Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évaluer et valoriser

 | 
François Vatin

Annexe 2. Le sens de la mesure

Manifeste pour l’Économie en Sociologie : Usage de soi, Rationalisation et Esthétique au travail1

Alexandra Bidet, Manuel Boutet, Thomas Le Bianic, Odette Minh-Fleury, Camille Palazzo, Gwenaële Rot et François Vatin

Texte intégral

  • 1 Ce texte est initialement paru dans le no 4 de la revue Terrains et travaux, éditée par l’ENS de C (...)

« La mesure physique est un art, au sens large et classique du mot », G. A. Boutry, Introduction à l’art de la mesure, Paris, Hermann, 1942.

« Les systèmes normalisés de Tolérance sont connus de tous les apprentis ajusteurs ; le professeur de mathématiques se doit d’y jeter un regard, et de se faire expliquer le pourquoi des choses », G.-T. Guilbaud, Leçons d’à-peu-près, Paris, Bourgois, 1985.

L’économie dans tous ses états

1La notion d’économie est une notion ancienne aux contours conceptuels riches. « Art de bien gérer la maison » nous diront les dictionnaires étymologiques en rappelant le sens des deux racines grecques : oikos (maison) et nomos (loi). L’« économie politique », expression apparue au début du xviie siècle chez Antoine de Montchrétien, n’est en ce sens qu’un dérivé : l’art de bien gérer la maison du Prince, la maison commune, la Cité (polis). Cette expression ne s’est véritablement imposée qu’au cours du xixe siècle. Parallèlement à l’« économie politique », on a continué durant ce siècle à s’intéresser à « l’économie domestique » (curieux pléonasme gréco-latin), à « l’économie rurale », à « l’économie manufacturière », à « l’économie commerciale », à « l’économie industrielle » qui coiffait les trois précédentes, etc.

  • 2 On a assisté dans un autre domaine, connexe à notre propos, à un tel questionnement. Les anglo-sax (...)

2Mais une telle distinction entre l’économie politique proprement dite, qui correspondrait à ce que nous entendons aujourd’hui par la « macro-économie », et ces différentes économies particulières recouvrant les divers domaines de la gestion, ne résume pas la question. Il faut d’abord compter avec l’éternelle querelle de la « science » et de l’« art ». Le suffixe « nome » induit en français plutôt le sens d’une norme pratique (« loi », au sens de ce qui doit se faire) que celui d’une connaissance scientifique qu’on désigne plus volontiers par le suffixe « logue » (de logos, discours)2. L’« économie », telle que l’entendent aujourd’hui la plupart des économistes, c’est à dire comme savoir positif, devrait donc plutôt s’appeler l’« écologie ». Las, quand les économistes se sont convaincus que leur discipline était une science, le terme « écologie » avait déjà été emprunté à d’autres fins, sur lesquelles nous reviendrons, et ils optèrent alors pour l’expression « science économique » (au singulier ou au pluriel), que l’on trouve employée de façon non systématique depuis la fin du xviiie siècle.

3« Sciences économiques », l’expression est un tant soit peu usurpée. Car, c’est notre seconde remarque, la notion d’économie recouvre depuis le xviie siècle au moins, c’est à dire depuis aussi longtemps qu’existe l’expression même d’économie politique, un champ sémantique beaucoup plus large. Elle désigne en effet tout principe d’ordre, d’organisation, tout ensemble qui fait système. Si, les Physiocrates, ceux qui se nommaient eux-mêmes les économistes, ont pu, les premiers, concevoir leur discipline comme une « science », c’est bien parce qu’ils pensaient qu’il y avait un « ordre naturel » des sociétés, comme il y en avait un de la Nature non-humaine. Ils ont pensé « l’économie politique » (l’ordre naturel de la cité), comme Linné avait pensé l’« économie naturelle » : « l’ordre souverain de la nature » que représentait sa classification des espèces, comme les médecins, dont Quesnay, le chef de la « secte des physiocrates », pensaient communément l’« économie animale » pour concevoir l’anatomie et la physiologie.

