Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les animaux malades

 | 
Mireille Mousnier

L’hippiatrie médiévale, une réalité archéologique

Nicolas Portet

Texte intégral

I. Les possibilités de la source archéologique

1Les sources écrites médiévales traitant des animaux et de leur médecine sont ciblées sur certaines espèces privilégiées. On peut citer les traités de fauconnerie et surtout les traités hippiatriques, exclusivement consacrés aux équidés. Faucons et chevaux ont fait l’objet d’une attention toute particulière car étroitement liés au mode de vie aristocratique.

  • 1 Le premier traité équestre connu appartient à la civilisation hittite et symbolise pour nous le dé (...)

2Ces textes hippiatriques s’intègrent dans cette longue tradition de mise par écrit d’un savoir qui est équestre avant de devenir exclusivement médical1. Les données qu’ils rassemblent sont donc autant consacrées à l’hippologie, à l’équitation qu’à la médecine vétérinaire.

3Notre choix d’aborder uniquement les équidés et particulièrement les chevaux est donc induit par cette abondance de source les concernant. Toutefois, elles nous renseignent non pas exclusivement sur la maladie mais sur la façon dont les contemporains la percevaient et cherchaient des solutions thérapeutiques pour y remédier. En quoi l’archéologie offre-telle une perception des animaux malades au Moyen Âge ? En quoi peut-elle compléter la documentation hippiatrique ? Ces questions ont guidé toute notre réflexion sur la présence d’indices matériels de la maladie et des thérapeutiques qu’elle a pu induire.

1. Les indices matériels de la thérapeutique médiévale

4On doit distinguer deux types d’indices matériels évoquant la maladie : les indices directs considérés comme les plus évidents et les indices indirects nécessitant une analyse rétroactive pour aboutir à la pathologie.

  • 2 Ph. Migaud, Le cheval dans le Haut Moyen Âge occidental, thèse de l’école vétérinaire de Nantes, 1 (...)

5Les indices directs regroupent les pathologies présentes sur les restes ostéologiques d’équidés ou découverts par analyse parasitologique. Ils témoignent des effets de la maladie si toutefois elle laisse des traces au niveau de l’os2 et si les conditions de conservation du site permettent la recherche de parasites. Hormis quelques cas rares, ces indices directs témoignent peu de l’acte thérapeutique lui-même, source de renseignements précieux sur la relation homme / animal.

  • 3 Ce traité espagnol, conservé à la Bibliothèque Nationale (Paris, BN 214, Fol. 4-75) est daté de la (...)

6Notre choix s’est plus particulièrement porté sur les indices indirects de l’animal malade. On entend par indirect tous les indices matériels attribués à l’acte thérapeutique. Ils nous renseignent plus sur les attitudes au Moyen Âge face à la maladie des animaux. Ils forment donc le pendant matériel de ce qui est décrit dans les différents traités. Certes l’archéologie ne peut généralement compter sur la découverte d’éléments de pharmacopée pour des raisons évidentes de conservation. Toutefois, le mobilier en métal bien mieux conservé peut très bien être attribué à des pratiques d’hippiatrie médiévale. Le type d’objet le plus évident semble l’outillage de l’hippiatre permettant notamment les saignés et les diverses incisions. Le traité de Johan Alvarez de Salamiellas en donne une représentation figurée qui permettrait en théorie d’en rechercher les artefacts les plus ressemblants dans les corpus de mobilier métallique3 (Fig. 1). Cette tentative peut toutefois paraître hasardeuse et inciter à de multiples erreurs d’interprétation pour des pièces de forme trop généraliste pour être appliquées exclusivement à la médecine vétérinaire et plus encore à des équidés. À ce stade de notre réflexion nous serions tentés de considérer les indices indirects comme peu probants. Mais il existe toutefois une exception dans le mobilier métallique comme témoin de pathologie et de thérapeutique propre aux équidés, la ferrure à clous.

Figure 1 – Outillage hippiatrique. Quelques outils représentés dans le traité hippiatrique de Johan Alvarez de Salamiellas (fin xive – début xve siècles).
Extrait de Onanga-Ewomba 1990.

2. La ferrure à clous

  • 4 « La pratique rationnelle et méthodique de la ferrure du cheval exige une connaissance exacte et c (...)
  • 5 « Les fers spéciaux ou exceptionnels sont ceux que l’on emploie pour les pieds défectueux, les irr (...)

7L’étude de la ferrure des équidés peut apparaître éloignée de la thématique des animaux malades. C’est pourtant un rare marqueur matériel d’un savoir hippologique de haut niveau. La maréchalerie implique à la fois une approche préventive des pathologies4 et une approche thérapeutique par le biais de la ferrure orthopédique5. Elle nécessite une bonne connaissance de l’anatomie du pied et de la locomotion des équidés. Le fer est un témoignage de la connaissance vétérinaire d’une période donnée dépassant les cercles privilégiés de la grande aristocratie européenne. Le mobilier archéologique permet de valider ou d’infirmer la vision donnée par les traités d’hippiatrie sur la maréchalerie des élites. Nous verrons comment on peut visualiser l’équidé malade à travers la ferrure. Mais en préalable, il convient de revenir sur son histoire et la question tant controversée de son origine.

II. La ferrure des équidés : une innovation médiévale !

Figure 2 – Scène de ferrage sur la voussure du portail de la cathédrale Saint-Etienne de Cahors.

Figure 3 – Les principaux termes employés en maréchalerie.

  • 6 N. Portet La place des équidés dans le monde médiéval à travers les sources archéologiques, Mémoir (...)

8L’origine et l’impact socio-économique de la ferrure à clous représente un véritable sujet polémique. Cet engouement est perceptible dans l’impressionnante bibliographie consacrée quasi exclusivement à l’apparition de la ferrure6. On doit d’ailleurs constater que ces études se sont finalement peu intéressées au fer en tant que pièce technique et à son évolution. Dans le cadre de cet article nous partirons principalement de l’approche technique des données archéologiques.

  • 7 Xenophon, De l’art équestre par Edouard Delebecque, Paris, Les Belles Lettres, 1978.
  • 8 P. Vigneron, Le cheval dans l’antiquité gréco-romaine, des guerres Médiques aux grandes invasions (...)
  • 9 Voir pour exemple la typologie des hipposandales de H. Corot. « Essai de classification typologiqu (...)

9Tous les cavaliers connaissent l’adage « pas de pied, pas de cheval ». La volonté de protéger les sabots des équidés dont l’usage domestique déséquilibre l’usure naturelle est une préoccupation bien antérieure au Moyen Âge. De nombreux traités gréco-romains au premier rang duquel celui de Xénophon7 exposent les techniques pour fortifier les pieds mais aucun ne fait mention de ferrure à clous8. Pourtant l’Antiquité a développé des protections matérielles à l’aide de fibres (solea spartea) mais aussi à l’aide de plaques métalliques connues sous le nom d’hipposandale (soleam ferream) (Fig. 4). Cette dernière innovation semble marquer un seuil au-delà duquel les hippiatres romains n’ont pas voulu aller, celui d’enfoncer des clous dans le pied de l’équidé. Le caractère assez limité des découvertes d’hipposandales induit plutôt un usage thérapeutique et non préventif, pour protéger un pied abîmé. La morphologie de l’hipposandale rappelle d’ailleurs certaines protections encore en usage de nos jours9. Quoi qu’il en soit, leur faible nombre ne peut témoigner d’un usage comparable à la ferrure à clous. Cette dernière implique un renouvellement régulier source de nombreux déchets.

Abb. 2. Gesamtverbreitung der römischen Hipposandalen im westlichen Teil des Imperiums (vgl. dazu Liste 1, S. 161).
Figure 4 – Les hipposandales et leur répartition (extrait de Lawson 1978).

  • 10 K. Lawson Annabel, « Studien zum Römisch pferdegeschirr », rgzm , 25, 1978, p. 131-172. K. Motykov (...)

10Certains auteurs continuent toutefois de revendiquer l’origine antique de la ferrure10 (Fig. 5). Hormis leur absence dans les sources antiques, on est surpris par le caractère résiduel de ces découvertes, par la variété typologique des fers présentés et surtout par l’absence de considération pour l’indice fondamental qui permet de valider l’usage de la ferrure, la fréquence de la clouterie. Les centaines de clous découverts sur les sites médiévaux révèlent clairement un usage quotidien de la ferrure à clous et non un phénomène intrusif trop souvent nié par les archéologues.

