Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Diams’pora du fleuve Sénégal

 | 
Sylvie Bredeloup

5. Réinvestissements au pays ou la difficile accumulation

Texte intégral

1LA PLUPART DES DIAMANTAIRES ont démarré leur activité avec un capital financier dérisoire ; les plus chanceux ou les plus pugnaces sont parvenus à faire fructifier rapidement ce capital en jouant sur le différentiel énorme du prix du diamant existant entre les aires de production et de consommation. Mais les trafiquants ont rencontré des difficultés pour sécuriser et faire travailler les revenus tirés de la commercialisation des pierres précieuses. Ils se sont efforcés de réinvestir leur argent en placements sociaux et dans d’autres activités économiques, dissociant les lieux d’accumulation et de réinvestissement, opérant un repli sur le pays d’origine. Au Mali comme au Sénégal, les projets de diversification des activités ou de réinvestissement semblent difficiles à conduire, rendant problématique à terme l’enrichissement des diamantaires. Un décalage important subsiste, par ailleurs, entre le discours officiel portant sur la promotion des hommes d’affaires nationaux et les pratiques contraignantes de l’administration et des institutions bancaires. Enfin, les détours du capital marchand par le politique ou le religieux se révèlent indispensables. L’engagement collectif au sein d’instances associatives et politiques semble être envisagé comme une étape incontournable par les diamantaires rentrés au pays qui souhaitent y réinvestir durablement.

Les 3 B : le grand boubou, la bicyclette et le bœuf

2Au seuil des années soixante, les ressortissants de la moyenne vallée du fleuve Sénégal commencent à réinvestir l’argent gagné dans le trafic du diamant de façon spectaculaire. Ayant ou non été refoulés par les autorités coloniales des mines de Sefadu ou de Séguéla, ils paradent dans les villages en somptueux boubous, multipliant les dépenses de prestige. Les biens issus de la société de consommation inondent les villages fuutanke : bicyclettes, radios dans un premier temps, voitures 4x4, baladeurs et magnétoscopes beaucoup plus tard. L’ostentation est érigée en modèle culturel et justifiée comme un trait inhérent à la société haalpulaar : wonde ramatel aduna. Littéralement, les Haalpulaaren seraient prisonniers des choses superficielles du monde. Or, cette pratique relève plutôt de la stratégie et vise non seulement à redorer l’image des migrants auprès de leurs parents et amis, mais aussi à convaincre ces derniers de l’intérêt qu’ils ont à les suivre dans cette entreprise périlleuse. L’accumulation du capital marchand suppose, au préalable, de pouvoir s’appuyer sur une main-d’œuvre importante laquelle doit permettre, de surcroît, de tisser des réseaux élargis le long des espaces d’échanges. Et pour être capitalisée, cette richesse en hommes ne peut se constituer qu’en dehors du cadre restreint de la parentèle. Au travers de cette débauche d’objets – symboles de la modernité et de la rareté, au même titre que le diamant – les migrants font passer le message selon lequel la prise de risque en vaut la chandelle parce qu’elle conduit à la richesse et à la célébrité. Le retour au village est donc envisagé par les diamantaires comme un détour utile pour recruter des assistants supposés plus fiables que les autochtones ou que les aventuriers rencontrés en chemin.

  • 1 Entretien à Dakar, le 3 mars 1994, avec Y.B., originaire d’Ourossogui.

« En mars 1956, à Dakar, j’ai amené une somme de 2 800 000 francs CFA… J’ai acheté ce qui est rare… j’ai payé une bicyclette et un lit en fer, je suis rentré à O. J’ai tué des moutons… Les gens étaient étonnés, ils m’ont vu riche… C’est alors que beaucoup d’entre eux ont abandonné la vie de boy pour aller à l’aventure… En repartant, je suis parti avec une douzaine de personnes »1.

  • 2 Entretien S.G., op. cit.

« En 1959, je suis rentré au pays avec 1 200 000 francs CFA. Je n’avais pas honte de rentrer (rires). Je suis revenu. J’ai acheté des vélos. J’étais jeune. Comme il n’y avait pas, c’était comme une voiture là-bas. J’ai acheté ce qui est rare. Des radios… Tout. J’étais un peu célèbre dans notre petit village. Comme il n’y avait pas beaucoup de gens qui avaient ça. Je suis rentré avec 1 200 000 francs, mais la moitié j’ai dépensé ici parce qu’il y avait la famille, il y avait des amis à aider, il y avait mes grands frères, ceux qui m’ont refusé de partir (rires). Je leur ai aidé pour les encourager (rires). Mais, j’ai gardé le capital parce que je sais qu’il faut maintenant le capital pour travailler… Bon, dès que je suis parti [3 mois plus tard], les frères, tous mes frères m’ont suivi petit à petit. Le grand frère, le petit frère ; ils m’ont suivi petit à petit »2.

  • 3 C. Laigret, « Matam, cercle du Sénégal », Outre-Mer, no 1, mars 1934, cité par A. Adams, 1977, p.  (...)
  • 4 Ils représentaient alors 12,4 % de l'ensemble de la population africaine de la commune (Diop, 1965 (...)

3Le diamantaire a tout intérêt à soigner particulièrement sa mise en scène pour espérer convaincre certains villageois déjà engagés dans un autre processus migratoire, nettement moins dangereux, et assurant des revenus corrects et réguliers, réinvestis rapidement au village. En effet, dès le milieu des années quarante, alors que la moyenne vallée du fleuve Sénégal n’est plus en mesure de dégager un surplus vivrier suffisant permettant à ses habitants de payer l’impôt à l’administration coloniale à partir de ses seules ressources locales, nombreux sont les Fuutankobe à s’engager comme navétanes. Ils travaillent, le temps d’une saison des pluies, dans les cercles voisins de Louga et Cayor. D’autres encore se dirigent vers les cités du rail à la recherche d’un emploi urbain (Adams, 1977). Ils s’installent dans les grandes escales de Dakar, Saint-Louis, Thiès, Kaolack ou de Diourbel comme domestiques, garçons d’hôtel, de café et de restaurant. Ils sont appelés « boys »3. En 1960, on recensait 15 000 Haalpulaaren à Saint-Louis, 4 000 à Kaolack et plus de 30 000 dans la capitale où ils constituaient ainsi le deuxième groupe ethnique4 alors qu’en 1926, on ne comptait à Dakar que 3500 ressortissants de la moyenne vallée pour 40 000 habitants.

La mosquée : un financement individuel ?

  • 5 Impôt religieux ; l’aumône est un des cinq piliers de l’Islam.
  • 6 Fête religieuse organisée chaque année au Sénégal par les membres de la confrérie tidjane qui rass (...)
  • 7 La Tidjania a pour fondateur Sidi Ahmed Al Tidjani né en Algérie en 1737. El Hadj Malick Sy qui a (...)

4Ayant en charge la gestion quotidienne des parents restés au village, les chefs de famille ne sont, en effet, pas toujours disposés à laisser s’envoler ces ressources régulières d’autant qu’ils sont encore très peu nombreux à avoir pu profiter directement des retombées financières issues du commerce de diamants. Face à cette pression villageoise, dans un premier temps, les trafiquants ne développent que des actions d’éclat : ils inondent de cadeaux leur famille lors de leurs rares retours, ils accompagnent leur père à La Mecque pour acquérir le titre de hadj ainsi qu’une autorité symbolique. Ou bien, ils envoient des mandats postaux équivalents à plusieurs mois de salaires d’un boy. Pourtant, les anciennes générations restées au pays entrevoient dans l’émigration internationale des plus jeunes une possible remise en question des fondements de leur société patriarcale et inégalitaire. Elles se sentent menacées par les mutations techniques, écologiques et les bouleversements sociaux que peuvent provoquer ces mouvements. Aussi incitent-elles leurs cadets, enrichis dans l’émigration, à œuvrer ensemble pour l’édification de mosquées – symbole de l’unité et de l’identité culturelle –. Entendu, leur appel a donné lieu à la constitution de caisses villageoises ou jama (du nom des petites mosquées). Pressés et maladroits, les diamantaires ont eu tendance à financer, individuellement, la construction de ces édifices religieux voulant réaffirmer par ce geste leur profond attachement à l’islam ainsi que leur respect non altéré pour le pouvoir gérontocratique. C’est ainsi qu’à Ourossogui, à près de vingt ans d’intervalle, deux frères – tous deux ex-diamantaires – ont pris en charge le financement de deux grandes mosquées (juma) sur les trois édifiées dans la petite ville. Réinvestir prioritairement son épargne en investissement religieux, c’est ostensiblement se ranger du côté des plus conservateurs, en contribuant à la reproduction à l’identique de la communauté ; c’est aussi compter sur ce réseau notabiliaire pour favoriser sur le long terme sa réinsertion économique et politique au pays. Mais à mesure qu’on assiste à une démocratisation des voyages à La Mecque pour un nombre de pèlerins grandissant, cette fonction n’est plus aussi distinctive que par le passé, plus aussi valorisée. Ce soutien au monde religieux hors zakkat5 prend également d’autres formes : affrètement de véhicules pour le gamou6 annuel de Tivavouane7, livraisons de marchandises à l’occasion de cérémonies.

5Autre investissement envisagé par les migrants pour susciter le respect et la considération de ses parents ou voisins : la constitution d’un cheptel bovin. Le Fuuta regroupe une population essentiellement pastorale – peul – pour laquelle les bovidés sont la principale richesse. L’utilité de la vache dépasse le seul propriétaire ; le lait étant partagé au sein de la communauté villageoise. Par les déplacements que la vache génère (transhumance et commerce sur longue distance), elle permet aux hommes de se frotter à d’autres modes de vie, d’autres coutumes, autant de sources d’ouverture et d’enrichissement. Dans la geste pulaar, cet animal occupe une place de choix et bénéficie de descriptions particulièrement élogieuses. Si bien que dans les années soixante, tout autre investissement ne pouvait prétendre à la même fonction sociale ; les plus riches en bovidés demeuraient les plus considérés.

  • 8 Entretien S.G., op. cit.

« Avant, au temps colonial on ne connaissait pas les millions. Nous, nous sommes du fleuve ; nous connaissons seulement ceux qui ont beaucoup de bœufs, 100, 200, 300. Alors si on avait un peu d’argent c’était pour acheter des bœufs. En ce temps-là, c’était notre seule richesse. Mais pour arriver à acheter des maisons et tout ça, c’est bien après »8.

D’une pierre à l’autre

6Les premières constructions des migrants –des étages en banco– interpellent les villageois qui entrevoient dans l’élévation d’un bâtiment la possibilité d’être surveillés par leurs voisins enrichis. À coup de centaines de milliers de francs CFA, en quelques mois, les diamantaires assurent en effet la construction de bâtiments modernes dans leurs villages respectifs, augurant de nouvelles pratiques. Mais, c’est à compter des années 1970 qu’ils contribuent véritablement à l’amélioration et à la densification à la fois horizontale et verticale des villages du Fuuta. À Ourossogui, le quartier Mango est rebaptisé provisoirement « Zaïre », en référence au pays où les entrepreneurs ont fait fortune. Des villas d’un étage, aux murs de briques revêtus d’un enduit de ciment coloré avec parfois des motifs décoratifs en stuc, remplacent où côtoient les cases de banco, renouvelant de façon magistrale la physionomie des localités en la « modernisant ». Toujours à l’initiative des diamantaires, de nouveaux styles architecturaux –flamboyants, « néo-dallas »– fleurissent la décennie suivante, faisant entrer résolument les villages du Fuuta dans l’ère de la mondialisation. De lourds balcons jouxtent des perrons en encorbellement ou encore des colonnades, signes tangibles de la réussite économique des diamantaires.

  • 9 Entretien à Dakar, le 5 juillet 1992, avec A. T., originaire de Ourossogui (Matam).

« En 1977, j’ai fait construire une grande maison à Ourossogui d’une valeur de 15 millions de francs CFA. En 1984, j’ai fait construire un autre bâtiment dont une partie est louée à la SONES [Société Nationale des Eaux du Sénégal] et à la sous-préfecture pour 195 000 francs CFA par mois. Ce bâtiment m’a coûté plus de 20 millions9 ».

7Sur la base d’un questionnaire réalisé auprès d’environ 400 diamantaires jeunes et vieux, rentrés définitivement au pays ou encore en migration, 73 % d’entre eux ont déjà construit une maison au village ou ont participé financièrement à l’embellissement de la maison familiale. Un sur quatre seulement n’a pas investi au village dans la pierre. En revanche, un sur trois revendique être propriétaire d’une maison (rachetée ou construite par leurs soins) dans la capitale sénégalaise.

8À l’évidence, Dakar est devenue rapidement pour les migrants sénégalais l’espace privilégié des réinvestissements immobiliers même si au seuil des années 2000, certains diamantaires estimaient alors plus rentable de réinvestir dans les petites villes de la vallée du fleuve en pleine expansion :

  • 10 Entretien à Dakar, en mars 2000, avec A. T. originaire de Semme (Matam).

