Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

L’animal malade au Moyen Âge : bilan et perspectives de recherche

Jacques Voisenet

Texte intégral

  • 1 L’Uomo di Fronte al mondo animale nell’alto medioevo, 7-13 Aprile 1983, Settimane de studio del cen (...)
  • 2 Le monde animal et ses représentations au Moyen Âge (xie-xve siècle), Actes du xve congrès de la So (...)
  • 3 R. Delort, Les animaux ont une histoire, Seuil, Paris, 1984.
  • 4 J. Voisenet, Bestiaire chrétien. L’imagerie animale des auteurs du Haut Moyen Âge (ve-xie s.), pum, (...)
  • 5 J. Voisenet, Bêtes et hommes dans le monde médiéval. Le bestiaire des clercs du ve au xiie siècle, (...)
  • 6 F. Audouin-Rouzeau, Hommes et animaux en Europe. Corpus de données archéozoologiques et historiques (...)
  • 7 R.-M. Arbogast, B. Clavel, S. Clavel et al., Archéologie du cheval : des origines à la période mode (...)
  • 8 I. Rodet-Belarbi, « Les hommes et les animaux aux époques médiévale et moderne d’après les ossement (...)
  • 9 Séminaire d’anthropozoologie, Muséum national d’histoire naturelle, Laboratoire d’anatomie comparée
  • 10 L. Bodson [dir.], L’histoire des connaissances zoologiques et ses rapports avec la zoologie, l’arch (...)

1Cela fait une bonne vingtaine d’années que l’animal est entré de pleine patte dans le champ de l’histoire avec la Semaine de Spolète consacrée en 1983 à L’Uomo di Fronte al mondo animale1, le xve congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public tenu à Toulouse en mai 1984 sur « Le monde animal et ses représentations au Moyen Âge2 ». Robert Delort publiait cette année-là Les animaux ont une histoire3. Pour ma part, dirigé par Pierre Bonnassie, j’ai commencé à travailler, au début des années 1980, sur le monde animal. Une très longue quête, dans un domaine encore largement vierge, devait me conduire à publier Bestiaire Chrétien4 en 1994 et Bêtes et hommes dans le monde médiéval5 en 2000 à la suite des soutenances de thèse à Toulouse en 1990 et de doctorat eslettres à Genève en 1996 dirigé par Robert Delort. À cette époque celui-ci m’avait encouragé à délaisser quelque peu la symbolique animale et ses représentations qui venaient d’occuper quinze années de ma vie d’historien pour approcher de façon plus concrète la matière animale, à rattacher plus au réel les affirmations zoologiques puisées dans les multiples sources littéraires (hagiographie, encyclopédies, bestiaires, volucraires, chroniques…). L’animal est devenu depuis un sujet d’étude à part entière où se rejoignent les historiens « classiques » œuvrant sur les documents graphiques (textes et images), les archéologues qui prennent dorénavant en compte les vestiges des animaux (ossements en particulier). L’archéozoologie a ainsi connu un développement considérable avec la multiplication de publications de chercheurs s’intéressant aux relations entre l’homme et le monde animal. La diversité, la dispersion de ces informations a amené Frédérique Audouin-Rouzeau à publier, il y a dix ans, une première synthèse bibliographique6. La zoohistoire a aussi bénéficié du travail des ethno zootechniciens, zoologues et bien sûr des vétérinaires. Ils ont fourni une contribution importante à la constitution de cette nouvelle discipline même si certains domaines ont été davantage favorisés. Leur attention s’est particulièrement portée sur les problèmes de domestication, d’élevage, de reproduction, sur certaines espèces (bœuf, porc, mouton, cheval7, chien, chat, oiseau de proie…) ou bien sur leur rôle de vecteur dans la propagation des maladies comme pour le rat noir à propos de la peste8. La zoohistoire se retrouve ainsi à la confluence de multiples disciplines comme en témoignent les séminaires organisés par François Poplin9 ou Liliane Bodson10.

  • 11 C.F. Heusinger, Recherches de pathologie comparée, Hotop, Cassel, 1844-1853, 3 vol. (en particulier (...)
  • 12 G. Beaujouan, Y. Poulle-Drieux, J. Dureau-Lapeyssonnie, Médecine humaine et vétérinaire à la fin du (...)
  • 13 J. Blancou, « Les anciennes méthodes de surveillance et de contrôle de la fièvre aphteuse », Revue (...)
  • 14 J. Blancou, « Histoire de l’épidémiologie des maladies animales transmissibles », Épidémiologie et (...)
  • 15 J. Blancou, Histoire de la surveillance et du contrôle des maladies animales transmissibles, Paris, (...)

2Par contre l’étude des pathologies animales au Moyen Âge reste encore très lacunaire. Les histoires de la médecine vétérinaire11 évoquent certes le Moyen Âge mais de façon souvent très générale ou bien limitée à une période comme l’ouvrage déjà ancien sur la Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Âge12. Des recherches récentes mais qui débordent largement du cadre médiéval commencent à combler ces manques comme les travaux de Jean Blancou, directeur de l’Office international des épizooties, sur les méthodes de surveillance et de contrôle de la fièvre aphteuse depuis l’Antiquité13, sur l’histoire de l’épidémiologie des maladies animales transmissibles14 ou sa récente Histoire de la surveillance et du contrôle des maladies animales transmissibles15.

3Pourtant, notre rencontre dans l’abbaye de Flaran marque, à mes yeux, un véritable point de départ sur la prise en compte des pathologies animales au Moyen Âge, tout comme le colloque de Spolète, il y a vingt ans, avait ouvert le champ des recherches sur l’homme face au monde animal.

  • 16 J. Le Goff, J.-C. Schmitt, Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999.
  • 17 C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink, Le Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, puf, 2002.
  • 18 A. Vauchez, Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Paris, Le Cerf, 1997.
  • 19 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval. France, Angleterre, Em (...)

4Pour se convaincre de la faible place encore accordée à la médecine vétérinaire par les historiens, il suffit d’ouvrir les derniers dictionnaires en langue française consacrés au Moyen Âge. Le Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval16 contient les articles « Alimentation, Animaux (muet sur les maladies), Chasse, Fléaux (oubli des épizooties dans le catalogue des misères qui assaillent l’homme et ses biens), Médecine (aucune allusion sur la médecine vétérinaire), Nature » qui témoignent à la fois de l’élargissement du travail historique et de ses lacunes. Le Dictionnaire du Moyen Âge17 offre un article « Épidémies » et rien sur les épizooties, mis à part une allusion sur celles qui frappent les bœufs et les chevaux aux ixe-xe siècles. Le Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge18 reste silencieux en la matière. Ces oublis peuvent être imputables à la structure même de ces dictionnaires qui doivent opérer une sélection dans leurs entrées mais ils ne sont pas moins révélateurs de cette place encore minime accordée aux maladies animales et à l’art vétérinaire. Georges Duby lui-même dans son Économie rurale et vie quotidienne de l’Occident médiéval19 n’intégrait pas les épizooties dans la description des fléaux. Quant à moi – il faut bien battre sa coulpe de temps en temps – j’ai été rétrospectivement surpris par le peu de place accordé aux maladies animales dans mes deux précédents ouvrages.

Des sources fort variées

5Quelles sources intéressent le chercheur pour approcher les maladies animales et les pratiques vétérinaires au Moyen Âge ? Elles sont nombreuses mais elles offrent un intérêt très variable, de la simple remarque ou allusion au traité fort développé sur les affections des chevaux ou du bétail par exemple. De plus, avant le xiie siècle, les indications littéraires sont plus rares et plus difficiles à exploiter (en particulier pour l’identification des maladies) alors qu’à partir de cette date la matière se révèle beaucoup plus riche et d’un usage plus facile.

  • 20 Ils prodiguent certains conseils comme le traité de Walter de Henley au xiiie siècle : « Changez vo (...)
  • 21 Isidore, Etymologiae, XII, V, De vermibus, 16, trad. J. André, Etymologiae xii, Paris, Les Belles L (...)
  • 22 Maladie appelée aussi cysticercose porcine ou « graine des cochons » car la chair des animaux infes (...)
  • 23 Suggéré par J. André, Isidorus Hispalensis, Etymologiae XII, Paris, 1986, p. 179, note 314.
  • 24 Isidore, Etymologiae, XII, I, 18.
  • 25 Elien, N.A., II, 9 ; Oppien, Cyn. II, 236 ; Geopon. XIX, 5, 3 ; Pline, Hist. nat. VIII, 118 ; Solin (...)
  • 26 A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Paris, 1954, p. 442.
  • 27 Gaston Febus, Livre de chasse, I, 82-83.
  • 28 Isidore, Étym. XII, 4, 37. Il s’inspire du Physiologus latin (49) mais sur l’usage limité de cette (...)

6Parmi les documents écrits susceptibles de fournir des informations sur l’animal malade on peut se pencher sur la littérature didactique des traités d’agronomie20, des encyclopédies comme les Étymologies d’Isidore de Séville (560-636), les Bestiaires et les Volucraires même si les renseignements restent difficilement exploitables d’un point de vue de la science vétérinaire. Isidore de Séville évoque ainsi dans sa classification animale, au chapitre des vers, « l’usia, un vers du porc, ainsi appelé parce qu’il brûle (urit) ; en effet, l’emplacement de la morsure est si irrité qu’il s’y forme des vésicules21 ». Il s’agit donc d’une parasitose, peut-être de la ladrerie22 provoquée par les cysticerques (Cysticercus cellulosae) qui se développent dans les tissus du porc, occasionnant des vésicules23. De même Isidore parle des cerfs : « Ennemis des serpents, quand ils se sentent incommodés par la maladie, ils les font sortir de leurs trous en soufflant par les naseaux et, sans souffrir de leur venin mortel, ils se guérissent en les dévorant24. » Cette sagesse du cerf qui sait trouver le remède pour le guérir de la maladie était connue depuis l’Antiquité25 et a été recueillie par les auteurs chrétiens qui y reconnaissaient la lutte du bien contre le mal, du cerf christique contre le serpent maléfique, du croyant opposé aux tribulations du monde et qui se précipite ensuite pour s’abreuver à la fontaine de vie. La maladie en elle-même intéresse peu Isidore et tous les auteurs de ce type de littérature, davantage concernés par le processus de guérison et par sa signification. Le terme employé est infirmitas qui désigne la maladie physique ou morale, la tendance au péché26. La maladie est conçue comme un état général, une pathologie indifférenciée, un déséquilibre combattu par une automédication salvatrice. L’idée de la régénérescence du cerf se retrouve à la fin du Moyen Âge chez Gaston Fébus, pourtant dégagé de toute arrière-pensée morale et spirituelle, lorsqu’il évoque cette manducation qui « lui fait jeter toutes les mauvaises humeurs qu’il a dans le corps et lui fait revenir chair nouvelle27 ». Isidore offre un autre exemple de guérison dont les conditions s’inscrivent dans une perspective salutaire, celle du lézard saura « qui perd la vue en vieillissant et entre dans un trou tourné vers l’Orient, et qui, au lever du soleil, se tourne vers lui et recouvre la vue28 ».

7Cette littérature encyclopédique s’inscrit donc dans une double perspective, scientifique – initiée par Isidore inspiré lui-même par les naturalistes antiques – et didactique suivant la tradition du Physiologus qui utilise les natures animales décrites comme support à un enseignement moral.

  • 29 Pierre de Beauvais, Bestiaire, Des propriétés de l’aigle, trad. G. Bianciotto, Bestiaires du Moyen (...)
  • 30 Pierre de Beauvais, Du chien.
  • 31 Isidore, Étym. xii, VII, 33.
  • 32 Pline, H.N., VIII, 97.
  • 33 Eucher, Instr. II, 12, qualifie cette pratique d’« immonde ».
  • 34 Brunetto Latini, Livre du trésor, De l’ibis.

8La description des maladies y occupe donc une très faible place puisque l’intérêt est porté sur la guérison et la régénérescence qui suit. Pierre de Beauvais évoque ainsi le comportement de l’aigle : « Lorsqu’il vieillit, ses ailes deviennent lourdes, son œil s’obscurcit et s’emplit d’humeur. Il cherche alors une source, et s’envole dans le ciel en direction du soleil. Là, il consume ses ailes et brûle l’inflammation de ses yeux aux rayons du soleil. Ensuite, il redescend vers la source et s’y plonge par trois fois ; et aussitôt, ses ailes retrouvent leur jeunesse, ses yeux s’éclaircissent, et il redevient tout aussi jeune qu’autrefois. […] Celui qui sera baptisé au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et qui élèvera les yeux de son cœur vers Dieu, qui est le vrai soleil de justice, celui-là retrouvera la jeunesse tout comme l’aigle29. » La maladie de l’animal est uniquement présentée comme un exemple de rédemption destiné à l’édification du chrétien. Ainsi, lorsque Pierre de Beauvais évoque le chien qui « de sa langue […] guérit sa plaie en la léchant », il reconnaît « les prêtres qui lèchent nos plaies, c’est-à-dire nos péchés, de leur langue, ce qui veut dire à l’aide de leur admonestations en confession30 ». Le comportement de l’animal malade, trouvant par lui-même le moyen de se soigner, est rarement utilisé dans un but prophylactique. Si Isidore de Séville rapporte, sans le moindre commentaire, le comportement de l’ibis cet « oiseau du Nil qui se purge lui-même en s’injectant de l’eau dans le derrière avec son bec31 », à la suite des auteurs antiques32, le Moyen Âge a jeté un regard essentiellement dégoûté sur cette purgation33. Il faut attendre Brunetto Latini, au milieu du xiiie siècle, pour lire : « Quand ils ressentent quelque maladie ou quelque trouble dans le ventre à cause des nourritures malsaines qu’ils mangent, ils se rendent aussitôt au bord de la mer, et avalent de l’eau de mer en grande quantité, puis ils introduisent le bec dans leur derrière et font couler l’eau dans leur corps : et de cette manière, ils purgent leurs boyaux de tous les excréments. Et beaucoup de gens disent que le grand médecin Hippocrate eut l’idée d’utiliser le clystère en prenant modèle sur cet oiseau34. »

9Même si ces écrits ont parfois une certaine dimension scientifique ils ne constituent en rien des ouvrages de science naturelle. Plus instructifs pour la compréhension des maladies et de leurs remèdes sont les ouvrages de zoologie, de diététique, de médecine ou d’art vétérinaire.