1. La chronologie de l’apparition de la ferrure à clous

  • 11 Les 208 fers et les 1 088 clous de maréchalerie découverts lors des fouilles du castrum d’Andone e (...)

11Sur un plan chronologique, il apparaît que la ferrure est pratiquée de façon courante au xe siècle en Europe occidentale11. On peut certes polémiquer sur la date et le foyer d’invention de cette technique. Nous nous contenterons seulement de rappeler deux idées directrices. Il semble que la ferrure soit l’aboutissement logique de l’acte d’appliquer une protection métallique sous le sabot, représentée par l’hipposandale. Elle représente toutefois un cap technique majeur nécessitant une excellente connaissance anatomique induite par la pratique de la dissection. Cette dernière est nécessaire pour identifier l’épaisseur de la corne, la présence des parties internes et leur vulnérabilité.

Abb. 4. Hufeisen au römischen Schichten. – 1.2 Linz, Oberösterreich. – 3-4 Portchester Castle, Hampshire, GB. – 1.2 nach P. Karnitsch ; 3.4 nach B. Cunliffe. – M = 1 : 3.

Figure 5 – Les fers découverts en contexte antique (extrait de Lawson 1978).

2. De l’invention à la diffusion

  • 12 « On peut proposer comme explication l’hypothèse que l’utilisation des fers n’était encore que rég (...)
  • 13 N. Portet, La ferrure des équidés au Moyen Âge, maîtrise, Université de Toulouse le Mirail, 1998. (...)
  • 14 Z. Hiczerowna, « Chronologia ostrog z do XIII wieku », Wiadmonosci Archeologiczne, tome XXIII, liv (...)

12Il paraît difficile d’envisager une diffusion lente de cette technique telle qu’elle est envisagée par les partisans de la ferrure antique12. Du moment qu’elle est maîtrisée, elle a dû se répandre de façon rapide car physiquement liée à l’équidé. Toutes les innovations équestres sont marquées par cette diffusion fulgurante au sein du continent européen. On a pu constater des typochronologies du mobilier équestre quasi comparables en Europe, preuve d’innovations techniques rapidement diffusées. La typologie élaborée pour les sites du sud-ouest de la France correspond à la classification des fers issus par exemple des fouilles londoniennes13. Cette tendance est aussi perceptible sur d’autres éléments mobiliers comme les éperons. L’éperonnerie médiévale connut de grandes avancées technologiques qui s’imposèrent de la France à la Pologne14.

3. L’Europe, un foyer d’innovations équestres

  • 15 On a tendance à considérer les peuples des steppes comme des vecteurs de diffusion de techniques é (...)

13Paradoxalement, la ferrure à clous constitue une des rares innovations que l’on peut attribuer au continent européen. Elle semble faire exception face à une perception très orientaliste des innovations en terme d’équitation15. La carte de répartition des découvertes d’hipposandales est centrée sur l’Europe. Si l’on envisage une filiation logique de l’hipposandale à la ferrure à clous, cette dernière s’inscrirait bien comme une innovation de l’Europe médiévale.

14On peut s’interroger sur le sens d’une telle innovation. Elle matérialise un besoin de prévenir l’usure des sabots et de pallier à certaines défectuosités. L’Europe semble avoir eu un besoin supérieur aux autres continents de la ferrure à clous. On pourrait l’expliquer par trois facteurs principaux : une conservation de la corne plus difficile associée à un milieu naturel plus humide et froid, un usage régulier et spécifique des équidés notamment dans le travail, un contexte culturel favorable qui fera de l’Europe, le foyer des grandes écoles d’équitation moderne. Cette réflexion nécessite une vision à grande échelle sur la notion de foyer d’innovation et sur sa logique. Qu’est ce qui a amené l’Europe occidentale à inventer la ferrure dépassant en cela d’autres grands bassins d’innovations équestres ?

  • 16 J.-R. White Lynn, Technologie médiévale et transformations sociales, Paris-La Haye, Mouton, 1969.

15Cette réflexion se recentre sur les pratiques équestres des ixe et xe siècles. Cette période a généré plusieurs innovations et acquisitions qui furent fondamentales dans l’histoire de l’équitation. Ces progrès s’inscrivent en préalable à la mise en place de la société féodale au point que certains auteurs y ont vu un des moteurs du changement. Au premier rang, on peut citer l’ouvrage de Lynn White dont le titre du chapitre premier « Étrier, combat à cheval, féodalité et chevalerie » évoque l’imbrication entre innovations équestres et changements sociaux16.

16Quoi qu’il en soit, au xe siècle l’Europe pratique la ferrure de façon courante. Les restes matériels qui en résultent, témoignent d’un bon niveau de connaissance, de savoir-faire. La ferrure semble largement diffusée sur un plan géographique dans tous les espaces où le cheval s’impose, en particulier les lieux de pouvoir, marquant une fois de plus sa relation avec l’aristocratie.

4. Du maréchal des grands au maréchal de village

  • 17 Ce terme est notamment employé par Grégoire de Tours dans le livre V de l’Historia Francorum.

17L’importance économique et sociale des équidés dans les sociétés préindustrielles a généré une cohorte de spécialistes du cheval et de son équipement. Nous nous focaliserons sur le corps des maréchaux-ferrants très lié à l’histoire des équidés au Moyen Âge. Le Mariskalk représente au haut Moyen Âge, l’homme qui s’occupe des chevaux17, qui est chargé de leur soin au sens général du terme. Avec la diffusion de la ferrure à clous, on assiste à la réunion de deux arts, la maîtrise de la forge et de la médecine vétérinaire qui donnera naissance au métier de maréchal-ferrant. Le maréchal devenu ferrant est pour la période médiévale considéré comme homme de cheval à la fois forgeron, vétérinaire et écuyer, détenteur d’une culture équestre. Au début de notre réflexion nous nous interrogions sur l’apport de l’archéologie face à une abondante documentation hippiatrique. Cette documentation semble témoigner principalement des pratiques équestres des élites. Elle retranscrit la maréchalerie des grands, seuls capables de théoriser un savoir qui se veut avant tout empirique. Mais qu’en est-il du maréchal de village, pratique-t-il et bénéficie-t-il du même degré de connaissance ? Voilà un aspect que seule l’archéologie permet de percevoir.

  • 18 B. Prevot, La science du cheval au Moyen Âge, Coll. Sapience, Paris, Klincksieck, 1994.
  • 19 La fouille du castrum de Cabaret dans l’Aude a livré les restes d’une forge villageoise dont la ma (...)
  • 20 Claude Bourgelat crée à Lyon en 1762 la première école vétérinaire.

18Il est difficile par l’analyse des traités de déterminer ce qui fait partie d’un savoir empirique ou d’une connaissance encyclopédique. Comment comparer un hippiatre comme Jordanus Rufus18, attaché à la cour de Frédéric II dont le De medicina equorum composé vers 1250 représente une œuvre majeure, et le travail du forgeron, ce mécanicien de village (selon la terminologie de Robert Fossier). Ce dernier se caractérise avant tout par sa multi-activité, sa forge n’étant pas exclusivement consacrée à la maréchalerie19. En fonction des sphères sociales dans lesquelles ils gravitent et leurs degrés de spécialisation, on assiste à une grande diversité dans le corps des maréchaux. L’organisation des métiers au Moyen Âge donne une vision parfois très réglementée d’une activité extraordinairement diversifiée. Cette diversité a d’ailleurs aboutie à la période moderne à une scission institutionnelle avec la création de la profession vétérinaire et le cantonnement progressif du maréchal à la fabrication et la pose des fers20. Il est toutefois resté un homme de cheval, spécialiste des pathologies du pied et des problèmes locomoteurs, privilège qu’il garde encore aujourd’hui dans le monde du cheval.

  • 21 135 fers et plus de 2 000 clous ont été retrouvés sur le site de Corné à L’Isle-Bouzon, voir J.-M. (...)

19Le fer en contexte archéologique témoigne donc d’un niveau de connaissance, de sa diffusion géographique et sociale pour une période donnée. On est aidé dans notre approche par l’abondance de fers découverts sur les sites médiévaux21. Nous allons maintenant tenter une confrontation entre la perception historique donnée par les traités hippiatriques et le mobilier archéologique, témoignage involontaire d’un acte préventif et thérapeutique.

