Version classiqueVersion mobile

Les voix de migrants

 | 
Lu Shi

Partie I. Deux générations de migrants

Travailler et vivre au marché : une famille de marchands de légumes

Texte intégral

Photo 1 – Un marché à Shanghai

Carte 1 – Itinéraire de Liu Dapeng

LIU Dapeng, 40 ans, marié et quatre enfants
1962 :
– Naissance dans le Jiangsu
1979-1980 :
– Diplômé du lycée
– Maçon à la campagne
1981-1983 :
– Se marie à la campagne
– Chauffeur de camion dans un chantier de construction à Shanghai
– Chef d’équipe dans un chantier de construction à Shanghai
1984-1994 :
– Élevage de cochons et activité agricole à Shanghai
– Arrivée de sa femme avec leurs deux filles à Shanghai
– Marchands de poisson et de légumes dans un marché à Shanghai
1999-2003 :
– Location d’un second stand dans un autre marché à Shanghai
– Retour à la campagne pour raison de santé
Selon la convention de la langue chinoise, le nom de famille précède le prénom. Dans le présent ouvrage, nous gardons cet usage dans la citation des noms chinois.

1Les marchés en ville constituent un des univers des migrants. Nous avons mené des entretiens dans plusieurs marchés à Shanghai, notamment dans un quartier populaire de l’arrondissement Zhabei. Ce marché est ouvert de 6 heures à 22 heures, tous les jours et sans interruption durant toute l’année. Il est divisé en plusieurs zones : légumes et fruits, boucherie, poissonnerie et céréales, etc. Autour des étalages s’animent des activités de service : couture, cordonnerie et réparations.

  • 1 Thireau, 2002.

2Les marchés urbains en tant qu’espace d’échange de produits agricoles sont prospères depuis bien longtemps ; ils se transforment et se réorganisent continuellement. Après 1949, le marché urbain tout comme le marché rural est démantelé par le nouveau pouvoir politique, puisque les activités marchandes privées sont considérées comme des activités à caractère capitaliste. Cet espace d’échanges traditionnel a été officiellement fermé pendant la période de la Révolution culturelle, soit entre le milieu des années 1960 et le milieu des années 1970. C’est avec la réforme économique annoncée en 1978 que réapparaissent en ville les marchés (nongmao shichang : le marché de produits agricoles1).

3Tout au début des années 1980, dans les villes chinoises, sillonnent, à vélo ou en charrette, des paysans colporteurs, les premiers migrants. Ils se réunissent dans des coins de rues ou sur un terrain vague pour former spontanément un marché de produits agricoles : légumes, céréales, volailles et fruits. Devant l’engouement de ces marchés au noir, les autorités locales mettent en place des règlements dans ces espaces publics. Les marchés urbains commencent à s’institutionnaliser. On a vu évoluer deux générations de marchés dans les villes : le marché libre (ziyou shichang), un marché traditionnel en plein air, à des jours fixes et le marché permanent (nongmao shichang : le marché de produits agricoles), un marché couvert et ouvert en permanence. Si dans la première génération de marchés, on trouve surtout des marchands ambulants circulant entre la campagne et la ville, l’apparition de nouveaux marchés permanents accueille cependant des marchands migrants sédentaires. Ces espaces marchands de propriété d’État sont gérés par un bureau de quartier. Cet organisme perçoit les frais de gestion et la taxe payée par les marchands ; il gère la location des stands, règle la situation des marchands et assure la sécurité et l’hygiène du marché. Avec la création des marchés permanents, les administrations locales des quartiers voient augmenter leurs recettes grâce à la perception de la taxe et des frais de gestion.

  • 2 Chen Yingfang, 2008.

4Le marché devient ainsi une aubaine pour les administrations locales, et aussi pour les chômeurs citadins. En effet, avec la politique de protection des emplois urbains, la municipalité de Shanghai donne la priorité aux chômeurs de hukou shanghaien pour la location des stands au marché. Ces derniers peu intéressés par le travail au marché sous-louent leur emplacement et tirent profit de la spéculation sur les stands2. La réémergence des marchés en ville crée malgré tout des opportunités de travail pour les paysans migrants. Ils s’organisent en général en famille : les femmes tiennent majoritairement les stands au marché, tandis que les hommes s’occupent des approvisionnements et du transport des marchandises. Le marché n’est pas simplement un lieu de travail, mais aussi un lieu de vie. Dans cet espace clos, les marchands migrants partagent leur travail et leur vie en communauté. Les plus fortunés occupent un stand et louent, de plus, une ou deux pièces à l’étage pour vivre en famille. Quant aux plus démunis, ils installent une espèce de mezzanine au-dessus de leur échoppe laquelle constitue un espace vital privé.

