Version classiqueVersion mobile

Les voix de migrants

 | 
Lu Shi

Partie II. Itinéraires de femmes

Réussir pour le bonheur de la famille : une femme gestionnaire d’un restaurant

Texte intégral

Photo 6 – Un restaurant Dongbei à Shanghai

Carte 6 – Itinéraire de Zhang Min

ZHANG Min, 28 ans, mariée et un enfant
1977 :
– Naissance dans le Heilongjiang
1993-1995 :
– Quitte le lycée
– Ouvrière en usine textile à Mudanjiang
1995-1996 :
– Serveuse dans plusieurs restaurants à Mudianjiang
– Retour à l’usine textile
– Retour à la campagne
– Serveuse dans plusieurs restaurants à Mudanjiang
1997 :
– Serveuse dans le restaurant Dongbei à Canton et Haikou
1998-2002 :
– Chef de serveurs dans le restaurant Dongbei à Haikou
– Directrice dans deux restaurants Dongbei à Canton
2003-2005 :
– Gestionnaire dans un des restaurants Dongbei à Shanghai

1En été 2005, dans un restaurant de la chaîne Dongbei à Shanghai, nous avons interviewé Zhang Min, une jeune femme de 28 ans, gestionnaire du restaurant. Zhang Min est originaire de la province du Heilongjiang dans la région du Nord-Est. Cette région composée de trois provinces (Jilin, Liaoning et Heilongjiang), a été une des plus importantes bases de l’industrie lourde de la Chine en mécanique, sidérurgie et industrie automobile. Cependant, depuis la réforme économique, la stratégie du développement industriel a été remise en question. La politique du développement prioritaire de l’industrie lourde adoptée depuis plusieurs décennies a été réajustée. Pour résoudre le problème de la pénurie d’approvisionnement des biens de consommation courante, les principales forces industrielles ont été déployées en faveur du développement de l’industrie légère. De ces efforts ont émergé deux autres importantes bases de l’industrie légère dans la région du Delta de Yangtsé et le bassin de la rivière des Perles. L’industrie lourde de la région du Nord-Est est de ce fait délaissée.

  • 1 Rocca, 2010.

2Dès le milieu des années 1990, la Chine s’engage dans une réforme des entreprises publiques, qui consiste à conserver et à regrouper les entreprises les plus rentables, à privatiser les autres, et à supprimer la protection sociale et l’emploi surnuméraire1. Fortement touchée par cette réforme, la région du Nord-Est, a connu le déclin de l’industrie lourde et du secteur des matières premières. De nombreuses entreprises d’État n’arrivent plus à suivre la réforme. « Le syndrome du Nord-Est » (dongbei xianxiang : le phénomène du Nord-Est) exprime les conséquences économiques et sociales désastreuses de la réforme. Les industries voient leur productivité chuter et leurs parts de marché se réduire. Les usines en faillite ferment leurs portes les unes après les autres et le chômage frappe cette région de plein fouet. On enregistre entre 40 et 60 millions de personnes qui ont perdu leur emploi suite aux restructurations des entreprises. De même, le secteur agricole manifeste lui aussi, du moins jusqu’en 2003, le « nouveau syndrome du Nord-Est » (Xin Dongbei xianxiang : le nouveau phénomène du Nord-Est) : surplus de produits agricoles, baisse des revenus des agriculteurs et stagnation de la productivité agricole.

3Les désastres économiques provoquent un important mouvement migratoire qui touche aussi bien les citadins que les ruraux. Les paysans et les chômeurs citadins, les jeunes comme les moins jeunes, s’en vont chercher du travail à l’intérieur de leur province, ou dans d’autres provinces et régions chinoises, voire en dehors des frontières.

  • 2 Ding Jinhong et Liu Zhenyu 2005.

4Parmi les trois provinces du Nord-Est, le Heilongjiang est le plus touché par le phénomène de la migration. Entre 1995 et 2000, la province du Heilongjiang enregistre 626 400 personnes parties dans d’autres régions et provinces chinoises2. Comme beaucoup d’entre eux, Zhang Min a décidé de partir à l’âge de 17 ans sans terminer ses études au lycée. Élevée avec ses frères et sœurs par ses grands-parents sans beaucoup de ressources, elle préfère partir travailler afin de subvenir aux besoins de sa famille. La migration de cette jeune femme se fait en deux temps. Dans la première période entre 1993 et 1996, elle a choisi une migration de proximité, à quelques dizaines de kilomètres de chez elle. La migration à longue distance dans la deuxième période ne devient possible que lorsqu’elle accumule suffisamment de ressources économique et sociale.

