Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

L’histoire de la médecine vétérinaire : apport des sources écrites (Moyen Âge et Époque Moderne) et réflexions sur l’intérêt et les limites de l’archéozoologie pour l’étude de la paléopathologie animale

Claude Guintard

Texte intégral

  • 1 J. A. F. Ozanam, Histoire médicale générale et particulière des maladies épidémiques, contagieuses (...)
  • 2 Une autre limite réside dans le fait qu’un certain nombre de lésions osseuses ne sont nullement pa (...)

1Ce titre paraîtra probablement très ambitieux puisqu’il ne borne pas l’espace, et embrasse largement le temps. Que le lecteur ne s’attende pas pour autant à trouver ici une synthèse ou une histoire, même résumée, de la médecine vétérinaire où seraient passées en revue les différentes maladies des animaux au cours des temps, pour les différentes espèces animales, et dans un espace limité à l’Occident. En dépit du foisonnement des monographies ou de la multiplication des Histoires de la médecine vétérinaire1, de nombreux secteurs échappent encore à notre connaissance. Dans le cadre des vingt cinquièmes Journées internationales d’histoire de Flaran auxquelles nous avons l’honneur de participer, nous restreindrons le plus possible nos propos au Moyen Âge et à la Période Moderne pour garder le cadre chronologique qui est celui traditionnellement retenu par ce colloque. Le non-historien que nous sommes s’autorisera toutefois plus aisément des digressions diachroniques. Par des exemples choisis, nous essaierons de cerner un certain nombre de questions qui se posent encore aujourd’hui au chercheur concernant les maladies des animaux à travers l’histoire en montrant combien les techniques archéozoologiques peuvent apporter une information complémentaire dans certains domaines où les textes font défaut. Ces méthodes ont bien sûr leurs limites, liées avant tout au matériau biologique abordé, l’os et à son mode d’investigation, l’étude macroscopique. Nombre de maladies n’affectent pas le squelette et pour celles qui marquent l’os2, la fouille archéologique constitue un crible si fort que les pathologies osseuses sont assez rarement décrites. Quand cependant on a la chance d’approcher une affection osseuse, « l’animal historique » est alors observé, ou plutôt ses restes, sans aucun filtre : l’information fournie est donc dans ce cas du plus grand intérêt.

  • 3 Cette notion de maladie non-écrite est empruntée à un ouvrage récent qui aborde principalement la (...)

2L’étude des maladies des animaux ne peut se faire qu’après avoir examiné les différentes espèces présentes sur un territoire donné et les relations qu’elles entretiennent entre elles et avec l’homme. En terme biologique ou médical, l’homme trouve une double place tout à fait originale : il gère les populations animales domestiques et influe donc sur leur destinée, mais il est lui-même un mammifère qui peut héberger, recevoir ou transmettre certains agents pathogènes des animaux. Sur le long terme, l’histoire de la médecine vétérinaire et l’histoire de la médecine humaine sont donc indissociables et les avancées de l’une ont de tout temps bénéficié à l’autre. Si les grandes épidémies ou épizooties ont marqué les contemporains et ont donné lieu à de nombreux écrits (cf. les pestes, la rage, la tuberculose…), les affections plus bénignes ou mineures ont souvent été laissées de côté, voire ignorées. Or, on sait que (hors période de crises : épidémies, famines, guerres…) le niveau sanitaire moyen d’une population se décline le plus souvent en arthrose, boiterie, affections chroniques, problèmes oculaires ou dentaires, fractures…, autant de pathologies qui peuvent avoir des répercutions osseuses visibles en archéozoologie. Cette discipline semble donc être en mesure d’apporter une information d’un type nouveau, offrant ainsi un éclairage neuf, certes limité, sur les maladies des animaux au cours des siècles. L’archéozoologie semble donc, par le biais de la paléopathologie un moyen intéressant d’aborder la « maladie non écrite3 » des animaux.

De l’empirisme à l’antibiothérapie

A. Rappels sur l’histoire de la médecine vétérinaire

1. Généralités

3Depuis la plus haute Antiquité, la médecine des animaux est une des branches de l’art de guérir. Les Grecs et les Romains, tout comme les Hébreux, avaient des notions relatives aux épidémies et aux « pestes ». Ovide note, par exemple, qu’une peste a dépeuplé l’île d’Égine pendant la guerre Minoènne, frappant les chiens, les bovins, les oiseaux et également des espèces sauvages. Une « peste » a également frappé les Grecs au cours de la guerre de Troyes, causant la mort de chiens, de chevaux et d’hommes.

  • 4 Encore appelé, medicus veterinarius, m. equarius, m. jumentarius, m. pecuarius, mulomedicus, ou «  (...)

4Dans un contexte où la bête de somme (veterina, orum, n) constitue un véritable pilier de la société (animal de travail, de transport, de guerre…), il apparaît normal de voir émerger un corps de métier chargé de pratiquer la médecine sur ces animaux (praticien à la fois médecin et chirurgien, mais aussi au début, maréchal : le veterinarius4).

5L’histoire de la médecine vétérinaire, tout comme l’histoire de nombreuses techniques ou disciplines scientifiques a du mal à se sortir d’une écriture chronologique et linéaire. Elle est le plus souvent rédigée en respectant scrupuleusement les grandes périodes de l’Histoire et en renforçant les civilisations qui nous ont laissé des textes nombreux et importants (Grecs, Romains et Arabes notamment), délaissant, une fois de plus, certaines sociétés qui semblent n’avoir su qu’être les héritières des périodes antérieures.

6L’écriture récente (depuis la fin du xixe siècle) de l’histoire de la médecine vétérinaire doit beaucoup à certains auteurs, tels que Léon Moulé ou Emmanuel Leclainche. Ce dernier par exemple est systématiquement repris dans l’ensemble des écrits postérieurs sur le sujet. Il est clair qu’il a bénéficié d’une très solide formation scientifique dans un contexte de réflexion intense autour des maladies infectieuses. Dès 1888, il fréquente l’Institut Pasteur où il travaille notamment avec Nocard et Roux. En 1892, il est nommé professeur des maladies infectieuses animales à l’École vétérinaire de Toulouse. En 1937, il devient président de l’Académie des sciences et a également, au préalable, fondé et été président de l’Office international des épizooties. Il gravite également dans le monde de la santé animale, puisqu’il appartient en outre à l’Académie vétérinaire, à l’Académie de chirurgie et à l’Académie d’agriculture. On comprend, dès lors, que son « Histoire de la médecine vétérinaire » constitue un ouvrage de référence en la matière.

2. Les grandes charnières de l’histoire de la médecine vétérinaire

7Il semble possible de découper l’histoire de la médecine vétérinaire en grandes périodes qui reposent avant tout sur l’avancée des connaissances médicales et biologiques, plus que sur les périodes classiques qui sont des découpages politiques ou économiques, peu opérants dans le cas du soin des animaux. Pour ne donner qu’un exemple, en quoi la date de 1492, qui longtemps a servi au découpage des périodes universitaires de l’histoire, est-elle une date intéressante pour l’histoire des connaissances médicales ? La continuité dans le domaine semble évidente entre le Moyen Âge et le monde moderne ! Comme toute découpe nouvelle, la scission en grandes périodes est nécessairement réductrice et associera des ensembles traditionnellement séparés ; les dates retenues ne sont qu’arbitraires et n’ont d’intérêt que pour un lecteur du xxie siècle, mais elles permettent de comprendre que, dans la suite de l’exposé, des périodes historiques comme le Moyen Âge et l’Époque Moderne seront associées.

a) Avant 1762 : les grands écrits et l’empirisme

  • 5 C. Bourgelat, Elémens de l’Art vétérinaire, Traité de la conformation extérieure du Cheval, Éd. Hu (...)
  • 6 Les traités grecs et arabes ont été largement recopiés et traduits. Le cheval est l’animal de réfé (...)

8Avec l’acte de fondation en 1761 et l’ouverture le 10 janvier 1762 de l’École vétérinaire de Lyon par Claude Bourgelat, la médecine vétérinaire devient un art raisonné et pensé, enseigné et transmis5. Cette première période, qui peut paraître immensément longue et inopérante pour un historien, se caractérise par une mise en évidence et une analyse des symptômes des principales maladies des animaux (descriptions le plus souvent pertinentes), mais par un défaut de traitements efficaces et raisonnés. Les réussites thérapeutiques sont le fruit de l’observation ou du hasard et reposent sur deux piliers : une connaissance éclairée, puisée dans les traités d’hippologie, d’hippiatrie ou d’agronomie6 et une connaissance empirique, marquée profondément par des pratiques religieuses ou profanes.

b) De Claude Bourgelat à Louis Pasteur

  • 7 Création de l’Institut Pasteur. Dans les années 1870-1886, Pasteur démontre que la maladie charbon (...)
  • 8 Alfort (Maisons-Alfort) créé en 1766 par C. Bourgelat ; Toulouse le 6 juillet 1825. Sur les autres (...)
  • 9 L’anatomie a été la base de l’enseignement vétérinaire à sa création, avec Bourgelat et Fragonard. (...)

9Cette période que l’on peut qualifier de prépasteurienne et que l’on situera entre 1762 et 18887, se caractérise sur le plan biologique et médical par de nombreuses découvertes et avancées. L’enseignement vétérinaire des écoles de Lyon et d’Alfort, puis ensuite de Toulouse8 permet de faire diffuser les avancées réalisées également en médecine humaine et en physiologie9. L’accent est mis sur les maladies infectieuses et sur les méthodes d’élevage. La mise en place de traitements raisonnés et de plans de prophylaxie apparaissent.

c) De Louis Pasteur à Alexandre Fleming

  • 10 Louis Pasteur meurt en 1895.
  • 11 Date à laquelle la pénicilline fut isolée.
  • 12 Alexandre Fleming partagea le prix Nobel pour sa découverte avec Florey et Chain en 1945.

10Cette phase post-pasteurienne qui va de la fin du xixe siècle10 à 194011, mais que l’on peut étendre jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale12, est probablement celle qui a le plus bouleversé les connaissances et les pratiques en matière de médecine, tant humaine que vétérinaire, dans l’histoire. L’isolement des germes microbiens et la connaissance de leur rôle dans la transmission des maladies se développent. La prophylaxie médicale par le biais de la mise en place des premières vaccinations apparaît. L’intérêt pour des nouvelles connaissances en matière de soins et de maladies des animaux de rente et de l’homme est évident : le cheval n’est plus la seule espèce digne de faire l’objet de publications. Une lignée de vétérinaires pasteuriens va naître avec Nocard et Roux (sérothérapie antidiphtérique et antitétanique), Leclainche et Ramon (anatoxine et substances adjuvantes de l’immunité). Les traitements vis-à-vis des maladies infectieuses d’origine bactérienne déclarées, restent toutefois peu efficaces.

d) Apparition de l’antibiothérapie et médecine d’aujourd’hui

  • 13 P. Bourdelais, Les épidémies terrassées, Une histoire de pays riches, éd. de La Martinière, Paris, (...)
  • 14 La disparition des grandes endémies a probablement offert de nouvelles niches écologiques à des ag (...)