« J’ai commencé par acheter à Dakar trois parcelles à Pikine. C’était en 1969 ; chacune valait 700 000 francs CFA. À l’époque, je n’avais pas les moyens d’investir sur le Plateau. Ensuite j’ai fait construire des immeubles dessus. Mais ce n’est pas rentable. C’est plus intéressant de faire construire dans les régions. J’ai fait construire une essencerie dans mon village et une maison que j’ai mise en location à Ourossogui. Là-bas, même s’il y a beaucoup de diamantaires, ils n’ont pas tous les moyens de faire construire de grandes maisons alors que beaucoup de gens travaillent dans le cadre de projets et cherchent à louer »10.

  • 11 À l'époque coloniale, Le « Plateau » correspondait à la ville du commerce et des Européens, la « M (...)

9Quelques années seulement après la ruée vers le diamant, profitant de la politique d’exonération décennale d’impôts appliquée par l’État sénégalais à la construction, ils acquièrent des appartements dans le centre-ville de la capitale sur le Plateau au sud, dans la Médina au nord11, à Colobane, à des fins essentiellement spéculatives. La rentabilité financière de la construction immobilière est alors très élevée ; l’amortissement rapide. Plusieurs immeubles de 3 ou 4 étages, situés sur l’avenue Lamine Gueye – cette artère vitale de la ville qui traverse le quartier commerçant et le marché Sandaga – sont alors vendus par des Libanais à des trafiquants de pierres précieuses. L’immeuble Maginot, aux dimensions imposantes, qui comprend outre des appartements, des bureaux, des banques, une galerie commerciale, en est la figure emblématique. Construit dans les années quarante et alors propriété du Crédit foncier, ce building haut de sept étages fut racheté par le plus grand diamantaire sénégalais et resta jusqu’en 1970 l’un des centres commerciaux les plus « huppés et prisés d’Afrique ».

10En revanche, au Mali, l’État n’incite pas au rapatriement des capitaux. Sous le régime de Modibo Keita, il est même interdit d’être propriétaire de plus d’une maison. Les diamantaires investissent alors davantage au Congo, dans les secteurs immobilier et commercial. Bien qu’il se fît offrir par le président en personne, dès 1964, deux maisons à Bamako pour services rendus à l’Ambassade du Mali à Brazzaville, S. S. préféra acheter pas moins de neuf propriétés dans la capitale congolaise. Au Zaïre, en Angola ou en Zambie, les risques sont plus élevés ; la confiscation des maisons, le pillage des commerces sont pratiques courantes. Pourtant marié à des autochtones, qui sont légalement propriétaires de ces biens, et ayant pris très souvent la nationalité du pays, le diamantaire demeure un étranger et un trafiquant au regard de l’administration et de la population, jalouses de sa réussite économique.

  • 12 Entretien S.G., op. cit.

« On a commencé à construire à Kinshasa, mais à cette époque on nous prenait pour des immigrés, des étrangers. Comme on faisait des choses qui étaient interdites, si tu as des biens, on te confisque tout. Donc, on gardait seulement, on n’a pas voulu investir »12.

11Épargner au Zaïre relève de la gageure compte tenu également des incertitudes du système bancaire et des proportions alarmantes de l’inflation. À l’exemple d’un certain nombre d’hommes d’affaires, les diamantaires disposent de comptes bancaires en Suisse ou au Luxembourg mais ne parviennent pas toujours à faire fructifier leur capital comme ils le souhaiteraient. Aujourd’hui encore, l’investissement demeure une entreprise périlleuse au Zaïre. Le plus grand diamantaire sénégalais, pourtant autorisé à exercer sa profession à Kinshasa, a connu de sérieux déboires avec le fisc du pays et, sans l’intervention, en 1984, du gouvernement sénégalais, son avenir sur le territoire zaïrois aurait été définitivement compromis.

Dakar, premier placement immobilier

  • 13 Ces immeubles se trouvent : Avenue Lamine Gueye, avenue du Président Léopold Sédar Senghor, avenue (...)

12Mais bientôt, dans la capitale sénégalaise, la rente immobilière n’est plus suffisante pour générer aussi facilement que par le passé d’autres investissements. À l’évidence, le placement foncier n’assure qu’un revenu modeste comparativement à la spéculation (achats et ventes rapprochés) et ces transactions, réalisées sur des plages de temps trop longues, s’apparentent parfois même à de mauvaises affaires. Pourtant, les diamantaires continuent à revendre des immeubles pour en faire construire d’autres sur des terrains déjà bâtis, contribuant à la densification verticale et à l’amélioration de l’espace urbain dakarois. En effet, si la plupart des migrants internationaux produisent un habitat locatif populaire du fait de leurs moyens financiers limités et participent ainsi à l’insertion résidentielle de populations socialement et économiquement instables, les diamantaires investissent quant à eux, sur tous les fronts immobiliers. Ils ont investi prioritairement dans l’achat de petits immeubles de bureaux avec commerce au rez-de-chaussée sur le Plateau13, dans la médina ou aux Parcelles Assainies. Ils proposent également à la location des villas moyen standing dans les quartiers SICAP Liberté et Mermoz qui seront par la suite libérées pour accueillir leurs grandes familles ou à l’inverse divisées en une multitude de studios pour rentabiliser au mieux leur investissement. Leur patrimoine immobilier comprend également des villas luxueuses, de véritables palais implantés dans les nouveaux quartiers résidentiels (Almadies, Ngor, Grand Yoff), à l’ouest de la ville, à proximité des complexes hôteliers et de l’aéroport international.

  • 14 Entretien à Dakar, en avril 2002, avec A.D.
  • 15 Souhaitant trouver une solution rapide à ses problèmes financiers, à la veille des élections légis (...)

13La construction d’un bâtiment de sept étages, baptisé immeuble Pyramides, en contrebas de l’avenue Lamine Gueye, est la réalisation la plus remarquable de ces dernières années. Cette entreprise a d’ailleurs ébranlé sérieusement les fondements de la fortune du diamantaire S.G. Les seules fondations de l’immeuble ont coûté 200 millions de francs CFA et l’ensemble du bâtiment plus de deux milliards, obligeant son acquéreur, mal conseillé et peu introduit dans la sphère politique, à emprunter en 1994 à une banque de la place, 600 millions de francs CFA. Au Sénégal où l’institution bancaire a pendant plusieurs décennies empêché le développement des entreprises nationales en contrôlant et limitant l’accès au crédit (Amin, 1969), encore longues et onéreuses, les procédures continuent de décourager les promoteurs. Plusieurs mois peuvent s’écouler entre l’introduction de la demande de crédit dans le circuit et sa mise en œuvre effective, ce qui peut être extrêmement dommageable pour le client quand un investissement réalisé avant dévaluation du franc CFA se retrouve financé par la banque après dévaluation. La valeur des titres fonciers est très souvent appréciée par l’institution bancaire à l’aune de critères subjectifs et la demande de garanties peut être démesurée par rapport au montant du prêt consenti. Les facilités en termes de trésorerie, de durée de prêts comme de dépôts de garantis semblent quasi inexistantes. Les contraintes excessives du milieu bancaire continuent assurément de freiner le développement d’un entrepreneuriat sénégalais (Galand, 1994) ; les banques commerciales demeurant très dépendantes des bailleurs de fonds internationaux et soumises par ailleurs à des pressions politiques au plan national. S. G. n’a pu se servir de ses liens familiaux dans les sphères politiques étatiques ou maraboutiques pour se faire octroyer des prêts intéressants. Les diamantaires n’ont pas su mettre en place des structures de financements alternatifs à l’instar des Peul de Casamance ou des Mourides. Dans ces conditions, S. G. a été conduit rapidement à revendre d’autres biens immobiliers importants pour relancer la construction de l’immeuble Pyramides et éviter par ailleurs, la fermeture de sa propre agence immobilière. En dépit de ce nouvel apport financier, il n’a pu honorer les traites du prêt accordé par l’organisme bancaire. La justice a alors été saisie et l’immeuble revendu. « Un château de 2 milliards bradé à 400 millions » titrait alors la presse nationale, au printemps 2000. « Il a rencontré des problèmes sur les modalités du contrat : l’analphabétisme y est pour quelque chose. Ses problèmes découlent des interprétations du contrat pour 400 millions qu’il avait empruntés à la Banque. S’il était lettré ce qui lui est arrivé n’aurait pas dû. Comment expliquer qu’il perde une maison de 2 milliards pour une dette de 400 millions de francs CFA ?… Mais le problème, c’est comment expliquer que tous les émigrés l’ont laissé seul gérer son problème et n’ont pas été en mesure de rembourser 400 millions, alors que pour la plupart il les avait aidés lors de leur séjour au Zaïre et quand ils avaient des problèmes ? » faisait remarquer tout récemment un de ses proches14. Ce qui voudrait dire qu’un investissement social consenti auprès d’un entourage même élargi n’est pas la tactique de redistribution la plus pertinente à adopter pour s’assurer d’un soutien efficace. S. G. s’est trompé de cible. Les personnes susceptibles de l’aider dans ses affaires et dans ses démêlés avec la justice appartiennent à la sphère du politique ou du religieux. Trop tardivement et sans grande conviction15, le diamantaire s’est efforcé de pénétrer le milieu politique en pleine mutation pour sauver ses affaires. Il a pris contact directement avec les chefs de partis, promis aux uns et aux autres la même chose : adhérer à leur cause en la finançant à condition que son dossier en contrepartie puisse être débloqué à la banque. Cette tactique de la pluri-adhésion avait également été mise en place par les Alhazaï de Maradi alors que l’avènement de la démocratie au Niger instaurait aussi de nouveaux rapports entre l’État et les milieux d’affaire (Grégoire, 1994). Mais, prises dans l’urgence et le désordre, de manière extrêmement opportuniste et maladroite, et sans connaissance précise du dispositif politique national en recomposition, les démarches du vieux commerçant ont été mal perçues par les différents leaders, leur inspirant du mépris plutôt que du respect. Autrement dit, très riche mais sans protection politique solide et donc sans puissance, le diamantaire ne peut réinvestir durablement dans son pays. « Je suis habitué à ces actes, mais à l’étranger. Au Zaïre, on m’a saisi plus de sept millions de dollars, mais je n’avais jamais pensé que cela aurait pu m’arriver dans mon propre pays. Ce qui me fait très mal. C’est une humiliation. Surtout que j’ai passé tant d’années hors de mon pays, au risque de ma vie, uniquement dans le but de pouvoir obtenir de quoi investir dans mon pays. Et voilà comment on m’accueille » (Walfadjiri, 28 novembre 2002). Il n’a pas compris de quelle manière s’emboîtaient les systèmes locaux et nationaux d’une part, les anciennes structures politiques et les nouvelles, d’autre part. Or, les enjeux factionnels sont totalement connectés aux histoires locales ainsi qu’aux clivages sociaux. Les alliances parentales et lignagères continuent de jouer un rôle fondamental dans la construction des alliances politiques.

  • 16 Entretien à Dakar, le 15 mai 1996, avec I. Diallo, Directeur des Sénégalais de l’Extérieur.
  • 17 Entretien à Dakar, le 11 juin 1996 avec M. Bangoura, Bureau d’appui à la coopération, Ministère de (...)

14Dans le quartier de Cambérène, au nord-est de la ville, au début des années 1980, au moment où les promoteurs publics n’en avaient plus les moyens financiers et où la poussée démographique s’accélérait, deux diamantaires, originaires de Ndendori, s’associaient pour créer une cité de 300 logements. Autre initiative à la fois plus collective et plus récente : alors que les réserves foncières s’épuisent dangereusement dans l’agglomération Dakar Pikine, le directoire de l’Association des Commerçants Émigrés écrit au président de la République16 en 1995 pour obtenir l’octroi de 3 600 parcelles sur Dakar. Après avoir obtenu un accord de principe, l’année suivante ils créent à 500 une coopérative d’habitat17, procédure obligatoire pour espérer acquérir des parcelles viabilisées dans le cadre d’opérations immobilières (ZAC de Mbao), instruites par le Ministère de l’urbanisme, en périphérie de Dakar Pikine.

15La pierre demeure une valeur refuge pour ceux qui ne sont plus impliqués étroitement dans les affaires de leur propre pays. Exilés trop longtemps, il leur est parfois difficile de s’insérer dans les réseaux de clientèle liés à l’État et de bénéficier de certains arrangements. Dans cette perspective, les trafiquants, qui se sont engagés dans une entreprise à hauts risques, souhaitent mettre à l’abri leurs gains et cette recherche de sécurité pour soi et pour sa famille reste envisageable principalement par le biais d’investissements immobiliers lesquels ne permettent pas de dégager des revenus très intéressants.

  • 18 Trosième entretien à Dakar, en octobre 2001 avec S.G.