Partir travailler en usine à Mudanjiang

J’habitais dans un bourg près de Mudanjiang, à la frontière de la Russie. J’ai deux grandes sœurs. Maintenant, elles sont mariées à la campagne. J’ai aussi une petite sœur et un petit frère à la campagne. J’ai fait un an de lycée et je travaillais bien à l’école. Je n’ai pas terminé le lycée, parce que la situation de ma famille ne me permettait plus de continuer les études. En fait, c’était mes grands-parents qui nous ont élevés. Mon grand-père est mort il y a quelques années. Ma grand-mère vit encore avec ma sœur à la campagne. Mon père est mort quand j’avais 9 ans. Ma mère s’est remariée tout de suite après. Mon beau-père était un homme riche, il avait deux filles. Nous ne nous entendions pas bien. Donc, avec mes sœurs et frère, nous vivions chez nos grands-parents paternels. Mes grands-parents n’étaient pas riches, ils devaient nous élever et payer nos études, c’était très difficile pour eux. Mes tantes, les sœurs de mon père, m’aimaient bien, elles me donnaient de temps en temps de l’argent de poche, mais cela ne suffisait pas pour payer mes études. Donc, j’ai quitté l’école. Aujourd’hui, je regrette beaucoup. J’aimais bien la musique et l’art, je voulais les étudier.

J’ai quitté la maison en 1993, à l’âge de 17 ans. J’ai d’abord travaillé comme ouvrière dans une usine textile à Mudanjiang. C’est une grande ville. Dans les magasins, on peut encore trouver du tissu de lin fabriqué dans notre usine. J’ai commencé en août 1993 et j’ai quitté cette usine en octobre 1995. Au début, l’usine marchait bien, et de temps en temps, l’usine distribuait des tickets de cinéma aux ouvriers, mais petit à petit elle a connu des difficultés. J’ai commencé comme apprentie, je suivais un maître, c’était une femme. Elle ne m’aimait pas du tout. Mais, j’apprenais vite. J’avais beaucoup de motivation pour progresser dans le travail. La durée de l’apprentissage était de trois ans, mais je l’ai fini au bout de deux ans. J’ai choisi le poste le plus difficile et je travaillais bien à l’usine. J’ai été plusieurs fois élue comme ouvrière modèle (laodong mofan). Les conditions de travail étaient dures : dans l’atelier, il faisait 39 °C pendant toute l’année. Quelque temps plus tard, les difficultés se sont aggravées : l’usine ne pouvait plus payer les salaires. En 1993 et 1994, le salaire d’un ouvrier s’étalait entre 400 et 500 yuans par mois. À l’époque, les salariés devaient payer en plus leurs repas à la cantine. La cantine coûtait cher. J’ai fait mon calcul. Après toutes mes dépenses, je n’avais plus d’argent à envoyer à ma famille. J’ai donc décidé de partir.

Entrer dans la restauration

J’ai trouvé un deuxième boulot, avec un salaire de 240 yuans par mois, nourrie et logée. Ce salaire équivalait en fait à 300 yuans si je tenais compte de la nourriture. C’était un travail dans un restaurant très connu à Mudanjiang, un vieux restaurant de la ville. Il venait d’être rénové. J’ai travaillé là-bas pendant trois jours seulement. Les deux premiers jours, nous avons préparé la réouverture. Le jour de l’ouverture, j’ai fini la journée et je suis partie. À l’époque, j’étais très réservée. Pour ce genre de travail, il fallait bien s’exprimer et sourire tout le temps. Je ne pouvais pas m’adapter.

J’ai trouvé un boulot dans un autre restaurant. À Mudanjiang, les migrants comme moi ne pouvaient pas trouver de travail dans d’autres secteurs. On ne pouvait travailler que dans la restauration ou aux salons karaoké. Je me suis forcée à m’adapter à ce métier. Le soir, je retournais dormir dans mon ancienne usine de textile. Le chef de l’atelier était gentil avec moi, il ne voulait pas que je parte de l’usine. J’y ai été bien considérée. L’usine connaissait probablement la situation de ma famille. Le directeur a demandé qu’on me garde une place au dortoir. Il voulait que je revienne travailler à l’usine.

