Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Diams’pora du fleuve Sénégal

 | 
Sylvie Bredeloup

2. Les ruées enfièvrent l’Afrique de l’Ouest au grand désarroi des États

Texte intégral

  • 1 En réglementant les rapports au sein du Commonwealth entre les dominations et la couronne britanni (...)
  • 2 En Sierra Leone, les dépôts de kimberlite ont été érodés par l'action de la rivière si bien qu'ils (...)

1ALORS QUE LE PROCESSUS de décolonisation est déjà bien engagé, surtout du côté britannique1, la fièvre du diamant s’empare de plusieurs centaines de milliers de prospecteurs et trafiquants, d’abord en Sierra Leone puis, selon un phénomène tournant, en Guinée, au Liberia, en Côte-d’Ivoire et au Congo Belge. Plus de 70 000 ressortissants africains de la colonie française envahissent le district du Kono entre 1954 et 1956 (Causse, 1991), vingt ans après la découverte des premiers gisements alluvionnaires en Sierra Leone par les services géologiques britanniques. Le plus souvent libérés par la désagrégation de la roche dans les alluvions et les terrasses adjacentes, affleurant même parfois à la surface des cours d’eau sous forme de graviers minéralisés, les diamants peuvent être extraits aisément, sans matériel sophistiqué, alors qu’en Afrique du Sud et dans certaines régions d’Afrique orientale, ils sont enchâssés dans des pipes de kimberlite2.

2Cette course à travers l’Afrique, et dont les traces restent visibles, n’a pourtant ni retenu la curiosité des démographes, en tant que mouvement migratoire d’ampleur, ni donné naissance à des mythes littéraires comparables à ce que la ruée vers l’or avait produit sur le continent américain. Or, en même temps qu’il bouleverse le paysage et l’économie des régions investies, ce déferlement donne à voir des « manières de faire » des migrants, des sociétés minières et des États. Pour la première fois dans l’histoire du diamant, les populations africaines imposent un temps leur loi, choisissant d’exploiter librement les mines découvertes par les Européens, faisant fi des réglementations et interdictions ; par leur attitude, elles conduisent le cartel du diamant – De Beers – à tester ses capacités de négociation et les autorités coloniales – britanniques et françaises – à explorer toute une série de tactiques pour enrayer le mouvement.

De Beers et les sociétés minières au temps des colonies

  • 3 P. David dans son travail sur les navétanes (David, 1980 : 427) mentionne le déferlement de 120 à  (...)
  • 4 Gîte alluvionnaire de diamants dans le lit d'une rivière.
  • 5 La CAST a été créée pour exploiter deux concessions de diamants en Gold Coast au cours des années  (...)

3Avant que la fièvre du diamant ne s’empare de l’Afrique de l’Ouest toute entière au cours de la décennie soixante, plus des deux tiers de la production mondiale était extraite des mines De Beers, implantées en Afrique du Sud et Afrique Orientale. Et la Diamond Corporation, filiale de la CSO (Central Selling Organisation) rachetait les réserves des sociétés minières indépendantes en Angola (Diamang), au Congo (Bécéka, Forminière), au Tanganyika (Williamson) (voir tableau 1 chapitre 1). En revanche, les négociations étaient moins avancées en Afrique de l’Ouest, territoire partagé entre les deux puissances coloniales. En Gold Coast (l’actuel Ghana), l’instauration d’une bourse locale de diamants (Accra Diamond Market) par le gouvernement entre 1954 et 1960, favorisa l’essor de la prospection artisanale3 et obligea le géant sud-africain à récupérer en aval sur le marché noir anversois tous les diamants bruts ghanéens qui lui échappaient en amont. Les importants placers4 découverts en Sierra Leone incitèrent la CSO à contractualiser rapidement un accord avec la Sierra Leone Selection Trust (SLST) – compagnie privée anglaise créée dès 1931 –. Au gré des participations croisées, cette dernière se retrouva à la fois filiale des groupes britanniques Selection Trust Limited, l’un des plus gros conglomérats miniers de l’époque et de CAST (Consolidated African Selection Trust)5 dont de Beers est l’un des actionnaires.

4À compter de 1935, la SLST détient le monopole de l’extraction et de la commercialisation du diamant brut en Sierra Leone. Elle emploie 2000 personnes et en fait vivre directement 12 000 soit 10 % de la population du Kono, principale région diamantifère du protectorat britannique (Van der Laan, 1965.) L’avenir de la De Beers en Sierra Leone semble alors assuré. Mais c’était sans compter avec la montée en puissance des partenaires politiques locaux. Sous la pression notamment du Révérend Dunbar, membre influent du Kono appuyé dans sa démarche par Siaka Stevens – Ministre des Mines –, l’accord passé avec la SLST est renégocié en 1953 et la compagnie minière est invitée à verser des taxes plus élevées au gouvernement sierra-léonais. Trois ans plus tard, les privilèges accordés à la SLST sont encore grignotés et son périmètre d’intervention notablement réduit.

  • 6 « Le retard vis-à-vis des pays britanniques voisins était énorme. Il ne put être comblé que beauco (...)
  • 7 La production des quatre premières mines atteignait en 1939 plus de 193 000 carats (Greenhalgh, 19 (...)
  • 8 Avant 1945 un grand nombre de ses actionnaires était britannique et l'administration française ne (...)

5En Afrique Occidentale Française, la reconnaissance géologique s’engagea plus tardivement que dans les territoires britanniques de la même région. Les milieux d’affaires français semblaient davantage préoccupés par le développement commercial de la colonie que par son essor industriel6. Les premières pierres extraites en haute Guinée le furent d’ailleurs par des ingénieurs britanniques de la Selection Trust Limited. Pour contourner la juridiction française et obtenir une licence d’exploitation couvrant les régions de Kissidougou, Macenta et Kankan où furent découverts les premiers gisements, un « syndicat » fut créé dès 1934 avec à sa tête un directeur commercial français. La même année, cette structure fut remplacée par la MINAFRO –société anonyme d’exploitations minières en Afrique Occidentale dont le capital était détenu à près de 80 % par la CAST–. Cinq gisements furent ensuite repérés à la limite de la haute Guinée et de la Guinée forestière : Baradou (1936), Fenaria (1937), Feredou (1938), Banankoro (1939), Bouro (1944)7 (carte 2). Le domaine minier de MINAFRO fut transféré en 1936 à la Société Guinéenne de Recherches et d’Exploitation Minières (SOGUINEX). Mais c’est seulement à partir de 19468 que le Gouvernement général de l’Afrique Occidentale Française et la Guinée devinrent actionnaires de la société minière laquelle, par ailleurs, approvisionnait la De Beers. Auparavant, la société – de propriété britannique – était contrôlée par la CAST. Créée en 1951, à l’initiative de diamantaires français, la Minière de Beyla exploitait, quant à elle, un gisement à l’ouest de Beyla, sur le plateau du Haut-Diani.

6En Côte-d’Ivoire également les travaux de prospection ne furent guère encouragés financièrement par la Direction des Travaux Publics si bien que les placers furent découverts encore plus tardivement à Séguéla, Bobi et Tortiya. La SAREMCI (1948) et la SODIAMCI (1954), compagnies concurrentes dirigées par des joailliers parisiens, se partageaient les terrains et se livrèrent une bataille acharnée en vue d’obtenir auprès des instances administratives l’octroi de permis miniers, affaiblissant du même coup leurs structures respectives.

« Le phénomène creuseur »9

  • 9 En référence au travail de M. Tshibanza, « le phénomène creuseurs » et ses paradoxes.

7À l’orée des années cinquante, la rumeur commence à se propager. Grands voyageurs ayant déjà exploré les filons de l’arachide, de la kola ou de l’or, les Soninke comme les Malinke intègrent alors le diamant dans leur dispositif. S’appuyant sur une notice adressée au gouverneur de l’AOF par le consul de France à Matadi en 1898, P. David rappelait que les Soninke de Bakel – premiers migrants à s’être installés sur les terres arachidières de Sénégambie – avaient aussi été tentés par de plus longs voyages en direction du Congo de Léopold II, dès la fin du xixe siècle, à la recherche d’or et de diamant. Fascinés par les légendes du Bambouk, ceux-là avaient suivi les traces de leurs pères qui avaient exploré plus près, en haute Guinée, les placers aurifères de Siguiri (David, 1980).

Carte 2. La course aux diamants à travers l’Afrique de l’Ouest

Carte 2. La course aux diamants à travers l’Afrique de l’Ouest

De l’arachide au diamant

  • 10 Nawèt signifie en wolof l'hivernage, la saison des pluies. Les navétanes étaient ces travailleurs (...)
  • 11 La libération des captifs par les Français a eu lieu entre 1904 et 1910 ; des centaines de millier (...)

8L’exploitation des pierres précieuses, activité de saison sèche, se combine au « navétanat »10 avant de s’y substituer. Amorcée au début du xxe siècle, la fièvre de l’arachide a conduit chaque année des dizaines de milliers de paysans, captifs libérés11 ou manœuvres démobilisés des grands chantiers ferroviaires, ressortissants de Matam, de Bakel et de Nioro vers les terres promises du Baol et du Saloum. Mais en 1955, alors que la prise en charge par les autorités coloniales du transport retour des migrants saisonniers de l’arachide est remise en question, de nouvelles opportunités migratoires se présentent plus au sud dans la forêt. Selon un commandant de cercle, la diminution des effectifs soudanais enregistrée en 1956, dans le camp de transit des navétanes à Tambacounda aurait eu pour origine « l’attrait des mines de diamant de la Sierra Leone » tout juste découvertes par des prospecteurs clandestins (David, 1980 : 394). À l’inverse l’année suivante, l’arrivée exceptionnelle de 1 200 Voltaïques de Banfora en direction de Tambacounda, décidés à travailler les champs d’arachide, s’expliquerait pour partie, par les mesures d’expulsion prises par les autorités britanniques à l’encontre de « 40 000 étrangers réputés guinéens et probablement aussi Malinke et Soninke soudanais ou sénégalais » installés sur les sites diamantifères (David, 1980 : 397).

De l’orpaillage à l’extraction du diamant

  • 12 L'essor de l'orpaillage dans le bassin de Siguiri, qui s'étend sur 25 000 km2, date de 1931, pério (...)

9En Afrique occidentale, l’or a été exploité depuis la plus haute Antiquité. Hérodote mentionnait déjà la présence d’indigènes échangeant le long des côtes la poudre d’or contre des produits rapportés par les navigateurs. Plus tard, les mines de Siguiri en haute Guinée firent la fortune des empires mandingues. Si l’orpaillage est une activité coutumière très ancienne12 en Afrique de l’Ouest, l’extraction artisanale du diamant est beaucoup plus récente et elle a intéressé en priorité les populations allogènes. En Guinée comme en Sierra Leone, les autochtones ne sont pas engagés au départ dans la course aux pierres précieuses ; ils semblent d’ailleurs décontenancés par l’ardeur que mettent des géologues à chercher des « cailloux ». D’autant que les sociétés minières font preuve d’une grande discrétion (Malaurent, 1991 : 250), contrôlant la main-d’œuvre utilisée en brousse lors des missions exploratoires et n’hésitant pas à recourir à des moyens de « basse police » pour empêcher les fuites ou les rumeurs. Divisées par des guerres tribales au siècle dernier, les populations sierra-léonaises notamment sont restées pendant longtemps à l’écart des grands réseaux commerciaux focalisant leur attention sur l’agriculture vivrière.

  • 13 Dans ce travail, sont employés indifféremment les néologismes de creuseurs, de diggers (traduction (...)
  • 14 Selon les coutumes des orpailleurs indigènes (Siossat, 1937), le chef de mine réunit les notables (...)
  • 15 En 1992, dans le cadre de nos enquêtes conduites sur le site diamantifère de Kérouané (Guinée), il (...)
  • 16 Les chefs d'équipe prennent soin de restituer en monnaie locale le montant dû à leurs manœuvres al (...)
  • 17 En RDC, le terme d'écurie est aussi employé pour désigner cette unité constituée de plusieurs mine (...)
  • 18 Le borre, diamant qu'on peut ramasser à même le sol par temps de pluie était vendu autour de 400 f (...)

