Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

Les moutons de la grange de Quintanajuar en vieille-Castille (1623-1834)

Francis Brumont

Texte intégral

  • 1 On se reportera essentiellement aux travaux d’Enrique Llopís Agelán qui a étudié les troupeaux des (...)

1Quel est l’impact réel des épizooties et autres mortalités animales ? À court terme, il est assez facile à évaluer : tant d’animaux sont morts en une année donnée et ils représentent telle proportion du troupeau. On peut raffiner un peu en essayant d’évaluer l’impact à moyen terme, qui sera plus fort si ce sont les femelles qui meurent, par exemple. La durée de reconstitution du troupeau et son coût donneront d’autres indices ; s’il se fait à partir des animaux rescapés, sans apport extérieur, on calculera aisément combien d’années ont été nécessaires pour revenir au niveau d’avant mortalité. Si l’on achète les animaux, le coût peut être tout aussi aisément mesuré. À plus long terme, l’évolution générale du nombre des animaux montrera si d’autres facteurs ont pu jouer, ce qui est bien probable, en particulier des facteurs économiques généraux, ou plus spécifiques à l’élevage (évolution du prix de la laine, par exemple, ou des coûts). On peut espérer aussi pouvoir mesurer, dans le long terme, la part qui revient aux différentes causes de mortalité et ainsi évaluer quelle est la part réelle des épizooties, si spectaculaires sur le moment, mais dont les effets peuvent se diluer au fil des ans. De tels calculs sont simples, la difficulté résidant plutôt dans l’absence de sources. L’Espagne, et le royaume de Castille en particulier, peuvent apparaître favorisés sur ce point, notamment en ce qui concerne les grands troupeaux transhumants. Quelques institutions religieuses, des monastères surtout, qui étaient propriétaires d’immenses troupeaux de brebis mérinos, ont laissé des comptabilités impressionnantes qui ont intéressé les chercheurs depuis au moins un quart de siècle1. Cependant, ces troupeaux de plusieurs dizaines de milliers de têtes, dont le produit est destiné à l’exportation, n’ont rien à voir avec ceux des paysans qui pouvaient au plus en compter quelques centaines. Aussi l’exemple que je me propose d’étudier ici, celui de la grange cistercienne de Quintanajuar, vient-il fort à propos, car le troupeau dont il s’agit, même supérieur à celui de l’immense majorité des éleveurs, ne dépasse que rarement le millier de bêtes. En outre, il ne s’agit pas d’animaux transhumants, même s’il est probable qu’ils disposaient de pâturages d’été, ce qui les rapproche encore plus des troupeaux ordinaires.

  • 2 Francis Brumont, « Comptes d’exploitation et histoire économique : l’exemple de la granja de Quint (...)
  • 3 Archivo Histórico Nacional (ahn dorénavant), Clero, livres 1376, 1408, 1414, 1422, 1424 et liasses (...)

2Les moines du monastère de Ríoseco, situé à quelques lieues au nord de Burgos, auront bien mérité de l’histoire rurale : l’abondante comptabilité qu’ils ont léguée a déjà été utilisée à plusieurs reprises2 et c’est encore à elle que je recourrai pour étudier l’impact des épizooties sur l’évolution des troupeaux dans la longue durée3. La grange de Quintanajuar, située dans une zone accidentée, à plus de 1 000 mètres d’altitude, était essentiellement vouée à l’élevage, les terres cultivées ne couvrant que quelques hectares. Et à l’élevage des moutons, même si au cours du xviiie siècle quelques vaches sont mentionnées.

  • 4 Ce sont les années 1638-1640, 1648-1649 et 1655-1656 (ahn, Clero, livre 1422) et 1809-1813 et 1821 (...)
  • 5 ahn, Clero, livre 1422 : Cuenta del ganado de Quintanajuar (1623-1700).
  • 6 ahn, Clero, livre 1408.
  • 7 ahn, Clero, livre 1414.

3Certes la source n’est ni complète, ni homogène : quelques années manquent au xviie siècle et au xixe, mais, à ce moment-là, pour des raisons politiques (occupation française, gouvernement libéral), soit 15 années manquantes sur 211, ce qui ne peut en aucun cas modifier nos conclusions4. En ce qui concerne la qualité, c’est le xviie siècle qui emporte la palme puisque la comptabilité distingue entre les divers types d’animaux selon l’âge et le sexe, brebis et moutons, agneaux et agnelles et borros et borras, qui sont sans doute des animaux sevrés, broutards, mais non encore adultes et, pour ce qui nous intéresse ici, les pertes enregistrées dans chaque catégorie5. Le livre de comptes suivant, qui couvre la période 1701-1766, est beaucoup moins précis puisqu’il ne distingue plus que mâles et femelles et omet les pertes, sauf en de rares années6. Enfin, le dernier livre de comptes, s’il ne distingue lui aussi que des brebis et des moutons, est toutefois un peu plus explicite en ce qui concerne la mortalité, bien que seule celle des brebis soit mentionnée7. Ces trois livres apportent aussi de nombreuses autres données que nous utiliserons à l’occasion, comme le montant de la dîme payée par les habitants du village de Quintanajuar, la production et la dîme de laine et de fromage, le montant de la vente de ces divers produits, etc.

