que nous face à l’épizootie ou à la maladie et la prévention fut très tôt organisée et institutionnalisée. Première concernée, la besiau édictait des Règlements qui comportaient des dispositions prophylactiques, par l’isolement en général, et recrutait des bergers qui prêtaient serment de veiller sur le bétail, « de bien et fidèlement goardar las dites jegoes47 ». Les Règlements des grandes vallées consacraient de nombreux articles à la protection des troupeaux ; ceux de Baïgorry, en Navarre (1704), interdisait de « maltraiter les bestiaux […] de se servir de venin et de poison pour faire mourir les bestiaux » (art. 9). Ils obligeaient les chaufourniers à refermer les fosses, autorisaient l’abattage des « chiens vicieux », des ours et des loups (art. 41-42). Enfin : « Que lorsqu’il y aura quelque maladie contagieuse parmi les bestiaux, les bouchers ne pourront tirer aucune sorte de bétail sans les faire voir plutôt aux jurats du lieu48. » Parmi les Règlements de la vallée d’Aspe, ceux de 1656 consacraient un long article aux « Précautions contre les malaudies contagiouses, de ço que lou bon dieu nous préserbe per sa devine gratie49 ». Les assemblées d’États enfin, confirmaient cette politique préventive, qui formait un maillage entre tous les échelons des pouvoirs locaux. Les États de Béarn furent particulièrement vigilants dans la répression des « empiricques » ; ceux de Navarre consacraient le Chapitre 38 de leurs Règlements aux « Bêtes rages et malades ». L’essentiel était de prévenir et de contenir les contagions : interdiction aux tanneurs de laver les cuirs dans les fontaines, création de quartiers de quarantaine, les « cantonnements », « où les bestiaux de toute espèce atteints de la maladie contagieuse seront gardés et conduits jusqu’à leur entière guérison50 ». Inutiles contre la peste bovine, ces mesures n’étaient pas inefficaces contre des contagions saisonnières ; en 1786, le subdélégué d’Oloron rappelait que : « Ordinairement dans l’excès des chaleurs il périt des bestiaux d’une maladie appelée le loubet, elle est causée par des brouillards qui infectent tous les pâturages. Mais cette maladie n’est ni générale, ni très affligeante. »

Quels savoirs, quels remèdes ?

  • 51 Sources, Arch. départ. Pyr. Atl., III. E. 2320, 2756, 2759, 1682, 1692, 3746, 2310, 2311, 2472, 168 (...)

39La réponse à ces questions appelle la prudence ; d’un côté, on ne saurait nier la dénonciation de la « routine », des « superstitions », par un front hétéroclite : des gens d’Église aux philosophes athées, en passant par les « compétences », comme Bourgelat. Mais, d’un autre, on observe une osmose permanente entre culture savante et tradition populaire. Le savoir livresque, tel que le livrent les inventaires des bibliothèques, est à la fois inégal et médiocre. La gentilhommerie se contentait du Parfait maréchal, et plus souvent encore de L’Albert moderne ; le Nouveau traité des serains des Canaries, du marquis de Lons, avait peu de chance de porter secours aux « bêtes à cornes ». Le barreau, à la fin du siècle, se montrait un peu moins insensible aux questions agronomiques ; mais, posséder L’Histoire naturelle de Buffon, ou bien un Traité des prairies artificielles, relevait plutôt de la spéculation théorique. Seul le clergé, encore s’agit-il d’individus isolés, disposait d’ouvrages pratiques : les traités de La Quintinie, La médecine aisée, La Nouvelle maison rustique, L’Essai sur l’œconomie animale de Quesnay et l’inévitable Albert51.

  • 52 Arch. départ. Pyr. Atl.. 1J 62/3. Voir C. Desplat, « Le chevalier de Béla : seigneur de village et (...)
  • 53 Voir la publication de J. Soust, « Pregans de la fin du xviiie siècle », Bull. des Amis des adpa, n(...)

