Version classiqueVersion mobile

Les voix de migrants

 | 
Lu Shi

Partie IV. Migrants entrepreneurs

Un couple de cordonniers à Shanghai

Texte intégral

Photo 12 – Mme Xie dans sa boutique du marché

Carte 12 – Itinéraires de Su Yinhai et Xie Xiuhua

SU Yinhai, 38 ans, marié et deux enfants
1964 :
– Naissance dans le Jiangsu
1980-1984 :
– Diplôme du collège
– Apprenti en cordonnerie
– Chef d’atelier dans une entreprise rurale de chaussures au village du Jiangsu
1985-2002 :
– Part travailler dans une usine de chaussures dans le Jilin
– Retour au village pour travailler dans une entreprise rurale
– Part travailler dans une usine de chaussures à Danyang dans le Jiangsu
– Part travailler dans une usine de chaussures à Jingdezhen dans le Jiangxi
– Part travailler dans une usine de chaussures dans l’Anhui
– Revient travailler dans une usine de chaussures à Danyang au Jiangsu
– Arrive à Shanghai et devient cordonnier au marché
2003 :
– Fait du commerce de peinture à Shanghai

XIE Xiuhua, 40 ans, mariée et deux enfants
1962 :
– Naissance dans le Jiangsu
1979-1986 :
– Apprentie dans la cordonnerie au Jiangsu
– Travaille dans une entreprise rurale de chaussures au village
– Part travailler dans une usine de chaussures dans le Henan
– Retour dans le Jiangsu pour travailler dans une entreprise rurale
1987-2002 :
– Se marie
– Rejoint son mari dans le Jilin
– Retour au village, puis part travailler à Wuxi
– Retour au village et travaille dans une entreprise rurale de chaussures
– Part avec son mari à Danyang dans le Jiangsu
– Part avec son mari à Jingdezhen dans le Jiangxi
– Part avec son mari dans l’Anhui
– Revient à Danyang au Jiangsu
– Arrive à Shanghai
2003 :
– Retour au village au Jiangsu

  • 1 Voir la présentation du marché dans le premier chapitre.

1Ce couple de cordonniers que nous avons rencontré en 2002 travaille dans un marché de l’arrondissement de Zhabei1. Tous deux originaires du Jiangsu, ces cordonniers étaient à Shanghai depuis cinq ans. Ils sont venus dans l’objectif de rembourser 200 000 yuans de dettes et 30 000 yuans de frais de procès qu’ils ont perdu. Comme beaucoup de commerçants dans ce marché, ce couple partage un espace de cinq à six mètres carrés pour leur boutique qui fait office de lieu d’habitation.

2Les premières expériences professionnelles de ce couple ont commencé à la campagne en entreprise rurale. En réalité, dans le Jiangsu, les usines rurales avaient déjà existé dans les années 1950. À partir du premier Plan quinquennal en 1955, l’économie chinoise est placée sous le contrôle direct de l’État.

  • 2 Il s’agit d’un système de rémunérations sous le système de la collectivisation. Selon la participa (...)
  • 3 Guiheux, 2003.

3Toutes les activités économiques à caractère privé sont démantelées. Dans les campagnes chinoises, les champs relèvent désormais de la propriété collective. Les paysans, organisés en coopératives et communes populaires, sont payés en points-travail (gongfen2) en fonction de leur participation aux travaux des champs. Après le Grand Bond en avant de 1958, les campagnes chinoises sont encouragées à créer des usines pour la mécanisation de l’agriculture, sous forme d’« ateliers de production collectifs » (shedui qiye). Dans les années 1960, les activités annexes traditionnelles indispensables pour la survie des paysans, telles que l’artisanat et le commerce, deviennent interdites. Les ateliers de production collectifs revoient le jour au début des années 1970, d’abord dans la province du Jiangsu : les paysans qui souffrent de pauvreté passent des compromis avec les autorités locales. À la même époque, des ouvriers expérimentés de Shanghai et originaires du Jiangsu sont sollicités par les autorités locales du Jiangsu pour aider à développer la fabrication des biens de consommation courante en manque sur le marché. Leur apport en compétences techniques a permis aux usines rurales du Jiangsu de se développer rapidement3. Ces ateliers de production collectifs ont progressivement évolué vers les entreprises rurales et rencontrent un vif succès dans la décennie qui suit la réforme économique.

