Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Diams’pora du fleuve Sénégal

 | 
Sylvie Bredeloup

4. Circulation migratoire et territoires du diamant

Texte intégral

1POUR EXISTER ET TENIR leur rang sur un marché déjà solidement verrouillé, pour résister aux attaques répétées des États-nations, les migrants du fleuve Sénégal s’efforcent de mettre en relation les territoires où la pierre s’extrait, se négocie et se taille. Leur force tient précisément dans leur capacité à détecter les marchandises susceptibles d’être échangées ainsi que dans la pugnacité qu’ils mettent ensuite pour se les approprier et pour les faire passer d’un pays à l’autre, d’une région à l’autre. Mais par quels dispositifs circulatoires et, au prix de quelles alliances ou allégeances, ces espaces éclatés – lieux d’extraction, de commercialisation et de transformation – qui renvoient à des univers professionnels et culturels totalement distincts se combinent-ils pour générer les « territoires » du diamant ? Quels tours et détours mettent en œuvre les diamantaires africains pour prendre place dans le circuit international et gérer au mieux les incertitudes permanentes que sous-tend leur activité frauduleuse ? Autant de questions auxquelles j’essaierai de répondre en centrant plus particulièrement, la réflexion sur la période des Indépendances africaines et dans la région qui s’étend du Congo à l’Angola.

Espaces de travail, espaces de circulation

Les itinéraires

2Selon l’époque mais aussi selon leurs moyens financiers, les trafiquants recourent à des moyens de transport différents pour rejoindre les zones d’extraction ou de commercialisation des pierres précieuses. Au départ de la vallée du fleuve Sénégal, deux itinéraires ont pu être repérés. Les uns s’appuient sur des convoyeurs de bétail (ou coggal) pour atteindre le Mali puis redescendre vers la Côte-d’Ivoire ou encore prennent le train jusqu’à Bamako avant de repartir pour la Côte-d’Ivoire. Ceux qui ont déjà travaillé à Dakar traversent le pays en direction du sud-est, à bord de véhicules pour rejoindre la Guinée.

  • 1 Entretien D. S., op. cit.

3En pleine décolonisation du continent, alors que les expulsions se succèdent en Guinée et en Côte-d’Ivoire, les migrants décident de gagner la République Centrafricaine ou le Congo où selon la rumeur des diamants plus beaux et plus nombreux s’y ramassent. À partir de Monrovia et d’Abidjan, ils sont nombreux à emprunter « le Brazza », ce navire en provenance de France et à destination de Pointe-Noire. La traversée est longue et leur permet de s’informer auprès des autres voyageurs plus expérimentés des dangers à venir, des conduites à tenir. Certains en profitent pour nouer des relations qui deviendront parfois pérennes. C’est ainsi qu’en décembre 1961, Demba et Abdou apprennent par des compatriotes avertis qu’ils n’ont aucune chance de débarquer à Pointe-Noire s’ils ne sont pas en possession d’un billet retour. Acculés, les deux acolytes se font passer pour des dockers et avec succès sortent du navire avec des sacs sur le dos dans lesquels ils ont caché leurs propres affaires1.

4À un moment donné dans leur carrière, les trafiquants du fleuve Sénégal sont conduits, en véritables logisticiens, à organiser des expéditions en brousse, parcourant des centaines de kilomètres dans des conditions difficiles en l’absence de routes carrossables, traversant des rivières ou des zones infestées de serpents. La pirogue joue également un rôle important dans le parcours des trafiquants. Emprunter notamment le fleuve Congo a permis à nombre d’entre eux de continuer à approvisionner en diamants Brazzaville ou Kinshasa selon les époques, en dépit des interdictions en cours.

  • 2 Entretien Y. L., op. cit.

« En 1971, nous avons tous été expulsés de Kinshasa avec nos épouses. Nous sommes allés nous cacher à Brazzaville. Mais toutes les nuits, nous traversions le fleuve pour aller chercher des pierres et les revendre à Brazzaville »2.

Le troc et l’activité de façade

5Sitôt la découverte des premiers sites miniers, les migrants du fleuve Sénégal échangèrent des tissus contre des diamants. Jouant sur leur proximité culturelle avec les Haoussa, les marchands soninke notamment ont pu très vite troquer les yards de wax et de java hollandais achetés dans le port de Lagos contre des pierres auprès des paysans. Ainsi, déjà en Côte-d’Ivoire, quand la ruée vers le diamant s’amorce, les « Ivoiriens qui ne connaissent pas la toilette autant que les Sénégalais » sont intéressés par l’achat de tissus de pagnes et d’accessoires (montres et lunettes). Leurs fournisseurs sont des colporteurs sénégalais ou maliens qui partent s’approvisionner à Daloa, Bouaké, Abidjan, Monrovia et qui, en contrepartie, récupèrent des diamants extraits des gisements alluvionnaires. Le commerce de tissus wax a permis ensuite aux trafiquants d’asseoir leurs circuits import-export. Écoulant les gemmes à Amsterdam ou Londres, quelques-uns achetaient sur les mêmes lieux, en devises fortes, des wax d’excellente qualité, imprimés en Hollande ou en Angleterre, et fort prisés.

6S. S. procède de la même manière dès 1949 en Oubangui-Chari, échangeant des articles de « bonneterie » achetés au Nigeria contre des pierres précieuses. Les Africains de l’Ouest sont alors réputés pour être mieux habillés que les ressortissants de l’Afrique orientale ; les premiers décrivant souvent les seconds vivant comme des « broussards » rustiques, peu évolués et très dénudés.

  • 3 Entretien S. D., op. cit.

« En 1962, une fois le fleuve Zaïre traversé, arrivés à Kinshasa, on a pris la décision d’aller en brousse travailler le diamant… On est parti les mains vides. Arrivés là-bas, on prend des culottes, des chemises comme ça pour partir en brousse, pour vendre. Des fois, on ressort avec des diamants. C’est comme ça qu’on a commencé… Les Zaïrois qui vont creuser en brousse, dès qu’ils ont creusé, ils viennent et maintenant, ils changent les cailloux contre un petit paquet d’habits… »3.

7Au fil des années, les apprentis diamantaires pérennisent le système. Ils acquièrent des pantalons, des chemises et des chaussures d’abord au Liberia pour les livrer au Zaïre, plus tard à Hong Kong pour approvisionner les mineurs de Zambie et d’Angola. Dans des pays exsangues tiraillés par des conflits politiques récurrents et à l’inflation galopante, le troc reste, en effet, une pratique courante et en voie de développement. C’est ce qu’a largement démontré J. Mc Gaffey dans son travail sur « la deuxième économie » au Zaïre. Seuls les négociants disposant d’une monnaie d’échange peuvent satisfaire les besoins des paysans implantés loin des axes de communication et espérer en retour acquérir des pierres précieuses. Recourant aux modes de transport modernes, les trafiquants affrètent des avions pour écouler rapidement sur les sites miniers des produits manufacturés et alimentaires en échange de diamants, aménageant des terrains d’atterrissage provisoires. Dès 1963, à Kinshasa, S. N. et un de ses compatriotes décident de louer un DC4 pour faciliter les transactions entre Kinshasa et Mbuji-Mayi. Les deux compères partent vendre de la kola, des sardines en boîtes, du corn beef, des pantalons et des pagnes aux populations autochtones installées dans la forêt. Au retour, l’avion transporte du diamant. En Angola, on troque les diamants contre des voitures neuves et des armes achetées en Afrique du Sud ou encore contre des « pions » (drogues) acquis sur les marchés nigérians ou enfin contre des vêtements en provenance de Hong Kong.

8Mais si le troc reste de mise dans l’univers du diamant, il ne constitue pas une condition suffisante pour réussir à s’imposer dans le milieu. Parallèlement au trafic de pierres précieuses, les intermédiaires ouest-africains sont conduits à développer des activités commerciales de façade. Parce que la vente de produits manufacturés leur assure respectabilité aux yeux des autorités, revenus réguliers et constitue de surcroît une monnaie d’échange, ils peuvent, à moindres risques, se lancer dans le négoce de la « pierre des pierres ». Ceux qui sont installés à la périphérie des lieux d’extraction ouvrent une boutique, approvisionnant en produits alimentaires et textiles les prospecteurs et mastas qui ne disposent ni de temps ni de moyens pour se déplacer jusque dans les villages voisins des mines. Ils peuvent ainsi combiner la sécurité aux coups d’éclats dans la recherche du profit ; ils peuvent associer clandestinité et visibilité.

  • 4 Entretien D. S., op. cit.

« On est obligé de faire un magasin. Parce que le commerce de diamants n’était pas autorisé et devenait trop dangereux. Donc tu es obligé de prendre une boutique pour te protéger, pour être en règle avec les autorités. D’abord le magasin, c’était à Bakwanga (RDC) en 1963. Là, je vendais des habits modernes. Là, je ne compte pas beaucoup là-dessus pour gagner de l’argent, je vendais surtout des diamants »4.

9C’est ainsi que fleurissent à l’initiative de diamantaires, au début des années 1960, une multitude de magasins de marchandises diverses à proximité des gisements du Kasaï oriental. Derrière la boutique qui a pignon sur rue, dans l’arrière-boutique, d’autres affaires se trament à l’abri des regards. Les marchands occupent une place centrale dans l’échange des biens et invisibilisent leur activité principale auprès des gouvernements. Mais ce stratagème est rapidement dévoilé. En 1966, les autorités décident d’expulser tous les étrangers implantés dans les zones minières, les accusant de « parasitisme ». Cependant, le gouverneur de Luluabourg accorde exceptionnellement une carte de séjour à dix familles étrangères sur le site, remplissant des conditions particulières. A. D. raconte comment il put faire partie des heureux élus étant marié à une autochtone, ayant eu des enfants avec elle, étant propriétaire d’une boutique, employant du personnel local et disposant d’un compte bancaire. Mais dès 1967, ce privilège disparut et le diamantaire se réfugia à Kinshasa où il ouvrit une nouvelle boutique pour faciliter son commerce parallèle. Á certaines périodes, d’autres poussèrent l’audace jusqu’à installer simultanément des boutiques sur les deux rives du fleuve Congo. Plus récemment, en Zambie et en Angola, les diamantaires ouvrirent des restaurants en guise de couverture.

10Á mesure qu’ils s’enrichissent dans le négoce du diamant, ils réinvestissent alors une partie de leur fortune dans des activités de plus grande envergure dans leur pays d’accueil. C’est ainsi que Petit N. était à la tête d’une grande ferme moderne en Zambie puis d’un centre commercial en Angola. D’autres encore ont fait construire de grandes chambres froides au Zaïre qu’ils louaient à des nationaux.

Trafic de devises et contrôle de la dévaluation

11Le diamant s’échange aisément contre des monnaies fortes, même clandestinement. Les trafiquants se doivent d’être régulièrement informés sur le taux de change pour ne pas se faire gruger et opérer les conversions à leur avantage. Ils doivent connaître la valeur marchande du diamant en dollars ou en monnaie nationale aux prix du jour et aux taux de change courants. Ils doivent être en mesure de jongler avec les différentes devises s’ils veulent conserver leur place dans la filière et continuer de jouer l’interface entre les vendeurs et les acheteurs. Le fait de tenir un commerce parallèle leur permet de récupérer des monnaies locales auprès des populations autochtones ou encore de l’or et de pouvoir traiter directement avec les prospecteurs. Le fait de circuler entre les différents territoires du diamant facilite également les transferts financiers.