« L’immobilier, ce sont des choses plus sûres. Si tu veux investir, il faut pouvoir tout contrôler. Alors que l’immeuble, ça rapporte, c’est garanti. Donc le bâtiment est là, la valeur est là… Peut-être qu’aussi on préfère investir dans la terre parce que c’est comme le diamant, c’est de la pierre »18.

Des intermédiaires de plus en plus étrangers à la famille

16En l’absence des négociants en pierres précieuses, des parents supervisent au pays les travaux de construction ou de réfection. Ils sont une dizaine de diamantaires à avoir constitué à Dakar leurs propres agences immobilières confiant la gestion de leur patrimoine et, en complément, celui de leurs associés, à des membres de la famille restés ou rentrés au pays, assurant ainsi une esquisse d’intégration verticale. Pourtant, ces opérations ne sont pas non plus sans risques. Les trafiquants, dont le code d’honneur repose sur la parole donnée, se sont fait très souvent gruger par les membres lettrés de leur famille auxquels ils avaient bien souvent confié l’achat puis la gestion de leur patrimoine immobilier. De retour à Dakar, certains se sont aperçus que la maison, qu’ils croyaient avoir achetée, était devenue la propriété de leur homme de « confiance » ayant assuré pour eux la transaction. D’autres encore ont été obligés de rentrer au pays pour éviter que le gouffre financier creusé par les détournements opérés par la parentèle n’entraîne, irrévocablement, leur faillite. Ayant connu de surcroît moult déboires avec les grandes agences immobilières de la place, la plupart des diamantaires semblent recourir à présent à des intermédiaires étrangers à la famille, bien souvent étrangers au pays (libanais notamment), prenant exemple sur les autres migrants internationaux (Tall, 1995). Ou encore, ils sollicitent des agents immobiliers qui travaillent de manière informelle pour le compte de plusieurs clients. Ou enfin ceux qui n’avaient pas tenté l’aventure prennent le risque de créer leur propre agence immobilière bien souvent sans qu’elle en ait ni le nom ni le statut. Des migrants peuvent même s’associer pour partager un local tout en conservant une gestion séparée de leur patrimoine. Ces agences informelles sont installées dans les immeubles, propriétés des diamantaires, au centre-ville sans qu’aucun signe distinctif puisse le laisser supposer. Il a été possible d’en identifier une petite dizaine sur la place dakaroise, certaines ayant une durée de vie très éphémère. Des commissionnaires assurent discrètement la recherche de clients expatriés africains ou européens à la sortie des grands hôtels quand ils ne mettent pas en œuvre d’autres moyens pour attirer le personnel des grandes institutions internationales ou bancaires. Dans l’espoir d’accéder à des marchés protégés, certains diamantaires n’hésitent pas non plus à louer leurs bureaux au gouvernement sénégalais.

17Mais en dépit de toutes ces manœuvres, l’investissement immobilier reste peu rémunérateur ; pouvant parfois conduire à la déroute, il ne peut en aucun cas être considéré comme un secteur « garanti ». Là comme ailleurs, il est nécessaire de contrôler la chaîne des intermédiaires opérant dans le milieu, d’instaurer des complicités avec les appareils administratifs ou bancaires, d’être informé sur les variations du marché avant de pouvoir opérer des transactions fructueuses. Les déboires de S. G. sont à ce titre révélateurs de l’inégalité d’accès aux ressources administratives, bancaires et de la nécessaire capitalisation de relations personnelles à diverses échelles de l’appareil d’État pour conquérir durablement une parcelle d’autorité.

La difficile reconversion

18Le savoir comme les relations, thésaurisés par les marchands dans le monde du diamant, ne sont pas transposables, en un jour, dans les milieux d’affaires des pays d’origine. Il faut du temps pour accumuler un capital relationnel, pour renouer avec les pratiques sénégalaises et pour tirer parti des nouvelles habitudes qui président à l’allocation de ressources. À distance ou même par procuration, il est difficile aux diamantaires de spéculer et de rester connectés aux réalités économiques changeantes de surcroît. En lien notamment avec le désengagement de l’État sénégalais des politiques industrielles et commerciales, de nouveaux débouchés sont apparus qui favorisent l’émergence de nouvelles catégories d’hommes d’affaires. La concurrence est devenue rude au Sénégal et les commerçants de la place n’ont pas attendu les diamantaires pour développer des pratiques clientélistes et patrimoniales élaborées. C’est précisément au cours des longues absences du pays (20 à 30 ans) de ces derniers que l’organisation commerciale mouride s’est structurée et que les « cheikhs de Touba », contrôlant à distance leurs communautés essaimées en Europe, ont pu accumuler un prestige religieux suffisant pour garantir leurs affaires.

Pratiques clientélistes, pratiques associatives

  • 19 En 1977, c'est au tour de 2 900 Sénégalais d'être expulsés du Congo Brazzaville. Parmi eux, une mi (...)
  • 20 Les exonérations fiscales comme l'accès aux structures bancaires évoquées dans le discours n'ont p (...)
  • 21 L’ACRF devenue OCAAIS après que A. Diouf ait refusé de recevoir ce syndicat en même temps que les (...)

19Les premiers diamantaires rentrent au pays à la suite des expulsions orchestrées en 1971 par Mobutu. A. Diouf est alors tout juste Premier ministre. À cette époque encore, le Sénégal fonctionne avec un système commercial protectionniste structuré à partir d’instruments contraignants, comme les quotas, les licences et les contingentements. Dans ces conditions, il devient difficile pour les refoulés de République Démocratique du Congo de pénétrer ce milieu d’affaires fermé, aux allures de « bourgeoisie bureaucrate » (Marfaing & Sow, 1999) d’autant qu’une grande partie de leurs biens ont été confisqués et leurs économies bloquées dans les banques par les autorités congolaises. Quelques-uns ouvrent des boutiques ou des quincailleries dans leurs villages d’origine ; le plus grand nombre investit ses capitaux dans l’immobilier, seule valeur sûre à leurs yeux, avant de repartir à l’aventure. En 1977, alors que la situation devient encore plus périlleuse en Afrique centrale pour les commerçants étrangers19, des trafiquants sénégalais, favorablement impressionnés par le discours du nouveau président de la République – Abdou Diouf – au Zaïre évoquant à l’occasion d’une visite officielle au maréchal Mobutu le soutien de son gouvernement20 aux entrepreneurs sénégalais désireux de se réinstaller au pays, préparent leur retour. Après avoir engagé de longues démarches pour récupérer leurs crédits et rapatrier leurs biens, ils s’installent à Dakar dans la perspective de développer un commerce d’import-export. Quelques-uns profitent des liens de parenté, même éloignés, qui les unissent au nouveau ministre du Commerce, d’origine haalpulaar, pour obtenir des licences d’importation sur le lait en poudre de Nouvelle-Zélande ou sur le riz de Thaïlande. C’est aussi l’époque de la création, à l’initiative d’un diamantaire, du premier magasin des anciens émigrés au cœur de Sandaga et des premières coopératives (waounde) de distribution dans les quartiers de la capitale. Ceux qui ne parviennent pas, par des stratégies individuelles, à s’infiltrer dans le système économique en place mais qui sont fermement décidés à se convertir dans les activités d’importation se regroupent pour créer, en 1988, l’Association des Commerçants Ressortissants du fleuve (ACFR), à l’occasion de la tournée du chef d’État dans la vallée du fleuve. Ils sont convaincus de la nécessité de s’organiser collectivement pour défendre leurs intérêts. Les membres de cette structure, devenue plus tard l’OCAAIS21 (Association des commerçants, agriculteurs, artisans et industriels du Sénégal), syndicat fort de près de 30 000 membres et principal concurrent de l’UNACOIS, se recrutent essentiellement parmi les ressortissants du fleuve Sénégal, d’obédience tidiane ; les anciens diamantaires y sont très présents. Ils obtiennent pour partie le contrôle de la filière d’importation du lait en poudre ainsi que celle du textile avant que la levée des restrictions commerciales (la fin des quotas) n’annonce une ouverture accrue à la compétition.

Tentatives de diversification des activités

20Dans cet univers de plus en plus concurrentiel, les grands diamantaires s’efforcent de diversifier leurs activités. S’ils ont investi prioritairement le commerce – import-export, vente de matériel industriel, boulangeries, quincailleries, librairies, merceries – ils n’oublient pas non plus les services : stations services, auberges dans le Fuuta, à l’heure où la région du fleuve accueille des organisations non gouvernementales et des courtiers en développement. Les plus astucieux voire les plus ambitieux s’associent, mettant dans le creuset commun, leurs réseaux relationnels dans l’administration et leur capital pour créer des entreprises, notamment une société de nettoyage moderne. Peu fréquent dans une société qui prône pourtant la solidarité, ce type d’alliance a permis aux deux associés de procéder à une accumulation durable et d’envisager une diversification de leurs activités. L’investissement des diamantaires dans l’industrie est encore plus rare et plus récent – fabrication d’équipements de voyage, de glaces, de briques, imprimerie – d’autant qu’il leur faut compter avant tout sur leur propre volant financier. Dans l’ensemble, ils estiment cet investissement trop risqué, trop dépendant de la conjoncture économique. Analphabètes pour la plupart, ils demeurent méfiants et réticents quant au recrutement pourtant incontournable de diplômés pour assurer la comptabilité, la gestion et le fonctionnement de ce genre d’entreprises. Enfin, pendant longtemps au Sénégal, l’octroi des crédits bancaires s’est opéré sur des critères subjectifs, très éloignés de la rentabilité économique des entreprises si bien qu’il était difficile pour les diamantaires de se positionner sur le créneau industriel, déjà fortement investi par les puissances étrangères, sans avoir au préalable constitué des filières alternatives d’épargne solides. Les quelques expériences engagées ne semblent d’ailleurs guère concluantes : l’usine de confection de sacs de voyage a fermé récemment ses portes.

  • 22 L'un d'entre eux est propriétaire d'un terrain de 16 hectares à Mboro où sont cultivées tomates, p (...)
  • 23 Entretien S.D., op. cit., (Genève).
  • 24 Entretien S.S., op. cit., (Bamako).

21Issus du milieu rural, les diamantaires sont pourtant encore peu nombreux à acquérir des terrains pour l’agriculture ou à s’engager dans la pratique de l’élevage au Sénégal22. Cette activité semble être envisagée davantage comme une stratégie de repli que de diversification. Plus rares sont encore ceux qui ont pris le risque de s’impliquer dans le transport, secteur fortement investi par la confrérie mouride, au Sénégal. Considérant l’hégémonie des transporteurs wolof sur l’axe Dakar-Fuuta, approvisionnant la vallée du fleuve en marchandises stockées à Dakar, ils n’y sont pas parvenus. En outre, des trafiquants encore en activité, installés à Genève, ont aussi échoué dans leurs tentatives d’implanter des sociétés de location de voitures ou de développer des sociétés de trading dans la capitale sénégalaise. Leurs correspondants n’ont pu récupérer au port de Dakar des véhicules d’occasion destinés à être mis en service dans le cadre d’une société de taxis23. Leurs complicités dans le milieu portuaire et douanier étaient trop limitées, trop récentes pour qu’ils parviennent à des arrangements intéressants au plan financier ou encore pour qu’ils bénéficient d’un dédouanement forfaitaire inférieur au réel. Autre exemple : au début des années 1980, un diamantaire malien avait acheté d’office quinze cars d’occasion à Anvers dans l’optique d’assurer le transport sur longue distance dans son pays. Il avait revendu très rapidement les véhicules, sitôt les premières difficultés rencontrées, reproduisant sa logique de diamantaire sans l’adapter au produit commercialisé. Pourtant, quelques années plus tard, mieux informé, un autre commerçant malien a fait fortune en occupant ce même créneau plus progressivement24.

22Convaincre le gouvernement sénégalais de l’intérêt à investir localement dans l’exploitation des sédiments diamantifères et aurifères découverts ces dernières années dans le Sénégal oriental relève également d’un nouveau pari très difficile à tenir pour les diamantaires réinstallés au pays.

  • 25 S.G., in Walfadjiri, 28 novembre 2002.

« Face à une carence observée dans le domaine des ressources minières, le Sénégal doit impérativement songer à l’exploitation du peu dont il dispose… Au regard des progrès consentis ça et là surtout en matière d’exploitation de minerais diamantifères des outils et des instruments d’un type nouveau sont offerts en variété à tous ceux qui ont une prétention en ce domaine. Je puis avec certitude vous affirmer sans risque aucun de me tromper que si l’État, présentement, se faisait le devoir de s’orienter vers une telle piste en jetant son dévolu sur l’exploitation de la zone diamantifère située sur son périmètre compris dans l’espace entre les limites de nos frontières avec le Mali et les limites de la région du Sénégal oriental, je puis vous assurer qu’en moins de temps toutes les espérances placées dans une telle opération seront largement atteintes. En ce que, avec l’exploitation du diamant, l’engouement qu’elle va susciter, les retombées qui en seront, son pendant financier, se révéleront comme étant la sublime trouvaille d’un début à la fois de siècle et de millénaire pour notre pays »25.

