Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

Les maladies et l’état sanitaire des animaux dans la couronne de Castille à l’Époque Moderne*

Alfonso Rodríguez Grajera

Texte intégral

  • * L’article a été traduit par Maïté Mir-Andreu.

« Dios te dé ovejas e hijos para con ellas »
Proverbe Castillan

L’importance de l’élevage et les études sur les maladies des animaux

L’élevage, une étude délaissée ?

  • 1 Plus exactement, 30 816 747. Les données proviennent du Groupe 75 : La economía del Antiguo Régime (...)
  • 2 A. Marcos Martín, España en los siglos xvi , xvii y xviii . Economía y sociedad, Barcelone, 2000, (...)

1L’importance de l’élevage dans le contexte économique et social de la Castille pendant l’Époque Moderne est totalement confirmée par l’observation du nombre de têtes de bétail. Bien que nous ne disposions d’aucun chiffre global antérieur à la moitié du xviiie siècle, les données du Cadastre « de la Ensenada » montrent que l’élevage est l’un des piliers de l’économie castillane : en 1752 l’ensemble du cheptel (ovin, caprin, porcin, équin) officiellement recensé s’élevait à un total de près de 31 millions de têtes1, ce qui, pour une population estimée à 6 600 000 habitants2, correspond à 4,6 têtes par habitant, bien qu’inégalement réparties à l’intérieur de la Castille, puisque plus nombreuses dans les régions de León et de la Vieille Castille dans lesquelles se concentraient plus des 40 % d’animaux. Cet écart se remarque également dans la répartition par espèce : viennent nettement en premier les ovins, 60 % du total avec plus de 18 millions de têtes, suivis de très loin par les caprins (17 %), les bovins (10 %) et les porcins (9 %). En dernier lieu figure le cheptel équin (chevaux, ânes et mules) qui regroupe un peu moins de 1 300 000 têtes.

  • 3 Memorial Ajustado hecho en virtud del decreto del Consejo del Expediente consultivo que pende en é (...)

2Les historiens de l’économie n’ont pas accordé à l’élevage un traitement à la hauteur de son importance : face à l’intérêt pour l’étude des activités liées à l’agriculture, aux productions manufacturières, au commerce ou aux finances, l’élevage a été le « parent pauvre » de l’historiographie économique castillane. Cela est reconnu depuis de longues années, ce qui entraîne la revendication, exprimée dans de nombreux forums, de la nécessité d’engager une étude globale sur ce secteur, étude plus approfondie que les pourtant nombreuses études locales et qui aille bien au-delà de l’analyse de la transhumance, activité qui elle, au contraire, a bénéficié depuis l’étude classique de J. Klein, d’une attention toute particulière. En effet, les animaux recensés dans le « Honrado Concejo de la Mesta » ainsi que cette puissante institution d’élevage castillane ont été l’objet de nombreuses recherches, qu’il serait trop long de rapporter ici, axées fondamentalement sur les implications économiques, sociales, judiciaires, institutionnelles et politiques que la pratique de la transhumance a eues tout au long de six siècles pendant lesquels cette institution a généré une large et riche documentation très intéressante pour les historiens. L’étude du cheptel transhumant qui, au milieu du xviiie siècle regroupait quelques 3 400 000 têtes d’ovins – soit à peine 11 % du total du cheptel castillan et à peine plus de 18 % des ovins – s’est faite au détriment du bétail sédentaire, le laissant à l’« abandon », bien que beaucoup plus nombreux et qui, comme le signalait en 1764 le député d’Estrémadure Vicente Paíno, était celui qui retenait le plus l’intérêt de la cause publique3.

Les maladies des animaux, encore moins étudiées

  • 4 C. Sanz Egaña, Historia de la veterinaria española, Madrid, 1941, p. 419.
  • 5 M. Herrero Rojo, La veterinaria en la Antigüedad. Creación del Real Tribunal del Protoalbeiterato (...)

3Si l’approche de l’élevage – exception faite de la transhumance – provoque une certaine déception due au manque d’études globales, l’analyse de l’état sanitaire de nos animaux et des épizooties qui décimaient régulièrement les troupeaux est, dans la Couronne de Castille, encore plus décourageante. Aucune étude susceptible de donner une vision satisfaisante de l’histoire de l’élevage, que ce soit dans le domaine économique ou vétérinaire, n’a été réalisée. En 1941 déjà, le professeur Sanz Egaña signalait qu’en Espagne, de graves épizooties se sont produites à toutes les époques mais on ne trouve pas de données historiques ni sur leur date ni leur importance4. Malgré le temps écoulé depuis lors, les affirmations de celui qui fut un des pères de l’histoire vétérinaire espagnole restent encore totalement en vigueur. L’absence d’études sur l’état sanitaire des animaux sous l’Ancien Régime est évidemment liée à plusieurs facteurs qui vont de la dissimulation, pratique habituelle qui existait encore dans de nombreuses parties de la Castille il n’y a pas si longtemps, à un certain manque d’intérêt – non généralisable à toutes les sociétés d’élevage –, en passant par les limites scientifiques d’une époque où les soins étaient essentiellement prophylactiques et les connaissances empiriques5. Tout cela a fait que les références documentaires qui sont arrivées jusqu’à nous sont peu nombreuses, quand elles ne sont pas inexistantes, et presque toujours indirectes, ce qui ne facilite en aucune façon la reconstruction de l’histoire sanitaire de nos troupeaux.

  • 6 Restauración de la abundancia de España, Ed. de J.P. Le Flem, Madrid, 1975.
  • 7 Copia de un memorial que dieron al Consejo Real los caballeros Hermanos del Consejo de la Mesta, p (...)
  • 8 Une littérature économique plus consacrée, comme les politiques réformistes, à la défense de l’agr (...)
  • 9 M. Rodríguez Pascual, La transhumancia. Cultura, cañadas y viajes, León, 2001, p. 224.
  • 10 Plusieurs bergers nous ont confirmé que, dans le cas de cette dernière maladie, la viande d’animau (...)
  • 11 La plupart des ordonnances municipales castillanes contiennent un ou plusieurs chapitres avec des (...)

4Notre attention est attirée par le fait qu’un auteur comme Miguel Caja de Leruela, dans sa défense passionnée de l’élevage6, reste muet sur l’état sanitaire du bétail et qu’il ne se penche même pas sur l’impact qu’une maladie contagieuse peut avoir sur la diminution du nombre de têtes de bétail. Ses préoccupations, comme celles relevées dans beaucoup d’autres écrits de son temps7, se limitaient à assurer la disponibilité des pâturages, à obtenir la baisse de leur loyer et à critiquer les excès de taxes sur le bétail. Les procureurs des Cortès castillanes, si attentifs aux problèmes liés aux herbages et à l’élevage du bétail, ne font pas non plus référence dans leurs interventions à des questions sanitaires. Et l’abondante littérature économique du xviiie siècle ne se préoccupe guère davantage de ce sujet8. Cet oubli apparent des maladies dont souffraient les troupeaux, et plus spécialement le petit bétail, a été récemment mis en rapport avec le régime d’exploitation extensif prédominant, ce qui diminuait de façon drastique la probabilité de contagion et donc leur incidence était moindre, avec des pertes peu significatives, évaluées à environ 5 %, et considérées par les éleveurs comme de simples « diminutions naturelles dans cette activité d’élevage » ; de plus, « en cas de mort de l’animal, on utilisait tout de même habituellement la viande et les peaux, et de cette façon les pertes étaient toujours moindres9 ». Il ne semble cependant pas que la consommation de la viande provenant des animaux infectés ait été quelque chose d’habituel. Dans le cas de quelques maladies comme la maladie du bétail ovin, ou tremblante, on consommait la chair10 mais, en général, la surveillance et le contrôle des autorités municipales ainsi que d’autres instances publiques au sujet de l’hygiène et de la qualité de la viande mise en vente étaient une donnée constante, les échevins étant chargés de superviser l’abattage des animaux11 ; toute tentative de vente de viande provenant de bêtes malades, était rapidement détectée et évitée. La peur de la transmission à l’homme de la maladie des animaux était constamment présente. Comme ce fut le cas en 1722 :

  • 12 « ... être nocives et vénéneuses les viandes de quelques animaux qui sont morts de maladie épizoot (...)

«… ser nocivas y venenosas las carnes de algunos animales que han muerto de enfermedad epizoótica, y debe tenerse por muy recomendable la autoridad del Supremo y sabio Consejo de Castilla… en que noticioso del abuso y desorden de haber introducido en la Corte algunos picados de viruela, se manda a los Corregidores, Alcaldes y Regidores que cuiden e impidan vender carnes del uso común al público, quando no estén buenos y entren por su pie al matadero12

5Lorsque les contrôles sanitaires comme celui que nous venons de citer fonctionnaient, ce qui était habituellement le cas, le propriétaire des animaux malades n’avait pas d’autre possibilité que d’en assumer le coût ou, s’il voulait éviter de plus grandes dépenses, d’occulter la chose en les enterrant.

La Législation sanitaire d’Ancien Régime

La législation de la Mesta

  • 13 M. Herrero Rojo, op. cit., p. 168.