10La division du travail dans l’univers de l’extraction du diamant rappelle techniquement celle de l’orpaillage. De manière générale, les creuseurs ou diggers13 travaillent pour le compte d’un contremaître ou masta (dérivé de master) et s’engagent à lui remettre toutes les pierres découvertes, après serment de la kola14. En échange, le masta assure leur entretien 15, fournit les pelles et pioches pour le fonçage des puits, les seaux ou calebasses pour le transport du gravier jusqu’aux marigots, les tamis pour le calibrage et le tri à vue. Quant à la contrepartie financière, qui correspond à la moitié du produit des transactions16, elle est reversée à l’équipe ou « équipage »17 puis partagée équitablement entre ses membres. D’autres variantes existent et remplacent la procédure classique notamment quand le masta n’est plus en mesure de prendre en charge financièrement son équipe de manœuvres. Il est alors contraint de déléguer provisoirement cette activité à un autre « patron » à qui il revend la pierre précieuse trouvée. Quand les mineurs disposent de moyens financiers et d’appuis suffisants, ils préfèrent parfois travailler en solitaire. Si le partage entre mineurs et contremaître s’opère grossièrement selon les mêmes principes pour l’or et le diamant, en revanche, la fixation des prix n’est pas comparable. Le prix du gramme d’or est déterminé en fonction d’une seule qualité présente sur le site. En revanche, un même gisement de diamants peut fournir des pierres de qualité, de couleur et de formes différentes. Sur la mine de Kérouané notamment, où sept catégories de diamants ont été repérées, le prix au carat varie d’un facteur 1 à 100018. Par ailleurs, la présence d’impuretés peut faire baisser notablement le prix. Le prix de la pierre extraite est donc plus difficile à fixer si bien que le masta peut la revendre beaucoup plus chère qu’elle a été estimée, au risque de provoquer les foudres de ses employés. En 1959, on estimait en Guinée à 41 000 le nombre de creuseurs de diamants en activité pour 4 000 chefs d’équipe (Greenhalgh, 1985 : 157).

11Avant nationalisation des terres au moment des Indépendances, les mines d’or appartenaient le plus souvent à des propriétaires coutumiers lesquels faisaient office également de masta à moins de préférer louer leurs concessions à une ou plusieurs équipes d’orpailleurs chargées de creuser des puits ou tranchées. Mais les chefs de mines ne sont pas toujours les maîtres des terres. Dans les carrières de diamants, ceux qui ont été les premiers à découvrir des gisements diamantifères sont aussi devenus propriétaires de carrières. En Sierra Leone comme en République Démocratique du Congo, certains chefs coutumiers ont mis du temps parfois à comprendre l’intérêt qu’ils pouvaient tirer de la location de leur terre aux diamineurs plutôt que de la cultiver.

  • 19 Entretien réalisé à Matagania par Baidi Dem en août 1992 avec un orpailleur. L'exploitation artisa (...)
  • 20 Observations et entretiens conduits en août 1992.
  • 21 D. Lombard montre qu'il est aussi formellement interdit de siffler, de mettre les mains sur les ha (...)
  • 22 Dans les Cahiers africains 2001, no 45-46, série 2000.

12Les emprunts du monde du diamant à celui de l’or ne s’arrêtent pas là. Comme d’autres « cueillettes », la quête du diamant a aussi ses tabous et son vocabulaire codé. Bien que nombre de prospecteurs – en véritables aventuriers, étrangers au terroir qu’ils assiègent – affirment faire l’économie de la symbolique. « L’or n’aime pas la saleté, contrairement au diamant où c’est le plus rusé ou le plus malhonnête qui gagne »19. Le recours aux sacrifices et aux totems pour la prospérité des mines semble bien partagé dans les mines d’or et de diamants. Dans les placers aurifères de Matagania (Guinée)20, les génies des mines n’apprécient pas que les orpailleurs travaillent le lundi (devenu jour de marché) ou consomment sur le chantier, du lait, du poisson frais ou de l’arachide, leurs totems. On retrouve des interdictions comparables jusque dans les mines de diamants du Kalimatan, en Indonésie21, montrant la proximité de ces « mondes mystiques ». À maints endroits en Guinée, les rumeurs circulent sur l’intervention des pouvoirs occultes pour éloigner les sociétés minières des sites, pour mieux les faire disparaître. Plus récemment, en République Démocratique du Congo, observant de nombreux tabous supposés garantir la bonne fortune et permettre un enrichissement durable, J.-O. Tshondo et F. De Boeck22 notamment ont signalé l’importance nouvelle acquise par les féticheurs dans la chasse au diamant. Le succès ou la malchance des chercheurs d’or et de diamants serait interprété très souvent comme le produit de sources occultes de pouvoir.

  • 23 Entretien à Bobo Dioulasso, le 25 mars 1993, avec S. S., originaire de Goursi (Burkina Faso).

13La valeur marchande des pierres précieuses est notablement supérieure à celle de l’or. Ce qui faisait dire à un géologue français : « Quand on cherche des diamants, on ne s’arrête pas devant une traînée d’or au fond d’une batée, c’est bon pour les besogneux… la valeur de l’or espérée ne compensait pas les aménagements nécessaires au traitement des boues à rejeter dans les rivières » (Malaurent, 1991 : 236). D’après S. S.23, ancien digger devenu revendeur de diamants, en 1961, en Côte-d’Ivoire, « un gramme d’or rapportait 150 francs CFA alors qu’un gramme de diamant se revendait à 125 000 francs CFA. On n’a pas besoin de l’or, on le donnait gratuit… ».

14Plusieurs diamineurs rencontrés en Guinée avaient déjà expérimenté l’orpaillage ; ils sont, en revanche, moins nombreux à avoir extrait l’or après le diamant. Les tranches de vie suivantes de trois migrants ayant atteint à peine la quarantaine d’années donnent un aperçu de cette double expérience.

15Sekou T. se présente comme le premier garçon d’une famille de cultivateurs, originaire de Matagania (Guinée), site d’orpaillage sur lequel il a été interrogé, situé à proximité de Dinguiraye. Il avouera à la fin de l’entretien être né de père et de mère burkinabè et avoir été naturalisé guinéen à la fin du régime de Sekou Toure. Son père est décédé à Matagania, sa mère y vit encore. Sa sœur aînée y est mariée ; ses deux plus jeunes frères alternent entre la plantation familiale et l’orpaillage alors qu’un autre frère est parti vendre des produits agricoles (cola et café) en Sierra Leone. Après avoir suivi des études à Dinguiraye jusqu’en classe de terminale, Sekou a été admis dans une école de comptabilité à Conakry. Au terme de la première année passée dans la capitale guinéenne, ses parents n’ont plus eu les moyens de rémunérer le tuteur qui l’hébergeait. À 19 ans, Sekou a été obligé d’interrompre des études prometteuses. Une connaissance au village lui signale qu’un chef d’équipe recrute de jeunes mineurs dans les mines de diamants à Sefadu (Sierra Leone). L’affaire est conclue ; en 1972, Sekou accompagne son co-villageois aux frais du masta. Il travaille comme digger pendant deux ans, sans succès. « Les mines n’étaient pas rentables ». Sekou part alors à Freetown où il se fait engager comme employé dans une boulangerie. Mais il tombe malade. Une fois guéri c’est le four qui a fermé. Sekou est contraint de retourner dans les mines de Sefadu. Il y travaille trois ans comme mineur de 1976 jusqu’en 1979. Mais son père décède et Sekou rentre au village où il s’occupe des travaux champêtres. À compter de 1984 « avec l’avènement de la deuxième République de Guinée, l’or a été valorisé ». Sekou se lance dans l’orpaillage. Il devient responsable d’une équipe de cinq mineurs en même temps qu’il est choisi par le propriétaire des mines pour jouer les fonctions de tomboloma (policier coutumier) avec neuf autres de ses camarades.

16Modou S. est wolof et originaire de Gambie. Après avoir cultivé l’arachide pendant une dizaine d’années dans son village, il rejoint Banjul, la capitale, à l’âge de 20 ans pour écouler des tissus puis du poisson sur les marchés pendant un an, sans grand succès. En 1973, il décide alors de rejoindre un ami, marchand de fripes, installé à Ziguinchor en Casamance. Il travaille avec lui ; l’affaire marche et Modou se refait une santé financière. Ce qui lui permet d’ouvrir deux ans plus tard une boutique de tissus à Banjul. Il écoule une partie de sa marchandise à Dakar où il se rend régulièrement. En 1977, après avoir revendu son affaire, il part s’installer à Labè, la capitale du Fuuta Djalon (Guinée) où il loge chez un compatriote, lui-même grand commerçant. Modou se lance dans l’import-export de farine et de sucre entre Labé et Dakar. Deux ans plus tard, après s’être marié à Labè avec une fille du pays, il se laisse séduire par les discours de son logeur sur les possibilités d’enrichissement facile dans les mines quand on possède déjà un capital de départ. Modou part à la conquête de l’or à Siguiri puis du diamant à Kérouané et devient rapidement exploitant minier, employant plusieurs équipes de diggers. Il devient acheteur, se fournissant auprès des autres mastas. Il voyage de temps en temps à Banjul et plus rarement à Bruxelles pour écouler les pierres précieuses. Depuis 1979, il réside à Kérouané ce qui ne l’a pas empêché d’explorer d’autres mines de diamants dans les pays voisins (Diarabala en Côte-d’Ivoire en 1985 et Sefadu en Sierra Leone entre 1988 et 1991). Mais la présence des rebelles en Sierra Leone a motivé son retrait provisoire sur la Guinée.

17Dramane T., d’ethnie bambara est originaire d’un village malien. Son père était militaire mais est décédé avant même sa naissance. À l’âge de seize ans, Dramane a accompagné son oncle paternel à Kayes pour démarrer un apprentissage de chauffeur de camion. À vingt-quatre ans, le permis en poche il part tenter sa chance à Bamako où il retrouve un demi-frère gendarme qui use de ses relations pour lui trouver un emploi de chauffeur de bâchée. Trois ans plus tard, en 1980, il accompagne son nouveau patron en voiture jusqu’à Kérouané. « Je ne suis pas reparti, j’ai entendu parler des mines d’or et de diamant alors je me suis lancé dans les mines. Mon patron étant de Kérouané mon insertion n’a pas été difficile ». Pendant deux ans, il a creusé la terre à la recherche des matières précieuses sous la responsabilité d’un chef d’équipe avant de devenir lui-même patron d’un groupe de cinq diamineurs et de trois orpailleurs. Mais la chance a tourné pour Dramane. En 1992, il travaillait à nouveau comme digger pour le compte d’un masta.

Un si petit monde

  • 24 Terme technique désignant l’action de creuser un puits.
  • 25 Dans les travaux recensés sur les chercheurs d'or et de diamants, les femmes sont parfois présente (...)

18Les prospecteurs de diamants se divisent en plusieurs catégories en fonction de l’activité qu’ils exercent précisément sur le site, en fonction du lieu où ils travaillent ou encore du comportement moral qu’ils développent. Risqué, pénible et supposant une bonne condition physique, le travail de la mine ne se limite pas seulement à « foncer »24 les puits ou des tranchées à l’aide de pioches et de pelles ; il faut aussi rejeter la terre stérile sur le pourtour des trous creusés et remonter à la surface, à l’aide d’un seau attaché à une corde, les graviers, les acheminer jusqu’à la rivière à tête d’homme et les déposer en tas près d’un abri personnalisé avant de procéder à leur lavage. Les porteurs ne sont pas les creuseurs et les laveurs peuvent être parfois des laveuses25 bien que cet univers demeure essentiellement masculin. Un premier débourbage permet souvent d’éliminer les plus grosses pierres avant de procéder au lavage proprement dit qui s’effectue avec des tamis aux mailles de plus en plus fines. Cette opération est néanmoins exécutée généralement par les prospecteurs les plus expérimentés qui ont déjà au préalable foncé des puits profonds pour en extraire de l’or du côté de Siguiri ou qui ont été embauchés ponctuellement dans des missions de reconnaissance. Succède au lavage le piquage, c’est-à-dire le tri à vue et à la main des pierres disséminées au milieu des sables. Au moyen d’un couteau, le piqueur s’efforce de déceler l’éclat adamantin du diamant.

19Même en pleine saison sèche, pour épuiser l’eau qui envahit les puits et les galeries, les mineurs sont démunis, usant de moyens extrêmement sommaires, (calebasses profondes). Le recours à des instruments de pompage a modifié progressivement la donne mais aussi la division du travail. Les propriétaires de motopompes cumulent souvent les fonctions de masta ou de maîtres de la parcelle. Ils peuvent proposer leurs services à plusieurs équipes de mineurs.

  • 26 Ces prospecteurs effectuent des plongées sans masque ni scaphandre.
  • 27 Siguiri et les placers d'or, 12 au 15 avril 1938, rapport de Savineau.
  • 28 Entretien à Galoya, le 23 janvier 1995, avec A. D., originaire de Galoya (Podor).