Retour à l’usine

Quelque temps plus tard, trois responsables de l’usine sont venus me voir pour me convaincre de quitter la restauration. Moi, je pensais aussi que le travail de restaurant ne me convenait pas bien et j’ai accepté de revenir à l’usine. Mais l’usine était toujours en difficulté. Elle n’arrivait pas à décrocher des commandes. En fait, l’usine n’arrivait pas à exporter des tissus. Ils ont donné un congé de trois mois à tous les employés. Les ouvriers sont rentrés chez eux pour attendre des commandes. Je suis donc rentrée chez moi. J’ai attendu jusqu’en décembre, l’usine n’arrivait toujours pas à redémarrer. Mais je ne pouvais plus attendre sans rien faire. Ma famille n’avait pas d’argent. Une de mes grandes sœurs, mon petit frère et ma petite sœur étaient tous à la maison sans travail.

En attendant le redémarrage de l’usine, j’ai trouvé un job d’appoint. Dans le Nord-Est, il y a beaucoup de pins. Quand c’est la saison, les gens travaillent à la récolte des cônes de pin. Avec un petit appareil, on casse les cônes de pin et on met des pignons dans des sachets pour les vendre. C’est un travail saisonnier. Je peux gagner une vingtaine de yuans par jour.

En mars, l’usine n’avait toujours pas redémarré. J’ai attendu jusqu’au mois de mai. Pourquoi j’ai attendu si longtemps ? En fait, au moment de mon recrutement à l’usine, j’avais versé une caution de 2 000 yuans. Lorsque j’y suis retournée pour la deuxième fois, j’ai encore versé 1 000 yuans. C’était l’argent de mes grands-parents. Ils avaient une préférence pour moi. Quand j’ai voulu retourner à l’usine, mon grand-père avait emprunté de l’argent, 1 000 yuans. Donc, si je démissionnais de ma propre initiative, je perdais ces 3 000 yuans de caution. Pour moi, cette somme était énorme. Même si nous avions l’aide de l’État, pour quelques yuans par mois, c’est mes grands parents qui nous ont élevés avec leurs économies. Quand j’ai commencé à travailler pour la première fois à l’usine textile, je me souviens, mon premier salaire était de 95 yuans. J’ai envoyé 50 yuans à mon grand-père. Quelle que soit la somme, cela correspondait à mes sentiments. Mes oncles, ne donnaient que 50 yuans chacun à mes grands-parents une fois par an.

Repartir dans la restauration

En mai, je ne pouvais plus attendre la reprise de l’usine, et j’ai décidé de repartir chercher du travail ailleurs. Ma grand-mère n’était pas d’accord. Elle m’a dit : « Je suis âgée, si tu es là, tu peux m’aider à faire du ménage, je pourrai sortir voir les gens. » Ma petite sœur a pleuré aussi. Mais j’étais grande, je ne pouvais pas rester tout le temps à la maison et attendre qu’on vienne m’épouser. Je ne voulais pas vivre comme ça.

Je suis retournée à Mudanjiang. Une amie m’a aidée à trouver du travail dans un restaurant. C’est une copine de classe, qui a épousé un homme de Mudanjiang. Cela me faisait envie, car pour des migrants à Mudanjiang, c’était une chance d’épouser un citadin. Cette camarade est venue me chercher à la gare et m’a emmenée tout de suite dans un restaurant pour un entretien. Le patron était méprisant. Bien qu’il ait besoin de serveurs, il ne voulait pas m’embaucher comme serveuse. Il m’a demandé de faire la plonge pour 150 yuans par mois. J’ai accepté. Je n’avais pas le choix.