4Le couple de cordonniers a travaillé pendant plusieurs années dans des entreprises rurales, où il a acquis son savoir-faire : la cordonnerie. À partir de 1985, lorsque la migration interprovinciale (litu you lixiang) devient possible, le couple cordonnier participe au grand mouvement migratoire : il se déplace dans d’autres provinces chinoises, mais revient assez souvent dans sa province d’origine pour y travailler, voire même créer sa propre usine. Puis, le couple repart vers une nouvelle destination, sans jamais se fixer. L’histoire de ce couple illustre le parcours migratoire sinueux de nombre de migrants.

Circuler entre le village et des provinces

La femme : Nous sommes tous deux originaires du Jiangsu, j’ai 40 ans et mon mari en a 38. Nous en avons beaucoup bavé dans la vie. Nous avons tout goûté de la vie : la joie, l’amertume et le malheur (tian suan ku la : sucré, acide, amer et piquant). Nous avons même eu un procès, notre adversaire était riche, nous, nous n’avions pas d’argent pour les juges, ou quelqu’un d’autre. Nous avons donc perdu le procès.

J’ai appris ce métier à 17 ans. Dans les campagnes, les gens pensent qu’il faut apprendre un métier. Quand on travaille dans les champs, on ne peut pas gagner grand-chose. Quand nous étions jeunes, nous aidions les parents à travailler. Le mercredi, nous n’avions l’école que dans la matinée. L’après-midi, nous travaillions avec les parents. Pendant les vacances d’été, c’était pareil. Dans une année, on pouvait gagner des centaines de points de travail. Pour ceux qui gagnent un salaire, la vie est meilleure. Si on apprend un métier, on peut gagner plus d’argent.

Ma mère avait une vie pas facile. Je la comprends tout à fait. Elle est l’aînée d’une fratrie de sept frères et sœurs. Ses parents sont morts vers l’âge de 40 ans. En un an, il y a eu trois décès dans sa famille : ses parents et son grand-père paternel. C’est ma mère qui a élevé ses six frères et sœurs. La vie était trop dure pour elle. Un de mes oncles a réussi ses études à l’université. Maintenant il est ingénieur à Nankin. Il travaille avec des étrangers pour la construction des ponts. Ses autres frères et sœurs ont aussi fait des études sauf elle. Ils vivent bien, mais elle, elle est oubliée.

Moi, j’étais l’aînée de quatre enfants. J’ai une sœur et deux frères. Un de mes frères fait aussi des chaussures, ma sœur travaille dans une usine. J’ai encore mon petit frère à la maison. Mon petit frère s’est marié cette année, je lui ai fait des cadeaux pour quelques milliers de yuans. Je ne donne plus d’argent à ma sœur. Mon beau-frère a une bonne situation maintenant.

Je me suis mariée à 25 ans et j’ai eu mon premier enfant à 27 ans. De 17 ans à 27 ans j’ai travaillé à l’usine. J’ai appris la cordonnerie à l’âge de 17 ans à Huaiyin dans le Jiangsu. Un an plus tard, je suis revenue travailler près de chez moi, dans une usine à Zhuyong : je devais payer 10 yuans de taxi pour rentrer chez moi. J’ai travaillé dans cette usine pendant un an.

Ensuite, j’ai commencé à aller un peu partout, parce que chez nous, le salaire est très bas. Dans les autres provinces le salaire est plus élevé. Je suis partie d’abord pour le Henan, à Anyang dans une usine privée. Quelqu’un m’a introduite dans cette usine. J’y suis restée seulement quelques mois, parce que le patron n’était pas bien correct : il ne nous payait pas. Je suis rentrée au village et j’ai trouvé du travail dans une usine rurale, qui est en fait une annexe d’une usine de Shanghai. J’ai travaillé là-bas pendant un an.