40Au savoir livresque, gentilshommes, curés et pasteurs préféraient souvent les recueils de recettes, imprimés ou manuscrits. Colonel à la retraite, député aux États de Béarn, le chevalier de Béla compila ainsi cinq volumes in folio de « Receptes et secrets divers de la Nature, recueillis en faveur des pauvres par M. le chevalier des armées du Roy52 ». Parmi ces recueils, souvent anonymes, ceux de pregans méritent une attention particulière ; rédigés en béarnais, il est probable qu’ils représentaient un des derniers vestiges de la pensée magique53.

  • 54 Pau, Vignancour, 1774, in 8 °.
  • 55 Pau, Daumon, 1775, Arch. com. d’Oloron, 1 AA 1. La prévention consistait à utiliser de l’ail, du vi (...)

41Confrontés à la contagion, les Pyrénéens firent feu de tous bois et, successivement, voire simultanément, ils eurent recours à tous les secours disponibles. Dans ces conditions, distinguer les partisans de la « routine » de ceux des « lumières » est illusoire. Les États de Béarn firent ainsi publier une consultation de Bourgelat qui recommandait la pose de sétons de racine d’ellébore54 et une recette préservatrice et curative de deux amateurs de « secrets55 ».

  • 56 Arch. com. Lagor, FF. 17. Ce document a été publié et remarquablement analysé dans Reclams, no Spéc (...)
  • 57 Il possédait le Livre des Recettes pour les pauvres à l’usage des prêtres du Dr. Delescure de Montp (...)
  • 58 adpa. C. 609.
  • 59 Les conclusions d’A. Bruneton sont à cet égard indiscutables : il faut attendre le xixe siècle pour (...)

42Le constat de Fr. Vallat vaut pour la crise de 1774 dans les Pyrénées ; les autorités ne méprisaient pas le savoir populaire. Le 20 octobre 1774, l’intendant d’Aine recommandait : « Pour visiter les bestiaux, on choisira de préférence les chirurgiens des lieux où il y en a d’établis et les particuliers qui ont quelques connaissances des maladies des bestiaux connus sous le nom de metges. » Le carnet de recettes de Pierre Lacrique, de Monein, établi à Lagor, illustre le rôle de ces personnages. Les jurats de Lagor firent aussitôt appel à lui, « étant le plus entendu en cette matière et digne en même temps de toute notre confiance pour l’opération que nous devons (lui) confier56 ». Cadet, « entré gendre » dans une bonne maison, Lacrique avait une excellente réputation et ses concitoyens l’avaient élu jurat. Pendant que le « maître » gérait le vignoble de la maison, il s’occupait de son bétail, passant de nombreux contrats de gasailhe. Il semble qu’il ait appartenu à une lignée de metges, mais sa science était également livresque57. Son carnet commence par une prière : « Au nom du Père, du Fils, du Saint Esprit, Dieu bénisse ce que je fais », et il s’achevait par une action de grâce. L’ouvrage, rédigé en français, ne contenait aucun pregans et choisissait résolument le parti de la rationalité : « Sy on connaît une bette malade, il la faut regarder et y mettre le sens. » Les remèdes qu’il proposait n’avaient rien à voir avec le magisme ou l’empirisme de l’Albert ; ils étaient peu onéreux et faciles à composer. Contre le loubet, le charbon de 1774, il recommandait, lui aussi, la pose de sétons de racine d’ellébore. Le recueil de Lacrique justifiait l’appréciation du subdélégué d’Oloron, en 1786 : « Les gens de la campagne qui en connaissent (du loubet) les causes donnent eux-mêmes des remèdes qui le plus souvent réussissent au gré de leurs désirs58. » La démarche de Lacrique et la manière dont elle était reçue témoigne d’un réel climat d’osmose culturelle59. Il est tentant de classer ce metge parmi les intermédiaires culturels, héritiers d’un lignage de guérisseurs et touché par l’esprit des Lumières. L’usage du français, la nature des cures proposées constituent bien des preuves de l’entrée d’une fraction de la paysannerie dans la modernité. Le débat reste toutefois ouvert et d’autres hypothèses peuvent être avancées. Lacrique et les siens n’opéraient-ils pas un simple retour à un magisme débarrassé des oripeaux du satanisme ? Ou bien plaquaient-ils une rationalité apparente sur une tradition capable de s’adapter à un nouvel environnement mental, preuve de la plasticité de la « routine » ?

