Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du lien marchand

 | 
Franck Cochoy

Lien, affect et marché

Chapitre IV. Des liens marchands au lien amoureux

Le marché de la rencontre sur internet

Emmanuel Kessous

Texte intégral

  • 1 On trouvera dans l’ouvrage de Jean-Claude Kaufman, à partir de l’analyse de différents blogs mascul (...)
  • 2 On appelle « marché bifaces » en économie industrielle, un marché constitué de deux clientèles indé (...)

1L'évolution des relations intimes dans les sociétés contemporaines soumet le projet amoureux à une plus grande fragilité. « L’isolement, le sentiment de ne pouvoir établir un contact en profondeur avec d’autres êtres humains » serait, selon Allan Bloom, le syndrome du malaise contemporain. On ne parlerait plus d’amour ou d’amitié mais de relations amoureuses ou amicales, un terme qui selon Bloom correspond davantage aux liens d’affaire comme le contrat qu’aux attachements humains. « Ce terme vague de “relation”, écrit-il, loge dans le même abri de fortune la citoyenneté comme la famille, l’amour comme l’amitié, et fait ainsi abstraction de l’extrême diversité de leurs fondements et exigences spécifiques » (Bloom, 2003, p. 10). On multiplierait les liens dans le but d’obtenir dans un futur incertain des avantages particuliers. Cette économie des liens augmente paradoxalement le niveau des exigences pour les maintenir. Giddens, dans une visée plus progressiste, parle de « relation pure » pour qualifier « une situation dans laquelle une relation sociale est entamée pour elle-même, ou plus précisément pour ce qu’un individu peut espérer tirer de son association durable avec un autre, cette alliance ne se perpétuant que dans la mesure où les deux partenaires jugent qu’elle donne suffisamment satisfaction à chacun pour que le désir de la poursuivre soit mutuel » (Giddens, 2006, p. 76). Dans ce contexte, les sites de rencontres sur Internet, comme les plateformes de réseaux sociaux constituent des outils utiles à la disposition des célibataires pour combler leur manque affectif (Kaufmann, 2010)1. Les premiers apparaissent même comme le mode de coordination idéal pour répondre à ces appariements décomplexés dans une société où la grandeur des individus est avant tout marquée par leur capacité à se prendre en main et à s’engager dans de nouveaux projets (Boltanski et Chiapello, 1999). Se retrouvent en effet sur ces sites, dont le design est celui des marchés bifaces2, de nombreux célibataires hommes et femmes aux goûts, propriétés physiques et spacio-sociales divers, le rôle de la technique étant justement de leur permettre de révéler leurs qualités respectives afin de se rencontrer en réalisant les bons appariements. En y regardant de plus près, les choses s’avèrent nettement plus complexes. D’une part, à l’inverse des idées reçues, les motivations et les niveaux d’engagements des personnes qui fréquentent ces sites peuvent être très divers : certaines sont là pour se rassurer après une rupture, d’autres pour mettre en œuvre leur capacité de séduction, d’autres encore cherchent à se changer les idées ou simplement à assouvir leur curiosité. D’autre part, les informations renseignées sont parfois tronquées ou volontairement fausses, ce qui implique de prolonger l’expérience et de réaliser des « erreurs » avant d’espérer identifier l’heureux élu. Des secrets et des rencontres, à l’instar du titre d’un programme de recherche hétérodoxe associant économie et sociologie (Favereau, 2000), voilà ce qui d’un trait de plume pourrait caractériser les pratiques des clubs de célibataires. Passer d’un mode de coordination qualifié pour les relations marchandes à des rapports affectifs, telle est la gageure de la rencontre sur Internet.

  • 3 Cette analyse repose sur une méthodologie qui couple des données recueillies sur la période 2006-20 (...)

2La multiplication des contacts et le caractère volontaire et empathique attendu de la part des protagonistes sont en effet deux fondamentaux des clubs sur Internet. Par ailleurs, les candidats à la rencontre doivent faire face à une quantité d’informations à traiter qui conduisent à certaines formes de réification de l’altérité (Honneth, 2007). Les sites sont construits sur le modèle d’un système d’appariement contenant des données objectivées de nature sociodémographique (taille, âge, sexe, profession…) et d’autres plus personnelles (traits de caractères, préférences sexuelles, goûts culturels…). En rassemblant ces données sur un même niveau cognitif, les plateformes de mise en relation orientent les acteurs dans une activité de calcul rationnel sur les qualités relatives des uns et des autres qui les éloignent du cadre idéal à l’apparition de sentiments amoureux. Les sites Internet conduisent à des déplacements dans les règles et les conventions qui régissent les formes de la séduction et les compétences déployées pour réaliser une rencontre (Kessous, 2011a). Et pourtant, en développant certaines compétences, celle-ci s’avère possible3.

  • 4 Le prix pouvant en l’occurrence se mesurer au coût de l’abonnement et au temps disponible dépensé s (...)

3Ce chapitre s’intéresse aux moyens de créer un lien affectif entre des personnes (je parle pour simplifier de liens amoureux) à partir de plateformes de rencontre sur Internet. Dans cette contribution seront regardées particulièrement les épreuves que les célibataires doivent franchir pour passer d’une posture formatée pour la relation marchande et publique à une autre plus en phase avec des relations affectives et privées. Quatre épreuves font particulièrement l’objet du questionnement. La première concerne le risque d’enfermement possible des protagonistes dans une posture de réification qui empêche l’émergence des liens affectifs. La deuxième touche à la construction du profil et la mise en scène de soi comme occasion de renforcer des liens amicaux et d’entraides. Les deux dernières épreuves sont extrêmement enchevêtrées. La troisième porte sur la prégnance du premier contact et la quatrième sur la nécessité de concentrer son attention sur les singularités de la personne sélectionnée pour s’extraire d’un mode de coordination marchand — ou le rapport entre qualités et prix4 en situation d’informations incomplètes est toujours perfectible — et se focaliser sur les enrichissements personnels de la rencontre.