6L’image certainement déformée, parvenue jusqu’à nous, de petits propriétaires de bétail sédentaire (grand ou petit) semble montrer une faible préoccupation pour l’état sanitaire des animaux, image sûrement induite par le peu de connaissances sur l’origine, l’évolution et la guérison des maladies, ce qui rendait impossible le développement d’une hygiène sanitaire collective, de troupeau, qui n’a donc pas existé pendant l’époque moderne. D’autre part, on a signalé que d’un point de vue strictement économique la guérison individuelle valait rarement la peine, du fait de sa non rentabilité13 ; dans le cas des petits propriétaires cependant, cela était beaucoup moins évident car les quelques animaux qu’ils possédaient étaient une source de revenu ou de travail dont dépendait en grande mesure leur propre survivance. L’ignorance dans laquelle se trouvaient beaucoup de bergers et d’éleveurs – qui dans certains cas les conduisait à utiliser la prière et l’aumône comme seuls remèdes à certaines maladies – a été dénoncée à la fin du xviiie siècle par Francisco González, maître de l’École vétérinaire royale de Madrid :

  • 14 « Il y a beaucoup de bergers qui croient que les infortunes du bétail, maladies autant que pénurie (...)

«Hay infinitos pastores que creen que cuantos infortunios padece el ganado, así de enfermedades como de escasez, depende de hechizo o de alguna causa sobrenatural. Esta preocupación es muy dañosa porque se quedan los pastores esperando a que la Providencia haga algún milagro para remediar el daño, que depende más bien de su indolencia unida a alguna causa natural14

  • 15 « ... a mediados de mayo de 1797 me hallaba en Villacastín y sus inmediaciones tratando y conferen (...)

7Les appréciations de Francisco González, bien que nées de son expérience acquise dans le contact direct avec les éleveurs et les bergers qu’il consultait pour tout ce qui touchait aux maladies du bétail et à leur guérison15, sont assez exagérées, sans doute parce que ce qui l’intéressait c’était de montrer clairement la supériorité des connaissances sur les animaux qu’avaient les bergers transhumants, pour lui authentiques professionnels de l’élevage, face aux personnels sédentaires. Il est exact que le Honrado Concejo de la Mesta tenta dès la fin du xve siècle d’enrayer quelques-unes des maladies qui accompagnaient le bétail transhumant dans ses déplacements saisonniers et qui entraînaient, dans les cas de contagions, une baisse considérable des gains des sociétés d’élevage et de leurs « confrères », non seulement en raison de la mort des animaux, mais aussi parce que, dans certains cas comme la variole ou la gale par exemple, l’extension de la contagion provoquait la perte ou la dépréciation de la laine, produit de base et raison d’être de ces entreprises de transhumance. Ce sont donc des raisons fondamentalement économiques qui conduisirent à fixer, dès septembre 1499, dans le conseil qui s’est tenu dans la ville de Berlanga, comme maladies contagieuses la variole et le charbon (sanguiñuelo), auxquelles on adjoindra plus tard, respectivement en 1556 et 1574, la gale et la goutte.

  • 16 J. Díez Navarro, Quaderno de leyes y privilegios del Honrado Concejo de la Mesta, Madrid, 1731. Ti (...)

8Les mesures législatives de la Mesta pour stopper les contagions épidémiques16 reposaient sur la mise en œuvre de deux préceptes de base. En premier lieu, l’obligation de communiquer aux autorités de la Mesta toute maladie affectant les animaux, comme l’indiquait la Loi I :

  • 17 « Les confrères du Concejo, et les bergers qui gardent le bétail, dès qu’ils sauront que celui-ci (...)

«Los hermanos del Concejo, y pastores que guardan los ganados, luego que supieren que están dolientes de dolencias de viruelas, o sanguiñuelo, o gota, manifiéstenlo al Alcalde más cercano que allí huviere, so pena de treinta carneros, para el Concejo, Juez y Denunciador, por tercias partes17

  • 18 « Et si les animaux, après être arrivés à la commune où ils se trouvent, paraissent malades, que l (...)

9En deuxième lieu, on obligeait à assigner aux bêtes malades « une terre à part » dans la commune où était détectée la maladie contagieuse : « Y si los ganados, después de venidos al término donde están, parecieren dolientes, déles el alcalde tierra en el mismo lugar donde la dolencia se les mostró, salvo si la Quadrilla se concertare que se de en otra parte ; y si otros ganados parecieren dolientes, déseles tierra junto con los otros, como dicho es18. » On devait donc les séparer des animaux sains et on donnait l’ordre d’éviter – sous peine d’une amende de 10 moutons – qu’ils ne sortent de leur terrain ou qu’à l’inverse les animaux sains n’y pénètrent. La négligence des autorités de la Mesta dans l’application de ces dispositions était, elle, passible du paiement de cinq moutons.

  • 19 C. Sanz Egaña, op. cit., p. 420.

10Ces mesures législatives furent en vigueur jusqu’à la fin du xixe siècle ; lorsque le Honrado Concejo de la Mesta disparut, elles furent conservées intégralement par l’institution qui lui succéda, l’Association des éleveurs du Royaume. Cette longue période d’application – plus de quatre siècles – montre le bien-fondé de la législation de la Mesta, puisque l’information et l’isolement sont les critères de base pour éviter l’extension des contagions, bien que se soient posées – avec raison – des questions quant à leur succès parce que, non seulement ces maladies ne furent pas enrayées, continuant d’être « les compagnes inséparables de la transhumance19 » pendant toute son histoire, mais elles furent aussi un frein préjudiciable à l’introduction de la science vétérinaire moderne dans le monde rural castillan. Cependant, nous croyons qu’elles eurent une efficacité pratique, tout au moins pour ce qui se rapporte à l’extension et à la propagation de ces maladies parmi les troupeaux transhumants. Malgré les fortes amendes imposées pour le non respect de ces mesures législatives, les éleveurs et les bergers se montrèrent toujours peu enclins à la déclaration des maladies.

La législation municipale

11La Mesta ne fut pas la seule institution qui légiféra dans ce sens pendant l’Époque Moderne. Bien qu’elle soit beaucoup moins connue, la législation municipale, qui prit forme à travers les nombreuses Ordonnances locales castillanes promulguées depuis l’époque médiévale, adopta aussi des mesures qui, par le biais de l’isolement, évitaient la diffusion des maladies dans les troupeaux du voisinage. Avec les limitations propres à ce type de législation, celle-ci montre une préoccupation pour l’état sanitaire des animaux qui dépasse le cadre des grandes entreprises de la Mesta, situant les éleveurs locaux à un niveau similaire à celui des transhumants, loin des affirmations péjoratives de Francisco González. Les Ordonnances de la ville de Lopera, dans la province de Jaen, représentent un des meilleurs exemples qui peuvent être cités pour ce qui concerne leur similitude avec les Lois de la Mesta :

  • 20 « Nous ordonnons, pour les animaux appartenant aux habitants de cette ville, victimes de quelque é (...)

«Mandamos que los ganados que fuesen encontrados, de vecinos desta dicha villa con epidemia contaxiosa, por este concejo como hasta de presente se ha hecho, se les ha de señalar en este término la tierra prezisa, para que en ella anden, sin introducirse en otra, so pena de ser denunziado el ganado con un real de vellón por cabeza, siendo menor, y si maior de otra qualquier clase, quatro reales por cada una… procediéndose contra el ganadero que quebrantare dicho señalamiento de tierra20

  • 21 « … souffrant de la goutte, deux éleveurs lui attribuèrent une terre sous forme de mandat extrajud (...)
  • 22 Ibid. Leg. 18.5-2. Folio 4.
  • 23 « S’il y a quelques animaux, petit ou gros bétail, malade dans la commune, que les échevins leur d (...)
  • 24 E. C. Santos Canalejo, La historia medieval de Plasencia y su entorno geohistórico : la sierra de (...)

12Diverses informations contenues dans la documentation municipale des villes castillanes montrent que les dispositions des Ordonnances ne restaient pas lettre morte ; ainsi, par exemple, dans la localité de Cabeza la Vaca – dans la province de Badajoz – un troupeau de chèvres « por haber enfermado de gota, se le señaló tierra por dos ganaderos en forma de mandato extrajudicial para que pastase en ella, manteniéndose… sin quebrantar de modo alguno dicho señalamiento bajo la pena de cuatro ducados de multa21 ». Les infractions répétées du propriétaire du troupeau obligèrent le maire à engager une poursuite en justice. Cette préoccupation n’est point l’apanage des seules autorités municipales ; les habitants du village également se plaignent de la présence d’animaux malades, et leurs plaintes sont fréquentes. Plusieurs éleveurs de Arroyomolinos de León (province de Badajoz) informèrent en 1768 du fait que plusieurs chèvres avaient une maladie contagieuse, raison pour laquelle ils demandaient à la justice que ces animaux soient retirés des pâturages communaux22. La préoccupation fondamentale des autorités locales se centrait précisément sur l’évacuation du bétail malade des terrains communaux – en lui donnant une terre éloignée – où paissait librement le bétail des habitants et où la contagion pouvait s’étendre facilement, surtout dans les lieux où existait une zone de pâturage commune à plusieurs localités et où la non information pouvait donner lieu à une contagion généralisée. Non seulement on attribuait « une terre à part » aux animaux malades, mais les ordonnances tentaient aussi de prévenir la diffusion de la contagion par l’attribution de zones spécifiques d’abreuvement afin d’éviter la transmission de maladies aux animaux sains par le biais de l’eau : « Si hubiere algunos ganados mayores o menores dolientes en el término, que el regimiento le de y señale en la dicha ribera aguas donde beban, y no beban en otra parte23. » Dans certains cas même (comme dans la ville de Barco de Avila), l’ordonnance promulguée en 1509 voulait éviter que le bétail mange certaines plantes qui, comme l’hellébore, sont mortelles, en interdisant de façon explicite, sous peine de fortes amendes, d’arracher leurs feuilles ou racines et de les jeter dans les zones de pâturage24.