Mon mari est aussi du Jiangsu, nos deux villages sont distants de 30 km. On se connaissait parce qu’on travaillait dans la même usine. Puis quelqu’un a fait l’intermédiaire pour nous marier. Au début, je n’étais pas d’accord pour ce mariage, parce que cet homme est plus jeune que moi. Il a deux ans de moins que moi. Et il n’a plus ses parents. Je me suis dit que personne ne pourrait garder les enfants plus tard. Puis j’ai constaté que c’était quelqu’un de brave et j’ai donné mon accord. Mon mari a perdu ses parents quand il était petit. Il a grandi avec sa grande sœur. Il vivait dans la famille de sa sœur qui n’avait pas d’argent pour payer ses études. Mon mari a donc commencé très tôt à apprendre le métier de cordonnier chez un maître.

Le mari : J’avais 16 ans, quand j’ai fini le collège. J’ai appris le métier pendant six mois dans une usine. Chaque apprenti avait un maître. J’ai appris à faire des chaussures à la main, à la façon traditionnelle. Maintenant, cela n’existe plus. Après six mois d’apprentissage, je suis devenu chef d’atelier. Je me suis occupé de la gestion de l’atelier pendant cinq ans.

La femme : Quand mon mari vivait chez sa sœur, il lui a demandé de gérer son argent et de mettre une partie de son salaire en épargne. Au moment du mariage, sa sœur ne voulait plus lui rendre son argent. Nous avons dépensé toutes nos économies pour le mariage. Nous avons, de plus, dû emprunter de l’argent. Il fallait ensuite le rembourser. Par-dessus le marché, j’ai eu mon enfant deux ans après le mariage. Nous devions partir travailler, parce que ce n’était pas possible d’élever un enfant sans argent. Je suis partie avec mon mari pour le Jilin dans le Nord-Est. J’y suis restée pendant un an.

Le mari : Nous sommes partis pour le Nord-Est. À l’époque, dans mon pays natal, le salaire était très bas. Les ouvriers de l’usine gagnaient 45,5 yuans par mois. Moi, en tant que chef d’atelier, je gagnais 2 yuans de prime de plus que les autres. Un entrepreneur du Nord-Est venait souvent acheter des chaussures chez nous et les revendait dans le Jilin. Le trajet est très long et cela lui revenait cher. J’ai donc proposé d’emmener quelques personnes dans le Jilin pour fabriquer des chaussures sur place. Là-bas, le salaire était élevé. Je pouvais gagner plus de 2 000 yuans par mois. Je m’occupais toujours de la gestion pour ce patron dans le Nord-Est. C’était en 1985. J’y suis resté trois ans. Ce patron a ensuite ouvert une usine à Wenzhou. Dans le Sud, ça marchait mieux. Les personnes venues avec moi dans le Jilin sont allées rejoindre l’usine à Wenzhou. Moi, j’ai préféré rentrer chez moi.

La femme : Après le Nord-Est, je suis rentrée chez moi plus tôt que mon mari. Au bout d’un certain temps, j’ai trouvé un autre travail à Wuxi. J’y ai travaillé pendant trois ans. Puis, je suis revenue au village. Mon mari est rentré aussi du Nord-Est. Nous sommes retournés à l’usine rurale où nous avions travaillé. Un Shanghaien est venu gérer cette usine. Mon mari était le contremaître, il formait les ouvriers. J’ai travaillé pendant deux ans dans cette usine.

Le mari : Dans cette usine, j’étais responsable de la production. Il y avait une quarantaine d’employés. C’était une ancienne usine d’État. Avec la réforme des entreprises, on confie la gestion de l’entreprise aux particuliers. Le directeur de l’usine était un Shanghaien.

La femme : À ce moment-là, à Danyang dans le Jiangsu, la société des chemins de fer a commencé à développer les activités tertiaires (disan chanye). Ils ont ouvert une usine de chaussures. Ils ont demandé à mon mari d’y aller.

  • 4 L’État reste le propriétaire de l’usine. La gestion est confiée à un entrepreneur privé.

Le mari : À l’époque, Deng Xiaoping a visité le sud de la Chine et a lancé un appel au développement économique. Beaucoup d’usines d’État ont été privatisées4. J’ai reçu l’offre d’une usine d’État rattachée au ministère des Chemins de fer. Ces institutions administratives étaient alors encouragées à créer des activités économiques ou commerciales. On m’a confié la gestion de cette usine pour deux ans. J’ai été directeur de l’usine. Il y avait un patron au-dessus de moi. En contrepartie, j’étais censé remettre une partie des bénéfices au patron et payer les taxes.