La réification : des données sur les personnes aux personnes comme données

4Rencontrer quelqu’un sur Internet revient à passer d’un mécanisme de coordination publique où les données sont objectivées et formées pour pouvoir effectuer des comparaisons à des rapports d’altérité plus intimes où les données — qu’elles s’expriment par des mots ou des corps — ne font sens que pour les personnes qui les partagent entre-elles. La question n’est pas tant l’usage du marché pour effectuer la mise en relation, que la place de cette coordination marchande dans le processus de la rencontre proprement dite, et son cloisonnement vis-à-vis d’autres régimes d’engagements plus intimes et plus personnels (Kessous, 2011b ; Thévenot, 2006). Pour le dire autrement, dans les pathologies du social des sites de rencontre (Honneth, 2008), si le recours au marché dans la médiation n’est pas vraiment en cause, ce dernier doit rester à sa juste place, c’est-à-dire celle limitée qui, moyennant un paiement, offre la possibilité d’accéder au service. Mais la force de l’objectivation des données s’impose à l’acteur qui expérimente les fonctionnalités des sites de rencontre. Celui-ci s’en saisit pour cadrer un espace de choix. Lorsque le pesage de ces données « froides » prend le dessus sur tout autre forme d’ajustement entre les personnes, ces dernières basculent dans la réification.

Un marché des données personnelles

  • 5 Il existe différentes modalités d’appariement dont certaines ne sont pas marchandes. La légitimité (...)
  • 6 Ces catégories sont, à des rares exceptions près, non renseignées.
  • 7 Nous ne nous attarderons pas sur les représentations sociales concernant les relations hommes/femme (...)
  • 8 Le site désigne les traits de personnalité comme des « fonctions ».

5Créer un système d’appariement nécessite, en effet, de construire des catégories qui permettent de classer les personnes5. Une première série assez générale permet de séparer les individus par classe d’âge, de taille, de région. Une autre série porte sur les diplômes, les professions exercées ou souhaitées pour le conjoint. La qualification devient déjà hasardeuse, lorsqu’il faut caractériser la couleur des yeux ou des cheveux, la corpulence, les croyances religieuses ou les préférences pour le mariage. Le célibataire en quête d’amour se retrouve donc avec une liste de personnes classées par catégories et qui se présentent à lui dans l’ordre désigné par les critères qu’il aura entrés dans le moteur de recherche lui permettant de faire une présélection. Dans ces conditions, il est normal que ce soit l’image du supermarché qui soit véhiculé par les regards médiatiques — souvent critiques — portés sur ces modes de mise en relation. Dans une récupération humoristique, qui rappelle celle des mécanismes publicitaires, le site adopteunmec a joué de ces représentations symboliques en présentant les choix possibles comme ceux disponibles sur les rayonnages d’un supermarché, les femmes devant déposer les hommes qui leur plaisent dans leur caddie. La liste et le contour des catégories à partir desquelles peuvent se réaliser ces appariements sont un élément de différenciation des sites. Certains se contentant de catégories générales sur les goûts culturels (la country music, le jazz, etc.), d’autres descendent beaucoup plus bas dans la spécification (le nom d’un musicien, d’un album, ou le titre d’un film…) en l’indexant à une base de données. Il est ainsi possible de sélectionner tous les fans de Transylvania Boogie de Franck Zappa ou ceux qui préfèrent Lisboa Antiga d’Amalia Rodrigues. Ces spécifications concernent l’ensemble des activités sociales, des voyages aux activités sexuelles, le site adopteunmec proposant même aux femmes qui le souhaitent de préciser leurs positions préférées et plus encore si elles pratiquent la fellation et/ou la sodomie6. Les hommes quant à eux sont invités à préciser le type de leur habitation (maison ou appartement) et la manière dont elle est équipée : équipement sanitaire (douche ou salle de bain), taille du lit (une ou deux places…), équipement audiovisuel (ordinateur, lecteur dvd, projecteur…). Ils peuvent également préciser leur mode de locomotion (vélo, scooter, moto, voiture…) et les « extras » dont ils disposent (jardin, piscine, garage, jacuzzi…)7. Si on y ajoute les autres fonctionnalités8, cela ouvre une large palette de combinaisons possibles tout en réduisant le nombre de candidats susceptibles d’y correspondre. Il est ainsi possible de sélectionner un homme bisexuel, ayant de l’humour et la fibre paternelle, habitant chez ses parents et possédant un lit « king size » ou bien, au contraire, un photographe bricoleur faisant le ménage, vivant en colocation, possédant un poisson et se baladant en scooter. D’autres catégories plus classiques (professions, revenus lorsqu’ils sont renseignés, âge, poids) sont mieux calibrées pour des calculs entre équivalents.

6Quel que soit le degré de détail des catégories proposées selon les sites, le fait est qu’elles mettent sur un même plan les informations qui font l’objet d’une mesure conventionnelle normalisée (la taille, le poids…) ou juridiquement encadrée (la nationalité, le mariage…), avec d’autres dont les contours de la qualification sont nettement plus subjectifs (l’origine ethnique, le style vestimentaire, le caractère…). Ce faisant, ces plateformes concrétisent le vœu des approches hédonistes : décomposer la marchandise convoitée en un ensemble de propriétés élémentaires qui permettent aux consommateurs d’exercer pleinement leur rationalité (Lancaster, 1966). Les catégories des sites ouvrent très largement la possibilité du choix à des données personnelles, dites sensibles au sens de la législation française, et donnent ainsi raison aux approches marginalistes selon lesquelles l’information sur les personnes sur les marchés d’appariement (marché du travail ou marché du mariage) ne devrait pas se limiter aux qualités conventionnelles des offreurs (la productivité ou le diplôme pour le marché du travail) mais s’étendre aux traits de caractères et à la personnalité (Posner, 1981).

