Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Diams’pora du fleuve Sénégal

 | 
Sylvie Bredeloup

Introduction

Texte intégral

1LE NÉGOCE DU DIAMANT brut semble tenir une place marginale dans les activités des migrants sénégalais, maliens ou mauritaniens. Au regard de l’abondante littérature anthropologique, le commerce rime presque toujours avec mouridisme au Sénégal. Les réseaux marchands impulsés par les « marabouts de l’arachide » ont d’abord été décrits dans leur dimension locale (Cruise O’Brien, 1970 ; Copans, 1980 ; Diop, 1981) puis dans leur expansion internationale (Salem, 1981 ; Ebin, 1993 ; Schmidt di Friedberg, 1994, Bava, 2000). Le monde des affaires et plus particulièrement celui de l’import-export est devenu l’apanage des populations wolof et mourides s’appuyant sur des institutions d’encadrement (dahira).

2Bien que le pays wolof, le bassin arachidier et la confrérie mouride constituent des référents fondamentaux, explicatifs du particularisme sénégalais, il nous semblait regrettable de passer sous silence d’autres itinéraires migratoires et commerciaux parce que considérés comme moins significatifs des transformations de la société africaine. Les premières générations d’entrepreneurs sénégalais regroupaient des hommes très divers au regard de leur culture et de leur formation ; de nombreuses études historiques décrivent leur expansion puis leur déclin ou leur reconversion en Sénégambie (Barry, 1988), en Côte-d’Ivoire (Zie & Vrih, 1992), au Congo (Manchuelle, 1987, 2004) à mesure que les maisons commerciales européennes imposent de nouvelles alliances, de nouvelles formes de coercition. Á l’aube des années 1970, l’entreprise commerciale sénégalaise – en pleine renaissance – semblait aussi plurielle. Elle ne se limitait pas aux seuls marabouts mourides bien que S. Amin leur reconnaissait déjà un fort potentiel. En outre, les commerçants sénégalais émigrés se recrutaient alors presque exclusivement parmi les ressortissants de la vallée du fleuve Sénégal (Diop, 1965). Ces populations étaient aussi les plus anciennement islamisées. C’étaient d’anciens militaires ou navigateurs reconvertis en boutiquiers, en artisans. C’étaient encore des vendeurs de bétail, de kola qui avaient intégré d’autres produits dans leurs transactions comme le tissu et le diamant, mettant en relation des aires marchandes encore plus vastes. Les deux rives du fleuve Congo ainsi que les villes de Côte-d’Ivoire et du Gabon devenaient alors leurs destinations prioritaires.

3Pourtant la majorité des recherches ont été conduites auprès des migrants de la vallée du fleuve Sénégal partis en France (Lericollais, 1975 ; Nuttal 1989 ; Gonin, 1990 ; Quiminal, 1991 ; Daum, 1992, Lavigne Delville, 1992). Les auteurs se sont intéressés aux répercussions de cette migration autant dans le pays d’origine que dans la société d’accueil, démontrant son caractère structurel et mettant en évidence le rôle économique et social joué par les migrants dans le développement de leur région d’origine dans le cadre des associations de ressortissants. Or, l’émigration des habitants de la vallée ne se résume pas à ce seul mouvement, entre le village et les cités françaises, mouvement qui tend d’ailleurs sérieusement à se tarir, compte tenu du durcissement des politiques d’admission des étrangers dans l’hexagone. Et l’image de l’ouvrier chez Renault à Boulogne Billancourt ne correspond qu’à une partie de la réalité migratoire sénégalaise ou malienne des années 1960 alors qu’elle a été portée au-devant de la scène médiatique comme la seule recevable. Cette migration se décline aussi et depuis longtemps sur un espace inter-africain. Colporteurs, boutiquiers sur les marchés, grands commerçants ou encore trafiquants de pierres précieuses, les ressortissants du fleuve Sénégal sont aussi, à la même époque, des entrepreneurs entre deux mondes, s’affairant dans les grands centres économiques africains. Quittant la Côte-d’Ivoire ou le Congo pour la France ou, à l’inverse repartant de France pour le Congo ou le Gabon, les migrants conçoivent les États-nations comme des lieux dans lesquels ou à partir desquels ils peuvent, au gré des opportunités ou au fil des interdictions, développer leur projet migratoire.