La femme : C’était difficile de prendre la décision. Je n’avais pas envie de bouger. Je gagnais 1 000 yuans dans mon usine rurale. Ils insistaient pour que j’y aille, parce qu’avec mon mari, nous travaillons en binôme : lui il fait des semelles, et moi je fais le dessus. Chacun a sa spécialité. Nous avons fini par céder. Ils ont fait venir aussi une personne pour s’occuper de la gestion. Mon mari se chargeait de la production et il devait créer de nouveaux modèles de chaussures. Il est intelligent. Nous avons fait venir quelqu’un de l’usine rurale de notre village pour la vente. Nous sommes restés deux ans à peu près à Danyang. Durant cette période, les affaires ont très bien marché. Mais cette personne du village a tenté de tout récupérer pour elle-même. Nous avons fini par partir.

Le mari : Nous avions 700 000 à 800 000 yuans de chiffres d’affaires par an. Notre salaire était de l’ordre de 60 000 yuans pour une année pour ma femme et moi. Au bout de deux ans, un nouveau règlement a interdit « la privatisation » des usines et les activités tertiaires dans trois catégories d’établissements. Le ministère des Chemins de fer en faisait partie. En tant qu’établissement public, il n’avait plus le droit de privatiser ses usines, ni de mener des activités commerciales. Il était donc impossible pour nous de continuer ces activités. Avec ma femme, nous sommes partis pour Jingdezhen, le fameux bourg de porcelaine dans le Jiangxi. Nous y sommes restés un peu plus d’un an. Mais nous avons tout perdu. À cette époque, je n’ai connu que des échecs.

La femme : À Jingdezhen, nous louions un stand à l’intérieur d’un grand magasin pour vendre des chaussures fabriquées chez nous. Nous achetions aussi des chaussures à l’usine et nous les revendions à Jingdezhen. Les gens de Jingdezhen sont très gentils. Nous avons loué un logement, le propriétaire nous donnait des conseils pour que nous ne tombions pas dans les pièges des inconnus. De toute façon, quand les gens sont gentils, nous le sommes aussi. Nous ne sommes pas comme certains, nous n’avons pas de mauvaises intentions. Mais les affaires n’ont pas bien marché à Jingdezhen. Nous avons commencé à circuler entre Jingdezhen et Huaibei, et à chaque fois, on a échoué. Nous sommes rentrés au village six mois plus tard. Quand on ne réussit pas, on rentre au village pour un certain temps, et on repart ensuite pour un autre endroit.

Le procès perdu

Le mari : Nous sommes retournés au village pour créer notre propre usine, mais un collaborateur nous a trompés. Nous avons perdu plus de 200 000 yuans. Nous avons engagé un procès. Cela a duré deux mois et nous a coûté 30 000 yuans.

La femme : Le patron shanghaien de l’usine de notre village connaît bien mon mari et il lui a dit : « Crée ta propre usine ! » Nous avons donc créé notre usine de chaussures dans notre village avec d’autres personnes. À la campagne, nous ne pouvons pas gagner beaucoup d’argent par les travaux agricoles. Notre usine de chaussures a bien marché pendant les deux premières années. Nous vendions des chaussures et l’argent arrivait sans souci. Nous avions cinq personnes en tout dans la direction : deux comptables, deux personnes dans l’administration et le patron. C’était très bien pour une petite usine.