7Pourtant si on y regarde de plus près, il serait difficile d’obtenir un consensus interprétatif de ce que l’on nomme une personne « sensible », « vive » ou « exigeante ». Plus encore, l’ensemble de ces informations invite à des projections dans le quotidien de la relation future, sa réussite ou son échec, comme si lorsqu’on se rencontrait via ces sites, il fallait effectuer le meilleur choix, du premier coup, sans connaissance expérientielle et processus d’essais-erreurs. Les informations froides et distanciées mises en œuvre dans ces formulaires cadrent le début des relations dans l’utopie d’un appariement idéal. Si le calcul est bien ajusté, il devrait être impossible pour un couple au bout d’un an de découvrir dans l’intimité de la relation que l’autre n’a pas nécessairement toutes les caractéristiques que l’on avait projetées sur lui. Fort est à parier pourtant que malgré les — ou parfois grâce aux — imperfections des personnes, la force des liens qui les uniront alors et de leur attachement réciproque aura pris des chemins imprévus. D’autres catégories de sélection malgré leurs apparences binaires ne sont pas non plus dénuées d’interprétation. C’est notamment le cas des auto-qualifications concernant le statut conjugal. L’affichage d’une relation existante (en couple, choix d’une relation CDD…) annonce clairement une préférence pour des aventures sans lendemain. Mais ce n’est pas le cas du choix antonyme (jamais marié ou désir d’une relation CDI…). L’ambiguïté résulte du fait que cette introspection psychologique n’est pas toujours aussi évidente qu’il y paraît pour les personnes concernées ou alors que, inscrites dans une posture stratégique, elles choisissent délibérément d’avancer masquées pour aboutir à leurs fins. En d’autres mots, ces informations, bien qu’en apparence extrêmement qualifiantes, sont indécidables (Livet, 1994). Si comme le prononcent certaines approches sociologiques, les individus cherchent à s’apparier avec des personnes ayant un statut social au moins égal ou supérieur au leur (Singly, 1984), les acteurs agissent en situation d’incertitude radicale. Ils ne peuvent obtenir ce résultat par un calcul économique reposant sur des variables explicites qui ne prêtent pas à discussion. Il leur faut au contraire se fier à des principes de jugement (Karpik, 2007).

La réification comme oubli de la reconnaissance

8On le voit, se reposer exclusivement sur ces données au statut public pour réaliser un appariement poserait d’inexorables difficultés. Elle conduirait à traiter les personnes « comme des choses », c’est-à-dire à entrer dans un processus de réification. Avant d’aller plus loin — et d’analyser notamment comment sortir de cette démarche réifiante — il convient de préciser le concept. Pour Georg Lukács, le processus de rationalisation décrit par Marx Weber et l’extension naturelle du marché à l’ensemble des relations sociales fait de la réification une seconde nature de l’espèce humaine dans la société capitaliste. Axel Honneth résume ainsi la position de Lukács : « Tous les sujets qui participent à la forme de vie capitaliste doivent nécessairement acquérir l’habitude de se percevoir eux-mêmes et de percevoir le monde environnant selon le schéma de l’objet chosal » (Honneth, 2007, p. 24). La réification est donc pour Lukács une disposition marchande, un habitus, correspondant à l’attitude contemplative qui permet au sujet un détachement par rapport au processus dans lequel il agit sur son environnement social. La réification implique donc un défaut émotionnel. Ne découlant pas d’un choix subjectif, elle ne peut pas être considérée comme immorale. Honneth résume ainsi l’argument : « Dans la sphère toujours en expansion de l’échange marchand, les sujets sont contraints de se comporter par rapport à la vie sociale en observateurs distanciés plutôt qu’en participants actifs, parce que tous les calculs qu’ils font au cours de ces actions et à propos de ce qu’ils pourraient obtenir les uns des autres exigent une position purement rationnelle et aussi exempte d’émotions que possible » (ibid., p. 26).

9Honneth propose de réactualiser le concept de réification en l’articulant à sa théorie de la reconnaissance. En effet, l’approche de Lukács est trop totalisante : n’étant ni une erreur de catégorie, ni une faute morale, mais un défaut d’engagement par rapport à soi et par rapport au monde, elle ne permet pas d’entrevoir des situations sociales où des postures d’observations désengagées seraient légitimes. La réification pour Lukács prend la forme d’une « pratique manquée » sans que l’auteur ne donne une réponse satisfaisante à ce qui constituerait une « forme plus originaire ou encore meilleure de pratique humaine » (ibid., p. 28). Le point de départ d’Honneth est donc celui auquel aboutit l’analyse de Lukács, il s’agit de donner un contenu intersubjectif à ce qui constituerait une « pratique humaine vraie ». Cela le conduit à renoncer à l’hypothèse selon laquelle la réification découlerait naturellement de l’extension de l’échange marchand à toutes les sphères du social.

10Pour faire sa démonstration, Honneth s’appuie sur les écrits de John Dewey et sur ceux de Martin Heidegger. Du second, il retient essentiellement sa considération du « souci », cette relation au monde considéré comme un ensemble de significations pratiques. L’existence humaine est ainsi caractérisée dans cette perspective comme une activité participante, un « engagement soucieux » permettant de découvrir le monde signifiant. De Dewey, Honneth retient les concepts d’expérience qualitative holistique et « d’engagement pratique ». Dans une situation donnée, les qualités propres à notre expérience ne peuvent être différenciées selon les éléments cognitifs, émotionnels ou volitifs. Elles sont appréhendées dans une tonalité affective unique. L’implication appelant le souci d’une interaction fluide avec l’environnement, cet engagement existentiel dans le monde, Honneth le nomme « reconnaissance ». Ce n’est qu’une fois saisie cette réalité qualitative unique que, par une tentative réflexive et pour résoudre un problème, le sujet peut séparer les éléments cognitifs et émotionnels et prendre de la distance avec l’objet de la connaissance. « Ce sujet peut désormais concentrer toute son attention — en tant qu’énergie cognitive — qui était auparavant tout entière dépensée en vue de la saisie de l’expérience directe, vers le traitement intellectuel d’un problème qui, passé au premier plan, fait refluer vers l’arrière-plan toutes les autres données de la situation » (ibid., p. 48). En suivant Dewey cette fois, l’attitude consistant à orienter son attention pour mieux traiter un problème complexe à résoudre perd sa qualité réifiante. Elle est la résultante d’une réflexivité qui s’inscrit après le processus originel qualitatif de l’expérience existentielle qui demeure, pour autant, toujours présent. Ces catégories d’analyse étant exposées, il est ensuite possible à Honneth de redéfinir la notion de réification en l’adossant à sa théorie de la reconnaissance. Sa thèse bien connue est que la reconnaissance précède l’acte de connaissance. La reconnaissance se définit en première approximation comme une « attitude communicationnelle propre à celui qui adopte la perspective d’autrui » (ibid., p. 52).