L’absence des professionnels sanitaires

L’importance des bergers et des éleveurs

  • 25 Une synthèse comportant les références des œuvres les plus importantes des albéitares espagnols du(...)
  • 26 P. Vital Ruiberriz, Historia de la ciencia veterinaria española. Del Antiguo Régimen al Liberalism (...)

13Ces mesures législatives fondées de façon presque exclusive sur l’isolement des animaux malades – la législation de la Mesta et la législation locale ne présentent pas d’autres alternatives – sont clairement insuffisantes pour faire face aux maux dont souffrait le bétail, à une époque où le développement scientifique n’aidait pas à améliorer la santé des animaux. Durant une grande partie de l’Époque Moderne, seuls les albeitares – profession héritée des Arabes dont l’art connut un grand développement en Castille au Moyen-Âge et pendant les premiers siècles de l’Époque Moderne25 – s’occupaient essentiellement des maladies du cheval et de l’art de la maréchalerie, cet animal étant très important du fait de sa participation à la guerre et sa possession faisant un signe de distinction sociale. Ce n’est qu’à la fin du xviie siècle que les albéitares commencèrent à étendre « leur activité à d’autres animaux, très timidement26 », ce qui n’aura pratiquement pas de répercussion sur la naissance d’une « médecine de troupeau », dont l’implantation sera liée à la création des écoles vétérinaires, à la fin de l’Ancien Régime.

  • 27 Agricultura general, que trata de la labranza del campo y sus particularidades, crianza de animale (...)
  • 28 Et cela bien que l’œuvre de Herrera, avec des ajouts très divers et en général de peu de valeur et (...)

14L’absence quasi totale de professions consacrées aux tâches de prévention et guérison des maladies du bétail fit que ces activités restèrent exclusivement entre les mains des éleveurs et des bergers, dépositaires d’une connaissance empirique acquise par l’observation quotidienne des troupeaux, et qui se transmettait de père en fils sans connaître d’évolution tout au long de cette période. Le catalogue des remèdes « routiniers » pour faire face aux différents maux du bétail était en effet, en grande partie, connu depuis l’Antiquité, comme le démontre l’œuvre de Gabriel Alonso de Herrera27 publiée en 1513, qui, dans le livre consacré à l’élevage, mentionne les maladies les plus communes qui affectaient les différentes espèces ainsi que les méthodes utilisées pour leur guérison. Les affirmations émises par cet érudit castillan venaient pour la plus grande partie des classiques latins (Virgile, Columela, Varron, Crecentinus, Plinius…) et n’apportaient donc, en règle générale, aucune innovation pour ce qui concerne la santé des animaux, d’autant plus que l’érudition de ce traité empêcha sa diffusion auprès de ceux qui mettaient en œuvre de façon empirique l’ensemble des savoirs nécessaires pour exercer le métier de berger28.

  • 29 G. Alonso de Herrera, Agricultura general… op. cit., p. 347. C’est nous qui soulignons.
  • 30 F. González, op. cit., Addition à la première leçon, p. 11.

15L’importance du pâturage était telle que les bergers castillans, placés sous la protection royale, jouissaient de privilèges comme l’exemption de service militaire et de fonctions municipales. Alonso de Herrera met en évidence cette importance du pâturage, en mettant en avant la figure du maître berger, qui devait savoir « toutes les choses et particularités du bétail », et pour cela « sera élevé depuis son plus jeune âge avec le bétail, et saura ainsi connaître mieux les maladies des animaux29 ». Les considérations sur ce sujet émises par Francisco González à la fin du xviie siècle sont similaires de celles de Herrera, ce qui démontre qu’aucun progrès n’avait été fait durant cette période. Le maître de l’École vétérinaire royale de Madrid signale que, parmi les obligations du maître berger se trouve celle de surveiller les animaux « fréquemment et avec attention pour observer s’ils ont une maladie contagieuse » ; les maîtres bergers devaient posséder « quelques connaissances pour soigner le bétail atteint de certaines maladies les plus communes et fréquentes30 ». La confiance que mettait González dans ces savoirs empiriques le conduisit même à énumérer les maladies des agneaux et des moutons en suivant les informations « recueillies auprès des bergers eux-mêmes », ce qui montre bien l’enracinement profond des pratiques traditionnelles dans la société castillane et, en même temps, les difficultés auxquelles la science vétérinaire allait s’affronter pour les déraciner, car les premiers vétérinaires gardaient toute leur confiance dans ces connaissances empiriques.

Les débuts de l’École vétérinaire

  • 31 J.M. Pérez García, op. cit., p. 18.
  • 32 P. Vital Ruiberriz, op. cit.

16Ce n’est qu’en 1788 que Charles III, par édit royal promulgué le 7 septembre, posa les premières bases pour la création d’une École vétérinaire qui fut fondée par Charles IV, quatre ans plus tard. On suivait ainsi, bien qu’avec un certain retard, l’exemple d’autres pays européens qui avaient créé des institutions similaires plusieurs années auparavant. En plus du « climat culturel du siècle » et de « la curiosité pour les sciences de la nature », les raisons qui conduisirent à cette réalisation ont à voir avec la constatation de l’incapacité de l’épizootiologie empirique à faire face de façon efficace aux grandes plaies du bétail et à la diminution du nombre d’animaux provoquée par les grandes épizooties de la seconde moitié du xviiie siècle31. Les débuts de l’École vétérinaire furent marqués par l’accent mis sur la pratique, impulsé par le favori de Charles IV, Manuel Godoy, qui fut à l’origine de la publication périodique du Semanario de Agricultura dirigido a los Párrocos (hebdomadaire d’agriculture adressé aux curés) et qui sera édité jusqu’à sa chute en 1808 ; ce bulletin avait pour but de diffuser les progrès des diverses académies et écoles scientifiques. Dans un langage simple, capable d’atteindre de larges couches de la population, de nombreux articles (jusqu’à un total de 53) y parurent sur les plus diverses maladies du bétail et les méthodes employées pour les traiter32. Le Semanario fut, d’une certaine manière, le premier pas vers l’introduction de la science vétérinaire moderne – bien que tous les articles mentionnés ne fussent pas écrits par des scientifiques mais, pour beaucoup d’entr’eux, par des éleveurs et des bergers – dans le monde rural castillan. Le Prince de la Paix fut aussi à l’origine de la traduction de travaux de médecine vétérinaire issus de la prestigieuse école française, comme la traduction de l’œuvre de C. Daubenton réalisée par Francisco González.

  • 33 Parmi lesquelles nous soulignons le Tratado de las enfermedades endémicas, epidémicas y contagiosa (...)
  • 34 C. Sanz Egaña, op. cit., p. 422.
  • 35 Ed. de A. García Sanz : Agricultura y Sociedad, 34 (1985).

17À côté d’œuvres à caractère scientifique33, au début du xixe siècle, en plein déclin de l’Ancien Régime et parallèlement à la transhumance, quelques traités empiriques, écrits non pas par des professionnels vétérinaires mais par des éleveurs, furent largement diffusés, à l’instar de la Vida Pastoril de Don Manuel del Río, éditée en 1828 ; défini comme « manuel du parfait berger, il consacre plusieurs paragraphes à l’étude des maladies ovines les plus communes, et est écrit dans un langage simple afin d’être compris par les bergers et les éleveurs34 ». Dans ce sens, on doit aussi parler du Tratado práctico de ganadería merina u ovejas y lana fina (Traité pratique d’élevage de mérinos ou moutons à laine fine), du libéral Esteban Pastor35 de Ségovie, dont les chapitres 5 et 6 sont consacrés aux maladies qui affectent les mérinos, leur origine et leur traitement. L’édition d’œuvres de ce genre, adressées aux éleveurs et aux bergers, explique la survivance d’un modèle d’hygiène animale fondée sur l’observation et l’application de remèdes traditionnels qui ne sera vraiment dépassé que dans la seconde moitié du xixe siècle, hors du cadre chronologique de notre travail.

Les facteurs du développement des maladies. la transhumance ou la « mudanza de pastos »

Les facteurs favorisants

18Pendant la presque totalité de l’Époque Moderne, les soins et la santé du bétail restèrent donc entre les mains des éleveurs et des bergers. Ils connaissaient depuis longtemps l’influence des trois facteurs déterminants dans le développement des maladies du bétail : le climat, le sol et l’eau, en particulier pour les ovins qui, quoique supportant assez bien les inclémences du temps, étaient beaucoup plus sensibles que les autres espèces aux modifications qui altéraient leurs conditions de vie. Cette appréciation fut confirmée dans la seconde moitié du xixe siècle par la science vétérinaire :

  • 36 C. Martínez de Anguiano, Tratado teórico práctico de las enfermedades variolosas en el hombre y lo (...)

« Les altérations des plantes fourragères, les inondations, les irrégularités dans la succession des saisons et les intempéries atmosphériques, sont les causes les plus palpables et communes des épizooties dans la zone tempérée36. »

19Herrera lui-même signalait déjà en 1513 les inconvénients des rigueurs du climat et la nécessité de disposer de pâturages en terrains appropriés selon les saisons ; quoiqu’il ne la mentionnât pas directement, il glosait sur les vertus de la pratique de la transhumance :

  • 37 « N’importe quel bétail peut être tout autant tué ou affecté par le froid comme amaigri par la fai (...)

«a qualquier ganado tanto lo mata y destruye el frío, y tanto lo enflaquece casi como el hambre. Verdad sea que esto es más menester en unas tierras que en otras… en el campo el pasto sea donde haya yerva en abundancia, mas no sean lugares viciosos, mayormente húmedos de manantiales y lagunas, porque con el vicio enferman mucho… Y si no las encierran los inviernos en los establos donde es la tierra fría, es menester llevarlas a que invernen en lugar que sea caliente, adonde haya mucho que puedan pacer, y en los tiempos calientes tornarlas a los lugares frescos37».