  • 5 Entretien S. D., op. cit.

« On travaille avec les Blancs, parce qu’eux, ils ont gagné beaucoup d’argent. De l’argent local, ils n’ont pas les moyens de l’envoyer alors comme ça, nous on a les moyens d’acheter les diamants, calculer en dollars la valeur. On travaille avec des pièces d’or ou en dollars… »5.

  • 6 Les autorités des pays producteurs de diamant comme la Guinée ont été contraintes d’instaurer des (...)

12Les monnaies locales ne sont pas toujours convertibles en devises fortes. Quand le taux de change des devises en monnaie locale n’a pas été correctement ajusté par rapport aux devises étrangères, des circuits de contrebande se développent parfois à l’initiative des diamantaires6. Des auteurs ont montré comment la forte valeur du franc CFA comparé au franc congolais (puis zaïre) avait généré de gros trafics (business smuggling) dans les années 1960 (Turner & Young, 1985).

  • 7 Cité in « La contrebande des diamants du sang », 25 août 2003, op. cit.

13Les diamantaires deviennent aussi à l’occasion des passeurs de devises ; John Carlin signale que les diamantaires voyagent le plus souvent en classe affaire parce qu’une mallette contenant 500 000 dollars serait trop lourde pour être acceptée comme bagage à main en classe économique7. Ils doivent aussi être en mesure de comprendre le phénomène de la dévaluation des monnaies pour en jouer pleinement :

  • 8 Entretien S. G., op. cit.

« … Ce qu’on vendait dans ce temps (les années 1960), après c’est triplé. Moi, je considère que c’est triplé c’est à cause de la dévaluation de monnaie. Parce que les gens ne comprennent pas la dévaluation de la monnaie et ça, c’est depuis longtemps. Avec toutes les monnaies reconnues, ça faisait que dévaluation. En 1930, je crois que la monnaie, ce qui garantit la monnaie, c’est l’or. Dans ce temps, un kilo or ça coûtait 1 000 dollars ; le diamant coûtait 250 000 francs CFA. Depuis, actuellement le kilo coûte 12 000 dollars donc le diamant coûte 3 500 000 francs CFA avant la dévaluation. Donc je crois que toutes les monnaies du monde étaient tombées de 900 %. Disons 90 %. Parce que ce qui coûtait 1000 dollars, on le vend en brousse à 12. C’était dans tous les domaines… On dévaluait sur des monnaies connues. Ca marchait toujours ensemble : le dollar, le franc, le deutschmark. Les diamants les plus forts, on les vendait en dollars. Dans ce temps mais on prenait la monnaie que tu veux. Si on partait au Liberia, on vendait en dollars, mais on paie le taux du jour en francs CFA. En Centre Afrique, en Guinée, c’est la même chose »8.

Des capacités d’adaptation à toute épreuve

14Les différentes sanctions prises par les États d’Afrique à l’encontre des étrangers –interdiction de travailler et de résider dans les zones minières, arrestations, expulsions, puis libéralisation de l’exploitation, de la détention et du commerce des pierres– ont conduit les diamantaires du fleuve Sénégal à intensifier leur circulation, à rebondir encore plus souvent, à multiplier leurs réseaux de compétence, passant maîtres dans l’art de gérer les risques. Cette mobilité accrue doit être comprise moins comme un développement organique que comme la volonté de territorialiser des initiatives dans un environnement le plus souvent hostile (carte 6). Sur la base de l’enquête réalisée en 1994, les 302 diamantaires absents du village se répartissaient entre 19 pays et 25 villes différentes avec en tête la Zambie suivie de l’Angola et de la RDC.

15Évoluant sur des espaces en perpétuelles mutations, les diamantaires sont en mesure de procéder à l’installation provisoire de comptoirs s’ils ont repéré un marché comme ils peuvent établir des bases de repli quand les sanctions ou encore une situation de guérilla les y obligent. En 1960, des troubles politiques secouent les provinces du Katanga et du Kivu provoquant la désorganisation du contrôle des exportations de diamant au Congo-Kinshasa. À peine au pouvoir, Mobutu multiplie les contrôles et les expulsions ; les étrangers résidant sur les sites miniers sont désormais interdits de séjour. En 1965, plus de 42 % de la production de diamants zaïroise est exportée illégalement par Brazzaville (Mac Gaffey, 1987). En 1967, les services des mines estiment que la production issue des gisements clandestins du Kasaï oriental est aussi importante que la production annuelle officielle (Young & Turner, 1985). Les trafiquants de diamants reconfigurent leurs circuits. Dans un premier temps, ils se replient sur Brazzaville où ils se font livrer les pierres par les collecteurs autochtones. Quand les contrôles aux frontières se renforcent, ils prospectent plus au sud, à Lubumbashi et débordent d’abord sur le Burundi. À compter de 1964, Bujumbura devient le nouveau pôle de redistribution vers l’Europe, en soutien à Brazzaville. Dès 1962, la capitale burundaise avait déjà été pressentie comme base arrière potentielle du dispositif. Ces premières explorations avaient conduit la communauté sénégalaise à y placer un correspondant. À la même époque, le « syndicat » (De Beers) aurait usé, en vain, de toute sa persuasion pour impliquer le plus grand trafiquant malien de l’époque dans la réorganisation du commerce officiel à partir du Burundi. Outre la circulation, les trafiquants développent des pratiques de corruption élaborées : non seulement, ils entretiennent des relations d’affaires avec les élites au pouvoir, relations à recomposer sans cesse au gré des mutations de postes, mais aussi ils ont constitué un vaste réseau de protection civile et militaire de façon à pouvoir transporter des fonds, des colis et assurer la protection de leurs comptoirs en brousse. Mais toutes ces largesses ont un coût de plus en plus difficile à tenir.

Carte 6. Itinéraires des diamantaires ouest-africains

Carte 6. Itinéraires des diamantaires ouest-africains

16Aussi, en dépit de la panoplie de stratégies déployées – acquisition de commerces de façade avec prête-nom et de comptoirs pirates – les diamantaires se sentent de plus en plus menacés. Au Zaïre, une expulsion succède à l’autre : 1966, 1968, 1969, 1971. En République Populaire du Congo, la situation politique est toujours extrêmement tendue. Après un soulèvement populaire, Massembi Debat a remplacé Fulbert Youlou avant d’être lui-même démis par un militaire, Mariam N’Gouabi. Le trafic fluvial entre les deux rives est interrompu. Dans ce climat, il devient illusoire pour les trafiquants de contracter des alliances politiques sereines au Congo. À partir des années 1970 quelques-uns élargissent cependant leur palette de prestations. S’élevant dans la hiérarchie, ces passeurs s’associent à des Libanais ou à des membres de la communauté juive, approvisionnant directement les bourses du diamant ou les centres de taille d’Anvers, d’Amsterdam, de Tel-Aviv, de Beyrouth, de New York ou de Mumbai. D’autres moins solidement implantés dans la filière préfèrent se réfugier en Zambie et passer clandestinement les frontières continuant de s’approvisionner à Bujumbura.

  • 9 Entretien à Golmy, le 10 septembre 1994, avec S. D., originaire de Gomy (Bakel) ; entretien réalis (...)

« J’ai fait aussi la Zambie en 1973, j’ai quitté là-bas en 1976. C’était un bon pays en ce moment, il y a tout là-bas. Finalement on s’est installé là-bas et on traversait la frontière pour aller chercher le diamant à Lubumbashi et on retourne ensuite en Zambia. On prend l’avion et on allait vendre en Belgique et en Hollande… En ce moment, Mobutu a chassé tous les ouest-africains, tous les étrangers, il a confisqué les billets, les maisons, l’argent… Bon tous les jeunes retournaient aller faire les campagnes en Zambia. La nuit, ils profitaient, il y avait même pas 100 kilomètres, tu peux les faire à pied. Tu as un correspondant à Lubumbashi par qui on va envoyer l’argent en Belgique. C’est un Blanc… Tu rentres dans la forêt les mains vides. Quand tu arrives à Lubumbashi, tu achètes des diamants… après tu les confies au pilote qui amène les diamants, tu retournes en Zambia et prend l’avion… »9.

17En attendant des jours meilleurs pour reprendre le négoce du diamant, d’autres poursuivent leur exploration des contrées voisines à la recherche de produits de substitution. Les uns partent en Ethiopie et en Ouganda acheter des tissus qu’ils font imprimer ou broder à Kampala pour ensuite les revendre à des touristes des hôtels kenyans ou tanzaniens ; au retour ils approvisionnent des commerçants indiens installés en Ouganda en pantalons et autres vêtements confectionnés. Mais là encore, ils doivent affronter les décisions prises par le gouvernement tanzanien en matière commerciale. Les plus téméraires prennent l’avion pour acquérir dans le haut Zaïre de l’ivoire ou de la malachite qu’ils revendent à des Sénégalais installés à Dakar, une fois les matières travaillées par les autochtones. Ian Parker explique que les marchands sénégalais et maliens ont mis en place des réseaux efficaces de l’Afrique à la Belgique pour écouler l’ivoire et les cornes de rhinocéros, révisant leurs itinéraires au gré des interdictions : « They not only traded out of Africa, but established their own people in places such as Antwerp… Thus in 1972 large consignments of ivory from Zaïre were being moved by Senegalese tio Juba in Sudan, and thence down the Nile to Khartoum. From there it was flown to Belgium. At no point down this export trail was the supervision or control out of the West African’hands » (Parker, 1995 : 489). À leurs risques et périls, se déplaçant en brousse et faisant profiter de leurs « largesses » aussi bien les chasseurs, les chefs de village que les petits fonctionnaires mal payés, ils continuent d’acquérir les défenses cette fois-ci à partir de Zambie, seul pays africain où ce négoce est encore autorisé, les réexpédiant vers Singapour ou le Japon. I. Parker insiste sur leur efficacité : « The West African merchants who exported ivory from Zambia were not merely passive receivers. They actively encouraged production… Arriving in Mpika, a group of Senegalese traders quietly asked the local people who among them were better hunters. Having indentified such a man who, until that point, had hunted antelope and buffalo for meat, they approached him and, as an earnest of their goodwill, gave him a transistor radio. Later, when goodwill had been established, they asked him to hunt elephants for them. He agreed and from then on took elephants until he was arrested by a Zambian government official » (Parker, 1995 : 488). Mais à compter de 1989, alors que les institutions internationales font pression sur le nouveau gouvernement zambien pour s’aligner sur les pays voisins en matière de législation, il leur faut trouver de nouveaux créneaux aussi porteurs.

  • 10 La Zambie est le deuxième producteur mondial d'émeraudes (20 % du marché) après la Colombie (50 %) (...)