11Cette dernière période, qui va jusqu’à nous et sur laquelle nous n’insisterons pas, a vu, depuis 1945, un essor énorme des soins, avec notamment la possibilité de combattre des grands fléaux d’origine bactérienne par le biais de l’antibiothérapie (au moins dans les pays riches13). Paradoxalement, parallèlement aux progrès énormes de la médecine, de nouvelles affections ou de nouveaux agents infectieux ont fait leur apparition (ex. : sida, prion, maladies génétiques, etc.)14.

B. Les maladies des animaux au Moyen Âge et à l’Époque Moderne : l’apport des sources textuelles

12On aura compris de ce qui précède que le biologiste ou le vétérinaire aura tendance à associer, d’un point de vue des connaissances scientifiques, les deux périodes ; seule la fin de l’époque moderne, avec la mise en place des écoles vétérinaires se démarque légèrement du reste. Chaque société a bien entendu sa spécificité dans l’approche de la maladie de l’animal que l’on ne peut ignorer.

1. Histoire de la médecine vétérinaire au Moyen Âge

a) Occident médiéval chrétien

  • 15 J. Bost, Lyon, berceau des sciences vétérinaires, éd. lyonnaises d’art et d’histoire, Lyon, 1992. (...)
  • 16 Mais aussi les lavements, thériaques, cauthérisations, setons, etc., le vinaigre est largement emp (...)

13Pour guérir l’animal malade, J. Bost indique que « toute sorte d’empiriques, bergers, charlatans et sorciers sont consultés [ainsi que] guérisseurs, leveurs de sorts, anti-sorciers et clergé15 ». Les mages guérisseurs ou eubages officient dans la Gaule mérovingienne. Par ailleurs, on fait la part entre les maladies graves ou non, dangereuses ou non pour l’homme ; dans les capitulaires de Charlemagne, on peut lire : « Le roi […] vend la viande de ses vaches boiteuses, mais saines, et de ses chevaux non galeux. » Les traitements employés sont souvent complexes et héréroclites. La saignée prend une place importante16. On est également capable, dans le cas de la loi celte du Pays de Galles de dresser une liste des vices rédhibitoires.

  • 17 Pour mémoire : saint Blaise, grand patron des animaux, saint Eloi, guérisseur des fractures et pat (...)
  • 18 H. Hours, « Note sur les prières liturgiques en cas de maladie du bétail », La lutte contre les ép (...)

14E. Leclainche indique que « le christianisme est peu favorable aux animaux ; corps sans âme, ils ne méritent aucune considération, […] et commercent avec le diable ». Toutefois, on voit au cours du Moyen Âge une médecine mystique, teintée fortement par le fait religieux, se substituer à la médecine profane héritée de l’Antiquité, et ce, tant pour l’homme que pour l’animal. Les saints guérisseurs abondent au Moyen Âge (plus de 100)17 et sont sollicités dans des sanctuaires à l’occasion de bénédictions d’animaux, vénérés lors de processions ou de pèlerinages, ou rappelés lors d’épizooties (prière ou incantations), et ce bien au-delà du Moyen Âge18.

  • 19 Comme : Leech Book (Angleterre), Herbarium (Angleterre) dont un chapitre est intitulé : « La médec (...)
  • 20 L. Moulinier, « L’ordre du monde animal selon Hildegarde de Bingen (xiie siècle) », L’homme, l’ani (...)
  • 21 Le De medicina equorum publié en 1250 a fait l’objet de traductions, en italien à la fin du xvie ( (...)
  • 22 Jordanus Ruffus (ou Giordano Ruffo), ami et grand écuyer (Marescallus major) de Frédéric II, roi d (...)
  • 23 On y trouve les affections suivantes :
  • 24 Laurentius Rusius (ou Laurenzo Rusio), vétérinaire ayant exercé à Rome, écrit vers 1340 un ouvrage (...)
  • 25 Y. Poulle-Drieux, « L’hippiatrie dans l’Occident latin du xiiie au xve siècle », Médecine humaine (...)

15Aux xe-xiie siècles, un certain nombre d’ouvrages19 permet de transmettre les connaissances en médecine vétérinaire. Dans sa Physica, Hildegarde de Bingen écrit sur la médecine des animaux et n’oublie pas de mentionner les traitements20. Le xiiie siècle est marqué par une œuvre majeure qui reprend la tradition antique d’un ouvrage de référence sur le cheval : il s’agit du De medicina equorum21 de Jordanus Ruffus22. Pour la première fois, les maladies sont classées systématiquement. Une description est faite de chacune d’elles, ainsi que les moyens de diagnostic et le traitement23. En comparaison avec cet ouvrage de référence, les écrits du xive siècle semblent ternes, ce qui a fait dire à E. Leclainche que « la production littéraire du siècle est d’une lamentable pauvreté ». On retiendra toutefois le livre Marescalcia (ou Liber marescalcia écrit vers 1340) de Laurentius Rusius24. Enfin, pour les derniers siècles du Moyen Âge, les rares ouvrages connus proviennent d’Espagne, comme le Libro de menescalcia et de albeyteria et fisica de las bestias de Johan Alvarez de Salamiellas25.

b) Occident médiéval musulman

  • 26 E. Leclainche indique que « l’Arabe aime son cheval autant et plus que sa femme ». Il retrouvera l (...)
  • 27 J. Le Goff, À la recherche du Moyen Âge, Ed. L. Audibert, Paris, 2003, p. 55 : « Le grand moment d (...)
  • 28 Le Kitâb al Filâha possède une partie vétérinaire importante : trad. Espagnole 1802 ; trad. frança (...)
  • 29 Sur le rôle du vétérinaire en al-Andalus, voir C. Guintard et Chr. Mazzoli-Guintard, « Les vices d (...)

16Du viie au xiie siècle, la médecine et la chirurgie du cheval vont connaître, grâce aux Arabes, l’une des périodes les plus brillantes de leur histoire. Dans l’Occident médiéval, al-Andalus occupe une place originale, à la charnière entre les mondes musulmans et chrétiens et assurera la transmission des savoirs de l’Orient vers l’Occident. Le rôle majeur du cheval dans la civilisation musulmane26 et l’existence de grands centres de traductions des textes antiques comme à Tolède, font des Arabes les héritiers de la pensée classique27. Ils développent également, des techniques et des soins vétérinaires adaptés, dans une hippiatrie de pointe pour l’époque. Pour ne citer que les trois plus grands noms rappelons l’existence d’Avicenne (Ibn Sina), et de son Traité des Sciences (xe siècle) dont la partie sur les animaux a fait l’objet d’une traduction au xiiie siècle, d’Ibn al-Awwâm (ou Abû Zakariyyâ), et de son Traité d’agriculture (Kitâb al-filâha)28 (xiie siècle), et d’Abu Bakr et de son Nâceri (xive siècle) traduit en français en 1852. Le vétérinaire (albeytare)29 y est présent et l’importance de cet ouvrage a fait dire à E. Leclainche qu’il s’agissait du « plus grandiose monument élevé à la gloire du cheval ».

2. Époque Moderne

  • 30 Citons toutefois J. Ruel (Johanne Rvellio) qui édite une traduction latine (Veterinariae medicinae (...)
  • 31 Sur les limites de l’utilisation de ce mot, cf. J. Le Goff, op. cit.
  • 32 Dès les xiiie-xive siècles, l’anatomie commence à devenir une science importante, statut qu’elle a (...)
  • 33 Nous mettons sous ce vocable la période qui va de 1761 (date de création de l’École) à 1779 (date (...)
  • 34 P. Monet, « La rage en basse-Alsace dans le dernier tiers du xviiie siècle », Bull. acad. de Franc (...)
  • 35 Même si l’on sait maintenant que les traitements proposés à partir de la poudre d’Anagallis n’avai (...)
  • 36 H. Hours, « Les épizooties dans la généralité de Lyon de 1757 à 1787 », La lutte contre les épizoo (...)

17Si peu d’auteurs30 ont réellement marqué le début de cette époque en ce qui concerne l’histoire de la médecine vétérinaire, on retiendra que le xvie siècle constitue en quelque sorte une Renaissance31 dans la façon d’aborder l’animal, avec l’émergence de l’anatomie32. Léonard de Vinci et Vésale, puis plus tard Carlo Ruini avec son Traité complet d’anatomie du Cheval (1598), ont tracé la voie qui conduira à Casserio au début du xviiie siècle et à Lafosse à la fin du xviiie siècle. Bourgelat et Fragonard seront les héritiers de ce courant de pensée, largement dominant lors de la création des écoles vétérinaires. De façon concomitante, l’École de cavalerie de Naples se développe à cette époque. À la fin de l’Époque Moderne, naît progressivement une prise de conscience relative aux fléaux qui dévastent les troupeaux (chevaux et bovins). Au début de la création de l’École vétérinaire de Lyon33, quelques maladies redoutables préoccupent Bourgelat. Il s’agit du charbon, encore appelé sang de rate, pour laquelle la virulence du sang est perçue, de la morve qui constitue un fléau pour les cavaleries (et pour l’homme : plusieurs élèves de l’École Vétérinaire de Lyon sont morts) et de la rage34, maladie pour laquelle l’école vétérinaire de Lyon devient vite un centre de référence35. H. Hours36 reprenant les pertes d’animaux dans la généralité de Lyon en 1714 indique que sur 120 bêtes malades, 110 sont mortes à Pouilly-le-Monial à cause du charbon. Selon lui, l’on a conscience que le commerce le plus dangereux est celui des cuirs et que le transport des animaux et les mouvements de troupes posent problème. Les notions d’isolement du bétail atteint et de prophylaxie apparaissent à cette époque de façon raisonnée et coordonnée au niveau de l’État ou localement.

3. Contexte général de l’élevage au Moyen Âge et à l’Époque Moderne

  • 37 R.-M. Arbogast, P. Méniel, J.-H. Yvinec, Une histoire de l’élevage, éd. Errance, Paris, 1987, 104  (...)

18Aborder les maladies des animaux au Moyen Âge ou à l’Époque Moderne n’a de sens que si l’on garde à l’esprit les grandes caractéristiques d’un élevage qui pourrait se définir par opposition aux méthodes de sélection et d’intensification qui verront le jour au xixe siècle et qui se développent largement à plus grande échelle au xxe siècle37.