La matière scientifique de Hildegarde de Bingen

  • 35 Hildegarde, Physica, Le livre des oiseaux, ch. IV : de la grue ; ch. V : du cygne ; ch. VIII : de l (...)
  • 36 Hildegarde, Physica, Le livre des oiseaux, ch. IV : de la grue, trad. P. Monat, Le livre des subtil (...)
  • 37 Ibidem, ch. XXXIV : du geai des chênes.
  • 38 Sur la « folie » du chien, Hildegarde s’étend plus loin : « La chair de son cerveau est molle et fa (...)
  • 39 Ibidem, ch. XLV : de l’alouette (de lercha).
  • 40 Ibidem, Le livre des animaux, ch. XIII : De wisant.
  • 41 Ibidem, ch. XXVII : du lynx.
  • 42 Ibidem, ch. XIV : du bœuf. Pour les épidémies frappant les bœufs, moutons et porcs, Hildegarde reco (...)
  • 43 Traité conservé dans un manuscrit unique (le ms. 90b de la Bibliothèque Royale de Copenhague), édit (...)
  • 44 Causae…, livre IV, éd. P. Kaiser, Beate Hildegardis Causae et Curae, p. 217.
  • 45 Ibidem, Les brebis, p. 217-218.
  • 46 Ibidem, Le porc, p. 218.
  • 47 Ibidem, La chèvre, p. 218.
  • 48 Ibidem, Le cheval, p. 218. Il est soigné par des fumigations d’orties et de livèches. En cas de dou (...)
  • 49 Ibidem, L’âne, p. 218. Soin avec une fumigation de cendres de hêtre. Pour le mal de ventre, des lai (...)
  • 50 Le vétérinaire doit, face à un écoulement nasal, dans certaines circonstances, procéder à un rinçag (...)
  • 51 Ibidem, Livre II, La saignée des bêtes, éd. Kaiser, p. 127 : « … Après la saignée on lui donnera à (...)
  • 52 Ibidem, Livre II, p. 127-128. Conseil identique pour la brebis au livre IV, éd. Kaiser, p. 219.
  • 53 Hildegarde sous-entend cette distinction en évoquant les animaux « forts » ou « faibles ».

10Si la Physica de Hildegarde de Bingen (1098-1179) appartient au même courant encyclopédique que les Étymologies isidoriennes où la nature des divers animaux est souvent décrite en conformité avec le corpus zoologique antique, on y trouve une démarche authentiquement scientifique, même si elle n’est pas entièrement débarrassée du fatras de croyances et de légendes véhiculées par cette littérature. Les quatre livres consacrés aux bêtes relèvent de la diététique et de la médecine, où l’abbesse recommande ou non la chair d’un animal à l’homme malade ou bien portant (ainsi la chair de la grue est bonne à manger aussi bien pour les personnes souffrantes que les valides, celle du cygne ne vaut rien pour les malades et celle de l’aigle est mortelle à cause de sa trop forte chaleur35). Les propriétés des animaux – définies en fonction de leur chaleur ou froideur, sécheresse ou humidité – servent à élaborer une abondante pharmacopée destinée essentiellement à soulager l’homme mais on trouve un certain nombre de recettes pour lutter contre les maladies animales : « Si une épidémie attaque les porcs et les fait mourir, réduis en poudre un bec de grue, verse cette poudre dans leur pâtée ou dans l’eau qu’ils boivent : ils iront mieux et l’épidémie s’arrêtera36 » ; « si les bœufs, les porcs et les moutons sont malades, fais cuire cet oiseau (le geai des chênes, nommé hera) dans de l’eau et donne leur à manger : ils guériront quelle que soit leur maladie37 » ; « si un chien devient furieux, coupe la tête d’une alouette et donne la à manger à ce chien : cela chasse la folie38, et il s’adoucira39 » ; « si la maladie frappe les chevaux et les ânes, les bœufs, les brebis, les chèvres, les porcs et s’en prend à n’importe quelle espèce d’animal, il faut râper des cornes de wisant (bison ?) dans de l’eau et en donner à boire pendant neuf jours aux animaux, et la maladie les quittera40. » Il est intéressant de noter que la maladie est perçue comme un déséquilibre que l’on ne cherche pas à identifier et dont la description n’est jamais faite ; seuls les remèdes diffèrent en raison des propriétés diverses des animaux. Ainsi dans le cas d’une épidémie dévastant les troupeaux de chevaux, d’ânes, de bœufs ou de porcs, l’abbesse préconise de mélanger du sang de lynx à de l’eau, potion totalement déconseillée en raison de sa violence pour les faibles brebis et chèvres41. De même, toutes ces recettes relèvent plus d’une approche magique – ce qui contredit le caractère scientifique de la démarche d’Hildegarde – et font douter de leur efficacité même si certaines semblent plus appropriées : « Si tu vois des bœufs affaiblis parce que leur sang est mauvais ou parce que leur travail est excessif, prend des coquillages que l’on trouve sur le sable des plages et réduis-les en poudre ; mélange cette poudre dans de l’eau, avec de la bétoine, de façon qu’il y ait plus de poudre que de bétoine, et donne leur cela à boire. En effet, comme les bœufs sont de nature un peu aqueuse, dès lors que se trouvent mélangés, dans la douceur de l’eau, des coquillages qui sont de nature aérienne, et qui sont également secs et chauds, avec de la bétoine qui est chaude et qui a de multiples vertus, tout cela diminue la maladie des bœufs. De fait la poudre des coquillages diminue en eux les humeurs mauvaises, et la bétoine achève de les détruire. Et, pendant ce temps, on leur donnera du foin sec, pour que les humeurs mauvaises ne soient pas augmentées en eux par l’herbe verte42. » Au-delà de la théorie classique des humeurs et de l’opposition du chaud et du froid, du sec et de l’humide, la posologie de poudre de coquillages s’avère pour une fois judicieuse afin de recalcifier les animaux affaiblis. On peut encore noter que les médications de l’abbesse intéressent surtout le bétail. On retrouve cette même préoccupation dans son Causae et curae (Causes et remèdes43) où elle donne certaines recettes pour soigner les bœufs malades (le même conseil que dans la Physica avec de la poudre de coquillages44), les brebis (avec une décoction de fenouil et d’aneth45), les porcs (avec un mélange de carapace de tortue et d’aneth avec des orties cuites à l’eau46) et les chèvres (avec des feuilles de chêne47). Pour le cheval et l’âne, elle décrit plus que de coutume leur affection : « Si des mucosités s’écoulent des naseaux d’un cheval et que cela le fait tousser48 » ; « si un âne souffre de la tête au point de tousser49 »). L’écoulement nasal et la toux du cheval sont les signes d’une atteinte des conduits respiratoires supérieurs, d’une bronchite infectieuse50. Quant à la toux de l’âne il peut s’agir, comme pour le cheval, de bronchite ou de la morve en cas d’écoulements naseaux. L’abbesse préconise aussi le recours aux saignées pour le cheval, le bœuf ou l’âne (un pichet si l’animal est fort et corpulent, un demi dans le cas contraire51) et pour le mouton mais avec plus de précautions : « On doit souvent faire une saignée à la veine du mouton, mais en prenant peu de sang, car un vent défavorable rend facilement malade. C’est par temps humide et bien tempéré qu’il faut saigner les moutons, car les humeurs mauvaises se développent alors en eux ; par temps sec, cette incision est à éviter, car alors les humeurs diminuent en eux52. » On voit ici une belle illustration des principes de Galien et de la médecine hellénistique pour qui la saignée, très largement appliquée dans la médecine humaine, était souvent requise pour les animaux soit pour protéger leur santé (saignée révulsive) soit pour les guérir d’un mal (saignée dérivative)53.

La médecine des oiseaux

  • 54 Brunetto Latini, Livre du trésor, De la bonne connaissance des autours, Bianciotto, op. cit., p. 19 (...)

11Un siècle après Hildegarde, on retrouve une certaine similitude dans la démarche concrète de Brunetto Latini – mais encore plus marquée par un esprit d’observation – lorsqu’il donne des conseils pour les soins des autours : « Et quand tu voudras savoir s’il est sain ou malade en quelque partie de son corps, tu dois le lever en le plaçant sur la main gauche, et l’examiner attentivement de haut en bas : s’il regarde en l’air, s’il ne se met pas à battre fort des ailes et qu’il ne fait pas de battements de bec, s’il ne tient pas sa queue relâchée, tu peux être parfaitement sûr que son corps est sain. Une fois que tu as fait cela, fais tourner ton poing sous ses pieds, et regarde s’il retrouve immédiatement son équilibre et demeure solidement posé, bien droit […]. Et s’il jette la patte avec vivacité pour saisir la viande, et qu’une fois qu’il l’a prise, il baisse bien son bec, la prend et tire avec une grande force, s’il étend le cou en assurant bien la prise de ses pieds et de ses talons, tu peux parfaitement dire que sans le moindre doute, il est sain de jambes et de cuisses. Alors, tire-le par les vanneaux d’une aile, puis de l’autre : s’il les laisse tirer, puis les retire dans leur position d’un mouvement rapide et égal, cela signifie qu’il a des ailes tout à fait saines. Après cela, regarde s’il fiente bien et facilement, en proportion de la quantité de nourriture, blanc et noir, non pas avec des couleurs mélangées, mais de telle sorte que l’une soit bien séparée de l’autre, qu’il n’y ait ni sang ni mucosités claires, ni pierre, ni vers, ni quoi que se soit d’autre qui soit mêlé à la fiente, car cela montre que l’autour est parfaitement sain à l’intérieur du corps. Et si, après manger, il se nettoie le bec, et se mouche à plusieurs reprises en rejetant de l’eau par le nez, qu’il frotte son bec çà et là et ne tient pas en place, sachez qu’il a la tête en bonne santé. De même si, sur la main ou sur la perche, il nettoie ses plumes et les arrange, qu’il reste bien droit, qu’il mange et qu’il digère sa nourriture tout à fait convenablement, alors c’est qu’il est parfaitement sain de corps et de membres54. » Il s’agit d’une inspection méthodique pour détecter toutes les malformations ou maladies de l’animal qui par son esprit diffère radicalement de toute la littérature zoologique inspirée par le Physiologus.

  • 55 Hugh of Fouilloy, The Medieval Book of Birds : Hugh of Fouilloy’s Aviarum, éd. W.B. Clark, Medieval (...)
  • 56 G. Bianciotto, Bestiaires du Moyen Âge, Paris, 1980, p. 169.
  • 57 Latini, Livre du trésor, Des émerillons.
  • 58 Ibidem, Des autours, Des éperviers.
  • 59 Ibidem, Des émerillons.
  • 60 Ibidem, Des chevaux.

12Ainsi dans son Aviarum55 Hugues de Fouilloy, au milieu du xiie siècle, avait décrit 36 volatiles avec leurs natures canoniques (le regard perçant de l’aigle défiant le soleil…) entièrement soumises à une démarche exégétique et signifiante. L’oiseau y est une figure allégorique, hors de tout contexte réel et de tout intérêt pour l’animal en lui-même avec les maladies qui pourraient l’affecter et léser son propriétaire. L’Aviarum et le Livre du Trésor n’ont certes pas le même registre et ce dernier se veut « une somme encyclopédique, théologique et morale, politique, scientifique56 » mais aussi pratique, même si Latini croit bon d’ajouter que « cet ouvrage ne dira rien d’autre des oiseaux chasseurs, de la manière dont on doit les nourrir, les dresser […], les soigner quand ils ont quelque maladie car ce n’est pas le propos de ce livre57 ». En effet, si Latini se montre prolixe pour bien conseiller dans le choix d’autours, éperviers, faucons, poules, bœufs, brebis, moutons, chiens, chevaux58, il ne décrit pas véritablement les pathologies animales et les remèdes nécessaires à leur guérison (sauf pour une espèce d’émerillon « sujet à une maladie qui fait qu’il se ronge entièrement les pieds, à moins qu’on ne le fasse se tenir sur une couche de graines de lin ou de mil assez épaisse pour recouvrir complètement les griffes59 »). Il se contente d’une affirmation qui relève d’une lapalissade : « Étant donné que les vices et les maladies des chevaux sont innombrables, les uns internes et les autres externes, les uns manifestes et les autres cachés, et tels qu’il n’existe aucun cheval qui n’en soit pas atteint peu ou prou, sachez que les meilleurs chevaux sont ceux qui en ont le moins60. »

13Alors quels sont les livres dont le « propos », selon le terme de Latini, est d’expliquer comment soigner les animaux ? Ce sont des ouvrages qui concernent tout d’abord des espèces « nobles » participant au genre de vie de la classe dominante – chasse et guerre –, en l’occurrence les oiseaux de proie et les chevaux.