4Aussi en dépit de la place mineure que le commerce de diamant occupe dans l’économie de la région, par les déplacements, par les recompositions spatiales et identitaires qu’il suscite, par les rentrées d’argent qu’il a générées et continue de générer, il permet de réinterroger l’articulation entre entrepreneurial économique et dynamiques urbaines. Dans quelle mesure la ville étrangère peut-elle devenir pour le négociant, qui la traverse ou s’y installe, un espace de clandestinité, d’errance ou encore un lieu d’échanges économiques ou d’appropriation culturelle ? Á quelles conditions, l’entrepreneur migrant, de retour ou en transit, peut-il considérer la cité de son pays d’origine - capitale ou métropole régionale - comme un espace de réinvestissements ? Enfin, par quels détours, ces commerçants au long cours parviennent-ils à esquisser leurs propres réseaux de villes sur des espaces transnationaux ?

5L’objectif de ce travail, engagé depuis 1992 auprès des diamantaires de la vallée du fleuve Sénégal n’était pas d’identifier les mécanismes de fraude ni de quantifier les marges bénéficiaires de ces entrepreneurs migrants mais plutôt de déceler des transformations sociales ou des reconstructions identitaires que leur mobilité extrême pouvait stimuler plus particulièrement en milieu urbain. Il n’était pas non plus question de conter l’aventure de trafiquants qui tireraient avantage de la donne économique mondiale et des désordres qu’elle pourrait induire au plan local mais plutôt de montrer comment à leur manière, puisant dans leurs diverses ressources, ils se sont installés dans la vie économique de nos sociétés en dérogeant aux règles ou normes fixées par les appareils d’État. Il s’agit d’apporter un éclairage sur les chemins empruntés par un groupe de commerçants originaire, pour l’essentiel, de la vallée du fleuve Sénégal (Mali, Mauritanie, Sénégal) qui a choisi, à un moment donné, d’écouler le diamant brut sur un marché savamment verrouillé par le cartel sud-africain De Beers et de contracter l’essentiel de ses alliances et de son dispositif marchand en dehors de la sphère locale et nationale. Le Sénégal comme le Mali ou la Mauritanie ne produisent pas de diamant, pourtant quelques-uns de leurs ressortissants sont devenus diamantaires, mettant en relation des territoires où la pierre s’extrait, s’achète, se vend et se polit, mettant en œuvre de façon articulée la circulation et la « compétence » relationnelle, rendant ainsi possible « une extension du registre disponible entre des individus appartenant à des milieux différents » (Joseph, 1998 : 125). Grâce à leurs « arts de faire » au sens où l’entend Michel de Certeau, c’est-à-dire grâce à leurs manières de tirer partie d’une situation et de manipuler à la fois une pluralité de références et de conventions, ils sont en mesure de transformer l’occasion en ressource, « d’agir sur plusieurs mondes » (Boltanski, Thévenot, 1991) et de convertir ainsi les solidarités construites dans la migration en relations productives au plan économique.

