Version classiqueVersion mobile

Les voix de migrants

 | 
Lu Shi

Partie III. Se faire une place dans la nouvelle économie urbaine

Un nouveau Shanghaien dans un nouveau métier : rénovation de meubles anciens

Texte intégral

Photo 10 – Usine de rénovation de meubles anciens

Carte 10 – Itinéraire de Song Qizhong

SONG Qizhong, 38 ans, marié et un enfant
1965 :
– Naissance dans le Jiangsu
1983-1995 :
– Arrivée à Shanghai
– Ouvrier dans la décoration intérieure à Shanghai
– Ouvrier dans un chantier de construction à Shanghai
– Chef d’équipe dans un chantier de construction à Shanghai
1995 :
– Directeur de la production dans une usine de rénovation de meubles anciens à Shanghai

1Song Qizhong a 38 ans lorsque nous l’avons interviewé dans son usine à Shanghai en 2003. Il est venu à Shanghai pour rejoindre ses frères au début des années 1980. Son premier travail était dans l’aménagement intérieur des appartements. Puis il est entré dans la construction et a remplacé plus tard son frère qui était chef d’équipe (baogongtou). Qizhong est donc devenu à son tour chef d’équipe du chantier.

  • 1 Shen Yuan, 2008.
  • 2 Pour le métier de baogongtou, voir également la partie I : « Travailler et vivre au marché – une f (...)

2Avec l’essor du marché immobilier, le marché des emplois se réorganise dans le secteur de la construction, qui ne recrute plus directement des ouvriers de chantier, mais fait appel aux sous-traitants. Désormais, les migrants constituent la force de travail principale du secteur autour duquel se construit tout un système d’embauche : entreprises contractantes, entreprises prestataires de service et contremaîtres ou chefs d’équipe1. Ces chefs d’équipe, migrants pour la plupart, jouent un rôle d’intermédiaire dans l’organisation du marché des emplois entre un chantier de construction et les ouvriers migrants. C’est à eux de constituer une équipe allant de quelques personnes jusqu’à des dizaines et d’organiser le travail de chantier. Ces contremaîtres recrutent en priorité des connaissances en provenance de leur pays natal, d’une part parce que les sources de main-d’œuvre sont disponibles immédiatement, et d’autre part parce qu’ils peuvent inspirer plus facilement la confiance des candidats. Car, très souvent, les salariés n’ont pas de contrat de travail et ils sont payés à la fin d’un chantier. Suite aux nombreux scandales révélés sur le non-paiement des salaires et le non-respect de la protection des accidents de travail dans des chantiers de construction, en 2005, une loi a été promulguée pour régulariser le secteur de construction. Le métier de chef d’équipe (baogongtou) est interdit à partir de l’année 20082.

3Qizhong avait à l’époque une petite équipe de quelques personnes et travaillait plutôt dans de petits chantiers, chez des particuliers. Mais au bout d’un certain temps, il a décidé d’arrêter ce métier à cause des accidents récurrents. Il s’est tourné vers l’aménagement intérieur. Puis, il a rencontré un entrepreneur du Zhejiang, ce qui le conduit à une autre nouvelle activité : la rénovation des meubles anciens.

4Cette activité apparaît dans les grandes villes dans les années 2000. Il s’agit de racheter chez des particuliers des meubles traditionnels de l’époque des Ming et Qing à des prix modiques, puis de les rénover ensuite afin de les revendre à des prix exorbitants. Le marché se tourne essentiellement vers l’exportation. L’entreprise de meubles où travaille Qizhong avait démarré avec 10 personnes et en quelques années, elle emploie déjà plus de 400 personnes. Dans les premières années de son existence, ces activités se focalisent essentiellement sur la rénovation des meubles chinois, puis passent à un autre créneau du marché : fabriquer des meubles anciens de style occidental, car selon les dirigeants d’entreprise, la récupération des meubles anciens en Chine n’est pas infinie. Cette stratégie a enfin permis à l’entreprise de rester non seulement compétitive sur le marché, mais de se diversifier et se développer. En 2004, un magasin de 13 000 m2 a été ouvert pour les meubles de style occidental traditionnel et en 2005, sont ouverts à Shanghai deux autres magasins spécialisés en mobilier de cuisine et en mobilier contemporain. Aujourd’hui, leur vente se dirige de plus en plus vers des produits de moyen et haut de gamme pour une clientèle chinoise.