23Quelques années plus tôt, l’exploitation annoncée des phosphates dans la vallée du fleuve Sénégal avait déjà conduit des diamantaires à anticiper le mouvement et à construire des cités résidentielles dans leurs villages natals (Ndendori, Semme…).

Méconnaissance des ressorts du négoce sénégalais

24De fait, les diamantaires cumulent les handicaps. D’abord, ils s’engagent sur des marchés dont ils méconnaissent à la fois les débouchés et le niveau de consommation, habitués à écouler, très rapidement, un produit mondialement recherché depuis des siècles et qui ne suppose aucune mise en valeur. Ensuite, contrairement à leurs compatriotes installés de longue date dans les circuits commerciaux du pays, ils n’ont pas pris le temps d’entretenir des relations complexes, mêlées de connivence et de concurrence, avec les autorités de l’État ni encore de tisser des liens durables avec les prestataires de services pour renforcer leur base clientéliste ni enfin de partager les mêmes espaces de collusion. Pourtant l’octroi de marchés publics comme la délivrance de licences d’importation ou les exonérations de taxes supposent des relations directes et privilégiées avec la direction générale des impôts ou des douanes qui ne peuvent s’établir dans l’urgence. Ceux qui se sont enrichis très rapidement sous-estiment à la fois la concurrence et les dispositifs administratifs inhérents à toute entreprise légale, officielle, pensant régler le problème comme à l’accoutumée à l’amiable, par une corruption directe et hâtive. Ici et là-bas, les arrangements se conçoivent selon des modalités et des temporalités différentes.

  • 26 Pour la sortie d'un véhicule d'occasion du port de Cotonou, au Bénin, N. Bako-Arifari parle de fau (...)

25En définitive, leur « investissement corruptif » semble être mal adapté à la configuration sénégalaise ou malienne. C’est ainsi que les véhicules d’occasion ou les cars importés d’Europe restent bloqués à la douane ou au port, principaux lieux d’institutionnalisation de la corruption en Afrique subsaharienne. Méconnaissant les codes de conduite et les tarifs des accommodements incontournables pratiqués dans cet univers professionnel où règne l’opacité et l’application sélective des règlements, ces négociants au long cours, pourtant spécialisés dans le trafic du diamant et initiés aux logiques de prédation, se révèlent étonnamment incapables de lever ces obstacles. Est-ce à dire qu’ils procèdent à une mauvaise évaluation des « faux-frais » à payer26, en sus des taxes officielles, pour obtenir un dédouanement rapide et diligent de leur matériel au regard de l’image de « gros richard » ou de « Baay Xaalis » qu’ils renvoient aux agents de l’État et à leurs associés ? Ou bien leur séjour trop ponctuel au Sénégal ne leur a-t-il pas permis de s’entourer d’agents supplétifs de la douane – transitaires ambulants ou autres courtiers administratifs – suffisamment efficaces pour accélérer la procédure ? Certains d’entre eux ne semblent pas préparés à transformer des transactions occasionnelles corruptrices en relations sociales pérennes et stabilisées de type clientéliste. Ils n’ont pas réussi à contracter des attaches en haut lieu, peu habitués à prendre les formes, à prendre leur temps.

  • 27 Entretien à Senopalel, le 20 août 1994, avec A. S., originaire de Senopalel (Matam).

« On est embêté par les Congolais qui nous taxent de tous les maux. Avec la corruption que nous faisons, nous parvenons à imposer pas mal de choses aux autorités. Au Sénégal, le renouvellement des passeports nous pose problème. Le long séjour à l’étranger nous fait perdre l’habitude de travailler au pays. Nous sommes trop fatigués par les autorités entre Dakar et Fouta27 ».

  • 28 Entretien à Bokiladji, 15 août 1994, avec I. K., originaire de Bokiladji (Matam).

26Au Congo dès que tu as des pépins avec la douane, tu peux les corrompre et tu fais sortir tes bagages. Ici, tu perds tes bagages, tu es amendé et emprisonné »28.

27Les projets avortés comme les faillites sont d’autant plus nombreux que les diamantaires continuent leur aventure en Afrique orientale ou en Europe confiant leurs activités sénégalaises à des parents plus ou moins compétents, plus ou moins honnêtes et s’appuyant sur des mauvais conseillers qui leur proposent des « coups » au lieu d’adopter des stratégies élaborées sur le long terme.

Pionniers sur le créneau des centres commerciaux mais maladroits dans leurs négociations avec le pouvoir

  • 29 Nouvel entretien à Dakar, en octobre 2001, avec A.D., originaire de Garabalo (Matam).

28Tout récemment, les diamantaires les plus riches, réinstallés ou en cours de réinstallation au Sénégal, font néanmoins œuvre de pionniers en s’attaquant à la création ou la réhabilitation de centres commerciaux, ces nouveaux pôles d’attraction urbaine. Quelques-uns s’étaient déjà essayés à la gestion de ces nouveaux espaces commerciaux notamment en Angola. À Dakar, l’essor de ces galeries commerciales s’opère en deux directions, sur le modèle déjà entrevu à Abidjan (Bredeloup, 2002) : des centres reprenant la conception esthétique américaine des malls sont aménagés par des grands distributeurs de la place dans les quartiers chics ; d’autres shopping centers, à l’architecture moins monumentale et d’inspiration plus locale, sont installés par des plus petits promoteurs, à proximité des marchés, dans des quartiers déjà largement équipés en commerces traditionnels. En mars 1999, à proximité du marché HLM et, donc dans un quartier animé, était inauguré par la Première dame le centre commercial Élisabeth Diouf, regroupant sur deux étages outre une banque, une mutuelle des émigrés et une agence immobilière, 500 cantines et petits magasins à la facture proche de celle des nouvelles installations commerciales sur les marchés rénovés29. Une première du genre au Sénégal rappelant dans sa conception, le Treichcenter, édifice élevé à Abidjan derrière le grand marché de Treichville en reconstruction par un entrepreneur ivoirien d’origine libanaise. Conscient de la saturation en cours dans le centre-ville de Dakar, A.D, ancien diamantaire et opérateur économique averti, a décidé de transférer son entreprise dans un quartier périphérique où les déplacements et le stationnement automobiles étaient encore possibles. Il a donc installé ses bureaux dans ce nouveau centre commercial construit sur l’emprise d’un ancien cinéma dont il était propriétaire, contribuant à renforcer la centralité commerciale du quartier HLM.

29Dès son retour au pays à l’automne 1999, S. G., quant à lui, a engagé des travaux d’extension et de surélévation de l’immeuble Maginot, évalués à près de 400 millions de francs CFA, dans la perspective de moderniser l’espace commercial situé dans l’artère la plus commerçante du cœur de ville. Il comptait adopter le principe de la « galerie commerciale de type parisien ». Mais, cette opération a été largement remise en question. Craignant que la réalisation d’un tel projet ait une influence néfaste sur leurs propres activités, les locataires ont mis en avant les désagréments occasionnés par les travaux pour porter l’affaire devant la justice. Sur instruction du Premier ministre en personne, l’investisseur a été sommé d’arrêter les travaux « sous peine de mesures coercitives ». Au lendemain de nouvelles élections présidentielles en mars 2000, les travaux ont repris obligeant les locataires à renouveler leur défense. Jouant alors la carte patrimoniale pour convaincre le nouveau gouvernement, les locataires ont soutenu que l’immeuble Maginot était un monument historique qui devait être protégé et autour duquel il était donc interdit de créer des « nuisances architecturales, sociales et environnementales ». Reprenant à son compte le même discours, le diamantaire a insisté sur la nécessité de préserver le patrimoine bâti des vicissitudes. Maladroitement, il a menacé de porter plainte contre l’ex-Premier ministre arguant du fait qu’il détenait une autorisation délivrée par la commission spéciale de la primature et la direction de l’Urbanisme dont la justice n’avait pas tenu compte. Sa méconnaissance du dispositif politico-administratif sénégalais l’a conduit à faire preuve d’imprudence, mais aussi d’impudence et à commettre d’autres bévues encore, utilisant de façon malhabile les médias. À l’automne 2002, alors que l’affaire n’est toujours pas réglée, il profite d’une marche de protestation organisée par les émigrés sénégalais dans les rues de la capitale pour dérouler une banderole : « Débarrassez-moi de mon encombrant locataire de l’immeuble Maginot » (Walfadjiri, 10/09/2002). Toutes ces péripéties confirment bien que la puissance d’un individu se mesure aussi à sa capacité à nouer des relations pérennes de haut en bas de l’échelle socio-politique, à manipuler les registres normatifs et réglementaires et à maîtriser à la fois le langage des normes officielles et celui des pratiques informelles. Le diamantaire a eu tendance à confondre deux formes de redistribution de capital social et à se tromper de public. Il a préféré soigner son entourage et consolider sa réputation d’homme riche et généreux auprès du grand public en développant le mécénat, en finançant des manifestations (concerts, cérémonies religieuses, compétitions sportives) et divers équipements (puits, ambulance, écoles…). Mais, il a négligé de focaliser ses efforts financiers sur l’entretien d’une clientèle ; il a omis de cultiver des liens plus étroits et pérennes avec l’appareil d’État et les milieux bancaire, industriel, associatif, religieux et de financer des campagnes politiques dans l’attente d’un retour sur investissement. En promouvant l’investissement social au détriment d’un capital relationnel, il a perdu beaucoup de son autorité auprès de ses distributeurs et semble cumuler des échecs cuisants, montrant les limites d’une possible accumulation.

Le diamantaire et le prince

30La rentabilité comme la pérennité de ces réinvestissements économiques se mesurent en grande partie à l’aune des appuis politiques dont peuvent disposer les diamantaires. Parce qu’ils sont restés longtemps absents et se sont enrichis à l’extérieur du territoire national, ils n’ont pas eu le loisir de développer des relations de dépendance ou de complicité avec les dignitaires en place dans leur pays d’origine. Certains sont parvenus à rattraper ce retard, d’autres se débattent, s’essayant à de multiples tactiques plus ou moins efficaces. Tous s’accordent néanmoins sur la nécessité d’investir le politique au cœur des partis dans l’espoir de réinvestir durablement les bénéfices gagnés dans le diamant et de parvenir ainsi à une accumulation élargie.

Les instances consulaires : un premier placement

  • 30 Estimation faite en 1992 par le diamantaire lui-même ; entretien avec M.A.D., juin 1992, Ourossogu (...)

31Les premiers placements sociaux des diamantaires visaient à défendre des intérêts communautaires dans les lieux traversés. Dans les pays d’accueil, bien que leur statut d’étranger voire de clandestin les ait conduits à rester à l’écart des sociétés rencontrées, ils sont souvent devenus des interlocuteurs privilégiés notamment en représentant leur pays d’origine auprès de l’administration. C’est un diamantaire malien qui était chef de la communauté musulmane au Congo quand Massembi Débat était au pouvoir. C’est un autre diamantaire qui fut responsable de la communauté sénégalaise forte de six cents30 personnes au Burundi et consul honoraire au milieu des années 1990 avant que la situation politique ne se dégrade du côté des Grands Lacs. Un diamantaire représentait les Sénégalais en République Démocratique du Congo jusqu’en 1999, présidant par ailleurs dans le même pays une association des émigrés ressortissants de la CEDEAO. En 2001, le consul du Sénégal en Angola était aussi un négociant en pierres précieuses. Conscient de l’influence que peuvent avoir ces hommes d’affaires auprès des émigrés, le gouvernement sénégalais s’appuie sur eux, au travers de leur association, à la fois pour contrôler les agissements de leurs ressortissants à l’extérieur et pour faire campagne lors des élections présidentielles sénégalaises.

L’ACSE, un tremplin pour l’activité politique ?

  • 31 Dès 1983, le Sénégal a créé un Ministère chargé des Émigrés ; une première africaine. Dix ans plus (...)

32L’Association des Commerçants Sénégalais Émigrés (ACSE) a été créée à l’initiative de diamantaires haalpulaaren dès 1956 ; son activité fut mise en veille après la dispersion de ses membres sur le continent africain et au-delà. Elle a été réactivée au seuil des années 1990, alors que les turbulences politiques en République Démocratique du Congo et en Angola entraînaient un retour des diamantaires au Sénégal. Ses membres ont réalisé l’intérêt qu’ils avaient à constituer un groupe de pression après avoir testé les limites de la négociation individuelle. Cette structure regroupe de nombreux diamantaires encore en activité, désireux d’être soutenus activement lors des expulsions et, par ailleurs, soucieux de pouvoir réinvestir au pays. L’ACSE a négocié directement avec la direction de l’OHLM pour acquérir des parcelles au nom des émigrés. Les diamantaires ont compris que pour développer de nouvelles activités commerciales au pays et défendre les intérêts de leur communauté, il importait de tisser un réseau d’obligés à tous les niveaux de la hiérarchie administrative et politique. Les membres du bureau avaient une audience hebdomadaire auprès de Mata Sy Diallo, Ministre chargé des Émigrés quand ce secrétariat d’État31 fonctionnait ; ils sollicitaient ses services ou encore ceux du Ministère du Commerce pour obtenir des facilités administratives et douanières. En 1996, l’association servait de courroie de transmission entre les émigrés emprisonnés en Zambie, en Angola et la Direction des Sénégalais de l’extérieur qui, en raison de restrictions budgétaires, fermait ses ambassades et recrutait des consuls honoraires notamment parmi ses membres, diamantaires en majorité.