6Loin de nous cependant l’idée de vouloir faire correspondre un ethos économique particulier à une communauté nationale ou ethnique. Les cultures ne sont pas des totalités stables dans le temps et l’espace dont les effets économiques seraient univoques et déterminants. Si les premiers diamantaires africains sont principalement originaires de la vallée du Sénégal laquelle s’étend pour partie sur trois pays : le Mali, la Mauritanie et le Sénégal, d’autres encore se recrutent en Guinée, au Cap Vert ou encore dans d’autres régions du Sénégal (bassin arachidier, Boundou). Plus tard, à mesure que les populations vivant à proximité des sites d’extraction découvraient l’intérêt financier à se lancer dans ce négoce, les Sierra-léonais, les Centrafricains, les Nigérians, les Zaïrois, les Angolais ont grossi les rangs des diamantaires africains. C’est bien l’hétérogénéité des trajectoires migratoires et des itinéraires d’accumulation de ces populations selon leur catégorie sociale et statutaire, selon leur position dans la fratrie mais aussi selon leurs générations, selon la période historique à laquelle ils se sont lancés dans l’activité ou s’en sont retirés et enfin selon le niveau d’intermédiation qu’ils occupent dans la filière qui a retenu notre attention. Cette diversité de comportements est bien évidemment à analyser au regard des politiques mises en œuvre à des moments différents par les pays d’accueil mais aussi par les pays hôtes et, de manière plus générale, en considérant les rapports de pouvoir constitutifs des échanges internationaux. L’économie du diamant s’est développée au seuil de la décolonisation de l’Afrique pour prendre son essor au cours des Indépendances africaines. Elle connaît aujourd’hui une nouvelle orientation alors que la misère ravage de nombreux pays sur le continent noir et que les conflits armés se multiplient. L’appropriation du diamant africain fait partie des nouvelles stratégies de prédation développées par les « gemmocraties », révélant comment se formalise aujourd’hui la criminalisation du politique dans ces régions du monde (Misser & Vallée, 1997).

Le diamant : une pierre et une marchandise plus précieuse que les autres ?

7Le diamant tire son nom du grec adamas qui signifie indomptable, allusion faite à sa dureté extrême. Il est considéré, selon différentes échelles de mesure, comme de loin le plus dur des minéraux au monde ; sa dureté ou, plus précisément, son extrême résistance à l’abrasion, qui serait due aux pressions et températures extrêmes auxquelles les pierres sont soumises quand elles sortent des volcans, le rend encore plus précieux dans la mesure où il est le seul à pouvoir altérer les autres matériaux et à pénétrer dans l’acier sans le briser. Comme il n’existe dans la nature aucune matière plus dure que lui, le scier, le tailler ou le polir ne peut se faire qu’en utilisant de la poudre ou des déchets de diamants. Constitués d’atomes de carbone, les diamants se sont formés durant des millions d’années à plusieurs centaines de kilomètres de profondeur sous la croûte terrestre. C’est donc l’activité volcanique qui les fait remonter lentement à la surface par des cheminées formées de kimberlites, c’est-à-dire d’un magma très particulier qui a donné son nom au gisement de Kimberley en Afrique du Sud. Mais, seulement une kimberlite sur cent contient du diamant exploitable. En dehors des périmètres miniers contrôlés au sud de l’Afrique directement par le cartel De Beers où le creusement de galeries profondes dans les cheminées de kimberlite se prête à un traitement industriel, la pierre est le plus souvent exploitée de manière artisanale dans les dépôts alluvionnaires ou le cours des rivières. L’extraction s’opère au moyen d’un matériel sommaire – pioches, pelles, tamis, motopompes –, sans compétences particulières et n’impose finalement que des contraintes spatiales. Un même gisement peut fournir des pierres de couleur et de forme différentes ; il est d’ailleurs extrêmement rare de tomber sur un lot qui présente des critères identiques qu’on puisse associer à une mine. Brute, la pierre se décline déjà en milliers de catégories, en référence à son poids, sa pureté, sa transparence, sa couleur, son éclat, sa cristallisation et sa forme. On distingue les pierres pour la joaillerie des pierres pour l’industrie dont les ventes sont en quantité nettement supérieures aux premières.

8Le diamant n’est pas non plus une marchandise comme une autre. Il n’existe pas une offre organisée de diamants. En abondance dans les gisements, le diamant d’ornement est rendu artificiellement rare et précieux par le groupe sud-africain qui s’efforce depuis plusieurs décennies de racheter la totalité de la production mondiale pour l’écouler au compte-gouttes. Les prix des diamants destinés à la joaillerie sont donc extrêmement élevés avant même d’avoir été taillés ; la valeur des gros diamants étant de même nature que celle des œuvres d’art. Chargé d’une symbolique divine avant de devenir l’attribut des rois puis de se transformer en objet de séduction avec l’invention de la taille en brillant au début du xviiie siècle, le diamant demeure encore aujourd’hui la pierre la plus mythique et la plus convoitée, objet de contrebande par excellence de par le monde.