Après avoir travaillé ici pendant 11 jours, ma copine est venue me dire qu’un nouveau petit restaurant recrutait des serveurs. Je suis allée voir. Les propriétaires étaient un couple âgé. Je les trouvais très gentils. Dans ma vie, j’ai rencontré pas mal de personnes au grand cœur. J’ai donc décidé de travailler pour eux. Je suis immédiatement retournée voir mon patron pour lui annoncer mon départ. Il ne voulait pas payer mon salaire, parce que c’était moi qui ai demandé à partir. Les collègues m’ont conseillé de lui réclamer le salaire. Je me suis dit : « Tant pis pour moi, c’est comme si j’étais restée 11 jours à la maison sans rien faire. Au moins ici, j’ai été nourrie et logée. »

Dans le nouveau restaurant du vieux couple, mon salaire était 220 yuans ; j’étais serveuse. Je n’étais pas très dégourdie au début. Le patron m’a engueulée deux fois. Cela m’a réveillée. Je me suis demandé : « Pourquoi les autres peuvent-ils bien servir les clients, mais pas moi ? » J’ai décidé de bien apprendre ce métier. À la fin du premier mois, je devais recevoir 170 yuans, puisqu’il fallait laisser 50 yuans de caution au patron. Ce patron m’a en fait payé 200 yuans. Dans les mois suivants, il a augmenté mon salaire progressivement. Au troisième mois, mon salaire était de 300 yuans. J’ai travaillé là-bas pendant trois mois et demi. Dans ce restaurant, je dormais dans une salle. Le matin, je me levais à 7 heures, je rangeais mes affaires, et je commençais à faire le ménage. Vers 8 heures et 9 heures, le restaurant était propre et prêt à ouvrir. Le patron et la patronne m’aimaient beaucoup. Ce restaurant avait ouvert en septembre et à l’arrivée de l’hiver, c’était la saison morte, parce qu’il fait très froid dans le Nord-Est. Ce restaurant était entièrement en bois, il n’y avait pas de chauffage, pas de clients, donc, je suis partie.

J’ai trouvé un autre restaurant, un grand restaurant avec une vingtaine de salles. Le salaire était de 400 yuans par mois, mais je devais trouver un logement par moi-même. Le loyer était de 40 yuans par mois. J’y ai travaillé seulement pendant quelques jours. Dans ce restaurant, les serveuses devaient accompagner les clients qui allaient boire et danser dans la boîte de nuit juste en-dessous. Je n’aimais pas ça. J’ai demandé à partir au bout d’une dizaine de jours. Le patron m’a quand même payée.

J’ai trouvé un autre restaurant juste en face de celui-ci. Je gagnais plus de 300 yuans par mois, mais j’étais nourrie et logée. C’était aussi un grand restaurant, la nourriture pour les employés était très bonne. Le patron était gentil avec moi. À la fin du premier mois, il m’a payée 50 yuans de plus, car il a apprécié mon travail. Il me donnait de plus une prime équivalant à 3 % du chiffre d’affaires que je réalisais. Je pouvais gagner de 60 à 80 yuans de plus. Ce qui me faisait plus de 400 yuans par mois. Comme je travaillais bien, je suis devenue chef de service. J’ai travaillé dix mois chez lui. J’ai quitté ce restaurant, parce que mon ancienne patronne, celle du restaurant en bois est venue me chercher. Quelqu’un de sa famille avait ouvert un nouveau restaurant : elle voulait que j’aille l’aider. Au début, je ne voulais pas vraiment quitter mon travail. Comme elle insistait, donc, je suis allée travailler dans son restaurant. Les premiers mois, j’ai été payée correctement. Mais, à partir du troisième mois, le patron ne me payait plus. À la fin, il me devait plus de 700 yuans. Je suis allée le voir. Il a promis de me payer. Mais, quelque temps plus tard, j’ai découvert que le patron était déjà parti pour l’étranger définitivement. C’était un escroc.

Je devais donc chercher tout de suite du travail. J’ai trouvé un autre restaurant. Dans ce restaurant chic, les clients pouvaient chanter et manger en même temps. Le patron m’a dit qu’il pouvait m’aider à obtenir le hukou de la ville, si je travaillais pour lui. J’ai donné mon accord. Mais, quelques temps plus tard, j’ai compris que c’était une fausse promesse. De plus, les conditions de travail étaient très moyennes et je ne gagnais pas beaucoup ; je suis donc repartie. J’ai trouvé encore un autre restaurant, le patron était exigeant. Chaque matin, nous avions une réunion : je n’avais pas l’habitude d’obéir à toutes ces règles ! Le travail était dur, je suis donc à nouveau partie.