20Les mineurs qui creusent des trous et des galeries à la recherche d’un filon de diamant se distinguent de ceux qui fouillent la vase dans le lit des rivières26 pour y « cueillir » les pierres ou encore de ceux qui explorent les terrains abandonnés par d’autres mineurs ou anciennement exploités par les compagnies minières et les anciens puits de prospection de reconnaissance. Ces creuseurs clandestins solitaires avaient déjà été signalés sur les placers d’or de Siguiri27 ; ils se glissaient dans les galeries désertées mais aussi parfois en exploitation à leurs risques et périls : découverts ils étaient châtiés et chassés. Sur les sites diamantifères, leur nombre s’accroît considérablement à mesure que la rumeur enfle et que des éléments totalement incompétents se lancent dans l’aventure. Des bandes se fixent sur le même placer, recreusant les mêmes trous, relavant les tailings, ces résidus de lavage de gravier diamantifère. S. S., originaire de Goursi (Burkina) raconte comment il participe à ces opérations du côté de Séguéla avec ses compagnons de route à la fin des années cinquante et « piquait à ceux qui creusaient ». A. D. contremaître sénégalais28 évoque, quant à lui, les risques d’effondrement des galeries en lien avec leur exploitation anarchique et intensive :

« Là-bas [Séguéla] c’est une zone interdite par le gouvernement. Si tu es pris dans cette zone, tu es foutu ; on peut même te fusiller. Seulement dans la brousse, les gens creusent pour exploiter ; une fois qu’ils en ont assez, ils revendent le trou à d’autres qui vont continuer à creuser et ainsi de suite jusqu’à créer des effondrements de terre et il arrivait que plus de 100 personnes meurent sous le sol. Les Ivoiriens sont contents car ils disent que c’est la charité du diamant et dans toute zone où ils creusent ils en trouveront beaucoup, alors ils sont contents. Oui ils disent que les hommes morts vont constituer la charité du diamant ».

21Hors-la-loi, exerçant une activité interdite sur des périmètres qui ne leur appartiennent pas, tous ces mineurs sont perçus par les instances administratives coloniales d’abord puis nationales comme des propagateurs potentiels de la violence et des épidémies. Ils sont alors qualifiés de « hordes détribalisées », de « masse amorphe, pullulante », « d’aventuriers cupides », de « parasites », « d’escrocs ». Derrière ces assignations se profilent à la fois la peur du désordre, la psychose de l’invasion mais aussi une volonté de construire la menace pour ensuite justifier la répression. Certains de ces diamineurs se considèrent eux-mêmes comme des aventuriers, qui pour réussir à sortir du lot, ont fait preuve de courage et de persévérance. Les risques qu’ils prennent sont bien souvent transformés en défis, réinterprétés. Quarante ans après, ils se souviennent d’avoir souffert dans la « forêt du diamant » devant affronter les disputes avec leurs pairs, les accidents dans la mine, les menaces et agressions permanentes des autorités. Mais, ils évoquent également les relations de camaraderie tissées sur les sites miniers, transcendant les appartenances ethniques ou régionales. Ils partagent en effet les mêmes obligations morales : exercer un travail pénible et risqué, respecter les hiérarchies dans l’organisation du travail mais aussi les sanctions contre la fainéantise, contre le vol, accepter que les pierres trouvées reviennent à l’ensemble de l’équipe. La mine n’est en aucun cas un lieu anomique ; la loi de la brousse a aussi ses règles.

  • 29 Rapport du gendarme Magnier, chef du poste de gendarmerie de Fénaria sur la situation aux mines de (...)
  • 30 Entretiens réalisés à Bobo Dioulasso en avril 1992.

22Illicite, l’extraction artisanale conduit les mineurs à mettre en place leur propre milice pour se protéger les uns des autres mais aussi des autorités officielles. « Les clandestins constituent une puissante organisation ayant ses chefs de chantiers, chefs d’équipe, surveillants procédant au ramassage du diamant et des groupes de policiers en uniforme… Sous les ordres de leurs dirigeants, ils se sont regroupés armés de machettes, sabres, fusils de traite »29 faisait remarquer dans son rapport le chef du poste de gendarmerie de Fénaria, en Guinée alors que les prospecteurs s’apprêtaient à envahir les terrains de la SOGUINEX en 1956. Quelques rares diamineurs ont d’ailleurs relaté, avec une fierté certaine, leurs faits « d’arme » revisités. Seydou-la-tête, Amadou-le-boxeur et Amade-la vitesse – trois masta mossi30 – ont « fait l’Indochine… il fallait être garçon fort et avoir la tête dure ». L’usage de surnoms ou encore d’un vocabulaire commun pour désigner le monde de la mine ou enfin de mêmes pratiques de consommation masculine ostentatoire confirment aussi que le placer est un lieu de construction identitaire à part entière. Les trois acolytes n’ont pas hésité à se lancer dans des opérations de brigandage, frappant avec la tête les prospecteurs récalcitrants, volant des fusils à Séguéla (Côte-d’Ivoire) pour continuer la guérilla, cette fois-là à l’encontre des troupes françaises qui assaillaient les marigots à la fin des années cinquante puis des militaires ivoiriens fraîchement promus et peu enclins à se faire froisser d’emblée l’uniforme flambant neuf. Plus récemment, Tshibanza (1986) comme Tshonda (1993 & 2001) dans leurs travaux respectifs sur la RDC évoquent la présence d’anciens boxeurs et de catcheurs professionnels ainsi que d’ex-soldats qui se font recruter pour assurer la sécurité dans les carrières de Kisangani ou de Mbuji-Mayi. Ils jouent de leur musculature impressionnante et de leur réputation pour semer la terreur dans les mines et infliger des châtiments aux creuseurs défaillants.

  • 31 Entretien A. D., op. cit.

23A. D., Sénégalais de Galoya31 s’est ainsi fait surprendre par ces commandos du côté de Séguéla en 1959 et a failli se noyer :

« À Séguéla, il y a toujours des dangers car parfois il y a des groupes différents de l’État, des gangsters qui viennent dans la brousse tôt le matin ou le soir vers 17 heures et en masse pour apeurer en criant que la police arrive. Alors on s’enfuit de partout et beaucoup perdent leurs marchandises. Une fois, ils ont coincé les gens vers le ravin. Alors, il n’y avait pas de chemin possible. Le marigot n’était pas grand, mais le courant était très fort. Les chercheurs de diamant voulaient traverser le ravin ce qui était un grand danger car les Ivoiriens ne savent pas nager. C’est ainsi que plus de quarante personnes entreprirent la traversée mais malheureusement pour moi qui sais nager, un gros Ivoirien emporté par le courant s’agrippa à moi et nous fûmes emportés par le courant où nous risquions d’être écrasés par les rochers. Je plongeai au fond et m’accrochai à un rocher. Resté longtemps sous l’eau, l’Ivoirien me lâcha et je pus remonter à la surface alors que j’allais étouffer. Je fis la planche et emporté par le courant, je regagnai la terre ferme plus loin. Ce jour-là, le danger était grand et tous ou presque ont été capturés. J’eus la chance d’échapper par la volonté de Dieu. Là où j’ai atterri, il y avait beaucoup de diamants, mais je ne pensais qu’à sauver ma vie. Je suis alors parti au Liberia pour informer mon patron et me reposer… ».

  • 32 Lire à ce propos « Les massacres de Katekelayi et de Luamuela (Kasaï oriental) », Politique africa (...)

24Aujourd’hui encore, la répression des mineurs est toujours aussi brutale. La menace qu’ils constituent pour l’économie du pays légitimant toutes les opérations de représailles même les plus sanglantes. C’est ainsi qu’en juillet 1979, à l’occasion d’un « choc », c’est-à-dire d’une opération de répression organisée par les forces de l’ordre sous le régime de Mobutu, près de trois cents mineurs périrent noyés ou sous les balles d’un peloton de gendarmerie dans le Kasaï oriental32.

25Ciyemba Mutanda distingue trois catégories parmi les mineurs de Mbuji-Mayi (RDC) : les « mbula zéro » ou détenus à perpétuité en lingala, les « dianzenza » ou sujets volages et les « mercenaires » : bien que mariés, les premiers partent s’installer pendant plusieurs mois sur les sites diamantifères, contractant d’autres unions et oubliant femmes et enfants du premier lit ; les seconds quant à eux passent d’un site minier à l’autre et dilapident l’agent gagné dans l’extraction du diamant auprès de prostituées alors que les troisièmes ne séjournent que quelques jours sur les lieux de travail (Mutanda, 1984). De manière générale, les travaux plus récents conduits en RDC sur le « phénomène creuseurs » mettent en lumière la déperdition scolaire et la désertion des champs agricoles et de l’emploi salarié provoqués par la recherche des pierres précieuses. C’est ainsi que dans une étude réalisée auprès de 160 creuseurs extrayant des diamants dans le sud et l’est de Mbuji-Mayi, entre 1983 et 1985, 38 % d’entre eux étaient élèves ou enseignants (Tshibanza, 1986 : 345). Ces différentes recherches insistent également sur le climat de compétition, d’escroquerie et de duplicité régnant dans l’univers du diamant ainsi que sur les recompositions identitaires que permet cette nouvelle activité.

26Les creuseurs rencontrés en 1992 en Guinée, qui exerçaient pourtant une activité illicite, présentaient des profils différents, très certainement parce qu’ils étaient mastas pour la plupart. Qu’ils soient d’origine guinéenne ou non, ils semblaient installés durablement sur le site de Kérouané en bons pères de familles polygames. Leurs enfants étaient d’ailleurs largement impliqués dans la chasse aux pierres précieuses, travaillant le plus souvent au sein de l’équipe paternelle, une fois l’âge adulte atteint. Ce qui introduit une différence notable dans la gestion d’une équipe : les systèmes de réciprocité fondés sur la parentèle peuvent influencer les règles de division à l’avantage des plus âgés alors que des relations sociales organisées entre pairs tendent à être plus égalitaires. Les diamineurs interrogés étaient très peu nombreux à avoir suivi un cursus scolaire, même primaire. Tous, en revanche, avaient expérimenté plusieurs activités professionnelles (cultivateur, marchand, navigateur, jockey, chauffeur, coiffeur, cordonnier, soudeur, militaire) et continuaient à exercer une partie d’entre elles tout au long de l’année (bouvier, horloger, boulanger) en complément de la recherche de diamants. Un patron guinéen raconte comment tout jeune mineur, il avait pu déjouer l’attention des autorités britanniques à Sefadu en 1956, se présentant comme vendeur de bœufs. Tous ces creuseurs avaient par ailleurs travaillé successivement dans plusieurs mines de diamant aussi bien en Sierra Leone (Sefadu, Yomandu), qu’en Guinée (Mafran, Férédou, Fénaria, Banankoro, Macenta…), persévérant dans cette activité, en dépit des risques encourus (voir carte 1). Quelques-uns avaient même été expulsés de Sefadu en 1956 alors qu’ils travaillaient dans une équipe familiale. L’un d’entre eux, guinéen âgé de 72 ans en 1992 et à la tête de deux équipes de cinq mineurs, avait vendu des armes au Sénégal et au Ghana à partir de la Côte-d’Ivoire dès 1946 avant de rejoindre son frère aîné, masta à Sefadu en 1954. Mais à partir de 1956, il s’est réinstallé définitivement en Guinée, explorant tour à tour des nouveaux sites miniers et construisant une famille. Se déplaçant d’un site diamantifère à l’autre pendant plusieurs décennies, ces prospecteurs saisonniers se sont transformés en quelque sorte en professionnels de la mine, contribuant à la construction et à la diffusion d’une culture particulière.

La ruée des années cinquante et son traitement par les autorités

Diamineurs en effervescence

  • 33 Estimation rapportée dans « Legislative Council Debates », vol I, Session 1954-1955, 9th-22nd Dece (...)
  • 34 ANS, série G, 21 G : télégramme du 17 novembre 1956 émis par Paris-France outre-mer ; les ressorti (...)
  • 35 Contrée plate alluvionnaire.

27Les premiers diamineurs étrangers affluent dans le Kono, à partir de 1952, district sous protectorat sierra-léonais. En décembre 1954, le Paramount Chief Koker qui administre le district recense 30 000 prospecteurs33. Mais les arrivées massives n’ont lieu qu’à partir de 1955 dans les zones de Sefadu et de Yengema. Il s’agit principalement de ressortissants français en provenance de Guinée et du Soudan34. Ignorant tout des secrets géologiques, ils creusent au hasard dans des zones non diamantifères. Ils empiètent sur les périmètres de la SLST, pillant les flats35 en exploitation, ou encore recreusent les mêmes trous partiellement exploités par d’autres clandestins, relavant les tailings. En 1955, les diamants issus de la prospection artisanale représentaient 20 % de la production mondiale annuelle. La productivité des mineurs clandestins était alors deux fois plus élevée que celle de la SLST (Van der Laan, 1965) ; les trafiquants libanais avaient pu asseoir leur organisation, faisant passer en contrebande au Liberia les pierres précieuses extraites clandestinement en Sierra Leone.

  • 36 ANS, série G, 21 G 178 (174), télégramme du 13 octobre 1956 adressé par le fransulat de Freetown a (...)
  • 37 ANS, série G, télégramme du 24 octobre 1956 émis par le Gouverneur de Guinée à Conakry.