18La décennie suivante, les mesures autoritaires prises en République Populaire du Congo (expulsion des étrangers, annulation des agréments pour les logeurs en 1977) combinées à la libéralisation de l’exploitation artisanale et de la commercialisation de l’or et du diamant en RDC (1981) et à la découverte de gisements d’émeraudes10 en Zambie (1977) contribuent largement à un affaiblissement de la position des trafiquants du fleuve Sénégal dans la « Diam’connection ». Les plus prudents rentrent au pays, les plus riches essaient de trouver un partenaire européen à Kinshasa de manière à limiter leurs déplacements entre les deux continents. Quelques-uns partent à la recherche du saphir au Nigeria, en Tanzanie ou à Madagascar, de l’aigue-marine et de la tourmaline au Nigeria ou au Rwanda poursuivant leur activité de prédation. Mais là encore, ils sont victimes d’expulsions et ne sont pas disposés à prendre, dans la durée, des risques pour un commerce de pierres semi-précieuses moyennement rémunérateur dont ils maîtrisent mal les débouchés. Contrairement au diamant, leur valeur n’est pas maintenue artificiellement élevée par des cartels.

  • 11 Entretien S. S., op. cit.

« La tanzanite, les pierres saphir, les améthystes, ces pierreslà, ce n’est pas tout le monde qui les veut ; ce n’est pas comme le diamant. C’est beaucoup de risques ; on en achète, mais on ne sait pas si on peut les vendre »11.

19Seuls les plus jeunes ou les plus aventureux se lancent dans « la chasse » aux émeraudes après avoir été expulsés de RDC ou du Nigeria. C’est le négoce le plus avantageux après le trafic du diamant. « En Zambie, les émeraudes sortent en 1977 » ; d’un vert bleuté et intense, les pierres de Ndola sont d’abord découvertes par des prospecteurs clandestins. Á la fin des années 1970, les Africains de l’Ouest financent l’installation clandestine d’équipes de jeunes mineurs zambiens, zaïrois ou zimbabwéens dans la forêt zambienne, utilisant leurs connaissances empiriques en géologie pour décider de l’implantation des puits et usant de leur supposée supériorité dans le négoce auprès des autochtones pour intimider les possibles concurrents et asseoir leur organisation.

  • 12 Entretien à Bokidiawé, le 25 mars 1992, avec S. N., originaire de Bokidiawé, décédé en 1993.

« Avec l’argent qu’on a amené, on a acheté des pierres. Les gens de là-bas avaient peu de moyens et nous on était très riche. Cela choquait les habitants. Une pierre achetée 300 en Zambie faisait 35 000 francs CFA, une fois revendue. Dans chaque région, les gens ont compris que les Sénégalais sont venus avec beaucoup d’argent et que ce sont des Toubab. Les uns disaient qu’on tuait des gens et qu’on vendait les cœurs. D’autres ont raconté que nous avions des machines pour fabriquer de l’argent… »12.

Carte 7 La production mondiale d’émeraudes

Carte 7 La production mondiale d’émeraudes
  • 13 L’émeraude est un béryl, minéral normalement incolore ; le vert intense s’explique par la présence (...)

20La valeur des émeraudes tient à sa couleur13 et à sa pureté : plus le vert est vif et intense, plus les pierres sont précieuses. Or les pierres zambiennes légèrement plus foncées que les colombiennes, découvertes il y a une trentaine d’années seulement, sont reconnaissables sur le marché international par leur vert profond et intense (carte 7). Les émeraudes dénuées d’inclusions sont très rares si bien que leur présence enlève moins de valeur à la pierre verte qu’aux autres pierres. En revanche, les fissures et fêlures sont généralement injectées d’huile pour masquer leur présence et rendre la pierre plus verte. Les jeunes Africains de l’Ouest qui se lancent dans le trafic d’émeraudes peuvent ainsi procéder très rapidement à leur initiation et risquent beaucoup moins de se tromper que dans le négoce des diamants. Pourtant, le commerce des pierres vertes introduit une nouvelle forme de contrebande liée à l’authenticité du produit :

  • 14 Entretien A. D., op. cit.

« Quand j’ai ouvert un bureau à Kitwe en 1979, j’avais juste une table et des petites lampes que des Européens m’avaient données pour repérer les impuretés. Il fallait faire attention car certains essayaient de nous vendre des fausses émeraudes comme du sprite pilé ; ils mouillaient sinon les pierres avec de l’huile pour les rendre plus vertes. Les Juifs de Genève, avec qui on traitait, avaient envoyé des vidéocassettes qui montraient comment on exploitait l’émeraude au Mexique et ailleurs, comment on reconnaissait les pierres et comment on les taillait14 ».

21Quand les autorités de Lusaka décident, en 1980, la création de la Reserved Minerals Corporation (RMC), structure s’arrogeant le monopole de l’exploitation et du traitement des émeraudes dans tout le pays, les contrebandiers ouest-africains négocient avec la police paramilitaire, multipliant les pots-de-vin. Continuant d’empiéter sur les périmètres de la RMC, ils poursuivent leur ascension et, aux côtés des négociants indiens, ils organisent de nouvelles filières de la Copperbelt à Genève et Bangkok. D’abord, ils ouvrent des comptoirs à Kitwe et Totwasha et jusqu’en 1980, ils partent à Nairobi approvisionner les intermédiaires européens ou à Johannesburg négocier avec les Sud-africains.

  • 15 Entretien D.B., op. cit.

« J’ai rejoint la Zambie en 1979 avec quatre ressortissants de mon village. On a pris l’avion à Kinshasa jusqu’à Lubumbashi et ensuite une voiture pour Kitwe. Là-bas on a retrouvé un autre ressortissant de Bokidiawe. Les Hindous étaient nombreux. Ils étaient arrivés bien avant nous et à l’époque de Kaunda, ils étaient très soutenus. Les Maliens étaient aussi plus nombreux que les Sénégalais. Les Hindous fournissaient du matériel pour extraire les pierres. Les Zambiens, les Zaïrois et les Tanzaniens creusaient alors que nous on achetait à d’autres Sénégalais ou aussi à des baya (mineurs autochtones) à Kanakanga, Pilala, Tshombwe… J’ai ouvert un bureau à Kitwe et après je me suis associé avec Abdoulaye T. qu’on surnommait le « Trapitaliste » et avec qui j’étais arrivé en Zambie. On restait sur place tous les deux et on confiait la marchandise à d’autres amis ou compatriotes qui voyageaient à Genève »15.

  • 16 Terme zambien pour désigner les émeraudes.

22Mais après que le nouveau président kenyan, Arap Moi, eut expulsé un grand nombre d’étrangers hors de ses frontières, ils révisent leurs itinéraires et se déplacent à Londres puis à Genève, fournissant les lapidaires en belas16 brutes. Quelques-uns s’installent même à Genève à l’orée des années 1980, s’associant à des commerçants ou joailliers de la place. En brousse, les descentes de police se multiplient, et les Africains de l’Ouest sont interdits de séjour dans les zones minières. Ils doivent prendre des risques supplémentaires, multiplier les manœuvres de corruption pour continuer d’exercer leur activité d’intermédiaires d’autant que des coopératives d’extraction se créent à l’initiative des Zambiens.

  • 17 La principale société concernée, la CADIAM (capitaux privés israéliens, société spécialisée dans l (...)
  • 18 Entretien M. N., op. cit.

« En 1982, il y a eu de la bousculade à Kitwe. On est parti plus loin dans la forêt, à 17 km, dans un petit village. Les étrangers n’avaient pas le droit d’accéder aux mines. Il fallait avoir un camarade zambien qui te loge dans son village car on était interdit de résidence. On a essayé de faire quatre groupes de dix… Des Zambiens qui travaillaient sur trois mines. On donnait rendez-vous aux bayas à des points de rencontre. Ils creusaient la journée mais pendant les descentes de la police ou de l’armée, ils creusaient la nuit. Je payais la nourriture et eux vendaient les pierres trouvées au tas, au lot… En 1984, l’État a signé des accords avec des Toubabs17 qui voulaient exploiter les mines mais, comme ils ne connaissaient pas bien et qu’ils cherchaient des gens expérimentés, ils nous ont contactés. On pouvait se faire représenter dans cette société par un Zambien »18.

  • 19 En 1984, une vague d'exactions, première d'une longue série, touche 500 Zaïrois et 600 Ouest-Afric (...)
  • 20 Selon le journal sénégalais Le Soleil (11/1992), sur les 5 000 étrangers évacués d'Angola vers le (...)
  • 21 Ami proche de Mobutu, le plus grand diamantaire sénégalais, qui était le seul à diriger un comptoi (...)

23Les conditions de travail se détériorent encore davantage, les expulsions19 se multiplient si bien qu’à l’orée des années 1990, les trafiquants sont nombreux à s’aventurer vers de nouveaux gisements de diamants repérés en Angola. Les premières mines ont été découvertes dès 1912 mais la contrebande a été d’abord organisée par les Portugais, anciens colonisateurs. À l’aube des années 1990, elle s’est largement développée dans ce pays en guerre où l’armée et l’UNITA (Union Nationale pour l’Indépendance Totale de l’Angola) s’affrontent aussi pour le contrôle des mines de diamants. Les kamanguistas sont principalement des ressortissants de l’Afrique francophone (Zaïrois, Sénégalais, Maliens, Guinéens…). Lors des enquêtes conduites en 1994 dans le département de Matam, le transfert de Zambie vers l’Angola est très visible dans les itinéraires migratoires. Si 39 % des diamantaires absents sont encore en Zambie, 21 % se sont déjà réorientés vers l’Angola. Par ailleurs, parmi les migrants de retour ou de passage au village, nombreux sont ceux qui préparent à cette date un nouveau départ sur l’Angola de retour de République Démocratique du Congo ou après avoir été expulsés de Zambie. Mais la zone est traversée par de fortes turbulences. L’Angola expulse à son tour20 obligeant les diamantaires à circuler entre la province de Lunda-Norte, Lusaka et Brazzaville. Alors que la guerre civile embrase les rues de Brazzaville et que les nouvelles autorités de Kinshasa redistribuent les cartes et les passe-droits, on enregistre à la fois chez les diamantaires sénégalais des retours au pays21 et des redéploiements vers l’Europe (Genève, Bruxelles).

24Au fil des années, ces négociants au long cours anticipent ou s’adaptent aux changements d’orientation générés par l’épuisement des gisements ou des stocks, par le durcissement des contrôles, par une dévaluation monétaire, par les guerres quand ils ne contribuent pas directement à la recomposition des circuits de distribution. Après une attaque de bandits, une saisie, un emprisonnement ou encore une expulsion, ils sont encore nombreux à rebondir et à envisager de nouvelles aventures. « Le véritable entrepreneur se signale par sa capacité à tolérer les revers de fortune et à reprendre l’initiative par d’incessantes innovations » (Warnier, 1993 ; 245). Mais, tous les diamantaires ne présentent pas la même réactivité et peuvent régresser sur l’échelle sociale quand leur capital financier ou relationnel se révèle trop entamé. Après avoir passé sept ans dans le négoce du diamant à Kinshasa, Amadou se fait expulser et perd tous ses biens. Mais il a eu le temps de placer son argent. Il peut également s’appuyer sur un cousin qu’il avait aidé à démarrer son affaire. Quelques mois plus tard, il part en Zambie tenter sa chance dans le commerce de l’émeraude. Il se marie avec une Zambienne et devient coursier ; son activité est florissante. Douze ans plus tard, il se fait à nouveau refouler sans que cette opération ne l’empêche de renoncer à ce trafic. Pour Kalidou, les événements ont pris une autre tournure. Expulsé de Séguéla en 1960 au même titre que de nombreux compatriotes et assigné au Soudan par les autorités en pleine crise de la fédération du Mali, après avoir travaillé pendant sept ans successivement comme digger puis revendeur en Sierra Leone, en Guinée et en Côte-d’Ivoire, il réintègre son village sans un sou, reprend son activité de cultivateur et devient seulement une vingtaine d’années plus tard chef de village.