L’évolution du troupeau

  • 8 ahn, Clero, livres 1376, 1416 et 1424. Pour les chiffres de la fin du xvie siècle, voir Graphique 3

4Avant d’entrer dans le vif du sujet nous devons nous pencher sur l’évolution du troupeau de la grange au long des deux siècles reflétés par la comptabilité. Celle-ci est représentée par le graphique 1 où j’ai distingué mâles et femelles adultes, à l’exclusion des agneaux et des agnelles pour lesquels l’information n’existe pas pour le xviiie siècle. Le mouvement général est celui d’une baisse, avec un creux marqué dans le premier tiers du xviiie siècle et une légère reprise ensuite. Cette baisse serait encore plus perceptible si nous avions fait figurer sur le graphique les quelques chiffres existant pour les dernières années du xvie siècle8.

Tableau 1 – Évolution du troupeau de Quintanajuar (1587-1834) (nombre moyen de brebis)

Période

1587-1599

1623-1694

1695-1740

1741-1834

Nombre

961

719

425

520

Graphique 1 – Évolution du troupeau de Quintanajuar (1623-1832).

5Les chiffres parlent d’eux-mêmes : par rapport à la fin du xvie siècle la baisse atteint 45 % dans la seconde moitié du xviiie siècle ; durant cette période le troupeau a presque été divisé par deux. Et encore il est possible que durant la première période les borras n’aient pas été comptabilisées avec les brebis, ce qui accentuerait encore le niveau des pertes. Notons cependant, pour être tout à fait juste, que les années 1587-1599 ne sont marquées par aucune perte exceptionnelle, contrairement à ce qui se passe plus tard. Quoi qu’il en soit, ce qui nous intéresse, ici c’est l’allure syncopée de la courbe, marquée par des chutes brutales, le nombre des animaux pouvant être divisé par deux en une ou deux années, suivies par des reprises lentes durant lesquelles on atteint en huit ou dix ans un niveau semblable à celui d’avant crise. Cet aspect haché de la courbe, qui lui donne l’aspect d’une succession de paraboles ou de dômes, ne peut être dû qu’à la succession des mortalités exceptionnelles suivies de récupérations plus ou moins rapides.

Mortalités

6Comme nous l’avons signalé plus haut, nos comptabilités sont incomplètes en ce qui concerne les pertes subies par le troupeau de la grange, les informations manquant pour la première moitie du xviiie siècle, sauf exception. Néanmoins, elles sont suffisantes pour nous indiquer les causes principales de ces mortalités. Certes, nous ne savons rien de la mortalité ordinaire, les quelques animaux, plusieurs dizaines souvent quand même, que le prieur de la grange ne manque pas de mentionner lors de la reddition des comptes. Mais comme le montre le graphique 2, de temps à autre le nombre de ces pertes s’envole, atteignant parfois plusieurs centaines. L’année la plus meurtrière (du moins pour celles dont les données sont disponibles) est sans conteste 1694 où il meurt 395 brebis (sur 705, soit les trois cinquièmes) et 91 moutons (sur 330), le nombre d’agneaux morts n’étant pas indiqué. Certes, il s’agit d’un cas extrême, mais non exceptionnel, le nombre de brebis mortes dépassant les 200 à dix reprises et se situant entre 100 et 200 à treize reprises ; ces chiffres sont évidemment inférieurs à la réalité puisque notre documentation est muette pour la première moitié du xviiie siècle. Dans ces cas, le prieur tient à se justifier auprès des autorités du monastère et indique les causes de ces mortalités exceptionnelles.

Graphique 2 – Mortalité du troupeau de Quintanajuar (1623-1832).

7Les loups apparaissent assez couramment en prélevant quelques animaux, mais ce n’est que rarement que leurs attaques sont vraiment efficaces, comme en 1765 où 79 brebis sont leurs victimes, sans que l’on puisse savoir si des moutons et des agneaux ont aussi succombé, ce qui est bien probable. C’est que nous sommes, rappelons-le, dans une zone montagneuse, où le loup peut prospérer sans trop de difficultés.

