Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

Les soins vétérinaires aux chevaux au Moyen Âge

Yves Lignereux

Texte intégral

Cum melius sit sanitatem habitam conservare
quam perditam recuperare
Borgognoni, chap. « De conservatione sanitatis »,
dans Mulomedicina (1266)

1Faire œuvre originale en pareille matière me paraît bien difficile, tant le sujet a été battu par les auteurs les plus divers, scientifiques comme littéraires. Cependant, de temps à autre, une mise au point peut s’avérer nécessaire, comme une respiration entre la découverte de faits nouveaux, la publication de traités d’hippiatrie inédits, et comme un appel à de nouvelles recherches, sous un œil neuf.

  • 1 Je renvoie particulièrement aux travaux d’Yvonne Poulle-Drieux (1966), Brunori Cianti et Cianti (1 (...)

2Je voudrais signaler d’emblée quelques ouvrages de synthèse plus ou moins récents, particulièrement utiles pour le propos qui nous intéresse et dans lesquels j’ai puisé, avec reconnaissance, une partie de ce qui va suivre1.

3Baisse de production, dévalorisation marchande, perte de prestige de leur propriétaire, la méforme, la maladie ou l’incapacité des animaux ont toujours constitué un souci pour leurs maîtres, et justifié des traitements appropriés. Mais au Moyen Âge comme à toutes les époques, il valait mieux prévenir que guérir et les soins préventifs n’étaient pas négligés. Nous serons donc amené à évoquer aussi les mesures d’hygiène générale (conditions d’élevage, nourriture, etc.).

Un contexte historique favorable

  • 2 « A la Alta Edad Media » : Barcia Goyanes, dans Dualde Pérez, 1997, p. 19. Von den Driesch et Pete (...)
  • 3 De nombreux auteurs disent que la ferrure à clous a été introduite par les Croisés, mais la premiè (...)
  • 4 Leclainche, 1936, p. 98.
  • 5 On retrouve cette racine dans mare, la jument, en anglais.
  • 6 D’un autre côté, le comes stabulum, comte des étables ou connétable, était en charge des écuries. (...)
  • 7 Le parage du pied, taille et rognage du sabot, était d’une pratique ancienne.

4L’adoption définitive de la ferrure à clous vers le milieu du ixe siècle2, ou réintroduite par les Croisés3, a donné aux anciens écuyers (eperodicæ)4 ou marahskalks des Gaulois (de marha ou marc’h5, cheval et skalk, schalc(h), serviteur, en langue celto-germanique) ou aux mareschaux mérovingiens6 une nouvelle compétence : celle de forger des fers, de ferrer les pieds des chevaux, de les « réparer7 ».

  • 8 Senet, 1953, p. 57.

5Le maréchal-ferrant était né et, avec lui, une nouvelle corporation qui, s’étant approprié les compétences médicales des hippiatres, fut longtemps jalouse de ses privilèges et de son savoir empirique, transmis de maître à apprenti. Le temps des maréchaux devait durer quelque 800 ans. Le maréchal, donneur d’ordre avait sous sa coupe une petite troupe d’officiants, maréchaux-ferrants, forgerons-ferreurs, febvres maréchaux8. Le maréchal était aux artisans du fer et du feu un peu ce que le médecin était aux barbiers-chirurgiens.

  • 9 Rappelons que saint Éloi, orfèvre et maître des monnaies de Dagobert, évêque de Noyon, est le sain (...)

6Ici, une question se pose : soins du corps, soins de l’âme ? Mais quel était donc le statut des premiers, à une époque aussi religieuse que le Moyen Âge ? La doctrine chrétienne, qui suivait en cela le platonisme, faisait de l’âme immortelle le seul sujet véritablement digne d’intérêt : le corps devait plutôt s’en remettre à la natura medicatrix et au bon vouloir de Dieu tout-puissant, auprès de qui l’intercession de saints guérisseurs9 ne pouvait être que bénéfique (voir Jacques Voisenet). Les « protovétérinaires » qui avaient en charge la santé des animaux étaient en quelque sorte discrédités, doublement, par l’objet même de leurs soins, l’animal, un corps sans âme. Cependant, des religieux étudiaient la médecine : les moines de l’ordre savant des Bénédictins, avaient rassemblé depuis le viie s. au Mont Cassin, une documentation prodigieuse, bibliothèque inestimable anéantie dans les bombardements alliés de 1944.

7Les maréchaux ont profité cependant, auprès des puissants, de leur proximité avec le cheval, animal emblématique dans la société médiévale.

8Cependant enfin, les Musulmans conquéraient une partie du monde, s’installaient dans la péninsule ibérique et en Sicile. Le cheval, instrument de leurs conquêtes comme il l’avait été du Prophète, était pour eux un objet de vénération. Dans des contextes socio-culturels particulièrement favorables, tant au royaume de Cordoue qu’à celui de Séville ou celui de Grenade, le vétérinaire arabe, el baytar, a bénéficié non seulement de cette aficíon, mais aussi de l’érudition des agronomes. Le plus célèbre d’entre tous, Abou Zacaria, alias Ibn al-‘ Awwâm, était originaire de Séville.

  • 10 Chez le cheval, quatre choses doivent être larges : le front, le poitrail, la croupe et les membre (...)
  • 11 Comme en témoignent les termes d’origine arabe : chimie, elixir, alcool, aldéhyde etc.
  • 12 Mais cette dénomination n’était le plus probablement qu’un retour, déformé par altérations success (...)
  • 13 Alfonso X de Lear, el-beitar, al-baitâr, albeytarlement.
  • 14 M. Cordero del Campillo, dans Dualde Pérez, 1997, p. 14.

