Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Diams’pora du fleuve Sénégal

 | 
Sylvie Bredeloup

Conclusion

Texte intégral

1À LA VEILLE DES Indépendances –d’abord en Sierra Leone puis selon un phénomène tournant, en Guinée, au Liberia, en Côte-d’Ivoire et au Congo Belge– la recherche du diamant enfièvre la vie de plusieurs centaines de milliers de personnes, prospecteurs et trafiquants. Cette course à travers le continent africain - qui s’engage deux décennies après la découverte des premiers gisements et dont les traces subsistent - n’a pas retenu l’intérêt des démographes ou historiens en tant que mouvement migratoire d’ampleur ni même donné naissance à des mythes littéraires comparables à ce que la ruée vers l’or avait produit en Amérique. De la même manière, l’histoire des diamantaires de la vallée du Sénégal était restée dans l’ordre des clichés, limitée à une période –les années 1970–, à un lieu –le Zaïre– alors qu’elle perdure et se recompose au fil des turbulences politiques sur le continent et au gré des sanctions prises par les États producteurs de diamants à l’encontre des trafiquants étrangers. Des nouvelles générations continuent d’affluer en Angola : plus d’un diamantaire sur trois a débuté après 1980 dans ce trafic de pierres précieuses.

2Or, en même temps que ce déferlement bouleverse le paysage et l’économie des régions concernées, il renseigne sur les « manières de faire » des migrants, des sociétés minières et des États. En dépit des segmentations imposées par la colonisation puis par l’État contemporain, ce groupe de commerçants, à l’identité composite, a su créer et pérenniser un espace de circulations qui lui est propre, compromettant les principes de souveraineté économique que les États s’efforçaient de mettre en acte et conduisant le cartel De Beers à réviser en profondeur ses stratégies d’approvisionnement en Afrique. Pour conquérir le lointain, les trafiquants composent leur territoire comme un réseau de places solidement connectées entre elles et hiérarchisées ; leur circulation étant rendue possible par la sédentarité de leurs logeurs ou njaatigue. Les villes-champignons surgies de la brousse, à proximité des zones d’extraction, ces capitales africaines où se commercialisent dans des comptoirs le plus souvent pirates les pierres précieuses et où se déploient en façade d’autres négoces plus officiels, les bourses du diamant dans les métropoles du Nord où s’opèrent les tractations les plus juteuses, les villages du fleuve Sénégal de mieux en mieux équipés et érigés en communes, sont autant de places à rapprocher pour les fonctions qu’elles occupent au sein de la Diams’pora. Le diamantaire est l’une des figures du commerçant migrant transnational qui profite de la subsistance des frontières et de la variabilité des réglementations pour asseoir sa position dans la filière. Grâce à leurs compétences à la fluidité et leurs capacités à mettre en relation des populations aux statuts hétérogènes et aux cultures différenciées, les gens du fleuve Sénégal sont en mesure de se construire temporairement des espaces d’autonomie en contournant ou en exploitant les logiques étatiques ; ils accèdent ainsi à une partie des richesses minières concentrées dans l’Afrique orientale. Pendant plusieurs décennies, ils semblent avoir eu une longueur d’avance sur les États qui gèrent les flux migratoires et prennent des lois sur le commerce et les exploitations minières, mais aussi sur les populations, ressortissantes des pays producteurs de pierres précieuses, qui n’avaient pas encore acquis ces savoir-faire et ces savoir-circuler. Engagés dans une course contre la montre, ils ont été les premiers à organiser la commercialisation des pierres, partant en éclaireurs dans les coins les plus reculés d’Afrique centrale, usant du troc, de la ruse et de la corruption si nécessaire, jonglant avec la convertibilité des devises et n’hésitant pas à se marier avec des filles du pays pour mieux négocier leurs affaires. Leur démarche était résolument pionnière. Ces commissionnaires ont réussi à trouver leur place, au côté des diamantaires issus des grandes diasporas juive, libanaise et indienne, partageant le même code d’honneur fondé sur l’oralité mais multipliant plus que les autres les navettes entre les lieux de production et de commercialisation pour tenir leur rang. Plusieurs milliers de ressortissants de la vallée du Sénégal se sont ainsi lancés dans le négoce des gemmes en dépit des contrôles et refoulements répétés. Si les Soninke ont été les premiers à entrer dans cette course aux diamants, s’appuyant sur les réseaux commerciaux mis en place par leurs aînés en Afrique centrale, les Haalpulaaren ont été encore plus nombreux à leur emboîter le pas. Les quelques réussites spectaculaires largement médiatisées ne reflètent pas néanmoins le destin de la majorité. Pour les uns, l’aventure s’est arrêtée brutalement en Afrique occidentale française, pour les autres, elle s’est poursuivie jusqu’au Zaïre. Si les uns n’ont pas dépassé le stade de diamineur, d’autres sont devenus coursiers, voyageant entre les continents ; quelques-uns ont été autorisés à installer un comptoir officiel en Afrique centrale. D’autres encore ont reconfiguré leur projet migratoire partant grossir les rangs des travailleurs immigrés dans les usines françaises ou optant pour des négoces moins dangereux à partir de Pointe-Noire, Libreville ou d’Abidjan. Au-delà de la pluralité des figures, deux générations de diamantaires peuvent être distinguées : celle des pionniers dont la trajectoire a débuté en pleine décolonisation africaine et celle des « enfants de 56 », nés à l’époque où leurs parents investissaient les placers de Sefadu et de Séguéla et qui, de leur côté, commencèrent à négocier l’émeraude avant même de découvrir le diamant.