28La ruée atteint son apogée début 1956. Le département des Mines évalue alors entre 50 000 et 75 000 le nombre de clandestins. Rapportant la rencontre entre le Premier ministre, Dr M.A.S. Margai et le consul de France, le Comte Jacques Charreyron, le Daily Mail évoque la présence de « 200 000 French Subjects in Sierra Leone, some of whom were engaged in illicit diamond mining ». Ces chiffres seront d’ailleurs repris et transformés par les autorités françaises : « La présence dans un pays de deux millions d’habitants de 200 000 à 300 000 africains français venus se livrer à l’extraction clandestine du diamant n’est certes pas faite pour faciliter la pacification »36. Il est également question de 25 000 ressortissants français parmi les 300 000 immigrants travaillant dans les champs diamantifères de Sefadu et sa région37. Bien que très difficile à estimer, le nombre de prospecteurs clandestins essaimés dans les mines sierra-léonaises semble massif. Leur présence contribue à modifier notablement le paysage forestier. Les terres destinées à l’agriculture sont transformées en gruyère, mitées par le creusement de galeries. Des villes champignons sortent de terre. C’est ainsi qu’à Koidu, le nombre de constructions augmente rapidement, passant de 80 en 1951 à 650 en 1958 et 1 100 en 1966 (Rosen 1973 : 114). Au seuil des années 1970, Koidu était devenu la deuxième ville de Sierra Leone par son importance démographique. La contrebande à grande échelle que génère cette activité diamantaire provoque non seulement une dégradation majeure de l’environnement mais aussi un effondrement général de l’ordre public avec l’essor d’une petite criminalité dans les régions diamantifères et la création d’une élite mercenaire et parasite.

Interdiction, libéralisation et expulsion : les outils de la puissance publique

29Les territoires africains traversés par les diamineurs sont aussi à considérer en fonction du partage franco-anglais auquel ont procédé les deux puissances coloniales. La Sierra Leone devient colonie de la Couronne britannique en 1808 et l’intérieur du pays reçoit un statut de protectorat à partir de 1896 alors que la Guinée comme la Côte-d’Ivoire font partie de l’Afrique Occidentale Française. Bien que la segmentation qui fut établie entre l’administration indirecte (indirect rule) des colonies britanniques et l’administration directe des colonies françaises paraisse trop réductrice pour différencier les politiques coloniales, les administrateurs britanniques néanmoins semblent avoir accordé plus d’attention et de respect aux intermédiaires africains que leurs collègues français.

30Organisé en districts et provinces, le protectorat sierraleonais intègre les chefferies locales (chiefdom) à son système de gouvernance. À peine esquissées dans une région occupée par des villages isolés, guerroyant sans cesse les uns contre les autres, ces structures pré-coloniales ont pourtant été transformées en unités administratives et légitimées par les autorités britanniques. Elles sont administrées par des Paramount Chiefs choisis parmi les chefs de terre pour leur charisme, leur autorité voire leur cruauté. Une assemblée de notables (Tribal Authority) complète l’appareil politique décentralisé en assistant et élisant les Paramount Chiefs. Principale région diamantifère, le district du Kono est divisé en 14 chiefdoms ; la Sierra Leone en compte 350. Alors que les prospecteurs envahissent le district, le pouvoir des élus locaux s’accroît. Dans le même ordre d’idées, la mise en application de la loi-cadre de mai 1956 remet en cause la direction fédérale des mines et de la géologie de l’AOF : ses attributions sont notablement restreintes au profit des territoires. L’année suivante, la création des conseils de gouvernement ainsi que la désignation d’hommes politiques locaux comme ministres chargés des mines sur les territoires français accélèrent le processus amorcé de décentralisation des pouvoirs.

  • 38 En Guinée, Sekou Toure conçoit l'expulsion des étrangers comme un moyen de démontrer sa force face (...)
  • 39 Télégramme du 13 octobre 1956 émis par le fransulat de Freetown, op. cit.

31En pleine période de décolonisation, la Grande-Bretagne comme la France ne savent pas bien comment interpréter ce déferlement de clandestins sur leurs territoires ni comment les juguler. Tour à tour, les États coloniaux prennent des mesures plus ou moins bien préparées et planifiées qu’ils s’efforcent pourtant d’élever au rang de stratégies concertées. Or, derrière les États, il y a aussi des hommes – des agents de l’État – dont la durée de vie au même poste peut être courte s’ils n’impriment pas immédiatement leur marque38. On peut s’interroger notamment sur les raisons qui ont poussé le nouveau gouverneur britannique à rompre avec la politique de ses prédécesseurs. A-t-il juste voulu asseoir son autorité en prenant cette position dès son installation à la gouvernance ? Ou bien a-t-il seulement rempli avec diligence la mission que lui avait confiée le ministre, à la suite de pressions répétées de la part de la SLST ? L’information apportée par le fransulat de Freetown sur la procédure de succession éclaire la situation. « La mise à la retraite presque simultanée de l’ancien gouverneur et du colonial secretary et leur remplacement par deux fonctionnaires jeunes, réputés pour leur fermeté et leur qualité d’administrateur laisse à penser que le colonial office s’est décidé à mettre un terme à l’état de pourrissement dans lequel vit la Sierra Leone depuis plusieurs années et inaugurer une politique de plus grande énergie »39.

On contingente, on réprime

  • 40 À signaler que ces mesures n'avaient pas empêché nombre de Libanais de s'installer dans le Kono et (...)

32Dès 1936, le gouvernement sierra-léonais prend déjà deux premiers décrets pour lutter contre l’extraction et le trafic clandestins ; il s’agit des Minerals Ordinance et de Diamond Industry Protection Ordinance. Ces dispositions sont censées réglementer l’entrée et la circulation des étrangers dans les zones diamantifères – réserves de la SLST (Diamond Protection Areas)–. Les populations étrangères au Kono ne sont pas autorisées à solliciter des permis d’extraction auprès du responsable du district. Mais, les autorités locales ne respectent pas à la lettre ces mesures : d’abord elles contestent le fait que ces minéraux soient devenus ressources de l’autorité coloniale et ensuite, entrevoient dans la transgression de ces dispositions de nouvelles sources d’enrichissement40. Les populations locales partagent la position des autorités tribales, considérant la SLST comme un trafiquant ayant pour objectif premier de gruger les indigènes de leurs ressources légitimes. Quant aux prospecteurs impliqués dans l’extraction minière illicite, ils sont élevés au rang non pas de bandits mais de héros par les ressortissants du Kono.

  • 41 A.D., diamantaire devenu grand commerçant, rencontré à plusieurs reprises à Dakar, entre 1993 et 2 (...)

33Au seuil des années 1950 alors que la ruée vers le diamant s’amplifie, le gouvernement britannique multiplie les arrestations. Il envoie par ailleurs, en septembre 1952, un détachement de police pour soutenir dans ses efforts la milice privée de la SLST (Diamond Protection Force). Chargée de repérer la fraude au sein des périmètres miniers, cette dernière se révèle incapable, seule, de faire face à l’afflux des clandestins. Ces mesures d’intimidation n’ont que peu d’effets face à la masse déterminée des prospecteurs. Quand on les prive de liberté d’action en les incarcérant et qu’ils ne parviennent pas à s’échapper en achetant leurs geôliers, les diamineurs ou revendeurs prennent leur mal en patience. Tous les diamantaires rencontrés ont connu une fois au moins un emprisonnement, une expulsion et laissent entendre sans bravade aucune qu’un tel risque fait partie du « métier » et reconnaissent leurs responsabilités : « … on ne peut condamner l’État parce qu’il nous dit, faut pas aller et on le fait. Si ça arrive, l’État n’est pas responsable. On connaît bien les lois parce qu’on part cache-cache. Donc, ça nous concerne… »41.

  • 42 La corruption des agents de l'État est bien partagée : en Côte-d’Ivoire, en 1985, d'aucuns s'étonn (...)

34En mars 1954, le gouvernement britannique procède à une nouvelle révision de la définition de l’étranger et à l’élargissement des pénalités à l’encontre des diamineurs. Dorénavant l’administration ne délivrera plus de permis individuel à celui qui n’est pas originaire du Kono ni à celui qui s’est installé dans le district après janvier 1950. Toutefois, la stigmatisation de l’étranger est très facile à déjouer. Les prospecteurs usent de la corruption pour acheter des actes de naissance, des terrains ou encore recourent à la séduction pour épouser des femmes du pays ou pour trouver des prête-noms. Libanais ou mandingues, les revendeurs ont repéré combien l’administration locale était avide de rentrées d’argent pour asseoir son pouvoir face à l’autorité coloniale mais aussi face à des concurrents éventuels à la chefferie. Mis en selle par les Britanniques qui n’avaient pas toujours respecté la hiérarchie traditionnelle, les Paramount Chiefs jouent, en effet, de leur position au plan local pour intégrer dans le conseil (Tribal Authorities) des étrangers. En échange de leurs suffrages mais aussi de sérieuses compensations financières, ceux-là obtiennent des licences d’extraction ou de vente en règle42, continuant de participer à l’extraction des minéraux ou de voyager dans les régions minières.

On légalise ce qu’on ne peut plus interdire

35En Sierra Leone, la situation économique et politique se détériore rapidement. La prospection du diamant s’opère notamment au détriment de la culture du riz. Des pénuries s’installent. Les Trade Unions se mettent en grève protestant contre la dégradation de leur niveau de vie. Des manifestations violentes se succèdent à Freetown puis dans les provinces du sud et du nord incitant le Colonial Office à prendre plus au sérieux les affaires sierra-léonaises. En cette période de fortes turbulences, au moment où les chefferies locales confortent leur pouvoir, l’autorité coloniale hésite à prendre des mesures coercitives à l’encontre des prospecteurs et trafiquants de diamants. Une visite au Ghana voisin finit de convaincre l’administration britannique du caractère incontournable de la négociation avec les clandestins. Cette position suppose au préalable de restreindre, une nouvelle fois, les privilèges de la SLST.

36Si tous s’accordent sur la nécessité de modifier la loi, les tactiques envisagées pour y parvenir divergent. De leur côté, les responsables de district sont partisans d’une légalisation rapide et totale de la prospection et de la constitution d’un marché local. Ces mesures sont censées interrompre le trafic clandestin et assurer un regain économique notable des régions concernées. À Londres, le gouvernement central est décidé quant à lui à instituer un nouveau régime minier permettant aux autochtones seulement d’obtenir des licences d’exploitation. Par cette mesure, il entend impliquer davantage la paysannerie locale dans l’extraction du diamant et la conduire naturellement à rejeter les concurrents étrangers.

  • 43 Exigeant 10 millions de livres anglaises, la SLST en obtient 1,5.
  • 44 Plus tard, la SLST obtiendra 200 miles supplémentaires.
  • 45 Attribuée à l'échelon local, la licence annuelle, à laquelle il faut ajouter la location du terrai (...)
  • 46 On distinguait alors les sujets français des sujets britanniques et libanais. Dès mars 1956, 32 Li (...)

37Les négociations engagées entre le gouvernement et la SLST sont longues à aboutir ; pendant plus d’un an, elles achoppent sur le montant des compensations financières43. Ratifié en février 1956, l’Alluvial Diamond Mining Scheme réduit les droits exclusifs de la SLST dans le Kono à un périmètre de 450 miles ainsi que dans le Lower Bambara (partie du district du Kenema) – zones les plus riches en gisements44 –. Assurée de n’avoir aucune société minière étrangère pour concurrente d’ici 1975, la SLST a, de surcroît, la possibilité de poursuivre des reconnaissances géologiques hors de son périmètre. Pour les membres du Kono District Council, le consortium minier détient encore trop de pouvoir, d’argent et de terres. C’est de cette époque que datent les premières tensions entre les instances décentralisées et le gouvernement central de la Sierra Leone. Plus de 1 500 licences45 sont délivrées le mois suivant l’accord. Les détenteurs de licences sont autorisés à employer une vingtaine de manœuvres, autochtones ou allogènes. L’ADMS réglemente également la commercialisation du diamant avec l’appui de la DCSL (Diamond Corporation Sierra Leone). Les transactions marchandes doivent impérativement se tenir sur les lieux d’extraction. Pari difficile et totalement nouveau pour la famille Oppenheimer : en l’espace de quelques mois, la DCSL doit mettre sur pied, au cœur de la Sierra Leone, une structure souple et mobile, capable de racheter les diamants dispersés entre les mains des milliers de petits négociants et de concurrencer les réseaux clandestins très actifs, en proposant des tarifs plus attractifs. Des permis sont donc accordés cette fois-ci sans distinction de nationalités46. La participation des Libanais au commerce de diamants est ainsi légalisée sans pour autant freiner la contre-bande en direction du Liberia.