25Au gré des conjonctures, en sus de la filière du diamant, ces « hommes-valise » ont également été capables de mettre en contact des aires de production complémentaires, procédant à une intégration réelle des économies interrégionales. Leur préférence va donc aux activités faciles à monnayer, à transférer. Une activité de prédation succédant à l’autre. Tous ces lieux qu’ils mettent en relation, toutes ces activités complémentaires qu’ils développent participent du même espace d’échanges. Là où les États divisent, fragmentent, séparent, les diamantaires rapprochent, unissent, combinent, fusionnent. Mais cette circulation migratoire est rendue possible précisément grâce à l’ancrage, à la stabilité de quelques-uns.

Le njaatigue ou la pierre angulaire du système diamantaire

  • 22 Désignait au départ les manœuvres qui halaient à partir des berges les bateaux à l’aide de lanière (...)

26Pour prendre position dans les pays producteurs de diamants, les aventuriers de la première heure ont eu le précieux avantage de pouvoir compter sur l’assistance de compatriotes déjà installés : des commerçants, qui disposant déjà d’une solide clientèle, pouvaient les introduire dans le milieu et des laptots22 qui avaient toute latitude pour assurer l’évacuation des pierres par la voie fluviale ou maritime.

27Les nouveaux arrivants ont contribué à la réactivation des pratiques d’hébergement développées par les Haoussa dans le commerce de bétail (Cohen, 1971), par les Kooroko du Mali dans le négoce de la kola (Amselle, 1971) ou les Soninke dans le cadre de leurs migrations saisonnières (Manchuelle, 1987). Dans ce système où la confiance structure les échanges et où le parrainage est obligatoire, le njaatigue (hôte en langue bambara) joue toujours un rôle central. « Il est formé par la combinaison de trois fonctions commerciales, celle du chef de réseau, celle du commerçant itinérant et celle du logeur-correspondant ». (Amselle, 1977 : 193). Les vendeurs et les acheteurs ne se connaissant pas, c’est au logeur intermédiaire de faciliter la liaison entre les secteurs d’approvisionnement et de distribution. Non seulement les logeurs assurent l’hébergement, la représentation des commerçants itinérants auprès de l’administration, mais encore, ils agissent comme garants auprès des acheteurs et vendeurs et prennent parfois en charge la comptabilité des uns ou l’interprétariat pour les autres. Outre la commission reçue après la transaction, le logeur peut toucher des revenus complémentaires en échange de services rendus (change, taxes d’importations) plus ou moins clandestins (Hill, 1966). Les relations entre les agents ne reposent pas toujours sur une base ethnique ; elles dépendent davantage de la notoriété du logeur, de ses compétences et du prestige qu’il a su asseoir. En réalité, c’est l’Islam qui livre aux marchands un cadre idéologique communautaire et leur assure une cohésion interne. C’est encore l’Islam qui cimente et conforte les liens de dépendance à l’intérieur des réseaux commerciaux.

28En ces lieux de passage, le njaatigue est, en outre, le point fixe auquel peuvent se rattacher les diamantaires en action ou en déroute. Il peut lui arriver d’organiser la sortie de prison des trafiquants surpris en pleine activité, leur rapatriement en cas d’expulsion ou encore la protection de leurs épouses et enfants. La mobilité de la majorité des uns est rendue possible par la sédentarité de quelques-uns des autres. Au Liberia, sur les deux rives du fleuve Congo, au Burundi ou en Zambie, dans ces pays où les gouvernements conçoivent l’expulsion comme un principe régulateur, ce système a largement facilité l’insertion des diamantaires du fleuve Sénégal dans la société locale.

Pap Moussa N., un des premiers logeurs à Kinshasa

29Les premiers logeurs sont des employés de l’administration coloniale. Originaires de Dakar, de Saint-Louis ou de Gorée, ces travailleurs qualifiés, avaient en effet été recrutés pour la construction des voies ferrées au Congo Belge (1894-1896) et au Congo Français (Zucarelli, 1960). Une fois à la retraite, ils n’envisagent plus de se réinstaller au pays et s’efforcent de justifier leur présence dans leur pays d’adoption en y développant de nouvelles fonctions. L’arrivée des premiers diamantaires est alors vécue pour eux comme une aubaine. Ces retraités se convertissent en njaatigue, trouvant là un moyen de consolider leurs droits d’entrée dans la sphère politique, d’asseoir leur position de notable et de multiplier leurs placements sociaux. D’autres logeurs, issus de familles maraboutiques ou royales (Soninke du Gadiaga), s’étaient lancés également à la même époque dans l’aventure migratoire, s’orientant vers la vente itinérante de tissus et de vêtements déjà confectionnés, partant s’approvisionner à Lagos et jouant du différentiel de devises (Manchuelle, 1987).

  • 23 Entretien S. D., op. cit.

« J’ai rencontré des Soninke là-bas [Kinshasa], des gens du Mali… Ils sont arrivés au Zaïre en 1915. À cette époque, il n’y avait pas de diamants ; ils faisaient des marchandises, des habits comme ça. Ils partaient à Lagos pour prendre des habits, des pagnes. Les autres faisaient les haricots, d’autres encore travaillaient dans le chemin de fer entre Matadi et Katanga. Celui qui faisait le chef de train avait un très bon métier… Ils ont fait le commerce, ils se sont bien installés et ils ont gagné beaucoup. Alors comme on a entendu, on les cherche pour aller travailler comme çà… Tu peux aller descendre chez eux… Parfois, on prend de petits crédits, 25 à 100 000 francs CFA pour commencer le commerce. Quand vous avez un petit capital, alors vous pouvez rembourser l’argent. Voilà, c’est comme ça qu’on a commencé le commerce… »23.

30D’autres migrants sénégalais ont été employés en Afrique Centrale par la marine, l’administration ou les maisons de commerce. Avec le temps, ils ont accédé à des postes de direction ou de maîtrise et ont formé, avec les populations du Dahomey et du Togo, les premiers cadres de la colonisation. Dans « Sociologie des Brazzavilles Noires », G. Balandier note qu’en 1899, au centre de Brazzaville était organisé le village de Dakar, dépendance de l’administration, regroupant des Sénégalais, avec à leur tête, un chef mécanicien wolof. En 1914, Poto Poto comprenait sept quartiers dont le quartier sénégalais. De la même manière, les ressortissants d’Afrique de l’Ouest qui, après la première guerre mondiale, arrivent à Kisangani dans l’autre Congo s’installent sous la contrainte des autorités belges dans le quartier de Tshopo où ils construisent leur mosquée (Bibeau, 1975 : 229). « These traders do not have their families with them and travel frequently. In Kisangani some twenty of them will rent a house but only a few live in it at any one time » (Mac Gaffey, 1987 : 65).

  • 24 Les uns disent qu'il était capitaine de bateau ; les autres qu'il aurait été employé par un capita (...)

31Pap Moussa N. fait partie des premiers njaatigue. Ce ressortissant de Matam, maccudo de condition, qui aurait travaillé sur les bateaux24, a été le logeur de tous les premiers diamantaires de la moyenne vallée du Sénégal débarqués à Kinshasa. C’est aussi grâce à son expérience dans la navigation au long cours qu’il a pu, à l’instar de nombreux marins Soninke, faire sortir du continent les pierres précieuses et les diamantaires en déroute. Ils sont plus d’une quarantaine de diamantaires africains à nous relater avoir bénéficié du soutien de Pap Moussa N. :

  • 25 Entretien Y. L. op. cit.

« …C’était en 1962. À l’époque, il existait deux Congo : Brazzaville et Léopoldville. Un fleuve les sépare. Nous avons pris le bateau pour traverser et aller à l’actuel Kinshasa. Je suis resté au Congo Léopoldville pendant deux mois. Un ressortissant de Matam très gentil était le njaatigue. Tous ceux qui arrivaient dans la ville étaient hébergés chez lui. On mangeait sur place. Il était très gentil. Pendant les deux mois que j’y suis resté, j’ai noué beaucoup de contacts… »25.

  • 26 Entretien A. D., op. cit.

« …Le Congo, on savait que c’était bon pour le commerce de diamants ; on avait entendu parler d’un Sénégalais, un Toucouleur du nom de Moussa N., logeur à Kinshasa, arrivé là-bas avant l’Indépendance pour la construction du rail ; il était capitaine d’un bateau. Il m’a logé une vingtaine de jours avec mon frère en novembre 1964… »26.

  • 27 Entretien S. N., op. cit.

32S. N. explique de son côté comment Moussa N. l’a aidé lui et son ami A. à obtenir un visa et à prendre contact avec un propriétaire d’avion en 1963 pour négocier des affaires entre Kinshasa et Mbuji-Mayi27.

Fowrou N. grand logeur haalpulaar à Brazzaville

33Les logeurs qui succèdent à Pap Moussa N. sont tous impliqués à plus ou moins grande échelle dans le trafic des pierres précieuses. Ils jouent avec compétence leur rôle d’intermédiaire entre les acheteurs et les vendeurs, s’attribuant une commission au passage. Prenant comme leurs prédécesseurs la nationalité du pays d’accueil, ils obtiennent un agrément auprès du gouvernement et peuvent héberger légalement tous les négociants musulmans de passage, indépendamment de leur nationalité ou de leur ethnie. En 1964, trois grands logeurs se partageaient l’accueil des populations ouest-africaines à Brazzaville : Kaba le Guinéen, Sekou le Malien et Fowrou le Sénégalais. S. S. qui avait mis à disposition de ses hôtes neuf maisons, réitéra la procédure à Anvers, quelques années plus tard, accueillant nombre de Maliens et Sénégalais dans sa grande maison et s’imposant comme principal commissionnaire pour les diamantaires africains.

34Fowrou N. issu d’une grande famille de guerriers, était arrivé une première fois au Congo-Brazzaville en 1951. Depuis douze ans déjà, il circulait en Afrique sub-saharienne. Manœuvre dès l’âge de 15 ans à la C.F.A.O. à Dakar, puis successivement tablier sur le marché de Banjul, planteur d’arachides à Korou (Gambie), vendeur de kolas à Diaga (Gambie), négociant en tergal à Bamako, à Bobodioulasso et enfin à Abidjan, il avait déjà bien voyagé sur le continent depuis Orkadiere, son village. Tout au long de son parcours, il avait retrouvé des parents ou amis. À Brazzaville, il continua son commerce de tissus. L’année suivante, il rentra au village pour se marier. En 1954, il reprit la route et s’arrêta en chemin deux ans en Côte-d’Ivoire avant de regagner le Congo. En 1957, il disposait d’une table au marché de Brazzaville et vendait également de temps en temps du tissu à Pointe-Noire où il avait pris une maison en location.