  • 9 ahn, Clero, livre 1422.
  • 10 Ibid., livre 1414 et 1422.

8Les neiges hivernales sont, toutefois, beaucoup plus meurtrières. Huit hivers rigoureux sont mentionnés dans la deuxième moitié du xviie siècle ; le petit âge glaciaire frappe donc aussi les moutons comme en 1694, année cruelle déjà citée ou 1678, « le plus rigoureux hiver que l’on ait jamais vu ; on ne vit pas les champs durant cinq mois9 », où le bilan s’établit à 388 bêtes mortes. En 1674, on avait compté 237 victimes, encore à cause des neiges. Dans la deuxième moitié du xviiie, après 1766, quatre hivers rudes sont encore mentionnés, « long et avec beaucoup de neige » en 1768-1769, « dilaté et cruel » en 1777, « rigoureux » en 1801 où moururent 222 brebis. Quand l’hiver est tardif, ce sont les agneaux qui sont touchés : c’est le cas en 1687 où tous meurent de froid et de maladie ou en 1778, où pas un agneau n’est né, « à cause de la rigueur de l’hiver au temps de leur apparition10 ». En 1679, c’est le mauvais temps d’août qui tue quelques animaux et oblige à construire deux bergeries.

9Enfin, les maladies sont la troisième cause de mortalité, sans doute la deuxième en importance ; il s’agit essentiellement des viruelas, c’est-à-dire de la clavelée ou variole du mouton, nommément mentionnée en 1687, où elle s’ajoute à l’action du froid, 1688, où elle frappe les agneaux, en 1760 (168 victimes), en 1779 (212), en 1788 et 1792 où les dégâts sont moindres (77 et 78 victimes). Une autre épizootie est signalée (papo) en 1761, qui fait 171 victimes, et une maladie inconnue en 1793. En 1711, ce sont 215 brebis et 169 moutons qui succombent, « tous de maladie », sans plus de précision. En 1674, on avait acheté du mercure pour en passer sur les plaies (« pour oindre le troupeau »). Faute d’autres mentions que laconiques ou vagues, on ne peut guère en dire plus sur ces maladies. Notons simplement qu’elles semblent être un peu moins meurtrières que le froid.

10La bonne tenue des comptes du xviie siècle permet d’aborder un dernier point : la mortalité selon le sexe et l’âge des animaux, puisque, à cette période, le prieur distingue brebis et moutons, borros et borras, et les jeunes, même si pour agneaux et agnelles la mortalité n’est presque jamais mentionnée.

Tableau 2 – Grange de Quintanajuar : mortalité du troupeau ovin (1623-1700).

Types d’animaux

Nombre moyen Mortalité

moyenne

Pourcentage

borros

140

31

22

borras

141

32

22,7

moutons

170

16

9,4

brebis

570

53

9,3

Total

1021

132

12,9

11Le résultat ne saurait être plus clair : mâles et femelles sont égaux devant la mort alors que les jeunes sont bien plus durement touchés que les adultes. Sans doute, s’agissait-il des plus faibles qui ne résistaient pas au froid ou aux maladies, mais je laisse le soin aux vétérinaires de trancher. Dans la deuxième moitié du xviiie siècle (années 1766-1808), les chiffres ne concernent que les femelles, brebis et borras ; ils confirment tout à fait les données du xviie siècle, puisque la mortalité annuelle moyenne s’élève à 11 % des effectifs. Sur ce point, comme on pouvait s’y attendre, les Lumières n’ont rien apporté.

  • 11 Graphique 3.
  • 12 Archivo General de Simancas, Dirección General de Rentas, 1a Remesa, Livre 22, fo 388 (donnée aima (...)

12Il est assez difficile de mesurer l’importance relative de cette mortalité : un animal sur huit ou neuf en moyenne était perdu chaque année. Notons cependant que les mortalités, même si elles entravent la bonne marche du troupeau, ne l’empêchent pas de prospérer ou du moins, dans notre cas, de se maintenir. On pourrait objecter la baisse continue du nombre d’animaux élevés par la grange, mais il me semble que, sur ce point, ce troupeau n’est pas représentatif ; on constate, en effet, au xviiie siècle, des changements dans sa gestion, les moines donnant des bêtes à moitié aux habitants du village (aparcería). En revanche, le troupeau de ces mêmes villageois, qui subit comme celui de la grange les attaques répétées des mortalités, ne s’en maintient pas moins au même niveau tout au long de la période, le nombre moyen d’animaux perçus au titre de la dîme par les moines s’y élevant invariablement à quarante par an11. C’est d’ailleurs ce chiffre (40) qui est fourni par le cadastre de La Ensenada en 175212. En l’absence d’achats d’animaux, qui ne sont pas attestés dans les livres de comptabilité de la grange, nous devons en déduire que ces récupérations se faisaient grâce au croît naturel, dix à douze années étant nécessaires pour retrouver le niveau atteint avant une grosse mortalité. Si cela n’est pas négligeable, il faut rappeler que dans les montagnes de Burgos le froid tue au moins autant, et sans doute plus que les épizooties : peut-on en déduire que sur le long terme, celles-ci avaient un impact limité ? Laissons la réponse en suspens en attendant d’autres études.