III. Traités hippiatriques et objets archéologiques : concordance et divergence entre savoir et savoir-faire

1. La confrontation des sources en présence

  • 22 E. Leclainche, Histoire de la médecine vétérinaire, Toulouse, 1936.
  • 23 Y. Poulle-Drieux, « L’Hippiatrie dans l’Occident latin, du xiiie au xve siècle », Médecine humaine (...)
  • 24 B. Prevot, B. Ribemond, Le cheval en France au Moyen Âge, Paradigme, Orléans, 1994.

20Nous ne reviendrons pas sur l’histoire de la médecine vétérinaire ni sur l’inventaire raisonné des sources hippiatriques. On renverra simplement à différentes synthèses, notamment celle d’E. Leclainche22 ou de Yvonne Poulle-Drieux23. L’ouvrage récent sur Le cheval en France au Moyen Âge fait lui aussi un point précieux sur l’hippiatrie24.

21Dans ce dernier ouvrage, on nous présente une absence d’innovation du haut Moyen Âge occidental, un rôle majeur des arabes dans la transmission de l’hippiatrie gréco-romaine et byzantine. La ferrure y est décrite comme une innovation venant d’Orient sans plus de précision. Il semble qu’il ait fallu attendre le De medicina equorum de Jordanus Rufus pour pointer une œuvre originale pour la période médiévale.

22L’Europe occidentale ne posséderait donc pas de traités équestres réellement innovants antérieurs au xiiie siècle. Notre perception historique est donc très concentrée sur le bas Moyen Âge. Seuls quelques traités arabes s’intègrent dans une chronologie plus haute, ce qui ne justifie en rien de l’origine géographique des thérapeutiques citées.

23Le mobilier archéologique s’intègre lui dans une géographie et une chronologie plus affirmée contrebalançant l’absence d’informations dans les traités sur l’origine des innovations hippiatriques. Des sites comme Andone ou Charavines ont livré plusieurs centaines de fers et des milliers de clous de maréchalerie. La ferrure à clous y apparaît comme couramment utilisée à la fin du xe siècle. L’abondance de ces indices matériels permet une analyse technologique fine pour des chronologies non illustrées par les traités hippiatriques. On est donc en mesure d’évaluer le degré de connaissance des maréchaux et de les comparer aux discours des hippiatres. On peut donc s’interroger sur le caractère réellement innovant de l’œuvre de Rufus. Le De medicina equorum est-il une œuvre innovante ayant diffusée le savoir-faire d’un grand maréchal du xiiie siècle ou est-il une des premières compilations connues au terme de trois siècles de maréchalerie ?

La culture équestre des maréchaux

  • 25 E. Saurel, Histoire de l’équitation, Paris, Stock, 1971.

24Dans la lecture des traités, on est loin de l’image d’une équitation brutale, sans technique, basée sur un usage guerrier des équidés. Cette vision de l’équitation médiévale est opposée à celle de la Renaissance où elle s’immisce au rang d’Art équestre25. Les traités dans leur évocation de la ferrure nous incitent à revoir notre périodisation historique en révélant la culture équestre des hommes de chevaux au Moyen Âge.

  • 26 M. Miller, Imprégnation comportementale du poulain nouveau-né, 1993.

25On retrouve chez Jordanus Rufus la même finesse dans le dressage, l’apprentissage que chez Xénophon. Rufus applique la technique de l’imprégnation que l’on redécouvre aujourd’hui sous l’appellation de « méthode Miller26 ». Elle consiste à manipuler très jeune le poulain pour l’habituer, l’imprégner, des exercices qui lui seront imposés pendant sa vie.

  • 27 B. Prevot, La science du cheval au Moyen Âge, Paris, Klincksieck, 1991, p. 34.

26Jordanus Rufus décrit cette méthode pour habituer le poulain à la ferrure : « Et tourjours soit accoustumez de lui touchier son cors et touz les membres simplement, juques tant qu’il soit simples et humbles et dontez en tele maniere que l’en le puisse touchier seurement par tout le cors, especiaument les piez en maniere de lui ferrer27. »

27Les textes hippiatriques nous permettent aussi de voir la ferrure de façon bien plus précise que ne le permettent les œuvres littératures. On peut toutefois distinguer deux types de description : une image générale de la ferrure assez imprécise et répétitive et une image plus précise de la ferrure orthopédique intégrée aux solutions thérapeutiques.

  • 28 L. Rusio, Laurent Rusé en version francisée), La mareschalerie de Laurent Rusé, translatee en fran (...)

« La manière de ferrer chevaux
Il le faut ferrer de fers bons et convenables à son pié, et rond comme la corne à davantage que l’extrémité du tour de fer soit étroite et légère, car plus facilement et légèrement il leuera ses pieds, et tant plus le tour est étroit et plus est fort et large » Laurent Rusé (fin xiiie, xive siècles)28.

  • 29 J. Gili, Lo cavall, tracta de manescalia del segle xv ; texte, introduccio i glossari, Oxford, the (...)

« De ferradures qui deuen éser fetes a cavayll.
Lo cavall deu éser ferrat de ferres redons e convinents, e la extremitat del ferre sia estreta e leugera, car tant com los ferres son pus leugers tant porta los peus pus leugerament. E la ungla del cavall com és enrere del ferrre pus estrata la ungla n’és feta, plus fort e millor. » Traité catalan du xve siècle29.

28Ces extraits illustrent cette répercussion de l’information d’un traité à l’autre, les deux paragraphes nous disant la même chose à plus d’un siècle d’intervalle !

  • 30 On peut pour exemple citer « li livre dou Tresor » œuvre encyclopédique de Brunetto Latini (xiiie (...)

29La description d’un fer léger et rond, se ressent un peu comme une réponse aux descriptions du sabot idéal30. Ce qui ressort surtout de ces textes, c’est la volonté de ne pas alourdir les membres et surtout cette idée d’un fer adapté au pied. Ces mentions aux accents assez généralistes sont pourtant d’une grande importance dans la maréchalerie médiévale.

  • 31 B. Fiaschi, Traité de la manière de bien embrider, manier et ferrer les chevaux, Paris, Périer, 15 (...)
  • 32 d’Alembert, Diderot, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des arts et des métiers, 1751 / 1780, R (...)

30Le fer dans sa fonction préventive est donc sommairement décrit sans que les traités nous amènent à percevoir la formidable évolution technique de la ferrure pendant tout le Moyen Âge. En ne prenant en considération que les sources hippiatriques, la ferrure médiévale pourrait nous apparaître comme rudimentaire. L’ouvrage de Fiaschi31 (xvie siècle) est un des premiers à présenter la ferrure dans toute sa complexité (Fig. 6), bien avant les célèbres planches de l’encyclopédie Diderot, d’Alembert32 (Fig. 7). L’approche archéologique permet quant à elle une perception bien plus fine de l’évolution typochronologique, révélant différentes phases de changement dans la conception de la ferrure à clous.

Figure 6 – Planches de fers (extraits de Fiaschi 1546)

Figure 7 – Planches de l’Encyclopédie (extrait de Diderot et d’Alembert 1751-1780).

Figure 8 – Typologie des fers d’équidés médiévaux (extrait de Clark 1995).

  • 33 J. Clark, The Medieval Horse and its Equipment c. 1150 – c. 1450, Medieval finds from excavations (...)

31L’ouvrage de John Clark consacre un long paragraphe aux découvertes de fers d’équidés dans les fouilles de Londres33. Il en a extrait une typochronologie centrée sur cinq types de ferrure qui correspond à la typologie que nous avons pu établir pour le sud-ouest de la France (Fig. 8). Cette évolution qui apparaît plutôt uniforme ne semble pas transparaître dans les traités comme en témoigne la pratique de la copie, de la répétition.

2. Analyse technique de la ferrure médiévale

32La ferrure permet deux niveaux de lecture sur la nature des pathologies équines. L’archéologue peut se faire maréchal et examiner comme lui l’usure du fer pour en déduire un défaut d’aplomb, une maladie ou un usage spécifique. Le maréchal-ferrant part toujours de l’examen de la ferrure usée pour choisir au mieux la nouvelle ferrure. Néanmoins, l’analyse importante de séries archéologiques n’amène que des suppositions sur les raisons d’une usure irrégulière. Cette méthode même si elle n’est pas à exclure reste difficile à utiliser pour une approche historique de l’animal malade (Fig. 9). La morphologie du fer en revanche émane de la volonté même du maréchal. Elle témoigne d’une réalisation sur-mesure adaptée à la forme du pied, à l’usage de l’équidé et s’inscrit parfois dans un acte thérapeutique.