9L’apport arabe concerne, pour l’essentiel, une connaissance parfaite de l’extérieur10, de l’élevage et du dressage du cheval, une pharmacopée11 notablement enrichie, et, au moins, la dénomination des albéytares en Espagne (alveitares au Portugal)12. Le passage du terme dans une langue latine est attesté dès le xie s. et le vocable est officialisé par son utilisation dans les Partidas d’Alphonse X le Sage (1263-1265)13. Les albéytares étaient associés en corporation (gremio) des « albéitares, herradores, herreros, plateros, orfebres, caldereros, cerrajeros, escopeteros, puou celui de Grenade, le vét sindicato del metal » diríamos hoy14… ». Rappelons ici que le patronage de saint Éloi réunit sous la même houlette les maréchaux, les forgerons et les orfèvres.

  • 15 L’école vétérinaire de Madrid fut fondée en 1793 et l’albeytería, en sursis désormais, définitivem (...)

10Des examens étaient organisés par la corporation dès le Moyen Âge (attestés à Valence en 1436), le candidat devait apprendre par cœur une sorte de catéchisme, comme celui de Francisco de la Reyna (Libro de Albeyteria, 1556). Cela montre que, si le millésime officiel de la création des Écoles vétérinaires demeure 1762 (École vétérinaire de Lyon), l’Espagne n’a pas attendu pour sanctionner ce qui était déjà une forme originale d’études vétérinaires15.

11La parenté de la forge, de l’orfèvrerie et de la maréchalerie empêcha cette dernière d’accéder aux grades universitaires, et cela aussi sûrement que l’accointance entre barbiers et chirurgiens le fit pour la chirurgie.

12Au Moyen Âge en effet, les Arts libéraux formaient un édifice sapiential relativement rigide, couronné par la philosophie ou théologie. Ces sciences concernaient les trois disciplines majeures du Trivium (grammaire, rhétorique, logique) et les quatre disciplines du Quadrivium (géométrie, arithmétique, astronomie, musique). Ces deux cycles préparaient aux études supérieures de médecine, de droit et de théologie. Les Arts mécaniques, ou techniques, occupaient la position hiérarchique la plus basse, toute tentative d’introduire une nouvelle discipline se heurtait à des résistances quasi insurmontables et il n’est pas assuré que la maréchalerie eût pu être admise parmi eux. Il en résulte que la reconnaissance et, surtout, les progrès des connaissances vétérinaires ne furent pas des plus fulgurants, malgré quelques initiatives louables.

  • 16 Son père, le Normand Roger Ier (ca. 1030-1101), frère du roi de Naples Robert Guiscard (ca. 1015-1 (...)

13L’autre zone de contact occidentale entre les civilisations Chrétienne et Musulmane se situait en Italie du Sud (cf. l’École de Salerne, ixe-xiiie s.) et en Sicile. C’est à Palerme que Roger II (1095-1154)16 puis Frédéric II de Hohenstaufen (1184-1250) s’intéressent tout particulièrement aux œuvres des Arabes et des Grecs, qu’ils font traduire. Le marescallus major de Frédéric, Jordanus Ruffus, rédigea à l’intention (bientôt à la mémoire) de son souverain et à celle des vétérinaires le livre princeps du Moyen-Âge, le Traité de maréchalerie des chevaux, ou Traité d’Hippiatrie. Ce livre inspira toutes les productions ultérieures, de Théodoric Borgognoni (1205-1298) à Pierre de Crescens (1233-1307), et de Laurentius Rusius (1288-1347) et à Guillaume de Villiers (1456), etc.

14Si la vétérinaire a été, avant le xiie s., une médecine superstitieuse aux nombreuses réminiscences païennes, une médecine recourant aux charmes et aux saints guérisseurs, l’art vétérinaire empirique médiéval « se laïcise » et devient aussi savant, avec des personnalités comme Ibn al-‘Awwâm et Jourdain Ruf.

15Rappelons que nous sommes, au Moyen Âge, dans le paradigme hippocratique de la correspondance entre le macrocosme, composé par les quatre éléments (eau, terre, air, feu), et le microcosme où s’équilibrent les quatre humeurs (sang, flegme ou lymphe, bile noire, bile jaune), caractérisées par les quatre qualités (humide, sec, chaud et froid), associées deux à deux et déterminant ainsi les quatre tempéraments de Galien (sanguin [air : chaud et humide], flegmatique ou lymphatique [eau : froid et humide], mélancholique [terre : froid et sec] et cholérique ou bilieux [feu : chaud et sec]).

16Tout est une question d’équilibre des humeurs, d’eucrasie, et pour le rétablir, il faudra associer à un tempérament particulier les aliments, ou à une maladie les remèdes, appropriés. Ainsi dans la maladie, qui se manifeste (ou qui est causée) par le déséquilibre des humeurs (dyscrasie), on devra opposer les contraires aux contraires (contraria contrariis curantur, l’expression est de Galien lui-même) ou provoquer des évacuations des humeurs ou des flattuosités en excès (saignée, lavement, purgation, ponction).

17Les soins se distinguent en deux groupes : les soins préventifs et les soins curatifs.

Les soins préventifs

18Ils ressortissent à l’hippologie. Ils concernent les conditions d’élevage et d’hygiène, dont les auteurs s’accordent à dire qu’elles garantissent la santé. Le choix d’animaux bien conformés et vigoureux, à la robe idéale, sont autant d’assurances.