Comment êtes-vous venu à Shanghai ?

Je suis originaire du Jiangsu, Qidong. Pour gagner de l’argent, j’ai quitté la campagne en 1983. À l’époque, je gagnais 1,5 yuan par jour à la campagne. En arrivant à Shanghai, j’ai commencé par 1,8 yuan par jour et six mois plus tard, je gagnais plus de 2,2 yuans par jour. Ça augmentait très vite. En 1988, je gagnais 15 yuans par jour. Si je restais au village, je pouvais gagner quelques centaines de yuans par an au maximum, mais à Shanghai, je pouvais gagner quelques milliers de yuans par an.

J’ai commencé à travailler avec mes deux grands frères dans la sculpture et la peinture pour la décoration intérieure, mais je n’étais pas très doué. Nous travaillions pour un patron. Travailler pour les autres n’était pas facile, d’abord le travail était dur, et puis eux, ils sont tes patrons. J’avais envie de travailler pour moi. J’avais envie de devenir patron. Un de mes frères était en même temps chef de chantiers de construction pour des particuliers à Shanghai, il ne voulait plus continuer, j’ai repris ses affaires. Grâce à ses réseaux, j’ai travaillé pendant quelques années dans la construction. J’ai rendu visite à tous ses anciens clients pour me présenter et pour qu’ils me recommandent de nouveaux clients. J’avais une équipe de quelques personnes. Nous travaillions chez des particuliers pour construire des maisons. J’étais le chef d’équipe (baogongtou), mais je devais travailler autant que les ouvriers, sinon, ils ne travaillaient pas. Dans ce métier, il y a souvent des accidents de travail. Moi-même, j’ai eu plusieurs accidents. Je suis tombé deux fois d’un premier étage. Heureusement, je n’ai pas eu trop de problèmes. Nous n’avions pas d’assurance. Pour nous, souscrire une assurance, c’est jeter de l’argent par la fenêtre. Nous n’avions aucune notion de protection. Une fois, un copain a eu un accident de travail. Il s’est fait écrasé par une plaque de béton et il ne pouvait plus marcher. On est allé au tribunal pour demander le dédommagement au propriétaire. Après le jugement, le propriétaire ne devait payer que quelques milliers de yuans pour l’indemnisation. C’était vraiment injuste. À l’époque, pour construire une maison, nos bénéfices étaient autour de 2 000 yuans seulement. Nous avons donné tout notre argent à notre copain. J’ai décidé de ne plus continuer ce métier. J’avais trop peur.

Je me suis lancé dans la décoration des appartements dans des arrondissements de Shanghai. Au début, j’ai travaillé pour un patron, cela a duré deux ans. Mais, ce seul travail ne suffisait pas pour remplir la journée. L’économie chinoise a connu à cette époque une forte croissance. Il y avait beaucoup d’opportunités de travail. Donc, j’ai cherché en parallèle des travaux pour mon propre compte. Je voulais être indépendant. J’ai eu de la chance. J’ai décroché mon premier contrat pour une durée d’un an. J’ai trouvé des gens pour former une équipe. À ce moment-là, un ouvrier dans notre métier touchait 25 yuans par jour, moi je payais mes ouvriers 30 yuans par jour. Ma seule exigence était la qualité. Pour moi, la qualité est la plus importante. Si le client n’est pas content, nous sommes obligés de refaire le travail. Cela coûte plus cher. Il faut avoir une très bonne réputation pour avoir de plus en plus de clients. Grâce à la confiance et à la qualité, j’ai obtenu pas mal de contrats. Par exemple, je fais des travaux chez quelqu’un, si mon travail est bien fait, ses voisins vont me demander de faire la même chose chez eux. C’est de bouche à oreille que j’ai de plus en plus de clients. Je suis quelqu’un de sérieux. Quand je promets, je tiens parole.