33En outre, l’ACSE a été sollicitée par le Parti Socialiste sénégalais pour défendre la candidature d’Abdou Diouf à la présidence de la République en 1995 auprès des émigrés implantés en Côte-d’Ivoire et au Gabon, devenant un interlocuteur à part entière. Les diamantaires ont mobilisé des forces et des fonds pour mener à bien cette entreprise. Dans son compte-rendu de mission, l’un des membres de l’ACSE, faisait part de l’enthousiasme des foules :

  • 32 Compte-rendu A.T., observation 1995, Dakar.

« On a contacté tous les présidents des dix communes d’Abidjan durant notre séjour. Il en était ainsi en Côte-d’Ivoire et au Gabon. Leurs voitures étaient à notre disposition. On a visité dix amicales qui ont élu comme président O.K. qui nous a très bien accueillis. La plupart des gens nous ont avoué n’avoir jamais voté. Certains ne savaient même pas comment voter. L’ambassade nous a aussi aidés, elle a sillonné les marchés, les boutiques pour inscrire les gens. Quand on est arrivé à Yamoussoukro les cartes étaient finies et on prenait les noms sur des registres en attendant d’autres cartes… Les gens sont venus en masse et avec une discipline remarquable. Ils étaient une centaine : Wolof, Soninke, Haalpulaar. La maison dans laquelle on se trouvait s’est révélée étroite pour accueillir le nombre de nos ressortissants venus nous rencontrer. Ils sont unanimes à réitérer leur attachement à notre parti et ont assuré que les partis d’opposition n’auront aucune place parmi eux. Ils sont solidaires aux nobles causes du parti socialiste… L’ambassadeur nous a remerciés et a dit que nous sommes les seuls à pouvoir faire un travail pareil parce que les émigrés n’ont pas affaire à eux et vice versa. C’est quand la délégation de Dakar est venue qu’il s’est rendu compte qu’il y avait autant de migrants sénégalais. Il a promis d’envoyer un message au Gabon pour que l’ambassadeur du Sénégal au Gabon puisse nous accueillir à son tour. Entre temps Mamadou Diop [maire de Dakar] est venu dans la nuit… Finalement c’est nous qui lui donnions des conseils sur ce qu’il doit faire et comment il doit le faire. Il voulait aller à Bouaké et nous lui avons dit comment nous avons fait pour rencontrer les représentants des dix communes d’Abidjan. On a quitté la Côte-d’Ivoire le soir pour le Gabon. Le soir on a fait le tour des marchés pour voir les jeunes. C’était le vendredi et on a fait un programme pour la journée du samedi. Le ministre est allé à Port-Gentil et nous à Franceville et à Moine. Nos ressortissants nous attendaient. Les gens venaient de partout et il y avait une affluence extraordinaire. On a tenu un meeting à la Mairie et on leur a expliqué le but de notre voyage. Ils se sont tous inscrits et on avait un problème de feuille de recensement. Il a fallu inscrire les gens sur des registres en attendant de rentrer à Libreville pour téléphoner à Dakar afin qu’on puisse avoir d’autres feuilles. Là encore le nombre d’émigrés dépasse nos estimations »32.

L’ACSE sous hautes turbulences

34Pourtant, au fil du temps alors que le Parti Démocratique Sénégalais (PDS), parti d’Abdoulaye Wade, renforce sa position sur l’échiquier politique sénégalais, les bases de l’ACSE s’érodent. La lutte fratricide que se livrent deux familles de diamantaires pour l’accession à la mairie d’Ourossogui depuis son accession au statut de commune en 1990, a des répercussions notables au sein même de l’ACSE. Elle conduit certains de ses membres à prendre position pour l’un ou l’autre clan, ce qui envenime le débat associatif. En 1990, Y.B., le président de l’ACSE est aussi le frère cadet du maire d’Ourossogui, D.B. ; le vice-président du mouvement, A.D., est quant à lui l’associé et l’ami intime de A.O.T., celui qui remporta les élections municipales suivantes en 1996 contre le maire sortant dans la petite ville du Fuuta. Entre temps, A.O.T. est aussi devenu vice-président de l’ACSE…

  • 33 Sopi signifie changement, alternance en wolof, mot d'ordre du PDS.
  • 34 PDS, parti démocratique sénégalais dirigé par A. Wade.
  • 35 L'URD ou Union du renouveau Démocratique, parti dirigé par Djibo Kâ en 2000.
  • 36 L'AFP ou Alliance des Forces du Progrès, force montante dirigée par Moustapha Niasse en 2000.
  • 37 Le CDS, parti religieux dirigé par Latif Gueye, eut une durée de vie très éphémère.

35Les élections présidentielles de 2000 portant au pouvoir Abdoulaye Wade ont encore plus fortement perturbé le fonctionnement de l’ACSE. Elles ont contribué à remettre en cause son leadership : la succession de Y.B. par A.D. divise les clans. Les diamantaires qui, hier encore, soutenaient des tendances opposées au sein du Parti Socialiste, ont désormais la possibilité comme tous les autres opérateurs de déployer des stratégies plus diversifiées, profitant de l’essor des autres partis politiques. Les uns n’ont pas hésité à changer de bord très vite à l’instar du vice-président de l’ACSE. Investi tête de liste départementale de la coalition Sopi33 à Matam, A.D. a obtenu un siège de député à l’Assemblée nationale. Persuadés que les socialistes resteraient les maîtres du jeu incontestés, d’autres diamantaires ont adopté une attitude plus conservatrice, essayant avant tout de maintenir leurs privilèges. Par la suite, sentant le vent tourner et bien décidés à recomposer à leur avantage leurs réseaux de relations au sein de l’appareil d’État, ils ont presque tous opéré une « transhumance », gagnant le camp des libéraux34 (famille L.), des rénovateurs35 ou des progressistes36 (famille B.). Il a été démontré au Niger que ces ralliements tardifs pouvaient être accueillis sans problèmes à condition que les « repentis » fassent amende honorable et apportent publiquement et généreusement leur soutien (Grégoire, 1994). Encore plus téméraire, S. G. s’est même mobilisé pour la création d’un nouveau parti politique37 avant d’essayer de rejoindre les rangs du Parti Socialiste dans son département d’origine. Peu aguerri, il n’a pu lutter contre son propre cousin sur les terres de Podor. L’argent n’a pas suffi à retourner la situation. Non seulement S. G. n’a pu briguer la coordination du Parti Socialiste du département de Podor ou la présidence du Conseil Rural, mais il n’a pas été autorisé à voter, ayant négligé de s’inscrire sur les listes électorales. Autrement dit, les uns ont élaboré des stratégies familiales de diversification pour minimiser les risques politiques alors que d’autres adhéraient à plusieurs partis politiques à la fois dans l’espoir d’éviter toute marginalisation. Émmanuel Grégoire dans sa recherche sur les opérateurs économiques au Niger avait également montré comment les commerçants usaient de multiples stratagèmes de ventilation au sein des nouveaux partis politiques engageant parfois leur famille entière dans ces ralliements pour minimiser les risques encourus. Au Sénégal comme au Niger, dans un contexte de récession économique, il devient vital pour les commerçants de contracter des relations étroites avec le pouvoir politique s’ils veulent exercer leurs activités sans contraintes administratives et obtenir certains marchés publics, certaines autorisations d’importations. Certains auteurs ont bien montré comment les pratiques de corruption transactionnelles étaient devenues la norme au Sénégal dans la passation notamment des marchés publics locaux (Blundo, 2001).

36Outre un chambardement dans la hiérarchie politique nationale, locale et familiale, tous ces remaniements semblent avoir définitivement fragilisé l’association qui fédérait les diamantaires de retour au pays. Les actions de l’ACSE se limitent dorénavant à la gestion des problèmes posés en migration (confiscation des biens, emprisonnement ou expulsion des migrants). La structure n’est plus en mesure de constituer un interlocuteur écouté par les instances étatiques.

Un investissement politique tardif

  • 38 Voir les travaux de M. Salzbrunn (2002) sur le rôle des émigrés installés en France et aux USA dan (...)
  • 39 Sur 56 908 suffrages exprimés par les émigrés, 30 748 l'ont été en faveur de la coalition Sopi lor (...)
  • 40 PPC, PLS, JËF-JËL, RND.

37Les négociants en pierres précieuses, qui se tenaient dans un passé encore récent éloignés du pouvoir politique dans leur pays d’origine lui préférant le milieu associatif, semblent avoir adopté de nouvelles conduites surtout depuis les dernières élections présidentielles. Leur implication ne se limite plus à une contribution chiffrée en millions de francs CFA aux finances des partis mais s’élargit à la recherche de sièges politiques. Ont-ils enfin pris conscience de la nécessité de coaliser puissance et richesse pour faire fructifier durablement leurs affaires au pays ? Ont-ils voulu se mettre sur les rangs, craignant la montée en force des commerçants mourides largement mobilisés autour d’Abdoulaye Wade ? À l’instar des autres émigrés38, ils semblaient bien décidés, au seuil du troisième millénaire, à participer activement à la vie politique de leur pays dans l’espoir de pouvoir bénéficier davantage des opportunités offertes par l’État. Comme la majorité de leurs compatriotes, ce ne sont pas des considérations d’ordre idéologique qui les animent mais la possibilité, par leur vote, de modifier les réseaux de distribution de la rente étatique à leur avantage (Blundo, 1998). Lors des dernières élections nationales (présidentielles et législatives), on a pu enregistrer une nette amélioration du quotient électoral due à la participation massive des émigrés. Si la coalition Sopi en a été la grande gagnante39, ces votes ont aussi permis à des petites formations politiques40 d’obtenir des sièges à l’Assemblée nationale.

38Cependant rares semblent les diamantaires rentrés tardivement au Sénégal à avoir su réorganiser au mieux leurs réseaux de relations dans les hautes sphères de l’État dans cette période d’alternance politique. Leur faible capitalisation de liens sociaux au sein des partis ne leur a pas permis de se mettre sur les rangs pour l’attribution de marchés étatiques au niveau national. En revanche, leur forte implication dans le développement de leurs villages d’origine a pu favoriser quelques-uns qui, par rebonds, ont bénéficié de certains marchés publics locaux et ont pu participer à la construction de coalitions politiques.

La contribution des diamantaires au développement local : l’exemple d’Ourossogui

39Le commerce des pierres précieuses a favorisé indirectement mais notablement l’essor et la modernisation d’une centaine de localités, situées le long du fleuve Sénégal. Les diamantaires ont apporté l’éclairage public, le téléphone dans leurs villages d’origine ; les plus riches y ont fait construire des forages, des cités résidentielles ou des complexes hôteliers. Leur contribution au développement économique a été particulièrement visible à Ourossogui, chef-lieu d’arrondissement situé sur l’axe goudronné entre Saint-Louis et Bakel (carte 8) qui demeure leur fief dans la moyenne vallée.

40On y compte une cinquantaine de trafiquants, rentrés définitivement ou non au pays. Deux frères du maire actuel comme son prédécesseur ont fait fortune dans le négoce des pierres précieuses. Les anciens consuls honoraires du Burundi et de l’Angola – tous deux diamantaires – sont aussi originaires de cette bourgade, comme un Sénégalais sur dix ayant été refoulé de Zambie en 1992. En 1995, ils étaient encore une trentaine de ressortissants d’Ourossogui à négocier l’émeraude zambienne.

41Plus globalement, à l’image de nombreux villages haalpulaaren de la moyenne vallée du fleuve, Ourossogui est devenu un foyer d’émigration. Son rôle de carrefour géographique a d’ailleurs très certainement contribué à amplifier ces mouvements centrifuges. D’abord internes, saisonnières et n’affectant qu’une frange de la population active masculine, les migrations sont devenues ensuite urbaines, internationales et durables.

  • 41 Comparaison établie par C. Nuttall à partir des enquêtes de J.-L. Boutillier (1960), de A. Lericol (...)