Diamantaires négociants ou entrepreneurs migrants ?

9Comment donc qualifier les migrants ouest-africains qui achètent et revendent des diamants bruts extraits sur le noir ? « Diamantaires négociants » selon la nomenclature utilisée par les professionnels d’Anvers ou encore entrepreneurs migrants, qui sont-ils véritablement ? Participent-ils à la transformation du champ économique, introduisent-ils des innovations aussi bien dans la production et dans les échanges au sens où l’entendait Schumpeter ? Mises à part quelques recherches pionnières comme celles d’A. Cohen (1969) ou de J.-L. Amselle (1977) qui, à partir du redéploiement des réseaux marchands africains, dénonçaient l’irrationalité supposée des pratiques sociales développées par les entrepreneurs, nombre d’études estimaient les « cultures africaines » incompatibles avec l’ethos de l’accumulation capitaliste et incapables de procéder à la valorisation des initiatives individuelles. Mais, le début des années 1980 marque un changement de paradigme qui est à relier, paradoxalement, à la récession économique embrasant le continent dans son ensemble. Alors qu’en France, un premier colloque international est organisé à l’initiative d’historiens en 1981 sur les entreprises et les entrepreneurs en Afrique au xixe et xxe siècles, reprenant les théories de la dépendance et distinguant les « entreprises impériales » d’avec les « entreprises autochtones », J. Iliffe, à la même époque, propose une synthèse historique du phénomène entrepreneurial à l’échelle continentale, explorant le passé colonial dans la perspective de déceler les traces d’un « capitalisme endogène ». Au cours de la décennie 1980, à mesure que la vague néo-libérale s’étend en Afrique subsaharienne sous l’impulsion des bailleurs de fonds internationaux et que la figure de l’entrepreneur est réhabilitée sinon magnifiée, les recherches empiriques sur la question se multiplient. Si les unes, reprenant à leur compte certains stéréotypes de sens commun tombent dans le piège du culturalisme, essayant de démontrer l’incapacité des sociétés africaines à s’adapter à la « culture d’entreprise » en raison de spécificités ethniques, les plus nombreuses s’efforcent, dans une perspective weberienne plus ou moins revisitée, d’identifier les dynamiques sociales endogènes à l’œuvre, replaçant les entrepreneurs africains dans une pluralité de dispositifs économiques, politiques et sociaux lesquels déterminent leurs activités professionnelles. Les travaux anthropologiques coordonnés par É. Grégoire et P. Labazée notamment mettent en avant les formes de domination associées aux activités de négoce qu’il s’agisse de dépendances inscrites dans les relations de travail ou dans les rapports de parenté, de connivences politiques ou encore de légitimations religieuses ou ethniques. Dorénavant est admise « l’existence d’un ethos entrepreneurial africain fondé sur un calcul financier des risques, sur une gestion parcimonieuse des ressources économiques, sur un emploi approprié des « spécificités culturelles » et des pesanteurs de l’environnement communautaire ou politique » (Labazée, 1994 : 3). Dans son travail sur le Zaïre, J. Mac Gaffey montre également comment un groupe d’hommes d’affaires, tenu à l’écart du pouvoir, parvient néanmoins à se structurer dans les interstices laissés vacants, développant une « seconde économie » qui pourrait relancer l’économie nationale. S. Ellis et Y.-.A. Faure procèdent de leur côté à la synthèse de recherches pluridisciplinaires produites sur la question, mettant en valeur les multiples facettes de l’objet entrepreneurial africain inscrit dans une histoire longue. Ils rappellent que les activités économiques s’étant notablement déplacées dans la sphère informelle, elles échappent ainsi à toute action régulatrice centrale, sans pour autant permettre aux entrepreneurs de prospérer. Á l’évidence, les gens de la vallée du Sénégal qui se lancent dans le négoce du diamant appartiennent à cette catégorie d’« entrepreneurs sans entreprise » dont Granovetter (1995) a décrit le fonctionnement. Si on peut parler de réussite entrepreneuriale seulement pour les quelques diamantaires qui sont parvenus, mieux que d’autres, à maîtriser les divers ressorts sociaux et à valoriser au plan économique leurs appuis politiques, en revanche, la plupart d’entre eux semblent avoir fait preuve d’innovations en mettant en place notamment des stratégies matrimoniales élaborées pour intégrer l’univers du diamant et plus encore, leur prise de risque a été maximale dans cette aventure migratoire qui les a conduits très loin de chez eux, jusqu’en Europe, dans une période de fortes turbulences politiques débouchant sur la construction des États africains. Cette capacité à circuler, à traverser les frontières géographiques et culturelles pour asseoir leur négoce transnational caractérise très fortement ces entrepreneurs migrants.