4L’« économie » est ici, dans le sens le plus général, la science de l’« organisation » quelle qu’elle soit. Mais nous retrouvons aussi derechef la question normative. Car toute cette pensée est soutenue par une théologie dont Leibniz a donné la version la plus achevée : Dieu est « économe » de ses moyens. Si une science est possible : celle de la classification des espèces, celle de la physiologie végétale ou animale, celle de la société, etc., c’est parce que l’on peut dégager des lois dont la généralité se mesure à leur petit nombre et à leur simplicité. Le succès de Newton va hanter toute la science classique, mais cette référence lancinante est soutenue par une conviction théologique : celle d’un principe d’économie dans la science, formulée par exemple par Maupertuis sous le nom de « principe de moindre action ». Dieu devait atteindre ses fins par les moyens les plus courts et la science des hommes consiste à rechercher ces « lois », c’est à dire ces moyens par lesquels Dieu peut atteindre ses fins.

5Deux conséquences à cela. La première permet de retrouver Max Weber. Si l’homme des économistes, l’homo oeconomicus est soumis à cette norme économique, à cet usage parcimonieux des moyens, c’est qu’il doit lui aussi se conformer à la loi divine. La science économique suppose l’homo oeconomicus et celui-ci ne peut être défini hors d’un cadre normatif. Ainsi, plus les économistes penseront leur discipline comme scientifique et plus, par un effet d’inversion, ils seront dépendants d’un présupposé normatif sans lequel il n’y a pas de science économique possible. On ne peut croire à un « ordre naturel » des sociétés sans vouloir y soumettre l’homme. La solution méthodologique à cette question, adoptée par les « néoclassiques » est de supposer par hypothèse l’homme soumis à cet ordre : telle est la fonction du concept d’homo œconomicus. On pourra alors confier à des disciplines annexes (la sociologie, la psychologie) le soin de gérer les écarts. Mais le normatif, apparemment écarté des fondements par sa transformation en postulat théorique, en catégorie apriorique à la mode kantienne, revient en force dès lors qu’il s’agit de donner un sens pratique aux résultats obtenus : puisqu’un équilibre général sur tous les marchés peut être obtenu si tous les hommes se comportent en homo œconomicus rationnels, comment ne pas espérer qu’il en soit ainsi et ne pas œuvrer à cette fin ?

6Mais ce qui vient d’être dit a une autre conséquence : l’impossibilité de réserver l’idée d’un usage parcimonieux des moyens au seul domaine élaboré par ceux qu’on nomme aujourd’hui les « économistes ». L’idée d’économie est aujourd’hui présente dans bien d’autres champs. Et il ne s’agit pas d’une extension de la pensée des « économistes », mais d’une permanence, malgré les économistes professionnels, malgré leur accaparement apparent de cette notion, d’un sens beaucoup plus large du terme. Ce sens est parfois explicitement normatif, sous un registre esthétique : on pense à l’« économie de moyens » dont on fera compliment à l’artiste, à « l’économie de pensée » par laquelle Mach définissait la science (ce qui s’illustre par exemple dans ce que les mathématiciens appellent l’« élégance » d’une démonstration). Mais c’est toujours l’idée d’ordre, d’organisation qui est aussi en jeu, comme dans l’« économie d’un dispositif, d’une œuvre, d’un psychisme, d’une langue ». Il serait faux de voir dans tout cela une tendance à l’empiètement croissant de l’« économie politique » dans tous les ordres du savoir. Cela nous invite plutôt à replacer cette économie, dite « politique » (car elle ne l’est plus beaucoup, dans ses intentions explicites tout au moins), dans la matrice générale de la pensée occidentale dont elle est issue.

7Se pose alors une nouvelle question : quel rapport construire entre cette « économie » qu’on vient de désigner ci-dessus, et que l’on pourrait appeler une « économie spontanée », et l’économie des économistes. Que font donc les économistes et que sont donc les contours de leur « science » si tout le monde a toujours pratiqué l’économie sans le savoir, comme le bourgeois gentilhomme, la prose ? Les économistes libéraux n’ont pas été sans se poser la question : que peut apporter un savoir économique, si la seule loi est de « laisser faire, laisser passer », si, hors de toute contrainte institutionnelle, chacun, en bon homo oeconomicus, sait spontanément opter pour des choix optimaux pour lui et ainsi contribuer à la prospérité générale ?