Graphique 3 – Évolution des troupeaux de Quintanajuar (1587-1832).

Notes

1 On se reportera essentiellement aux travaux d’Enrique Llopís Agelán qui a étudié les troupeaux des monastères de Guadalupe et de El Paular : « Crisis y recuperación de las explotaciones trashumantes : la cabaña del monasterio de Guadalupe (1597-1679) », Investigaciones económicas, no 13, 1980, p. 125-167 ; -id-, « Las explotaciones trashumantes en el siglo xviii y primer tercio del xix : la cabaña del monasterio de Guadalupe, 1709-1835 », dans Gonzalo Anes (éd.), La economía española al final del Antiguo Régimen. I. Agricultura, Madrid, Alianza, 1982, p. 1-101 ;-dº- « Les exploitations de la Mesta : les transhumants du monastère de Guadalupe, 1597-1835 », dans Jean-Pierre Amalric et Pierre Ponsot (dir.), L’exploitation des grands domaines dans l’Espagne d’Ancien Régime, Toulouse, cnrs, 1985, p. 293-322 ;-dº-, « Medio siglo de una gran explotación trashumante : la cabaña merina del monasterio de El Paular, 1680-1730 », dans Felipe Ruiz Martín et Angel García Sanz (éd.), Mesta, trashumancia y lana en la España moderna, Barcelone, Crítica, 1998, p. 145-197.

2 Francis Brumont, « Comptes d’exploitation et histoire économique : l’exemple de la granja de Quintanajuar (1625-1835) », Mélanges de la Casa de Velázquez, tome XV, 1979, p. 385-413 ;-do-, « Les finances du monastère de Ríoseco, en Vieille-Castille (1650-1700) », L’économie cistercienne. Géographie-Mutations du Moyen Âge aux Temps modernes (Flaran 3), Auch, 1983, p. 319-226 ; -do-, « Une exploitation en faire-valoir direct : la grange d’Hocina (1685-1707) », dans Jean-Pierre Amalric et Pierre Ponsot (dir.), L’exploitation des grands domaines dans l’Espagne d’Ancien Régime, Toulouse, cnrs, 1985, p. 133-160 ; Jean-Luc Charles, « Production céréalière, autoconsommation et marché : la grange cistercienne de Cendrera (1630-1711) », Congreso de Historia rural. Siglos xv al xix , Madrid, Casa de Velázquez, Universidad Complutense, 1984, p. 809-826 ; -do-, « La grange cistercienne de Cendrera. 1630-1711 », dans Jean-Pierre Amalric et Pierre Ponsot (dir.), L’exploitation des grands domaines dans l’Espagne d’Ancien Régime, Toulouse, cnrs, 1985, p. 69-101.

3 Archivo Histórico Nacional (ahn dorénavant), Clero, livres 1376, 1408, 1414, 1422, 1424 et liasses 1344 et 1354.

4 Ce sont les années 1638-1640, 1648-1649 et 1655-1656 (ahn, Clero, livre 1422) et 1809-1813 et 1821-1822, 1833 manque aussi (ahn, Clero, livre 1414).

5 ahn, Clero, livre 1422 : Cuenta del ganado de Quintanajuar (1623-1700).

6 ahn, Clero, livre 1408.

7 ahn, Clero, livre 1414.

8 ahn, Clero, livres 1376, 1416 et 1424. Pour les chiffres de la fin du xvie siècle, voir Graphique 3.

9 ahn, Clero, livre 1422.

10 Ibid., livre 1414 et 1422.

11 Graphique 3.

12 Archivo General de Simancas, Dirección General de Rentas, 1a Remesa, Livre 22, fo 388 (donnée aimablement fournie par J.P. Amalric).

Table des illustrations

Légende Graphique 1 – Évolution du troupeau de Quintanajuar (1623-1832).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8512/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Graphique 2 – Mortalité du troupeau de Quintanajuar (1623-1832).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8512/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Graphique 3 – Évolution des troupeaux de Quintanajuar (1587-1832).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8512/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540