11La réflexion du philosophe aboutit finalement à une acception de la réification alternative à celle de Lukács qui s’analyse comme un « oubli de la reconnaissance ». La réification dans ce sens précis doit se comprendre comme une restriction volontaire de l’attention qui prend la forme d’une amnésie et elle ne découle plus nécessairement de l’extension d’un processus marchand. Ce phénomène est par conséquence réversible : « oublier » ne signifie pas « désapprendre ». « Il doit s’agir plutôt d’une espèce de restriction par laquelle le fait de la reconnaissance se déplace à l’arrière-plan de la conscience et ne s’offre plus à la vue immédiate. La réification au sens de l’“oubli de la reconnaissance” signifie donc que, dans l’accomplissement du processus de la connaissance, nous cessons d’être attentifs au fait que cette connaissance doit son existence à une reconnaissance préalable » (ibid., p. 82). En agitant leurs données sur les personnes et en optimisant leurs paniers de caractéristiques, les acteurs finissent par oublier qu’ils ont à faire à d’autres individus dans le même état qu’eux-mêmes et dont la corporalité et l’esprit sont cachés par la médiation des réseaux de communication et des écrans d’ordinateurs.

Le profil : la mise en scène de soi par les liens amicaux

  • 9 Sur l’importance du coach dans une cité connexionniste où prime le projet, cf. Boltanski & Chiapell (...)

12Comment faire pour recréer les connexions perdues et permettre de nouveau aux humains de s’aborder comme des humains ? Cela passe par la mise de côté des données sur les caractéristiques objectivées qui, malgré leurs apparences personnelles, demeurent assez impersonnelles, pour se fixer sur un autre cadre des fiches de présentation, celui que constitue l’annonce dans laquelle le candidat se présente et indique en quelques mots ce qu’il recherche. Beaucoup de ces annonces débutent par l’introduction d’un tiers : « je me suis inscrite sur les conseils d’une amie… ». Ainsi, que cela soit motivé par estime de soi (je suis là pour faire plaisir, ce n’est pas vraiment moi qui ai pris la décision) ou en raison de croyances résultant d’une expérience réussie (« ma meilleure amie a trouvé son mari sur ce site, alors pourquoi pas essayer… »), avec les annonces, l’appariement sort d’une relation à deux (ou plus exactement à deux humains et deux ordinateurs), pour devenir une relation à trois. Le célibataire n’est plus dans la posture d’un individu seul face à un marché pris comme un système, il doit rendre des comptes à un tiers qui agit comme un coach9.

La mise en scène de soi dans l’annonce personnalisée

  • 10 Les statistiques du site expérimental okcupid.com mettent en évidence que certains mots utilisés da (...)

13L’annonce est le cadre de la fiche signalétique particulièrement important pour susciter un désir de prise de contact et capter l’attention du visiteur (Cochoy, 2004b). Plus encore que dans la partie du formulaire listant les goûts, c’est ici que la personne peut préciser publiquement qui elle est, ce qu’elle aime, déteste, désire. Bien que le cadre de l’annonce soit rarement limité, celle-ci pour être efficace doit être courte, percutante et mettre en avant des mots positifs10. L’expression écrite est aussi un marqueur social mis en avant comme un critère explicite de sélection dans certaines annonces. Le mot d’ordre est originalité. Pour se différencier et attirer le regard, les célibataires doivent, sans apparaître trop excentriques, faire preuve de créativité.

14Pour autant, et davantage sur certains sites que sur d’autres, on trouve des formats très hétérogènes d’annonce, celle-ci étant parfois conditionnée par le formulaire d’inscription du site comme dans le cas d’adopteunmec où les personnes doivent répondre à la question « qui suis-je ? ». Le format choisi peut être celui de la dérision : « pff Si je savais qui je suis, j’en serais pas là… Disons que je suis un peu perchée mais marrante » ; de l’envolée lyrique : « Une louloutte, une nana, une vraie chipie, juste une fille, qui cherche son champion du monde ! ! ! Lol » ; de l’humour décalé : « Qui je suis ? ? Ça y est, ça commence… ben je croyais que c’était moi qui faisais les courses ici ! ! Je répondrai si je veux… » ; ou de la déclaration d’intention empreinte de sincérité : « Je suis une épicurienne que la routine ennuie, j’aime rire, je suis curieuse et passionnée. J’aime rêver hors des sentiers battus, la fantaisie est mon moteur et la joie de vivre mon leitmotiv ». L’annonce doit permettre de renseigner sur la personnalité du ou de la candidate, présenter sa spécificité de manière synthétique, sans pour autant occulter les faiblesses qui la rendent humaine. « Spontanée & assez “happy” avec un petit caractère bien trempé ! Addict de beaux tatouages, de musique “électro”, de belles baskets “collectors”, de soleil, de shopping, de bonnes bouffes, de mon lit & de mon job ! Un tout petit peu chiante je l’avoue mais en même temps c’est plutôt bon signe car ça veut dire que je tiens un minimum à la personne… ».

15Ces éléments sont autant d’accroches potentielles qui permettent d’alimenter un début de conversation. Si l’humour est un atout bien compris — je n’ai vu aucune annonce recherchant quelqu’un qui en était dépourvu — il peut s’avérer une arme à double tranchant, s’il dénote une stigmatisation du sexe opposé : « MecCélibataire. Je m’ennuie un peu de cette situation, c’est pour cela que je lance une recherche afin de trouver le programme FilleJolieIntelligente.exe. Évidemment, ce programme est difficile à trouver, il semblerait qu’il soit de plus en plus corrompu par le virus GrosGougeat.exe. En effet celui-ci infecte FilleJolieIntelligente.exe en le renommant Garce.exe, on observe par la suite quelques disfonctionnements lors de l’utilisation du programme ».