  • 3 Zhao Yeqin, 2011.

5Les situations de ségrégation urbaine produisent une diversité de parcours de mobilité résidentielle. À Shanghai, en général, les migrants louent des logements auprès des habitants locaux, ou d’anciens logements de citadins, construits dans les années 1950. Une partie des migrants sont logés sur les lieux de travail : marché, dortoirs de chantiers ou d’usines. La répartition géographique montre une concentration des migrants dans des quartiers populaires et périphériques de la ville et dans les nouvelles zones industrielles. Même si le phénomène de « villages de migrants » de Beijing ne se vérifie pas à Shanghai, la proportion des résidents migrants peut atteindre 50 %, voire 80 % dans des quartiers défavorisés et périurbains à Shanghai3. Cette mobilité résidentielle s’adapte aux changements de situations d’emploi. Les migrants s’installent d’abord dans un quartier proche des membres de leur famille ou amis pour se déplacer ensuite quand se présente une opportunité de travail.

6En hiver 2002, pendant notre enquête de terrain dans un marché à Shanghai, nous avons rencontré, à plusieurs reprises, les membres de la famille Liu, le couple et leurs deux filles, originaires du Jiangsu et tous marchands de légumes. Nous avons pu observer leur travail et leur vie de famille dans le marché. Arrivés à Shanghai au début des années 1980, M. et Mme Liu font partie des premiers migrants à Shanghai, bien avant le grand flux migratoire que la Chine a connu dans la deuxième moitié de la décennie 1980. Ils ont même participé à la création d’un des premiers marchés à Shanghai. Aujourd’hui, installés sur deux marchés différents, ils cumulent plusieurs activités et travaillent en famille avec leurs deux filles aînées.

Pourquoi êtes-vous venus à Shanghai ?

La femme : De toute façon, la vie à la campagne est moins bien qu’en ville. Quand nous nous sommes mariés, nous n’avions pas beaucoup d’argent. Mon mari est parti de la campagne avant moi. Mon mari est intelligent. Il avait déjà travaillé dans des chantiers de construction à la campagne, mon beau-père était aussi dans la construction. Nous travaillons très peu dans les champs. Quand je me suis mariée, je ne connaissais rien des travaux agricoles.

Le mari : Dans les campagnes, j’ai travaillé comme maçon pendant six mois avant de partir. Les conditions de vie étaient difficiles. Je suis donc venu voir comment ça se passait à Shanghai. J’ai d’abord travaillé dans des chantiers de construction, et j’ai vu un patron emmener des gens de la campagne pour les faire travailler aux chantiers. Lui, il gagne de l’argent en faisant cela. Alors, au bout de quelques mois, j’ai bien vu que ce patron avait gagné beaucoup d’argent. Je suis donc retourné au village et j’ai amené moi aussi une vingtaine de personnes. Je suis devenu un chef d’équipe (baogongtou : le chef qui se charge de trouver un contrat dans un chantier).

La femme : Il était d’abord chauffeur dans un chantier de construction pour un patron. Ce patron vient aussi du Jiangsu. Mon mari a ensuite commencé à travailler à son compte. Il est devenu patron et embauche des ouvriers pour travailler avec lui dans un chantier. Pour être chef d’équipe, il faut savoir négocier sur un chantier pour se faire embaucher comme équipe. Chez nous, à la campagne, il y a beaucoup de jeunes sans travail. Mon mari s’est chargé de les recruter. Il a fait ce métier pendant quelques années.

Le mari : Une fois, je suis tombé d’un échafaudage. Ma femme a eu très peur. On a réalisé que c’était un métier dangereux. Donc, j’ai décidé d’arrêter. Nous avons commencé à travailler dans les fermes des paysans de la banlieue de Shanghai. Nous élevions des cochons pour les exporter à Hong Kong. En même temps, je travaillais aux champs. J’ai fait cela pendant dix ans. Après, j’ai appris qu’un marché allait ouvrir. Nous sommes venus. Nous avons commencé par la vente de poisson, puis des légumes. Mon seul objectif était de pouvoir manger à ma faim. Quand j’ai trouvé le premier boulot, c’était une bonne surprise dans ma vie, j’ai vu l’avenir devant moi. À l’époque, tout était facile. Shanghai avait besoin de main d’œuvre. C’était facile de gagner de l’argent.