20Francisco González est encore plus clair lorsque, à la fin du xviiie siècle, il met l’accent sur l’importance du changement de pâturage et la nécessité de la transhumance non seulement pour les moutons mais pour tout type de bétail en affirmant que :

  • 38 « L’émigration ou transhumance convient à toute espèce de bétail, ovin tout autant que bovin, chev (...)

«una emigración o trashumación conviene a toda especie de ganado, tanto lanar como vacuno, caballar, cabrío y de cerda. Una prueba de esto es que todos los males que con tanto rigor afligen algunas veces a las referidas especies, aunque sean epizoóticos o pestilenciales, cesan inmediatamente que mudan de terreno38».

  • 39 A. García Sanz, Antiguos esquileos y lavaderos de lana en Segovia, Ségovie, 2001, p. 24.

21La forte chaleur, « les rayons verticaux du soleil leur provoquent une fièvre ardente qui les tue rapidement », de même que les basses températures et les pluies froides – qui enrhument et refroidissent les troupeaux, et les transissent jusqu’à provoquer leur mort – sont nocives au bétail ovin, surtout lors de la tonte des transhumants qui a lieu sur des terres plus fraîches situées au nord du Système Central, au début du printemps, après une longue marche partie du sud, plus chaud ; de brusques changements de température, fréquents au début du mois de mai, pouvaient décimer les troupeaux récemment tondus, comme cela arriva à la fin du xviiie siècle à Villacastín, l’un des centres d’élevage et de tonte les plus importants de la Castille, où entre les mains de 7 tondeurs passaient annuellement, au milieu du siècle, quelque 170 000 têtes de bêtes à laine39 :

  • 40 « En 1797, après avoir tondu plusieurs troupeaux pendant les premiers jours de mai, le temps devin (...)

«En el año 1797, habiéndose esquilado diferentes rebaños en los primeros días de mayo, se mudó el tiempo en un frío extremado que mató más de seis mil cabezas esquiladas en Villacastín, y fue necesario suspender el esquileo40».

  • 41 M. Rodríguez Pascual, op. cit., p. 231.

22Les terrains marécageux ou inondés, et l’humidité en général, étaient également nocifs pour le bétail : dans ces lieux les troupeaux contractaient plus facilement certaines maladies. Pour cette raison, les bergers évitaient les terrains humides, préférant les pâturages élevés, pentus et offrant une herbe sèche. Ils devaient faire attention tout spécialement pendant les hivers froids et fortement pluvieux : la pâture était alors recouverte de rosée, serein ou gelée blanche et son ingestion pouvait provoquer, entre autres maladies, la maladie ovine du goitre, mal qui surgissait « en pâturant les herbes couvertes de rosée et de serein, où se trouvent des limaçons qui laissent leur bave sur l’herbe41 ». Ces limaçons – hôtes d’un parasite, la douve –, proliféraient, après plusieurs jours de pluie précédés d’une période de temps sec, en Estrémadure, principale zone de pâturage hivernal de la Castille. Lorsqu’il était possible, le changement de pâturage était le seul remède employé par les bergers pour éviter que ce type de maladie ne s’étende à l’ensemble du troupeau.

Des situations extrêmes

23Pour remédier au manque de pâture dû aux avatars du temps – extrême sècheresse, comme dans les années 1529 et 1638, ou abondantes chutes de neige, comme en 1539 – les bergers de la Mesta se tournaient vers la Monarchie qui n’hésitait pas à leur accorder des privilèges pour garantir la survivance des troupeaux ; c’est ce qui se passa, en 1529, année tout spécialement critique :

  • 42 « En raison de la grande sécheresse qu’il y avait eu cette année là, les pâturages n’avaient plus (...)

«Por la gran sequedad que había habido aquel año, que las dehesas no tenían yerva, ni los ganados eran capaces de mantenerse, por lo que perecían y estaban dispuestos a perecer del todo… que siendo único remedio para su alivio el cortarles ramas de los árboles, para que se pudiesen sustentar, no se lo permitían las Justicias y Dueños de las dehesas… mandamos a cada uno de vos, por el presente año y no más, dexéis y consintáis los pastores, que anduvieren en las dichas dehesas, cortar y ramonear en ellas, lo que hobiesen menester para el mantenimiento de sus ganados, sin les pedir por ello ninguna pena, ni prenda42

24Malgré ce qui est spécifié dans la Real Provisión, pendant certaines des années qui suivirent – comme en 1638 – on accorda de nouveau la même grâce aux éleveurs de la Mesta. Cela ne veut point dire que, dans les nombreuses périodes climatiques hostiles qui se succédèrent pendant l’époque moderne, les animaux n’aient pas péri par manque de pâturages ; entre autres raisons, du fait que tous les propriétaires de bétail ne pouvaient pas jouir des avantages et privilèges donnés à ceux de la Mesta. Le bétail sédentaire souffrait davantage des perturbations climatiques en raison du manque d’aliments alternatifs, comme quelques exemples nous le confirment. Une des étapes les plus graves pour l’agriculture et l’élevage de l’intérieur de la péninsule se produisit pendant les premières années du xviiie siècle, lorsque les conditions climatiques extrêmement hostiles (le Grand Hiver Européen) vinrent s’ajouter aux conséquences de la guerre de Succession, s’acharnant sur la campagne castillane et affectant tout spécialement les bêtes de labour. Le procureur général de Brozas (province de Cacérès) présentait ainsi ce qui s’est passé dans sa ville :

  • 43 « Durant l’automne sept cent quatorze, l’hiver qui suivit et toute l’année 1715 il n’y eut pas de (...)

«En la otoñada del año de setecientos y catorce y en el invierno siguiente y en todo el año de quince faltaron las aguas… que los labradores desta villa, por no haber pastos, alimentaron sus bueyes con la paja que habían recogido para el invierno, dándoles con ella grano y harina de cebada y centeno, y que sin embargo por las pocas aguas y de mala calidad murieron muchos de ellos antes de la sementera. Y que después de ella se murieron de tres partes las dos, quedándose algunos labradores sin bueyes por no tener paja, ni pastos que darles… Y que la misma mortandad experimentaron los dueños de ganados lanares; y que estos, y los vacunos que han quedado, no han criado en este año de setecientos y diez y seis43

  • 44 V. Pérez Moreda, Las crisis de mortalidad en la España interior (siglos xvi-xix ), Madrid, 1980, p (...)
  • 45 « Les informations que donnent généralement les bergers, particulièrement les transhumants, sur le (...)

25À la même époque, à cause de la grave sécheresse qu’ils subissaient, les habitants d’Otero de Herreros, dans la province de Ségovie, « n’ont pas pu semer et ne peuvent pas alimenter le peu de bétail de labour qu’il leur reste44 ». Des situations similaires furent sans doute fréquentes pendant les années soixante-dix et quatre-vingt-dix du xvie siècle ainsi que les périodes 1629-1632, 1648-1651, 1659-1662 et 1762-1765, entre autres, bien que l’information qui nous soit parvenue se réfère presque exclusivement à des problèmes de pénurie de grains et leurs prix élevés et même de morts humaines par inanition, les références au bétail étant en effet très rares et, lorsqu’elles apparaissent, liées surtout aux désastres naturels comme des inondations et graves sécheresses. Il ne semble pas, cependant, que mourir de faim, situation à laquelle Daubenton donna tant d’importance en France, ait eu une incidence aussi élevée en Castille, ceci non seulement en raison de l’adoption de mesures extraordinaires dont bénéficièrent les éleveurs et bergers de la Mesta, mais parce que, comme le signalait Francisco González – avec une certaine ingénuité et une forte dose d’exagération de sa part et un excès d’optimisme de ses informateurs –, grâce à la qualité de nos pâturages « las noticias que generalmente dan los pastores, con especialidad los trashumantes, sobre las enfermedades de los corderos, manifiestan ser producidas más bien por la abundancia que por la escasez45 ».

  • 46 Arrêtés municipaux de Los Santos de Maimona (Badajoz). Cité par A. Rodríguez Grajera, El agua y la (...)

26Les bergers et les éleveurs avaient une autre préoccupation, c’était que leurs troupeaux puissent utiliser de bons abreuvoirs, d’accès libre et facile, éloignés des lieux où se développaient des activités pouvant troubler l’eau, comme le rouissage du lin, activité très courante dans les rivières, ruisseaux et lagunes de la plupart des villages de Castille ; et éloignés aussi, dans certaines régions, des lieux où on pêchait en utilisant des appâts de chaux vive, coca, poivre des Indes ou sainbois, rigoureusement interdits par les Ordonnances Locales car le bétail « va boire et meurt ». Francisco González signalait aussi que les ovins ne devaient pas boire « là où s’abreuvent les vaches et les bœufs, car leur bave est très nocive pour eux » ; une prévention très généralisée chez les bergers de mérinos que les échevins de la localité de Los Santos de Maimona, en Estrémadure, avaient mise en place déjà dès la moitié du xvie siècle, dans le but de protéger les bovins – bétail fondamental pour les travaux agricoles – établissant que « le petit bétail ne pouvait pas boire dans les mêmes endroits que les bœufs, sauf si on leur assignait un abreuvoir spécifique46 ».