16L’annonce est aussi l’occasion de préciser ce que l’on recherche soit en affichant une ouverture d’esprit et une espérance — « Il y a celles qui durent une vie, celles qu’on aurait mieux fait de ne pas faire, celles qui vous bouleversent ou qui vous surprennent, celles qui vous changent un homme, celles qui vous tordent de rire et vous regonflent le moral, celles qui vous touchent en plein cœur et puis il y a celles que l’on n’attendait pas… voilà, la vie n’est faite que de rencontres… » — soit en déroulant une liste personnelle de caractéristiques recherchées : « Un jeune homme sincère, ouvert, intéressant (mais surtout pas vaniteux !), qui ait surmonté sa dernière rupture, qui sache prendre des initiatives, un brin rêveur, un soupçon d’autodérision… ça fait déjà beaucoup, non ? Bon, si vous ne remplissez pas toutes les conditions, je suis prête à faire un petit effort ; -) à condition que vous aimiez les balades, prendre un verre dans les petits cafés parisiens et observer les gens, larver sur le canap en matant un dvd, aller au ciné, théâtre et les petits concerts… Voilà, je ne suis pas si exigeante finalement. ;-) ».

17D’autres annonces sont néanmoins nettement plus singulières, qu’elles mettent en scène une personne dépressive, ou qu’elles ne respectent aucune des normes de présentation positive. En voici un exemple : « Messieurs. Tout de suite ça détend… Mesdames au revoir ! Alors que dire… je vais compléter plus intensivement le descriptif demandé et d’un revers de main balayé ! Eh bien, je ne suis pas, en toute objectivité, un canon de beauté. Désolé mais 1 m 70, 50 kg, c’est pas possible ! ! J’aime notre art de la table et la convivialité des soirées alors adieu silhouette 0 %. Sportive à mes heures perdues, j’avoue ne pas aller courir sous la pluie ! Quoi de plus… ah oui, d’un naturel assez amusante, je n’aime pas mais pas du tout les Cons (si c’est squizzé, mettez casses-pieds svp) et encore moins l’intolérance. Notre différence fait notre richesse. Alors toute personne un peu “spéciale” svp regardez la fiche suivante oui oui la ptite blonde mimi et oubliez-moi ! Je ne veux pas vous vexer mais être tolérante ne fais pas de moi un aimant à cas… Merci. Alors toi, Monsieur, qui a un pti sourire qui s’affiche à la lecture de ces quelques lignes, ne te sauve pas comme un voleur sous prétexte qu’une personne entre dans ton bureau au moment même où tu étais prêt à venir me saluer… Oui écris-moi en quelques lignes tes réactions et nous ferons connaissance. Ceci étant dit, à bientôt ! ».

18L’annonce enfin est un moyen de fixer les règles du jeu, d’indiquer à l’autre sous une forme directe ou indirecte la manière dont on entrevoie la suite de la rencontre : « Allô Maman, oui c’est moi. Ça va ? Je t’appelle pour te parler de mon nouveau Jules, enfin “Jules”, c’est son pseudo. Pourquoi un pseudo ? Ben… parce que je le connais pas encore très bien. On s’est juste échangé quelques mots, (COURTOIS), une conversation somme toute agréable sur des sujets divers. C’est comme ça qu’on a sympathisé. Non, il ne m’a pas déshabillée du regard, tu sais il m’apprécie pour ce que je suis, ce que je fais dans la vie. Oui, il a une bonne situation, il est beau, il a beaucoup de qualités et quelques défauts aussi. Mais comme on dit, tout nouveau, tout beau. En ce moment, je suis sur un vrai nuage mais gare à lui, si ça tourne au vinaigre ! Comment je l’ai rencontré ? Comme tout le monde, sur Meetic… Ok maman, je ferai attention. Oui, je te tiendrai au courant de la suite des événements. Bon, je dois te laisser, il y a quelqu’un qui essaie de me contacter… ».

Les entraides collectives et le coaching

19C’est là qu’entre en jeu de manière plus directe notre troisième personnage. De nombreuses femmes que j’ai rencontrées m’ont indiqué avoir soumis leurs profils aux jugements d’un tiers. Le coach se veut rassurant, il permet de prendre confiance en soi et assure aussi, à l’instar du service après-vente d’une entreprise, la remise en état psychologique lorsque les échanges ne tournent pas dans le sens souhaité. Certaines personnes qui n’osaient pas franchir le pas se sont inscrites lors d’une soirée amicale. L’ensemble de l’annonce et notamment les accroches ou les termes dévalorisants sont passés par ce collectif d’amies au crible de l’épreuve de prépublication. De nombreuses personnes rencontrées m’ont indiqué avoir ainsi totalement réécrit sous l’influence de tiers les textes les présentant. La présentation de soi apparaît ainsi comme un travail d’équipe (Goffman, 1973). Le coach étend aussi sa mission au choix des photos qui complètent le profil et dont il réalise lui-même parfois les prises de vue. Ses conseils se prolongent après les échanges sur le net, lorsque les femmes interrogées débriefent avec leurs amies la manière de prolonger l’interaction : où se rencontrer ? Comment faire les premiers pas ? Doit-on refuser de coucher le premier soir ? Les plus aguerries partagent leurs expériences personnelles et invitent leurs amies à déjouer les pièges qu’elles ont-elles-mêmes rencontrés. Mais cette intronisation n’est pas le seul fait du réseau amical. Certaines femmes m’ont fait part de la mission dont s’étaient investies certaines de leurs conquêtes — bien que très peu engagées sur le plan affectif. Ces hommes avaient ainsi tenu pour elles, alors que rien ne le laissait présager, un rôle de grand frère les protégeant d’une apparente fragilité ou d’une prise de risque excessive. C’est le cas, par exemple de cette jeune femme trentenaire qui, ne sachant plus exactement ce qu’elle recherchait après la rupture d’une relation sans entrain, s’était mise à multiplier les expériences sexuelles. Voici comme elle raconte sa rencontre avec l’un de ses tous premiers amants : « Je lui avais donné rendez-vous chez moi ; il m’avait donné son nom et son numéro de téléphone pour savoir à qui j’avais à faire. Lorsqu’on s’est quittés le lendemain, il m’a mis en garde contre les pervers et les détraqués que je pourrais rencontrer sur le site et il m’a fait promettre de ne jamais recommencer. Il me donne des nouvelles de temps en temps par e-mail. Demande si ça va ».