Figure 9 – Les fers de mulets à forte usure en pince témoins d’équidés pinçards. Fers de mulets provenant du site de Montségur en Ariège (xiiie siècle). (A. Czeski, GRAME)

IV. Un indice archéologique de l’hippiatrie médiévale : la ferrure pathologique

33Les fers pathologiques révèlent surtout l’acte médical, témoignage indirect de la maladie. L’objet devient donc un marqueur d’un degré de connaissance « vétérinaire » et de son niveau de diffusion dans la société médiévale.

34Nous nous intéresserons donc plus spécialement à la ferrure pathologique car elle est directement en rapport avec l’animal malade.

1. La permanence de l’hipposandale34

  • 34 « Dans la Gaule, en Allemagne, en Angleterre, le climat exigeait des solea de forme particulière. (...)
  • 35 Paul Vigneron envisage deux types d’hipposandales, l’hipposandale pansement à vocation thérapeutiq (...)

35L’hipposandale que nous avons évoquée comme à l’origine de la ferrure à clous a une fonction orthopédique pour protéger un pied blessé35 (Fig. 3). La ferrure à clous ne s’est pas totalement substituée à l’hipposandale. L’absence de fixation par des clous était un handicap pour l’Antiquité, elle est devenue au Moyen Âge l’avantage majeur de ce type de protection. Les pieds affaiblis n’autorisèrent pas toujours l’application des clous du fait de la fragilité de la corne.

  • 36 Ibn Al-‘Awwâm, Le livre de l’agriculture, Kitâb Al-Filâha, traduction de l’arabe de J.-J. Clément- (...)

« S’il arrivait aussi que le cheval fût atteint d’une crevasse attaquant la circonférence du sabot et le crin (couronne), on disposerait une botte de cuir de vache dont on revêtirait le pied malade. On fixe cette botte au paturon, et on la dispose avec soin pour que ni la terre ni aucun autre corps étranger puisse s’introduire36. »

  • 37 P. Vigneron, Le cheval dans l’Antiquité gréco-romaine, des guerres Médiques aux grandes invasions (...)

36Ces mentions d’Ibn al-‘Awwâm rappellent plus précisément la solea spartea antique, cette sandale de corde protégeant le pied mentionnée par plusieurs auteurs37.

  • 38 (B.N. fr. 2001, fol. 25). Voir la transcription du manuscrit dans B. Prevot, B. Ribemond, Le cheva (...)

37La fonction thérapeutique est encore plus accentuée dans « La cirurgie des chevaux », manuscrit anonyme du xive siècle, décrivant plus un pansement qu’une protection. « Heraclez, qui cognut les chevaux, nous enseigne que l’en doit souvent oindre cheval les piez de grasse chose et fere uns solers de cuir, et metre gresse de burre dedens, ou de sain ou d’oint dedens, et metre le pié du cheval qui a nouvel pié dedens le souler38. »

  • 39 B. Fiaschi, Traité de la manière de bien embrider, manier et ferrer les chevaux, Paris, Périer, 15 (...)
  • 40 Maréchal Ferrant, Planche V, fig. 20 « Divers fers à tous pieds, pour un cheval qui aurait la mura (...)
  • 41 « Les fers de Graux et Beulin, de Goudin, ne sont que des hipposandales modernes ; ils permettent (...)

38César Fiaschi mentionne plus particulièrement le fer qui s’applique sans clous et qui constitue une forme évoluée de l’hipposandale antique39 (Fig. 6). Ces dispositifs figurent aussi dans l’encyclopédie Diderot et D’Alembert sous diverses appellations40 et dans certains produits toujours commercialisés41 (Fig. 7).

39Nous n’avons pas retrouvé d’exemples archéologiques médiévaux d’hipposandales mais la permanence jusqu’au xxe siècle de ces procédés de ferrure sans clous semble donc témoigner de cette transmission.

2. Les fers couverts

40Cette disposition consiste à augmenter la largeur du fer ou d’une partie de celui-ci. La finalité de l’application d’un fer couvert se résume en quatre points : diminuer l’usure, protéger le sabot, lui offrir plus de garniture et maintenir des pansements.

41On distingue environ huit types de fers couverts selon leur forme et la région où la couverture est accentuée.

  • 42 J. Clark, The Medieval Horse and its Equipment c. 1150 – c. 1450, Medieval finds from excavations (...)

42La typochronologie des fers médiévaux est marquée par un « effet de mode » dans le choix de la couverture. La ferrure du type 1 de Clark42 datée du xe et de la première moitié du xie siècle se caractérise par une forte couverture (Fig. 8). Cette tendance s’amenuise franchement au xiie siècle et xiiie siècle. Il faudra attendre la deuxième moitié du xive siècle pour retrouver des fers très couverts, tendance qui caractérisera surtout la ferrure du xve, xvie siècle. Certains critères ne sont donc pas systématiquement en lien avec une pathologie. Plusieurs fers couverts médiévaux s’intègrent toutefois dans une indéniable vocation thérapeutique.

  • 43 J.-M. Lassure, La civilisation matérielle de la Gascogne aux xiie et xiiie siècles. Le mobilier du (...)

43Un fer de l’Isle-Bouzon43 daté de la première moitié du xiiie siècle est caractérisé par une couverture importante en pince qui décroît fortement vers les talons (Fig. 10A). Ce fer a pour fonction principale de protéger un pied fragilisé. Le fait d’augmenter la couverture protège plus le pied et limite l’usure du fer, son inconvénient étant d’exposer aux glissades.

  • 44 M. Biddle, Object and Economy in Medieval Winchester, Oxford, Clarendon Press, 1990, 2 tomes, p. 1 (...)
  • 45 « Les fers à une branche couverte pour les pieds dont l’aplomb est défectueux et nécessite une att (...)

44Un fer de Winchester (3953)44 daté du xiie-début xiiie siècle présente une branche droite à forte couverture plus longue que la gauche (Fig. 10C). Il possède sept étampures dont deux en pince. Cette disposition très dissymétrique témoigne à l’évidence d’un fer pathologique. Il pourrait s’agir d’un fer dit à la Turque, à branche interne mince et courte que l’on utilise pour les chevaux qui se coupent. César Fiaschi mentionne l’emploi de fer avec talon à la Turque dans son chapitre XXVIII consacré au « cheval que se forge et blesse les talons ou bien s’atteint les nerfs des bras ». Quand à la forte couverture de la branche droite, elle est utilisée pour plusieurs solutions thérapeutiques45.

Figure 10 – Les fers couverts.
A : fer couvert de l’Isle-Bouzon (Gers), xie-xiie s., (Lassure 1998)
B : exemple de fer couvert actuel (Thary 1909)
C : Fer à branche couverte de Winchester, xiie-début xiiie s., (Biddle 1990)
D : Fer à branche couverte actuel (Thary 1909)

3. Une première ferrure pathologique : le fer à la Florentine ou le fer pinçard

45Le fer pinçard est plus couvert et plus épais en pince que le fer ordinaire. Il permet de protéger la pince et de réduire son usure. Il s’applique à l’équidé pinçard, qui use fortement la partie avant du sabot appelée pince. Les ânes et les mulets de par la morphologie de leurs pieds sont sujets à cette pathologie.

  • 46 Une synthèse sur Andone (Charentes), siège primitif du comté d’Angoulême, est en cours sous la dir (...)
  • 47 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol, 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d’expositio (...)

46Il a été recensé pour l’instant deux fers pinçards en contexte archéologique (xe-xie siècles) : le fer d’Andone46 et le fer du « Verger » à Saint-Romain47 (Fig. 11).

Figure 11 – Les fers pinçards.
A : Fer pinçard actuel (Thary 1909)
B : Fer de devant de mulet appellé florentiné (extrait de la pl. VI du chapitre sur le maréchal-ferrant dans l’Encyclopédie, Diderot, d’Alembert, 1751-1780)
C : Fer d’âne du site d’Andone, 2e moitié xe-début xie s. (Villejoubert, Charentes, fouille A. Debord)
D : Fer d’âne du site du Verger à St Romain, Côte d’Or, xe-xie s.

47Ces deux exemples datés des xe-xie siècles témoignent de l’ancienneté de cette ferrure spéciale à vocation thérapeutique. L’archéologie nous révèle ici des procédés non divulgués par les traités hippiatriques bien antérieurs aux différentes synthèses des xiiie-xve siècles. Ces exemples prouvent aussi le degré de connaissance évolué de la première maréchalerie, les fers à la Florentine étant encore en usage au xxe siècle.