35C’est seulement à partir de 1960, au moment de l’Indépendance des deux Congo que Fowrou N. débuta le négoce de pierres précieuses. Les troubles politiques qui régnaient alors dans les provinces du Katanga et du Kivu avaient désorganisé le contrôle des exportations et rendu difficile l’acheminement des marchandises. Profitant une fois de plus d’une carence d’autorité, les trafiquants purent, en toute tranquillité, investir les gisements de diamants et développer un circuit commercial autonome alors que les exportations officielles étaient bloquées. Fowrou comme bien d’autres partit dans le Katanga acheter des pierres auprès des autochtones pour les revendre à Brazzaville auprès d’Européens ayant installé des comptoirs. Le trafic commençait à se réorganiser sur la base de relais. Moussa N., logeur à Kinshasa l’hébergea et l’introduisit dans le milieu. À son retour à Brazzaville l’année suivante, Fowrou devint lui-même correspondant, continuant à vendre des tissus. En 1964, il était propriétaire de deux maisons à Brazzaville et louait 75 chambres disséminées dans le quartier Poto Poto aux commerçants itinérants mais aussi à leurs femmes. D’après ses estimations, il lui arriva alors d’héberger jusqu’à 71 femmes. Ses hôtes se recrutaient essentiellement parmi les grossistes en tissus et les boutiquiers ; les diamantaires restaient encore minoritaires. Fowrou traitait directement avec les Européens puis reversait à ses hôtes le fruit des transactions, touchant au passage une commission. Il resta le correspondant de bon nombre de commerçants sénégalais jusqu’en 1985, date à laquelle il prit sa retraite au pays. Toutefois, en 1977, au moment de la grande expulsion, il quitta le Congo pour s’installer avec ses femmes, d’abord à Anvers puis à Bujumbura où les comptoirs de diamants avaient été transférés. En 1979, après la destitution du général Yhombi-Opango, il regagna le Congo. Avec l’appui d’amis influents, il recouvra ses droits de logeur à Brazzaville et eut l’occasion notamment d’héberger l’ambassadeur du Sénégal lors d’une de ses visites dans la capitale congolaise.

36D’autres logeurs encore s’installèrent au Burundi, nouvelle base arrière du dispositif commercial. Dès 1962, A. C. devint à Bujumbura le premier correspondant de la communauté sénégalaise mais aussi des gens de passage, trafiquant devises, pierres et matières précieuses :

  • 28 Entretien A. C., op. cit.

« Le Burundi n’était pas encore un État indépendant. Les Nigérians louaient des maisons pour loger les diamantaires courtiers. On a fait la même chose. On était bien installé à Bujumbura. Des Sénégalais sont alors venus nous rejoindre. Certains diamantaires de Kinshasa ont envoyé leurs femmes à Bujumbura pour garantir leur sécurité. Je suis devenu le correspondant de la communauté sénégalaise… »28.

37En 1992, plus de 600 Sénégalais étaient installés au Burundi d’après le chef de la communauté. Les njaatigue sont très recherchés autant par les pouvoirs politiques que par les chefs d’orchestre de la Diam’connexion. C’est ainsi que S. S. a été sollicité en 1962 par le président de l’État autonome du sud Kasaï pour servir d’intermédiaire dans certaines transactions avec la Belgique. L’année suivante, c’est le « Syndicat » (De Beers) qui a essayé d’acheter ses services et, par la même occasion, de démanteler le réseau ouest-africain. Le cartel lui suggéra de partir à Bujumbura pour organiser la distribution du diamant, en échange d’une mensualisation de 1,2 millions de francs CFA. Le diamantaire africain refusa le marché, faisant valoir de surcroît que ses rentrées d’argent dépassaient ce qu’on lui proposait. Alors, De Beers tenta de faire pression sur le gouvernement congolais par l’intermédiaire des conseillers techniques européens ; il demanda la fermeture des bureaux, seul moyen pour lui de limiter la concurrence et d’asseoir son empire. Prévenu, le diamantaire malien réussit à convaincre le président Fulbert Youlou, avec lequel il entretenait des rapports amicaux bien avant son investiture, du danger qu’il y aurait à prendre une telle mesure dans un pays non producteur de diamants bénéficiant seulement de sa situation frontalière.

38Mais au-delà de cet espace de travail dans lequel la stabilité des logeurs favorise la circulation des négociants, à quoi ressemble l’espace de vie des migrants du fleuve Sénégal ? Sur quelles structures communautaires s’appuient-ils ? Loin d’envisager une réification des communautés, il s’agit plutôt ici de repérer quels leviers successifs sont activés par les diamantaires pour leur permettre de déjouer certains obstacles et de pérenniser, dans les meilleures conditions, leur activité frauduleuse mais rémunératrice.

La construction d’une communauté et l’entretien du réseau

39Il n’existe pas à proprement parler une communauté de trafiquants de diamants, mais des communautés ; autant de communautés que de stratégies nécessaires à leur reproduction. Affirmer une solidarité communautaire quelle qu’elle soit, c’est se donner les moyens de marquer, d’exploiter sa différence, de formuler ses aspirations sous couvert d’un filtre. Les diamantaires développent un faisceau complexe d’alliances jouant autant la carte micro-communautaire que macro-communautaire, sans aucun a priori ou idée précise d’ordonnancement.

L’islam fédérateur

40Sene Sene ou Sénégalais en République Démocratique du Congo, Senegol en Zambie sont les termes couramment utilisés par les populations d’Afrique centrale – animistes ou chrétiennes– pour désigner globalement tous les étrangers musulmans, commerçants et ressortissants de l’Afrique de l’Ouest. J. Mac Gaffey dans son étude de l’entrepreneuriat à Kisangani (nord Zaïre) apportait quelques précisions : « The term Senegalais now refers to people from Mauritania, Sudan, Nigeria, Guinea, the Republic of Central Africa and Senegal. They originated in the small foreign elite of a coastmen living in Tshopo zone in the colonial period who were recruited as clerks by British and French firms for developing trade with English speaking Africa » (Mac Gaffey, 1987 : 65). Dès 1910, la communauté sénégalaise alors composée essentiellement de Soninke a été à l’initiative de la construction d’une mosquée à Kinshasa. Au milieu des années 1980, elle intervient en compagnie de Maliens dans l’édification d’autres édifices religieux en Zambie, à proximité des zones d’extraction d’émeraudes (Twotasha) mais aussi dans la capitale burundaise, dans les lieux de repli. Les solidarités religieuses mobilisent la communauté des croyants au-delà les frontières et l’Islam semble offrir un cadre idéologique communautaire aux trafiquants de diamants. En République Populaire du Congo, sous le gouvernement de Massemba Débat, l’un des diamantaires maliens a même étendu ses fonctions d’hôte, étant promu chef de la communauté musulmane pour l’ensemble du pays.

41L’identification à la religion musulmane permet aux migrants ouest-africains de s’organiser en entité structurée, capable d’entrer en concurrence avec d’autres dans l’accès aux ressources, à l’espace urbain et de transcender les prescriptions inter-étatiques. À l’époque coloniale, les autorités musulmanes bénéficiaient auprès des autorités belges et françaises d’une légitimité aussi grande que les chefferies élues au sein des communautés sénégalaises ou maliennes (Manchuelle, 1987). Au seuil des Indépendances, les Africains de l’Ouest s’appuient sur l’Islam pour constituer une force organisée dans les zones d’extraction de pierres précieuses. La plupart d’entre eux appartiennent à la confrérie tijane qui se caractérise par un système d’organisation moins communautaire que le mouridisme. Les liens sont plus distendus entre les marabouts et leurs disciples et l’assistance mutuelle qui existe entre égaux n’empêche pas la concurrence en matière commerciale.

  • 29 Entretien à Galoya, avril 1997, avec A. L., originaire de Galoya ; entretien réalisé par C.O. Ba.

C’est à Luluabourg en 1962 que j’ai fait connaissance des musulmans du Congo [des Africains de l’Ouest]. Je leur ai conseillé de se constituer en association, d’avoir des cartes et de se baser sur l’État afin d’avoir quelque chose. Ils étaient dispersés et n’avaient aucun pouvoir. C’étaient des gens qu’il fallait assister car ils ne savaient rien sur l’Islam ; il ne connaissaient que le commerce. Alors on a mis sur pied une organisation ; on se réunissait chaque samedi ou dimanche et le nombre d’adhésions augmentait chaque jour. On avait des cartes de membres et tous ceux installés dans les villages satellites dans le Kasaï ont répondu à l’appel. On était 900 environ ; il y avait des officiers de l’armée, des fonctionnaires, toutes les classes sociales. Moi, j’enseignais le Coran. L’organisation est devenue une force réelle. Ibrahima, un Congolais que j’ai baptisé a rejoint notre mouvement et m’a demandé des contacts au Sénégal pour établir des liens entre les musulmans de son pays et ceux du Sénégal. Je l’ai conduit à l’ambassade du Sénégal qui nous a aidés pour sa visite au Sénégal. Il est parti en avion officiel ; il a été bien accueilli et bien traité. Je l’avais recommandé à un ami qui lui a présenté l’ensemble des autorités religieuses du Sénégal qui lui ont beaucoup donné : de l’argent, des biens, des livres… Mais à son retour, il n’a rien fait remarquer. Comme vous le savez c’est un Congolais, il peut être musulman, mais sa foi (gimanaagal) restera toujours. L’organisation prit une grande envergure alors je fis appel à quatre ressortissants de Matam et de Podor qui avaient un papier pour enseigner le Coran. L’État congolais leur fit un statut et des déclarations à la radio et dans le journal ont permis une reconnaissance encore plus large. Alors, tout nous était permis. D’ailleurs, c’est cela qui a fait que nous avons été épargnés lors d’une expulsion qui a entraîné beaucoup d’arrestations et d’emprisonnements. Personne ne nous a touchés29.

42Mais, cette assignation peut devenir inefficace voire pesante en cas de conflits et être alors abandonnée provisoirement. Ainsi, au Zaïre comme au Congo, au sein de la communauté ouest-africaine immigrée, des luttes intestines ont opposé les partisans des confréries Quadriiya et Tijaniya aux réformateurs wahhabites puis chez les Tijanes, les Omariens aux Gounassiens. Ces différends religieux trahissaient de fait, à chaque fois, aussi bien dans les années 1960 (Manchuelle, 1987) que plus récemment, un malaise sérieux entre les générations. Pour échapper à l’emprise de leurs aînés ou encore pour les rappeler à leurs obligations de solidarités, les cadets –migrants de deuxième génération, issus parfois de mariages mixtes– critiquèrent la pratique de l’Islam soufi, accusant leurs aînés de prôner le mysticisme. D’autres tensions encore ont opposé chrétiens et musulmans alors que les premiers étaient de plus en plus nombreux à se convertir à l’Islam d’abord ceux du Congo puis ceux de Zambie.

  • 30 Entretien A. L., op. cit.