La femme : Je suis arrivée à Shanghai en 1984. À l’époque, nous avions une fille de deux ans et la deuxième venait de naître. Au début je gardais les enfants à la maison. Pour les Chinois, il y a deux choses importantes dans la vie : construire une maison et élever des enfants. C’était quand même une lourde charge d’élever les enfants. Nous n’avions pas la possibilité de faire beaucoup de choses avec les enfants en bas âge.

Mon mari a changé de métier. Nous avons loué un stand dans le marché de la rue Minzhi, dans le quartier Zhabei aussi. Nous vendions du poisson et des légumes. J’ai commencé à l’aider au marché. Nos deux filles étaient petites. Je ne pouvais pas faire tout ça toute seule. Nous étions obligés d’embaucher du personnel pour nous aider au marché. Nous avons embauché trois personnes. Elles viennent toutes du Jiangsu. Cela fait dix ans que nous vendons des légumes. Il y a trois ans, nous avons loué un deuxième stand dans ce marché.

Le mari : Je suis devenu un marchand de légumes, un petit commerçant, je fais des affaires et je gagne de l’argent. Si on est exigent avec soi, on peut toujours trouver mieux ailleurs. Mais nous avons besoin d’argent, parce que les enfants grandissent. Maintenant notre vie est stable. On verra plus tard. S’il y a d’autres opportunités, il ne faudra pas les laisser passer.

Pouvez-vous parler un peu de votre famille ?

La femme : J’ai 40 ans. Nous venons de Yancheng, dans le Jiangsu. Nous nous sommes mariés en 1981. Nous avons quatre enfants, quatre filles, l’aînée a 20 ans et la plus petite a 15 ans. Les deux aînées sont avec nous à Shanghai. Ma fille aînée, dès l’école primaire, a toujours été élue chaque année comme une des meilleurs élèves (mofansheng : élève modèle). Les professeurs l’ont bien appréciée. La plus petite, c’est pareil, elle a gagné le premier prix à l’école. Elle a même reçu de l’argent comme récompense. Nous leur demandons toujours de bien travailler à l’école. Les deux aînées ont fini le collège. Si elles continuaient, il faudrait payer leurs études. Elles voient que les parents travaillent en ville, elles ont envie de venir. Donc, elles ont abandonné les études pour venir nous rejoindre. Elles n’ont pas eu de chance. Maintenant, nous gagnons de l’argent pour que les deux plus petites continuent des études. Nos deux dernières filles sont maintenant au collège. Elles sont nées à Shanghai, Elles sont retournées à la campagne, quand elles devaient aller à l’école. Nous n’avions pas la possibilité de nous occuper d’elles ici. Nous devons partir travailler très tôt le matin. Mais chaque année, elles viennent passer les vacances à Shanghai. Si elles peuvent aller un jour à l’université, ce sera bien. Elles pourront aller n’importe où elles pourront réussir des concours.

Le mari : En fait, quand j’étais au collège, ma mère était très malade. Après le lycée, mes parents ont voulu me marier tout de suite pour que le bonheur chasse la maladie de ma mère. Dans les campagnes, les gens sont superstitieux. C’est comme ça que ma femme est arrivée chez nous. En fait, nous n’avons pas respecté la loi sur le mariage, parce que nous n’avions pas atteint l’âge légal pour nous marier, mais il n’y avait pas de choix pour sauver ma mère. Elle s’est effectivement rétablie après mon mariage.

La femme : Mon mari a deux frères, il est l’aîné de la famille. Les parents ne travaillent pas beaucoup maintenant. Ils ont 60 ans. Ils s’occupent de nos enfants. Nous avions tout prévu pour eux. Les enfants étaient petits, les grands-parents ne pouvaient pas laver leur linge. Nous avons donc acheté un lave-linge pour les parents, un réfrigérateur et une télé. À Shanghai, nous avons aussi les mêmes choses. Quand les parents veulent nous voir, ils viennent à Shanghai. Quand ils viennent, nous leur donnons de l’argent. Nous nous entendons bien. Moi-même, je n’ai plus ma mère. Je donne de l’argent à mon père et je lui fais des vêtements. Quand nous rentrons pour le nouvel an (chunjie : la fête du printemps), nous lui faisons des cadeaux. C’est normal de respecter les parents.

Ma belle mère a des problèmes de santé. Quand elle est en colère, nous cédons, nous nous taisons. Elle garde nos enfants, nous ne pouvons pas nous disputer avec elle. Je m’entends bien avec elle. Elle me considère comme sa fille, parce qu’elle n’a pas de fille. Mes beaux-parents gardent nos enfants et ceux d’un de leurs autres fils. Chez mon mari, c’est une grande famille. Une belle-sœur travaille aussi avec nous ici au marché. Je suis la plus grande belle-fille chez mon mari, elle est la seconde. Nous sommes toujours ensemble. Les enfants de nos trois familles sont tous intelligents. Mais nous ne pouvons pas leur donner une bonne éducation.