  • 17 Gil Sotres, dans Grmek, 1995, p. 257-281.
  • 18 Dans Ribémont, 1994, p. 293 et sq.

19De tout temps l’hygiène a été fondamentale pour la conservation de la santé de l’homme17. Pouvait-il en être autrement des animaux, particulièrement, du cheval ? La manière de faire reproduire, de conserver, de loger et de nourrir les chevaux ne sont bien développés que chez les agronomes à tendance encyclopédique, comme Ibn al-‘Awwâm à la fin du xiie s., ou Pierre de Crescens à la fin du xiiie s18. Empruntons à ces deux auteurs quelques préceptes concernant l’élevage du cheval.

20Pour Ibn al-Awwâm, « les maîtres dans le langage élégant disent que le beau cheval est « bai brun », que les plus durs à la fatigue sont les chevaux bais (khamit) et les noirs (adham), les plus légers à la course, ceux qui se développent le mieux sont les chevaux alezan (achkar), mais ceux qui l’emportent sur tous les autres sont les chevaux gris clair (aschab) ». Les reproducteurs sont pris à l’âge de 4 ans. « On lâche les chevaux en liberté dans les prairies avec les juments, le 5 avril, après qu’elles aient mis bas. Le 25 juin, on isole l’étalon de la jument qui reste seule jusqu’à la fin de la période de gestation, où le poulinage a lieu, c’est-à-dire du 15 mars à la fin d’avril. » On doit éviter à la jument pleine le froid et la fatigue.

21L’orge doit être dépourvue de poussière, car il peut rendre le cheval poussif ; le grain sera tamisé, pour enlever les petits cailloux qui pourraient endommager ses dents ; l’excès de grain provoque des relâchements, des sueurs, des difficultés respiratoires et des lésions des pieds (fourbure). La luzerne doit être sèche et hachée menu. Le fourrage vert doit être distribué par petites quantités et l’eau à volonté, sauf si l’animal est fatigué ou essoufflé.

22Selon Pierre de Crescens, il faut, pour bien choisir un cheval, savoir estimer son âge. La fraude qui consiste à raper les dents d’un cheval pour le « rajeunir » n’est pas oubliée. La bonté d’un cheval s’estime à sa conformation : narines grandes, yeux grands et « à fleur de tête », oreilles courtes, col fin et long, large poitrail et rond, dos court, croupe large, jarrets forts et secs. On reconnaît au passage certaines des qualités mises en avant par les écuyers arabes.

23Les aptitudes des chevaux dépendent aussi de leur conformation extérieure, par exemple : une poitrine et un ventre larges, celui-ci pendant bas, signalera un cheval bon pour les labours ; la queue portée serrée entre les cuisses est celle d’un cheval fort et lourd ; le dos long et la croupe haute appartiennent au cheval « legier à courir ». Certaines dispositions sont au contraire défavorables : « Cheval qui lieve la queue haut et bas est de mauvais vice… » Les reproducteurs doivent être convenablement sélectionnés et nourris. La saillie doit se produire de façon à ce que le poulain naisse entre l’équinoxe de printemps et la mi-juin, et pour ce faire, le cheval doit être présenté à la jument deux fois par jour. Les juments ne doivent être saillies que tous les deux ans, pour avoir du lait en quantité suffisante.

24La jument pleine doit être gardée à l’écurie, au calme, « et pour ce l’en doit garder les estables qu’il n’y ait humeur sur la terre et que les huys soient clos et les fenestres fermées et entre leur mengeoires on mettra longz boys pour les diviser qu’elles ne se entrebatte » (fol. 94v).

25Le poulain doit être entretenu sur terrain caillouteux, pour se fortifier les sabots, et sera séparé de sa mère à deux ans. Son dressage, tout en douceur, doit accoutumer le poulain à son harnachement, puis l’entraîner aux allures. Pour l’endurcir, il sera « souvent chevauché parmy la cité et par especial parmy les rues ou il y a fèvres et noises de marteaulx car de ce ilz perdent paour et deviennent hardis et se il a paour de passer par telz lieux, on ne le doit pas poindre trop fort, ne férir d’esperons » (fol. 95v).

26Les conseils sur le choix et l’entretien de chevaux sont d’une modernité étonnante.

Les soins curatifs

27Ils ressortissent à l’hippiatrie. Ils sont mis en œuvre dès que la maladie est déclarée. Ce sont des soins médicaux, des soins chirurgicaux et des soins magiques. Ils sont « codifiés » par Végèce et par la tradition. Sans institutions d’enseignement, la transmission se fait, parmi les maréchaux, de maître à élève, essentiellement par la pratique. Les ouvrages de référence existent cependant, probablement ignorés de la masse illettrée.

Soins médicaux

28Ibn al-Awwâm envisage les maladies « de la tête aux pieds », comme il est d’usage à l’époque. Les maladies des yeux forment le premier article du chapitre 23 consacré aux maladies du cheval. Il nomme le mal, énumère ses symptômes, donne son diagnostic et son traitement.

  • 19 Leclainche, 1936, p. 134.

29Jordanus Ruffus envisage les maladies et affections par régions du corps (59 chapitres). Il pèche par défaut sur les affections oculaires, les maladies internes, notamment gastro-intestinales, dont les lésions étaient pourtant connues des Hippiatres19 mais il accorde une place prépondérante à l’appareil locomoteur et aux lésions de surcharge (29 chapitres). Localisation, nom du mal (diagnostic), traitement.

  • 20 Selon Y. Poulle-Drieux, 1966, p. 73.