3Cependant, la donne a notablement changé ces dernières années, remettant en question la place des diamantaires du fleuve Sénégal dans la filière internationale. D’une part, le consortium sud-africain, qui a régné en maître du diamant sans partage pendant un demi-siècle, régulant le marché et commercialisant plus de 80 % de la production mondiale des pierres brutes, se trouve fortement ébranlé dans ses fondements. D’autre part, les diamants de la contrebande, qui alimentent de plus en plus largement les conflits armés embrasant le continent africain, sont disputés par un nombre grandissant de trafiquants et mercenaires. L’empire De Beers vacille parce que, depuis le début des années 1990, il doit lutter sur tous les fronts : résister au déclin des ventes de diamants bruts au moment où la récession économique frappe les principaux marchés de consommation et où le trafic de pierres s’enflamme. Tenir compte, alors que se met en place la politique du « black empowerment », de la montée en puissance des revendications sociales en Afrique du Sud où sont implantées ses principales concessions et gérer au mieux la baisse de productivité de ses mines vieillissantes dans le pays. Répondre aux pressions croissantes des instances inter-étatiques qui prennent des lois anti-trust de plus en plus drastiques dans un contexte d’effervescence libérale et réagir aux accusations portées sur le devant de la scène médiatique par les organisations non gouvernementales en s’impliquant dans la mise en place d’un code de conduite contre les « diamants sales » (processus de Kimberley). Mettre tous les moyens en sa possession pour enrayer la contrebande qui prend des proportions extravagantes dès lors que ses anciens collaborateurs entrent dans la danse des trafiquants. Supporter les nouveaux systèmes de vente aux enchères adoptés par les plus puissantes bourses du diamant. Se mettre sur les rangs pour prospecter de nouveaux sites toujours plus nombreux au Canada, en Amérique du Sud et mener un combat quotidien contre les autres géants miniers de plus en plus gourmands. Face à ces multiples turbulences, le groupe De Beers a procédé à la refonte totale de son architecture et de ses objectifs, quittant la mine pour la galerie marchande. Instaurant une nouvelle sélection et une nouvelle contractualisation parmi sa clientèle, il devient un opérateur parmi d’autres sur un marché du diamant brut de moins en moins protégé. Il se lance en outre sur le marché du luxe, fabricant et diffusant des diamants haut de gamme sous sa propre griffe, dans ses nouveaux magasins.

4Extraite des contrées les plus pauvres de la planète, la matière première la plus précieuse ne profiterait aujourd’hui qu’à une infime minorité pour faire le malheur des populations résidentes, celles-là même qu’elle aurait pu enrichir en priorité. Les capitales africaines, jadis honorables, comme Ouagadougou, Monrovia, Lomé et Abidjan sont utilisées comme plaques tournantes pour faire transiter des armes et des diamants des multiples rébellions qui agitent le continent. Les grands négociants américains, israéliens, libanais, belges et russes reviennent également en force dans les circuits de la commercialisation. En outre, des réseaux autochtones se construisent sur la base ethnique ou régionale et se consolident en lien avec l’arrivée de groupes militaires rebelles ou de « mercenaires miniers » parfois en cheville avec les États producteurs ou voisins de plus en plus prédateurs dès lors que leurs rentes ont été remises en question. Le pillage des ressources est dorénavant organisé à grande échelle et la violence innerve désormais toutes les interactions entre opérateurs ; les concessions minières se militarisant. On assiste à une criminalisation accrue des activités diamantaires dans lesquelles les mafias jouent leur propre partition. En l’absence d’alternatives économiques, de plus en plus d’artisans ou fonctionnaires délaissent leur activité pour se lancer dans l’exploitation et parfois le commerce du diamant. Sous la contrainte de chefs de guerre, des enfants partent travailler dans les mines.