À Luluabourg, les chrétiens commencèrent une campagne de charme avec nous en faisant des déclarations à la radio qui disaient que le Christianisme et l’Islam c’est la même religion et qu’il était possible même d’œuvrer ensemble. Ils nous invitaient à toutes leurs manifestations. Mais de notre côté, on a été hostile car l’Islam tolère la cohabitation entre les religions (Maslaha) mais n’autorise pas les mêmes assises avec les catholiques… Les chrétiens ont su que l’organisation devenait de plus en plus forte (plus de 1 700 membres actifs) donc il fallait agir. Ils ont transféré tous les musulmans dans la capitale en vue de m’isoler… J’ai appelé les jeunes pour leur dire qu’il est vrai que nous gagnons notre vie bien ici mais le risque devient de plus en plus grand alors nous devons quitter ce lieu30.

43Sous peine d’annihiler tous les efforts entrepris pour construire des ponts, des amarrages, pour fortifier le capital relationnel, d’autres configurations communautaires comme le régionalisme ou le tribalisme ont alors pris le relais quand elles ne fonctionnaient pas déjà en parallèle.

Alliances régionales, ethniques

44Avant d’être Mauritaniens, Maliens ou Sénégalais - ceux que les Congolais et les Angolais nomment respectivement les Sene Sene ou les Sénégol ou plus largement les Ouest-africains sont originaires de la vallée du fleuve Sénégal, région qui présente une certaine unité géographique et culturelle. C’est la domination française qui a imposé la catégorie de nationalité coloniale – ressortissants de l’AOF – et ce sont les nouveaux États indépendants qui ont édicté celle de citoyenneté définie au plan juridique comme l’appartenance à une même communauté morale.

45Le fleuve Sénégal n’a jamais constitué une coupure pour les familles qui ont déployé leurs activités sur les deux rives. Pendant des siècles, il fut même l’une des seules voies de pénétration européenne en Afrique. Le commerce d’esclaves put s’y développer grâce aux relations qu’entretenaient les compagnies négrières avec les aristocraties politiques locales. À partir du XVIe siècle, la vallée devint le centre d’une vaste entité politique, le Fuuta Toro dominé par les Peul denyanke. Mais les incursions maures répétées dans le nord, conjuguées à la traite européenne le long du fleuve contribuèrent à l’affaiblissement de leur pouvoir et au morcellement de leur territoire. Au xviiie siècle, les Almamy instaurèrent une théocratie musulmane avec pour objectifs de réunifier la vallée sous le signe de l’Islam et de mettre ainsi un terme aux tentatives de pénétration étrangère. Cette dynastie a profondément marqué l’organisation sociale et politique de la région.

46Les rives du fleuve Sénégal constituent encore aujourd’hui un référent essentiel pour les diamantaires africains qu’ils soient originaires de la moyenne ou de la haute vallée. Ils reconnaissent en elles un des moyens les plus justes pour s’exprimer eux-mêmes. Le plus souvent, l’ethnicité – en tant que mode d’identification possible – s’efface au profit de cette identité régionale. Dans la vallée, plusieurs ensembles ethniques partagent les mêmes lieux de vie, échangent, entremêlent leurs réseaux et leurs savoirs. Contrairement à ce que la pensée coloniale s’est efforcée de démontrer, ces groupes ethniques ne vivent pas sur des espaces juxtaposés et ces assignations ne sont ni univoques ni définitivement figées. Relevant d’une démarche identitaire, elles se caractérisent plutôt par une forte plasticité. Selon la conjoncture, on reprend à son compte les ethnonymes, on les transforme ou on les récuse. La distinction coloniale opposant les cultivateurs tukulëër aux éleveurs peul, qui permettait à l’ethnologue et au colon de distinguer ces deux ensembles flous et qui a prévalu pendant des décennies, n’est plus jugée à présent pertinente, surtout par les communautés elles-mêmes qui préconisent d’autres appellations plus englobantes, censées respecter davantage la physionomie pré-coloniale. Une nouvelle catégorie est donc apparue – les Haal pulaaren – regroupant tous ceux qui parlent la langue peul c’est-à-dire les Peul, les Tukulëër et les Lawbe.

47La réappropriation par les populations intéressées de ces multiples entités aux contours fluctuants leur permet tantôt de s’extraire partiellement des réseaux, tantôt d’intégrer des grilles statutaires.

  • 31 Entretien S. D., op. cit.

« En partant au Congo, je ne connaissais personne mais j’ai fait des connaissances là-bas ; des Soninke, des commerçants aussi avec qui on est allé marchander. C’étaient des gens de Tafasilga au Mali ; entre les deux fleuves, c’est une île là-bas. C’étaient des Soninke comme nous, mais ce n’étaient pas mes parents. Mais notre habitude, quand vous partez quelque part, tu trouves des Sénégalais, tu trouves des Maliens, vous êtes même langue, tu vas aller descendre chez eux ; alors on vous accueille et on vous respecte »31.

48De leur côté, les Soninke se sont rapprochés des Haalpulaaren dans la perspective de contrer la montée en puissance de quelques grandes familles maraboutiques qui faisaient la loi dans le Gadiaga mais aussi dans les lieux d’immigration. Ces dernières se sont notamment imposées comme chefs spirituels de la communauté sénégalaise à Kinshasa alors que d’autres responsables avaient été élus selon une procédure officielle (Manchuelle, 1987). À l’inverse, la communauté s’affirme sous la forme de l’ethnicité quand les flux migratoires grossissent et que la concurrence s’accroît entre diamantaires. Se créent alors des associations à caractère ethnique prenant la défense des intérêts de quelques-uns.

Alliances villageoises, alliances familiales

49Pour étendre et développer leurs activités sur un vaste territoire, pour gérer cette dispersion apparente, pour parvenir à une accumulation notable, les diamantaires africains s’appuient sur d’autres solidarités encore, font jouer d’autres complicités que celles de leurs logeurs et de leurs marabouts. Engagée en solitaire, leur aventure peut devenir parfois une entreprise villageoise ou familiale. Ils sont nombreux à avoir bénéficié d’un soutien financier de parents, de frères de la même classe d’âge (le fedde), de voisins tout au long de leur parcours aussi bien pour poursuivre leur voyage, pour acheter des pierres, pour installer un commerce ou un comptoir ou pour sortir de prison. C’est ainsi que les pionniers, qui ne sont pas toujours les aînés, se sont efforcés d’orienter leur fratrie vers la filière du diamant espérant ainsi faire fructifier encore davantage leurs affaires. Mais leur invitation a rarement été suivie d’effets comme si elle ne constituait pas une opportunité suffisamment intéressante pour les frères germains occupés à manipuler d’autres « tiroirs-caisses » plus rémunérateurs. Des cousins ou frères agnatiques, utérins ou encore des ressortissants du même village, du même fedde ont cependant répondu à l’appel quand l’offre était assortie d’une prise en charge financière.

  • 32 Entretien Y. L., op. cit.

« Pendant les deux mois que je suis resté à Léopoldville, j’ai noué beaucoup de contacts notamment avec un aîné du nom de El Hadj Dia… Il m’a beaucoup aidé pour avoir des moyens suffisants pour continuer mon voyage… Il est allé faire du porte à porte pour que les gens m’aident à obtenir le billet pour pouvoir continuer… Mais il n’a pas réussi parce que j’avais 17 ans et les gens disaient que je suis trop jeune pour qu’ils me laissent continuer. Alors j’ai écrit à mon frère Alassane (l’aîné, de même père) qui se trouvait à Bacongo pour qu’il m’envoie un billet pour me permettre de venir le trouver dans la capitale des pierres. Je suis resté deux mois sans réponse ; Mais comme Dieu fait bien les choses, un de nos aînés Samba, un griot originaire de notre village m’a appelé pour me demander ce que j’attendais ici avec Demba mon compagnon. Nous lui avons expliqué qu’on manquait de moyens pour continuer notre chemin et que le contact avec nos parents avait échoué. Il m’a prêté 10 000 francs CFA et à mon compagnon 25 000 FCFA. À l’époque entre la capitale et la région de Luluabourg, le billet d’avion aller-retour coûtait 7 000 francs belges par Air Congo. Nous sommes partis avec un jeune cubballo de Matam. Contrairement à lui, on ne parlait ni le français ni le kigali et il a accepté de nous accompagner. À Luluabourg, j’ai retrouvé Abdoulaye, un cousin de Ndendori qui m’a accueilli ; je lui ai expliqué que je veux poursuivre sur Bacongo. Il m’a donné 1500 francs belges sans dette ; c’était cadeau alors que le griot c’était un prêt remboursable dès que possible…32.

50Cette solidarité s’inscrit dans un système de don et contre don ; elle est sélective, raisonnée et non automatique. Les trafiquants aident seulement ceux qu’ils estiment pouvoir réussir. Un diamantaire d’Ourossogui ayant été le premier Sénégalais à ouvrir un comptoir à Bujumbura en 1962 et à faire office de logeur explique comment un de ses confrères, originaire du même village, l’a remercié quelques années plus tard. Il lui aurait donné 100 millions de zaïres pour l’avoir ponctuellement hébergé ainsi que ses femmes. Cette entraide fait office de filet de sécurité. Les gains dans la profession sont rapides, élevés mais risqués et les revers de fortune fréquents. Dans ces conditions, les réinvestir partiellement mais immédiatement dans le capital social s’apparente en quelque sorte à souscrire une assurance-vie.

  • 33 Entretien A. T., op. cit.

« Je suis parti au Zaïre, j’ai trouvé mon oncle et il m’a aidé. Ce n’est pas en matière d’argent que mon oncle m’a aidé. Il m’a donné une chambre-salon où dormir, la nourriture, il a pris ça en charge. Tu sais quand tu viens, il ne te donne pas directement de l’argent pour que tu commences tes activités. Il te montre d’abord la situation et comment fonctionne le travail. Tu peux faire un mois avec eux, le travail n’est pas facile, il faut d’abord l’apprendre… On peut même te donner de l’argent pour tes besoins y compris pour l’amusement. On te dira la maison est là, une chambre est là, équipée et tout. C’est la raison pour laquelle le travailleur de pierres précieuses diffère du commerçant. Si c’était un boutiquier, il ne pourrait même pas te donner 5000 francs CFA, c’est difficile. Alors que tout individu qui est dans les pierres précieuses peut le faire parce que son gain d’aujourd’hui peut augmenter demain… Tout ce qui vient d’eux, ne retourne jamais. Ce n’est pas un prêt entre nous »33.

51Cette solidarité obligée entre trafiquants de diamants conduit quelques-uns à se penser comme membres élus d’une société fermée. Ils forment sur le temps long une communauté d’intérêts.

  • 34 Entretien A.T., op. cit.

« Les travaux au Zaïre, c’est par club… Ce n’est pas n’importe qui, qui peut faire dans les pierres ; il y a beaucoup de secrets. Si une personne n’est pas tolérante et patiente, elle ne pourra pas réussir. Ce n’est pas parce que tu es bien introduit que tu as réussi si tu caches aux autres les informations. Si tout ce que tu as, tu le gardes pour toi, ça ne peut pas marcher dans le travail des pierres parce que si les gens s’aperçoivent que tu procèdes ainsi, ils t’abandonnent. Tout ce que tu gagnes, tu le partages avec tes compagnons. Au Zaïre, si une personne n’a pas une ouverture d’esprit de partage communautaire, elle ne peut pas faire des affaires avec des pierres précieuses34.