En 1990, on m’a recommandé de faire des travaux d’aménagement chez quelqu’un. C’était mon patron actuel. Il a apprécié notre travail. À l’époque, le salaire moyen journalier était monté à 40 yuans pour un ouvrier, mais ce patron me payait 100 yuans par jour et mes ouvriers touchaient 60 yuans par jour. Grâce à lui, j’ai commencé à avoir beaucoup de clients. Il m’a recommandé auprès de ses connaissances. J’ai commencé à avoir des contacts réguliers. Mes affaires marchaient bien. J’ai donc décidé d’acheter un bipper (bibiji). Il coûtait 1 700 yuans, c’était les premiers bippers en 1990. C’était cher pour moi, mais sans ce moyen de communication, je ne pouvais pas décrocher des contrats à temps. Le travail de ce patron était de rénover des meubles anciens. Il est du Zhejiang. Son oncle travaille aussi dans la rénovation des meubles. Un jour, il m’a téléphoné pour me demander de travailler pour lui. J’ai dit oui tout de suite, parce que je voulais saisir toutes les occasions pour gagner de l’argent. Je continuais mon métier de décoration intérieure, mais je ne faisais plus de travaux moi-même, je négociais seulement des contrats. Je faisais travailler mon équipe. Quelque temps après, j’ai décidé d’arrêter la décoration intérieure et de travailler uniquement pour mon patron actuel.

Qu’est-ce que c’est, ce métier de rénovation des meubles ?

Comme le niveau de vie s’est amélioré en Chine, les gens se débarrassent de leurs vieux meubles à des prix vraiment bas. Ces vieux meubles intéressent en particulier une clientèle étrangère, surtout des Occidentaux. Nos meubles sont de la fin des Ming et du début des Qing. Nous les trouvons chez les gens partout en Chine, dans les provinces du Shanxi et du Hebei, et même jusqu’au Tibet. Au début, nous envoyions des gens pour acheter ces meubles sur place. Mais, c’était très dangereux, ils se faisaient attaquer en route. Si on va dans un endroit régulièrement, on se fait repérer. Les gens savaient que nous venions avec de l’argent liquide. À l’époque, il n’y avait pas de cartes de crédit, seulement l’argent liquide. Nous avons trouvé ensuite des intermédiaires locaux. Les intermédiaires prennent des photos des meubles, puis nous choisissons ceux qui nous intéressent, et ils nous les envoient à Shanghai. Nous leur envoyons de l’argent et nous leur payons des commissions. Comme ça, c’est plus sûr, et tout le monde est gagnant.

En 1993, nous avons trouvé des locaux de 500 m2 dans le quartier Gubei. Le patron a acheté des machines spéciales et nous avons démarré l’usine. À l’époque, nous ne maîtrisions pas vraiment la technique de rénovation de meubles, le patron m’a envoyé dans une autre usine pour me former avec un maître pendant deux mois. Au démarrage de l’usine, nous n’étions que dix. Les ouvriers sont venus tout seuls à l’embauche. Ils passaient devant l’usine et ont vu que nous étions en train de préparer l’ouverture d’une usine, ils sont donc entrés pour demander s’il y avait du travail. Après une discussion, je trouvais que tel ou tel était pas mal, donc, je les ai recrutés comme ça. Au début, personne n’avait d’expérience pour gérer une usine. Nous achetions tout ce que nous trouvions sur le marché sans savoir ce qu’on pourrait en faire. À la fin de la première année, nous étions en déficit. Nous avons perdu plus de 80 000 yuans, c’était très dur. Mais, le patron a dit : « Puisque nous avons commencé, il n’y a pas de raisons que cela ne marche pas ». Nous avons décidé de continuer. Six mois plus tard, des clients étrangers, des Japonais et Américains et Italiens ont commencé à venir nous voir. Nous avons déménagé dans de nouveaux locaux et embauché une quarantaine d’employés. Les clients sont surtout des commerciaux étrangers qui achètent en gros. Ils ont acheté nos produits pour les revendre à l’étranger. Chaque fois, le montant de leurs achats s’élève de quelques dizaines de milliers de yuans à quelques centaines de milliers de yuans. Mais au début, les produits qu’ils recherchaient ne correspondaient pas à ce que nous faisions. Ils ne voulaient pas de meubles parfaitement rénovés, ils voulaient des produits bien nettoyés avec traitement anti mites, mais sans être refaits à neuf. Nous avons compris après. J’ai fait des affaires avec eux pendant deux ans. Et après, nous avons eu des clients allemands. Les Allemands sont différents, ils veulent des meubles refaits à neuf. Ensuite, nous avons eu des clients français. Ils viennent acheter des meubles anciens, et les font réparer ou rénover en France. Ils se sont vite rendu compte qu’ils payaient 30 % de plus chez nous que s’ils allaient acheter directement chez des particuliers. Donc, les Français sont devenus en quelque sorte nos concurrents.