  • 38 H. Bresc, « Mandra : le grand élevage méditerranéen en Sicile médiévale et l’exemple de Corleone » (...)
  • 39 Ph. Contamine, « Jalons pour une histoire du cheval dans l’économie rurale lorraine à la fin du Mo (...)
  • 40 C. Beck, « Le cheptel des exploitations paysannes dans le Val de Saône aux xive et xve siècles », (...)
  • 41 C. Beck, op. cit. : les transactions de jeunes bovins ou d’animaux subadultes sont de loin majorit (...)
  • 42 Ph. Contamine, op. cit., p. 57 : pour le Duché du Luxembourg en 1445, il mentionne que 2 000 bêtes (...)
  • 43 C. Beck, « Le cheptel… », p. 126 : « Nourri de façon insuffisante et peu variée, le cheptel est al (...)
  • 44 C. Beck, « Cheptel bovin, cheptel équin en milieu paysan en Bourgogne à la fin du Moyen Âge », L’é (...)
  • 45 R. Delort, « Autour de l’élevage au Moyen Âge », ibid., p. 3-8, rappelle que l’homme peut « élever (...)
  • 46 R. Fossier, « L’élevage médiéval : bilan et problèmes », L’homme et l’animal domestique..., p. 9-2 (...)

19Même si ce n’est pas le thème de cette communication, il faut rappeler tous les éléments favorables, pour la période historique retenue, à la propagation des maladies des animaux. On a souvent l’idée d’un élevage de plein air avec peu d’animaux, pratiques qui évoquent volontiers à l’heure actuelle l’extensivité. Or, il peut y avoir un nombre important d’éleveurs localement, sur des parcelles morcelées et très petites, ce qui entraîne à l’échelle d’une région une concentration animale importante. Par ailleurs, il semble clair qu’il devait exister des disparités très fortes entre zones géographiques et même au sein d’un territoire donné : pour la Sicile du Bas Moyen Âge, H. Bresc38 indique que le nombre de vaches sur les pâturages autour de Palerme allait de 6 à 350 ; Ph. Contamine39, pour la même période, en Lorraine indique un cheptel abondant, dans une zone où l’économie est basée sur la céréaliculture ; C. Beck40 à l’opposé, dans le Val de Saône, signale des exploitations possédant en moyenne deux à trois bovins. Un autre élément important dans la conduite de l’élevage qui peut permettre de comprendre la propagation des maladies des animaux est le nombre important d’échanges. C. Beck41 signale entre 1364 et 1446, 387 transactions d’animaux, dont 56,8 % pour les seuls bovins. Il s’agit principalement de jeunes reproducteurs. H. Bresc mentionne également que les périodes de guerre sont propices aux déplacements des animaux ; on pense bien sûr à l’armée en mouvement, mais il ne faut pas oublier les animaux rançonnés (chevaux et bœufs principalement) ou emmenés42. Enfin, les conditions d’élevage, avec une alimentation parfois peu adaptée43 et le maintien dans l’élevage d’animaux vieux pouvant être porteurs de maladies chroniques, est un point maintes fois souligné. Pour le Chatillonnais du xive siècle, C. Beck44 indique que « les comptes mettent en scène des troupeaux constitués essentiellement de bœufs, de vaches, de chevaux, en somme d’animaux qui seraient matures et dont certains sont dits de très grant aaige ». Il ne faut pas non plus négliger l’importance des déplacements des animaux (transhumance, pacage libre sur les sols vierges, dans le saltus, dans la forêt…) et un certain degré de permissivité entre le monde de l’animal domestique et le sauvage45. R. Fossier46 rappelle très justement que « la marge apparaît bien étroite, pour les gens de ces temps, entre le sauvage et l’humanisé : nombreux sont les animaux qui retournent à l’état de liberté […] ».

B. Épizooties et zoonoses

20L’étude des maladies des animaux dans l’histoire revêt un triple intérêt :

  1. Appréhender le cheptel et approfondir les connaissances en la matière, notamment l’aspect sanitaire de l’élevage (transmission ou non, état aigu ou chronique, apparition d’épizooties ou d’enzootie) et son impact économique. C’est en quelque sorte l’animal seul qui est (ou non) malade.
  2. Examiner les relations homme-animal (notion de zoonoses, d’épidémie et d’endémie) : l’homme et l’animal peuvent être tous les deux malades.
  3. Étudier l’animal comme vecteur ou réservoir de maladies (ex. maladies parasitaires…). En miroir du 1 °), c’est l’homme qui est seul malade ici.
  • 47 C’est le cas par exemple de la lèpre ou de la variole, ainsi que la plupart des toxi-infections (e (...)

21Par opposition à ce triptyque, certaines maladies humaines ne font pas intervenir l’animal, elles seront donc exclues de notre propos47.

1. Épizootie et enzootie

  • 48 On parle d’épizootie pour l’animal et d’épidémie pour l’homme. De la même façon, on parle d’enzoot (...)
  • 49 Plusieurs mécanismes sont proposés : acquisition d’une immunité de certains animaux résistants, di (...)

22L’épizootie48 se caractérise comme une maladie qui frappe tout à coup un grand nombre d’animaux d’une même région. Elle est d’origine infectieuse (germes microbiens le plus souvent bactériens ou viraux) et se définit par une contagion qui est soit directe (d’un animal à l’autre), soit indirecte par l’intermédiaire d’un vecteur animé (ex. : insecte) ou inanimé (ex : eau, lait…). Il est à noter que même les épizooties les plus violentes (ex : peste, grippe…) finissent par s’éteindre49.

  • 50 On décrit deux sortes d’enzooties : dyscrasiques (ex. : problèmes alimentaires : comme le goitre o (...)

23L’enzootie apparaît comme une maladie spécifique à une région (foyer) et y régnant presque constamment50. Elle tend à se propager hors de son foyer propre, provoquant alors pour une autre région non encore atteinte une épizootie. Il existe donc un complexe enzoo-épizootique plus ou moins en équilibre. Si l’affection touche l’ensemble d’un continent (ex. : peste, grippe…) on parle de panzootie.

2. Zoonose

  • 51 Il existe plus de 100 zoonoses identifiées, d’origine infectieuse ou parasitaire. Le terme de zoon (...)
  • 52 Zoonoses majeures (fréquentes et graves) : rage, tuberculose, brucellose, salmonelloses, etc. ; zo (...)
  • 53 Respiratoire : tuberculose, ornithose, brucellose, fièvre Q, etc. ; digestive : tuberculose, bruce (...)
  • 54 Bactéries : fièvre charbonneuse, brucellose, leptospirose, listériose, tuberculose, pasteurellose, (...)

24La zoonose51 est une maladie ou infection qui se transmet naturellement des animaux vertébrés à l’homme et vice versa. L’origine peut être très variée : virus, bactéries, protozoaires, rickettsioses, mycoses, helminthiases, infestations transmises par des arthropodes… Selon le sens privilégié du passage, de l’animal à l’homme ou de l’homme à l’animal, on parle encore respectivement de zoo-anthroponose ou d’anthropo-zoonose. Les zoonoses sont en général classées en fonction : – de leur fréquence et de leur gravité pour l’homme52 : il peut y avoir, selon les maladies, des variations importantes selon les époques ; – de leur mode de transmission53 : direct ou indirect ; – le type d’agent infectieux54 : bactérie, virus, parasite, mycose, etc.

25De tout temps, les zoonoses font partie des maladies qui ont fait peur puisqu’elles pouvaient passer la barrière d’espèce et atteindre l’homme. Certaines infections non zoonotiques ont toutefois eu des conséquences majeures (ex. : Clavelée du mouton ou la gourme du Cheval, non transmissible à l’homme) en touchant ou décimant même les troupeaux (ex. : les pestes animales : d’origine virale, mais non ou très peu transmissibles à l’homme).

3. Bref aperçu des maladies du bétail au Moyen Âge et à l’Époque Moderne

  • 55 Nous avions regroupé, sous la forme d’une partie largement illustrée à partir de l’ouvrage de R.H. (...)

26Notre propos n’est pas de reprendre l’ensemble des maladies du bétail et de les passer en revue, ce qui déborderait largement le cadre d’une simple communication, mais d’essayer de voir ce que la littérature nous montre de l’état sanitaire du cheptel55. Il est à noter que parfois le diagnostic différentiel n’est pas facile à porter (ex. : péripneumonie bovine et fièvre aphteuse), voire impossible, et que les termes employés pour désigner une affection ont pu largement varier selon les époques et les contextes régionaux (pour ne citer qu’un exemple, la peste bovine est désignée parfois sous les termes de : diphtérie maligne, dysenterie contagieuse, fièvre contagieuse typhoïde, peste morveuse et même variole du bœuf…).

a) Notion de peste

  • 56 P.-P. Pastoret, « L’histoire des connaissances zoologiques et des relations entre l’homme et l’ani (...)
  • 57 On connaît les pestes équine, bovine, porcines, aviaires, du lapin et des petits ruminants. Ces af (...)
  • 58 La peste noire (P. zoonose) est bien connue des historiens. Il s’agit d’une maladie des rongeurs ( (...)

27Galien indiquait déjà que « si une maladie atteint un grand nombre de personnes, c’est une épidémie ; quand la plupart d’entre elles meurent, c’est une peste56 ». Ce sont également les très lourdes pertes occasionnées dans le cheptel qui ont valu aux viroses animales le vocable de peste57. Il faut bien sûr garder à l’esprit que ces maladies, même si elles portent le même nom, n’ont rien à voir avec la peste zoonose ou peste noire qui est d’origine bactérienne (Yersinia pestis)58. Les deux ont pu être ponctuellement concomitantes, semant la confusion dans les esprits. Grégoire de Tours au vie siècle écrit, par exemple : « Cette maladie n’épargne aucune créature, tous les troupeaux sont frappés ; les bêtes fauves meurent dans les bois, les hommes dans les villes et dans les campagnes. »

28La peste bovine, due à un paramyxovirus est l’une des maladies les plus meurtrières de l’espèce bovine. Elle tue en effet 90 % des bovins contaminés. Il s’agit, de plus, d’une maladie excessivement contagieuse (transmission directe ou indirecte) qui provoque après 3 à 15 jours d’incubation une hyperthermie soudaine et une gastro-entérite violente.

b) Les grands épisodes de pestes bovine et équine

  • 59 Épizooties de pestes bovines au Moyen Âge et à l’Époque Moderne en Europe, par grands ensembles gé (...)
  • 60 1772 : épizootie dans les environs de Bayonne (à partir, peut-être, d’animaux importés de Hollande (...)
  • 61 Ces chiffres sont toujours à prendre avec précaution, même après le Moyen Âge ; cf. J. Le Goff, op (...)
  • 62 Pour plus de précisions : B. Bach-Lijour, « Vicq d’Azyr et l’épizootie de 1774 dans le sud-ouest d (...)

29Si l’on reprend les épizooties de peste bovine en Europe59, on s’aperçoit que pratiquement aucun siècle n’a été épargné. Localement, certains épisodes ont pu être catastrophiques pour l’élevage. L’épizootie du sud-ouest de la France60 à la fin du xviiie siècle, aurait causé, entre 1774 et 1776, la mort de 150 000 bovins61. Cette crise a probablement été le déclic pour l’organisation d’une prophylaxie et de méthodes d’isolement des animaux contaminés sans précédent. Dès 1746, dans un contexte endémique, les animaux atteints doivent être déclarés et sont isolés (interdiction de participer aux marchés). En 1771, il devient interdit pour les bouchers d’acheter des animaux dans une paroisse atteinte. En 1774, F. Vicq d’Azyr62, alors jeune médecin, est envoyé de Paris dans le sud-ouest pour mettre en place des mesures de police sanitaire (désinfection, mise en place de cordons sanitaires, isolement, etc.).