Un type venait souvent acheter des chaussures chez nous. Il a vu que nos affaires marchaient bien. Il a dit qu’il avait de l’argent pour investir et il a proposé de collaborer avec nous pour agrandir l’usine. Je ne voulais pas au début. Il a promis d’investir 100 000 ou 200 000 yuans. Mais en réalité, il ne nous a jamais donné d’argent. Nous avons fait avec nos propres moyens. Puis, voyant que l’usine ne marchait plus très bien, il s’est approprié l’argent de la vente. Nous voulions fermer l’usine et récupérer les machines et le reste. Mais il a fermé l’usine à clé et ne nous a pas laissé entrer. Cette personne est vraiment méchante. Nous avons porté plainte, mais, il avait de l’argent, et nous non. Nous avons perdu le procès. Mon mari est trop naïf et honnête. Il n’est pas de mauvaise foi. Il cherchait à développer l’usine. Donc il était d’accord pour collaborer avec cette personne. À cause de ces gens là, nous avons fait faillite. L’usine a fonctionné trois ans. Nous étions endettés, et nous ne pouvions plus payer les ouvriers. Nous avions des centaines de milliers de yuans de dette. Maintenant, je n’ai confiance en personne, je ne crois qu’en moi-même. Même les juges sont tous des faux.

Mon mari était alors complètement démoralisé, il était presque mort. Il ne mangeait plus, ne dormait plus. Les enfants étaient petits, mon mari n’avait plus ses parents. À qui pouvait-il se confier ? Il avait seulement une sœur. Ce n’est qu’une sœur. Elle nous a aidés en gardant les enfants, c’était déjà très bien. Où est-ce qu’on peut trouver une sœur comme ça ? C’est déjà formidable. Il avait un frère, mais il est mort à l’âge de 12 ans. Il ne pouvait compter que sur lui-même pour vivre. Nous avions des dettes et nous avons été obligés de partir pour gagner de l’argent. Cette personne-là nous avait tout pris.

En 1989, nous avons trouvé du travail dans une autre usine rurale chez nous, mon mari gagnait 1 500 yuans par mois. Comme nous avions beaucoup de dettes, comment pouvions-nous les rembourser avec 1 500 yuans par mois ? Nous ne pouvions pas payer les ouvriers. Nous leur devions leur salaire. Ce n’était pas facile pour les ouvriers. Ils avaient travaillé dur. Nous ne pouvions pas voler leur argent. Nous préférions vivre dur nous-mêmes. Il faut avoir un cœur honnête. Les ouvriers nous disaient qu’ils reviendraient tous, si nous rouvrions l’usine.

Arrivée à Shanghai

Le mari : Après avoir perdu le procès, un ami nous a dit que ça marchait bien à Shanghai pour les chaussures. Nous sommes venus à Shanghai. Cela fait cinq ans que nous y sommes. Au début, je travaillais à l’entrée de l’usine d’acier Baogang. C’est une très grande usine, il y avait plus de 1 000 employés ; ils étaient bien payés. J’ai un parent lointain qui travaillait dans cette usine. Je faisais la réparation, la fabrication et la vente des chaussures devant l’entrée. Nous avons gagné cette année là plus de 100 000 yuans. C’était la meilleure année. Au bout d’un an, l’usine a déménagé ailleurs. Nous sommes venus ici, dans ce marché. Cela fait trois ans que nous sommes là.

La femme : Nous avons des clients particuliers, qui peuvent acheter ou faire faire des chaussures sur mesure. L’argent que nous avons gagné, même si ce n’est que 1 ou 2 yuans, il est à nous, c’est notre argent. Personne d’autres ne peut nous le prendre. Maintenant nous gagnons 2 000 ou 3 000 yuans par mois avec deux stands. C’est déjà pas mal. Autrefois, devant l’usine, nous pouvions gagner 10 000 yuans environ chaque mois.

Ici, je paie 1 000 yuans par mois pour les dépenses quotidiennes : l’électricité, l’eau, la location, etc. Nous sommes deux, nous devrions gagner un peu plus avec deux stands. Mais les affaires ne marchent pas bien.

Le mari : J’ai un deuxième stand dans la rue Haining, à la maison de l’armée de mer. Cette boutique est en même temps un atelier. Quatre personnes y travaillent pour faire des chaussures à la manière traditionnelle. Il ne faut pas plus de personnes pour cela.

Nous faisons de petites quantités de chaussures pour les gens qui partent à l’étranger ou pour les étrangers. Les gens ordinaires ne les achètent pas, puisque c’est cher. Je reçois des commandes ici et la fabrication se fait à l’atelier de l’autre marché. Ici, on fait uniquement la réparation.