***

43Quels enseignements les Pyrénéens tirèrent-ils de la perte de la quasi-totalité de leur troupeau bovin ? L’évaluation économique fit d’incontestable progrès et les instances locales, les États surtout, jouèrent un rôle décisif. La contagion fut aussitôt identifiée et la mise en place des commissaires chargés de mesurer les pertes fut immédiate et efficace. Au sein du Tiers État béarnais, cette activité « statisticienne » aboutit à une remise en cause, politique, de la « Constitution ». Le Tiers demandait, « un plan général. Ce qui faisait l’aisance du païs étant détruit, les classes ci-devant les plus distinctes doivent se confondre ».

  • 60 Encore s’agit-il souvent de la modernisation d’institutions anciennes ; elles sont connues à Garlin (...)

44La politique traditionnelle de prévention démontra toutefois ses limites et dut être repensée ; les Pyrénéens constatèrent tout d’abord l’échec des essais de substitution : les paysans ne savaient ni atteler, ni conduire mulets et chevaux ! Dès 1771, les États envisageaient de financer les études de quelques élèves vétérinaires ; la crise fit aboutir ce projet. Il fallut cependant attendre le début du xixe siècle pour que les premières Assurances mutuelles pour le bétail s’organisent60.

45Le débat agronomique qui s’engagea démontra surtout la faiblesse des institutions scientifiques locales, Académies et Sociétés d’agriculture, peu nombreuses ou peu curieuses des questions rurales. De nombreux projets péchaient par utopie ou demeuraient théoriques : partisans, comme Quesnay, de l’utilisation des chevaux, quelques agronomes fortunés avaient peu de chance d’être entendus. Les seules recherches qui progressèrent furent celles de la transition entre l’araire et la charrue mousse. La querelle, déjà vieille de deux siècles, de « l’augmentation de l’agriculture », les défrichements, s’acheva par le maintien des touyas, indispensables, « per l’entretien deus bestiaas et per l’engrais des autres fonds ».

  • 61 Cahier de doléances de Lucarré, art. cit. p. 207.

46À court terme, le traumatisme fut réel mais n’engendra aucune réaction violente : révolte, criminalité… Une fois de plus, la paysannerie fit la preuve de son aptitude à surmonter ses maus par ses propres moyens. À long terme, la catastrophe laissa des traces durables : désorganisation politique de la besiau et crise morale, révélée par la prolifération des maus dats. L’élevage des montagnes ne se releva jamais de cet épisode et les privilèges dont jouissaient les grands pasteurs devinrent inacceptables. Enfin, pour le Tiers État, la contagion avait démontré l’archaïsme de la « Constitution », l’hypocrisie et l’égoïsme du grand Corps : « La France est libre et nous sommes esclaves61 ! » À la veille de 1789, les Pyrénéens étaient malades de leurs bêtes et de leurs institutions…

Notes

1 P.J. Le Roux, t. II, p. 181, cité par Le Roux de Lincy, Le livre des proverbes français, rééd. Paris, 1996, p. 268, et V. Lespy, Dictons et proverbes du Béarn (1892), rééd. Bayonne, 1990, no 45, p. 166 : « Brebis malade – loin du troupeau ».

2 Mgr. M.A. de Noé, évêque de Lescar, Œuvres, Paris, 1818, p. 137.

3 Claude Bourgelat, Des maladies des animaux considérés en général (ms. 1772), cité par Ph. Chabert, P. Flandrin, J.B. Huzard, Instructions observations sur les maladies des animaux domestiques, t. 2, 4e éd, Paris, 1827, p. 119.