  • 61 Voir Adelard of Bath, Conversations with his Nephew. On the Same and the Different, Questions on Na (...)
  • 62 Frédéric II de Hohenstaufen, L’art de chasser avec les oiseaux, traduction de A. Paulus, B. Van den (...)
  • 63 Voir en particulier le livre II sur les affections internes (62 chapitres) ; le livre III sur les a (...)
  • 64 Voir l’édition récente du Traité des oiseaux de vol, de Al-Ghatrif (viiie siècle), introduit et ann (...)
  • 65 Faisant partie du De animalibus mais qui a souvent circulé de façon autonome et qui comprend quelqu (...)
  • 66 Renvoyons aux travaux du spécialiste en la matière, B. Van den Abeele, La fauconnerie au Moyen Âge, (...)
  • 67 Grimaldus, Le Liber accipitrum de Grimaldus : un traité d’autourserie du haut Moyen Âge, texte éd., (...)
  • 68 Édité par B. Bischoff, « Die älteste europäische Falkenmedizin (Mitte des zehnten Jhs.) », dans Ane (...)
  • 69 Voir B. Van den Abeele, La fauconnerie…, p. 20-21.

14Les oiseaux de proie ont bénéficié d’une abondante littérature, surtout à partir du xiie siècle avec les traités d’Adélard de Bath (De avibus tractatus)61, les Guillelmus falconarius et Geradus falconarius, les Grisofus medicus et Alexander medicus…, axés essentiellement sur des aspects thérapeutiques et, bien sûr, aux xiiie-xive siècles, les œuvres issues de la cour de Frédéric II de Hohenstaufen (1194-1250) comme le De arte venandi cum avibus62, les traductions latines des traités de Moamin63 et Ghatrif64, le De falconibus d’Albert le Grand (1205-1280)65, le Liber medicaminum avium, pour ne citer que ceux-là66. Mais ce véritable genre ne débute pas au xiie siècle comme on l’a longtemps laissé entendre mais par des traités du Haut Moyen Âge qui par leur précision dans les soins à apporter aux oiseaux témoignent déjà d’une grande maturité. Deux textes, le Liber accipitrum de Grimaldus67 d’époque carolingienne et l’Anonyme de Vercelli68 du milieu du xe siècle, offrent des données exclusivement thérapeutiques et très précises69.

  • 70 B. Van den Abeele, La fauconnerie…, ch. IV, p. 173-260 ; Illustrer une thérapeutique des oiseaux de (...)
  • 71 Guglielmus, ch. 14.

15Une étude approfondie des maux et des remèdes proposés par ces manuscrits permettrait de faire progresser les connaissances de la médecine des oiseaux au Haut Moyen Âge et de mieux rattacher cette période à « l’âge d’or » des xiie-xive siècles. Depuis une dizaine d’années le traitement de ces abondantes informations thérapeutiques pour les oiseaux de proie a beaucoup progressé70 mais, en raison du retard pris en ce domaine par rapport à d’autres – l’hippiatrie en particulier –, il convient encore d’affiner le tableau des maladies dont l’identification reste souvent discutable. On a déjà vu – pour d’autres sources et d’autres animaux – combien la symptomatologie était réduite à sa plus élémentaire expression (l’animal est souvent simplement déclaré malade) et n’était appuyée sur aucune terminologie précise (emploi des termes infirmitas, morbus…). Certes, le vocabulaire des auteurs des traités de fauconnerie est plus riche mais il a un caractère souvent fluctuant et la traduction des termes employés pose de nombreux problèmes qu’il faut intégrer dans une démarche lexicographique. Ainsi le terme de teigne (tinea) qui fait partie du registre de la médecine humaine désigne aussi bien la gale qui affecte la tête qu’un parasite sous-cutané. Guglielmus recommande : « Ôte-lui la teigne, fends avec une aiguille le cuir où se trouve la teigne, et tu trouveras une soie semblable au crin du cheval. Tire-là et prends garde de ne pas la rompre71. » Il s’agit donc de parasites qu’il faut extraire par incision ou par traitement local et non d’une mycose responsable de ce que les vétérinaires appellent la « teigne aviaire72 ».

  • 72 Renvoyons à un ouvrage un peu court sur les études pharmacologiques de la médecine des oiseaux de p (...)
  • 73 Ibidem, p. 240.

16Les maladies parasitaires – externes ou internes –, les affections du système digestif ou respiratoire, les affections localisées (à la tête, aux ailes, aux pattes…) ou de l’état général (fièvre, hypothermie…) affligent les oiseaux de proie. Les traités proposent le recours à la chirurgie comme pour les teignes mais surtout à une abondante pharmacopée dont la variété des recettes laisse deviner l’inefficacité ou la difficulté à trouver certains composants – trop coûteux, trop exotiques – et qu’il faut remplacer par d’autres. Remèdes de bonne femme, potions souvent plus dangereuses pour l’animal que la maladie elle-même, formules inspirées par des pratiques magiques ou par une simple imitation de la médecine humaine, l’étude de cette pharmacopée, qui prête souvent à sourire, ne doit pas être négligée72. Elle permet de révéler parmi les ingrédients utilisés – ce n’est pas une surprise – l’importance des simples (mauve, bétoine, ail, aneth, fenouil, verveine, lierre, sarriette…) mais aussi des ingrédients d’origine animale – c’est une des spécificités de la médecine des oiseaux de proie qui, rappelons-le, sont des carnivores. L’utilisation de viande permet à la fois l’ingestion du remède et le soin apporté par la vertu d’une chair spécifique (poussin, passereau, poule, coq, pigeon, souris, grenouille, lézard, serpent, porc, vache, cheval…). S’y ajoutent de multiples ingrédients minéraux (fer, mercure, sulfate, soufre…) et des substances qui, certes, facilitent le mélange des produits mais revêtent aussi une fonction curative (huile d’olive, vin, vinaigre, beurre, graisse, miel…). Le procédé et les conditions de fabrication de la potion (combinaison plus ou moins savante de plusieurs éléments – deux ou trois en général –, technique de préparation – mélange, cuisson, filtrage…–, heure du jour, période de l’année favorable ou non…) mettent en évidence un modus operandi qui reste assez simple, voir sommaire. Les techniques d’ingestion (comme de faire avaler un boyau de poule ou de poussin rempli d’une potion73 et fermé aux deux extrémités) ou d’application du produit en mode externe donnent aussi une assez grande variété de cas. Cette littérature cynégétique, dans ce registre thérapeutique, offre encore de nombreuses pistes de recherches.

La médecine des chevaux et des chiens

  • 74 L’hippiatrie désigne l’art vétérinaire, la médecine des chevaux (on dit aussi hippiatrique, spécial (...)
  • 75 H.-J. Sevilla, L’art vétérinaire antique. Considérations sur l’hippiatrie grecque, Paris, 1922-1923 (...)
  • 76 Voir les travaux de S. Lazaris, « Contribution à l’étude de l’hippiatrie grecque et de sa transmiss (...)
  • 77 Renvoyons à l’exposition de L’Institut du monde arabe (25 novembre 2002-30 mars 2003) et son catalo (...)
  • 78 B. Prevot, La science du cheval au Moyen Âge, le traité d’hippiatrie de Jordanus Rufus, éd. Klincks (...)
  • 79 L. Brunori Cianti. ; L. Cianti, La pratica della veterinaria nei codici medievali di mascalcia, Bol (...)
  • 80 Y. Poulle-Drieux, L’hippiatrie dans l’Occident latin du xiiie au xve siècle, dans G. Beaujouan, Y. (...)
  • 81 Voir aussi T. Hiepe, Das « Buch über die Stallmeisterei der Pferde » von Jordanus Ruffus aus dem 13 (...)
  • 82 Voir l’article « Borgognoni » de J. Schäffer dans E. Wiesner, R. Ribbeck (dir.) : Lexikon der Veter (...)
  • 83 Y. Poulle-Drieux, op. cit, p. 13 a ainsi pu suivre les principales subdivisions de la science médic (...)
  • 84 Voir à ce sujet Y. Poulle-Drieux, op. cit., p. 58 ; Van den Abeele, op. cit., p. 211.

17C’est aussi vrai pour l’hippiatrie74 qui a connu au xiiie siècle un réel développement en Occident grâce à une meilleure connaissance des traités grecs75, byzantins76 et arabes77. Jordanus Rufus, grand écuyer de l’empereur Frédéric II, rédige en 1250, un Marescalcia (ou De medicina equorum ou Livre de Maréchalerie), dans lequel il dresse de façon systématique les symptômes et les traitements des maladies équines avec en particulier les deux derniers chapitres consacrés aux « enfermetez qui avienent par defauste de nature » et aux « medecines qui sont profitables contre toutes les enfermetez de cheval78 ». Elle a suscité l’intérêt précoce des chercheurs qui a permis d’avoir une connaissance précise des maladies connues au Moyen Âge et de leur traitement79. Renvoyons aux travaux déjà anciens d’Yvonne Poulle-Drieux80 qui a pu dresser un inventaire assez complet des maladies équines grâce aux qualités descriptives de la Marescalcia de Jordanus Rufus81. Celui-ci commence en général chacun des chapitres qu’il consacre aux diverses maladies par une longue énumération des symptômes avant de proposer des remèdes. L’évêque Théodoric Borgognoni qui a rédigé à la même époque trois traités vétérinaires – De cura accipitrum, Liber de medela equorum et Practica equorum82 manifeste un intérêt similaire à la symptomatologie. Cela facilite grandement le travail des historiens dans l’identification des maladies équines83, même si cette identification est gênée par la propension des auteurs des traités vétérinaires médiévaux à considérer chaque stade d’une affection comme une maladie à part entière, nécessitant chacun un traitement particulier84.

  • 85 C. Beauchamp, Le Sang et l’Imaginaire médical. Histoire de la Saignée aux xviiie et xixe siècles, D (...)
  • 86 P. Huard, M.D. Grmek, Mille ans de chirurgie en Occident : ve-xve s., Paris, 1966. Les Cahiers du C (...)

18L’hippiatrie médiévale recommande la saignée, en accord avec une tradition bien établie, déjà évoquée avec Hildegarde de Bingen. On voit, une fois de plus, comment médecine humaine et médecine animale se rejoignent et s’appuient sur les mêmes substrats hippocratiques. Une histoire de la saignée humaine et animale au Moyen Âge est encore attendue malgré les travaux récents pour les xviiie et xixe siècles85 et les recherches sur la chirurgie médiévale86. Cette pratique mérite une étude à part entière, conduite en parallèle sur les traités médicaux et vétérinaires.

  • 87 P. Delprato, L. Barbieri, La Mascalcia di Lorenzo Rusio, volgarizzamente del secolo XIV messo per l (...)

19Quant à la correspondance entre médecine humaine et médecine animale, on peut encore mettre en évidence, dans le cas de l’hippiatrie, de la prise en compte des données astrologiques pour que le praticien agisse de la façon la plus favorable : dans le choix du moment de l’intervention chirurgicale et de la partie à traiter en fonction du Zodiaque ou de la correspondance planétaire. Ainsi, Laurentius Rusius (1288-1347), auteur de La Marescalcia qui exerça l’art vétérinaire à Rome au service du cardinal Orsini87, a donné à l’astrologie une place plus importante que pour les autres auteurs de traités sur les chevaux.

  • 88 Y. Poulle-Drieux, op. cit, p. 71.
  • 89 B. Van den Abeele, op. cit., p. 248-250.

20Notons encore, pour finir avec la médecine des chevaux, le recours à des incantations et rites magiques88 qui témoigne de la survivance bien vivace d’une culture populaire – plutôt rejetée dans d’autres branches de la médecine animale comme celle des oiseaux de proie89 – à côté de pratiques savantes fondées sur une tradition scientifique antique et sur une observation du réel de plus en plus approfondie.

  • 90 S. Arieti, « Moisè da Palermo e le traduzioni dei trattati di Mascalcia, di Ippocrate indiano », da (...)
  • 91 G. Eis, Meister Albrants Rossarzneibuch im deutschen Osten, Olms Presse, 1977, (Reprint éd. Reichen (...)
  • 92 E. Dolz, Die Pferdeheilkunde des Bischofs Theodoricus von Cervia. Abh. 1, Berlin, Friedrich-Wilhelm (...)
  • 93 W. Schwartz, Die Pferdeheilkunde des Johan Alvarez de Salamiella. Uebersetzung der altspanischen Ha (...)
  • 94 A. Werk, Die angebliche ‘Practica avium et equorum’ des Lanfrancus de Mediolano. Ein Beitrag zur Ge (...)
  • 95 W. Wiemes, Die Pferdeheilkunde des Albert von Bollstädt, Berlin, Friedrich-Wilhelms Universität, 19 (...)
  • 96 R. Decker, Studien zu Julians Barnes Jagdbuch « Boke of Huntyng » und zum anonymen Pferdeheilbuch « (...)
  • 97 E. Rosenthal, Die Pferdeheilkunde des Ubertus de Curtenova, Hannover, Tierärztliche Hochschule, 196 (...)

21Les traités médiévaux d’hippiatrie ont donc été très nombreux avec ceux de Jordanus Rufus ou Laurentius Rusius mais aussi du médecin Moïse de Palerme90, du Maître Albrant91, de l’évêque Théodoric de Cervia92, de Juan Alvarez de Salamiella93, Lanfranc de Milan94, Albert de Bollstädt95, Julians Barnes96, Uberto de Cortenuova97. S’ils ont suscité depuis un siècle de nombreuses recherches et publications, il reste encore à mener des études comparatives sur ces différents auteurs, sur leurs sources, leur vocabulaire médical, la typologie et l’origine des recettes thé rapeutiques…

  • 98 Voir en particulier La chasse au Moyen Âge. Société, traités, symboles, A. Paravicini Bagliani, B. (...)
  • 99 B. Van den Abeele, La littérature cynégétique, Typologie des sources du Moyen Âge occidental 75, Tu (...)
  • 100 I. Boor-Van der Putten, Des maladies des chiens et de leurs curacions. La médecine canine à la fin (...)
  • 101 Livre de chasse de Gaston Fébus, vétérinaires soignant des chiens, folio 40 v, bnf.
  • 102 B. Van den Abeele, J. Loncke, « Les traités médiévaux sur le soin des chiens : une littérature tech (...)