Trafiquants ou contrebandiers ?

10Entrepreneurs migrants, « négociants au long cours », les diamantaires sont-ils aussi des trafiquants ? Le commerce des pierres précieuses demeure bien souvent une activité interdite aux étrangers dans les pays producteurs qui entendent ainsi protéger leurs intérêts nationaux. Une malette, une poignée de pierres brutes et c’est un atelier clandestin qui franchit les frontières, à l’insu des pays producteurs de diamants et des sociétés minières. Il convient de choisir un aéroport d’arrivée où les fonctionnaires de douane ne posent pas trop de questions sur l’origine de la marchandise. Aussi, les diamants extraits en Sierra Leone, au Zaïre ou en Angola se renégocient-ils légalement de l’autre côté de la frontière, à Monrovia (Liberia), à Brazzaville (Congo), à Bujumbura (Burundi) ou encore beaucoup plus loin à Anvers ou Tel-Aviv. Et certains de ces pays à faibles ressources naturelles sont devenus des États contrebandiers en faisant reposer toute leur fiscalité sur leur politique commerciale de réexportation. Transaction légale ou illégale ? Si un mineur clandestin vend des diamants à un acheteur disposant d’une licence sur le continent africain, sa production devient légitime auprès des autorités nationales. S’il vend les pierres à des exportateurs qui ne disposent pas d’autorisation ou dont le comptoir demeure « officieux », la transaction devient alors illicite. Enfin, s’il traite avec des rebelles, les pierres sont qualifiées de « diamants de la guerre » par les organismes internationaux. Tous ces diamants négociés en dehors du circuit de la De Beers font partie du marché « outside » selon la terminologie utilisée par la société.

11Dans les travaux scientifiques comme d’ailleurs dans la presse, on peut noter une inflation des termes effectivement employés pour rendre compte de l’activité de diamantaire. Les uns parlent de « commerce clandestin », les autres de « négoces frauduleux », les autres enfin de « trafic » ou de « contrebande » pour qualifier le négoce d’un produit soumis à contrôle. Dans la littérature française, si les termes de trafic et de contrebande, tous deux issus de la langue italienne, semblent être employés indifféremment quand on qualifie une activité, en revanche, on parle davantage de trafiquants que de contrebandiers quand il s’agit de caractériser les entrepreneurs. Le trafic (traffico) désignerait, de manière élargie, un commerce plus ou moins clandestin, immoral et illicite ; on fait alors allusion au commerce spécialisé de matières illicites (drogues). Le négoce du diamant parce que contrôlé par un oligopole -en l’occurrence la De Beers- s’apparenterait à un trafic, dans la mesure où il échappe à la morale sociale que se donne l’économie libérale, soucieuse du respect de la concurrence (Misser & Vallée, 1997). La contrebande (contrabbando) renvoie plus précisément à une activité pratiquée « contre le ban ». Il s’agirait alors selon le Petit Larousse illustré de « l’introduction ou la sortie et la vente clandestine de marchandises prohibées ou soumises à des droits dont on fraude les autorités locales ». Les Anglo-saxons ont une compréhension plus large du terme contrebande (smuggling) que les Français ; la notion de smuggling (« the fraudulent taking into a country, or out of it, merchandise bring something into a location secretly or by fraud ») recouvre toutes les opérations de transport ou d’échange ne respectant pas scrupuleusement la loi ou les règlements. Il n’est pas nécessaire de passer une frontière sinon celle de la loi pour devenir contrebandier (Verna & Usurier, 1994). Alors que dans l’acception française du terme, la contrebande suppose une opération internationale.