  • 63 Selon L. Moulé (1896), la première description fiable de la peste équine figure dans un manuscrit (...)
  • 64 E. Leclainche, op. cit., p. 173.

30De son côté, la peste équine63 a également lourdement handicapé l’économie et notamment le transport. En 791, écrit Leclainche64, « les chevaux de l’armée de Charlemagne en guerre […] sont atteints par une peste qui détruit neuf dixièmes de l’effectif et oblige à interrompre la campagne ». En 832, une nouvelle épizootie si grave est notée « qu’on ne voyait presque plus personne qui n’allât à pied ». En 1360, une peste tue les 3/4 des animaux. On entrevoit, au travers de ces quelques exemples des pestes bovine et équine, combien l’économie d’un pays a pu être lourdement atteinte par ces épizooties, et ce d’autant plus que l’homme a, de son côté, payé un lourd tribut aux diverses zoonoses.

  • 65 V. Larcade, « À l’épreuve du temps : quelques verdicts rendus par le sénéchal de Lectoure au milie (...)

31L’histoire des maladies des animaux réalisée à partir des sources écrites apparaît donc majoritairement comme celle des grandes épizooties, des zoonoses à l’origine des grands pandémies, bref des maladies les plus manifestes pour l’homme et l’animal. Les limites à la connaissance de l’état sanitaire du cheptel sont l’existence de sources fiables et diversifiées, présentant la description précise des symptômes (au-delà des faits marquants tels que la mort des animaux). Les traitements font le plus souvent défaut et l’état sanitaire « hors crise » est difficile à cerner. Il semble que les affections mineures fassent partie du « décor » et soient peu ou pas présentées. C. Beck écrivait à ce propos : « Lorsqu’il s’agit d’apprécier l’état des troupeaux, les aspects zootechniques, les sources font défaut. » L’analyse de certains textes d’un autre type, comme le recueil de procès d’un juriste andalou du xie siècle, permet, dans un contexte apaisé, d’apercevoir l’état sanitaire des animaux ; il apparaît qu’un certain nombre d’animaux sont boiteux ou présentent des affections chroniques : « Ces documents, qui présentent une mulasserie locale, différente de l’industrie majorquine, et des animaux à l’état sanitaire médiocre, bien éloignés des superbes montures évoquées dans les chroniques ou les traités de “chevalerie”, amènent à nuancer l’image de l’élevage équin d’al-Andalus. » L’animal malade apparaît également dans des textes juridiques du xvie siècle, émanant de la sénéchaussée de Lectoure, et étudiés par V. Larcade65.

32Une approche des maladies à travers des sources différentes et notamment par les données archéozoologiques peut permettre d’affiner la vision de la pathologie animale pour les périodes médiévale et moderne.

II. L’apport de l’archéozoologie pour l’étude des maladies des animaux aux temps historiques

  • 66 J. Le Goff, op. cit., p. 18.
  • 67 Cette approche repose sur l’anatomie comparée, le matériel d’étude étant avant tout les os et les (...)
  • 68 L. Chaix et P. Méniel, Archéozoologie, Les animaux et l’archéologie, Ed. Errance, Paris, 2001.
  • 69 Le nombre important d’affections qui ne laissent pas de trace sur l’os constitue la limite majeure (...)
  • 70 Ruffer (1913), cité dans P.-L. Thillaud et P. Charon, Lésions ostéo-archéologiques, Kronos B.Y. éd (...)

33J. Le Goff66 rappelle que l’historien a à sa disposition deux grands types de sources : les sources écrites d’un côté, de l’autre, l’archéologie qui lui permet d’appréhender de plus près la « culture matérielle ». L’archéozoologie 67 se situe résolument dans cette seconde catégorie et consiste en l’étude des restes des animaux du passé afin de percevoir les relations homme-animal68. L’intérêt dans le cadre de l’étude des maladies des animaux réside dans la possibilité de visualiser des traces d’affection directement sur les os69, d’en percevoir l’extension et la gravité, d’appréhender des pathologies mineures ou secondaires (ex. : arthrose, fracture…), voire le cas échéant, de mettre en évidence des traces de maladies non décrites dans les textes. Le contexte global est donc celui de la paléopathologie, « science des maladies dont on peut démontrer l’existence sur les restes humains ou animaux des temps anciens70 ».

A. Les principales affections osseuses retrouvées

1. Origine

  • 71 J. Baker et D. Brothwell, Animal Diseases in Archaeology, Academic Press, London, 1980. Ces deux a (...)

34Les affections osseuses71 ont deux grandes origines possibles :

  • des facteurs intrinsèques : malformations congénitales, anomalies du développement, tumeurs, dysfonctionnements et phénomènes dégénératifs (ex. : ostéodystrophie, ostéoporose, ostéomalacie, ostéopétrose…).
  • des facteurs extrinsèques : accidents et blessures (d’origine variée, ex. : combats entre espèces, entre mâles…), facteur pathogènes externes (arthropathies) ou agents infectieux (ex. : ostéomyélite).

2. Type de lésions osseuses retrouvées

35On peut là aussi séparer les différentes lésions en deux grands groupes :

  • des lésions focales : qui se caractérisent par le type de remaniement osseux observé sur un seul os, ou sur une partie d’un os le plus souvent :
    • ostéolyse (souvent rencontrée sur os long ou vertèbres ex. : ostéomyélites suppurées ou granulomateuse).
    • ostéoprolifération (ex. : tumeur osseuse [ostéosarcome], cal de fracture, suros…)
    • ostéolyse + ostéoprolifération (ex. : tumeurs [ostéosarcome], ostéomyélites chroniques [ex. : actinomycose, arthrose, etc.]).
  • des lésions diffuses : qui se retrouveront sur de nombreux éléments du squelette.

36On différencie :

  • les pertes de tissu osseux72 (raréfaction de l’os spongieux ou de la corticale) ;
  • les épaississements du tissu osseux73 (cortex et périoste en général) ;
  • les angulations provoquant des déformations des os longs ou des côtes74.

3. Dominantes paléopathologiques en archéozoologie

  • 75 Chr. Morel, Inventaire des restes osseux provenant du site archéologique moyenâgeux de Saint-Denis (...)
  • 76 R.A. Harcourt, « The palaeopathology of animal skeletal remains », The Veterinary Record, 1971 (89 (...)
  • 77 V. Etier-Lafon, Présentation de la paléopathologie animale. Étude de cas. thèse de doctorat vétéri (...)

37Si l’on analyse un certain nombre de travaux d’archéozoologie75, on s’aperçoit assez vite que la paléopathologie représente une infime partie du matériel osseux retrouvé76, tout au plus quelques ossements perdus dans des contextes faunistiques renfermant des milliers de restes. Il devient dès lors difficile de se faire une idée des dominantes en terme de pathologie. Le travail de V. Etier-Lafon77 proposant un premier recul, nous reprendrons les grandes lignes de cette synthèse.

a) Dents

  • 78 V. Etier-Lafon, op. cit., p. 83 : « Baker (1978) note que la pathologie orale la plus fréquente en (...)

38Outre les anomalies du développement dentaire (absence de certaines dents, duplication dentaire…) qui peuvent fréquemment apparaître, les caries ou le tartre, on observe principalement les conséquences de maladie paradontale78 ou d’abcès. Dans ce dernier cas, l’abcès se présente comme une cavité remplie de pus à l’apex de la racine, l’évolution peut se faire sur l’animal vivant, vers la destruction de l’alvéole, avec parfois une fistulisation. On observe sur le reste osseux une périostite étendue avec le plus souvent une déformation de l’os en regard de la (ou des) dent. (cf. figures 1a et 1b).

b) Os

39– b1. Pathologies traumatiques et infectieuses

  • 79 J. Baker et D. Brothwell, op. cit. Dans des espèces à cornes où les combats entre individus corres (...)
  • 80 A. Grenouilloux, L’élevage bovin dans le haut Moyen Âge occidental, thèse de doctorat vétérinaire, (...)

40Les fractures à différents stades de consolidation sont les affections les plus facilement identifiées en paléopathologie (fractures de côtes, fractures vertébrales ou fractures d’os longs [ex. figure 2a]). Les fractures de côtes chez les ruminants (cf. figure 2b) sont les plus rencontrées : elles représentent 23,4 % des fractures des artiodactyles, devant celles de la tête (22 %) et celles du tibia (14,3 %)79. A. Grenouilloux80 a mis également au jour des ossifications ligamentaires et tendineuses, probablement résultant d’un processus inflammatoire local chronique sur des bovins de travail.

  • 81 S. Servat, C. Guintard, V. Forest, F. Nguyen et L. Jourdan, « Un cas d’actinomycose bovine sur le (...)

41La paléopathologie infectieuse (d’origine hématogène ou par inoculation) correspond à deux grandes entités : les arthrites et les ostéomyélites. Ces dernières offrent des remaniements osseux importants qu’il est le plus souvent facile de diagnostiquer par l’aspect radiographique caractéristique avec la triade typique, sequestre – involucre – cloaque. Il est le plus souvent impossible de remonter à un agent étiologique précis. Il nous a été possible81, dans le cas du site de Rougiers (xiie-xiiie siècles) de porter un diagnostic précis pour une ostéomyélite caractéristique de l’actinomycose bovine (cf. figures 3a à 3d). Cette diagnose offre un double intérêt :

  • il permet de faire remonter cette affection de façon presque certaine à cette époque, il s’agirait du cas d’actinomycose le plus ancien décrit à ce jour chez l’animal ;
  • l’actinomycose n’est pas une maladie mortelle, tout au plus invalidante pour le bovin, et très peu contagieuse, elle n’apparaît donc pas mentionnée dans les textes82.

42– b2. Paléopathologie dégénérative et de surcharge

  • 83 Il s’agit d’une pathologie largement retrouvée, y compris chez les ruminants sauvages : cf. Y. Lig (...)
  • 84 V. Etier-Lafon, op. cit., p. 89.

43Elles se rencontrent assez fréquemment et sont principalement liées au travail auquel étaient soumis les animaux et à leur âge avancé. Les membres sont les rayons osseux les plus atteints (on retrouve ces affections à tous les niveaux). Les métapodes et les phalanges (cf. figures 4a et 4b, 5 et 6) présentent très souvent des phénomènes dégénératifs de type arthropathie chronique (arthrose…) chez les ongulés83. Chez le Bœuf, la dégénérescence articulaire des extrémités est très fréquemment décrite, indique V. Etier-Lafon84. Chez le Cheval, on rencontre l’éparvin et les formes. Ces ostéoarthrites chroniques ou ces ostéites sont liées à un travail trop précoce et trop intensif des animaux de trait.