Tous les dimanches, je livre un grand magasin. Mes chaussures sont exposées dans deux rayons dits « produits phares » (jingpin) dans un grand magasin à la rue Nankin, le magasin Jinfei. Pour garder un stand dans ce magasin, il faut avoir 100 000 yuans de chiffres d’affaires par mois. Je dois absolument respecter cette condition. Si pendant trois mois de suite, je n’arrive pas à atteindre ce chiffre, je dois me retirer du magasin. Maintenant, je réalise de 120 000 à 130 000 yuans de chiffre d’affaires. Ces chaussures se vendent très cher. Le magasin me les achète entre 250 et 280 yuans la paire sans compter 20 % de taxe. Il les revend entre 400 et 500 yuans, c’est variable. Moi, j’ai de plus ma propre marque, Jindalai. Une paire de chaussures de ma marque se vend 2 500 yuans au magasin. Le magasin me les achète à 1 000 yuans. Il les vend plus cher, parce qu’il faut compter d’autres frais. Ce sont des chaussures de haute qualité, faites à la main. Tout est fait à la main. Les chaussures sont en général faites dans des moules. J’ai encore un copain qui fait la même chose que moi. Il est à Beijing. Il a aussi un rayon dans un magasin. Il vend ses chaussures 1 500 yuans au magasin et le magasin les revend 3 000 ou 4 000 yuans. Ce sont toutes des chaussures en cuir y compris les semelles. Ces chaussures sont toutes vendues aux étrangers qui passent une commande et paient un acompte en dollar américain.

La femme : Ici, nous avons progressé dans notre métier. Chaque fois qu’on fait mal un travail, on réfléchit et on améliore la fois suivante. À Shanghai, les modèles de chaussures et la technique sont différents de ce que nous avons fait à l’usine de notre village. Les demandes sont variées. Nous fabriquons selon les exigences des clients. Certains demandent un modèle, et d’autres en veulent un autre. Des clients viennent avec leur modèle et nous demandent de faire la même chose. Nous avons beaucoup appris. Il y a des choses que nous n’avions pas vues avant. Nous réfléchissons. Nous faisons des essais, une fois, deux fois. Si on ne réussit pas, on vend les chaussures très peu cher et on recommence.

Tous les jours, on commence à 6 h 30 et on termine vers 8 ou 9 heures du soir, même si nous sommes malades. Si l’un est malade, l’autre travaille. Il n’y a pas le choix. Dans ce marché, nous dormons juste au-dessus de notre atelier, dans la mezzanine. Ici, la plupart des gens sont originaires du Jiangsu. Il y a aussi des gens du Shandong. On s’y habitue. Si on changeait de marché, on ne connaitrait plus personne, il faudrait encore du temps pour nous adapter. La plupart du temps, nous nous entendons bien avec les gens. Les clients sont en général gentils, mais quelquefois, nous avons des problèmes. Dans l’ensemble, ça va très bien. On s’engueule avec les gens quand vraiment il n’y a pas d’autres solutions. Quand on peut céder, on cède. À quoi bon s’engueuler ? Nous sommes là pour gagner de l’argent. Ce n’est pas intéressant de se disputer.

On ne peut pas gagner beaucoup, beaucoup, mais on arrive quand même à gagner sa vie, à nourrir la famille. Si on veut gagner beaucoup, il faut créer une entreprise. Mon mari travaille en même temps pour quelqu’un. Il s’occupe de la vente. Quelquefois il va dans le Xinjiang. Maintenant, nous avons deux stands, je ne veux pas qu’il fasse encore un autre travail en même temps. Je ne peux pas faire tout cela toute seule.

Nous avons envie de retourner au pays dans deux ou trois ans. Nous avons deux filles de 15 et 13 ans, l’une au collège et l’autre en primaire. Quand elles étaient petites, c’est ma mère qui les gardait. Quand elles ont eu 6 ans, et qu’elles sont allées à l’école, la sœur de mon mari s’en est occupée. Nous lui donnions de l’argent. Maintenant ma belle-sœur vit mieux que nous, et elle ne nous demande plus d’argent, parce que nous avons des dettes. Avant, quand nous avions de l’argent, elle en acceptait. Nous sommes comme des sœurs. Dans d’autres familles, ce n’est pas comme ça, les relations entre belles-sœurs sont compliquées.