4. Les fers à lunette48 ou fers à éponges tronquées

  • 48 « Fer à branches tronquées : encore appelé fer à lunette, c’est un demi-fer épais dont les éponges (...)
  • 49 Équidé dont les pieds se heurtent et qui risque de se déferrer.

48Le fer à lunette appartient à la catégorie des fers tronqués (Fig. 12). Le maréchal supprime une région du fer afin d’éviter les forger49 et les coupures ou de soustraire à l’appui certaines parties du pied. Ce type de fer peut être lui aussi lié à un « effet de mode ». La ferrure pratiquée au xie-xiie siècle semble être focalisée sur la notion de légèreté. Ces fers apparaissent très peu couverts et munis de longues étampures. L’étampure de quartier est proche de l’éponge, or la maréchalerie n’autorise pas la pose de clous au niveau des talons. À l’exception d’un défaut de conception, cette proximité pourrait s’expliquer par une ferrure à éponge tronquée ou du moins peu couvrante. On devrait en déduire un parti-pris général des maréchaux et non uniquement l’usage d’une ferrure à vocation orthopédique. Notons toutefois que l’emploi d’un fer à lunette semble mentionné par l’hippiatre Ibn al-‘ Awwâm sous l’appellation de « fer qui à la figure d’un croissant de la lune ».

« Comment on remédie à une corne de sabot trop délicate. Ibn Abî Hizâm dit : Quand la corne du sabot est trop délicate ou faible, et qu’on veut en obtenir (litt. en faire pousser) une bonne et solide, on dispose un fer qui ait la figure du croissant de la lune qu’on amincit, de façon qu’il ait la largeur d’un doigt (dans ses branches), la largeur des clous étant un peu moindre que celle du fer. On l’applique de façon qu’il protège bien l’extrémité du sabot pour que la corne ne se casse ni ne se fende, le milieu restant à découvert. »

Figure 12 – Les fers à éponges tronquées.
A : Fer à lunette actuel (Thary 1909)
B : Fer à éponges tronquées (Thary 1909)
C : Fer de l’Isle-Bouzon, xie-xiie siècle, Gers, (Lassure 1998)

49César Fiashi au xvie siècle présente un fer à lunette dont il préconise l’usage pour les jeunes chevaux (chapitre XXII) et pour ceux qui font « quartier neuf » (chapitre XXX).

Les fers à éponges réunies (fer à traverse, fer arabe, fer à planche)

50Ces fers se caractérisent par leurs éponges solidarisées par une barre de fer (Fig. 13). Ce type de fer est applicable pour de nombreuses pathologies. Thary nous en donne une liste impressionnante.

  • 50 A. Thary, Manuel de la ferrure du cheval, Berger-Levrault, 1909.

« Contre les déformations, défectuosités ou maladies du pied, pour supprimer l’appui des régions déformées ou douloureuses : pieds à talons bas, à talons faibles, à talons contournés, à talons serrés, à talon chevauchant, à quartier faible ; pieds plats, pieds combles, pied fourbus, pied encastelés ; bleime, seime quarte, atteintes, forme cartilagineuse, javart encorné en talon, javart cartilagineux50. »

Figure 13 – Les fers à éponges réunies
A : Fer à planche actuel
B : Fer à la marocaine actuel (Thary 1909).

51Le fer à éponges réunies fait figure de « solution miracle » due à des qualités indéniables pour soulager et protéger le pied. Il permet à la fourchette d’être à l’appui et de jouer son rôle d’amortisseur. Il permet aussi d’absorber les chocs sur les talons.

  • 51 B. Prevot et B. Ribemond, Le cheval en France au Moyen Âge, Paradigme, Orléans, 1994, p. 349-428.

52On peut lui reprocher, d’écraser la fourchette, ce qui freine son développement, et de favoriser les risques de glissade. L’emploi de ce type de fer au Moyen Âge est mentionné dans une œuvre anonyme du xive siècle, La cirurgie des chevaux51, inspirée de plusieurs sources dont le De Animalibus d’Albert le Grand (xiiie siècle). On retrouve dans « la cirurgie des chevaux », le cas d’un cheval qui est dit « étroit devant ». Ce cheval s’atteint (se blesse) et est peut-être panard, pathologie déjà évoquée par Jordanus Rufus, sauf que la thérapie est ici partiellement différente :

  • 52 Idem, p. 372-373.

« De cheval qui va estroit devant, comment hon li doit aidier. […] S’il va estrois devant, pour quoy il s’entreteigne, si soit li piés parés dehors et dedens. Et lessiez le pié croistre, et puis ferrer d’un fer a ais et puis une roel en cire ou en miel entre les ars devants.
Se il s’entrefierent derrière, si soit ly piés parés dehors et lessiez croistre dedens. Et puis ferrer d’un fer a ais. Et puis fere une cuisson entre les cuisses, si yra largez52. »

53Il n’est pas facile de bien cerner le vocabulaire, nous notons pourtant une distinction entre deux pathologies, deux types d’atteintes (s’entrateindre et s’entreferir) qui justifient des mesures différentes. Le parage est différent pour chaque cas. Ce qui représente plus d’intérêt dans notre thématique, c’est l’emploi du « fer a ais ».

54Brigitte Prévot en donne la définition suivante : « Planchette fixée sur le fer du cheval pour remédier à un défaut d’aplomb des membres. »

55Ce fer que l’on peut traduire par fer à planche ou à traverse, est très employé en ferrure pathologique. Dans le cas posé, on peut penser qu’il a pour fonction de protéger les talons, notamment les talons internes affaiblis chez un cheval au pied panard.

  • 53 d’Alembert, Diderot, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des arts et des métiers, 1751 / 1780, R (...)
  • 54 Ibn Al-‘Awwâm, Le livre de l’agriculture, Kitâb Al-Filâha, traduction de l’arabe de J.-J. Clément- (...)

56Cette catégorie des fers à éponges réunies est qualifiée de fer turc ou de fer à planche dans l’Encyclopédie Diderot, d’Alembert53. Cette description renvoie à l’emploi très généralisé de ce type de fer dans les pays sous domination arabe d’où son appellation de fer arabe. Encore une fois le traité d’Ibn al-‘Awwâm nous en donne une description pour la fin du xiie siècle54.

« Quand la corne est trop mince et qu’il faut monter l’animal, on disposera un fer plein qui couvre toute la surface du pied, sans ouverture, sinon une légère vers l’extrémité de la fourchette. Quatre clous de chaque côté du fer, c’est ce qu’il y a de meilleur, mais trois sont gracieux, et la solidité comme la régularité sont plus assurées pour les pieds antérieurs. »
« On prend un linge de coton et on l’imbibe d’huile d’olive ou de goudron, qu’elle que soit celle des deux substances qui se trouve sous la main. On attache ce linge à un bâton (qui serve de manche), on y met le feu, et on le passe tout enflammé sur la partie du sabot en contact avec la terre (la sole). Ce procédé est très utile quand il y a fatigue ou lésion causée par la marche. Ensuite on applique immédiatement ces fers en planchette, bien connus pour cet usage, Dieu aidant de Sa volonté. »

57Ce type de fers n’a pu être identifié en contexte archéologique en Europe occidentale, bien qu’il soit mentionné dans plusieurs traités hippiatriques.

58L’archéologue cherche donc à identifier l’apparition de ces techniques et en comprendre le sens. Il semble certain que le Moyen Âge a été une période d’expérimentation décisive sur la ferrure pathologique ; faut-il encore le démontrer par les découvertes archéologiques.

59À la différence du fer à éponges réunies, nous possédons de multiples exemples archéologiques de l’emploi des fers à éponges nourries.

5. Le fer à éponges nourries

60Les fers nourris consistent en un épaississement d’une partie du fer. Ils se caractérisent par un épaississement progressif au niveau des éponges (extrémité des branches). On le recommande pour les chevaux de trait qui ont un pied naturellement écrasé afin d’amortir les chocs au niveau des talons. Il est aussi employé pour les équidés à talon bas. Thary fait remarquer que l’accroissement plus rapide de la corne en pince a tendance à modifier l’aplomb du pied. Cette modification est encore plus accentuée chez les équidés à talon bas, qui usent en talon et moins en pince. Pour obtenir une usure régulière, une meilleure répartition du poids sur le pied, on augmente l’épaisseur des talons avec un fer nourri.