Comment vous organisez-vous dans votre travail au marché ?

Le mari : Quand nous sommes arrivés dans le premier marché du quartier Zhabei, il n’y avait rien. Il n’y avait pas d’habitation, c’étaient des champs. Les changements sont énormes. Tous les ans on voit des changements. Au début, au terminus du bus no 79, il n’y avait qu’une vielle dame qui vendait des légumes, et après, beaucoup de marchands sont arrivés. C’est donc devenu un marché spontané. Pour qu’il devienne un marché officiel, nous avons dû négocier avec les autorités. C’est pour ça que nous avons pu ouvrir ce marché. C’est à la limite d’une zone rurale. Nous avons négocié avec le village qui se trouvait ici au lieu de négocier avec l’arrondissement urbain. C’était plus simple. Ce marché existe depuis longtemps, c’est surtout les migrants de la région de l’Est au début. Des gens du Jiangsu sont venus par notre intermédiaire. Ils sont arrivés directement ici. Les informations circulent très vite. On sait très rapidement ce qui se passe à tel endroit. On fonctionne beaucoup avec des réseaux de relations. Même si les gens ne se connaissent pas bien, il suffit de se rencontrer quelques fois. Après, quand il y a une nouvelle opportunité, on s’en informe.

La femme : Les filles deviennent grandes. Elles peuvent aussi travailler. Comme les affaires marchaient très bien là-bas sur l’autre marché, nous avons loué un deuxième stand ici pour élargir nos activités. Sur les deux marchés, nous avons beaucoup de travail. À part la vente des légumes, nous fournissons aussi des cantines et des entreprises. Mon mari a acheté une camionnette. Il se lève à une heure du matin pour aller acheter des légumes. Il va à Jiading chez les paysans. Maintenant, ce sont tous des migrants qui cultivent des légumes et qui nous les vendent. Mon mari fait deux allers et retours chaque jour pour s’approvisionner en légumes. Cela fait 150 km. Il ne travaille pas au marché. Dans la journée, il passe son temps avec des amis qui sont aussi des clients. Mon mari passe beaucoup de temps avec des clients. Ils fument ensemble, il lui faut des cigarettes de bonne qualité. Ces clients nous apportent des commandes pour des usines.

Mes filles et moi, nous nous levons vers 3 ou 4 heures du matin quand mon mari revient. Nous préparons des légumes pour la livraison. À 5 heures 30, il part livrer des légumes aux entreprises. Quelquefois, nous devons laver des légumes avant de les transporter pour que tout soit prêt pour l’usine. Pour gagner de l’argent, il faut bien réfléchir. À Shanghai, on peut gagner de l’argent partout. Sur l’autre marché, nous avons beaucoup de variétés de légumes, bambous et champignons, etc. Les Shanghaiens sont exigeants, ils aiment bien manger des champignons et des bambous.

Que pensez-vous de votre vie à Shanghai ?

  • 4 Le salaire minimum à Shanghai à l’époque était 535 yuans par mois (équivalent de 50 euros).

La femme : J’y suis arrivée pour la première fois à l’âge de 18 ans. Je me suis bien habituée à la vie de Shanghai. Nous avons une carte de résident temporaire et nous avons aussi un permis de travail. Nous gagnons à peu près 5 000 yuans par mois pour toute la famille4.

Nous avons de la famille et des amis ici. La famille de ma sœur a acheté un car à deux étages pour transporter des gens entre la campagne et Shanghai. Ils font ce commerce. Ils viennent souvent à Shanghai et le lendemain ils retournent à la campagne. Ils travaillent beaucoup. Pendant la fête du printemps, ils font les trajets entre le village et Beijing ou Shanghai. Ils ont deux cars. Ce sont des cars importés de l’étranger. Ils roulent très vite, ces cars. Ils mettent cinq ou six heures entre notre village et Beijing. Les passagers paient 200 yuans entre le Jiangsu et Beijing. C’est cher.

Ma fille aînée a un fiancé. Il est chauffeur. Il ne travaille pas pour nous. Il transporte des marchandises pour d’autres personnes. Il vient nous voir le week-end. Nous faisons des repas pour lui. C’est normal qu’il vienne voir ses futurs beaux-parents. Chez lui, il y a un garçon et une fille, toute sa famille est à Shanghai. Son père est aussi chauffeur, sa mère reste à la maison, sa sœur aînée travaille dans une usine qui fabrique des pièces pour radios.