En refoulant, on déplace les problèmes de l’autre côté de la frontière

  • 47 « Si dans un délai de 3 semaines après cette annonce, aucun mouvement volontaire de départ ne s'ét (...)
  • 48 ANS, 21 G 178 (174), télégramme émis par le Fransulat de Freetown (consul Charreyron), le 9 novemb (...)
  • 49 ANS, 21 G : Télégramme émis par le Fransulat de Freetown (consul Charreyron), le 13 décembre 1956.

38Les concessions de la SLST sont gravement menacées par le déferlement de 25 000 à 45 000 individus, ressortissants français. Le 29 octobre 1956, à peine huit mois après la libéralisation de l’extraction et de la commercialisation du diamant, le gouverneur Dorman annonce l’expulsion des prospecteurs allogènes. Un délai de trois semaines leur est accordé pour quitter le Kono sans pénalités, avec leurs biens et leurs diamants47. Des rumeurs circulent selon lesquelles le gouverneur britannique aurait fait sa déclaration publique « à l’instigation du gouvernement français soucieux de récupérer ses ressortissants et de les contraindre à payer les impôts »48. Des batailles rangées opposent les « illégaux » aux Sierra-léonais, détenteurs de permis d’extraction. Redoutant que cette mesure expéditive ne provoque une effusion de sang et des bagarres intertribales, les autorités françaises suggèrent de « chercher à s’opposer à l’arrivée de nouveaux immigrants mais d’éviter de prendre des mesures de refoulement massif contre ceux déjà installés »49 Mais face à ces tergiversations, la réponse britannique est sans appel : la situation nécessite une intervention immédiate. Si les clandestins ne se décident pas « à quitter volontairement le territoire » britannique, le recours à la force sera envisagé.

39Le gouvernement de l’AOF se retrouve dans l’obligation de collaborer et d’organiser l’évacuation de ses ressortissants. Souhaitant éviter toute démonstration de violence avant les élections municipales, il essaie néanmoins de gagner du temps : « ... J’ai demandé que, en tout état de cause, aucune mesure d’exécution n’ait lieu avant le 18 novembre, date des élections municipales et dans toute la mesure du possible dans un délai suffisant après cette date pour que le Gouverneur du territoire français puisse régler lui-même les modalités de l’opération avec son collègue britannique » télégraphie le ministre de la France d’outre-mer, le 26 octobre 1956.

  • 50 ANS 21 G : Télégramme émis le 24 novembre 1956.
  • 51 ANS 21 G : Télégramme no 20.193, émis par Gaston Defferre le 7 novembre 1956.
  • 52 « La conjoncture financière actuelle qui impose des réductions de crédits et une limitation de sub (...)

40Prises de court, les autorités françaises ne sont pas en mesure d’envisager concrètement une expulsion et craignent un déferlement sur les gisements voisins de Guinée. Seul, le gouverneur de Guinée s’interroge sur les conditions de réalisation de cette opération. À partir d’une étude sommaire portant sur les coûts nécessaires au transfert, au contrôle, à l’accueil (hébergement dans un camp provisoire, recensement, vaccination) et à l’acheminement de 25 000 ressortissants guinéens et soudanais vers un des territoires de l’AOF, il sollicite, auprès de son ministère de tutelle, un crédit exceptionnel de 100 millions de francs CFA, rappelant par ailleurs que les moyens humains (fonctionnaires de la police, de l’immigration, des douanes, de la santé) à sa disposition sont extrêmement limités50. Quelques jours plus tard, le 5 novembre, alors que les rapatriements s’accélèrent et qu’il n’a obtenu que 5 millions pour assurer le transport des rapatriés, il fait savoir que : « Si pas de solution apportée au problème de financement du transport, je serai obligé de laisser à pied en toute liberté les deux autres tiers. Il faut craindre que beaucoup prennent le chemin des placers diamantifères du Territoire et les submergent rapidement ». Dix à vingt mille personnes se dirigent effectivement vers Guékédou, de l’autre côté de la frontière (carte 3). Et le lendemain, « dans l’impossibilité absolue de recevoir dans des conditions normales un pareil afflux subit, (le gouverneur) donne ordre de fermer les frontières ». Le fransulat de Sierra Leone lui accorde le même jour un crédit supplémentaire de dix millions. Tout en le rappelant à l’ordre, précisant que nul n’est habilité à « fermer les frontières d’un territoire français à des ressortissants français »51, le ministre de la France d’outre-mer fait comprendre que le financement de cette vaste opération de rapatriement relève du budget des territoires intéressés et non de celui du ministère52.

  • 53 Télégramme no 23-26, émis le 7 novembre 1956 par le Fransulat de Freetown, ANS, 21 G.
  • 54 En référence aux histoires de vie dans lesquelles les diamantaires racontent au compte-gouttes les (...)
  • 55 Télégramme émis par le gouverneur du Soudan le 13 novembre 1956, ANS, 21 G.

41Moins d’un mois après l’ultimatum lancé dans le district du Kono par les autorités britanniques (novembre 1956), une trentaine de milliers de personnes quittent la Sierra Leone. Très peu préparée et contre toute attente, cette opération tant redoutée par les autorités françaises se déroule dans une certaine sérénité. Est-ce à dire que les « hordes tribalisées » ont été convaincues par les menaces voilées du gouverneur Dorman ? D’après le consul de France à Freetown53, « le succès inattendu de cette opération s’explique moins par la crainte des mesures de force qui seraient appliquées à l’expiration du délai de trois semaines que par l’engagement pris de laisser partir nos ressortissants avec tous leurs biens y compris les diamants ». Ces arguments semblent peu crédibles quand on connaît l’ingéniosité des trafiquants de diamants à transporter et écouler les pierres précieuses à l’insu de n’importe quel douanier ou contrôleur54. Il est très facile de dissimuler les gemmes. Et ce n’est de toute façon pas avec 700 policiers que la Sierra Leone peut par ailleurs prétendre intimider des « aventuriers sans vergogne » qui ont déjà résisté à de nombreux emprisonnements. À se demander si la colonie britannique n’a pas su habilement faire circuler des rumeurs sur la découverte de nouveaux gisements de l’autre côté de la frontière. Rappelons enfin qu’un certain nombre de mineurs indigents trouvent dans cette évacuation l’opportunité d’être pris en charge - nourris, soignés, hébergés et réacheminés gracieusement à domicile, le temps de se refaire une santé avant d’envisager éventuellement un nouveau départ. Le gouverneur du Soudan évoque « l’excellent état d’esprit des personnes refoulées sensibles à l’organisation de leur évacuation et ayant gardé mauvais souvenir des conditions de vie sur les placers »55.

  • 56 60 % des diamants de Sierra Leone sortent du pays par la voie de la contrebande (Guinée et Gambie (...)

42De fait, le problème n’est pas résolu, il est simplement déplacé sur un autre territoire et momentanément. Une observation sur le moyen et long terme conduit à relativiser l’efficacité de cette expulsion. D’abord, un an à peine après cette opération, des prospecteurs clandestins sont revenus massivement sur les lieux, creusant directement sur les terrains de la SLST à Koidu mais aussi à Yengema. Débutent alors les expulsions annuelles. Celle de février 1959 intervient après toute une série d’arrestations et la mise en place de nouveaux quotas pour les permis de travail. Ces « Stranger Drives » se poursuivent bien après l’indépendance du pays (1969, 1972). Aujourd’hui, alors que de nombreux gouvernements se sont succédé en Sierra Leone et après une guerre fratricide qui a duré dix ans, l’économie du diamant reste prégnante dans le pays. Des milliers de diamineurs parmi lesquels des enfants extraient encore illicitement des pierres précieuses dans le Kono et les négociants libanais installés depuis trois à quatre générations, riches et puissants, tirent plus que jamais les ficelles de ce système de contrebande internationale56.

Tactiques tous azimuts pour une absence de résultats tangibles

43En définitive, quelle efficacité ont ces mesures prises successivement pour endiguer les flux migratoires ? Les premières opérations de stigmatisation des étrangers échouent.

  • 57 En 1991, la législation angolaise a autorisé les particuliers à se lancer dans le négoce des pierr (...)

44Les autorités révisent sans cesse leur définition de l’étranger cédant du terrain aux clandestins. Quant aux opérations d’emprisonnement, elles n’ont aucune efficacité. Une fois libérés, les diamineurs repartent à l’assaut des placers et les trafiquants réintègrent les circuits de la contrebande. C’est alors qu’on légalise ce qu’on ne peut contrôler, on laisse faire ce qui est déjà fait. Dans l’affaire, on espère au moins récupérer une partie des devises en élaborant un système de taxations. On s’attaque toujours au même symptôme –la fièvre du diamant– mais dans le trouble, on varie les tactiques sans du tout maîtriser les effets. Ce qui n’empêche que dans les discours, on justifie son choix tactique, occultant les tâtonnements. Les autorités britanniques en Sierra Leone évoquent l’espoir de voir se moderniser et se rationaliser le secteur, comme le feront plus tard les autorités françaises en Guinée et Côte-d’Ivoire, les autorités zaïroises et angolaises indépendantes. Les gouvernements tablent sur l’implication grandissante des autochtones sans imaginer que ces derniers sont aussi en mesure de s’allier avec des allochtones et sans anticiper sur de possibles déferlements, cette fois-ci absolument incontrôlables57.

  • 58 En référence aux travaux de L-M. Bwana N'Sefu (1992), de M. Tshibanza & M. Tshimanga (1985) sur la (...)

45Les analyses portant sur les effets de cette libéralisation reprochent précisément ce pourquoi la mesure a été prise : l’émergence du « phénomène creuseurs » chez les populations locales. Comme si la désertion des écoles, des foyers et des rizières avait démarré au lendemain de cette légalisation et traduisait une trop grande efficacité de la mesure. De la même manière, dire que les mesures libérales prises pour combattre la fraude – légalisation de l’extraction, de la commercialisation des pierres précieuses et canalisation des exportations dans un circuit officiel – renforcent au contraire cette fraude paraît peu convaincant58. Si l’observation et la mesure de l’activité des commerçants ou des bureaux d’achats agréés est envisageable, les transactions opérées clandestinement dans les comptoirs devaient être très difficiles à repérer avant la mise en place d’une politique libérale et le niveau de fraude impossible à évaluer. Alors, comment peut-on avancer l’idée d’une intensification de la fraude sans travail comparatif possible ? La fraude n’est peut-être pas plus importante ; elle est sûrement plus visible. D’autre part, les effets observés sont très certainement le reflet de mesures antagonistes prises successivement voire simultanément. Si en Sierra Leone, en Guinée et en Côte-d’Ivoire, la libéralisation a précédé l’expulsion, au Zaïre notamment ce fut l’inverse. À plusieurs reprises (1966, 1969, 1970, 1971), Mobutu refoula les diamantaires étrangers avant de libéraliser l’exploitation artisanale des matières précieuses (1983). Un événement considéré comme initial est déjà l’effet d’un autre événement qui va continuer à travailler par-delà l’événement premier. Un événement resté longtemps sans importance peut aussi jouer un rôle décisif à l’occasion de circonstances nouvelles. Ce qui veut dire que les effets de la libéralisation peuvent aussi bien être liés à toute une série de mesures antérieures déjà identifiées comme à d’autres événements peut-être encore mal entrevus.

  • 59 ANS, 21 G 178 (174), télégramme émis par le Consul de France en Sierra Leone au Gouverneur de la G (...)

46Tout se passe comme si les États, après avoir pris une mesure dans l’urgence, la regrettaient déjà, engageant son retrait puis une mesure antagoniste et enfin usant à la fois de tous les instruments à leur disposition –livrant au grand jour leur désarroi et leurs limites dans la gestion de mouvements migratoires massifs–. C’est ainsi qu’en Sierra Leone, une fois les licences attribuées aux collecteurs de diamants, le nouveau ministre des Mines décide d’opérer un contrôle sévère qui, en novembre 1957, conduit à la suppression de la moitié de celles qui avaient été accordées en janvier, sous prétexte de ventes insuffisantes. En outre, comment se fait-il que l’expulsion –mesure coercitive par excellence – fut adoptée si rapidement en Sierra Leone alors que l’efficacité de la libéralisation n’avait pas encore eu le temps d’être testée ? Cette mesure radicale est prise au cours de l’automne 1956, à la veille d’une période électorale, dans un pays où les troubles se multiplient. « Les candidats au legislative council qu’ils soient gouvernementaux ou d’opposition pourraient trouver un prétexte facile d’excitation au nationalisme en expliquant que tous les maux de ce pays sont provoqués par des étrangers venus dérober les richesses du sol natal » faisait remarquer le consul de France en Sierra Leone au Gouverneur de la Guinée française59. Des hommes se succèdent à la direction du pays. Dès sa nomination en septembre, le gouverneur Dorman se rend dans le Kono et conclut que la présence des étrangers (en l’occurrence des ressortissants français et non libanais) représente un danger potentiel pour la sécurité du pays. Dramatiser l’impact des mouvements migratoires en leur prêtant un caractère anomique relève, en effet, des stratagèmes communément développés par les hommes politiques.