22La médecine des chiens a connu aussi un fort développement à partir du xiie siècle comme en témoigne l’intérêt de Hildegarde. C’est à mettre en relation avec la promotion du chien comme fidèle gardien du troupeau mais surtout comme compagnon de chasse98 et, plus accessoirement, comme animal de compagnie. La littérature cynégétique99 s’est donc particulièrement souciée de la santé des chiens comme en atteste le Livre de chasse de Gaston Fébus100. Le manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France nous donne une superbe miniature des vétérinaires soignant des chiens101. Cependant, à coté des traités sur les chevaux et les oiseaux de proie, cela reste encore un domaine méconnu que la recherche historique actuelle tente de combler102. Les conseils pour guérir les chiens se retrouvent dans de multiples documents avec un intérêt inégal.

Les soins aux animaux domestiques

23Dans l’abondante littérature cynégétique médiévale si une place est accordée aux maladies des bêtes sauvages ce sont les animaux à l’importance économique la plus forte qui retiennent le plus l’attention.

  • 103 On peut encore se référer pour identifier les maladies canines à P.-J. Cadiot, F. Breton, Médecine (...)
  • 104 Jehan de Brie, Le vrai règlement et gouvernement des bergers et bergères, Denys Jonnot, Paris, 1542 (...)

24Les soins à apporter aux animaux domestiques sont eux aussi mentionnés avec de plus en plus de précision, à partir du xiiie siècle, et dans des ouvrages qui leur sont exclusivement réservés. On a vu comment au xiie siècle Hildegarde prodiguait quelques conseils pour la saignée des animaux domestiques et des recettes au « caractère universel » (souvent sans description de symptômes et définition des maladies103). Des progrès importants ont été réalisés en particulier dans la rédaction de « traités de bergerie » comme celui de Jehan de Brie commandé en 1379 par le roi Charles V104.

  • 105 Kaiser-Guyot, Le berger en France aux xive et xve siècles, Paris, Klincksieck, 1974 ; L’élevage méd (...)
  • 106 La maladie porte le nom de distomatose hépatique ou distomatose à grande douve, parasitose provoqué (...)
  • 107 Ch. XI ; XXVIII.
  • 108 Ch. XL, Remède de la dauve. Jehan renvoie aux conseils prodigués pour le mois de février mais on ne (...)
  • 109 Ch. X, XXI, XXXIII.
  • 110 Ch. X, XXII, XXXIV.
  • 111 Ch. X, XXIII, XXXV.
  • 112 Ch. XIII, XXIV, XXXVI. Maladie infectieuse du mouton (appelée aussi clavelade, clavin, rougeole, va (...)
  • 113 Ch. XIII, XXV, XXXVII. Dans le Thresor de Nicot (1606) la rongne « vient és moutons et brebis comme (...)
  • 114 Ch. XXVI, XXXVIII. Le poacre désigne en ancien français (comme le terme rogne ou rongne) la gale.
  • 115 Ch. XI, XXVII, XXXIX.
  • 116 Ch. XI, XXIX, XLI.
  • 117 Ch. XXX, XLII.
  • 118 Ch. XXXI, XLIII.
  • 119 Ch. XVII, XXXII, XLIV.
  • 120 Ch. II.
  • 121 Ch. VIII, De la vie du berger et des choses qui le concernent. Lorsqu’il tond ses brebis pour les s (...)

25Jehan de Brie offre un tableau très vivant de l’élevage au xive siècle105 avec de multiples conseils au berger pour s’habiller, s’équiper, organiser sa journée, prévoir le temps et bien sûr prendre soins de ses moutons, connaître les plantes qui rendent malade et celles qui guérissent, les principales maladies ovines et leur traitement. Il est, à ma connaissance, le premier à identifier la douve du foie106. Ainsi, au chapitre XI consacré au mois de mars : « Le bon pasteur doit absolument se garder de mener paître ses bêtes dans des endroits marécageux, bas et humides. Car alors naît et croit dans les marais une petite herbe très dangereuse, avec une petite feuille ronde et bien verte, que l’on appelle dauve ; les brebis ont très envie de la manger, mais elle leur est trop nuisible et dommageable. En effet, dès qu’elles en ont goûté et l’ont avalée en leurs entrailles, la dauve est de telle nature qu’elle y demeure et se colle au foie de la brebis ou autre ovin. Et cette mauvaise herbe ne remonte plus, ne revient pas par rumination au gosier de la bête, comme les autres herbes. Cette dauve engendre une sorte de vers qui, vivant de la pourriture, corrompt tout le foie de la bête et entraîne sa mort, par l’infection de la dite dauve. » Jehan précise que la brebis atteinte boit beaucoup plus que de coutume et que la maladie peut rester tapie un an et plus, détruisant le foie qui est, pour le bon berger, « un des trois membres principaux où gît la vie, après le cœur et le cerveau107 ». Même si la brebis peut vivre affaiblie un certain temps, « il y a peu ou pas de remèdes108 ». Jehan de Brie a bien vu que cette infestation parasitaire avait une origine alimentaire mais ce n’est pas directement l’herbe, la dauve, qui est incriminée mais les « distomes » ou douves qui l’infestent. La cause, le cycle de développement (exagéré : un an et plus), les signes cliniques, le comportement de l’animal atteint, l’issue fatale montrent un indéniable sens de l’observation que l’on retrouve pour les autres maladies : l’affilée109, le poucet110, le bouchet111, la clavelée112, la rongne113, le poacre114, la bouveraude (due à une mauvaise herbe)115, l’avertin116, l’enflure117, la rumination perdue118, l’yrengnier119. Il y a une volonté très nette de décrire, identifier et soigner les maladies qui affectent le bétail, démarche que nous n’avons pas eu souvent l’occasion d’observer et qui n’est pas celle d’un « scientifique » mais d’un berger qui « a réussi » et a été introduit dans l’entourage royal. Pour lui, le berger est un véritable thérapeute qui doit à ses moutons « santé et secours » contre « tous ennemis visibles et invisibles120 ». Jehan lui demande de suspendre à sa ceinture « premièrement en place d’honneur, une boîte à onguents dans un étui de cuir. Il faut souligner que le bon berger ne doit pas plus se trouver sans boîte à onguents que le notaire sans écritoire : c’est le plus important et le plus nécessaire de ses instruments et outils. En outre, il doit avoir un canivet, ou couteau pointu, pour piquer et ôter la rongne des brebis, afin que l’onguent puisse mieux y entrer et que la brebis soit plutôt guérie. Il doit porter aussi des ciseaux, pour couper et enlever la laine des brebis par dessus la rongne121 ».

  • 122 On demande de séparer les agneaux malades de leur mère (Jehan De Brie, ch. X à propos de l’affilée) (...)
  • 123 Renvoyons à l’interview de Robert Delort, Le Monde, 28 mars 2001, « Les massacres de troupeaux étai (...)
  • 124 Ch. XXXV, Remède du bouchet.
  • 125 Jehan, ch. XXXVI, Remède de la clavelée.

26Ces traités de bergerie offrent une abondante matière pour qui s’intéresse aux maladies animales, avec une symptomatologie moins sommaire que les autres sources, des indications pratiques, un sens de l’observation plus aiguisé, des traitements qui ne reposent pas uniquement sur des recettes plus ou moins complexes mais sur des conseils pratiques de surveillance et de contrôle de la maladie, une tentative – souvent erronée – de connaître les conditions de l’infection. Ils jettent les bases d’une prophylaxie sanitaire, fondée parfois sur l’isolement122 mais jamais sur l’abattage comme aujourd’hui123. On préfère encore avoir recours à des pratiques magiques (mettre un bâton taillé en croix dans la bouche de l’agneau atteint de la maladie du bouchet pour le laisser dans un endroit où il sèchera rapidement124) ou solliciter l’intervention des saints : « Voici le remède contre la clavelée […]. Le berger doit, la veille de la nativité de saint Jean-Baptiste, cueillir une herbe appelée tume, ou juscarime, ou henvebonne, qui est assez commune […]. Il faut la placer secrètement dans les étables, afin que personne ne la voie. Pour le respect et l’honneur de monseigneur saint Jean-Baptiste, personne ne doit connaître le secret des grands bienfaits qui en résultent pour la bergerie125. » La maladie – tant par ses origines que par sa résorption – continue à être placée dans une perspective surnaturelle, même dans ces manuels pratiques de bergerie.

Mal et maladies

  • 126 Dans son Histoire des Francs, Grégoire de Tours note qu’une « épizootie suivit ce désastre en sorte (...)
  • 127 J. Voisenet, Bêtes et hommes…, p. 161.
  • 128 Pour Césaire d’Arles (Sermon au peuple, 19, 5) : « Chaque fois qu’une maladie survient à l’un de vo (...)

27Les épizooties évoquées dans les chroniques ou histoires s’assimilent souvent à des châtiments divins comme pour Grégoire de Tours126 : les calamités qui frappent hommes et bêtes sont annoncées par des prodiges, manifestations du courroux divin127. La maladie des hommes comme des bêtes est la conséquence du péché, d’une rupture dans l’ordre du monde qui doit amener le pécheur à se convertir128.

  • 129 Césaire, Sermo 17, 4.
  • 130 Le berger qui protège et guérit les bêtes doit être d’un comportement exemplaire. Jehan de Brie sou (...)
  • 131 Saint Pardoux utilise de l’eau bénite pour rendre la vue au cheval aveugle par la faute de son maît (...)
  • 132 Passio S. Georgii Spoletensis, Surius, VI, 951-953.
  • 133 Grégoire de Tours, De virtutis S. Martini, III, 18, mgh srm I, 637. Au xe siècle, le Leech Book of (...)
  • 134 Ibidem, III, 33, SRM I, 640.

28La littérature hagiographique nous donne d’intéressantes perspectives pour pénétrer la conception médiévale de la maladie. Il y a peu d’éléments à attendre pour une meilleure compréhension des maladies en elles-mêmes (origines, symptômes, traitements) puisqu’elles font alors partie intégrante du jeu codifié de la damnation et de la rédemption. Ainsi, Césaire, évêque d’Arles au début du vie s., s’écriait : « Dieu, frères très chers, ne veut pas tuer le pécheur, mais le péché. Et comme un bon médecin, il veut frapper le mal et non le malade129. » La maladie revêt une fonction didactique. Connaître le mal importe moins que comprendre les raisons pour lesquelles il surgit. La vertu « pédagogique » du fléau (épizootie, épidémie) ou de la maladie individuelle est d’avertir le croyant du mécontentement divin. Mais l’animal n’est pas affecté par la maladie pour ses propres fautes mais pour celles de son maître, et sa guérison passe par la repentance de celui-ci130. Le cheval qui mange du blé volé par son maître devient aveugle et ne retrouve la vue qu’avec sa conversion131. L’animal est ainsi victime de l’impiété de son maître, frappé par des maladies « punitives » et surnaturelles que la toute puissance du saint fait rapidement cesser. Par contre, la piété du maître peut arrêter les maladies « naturelles » comme pour cette femme qui se fait confier le bâton de saint George de Spolète pour toucher son bœuf malade et le guérir132. Ce pouvoir guérisseur du saint se perpétue au-delà de sa mort, dans son sanctuaire. Les hommes y affluent pour demander leur propre guérison mais aussi celle de leur bétail. L’huile des lampes du tombeau de saint Martin servait aux paysans pour marquer du signe de la croix le front et le dos de leurs bêtes pour les prémunir de tout mal133. Une épidémie décimant les chevaux du pays bordelais est arrêtée grâce à l’intercession du même saint par l’imposition de la clé de l’église134.

  • 135 Césaire, Sermo 14, 4 ; voir aussi 17, 4 : « Pourquoi tuer son âme en ayant recours aux magiciens, d (...)
  • 136 Synode de Rouen, IV, éd. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, Florence, 1759-1 (...)
  • 137 Burchard, Decretorum liber, livre X, 18 : il dénonce les envoûtements « comme le font les impies, t (...)
  • 138 Vita Vincentiani, 28, mgh srm V, 126.
  • 139 Miracles de Notre-Dame de Rocamadour I, 40.
  • 140 Un chevalier qui se désole de la perte de son faucon reçoit le conseil de deux pèlerins, de retour (...)
  • 141 Miracles de Notre-Dame de Rocamadour, III, 9 : « Mathieu, duc de Lorraine avait un faucon auquel il (...)
  • 142 Certains saints soignent presque exclusivement les animaux utiles à l’homme. J. Bichon, L’animal da (...)
  • 143 « Le jour se leva mais ne fut annoncé par aucun chant de coq quoiqu’il y eut abondance de ces volat (...)
  • 144 Miracula SS. Pauli, Clari et Cyriaci, bhl 6583, dans J. C. Richard, Les miracles composés en Norman (...)
  • 145 Miracles de Notre-Dame de Rocamadour, II, 25.
  • 146 Ce thème repose sur une double référence scripturaire : dans l’Ancien Testament, le bouc, chargé de (...)