8Dès le xviiie siècle pourtant, et de façon explicite à partir de la fin du xixe siècle, les économistes ont compris qu’ils pouvaient apporter autre chose : le calcul. Nous faisons tous et tout le temps des choix économiques, mais nous ne les calculons pas. L’économiste va les calculer pour nous. Mais, ce faisant, il va modifier les termes du problème. Car il faut savoir sur quoi faire porter le calcul et il faut donc mesurer, rapporter et construire ainsi des mesures de second ordre, etc. L’économiste ici ne diffère pas de l’ingénieur et du statisticien. Ensemble ils contribuent à une métrologisation du monde qui, par un effet de retour, modifie aussi notre économie spontanée. L’affirmation d’une large économie qui ne se réduit pas à celle des économistes n’empêche donc pas de concevoir parallèlement l’économicisation du monde comme processus de métrologisation, de rationalisation, d’encadrement du social par la classification, le chiffrage et le calcul.

9Cette définition de l’économie des économistes par le calcul paraît toutefois encore trop vaste par rapport à la perception ordinaire, puisqu’elle couvre toute la pratique de l’ingénieur, de l’organisateur, de l’administrateur, soit ce qu’on appelle ordinairement la gestion et la technique rationnelle. Les économistes, quant à eux, préfèrent considérer que leur rôle ne commence que quand émerge un « prix », ce qui suppose un échange. L’économie serait ainsi la science du calcul rationnel auquel se livrent les individus quand ils échangent. Une telle définition, qui s’est largement imposée dans la théorie économique moderne, est à certains égards une impasse, puisqu’elle ne permet pas de concevoir ce que les individus échangent. Autrement dit, à la différence de la définition classique, elle évacue à l’extérieur du champ de cette science le mécanisme de la « production », laissé à un savoir technologique et gestionnaire.

10Mais nous revenons ici à notre question de fond. Car on ne saurait concevoir la « production » sans rapport à une économie naturelle, et cela dans un double sens. La production est d’abord un rapport opératoire de l’homme avec son milieu, ce qu’avait bien compris l’économie classique et qu’en revanche l’économie moderne laisse à « l’écologie », d’une part, aux sciences de l’ingénieur de l’autre. Mais, même en ce qui concerne l’homme, la production n’engage pas que l’homo oeconomicus, c’est à dire l’homme reconstruit à la mesure de la théorie économique. Car c’est l’homme tout entier qui s’engage dans la production, avec son « économie animale » (sa physiologie) et son économie psychique. On laissera au physiologiste, au psychologue, à l’ergonome, au sociologue, le soin de gérer ces dimensions du problème. Ils construiront alors leurs propres métriques, leurs propres mises en ordres, en chiffres, en formules.

11On retrouve ici le concept de travail, d’abord comme mode d’investissement de l’homme par son économie animale et psychique dans la transformation de la nature. Ensuite comme l’objet que vont reconstruire avec leurs métriques propres les sciences pratiques à visée productive : psychophysiologie, ergonomie, gestion, mais aussi psycho-sociologie, statistique sociale, droit. Enfin comme le curieux objet des économistes : marchandise échangée sur un marché, identifiée, comme toutes les marchandises par son prix, qui est censé refléter sa contribution à la production (sa « productivité marginale »). Mais, avant d’être saisi par une métrique, marchande ou non, le travail est d’abord une pratique jamais pleinement réductible à la mesure par laquelle on la pense. Et cette pratique est imprégnée d’une économie spontanée : économie de soi dans sa rencontre avec la matérialité du monde, mais aussi avec les autres, les collègues, l’organisation, l’entreprise dans un système d’échange coopératif plus ou moins fructueux qui ne se referme jamais sur l’équilibre marchand des économistes.

12Au terme de ce premier survol, on peut résumer le champ ainsi décrit comme structuré par deux axes. Le premier oppose l’économie spontanée (non-calculatoire) et l’économie rationalisée (calculatoire) ; le second oppose l’interaction avec la nature et l’interaction entre les hommes :

13Ce que l’on désigne habituellement par l’expression d’économie, l’économie des économistes, ne couvre qu’un des cadrans de ce graphe : l’économie calculatoire de l’échange entre les hommes. A celle-ci on peut opposer des formes « spontanées » (non-calculatoires) d’échanges entre les hommes comme les formes de don / contre-don. Mais l’échange avec la nature peut lui aussi prendre une forme calculatoire (la technique rationnelle) ou une forme non-calculatoire (la technique « traditionnelle », fondée sur la transmission informelle du savoir).