Les remèdes traditionnels pour la guérison des maladies

Quelques remèdes classiques

27Des mesures préventives de cet ordre, bien qu’ayant pu contribuer dans de nombreux cas à éviter que certaines maladies n’apparaissent ou ne s’étendent, ne pouvaient évidemment pas être suffisantes pour affronter l’apparition cyclique de maladies, et il était donc nécessaire que les bergers disposent de moyens et de connaissances adéquats pour soigner les animaux malades et éviter que la contagion ne se généralise. Le sel était le compagnon inséparable des bergers ; il donne au bétail

  • 47 « De la vigueur et plus d’appétit, le réchauffe et l’aide à digérer, empêche les embarras et fait (...)

«vigor y más apetito, lo calienta y lo hace digerir mejor, impide las obstrucciones y hace correr las aguas supérfluas que tienen en su interior, que son la causa de la mayor parte de sus enfermedades47».

  • 48 J. Matas Coscoll y Llimona, Segunda guía científica de labradores, Madrid, 1769, p. 71.

28Outre le fait d’être un moyen de prévention efficace, le sel était aussi utilisé de façon systématique, en tant qu’élément de base dans l’élaboration de pommades, pour soigner différents maux et l’on recommandait aux bergers que « bien que le sel soit cher », d’en avoir toujours sur eux. Ce conseil de José Matas48 était bien connu des éleveurs qui, dès le xvie siècle, avaient su obtenir de la Monarchie des privilèges pour transporter du sel dans leurs déplacements saisonniers sans être pour cela pénalisés.

29On trouvait aussi d’autres éléments fondamentaux dans les pelisses des bergers, comme des herbes et autres produits avec lesquels on préparait des onguents, on faisait des vapeurs aromatiques (avec des plantes, pour assainir les étables) et on élaborait des infusions pour traiter certaines maladies qui affectaient le bétail. En plus de l’huile et du vinaigre, les plus utilisés étaient l’huile de cade (huile de baies et branches de genévrier, aux propriétés médicinales), le liquide résiduel du broyage des olives, le sainbois, le chèvrefeuille, le romarin et l’ellébore. Au xviie siècle furent introduites quelques drogues provenant d’Amérique, comme quinine et coca entre autres, mais il ne semble pas que ces produits aient été adoptés par les bergers pour soigner leur bétail, car ils continuaient à faire confiance aux remèdes traditionnels.

  • 49 F. González, op. cit., p. 261.
  • 50 Interrogatoire de la Cour de Justice Royale d’Estrémadure, année 1791, cité par A. Rodríguez Graje (...)

30Une pratique commune et extrêmement répandue pour le traitement des maladies causées par un « excès de sang », la saignée, dont l’utilisation était déjà recommandée par Alonso de Herrera au début du xvie siècle (pour le mal de rate ou charbon et les fièvres mais aussi, bien que considérée alors comme peu efficace, pour la maladie des ovins) était considérée par Daubenton lui-même comme l’un des remèdes les plus importants pour les animaux. Les bergers castillans, qui avaient beaucoup d’expérience dans cette pratique, n’utilisaient pas la lancette, comme le faisaient les Français, mais leurs propres couteaux et généralement ils saignaient l’animal au larmier et à la queue. Selon Francisco González, la saignée était nécessaire dans « les fièvres, l’apoplexie, la maladie du bétail ovin ou tremblante et dans la pléthore de sang49 ». Un autre type de remède traditionnel, appliqué généralement à l’apparition des premiers symptômes, comme dans le cas du mal de rate ou charbon, consistait à baigner le troupeau dans la rivière, pratique peu efficace et même très nocive car cette maladie pouvait facilement se transmettre à l’homme, mais cependant très enracinée dans beaucoup de régions castillanes. Les habitants de Villarreal de San Carlos, l’une des nouvelles localités fondées par Charles III en Estrémadure, avaient une confiance aveugle dans les vertus curatives des eaux du Tage et n’hésitaient pas à affirmer que « en cas d’épidémies chez les animaux, si on les baigne dans le Tage, elles disparaissent50 ».

  • 51 E. Pastor, Tratado práctico... op. cit., p. 301.

31L’emploi de ces remèdes par les bergers castillans pouvait guérir certaines affections dont souffrait fréquemment le bétail, mais c’était toujours des maladies bénignes ou non mortelles si ces solutions traditionnelles étaient appliquées à temps. C’est ce que l’on observait dans le cas de la chamberga, maladie parasitaire qui, bien que contagieuse, n’était pas mortelle ; elle s’accompagnait de diarrhée et de rhume et apparaissait habituellement durant les printemps pluvieux et froid, « spécialement si la laine est mouillée par temps froid51 ». En plus d’amener, lorsque cela était possible, les animaux contaminés dans des zones de pâturage plus sèches, on leur donnait par voie orale de l’huile de cade avec du sel grillé ou bien une infusion d’ellébore. Paître dans des terres humides où se trouvaient des plantes épineuses, provoquait, surtout chez les agneaux les plus jeunes, l’apparition de perlèches, pustules aux commissures des lèvres qui rendaient douloureuses et donc difficile toute ingestion de nourriture ; si les pustules se trouvaient sur les pattes, les animaux pouvaient boiter et ils ne pouvaient plus suivre le troupeau, ce qui était très grave lors des déplacements saisonniers. Le remède traditionnel, qui était généralement efficace, consistait en l’application sur les zones affectées, d’un bain de vinaigre, d’huile et sel, ou bien de jus de chèvrefeuille.

Maladies des ovins

  • 52 M. Rodríguez Pascual, op. cit., p. 225.

32La grippe ou fièvre aphteuse, dont on parle déjà dans des documents du xvie siècle, est une maladie contagieuse qui apparaissait de façon cyclique, tous les cinq ou six ans52 ; elle attaquait la bouche, les mamelles ainsi que les sabots, allant jusqu’à les faire tomber. Malgré la gravité de cette maladie, on la soignait facilement par l’utilisation de bains d’eau saturée de sel et vinaigre. Les bergers qui informèrent Francisco González des maladies les plus communes du bétail à laine n’y faisant pas mention, il est permis de croire qu’ils ne la considéraient pas comme une maladie particulièrement grave.

33La gale fut la première des maladies parasitaires à être prise en compte par la législation de la Mesta, en raison du préjudice économique qu’elle causait du fait de la détérioration de la laine. Au début du xvie siècle Alonso de Herrera la considérait déjà comme la plus importante des maladies du bétail à laine, au point de confondre les concepts de bétail malade et de bétail galeux. La gale, extrêmement contagieuse bien que pas très grave, a affecté régulièrement les troupeaux à laine – le bétail caprin aussi – pendant toute l’Époque Moderne, et les bergers devaient donc être très vigilants pour éviter son extension. On la combattait en coupant, en premier lieu, les voies de contagion au moyen de la séparation des animaux malades et des animaux sains, parce que, comme on le savait depuis l’Antiquité, une morbide pecus, inficit omne pecus. On la traitait par l’application de différents produits sur les croûtes de l’animal malade, de l’huile de cade à l’infusion d’ellébore, en passant même par le méconium, en plus de l’eau de lupin, du liquide résiduel du broyage des olives cuit et même de l’urine humaine. Face à ces remèdes, qui guérissent la maladie tout en n’abîmant pas la laine, González conseille d’utiliser l’« onguent français » de Daubenton, composé de saindoux et d’huile de térébenthine, mélange que les bergers castillans, fidèles à leur tradition, n’utiliseront pas.

  • 53 F. González, op. cit., p. 272.

34D’autres maladies, plus graves, comme la maladie des ovins par exemple, requerraient la saignée ; Esteban Pastor écrivait que « le remède c’est la saignée au larmier qui sauve la vie si elle est faite dès les premiers symptômes ». On utilisait aussi cette méthode, sans grand résultat cependant, pour la jaunisse ou ictère qui affectait les agneaux et était généralement mortelle. Elle faisait partie de l’arsenal employé pour combattre le charbon symptomatique, plus efficacement pour les caprins que pour les ovins ; pour ces derniers, Herrera recommandait le sacrifice du troupeau malade. Il s’agissait d’une maladie infectieuse qui pouvait être mortelle et qui était considérée comme contagieuse : dans plusieurs régions de la Castille, durant l’hiver 1797, plus de 75 % des agneaux moururent des suites de cette maladie53.

35Les connaissances traditionnelles des bergers et des éleveurs n’avaient aucune efficacité face aux maladies épizootiques les plus graves qui affectaient le bétail castillan : la variole et le charbon ou mal de rate étaient considérés à juste titre comme les plus importantes plaies du bétail. Pour la variole – maladie caractéristique des bêtes à laine, plus rare chez les autres espèces – qui fit son apparition au XVIe siècle, les bergers n’avaient d’autre solution que l’isolement des animaux malades d’avec les animaux sains ; aucun remède n’existant pour les traiter, leur unique préoccupation était d’éviter toute extension d’une contagion qui se produisait non seulement par contact direct avec les bêtes malades, mais aussi par le seul passage d’un troupeau sain là où était déjà passé un troupeau contaminé. Les voies de transhumance, les cañadas, de la Mesta étaient donc un important foyer de propagation de cette maladie et, très tôt, le Haut Conseil de la Mesta s’y intéressa. Dans la plupart des cas, la seule possibilité offerte aux bergers et aux éleveurs pour contrôler cette maladie était le sacrifice prophylactique des animaux, suivant en cela le vieil avertissement du poète latin Virgile :

  • 54 Cité par M. Herrero Rojo, op. cit., p. 178.

« Lorsque tu verras qu’un de tes moutons se sépare souvent des autres en cherchant l’ombre ou paît sans plaisir la pointe des herbes, et marche derrière le troupeau, ou se couche tandis que les autres paissent, ou rentre seul à la bergerie à la nuit tombée, enraye aussitôt le mal avant que la cruelle contagion soit transmise à tout le troupeau54. »

  • 55 Cité par M. Rodríguez Pascual, op. cit., p. 224.