29L’Église cherche à détourner la médecine humaine et animale des pratiques magiques et païennes. Césaire d’Arles s’écrie : « Fuyez les enchanteurs comme un poison du diable. Les phylactères diaboliques, les grimoires, l’ambre et les herbes, ne les suspendez ni sur vous ni sur les autres135. » Le synode de Rouen (650) interdit de formuler des incantations sur des pains et des herbes pour les cacher ensuite dans des arbres ou aux carrefours pour prémunir les troupeaux des épidémies ou pour provoquer une épizootie dans le cheptel du voisin136. Burchard de Worms, à la fin du xe siècle, dénonce lui aussi ce recours à la magie dans son Corrector ou Medicus137. Le rédacteur de la vie de saint Viance précise que sur son tombeau « non seulement les hommes mais aussi les chevaux et les autres animaux retrouvent la santé138 ». Il s’agit là d’une démarche collective où c’est l’ensemble du troupeau qui obtient protection et guérison mais fréquemment on trouve le cas d’animaux singuliers qui, pour leur valeur ou l’affection qu’on leur porte, se rétablissent grâce au saint. Dans les Miracles de Notre-Dame de Rocamadour (xiie s.), un jeune homme rentrant de Palestine par mer guérit d’une grave maladie en invoquant la Vierge de Rocamadour. Une fois sur pied, il retrouve ses deux palefrois, « un mortellement blessé, l’autre singulièrement gonflé faute de digestion depuis huit jours. Il fit vœu de porter deux chevaux de cire à Rocamadour ; bientôt il put les conduire tous deux bien portants à Rocamadour »139. Les animaux de cire140, ou même parfois d’argent141, étaient fréquemment déposés comme ex-voto dans les sanctuaires. Certains saints sont spécialisés dans la guérison du bétail comme Fleuret en Bretagne142. Veaux, pourceaux, chevaux, taureaux fréquentent les sanctuaires aussi bien pour guérir qu’être protégés des maladies. Cheval ou faucon pour le chevalier et le noble, bétail pour le paysan, l’animal revêt une telle valeur – économique ou sentimentale – que sa guérison mérite promesse coûteuse (pèlerinage et don) et conversion de l’âme. Même le rétablissement d’animaux de peu d’importance vient servir ce discours de la rédemption qui vaut aussi bien pour les hommes que pour les bêtes : saint Germain d’Auxerre guérit le mutisme qui affligeait des coqs qui peuvent à nouveau s’égosiller et annoncer triomphalement la venue du jour143. La guérison permet de recréer l’harmonie naturelle, de rétablir un équilibre que la maladie avait rompu (l’arrivée du soleil doit être saluée par le chant de l’oiseau solaire qui chasse la nuit et ses démons). Mais parfois l’animal lui-même est frappé de maladie (ou de mort) lorsque sa présence ou son action remet en cause l’harmonie d’un lieu consacré (porc devenant fou pour avoir fouillé le sol au pied d’un oratoire144, chiens de chasse précipités dans le vide pour être passés trop près de l’église de la Vierge145…). La maladie prend donc un caractère punitif mais parfois elle revêt une dimension expiatoire lorsque l’animal, véritable bouc-émissaire, se charge du péché des hommes146.

30La matière est fort abondante pour étudier la maladie dans la littérature hagiographique et ouvre des pistes de recherches : comparaison des miracles animaliers de guérison avec les autres types de miracles (résurrection, animaux retrouvés…), typologie des maladies animales, signification de la maladie comme passage vers la mort, comme forme de l’existence du mal… Mais l’intérêt, d’un point de vue vétérinaire, reste limité car ces textes ne proposent pas de démarche étiologique (recherchant les causes d’une maladie) mais plutôt une pastorale de la santé et de la guérison où la maladie s’efface devant le mal.

D’autres pistes de recherche

  • 147 P. Bonnassie, « Consommation d’aliments immondes et cannibalisme de survie dans l’Occident du Haut (...)
  • 148 Boves cloppos non languidos, et vaccas sive caballos, non scabiosos aut alia pecora non languida, C (...)
  • 149 M. Ferrières, Histoire des peurs alimentaires du Moyen Âge à l’aube du xxe siècle, Paris, Seuil, 20 (...)

31Certaines sources littéraires médiévales peuvent servir à une meilleure compréhension de l’animal malade : les ouvrages réglementaires religieux (pénitentiels qui interdisent la consommation d’animaux malades, crevés et impurs147) ou civils comme les capitulaires (Charlemagne, dans le capitulaire De Villis, recommande aux délégués qui font des livraisons de viande de prendre « des bœufs boiteux mais non malades, des vaches ou des chevaux non galeux et autres bestiaux non malades148 »). On peut encore se tourner vers les règlements de boucherie qui manifestent des préoccupations sanitaires qui relèvent de l’Histoire des peurs alimentaires étudiée récemment par Madeleine Ferrières149.

  • 150 L. Chaix, P. Méniel, Achéozoologie. Les animaux et l’archéologie, (Collection des Hespérides) Paris (...)
  • 151 T. Poulain, P. Poulain, L’étude des ossements animaux et son apport à l’archéologie, Dijon, Centre (...)
  • 152 L’analyse de coprolithes humains ou animaux révèle la présence d’œufs de divers parasites (larves d (...)

32Enfin, en dehors de ces sources, l’archéologie150, avec principalement l’étude des ossements151, permet aussi de donner des informations sur certaines maladies (dentaires, articulaires en particulier, même si beaucoup de maladies ne présentent pas de pathologie osseuse), sur les actes médicaux pratiqués sur les animaux malades ou blessés (réduction de fractures…). Une analyse systématique des peaux, des fourrures, des poils, des ongles, des cornes et bois, des excréments fossilisés152 pourrait aussi fournir des renseignements utiles sur quelques pathologies animales (parasitoses, maladies génétiques mises à jour grâce à l’adn…).

33L’animal malade au Moyen Âge, malgré des recherches récentes, reste un domaine encore largement inexploré. Le recensement systématique de toutes les sources susceptibles de donner des informations sur les maladies animales doit être poursuivi et les perspectives de recherche ne manquent pas. Le travail peut porter sur la symptomatologie, l’étiologie, la prophylaxie, les divers traitements, les réglementations…

  • 153 Signalé par Abeele, La fauconnerie…, p. 210 pour les oiseaux de proie avec les termes bistoc, bulsu (...)

34Si la médecine vétérinaire se distingue peu, pendant longtemps, de la médecine humaine avec laquelle elle partage la théorie médicale (des humeurs entre autres), le vocabulaire, la méthodologie ou encore les techniques, il convient cependant de mieux mesurer l’originalité de la médecine des bêtes (par exemple dans la terminologie et les concepts nosologiques propres aux animaux153) et les conditions de son émancipation à la fin du Moyen Âge.

35La tâche est encore considérable même si elle semble ardue et parfois peut-être condamnée à l’échec, du moins pour les sources antérieures au xiie siècle, en particulier dans l’identification précise des maladies des bêtes.

  • 154 Traduit par Théodore d’Antioche.
  • 155 Voir Abeele, op. cit., p. 213-217.

36Quant à la composition des recettes de la pharmacopée animale qui a déjà été étudiée pour certains animaux (les oiseaux de proie) ou certaines périodes – ier-xe siècle, elle mérite un recensement systématique à travers la définition d’un corpus rigoureux. Il convient encore, dans l’élaboration de ces recettes mais aussi dans la conception de la maladie, de mesurer de façon précise l’influence de la science antique, byzantine, arabe. Quelle est aussi la part d’originalité des traités occidentaux face à ceux traduits de l’arabe en latin, comme le Moamin154, et qui proposent une pathologie et une thérapeutique nouvelles155 ? Les problèmes posés par la transmission du savoir vétérinaire restent nombreux avec en particulier la place laissée à l’expérimentation face à un « héritage » plus ou moins pesant.

  • 156 Veterinarius, ii, désigne le vétérinaire et provient de veterinus (relatif aux bêtes de somme). Voi (...)
  • 157 On trouve le terme de marescal à la fin du xie siècle, puis mareschal au xiie s. et maréchal, maréc (...)

37Le rôle du « vétérinaire » (du simple berger au maréchal), avant sa spécialisation professionnelle à l’époque moderne et l’affirmation de l’homme « de l’art » au détriment de l’homme de terrain, doit être mieux mis en lumière suivant la catégorie d’animaux concernés (chevaux, oiseaux de proie, chiens, bétail…). L’évolution du terme de veterinarius156 doit être aussi analysée depuis les traités d’agronomie ou de médecine vétérinaire de l’Antiquité jusqu’à l’époque moderne, tout comme le terme « maréchal » qui désigne celui « qui soigne les chevaux » (marescalcus157) et qui s’est aujourd’hui réduit au rôle de maréchal-ferrant (preuve de l’effacement progressif de la maréchalerie au profit de l’art du vétérinaire). Au Moyen Âge, le maréchal est donc à la fois vétérinaire, forgeron (la ferrure à clous est apparue en Occident à la fin du ixe siècle), dresseur… Le statut (et les fonctions) du maréchal a fortement évolué et la terminologie – du moins en France et en Italie – entretient une certaine confusion puisque le « maréchal, mareschal, mariscallo » désigne aussi bien celui qui soigne que celui qui ferre. En Allemagne, Angleterre, Espagne, les deux fonctions reçoivent une qualification propre : « marstall, marshal, albeytar » pour le « vétérinaire » et « schmied, smith, farrer, ferrador » pour le forgeron.

  • 158 J. Voisenet, Bêtes et hommes…, p. 83.
  • 159 Pline, Hist. nat., VIII, XLI…

38Le thème de l’automédication des animaux qui, par une science innée, savent trouver le remède nécessaire à leur guérison mériterait d’être développé à partir d’exemples, remontant souvent à l’Antiquité, comme le cerf courant s’abreuver après l’ingestion de serpents158 ou mangeant des écrevisses pour contrer la piqûre d’araignée159

39Beaucoup plus difficile à évaluer est le coût économique des maladies animales et autres épizooties : pertes du cheptel, déficit de production (force de travail ou produits perdus : laine, viande, lait…). De même il ne serait pas dénué d’intérêt d’envisager le rôle de la prévention, de la protection des autres animaux, des hommes (zoonose), du « consommateur » face au risque de contagion ou de contamination. Le problème de la souffrance animale qui semble peu préoccuper les auteurs du Moyen Âge, plus soucieux d’établir le lien entre maladie et péché, mérite aussi que l’on s’y intéresse.

40Il faudrait également mesurer si l’homme du Moyen Âge faisait la distinction entre les maladies strictement animales (« pestes », fièvre aphteuse…) et les maladies transmissibles à l’homme (rage, tuberculose, brucellose…) et leur éventuel impact psychologique.

41Face à ces quelques perspectives de recherche (et qui sont loin de couvrir la totalité du sujet), le travail ne manque pas et nécessite, plus que jamais, une approche croisée de toutes nos disciplines. On ne peut alors que se féliciter du caractère pluridisciplinaire de ces journées de Flaran. Dans le domaine scientifique, l’animal, bien portant ou malade, réussit à fédérer autour de lui des chercheurs de tous horizons (vétérinaires, historiens, zoohistoriens, archéozoologues, ethnozoologues, anthropologues…) et les entraîne sur des pistes encore largement vierges.

BNF : Livre de chasse de Gaston Fébus Vétérinaires soignant des chiens folio 40 v

Notes

1 L’Uomo di Fronte al mondo animale nell’alto medioevo, 7-13 Aprile 1983, Settimane de studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo 31, 2 vol., Spolète, 1985.

2 Le monde animal et ses représentations au Moyen Âge (xie-xve siècle), Actes du xve congrès de la Société des Historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, Toulouse 25-26 mai 1984, pum, Toulouse, 1985.

3 R. Delort, Les animaux ont une histoire, Seuil, Paris, 1984.

4 J. Voisenet, Bestiaire chrétien. L’imagerie animale des auteurs du Haut Moyen Âge (ve-xie s.), pum, Toulouse, 1994.

5 J. Voisenet, Bêtes et hommes dans le monde médiéval. Le bestiaire des clercs du ve au xiie siècle, préface de Jacques Le Goff, Turnhout, Brepols, 2000.

6 F. Audouin-Rouzeau, Hommes et animaux en Europe. Corpus de données archéozoologiques et historiques, Paris, Éditions du centre national de la recherche scientifique, 1993. F. Audouin-Rouzeau, Ossements animaux du Moyen Âge au monastère de la Charité-sur-Loire, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986. Pour des ouvrages plus récents, voir L. Chaix, P. Meniel, Éléments d’archéozoologie, Paris, Errance, 1996 ; Les animaux et l’archéologie, Paris, Errance, 2001, Collection des Hespérides.

7 R.-M. Arbogast, B. Clavel, S. Clavel et al., Archéologie du cheval : des origines à la période moderne en France, Paris, Errance, 2002, Collection des Hespérides.

8 I. Rodet-Belarbi, « Les hommes et les animaux aux époques médiévale et moderne d’après les ossements animaux », Revue de médecine vétérinaire, t. 148, no 8-9, août-septembre 1997, p. 665-674 (sur l’expansion du rat noir mais aussi les matières premières animales, les coutumes alimentaires, la morphologie, l’âge d’abattage…) ; F. Audoin-Rouzeau, Les chemins de la peste : le rat, la puce et l’homme, P.U. de Rennes, 2003.