B. Intérêt et limites de la paléopathologie

  • 85 Tout au plus un recul d’une dizaine d’années en médecine vétérinaire.
  • 86 Dermatite interdigitée = fourchet ; pododermatite aseptique diffuse = fourbure ; dermatite digitée (...)
  • 87 Tarsites ; hygroma ; arthrite septique ; arthrose ; fracture, etc.
  • 88 Fourchet : Dichelobacter nodosus, Fusobacterium necrophorum ; Panaris : Fusobacterium necrophorum,(...)
  • 89 J.-H. Yvinec, « L’élevage au Haut Moyen Âge », L’élevage médiéval..., p. 79-86.
  • 90 A. Grenouilloux, op. cit.
  • 91 La tuberculose sous sa forme osseuse est par exemple rarissime chez l’animal ; la peste n’entraîne (...)

44Sans qu’il soit permis de tirer des conclusions définitives, tant la paléopathologie est une discipline récente85, il semble que les études archéozoologiques aient permis de faire ressortir l’importance des arthropathies chroniques du vieil animal de travail (cheval, bovin), notamment au niveau de l’appareil locomoteur. L’origine exacte est souvent impossible à déterminer pour des lésions peu spécifiques qui peuvent correspondre à de nombreux agents étiologiques. Le corpus de référence demeure encore trop faible pour envisager des études régionales ou des différences significatives entre époques. Il peut cependant être intéressant d’essayer de raccrocher les lésions osseuses observées, par exemple chez les bovins, aux maladies connues pour engendrer ces arthropathies chroniques du squelette appendiculaire. Ces dernières sont en général associées aux boiteries chez le bœuf. Elles atteignent le plus souvent le pied86, mais peuvent également se localiser sur d’autres régions anatomiques87. Les germes incriminés sont le plus souvent des bactéries88, mais il ne faut pas oublier les mauvaises conditions d’hygiène et les déséquilibres alimentaires (carence en zinc, cuivre ou vitamine A) qui favorisent le développement de ces affections. Il est toutefois délicat de pouvoir apprécier l’état sanitaire du cheptel. L’archéozoologie est liée au crible important de la découverte du site, et sur le site, des ossements. Personne ne peut donc prétendre avec cette discipline pouvoir atteindre une quelconque représentativité statistique. Argumentant dans ce sens, J.H. Yvinec89 signale que « les données archéozoologiques ne témoignent pas directement de l’élevage. Il est nécessaire pour les faire parler de leur appliquer des filtres, d’utiliser conjointement les informations sur les choix alimentaires des différents milieux (producteurs et consommateurs, rural et urbain…) ». F. Audoin-Rouzeau insiste d’ailleurs en rappelant que « la restitution des cheptels médiévaux par l’archéozoologie a quelque chose d’assez périlleux, puisqu’elle doit s’opérer à partir des restes d’assiette… ». Dans le cas de la paléopathologie, il ressort toutefois clairement que les pathologies du vieil animal et les conditions d’hygiène précaires semblent caractériser la période abordée. Ceci ne signe pas pour autant un état sanitaire global désastreux, A. Grenouilloux90 écrit même au sujet du bovin d’Andone : « On pressent bel et bien un troupeau vigoureux, en bonne santé […], à cent lieues du cliché d’un bétail famélique couramment répandu pour la période médiévale. Les quelques traces de pathologie qu’il a été possible d’observer sur les os des bovins du castrum, peu nombreuses qu’elles sont, nous confortent en ce sens. » Il continue sa réflexion en indiquant que « la proposition inverse serait fausse : l’absence ou la rareté de signes de pathologie osseuse, n’autorise pas à affirmer l’absence de pathologie tout court. Car l’os ne peut malheureusement témoigner que d’une partie infime des affections dont a pu être victime l’animal… ». Et cela constitue bien sûr la limite la plus sérieuse de cette discipline (l’archéozoologie) en la matière. Il est de la sorte excessivement difficile de faire le lien avec les grandes épizooties ou les zoonoses91. Il serait presque paradoxal, au vu d’un corpus d’ossements sains, de dire que le cheptel était indemne de toute maladie, tant il a pu être victime de fléaux majeurs. Une épizootie majeure de peste bovine signalée par les textes et ayant decimé 90 % du bétail a très bien pu, par exemple, passer totalement inaperçue pour l’archéozoologue. À l’inverse, il ressort de la paléopathologie que les affections dites de « tous les jours », et rarement mentionnées par les textes, ressortent clairement des différents corpus abordés.

***

45Concernant l’histoire de la médecine vétérinaire, les textes médiévaux et de l’Époque Moderne mettent avant tout en exergue les grandes maladies du cheptel (voire même avant tout du cheval), pathologies affectant l’outil de travail : l’animal, ou pouvant atteindre l’homme : les zoonoses.

46L’archéozoologie, grâce à la paléopathologie apporte une information d’un type nouveau, liée à « l’état sanitaire de base » du cheptel (maladies chroniques ayant des répercussions osseuses et non les formes aiguës ou sub-aiguës des grandes pandémies). Plus que pour tout autre domaine de l’histoire, dans le cas de la médecine vétérinaire, la nécessité impérieuse de croiser les sources, texte et archéologie, apparaît. Il semble indispensable, afin de se faire une meilleure idée des maladies des animaux dans l’histoire, d’accroître le corpus de données en terme de paléopathologie. Il est à terme important d’obtenir d’autres informations fiables, datées et régionales. Tout cela doit bien sûr se faire en gardant en tête les impossibles de l’archéozoologie : l’ensemble de toutes les maladies qui n’ont pas de répercussions osseuses ou dentaires.

Figure 1 : déformations mandibulaires suite à des abcès dentaires.
a. mandibule de porcin (Lyon/Place des Célestins – viie-ixe siècles) crédit photo V. Forest
b. mandibules d’ovicaprins (Puygirom – Saint Bonnet/Drôme – xiiie-xvie siècles) crédit photo V. Forest

Figure 2 : pathologies traumatiques : cals osseux
a. métatarse V de porcin (non épiphysé) (Lyon – Place de la République/seconde moitié du xvie siècle)
crédit photo V. Forest
b. côte d’ovicaprin (Lyon – Place des Terreaux – seconde moitié du xvie siècle) crédit photo V. Forest

Figure 3 : un cas d’actinomycose bovine (mandibule) à Rougiers (Var – xiie-xiiie siècles)
a. vue latérale (crédit photo C. Guintard)
b. vue ventrale (crédit photo C. Guintard)
c. vue rostrale (crédit photo C. Guintard)
d. radiographie dorso-ventrale (crédit photo C. Guintard)

Figure 4 : paléopathologie dégénérative de surcharge sur des métapodes de bovins
a. métacarpe droit de bovin (Narbonne/Clos de la Lombarde – seconde moitié du ive siècle - début du ve siècle)
crédit photo V. Forest
b. métacarpe gauche de bovin – vue proximale (Lyon – Place des Terreaux – fin ive siècle-ve siècle)
crédit photo V. Forest

Figure 5 : paléopathologie dégénérative de surcharge sur les phalanges de bovins (Lyon/Sainte Croix – xe-xie siècles et Place de la République – xvie siècle)
crédit photo V. Forest

Figure 6 : paléopathologie dégénérative de surcharge sur l’extrémité distale (phalanges et métacarpe) d’un membre thoracique d’ovin
(Fenouillet – Pyrénées orientales – Sainte-Pierre Gruet / milieu – fin xiiie siècle)
crédit photo V. Forest

Annexes

Annexe

Plan suivi lors de la communication orale pour la partie illustrant les maladies des animaux aux Moyen Âge et à l’Époque Moderne :

I. Affections non contagieuses (maladies d’élevage [carences alimentaires, affection par des germes ubiquistes : ex. : actinomycose…], coliques, désordres physiologiques [fourbure du cheval…], maladies invalidantes ou chroniques [ex. : emphysème respiratoire, arthrose…], fragilité ostéoarticulaire (fracture, luxation) affections dentaires, troubles neuro-musculaires [ex. : tétanos, encéphalite, ergotisme : mal des ardents dû a Claviceps purpurea : ergot du seigle…]).

II. Affections contagieuses – non transmissibles à l’homme (la clavelée [= variole ovine ou picote – due à un Capripoxvirus – très contagieuse : 70 à 80 % du cheptel atteint, dernier foyer en Fr. 1964 – apparaît en France en 1275, passe dans la langue française en 1350) ; la Péripneumonie bovine (individualisée au xviiie s. par Bourgelat – disparue en Fr. en 1906, due a Mycoplasma mycoïdes, évolution vers la mort en 8-15 j, nombreuses épizooties au xviiie s.) ; les pestes animales (due à des Paramyxoviradae, disparue d’Europe occidentale depuis 1870 – sauf cas ponctuel : Anvers 1920, Rome 1949 – Toujours endémique en Asie et en Afrique).

III. Affections contagieuses – transmissibles à l’homme = Zoonoses (la fièvre aphteuse – due à un Picornaviridae, maladie des artiodactyles domestiques et sauvages, mortalité faible (2 à 5 %) – bénigne chez l’homme, identifiée cliniquement par Fracastor (Girolamo Fracastoro) en 1546 ; stomatite vésiculeuse (Rhabdoviridae) – impossible à distinguer de la fièvre aphteuse – nombreuses épizooties au xviiie s. ; tuberculose (Mycobacterium) – contamination de l’homme à partir du lait de bovins atteints – « aphtisie galopante », « fièvre consomptive », mal des langueurs, scrofulose – écrouelles, maladie perlière ou pommelière des bovins – maladie chronique et polymorphe la plus redoutable du passé ; rage (Rhabdoviridae) – tropisme nerveux – affecte tous les mammifères – mortelle si déclarée – connue depuis l’Antiquité – 1ère vaccination le 6/07/1885 par Pasteur (Joseph Meister) ; fièvre charbonneuse ou charbon bactéridien (Bacillus anthracis) germe tellurique universellement répandu, connue depuis l’Antiquité’notion de champs maudits – nombreuses épizooties au xviiie s. ; grippes (Orthomyxovirus – pandémie – mortalité importante – séquelles type arthrose) ; morve (Pseudomonas mallei) – une des première maladie reconnue zoonose en 1837-) – disparue en Fr. en 1925 – expression cutanée : le farcin.

IV. Affections parasitaires

Ex. : gale propostique du mouton ; Rickettsiose (typhus exanthématique transmis par les poux) ; Spirochétose (typhus récurrent : transmis par les tiques), etc.

Notes

1 J. A. F. Ozanam, Histoire médicale générale et particulière des maladies épidémiques, contagieuses et épizootiques qui ont régné en Europe depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, 2e éd., Paris, 1835, 4 volumes ; L. Moulé, Histoire de la médecine vétérinaire, éd. Maulde, Documenc et Cie, Paris, 1896 ; M. Laignel-Lavastine, Histoire de la médecine, de la pharmacie, de l’art dentaire et de l’art vétérinaire, Albin Michel, Paris, 1936-1949 ; A. Senet, Histoire de la médecine vétérinaire, puf, Paris, 1953 ; E. Leclainche, Histoire illustrée de la médecine vétérinaire, Albin Michel, 1955, 2 volumes ; C. Bressou, Histoire de la médecine vétérinaire, PUF, Paris, 1970 ; V. Chiodi, Storia della veterinaria, Ed. Edagricole, Bologne, 1981 ; R.H. Dunlop et D.J. Williams, Veterinary medicine, an illustrated history, Ed. Mosby, Saint-Louis, 1996 ; F. Bourdy, « Histoire de la médecine vétérinaire romaine et dans l’Antiquité tardive, I - Les sources », Bull. Acad. Vét. de France, 1998 (71), p. 351-360.