Ici dans ce marché, il y a des gens de notre province, mais beaucoup viennent d’ailleurs (l’Anhui, le Sichuan et le Shandong) ; alors que dans l’autre marché, la majorité vient du Jiangsu. Avec les gens des autres provinces, quand on se croise, on se dit bonjour. À part ça, il n’y a pas de contact en dehors du marché. Chacun fait son travail. Avec les gens du Jiangsu, on s’invite quelquefois, mais on est tous fatigués après le travail. Ils n’ont pas le temps de venir chez nous, nous non plus. Après le travail, on regarde la télé, on mange et on se repose. Quand les occasions se présentent, on va au restaurant. Au marché, on ne ferme jamais. Quand on est vraiment fatigué, on arrête un jour. Par exemple, le 1er mai cette année, les gens ne travailleront pas. Nous pensons aussi fermer, parce que mon mari aura 40 ans le 3 mai. Nous inviterons des amis et des parents proches au restaurant.

Nous ne sommes pas comme les autres. Nous avons aussi des amis Shanghaiens. Ils sont très gentils. Quand ils nous voient dans la rue, ils nous appellent par nos prénoms. En fait, très peu sont méchants. S’ils nous méprisent, nous les méprisons aussi. Ce n’est pas intéressant. Nous mangeons dans notre bol, ils mangent dans le leur.

Le mari : Ici, quand on veut, on peut toujours trouver du boulot après le travail au marché : décharger des camions, par exemple. Ce sont des Shanghaiens qui viennent nous demander de l’aide. Nous n’avons pas besoin d’aller vers eux. Notre travail n’est pas stable. Quand il faut, on en changera. Les migrants, quand ils voient un truc meilleur, ils y vont. Les gens circulent beaucoup à Shanghai. Ça peut aussi être le cas dans une autre ville. Les gens comme nous, de la classe inférieure, on s’en fiche. S’il y a des opportunités de travail, même si c’est très loin, à Shenzhen par exemple, nous y allons tout de suite. Les gens comme nous, les travailleurs manuels, nous n’avons pas de mal à trouver du travail, parce que nous savons travailler dur. Les villes se développent, elles ont besoin de main-d’œuvre. Les personnes qui ont des diplômes ont plus de mal à trouver du travail. Nous, même si nous ne sommes pas contents de notre travail, nous l’acceptons tout de même, et nous changerons plus tard dès que l’occasion se présentera.

7Durant la première période de la migration, M. Liu enchaîne des travaux dans le même secteur d’activité, à l’intérieur de son village : chantiers de construction. Plus tard, il redevient paysan en s’engageant dans des activités agricoles à Shanghai. Cette période a duré plus de dix ans. En réalité, dans les zones périphériques rurales de Shanghai, beaucoup de paysans shanghaiens abandonnent les activités agricoles peu rentables pour partir travailler dans des secteurs mieux rémunérés. Ils se font remplacer par des migrants venant des autres provinces pour faire faire les travaux des champs.

8Au bout de 20 ans de vie à Shanghai, le couple marchand semble s’intégrer en ville et mène une vie stable. Ils louent deux pièces d’une dizaine de mètres carrés au marché, dans des conditions bien plus confortables que la plupart des migrants voisins. Étant les plus anciens, ils ont acquis une notoriété au marché. Le mari est souvent sollicité pour faire la médiation entre des marchands en conflit. Ils fréquentent aussi des Shanghaiens qu’ils considèrent à la fois comme amis et clients. Le mari se montre tout fier de savoir parler le dialecte de Shanghai, un signe d’assimilation pour lui. Cependant, cette intégration et cette stabilité semblent fragiles et superficielles, car la famille vit toujours dans l’enclave du marché où ils se sentent plus protégés au milieu des amis migrants. Lors de notre retour à Shanghai un an après ces entretiens, cette famille n’était plus là. Des gens du marché disent que le mari est tombé malade et qu’il devait se faire opérer. Faute de protection sociale pour les sans hukou de Shanghai, la famille ne peut payer les frais médicaux onéreux. Ils sont rentrés dans le Jiangsu. Un retour temporaire ou définitif ? Personne n’a pu répondre.

Notes

1 Thireau, 2002.

2 Chen Yingfang, 2008.

3 Zhao Yeqin, 2011.

4 Le salaire minimum à Shanghai à l’époque était 535 yuans par mois (équivalent de 50 euros).

Table des illustrations

Légende Photo 1 – Un marché à Shanghai
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/7911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Carte 1 – Itinéraire de Liu Dapeng
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/7911/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search