Carte 3. Mouvements de diamineurs en réponse aux expulsions

Carte 3. Mouvements de diamineurs en réponse aux expulsions

47L’État est persuadé que, pour être efficace, son action doit se déployer dans la vitesse. « La promptitude est l’essence même de la guerre » faisait remarquer Sun Tse. Le colonial secretary estime nécessaire d’engager « une prompte action » pour éviter des troubles graves. Assimilée à la violence, la vitesse est utilisée comme un instrument de domination. Une intervention rapide est supposée créer un effet de surprise, désarçonner l’adversaire et rendre difficile la parade ou la riposte. L’État britannique lance un « ultimatum » aux diamineurs. Après avoir prospecté pendant près de quatre ans dans la zone, les creuseurs allochtones disposent de trois semaines pour quitter les lieux. Décision ultime prise après toute une série de négociations ou simple impulsion ? À quoi correspondent ces trois semaines ; selon quels critères, cette durée a-t-elle pu être avancée ? En configurant le temps, en bornant son intervention à l’aide d’un calendrier d’échéances, d’un emploi du temps, de délais, l’État croit pouvoir réguler le hasard, agir sur les hommes. Veut-il donner l’impression à l’autre d’être un stratège ou s’en convaincre lui-même ?

Le mouvement tournant à travers l’Afrique de l’Ouest s’amorce

  • 60 ANS 21 G : Télégramme no 23. 26 émis le 7 novembre 1956 par M. Chambard, fransulat de Freetown. Ki (...)

48Alors que le pouvoir colonial français semble totalement dépassé par les événements, des milliers de diamineurs quittent pacifiquement le Kono : entre 30 000 et 45 000 personnes selon les différentes instances administratives. « L’exode de la région de Sefadu se produit en éventail un peu dans toutes les directions mais principalement par les postes de brousse en direction de l’est et du nord-est, dans une région boisée et à peu près sans route, ce qui rend tout contrôle pratiquement impossible aussi bien pour les autorités anglaises au départ du Sierra Leone que nous pour l’arrivée. Si certains éléments empruntent par camion la route de Nongoa où ils peuvent être contrôlés, d’autres se dispersent par petits groupes dans l’intérieur de la zone diamantifère, pour gagner vraisemblablement Kindia »60 (carte 3).

  • 61 Nous avons pu le vérifier à travers la reconstitution de nombreuses biographies de diamantaires.
  • 62 Pour accéder à Nongoa, à partir du territoire sierra-léonais (Kailahun ou Komdu), il faut emprunte (...)
  • 63 Recensement des ressortissants français en Sierra Leone, refoulés par les autorités britanniques e (...)

49Selon les renseignements fournis par le gouverneur de Guinée, plus d’un tiers des ressortissants français installés dans les mines de Sefadu disposent de moyens matériels suffisants et parfois importants pour regagner à leurs frais leurs cercles d’origine. Ceux-là ont préféré poursuivre leur route vers la Guinée, la Côte-d’Ivoire ou le Liberia61. Les autres, originaires en majorité de Nioro au Soudan, sont évacués par camions, à partir de Nongoa62, principal poste de contrôle. En novembre 1956, des convois par voie fluviale se mettent en place également au rythme de 1 800 personnes par semaine. Entre le 10 novembre et le 7 décembre, les autorités françaises – concentrées à la frontière guinéenne – recensent 9 739 passages63. Les 4 965 personnes munies d’une pièce d’identité se répartissent entre Guinéens (44,3 %), Soudanais (38,9 %), Sénégalais/Mauritaniens (12,6 %), Ivoiriens (3,2 %) et Nigériens (1 %). Transitant par Kankan, les Soudanais et Sénégalais sont ensuite acheminés par camions, par péniches ou bateau à vapeur dans le centre d’hébergement de Bamako – le Lazaret – créé pour la circonstance avant d’être renvoyés dans leurs subdivisions ou cercles d’origine.

  • 64 Courrier du 10 septembre 1956 (ANS 21 G).
  • 65 Entretiens réalisés en 1992, 1995 et 1998 à Dakar

50L’évacuation par les autorités coloniales n’a concerné que 10 000 ressortissants français. À l’évidence, la majorité des diamineurs s’est enfoncée dans la forêt guinéenne ou cachée dans les villes sierra-léonaises, dans l’attente d’un répit. C’est alors que le mouvement tournant à travers l’Afrique de l’Ouest s’amorce. Avant même la grande expulsion, dès juin 1956, en Guinée, les forces de l’ordre interviennent tant sur les chantiers de la SOGUINEX que sur ceux de la société minière de Beyla investis par des prospecteurs clandestins. À son tour, début septembre, la gendarmerie de Siguiri signale à ses supérieurs hiérarchiques la présence de 5 000 prospecteurs, à un kilomètre de la ville64. Félix Houphouët-Boigny, alors ministre délégué à la Présidence du conseil, fait part de son inquiétude au haut-commissaire de la République en AOF à propos de l’agitation qui règne dans la région diamantifère de Bonodou (Guinée) où la société minière de Beyla a procédé à des arrestations massives et arbitraires. En décembre, la zone de Famoroudou dans le canton de Kérouané est également envahie par une dizaine de milliers d’Africains, qui avaient été refoulés de Sierra Leone, qui empiètent une fois de plus sur les périmètres de la Soguinex. Y. B.65, masta sénégalais de la première heure, raconte comment il a quitté Sefadu quelques semaines avant la grande expulsion pour rejoindre en territoire guinéen Bendougou puis Laya Doula, à quelques kilomètres de Faranah.

  • 66 S.G., rencontré à plusieurs reprises à Dakar (1995, 1996, 2001) est né en 1936, il est originaire (...)

51L’itinéraire migratoire de S. G., devenu plus tard l’un des plus illustres diamantaires africains de l’Ouest ainsi que sa façon d’intégrer dans son cheminement les événements qu’il a vécus, sont loin d’être exceptionnels66. Ils sont plutôt représentatifs de la démarche générale des diamineurs africains. C’est la recherche du gisement qui détermine leur course ; il s’agit d’arriver parmi les premiers dans la zone diamantifère et les rumeurs peuvent contribuer plus activement que n’importe quelle autre opération directe de dissuasion au départ des prospecteurs. Autrement dit, ce sont des considérations multiples et non l’événement seul qui conduisent le migrant à choisir de quitter un lieu pour un autre.

« Je suis sorti du Sénégal le septième mois 1956, avant l’indépendance. Je suis parti en Sierra Leone. Je suis passé par la route, par Guinée, Sierra Leone. Là, j’ai fait six mois. J’étais à Yomandougou. Dans ce temps, il y avait la colonie de l’Angleterre qui veut sortir tous les étrangers. On creusait le diamant. Ils disaient que ça rapporte pas tellement, il faut essayer de faire le cultivateur, c’est mieux que de faire le diamant. Donc on nous a chassés, on nous a dit que tout le monde rentre dans son pays. On nous a donné un délai d’un mois. Moi, je suis sorti avant le délai. Je suis allé en Guinée. J’ai recommencé encore… En Guinée, j’ai été partout, Kérouané, Kankan, Baconga… L’Indépendance en 1958 m’a trouvé à Macenta… On avait voté contre l’Indépendance. Mais on avait voté non parce que nous sommes en Guinée. Mais Sekou Toure, dès qu’il y a eu l’Indépendance, il a fermé toutes les mines. Il a voulu fermer les mines mais ça n’était pas fermé ; y en avait toujours d’ouvertes… Mais ce n’est pas pour ça que j’ai quitté. Mais comme il y avait de nouvelles mines de diamants qui sortaient en Côte-d’Ivoire, je suis allé encore là-bas. Ça s’appelait Diarabala. J’ai tenté, mais là, je suis parmi les patrons… ».

  • 67 Il se présente alors comme le nouvel homme fort du parti démocratique et le déferlement des prospe (...)

52En janvier 1957, les clandestins commencent à franchir la rivière baoulé qui leur a été fixée comme limite à ne pas dépasser. Les « opérations bulldozer » dirigées par Emile Konde, chef de poste de Kérouané, sur ordre personnel de Sekou Toure67 repoussent à la veille de l’Indépendance (1958) les diamineurs qui ont fui Sefadu vers les placers de Côte-d’Ivoire. Mais, avant même d’avoir atteint la Côte-d’Ivoire, une partie d’entre eux envahissent le Liberia. Outre le bassin de la Loffa qui, dès 1957, attire surtout une main-d’œuvre locale jusqu’alors employée dans les plantations d’hévéas, les petits gisements aux frontières guinéenne et ivoirienne sont visités par les prospecteurs étrangers. En septembre 1958, c’est au tour de la région de Séguéla (Diarabala, Nafana, Folona, Bobi) en Côte-d’Ivoire d’être investie par des milliers de clandestins, refoulés de Guinée ou arrivant directement du Sénégal, du Mali ou du pays Mossi. 2 à 3 000 au moins des 5 000 expulsés de Bonodou – placer guinéen – se retrouvent à Diarabala, gonflant artificiellement le petit village qui abritait 178 âmes avant le rush (Person 1983 : 416). À Séguéla, 2 500 nouveaux arrivants étaient recensés en septembre 1958 lors de la révision électorale ; les deux tiers étant étrangers. Pourtant, contrairement à la Sierra Leone ou à la Guinée, les autochtones s’étaient organisés. Titulaires de permis de recherche, des notables originaires de Séguéla créèrent une société de type coopératif fixant un système d’adhésion et de cotisation pour les mastas et mineurs, réorganisant la police privée des mineurs. Mais en dépit des tentatives de cette force illégale à réglementer l’extraction du diamant et de l’appui des autorités administratives, les populations allogènes continuèrent d’affluer et de déborder sur les terrains réservés aux sociétés minières. Aucun contrôle efficace de la commercialisation ne put s’établir ; l’écoulement des pierres précieuses s’opérant prioritairement sur les marchés du Liberia et non dans les bureaux d’achat créés officiellement à cet effet à Abidjan, Daloa. Les représailles conduites par l’armée française eurent des effets limités : les fuyards regagnant aussitôt les sites miniers.

  • 68 Entretien S.S., op. cit.
  • 69 Aujourd’hui dans le Lunda Norte en Angola, les hélicoptères remplacent les avions et les diamineur (...)

53S. S.68, digger et masta mossi explique qu’il s’est fait prendre une première fois à Konga (Sierra Leone) le 28 septembre 1957 mais qu’il a pu s’enfuir dans la brousse et rejoindre la région de Kérouané en Guinée. La zone était totalement encerclée par des militaires. Il n’y est resté que deux semaines y ayant retrouvé un petit frère. Il a voulu alors rejoindre Séguéla. Il a mis trois jours passant par Man puis Bouaké. Il est resté quatre semaines dans les mines jouxtant Diarabala puis s’est installé à quelques kilomètres de là, toujours dans la brousse. Pendant un an et demi, il a fait le tour des sites miniers ivoiriens en tant que creuseur avant de devenir responsable d’une équipe de quarante personnes. Jusqu’en 1962, il a pu passer au travers des multiples emprisonnements et expulsions et s’occuper de l’écoulement des pierres auprès d’acheteurs étrangers. Les tractations s’opèrent la nuit à Séguéla ou sont conduites à Bouaké, Abidjan. C’est seulement quand ses trois comparses ont été faits prisonniers par des parachutistes69 et que ses manœuvres ont fui qu’il s’est décidé à quitter les lieux.

« J’ai lavé tous les grains [diamants], je les ai cachés sur moi et j’ai pris un vélo à Séguéla avec sur mon porte-bagage des fagots pour tromper l’ennemi et je suis allé à Daloa. J’ai vendu pour deux millions de francs CFA et je suis allé à Bouaké où j’ai pris un train pour rentrer à Bobo. C’était en 1962… ».

54Le 8 août 1960, au lendemain de l’indépendance de la Côte-d’Ivoire, les États voisins exhortèrent, en vain, leurs ressortissants installés sur le sol dorénavant ivoirien à rentrer au pays. L’armée française s’était retranchée à Abidjan et les troupes ivoiriennes se déplacèrent en force, brûlant les magasins de stockage, les maisons, les campements. Des bases militaires furent installées auprès des marigots. Et en 1962, ce fut la déroute totale. Beaucoup de diggers furent tués (81 morts dans une journée d’après Seydou S.). D’autres se firent oubliés au fond de la brousse, alors que les mastas et trafiquants se repliaient sur Bouaké, Abidjan, Monrovia ou continuaient leur chemin, s’enfonçant plus encore dans la forêt.