30En pathologie médicale, les maréchaux connaissaient20 les affections inflammatoires de la bouche (glossite, palatite ou lampas) et des glandes salivaires (kystes), les coliques (dolor), la rhinite catarrhale (reuma), la rhino-pharyngite, l’angine (estranguillon, avives), la pousse, la rétention d’urines, la conjonctivite (reuma oculorum), la kératite (pannus, albedo oculi), la cataracte, l’uvéite périodique (oculus lunaticus, signalée pour la première fois dans la Mulomedicina Chironis), l’entropion, le ptérygion. Ils avaient aussi prise avec le tic à l’appui (equus mordens), les chevaux rétifs, cachectiques (tipsicos). L’échauboulure ou effervescence de sang, la gale (maladie la plus fréquente : rogne, roigne ou gratele), la morve (maladie la plus redoutée : farçin, vermes volativus, camoire, anticoire ou avant cuer), le mal de langue ou mal pizon (peut-être la variole équine), la furonculose (arsure), le tétanos (stima ou estime, avec son opisthotonos caractéristique), certaines maladies parasitaires, comme la gastrophilose ou la strongylose.

  • 21 Ruffo, dans Poulle-Drieux, 1966, p. 67.
  • 22 Je choisis cet exemple, car l’ostéoarthrite vertébrale thoraco-lombaire dont la « malférure des re (...)

31Le traitement médical, comme il a été dit, oppose les contraires aux contraires, pour rétablir un équilibre : « Ainsi, la fourbure aiguë, attribuée à l’excès d’une humeur chaude et sèche, le sang, se trouve traitée par l’ingestion d’eau ou la balnéation froide21. » Ailleurs, on administre une association de remèdes, de sorte que l’organisme choisisse celui qui lui convient : dans l’entorse dorso-lombaire22, par exemple :

« <484> 26. De cheval mortferu (malferu) es rains.
Aucune foiz avient une enfermetez en l’eschine dou cheval qui fet grant doulour es rains. En tele maniere le destraint qu’a paines se puet drecier le cheval en la partie derriere. <485> Et ce avient soubitement par habundance de sanc ou de mauveses hymeurs. Et aucune foiz avient par froidure demouree de lonc temps dedenz le corps. Et plus sovent avient par trop grant fes mis sus le dos dou cheval.
<486> Et ceste enfermeté est communement apelee malferu es rains.
Item medecine de malferu es rains.
<487> Contre laquele enfermeté soit fete tele medecine : prenez les racines de chos rouges et escaillies d’ues et ardez et fetes poudre et metez sus. <488> Après soit fete tele esclistoire, c’est assavoir poiz noire clere, et soit estendue sus unes pel de camois longue et lee a la mesure des rains. <489> Après soit pris bol armenique, poiz cretoise, galbane, encens, sanc de dragon, gale, toutes ces choses fetes poudre. <490> Après soit mis sus la poiz clere qui est en la pel de chamoy ; toute voies la poudre doit estre chaude. <491> Et cele pel de chamoy soit mise sus le lieu es rains, et ne soit levee juques il s’enlieve legerement de desus le mal.
<492> Item a ce meïsmes vaust assez cest esclistoire et est meillieur et plus briement fet : <493> c’est assavoir matic une once, et poiz gresoise et autent, d’encens et autent, consoude (fol. 10 vo) gfrant demie once, boul armenique autent, chascune de ces choses soit fete poudre. <494> Après soient mellees avec blanc d’uef et avec farine de froment, puis soient estenduz sus. I. drap linge bien fort. <495> Et toutes ces choses soient fetes si comme j’ai dit et enseigné ou chapistre devant.
<496> Item por ceste enfermeté fetes medecine tele que le cheval soit cuiz sus les rains d’un fer chaut, et faites mult re raies dou lonc et dou travers sus les rains, <497> pour ce que le clistoire devant dit asouage les rains, et contraint les hymeurs, et soutient les ners, et le feu des cuitures destraint la char et les hymeurs, <498> dont le cheval malferu puet troiuver aucun remede par l’emplastre et par le benefice des cuitures. » (« unde est verisimile quod equus malferutus ex aliquo medicamine predictorum debeat remedium invenire ») (Prévot, 1991, p. 79-80 ; Poulle-Drieux, 1966, p. 68).

32La matière médicale fait appel aux trois règnes, végétal (les simples), animal et minéral. Il n’est pas dans l’objet de cette présentation de la développer, nous renvoyons à Dioscoride qui fut, durant tout le Moyen Âge, une référence obligée, ou à Ibn al-Baytâr, le « fils du vétérinaire », qui compila au xive s. la pharmacopée en usage à l’époque.

  • 23 Il s’agit des préparations galéniques, ou présentation des médicaments. Les voies d’administration (...)

33Les formes médicamenteuses23 utilisées sont l’étuve (bain de vapeur), la fomentation, les parfums ou fumigations (dépuration), la balnéation, les breuvages, cataplasmes, emplâtres, clystères (coliques), collyres, compresses, décoctions, infusions, potions, poudres, topiques et trochisques.

34Les modes d’administration mettent en œuvre la corne de bœuf (potions, breuvages), le pochet (fumigations), le chalumeau (poudres oculaires), la plume (collyres)… Les traitements adjuvants sont le régime alimentaire (par exemple, pas de foin pour le cheval poussif ; de l’orge germée, du son et de la paille de froment pour le cheval fourbu) et l’hygiène (de l’écurie, le nettoyage des pieds).

35On observe certaines contre-indications, telles que l’eau froide sur les suros ou la cautérisation dans les régions très vascularisées et riches en « nerfs » (tendons).