14C’est dans cet espace enrichi de l’économique que nous allons installer quelques recherches en cours sur des thèmes divers. Les thématiques et les objets sont très variés, de la pêche à la profession de psychologue du travail, du dépannage informatique à la conception d’un navire de guerre, de la gestion du réseau téléphonique à celle de la chaîne de montage, etc. Mais quelques idées communes irriguent ces recherches : l’attention à la matérialité du monde, au travail comme acte technique, à la corporéité ; la nécessité pour le sociologue de se saisir de l’économique sans dénonciation a priori mais aussi sans concession épistémologique ; un regard sur la rationalisation et l’économicisation du monde qui n’oublie pas l’économie spontanée qui la sous-tend (à la différence de la sociologie de la dénonciation de l’économie, comme de la technique rationnelle).

15A travers ces recherches, c’est un renouvellement de la sociologie du travail par la sociologie économique que l’on attend. Nous espérons avoir montré qu’une telle démarche nécessite de recourir à un concept d’économie plus riche que celui ordinaire des économistes. La sociologie économique s’est montrée en effet puissante pour renouveler l’approche du marché du travail (Granovetter). Mais, ainsi considéré, le travail est encore limité aux contours que lui donnent les économistes : ceux d’une marchandise. Quand on investit en ces termes la production elle-même, on la conçoit comme un ensemble de micro-marchés. Au mieux, on soulignera avec Akerlof que des formes de don / contre-don accompagnent nécessairement cet échange marchand. Selon nous, il faut penser aussi la part d’interaction avec la nature qui est constitutive de tout travail, même tertiaire. Il faut penser de même que l’échange avec la nature comme l’échange entre les hommes est en permanence nourri d’une économie spontanée, sans cesse saisie par la rationalisation technique et marchande et pourtant ontologiquement irréductible à cette rationalisation. Autrement dit, il ne faut pas séparer la sociologie de l’économie de la sociologie de la technique.

Trois axes de recherche

Économie et écologie : l’économie naturelle et le cas de la pêche

16L’idée de l’existence d’une économie naturelle est présente dans l’ensemble de ces recherches. L’économie naturelle, c’est la matérialité du monde sur laquelle vient prendre appui la pratique humaine. « On ne commande la nature qu’en lui obéissant » disait déjà Bacon. L’homme ne peut ainsi élaborer l’ordre social de ses pratiques matérielles en ignorant un ordre des choses qui lui préexiste. L’économie naturelle c’est ainsi les conditions de circulation d’un courant électronique dans les composants d’un ordinateur ou d’une onde hertzienne dans le réseau de téléphonie sans fil comme la nature physiologique de l’homme que doivent prendre en considération les ergonomes, les conditions de flottaison d’un navire comme la résistance d’une pièce de métal sous la presse métallurgique, etc. Dans tous les cas, la construction sociale de l’ordre technique ne doit jamais faire oublier qu’il s’inscrit sur un substrat naturel, un système de « lois » qui ne se manifestent pas seulement au départ dans la conception du dispositif, mais aussi tout au long de sa gestion quotidienne, imposant à l’ouvrier de l’usine automobile comme au pêcheur, à l’employé devant son ordinateur comme au technicien de recherche une permanente transaction avec la nature par l’intermédiaire des « interfaces » techniques à sa disposition.

  • 3 Une forme intermédiaire de reproduction de la ressource peut être un réensemencement des zones de (...)

17Mais une des études ici menées met particulièrement en valeur cette dimension du problème, car elle aborde ce que l’on appelle communément l’« écologie ». Il s’agit de l’étude des transformations de la pêche maritime. Dans ce secteur, le cadre naturel de la production apparaît encore en toute clarté. En effet, malgré l’industrialisation de la collecte qui s’est intensifiée au cours des deux siècles passés, l’homme a conservé ici un mode d’activité « paléolithique » c’est à dire de pure prédation d’un produit à la reproduction duquel il ne participe pas, c’est à dire dont la reproduction est exclusivement soumise à une « économie naturelle ». Or, nous parlons au présent de ce dont nous devrions peut-être parler au passé. Car cette situation évolue à une vitesse accélérée depuis une quinzaine d’années et nous sommes peut-être en ce moment en train de connaître en matière halieutique une « révolution néolithique », comme elle s’est déjà imposée en matière de production d’eau douce et de coquillages : le passage d’une économie de prédation à une économie de reproduction avec la mise en place de « fermes halieutiques »3.