36Ce ne sera qu’à la fin de l’Ancien Régime que l’on mentionnera quelques moyens de traiter la variole, mais ils ne seront pas souvent appliqués car d’une efficacité douteuse. Manuel del Río proposa une méthode d’inoculation qui peut être considérée comme un précédent à la vaccination : « Sur les animaux atteints avec un développement bénin de la maladie, on prélève à l’aide de la pointe d’une grosse aiguille de la matière qui suppure des boutons et on l’introduit dans les animaux sains par piqûre dans un endroit de la peau dépourvu de laine55. » Fait remarquable car c’est un éleveur et non un vétérinaire qui propose ce système et cela bien des années avant que la vaccination ne rentre dans les faits.

  • 56 M. Herrero Rojo, op. cit., p. 177.
  • 57 J. Villalba, Epidemiología española... op. cit., p. 37.

37Le mal de rate ou charbon bactérien, attribué à une alimentation inadaptée et à l’ingestion d’eaux insalubres et qui se manifestait dans les zones humides, fut la deuxième grande plaie de l’élevage ovin pendant l’Époque Moderne, « une maladie terrible qui tuait les animaux… sans qu’il n’y ait la moindre possibilité de l’enrayer lorsqu’elle se déclarait ni même de détecter son apparition pour l’arrêter56 ». Très contagieuse, elle pouvait aussi se transmettre à l’homme par différentes voies (de la laine pendant la tonte à la viande), ce qui en faisait un mal bien plus dangereux. Villalba mentionne – sous le nom générique de peste – une contagion de ce genre qui affecta une grande partie de l’Andalousie, en particulier la ville de Málaga et ses alentours pendant l’année 1637 et qui provoqua une grande mortalité aussi bien chez les hommes que chez les animaux57. Francisco González, lui aussi, mentionne plusieurs exemples de contagion à l’homme. Bien que les bergers castillans aient eu l’habitude de saigner les animaux infectés, cette méthode ne donnait aucun résultat et la maladie restait mortelle. Les seules solutions qui pouvaient être appliquées étaient, là encore, le changement de pâturages et d’eaux – l’infection surgissant dans les zones humides et marécageuses – et l’enterrement des cadavres dans une fosse profonde recouverte de chaux vive.

  • 58 F. González, op. cit., p. 277. Quand il eut connaissance de ce système, notre auteur réalisa diffé (...)
  • 59 Cité par M. Rodríguez Pascual, op. cit., p. 233.

38Les bêtes à laine souffraient d’autres maladies incurables – bien qu’avec des indices de mortalité bien moins élevés que ceux des deux précédentes – comme la goutte et la tremblante ; nous avons déjà fait référence à l’hydropisie des moutons. La première était contagieuse et empêchait les femelles de nourrir leurs agneaux, pouvant aller jusqu’à provoquer la cécité si elle s’attaquait aux yeux. La tremblante, qu’on croyait « ser resultado de destemplanza de cabeza » et même des coups que les bergers donnaient aux animaux avec leur bâton, est en réalité une maladie parasitaire transmise par le chien et produite par un ténia. Les bergers utilisaient plusieurs remèdes traditionnels pour la combattre, comme l’immersion de la tête des animaux malades dans l’eau et « tenerla como dos credos », en répétant cette opération plusieurs fois par jour ; on réalisait aussi une sorte de trépanation, « on leur faisait un trou au front avec une grosse alêne ou un burin, par où on leur sortait une vessie pleine d’eau58 ». Cependant, la recommandation de Manuel del Río était beaucoup plus radicale et devait être certainement la pratique la plus suivie : « il est nécessaire de tuer immédiatement le premier mouton infecté pour qu’il ne transmette pas la maladie aux autres59 » ; ce n’était pas en vain qu’Alonso de Herrera donnait déjà ce conseil au début du xvie siècle : « beaucoup attrapent la tremblante et… cela les rend fous. Si vous voyez que l’une d’elles tombe malade, tuez-la aussitôt ».

Maladies des porcins et des bovins

  • 60 G. Alonso de Herrera, op. cit., p. 392.
  • 61 J. Villalba, Epidemiología española... op. cit., p. 40.

39La plupart des maladies que nous avons citées – sans aucune prétention de catalogue exhaustif – ne sont pas spécifiques aux bêtes à laine (puisque d’autres types de bétail souffraient de la plupart d’entr’elles) mais elles affectent plus souvent cette espèce ; nous voulons tout de même nous référer, ne serait-ce que brièvement, à d’autres maladies qui s’attaquaient à d’autres espèces de façon plus concrète. C’est le cas des lampas, maladie considérée comme incurable et très contagieuse qui minait fréquemment la santé de l’animal le plus populaire du cheptel castillan, le porc. Lorsque cette maladie apparaît, « séparez les porcs malades des autres pour qu’ils ne la leur transmettent pas, et tuez-les avant qu’elle ne s’étende et qu’ils n’en meurent60 ». Cette maladie affectait également les chevaux, comme cela arriva en 1640, peu après le début des hostilités entre la Castille et le Portugal61.

  • 62 Toute l’information sur cette épizootie provient de J. Villalba, op. cit., p. 137-138.

40Beaucoup de maladies dont souffrait le bétail bovin avaient des similitudes avec celles que nous avons décrites pour les bêtes à laine et de la même manière et les méthodes de traitement en étaient également identiques : changement de pâturage, saignée appliquée dans les cas de fièvres, de charbon symptomatique, de ranas – maladie qui faisait enfler la langue et les empêchait de s’alimenter –, frictions de liquide résiduel du broyage des olives, de vinaigre et de sel, pour tenter de résoudre les problèmes de vomissements, ingestion d’herbes empoisonnées, morve, fièvres et même pestilences. La dispersion des animaux, qui en Castille ne se concentraient pas en grands troupeaux – si ce n’est dans quelques zones du nord ou dans les provinces de Salamanque et d’Avila –, ainsi que leur nombre assez réduit (si on le compare à celui du bétail ovin) freinaient l’extension d’épizooties pour cet élevage. Cependant une forte mortalité bovine s’étendit dans plusieurs zones de la Castille en 177462 ; il s’agit sans aucun doute de la grande épidémie de peste bovine qui affecta une grande partie de l’Europe occidentale et qui n’épargna pas la Péninsule Ibérique. Selon les informations données par la Junta Suprema de Sanidad, institution qui ne s’occupait pas d’habitude des épizooties, elle apparut dans le sud de la France, où « les bovins avaient une maladie contagieuse et il en mourait un grand nombre chaque jour, raison pour laquelle on avait absolument interdit l’introduction de ce bétail et des bêtes à laine jusqu’à nouvel ordre ». Le remède pour éviter la contagion c’est de

  • 63 « Tuer et enterrer dans des trous profonds, non seulement les bêtes infectées mais toutes les autr (...)

«matar y enterrar en hoyos profundos, no solo las reses que al instante se ven inficionadas, sino todas las demás que hayan tenido comunicación o roze con ellas, aunque estén enteramente sanas, por haber acreditado una larga y constante experiencia los buenos y seguros efectos de esta providencia, y la insuficiencia de todas las demás63».

41Des mesures comme celles-ci ne furent pas mises en pratique aussi rapidement qu’il eût fallu et une grande partie du cheptel bovin du nord de l’Espagne, particulièrement des régions d’Alava, Guipúzcoa, Santander, Navarre, et même Aragon, périt. Pire encore, la maladie s’étendit dans le sud de la Péninsule, plus précisément dans le Royaume de Grenade, où « il resta peu d’animaux de cette espèce, bien qu’on ait pris la mesure de les enterrer dans des trous très profonds, d’où ne pouvaient sortir de particules fétides car on jetait sur les cadavres une couche dense de chaux et de terre ». Quelques-unes des informations que donne Villalba font penser que cette épizootie était sans doute endémique en Castille, car « on l’avait observée durant les années précédentes et il y avait déjà bien longtemps que le bétail en souffrait dans plusieurs royaumes ».

***

42Dans ce bref panorama des conditions sanitaires du bétail castillan pendant l’Époque Moderne, un sujet de grand intérêt pour l’histoire économique et auquel on n’a pratiquement pas porté attention jusqu’à présent est de savoir pourquoi un des piliers fondamentaux des traitements sanitaires empiriques se fondait sur le fait de garantir aux animaux une alimentation adéquate, sur la base de pâturage frais et abondant, capable de fournir des conditions minimales de salubrité – qui était associée à l’absence d’humidité et d’inondation –, ce qui n’est possible qu’en régime d’élevage extensif. La Castille des temps modernes, société de champs ouverts où la derrota de mieses (droit accordé au bétail de paître librement dans les champs ensemencés une fois les récoltes faites) était une pratique habituelle presque jamais remise en cause, jouissait des conditions nécessaires à l’établissement d’un régime d’alternance de pâturages, tant pour ce qui est des longues transhumances à caractère saisonnier que pour les mouvements plus brefs du bétail qui allait d’une commune à l’autre. De la même manière, le bétail sédentaire jouissait non seulement des avantages liées à ce droit traditionnel de la derrota de mieses, mais profitait aussi de vastes espaces – pâturages communaux pour les bêtes de labour appartenant aux habitants, terrains incultes, bois communaux ou privés – où il trouvait une abondante pâture de bonne qualité.