5Zhang Min a passé cette première période de migration dans sa province natale en cumulant des emplois précaires, dans une situation personnelle et professionnelle fragile et instable. Cela n’a pas abouti à des changements significatifs dans sa vie. Cependant, par ces premières expériences, elle a pu construire modestement un réseau de connaissances et acquérir un savoir-faire dans la restauration, ce qui lui servira plus tard à s’insérer économiquement. L’année 1997 a constitué un virage dans son parcours. Zhang Min a quitté sa région pour aller chercher du travail dans la province du Guangdong. C’est à partir de là que peu à peu, elle commence à connaître une ascension sociale.

Intégrer la chaîne de restaurant Dongbei dans le Guangdong

  • 3 La ville de Canton.

Une ancienne collègue m’a dit que sa voisine voulait aller à Guangzhou3 pour travailler dans un restaurant de la chaîne Dongbei. Elle m’a suggéré d’y aller avec elle, et j’ai accepté. Nous étions plusieurs à partir pour Guangzhou. Un mois et demi après notre arrivée, le restaurant n’avait toujours pas ouvert ses portes. Je n’avais plus d’argent ; j’ai donc trouvé un travail dans un autre restaurant. Je gagnais 430 yuans par mois. Une semaine après, quelqu’un m’a dit qu’il voulait partir chercher du travail à Beijing. Je voulais le suivre. J’ai menti à la patronne : je lui ai dit que ma famille avait des problèmes et que je devais rentrer quelques temps. Elle était très gentille, elle m’a payé le billet de train, elle croyait que j’allais dans le Nord-Est. J’ai emprunté 200 yuans à un ami pour partir à Beijing. Mais, je ne suis pas montée dans le train pour Beijing. A la gare, j’ai rencontré quelques personnes qui allaient travailler dans un restaurant sur l’île de Hainan. Après avoir discuté avec eux, j’ai changé d’avis, j’ai décidé d’aller à Hainan avec eux. Là, j’ai trouvé du travail tout de suite dans un restaurant de la chaîne Dongbei.

6Le premier restaurant de la chaîne Dongbei a été ouvert au début des années 1990 sur l’île de Hainan. Devenu un nouvel eldorado touristique, Hainan a commencé à attirer des touristes chinois. Le marché immobilier et le secteur de service connaissent un essor rapide. Ces nouvelles opportunités attirent en même temps des migrants à la recherche d’un travail. Parmi les nouveaux arrivants à Hainan, nombreux sont des originaires du Nord-Est. Le premier restaurant ouvre ses portes en 1993 à Haikou, la ville préfecture du Hainan dans le but de permettre aux originaires du Nord-Est de retrouver leurs spécialités régionales. Le succès a été immédiat. Progressivement une chaîne de restaurants se crée et se répand du sud au nord de la Chine. Nous en trouvons aujourd’hui une vingtaine dans des villes chinoises comme Haikou, Sanya, Guangzhou, Shenzhen, Shanghai et Beijing, voire jusqu’à Macao. En construisant une chaîne de restaurants spécialisés dans tout le pays et en créant dans chaque province un réseau de fournisseurs exclusifs, la société Dongbei met en place également une culture d’entreprise, très fortement marquée par l’esprit communautariste, avec des règles, des conventions et des normes permettant de fidéliser ses employés. Elle embauche uniquement des migrants originaires de leurs provinces, souvent par intermédiaire de leurs employés. Ces migrants sont tous hébergés dans les dortoirs fournis par l’entreprise ; ils vivent et travaillent ensemble et se considèrent comme membres d’une grande famille.

Monter dans les échelons

Le premier jour en 1997, j’ai commencé mon travail comme serveuse. Dès le lendemain, le patron m’a demandé d’aller travailler à la réception. En avril 1998, je suis devenue chef des serveurs. Entre temps, j’ai demandé un congé de deux mois, pour rentrer voir mes grands-parents dans le Nord-Est. En 2002, je suis devenue la directrice générale de deux restaurants à Guangzhou. En juin 2003, j’ai fait une demande pour rejoindre mon mari à Shanghai. Il est directeur technique de trois restaurants Dongbei à Shanghai. Nous nous sommes connus à Guangzhou. Aujourd’hui, nous avons un fils, il vit à la campagne chez sa grand-mère. Il va bientôt entrer à l’école maternelle.