9 Séminaire d’anthropozoologie, Muséum national d’histoire naturelle, Laboratoire d’anatomie comparée.

10 L. Bodson [dir.], L’histoire des connaissances zoologiques et ses rapports avec la zoologie, l’archéozoologie, la médecine vétérinaire, l’ethnologie, Liège, université de Liège, 1990 ; D’os, d’images et de mots. Contribution à la réflexion sur les sources de l’histoire des connaissances zoologiques. Journée d’étude, université de Liège, 17 mars 2001, université de Liège, 2002.

11 C.F. Heusinger, Recherches de pathologie comparée, Hotop, Cassel, 1844-1853, 3 vol. (en particulier le deuxième : Pièces justificatives avec une « Comparaison des maladies décrites par les vétérinaires anciens et ceux du Moyen Âge ») ; L. Moule, Histoire de la médecine vétérinaire, Paris, Maulde, 1891-1900, t. I et t. II ; Paris, Asselin, 1911, t. III ; E. Leclainche, Histoire de la médecine vétérinaire, Toulouse, Office du livre, 1936 ; L. Laignel, M. Lavastine, Histoire générale de la médecine, de la pharmacie, de l’art dentaire et de l’art vétérinaire, Paris, Albin Michel, 1936-1949, 3 vol. ; A. Senet, Histoire de la médecine vétérinaire, Paris, PUF, 1953 ; V. Chiodi, Storia della veterinaria, Farmitalia, Milan, 1957, réédition, Bologne, 1981 ; C. Bressou, Histoire de la médecine vétérinaire, Paris, PUF, 1970 ; E. Leclainche, « L ´ Art vétérinaire du Moyen Âge à la fin du xviiie siècle », dans J. Poulet, J.-C. Sournia, M. Martiny, L ´ Histoire de la médecine, de la pharmacie, de l´art dentaire et de l ´ art vétérinaire. t. V. Albin Michel-Laffont-Tchou, Paris, 1978, p. 179-227 ; L. Wilkinson, Animals and Disease. An introduction to the History of comparative Medecine, Cambridge University Press, Cambrige, 1992 ; R.H. Dunlop, D.J. Williams, Veterinary Medecine : an illustrated History, Saint Louis, Mosby-Year Book, 1995.

12 G. Beaujouan, Y. Poulle-Drieux, J. Dureau-Lapeyssonnie, Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Âge, Paris, Minard, Genève, Droz, 1966.

13 J. Blancou, « Les anciennes méthodes de surveillance et de contrôle de la fièvre aphteuse », Revue de médecine vétérinaire, t. 148, no 5, mai 1997, p. 389-398.

14 J. Blancou, « Histoire de l’épidémiologie des maladies animales transmissibles », Épidémiologie et santé animale, 36, 1999, p. 83-102.

15 J. Blancou, Histoire de la surveillance et du contrôle des maladies animales transmissibles, Paris, oie, 2000.

16 J. Le Goff, J.-C. Schmitt, Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, Fayard, 1999.

17 C. Gauvard, A. de Libera, M. Zink, Le Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, puf, 2002.

18 A. Vauchez, Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Paris, Le Cerf, 1997.

19 G. Duby, L’économie rurale et la vie des campagnes dans l’Occident médiéval. France, Angleterre, Empire, ixe-xve siècle. Essai de synthèse et perspectives de recherches, Paris, Aubier, 2 vol., 1962.

20 Ils prodiguent certains conseils comme le traité de Walter de Henley au xiiie siècle : « Changez vos chevaux avant qu’ils ne soient trop vieux et recrus ou malades, car avec peu de coût vous pouvez en reprendre de bons et de jeunes », Walter of Henley’s Husbandry, édit. E. Lamond, 1890, p. 22.

21 Isidore, Etymologiae, XII, V, De vermibus, 16, trad. J. André, Etymologiae xii, Paris, Les Belles Lettres, 1986.

22 Maladie appelée aussi cysticercose porcine ou « graine des cochons » car la chair des animaux infestés est remplie de « graines » ou cysticerques, seulement visibles lors de l’abattage. Les cysticerques sont les larves du ver solitaire (tenia solium).

23 Suggéré par J. André, Isidorus Hispalensis, Etymologiae XII, Paris, 1986, p. 179, note 314.

24 Isidore, Etymologiae, XII, I, 18.

25 Elien, N.A., II, 9 ; Oppien, Cyn. II, 236 ; Geopon. XIX, 5, 3 ; Pline, Hist. nat. VIII, 118 ; Solin, 19, 15…

26 A. Blaise, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Paris, 1954, p. 442.

27 Gaston Febus, Livre de chasse, I, 82-83.

28 Isidore, Étym. XII, 4, 37. Il s’inspire du Physiologus latin (49) mais sur l’usage limité de cette autoguérison par les auteurs du Moyen Âge, voir J. Voisenet, Bêtes et hommes dans le monde médiéval, Turhhout, 2000, p. 101.

29 Pierre de Beauvais, Bestiaire, Des propriétés de l’aigle, trad. G. Bianciotto, Bestiaires du Moyen Âge, Stock, Paris, 1980, p. 29-30.

30 Pierre de Beauvais, Du chien.

31 Isidore, Étym. xii, VII, 33.

32 Pline, H.N., VIII, 97.

33 Eucher, Instr. II, 12, qualifie cette pratique d’« immonde ».

34 Brunetto Latini, Livre du trésor, De l’ibis.

35 Hildegarde, Physica, Le livre des oiseaux, ch. IV : de la grue ; ch. V : du cygne ; ch. VIII : de l’aigle.

36 Hildegarde, Physica, Le livre des oiseaux, ch. IV : de la grue, trad. P. Monat, Le livre des subtilités des créatures divines, Physique (les arbres, les poissons, les oiseaux, les animaux, les reptiles), Grenoble, 1994, p. 119.

37 Ibidem, ch. XXXIV : du geai des chênes.

38 Sur la « folie » du chien, Hildegarde s’étend plus loin : « La chair de son cerveau est molle et faible, parfois atteinte par de mauvaises vapeurs. Le chien perçoit ce qu’il y a d’aqueux et de putride dans l’air dans lequel les esprits aériens émettent leurs rires et leurs sifflements méchants, et il en devient furieux », Le livre des animaux, ch. XX : du chien.

39 Ibidem, ch. XLV : de l’alouette (de lercha).

40 Ibidem, Le livre des animaux, ch. XIII : De wisant.

41 Ibidem, ch. XXVII : du lynx.

42 Ibidem, ch. XIV : du bœuf. Pour les épidémies frappant les bœufs, moutons et porcs, Hildegarde recommande aussi la poudre d’os de baleine, Le livre des poissons, ch. I : de cete. La poudre d’os de brochet lutte contre la vermine du bétail, idem, ch. IX : De hecht.

43 Traité conservé dans un manuscrit unique (le ms. 90b de la Bibliothèque Royale de Copenhague), édité par P. Kaiser, Beate Hildegardis Causae et Curae, Leipzig, 1903 ; Hildegardis Causae et curae. Éd. Paul Kaiser. Basel, Hildegard-Gesellschaft, 1980. 254 p. Voir aussi L. Moulinier, Le Manuscrit perdu à Strasbourg : Enquête sur l’œuvre scientifique de Hildegarde, Paris, 1995 ; « Deux jalons de la construction d’un savoir botanique en Allemagne aux xiie-xiiie siècles : Hildegarde de Bingen et Albert le Grand », dans Le monde des plantes. Savoirs et usages sociaux du xiie au xviie siècle, dir. A.J. Grieco, O. Redon, L. Tongiorgi Tomasi, Presses Universitaires de Vincennes, 1993, p. 89-105 ; « Hildegarde de Bingen, les plantes médicinales et le jugement de la postérité : pour une mise en perspective », Scientiarum historia, 20, 1994, 1-2, p. 61-75.

44 Causae…, livre IV, éd. P. Kaiser, Beate Hildegardis Causae et Curae, p. 217.

45 Ibidem, Les brebis, p. 217-218.

46 Ibidem, Le porc, p. 218.

47 Ibidem, La chèvre, p. 218.

48 Ibidem, Le cheval, p. 218. Il est soigné par des fumigations d’orties et de livèches. En cas de douleur du ventre, il faut lui faire manger ce mélange.

49 Ibidem, L’âne, p. 218. Soin avec une fumigation de cendres de hêtre. Pour le mal de ventre, des laitues coupées dans le son et cuites à l’eau. Trad. P. Monat, Les causes et les remèdes, Grenoble, 1997, p. 241.

50 Le vétérinaire doit, face à un écoulement nasal, dans certaines circonstances, procéder à un rinçage avec un « sac d’air » qui peut rappeler les fumigations d’Hildegarde, toujours utilisées pour soigner le coryza des chevaux ou la bronchite infectieuse.

51 Ibidem, Livre II, La saignée des bêtes, éd. Kaiser, p. 127 : « … Après la saignée on lui donnera à manger du fourrage tendre et sec et du foin parfumé. En outre qu’il se repose pendant deux semaines, ou une, ou pendant quatre jours après la saignée, jusqu’à ce qu’il récupère ses forces, car il est toujours en difficulté. Et, après trois mois écoulés, le quatrième mois, on pourra à nouveau faire une saignée à la veine de cet animal, mais pas avant, à moins qu’il n’y ait une grande nécessité : en effet, chez les animaux de cette espèce, les humeurs nocives ne sont pas aussi abondantes que chez l’homme ». Le conseil est répété au livre IV, éd. Kaiser, p. 218-219.

52 Ibidem, Livre II, p. 127-128. Conseil identique pour la brebis au livre IV, éd. Kaiser, p. 219.

53 Hildegarde sous-entend cette distinction en évoquant les animaux « forts » ou « faibles ».

54 Brunetto Latini, Livre du trésor, De la bonne connaissance des autours, Bianciotto, op. cit., p. 190-191.

55 Hugh of Fouilloy, The Medieval Book of Birds : Hugh of Fouilloy’s Aviarum, éd. W.B. Clark, Medieval and Renaissance Texts and Studies, 80, Binghamton, New York, 1992.

56 G. Bianciotto, Bestiaires du Moyen Âge, Paris, 1980, p. 169.

57 Latini, Livre du trésor, Des émerillons.

58 Ibidem, Des autours, Des éperviers.

59 Ibidem, Des émerillons.

60 Ibidem, Des chevaux.

61 Voir Adelard of Bath, Conversations with his Nephew. On the Same and the Different, Questions on Natural Science, and on Birds, C. Burnett (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 1998.

62 Frédéric II de Hohenstaufen, L’art de chasser avec les oiseaux, traduction de A. Paulus, B. Van den Abeele, éd. Jacques Laget, Librairie des Arts et Métiers, Nogent-Le-Roi, 2000. Malheureusement il ne contient pas de livre thérapeutique, sûrement jamais écrit, bien qu’il soit annoncé plusieurs fois dans l’ouvrage de Frédéric II.

63 Voir en particulier le livre II sur les affections internes (62 chapitres) ; le livre III sur les affections externes (15 chapitres) ; les livres IV et V sur les chiens de chasse et leurs maladies. Sur la médecine canine du Moamin voir H. Mattheis, Die Hundeheilkunde der Moamin, Hannover : Tierärztliche Hochschule, 1967 [Diss.]. Pour la traduction voir « La traduzione arabo-latina del Moamin eseguita per Federico II : Tra filologia testuale e storia », Medioevo Romanzo 25 (2001), p. 63-81. H. Tjerneld, Moamin et Ghatrif. Traités de fauconnerie et des chiens de chasse, Édition princeps de la version franco-italienne, Stockholm-Paris, 1945 (diss).

64 Voir l’édition récente du Traité des oiseaux de vol, de Al-Ghatrif (viiie siècle), introduit et annoté par F. Viré et D. Möller, édité par la Librairie des Arts et Métiers, Nogent-le-Roi, 2002. Ouvrage rédigé vers 780, à la cour abbasside de Bagdad, par le grand veneur Al-Ghatrif. Il constitue le plus ancien traité de la tradition arabe.

65 Faisant partie du De animalibus mais qui a souvent circulé de façon autonome et qui comprend quelques chapitres thérapeutiques. On peut se référer à la trad. de J.J. Scalan, Albert the Great, Man and the Beasts, De animalibus (books 22-26), Medieval and Renaissance texts and studies, New York, 1987, et en français : An Smets, « Les traductions françaises du De falconibus d’Albert le Grand », direction B. Van den Abeele, thèse ucl, 2002.

66 Renvoyons aux travaux du spécialiste en la matière, B. Van den Abeele, La fauconnerie au Moyen Âge, connaissance, affaitage et médecine des oiseaux de chasse d’après les traités latins, éd. Klincksieck, Paris, 1994.

67 Grimaldus, Le Liber accipitrum de Grimaldus : un traité d’autourserie du haut Moyen Âge, texte éd., trad. et annoté par An Smets, Nogent-le-Roi, J. Laget, 1999, 187 p. Bibliotheca cynegetica 2, latin et trad. française en regard. Étude basée sur le manuscrit de la Médiathèque François Mitterrand, Poitiers, ms 184 (288), manuscrit du xie siècle.

68 Édité par B. Bischoff, « Die älteste europäische Falkenmedizin (Mitte des zehnten Jhs.) », dans Anecdota novissima, Stuttgart, 1984, p. 171-182.

69 Voir B. Van den Abeele, La fauconnerie…, p. 20-21.

70 B. Van den Abeele, La fauconnerie…, ch. IV, p. 173-260 ; Illustrer une thérapeutique des oiseaux de chasse : les manuscrits enluminés du « Moamin latin », dans Comprendre et maîtriser la nature au Moyen Âge. Mélanges d’histoire des sciences offerts à Guy Beaujouan, Genève-Paris, 1994, p. 557-577.