55Mais, c’est bientôt la fin du mouvement tournant frontalier. Les uns rebroussent chemin en Sierra Leone, en Guinée – déjouant au mieux les Strangers Drivers ou expulsions qui se multiplient –. Pendant que les autres poursuivent leur course aux pierres précieuses plus loin, en Afrique centrale – explorant les gisements de l’Oubangui-Chari et du Congo Belge –. Il s’agit d’arriver les premiers, de profiter des troubles qui secouent la région (Kiwu, Katanga et Kasaï) pour s’installer sans bruit et de tirer parti, au plus vite, de la désorganisation des exportations pour développer un circuit commercial autonome à partir de sites inexploités, riches en pierres précieuses. L’aventure suppose un changement d’échelle. Il n’est plus question de déborder d’une frontière à l’autre, mais de traverser cinq à six pays en combinant au mieux les modes de transport et les étapes pour éviter l’expulsion. En l’absence de contacts sérieux dans le pays d’accueil, un tel voyage relevait de la gageure. Refoulés à plusieurs reprises, bon nombre d’aventuriers abandonnèrent cette fois-ci définitivement la piste des diamants.

56Né en 1928, cadet d’une famille de forgerons originaires d’Ourossogui (département de Matam au Sénégal), A. C. raconte comment il a rejoint les placers de Sefadu en 1956 après avoir sculpté pendant dix ans le bois d’ébène et l’ivoire en tant que bijoutier du côté du marché de Sandaga à Dakar. Il a été recruté par W. A., un compatriote masta, originaire de Nabadjicivol devenu célèbre par la suite dans le milieu des diamantaires sénégalais et pour lequel il a travaillé six mois avant d’être expulsé. Il avait alors la possibilité de rejoindre un ami, lui-même chef d’équipe dans des mines en Guinée, mais A a préféré faire une halte à Conakry où il a sculpté le bois pendant quelques mois avant de gagner les campements miniers ivoiriens de Séguéla, de Bobi et d’acheter le diamant pour le revendre à des Soudanais, des Guinéens et des compatriotes intégrés dans des réseaux libériens de la contrebande.

57Né en 1934 dans un autre village du Fuuta sénégalais (N’Douloumadji) et dans une autre famille de forgerons, D. S. a travaillé quant à lui comme cordonnier sur le marché de Tilène (Dakar) à partir de 1951. Ayant entendu dire dans les rues de Dakar qu’on pouvait faire fortune dans les mines de diamants en Sierra Leone, il prit le train avec Oumar, un garçon de son village jusqu’à Bamako où il fut hébergé par une parente. Pendant deux mois, le temps de réunir un petit capital et de se renseigner sur l’itinéraire à suivre pour rejoindre les mines, D. a travaillé comme cordonnier pendant qu’Oumar était tailleur. Ils ont ensuite rejoint Sefadu par la route et pendant deux mois, ils ont creusé sans rien trouver pour un chef d’équipe, lui-même sénégalais. Sur le site, Oumar a entendu parler de la Côte-d’Ivoire et des gains substantiels qu’on pouvait y faire dans l’artisanat et le commerce. Les deux comparses ont quitté la zone de Sefadu deux jours avant la grande expulsion pour s’installer et faire des affaires quelques années dans le quartier de Treichville à Abidjan.

58Ces migrants ont par la suite poursuivi leur route plus loin au sud en Afrique. A. est devenu le premier courtier sénégalais à Bujumbura (Burundi) dès 1962 traitant avec les grands diamantaires de la région avant d’explorer les possibilités de commercialisation du saphir et de l’aquamarine à Joss au Nigeria dans les années 1970. Les chemins de D. et d’Oumar, en revanche, se sont séparés. En 1958, Oumar est rentré au village pour s’y réinstaller définitivement alors que D., après avoir été expulsé sur le Sénégal à partir du Cameroun, a réussi à atteindre Brazzaville puis Bakwanga et Luluabourg dans le sud du Kasaï où il est aussi devenu un grand « patron » grâce au trafic des pierres précieuses dès 1963.

Pour conclure

  • 70 A.D., né en 1929 à Thikitte (département de Podor, Sénégal), arrivé en 1961 à Séguéla, diamineur, (...)
  • 71 JEA no 183, septembre 1994.

59Quarante ans plus tard, bien que l’exploitation du diamant demeure une entreprise difficile et très souvent illusoire, la fièvre du diamant n’est pourtant pas éteinte. L’expulsion des uns a parfois provoqué l’arrivée des autres ; par la rumeur, ils ont appris l’existence d’un Eldorado qu’ils ne soupçonnaient pas. En Sierra Leone comme au Liberia, les trafiquants sont encore nombreux. En décembre 1992, 2 000 Gambiens et 300 Sénégalais étaient évacués des zones diamantifères de Sefadu. Des rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) soutenus par le NPFL (Front National patriotique du Liberia) – faction dirigée par Charles Taylor avaient attaqué la région. Dans le conflit libérien qui s’est propagé sur les frontières de la Sierra Leone voisine, le contrôle des mines de diamants constitue bien un enjeu important. En Guinée, l’exploitation privée des gisements a été interdite à partir du 1er janvier 1985, quelques mois après l’avènement du président Lansana Conte et les zones diamantifères ont été exploitées par des sociétés mixtes. Mais en Guinée comme en Côte-d’Ivoire, en dépit des mesures prises par les États-nations, des prospecteurs clandestins sont toujours à la recherche du diamant ; y participent non seulement les nouvelles générations mais également ceux qui ont accompagné la ruée dès l’origine comme Adama, le masta fuutanke (originaire de la vallée du fleuve Sénégal) installé à Séguéla depuis 1961 et qui exerce dorénavant la fonction de président des Sénégalais70. Clandestins maliens, nigériens ou burkinabè, chômeurs, déserteurs libériens, ils étaient encore des milliers (15 000) en 1995 à creuser des galeries dans la terre rouge du côté de Tortiya à 500 km d’Abidjan, en toute illégalité, alors que dans la zone, l’exploitation industrielle a cessé au milieu des années soixante-dix71. En 1985, fustigeant les clandestins qui pillaient le patrimoine minier (« environ 45 milliards de nos francs provenant de l’exploitation clandestine de la pierre précieuse sont ainsi sortis de la Côte-d’Ivoire en 5 ans », Fraternité Matin, 17 janvier 1985), le gouvernement ivoirien décidait de libéraliser l’exploitation du diamant instituant des permis et créant des centres d’achat. Selon les estimations du ministre des Mines, 60 000 personnes – pour la plupart étrangères – cherchaient le diamant à Séguéla, Bobi, Kani, Dikodougou, Dianra, Tieningboué, Kongasso et Tortiya. Alors que la Sodemi – devenue société d’État – prospecte mais aussi exploite et commercialise les pierres précieuses depuis 1980 avec un personnel numériquement très limité.

60Les États se révèlent impuissants à enrayer durablement le flot des prospecteurs clandestins. Prises au coup par coup et dans l’urgence, les tactiques qu’ils développent – interdiction, déréglementation, expulsion – ressortissent au principe de territorialité. Elles ne peuvent trouver d’écho auprès de groupes sociaux qui évoluent selon des logiques à la fois individuelles et segmentaires, sur un espace largement régulé par l’échange, la circulation des hommes et des biens, en dépit du découpage directement issu de l’arbitraire colonial. Dispersés dans la forêt mais aussi dans les endroits clés du dispositif, les migrants constituent une force difficilement contrôlable et disposent d’un pouvoir autonome sur lequel toute possibilité de pression demeure limitée.

61Le continent africain demeure le théâtre de l’imbrication de plusieurs grammaires spatiales où ont pu être déclinées diverses formes de pouvoir et d’asservissement mais hors de toute territorialité. La référence à un territoire fini, borné par des frontières physiques, n’a pas de pertinence pour des populations aux contours identitaires fluctuants. À l’ordre territorial imposé par la colonisation s’opposent ou se combinent des organisations tribales entretenant leur propre espace mais aussi des réseaux d’allégeance multiples et volatiles, mêlant liens de parenté et liens religieux. C’est pourquoi, quand les autorités britanniques somment les mineurs et les revendeurs de quitter le territoire, ceux-là obtempèrent sans grande difficulté mais aussi sans que cela ait grand sens pour eux. Ils gagnent le territoire contigu – qui, pour eux, est le même, a la même valeur ; c’est le lieu d’où on extrait ou à partir duquel on peut négocier la pierre précieuse. Plus tard, ils poursuivront leur chemin au Congo Belge ou reviendront sur les premiers lieux. Tous ces espaces participent pour eux du même territoire : le territoire du diamant. Leur espace territorial est celui de la mine et du campement et pour accomplir leur activité, ils cherchent moins à étendre leur campement qu’à accroître leur capital social à chaque campement.

62Pour les diamineurs plus encore que pour les collecteurs ou tailleurs de pierres précieuses, c’est la matière qui impose sa loi, qui justifie cette course et non les États-nations avec leur cortège de sanctions. Il n’y a pas de diamants partout dans le monde ni pour tout le monde. Les pionniers l’ont bien compris, envoyant des éclaireurs pour anticiper sur le mouvement au fur et à mesure que les rumeurs circulaient. Et s’ils sont près de 45 000 à quitter sans violence le territoire sierraléonais fin 1956, c’est entre autres parce qu’ils ont entendu dire que des gisements comparables et moins contrôlés se trouvaient de l’autre côté de la « frontière ».

Notes

1 En réglementant les rapports au sein du Commonwealth entre les dominations et la couronne britannique, le statut de Westminster (1931) avait déjà accentué la politique d'émancipation. L'Inde accède à l'Indépendance dès 1947 et la Birmanie dès 1948. Du côté français, le processus est plus lent et plus douloureux (affrontements au Maroc, en Tunisie puis en Algérie sans compter l'affaire indochinoise).

2 En Sierra Leone, les dépôts de kimberlite ont été érodés par l'action de la rivière si bien qu'ils peuvent être extraits facilement, le long des cours d'eau, alors que dans d'autres régions, l'exploitation du minerai diamantifère contenu dans les pipes (volcans en forme de cône renversé contenant des roches kimberlitiques), s'opère pour partie de manière souterraine et suppose une technologie avancée à la fois pour creuser les galeries (engins de terrassement, d'évacuation…), pour concasser, libérer les pierres de leur gangue kimberlitique ou encore pour désagréger les boues et minéraux divers recouvrant les diamants (malaxeurs rotatifs, séparateurs à liqueur dense…).

3 P. David dans son travail sur les navétanes (David, 1980 : 427) mentionne le déferlement de 120 à 130 000 hommes en Gold Coast en 1954 sans pour autant l'expliquer. On peut penser qu'un certain nombre de migrants saisonniers ont eu vent des dispositions prises par le gouvernement ghanéen et ont alors préféré tenter leur chance dans la prospection du diamant après avoir planté l'arachide au Sénégal ou en remplacement.

4 Gîte alluvionnaire de diamants dans le lit d'une rivière.

5 La CAST a été créée pour exploiter deux concessions de diamants en Gold Coast au cours des années 1920. Ses actions ont été, par la suite, rachetées par la Selection Trust Limited.

6 « Le retard vis-à-vis des pays britanniques voisins était énorme. Il ne put être comblé que beaucoup plus tard, lorsque la guerre finie, le FIDES dégagea les ressources financières sans lesquelles aucune reconnaissance minière sérieuse d'un vaste pays n'est possible » (Legoux, 1991 : 29).

7 La production des quatre premières mines atteignait en 1939 plus de 193 000 carats (Greenhalgh, 1985 : 53).

8 Avant 1945 un grand nombre de ses actionnaires était britannique et l'administration française ne parvenait pas à se faire communiquer l'estimation des réserves qui étaient en réalité très étendues (Legoux, 1985). Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les Allemands avaient révélé au gouvernement de Vichy que le holding était à majorité britannique. La Soguinex disparut peu après l'indépendance de la Guinée remplacée par une société d'État.

9 En référence au travail de M. Tshibanza, « le phénomène creuseurs » et ses paradoxes.

10 Nawèt signifie en wolof l'hivernage, la saison des pluies. Les navétanes étaient ces travailleurs migrants saisonniers en provenance des colonies de l'AOF qui s'installaient provisoirement en Sénégambie pour cultiver l'arachide. Ce mouvement de grand ampleur, qui a concerné plusieurs centaines de milliers de paysans africains sur un demi-siècle, a été minutieusement décrit par P. David (1980). La disparition de ce phénomène social est liée, pour l'essentiel, au progrès de l'équipement agricole (développement de la culture attelée) et à la nationalisation des terres.

11 La libération des captifs par les Français a eu lieu entre 1904 et 1910 ; des centaines de milliers d'hommes se sont trouvés brusquement disponibles pour les grandes migrations saisonnières.

12 L'essor de l'orpaillage dans le bassin de Siguiri, qui s'étend sur 25 000 km2, date de 1931, période à partir de laquelle le pays devient plus sûr et la zone plus accessible grâce à la construction de routes et de pistes. Les autorités coloniales ont procédé aux premières explorations minières une dizaine d'années plus tard. De la même manière en Côte-d’Ivoire, les mineurs africains ont précédé les premières reconnaissances géologiques du service des mines de l'AOF (Chermette, 1985).