61Cette caractéristique est très courante sur les fers médiévaux notamment au xiiie siècle. On a pu noter leur fréquence sur les sites de montagne. Les fouilles de Montségur ont livré une très forte proportion d’éponges nourries, caractéristique que l’on retrouve sur plusieurs sites des Pyrénées alors qu’en station de plaine cette fréquence paraît moindre (Fig. 14). Ce type de solution thérapeutique est préconisée aujourd’hui pour plusieurs cas, ce qui rend difficile l’analyse.

62Dans ce champ du possible, les traités d’hippiatrie permettent d’entrevoir les raisons de l’application médiévale.

Figure 14 – Les fers à éponges nourries.
A, B, D, E, F, G : Fers à éponges nourries de Montségur, Ariège, xiiie siècle, (A. Czeski, GRAME)
C : Fer à éponges nourries actuel (Thary 1909)

63L’emploi du fer à éponge nourries est notamment citée pour les chevaux qui ont les jambes tortes dans le De medicina equorum de Rufus.

  • 55 B. Prevot, La science du cheval au Moyen Âge, Paris, Klincksieck, 1991, p. 45.

« Que les ongles dou cheval soient plus parez dehors que dedens, et les fers soient plus hauz derrieres que devant, einsi li chevaux pourra estre legierement gariz de l’antrefroter et des jambes tortes55. »

64La relation entre les traités et le mobilier archéologique est ici parfaite. Jordanus Rufus témoigne en contemporain d’une thérapeutique qui semble apparaître au début du xiiie siècle par des témoignages archéologiques.

65La maréchalerie médiévale a donc su jouer sur l’épaisseur des fers pour corriger les défauts des pieds. Cette technique ne semble s’être imposée qu’au xiiie siècle si l’on en juge par les traités et par les découvertes archéologiques. On pourrait donc en déduire une créativité moindre des maréchaux avant cette période. Toutefois, l’analyse de l’hippiatre sévillan Ibn al-‘ Awwâm permet de relativiser cette césure chronologique.

« S’il y a, dans le paturon ou dans le sabot, déviation de la position normale les portant soit à l’intérieur (dans le cheval panard), soit à l’extérieur (dans le cheval cagneux), ou si le pied ne pose pas d’aplomb, il faut examiner avec soin de quel point dérive la déviation chez l’animal et ce qu’est l’incurvation, pour qu’on y remédie par la manière d’appliquer les clous en les amincissant dans la partie qui tend à se relever, de façon à forcer le pied à se porter en sens inverse, soit en dehors, soit en dedans » (p. 910).

  • 56 Et dans une moindre mesure de crampon.

66Il décrit une méthode de correction des aplombs différente de celle donnée par Rufus mais témoignant d’une même volonté thérapeutique. Le rôle des clous y est décrit comme majeur. C’est sur la taille de la tête des clous que le maréchal joue pour corriger l’aplomb et non pas sur l’épaisseur du fer (Fig. 15). L’absence d’indices de fers nourris pour les xe-xiie siècles témoigne non pas d’une méconnaissance médicale mais plus d’une conception différente de la maréchalerie. Il semble pour résumer les données fournies par l’archéologie que l’on passe d’une ferrure dont le clou sert de crampon, de limitateur d’usure et de correcteur d’aplomb à une ferrure modulant plus sa couverture et son épaisseur, cantonnant le clou à son rôle de fixation56. Cette transition s’amorce au début du xiiie siècle avec la réduction progressive des têtes de clous. Avec l’emploi du clou à tête carrée à la fin du xive siècle, on assiste à l’avènement de la ferrure moderne.

V. La maréchalerie : une évolution de la pensée technique au Moyen Âge

  • 57 G. Carnat, Le fer à cheval à travers l’histoire et l’archéologie, Paris, Vigot, 1951.
  • 58 Andone et Pineuilh.

67La ferrure nous apparaît dès le xe siècle posséder une fonction thérapeutique et non uniquement préventive. Il semble en effet que les premiers maréchaux aient cherché à remédier aux pathologies courantes des sabots et des aplombs. Cette volonté n’a pas fondamentalement changé au fil des siècles, les pathologies équines étant restées grosso modo les mêmes. On peut donc difficilement admettre l’idée d’une première ferrure maladroite et non spécialisée57. Les études en cours sur des sites des xe-xie siècle ont prouvé la vocation thérapeutique évidente de certains fers tels les exemples de fers dit à la Florentine. La première maréchalerie joue également sur deux facteurs principaux pour répondre aux différentes pathologies : la position des étampures et la taille des clous58. Au fond, l’évolution de la ferrure médiévale est plus basée sur des choix techniques différents que sur une apparition progressive d’une conscience hippiatrique chez les maréchaux.

Figure 15 – Le rôle des clous de maréchalerie.
Fragment de fer à cheval de l’Isle-Bouzon, Gers, xie-xiie s. (Fouille J.-M. Lassure).

  • 59 Voire même d’un empirisme pour un auteur comme Jordanus Rufus.

68Cette analyse archéologique tend à tempérer l’idée que les traités hippiatriques sont à la source des innovations. Ils semblent plus le résultat d’une érudition59, d’une compilation que la mise par écrit de l’inventeur en personne. L’étude archéologique des fers témoigne d’une forte évolution technique du xe au xive siècle. On entrevoit d’ailleurs dès la deuxième moitié du xive siècle l’avènement de la ferrure moderne. Le premier traité majeur de maréchalerie attribué à César Fiaschi (imprimé au milieu du xvie siècle) compile donc en grande partie un héritage médiéval. La ferrure nous apparaît comme un rare témoignage matériel des solutions thérapeutiques appliquées aux équidés et de la bonne connaissance hippologique des maréchaux et cela dès le xe siècle.

69Entre la vision archéologique, témoignage d’une maréchalerie du quotidien et la maréchalerie des grands qui transparaît dans les traités, il existe certainement des points de convergence et de divergence.

70Cette évaluation du degré de savoir-faire des maréchaux en rapport avec la sphère sociale dans laquelle ils gravitent reste peu exploitée par les chercheurs. On peut seulement minorer ces différences au vu des premières observations car la diffusion rapide des innovations équestres assure une transmission tant sur le plan spatial que social. La source archéologique nous permet donc d’entrevoir les façons dont l’Europe médiévale a appréhendé l’animal malade et fabriqué des instruments thérapeutiques adaptés. Le Moyen Âge apparaît comme une période d’innovation majeure au point d’avoir amené la maréchalerie à un haut degré de maturité.

71Cette rapide analyse de la ferrure médiévale nous a permis de nuancer l’idée que toutes les innovations équestres ont une origine orientale, cantonnant l’Europe à une fonction de récepteur des techniques. La ferrure est donc un témoignage matériel d’une culture équestre européenne faite d’héritages et d’innovations, culture qui sera par la suite diffusée et quelque peu absorbée dans les grands traités d’art équestre imprimés au xvie siècle.

Notes

1 Le premier traité équestre connu appartient à la civilisation hittite et symbolise pour nous le début d’une grande tradition écrite sur la connaissance équestre. Ref : Kikkuli, L’art de soigner et d’entraîner les chevaux, trad. E. Masson, Coll. Caracole, Favre 1998.

2 Ph. Migaud, Le cheval dans le Haut Moyen Âge occidental, thèse de l’école vétérinaire de Nantes, 1993, p 134.

3 Ce traité espagnol, conservé à la Bibliothèque Nationale (Paris, BN 214, Fol. 4-75) est daté de la fin xive-début xve siècles. Il renferme de multiples illustrations dont 25 schémas représentant les instruments utilisés en chirurgie hippiatrique. Ces schémas ont fait l’objet d’une étude technique publiée en 1932 par Wilhelm Rieck (W. Rieck, Das veterinar-instrumentarium im Wandel der zeiten, Berlin, 1932). Le manuscrit a été publié dans le cadre d’une thèse par P. Onanga-Ewomba, El libro de manescalcia et de albeyteria, édition du traité de médecine vétérinaire médiévale de Johan Alvarez de Salamiellas, thèse de doctorat de IIIe cycle (dactylographiée), Université de Paris XIII-Villetaneuse, 1990.