71 Guglielmus, ch. 14.

72 Renvoyons à un ouvrage un peu court sur les études pharmacologiques de la médecine des oiseaux de proie : G. Wiesner, Pharmakologische Studien zur Falkenheilkunde, Mitte des 13. bis Ende des 16. Jahrhunderts, Diss. München, 1975.

73 Ibidem, p. 240.

74 L’hippiatrie désigne l’art vétérinaire, la médecine des chevaux (on dit aussi hippiatrique, spécialité appelée au Moyen Âge maréchalerie). L’hippologie est la science qui étudie le cheval.

75 H.-J. Sevilla, L’art vétérinaire antique. Considérations sur l’hippiatrie grecque, Paris, 1922-1923 (Extr. du Recueil de médecine vétérinaire, vol. 98-99). M. Doyen, Les textes d’hippiatrie. Bilan et perspectives, « AC » 50, 1981, p. 258-273.

76 Voir les travaux de S. Lazaris, « Contribution à l’étude de l’hippiatrie grecque et de sa transmission à l’Occident (xiiie-xve siècles) », dans M.-C. Amouretti, F. Sigaut (dir.), Traditions agronomiques européennes. Élaboration et transmission depuis l’Antiquité. Actes du 120e congrès national des sociétés historiques et scientifiques. Section Histoire des sciences (Aix-en-Provence, 23-25 octobre 1995), Paris, CTHS, 1998, p. 143-169 ; « Quelques considérations sur l’illustration hippiatrique grecque et ses rapports avec le texte », dans C. Opsomer (éd.), xxth International Congress of History of Science. Book of Abstracts (Liège 20-26 July 1997), 2 vol., Liège, Publications du comité national de Logique, d’Histoire et de Philosophie des Sciences, 1997 (diffusion Brepols), t. I, Scientific Sections, p. 102 ; « L’illustration des traités hippiatriques byzantins : le De curandis equorum morbis d’Hiéroclès et l’Epitomè », Medicina nei secoli. Rivista di storia della medicina (Università di Roma « La Sapienza »), 11, 3 (1999), p. 521-546 ; « Deux textes grecs hippiatriques pseudo-hippocratiques : remarques et considérations », dans A. Garofalo, A. Lami, D. Manetti et al. (éd.), Aspetti della terapia nel Corpus Hippocraticum. Atti del ixe colloque international hippocratique, Pisa, 24-29 septembre 1996 (Firenze : Leo S. Olschki, 1999 ; Accademia toscana di Scienze e Lettere « La Colombaria », 183), p. 479-484 ; « La médecine vétérinaire sous les Paléologues », B. Mondrain (éd.), Pré-actes du xxe Congrès international des études byzantines (Paris, 19-25 août 2001), t. II. Tables rondes, Paris, 2001, p. 221.

77 Renvoyons à l’exposition de L’Institut du monde arabe (25 novembre 2002-30 mars 2003) et son catalogue Chevaux et cavaliers arabes d’Orient et d’Occident, ouvrage collectif, Gallimard, Paris, 2002, avec en particulier le chapitre consacré par Éloïse Brac de la Perrière à la Furûsiyya qui inclut équitation, art vétérinaire, hippologie, art de la chasse et de la guerre… C. Guintard, C. Mazzoli-Guintard, « Les vices des équidés sous le regard de l’expert-vétérinaire en Al-Andalus : un aperçu chez Ibn Sahl (1022-1093) », Anthropozoologica, 32, 2000, p. 11-22.

78 B. Prevot, La science du cheval au Moyen Âge, le traité d’hippiatrie de Jordanus Rufus, éd. Klincksieck, Paris, 1991, 312 p. Voir sa thèse, B. Lombart (épouse Prevot), La Maréchaucie des chevaux ou la traduction française du « Medicina Equorum » de Jordanus Rufus, Édition critique, Université Reims. Voir aussi C. Auliard, L’hippiatrie au Moyen Âge, DEA, Université de Poitiers, 1996. I. Ancelet, L’hippologie au xiiie et xive siècle selon Jordanus Rufus et le Nâsiri : entre Occident et Orient, maîtrise, Université de Tours, no 268. Ottomar Bederke, « Liber de Cura equorum », Bearbeitungen von Albertus Magnus und Jordanus Ruffus aus den Deutschen Ritterorden (1408), Diss. Hannover, 1962.

79 L. Brunori Cianti. ; L. Cianti, La pratica della veterinaria nei codici medievali di mascalcia, Bologna, Edagricole, 1993.

80 Y. Poulle-Drieux, L’hippiatrie dans l’Occident latin du xiiie au xve siècle, dans G. Beaujouan, Y. Poulle-Drieux et J. M. Dureau-Lapeyssonnie, Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Âge, Paris, Minard, 1966. Voir en particulier les pages 57-60 sur la description des symptômes.

81 Voir aussi T. Hiepe, Das « Buch über die Stallmeisterei der Pferde » von Jordanus Ruffus aus dem 13. Jahrhundert (Abschrift, Uebersetzung und veterinärmedizin-historische Bewerting), München, Ludwig-Maximilians-Universität, 1990, 236 p. ; L. Klein, Studien zum « medecina equorum » des Jordanus Ruffus (1250), Hannover, Tierärztliche Hochschule, 1969 ; R. Roth, Die Pferdeheilkunst des Jordanus Rufus, Berlin, Preussische Tierärztliche Hochschule, 1928.

82 Voir l’article « Borgognoni » de J. Schäffer dans E. Wiesner, R. Ribbeck (dir.) : Lexikon der Veterinärmedizin. 4., völlig neu bearbeitete Aufl., Enke Verlag, Stuttgart 2000 ; Dictionary of Scientific Biography, C.C. Gillispie (éd.), New York, Charles Scribner’s Sons, 1970-1980, Article « Theodoric Borgognoni of Lucca » ; vol. 2, p. 314-315 ; L. Karl, « Théodoric de l’ordre des prêcheurs et sa chirurgie : contribution à l’histoire de la médecine en Italie au xiiie siècle », Bulletin de la Société française d’histoire de la médecine, 23, 1929, p. 140-83.

83 Y. Poulle-Drieux, op. cit, p. 13 a ainsi pu suivre les principales subdivisions de la science médicale moderne.

84 Voir à ce sujet Y. Poulle-Drieux, op. cit., p. 58 ; Van den Abeele, op. cit., p. 211.

85 C. Beauchamp, Le Sang et l’Imaginaire médical. Histoire de la Saignée aux xviiie et xixe siècles, Desclée de Brouwer, Paris, 2000.

86 P. Huard, M.D. Grmek, Mille ans de chirurgie en Occident : ve-xve s., Paris, 1966. Les Cahiers du CRISIMA, no 4, Le sang au Moyen Âge, Montpellier, 2000, n’évoquent pas, malgré leur volume, cet aspect médical.

87 P. Delprato, L. Barbieri, La Mascalcia di Lorenzo Rusio, volgarizzamente del secolo XIV messo per la prima volta in luce ; aggiuntovi il testo latino per cura de Luigi Barbieri, Bologna, Romagnoli, 1867-1870 ; L. Schnier, Die Pferdeheilkunde des Laurentius Rusius. Berlin, Friedrich-Wilhelms-Universität, 1937.

88 Y. Poulle-Drieux, op. cit, p. 71.

89 B. Van den Abeele, op. cit., p. 248-250.

90 S. Arieti, « Moisè da Palermo e le traduzioni dei trattati di Mascalcia, di Ippocrate indiano », dans Gli ebrei in Sicilia dal tardoantico al medioevo, Flaccovio, Palermo 1977, p. 55-63 ; P. Delprato, L. Barbieri, Trattati di mascalcia attribuiti ad Ippocrate, tradotti dall’arabo in latino da maestro Moisè da Palermo, volgarizzati nel sec. XIII, […], corredati di due posteriori compilazioni in latino e in toscano, e di note filologiche […], Bologna, Romagnoli, 1865. Nous sommes redevables pour un certain nombre de références à la bibliographie du site de l’Université de la World Association for The History of Veterinary Medecine : http://www.wahvm.vet.uu.nl / specific / resources/.

91 G. Eis, Meister Albrants Rossarzneibuch im deutschen Osten, Olms Presse, 1977, (Reprint éd. Reichenberg, 1939) ; Meister Albrants Rossarzneibuch im deutschen Osten. Reichenberg, F. Kraus, 1939 ; Meister Albrants Rossarzneibuch. Verzeichnis der Handschriften, Text der ältesten Fassung, Literaturverzeichni, Konstanz, Terra, 1960.

92 E. Dolz, Die Pferdeheilkunde des Bischofs Theodoricus von Cervia. Abh. 1, Berlin, Friedrich-Wilhelms-Universität, 1936 ; G. Klütz, Die Pferdeheilkunde des Bischofs Theodoricus von Cervia. Abh. 2, Berlin, Friedrich-Wilhelms-Universität, 1936 ; W. Heinemeyer, Die Pferdeheilkunde des Bischofs Theodoricus von Cervia. Abh. 3, Berlin, Friedrich-Wilhelms-Universität, 1936.

93 W. Schwartz, Die Pferdeheilkunde des Johan Alvarez de Salamiella. Uebersetzung der altspanischen Handschrift Español 214 (7813) der Nationalbibliothek zu Paris, Leipzig, Richter, Abhandlungen aus der Geschichte der Veterinärmedizin ; Heft 30, 1945.

94 A. Werk, Die angebliche ‘Practica avium et equorum’ des Lanfrancus de Mediolano. Ein Beitrag zur Geschichte der Veterinärmedizin im 14. Jahrhunder, Giessen, Ludwigs-Universität, 1909.

95 W. Wiemes, Die Pferdeheilkunde des Albert von Bollstädt, Berlin, Friedrich-Wilhelms Universität, 1938. Publié également dans Cheiron. Veterinärhistorisches Jahrbuch, 10, 201-275, 1938.

96 R. Decker, Studien zu Julians Barnes Jagdbuch « Boke of Huntyng » und zum anonymen Pferdeheilbuch « Boke of Marchalsi » (Ms Harley 6398), Hannover, Tierärztliche Hochschule, 1974 ; G. Tilander, Julians Barnes ‘Boke of Huntyng’. Édition critique publiée avec une traduction en français moderne, Stockholm, Almqvist & Wiksell, 1964 (Cynegetica ; 11).

97 E. Rosenthal, Die Pferdeheilkunde des Ubertus de Curtenova, Hannover, Tierärztliche Hochschule, 1969.

98 Voir en particulier La chasse au Moyen Âge. Société, traités, symboles, A. Paravicini Bagliani, B. Van den Abeele, Micrologus 5, Florence, 2000.

99 B. Van den Abeele, La littérature cynégétique, Typologie des sources du Moyen Âge occidental 75, Turnhout, 1996.

100 I. Boor-Van der Putten, Des maladies des chiens et de leurs curacions. La médecine canine à la fin du xive siècle d’après le livre de chasse de Gaston Fébus, thèse de l’Université d’Utrecht, 1988 ; H. Mattheis, Die Hundeheilkunde der Moamin, Hannover, Tierärztliche Hochschule, 1967.

101 Livre de chasse de Gaston Fébus, vétérinaires soignant des chiens, folio 40 v, bnf.

102 B. Van den Abeele, J. Loncke, « Les traités médiévaux sur le soin des chiens : une littérature technique méconnue », dans Festschrift für Dietrich Lohrmann zum 65, Geburtstag, H. Kranz, L. Falkenstein (éd.), Aix-La-Chapelle, 2002.

103 On peut encore se référer pour identifier les maladies canines à P.-J. Cadiot, F. Breton, Médecine canine, 69 fig., Asselin et Houzeau, Libraires de la Société centrale de médecine vétérinaire, Paris, 1914.

104 Jehan de Brie, Le vrai règlement et gouvernement des bergers et bergères, Denys Jonnot, Paris, 1542. Voir la traduction en français moderne : Jehan de Brie, Le bon berger, M. Clevenot, Vivre/Stock 2, Paris, 1979 dont nous utilisons la traduction. Jehan de Brie, Le Bon berger, ou le Vray régime et gouvernement des bergers et bergères, composé par le rustique Jehan de Brie, le bon berger. Réimprimé sur l’édition de Paris (1514), avec une notice par Paul Lacroix, Paris, 1879.

105 Kaiser-Guyot, Le berger en France aux xive et xve siècles, Paris, Klincksieck, 1974 ; L’élevage médiéval, Éthnozootechnie, no 59, 1997.

106 La maladie porte le nom de distomatose hépatique ou distomatose à grande douve, parasitose provoquée par la douve du foie. Ce parasite des herbivores domestiques (ovins, caprins, bovins) s’attaque aussi à l’homme par une contamination consécutive à une consommation de plantes ou légumes aquatiques crus où des larves de la douve se sont enkystées.

107 Ch. XI ; XXVIII.

108 Ch. XL, Remède de la dauve. Jehan renvoie aux conseils prodigués pour le mois de février mais on ne trouve pas dans ce chapitre (X) de recette correspondant à cette maladie.

109 Ch. X, XXI, XXXIII.

110 Ch. X, XXII, XXXIV.

111 Ch. X, XXIII, XXXV.

112 Ch. XIII, XXIV, XXXVI. Maladie infectieuse du mouton (appelée aussi clavelade, clavin, rougeole, variole du mouton…) due à un virus variolique et caractérisée par des vésicules sur la peau et les muqueuses et dont la croûte séchée prend l’aspect d’un clou (clavus). Voir J. Blancou, Histoire de la surveillance et du contrôle des maladies animales transmissibles, OIE, 2000, p. 29-54.