Quand nous avons commencé ce métier, il y avait vingt concurrents sur le marché de Shanghai. Maintenant il y en a plus d’une centaine. Le marché des meubles anciens n’est pas inépuisable. Un jour, il n’y aura plus de meubles anciens en Chine. Nous prévoyons cela d’ici cinq ans. Alors, nous commençons à fabriquer des meubles de style ancien occidental par imitation. Depuis trois ans, sur le marché international, les meubles imitant le style ancien occidental sont à la mode. Parfois, les clients étrangers nous apportent des modèles et nous les fabriquons selon leurs demandes. J’ai des commandes de partout dans le monde, de 70 ou 80 pays différents. Cela représente 60 % de nos productions. Il y a des pays dont je ne connais même pas l’existence. Il y a aussi, par exemple, des Américains installés au Japon ou en Corée, etc. Ils achètent chez nous pour ces pays asiatiques. Nous n’avons jamais de stock. Jusqu’à la fin d’année, nous sommes surchargés de travail. En général, les clients passent la commande une fois par mois, mais, certains passent deux commandes par mois. Ils peuvent choisir le modèle en ligne sur notre site. Quand les meubles arrivent chez eux, les gens vérifient et passent tout de suite la prochaine commande. Les étrangers peuvent obtenir des prêts bancaires pour acheter beaucoup, alors qu’en Chine, nous ne pouvons pas avoir de prêt.

Plus tard, nous fabriquerons des meubles asiatiques pour vendre sur le marché européen, car les étrangers sont très intéressés. Dans le sens inverse, nous avons aussi à explorer le marché asiatique. Si on mélange les styles asiatique et occidental, cela devrait marcher.

Comment est organisée votre entreprise ?

Comme directeur d’usine, je suis sous la responsabilité du patron, du P.-D.G. L’usine est divisée en deux parties : la production et la vente. Je m’occupe de la vente et un peu de la production. Dans la production, il y a aussi un autre responsable. Mon salaire de base est 2 000 yuans par mois. Mais j’ai des primes (hongbao : enveloppe rouge), les autres aussi. Le montant est variable d’une année sur l’autre et d’une personne à l’autre. C’est le patron qui le décide. Personne d’autre ne le sait. Les employés ne se posent pas de questions sur leurs salaires. Un chef d’atelier peut gagner 2 000 yuans par mois, un ouvrier gagne plus de 1 000 yuans par mois. Certains ouvriers peuvent aussi gagner 2 000 yuans par mois, cela dépend de leur spécialité. En fait, nos ouvriers sont payés à la pièce, donc la productivité a beaucoup augmenté. Dans notre usine, à la fin de l’année, nous sommes souvent surchargés. Les ouvriers travaillent sans arrêt et font des heures supplémentaires. Ils rentrent chaque année chez eux pour le nouvel an chinois. Quand ils rentrent, la famille s’attend à ce qu’ils ramènent beaucoup d’argent. Dans ce cas, notre patron prête souvent de l’argent aux ouvriers et il le déduit, plus tard, de leur salaire.

À l’usine, quelques personnes sont originaires de ma province, un conducteur et un menuisier, mais ils ne sont pas du même village. Il y a seulement ma femme et moi qui sommes du même village. Je ne tiens pas à embaucher les gens du même village. Ce n’est pas facile de gérer les relations de travail entre les gens qui se connaissent et leur imposer des règles. Je peux critiquer une personne qui fait une erreur si je ne la connais pas. Si c’est une connaissance, je ne peux pas le faire. C’est très gênant. Au village, j’ai expliqué aux gens pourquoi je ne peux pas les faire venir travailler dans cette usine à Shanghai, je pourrais les aider à chercher du travail ailleurs, mais pas dans mon usine.

Votre famille est installée à Shanghai maintenant ?

Un de mes frères est rentré au village. Il travaille comme conducteur, et l’autre est toujours à Shanghai. Il est menuisier. Il travaille pour un ami français. Cet ami français est très intelligent. Il a acheté quatre appartements à Shanghai, et il les loue. Maintenant il ne travaille plus et il vit de cela. Il touche une somme très importante pour vivre sa retraite. Mon frère fait des travaux d’aménagement et d’entretien dans ses appartements. Il a un contrat de deux ans. Il gagne un très bon salaire : 70 à 80 yuans par jour, et 360 jours par an. Il lui reste encore six mois pour terminer ce contrat.