18La question n’est pas ici simplement de s’interroger sur la dimension « écologique » du problème au sens commun normatif que l’on donne à ce terme. Cet exemple permet en effet plus profondément de faire sentir que l’articulation de l’économie humaine à l’économie naturelle, évidente dans une économie de prédation, ne disparaît pas quand l’homme contrôle, ou plutôt cherche à contrôler, la reproduction de la ressource. Même dans une ferme halieutique, le poisson continue à vivre « sa » vie et tout n’est pas possible ; il faut faire avec lui, comme avec les célèbres coquilles Saint-Jacques de la baie de Saint-Brieuc. La question écologique exprime justement l’idée que la nature, chassée par la porte, revient irrémédiablement par la fenêtre. En ce sens, la conclusion de deux siècles d’expérience de l’industrialisation est particulièrement éclairante. Elle montre en effet que, contrairement à ce que l’homme a pu croire, et cela encore récemment comme au temps du « club de Rome », le problème que nous avons à gérer n’est pas celui de l’épuisement des ressources. Tant que le soleil brillera des ressources pourront être produites grâce à cette énergie inépuisable, à l’échelle de l’existence de l’homme tout au moins. Le problème est celui de la gestion des déchets. On peut remplacer le pétrole par de l’électricité nucléaire, mais on ne sait pas plus gérer les déchets nucléaires que les émanations des moteurs à explosion. Les fermes halieutiques posent un problème équivalent, puisque leur généralisation suppose de passer d’un univers à trois dimensions qui est celui des océans à un univers à une seule dimension : la longueur des côtes, déjà sur-occupées par de multiples activités.

L’économie de soi et le geste au travail

19Comme on l’a dit, le travailleur n’est jamais réductible à la figure du salarié. Le salariat ou toute autre forme d’organisation « économique » du travail (au sens de l’économie des économistes) présuppose toujours une économie ou plutôt des économies préalables : celle de la nature sur laquelle vient porter le travail examinée précédemment, celle corporelle du travailleur lui-même qu’étudie l’ergonomie, celle, psychique, de son acte de travail, de son investissement face à la nature, à ses collaborateurs, subordonnés ou chefs immédiats dans l’interaction quotidienne mais aussi à l’organisation de façon plus générale, celle, sociale, de la composition des échanges sociaux, mais aussi de l’organisation socio-technique dans un ensemble qui doit faire système, pour qu’en définitive des voitures sortent des chaînes, du poisson tombe dans des filets, des communications téléphoniques se nouent, des ordinateurs fonctionnent, etc.

  • 4 Plus précisément les économistes ne sauraient définir autrement le travail que comme la marchandis (...)

20Les économistes professionnels ont récemment recommencé à s’interroger sur l’« effort au travail ». Ils ont cherché à rouvrir la « boite noire » que constituait pour eux le travailleur, censé fournir un produit que l’on ne sait définir : le « travail » en échange d’un revenu, le « salaire »4. Mais le problème est insoluble dans le cadre de la théorie économique, car la question n’est pas de reculer en amont l’espace de la transaction marchande, mais de comprendre que celle-ci ne peut exister sans une économie préalable, par nature irréductible à une métrique de l’échange. Car l’échange ne fait jamais que prendre acte d’un rapport présupposé équilibré. L’acteur, lui, « employeur » comme « employé », construit en permanence les termes de l’échange, de façon personnelle et / ou collective, spontanée et / ou instrumentée.

21Au début du siècle, physiologistes, psychotechniciens et organisateurs du travail ont prétendu disposer de leur propre métrique susceptible d’arbitrer les conflits du travail. Il s’agissait bien à leur sens de remplacer une conception marchande du travail, impuissante selon eux, puisqu’elle n’était qu’un habillage de l’empirisme qui consiste à laisser les acteurs librement se confronter, par une conception « scientifique » instrumentée. Ce projet a, en apparence, fait long feu. Mais, sous des formes sans cesse renouvelées, il ne cesse de hanter la pratique managériale qui a besoin de normes à prétention « objectives » pour se légitimer.