113 Ch. XIII, XXV, XXXVII. Dans le Thresor de Nicot (1606) la rongne « vient és moutons et brebis comme dartres ». La rogne (ou poacre) désigne la gale (lésions cutanées) provoquée par des acariens et concernant les herbivores mais aussi les carnivores. Sur les diverses formes de gale voir J. Blancou, Histoire de la surveillance…, p. 281.

114 Ch. XXVI, XXXVIII. Le poacre désigne en ancien français (comme le terme rogne ou rongne) la gale.

115 Ch. XI, XXVII, XXXIX.

116 Ch. XI, XXIX, XLI.

117 Ch. XXX, XLII.

118 Ch. XXXI, XLIII.

119 Ch. XVII, XXXII, XLIV.

120 Ch. II.

121 Ch. VIII, De la vie du berger et des choses qui le concernent. Lorsqu’il tond ses brebis pour les soigner de la rongne et leur passer un onguent, le berger doit précieusement conserver la laine dans la doublure de son chapeau pour la remettre au propriétaire.

122 On demande de séparer les agneaux malades de leur mère (Jehan De Brie, ch. X à propos de l’affilée) mais il ne s’agit pas d’un véritable isolement comme le suggérait Columelle (De re rustica, VII, 5, 4) : « Car le troupeau retrouve la santé plus facilement quand il est subdivisé que lorsqu’il reste groupé, soit parce que l’effluve de la maladie elle-même est moindre dans un nombre réduit, soit parce que l’on apporte plus diligemment des soins intensifs à des bêtes peu nombreuses ».

123 Renvoyons à l’interview de Robert Delort, Le Monde, 28 mars 2001, « Les massacres de troupeaux étaient rares dans le passé ». L’abattage était peu fréquent sauf pour la rage.

124 Ch. XXXV, Remède du bouchet.

125 Jehan, ch. XXXVI, Remède de la clavelée.

126 Dans son Histoire des Francs, Grégoire de Tours note qu’une « épizootie suivit ce désastre en sorte qu’il restait à peine quelques têtes de bétail et que c’était une chose insolite de voir un jeune taureau ou d’apercevoir une génisse », Historia Francorum, VI, 31. « Il y eut une sécheresse intense qui anéantit le fourrage des herbages, il en résulta une grave maladie du bétail et des bêtes de somme […]. On rencontra dans les fourrés des forêts, au milieu des lieux non frayés, une multitude de cerfs et d’autres animaux qui étaient terrassés » (X, 30). Trad. R. Latouche, Histoire des Francs, 2 vol., Paris, 1963.

127 J. Voisenet, Bêtes et hommes…, p. 161.

128 Pour Césaire d’Arles (Sermon au peuple, 19, 5) : « Chaque fois qu’une maladie survient à l’un de vous, qu’il ait recours à l’Église, reçoive le corps et le sang du Christ et soit oint par les prêtres d’huile bénite. Que tous ceux qui sont malades demandent aux prêtres et aux diacres de prier sur eux au nom du Christ. S’ils le font, ils recevront non seulement la santé du corps, mais aussi le pardon de leurs péchés ». Signe de croix, onction d’huile bénite, prière sont les outils de la guérison pour les hommes comme pour les bêtes.

129 Césaire, Sermo 17, 4.

130 Le berger qui protège et guérit les bêtes doit être d’un comportement exemplaire. Jehan de Brie souligne le caractère biblique du métier de pasteur et de la bergerie (ch. III) et de ce fait « le berger doit être de bonnes mœurs, éviter la taverne, le bordel et tous les lieux déshonnêtes […]. Le berger doit être de bonne vie, sobre, chaste et débonnaire, comme saint Paul l’écrit à Tite en ses épîtres » (ch. VIII).

131 Saint Pardoux utilise de l’eau bénite pour rendre la vue au cheval aveugle par la faute de son maître, Arnulfus. Vita S. Pardulfi, 13, édition Catal. Cod. hagio. Parisiensi, II, 1890, p. 374-375.

132 Passio S. Georgii Spoletensis, Surius, VI, 951-953.

133 Grégoire de Tours, De virtutis S. Martini, III, 18, mgh srm I, 637. Au xe siècle, le Leech Book of Bald, publié en Angleterre sous le règne du roi Alfred, propose des incantations et signes de croix gravés sur la corne des sabots pour soigner la patte des chevaux blessés. Voir O. Cockayne, Leechdoms, Wort Cunning and Starcraft of Early England, Longman, Public Record Office, volume II, Rolls Series no 35, Londres, 1864.

134 Ibidem, III, 33, SRM I, 640.

135 Césaire, Sermo 14, 4 ; voir aussi 17, 4 : « Pourquoi tuer son âme en ayant recours aux magiciens, devins, enchanteurs et aux phylactères diaboliques, quand on peut guérir son âme et son corps par la prière d’un prêtre et l’huile bénite ? ». Voir aussi 13, 3, 4, 5 : il faut utiliser signe de croix et onction.

136 Synode de Rouen, IV, éd. Mansi, Sacrorum conciliorum nova et amplissima collectio, Florence, 1759-1798, vol. X, col. 1200. Voir C. Lecouteux, « Paganisme, christianisme et merveilleux », Annales esc, 37, no 4, 1982, p. 707.

137 Burchard, Decretorum liber, livre X, 18 : il dénonce les envoûtements « comme le font les impies, tels les porchers, les vachers et parfois les chasseurs ».

138 Vita Vincentiani, 28, mgh srm V, 126.

139 Miracles de Notre-Dame de Rocamadour I, 40.

140 Un chevalier qui se désole de la perte de son faucon reçoit le conseil de deux pèlerins, de retour du tombeau de saint Bernard le Pénitent à Saint-Bertin où ils ont vu un faucon de cire, de faire de même. Vita et Miracula S. Bernardi, BHL 1203, AA. SS Av. II, 630. Une colombe de cire est offerte à Notre-Dame de Rocamadour par un éleveur toulousain pour protéger son élevage des autres bêtes, II, 12.

141 Miracles de Notre-Dame de Rocamadour, III, 9 : « Mathieu, duc de Lorraine avait un faucon auquel il tenait beaucoup à cause de sa grande valeur. Or un jour, l’oiseau poursuivant un canard, tomba avec sa proie dans l’eau profonde d’un lac. Un chevalier de la suite du duc s’approcha pour le rattraper, mais retenu par la profondeur de l’eau, il essaya de ramener à lui les deux oiseaux avec son épée. Malheureusement, il blessa le faucon à la tête mortellement, et, craignant la colère du duc, il se cacha pendant quelque temps. La colère du duc de Lorraine fut en effet très grande, puis elle se calma et il promit à l’illustre et vénérable Mère de Dieu de Rocamadour un oiseau d’argent si elle ranimait son faucon. Tranquillisé par son vœu, il fit coudre la blessure de l’oiseau, qui fut rendu à la santé et fut aussi bon que par le passé. » Trad. E. Albe, Les miracles de Notre-Dame de Rocamadour, Le Pérégrinateur, Toulouse, 1996, p. 257.

142 Certains saints soignent presque exclusivement les animaux utiles à l’homme. J. Bichon, L’animal dans la littérature française du xiie et xiiie siècle, Lille, 1976, p. 132 ; A. M. Brisebarre, « Le recours à saint Fleuret guérisseur de bestiaux », Revue du Rouergue, été 1987, p. 127-140 ; G. Millour, Les saints guérisseurs et protecteurs du bétail en Bretagne, Librairie celtique, 1946 ; L. Stany-Gauthier, Les saints bretons, protecteurs des animaux et du bétail, Pais, 1953.

143 « Le jour se leva mais ne fut annoncé par aucun chant de coq quoiqu’il y eut abondance de ces volatiles dans ce hameau. Germain s’informe du motif de cette anomalie et apprend que depuis longtemps déjà l’habituel lever du jour avait été condamné à ce triste silence. Supplié par tous, il s’acquitte alors du prix de son gîte. Ayant pris du blé, il le bénit, et les volailles qui s’en étaient nourries se mirent à lasser, au point de les gêner, les oreilles des habitants par leurs chants répétés. Ainsi la puissance divine manifestait sa grandeur même dans les plus petites choses », Constance de Lyon, Vita Germani, 11, mgh srm VII, 258.

144 Miracula SS. Pauli, Clari et Cyriaci, bhl 6583, dans J. C. Richard, Les miracles composés en Normandie aux xie et xiie siècles, thèse de l’École des Chartes, 1975, t. II, 363.

145 Miracles de Notre-Dame de Rocamadour, II, 25.

146 Ce thème repose sur une double référence scripturaire : dans l’Ancien Testament, le bouc, chargé des péchés d’Israël est chassé dans le désert (Lévitique 16, 7-10) et, dans le Nouveau Testament, Jésus guérit les possédés de Gérasa en envoyant les démons qui les habitaient dans un troupeau de porcs (Matthieu 8, 28-33). Dans les Dialogues de Grégoire le Grand (540-604) une religieuse chasse un esprit méchant d’un paysan pour le faire entrer dans un goret (Dial. III, 21, 3-4). Voir J.G. Frazer, Le rameau d’or. Esprits des blés et des bois. Le bouc-émissaire, Paris, 1983 : chez les hébreux, le prêtre laisse s’envoler un oiseau lors de la purification d’un lépreux (p. 443). De même, lorsqu’un homme est piqué par un scorpion, on le hisse sur le dos d’un âne pour lui transmettre le mal et la souffrance (p. 451, note 11 en particulier). Pour d’autres exemples tirés des croyances folkloriques, voir p. 451 et suivantes.

147 P. Bonnassie, « Consommation d’aliments immondes et cannibalisme de survie dans l’Occident du Haut Moyen Âge », Annales esc, no 5, Septembre-Octobre 1989, p. 1037 ; S. Brouquet, Alimentation et hygiène alimentaire dans l’Occident du Haut Moyen Âge d’après les Pénitentiels, maîtrise, Université de Toulouse II, 1979.

148 Boves cloppos non languidos, et vaccas sive caballos, non scabiosos aut alia pecora non languida, Capitulare De Villis vel curtis imperii, XXIII.

149 M. Ferrières, Histoire des peurs alimentaires du Moyen Âge à l’aube du xxe siècle, Paris, Seuil, 2002.

150 L. Chaix, P. Méniel, Achéozoologie. Les animaux et l’archéologie, (Collection des Hespérides) Paris, 2001 ; R.-J. Prilloff, Tierknochen aus dem mittelalterlichen Konstanz. Eine archäozoologische Studie zur Ernährungswirtschaft und zum Handwerk im Hoch-und Spätmittelalter, (Materialhefte zur Archäologie in Baden-Württemberg 50), Stuttgart, 2000 ; J.-H. Yvinec, « L’élevage au haut Moyen Âge en France du Nord et de l’Est. Témoignages archéozoologiques », Éthnozootechnie 59, 1997, p. 79– 86 ; J. Reich, Archäozoologische Auswertung des mittelalterlichen Tierknochenmaterials (10.– 13. Jh.) von der Schneidergasse 8, 10 und 12 in Basel (CH). Mit einem Beitrag von Christoph Ph. Matt, (Materialhefte zur Archäologie in Basel 8) Basel, 1995 ; S. Davis, The archaeology of animals, New Haven 1987 ; W. Janssen, « Das Tier im Spiegel der archäologischen Zeugnisse », L’uomo di fronte al mondo animale nell’alto Medioevo, Atti della xxxa Settimana Internazionale di studi, 2, Spoleto, 1985, p. 1231– 1309 ; A. Driesch von den, Viehhaltung und Jagd auf der mittelalterlichen Burg Schiedberg bei Sagogn in Graubünden. Ergebnisse einer paläoanatomischen Untersuchung der Tierknochenfunde (Schriftenreihe des Rätischen Museums Chur 16), Chur, 1975.

151 T. Poulain, P. Poulain, L’étude des ossements animaux et son apport à l’archéologie, Dijon, Centre de recherche sur les techniques gréco-romaines, 1976 ; F. Audoin-Rouzeau, « Les ossements du cheptel médiéval », Éthnozootechnie 59, 1997, p. 69– 78.

152 L’analyse de coprolithes humains ou animaux révèle la présence d’œufs de divers parasites (larves de taenia solium, trématodes…). F. Bouchet, « La parasitologie : une discipline biologique au service de l’archéozoologie », dans M. Kokabi, J. Wahl (dir.), Proceedings of the 7th icaz Conference (Konstanz 1994), Anthropozoologica, 25-26, 1997, p. 61-64 ; F. Bouchet, « La paléoparasitologie au Grand Louvre », Association des anciens élèves de l’Institut Pasteur, 1995, 143, p. 8-11.

153 Signalé par Abeele, La fauconnerie…, p. 210 pour les oiseaux de proie avec les termes bistoc, bulsus est, pipita.

154 Traduit par Théodore d’Antioche.

155 Voir Abeele, op. cit., p. 213-217.

156 Veterinarius, ii, désigne le vétérinaire et provient de veterinus (relatif aux bêtes de somme). Voir Columelle, De re rustica, 6, 8, 1 ; 7, 3, 16 ; 7, 5, 14.

157 On trouve le terme de marescal à la fin du xie siècle, puis mareschal au xiie s. et maréchal, maréchal-ferrant au xviie s. Voir Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, A. Rey (dir.), Paris, 1992, p. 1190-1191.

158 J. Voisenet, Bêtes et hommes…, p. 83.

159 Pline, Hist. nat., VIII, XLI…

Table des illustrations

Légende BNF : Livre de chasse de Gaston Fébus Vétérinaires soignant des chiens folio 40 v
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540