Le contact et l’attention : converser et se concentrer pour créer un lien intime

20Une fois une sélection de fiches réalisée, le candidat à la rencontre doit franchir l’épreuve suivante : il convient de s’adresser à la personne convoitée pour tenter de la séduire. Là, commence la fin des rêves fantasmagoriques et les premières désillusions. Comment ? Il ne suffit pas de s’adresser poliment à une personne pour qu’elle vous réponde — même si c’est pour vous délivrer une fin de non-recevoir. Les candidats à la vie de couple doivent en faire l’apprentissage. Ils sont de plain-pied dans la société de l’information, où les personnes sont plombées par la surcharge informationnelle et le manque de disponibilité pour ne pas s’affranchir des convenances habituelles. Les femmes en nombre nettement inférieur aux hommes reçoivent trop de messages, c’est ainsi, et leur attention est limitée (Kessous & al., 2010). Elles ne peuvent pas assurer le service après-vente de la relation, et cela d’autant plus que certains messieurs n’hésitent pas à utiliser les techniques modernes du e-mailing — en personnalisant leur message d’une phrase qui renvoie aux profils des demoiselles — pour plomber leurs boîtes de messagerie de réclames publicitaires les concernant. La tendance d’usage est si forte que certains sites ont été contraints d’interdire la fonctionnalité du copié/collé.

Prendre la mesure des choses non objectivables

21Pourquoi les hommes réagissent-ils ainsi ? Pourquoi ne s’investissent-ils pas davantage ? Voilà des interrogations que l’on peut lire sur certains blogs féminins concernant les sites de rencontre. L’une des réponses possibles à ces questions est le cadre d’expérience dans lequel s’exerce la rencontre. Les personnes n’agissent pas dans la temporalité des écrits épistolaires romantiques du xixe siècle. Les concurrents, sous la menace active d’autres séducteurs potentiels, n’ont pas le temps, même s’ils en avaient le talent, de se prendre pour Alfred de Musset ou George Sand. Il leur faut aller vite, multiplier les approches concomitantes. Il n’y a pas la place pour une prose littéraire — notamment au premier contact — alors que tant de messages restent sans réponses. Du travail marchand, les acteurs les plus aguerris mobilisent certaines compétences (Kessous & Mallard, 2006) : ils travaillent dans l’immédiateté, trouvent un ton empathique et une accroche nécessaire pour « ferrer » le bon client (la bonne cliente), ont de l’audace, et se désengagent aussi vite qu’ils se sont plongés dans l’interaction, au profit d’un autre prospect, si les efforts produits ne portent pas rapidement leurs fruits.

22Pour mener à bien cette première approche, aux dires de la plupart de nos interlocuteurs, le chat, plus spontané, est préférable au mail. Dans cette phase plus singulière de la rencontre, les acteurs n’agissent plus à la vue de tous, même si les sollicitations du multichat peuvent troubler l’attention de leur partenaire. Le chat permet d’effectuer des tests simples de compatibilité : exprimer des formes d’humour — avec les sous-entendus et les contresens possibles — se renseigner habilement sur des zones du profil restées dans l’ombre, ou moins habilement parfois en cochant les réponses à une liste de questions conditionnelles préétablies. Le plus souvent, dans cette épreuve décisive, les acteurs agissent sans leur coach. Le chat met les acteurs dans une situation naturelle dans laquelle il est difficile de camoufler une orthographe approximative. Ceux qui ont des références culturelles, de la répartie et une bonne orthographe partent avec un avantage auprès des populations dont le niveau d’éducation est supérieur. C’est dans cette phase que les personnes peuvent se découvrir un peu puis, après une latence variable, se poser des questions plus intimes — « que cherches-tu en réalité ? ». Elles invitent leur interlocuteur dans cette conversation personnelle à se révéler plus sincère que sur leur profil public. Car la plupart des utilisateurs des sites le savent : rien ne sert de multiplier indéfiniment les séances de chat. Certes, il arrive parfois qu’une rencontre en face à face se réalise quelques mois après un premier contact, mais le plus souvent les prémisses ne s’éternisent pas, un contact sympathique d’un soir pouvant ne pas être renouvelé le lendemain, car la personne convoitée a, dans ce laps de temps, discuté avec une ou plusieurs autres personnes tout aussi intéressantes pour elle. À ce stade-là, les petits calculs et les stratégies de conquête restent de mise. La mémoire est volatile et les personnes peu attachées.

Se concentrer sur quelqu’un pour sortir du marché

23Rien n’y fait. Malgré leurs efforts, le format de relation marchande reste si présent qu’il est difficile de s’en extraire. La sollicitation est permanente sur le site et le moteur de la curiosité invite en permanence à aller regarder les profils et les messages de ceux qui vous sollicitent. Les dispositifs sont ainsi faits que chaque action se traduit par une trace laissée sur les tableaux de bord des inscrits qui les incitent, par effets-retours, à venir à leur tour regarder le profil du visiteur. Et pourtant, c’est dans la capacité à mettre le dispositif de côté que les personnes peuvent effectivement faire une rencontre. Il leur faut pour cela renoncer à raisonner avec des équivalents et un éventail de potentialités pour percevoir l’autre dans sa singularité et son unicité. Il leur est nécessaire de cadrer les interactions — ne pas laisser d’autres s’immiscer dans le lien interpersonnel et distraire leur attention — et de reprendre la maîtrise du temps. Séduire, c’est donner ponctuellement, et sans en avoir l’air, des informations sur soi, sa sensibilité, son « être » et son « faire », et en fonction de la réaction émotive de la personne convoitée et de l’échange qui en ressort, poursuivre ou non la rencontre, en se découvrant davantage, et en prenant parfois des risques. Séduire, c’est en quelque sorte savoir gérer sa privacy.

24La rencontre est donc un long chemin dans lequel les individus avancent progressivement vers un état d’intimité qui leur est propre. C’est en prenant le temps de la découverte et en optant pour la concentration exclusive que les utilisateurs de ces sites peuvent basculer dans un régime interpersonnel qui n’est pas encore celui de la familiarité (Thévenot, 1994). C’est par ces voies procédurales que les acteurs « oublient » le marché qui les a fait se réunir sur une place virtuelle et apprennent dans un même mouvement à se connaître et à se reconnaître comme des personnes dignes d’être aimées. Il n’est plus question dans cette phase de jeter en pâture à un système technique une masse complète d’informations, de propriétés réciproques et d’attendre par délégation, le choix qui convient. La récurrence des liens finit par les renforcer et par faire en sorte que ces acteurs deviennent, l’un pour l’autre, plus importants que des prospects. Or, le cadre temporel du marché et la désignation du partenaire par ses caractéristiques conduisent souvent à faire des arbitrages précoces et irréversibles, sans tenir compte de la durée nécessaire pour vivre cette expérience qualitative de reconnaissance au sens d’Honneth. Ce n’est pas tant le fait de calculer pour décider qui pose problème, mais le moment prématuré où ce calcul est effectué.