42La comparaison de trois recensements, effectués à plus de vingt ans d’intervalle dans le département de Matam et, plus particulièrement dans l’arrondissement d’Ourossogui, confirme notamment la réorientation géographique des flux migratoires41. En 1960, la migration était à plus de 90 % interne ; la migration externe correspondait exclusivement à des mouvements interafricains. En 1971, alors que la vallée du fleuve Sénégal est frappée par de fortes sécheresses à répétition et connaît en outre une forte pression démographique, l’émigration s’intensifie et s’internationalise : un tiers des émigrants seulement limitent leur circulation au territoire sénégalais alors que 42 % gagnent un pays du continent et 24 % la France. Si en 1971, la migration occupe 25,5 % de la population active masculine, en 1988, elle en concerne 71,5 %.

Carte 8. Localisation d’Ourossogui

Carte 8. Localisation d’Ourossogui

43En dépit des expulsions massives et répétées orchestrées sur le continent noir à l’encontre des Sénégalais, Ourossogui continue de se caractériser par une forte émigration inter-africaine. En 1995, 80 % des ressortissants ayant émigré à l’étranger étaient installés sur le continent africain, se partageant entre le Congo, la Côte-d’Ivoire et le Gabon. Au Congo, ils négocient leurs affaires autant à Pointe-Noire qu’à Brazzaville. En Côte-d’Ivoire, ils se concentrent principalement à Abidjan et, dans une moindre mesure, à Dabou. Au Gabon, ils ont diversifié leurs activités – maçons, chauffeurs, cuisiniers, gardiens ou commerçants – et ont essaimé à Libreville, Franceville, Port-Gentil ou Tshibanga. L’émigration à destination de la France s’est ralentie et ne concernait plus qu’une centaine de personnes. Quelques commerçants exerçant un négoce au plan international et quelques étudiants côtoient aujourd’hui les ouvriers. Les États-Unis, enfin, constituent une toute nouvelle opportunité migratoire pour les cadres de la ville.

44Au cours des deux dernières décennies, les migrants ont diversifié leurs investissements dans la vallée du fleuve. Qu’ils soient ou non originaires d’Ourossogui, ils voient un intérêt grandissant à y construire des villas, des commerces, des boulangeries, des stations d’essence, un complexe hôtelier pour accueillir les responsables d’ONG, d’organismes financiers internationaux qui sillonnent la vallée du fleuve. Attirés par l’expansion de nouveaux marchés locaux, des commerçants, des transporteurs et des artisans s’installent à Ourossogui alors que les nouvelles infrastructures suscitent l’implantation d’un personnel également expatrié, solvable et captif. Seuls les anciens diamantaires convertis en opérateurs économiques présentent une surface financière suffisante pour s’engager dans de tels projets.

Migrants en Afrique, migrants en Europe ou deux conceptions antagonistes du développement local

  • 42 Note prise au cours d'une assemblée de village en 1974.

45En 1973, la sécheresse sévit dans la région du fleuve Sénégal provoquant rapidement le tarissement des puits et marigots. De passage à Ourossogui, un diamantaire envisage de creuser un puits dans la concession familiale. Son jeune frère, ingénieur des Travaux Publics, lui conseille de forer cet ouvrage pour le village tout entier. Avec l’appui financier d’autres migrants de retour du Zaïre – appartenant à la même classe d’âge – il construit un forage dans le quartier Zaïre. Mais cette initiative est encore critiquée par des frères plus jeunes ou plus instruits au prétexte qu’elle n’est pas assez collective : « Une branche [quartier] qui ne reçoit pas la sève de l’arbre [village] meurt très vite, le quartier Zaïre, en voulant voler de ses propres ailes veut mourir sans que ce soit la volonté de Dieu. Nous ne laisserons pas nos parents se suicider. Nous sommes un village uni, où la bonne entente, l’entraide, la recherche du bien commun sont des règles. Le village est un arbre où il y a des branches vivantes et des branches mortes… Il faut que l’arbre reste entier pour jouer son vrai rôle » (Ba, 1987 : 180)42. Une fois regroupés en assemblée extraordinaire, les villageois prennent alors l’option d’équiper le village tout entier d’un forage à partir des fonds collectés auprès de tous. Deux conceptions divergentes du développement local commencent à se dessiner. Les commerçants émigrés sur le continent entendent défendre avant tout leurs intérêts familiaux alors que les migrants de France, associés aux cadres et techniciens du village –ceux qu’on appelle localement les « intellectuels »–, souhaitent voir émerger de nouvelles pratiques communautaires fondées sur la solidarité et l’épargne collective, dans la perspective d’un développement durable.

  • 43 L'étude généalogique entreprise en 1995 à Ourossogui a permis de vérifier l'importance des allianc (...)
  • 44 Entretien en 1995 à Ourossogui.

46Au lendemain de ces premières confrontations, en 1974, une « caisse eau » est créée, alimentée par les cotisations des ressortissants. Migrants et villageois réunis doivent agir ensemble pour le développement de leur localité. Pourtant, une fois les fonds transférés dans la caisse, la priorité accordée au réaménagement et à l’équipement d’un ancien forage est à nouveau contestée par les Congonaabe (émigrés au Zaïre) qui jugent alors plus pertinent d’utiliser cet important financement pour clôturer le cimetière. Rétrospectivement encore, ces derniers préfèrent évoquer leur incompétence relative plutôt que d’avouer leur volonté d’alors d’obtenir avant tout l’assentiment de la vieille génération en honorant les morts plutôt qu’en creusant un forage : « Nous n’avions pas fait les bancs, nous ne pouvions pas comprendre qu’un forage puisse alimenter tout le village et puisse coûter autant d’argent ». Ces premières tensions augurent une guerre fratricide toujours vivace entre les partisans de la famille B. et de la famille T. et fragilisent de plus en plus la communauté des diamantaires43 : « Certains rejetaient le projet parce qu’ils pensaient que c’était impossible, d’autres parce qu’ils me détestaient… Il y avait deux clans opposés celui de B. qui tenait à la réalisation du cimetière et le mien qui tenait à la question de l’eau. Pour ne pas entraîner de divisions dans le village, j’ai regagné le camp de B. Ce dernier donna du ciment pour le mur du cimetière, l’association a pris en charge l’achat du fer et moi je me suis occupé de nourrir, de payer et de loger les manœuvres »44.

L’URO et l’ADO, deux facettes du dispositif associatif

  • 45 Nés en 1950.

47Cette caisse a permis le développement de deux autres structures associatives : l’URO (Union des Ressortissants d’Ourossogui) et l’ADO (Association pour le Développement d’Ourossogui). Préoccupée essentiellement par la gestion de l’eau, la première, qui a été initiée par de jeunes cadres villageois en poste au Sénégal, a pris le relais de la caisse d’eau, dès 1974. Elle apporta son appui financier notamment aux émigrés refoulés du Congo et de Zambie. La seconde structure, qui avait pour objectif de contribuer au développement économique et social du village dans son ensemble, fut créée plus tardivement en 1982 par des émigrés installés en France, issus de la jeune génération et du même fedde45. L’ADO eut une reconnaissance officielle au Sénégal en 1985. Bénéficiant de l’appui d’ONG nationales (USE), internationales (Solidarités Internationales), de collectivités locales agissant dans le cadre de la coopération décentralisée (Limoges, Valence) et de bailleurs de fonds européens, l’ADO procéda à l’aménagement de la place à palabres, à la mise en valeur d’un périmètre agricole puis d’un jardin maraîcher pour les femmes, à la création d’une banque de céréales, à l’achat de deux moulins à mil et à la construction d’une pharmacie villageoise, d’un centre social, d’une structure d’alphabétisation et d’une école.

  • 46 Entretiens conduits en 1992 à Abidjan auprès d'Ourosoguinaabe, en 1994 et 1995 à Dakar et à Ouross (...)

48Fréquemment des ressortissants d’Ourossogui attribuent une même réalisation à l’une et l’autre association ou supposent que les deux structures ont formé une caisse commune dans les sections étrangères en France, en Côte-d’Ivoire ou au Gabon. Pourtant, ces associations disposent de bureaux disjoints ; elles sont défendues par des personnalités différentes et fonctionnent selon des principes financiers divergents. On cotise à l’URO alors qu’on adhère à l’ADO. Les Francenaabe revendiquent haut et fort leur adhésion à l’ADO alors que les ressortissants ayant émigré sur le continent africain46 se sentent moins concernés par les revendications de l’association de développement. Quant à leur implication au sein de l’URO, elle se résume à l’alternative suivante : « tu cotises à l’URO ou on te coupe l’eau ». Difficile de s’y soustraire. Tout ressortissant émigré se trouve en effet dans l’obligation de contribuer financièrement à son fonctionnement s’il veut que sa maison soit approvisionnée régulièrement en eau.

  • 47 En 1991, l'Institut Panos a recensé 400 associations pour le Mali, la Mauritanie et le Sénégal don (...)

49Les caisses de solidarité destinées à soutenir le migrant dans le pays d’accueil n’ont pas connu le même développement en Afrique et en France. Au contact de la réalité ouvrière française, à travers la lutte pour une amélioration des conditions de travail et d’hébergement en région parisienne, mais aussi à partir d’une réflexion politique engagée au Sénégal, après l’échec des Centres d’Expansion Rurale, les Francenaabe, associés aux cadres du village, ont pressenti dans la fonction associative une voie nouvelle assurant un développement auto-centré et une alternative au désengagement de l’État. La loi du 9 octobre 1981 permettant aux immigrés de s’associer librement en France a ainsi entraîné la floraison de milliers d’associations et notamment de 400 associations pour les seuls originaires du fleuve Sénégal47. Trois ans plus tard, l’État sénégalais adoptait une loi portant création des associations et des groupements d’intérêt économique. Dans cette période d’effervescence associative, l’ADO – créée à l’initiative de Francenaabe (ouvriers, étudiants pour partie d’origine captive) et de cadres– a donc été conçue comme un lieu permettant de « raviver une conscience politique somnolente », de stimuler l’imagination des villageois. Institution pivot, l’ADO avait pour objectif de « faire naître autour d’elle les conditions d’émergence d’une Société éducative villageoise » (Ba, 1987 : 175). En réactivant les valeurs de solidarité collective, en prônant la concertation, ses membres fondateurs entendaient valoriser prioritairement les dynamiques locales dans l’espoir de rendre caduque, à terme, l’émigration massive.

50N’ayant pas rencontré des opportunités comparables, les diamantaires et autres Congonaabe n’ont pu dégager les mêmes priorités. En dépit des accords de libre circulation passés entre les États africains au moindre problème, le Congo, le Zaïre comme la Côte-d’Ivoire, le Gabon ou la Zambie considèrent, au moindre problème, l’étranger, même originaire d’Afrique noire, comme un bouc émissaire de choix. Dans ce milieu d’accueil souvent hostile, la principale préoccupation des ressortissants de la vallée du fleuve, et d’Ourossogui en particulier, a été de s’organiser pour continuer à exercer leurs activités commerciales souvent clandestines, en s’épaulant mutuellement. Multiplier les structures associatives ici et là-bas signifiait alors accroître le nombre de « filets de sécurité » pour mieux se défendre en cas de confiscation de marchandises et des papiers d’identité, ou en cas d’expulsion, d’emprisonnement. « L’argent des caisses sert à payer les médicaments, la nourriture des prisonniers. Moi par exemple, j’ai été en prison 6 mois (Zambie) et c’est grâce à la caisse que j’ai pu survivre ». Conduits à circuler intensément au sein d’un espace international pour que leurs activités commerciales puissent prospérer et, craignant en outre que leur regroupement n’éveillât les soupçons des autorités des pays d’accueil, les diamantaires et les commerçants n’étaient pourtant guère disposés à structurer davantage leurs sections associatives. « Là-bas, les associations ne peuvent fonctionner comme ici. Cela est dû au fait que là-bas on n’est pas tranquille, on n’est pas en sécurité et les regroupements attirent généralement les policiers et même les espions. Cela peut nous être préjudiciable car c’est une occasion pour eux de nous expulser ou de nous emprisonner ». Rapatrier collectivement et régulièrement des fonds à destination d’Ourossogui ne peut pas non plus constituer une priorité en raison précisément de cette instabilité professionnelle et de l’insécurité quotidienne. Les initiatives qu’ils prennent en direction du pays d’origine apparaissent alors essentiellement individuelles ou familiales. Ils n’envisagent pas de remettre en question les rapports sociétaux inégalitaires ni le système traditionnel structuré autour du jom galle. Ils ont émigré pour permettre à ce dernier de pourvoir aux besoins élémentaires de la famille et c’est d’ailleurs dans cette perspective qu’ils ont envisagé à l’origine leur contribution au financement du forage. Conservateurs, très attachés aux hiérarchies existantes, affichant leur identité musulmane, ils n’ambitionnent pas de changer fondamentalement le fonctionnement de leur société. Tous n’envisagent pas pour autant leur région d’origine seulement comme un lieu de retraite. Négociants là-bas, ils aimeraient le devenir ici. Des familles y réinvestissent largement leurs économies, construisant des boulangeries, des stations services et des hôtels.