5À l’évidence, les diamantaires du fleuve Sénégal tirent de moins en moins aisément leur épingle du jeu dans cet univers de violence et de compétition exacerbées. Ils ne peuvent rivaliser en capital économique et social avec les grands trafiquants ; leur position d’intermédiaire est de plus en plus remise en question. Ils participent effectivement de cette économie de guerre, qui oppose de multiples fractions pour le contrôle des sites miniers et l’appropriation des pierres précieuses, mais ne sont pas structurés pour organiser collectivement leur défense. Bien qu’ils se déplacent en petits groupes et s’appuient sur une large palette d’identifications et de stratégies, les migrants de la vallée du Sénégal n’ont pas su faire société pour résister à la concurrence des trafiquants nationaux et internationaux. Ils n’ont guère facilité l’insertion de leurs descendants dans le milieu diamantaire ne voulant pas leur faire courir des risques trop élevés. Ces derniers ont donc refait le chemin parcouru par les pionniers qui ne sont pas d’ailleurs toujours leurs aînés. Après la collecte en brousse, ils ont tenu les boutiques puis ont joué les hommes valise à travers l’Afrique, entre l’Afrique et l’Europe. Le système d’organisation communautaire des commerçants mourides, fondée sur une prise en charge totale des plus jeunes par les plus expérimentés, n’est pas du tout exportable dans ce milieu. Aussi, plutôt que d’initier leurs ascendants ou les autres ressortissants de leur région d’origine intéressés par ce négoce, les diamantaires du fleuve Sénégal sont rentrés au pays, ne parvenant plus à s’imposer dans un système de plus en plus brutal. Ils n’ont pas su créer des sociétés familiales permettant de protéger leurs économies. Quelques-uns restent milliardaires mais sans aucune assurance pour l’avenir. Les compétences acquises dans le monde du diamant n’ont pas pu être réexploitées dans les milieux d’affaires de leurs pays d’origine. Les diamantaires n’ont pas su réadapter leurs pratiques commerciales et corruptibles ni reconfigurer leurs réseaux clientélistes, réinvestissant leur fortune dans l’immobilier, secteur peu rentable et se révélant très maladroits dans leurs négociations politiques. Et l’avenir des quelques entreprises familiales demeure suspendu à des problèmes de succession. La concurrence ou l’animosité qui règnent bien souvent entre les différents segments de la parentèle participent notablement à la fragilisation voire au déclin des petits empires construits sur une génération.

6La montée de la violence comme la systématisation des expulsions à l’encontre des étrangers africains amène à s’interroger également sur la politique d’accueil mise en œuvre par les États africains. L’Afrique, du sud au nord, en passant par le centre, est devenue la championne des refoulements, bafouant tous les accords régionaux de libre circulation (UDEAC, CEDEAO, CEPLG, CEN-SAD) qu’elle avait elle-même édictée ; elle n’a pas su développer de véritables politiques migratoires pour réglementer les entrées et les sorties, prenant à l’inverse des mesures d’ajustement ponctuelles, opportunistes et le plus souvent radicales entravant la mobilité des personnes dans l’espace régional. Il existe d’ailleurs une contradiction significative entre la transnationalisation accrue des échanges économiques et des affirmations nationales maintenues que les réseaux des diamantaires ont permis d’éclairer.