Soins chirurgicaux24

  • 24 Poulle-Drieux, 1966, p. 81-88 et 95-106.
  • 25 Formule de l’opiat de Borgognoni (Mulomedicina) : « Ut secure in equo furibundo valeat cirurgia ex (...)

36La contention est essentielle au traitement des chevaux, animaux craintifs, lourds et puissants, aux réactions pouvant être très dangereuses pour eux-mêmes et pour les praticiens. Les enluminures des traités montrent toujours les chevaux au moins tenus par un aide, qui doit être un apprenti, parfois deux, tandis que le maître pratique son art. Tous les moyens sont bons pour contenir les chevaux : entraves, tord-nez, barres et sangles de suspension, jusqu’aux dispositifs fixes (travail : Ruffus, Rusius). Borgognoni (2e moitié du xiiie s.) pratique même l’anesthésie générale grâce à un opiat25.

37La pathologie chirurgicale générale ne distingue pas précisément l’hémorragie et les traumatismes. En revanche, l’hématome, le chancre ulcéreux, la tumor inflammatoire, les fistules, les chéloïdes, les verrues ou fics, les plaies de harnachement, les crevasses, la lymphangite (eaux aux jambes ou grappes), les suros (formes, courbe/jarde, éparvins), les entorses (malférures), luxations, l’accrochement de la rotule, les arthrites traumatiques suppurées, les hydropisies synoviales (vessigons et molettes), les atteintes tendineuses ou nerférures sont tous bien décrits.

38Au niveau du pied, la connaissance précise de la fourbure (enfondure ou fourbature), des seimes, des bleimes, de l’encastelure, du ramollissement de la corne, des javarts, de l’encloueure, du crapaud (ficus) etc., font des maréchaux de véritables experts, qualificatif qui leur est resté.

  • 26 Rieck, 1932, Schwartz, 1987 ; von den Driesch et Peters, 2003, p. 41.

39Les instruments de maréchalerie et de chirurgie du Moyen Âge sont remarquablement semblables à ceux qui sont utilisés encore aujourd’hui26 : mailloche, tricoise et rogne-pieds, rénette, lancette, flamme, lames droites ou courbes, lames et pointes de feu, pinces. Certains instruments, comme les lames recourbées, sont empruntés au chirurgien andalou Abulcassis (936-1013).

40Les gestes chirurgicaux sont divers. Le lavage du champ opératoire, la détersion des plaies, et tous les gestes chirurgicaux courants : incision, scarification, débridement des plaies ou de la fausse narine (ce qui est parfaitement inutile), ponctions, exérèses, dilacération hémostatique des tissus, ligatures (comme le barrage des veines, tout aussi inutile), sutures des plaies avec pose de drains, pansements.

41La saignée occupe une place particulière. Elle est pratiquée périodiquement à titre hygiénique, ou curativement, et son lieu d’élection dépend de l’affection à traiter, car le système veineux n’est pas considéré comme communicant (veines jugulaire externe, saphène médiale, céphalique, épigastrique craniale, temporale, supraorbitaire, sublinguale, palatine, digitales commune et propre, métatarsienne…)

42Les maréchaux pratiquent aussi les abcès de fixation, avec la pose de sétons ou d’éclisses (sur la région temporale, sous la gorge, sur le poitrail, sur l’épaule, au-dessus de l’articulation coxo-fémorale), et les feux ou cautérisation (pour l’évacuation des humeurs froides), en pointe ou en raies (sur le front, la gorge, l’encolure, la région lombaire, l’abdomen, le hanche, le jarret, le boulet, dans le paturon, sur la zone blanche du sabot…).

43L’amincissement de la corne réduit la pression interne du pied et la douleur ; la dessolure permet au sabot de se refaire, dans les cas favorables ; enfin, la ferrure orthopédique n’est pas ignorée (fers spéciaux pour pieds encastelés).

44La castration du cheval est pratiquée sur l’animal debout ou couché.

45Ce qui précède montre bien que nous avons affaire là à une pratique savante et codifiée de la médecine et de la chirurgie équines.

La médecine vétérinaire populaire

  • 27 Poulle-Drieux, 1966, p. 115.
  • 28 Von den Driesch et Peters, 2003, p. 94-95.

46Les praticiens en général étaient-ils les hippiatres « lettrés » que nous avons rencontrés ? Certainement pas, dans le cas général. Les maréchaux ne pouvaient pas représenter, dans leurs fonctions et dans leur situation auprès des puissants, l’ensemble des gens qui étaient amenés à pratiquer des soins sur les animaux. Dino Dini écrit que les hippiatres « ne sont plus de véritables artistes car, illettrés, ils se sont désaccoutumés d’étudier leur art. La plupart, fils de travailleurs de la terre, élevés à la rustique et voués à la garde des troupeaux, n’ont pas reçu l’instruction nécessaire ». Quelques-uns cependant étaient d’une grande compétence, et l’un d’eux connaissait même son Végèce par cœur27 ! Mais surtout, dans les campagnes, chaque métier qui approchait les animaux à quelque titre que ce fût (vachers, bergers, forgerons, bourreaux et équarrisseurs…) prenait aussi en charge leur santé. Les fauconniers et ceux qui chassaient avec des chiens en faisaient autant, pour les espèces qui les concernaient28. Ces pseudo-spécialistes ne connaissaient pas, ou très mal, les fondements (même erronés) de la physiologie et de la médecine de l’époque, et accumulaient sur les animaux des remèdes « de bonne femme » incohérents, souvent cruels et inefficaces, au point de discréditer une « profession » avant même qu’elle ait pu voir le jour.