13 Dans ce travail, sont employés indifféremment les néologismes de creuseurs, de diggers (traduction anglaise) mais aussi de diamineurs pour désigner les prospecteurs de diamants. Ils sont appelés encore san-san boys en Sierra Leone, garimperos en Angola.

14 Selon les coutumes des orpailleurs indigènes (Siossat, 1937), le chef de mine réunit les notables qui lui jurent fidélité ; il achète une charge de kola qu'il dispose au milieu du placer. Les mineurs, qui souhaitent continuer à travailler, viennent jurer en tendant la main sur le tas de kolas ; les autres sont immédiatement chassés.

15 En 1992, dans le cadre de nos enquêtes conduites sur le site diamantifère de Kérouané (Guinée), il ressort que la dépense mensuelle pour l'entretien d'un mineur (hors hébergement, frais médicaux et frais annexes pour sortir de prison un mineur arrêté par les forces de l'ordre) s'élevait à 20 000 francs guinéens (119 euros).

16 Les chefs d'équipe prennent soin de restituer en monnaie locale le montant dû à leurs manœuvres alors que, de leur côté, ils négocient en dollars auprès des acheteurs, jouant ainsi sur le différentiel de valeurs des devises, des taux de change.

17 En RDC, le terme d'écurie est aussi employé pour désigner cette unité constituée de plusieurs mineurs et dans laquelle s'appliquent des règles de solidarité, de réciprocité et de redistribution de la richesse.

18 Le borre, diamant qu'on peut ramasser à même le sol par temps de pluie était vendu autour de 400 francs guinéens le carat en 1992 alors que le Kourou Gbe (diamant pour la joaillerie) était cédé à 400 000 francs guinéens le carat.

19 Entretien réalisé à Matagania par Baidi Dem en août 1992 avec un orpailleur. L'exploitation artisanale de l'or à Matagania date de 1930 et s’opère toute l'année. Les premiers orpailleurs étaient partis s'initier sur les placers de Siguiri. Une société américaine fit une tentative d'exploitation industrielle de l'or entre 1984 et 1986 sur le site de Matagania.

20 Observations et entretiens conduits en août 1992.

21 D. Lombard montre qu'il est aussi formellement interdit de siffler, de mettre les mains sur les hanches ou derrière le dos aux abords des puits ou de la rivière où le diamant indonésien s'extrait.

22 Dans les Cahiers africains 2001, no 45-46, série 2000.

23 Entretien à Bobo Dioulasso, le 25 mars 1993, avec S. S., originaire de Goursi (Burkina Faso).

24 Terme technique désignant l’action de creuser un puits.

25 Dans les travaux recensés sur les chercheurs d'or et de diamants, les femmes sont parfois présentes pour laver ou transporter les minerais ou pierres précieuses.

26 Ces prospecteurs effectuent des plongées sans masque ni scaphandre.

27 Siguiri et les placers d'or, 12 au 15 avril 1938, rapport de Savineau.

28 Entretien à Galoya, le 23 janvier 1995, avec A. D., originaire de Galoya (Podor).

29 Rapport du gendarme Magnier, chef du poste de gendarmerie de Fénaria sur la situation aux mines de diamants de la Soguinex, secteur de Banankoro, gisement de Bamouroudou, 20 décembre 1956, lettre adressée au fransulat d'outre-mer, service des mines, Archives Nationales du Sénégal (ANS), série G, 21 G.

30 Entretiens réalisés à Bobo Dioulasso en avril 1992.

31 Entretien A. D., op. cit.

32 Lire à ce propos « Les massacres de Katekelayi et de Luamuela (Kasaï oriental) », Politique africaine no 6, mai 1982, p. 72-106. Ces massacres organisés furent perpétrés dans une zone où l’armée percevait déjà des droits d’exploitation auprès des exploitants et des droits d’achat auprès des trafiquants et où elle assurait l’encadrement du creusement des galeries.

33 Estimation rapportée dans « Legislative Council Debates », vol I, Session 1954-1955, 9th-22nd December 1954, Part II, Freetown 1957, 360 p.

34 ANS, série G, 21 G : télégramme du 17 novembre 1956 émis par Paris-France outre-mer ; les ressortissants du cercle de Nioro sont majoritaires.

35 Contrée plate alluvionnaire.

36 ANS, série G, 21 G 178 (174), télégramme du 13 octobre 1956 adressé par le fransulat de Freetown au Ministère de la France d'outre-mer.

37 ANS, série G, télégramme du 24 octobre 1956 émis par le Gouverneur de Guinée à Conakry.

38 En Guinée, Sekou Toure conçoit l'expulsion des étrangers comme un moyen de démontrer sa force face à une colonie en déclin mais aussi comme un moyen de séduire ces nouveaux électeurs, en leur attribuant les périmètres miniers abandonnés. Dès 1956, les principaux partis politiques guinéens critiquent la faiblesse du gouvernement français face au déferlement des clandestins ainsi que la disparition de la réglementation minière et structurent, pour partie, leurs mouvements autour de cette contestation. Le 25 septembre 1958 - trois jours avant le référendum où, seul État de l'espace francophone à repousser le projet de constitution de la communauté franco-africaine, la Guinée se distinguera - des ordres d'expulsion sont donnés par le futur président de l'État indépendant ; le chef de poste de Kérouané s'attaque aux 50 00 clandestins établis à Bonodou. Deux bulldozers éventrent les cases des prospecteurs (Person, 1983 : 415). Ceux-là se réfugient en Côte-d’Ivoire.

39 Télégramme du 13 octobre 1956 émis par le fransulat de Freetown, op. cit.

40 À signaler que ces mesures n'avaient pas empêché nombre de Libanais de s'installer dans le Kono et de financer des équipes de creuseurs. Voir à ce propos : Gouvernement de la Sierra Leone ; Interim report on the Alluvial Diamond Mining Scheme 1956, document miméographié, confidentiel, 111/36, 18 juin 1956. Cette enquête coloniale a été conduite en réaction à l'extraction minière illicite généralisée, citée in L. Gberie, 2002, op. cit.

41 A.D., diamantaire devenu grand commerçant, rencontré à plusieurs reprises à Dakar, entre 1993 et 2000, originaire de Garabalo (département de Matam, Sénégal).

42 La corruption des agents de l'État est bien partagée : en Côte-d’Ivoire, en 1985, d'aucuns s'étonnaient de l'attitude des autorités policières et coutumières de Bobi. Non seulement elles s'opposaient énergiquement à l'ouverture d'une brigade de gendarmerie dans la zone, mais encore exigeaient le départ du responsable du camp minier de la Sodemi - jugé trop rigoureux ou dit autrement, trop zélé… En Guinée également, les fonctionnaires qui, dans un premier temps, étaient mécontents d'être affectés à Kérouané, refusent d'en partir quand l'échéance arrive. Même réaffectés ailleurs, ils sont disposés à corrompre leurs supérieurs hiérarchiques pour être maintenus sur place. Un des commissaires de police rencontré en 1992 avait déjà obtenu trois réaffectations consécutives.

43 Exigeant 10 millions de livres anglaises, la SLST en obtient 1,5.

44 Plus tard, la SLST obtiendra 200 miles supplémentaires.

45 Attribuée à l'échelon local, la licence annuelle, à laquelle il faut ajouter la location du terrain, payée à la semaine aux Tribal Authorities coûte 9 livres.

46 On distinguait alors les sujets français des sujets britanniques et libanais. Dès mars 1956, 32 Libanais obtiennent des permis de négocier.

47 « Si dans un délai de 3 semaines après cette annonce, aucun mouvement volontaire de départ ne s'était produit, une démonstration serait faite sur un village déterminé dont la population serait passée au crible de manière à pouvoir expulser tous les résidents irréguliers. Si cet exemple ne suffit pas au terme d'un délai non précisé une action d'ensemble très ferme serait entreprise », télégramme du 26 octobre 1956 émis par G. Defferre, alors ministre de la France d'outre-mer et rendant compte de ses entretiens avec le London Colonial Office. ANS, 21 G 178 (174).

48 ANS, 21 G 178 (174), télégramme émis par le Fransulat de Freetown (consul Charreyron), le 9 novembre 1956.

49 ANS, 21 G : Télégramme émis par le Fransulat de Freetown (consul Charreyron), le 13 décembre 1956.

50 ANS 21 G : Télégramme émis le 24 novembre 1956.

51 ANS 21 G : Télégramme no 20.193, émis par Gaston Defferre le 7 novembre 1956.

52 « La conjoncture financière actuelle qui impose des réductions de crédits et une limitation de subvention ne permet pas de dégager une subvention spéciale relative aux mouvements des ressortissants de l'AOF entrés en fraude en territoire étranger ; ces mouvements ayant même en temps normal un caractère saisonnier. Il appartient aux budgets de l'AOF et des territoires intéressés de faire face aux dépenses accidentelles provenant du retour accéléré. Considérant qu'il s'agit essentiellement de Guinéens et de Soudanais » Télégramme émis le 17 novembre 1956 par G. Deferre, ministre de la France d'outre-mer.

53 Télégramme no 23-26, émis le 7 novembre 1956 par le Fransulat de Freetown, ANS, 21 G.

54 En référence aux histoires de vie dans lesquelles les diamantaires racontent au compte-gouttes les stratagèmes utilisés pour transporter sans risques les pierres précieuses.

55 Télégramme émis par le gouverneur du Soudan le 13 novembre 1956, ANS, 21 G.

56 60 % des diamants de Sierra Leone sortent du pays par la voie de la contrebande (Guinée et Gambie pour l'essentiel). En 2002, 102 des 143 bureaux d'achats de diamants installés à Kenema et 65 des 100 bureaux installés à Bo étaient la propriété de Libanais (L. Gberie, 2002).

57 En 1991, la législation angolaise a autorisé les particuliers à se lancer dans le négoce des pierres non taillées ; le gouvernement pensait qu'il existait d'importants stocks clandestins de diamants et espérait ainsi remplir ses caisses. Ses espoirs ont été déçus. Impuissant, il a assisté à la ruée de 50 000 garimperos dans le bassin de la rivière Cuango, mouvement facilité par la réouverture des routes de campagne après la guerre.

58 En référence aux travaux de L-M. Bwana N'Sefu (1992), de M. Tshibanza & M. Tshimanga (1985) sur la libéralisation de l'exploitation et de la vente des matières précieuses au Zaïre.

59 ANS, 21 G 178 (174), télégramme émis par le Consul de France en Sierra Leone au Gouverneur de la Guinée française.

60 ANS 21 G : Télégramme no 23. 26 émis le 7 novembre 1956 par M. Chambard, fransulat de Freetown. Kindia se trouve en Guinée au nord-ouest de Sefadu, à proximité de Conakry, dans la direction opposée de Nongoa et Guéckédou à l'est.

61 Nous avons pu le vérifier à travers la reconstitution de nombreuses biographies de diamantaires.

62 Pour accéder à Nongoa, à partir du territoire sierra-léonais (Kailahun ou Komdu), il faut emprunter un bac sur la Moa.

63 Recensement des ressortissants français en Sierra Leone, refoulés par les autorités britanniques en Guinée, réalisé par le commandement supérieur des forces armées de la zone de défense AOF-Togo (ANS 21G 178 (174)).

64 Courrier du 10 septembre 1956 (ANS 21 G).

65 Entretiens réalisés en 1992, 1995 et 1998 à Dakar

66 S.G., rencontré à plusieurs reprises à Dakar (1995, 1996, 2001) est né en 1936, il est originaire de Dodel, Département de Podor, Sénégal. Après avoir extrait et négocié le diamant en Sierra Leone, Guinée, Liberia et Côte-d’Ivoire entre 1956 et 1960, il s'est installé au Zaïre où il a construit sa fortune. En raison de la guerre civile dans l'ex-Zaïre, S. G s'est réinstallé à Dakar en 1997.

67 Il se présente alors comme le nouvel homme fort du parti démocratique et le déferlement des prospecteurs est une occasion de démontrer son pouvoir.

68 Entretien S.S., op. cit.

69 Aujourd’hui dans le Lunda Norte en Angola, les hélicoptères remplacent les avions et les diamineurs sont la cible des raids des forces armées angolaises.

70 A.D., né en 1929 à Thikitte (département de Podor, Sénégal), arrivé en 1961 à Séguéla, diamineur, masta puis trafiquant ; entretien réalisé en novembre 1992 à Séguéla (Côte-d’Ivoire).

71 JEA no 183, septembre 1994.

Table des illustrations

Titre Carte 2. La course aux diamants à travers l’Afrique de l’Ouest
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6975/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Carte 3. Mouvements de diamineurs en réponse aux expulsions
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6975/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540