43Cette caractéristique de mobilité offerte au cheptel castillan fit du bétail en liberté la note dominante face à la stabulation, système qui favorisait davantage l’apparition et la diffusion des maladies contagieuses. Ce n’est pas en vain que, comme nous l’avons déjà observé, les rares auteurs qui se sont occupés de l’hygiène animale mirent en relief la nécessité de la transhumance, du changement de pâturage, comme un élément de plus parmi ceux de base pour garantir aux animaux un plus haut niveau de salubrité. Ce qui était possible dans le cadre des conditions socio-économiques du monde rural castillan.

44Cela ne veut pourtant pas dire que nos troupeaux n’aient pas été touchés par les maladies et soient restés en marge des grandes épizooties qui, de façon systématique, s’abattaient sur eux, mais la disponibilité de pâturages garantissait la mise en œuvre de la première des mesures en cas d’épidémies : l’isolement du bétail malade, la possibilité de l’emmener dans des zones éloignées de celles où se trouvait le bétail sain. L’insistance développée par les éleveurs, les auteurs de traités et les vétérinaires dans le changement de pâturage en est la confirmation. Il est tout à fait possible que ces conditions environnementales favorables aient eu une influence positive sur une moindre incidence des épidémies, mais il faudra d’autres études pour corroborer cette hypothèse. Peut-être qu’il faudra aussi – sans aucunement oublier l’importance du phénomène, sans doute généralisé, de dissimulation – interpréter les silences des documents et de nombreux auteurs économiques sur cette question vitale pour l’économie castillane.

45À partir du milieu du xviiie siècle, ces conditions environnementales si favorables allaient être modifiées par l’action conjuguée de plusieurs facteurs, parmi lesquels il faut souligner les débuts d’un processus de fermeture des terres par clôture ainsi que leur privatisation, qui allaient limiter, peu à peu, les utilisations communautaires traditionnelles ; remarquons le rôle fondamental que joua dans ce domaine l’essor démographique qui se déroula de façon ininterrompue à partir du milieu du siècle, ce qui rendit nécessaire un développement plus important de l’agriculture, le grand enjeu pour les plus éminents économistes espagnols de l’époque. À l’intérieur de la Castille, le modèle de croissance agraire se développa sur des bases extensives, ce qui l’opposa au modèle prédominant d’élevage, extensif lui aussi. Il n’est donc pas étonnant que les ilustrados et les libéraux aient attaqué la Mesta, institution qui représentait mieux que toute autre le triomphe de l’élevage extensif. Nous ne devons pas non plus être surpris par le fait que plusieurs auteurs du xviiie siècle, comme Enrique Doyle dans son Tratado sobre la cría y propagación de pastos y ganados publié en 1799, aient parié sur l’établissement d’un modèle d’élevage fondé sur la stabulation et donc tout à fait contraire à la transhumance, l’une des bases de l’élevage castillan.

46Sur l’autre plateau de la balance, il faut nécessairement mettre une hygiène animale pratiquement inexistante, des remèdes traditionnels qui restèrent les mêmes tout au long de l’Âge Moderne, efficaces seulement dans les cas de maladies bénignes, l’absence de professionnels spécialisés dans la prévention et le soin du bétail et les réticences des bergers et des éleveurs face aux innovations que les vétérinaires essayèrent en vain d’introduire à partir de la fin du xviie et jusqu’au début du xixe siècle. Les bergers et les éleveurs prirent en charge la santé de leurs troupeaux et, en raison des circonstances, devinrent des experts en tous types de remèdes naturels et même parfois surnaturels. L’importance de la tâche réalisée – très grande sans aucun doute – ne pouvait, en aucune façon, faire face avec une garantie de succès, à un défi que seuls la science vétérinaire et les progrès scientifiques comme la vaccination massive pouvaient résoudre.

Notes

1 Plus exactement, 30 816 747. Les données proviennent du Groupe 75 : La economía del Antiguo Régimen. La « Renta Nacional » de la Corona de Castilla, Madrid, 1979, p. 109 ; Censo Ganadero de la Corona de Castilla. Año de 1752, Madrid, 1979. Selon le professeur Melón Jiménez, ce sont des chiffres qui correspondent à une période d’apogée maximale de l’élevage en Castille, sédentaire autant que transhumant. Cf : « La ganadería española en la Edad Moderna. Apuntes para su estudio », Communication présentée à la viie Réunion Scientifique de la Fondation de l’Histoire Moderne, Ciudad Real, 2002 (sous presse).

2 A. Marcos Martín, España en los siglos xvi , xvii y xviii . Economía y sociedad, Barcelone, 2000, p. 555.

3 Memorial Ajustado hecho en virtud del decreto del Consejo del Expediente consultivo que pende en él, en fuerza de Real Orden, comunicada por la Secretaría de Estado y del Despacho Universal de Hacienda, con fecha en San Ildefonso, de 20 de julio de 1764, Madrid, 1771.

4 C. Sanz Egaña, Historia de la veterinaria española, Madrid, 1941, p. 419.

5 M. Herrero Rojo, La veterinaria en la Antigüedad. Creación del Real Tribunal del Protoalbeiterato de Castilla, Valladolid, 1990, p. 178.

6 Restauración de la abundancia de España, Ed. de J.P. Le Flem, Madrid, 1975.

7 Copia de un memorial que dieron al Consejo Real los caballeros Hermanos del Consejo de la Mesta, por intervención del señor don Francisco de Solís y Ovando, BN Madrid, Sig. VE/216/44.

8 Une littérature économique plus consacrée, comme les politiques réformistes, à la défense de l’agriculture (qui donnait plus de nourriture, de travail et d’argent à l’État), ainsi qu’à la critique des privilèges dont jouissaient les membres de la Mesta.

9 M. Rodríguez Pascual, La transhumancia. Cultura, cañadas y viajes, León, 2001, p. 224.

10 Plusieurs bergers nous ont confirmé que, dans le cas de cette dernière maladie, la viande d’animaux morts a été consommée au moins jusqu’à la moitié du xxe siècle.

11 La plupart des ordonnances municipales castillanes contiennent un ou plusieurs chapitres avec des recommandations exhaustives à l’attention des personnes chargées de l’approvisionnement en viande, dans lesquelles sont précisées les normes de qualité, découpage, transport, conservation et vente de ces produits.

12 « ... être nocives et vénéneuses les viandes de quelques animaux qui sont morts de maladie épizootique, et il faut hautement considérer l’autorité du Suprême et Sage Conseil de Castille… où ayant eu connaissance de l’abus et du désordre d’avoir introduit dans la Cour quelques animaux atteints de variole, il est ordonné aux Corregidors, Maires et Echevins de surveiller et empêcher la vente de viande au public, quand elle provient d’animaux qui ne sont pas sains et qui n’entrent pas à l’abattoir sur leurs propres pattes ». J. Villalba, Epidemiología española, o historia cronológica de las pestes, contagios, epidemias y epizootias que han acaecido en España desde la venida de los cartagineses hasta el año 1801, Ed. de A. Carreras, Málaga, 1984, p. 105.

13 M. Herrero Rojo, op. cit., p. 168.

14 « Il y a beaucoup de bergers qui croient que les infortunes du bétail, maladies autant que pénuries, sont dues à quelque sortilège ou cause surnaturelle. Cette idée est très nuisible parce que les bergers sont dans l’attente d’un miracle de la Providence pour remédier au mal, alors que celui-ci dépend plutôt de leur inaction liée à quelque cause naturelle. » F. González (trad.), Instrucción para pastores y ganaderos, Écrit en français par C. Daubenton, Madrid, 1798, p. 16.

15 « ... a mediados de mayo de 1797 me hallaba en Villacastín y sus inmediaciones tratando y conferenciando con pastores y mayorales de la Real Cabaña... No satisfecho con esto, extendí mis investigaciones a los ganados riberiegos y estantes del partido de Avila y Segovia, y parte de Castilla la Vieja » (« … mi-mai 1797, je me trouvais à Villacastín et ses environs et conversais avec des bergers et maîtres bergers du Cheptel Royal… Non satisfait de cela, j’élargissais mes recherches aux troupeaux sédentaires de l’arrondissement d’Avila et de Ségovie et d’une partie de la Vieille-Castille »). F González, op. cit., Prologue.

16 J. Díez Navarro, Quaderno de leyes y privilegios del Honrado Concejo de la Mesta, Madrid, 1731. Titre XXI. De los ganados dolientes y de cómo se les ha de señalar tierra aparte. Ce sont cinq lois et un additif. Livre II, p. 190 et suiv.

17 « Les confrères du Concejo, et les bergers qui gardent le bétail, dès qu’ils sauront que celui-ci souffre de variole, de sanguiñuelo ou de goutte, devront le signaler au Jurat le plus proche, sous peine d’amende de trente moutons, répartis par tiers entre le Concejo, le Juge et le Dénonciateur. »

18 « Et si les animaux, après être arrivés à la commune où ils se trouvent, paraissent malades, que les jurats leur donnent un terrain dans le lieu même où le mal est apparu, sauf si la Quadrilla donne son accord pour d’autres endroits ; et si d’autres animaux tombent malades, qu’on les mette avec les autres, comme cela est dit »

19 C. Sanz Egaña, op. cit., p. 420.

20 « Nous ordonnons, pour les animaux appartenant aux habitants de cette ville, victimes de quelque épidémie contagieuse et qui seront découverts par ce conseil, comme cela a été fait jusqu’à présent, de leur signaler dans le finage de cette municipalité l’endroit précis où ils seront placés, sans qu’ils puissent pénétrer dans un autre sous peine de sanction d’un réal de billon par tête, pour le petit bétail, et quatre réaux pour tous les autres… ; des poursuites seront engagées contre le propriétaire dont le bétail ne restera pas sur la terre qui lui a été assignée. » M. Medina Casado, Ordenanzas municipales de Lopera. Reino de Jaén (1775, folios 52-52v.