  • 29 Voir aussi, par exemple, Soubeyran, 1994.

47À côté donc d’une médecine et d’une chirurgie « savantes », la médecine vétérinaire populaire d’un usage ancien, était aussi d’une pratique très courante. Ces remèdes, qui étaient à base de touffes de poils, de racines piquées dans la peau (pour « extirper » le mal), de suppurations provoquées, de scarifications et de cautérisations révulsives, de sections intempestives (comme, par exemple, celle de la troisième paupière…), ont eu souvent la vie dure, puisque certains étaient utilisés naguère encore, comme ces saignées « de printemps » effectuées sur les chevaux lourds29

48C’est dire que les soins matériels, qu’ils fussent savants ou populaires, n’étaient pas toujours efficaces, et « le remède était souvent pire que le mal » (von den Driesch et Peters, 2003, 93-100). On pouvait donc avoir recours, en désespoir de cause, aux charmes ou à l’astrologie.

49Les charmes sont dévoilés dans le Liber marescalcie de Rusio et dans la Cirurgie de chevaux de Guillaume de Villiers. Un sachet au contenu hétéroclite était fixé sur l’animal, ou bien une formule magique était dite au moment d’une manœuvre ou écrite sur un parchemin que l’on fixait aux crins. Des saints guérisseurs pouvaient aussi être invoqués, de sorte que toutes les chances fussent mises du bon côté ; mais ces formules devaient être utilisées seulement en cas d’extrême urgence ou en dernier recours (de Villiers).

50L’astrologie ne faisait pas défaut. Comme il y avait un homme zodiacal, sur lequel les constellations du zodiaque étaient mises en coïncidence avec les diverses parties du corps, il existe aussi un cheval zodiacal, à l’homologie évidente avec l’homme. C’est Laurentius Rusius qui en fait état au chapitre Memoralia sive notabilia de son Liber Marescalciae Equorum : l’influence de la lune pouvait être néfaste à une intervention sur une partie du corps si elle était dans son signe. Les almanachs de jardinier ne rappellent pas autre chose aujourd’hui.

51L’arsenal thérapeutique et chirurgical médiéval était plus proche de la pléthore que de l’étisie, mais « abondance ne fait pas richesse », et les résultats étaient souvent inversement proportionnels à l’investissement thérapeutique engagé. Mais aujourd’hui toujours, la longueur de l’ordonnance ne fait ni le bon médecin, ni le bon vétérinaire…

***

52Au terme de cet exposé, trois points forts me paraissent devoir être soulignés :

  • depuis les vétérinaires historiens comme Moulé, Leclainche, Senet ou Bressou, une certaine tradition a voulu que le Moyen Âge n’ait quasiment rien produit en matière vétérinaire, hors l’Islam. Ce point de vue que je qualifierai de réducteur doit être revu ;
  • l’héritage des Anciens n’est pas passé nécessairement par l’Islam, mais bien davantage par Byzance, qui assure la véritable continuité entre l’Antiquité (Dioscoride, Végèce, les Hippiatres grecs) et le Moyen Âge ;
  • une floraison de textes jaillit au xiiie siècle, les principaux étant ceux d’Ibn al-‘ Awwâm (fin xiie s.), de Jordanus Ruffus (1240) et de Borgognoni (1266), mais cet élan se perdra dans le conformisme plagiaire des lettrés et dans l’ignorance routinière des praticiens maréchaux.

53La maréchalerie se prolongera à l’époque des écuyers, et les recettes de Jacques Labessie de Solleysel (1617-1680), dans Le parfait mareschal (1664), lui devront encore beaucoup. Mais c’est à la Renaissance que les traductions des Latins et des Grecs, Végèce tout particulièrement, et peut-être davantage encore, l’imprimerie et la gravure, donneront à la science vétérinaire l’impulsion qui lui manquait depuis Ruffus : je citerai à cet égard les deux livres phares de l’époque, La Gloria del Cavallo de Pasquale Caracciolo (1566) et Dell’Anotomia et dell’infirmita del Cavallo de Carlo Ruini (1598).

Bibliographie

Bibliographie

Beaujouan, G. ; Poulle-Drieux, Y. ; Dureau-Lapeyssonnie, J.-M. Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Âge, École Pratique des Hautes Études, section IV, Hautes études Médiévales et Modernes 2, Droz, Genève et Minard, Paris, 1966.

Brunori Cianti, L. ; Cianti, L. La pratica della veterinaria nei codici medievali di mascalcia, Edagricole, Bologne, 1993.

Davis, R.H.C. The Medieval warhorse, Thames et Hudson, Londres, 1989.

Driesch, A. von den. Geschichte der Tiermedizin. 5000 Jahre Tierheilkunde, Callwey, Munich, 1989.

Driesch, A. von den ; peters, J. Geschichte der Tiermedizin. 5000 Jahre Tierheilkunde, Schattauer, Stuttgart, 2e éd, 2003.

Dualde Peréz, V. Historia de la albeytería valenciana, Ayuntamiento de Valencia, 1997.

Grmek, M.D. (dir.) Histoire de la pensée médicale en Occident. 1 : Antiquité et Moyen Âge, Seuil, Paris, 1995.

Hildegarde de Bingen. Le livre des subtilités des créatures divines (Physique). II : Les arbres, les poissons, les oiseaux, les animaux, les reptiles, Jérôme Millon, Grenoble, 2002.

Ibn Al-‘awwâm. Le livre de l’agriculture. Kitâb al-Filâha, Introduction de Mohammed El Faïz, Actes Sud, Arles, 2000.