51Autrement dit, derrière chaque forme de solidarité se profile un arbitrage différent ; la solidarité villageoise préconisée par l’ADO et les Francenaabe ne recoupe pas l’entraide familiale retenue et pratiquée par les Congonaabe ou les Gabonaabe. De la même manière, le fedde – composante essentielle de la société fuutanke – peut générer une solidarité à l’intérieur d’un même groupe d’âge sans pour autant qu’elle soit étendue à l’ensemble de la communauté pour devenir « une fédération de classe d’âge ». De plus, si le progrès social ne se décrète pas, l’autogestion ou la participation volontaire non plus. « Et moins que toute autre finalité, (l’autogestion) ne peut se réaliser par la contrainte ou par l’endoctrinement idéologique, fût-il appelé éducation » rappelaient M. Crozier et E. Friedberg (1977 : 442). Les membres fondateurs de l’ADO ne parviennent pas véritablement à convaincre leurs frères émigrés sur le continent africain de la nécessité de renouveler les règles de l’action collective pour parvenir à un réel développement de leur village.

52Il ne faudrait pas pour autant opposer systématiquement migrants au nord et migrants au sud dans la mesure où nombreux sont les Sénégalais à cumuler une expérience migratoire et souvent professionnelle sur les deux continents. De la même manière, on ne peut considérer l’Europe comme le seul lieu de captation des richesses et l’Afrique uniquement comme le lieu de réalisation des projets. La manne financière que représentent ces commerçants ou trafiquants de diamants s’étant enrichis en Afrique centrale est importante et les associations de développement gagneraient à intégrer davantage ces acteurs dans leurs projets de développement plutôt que de les contourner objectant leur résistance au changement. En définitive, « les entrepreneurs ne sont ni les vedettes ni les fantômes du développement ; simplement ils en sont et peuvent en être, sous certaines conditions qui restent grandement à analyser, des acteurs véritables » (Ellis et Fauré, 1995 : 12).

53Si ces structures associatives ont su mobiliser de nouveaux acteurs et permis l’émergence de nouvelles formes de partenariat entre résidents, migrants et bailleurs de fonds, elles ont aussi favorisé l’expression de conflits empêchant parfois toute gestion consensuelle des projets et hypothéquant le développement de la cité. Mauvaise gestion, détournements de fonds, conflits entre les différentes sections et même au sein de la section villageoise, désaffection des adhérents les plus jeunes, retrait des bailleurs de fonds, tous ces éléments contribuent aujourd’hui à l’affaiblissement de l’ADO et de l’URO. En ces lieux, la compétition se développe au détriment de la coopération. Et dans ces conditions, l’âge, le sexe, l’ethnie, la caste, l’activité professionnelle, le niveau d’études, les positions politiques deviennent autant de leviers stratégiques sur lesquels on peut s’appuyer pour stigmatiser les différences et asseoir son autorité. Ces enjeux de pouvoir sont intimement liés à la vision qu’ont les gens de la vallée du fleuve non seulement du devenir de leur région mais aussi de leur propre insertion dans l’économie nationale ; l’individualisation pouvant être dissimulée derrière des comportements aux apparences collectives.

Elections municipales : une guerre fratricide entre diamantaires ?

54À Ourossogui, l’action politique a été le premier instrument retenu par les grandes familles pour exprimer les querelles qui les opposaient, perdant de vue la problématique du développement. Unis par des alliances matrimoniales, les lignages ont œuvré pendant plusieurs années pour la même cause, à l’occasion du renouvellement des instances de base du Parti Socialiste en ne présentant qu’un seul candidat, évitant ainsi la compétition.

55Loin d’être d’un seul bord, selon leurs liens familiaux, les diamantaires alimentent les différentes tendances politiques. En 1995, la campagne politique du maire sortant (D. B) a été largement financée par ses deux plus jeunes frères – diamantaires de retour au pays, convertis en grands commerçants – et par l’ancienne chefferie du village qui avait tissé des liens de parenté avec la famille du leader politique. Le nouveau maire (A.O.T), ex-premier adjoint au maire, ancien diamantaire rentré au pays en 1983 et opérateur économique, a été soutenu quant à lui par une partie de son lignage après recomposition des alliances. Les plus jeunes générations et les intellectuels ont également voté pour lui.

56La vitalité du système factionnel semble même exacerbée par temps de décentralisation ; les rivalités qui se dessinent constituant bien souvent le prolongement de conflits préexistants (lutte pour la succession à la chefferie du village, disputes foncières, concurrence pour l’accès aux ressources, contestation du système des castes). En mai 2002, lors des dernières élections municipales, dans un schéma post-alternance où l’hégémonie socialiste a fortement été ébranlée dans le Fuuta comme dans l’ensemble du pays, les mêmes candidats s’affrontent à nouveau à Ourossogui. Ils ont seulement changé de partis, jouant allègrement les transfuges, l’un à l’AFP, l’autre au PDS. Et tel le jeu des chaises musicales, le maire sortant (A.O.T.) est remplacé par celui qu’il avait lui-même remplacé (D.B.), au grand désespoir notamment du mouvement des jeunes d’Ourossogui. Remettant en question la crédibilité et les capacités des candidats qui postulaient au fauteuil de maire alors que Matam venait d’être érigée en capitale régionale au détriment d’Ourossogui et n’étant par ailleurs pas autorisés par la loi à présenter une candidature indépendante, ces jeunes, dépités, avaient menacé de boycotter les élections (Le Soleil, 07/05/2002).

  • 48 Á Matam, lors du renouvellement des instances de base du P.S. en 1995, chaque tendance avait dépen (...)
  • 49 Entretien à Ourossogui en 1995.

57Moins que des programmes politiques, ce sont en définitive des hommes, des familles et des clans ou factions qui s’affrontent. Mais dorénavant les concurrences lignagères s’inscrivent dans les appareils de l’État décentralisé pour en subir les règles. En théorie, tout ressortissant de la moyenne vallée ne peut légitimement se lancer dans la politique à moins d’être issu d’une famille d’essence noble ou de disposer du soutien de nombreux clients et de l’appui des familles électrices. Pourtant, il est indéniable que les fortunes familiales accumulées dans la migration et notamment dans le trafic de diamants peuvent contribuer à modifier notablement la tournure du scrutin. Des montants considérables48 sont dépensés à l’occasion des campagnes politiques entre l’affrètement de véhicules pour l’acheminement des militants et les manœuvres de corruption à diverses échelles. Interpellés par leurs frères ou leurs amis, les émigrés de retour se doivent de les soutenir financièrement sans pour autant toujours partager leurs convictions politiques ni même en avoir de bien établies. « X et Y se sont mobilisés pour que leur frère puisse remporter les élections mais cela ne fait pas d’eux des politiciens. Beaucoup de gens font de la politique sans être des politiciens ; ils y sont mêlés. Ce ne sont pas des politiciens, ce sont des gens qui sont rentrés au bercail et ils ont trouvé une vie politique très mouvementée. Il y a eu des influences et ils n’ont pas pu s’y soustraire car c’est devenu un problème de famille »49. La vie politique locale se caractérise en effet par une absence de clivages politiques remplacée par une attention particulière portée à des enjeux économiques mais aussi affectifs. « Le factionnalisme sénégalais doit être considéré comme le lieu de rencontre des logiques politiques étatiques et logiques politiques lignagères » (Dahou, 2002 ; 505).

  • 50 Sur ces 1452 demandes enregistrées en 1995, 71 ont été faites par des personnes originaires des lo (...)

58Respectant ainsi leurs obligations familiales, les diamantaires peuvent espérer en retour accéder plus facilement à des marchés ou à des terrains. Des ressortissants se sont plaints que la nouvelle municipalité, installée en 1995, avait fait appel exclusivement à ses partisans pour la construction de l’hôtel de ville et de la gare routière. Par ailleurs, des débats houleux, portant sur l’attribution de 400 parcelles à usage d’habitation, ont opposé la même année le nouveau maire à ses adversaires politiques. Si la distribution des parcelles ne relève pas des attributions du maire, la réception des demandes, leur instruction et leur présentation à la commission habilitée à les attribuer (qui est présidée par le préfet) font en revanche partie de ses compétences. Ses opposants lui reprochaient d’avoir instruit les dossiers d’une majorité de ses partisans. En raison de l’essor économique de la localité, la demande foncière était très forte et les 1452 demandes ne pouvaient de toute façon être satisfaites50. Dans ce contexte, la tactique la plus courante consistait à profiter de l’absence de coordination et d’information entre les autorités centrales et les décideurs locaux pour obtenir illégalement une autorisation d’occupation des lieux. Mais, l’« utilitarisme stratégique » ne peut, à lui seul, rendre compte de la mise en œuvre des coalitions ; autrement dit, l’échange de services contre des votes ou un appui financier ne suffit pas à expliquer les dynamiques politiques à l’œuvre. La parenté joue un rôle symbolique évident et l’attachement réciproque cimente durablement la relation.

59Diamantaires, migrants et politiciens sont en grande partie responsables de l’essor d’Ourossogui. Manipulant tour à tour les dispositifs associatifs, politiques et familiaux, ils ont néanmoins davantage travaillé à asseoir leur pouvoir dans la perspective d’une réinstallation qu’à promouvoir le développement local. Les structures associatives n’ont pas été relayées par l’instance municipale. « L’histoire de l’institution municipale sénégalaise, de l’Indépendance à nos jours, est celle du renforcement de la tutelle du pouvoir » (Diop & Diouf, 1993 : 110). Le pouvoir d’État sénégalais n’est toujours pas parvenu à une véritable décentralisation et continue d’entretenir une relation ambiguë avec les villes. Celles-ci sont restées des « corps étrangers » dans le dispositif administratif. Plutôt que de promouvoir l’épanouissement des centres secondaires en leur déléguant les moyens nécessaires et en lançant des initiatives propres à dynamiser au plan économique les unités urbaines, l’État sénégalais entend seulement maîtriser l’essor urbain. Instruments de prédation du pouvoir central par le passé, les communes sont encore et toujours l’objet de convoitise pour les clans politiques parce qu’elles permettent d’accéder aux ressources locales si faibles soient-elles.

Pour conclure

60On ne peut parler d’accumulation élargie et productive que pour un très petit nombre de diamantaires qui ont su préparer leur retour. Il semble difficile pour la plupart d’entre eux de sécuriser leurs revenus tirés de la commercialisation des pierres précieuses. Ils ont placé leurs bénéfices dans l’immobilier ce qui renvoie davantage à la constitution d’une rente qu’à une forme élargie de reproduction du capital. Si dans l’univers du diamant, il leur a été possible de bousculer les hiérarchies établies grâce à la qualité de leurs stratégies personnelles et à quelques alliances circonstanciées, dans le milieu politique sénégalais, les mêmes comportements se révèlent totalement inadaptés pour infléchir les trajectoires des hommes politiques. Les diamantaires ont pris l’habitude de négocier dans un milieu où la chaîne hiérarchique était simple : il suffisait de traiter avec le sommet pour que l’ordre soit remis en place. D’autres pratiques, d’autres codes existent au Sénégal où la concurrence est ardue entre commerçants mourides et tijanes. La corruption prend des formes plus accomplies qui ne leur sont pas du tout familières : il ne s’agit plus d’exercer une contrainte directe dans l’univers douanier ou de la justice mais bien d’apprendre à manipuler l’information et de savoir négocier des commissions et des avantages en situation parfois d’infériorité sociale ou économique par rapport à son partenaire. Ces nouvelles configurations n’avantagent en rien les trafiquants, souvent pressés et complexés de ne pas avoir fait des études. En dépit de l’alternance politique, l’État demeure clientéliste et prébendier et les candidats sont nombreux à vouloir s’accaparer les rares sources de redistribution. Le lien clientéliste se construit sur le long terme et l’accumulation peut être parcimonieuse. Or la « communauté » des diamantaires n’est pas vraiment soudée à supposer même qu’elle existe. Les dissensions qui traversent l’ACSE, structure créée pour défendre l’intérêt des négociants en pierres précieuses aussi dans le pays d’origine, ne peuvent que les affaiblir comme par ailleurs les tensions qui traversent leurs grandes familles que nous étudierons dans le chapitre suivant. Les diamantaires n’ont pas réussi véritablement à s’imposer sur la scène politique sénégalaise ni à profiter des changements de gouvernement pour améliorer leurs relations avec la sphère politique alors que les Mourides déjà très présents renforçaient leur position et, avec la bénédiction des pouvoirs publics, accentuaient l’informalisation et la défiscalisation des activités de production et d’échange.