4 Je ne reviens pas ici, ni sur le bilan, ni sur la question de l’endettement consécutif à la crise ; voir C. Desplat, Pau et le Béarn au xviiie siècle, 2 vol, Biarritz, 1992, t. 1, La terre, p. 42-63 et « Le crédit et la reconstruction des campagnes au xviiie siècle », dans Flaran, Endettement paysan et crédit rural, PU. Le Mirail, Toulouse, 1998, p. 330-351. L’estimation des pertes doit être abordée avec prudence. J. Bourde, Agronomie et agronomes en France au xviiie siècle, Paris, 1967, 3 vol, t. II. p. 889, dénombre 150 000 bovins décimés en Aquitaine. Il s’était appuyé sur Mémoire sur la naissance, les progrès et la fin de la maladie épizootique en Languedoc (Arch. nat. H. 913) et sur les états imprimés établis par les intendants (Arch. dép. Pyrénées Atlantiques, désormais, Ach. départ. Pyr. Atl.), C. 1320 et 970. Ces sources ont tendance à sous-estimer les pertes, parfois à la suite de simples erreurs d’écriture. Nous leur avons préféré les états des communautés dans les archives communales. La peste bovine de 1774 n’a pas encore donné matière à la synthèse qu’elle mérite. Parmi les travaux récents, voir, M. Garrouste, « La peste bovine en Agenais au xviiie siècle », dans Actes du Congrès Féd. hist. du S.O, La modernisation du monde rural en Aquitaine, Bordeaux, 1999, p. 83-95 et J.M. Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime, xvie xviiie siècles, Paris, 1999, p. 36-44. Cet article n’envisage pas les cas de zoonose, voir cner, Recherche sur l’animal et la santé de l’homme, La documentation française, déc. 2002.

5 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1320. Ces « dots », toujours féminines étaient qualifiées de joyes ou de « semences », et elles étaient constituées de bétail gravide. Voir C. Desplat, La vie, l’amour, la mort dans les Pyrénées. Rites et coutumes, xvie xviiie siècles, Biarritz, 1995, p. 188-199. Jusqu’au xvie siècle, les testaments valléens contenaient des clauses précisant la composition du repas funèbre et ne mentionnaient que des bovins.

6 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1537.

7 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4957, fo 80. Seule une enquête systématique dans les fonds communaux permettrait de déceler les principales crises ; à la fin du xve siècle, Gaston d’Andoins, sénéchal de Béarn, défendait aux habitants d’Arudy d’écorcher des animaux morts de contagion (Arudy, Arch com. HH. 1) ; en 1575, les jurats de Sainte-Colome (en Ossau), délibéraient, « concernant les épizooties » (BB. 1) ; au début du xviiie siècle, Aste, Béon prenaient des dispositions « contre la maladie de l’espèce chevaline » (HH. 1) et en 1772, une épizootie ravagea les ovins autour de Bayonne, C. 102.

8 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4957, fo 84.

9 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4970, fo 46.

10 Bossuet, Premier sermon, édition Lebarc, t. II, p. 145-147.

11 Bossuet, Discours sur l’histoire universelle, 3e Partie, Ch. VIII, p. 381-384, Paris, éd. 1860.

12 Ce processus de pensée repentante n’était pas nouveau et se perpétua ; il suffit de relire E. Renan, La Réforme intellectuelle et morale, Paris, rééd. 1967, ou bien encore la très abondante littérature des années d’occupation, avec une exception qui mérite l’attention par la réponse donnée à la question, Dieu a-t-il puni la France ?, Paris, 1942, de H.D. Noble, O.P.

13 Ce texte est l’exemple d’une lecture abusive de l’Ancien Testament (voir Ex., XXV. 25 ; Deut. XXVIII, où la maladie est liée à l’iniquité), et surtout une interprétation fautive de l’amour, de la sagesse et de la puissance du Dieu du Nouveau Testament. Voir Paul, « Pour ceux qui aiment Dieu, tout concourt au bien » (Rom. VIII. 28).

14 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1316.

15 Voir l’enquête de Mgr. Gain de Montagnac, évêque de Tarbes, en 1783 ; Bib. mun. de Tarbes, ms. 59 à 63. De son côté, l’évêque d’Oloron fit part de ses inquiétudes aux États de Béarn pour sa sécurité s’il accédait à leur demande de réduire le nombre des fêtes des saints protecteurs…

16 « Oremus : Deus qui laboribus hominum, etiam de mutis animalibus solatia subrogati, supplices te rogamus ut fine quibus non alitus humana conditio, nostris facias usibus non perire », Rituel de la province ecclésiastique d’Auch à l’usage du diocèse d’Oloron, Paris, 1751, p. 355.