Ma femme est arrivée il y a cinq ans. Autrefois, elle travaillait dans une usine de confection au village. C’était une usine privée, donc, le salaire était très bas. À son arrivée à Shanghai, elle est entrée directement dans notre entreprise. Elle a le niveau scolaire du lycée, plus élevé que le mien. À l’époque, nous avions besoin de personnel. Je l’ai recommandée au patron. Il était d’accord pour l’embaucher. Elle se charge de l’accueil des clients étrangers. Mon fils a 16 ans. Il est venu l’année dernière. Il est à Shanghai pour ses études, en première année du lycée, dans un lycée shanghaien à l’internat. J’avais acheté un appartement, il a donc pu venir. Mon patron est très gentil avec nous, il m’avait conseillé d’acheter un appartement à Shanghai. C’est comme ça que j’ai pu obtenir le hukou bleu (lanyin hukou) pour rester légalement à Shanghai. Mais, maintenant, même si l’on achète un appartement, il n’y a plus de possibilité de devenir citadin, le hukou bleu n’existe plus. J’ai acheté un appartement de quatre pièces pour 400 000 ou 500 000 yuans. Maintenant, le prix a au moins doublé.

Mon fils travaille bien à l’école, mais il parle mal l’anglais, car à la campagne, les enfants commencent à l’apprendre au collège, mais en ville, les enfants commencent l’anglais dès l’école primaire. Je veux qu’il aille à l’université. Chez moi, personne n’a fait d’études à l’université. J’aimerais qu’il fasse de bonnes études. Je ne veux pas qu’il fasse la même chose que moi. Il est bon en matières scientifiques. Je discute souvent avec mon fils pour lui faire comprendre qu’il devrait arriver à une bonne position sociale, être dans la couche supérieure de la société. Il a envie aussi d’aller à l’université et de travailler plus tard dans des organismes publics. En plus, j’ai assez d’argent pour payer ses études. Mais quelquefois, quand je lui répète tout cela, cela l’énerve. C’est un garçon, quoi. Je veux bientôt acheter un autre appartement pour mon fils. Le monde change. Nous avons l’habitude de vivre avec nos parents. La génération suivante n’a pas la même mentalité. Même s’ils sont très gentils avec nous, ils ont leur mode de vie. Ils veulent l’indépendance.

  • 3 Wang Jing, 2012.
  • 4 Solinger, 1999.

5Qizhong n’est pas un migrant comme un autre. Au bout d’une dizaine d’années passées à Shanghai, il est devenu le directeur d’une usine. Par sa réussite économique, il a vu évoluer son statut social. Il fait partie des rares paysans migrants à devenir shanghaien. En 1994, la ville de Shanghai a mis en place un nouveau hukou, le hukou bleu (lanyin hukou : livret de résidence avec cachet bleu), dans le but d’attirer des investissements et des personnes qualifiées pour la construction de la nouvelle zone économique de Pudong. À Shanghai, trois catégories de non-résidents permanents peuvent prétendre à ce nouveau hukou : créateurs d’entreprise ou investisseurs3, personnes hautement qualifiées recrutées par un organisme ou une entreprise à Shanghai et acquéreur d’un logement d’au moins 65 m2 à Pudong, ou d’un logement d’une valeur minimum de 160 000 yuans dans des quartiers intra-muros de la ville. C’est donc en accédant à la propriété que la famille Sheng a pu obtenir le hukou bleu. On observe ainsi dans les grands centres urbains une pratique que Solinger appelle la « marchandisation » du Hukou4. Ce hukou bleu divise en outre les migrants en deux catégories : les migrants qualifiés et fortunés, souvent des entrepreneurs investisseurs et des diplômés d’universités d’un côté, et les migrants paysans peu qualifiés de l’autre. En fin de compte, la grande majorité des migrants se trouve dans l’impossibilité pour obtenir un hukou de résident urbain. En 2002, le hukou bleu a été supprimé à Shanghai.

Notes

1 Shen Yuan, 2008.

2 Pour le métier de baogongtou, voir également la partie I : « Travailler et vivre au marché – une famille de marchands de légumes », et la partie III : « Le rêve de devenir un “col gris” – un migrant dans l’aménagement intérieur ».

3 Wang Jing, 2012.

4 Solinger, 1999.

Table des illustrations

Légende Photo 10 – Usine de rénovation de meubles anciens
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/7956/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Carte 10 – Itinéraire de Song Qizhong
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/7956/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search