Les temporalités et les ruptures de cadre

25S’ils ont conscience de ces difficultés, les apprentis amoureux ne sont pas pour autant tirés d’affaire. Il ressort de beaucoup des récits évoqués, que ce soit lors de l’interruption brutale d’un échange sur Internet ou après un premier rendez-vous, que les utilisateurs des plateformes perdent souvent la maîtrise du cadre temporel. Les échanges semblent à la fois très rapides — avec quelquefois des injonctions pour interrompre toute autre activité et répondre tout de suite — et très courts. En quelques jours, parfois quelques semaines, tout est dit.

26Cette perte de maîtrise s’accompagne souvent d’une rupture de cadre, au sens de Goffman. « Dans la mesure où le cadre d’une activité est supposé nous aider à faire front à tout ce qu’elle nous réserve comme problèmes, à informer et réguler la plupart d’entre eux, on comprend que nous soyons bouleversés et dépités par des circonstances que nous ne pouvons ignorer mais que nous ne savons pas non plus traiter. En somme, nous subissons une rupture de cadre : nous ne savons ni l’appliquer ni le maîtriser » (Goffman, 1991, p. 340). Le corps humain est un facteur de perturbation susceptible de disloquer un cadre. Mais il est d’autres situations embarrassantes. L’une d’entre elles peut survenir lorsqu’un prétendant décide d’entrer en relation avec une candidate dont le profil ne contient pas de photos. Lors de l’interaction qui s’en suit, il est nécessaire de lui demander, subtilement et sans la brusquer si elle veut bien envoyer une image d’elle-même. Mais que se passe-t-il alors, si après un temps d’attente — celui de l’envoi de la photo — il ne trouve pas celle-ci à son goût ? La conversation peut — dans une violence émotionnelle — s’interrompre brutalement ou se prolonger un peu, le temps que le demandeur trouve une parade pour exercer un mouvement de désengagement.

  • 11 Sur les « petites tricheries » concernant le profil lors de la présentation de soi, cf. Whitty, 200 (...)

27Une autre rupture de cadre peut s’exercer lorsque les protagonistes décident de franchir le pas de la rencontre en face-à-face, souvent dans un lieu public. À ce moment précis, les informations du profil et notamment celles de la photo sont requalifiées. On m’a ainsi signalé des hommes chauves mettant des photos où ils avaient encore des cheveux, les autres tricheries supposées portant sur l’âge, la taille ou le poids11. Même sans suspicion de fraude pour reprendre les termes de Posner, la rencontre en face-à-face opère une rupture de cadre. Dans mon étude ethnographique, j’ai souvent été surpris — parfois en bien — par la différence entre l’image d’une personne et ses photos. Il me fallait plusieurs heures pour m’approprier le contour d’un visage, contour qui s’évanouissait parfois, une fois le rendez-vous terminé. Ce constat, que certaines de mes interlocutrices ont fait également, les conduit à réaliser des allers-retours permanents sur les photos de leurs prétendants, avant et après la rencontre, pour tenter de se remémorer leurs propriétés physiques, et prendre une décision sur la suite à donner au rendez-vous. Lors de ce dernier, les personnes peuvent apparaître différemment que dans les interactions médiées : un ton léger et empathique étant plus facile à trouver lorsqu’on est à distance et protégé par la virtualité. En présentiel, la timidité et la gouvernance de l’être par les émotions reviennent au premier plan.

28Un autre fait susceptible de troubler le cadre de la rencontre est son caractère totalement décontextualisé, les individus ne pouvant guère mobiliser leurs échanges virtuels — à quelques exceptions près — comme cadre préalable. Lorsque la rencontre s’effectue dans le cadre d’un dîner chez des amis, la connivence avec ces derniers permet de se montrer sur un registre sympathique, voire charismatique. L’inconnue qui tient des propos atypiques sous le regard affectueux de vos amis communs dégage une singularité qui peut la faire apparaître attendrissante. Mais, imaginons maintenant que ce « petit grain de folie » s’exprime dans un autre cadre, celui du café où vous l’attendez après de brefs échanges sur Internet. Quelle serait votre réaction ? Ne seriez-vous pas tenté de trouver son comportement plutôt… bizarre ? Et si elle avait des problèmes psychologiques ? Lucie l’a exprimé en ces termes lors du rendez-vous : « C’est comme si une baguette magique nous avait plantés là autour d’une table ; on n’a rien qui nous relie, pas d’histoire, pas d’amis ».

29Un dernier enjeu se situe dans les séquences de la découverte lors de ce premier rendez-vous. Ayant constaté lors de mon enquête ethnographique qu’un rendez-vous le samedi après-midi pouvait parfois m’entraîner jusqu’à tard dans la journée — la clôture du processus de découverte, sauf contrainte venue d’un autre rendez-vous, n’étant pas évidente — je pris l’habitude de fixer les suivants en début de soirée. Un signe conventionnel d’intérêt réside donc dans le fait de prolonger ou non ce premier contact en allant dîner. Prenons un exemple. Lors d’un de ces rendez-vous à Montparnasse, et après deux heures de discussion, je commençais à éprouver un sentiment de faim. Je suggérerais donc à mon interlocutrice de prolonger notre dialogue dans une des crêperies voisines. Devant le repli vers l’arrière de son corps délivrant une information allant à l’encontre de sa réponse affirmative, je me suis senti obligé de préciser « enfin, si tu en as envie ». Sa réaction fut de me retourner la question : « on y va, si toi tu en as envie ». Indirectement, nous savions tous les deux, au-delà des politesses, que prolonger cette interaction tout en changeant de cadre était déjà un pas supplémentaire dans la relation, en révélant l’un à l’autre, un (premier) signe d’intérêt réciproque.