Ibn Al-Baytar. Traité des simples, traduction de Lucien Leclerc. Repr. éd. de 1883. Institut du monde arabe, Paris, sans date. 3 vol.

Leclainche, E. Histoire de la médecine vétérinaire, Office du livre, Toulouse, 1936.

Leclainche, E. Histoire illustrée de la médecine vétérinaire, Albin Michel, Paris, 2 vol., 1955.

Lignereux, Y. « Une bibliographie hippiatrique pour le Moyen Âge », Bull. CEHM, 46, 2004, p. 7-25.

Lignereux, Y. ; Périn, N. ; Peters, J. « Les restes animaux du site gallo-romain et médiéval de Notre-Dame du Bon Accueil », dans Ph. Gruat et G. Marty (dir.), Vivre et mourir à Segodunum durant l’Antiquité, Musée archéologique de Montrozier, Guide archéologique no 10, 2004, p. 191-294.

Poulle-Drieux, Y. « L’hippiatrie dans l’occident latin du xiiie au xve siècle », dans G. Beaujouan et al., Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Âge, Droz, Genève, et Minard, Paris, 1966, p. 9-172.

Prévot, B. La science du cheval au Moyen Âge. Le traité d’hippiatrie de Jordanus Rufus, Klincksieck, Paris, 1991.

Prévot, B. « IIIe partie. La médecine du cheval », dans B. Prevot et B. Ribemont, Le cheval en France au Moyen Âge, Paradigme, Orléans, Caen, 1994, p. 319-428.

Prévot, B. ; Ribémont, B. Le cheval en France au Moyen Âge. Sa place dans le monde médiéval ; sa médecine : l’exemple d’un traité vétérinaire du xive siècle, la Cirurgie des chevaux, Paradigme, Orléans, 1994.

Rashed, R. (dir), Histoire des sciences arabes. 3 Technologie, alchimie et sciences de la vie, Seuil, Paris, 1997.

Rieck, W. Das Veterinär-instrumentarium im Wandel der Zeiten, Hauptner Jubiläums-Katalog, Berlin, 1932.

Sanz egaña, C. Historia de la Veterinaria Española, Albeitería, Mariscalería, Veterinaria, Espasa-Calpe, Madrid, 1941.

Saurel, É. 1971. Histoire de l’équitation Des origines à nos jours, Stock, Paris, Christian de Bartillat, Paris, 1990.

Soubeyran, M. Coutumes et remèdes vétérinaires dans le Périgord d’autrefois, thèse doc. méd. vét., Toulouse, 1994.

Zouaoui, M. S. L’histoire de la médecine vétérinaire chez les Arabes, thèse doc. méd. vét., Sidi Thabet, 1982.

Notes

1 Je renvoie particulièrement aux travaux d’Yvonne Poulle-Drieux (1966), Brunori Cianti et Cianti (1993), Brigitte Prévot et Bernard Ribémont (1994), et Angela von den Driesch et Joris Peters (2003). D’autres ouvrages indispensables sont disponibles au catalogue : La science du cheval au Moyen Âge. Le traité d’hippiatrie de Jordanus Ruffus, par Brigitte Prévot (1991), Le livre de l’Agriculture d’Ibn al-‘Awwâm (2000). Une bibliographie plus complète est publiée par ailleurs (Lignereux, 2004).

2 « A la Alta Edad Media » : Barcia Goyanes, dans Dualde Pérez, 1997, p. 19. Von den Driesch et Peters (2003, p. 41) illustrent la ferrure à clous au haut Moyen Âge par un bas-relief du musée de Vasto (côte adriatique italienne).

3 De nombreux auteurs disent que la ferrure à clous a été introduite par les Croisés, mais la première croisade date de la fin du xie s., et non de la moitié du ixe ! Par ailleurs, on aurait trouvé des fers à clous sur le site d’un Castellum romain de l’époque d’Hadrien, en Germanie (Rabold, 1984, dans von den Driesch, 1989, p. 29), mais cette trouvaille est mise en question en raison d’une contamination toujours possible ; de plus, il aurait été pour le moins étonnant que l’usage des fers à clous se soit perdu dans toute l’Europe entre le iie et le ixe siècle ! Quant aux étriers, Saurel (1971, p. 180) rappelle qu’ils auraient été adoptés par Byzance à l’époque de Justinien (483-565), puis exportés vers le reste de l’Europe, où ils se sont généralisés sous Charlemagne, au viiie s. Les Avars, peuple turco-mongol de la Caspienne, les utilisaient, notamment dans leurs guerres contre Byzance, et on a retrouvé des selles munies d’étriers dans des tombes du ier s. av. J.-C. en Asie centrale (Pazyrik, Oïrotin). D’après des textes chinois, les Huns les auraient déjà possédés au iiie s. av. J.-C.

4 Leclainche, 1936, p. 98.

5 On retrouve cette racine dans mare, la jument, en anglais.

6 D’un autre côté, le comes stabulum, comte des étables ou connétable, était en charge des écuries. Le maréchal devint le lieutenant du connétable à l’époque carolingienne, puis le maître de la cavalerie sous les Capétiens, alors que le connétable conservait un titre honorifique qui n’était plus en rapport direct avec l’arme à cheval.

7 Le parage du pied, taille et rognage du sabot, était d’une pratique ancienne.

8 Senet, 1953, p. 57.

9 Rappelons que saint Éloi, orfèvre et maître des monnaies de Dagobert, évêque de Noyon, est le saint patron des orfèvres, des maréchaux-ferrants et des vétérinaires.