52Toutes ces identifications ont un caractère instrumental ; elles se font et se défont au fil des objectifs que se donnent à atteindre les migrants. Un jour, la composante régionale apparaît comme la forme privilégiée sinon exclusive de l’identification, le lendemain, elle est concurrencée par d’autres formes comme l’ethnicité, l’appartenance religieuse, la nationalité.

La transformation des paysages

53En même temps que les diamantaires du fleuve Sénégal traversent, investissent et mettent en relation ces cités du sud et du nord, des villes minières, des comptoirs de commercialisation et des centres de taille, ne transforment-ils pas ces lieux, ne les façonnent-ils pas ? Au-delà des recompositions visibles des espaces urbains, ne contribuent-ils pas à l’émergence de nouvelles formes de citadinité ?

54D’abord, les traces que laissent dans l’espace les chantiers clandestins investis par des milliers de diamineurs partis à l’assaut des placers sont considérables, si l’on en croit le descriptif, quelque peu emphatique, établi par R. Causse, ingénieur des Mines en service en AOF de 1945 à 1960, au lendemain de la deuxième guerre mondiale : « La vue d’avion est impressionnante. Elle évoque l’aspect d’une immense région affreusement bombardée. Émergeant de quelques rares espaces de terre, entre des excavations béantes de bombes de très grande puissance, voisinant avec des trous d’obus de plus faible diamètre, des troncs d’arbres aux racines solides et aux troncs dépouillés de leurs feuilles s’élèvent implorant vers le ciel. D’innombrables points noirs, répartis dans les puits, s’agitent fébrilement pour extraire le gravier ou épuiser l’eau qui les envahit continuellement. Par contre, des groupes de transporteurs de gravier serpentent nonchalamment sur les tas de stérile en contournant les puits, comme de longues colonnes de fourmis légionnaires « magnans », se dirigeant immanquablement vers le petit marigot. Le long du mince filet d’eau marron du ruisseau, où se pressent les laveurs, la densité humaine est particulièrement élevée et marquée par une intense excitation. Le dépôt des déblais autour des puits permet la circulation, en file indienne des laveurs qui sautent d’un monticule à l’autre, cependant que les eaux d’épuisement, par divagation deltaïque, s’écoulent lentement entre ces petites croupes » (Causse, 1991 : 223).

Les villes champignons de la ruée vers le diamant

55D’abord à Sefadu (Sierra Leone), Kérouané (Guinée), Séguéla, Tortiya (Côte-d’Ivoire) dans la partie occidentale du continent alors que la course aux diamants prend toute son ampleur puis à Mbuji-Mayi, Kananga, Tsikapa, Lubumbashi quand les chemins de la contrebande se réorientent vers le Zaïre, à Kitwe, Ndola-rural ou Tshombe quand l’émeraude zambienne est découverte, enfin à Saurimo, Lucapa, Kafunfu en Angola, les trafiquants du fleuve Sénégal contribuent à la transformation du paysage urbain. Certaines de ces petites villes se développent le long d’une artère centrale, intégrant maisons d’habitation de construction sommaire mais aussi lieux de commerce, espaces de jeu (casino, dancing) et de prostitution, pistes d’aéroport pour écouler rapidement les pierres précieuses. R. Causse en poste en Guinée entre 1957 et 1958 en pleine ruée vers le diamant décrit avec précision la vie au quotidien dans un camp de haute Guinée devenu petite ville en pleine effervescence :

« Toutes les constructions, en paille et en torchis, s’enchevêtrent dans le plus grand désordre et hébergent des milliers de travailleurs. Une intense animation règne dès la nuit tombée, vers 18 heures, tout le long de « l’avenue » principale assez large, lieu de rassemblement.

Le long de la rue, du même côté, s’échelonnent de nombreux boutiquiers offrant aux clients toute la gamme des produits d’alimentation : le Nescafé voisine avec le pétrole et les sardines, le cocacola remplit les étagères, un minuscule frigidaire à pétrole vous offre une bière glacée 3 fois plus chère !

Bijoutiers, tailleurs, forgerons, menuisiers exercent leur activité en plein air, devant leur petit magasin, leurs affaires sont florissantes. Des groupes importants stationnent et discutent devant les « bureaux » des collecteurs de diamants somptueusement inondés de lumière, par les puissantes Pétromax.

De l’autre côté de l’avenue, assis derrière un éventaire rustique, d’innombrables revendeurs présentent leur marchandise par petits tas : sucre, piment, poires à lavement, cigarettes à l’unité, alcool de menthe Ricqlès, viande, lait condensé en boîtes minuscules, poisson séché, etc. Sur chaque table, de fines bougies forment une guirlande de flammes fragiles vacillant au souffle du soir.

Plus à l’écart, des encadrements de portes sommaires, ornés d’un rideau de pagne coloré, signalent discrètement la présence d’étrangères de langue anglaise venues également participer au « rush » à leur manière.

Il circule une masse d’argent insoupçonnable sous les amples « boubous » des collecteurs qui animent cette avenue où toute vie sociale du camp s’étale à la lumière artificielle » (Causse, 1991 : 223).

56Á Koidu, en Sierra Leone, le nombre de constructions a augmenté rapidement passant de 80 en 1951 à 650 en 1958 et 1 100 en 1966 (Rosen, 1973). En Côte-d’Ivoire, Diarabala, à proximité de Séguéla, qui regroupait 178 âmes abritait plus de 5000 personnes après le rush de 1958 (Person, 1983). Á Mbuji-Mayi (ex-Luluabourg), des quartiers résidentiels (Katoka, Luluabourg III) se sont développés sous l’impulsion des diamantaires sénégalais qui n’ont pas hésité à acheter des villas dès le milieu des années 1960. Au seuil des années 1990, les comptoirs zaïrois de Tembo et de Kahemba à la frontière angolaise sont également investis par ces nouveaux résidents.

57L’éclosion de ces villes-champignons s’opère à proximité des sites miniers industriels ou artisanaux. Les trafiquants interviennent, à la fois, dans le développement de lotissements, dans l’installation de boutiques, d’ateliers et de restaurants. Parfois, ils sont maîtres d’ouvrage. Dans ces lieux où ils ne font que passer, ils prennent des chambres en location à des tarifs prohibitifs au regard du niveau de vie des populations. De la même manière que la boutique permet d’occuper une place décisive dans l’échange des biens courants tout en se plaçant à l’abri des contrôles, le lieu de résidence peut être transformé en comptoir pirate. Par leur présence et leurs pratiques de consommation, les acheteurs de diamants contribuent aussi à une augmentation du coût de la vie.

  • 35 Voir les travaux de Baya (1985) et de Piermay (1997) sur le rôle du diamant et de la bourgeoisie L (...)

58Surgies de la brousse, certaines villes s’essoufflent au plan démographique, à l’image des cités du far West américain, quand les gisements se tarissent, révélant la réversibilité des flux migratoires ; d’autres comme Mbuji-Mayi35 ou Séguéla dont l’existence était antérieure à la ruée, demeurent des pôles économiques attractifs parce qu’elles sont soutenues par une élite locale. D’autres encore comme Saurimo en Angola ou Sefadu en Sierre Leone, assiégées par des troupes rebelles, qui entendent contrôler la production et la commercialisation des pierres précieuses, se dégradent sous le poids des milliers de réfugiés fuyant les combats dans les campagnes. Dans ces villes sinistrées, les trafiquants de diamants poursuivent sans état d’âme leurs tractations et dressent des bureaux de fortune dans des arrières-cours.

Les capitales africaines du diamant

  • 36 Tout est relatif : le Congo a refoulé à plusieurs reprises des commerçants étrangers et lors des g (...)

59Á Kinshasa, Luanda, Lusaka, en tant qu’étrangers commercialisant illégalement des pierres précieuses, les diamantaires risquent l’expulsion manu militari si bien qu’ils évitent d’y installer leur famille, préférant les villes frontalières de Brazzaville au Congo ou de Bujumbura au Burundi. Ces lieux-entrepôts bénéficient d’une rente de situation, profitant des différentiels de prix et de disponibilité des marchandises de part et d’autre de la frontière (Roitman, 1998). La vie quotidienne y est estimée a priori plus paisible36, les trafiquants s’y replient en cas de danger. L’arrivée massive des diamantaires en ces lieux de repli s’accompagne d’une évolution notable du tissu urbain et de la société.

  • 37 Lors du dernier recensement de population à Kinshasa, on parlait d’une forte présence d’Africains (...)

60Le paysage de Poto Poto notamment s’est transformé rapidement en lien avec l’arrivée des Sene Sene qui ont aussi essaimé dans d’autres quartiers de Brazzaville (Mungali, Bacongo, Mpila), de Kinshasa37 (Kasa-Vubu, Barumbu) ou encore de Luanda (Samba), Plalanga. La propriété foncière devient le principal bien durable qu’accumulent les migrants – grands commerçants et trafiquants – en dépit des risques et menaces de confiscation. En 1971, une commission d’experts de l’office national du logement s’est constituée pour déterminer le prix des maisons appartenant aux étrangers expulsés, en vue de les vendre aux enchères. C’est dire que ces propriétés étaient nombreuses et constituaient un enjeu pour le gouvernement zaïrois.

61Les maisons des logeurs et des trafiquants sont construites pour accueillir une vaste clientèle autant féminine que masculine. Modernes, électrifiées, parfois luxueuses, elles contrastent avec les constructions des populations autochtones plus modestes dans la taille et les matériaux utilisés. L’intérieur de ces villas – salons avec table basse, réfrigérateurs, téléviseurs et aujourd’hui magnétoscopes–, dénote un niveau de vie élevé, bien supérieur à celui de leurs voisins de quartier.

62Á proximité de ces constructions ou aux étages inférieurs, des boutiques d’alimentation, des magasins de tissus ou de vêtements ou autres activités de façade contribuent à l’animation des quartiers. Aux alentours, les marchés voient aussi grossir leur achalandage pour répondre aux besoins de cette nouvelle clientèle aux goûts alimentaires et vestimentaires particuliers. Toute une population flottante vit, en effet, dans l’allégeance économique à ce milieu marchand. Les marabouts font l’apprentissage de la langue arabe et des principales sourates du Coran aux enfants des diamantaires ; les griots accompagnent ou rejoignent les trafiquants dans leur périple pour chanter leurs louanges ; les mendiants font l’aumône ; les jeunes frères ou compatriotes viennent aussi tenter leur chance, les épouses sont invitées à accomplir leur devoir conjugal dans le cadre du régime polygamique.

63Autres bases arrière toujours d’actualité dans le dispositif des diamantaires ouest-africains : Bruxelles, Genève. La surface financière des plus riches leur permet de faire l’acquisition d’appartements et de maisons et de travailler au sein d’un comptoir en association avec un Européen. L’un des plus grand njaatigue réservait même dans les années 1980 des suites dans des hôtels de la place anversoise pour loger ses intermédiaires africains.