30Passer du marché à l’amour, voilà un challenge peu commun ! L’inscription sur un site de rencontre laisse entrevoir de fortes potentialités, pour combler un manque affectif, de contacts et de communication qui affectent, pour des raisons différentes, les célibataires des villes et des campagnes. Pour attirer le chaland, la communication des sites de rencontre utilise les ressorts habituels des marchands : elle promet le rêve, tente de susciter un désir qu’une transaction permettrait d’assouvir. Ce sont surtout les mécanismes d’appariement marchands qui les inspirent, le prix de l’abonnement intervenant comme une contrainte économique en arrière plan des échanges. Intégrer cette adhésion payante dans le cadre d’une formule d’investissement (auquel il faut ajouter le prix du verre, du restaurant ou du spectacle) conduirait les protagonistes à une représentation instrumentale du corps de leurs partenaires (Kaufmann, 2010) et les projetterait ainsi dans un espace de relations d’équivalence antagonistes avec le sentiment d’amour (Boltanski, 1990). Si la question du prix est réglée par le contrat d’abonnement, le design des sites prend la forme d’une place de marché concurrentiel sur les qualités mobilisant les compétences naturelles que les utilisateurs ont acquises dans d’autres situations de marché. L’évolution actuelle des sites de rencontre pour satisfaire des demandes personnalisées est, à l’instar d’autres marchés concurrentiels, de se segmenter en autant de niches spécifiques : il est désormais possible pour les seuls hétérosexuels de choisir des sites pour la rencontre de longue durée, des rencontres « coquines », « hots », « softs » ou « hards », des appariements par affinités culturelles, psychologiques, sociales ou communautaires (entre juifs, entre sympathisants de l’UMP, etc.). Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que cela soit ceux qui s’inscrivent délibérément dans un échange qui s’apparente le plus à une transaction (le coup d’un soir) qui y trouvent le plus facilement leur compte. Plus compliquée est la situation des célibataires qui sont à la recherche de sentiments durables. Il leur faut apprendre à réfréner leur réflexe marchand pour laisser s’exprimer d’autres registres émotionnels, vivre leur reconnaissance expérientielle et profiter pleinement de la richesse de la rencontre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le design actuel de la plupart des sites — qui pourrait s’inspirer davantage de principes procéduraux et moins du calcul optimisé entre qualités — ne les y aide pas vraiment. Car ce qui apparaît central, et j’espère avoir montré que ce résultat est moins trivial qu’il y paraît, c’est que malgré la similarité des ressorts émotionnels (curiosité, excitation, séduction, empathie, etc.), ne serait-ce que par la prise de risque qu’un dévoilement intime de soi exige, on ne rencontre pas un amoureux comme on découvre un client (Kessous, & al., 2005).

Notes

1 On trouvera dans l’ouvrage de Jean-Claude Kaufman, à partir de l’analyse de différents blogs masculins et féminins, une description narrative des déconvenues liées à la fréquentation régulière des sites de rencontre sur Internet.

2 On appelle « marché bifaces » en économie industrielle, un marché constitué de deux clientèles indépendantes et interdépendantes (Rochet & Tirole, 2003). Dans le cas qui nous occupe, il existe un marché entre les hommes et les sites de mise en relation et un autre entre les femmes et ces mêmes sites. Ces deux « faces » du marché ne pouvant exister que parce qu’il existe des interdépendances entre les deux « clientèles ». Deux autres exemples classiques de marché bifaces sont le G.I.E. carte bancaire et le marché publicitaire.

3 Cette analyse repose sur une méthodologie qui couple des données recueillies sur la période 2006-2008 : ethnographie, recueil des annonces déposées sur les sites et entretiens qualitatifs de confirmation. Le public rencontré était essentiellement féminin et était âgé de trente à quarante ans. Pour plus de détails, cf. Kessous, 2011a.

4 Le prix pouvant en l’occurrence se mesurer au coût de l’abonnement et au temps disponible dépensé sur le site.

5 Il existe différentes modalités d’appariement dont certaines ne sont pas marchandes. La légitimité des mécanismes marchands pour réguler les formes de rareté qui ne découlent pas de la production sont d’ailleurs contestées, cf. sur ce point le cas de la transplantation d’organes analysé par Philippe Steiner (Steiner, 2010).

6 Ces catégories sont, à des rares exceptions près, non renseignées.

7 Nous ne nous attarderons pas sur les représentations sociales concernant les relations hommes/femmes que recouvrent ces catégories.

8 Le site désigne les traits de personnalité comme des « fonctions ».

9 Sur l’importance du coach dans une cité connexionniste où prime le projet, cf. Boltanski & Chiapello, 1999, pp. 120-123.

10 Les statistiques du site expérimental okcupid.com mettent en évidence que certains mots utilisés dans les premiers messages donnent plus de réponses que d’autres. Cf. http://blog.okcupid.com/index.php/online-dating-advice-exactly-what-to-say-in-afirst-message/ (vu le 02/10/10) ; cf. aussi Rosen & al., 2008.

11 Sur les « petites tricheries » concernant le profil lors de la présentation de soi, cf. Whitty, 2008 et http://blog.okcupid.com/index.php/the-biggest-lies-in-online-dating/ (vu le 02/10/10).

Auteur

Professeur de sociologie à l’Université de Nice-Sophia Antipolis, membre du GREDEG (UMR CNRS 7321) et chercheur associé au GEMASS (PARIS IV, UMR CNRS 8598). Il s’intéresse particulièrement aux questions de confiance, de prédation des traces et de transformation des cercles du privé dans les univers numériques. Il a coordonné en 2005 avec Jean-Luc Metzger un ouvrage collectif sur « le travail avec les technologies de l’information » aux éditions Hermès. En 2007, il a dirigé avec Serge Proulx, un numéro des Annales des télécommunications sur « la sécurité dans un monde numérique » poursuivi, en janvier 2012, par la coordination d’un numéro de la revue Réseaux, avec Jérôme Denis, sur « le travail ordinaire de la sécurité ». Il a également fait paraître en 2011, avec Sandrine Barrey, un ouvrage collectif sur la consommation et la protection de l’environnement, aux éditions L’Harmattan.

© Presses universitaires du Midi, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540