2 Une autre limite réside dans le fait qu’un certain nombre de lésions osseuses ne sont nullement pathognomoniques et ne signent donc pas une affection donnée.

3 Cette notion de maladie non-écrite est empruntée à un ouvrage récent qui aborde principalement la paléopathologie humaine et consacre un court chapitre à la zoopaléopathologie, sans toutefois aborder les temps historiques, ce qui semble confirmer une fois de plus qu’il reste beaucoup à faire dans le domaine : A. Isidro Llorens et A. Malgosa Morera, Paleopatología. La enfermedad no escrita, Ed. Masson, Barcelona, 2003.

4 Encore appelé, medicus veterinarius, m. equarius, m. jumentarius, m. pecuarius, mulomedicus, ou « maréchal » au Moyen Âge. Le terme veterinarius (1594) est initialement associé à la maréchalerie. Jean Massé (1646) publie L’art vétérinaire ou Grande Maréchalerie. Il faudra attendre le xviiie siècle pour voir s’opérer une scission entre, d’un côté, le vétérinaire - médecin des animaux et, de l’autre, le maréchal - chargé de la ferrure : E. Leclainche, op. cit.

5 C. Bourgelat, Elémens de l’Art vétérinaire, Traité de la conformation extérieure du Cheval, Éd. Huzard, 6e éd., Paris, 1808.

6 Les traités grecs et arabes ont été largement recopiés et traduits. Le cheval est l’animal de référence.

7 Création de l’Institut Pasteur. Dans les années 1870-1886, Pasteur démontre que la maladie charbonneuse du mouton est liée à un bâtonnet, la bactéridie charbonneuse, pour laquelle il met au point un vaccin. Il découvre également le vibrion septique à l’origine de la septicémie gangréneuse et le staphylocoque responsable des furoncles et des ostéomyélites, le streptocoque dans l’infection puerpérale. Il étudie le choléra des poules, le microbe du rouget du porc et le virus rabique, qui le conduit à la vaccination.

8 Alfort (Maisons-Alfort) créé en 1766 par C. Bourgelat ; Toulouse le 6 juillet 1825. Sur les autres écoles vétérinaires, aujourd’hui disparues, O. Gerbaud, « Le besoin de vétérinaires et la création d’Écoles vétérinaires secondaires dans la France rurale à la fin du xviiie siècle », dans L’homme, l’animal domestique et l’environnement du Moyen Âge au xviiie siècle, R. Durand (éd.), Ouest éd., Nantes, 1993, p. 219-233.

9 L’anatomie a été la base de l’enseignement vétérinaire à sa création, avec Bourgelat et Fragonard. La physiologie qui en découle s’est affirmée au xixe siècle avec notamment Chauveau, émule de Claude Bernard, qui crée la cardiographie intracardiaque et avec ses élèves, Marey, Arloing et Kaufmann, explore la contraction musculaire et met sur pied les principes de la pharmacodynamie. Médecin, le vétérinaire est également zootechnicien. Dès 1782 avec Daubenton, puis en 1783 avec Gilbert, l’économie rurale devient une science de l’élevage. En microbiologie et en virologie, l’apport de la recherche vétérinaire est prépondérant. Galtier démontre que la rage est inoculable au lapin et, dès 1881, entrevoit l’immunisation anti-rabique.

10 Louis Pasteur meurt en 1895.

11 Date à laquelle la pénicilline fut isolée.

12 Alexandre Fleming partagea le prix Nobel pour sa découverte avec Florey et Chain en 1945.

13 P. Bourdelais, Les épidémies terrassées, Une histoire de pays riches, éd. de La Martinière, Paris, 2003.

14 La disparition des grandes endémies a probablement offert de nouvelles niches écologiques à des agents infectieux autrefois confinés localement. La population humaine vieillissante et les trajets à l’échelle du monde ont également favorisé des échanges de micro-organismes et l’apparition de maladies sur un mode chronique. L’augmentation des populations humaines et animales et leur confinement ont également joué un rôle dans ce processus.

15 J. Bost, Lyon, berceau des sciences vétérinaires, éd. lyonnaises d’art et d’histoire, Lyon, 1992. Cette médecine que l’on peut qualifier aujourd’hui de traditionnelle, survit de nos jours dans les rebouteux et autres traiteurs, encore bien ancrés dans la société actuelle : Cl. Brelet, Médecines du monde, Histoire et pratiques des médecines traditionnelles, Robert Laffont, Paris, 2002.

16 Mais aussi les lavements, thériaques, cauthérisations, setons, etc., le vinaigre est largement employé, les fumigations également.

17 Pour mémoire : saint Blaise, grand patron des animaux, saint Eloi, guérisseur des fractures et patron des maréchaux et vétérinaires, saint Antoine, protecteur du porc et du petit bétail, patron des chevaux, saint Hubert, guérisseur de la rage, saint Martin, patron des chevaux, saint Sébastien guérisseur de la peste…

18 H. Hours, « Note sur les prières liturgiques en cas de maladie du bétail », La lutte contre les épizooties et l’École vétérinaire de Lyon au xviiiie siècle, Albums du crocodile, 1957-III, p. 85.

19 Comme : Leech Book (Angleterre), Herbarium (Angleterre) dont un chapitre est intitulé : « La médecine des quadrupèdes », Physica (Allemagne) écrit par l’abbesse bénédictine Hildegarde de Bingen (1098-1179).

20 L. Moulinier, « L’ordre du monde animal selon Hildegarde de Bingen (xiie siècle) », L’homme, l’animal domestique..., p. 51-71. Ces traitements figurent dans E. Leclainche, op. cit., p. 171 : ils préconisent la corne de bison contre la peste du cheval, la poudre d’os de poisson, de bec d’oiseau contre la peste du porc, l’ortie et laitue sauvage contre les coliques du cheval, le cuivre contre l’angine du cheval, de l’âne, du bœuf, du mouton, de la chèvre et du porc, la feuille de châtaignier contre la tympanite des ruminants, la fleur de souci dans le nez contre la toux des ruminants, la fleur de frêne contre toutes les maladies de la chèvre, ainsi que maintes saignées, scarifications, cautérisations, etc.

21 Le De medicina equorum publié en 1250 a fait l’objet de traductions, en italien à la fin du xvie (Libro delle Marescalcie dei Cavalli), en français (La Mareschaucie des chevax ou Livre de la maréchalerie qui a fait l’objet de nombreuses copies et de multiples ajouts, 63 à 162 chapitres selon les codices) : livre de référence des maréchaux pendant plusieurs siècles, il contribue largement à rénover les connaissances de l’époque.

22 Jordanus Ruffus (ou Giordano Ruffo), ami et grand écuyer (Marescallus major) de Frédéric II, roi de Naples et de Sicile.

23 On y trouve les affections suivantes :

maladies naturelles et acquises, accidents et leur diagnostic ; morve, farcin, gourme, parotidite, charbon, gale, aphte ; catarrhe, angine, pousse, maladie de poitrine ; maladie de l’estomac et de l’intestin, coliques, indigestions stomacales, congestions intestinales, tympanite, diarrhée ; maladie des yeux, malandre, verrue, rétention d’urine ; blessures sur toutes les parties du corps ; boiteries en général, entorses, luxations, éparvins, suros, formes, etc. ; rétentions d’urine ; fourbures, affections du pied, etc.

24 Laurentius Rusius (ou Laurenzo Rusio), vétérinaire ayant exercé à Rome, écrit vers 1340 un ouvrage en 181 chapitres : hippologie, hippiatrie (émissions sanguines, maladies congénitales, pathologies traitées par région, notions chirurgicales, indications astrologiques).

25 Y. Poulle-Drieux, « L’hippiatrie dans l’Occident latin du xiiie au xve siècle », Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Âge, Droz-Minard, Genève-Paris, 1966, p. 11-167 établit des notices sur les traités d’hippiatrie de Giordano Ruffo, Theodorico Borgognoni, Barthélemy de Messine, Mose de Palerme, El libro de los caballos, L’infant Don Fadrique, Fray Bernardo Portugués, Mestre Giraldo, Johan Alvares de Salamiellas, Manuel Diez de Calatayud, Salvador Vila, Laurenzo Rusio, Uberto de Cortenova, Dino Dini, La chirurgie des Chevaux, Guillaume de Villiers, Traités germaniques et celtiques ; B. Prévot, La science du cheval au Moyen Âge, Le traité de Jordanus Rufus, Klincksieck, Paris, 1991 ; B. Prévot et B. Ribémont, Le Cheval en France au Moyen Âge, Paradigme, Orléans, 1994.

26 E. Leclainche indique que « l’Arabe aime son cheval autant et plus que sa femme ». Il retrouvera les deux au Paradis… Voir également Chevaux et cavaliers arabes dans les arts d’Orient et d’Occident, catalogne de l’IMA, Éd. Gallimard, Paris, 2002, et, pour al-Andalus, Al-Andalus y el caballo, éd. Sierra Nevada 95, El Legado Andalusí-Lunwerg Ed. S.A., Barcelona, 1995.

27 J. Le Goff, À la recherche du Moyen Âge, Ed. L. Audibert, Paris, 2003, p. 55 : « Le grand moment de sa [l’Antiquité grecque] redécouverte à travers les Arabes, [est] le xiiie s., dans les traductions latines. »

28 Le Kitâb al Filâha possède une partie vétérinaire importante : trad. Espagnole 1802 ; trad. française, Actes Sud/Sinbad, 2000, collection Thesaurus. On y retrouve les principales médications (purgatifs, lavements, saignées), l’origine des médicaments (plantes, produits d’animaux – sang, œufs, viandes, corne, graisse, bile, os –, minéraux – alun, cendre, bitumes, souffre… – et les types de médicaments : solutions, infusions, pilules, liniments, onguents, baies, poudres, pâtes, savons, frictions, grattages, fumigations…)

29 Sur le rôle du vétérinaire en al-Andalus, voir C. Guintard et Chr. Mazzoli-Guintard, « Les vices des équidés sous le regard de l’expert-vétérinaire en al-Andalus : un aperçu chez Ibn Sahl (1022-1093) », Anthropozoologica, 2000, no 32, p. 11-22.

30 Citons toutefois J. Ruel (Johanne Rvellio) qui édite une traduction latine (Veterinariae medicinae libri) des Hippiatrica de Vègèce en 1530 et des auteurs comme Gessner, Paracelse, Cardanus.