7Pourtant aujourd’hui, alors que les flux migratoires au départ de l’Afrique subsaharienne se réorientent vers l’Afrique du Nord et que, par ailleurs, sous l’effet de fortes turbulences politiques en Côte-d’Ivoire, plusieurs pays de la sous-région sont conduits à accueillir en masse leurs propres ressortissants refoulés, les États d’Afrique vont devoir réviser leurs mesures institutionnelles et législatives sous la pression des États européens notamment au profit de politiques plus élaborées. L’immigré pourra-t-il encore être perçu comme le parasite, le clandestin et le migrant de retour extradé comme le fuyard, le renégat ? Le changement de perception de la place du migrant dans la société, qui s’est déjà engagé dans nombre de pays africains où l’émigré est considéré dorénavant comme une ressource pour la contrée d’origine, devrait vraisemblablement se poursuivre. Comme de nombreux pays européens transformés en pays d’émigration après avoir été pays d’immigration, le continent africain est traversé par des mutations similaires qui devraient le conduire à promouvoir de nouvelles politiques. Les pays africains choisiront-ils de limiter leur politique à de nouvelles procédures drastiques de contrôle ou intègreront-ils les notions d’intérêt national et promulgueront-ils les droits du migrant ?

8La figure de l’étranger a pris des formes nouvelles sur le continent : les ressortissants ouest-africains installés en Afrique centrale ne sont plus comme par le passé des auxiliaires de l’homme blanc ou des petits commerçants installés dans les zongos, ces zones centrales des villes coloniales qui leur étaient plus ou moins réservées. Plutôt riches et parfois puissants, ils investissent les quartiers huppés des villes, occupant des résidences luxueuses, mariant les filles de bonnes familles et suscitant des jalousies. Mais depuis quelques années, en lien avec l’exacerbation des conflits politiques et la montée des replis identitaires, la ville étrangère devient, pour les trafiquants de diamant ouest-africains qui la traversent ou s’y installent, de plus en plus un espace de clandestinité ou d’errance alors qu’elle avait pu être, un temps, un lieu d’échanges économiques.

9Cette recherche a permis de surcroît d’éclairer la figure de l’aventurier, ce ressortissant des confins du fleuve Sénégal qui, s’enfonçant à pied ou à bord de camions de marchandises dans la forêt africaine, accompagne la rumeur et parcourt le continent à la recherche de pierres précieuses. Les uns partent avec les revenus qu’ils ont accumulés comme serveurs dans les restaurants des places dakaroise et abidjanaise ou comme petits commerçants ; les autres s’enrichissent en chemin. Leur famille n’est pas toujours avertie de ce départ qui s’apparente à une transgression des contraintes et des valeurs véhiculées. Ces aventuriers renouent avec la geste pulaar, partant sur les traces de Samba Guéladio Jeegi ou de El Hadj Omar Tall, ces héros dont l’exil avec ses épreuves fut fortement valorisé dans les anciens royaumes féodaux du fleuve Sénégal. Le risque est considéré comme un mode de vie. La migration va leur permettre de s’aguerrir mais aussi de préparer, pour quelques-uns seulement, un retour éclatant au pays. Pour la majorité d’entre eux cependant, la sortie de l’aventure est loin d’être héroïque.

10L’aventure des diamantaires se révèle d’abord individuelle ; leur trajectoire remet en question l’image de l’Afrique enchantée d’une solidarité communautaire sans pour autant parer de toutes les vertus le processus d’individualisation. Concrètement, elle donne à voir des nouvelles manières de concilier société et communauté. Les principes d’échange qui organisent les sociétés africaines ne sont pas pour autant remis en question par cette Diams’pora mais simplement réadaptés. L’enrichissement économique obtenu grâce à la migration ne contribue pas véritablement à émanciper l’individu de ses anciens assujettissements ; l’ordre social villageois n’est pas fondamentalement menacé dès lors que ces départs en solitaire visent à s’assurer plus tard une promotion au sein de la hiérarchie communautaire. Le négoce du diamant n’a pas non plus permis aux gens de métier de s’affranchir durablement de l’ordre statutaire et des hiérarchies sociales.

11Cette figure pionnière permet de mieux comprendre les formes migratoires contemporaines à l’issue incertaine qui se déploient actuellement entre l’Afrique et l’Europe. Alors que les contrôles migratoires se durcissent en Europe et que les déséquilibres économiques et politiques se multiplient en Afrique, de nouveaux aventuriers renouent avec la migration par étapes, traversant seuls ou en petits groupes les déserts et les détroits. Vers où se dirigent actuellement les gens de la vallée du fleuve Sénégal ? Les retrouve-t-on sur ces routes sahariennes à l’exemple des ressortissants de l’Afrique centrale ou parviennent-ils à mettre en œuvre de nouveaux réseaux à l’instar des colporteurs mourides pour rejoindre par d’autres moyens le continent américain ?

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540