Depuis mon arrivée à Shanghai, j’ai beaucoup appris et ici, je suis satisfaite de mon travail. Autrefois, quand j’étais à la campagne, chaque fois que je rencontrais des difficultés, je pleurais, et maintenant, je ne pleure plus. J’essaie de maîtriser la situation et de trouver une solution. Mais, je subis une forte pression dans mon travail. Car chaque mois, nous avons un objectif de chiffres d’affaires à atteindre. Il faut les réaliser. Mais, il faut avoir la pression dans la vie pour progresser dans le travail. Je considère plutôt cette pression comme un défi. Autrefois, le travail pour moi était seulement un moyen de gagner de l’argent. Je n’avais pas de but précis dans ma vie. Et depuis mon arrivée dans la chaîne Dongbei, j’ai compris que dans la vie, il fallait se fixer un objectif et l’atteindre. Je cumule des expériences en travaillant. De plus, j’ai appris des choses par la lecture et la télévision. La société Dongbei offre différentes formations pour nous, les dirigeants. Maintenant, j’ai un esprit plus ouvert et je réfléchis à des choses plus en profondeur. Aujourd’hui, mon niveau de vie s’est bien amélioré. Je n’ai jamais pensé que cela pourrait m’arriver. J’estime que j’ai vraiment de la chance de travailler dans ce restaurant. Je le considère comme ma famille. Ici, tout le monde vit dans les mêmes conditions. Les conditions de travail sont bonnes. Personne ne veut quitter l’entreprise.

Construire le bonheur pour la famille

Avec mon mari, nous avons un projet pour l’avenir. Nous voulons travailler dans ce restaurant un certain temps. D’une part, nous pouvons cumuler des expériences, et d’autre part, nous pouvons économiser de l’argent. Et dans l’avenir, nous voulons ouvrir un magasin de vente des ustensiles de cuisine en gros. Dans la région du Nord-Est, il y a des opportunités. De plus, nous voulons que notre fils puisse réussir ses études. Je veux qu’il puisse réaliser tous mes rêves d’enfance. Je vais lui donner un bon environnement afin qu’il fasse de bonnes études.

Je dois beaucoup à mes grands-parents. Mon grand-père est mort, je ne peux plus rien faire pour lui, mais je peux bien prendre soin de ma grand-mère. Je voudrais gagner beaucoup d’argent pour ma famille. Pendant longtemps, je jouais au loto, je voulais gagner beaucoup d’argent et l’envoyer à mes grands-parents, mais, je n’ai jamais gagné. Maintenant, j’envoie de l’argent à ma grand-mère. Je veux qu’elle vive bien et qu’elle puisse acheter ce qu’elle désire. Si un jour, nous rentrons dans le Nord-Est pour monter notre propre entreprise, je veux vivre avec ma grand-mère. Cependant, je ne veux plus retourner au village, car les relations familiales sont trop compliquées. Certaines personnes de ma famille pensent que je ne suis pas quelqu’un de bien, car je ne rentre pas au village pour m’occuper de ma grand-mère. Aujourd’hui, elle a plus de 80 ans. Mes tantes et mon oncle ne veulent plus s’occuper d’elle : pour eux, ma grand-mère est une charge trop lourde. Je veux également que mes sœurs et frère sortent de la campagne, mais, les oncles et les tantes ne veulent pas, car s’ils partent tous, personne ne prendra soin de ma grand-mère. Je trouve cela ignoble, mais, je ne peux rien faire. Je téléphone souvent à ma grand-mère, car elle m’aime bien. Elle aime discuter avec moi. J’espère que mon rêve pourra être réalisé un jour. J’achèterai un logement, ma grand-mère vivra avec nous. Nous sommes encore jeunes, donc, nous avons encore de la chance de réaliser notre rêve.

7Au travers d’une dizaine d’années d’expériences de migration, notamment par cette migration à longue distance dans le sud de la Chine, Zhang Min acquiert progressivement des compétences professionnelles et voit progresser son statut social au sein de son entreprise. Son mari et elle préparent un nouveau tournant dans leur carrière : créer leur propre entreprise dans leur région natale. Elle est déterminée plus que jamais à poursuivre sa quête de réussite pour réaliser son rêve : « S’enrichir pour construire le bonheur de la famille. »

Notes

1 Rocca, 2010.

2 Ding Jinhong et Liu Zhenyu 2005.

3 La ville de Canton.

Table des illustrations

Légende Photo 6 – Un restaurant Dongbei à Shanghai
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/7935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Carte 6 – Itinéraire de Zhang Min
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/7935/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search