31 Sur les limites de l’utilisation de ce mot, cf. J. Le Goff, op. cit.

32 Dès les xiiie-xive siècles, l’anatomie commence à devenir une science importante, statut qu’elle avait perdu depuis l’Antiquité et qu’elle gardera jusqu’au xixe siècle. Voir R. Mandressi, Le regard de l’anatomiste. Dissections et invention du corps en Occident, éd. Seuil, Paris, 2003.

33 Nous mettons sous ce vocable la période qui va de 1761 (date de création de l’École) à 1779 (date de la mort de son fondateur, Claude Bourgelat).

34 P. Monet, « La rage en basse-Alsace dans le dernier tiers du xviiie siècle », Bull. acad. de France, 1979 (52), p. 249-257 ; J. Théodoridès, Histoire de la rage, Masson, Paris, 1986 ; H.E. Carter, « Rage ou hydrophobie : petite histoire de la rage chez le chien » Histoire de la médecine vétérinaire, 1989 (2), p. 34-39 ; J.-L. Laffont, « La rage dans le Midi toulousain sous l’Ancien Régime », Revue de Médecine Vétérinaire, 1999 (150), p. 525-534.

35 Même si l’on sait maintenant que les traitements proposés à partir de la poudre d’Anagallis n’avaient aucun support scientifique et ne pouvaient pas soigner la maladie.

36 H. Hours, « Les épizooties dans la généralité de Lyon de 1757 à 1787 », La lutte contre les épizooties...., Albums du crocodile, 1957-III, p. 78-81.

37 R.-M. Arbogast, P. Méniel, J.-H. Yvinec, Une histoire de l’élevage, éd. Errance, Paris, 1987, 104 p. ; M. Mazoyer et L. Roudart, Histoire des agricultures du monde du Néolithique à la crise contemporaine, Seuil, Paris, 2002 ; Traditions agronomiques européennes, cths, 1998.

38 H. Bresc, « Mandra : le grand élevage méditerranéen en Sicile médiévale et l’exemple de Corleone », L’élevage médiéval, Ethnozootechnie, 59 (1997), p. 29-40. Les plus grands troupeaux de l’aristocratie sicilienne rassemblaient jusqu’à 764 bovins. Une extrême concentration de l’élevage des chevaux, utilisés pour le transport des personnes et pour la guerre, est signalée.

39 Ph. Contamine, « Jalons pour une histoire du cheval dans l’économie rurale lorraine à la fin du Moyen Âge », L’élevage médiéval..., p. 51-59. À Dugny dans le Verdunois en 1399, 14 laboureurs possèdent 68 bêtes de trait dont 14 chevaux, 153 « bêtes cornues oisives », 13 « poulains oisifs » et 379 brebis. En 1491, 364 chevaux pour 251 feux avec une variation de 0 à 6 chevaux par feu.

40 C. Beck, « Le cheptel des exploitations paysannes dans le Val de Saône aux xive et xve siècles », 109e Congrès nat. Soc. Sav., Dijon, 1984, Hist. méd., t. II, p. 113 à 129. Entre 1350 et 1470 dans le Val de Saône, le cheptel bovin est majoritaire au niveau des transactions d’animaux. Le rapport entre chevaux et bovins est de 1 pour 3.

41 C. Beck, op. cit. : les transactions de jeunes bovins ou d’animaux subadultes sont de loin majoritaires : 37,6 % animaux < 1 an et 52,8 % animaux [2, 3 ans]. Beaucoup d’animaux sont échangés au xive siècle, notamment au sortir des crises pour reconstituer les cheptels.

42 Ph. Contamine, op. cit., p. 57 : pour le Duché du Luxembourg en 1445, il mentionne que 2 000 bêtes ont été emmenées, dont 900 à 1 000 chevaux.

43 C. Beck, « Le cheptel… », p. 126 : « Nourri de façon insuffisante et peu variée, le cheptel est alors sensible aux épidémies […] ».

44 C. Beck, « Cheptel bovin, cheptel équin en milieu paysan en Bourgogne à la fin du Moyen Âge », L’élevage médiéval..., p. 21-28 : de nombreuses références signalent la présence d’animaux vieux dans le cheptel, ainsi « deux chevaulx borne chascun dun eul et de tres grant aaige », « le dit cheval ne veoit goutte », « chaitiz chevaulx touz afoulez ».

45 R. Delort, « Autour de l’élevage au Moyen Âge », ibid., p. 3-8, rappelle que l’homme peut « élever » le sauvage : « sans revenir sur le mot domestique, je dirais que, à l’heure actuelle et peut-être encore plus au Moyen Âge, l’élevage porte tout autant sur des animaux sauvages ». Sur la notion de domestication, cf. aussi État sauvage, apprivoisement, état domestique, Ethnozootechnie, 42 (1989) ; A. Grenouilloux et Ph. Migaud, « Sauvages, commensaux ou domestiques, l’animal dans l’économie alimentaire d’un castrum de l’An Mil », L’homme, l’animal domestique..., p. 163-176 ; L. Bodson, « Les animaux dans l’Antiquité : un gisement fécond pour l’histoire des connaissances naturalistes et des contextes culturels », L’animal dans les civilisations orientales, Acta Orientalia Belgica, Bruxelles, 2001, p. 1-27 ; Animal domestique, espèce domestique, domestication : points de vue, Ethnozootechnie, 71 (2003).

46 R. Fossier, « L’élevage médiéval : bilan et problèmes », L’homme et l’animal domestique..., p. 9-20 : « L’analyse archéologique a montré que les résidus osseux de provenance “sauvage” ont longuement concurrencé ceux des animaux “domestiques” dans les dépôts alimentaires fouillés, et qu’à tout prendre, chasse et pêche, forme initiale de la recherche des protéines animales, pouvaient bien suffire à nourrir des hommes. Dans ces conditions, la chair, la viande de bœuf “usé”, du mouton hors d’âge, de la poule qui ne pond plus n’ont, qu’accessoirement garni les tables, ou, du moins, ne sont apparues, longtemps, que comme un complément. »

47 C’est le cas par exemple de la lèpre ou de la variole, ainsi que la plupart des toxi-infections (ex : choléra, diphtérie, certaines dysenteries, etc) ou des maladies nerveuses dégénératives. Nous renvoyons pour les épidémies humaines (y compris celles suscitées) à l’ouvrage de J. Ruffié et J.-C. Sournia, Les épidémies dans l’histoire de l’homme, Flammarion, Paris, 1984.

48 On parle d’épizootie pour l’animal et d’épidémie pour l’homme. De la même façon, on parle d’enzootie pour l’animal et d’endémie pour l’homme. Le terme d’épidémie apparaît en 1256, celui d’épizootie en 1775.

49 Plusieurs mécanismes sont proposés : acquisition d’une immunité de certains animaux résistants, diminution de la virulence du germe au fil des générations, mortalité importante des animaux diminuant les possibilités de transmission, mise en place d’une prophylaxie sanitaire ou de traitements efficaces.

50 On décrit deux sortes d’enzooties : dyscrasiques (ex. : problèmes alimentaires : comme le goitre ou la pellagre) et infectieuses (de loin les plus nombreuses).

51 Il existe plus de 100 zoonoses identifiées, d’origine infectieuse ou parasitaire. Le terme de zoonose est tardif (1953).

52 Zoonoses majeures (fréquentes et graves) : rage, tuberculose, brucellose, salmonelloses, etc. ; zoonoses mineures, (rares et bénignes) : ecthyma, fièvre aphteuse, maladie de Newcastle (classées ainsi de nos jours) ; zoonoses exceptionnelles, graves (ex. encéphalite B), ou bénignes (ex. maladie d’Aujeszky).

53 Respiratoire : tuberculose, ornithose, brucellose, fièvre Q, etc. ; digestive : tuberculose, brucellose, salmonellose, pseudo-tuberculose, etc. ; cutanée et muqueuse : vaccine, brucellose, tularémie, leptospirose, charbon, rouget, etc. ; morsures et plaies : rage, pasteurellose, tétanos, gangrène, etc.

54 Bactéries : fièvre charbonneuse, brucellose, leptospirose, listériose, tuberculose, pasteurellose, morve, mélioïdose, rickettsioses (typhus), salmonellose, staphylococcies, streptobacilloses, rouget, streptococcies, peste noire, pseudotuberculoses, etc. ; virus : Poxviroses (cow-pox et vaccine, stomatite papuleuse, ecthyma, etc.), Herpès viroses (maladie d’Aujeszky, etc.), Myxoviroses (grippes, maladie de Newcastle, etc.), Rhabdoviroses (rage, stomatite vésiculeuse, etc.), Picornaviroses (fièvre aphteuse, maladie vésiculeuse des suidés, etc.), Rétrovirose (anémie infectieuses des équidés, etc.) ; Parasites : transmission directe – Animal / Homme - : ectoparasites (ex : puces, acariens [gales], etc.), endoparasites (ex : cysticerques, échinocoques, cénuroses [tournis du mouton]), transmission indirecte – Animal / Vecteur / Homme : par un vecteur animé (ex. arthropode : leishmaniose, filariose, trypanosome [ex. : Dourine du cheval], œstroses, paludisme, babésioses, etc.), par un vecteur inerte (ex. : téniasis, trichinose, toxoplasmose, ascaris, fasciolose (Grande Douve), etc.) ; Mycoses (ex. : teigne).

55 Nous avions regroupé, sous la forme d’une partie largement illustrée à partir de l’ouvrage de R.H. Dunlop et D. J. Williams, op. cit., les grands types de maladies du cheptel, en ne retenant que les principales, lors de la communication orale : pour des questions de place, nous ne pouvons retranscrire ce paragraphe dont nous nous bornons à indiquer le plan en annexe, (cf. annexe).

56 P.-P. Pastoret, « L’histoire des connaissances zoologiques et des relations entre l’homme et l’animal : apport à la médecine vétérinaire », L’Histoire des connaissances zoologiques et ses rapports avec la Zoologie, l’Archéologie, la Médecine vétérinaire, l’Ethnologie, Journée d’étude (Liège, 1989), Liège, 1990, p. 45-57. L. Bodson, « Ancient views on pests and parasites of livestock », Argos, 1994 (10), p. 303-310.

57 On connaît les pestes équine, bovine, porcines, aviaires, du lapin et des petits ruminants. Ces affections fortement contagieuses ne sont pas (ou très peu) transmissibles à l’homme (non zoonotiques) et sont d’origine virale. Voir G. Theves, « Le traitement de maladies animales au Luxembourg pendant le xviiie siècle », Bull. de la Soc. des Sciences médicales du Grand-Duché de Luxembourg, 1993-2, p. 77-89 ; A. Mantovani et R. Zanetti, « Giovanni Maria Lancisa, De Bovilla Peste and Stamping Out », Historia Medicinae Veterinariae, 1993 (18-4), p. 97-110.