17 Voir Dictionnaire théologique portatif, Paris, 1758, p. 187 : « On exorcise aussi les créatures inanimées, parce que le démon en abuse souvent pour nuire aux hommes ; St. Paul, Rom. 8 ».

18 Rituel, op. cit., p. 416.

19 Voir V. Dubarat, Bréviaire de Lescar de 1541, Pau-Paris, 1891, p. CXXIX. Cette bénédiction était encore pratiquée dans le Vic-Bilh au milieu du xxe siècle.

20 Mgr. Berger de Charancy, Instructions générales en forme de catéchisme, Toulouse, 1748, p. 590-591. La tradition apostolique de l’Église romaine renvoyait à une question plus générale : celle du statut de l’animal. Les casuistes n’y apportaient pas de réponse définitive, mais ils légitimaient le lien affectif entre l’éleveur et son bétail : « On pèche mortellement selon le principe de Saint Thomas, en maudissant un champ, un cheval ou autre créature nécessaire au prochain, sur qui retombe en quelque manière la malédiction qu’on donne à ces sortes de choses. On pèche encore mortellement en maudissant une créature irraisonnable, si on la considère précisément comme une créature de Dieu, et c’est alors un blasphème », Dictionnaire portatif des cas de conscience, Lyon, 1761, 2 vol, t. 2. p. 39. Rien n’assure que les pasteurs pyrénéens, très sensibles à « l’honneur » de leurs vaches, l’aient été aux nuances de la casusitique…

21 Les conclusions de C. Ginzburg sur la permanence de l’héritage antique, chamanique en particulier, me semblent inacceptables ici.

22 Noé, Œuvres, op. cit., p. 123.

23 Noé, op. cit., p. 131.

24 Voir Desplat, « Le crédit et la reconstuction, art. cit. », 1998.

25 Ce texte devait être prononcé devant l’Assemblée générale du Clergé de France ; il ne fut rendu public qu’en 1788.

26 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4567, fo 26.

27 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4968, fo 71.

28 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4968, fo 80.

29 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4969, fo 16.

30 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4969, fo 30-32.

31 Le 29 mars 1775, Mgr. de Noé, chef de la délégation des États de Béarn à Versailles, pour recevoir le serment au For, exprima devant le roi le sentiment des parlementaires et de la noblesse en général : « Cette Constitution, Sire, qui leur fut toujours chère, parce qu’elle remonte à leurs premiers ancêtres, va leur devenir plus chère encore, parce que jurée et garantie par le serment de V.M. », Noé, op. cit., p. 270.

32 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1320.

33 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 811, fo 95-97.

34 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1322.

35 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1329.

36 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1309.

37 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1539, fo 286, 16 avril 1788.

38 Cité dans « Les Cahiers de doléances des communautés béarnaises », C. Desplat, Revue de Pau et du Béarn, no 25, 1998, p. 208.

39 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 92.

40 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 285. Le commerce du bétail entre la France et l’Espagne était souvent interrompu pour cause d’épizootie. En 1773, l’intendant d’Aine demanda au duc d’Aiguillon l’autorisation de fermer la frontière ; il intervint également auprès du marquis d’Ossun, ambassadeur à Madrid, Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 283.

41 Voir C. Desplat, « Criminalité et délinquance dans le ressort du Parlement de Navarre (1786-1790) : une pathologie pré-révolutionnaire ? », dans Terres et hommes du Sud. Hommages à P. Tucoo-Chala, Biarritz, 1992, p. 269-305.

42 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 4755, 4969, 4970, 4973, 4974, 4986.

43 Arch. départ. Pyr. Atl.. B. 5420, 5421, 5423. Ces vols, commis avec effraction, s’étendent parfois aux biens des ecclésiastiques, comme à Rontignon en 1777.

44 L’affaire eût bien d’autres prolongements : une partie de la communauté refusa de payer la taille, d’assister aux offices et la moitié des jurats se retirèrent de l’assemblée générale des habitants. Voir C. Desplat. Diables et sorcières en Béarn (fin xive siècle-début xixe), Pau, 1988. Le « sorcier » de Louvie et ses maus dats est très comparable à l’endevinaïre languedocien et à « l’office formé » des guérisseurs décrit par Y. Castan dans Magie et sorcellerie à l’époque moderne ? Paris, 1979, p. 64-65. Rien de satanique dans tout cela.