4 « La pratique rationnelle et méthodique de la ferrure du cheval exige une connaissance exacte et concise de la disposition anatomique et du fonctionnement normal du pied. Elle a pour but principal, en effet, en protégeant le sabot contre l’usure, en prévenant sa détérioration ou sa déformation et en fixant solidement son appui, de lui conserver son intégrité physique et fonctionnelle », A. Thary, Manuel de la ferrure du cheval, Berger-Levrault, 1909, p. 1

5 « Les fers spéciaux ou exceptionnels sont ceux que l’on emploie pour les pieds défectueux, les irrégularités de la marche, le traitement des accidents de la ferrure et des maladies du pied. On les qualifie aussi de fers correcteurs, fers pathologiques », A. Thary, Manuel de la ferrure du cheval, Berger-Levrault, 1909.

6 N. Portet La place des équidés dans le monde médiéval à travers les sources archéologiques, Mémoire de DEA en histoire médiévale sous la direction de Benoît Cursente, Toulouse, 2000, dactylographié.

7 Xenophon, De l’art équestre par Edouard Delebecque, Paris, Les Belles Lettres, 1978.

8 P. Vigneron, Le cheval dans l’antiquité gréco-romaine, des guerres Médiques aux grandes invasions - contribution à l’histoire des techniques, Annales de l’est, 35, thèse de la faculté de Nancy, faculté des lettres et sciences humaines, 1968, 2 vol.

9 Voir pour exemple la typologie des hipposandales de H. Corot. « Essai de classification typologique et de statistique des hipposandales », Pro Nervia t. 4, fasc. 1, 1928, p. 4-19. On retrouve une forme moderne de l’hipposandale dans l’Easy-boot : « Mis au point et très en honneur aux États-Unis depuis 1976, de plus en plus répandu en France, l’Easy boot vise par définition à remplacer la ferrure par une chaussure adaptée au pied du cheval. » P. d’Autheville, P. Fromond, Précis de maréchalerie, Paris, maloine, 1976.

10 K. Lawson Annabel, « Studien zum Römisch pferdegeschirr », rgzm , 25, 1978, p. 131-172. K. Motykova, Contribution à la question de l’origine du fer à cheval. Études celtiques, cnrs éditions, 1994, t. XXX, p. 149-164.

11 Les 208 fers et les 1 088 clous de maréchalerie découverts lors des fouilles du castrum d’Andone en Charente (2e moitié xe-1er tiers du xie siècle.). Voir pour information sur le site A. Debord, « Les fouilles du Castrum d’Andone », Aquitania, 1983, p. 173-197.

12 « On peut proposer comme explication l’hypothèse que l’utilisation des fers n’était encore que régionale à l’époque tardo-Laténienne. Elle ne se généralisera probablement qu’à la fin de cette période, au moment où le pouvoir celtique en Rhénanie et dans les régions danubiennes s’effondre et où débute l’occupation romaine d’une partie de ces territoires », K. Motykova, Contribution à la question de l’origine du fer à cheval. Études celtiques, cnrs éditions, 1994, t. XXX, p. 163. À noter qu’une note infra-paginale p. 164 nuance ce discours sur la ferrure celtique.

13 N. Portet, La ferrure des équidés au Moyen Âge, maîtrise, Université de Toulouse le Mirail, 1998. J. Clark, The Medieval Horse and its Equipment c. 1150-c. 1450, Medieval finds from excavations in London, hmso, London, 1995.

14 Z. Hiczerowna, « Chronologia ostrog z do XIII wieku », Wiadmonosci Archeologiczne, tome XXIII, livre II, 1956, p. 203-207. Blon ! ski M. Średniowieczne ostrogi z grodziska na zawodziu w kaliszu [Summary in German : « Mittelalterliche Sporen vom Burgwall in Kalisz-Zawodzie] », Archeologia Polski, 45, 2000, fasc. 1-2, p. 53-91.

15 On a tendance à considérer les peuples des steppes comme des vecteurs de diffusion de techniques équestres. A l’exception du fer à cheval on peut citer l’étrier que l’on voit apparaître en Chine vers le IVe siècle mais pour lequel on connaît mal la large diffusion vers Europe occidentale. Il apparaît une fois de plus comme généralisé dans les sources du xe siècle. M. Cartier, « Considération sur l’histoire du harnachement et de l’équitation en Chine », Anthropozoologica no 18, 1993, p. 29-43.

16 J.-R. White Lynn, Technologie médiévale et transformations sociales, Paris-La Haye, Mouton, 1969.

17 Ce terme est notamment employé par Grégoire de Tours dans le livre V de l’Historia Francorum.

18 B. Prevot, La science du cheval au Moyen Âge, Coll. Sapience, Paris, Klincksieck, 1994.

19 La fouille du castrum de Cabaret dans l’Aude a livré les restes d’une forge villageoise dont la maréchalerie représentait une large majorité des objets délaissés ainsi qu’un peu d’armement (fer de trait) et de réparation d’outils (pic de carrier). Cette proportion témoigne de la polyactivité de ces forges et l’imbrication logique du métier de maréchal-ferrant et de forgeron. Voir l’« Étude du mobilier métallique du bâtiment XV (Zone 14, secteur1) » par Nicolas Portet, dans M. E. Gardel, Le castrum de Cabaret, commune de Lastours, Aude, Document Final de Synthèse, 2000.

20 Claude Bourgelat crée à Lyon en 1762 la première école vétérinaire.

21 135 fers et plus de 2 000 clous ont été retrouvés sur le site de Corné à L’Isle-Bouzon, voir J.-M. Lassure, La civilisation matérielle de la Gascogne aux xiie et xiiie siècles. Le mobilier du site archéologique de Corné à l’Isle-Bouzon (Gers), Toulouse, framespa / utah, 1998.

22 E. Leclainche, Histoire de la médecine vétérinaire, Toulouse, 1936.

23 Y. Poulle-Drieux, « L’Hippiatrie dans l’Occident latin, du xiiie au xve siècle », Médecine humaine et vétérinaire à la fin du Moyen Âge par Y. Beaujouan, Y. Poulle-Drieux, J-M. Dureau Lapeyssonnie, Genève / Paris, Droz, Centre de recherche d’histoire et de philologie de la IVe section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, 1966.

24 B. Prevot, B. Ribemond, Le cheval en France au Moyen Âge, Paradigme, Orléans, 1994.

25 E. Saurel, Histoire de l’équitation, Paris, Stock, 1971.

26 M. Miller, Imprégnation comportementale du poulain nouveau-né, 1993.

27 B. Prevot, La science du cheval au Moyen Âge, Paris, Klincksieck, 1991, p. 34.

28 L. Rusio, Laurent Rusé en version francisée), La mareschalerie de Laurent Rusé, translatee en francoys […], traduction C. Wechel, Paris, 1533.

29 J. Gili, Lo cavall, tracta de manescalia del segle xv ; texte, introduccio i glossari, Oxford, the Dolphin Book Co., 1985.

30 On peut pour exemple citer « li livre dou Tresor » œuvre encyclopédique de Brunetto Latini (xiiie s.) « Il aura de grands yeux, les naseaux larges, la tête bien droite ou de l’allure de celle du mouton, la crinière épaisse et la queue bien fournie, les sabots durs et ronds », op. cit., dans B. Prevot, B. Ribemond, Le cheval en France au Moyen Âge, Paradigme, Orléans, 1994, p. 277.

31 B. Fiaschi, Traité de la manière de bien embrider, manier et ferrer les chevaux, Paris, Périer, 1564.

32 d’Alembert, Diderot, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des arts et des métiers, 1751 / 1780, Ré-impression, Inter-livres, 1994.

33 J. Clark, The Medieval Horse and its Equipment c. 1150 – c. 1450, Medieval finds from excavations in London : 5, HMSO, London, 1995.

34 « Dans la Gaule, en Allemagne, en Angleterre, le climat exigeait des solea de forme particulière. Elles s’y trouvent en grande quantité et sont connues depuis l’abbé Cochet sous le nom d’Hipposandales. […] Ces hipposandales se rencontrent en grand nombre en France, en Belgique, en Suisse et dans l’Allemagne occidentale, mais elles sont rares ou font défaut en Italie et dans les provinces orientales de l’Empire […] » J. Tasset, Traité pratique de maréchalerie, Paris, Librairie J.-B. Baillière et fils, 1912, p. 4.

35 Paul Vigneron envisage deux types d’hipposandales, l’hipposandale pansement à vocation thérapeutique et l’hipposandale encerclante pour protéger de façon préventive le sabot (Vigneron, p. 46-47).