22En deçà de toute métrique du travail, marchande comme technique, il faut prendre en considération les multiples transactions quotidiennes, spontanées et non calculatoires, qui s’opèrent entre les acteurs au travail, comme entre soi et soi. Le travailleur ne peut en effet sacrifier aux exigences de l’employeur et de l’organisateur que parce qu’il trouve des ressources en lui-même, qui sont irréductibles au désir d’appropriation de ces derniers. Il ne peut travailler « pour les autres » que parce qu’il travaille d’abord « pour lui ». Il faut être attentif alors au support psychologique de cette activité mais aussi à son inscription matérielle dans le geste au travail, son esthétique, sa pertinence pour l’acteur, toujours contrainte par l’organisation, mais toujours aussi nécessaire à l’organisation.

23On le fera pour les pêcheurs comme pour les dépanneurs informatiques, pour les réparateurs des réseaux de télécommunications comme pour les marins militaires embarqués, pour les psychologues du travail comme pour les opérateurs des chaînes automobiles, pour les techniciens et les chercheurs des laboratoires de la recherche pétrolière comme pour les concepteurs des bateaux de guerre.

Le travail de l’organisation

24Le travail n’est pourtant pas un acte solitaire. Même quand il est isolé, il s’inscrit dans des chaînes de « solidarité technique ». Celles-ci reposent elles-mêmes le plus souvent sur des modes d’échange informels entre les travailleurs par quoi se résolvent au quotidien, de façon plus ou moins pertinente et pérenne, les tensions permanentes dans le commerce entre les hommes et la nature et entre les hommes eux-mêmes.

25Sans doute, l’organisation cherchera toujours à s’approprier ces réseaux techniques et sociaux, à les mettre à jour, à mesurer ces échanges et leur intensité, à transformer la qualité en quantité (comme dans ce fameux mouvement des cercles dits « de qualité »), mais ce faisant, elle nourrira toujours aussi une informalité des pratiques et des relations de travail, sans laquelle aucune production ne serait possible. Il n’y a pas de rationalité intégrale possible, il n’y a pas de comptabilité complète. Mesurer, c’est aussi occulter. Développer de nouvelles mesures, c’est aussi créer de nouvelles zones d’ombre, par ce mécanisme de « déplacement d’ombre » qu’évoquait Augustin Cournot en matière scientifique.

26Il faut alors étudier ce travail permanent de l’organisation, non comme le mythe d’une rationalisation intégrale, mais comme un processus toujours inachevé. L’organisateur organise, le rationalisateur rationalise ; tel est leur « travail ». Mais la société n’est pas ainsi coupée en deux entre ceux qui organisent et ceux qui sont organisés, ceux qui rationalisent et ceux qui sont rationalisés. Car le travail de l’organisateur et du rationalisateur est lui-même en permanence organisé et rationalisé. De même, comme n’importe quel autre travailleur, l’organisateur, le rationalisateur, le concepteur, le gestionnaire du travail des autres cherche à résister individuellement et collectivement à la réduction de son travail à une métrique. Ceux-là mêmes dont le travail consiste à montrer que le travail des autres pourrait se réduire au pur domaine de la quantité, du classement, du calcul, invoquent pour ce qui les concerne le savoir-faire, le sens, l’informalité des relations, etc. Nous le verrons pour les psychologues du travail comme pour les ingénieurs pétroliers, pour les concepteurs de bateaux de guerre comme pour les managers de l’automobile, pour les informaticiens comme pour les gestionnaires du réseau téléphonique.

Conclusion : Le sens de la mesure

27Montrer les organisateurs du travail pris à leur propre piège n’est pas simplement un artifice de fabuliste. Comme les travailleurs dont ils organisent le travail et qui, comme eux, souhaitent et rejettent tout à la fois la rationalisation, ils ont simultanément tort et raison : aucune activité ne saurait échapper au règne de la mesure et aucune ne saurait s’y réduire. Tel est le cœur des propositions que ce groupe de travail met au programme de ses investigations : trouver le « sens de la mesure ». Dans tous les sens de l’expression : qu’est ce que l’on mesure, comment l’on mesure, mais aussi pourquoi l’on mesure, qu’est ce qu’on oublie en mesurant, qu’est ce que l’on occulte en mesurant, etc. ?