58 La peste noire (P. zoonose) est bien connue des historiens. Il s’agit d’une maladie des rongeurs (plus rarement rencontrée chez le chameau, le mouton ou le chien) transmise à l’homme, entre autres par la puce du rat (Xenopsylla cheopis). On lui connaît trois formes : la bubonique mortelle dans 50 à 70 % des cas, la pulmonaire rapidement mortelle (3-4 j.) et la septicémique (foudroyante). Trois grandes pandémies ont été dévastatrices pour l’homme : la peste de Justinien sur les bords de la Méditerranée, qui sévit 50 ans à partir de 542 ; la peste noire de 1346-1353, d’origine indienne, qui reste endémique en Europe et cause la mort d’environ 50 millions de personnes (600 morts/j. à Constantinople en 1466 ; au xvie siècle, Milan passe de 250 000 hab. à 60 000 hab.) ; la Peste des années 1894-1912 (11 millions de morts). Pour plus de précisions, cf. F. Audoin-Rouzeau et J.-D. Vigne, « Le rat noir (Rattus rattus) en Europe antique et médiévale : les voies du commerce et l’expansion de la peste », Anthropozoologica, 1997 (25, 26), p. 399-404 ; F. Audoin-Rouzeau, Les chemins de la peste, Le rat, la puce et l’homme, pur, Rennes, 2003.

59 Épizooties de pestes bovines au Moyen Âge et à l’Époque Moderne en Europe, par grands ensembles géographiques : 560-569 (Gaule/Italie), 679 (Irlande), 800/850/870 (France), 878 (Allemagne), 886 (France), 940/942 (Europe), 1170-1172 (Europe), 1220/1225 (Europe), 1321/1324 (Irlande), 1385/1387 (Lombardie), 1711/1743/1770 (France).

60 1772 : épizootie dans les environs de Bayonne (à partir, peut-être, d’animaux importés de Hollande)
1774 : tout le S.O de la France, jusqu’à Bordeaux.
1776 : 1/3 des laboureurs n’ont plus de bêtes à cornes et doivent cultiver leur terre à bras d’homme.

61 Ces chiffres sont toujours à prendre avec précaution, même après le Moyen Âge ; cf. J. Le Goff, op. cit., p. 36-37 : « Le Moyen Âge ne se compte pas ou, du moins, n’aime pas compter. [...] Dans ces chiffres médiévaux, nous trouvons, au mieux, des ordres de grandeur. Les médiévaux voulaient dire que telle épidémie avait fait des ravages, que telle bataille avait été importante ».

62 Pour plus de précisions : B. Bach-Lijour, « Vicq d’Azyr et l’épizootie de 1774 dans le sud-ouest de la France », L’homme, l’animal domestique..., p. 235-242 ; P. Gramain-Kibleur, « Vaches malades et mesures sanitaires », Pour la Science, 2003 (305), p. 22-23.

63 Selon L. Moulé (1896), la première description fiable de la peste équine figure dans un manuscrit arabe du xvie siècle sous l’appellation « épizootie de l’Yémen ». Voir aussi F. Lestoquard, « La peste équine », Revue vétérinaire, 1931 (LXXXIII), p. 70-71.

64 E. Leclainche, op. cit., p. 173.

65 V. Larcade, « À l’épreuve du temps : quelques verdicts rendus par le sénéchal de Lectoure au milieu du xvie siècle », Bulletin de la Société archéologique et historique du Gers, 2001, p. 725-744.

66 J. Le Goff, op. cit., p. 18.

67 Cette approche repose sur l’anatomie comparée, le matériel d’étude étant avant tout les os et les dents. Parmi les travaux récents, cf. F. Audoin-Rouzeau, Hommes et animaux en Europe, CNRS éd., Paris, 1993, et « Les modifications du bétail et sa consommation en Europe médiévale et moderne : le témoignage des ossements animaux archéologiques », L’homme, l’animal domestique..., p. 109-127 ; I. Rodet-Belarbi, « Les hommes et les animaux aux époques médiévale et moderne d’après les ossements animaux », Revue de Médecine Vétérinaire, 1997 (148), p. 665-674 ; S. Anderson (éd.), Current and Recent Research in Osteoarchaeology 2, Oxbow Books, Oxford, 1999 ; M. Henninger-Voss (éd.), Animals in Human Histories, The mirror of Nature and Culture, 2002.

68 L. Chaix et P. Méniel, Archéozoologie, Les animaux et l’archéologie, Ed. Errance, Paris, 2001.

69 Le nombre important d’affections qui ne laissent pas de trace sur l’os constitue la limite majeure de cette discipline, pour l’étude des maladies des animaux.

70 Ruffer (1913), cité dans P.-L. Thillaud et P. Charon, Lésions ostéo-archéologiques, Kronos B.Y. éd., Sceaux, 1994.

71 J. Baker et D. Brothwell, Animal Diseases in Archaeology, Academic Press, London, 1980. Ces deux auteurs soulignent que « la révolution agricole (de la domestication) a dû affecter fortement les fréquences de certaines maladies. » Il en va probablement de même de tous les changements importants des modes d’élevage.

72 Ostéoporose, ostéomalacie, ostéogénèse imparfaite.

73 Hyperostose congénitale, Cadio Ball.

74 Ostéopétrose.

75 Chr. Morel, Inventaire des restes osseux provenant du site archéologique moyenâgeux de Saint-Denis, Contribution à l’étude de l’alimentation de l’homme, thèse de doctorat vétérinaire, Maisons-Alfort, 1985 ; V. Forest, Vestiges fauniques osseux du xe au xive siècle en Rhône-Alpes, thèse de doctorat vétérinaire, Lyon, 1987 ; B. Personnaz, Les ossements animaux du site de la Place Saint-Etienne à Toulouse : le puits public ( XVIe-XVIIe siècles), thèse de doctorat vétérinaire, Toulouse, 1992.

76 R.A. Harcourt, « The palaeopathology of animal skeletal remains », The Veterinary Record, 1971 (89), p. 267-272.

77 V. Etier-Lafon, Présentation de la paléopathologie animale. Étude de cas. thèse de doctorat vétérinaire, Toulouse, 1997, 139 p.

78 V. Etier-Lafon, op. cit., p. 83 : « Baker (1978) note que la pathologie orale la plus fréquente en paléopathologie est la maladie parodontale chez le mouton ». Pour l’homme, cf. C. Polet et R. Orban, Les dents et les ossements humains, Que mangeait-on au Moyen Âge ?, Brepols, Turnhout, 2001.

79 J. Baker et D. Brothwell, op. cit. Dans des espèces à cornes où les combats entre individus correspondent à des chocs frontaux ou des chocs latéraux, on comprend que la tête et la cage thoracique soient les premiers éléments atteints.

80 A. Grenouilloux, L’élevage bovin dans le haut Moyen Âge occidental, thèse de doctorat vétérinaire, Nantes, 1989, sur le site d’Andone (950-1028) a mis en évidence une fracture de côte de bovin consolidée.

81 S. Servat, C. Guintard, V. Forest, F. Nguyen et L. Jourdan, « Un cas d’actinomycose bovine sur le site de Rougiers (Var) aux xiie-xiiie siècles », Revue de médecine vétérinaire, 2003 (154), p. 525 - 530.

82 Il serait probablement très délicat de la retrouver dans les textes médiévaux ou d’époque moderne, sauf à en trouver une description détaillée, dans la mesure où la première analyse remonte au début du xxe siècle. Cette maladie a dû cependant exister antérieurement chez l’animal, si l’on se réfère à ce qui est connu chez l’homme : cf. J. Dastugue, « Pathologie des hommes fossiles de l’abri de Cro-Magnon », L’Anthropologie, 1967 (71), p. 479-492.

83 Il s’agit d’une pathologie largement retrouvée, y compris chez les ruminants sauvages : cf. Y. Lignereux, J. Peters et J.-P. Alzieu, « Lésions et pathologie dentaires et locomotrices des ruminants chasés de la Grotte de la Vache (Tardiglaciaire, Alliat, Ariège, France) », Revue de médecine vétérinaire, 1995 (146), p. 829-846.

84 V. Etier-Lafon, op. cit., p. 89.

85 Tout au plus un recul d’une dizaine d’années en médecine vétérinaire.

86 Dermatite interdigitée = fourchet ; pododermatite aseptique diffuse = fourbure ; dermatite digitée ; panaris ou phlegmon interdigité ; pododermatite traumatique septique = clou de rue.

87 Tarsites ; hygroma ; arthrite septique ; arthrose ; fracture, etc.

88 Fourchet : Dichelobacter nodosus, Fusobacterium necrophorum ; Panaris : Fusobacterium necrophorum, spirochètes, bacteroïdes sp., Streptococcus sp., Staphylococcus sp. ; Arthrites septiques : Corynébactéries, staphylocoques, streptocoques, mycoplasmes, salmonelles ; Fièvre Aphteuse et Stomatite vésiculeuse : virus (cf. Institut de l’élevage, Maladies des bovins, Éd. France Agricole, Paris, 2000, p. 312-359).

89 J.-H. Yvinec, « L’élevage au Haut Moyen Âge », L’élevage médiéval..., p. 79-86.

90 A. Grenouilloux, op. cit.

91 La tuberculose sous sa forme osseuse est par exemple rarissime chez l’animal ; la peste n’entraîne pas de répercussions osseuses.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : déformations mandibulaires suite à des abcès dentaires.a. mandibule de porcin (Lyon/Place des Célestins – viie-ixe siècles) crédit photo V. Forestb. mandibules d’ovicaprins (Puygirom – Saint Bonnet/Drôme – xiiie-xvie siècles) crédit photo V. Forest
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Figure 2 : pathologies traumatiques : cals osseuxa. métatarse V de porcin (non épiphysé) (Lyon – Place de la République/seconde moitié du xvie siècle)crédit photo V. Forestb. côte d’ovicaprin (Lyon – Place des Terreaux – seconde moitié du xvie siècle) crédit photo V. Forest
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8518/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Figure 3 : un cas d’actinomycose bovine (mandibule) à Rougiers (Var – xiie-xiiie siècles)a. vue latérale (crédit photo C. Guintard)b. vue ventrale (crédit photo C. Guintard)c. vue rostrale (crédit photo C. Guintard)d. radiographie dorso-ventrale (crédit photo C. Guintard)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8518/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 4 : paléopathologie dégénérative de surcharge sur des métapodes de bovinsa. métacarpe droit de bovin (Narbonne/Clos de la Lombarde – seconde moitié du ive siècle - début du ve siècle)crédit photo V. Forestb. métacarpe gauche de bovin – vue proximale (Lyon – Place des Terreaux – fin ive siècle-ve siècle)crédit photo V. Forest
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8518/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Figure 5 : paléopathologie dégénérative de surcharge sur les phalanges de bovins (Lyon/Sainte Croix – xe-xie siècles et Place de la République – xvie siècle)crédit photo V. Forest
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8518/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Figure 6 : paléopathologie dégénérative de surcharge sur l’extrémité distale (phalanges et métacarpe) d’un membre thoracique d’ovin(Fenouillet – Pyrénées orientales – Sainte-Pierre Gruet / milieu – fin xiiie siècle)crédit photo V. Forest
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8518/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540