Nous ne pouvons pas faire venir nos enfants à Shanghai, la vie est chère. À la campagne, c’est moins cher. Je rentre tous les mois pour voir mes enfants. Le transport me coûte une dizaine de yuans : ce n’est pas cher. Pendant les vacances, mes filles viennent ici. Malgré tout, je me fais toujours du souci pour elles, surtout quand il pleut. Chez nous, les routes sont mauvaises ; la circulation est très difficile à la saison des pluies. Il y 1 km entre l’école et la maison. Il faut y aller à pied. Les autres enfants ont leurs parents pour aller les chercher, les nôtres non, le beau-frère et la belle-sœur travaillent. Quand il pleut, nous pensons à nos enfants. Elles n’ont pas de parents à côté, et elles n’ont personne pour s’occuper d’elles. Elles sont grandes maintenant. Ma belle-sœur est venue ici, car dans la province, elle est au chômage. Elle a 50 ans. Nous lui avons demandé de venir garder le stand dans l’autre marché. Son mari garde nos enfants à la campagne. Mais on ne peut pas les laisser tout le temps chez le beau-frère. On s’inquiète beaucoup. Nos enfants ont une vie dure.

Bien sûr, nous voulons qu’elles réussissent les études, tant qu’elles le peuvent. Ma fille cadette est bien appréciée par sa maîtresse. La dernière fois, quand nous sommes rentrés, nous avons rendu visite à la maîtresse et nous lui avons fait des cadeaux. Nous ferons tout pour que nos filles puissent continuer leurs études, même si nous devons vivre très durement. Maintenant, à la campagne, si on ne fait pas d’études, il n’y a pas d’avenir. C’est difficile de trouver du travail.

Nous retournerons à la campagne quand nous aurons gagné assez d’argent pour rembourser les dettes, car nous n’avons pas de bonnes conditions de vie ici. À la campagne, c’est plus facile. À Shanghai, il faut des centaines de milliers de yuans pour acheter un appartement. Ce ne sera pas possible. Chez nous, il y a beaucoup d’usines de chaussures. Si nous y retournons, nous pourrons trouver du travail dans une usine du village.

5Comme chez beaucoup de migrants, on observe une mobilité géographique incessante chez ce couple cordonnier. Il change de destinations chaque fois qu’il rencontre des difficultés. À chaque changement important, ces cordonniers ont besoin de revenir dans leur village d’origine pour se ressourcer et préparer un nouveau départ. Dans leurs multiples expériences migratoires, ils ont connu des moments de réussite, mais leur situation professionnelle et sociale paraît bien fragile et peut les rendre vulnérables à tout moment. Ce cordonnier est responsable de production, gestionnaire, patron d’une usine d’une dizaine de personnes dans le Jiangsu et patron d’un atelier de fabrication de quatre personnes à Shanghai, et il a breveté ses propres modèles de chaussures. Pourtant, dans le même temps, entre diverses activités, il est ouvrier, vendeur ou réparateur de chaussures. Ce couple essaie de s’adapter à toutes les circonstances en comptant sur un réseau de connaissances qui lui fournit un cadre social et un certain appui. Mais ils ne sont pas à l’abri des aléas et des difficultés créés par certaines de leurs connaissances. Lors de notre passage à Shanghai 18 mois après ces entretiens, ce couple de cordonnier n’était plus au marché. Les gens disaient que la femme est rentrée au village pour s’occuper des enfants et que le mari est resté à Shanghai, mais qu’il ne fait plus de chaussures. Il est devenu intermédiaire dans le commerce de peinture pour des grossistes.

Notes

1 Voir la présentation du marché dans le premier chapitre.

2 Il s’agit d’un système de rémunérations sous le système de la collectivisation. Selon la participation aux travaux agricoles, les paysans se voient attribuer des points de travail, et ils échangent ces points contre des denrées.

3 Guiheux, 2003.

4 L’État reste le propriétaire de l’usine. La gestion est confiée à un entrepreneur privé.

Table des illustrations

Légende Photo 12 – Mme Xie dans sa boutique du marché
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/7968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Carte 12 – Itinéraires de Su Yinhai et Xie Xiuhua
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/7968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search