28Il ne s’agit pas ici de dénoncer l’impérialisme de la mesure, l’avenir désespérant d’une rationalisation intégrale, car celle-ci, par hypothèse, ne saurait advenir. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas là en filigrane des enjeux normatifs, touchant la civilisation humaine, les conditions du vivre ensemble, comme le rapport avec la nature. Mais on ne saurait à notre sens aborder convenablement ces enjeux sous le registre de la dénonciation, généralement adopté par les sociologues, comme sous celui, symétrique, de la dénégation ou de l’occultation qui domine le discours des économistes et des techniciens. Trouver le « sens de la mesure », c’est donc à la fois en montrer la prégnance et la limite. A trop dénoncer, on finit par renforcer ce que l’on dénonce. Si la mesure est effectivement universelle, intégrale, totalitaire en somme, le combat est perdu d’avance. Penser la mesure de façon « critique » et non dénonciatoire n’est possible que parce que la mesure est toujours partielle, provisoire, inconséquente. Il faut donner à la mesure sa « juste mesure ».

29Le travail de sociologie de l’économie et de la technique qui est proposé ici vise donc à opérer une réflexivité de la société sur elle-même, en dégageant les choix sociaux implicitement faits à l’occasion des opérations de mesure qui soutiennent toute rationalisation. La rationalisation se présente souvent comme un processus autonome qui secréterait ses propres valeurs. La tradition sociologique, de Max Weber à Jürgen Habermas, a parfois donné crédit à une telle représentation. Or, il n’y a pas de rationalisation sans mesure et il n’y a pas de mesure sans systèmes de valeur. L’opération de rationalisation, technique comme économique, conduit souvent à occulter ce système de valeur par l’apparente objectivité de la mesure et la rigueur mathématique des calculs qu’elle permet d’opérer. Il s’agirait ici de repérer ces valeurs à l’œuvre dans de nombreux champs du social. On peut ainsi se réconcilier avec la modernité sans adhérer à ses mythes, car peut-être, comme on l’a dit, « nous n’avons jamais été modernes ».

Notes

1 Ce texte est initialement paru dans le no 4 de la revue Terrains et travaux, éditée par l’ENS de Cachan (Bidet et al., 2003). Nous remercions la revue de nous avoir aimablement autorisés à le reproduire.

2 On a assisté dans un autre domaine, connexe à notre propos, à un tel questionnement. Les anglo-saxons ont formé dans les années 1940 le terme « ergonomics » par analogie à « economics », ce qui donna en français l’« ergonomie ». Or certains, avant et après, avait essayé d’imposer « ergologie » pour désigner une science du travail. Or, chez les ergonomes, plus éclairement que chez les économistes, on discute de savoir si l’on pratique bien une « science » ou un « art ». Les « économistes » disions-nous, car on pourrait dire les « économes », terme bien plus ancien et qui désigne précisément les hommes de l’art !

3 Une forme intermédiaire de reproduction de la ressource peut être un réensemencement des zones de pêche, stade intermédiaire d’apprivoisement des espèces, comme l’élevage terrestre en a connu, quand l’homme suivait les troupeaux de rennes ou de bisons.

4 Plus précisément les économistes ne sauraient définir autrement le travail que comme la marchandise théorique dont l’existence est prouvée par l’existence du salaire et la valeur mesurée par l’importance de celui-là, un peu comme Le Verrier avait découvert et mesuré Saturne en 1846, en observant la distorsion des orbites effectives des astres par rapport à celles qui pouvaient être dégagées des équations de Newton.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/7134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteurs

Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Dauphine et membre du Centre d’Études et de Recherche en Sociologie des Organisations (CERSO).

Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Ouest-Nanterre et membre du Laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie (IDHE).

Professeur de sociologie à l’Université Paris Ouest-Nanterre, membre du Laboratoire Institutions et Dynamiques Historiques de l’Économie (IDHE) et co-directeur avec Philippe Steiner du GDR CNRS « Économie et Sociologie ».

© Presses universitaires du Midi, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540