36 Ibn Al-‘Awwâm, Le livre de l’agriculture, Kitâb Al-Filâha, traduction de l’arabe de J.-J. Clément-Mullet revue et corrigée, introduction de Mohammed El Faïz, Actes Sud / Sinbad, Arles, 2000, 1027 p.

37 P. Vigneron, Le cheval dans l’Antiquité gréco-romaine, des guerres Médiques aux grandes invasions - contribution à l’histoire des techniques, Annales de l’Est, 35, thèse de la faculté de Nancy, faculté des lettres et sciences humaines, 1968, 2 vol., p. 45.

38 (B.N. fr. 2001, fol. 25). Voir la transcription du manuscrit dans B. Prevot, B. Ribemond, Le cheval en France au Moyen Âge, Paradigme, Orléans, 1994, p. 404.

39 B. Fiaschi, Traité de la manière de bien embrider, manier et ferrer les chevaux, Paris, Périer, 1564, p. 104.

40 Maréchal Ferrant, Planche V, fig. 20 « Divers fers à tous pieds, pour un cheval qui aurait la muraille détruite et qui serait exposé à aller sur les cailloux », planche V, fig. 21 « Soulier de cuir, inventé par M. le maréchal de Saxe, pour le même usage que ceux ci-dessus. »

41 « Les fers de Graux et Beulin, de Goudin, ne sont que des hipposandales modernes ; ils permettent chaque année à un cheval de carrière de l’Ecole de Saumur ; qui, à titre d’expérience, porte à chacun de ses pieds antérieurs un de ces deux fers, de suivre le même travail que les autres chevaux pendant les trente jours que doit durer la ferrure réglementaire de l’armée. » J. Tasset, Traité pratique de maréchalerie,, Paris, Librairie J.-B. Baillière et fils, 1912, p. 7.

42 J. Clark, The Medieval Horse and its Equipment c. 1150 – c. 1450, Medieval finds from excavations in London : 5, HMSO, London, 1995, p. 85.

43 J.-M. Lassure, La civilisation matérielle de la Gascogne aux xiie et xiiie siècles. Le mobilier du site archéologique de Corné à l’Isle-Bouzon (Gers), Toulouse, framespa / utah, 1998, p. 508, fig. 445-1.

44 M. Biddle, Object and Economy in Medieval Winchester, Oxford, Clarendon Press, 1990, 2 tomes, p. 1058.

45 « Les fers à une branche couverte pour les pieds dont l’aplomb est défectueux et nécessite une atténuation des effets de l’usure, pour ceux dont un seul quartier est resserré, ou pour ceux qui souffrent d’une seime quarte ou d’un javart ou qui exigent le maintien d’un pansement d’un seul côté de la sole », P. d’Autheville, P. Fromond, Précis de maréchalerie, Paris, Maloine, 1976, p. 200.

46 Une synthèse sur Andone (Charentes), siège primitif du comté d’Angoulême, est en cours sous la direction de Luc Bourgeois, maître de conférence à l’université de Poitiers.

47 Bourgogne médiévale, la mémoire du sol, 20 ans de recherches archéologiques, Catalogue d’exposition 1987 / 1988, Mâcon, 1987, p. 176.

48 « Fer à branches tronquées : encore appelé fer à lunette, c’est un demi-fer épais dont les éponges, carrées et très reportées vers l’avant, sont si possible biseautées de dessus en dessous pour être ensuite incrustées dans la corne des quartiers, de sorte que la corne de ces derniers et celle des talons soient sur le même plan que le reste de la face inférieure du fer. […] Ce fer convient aux pieds à talons hauts et forts, à ceux qui souffrent d’encastelure, à ceux dont les talons poussent plus vite que la pince, qui forgent ou qui se déferrent à l’écurie, et surtout aux poneys qui sont beaucoup employés et aux chevaux jeunes ou travaillant en terrain meuble. Très léger et ne modifiant aucunement le fonctionnement naturel du pied, il manque toutefois de résistance et favorise une usure rapide des talons, qui deviennent bientôt fuyants. » P. d’Autheville, P. Fromond, Précis de maréchalerie, Paris, Maloine, 1976, p. 208.

49 Équidé dont les pieds se heurtent et qui risque de se déferrer.

50 A. Thary, Manuel de la ferrure du cheval, Berger-Levrault, 1909.

51 B. Prevot et B. Ribemond, Le cheval en France au Moyen Âge, Paradigme, Orléans, 1994, p. 349-428.

52 Idem, p. 372-373.

53 d’Alembert, Diderot, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des arts et des métiers, 1751 / 1780, Ré-impression, Inter-livres, 1994.

54 Ibn Al-‘Awwâm, Le livre de l’agriculture, Kitâb Al-Filâha, traduction de l’arabe de J.-J. Clément-Mullet revue et corrigée, introduction de Mohammed El Faïz, Actes Sud / Sinbad, Arles, 2000.

55 B. Prevot, La science du cheval au Moyen Âge, Paris, Klincksieck, 1991, p. 45.

56 Et dans une moindre mesure de crampon.

57 G. Carnat, Le fer à cheval à travers l’histoire et l’archéologie, Paris, Vigot, 1951.

58 Andone et Pineuilh.

59 Voire même d’un empirisme pour un auteur comme Jordanus Rufus.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Outillage hippiatrique. Quelques outils représentés dans le traité hippiatrique de Johan Alvarez de Salamiellas (fin xive – début xve siècles).Extrait de Onanga-Ewomba 1990.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Figure 2 – Scène de ferrage sur la voussure du portail de la cathédrale Saint-Etienne de Cahors.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Figure 3 – Les principaux termes employés en maréchalerie.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Abb. 2. Gesamtverbreitung der römischen Hipposandalen im westlichen Teil des Imperiums (vgl. dazu Liste 1, S. 161).Figure 4 – Les hipposandales et leur répartition (extrait de Lawson 1978).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Légende Abb. 4. Hufeisen au römischen Schichten. – 1.2 Linz, Oberösterreich. – 3-4 Portchester Castle, Hampshire, GB. – 1.2 nach P. Karnitsch ; 3.4 nach B. Cunliffe. – M = 1 : 3.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Figure 5 – Les fers découverts en contexte antique (extrait de Lawson 1978).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende Figure 6 – Planches de fers (extraits de Fiaschi 1546)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 7 – Planches de l’Encyclopédie (extrait de Diderot et d’Alembert 1751-1780).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Figure 8 – Typologie des fers d’équidés médiévaux (extrait de Clark 1995).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Figure 9 – Les fers de mulets à forte usure en pince témoins d’équidés pinçards. Fers de mulets provenant du site de Montségur en Ariège (xiiie siècle). (A. Czeski, GRAME)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Figure 10 – Les fers couverts.A : fer couvert de l’Isle-Bouzon (Gers), xie-xiie s., (Lassure 1998)B : exemple de fer couvert actuel (Thary 1909)C : Fer à branche couverte de Winchester, xiie-début xiiie s., (Biddle 1990)D : Fer à branche couverte actuel (Thary 1909)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Figure 11 – Les fers pinçards.A : Fer pinçard actuel (Thary 1909)B : Fer de devant de mulet appellé florentiné (extrait de la pl. VI du chapitre sur le maréchal-ferrant dans l’Encyclopédie, Diderot, d’Alembert, 1751-1780)C : Fer d’âne du site d’Andone, 2e moitié xe-début xie s. (Villejoubert, Charentes, fouille A. Debord)D : Fer d’âne du site du Verger à St Romain, Côte d’Or, xe-xie s.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Figure 12 – Les fers à éponges tronquées.A : Fer à lunette actuel (Thary 1909)B : Fer à éponges tronquées (Thary 1909)C : Fer de l’Isle-Bouzon, xie-xiie siècle, Gers, (Lassure 1998)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Figure 13 – Les fers à éponges réuniesA : Fer à planche actuelB : Fer à la marocaine actuel (Thary 1909).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Figure 14 – Les fers à éponges nourries.A, B, D, E, F, G : Fers à éponges nourries de Montségur, Ariège, xiiie siècle, (A. Czeski, GRAME)C : Fer à éponges nourries actuel (Thary 1909)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende Figure 15 – Le rôle des clous de maréchalerie.Fragment de fer à cheval de l’Isle-Bouzon, Gers, xie-xiie s. (Fouille J.-M. Lassure).
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/8485/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540