21 « … souffrant de la goutte, deux éleveurs lui attribuèrent une terre sous forme de mandat extrajudiciaire pour que le troupeau y paisse et s’y maintienne… sous peine, en cas de non-respect, de quatre ducats d’amende », Archives municipales de Cabeza la Vaca. Leg. 96-26, folio 4, année 1745. Cette information m’a été communiquée par M. Felipe Lorenzana de la Puente.

22 Ibid. Leg. 18.5-2. Folio 4.

23 « S’il y a quelques animaux, petit ou gros bétail, malade dans la commune, que les échevins leur donnent des lieux où ils pourront s’abreuver, et qu’ils ne boivent pas ailleurs ». Ordonnances municipales de Llerena (Badajoz), cit. par A. Rodríguez Grajera, « El Agua y la Salud Pública en la Extremadura del Antiguo Régimen a través de las ordenanzas municipales », Congreso Ibérico sobre Gestión y Planificación de Aguas, Saragosse, 1999 (édition électronique), p. 7.

24 E. C. Santos Canalejo, La historia medieval de Plasencia y su entorno geohistórico : la sierra de Béjar y la sierra de Gredos, Cáceres, 1986, p. 321.

25 Une synthèse comportant les références des œuvres les plus importantes des albéitares espagnols du xvie au xviiie siècle dans J.P. Pérez García, « Origen de la enseñanza veterinaria en España », dans J.M. Cid Díaz (dir.), Temas de Historia de la Veterinaria, Murcie, 2000, p. 31.

26 P. Vital Ruiberriz, Historia de la ciencia veterinaria española. Del Antiguo Régimen al Liberalismo, 1792-1847, thèse, Univ. Complutense, Madrid, 1984, p. 31.

27 Agricultura general, que trata de la labranza del campo y sus particularidades, crianza de animales y propiedades de las plantas, Ed. critique d’Eloy Terrón, Madrid, 1981.

28 Et cela bien que l’œuvre de Herrera, avec des ajouts très divers et en général de peu de valeur et sans innovation, ait fait l’objet, jusqu’à la deuxième décennie du xixe siècle, d’un total de 27 éditions.

29 G. Alonso de Herrera, Agricultura general… op. cit., p. 347. C’est nous qui soulignons.

30 F. González, op. cit., Addition à la première leçon, p. 11.

31 J.M. Pérez García, op. cit., p. 18.

32 P. Vital Ruiberriz, op. cit.

33 Parmi lesquelles nous soulignons le Tratado de las enfermedades endémicas, epidémicas y contagiosas de toda especie de ganados, de Juan Antonio Montes, édité en 1798 et précurseur de la science vétérinaire moderne. Cité par J. Villalba, Epidemiología… op. cit. Il ne m’a pas été possible de localiser un exemplaire de cette œuvre qui, selon Villalba, contient un règlement pour empêcher l’extension des épidémies et contagions.

34 C. Sanz Egaña, op. cit., p. 422.

35 Ed. de A. García Sanz : Agricultura y Sociedad, 34 (1985).

36 C. Martínez de Anguiano, Tratado teórico práctico de las enfermedades variolosas en el hombre y los animales domésticos, Saragosse, 1874, p. 29.

37 « N’importe quel bétail peut être tout autant tué ou affecté par le froid comme amaigri par la faim. Il est vrai que ceci est plus manifeste sur certaines terres que sur d’autres… à la campagne, que le pâturage se trouve là où il y a de l’herbe en abondance et non pas en des lieux malsains, trop humides à cause de sources ou de lagunes, parce qu’alors beaucoup de bêtes tombent malades… Et si en hiver on ne les enferme pas dans des étables dans les régions froides, il faut les emmener passer l’hiver dans un lieu chaud où il y aura de quoi paître et aux périodes de chaleur les ramener dans les lieux frais ». G. Alonso de Herrera, Agricultura general... op. cit. p. 375.

38 « L’émigration ou transhumance convient à toute espèce de bétail, ovin tout autant que bovin, chevalin, caprin ou porcin. Une preuve de cela, c’est que toutes les maladies qui affligent quelquefois avec tant de rigueur lesdites espèces, qu’elles soient épizootiques ou pestilentielles, disparaissent immédiatement quand les animaux changent de lieux ». F. González (trad.), Instrucciones para pastores... op. cit., Ajouts 5, 6 et 7, p. 117. C’est nous qui soulignons.

39 A. García Sanz, Antiguos esquileos y lavaderos de lana en Segovia, Ségovie, 2001, p. 24.

40 « En 1797, après avoir tondu plusieurs troupeaux pendant les premiers jours de mai, le temps devint extrêmement froid et près de six mille bêtes tondues en moururent à Villacastín, et il fallut arrêter la tonte ». F. González (trad.), op. cit., p. 194. Pour éviter des inconvénients de ce genre, les tondeurs disposaient d’une bergerie appelée encerradero où ils mettaient le bétail tondu à l’abri des inclémences météorologiques.

41 M. Rodríguez Pascual, op. cit., p. 231.

42 « En raison de la grande sécheresse qu’il y avait eu cette année là, les pâturages n’avaient plus d’herbe, et les animaux, ne pouvant s’alimenter, périssaient et étaient tous en danger de mort… couper les branches des arbres étant la seule solution pour qu’ils puissent se nourrir et survivre, alors que cela était interdit par les Justices et Propriétaires des pâturages… nous ordonnons à chacun de vous, pour l’année présente et pas plus, d’autoriser les bergers à utiliser vos pâturages et les laisser couper et effeuiller ce qui est nécessaire pour leur permettre de survivre, sans leur infliger aucune sorte de peine ou de gage ». A. Díez Navarro, Quaderno de leyes... op. cit, p. 65. Real Provisión du 8 août 1529.

43 « Durant l’automne sept cent quatorze, l’hiver qui suivit et toute l’année 1715 il n’y eut pas de pluie… les laboureurs de cette ville, en l’absence de pâture, alimentèrent leurs bœufs avec de la paille engrangée pour l’hiver ainsi que du grain et de la farine d’avoine et de seigle, cependant à cause du peu d’eau et de sa mauvaise qualité beaucoup de ces animaux moururent avant les semailles. Et même après celles-ci, les deux tiers des animaux restant succombèrent, certains laboureurs perdirent tous leurs bœufs car ils n’avaient pas eu de paille ni de pâturage à leur donner… Les propriétaires de bêtes à laine connurent le même sort ; et les ovins et bovins rescapés ne se sont pas reproduits durant cette année sept cent seize ». « Information donnée à la demande de Felipe Flores Rino, Procureur Général de la ville de Brozas, sur les hostilités et contretemps dont a souffert... ». Archives Historiques Provinciales de Cacérès. Real Audiencia de Extremadura. Leg. 680, Dossier 2, cité par M. A. Melón Jiménez, Extremadura en el Antiguo Régimen. Economía y Sociedad en tierras de Cáceres, 1700-1814, Mérida, 1989, p. 164.

44 V. Pérez Moreda, Las crisis de mortalidad en la España interior (siglos xvi-xix ), Madrid, 1980, p. 332.

45 « Les informations que donnent généralement les bergers, particulièrement les transhumants, sur les maladies des agneaux, montrent qu’elles sont plus dues à l’abondance qu’à la rareté », F. González, op. cit., p. 271.

46 Arrêtés municipaux de Los Santos de Maimona (Badajoz). Cité par A. Rodríguez Grajera, El agua y la salud pública... op. cit., p. 7.

47 « De la vigueur et plus d’appétit, le réchauffe et l’aide à digérer, empêche les embarras et fait circuler les eaux superflues qu’ils ont en eux, qui sont la cause de la plupart de leurs maladies ». F. González, op. cit., p. 96.

48 J. Matas Coscoll y Llimona, Segunda guía científica de labradores, Madrid, 1769, p. 71.

49 F. González, op. cit., p. 261.

50 Interrogatoire de la Cour de Justice Royale d’Estrémadure, année 1791, cité par A. Rodríguez Grajera, op. cit., p. 7.

51 E. Pastor, Tratado práctico... op. cit., p. 301.

52 M. Rodríguez Pascual, op. cit., p. 225.

53 F. González, op. cit., p. 272.

54 Cité par M. Herrero Rojo, op. cit., p. 178.

55 Cité par M. Rodríguez Pascual, op. cit., p. 224.

56 M. Herrero Rojo, op. cit., p. 177.

57 J. Villalba, Epidemiología española... op. cit., p. 37.

58 F. González, op. cit., p. 277. Quand il eut connaissance de ce système, notre auteur réalisa différentes consultations scientifiques qui le conduisirent à la conviction que la maladie est produite par un lombric introduit dans le cerveau des bêtes à laine et qu’elle se guérit par une trépanation afin d’extraire le ténia, ce qui présente une certaine similitude avec la méthode décrite.

59 Cité par M. Rodríguez Pascual, op. cit., p. 233.

60 G. Alonso de Herrera, op. cit., p. 392.

61 J. Villalba, Epidemiología española... op. cit., p. 40.

62 Toute l’information sur cette épizootie provient de J. Villalba, op. cit., p. 137-138.

63 « Tuer et enterrer dans des trous profonds, non seulement les bêtes infectées mais toutes les autres qui ont été en contact avec elles, même si elles sont totalement saines, parce qu’on a longtemps expérimenté les bons et sûrs effets de cette mesure, et l’inefficacité de toutes les autres ». Ibid.

Notes de fin

* L’article a été traduit par Maïté Mir-Andreu.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540