Ourossogui
Distantes de 7 km, Matam et Ourossogui apparaissent autant liées que concurrentes. Créée par des pêcheurs (subalBe)au bord du fleuve Sénégal dès le xvie siècle, Matam devint à l’époque coloniale une escale commerciale pour les traitants qui collectaient le mil et la gomme arabique ainsi qu’une cité à vocation administrative : la première école du département y fut construite dès 1906. Chef-lieu de cercle (1917) puis commune de plein exercice (1952) et enfin chef-lieu du département (1960), elle polarisait ainsi toutes les activités de la région.
Fondé plus tardivement, au xviie siècle, à l’initiative de populations peul ayant été chassées de leur région d’origine par des guerres et des famines, Ourossogui ne connut pas un dynamisme comparable, sous la colonisation, et conserva le statut de village, regroupant cultivateurs et éleveurs, au bord de la piste. Les deux localités se complétaient au fil des saisons. Pendant l’hivernage, les Matamois partaient cultiver sur la terre ferme, à proximité d’Ourossogui ; en période de soudure, ils y faisaient paître leurs animaux alors que les alentours de Matam étaient noyés sous les eaux et que la ville prenait les allures d’une presqu’île reliée à la terre par une digue. Les ressortissants d’Ourossogui, quant à eux, se rendaient dans la cité voisine pour y accomplir les formalités administratives et s’approvisionner.
Mais au fur et à mesure de la réorganisation des réseaux de transport et de commerce, la ville de Matam s’est retrouvée enclavée et court-circuitée de principaux flux d’échanges. La circulation sur le fleuve Sénégal, qui s’était déjà considérablement ralentie après la restructuration des circuits commerciaux et la construction des barrages, s’est pratiquement interrompue après l’éclatement du conflit sénégalo-mauritanien, en 1989. La zone d’influence de Matam s’est alors notablement réduite. Tant au plan démographique qu’économique, la cité s’est essoufflée. Inversement, Ourossogui a confirmé progressivement sa fonction de carrefour stratégique entre l’Ouest et l’Est, entre le waalo (plaines alluviales) et le jeeri (terres non inondables). Goudronnée dans sa totalité en 1980, la route du jeeri est, en effet, devenue l’axe essentiel traversant la vallée du fleuve Sénégal et reliant Saint-Louis à Bakel. En 1990 Ourossogui fut érigé en commune et élevé au rang de petite ville, comme Matam sa voisine l’avait été 40 ans plus tôt. La commune d’Ourossogui s’étend aujourd’hui sur 2 226 hectares ; par diverses stratégies et, notamment, en usurpant les fonctions de percepteur qui revenaient de droit à Ogo, elle a pu ainsi accroître notablement son terroir agricole. La population d’Ourossogui a dépassé celle de Matam et tous ses ressortissants – opérateurs économiques, migrants et hommes politiques – entendaient bien faire de leur ville la nouvelle capitale régionale.
Mais, en 2001, dans le cadre de la réforme administrative et territoriale lancée par le nouveau gouvernement, la ville de Matam a été déclarée officiellement capitale de la onzième région du Sénégal, au détriment d’Ourossogui. Quelques mois plus tard, lors des élections législatives, un maire PDS était élu à Matam, un maire AFP à Ouros

Notes

1 Entretien à Dakar, le 3 mars 1994, avec Y.B., originaire d’Ourossogui.

2 Entretien S.G., op. cit.

3 C. Laigret, « Matam, cercle du Sénégal », Outre-Mer, no 1, mars 1934, cité par A. Adams, 1977, p. 60.

4 Ils représentaient alors 12,4 % de l'ensemble de la population africaine de la commune (Diop, 1965).

5 Impôt religieux ; l’aumône est un des cinq piliers de l’Islam.

6 Fête religieuse organisée chaque année au Sénégal par les membres de la confrérie tidjane qui rassemble de nombreux fidèles à l’occasion du maouloud (la naissance du prophète).

7 La Tidjania a pour fondateur Sidi Ahmed Al Tidjani né en Algérie en 1737. El Hadj Malick Sy qui a contribué à la propagation de l’ordre en pays wolof, s’est fixé définitivement à Tivavouane. Sous son impulsion, cette petite bourgade s’est transformée en un centre d’enseignement et de culture islamique.

8 Entretien S.G., op. cit.

9 Entretien à Dakar, le 5 juillet 1992, avec A. T., originaire de Ourossogui (Matam).

10 Entretien à Dakar, en mars 2000, avec A. T. originaire de Semme (Matam).

11 À l'époque coloniale, Le « Plateau » correspondait à la ville du commerce et des Européens, la « Médina », à la ville des indigènes – Africains musulmans – créée après leur expulsion du centre ville en 1915, à la suite d'une épidémie de peste. La médina est devenue le quartier le plus proche du centre-ville.

12 Entretien S.G., op. cit.

13 Ces immeubles se trouvent : Avenue Lamine Gueye, avenue du Président Léopold Sédar Senghor, avenue Blaise Diagne, avenue Peytavin, avenue Victor Hugo, rue Carnot, rue Mohamed V, rue Kléber. L'immeuble Maginot en haut de l'avenue Lamine Gueye a été acheté 1 milliard de francs CFA par le diamantaire S.G., en 1983. On parle d'un autre diamantaire qui gérerait actuellement une quarantaine d'immeubles dans la capitale sénégalaise sans qu'il ait été possible de vérifier ces informations. Quand, en 1994, nous avons pu obtenir des informations précises relatives à la gestion de biens immobiliers par une famille de diamantaires, il était alors question d'une dizaine d'immeubles et d'une vingtaine de villas proposés à la location. Selon les diamantaires eux-mêmes, plus de la moitié des immeubles du Plateau leur appartiendrait encore. Une étude sérieuse et systématique démontrerait assurément le caractère fantaisiste de ces affirmations.

14 Entretien à Dakar, en avril 2002, avec A.D.

15 Souhaitant trouver une solution rapide à ses problèmes financiers, à la veille des élections législatives de 2001, en pleine période électorale, selon mon informateur, S.G. se serait adressé d'abord au Premier ministre, Moustapha Niasse, qui lui aurait assuré de son soutien à condition qu'il adhérât, en retour, à son parti l'AFP. Mis au courant des rumeurs qui annonçaient le départ de Niasse du gouvernement, S.G. aurait changé de tactique et demandé une audience auprès du président Abdoulaye Wade. Avant même de l'obtenir, il aurait rencontré Djibo Kâ, le chef de file de l'URD qui lui aurait également proposé le même contrat. Ne mesurant absolument pas la portée de ses actes, se croyant impliqué dans une vulgaire opération de marchandage, S.G. aurait donc déclaré aux trois leaders politiques intégrer leurs partis respectifs. Mais à la sortie de son entrevue à la présidence, interrogé par des journalistes lors d'une conférence de presse, il s'est retrouvé dans l'obligation de déclarer qu'il adhérait dorénavant au PDS. Après cette déclaration, le dossier de S.G. aurait été classé sans suite par le Premier ministre. Après une refonte du paysage politique, le nouveau Premier ministre a transféré le dossier à la présidence. S.G. a changé une nouvelle fois de tactique, tenant compte des suggestions peu inspirées de ses conseillers. Il a financé l'organisation d'un match de lutte en l'honneur du président de la République. Cette opération destinée à vanter la générosité du diamantaire et sa puissance financière a lamentablement échoué : ni le président de la République ni le Premier ministre ne se sont déplacés à cette manifestation qui a coûté plusieurs millions au diamantaire déjà en déroute. Une fois de plus, une confusion s'est instaurée entre deux formes de redistribution. L’action stratégique ne suffit pas à construire des alliances, ni des coalitions.

16 Entretien à Dakar, le 15 mai 1996, avec I. Diallo, Directeur des Sénégalais de l’Extérieur.

17 Entretien à Dakar, le 11 juin 1996 avec M. Bangoura, Bureau d’appui à la coopération, Ministère de l’agriculture. Chaque parcelle de 150 m2 coûte 420 millions de francs CFA. L’acheteur doit cotiser individuellement à la Banque de l’Habitat du Sénégal. Les membres de l’ACSE ont ouvert un compte à la Banque de l’Habitat du Sénégal géré par le bureau et cette gestion a été contestée.

18 Trosième entretien à Dakar, en octobre 2001 avec S.G.

19 En 1977, c'est au tour de 2 900 Sénégalais d'être expulsés du Congo Brazzaville. Parmi eux, une minorité de diamantaires qui avaient préféré s'exiler de l'autre côté du fleuve Congo/Zaïre pour garantir leur sécurité après les événements de 1971.

20 Les exonérations fiscales comme l'accès aux structures bancaires évoquées dans le discours n'ont pas été mises en application d'après les diamantaires interrogés.

21 L’ACRF devenue OCAAIS après que A. Diouf ait refusé de recevoir ce syndicat en même temps que les autres groupements professionnels lors de l'entrée au gouvernement de A Wade. L'ACFR, étant fondée sur des critères régionalistes, ne voulait pas prêter le flan à la critique en pleine crise casamançaise (Marfaing et Sow, 1999 : 133). L'ACFR a été créé aussi bien pour faire valoir le poids économique des commerçants ressortissants de cette région au sein de l'UARF (Union des amicales des ressortissants du fleuve) que pour lui faire contrepoids.

22 L'un d'entre eux est propriétaire d'un terrain de 16 hectares à Mboro où sont cultivées tomates, pommes de terre pour exportation en direction de l'Europe ; l'autre a créé une société d'arboriculture près de Rufisque qu'il a par la suite réorientée vers l'élevage de chevaux et de bovins.

23 Entretien S.D., op. cit., (Genève).

24 Entretien S.S., op. cit., (Bamako).

25 S.G., in Walfadjiri, 28 novembre 2002.

26 Pour la sortie d'un véhicule d'occasion du port de Cotonou, au Bénin, N. Bako-Arifari parle de faux-frais s'élevant au minimum à 75 000 francs CFA (N. Bako-Arifari, 1999).

27 Entretien à Senopalel, le 20 août 1994, avec A. S., originaire de Senopalel (Matam).

28 Entretien à Bokiladji, 15 août 1994, avec I. K., originaire de Bokiladji (Matam).

29 Nouvel entretien à Dakar, en octobre 2001, avec A.D., originaire de Garabalo (Matam).

30 Estimation faite en 1992 par le diamantaire lui-même ; entretien avec M.A.D., juin 1992, Ourossogui. En avril 1994, la communauté regrouperait 350 à 400 membres ; les autres étant repartis au Zaïre, Zambie, Angola.

31 Dès 1983, le Sénégal a créé un Ministère chargé des Émigrés ; une première africaine. Dix ans plus tard, à la suite d'un remaniement ministériel, il s'est transformé en une Direction des Sénégalais de l'Extérieur puis en Conseil Supérieur des Sénégalais de l'Extérieur. Cette structure, qui se réunit une fois l'an, est rattachée au Ministère des Affaires Étrangères, de l'Union africaine et des Sénégalais de l'Extérieur.

32 Compte-rendu A.T., observation 1995, Dakar.

33 Sopi signifie changement, alternance en wolof, mot d'ordre du PDS.

34 PDS, parti démocratique sénégalais dirigé par A. Wade.

35 L'URD ou Union du renouveau Démocratique, parti dirigé par Djibo Kâ en 2000.

36 L'AFP ou Alliance des Forces du Progrès, force montante dirigée par Moustapha Niasse en 2000.

37 Le CDS, parti religieux dirigé par Latif Gueye, eut une durée de vie très éphémère.

38 Voir les travaux de M. Salzbrunn (2002) sur le rôle des émigrés installés en France et aux USA dans la campagne présidentielle d’Abdoulaye Wade.

39 Sur 56 908 suffrages exprimés par les émigrés, 30 748 l'ont été en faveur de la coalition Sopi lors des dernières élections législatives de 2001.

40 PPC, PLS, JËF-JËL, RND.

41 Comparaison établie par C. Nuttall à partir des enquêtes de J.-L. Boutillier (1960), de A. Lericollais (1971) et de C. Nuttall (1988). Les deux dernières enquêtes portent sur les mêmes 106 villages et ont été établies selon la même méthodologie.

42 Note prise au cours d'une assemblée de village en 1974.

43 L'étude généalogique entreprise en 1995 à Ourossogui a permis de vérifier l'importance des alliances matrimoniales nouées entre la famille T. et les autres grandes familles.

44 Entretien en 1995 à Ourossogui.

45 Nés en 1950.

46 Entretiens conduits en 1992 à Abidjan auprès d'Ourosoguinaabe, en 1994 et 1995 à Dakar et à Ourossogui auprès de ressortissants de retour du Gabon.

47 En 1991, l'Institut Panos a recensé 400 associations pour le Mali, la Mauritanie et le Sénégal dont 200 ayant été déclarées au Journal Officiel ; voir Hommes et Migrations, no 1165, mai 1993.

48 Á Matam, lors du renouvellement des instances de base du P.S. en 1995, chaque tendance avait dépensé plus de 35 millions de francs CFA in Walfadjri, 3 juillet 1995.

49 Entretien à Ourossogui en 1995.

50 Sur ces 1452 demandes enregistrées en 1995, 71 ont été faites par des personnes originaires des localités voisines.

Table des illustrations

Titre Carte 8. Localisation d’Ourossogui
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540