La mosquée, une ville dans la ville

64La création ou la réfection de mosquées par ces populations immigrées est aussi une traduction du particularisme musulman qui laisse des traces visibles dans le paysage urbain. Les populations d’origine d’Afrique orientale sont alors pour l’essentiel animistes ou catholiques. Au Congo et au Zaïre, des mosquées avaient déjà été édifiées à l’époque coloniale à l’instigation des premiers migrants « sénégalais ». Les commerçants installés depuis longtemps supportent difficilement l’ostentation et parfois le manque de respect pour la hiérarchie sociale de leurs cadets aventuriers. En 1967, des incidents ont opposé à la mosquée de Kinshasa les tenants de l’Islam soufi aux réformateurs. En 1969, les deux mosquées de Brazzaville, fréquentées presque exclusivement par des étrangers, ont été fermées provisoirement par le gouvernement congolais qui, par ce geste, entendait marquer sa réprobation vis-à-vis des tensions traversant la communauté musulmane. Dans les villes situées à proximité des gisements, au Zaïre, en Zambie comme en Angola, des mosquées sont aussi édifiées, financées par les trafiquants de pierres précieuses. S. N. et A. D., tous deux originaires de Senopalel expliquent avoir contribué respectivement à hauteur d’un million de francs CFA et de 900 000 francs CFA à la construction de la mosquée de Pointe-Noire. A.T., quant à lui, rappelle qu’une mosquée a été édifiée en 1980 dans le quartier Kasa-Vu à Kinshasa à l’initiative des résidents, musulmans ouest-africains. Si bien que le temps de la grande prière du vendredi, les plus étrangers de la ville se rassemblent en référence à une même éthique religieuse et font du quartier de la mosquée une ville dans la ville. Á la sortie, le grand boubou et la mercedes ne passent pas inaperçus et suscitent des jalousies, parfois des conversions parmi les populations locales qui opèrent une confusion entre réussite économique et confession musulmane.

  • 38 Près de 2 600 ressortissants de l'Afrique de l'Ouest ont été expulsés à l'occasion de cette opérat (...)
  • 39 La transgression des lieux de culte est une pratique apparemment bien partagée : le 23 août, donc (...)

65Au-delà de ces fonctions religieuses, la mosquée constitue également une valeur refuge pour les commerçants et trafiquants étrangers et musulmans qui, parfois à tort, croient à l’inviolabilité des lieux de culte. Alors qu’en août 1996, les autorités angolaises lançaient une opération d’expulsion, baptisée cyniquement « Cancer II », à l’encontre des commerçants ouest-africains, accusés d’être en situation irrégulière38 et d’exercer une activité illicite, ceux qui n’avaient pas été arrêtés au seuil de leurs magasins, dans le quartier Hojiyenda, à la périphérie ouest de Luanda, étaient partis se réfugier dans la mosquée en construction qu’ils venaient de financer, espérant échapper ainsi à la rafle générale. Le premier étage de la mosquée a hébergé, pendant près de deux semaines, femmes et enfants alors que les hommes occupaient le rez-de-chaussée. Mais le 22 août 1996, la police angolaise prenait d’assaut l’édifice pour conduire les étrangers qui s’y étaient rassemblés dans un centre de transit39. Treize ans plus tôt, d’autres trafiquants avaient été expulsés d’une mosquée dans la capitale zambienne.

66Bien qu’ayant opté pour un Islam plus proche du consensus que d’une éthique fondamentaliste, les diamantaires marquent par leurs pratiques culturelles et cultuelles les villes qu’ils traversent. Toutefois, préoccupés avant tout à faire circuler le diamant, ils laissent la ville étrangère et sa gestion aux sédentaires autochtones. S’ils font construire ou achètent des maisons dans ces pays, c’est par pure commodité et non à dessein spéculatif. Ils ne sentent jamais à l’abri d’un pillage ou d’une expulsion dans ces lieux transitoires même si quelques-uns ont pu s’y installer de longues années, développant des activités complémentaires et construisant des familles. En ce sens on ne peut parler de diaspora ; ces commerçants sur longue distance réinvestissent dans leur grande majorité dans leur pays ou leur région d’origine. Si les aventures, qu’ils ont traversées, les ont endurci et aguerri, on peut néanmoins se demander si elles leur ont permis d’en sortir vainqueurs et de prendre la place à laquelle ils aspiraient dans leur société de départ. Autrement dit, le détour par l’Afrique orientale leur a-t-il permis de mieux revenir et de faire « grandir leur nom » au pays ?

Notes

1 Entretien D. S., op. cit.

2 Entretien Y. L., op. cit.

3 Entretien S. D., op. cit.

4 Entretien D. S., op. cit.

5 Entretien S. D., op. cit.

6 Les autorités des pays producteurs de diamant comme la Guinée ont été contraintes d’instaurer des bourses du diamant où les enchères se faisaient en devises étrangères et où les autorités garantissaient aux vendeurs, qu’ils pouvaient conserver, 30 % du montant des devises ; le solde leur étant payé en monnaie locale au cours officiel. En dépit de ces mesures, seulement 10 à 20 % de la production était acheminée à la bourse (Verna & Usurier, 1994, op. cit).

7 Cité in « La contrebande des diamants du sang », 25 août 2003, op. cit.

8 Entretien S. G., op. cit.

9 Entretien à Golmy, le 10 septembre 1994, avec S. D., originaire de Gomy (Bakel) ; entretien réalisé par G. Gonzales.

10 La Zambie est le deuxième producteur mondial d'émeraudes (20 % du marché) après la Colombie (50 %). Plus de la moitié de sa production est acheminée à l'étranger par contrebande, même quand elle provient de la mine de Kagem pourtant contrôlée par l'État. Seules les plus belles émeraudes sont acquises par les Occidentaux ; les autres prennent le chemin d’Israël (pays de pointe pour la taille automatisée des émeraudes) ou de l'Inde, pour être taillées à Jaipur, haut lieu traditionnel du commerce des pierres de couleur. La taille des émeraudes pose un défi majeur en raison du coût élevé du matériel brut mais surtout des nombreuses inclusions présentes dans les cristaux. La filière commerciale intègre des négociants installés en Suisse, à Londres.

11 Entretien S. S., op. cit.

12 Entretien à Bokidiawé, le 25 mars 1992, avec S. N., originaire de Bokidiawé, décédé en 1993.

13 L’émeraude est un béryl, minéral normalement incolore ; le vert intense s’explique par la présence d’un infime pourcentage de chrome. Symbole d’amour et de renaissance pour les civilisations anciennes, l’émeraude est considérée aujourd’hui encore comme une des pierres les plus précieuses ; sa couleur continuant d’exercer une forte fascination. Les principaux pays producteurs sont outre la Colombie et la Zambie, le Brésil, le Zimbabwe, le Pakistan, la Russie, Madagascar, le Nigeria.

14 Entretien A. D., op. cit.

15 Entretien D.B., op. cit.

16 Terme zambien pour désigner les émeraudes.

17 La principale société concernée, la CADIAM (capitaux privés israéliens, société spécialisée dans la recherche minière extractive) avait passé un contrat avec l'État zambien pour écouler la marchandise. Des Zambiens présents dans cette société avaient des accointances avec les Sénégalais et leur revendaient la marchandise volée.

18 Entretien M. N., op. cit.

19 En 1984, une vague d'exactions, première d'une longue série, touche 500 Zaïrois et 600 Ouest-Africains exerçant pour la plupart le trafic illicite d'émeraudes. 300 Sénégalais sont emprisonnés puis refoulés l'année suivante. En septembre 1987, 11 trafiquants de diamants sont ramenés au Sénégal par le président A. Diouf, parti à Lusaka, au sommet des chefs d'États Africains. En 1992, un vaste clean up (nettoyage) est organisé par F. Chiluba, accusant les étrangers de vols économiques, de corruption et de situation illégale. Cette fois-ci, 596 ressortissants sénégalais et 142 Maliens sont raflés, emprisonnés puis rapatriés sur Dakar (S. Bredeloup, 1995).

20 Selon le journal sénégalais Le Soleil (11/1992), sur les 5 000 étrangers évacués d'Angola vers le Congo pour trafic de diamants, un tiers était ressortissant de l'Afrique de l'Ouest.

21 Ami proche de Mobutu, le plus grand diamantaire sénégalais, qui était le seul à diriger un comptoir, est rentré de Kinshasa avec sa nombreuse famille et après avoir rapatrié tous ses biens à Dakar en 1997.

22 Désignait au départ les manœuvres qui halaient à partir des berges les bateaux à l’aide de lanières ou qui aidaient à l’accostage, puis par extension, les matelots servant sur des bateaux de transport lagunaire.

23 Entretien S. D., op. cit.

24 Les uns disent qu'il était capitaine de bateau ; les autres qu'il aurait été employé par un capitaine de bateau, sans doute en tant que laptot. Cette deuxième version semble plus vraisemblable. F. Manchuelle a remarqué que les migrants Toucouleur installés au Congo Belge en 1894 étaient en forte proportion des laptots.

25 Entretien Y. L. op. cit.

26 Entretien A. D., op. cit.

27 Entretien S. N., op. cit.

28 Entretien A. C., op. cit.

29 Entretien à Galoya, avril 1997, avec A. L., originaire de Galoya ; entretien réalisé par C.O. Ba.

30 Entretien A. L., op. cit.

31 Entretien S. D., op. cit.

32 Entretien Y. L., op. cit.

33 Entretien A. T., op. cit.

34 Entretien A.T., op. cit.

35 Voir les travaux de Baya (1985) et de Piermay (1997) sur le rôle du diamant et de la bourgeoisie Luba dans l'essor de Mbuji-Mayi, capitale du Kasaï orientale et troisième ville du Zaïre avec 400 000 habitants. Voir également les travaux de Pourtier (1997) sur la façon dont les hommes d'affaires de Mbuji-Mayi développent des réseaux de commerce et de transport aérien alors que les troupes de Kabila encerclent la ville.

36 Tout est relatif : le Congo a refoulé à plusieurs reprises des commerçants étrangers et lors des guerres civiles de 1963 et 1997, après pillage de leurs boutiques, les commerçants ont quitté les lieux. En 1995, au moment des conflits inter-ethniques au Burundi, le gouvernement sénégalais a affrété un avion pour rapatrier au pays près de 300 femmes et enfants sénégalais. Les trafiquants avaient déjà gagné les pays voisins.

37 Lors du dernier recensement de population à Kinshasa, on parlait d’une forte présence d’Africains de l’Ouest dans la commune même de Kinshasa.

38 Près de 2 600 ressortissants de l'Afrique de l'Ouest ont été expulsés à l'occasion de cette opération dont près de 200 Sénégalais.

39 La transgression des lieux de culte est une pratique apparemment bien partagée : le 23 août, donc le lendemain, à Paris, les sans-papiers de l'église Saint Bernard étaient délogés par les gendarmes mobiles français et conduits, dans leur majorité, vers un centre de détention adminstrative.

Table des illustrations

Titre Carte 6. Itinéraires des diamantaires ouest-africains
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6981/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Carte 7 La production mondiale d’émeraudes
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6981/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540