45 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 274. Rôle des dépenses de la communauté d’Uzos à l’occasion de l’épizootie.

46 Fr. Vallat, « Une épizootie mal connue : “le mal de langue” de 1763 », Histoire et sociétés rurales, no 20, 2e sem. 2003, p. 88, confirme que les intendants, comme celui du Berry, firent volontiers confiance à la « routine ».

47 Arch. com. Sainte Colome, HH. 1 (1663). Engagement d’un garde pour les juments.

48 Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 21.

49 Arch. départ. Pyr. Atl.. E. 2173.

50 Règlements des États de Navarre, Arch. départ. Pyr. Atl.. C. 1529, 1530, 1532 et 1J 58/1 et Bib. mun. de Pau, ms. 5. Les États redoutaient spécialement « la maladie appelée teigne » ; ils devaient par ailleurs faire face à une intense et dangereuse contrebande de bétail : « Nonobstant les guerres, le commerce a été quasi libre à cause de la nécessité entre le Royaume et celui d’Espagne » (Ch. 38, art. 1). Au xixe siècle, de graves incidents furent provoqués par la mise en quarantaine de la frontière.

51 Sources, Arch. départ. Pyr. Atl., III. E. 2320, 2756, 2759, 1682, 1692, 3746, 2310, 2311, 2472, 1680 ; Q. 509, 526, 535, 506, 533, 527, 524 ; 4J/54.

52 Arch. départ. Pyr. Atl.. 1J 62/3. Voir C. Desplat, « Le chevalier de Béla : seigneur de village et philanthrope », Bull. ssla de Bayonne, 1973, no 129, p. 211-251.

53 Voir la publication de J. Soust, « Pregans de la fin du xviiie siècle », Bull. des Amis des adpa, no 5, 1984, p. 157-160. En particulier un pregan deus loubets (du charbon) deus bestias. Le pregan associait prière, empirisme et action magique ; il était à la fois préventif et curatif. Répété trois fois, ponctué de signes de croix, de jet de sel dans une terrine, il ne traitait que le mau counegut. Le mau dat relevait d’une procédure différente, exclusivement magique.

54 Pau, Vignancour, 1774, in 8 °.

55 Pau, Daumon, 1775, Arch. com. d’Oloron, 1 AA 1. La prévention consistait à utiliser de l’ail, du vinaigre et de l’eau potable ; la cure : des cautères, du vinaigre, des décoctions de mauves, de la thériaque et la diète.

56 Arch. com. Lagor, FF. 17. Ce document a été publié et remarquablement analysé dans Reclams, no Spécial, 1989, La tradition médicale en Gascogne ; voir en particulier les contributions d’A. Bruneton, B. Moreux et J. Soust.

57 Il possédait le Livre des Recettes pour les pauvres à l’usage des prêtres du Dr. Delescure de Montpellier (1677) ; cet ouvrage a été également repéré dans le fonds d’une famille oloronaise.

58 adpa. C. 609.

59 Les conclusions d’A. Bruneton sont à cet égard indiscutables : il faut attendre le xixe siècle pour que se manifeste « une incommunication croissante entre les populations rurales et le corps vétérinaire auquel s’ajoutent les administrations concernées. Dans un premier temps, cette scission semble relever davantage d’une institutionnalisation du milieu médical que des progrès médicaux qu’il fait et détient ». Dans Reclams, op. cit., p. 232. Sur ce thème, voir M.D. Jarry, L’art de guérir les animaux du xvie au xviiie siècle. Pratiques magico-religieuses et médecine savante, thèse de doctorat, Lyon, 1984.

60 Encore s’agit-il souvent de la modernisation d’institutions anciennes ; elles sont connues à Garlin en 1812 et à Bayonne en 1828, sous le nom de Confrérie ou association de secours mutuel. Voir J. Staes, Bull. Amis adpa, no 1, 1980, p. 107-116., et B. Traimond, « Les assurances de bétail en Gascogne avant la mutualité (1590-1833) », dans Actes du 104e Congrès cths, Bordeaux, Paris, 1980.

61 Cahier de doléances de Lucarré, art. cit. p. 207.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540