10 Chez le cheval, quatre choses doivent être larges : le front, le poitrail, la croupe et les membres ; quatre, courtes : les oreilles, la queue, le rein et le paturon. Les termes alezan, balzanes, haras… viennent de la langue arabe (al hizan : élégant et racé ; balzane ; faras).

11 Comme en témoignent les termes d’origine arabe : chimie, elixir, alcool, aldéhyde etc.

12 Mais cette dénomination n’était le plus probablement qu’un retour, déformé par altérations successives, du terme grec ‘o ‘ιππιατρος au syrien pyatrâ et à l’arabe biyatr (von den Driesch, 1989, p. 53), ou encore du terme latin veterinarius en beitarah, beitar, el-beitar, al-baitâr, albeytar…

13 Alfonso X de Lear, el-beitar, al-baitâr, albeytarlement.

14 M. Cordero del Campillo, dans Dualde Pérez, 1997, p. 14.

15 L’école vétérinaire de Madrid fut fondée en 1793 et l’albeytería, en sursis désormais, définitivement assimilée à la vétérinaire en 1847 (Dualde Pérez, 1997). Les albéytares entrèrent alors dans l’histoire, comme le firent aussi en France les maréchaux-experts et les hongreurs, mais seulement à partir de 1936.

16 Son père, le Normand Roger Ier (ca. 1030-1101), frère du roi de Naples Robert Guiscard (ca. 1015-1085), avait reconquis la Sicile aux Arabes, dont il avait fait son comté (1072). Roger II en fera un royaume en 1130.

17 Gil Sotres, dans Grmek, 1995, p. 257-281.

18 Dans Ribémont, 1994, p. 293 et sq.

19 Leclainche, 1936, p. 134.

20 Selon Y. Poulle-Drieux, 1966, p. 73.

21 Ruffo, dans Poulle-Drieux, 1966, p. 67.

22 Je choisis cet exemple, car l’ostéoarthrite vertébrale thoraco-lombaire dont la « malférure des reins » peut être la manifestation clinique, est documentée par la paléopathologie (Lignereux et al., 2003).

23 Il s’agit des préparations galéniques, ou présentation des médicaments. Les voies d’administration sont les voies externes (utilisation extra : voie cutanée, voie muqueuse : conjonctivale, respiratoire, vaginale) et les voies internes (utilisation intus : voie digestive, voie parentérale).
– Formes administrées par voie orale (per os) : Poudres végétales, animales ou minérales. La substance est broyée et prise par la bouche, telle quelle avec la nourriture ou dans de l’eau. Les poudres peuvent être à grains libres (paquets, sachets, cachets, capsules, gélules), ou agglomérées (bols, pilules, granules, tablettes, pâtes, comprimés) ; solutés : la substance médicamenteuse est dissoute dans un solvant approprié (eau, alcool, huile) ; extraits, la substance est extraite de la matière première : alcoolatures, teintures alcooliques, distillats : huiles essentielles ou essences (dès l’Égypte ancienne), eaux distillées aromatiques, comme l’eau de fleur d’oranger ; Infusions : de l’eau frémissante est versée sur les plantes ; décoctions : les plantes sont plongées dans de l’eau froide que l’on porte à ébullition ; macérations : les plantes sont plongées dans un liquide (eau, vin, huile…) froid ou tiède, pour un temps plus ou moins long. Les teintures et alcoolatures sont issues de la macération de plantes sèches (teintures) ou fraîches (alcoolatures) dans de l’alcool. D’autres formes sont employées : sirops, élixirs médicinaux, vins médicinaux, électuaires (au miel ou au sirop), potions (ou breuvages en vétérinaire), juleps, loochs, limonades… ;
– Formes administrées par voie externe (per cutanée) : poudres dermatologiques ; pommades : cérats, onguents, pâtes dermiques… [La pommade contient la poudre active mélangée à une matière grasse (beurre de Karité…)] ; crèmes et laits dermiques (émulsions) ; solutés à usage externe ; lotions ; liniments ; cataplasmes : les plantes fraîches broyées sont placées entre deux compresses ; sinapismes ; embrocations ; topiques (charges, feux liquides en vétérinaire) ; sétons et abcès de fixation : plutôt réservés aux animaux car peu tolérables, ils étaient mis en place pour stimuler les défenses de l’organisme (racine d’hellébore, essence de térébenthine…) ;
– Formes administrées sur les muqueuses : collyres et bains ophtalmiques ; collutoires et gargarismes ; inhalations, fumigations et parfums, par voie respiratoire (per nares) ; suppositoires ; lavements ; ovules et oblets.

24 Poulle-Drieux, 1966, p. 81-88 et 95-106.

25 Formule de l’opiat de Borgognoni (Mulomedicina) : « Ut secure in equo furibundo valeat cirurgia exerceri et, ipso non senciente operari, secure sibi hanc opiatam propines. Due vel tres. s/s. seminis jusquiami cun annona prebeantur et, si volueris, per totam diem non sentiet, ymmo videbitur quasi mortuus. Cum vero ipse ab hoc curare volueris, aqua frigida caput et geni[ta] lia lavabis et ipsum postmodum adaquabis », (dans Poulle Drieux, 1966, p. 24, note 2).

26 Rieck, 1932, Schwartz, 1987 ; von den Driesch et Peters, 2003, p. 41.

27 Poulle-Drieux, 1966, p. 115.

28 Von den Driesch et Peters, 2003, p. 94-95.

29 Voir aussi, par exemple, Soubeyran, 1994.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540