12Pour Paul Nugent, qui s’est intéressé à la circulation des marchandises et notamment du cacao à la frontière ghanéo-togolaise, la contrebande ne peut pas être interprétée en termes de « résistance » mais s’apparente plutôt à une forme de subversion commerciale de la frontière qui contribue à sa légitimation. De son côté, J. MacGaffey utilise largement cette notion de smuggling qui renvoie à ce qu’elle nomme l’économie réelle ou la « deuxième économie », laquelle comprend à la fois les activités non enregistrées mais aussi celles qui sont, à divers degrés, illégales parce qu’elles esquivent des taxes, dissimulent un revenu en nature ou issu du troc ou encore parce qu’elles sont criminelles. Les commerçants qui s’adonnent à ces formes économiques sont qualifiés plus souvent de « smugglers » que de « traffickers ». Ce dernier terme a, en effet, une connotation plus péjorative ; il s’agirait d’une activité suspecte au regard de la loi. Par ailleurs, rappelons que la notion de trafic en anglais renvoie d’abord à l’idée d’échanges et de circulation dans les transports.

13De la même manière, les notions « illégal », « illicite » et « clandestin » sont déclinées tout à tour alors qu’elles ne se recoupent pas toujours (Egg & Igue, 1987). Cette profusion de termes et parfois leur confusion tient aux situations elles-mêmes ambiguës, dynamiques et relatives dans lesquelles les pierres précieuses circulent. Commercer de manière illicite, c’est par exemple acquérir des gemmes sans facture, les payer en liquide un peu moins cher que le prix indiqué. Mais comme le font remarquer G. Verna et J.-C. Usurier « tous les commerçants du monde visent la meilleure rentabilité économique et souhaitent donc importer au coût le plus faible et exporter au prix le plus fort, en échappant totalement ou partiellement aux droits et taxes nationaux ». En théorie, ils seraient donc tous à la lisière de l’illicite. Pour J. De Maillart, si l’économie trafiquante ne peut pas être considérée en tant que telle comme une économie illégale ou criminelle, néanmoins, elle s’apparente à « un système qui fait prévaloir la recherche de plus-value et de rente, et relègue à l’arrière-plan l’utilité globale et les arbitrages sociaux de la compétition économique. Dès lors, elle favorise de facto soit l’émergence des activités criminelles tournées vers cette recherche soit la criminalisation des procédés par lesquels les activités économiques a priori licites se développent ».

  • 1 Les diamantaires sont souvent conduits à cacher la marchandise dans des parties intimes de leur co (...)

14Si la notion de clandestinité voisine avec celle d’illégalité, elle se situe davantage dans un rapport d’intersection plutôt que d’équivalence. Le clandestin cultive la discrétion et recherche l’invisibilité1. En revanche, il n’a pas toujours vocation d’échapper à la loi. Il peut vouloir seulement s’évader d’un milieu, d’un groupe tandis que certaines formes d’illégalités ou de trafics peuvent de façon ponctuelle s’afficher ostensiblement. Par ailleurs, le caractère clandestin, c’est-à-dire caché des commerces, demeure très relatif dans la mesure où les opérateurs économiques ne cherchent pas systématiquement à contourner les postes de contrôles officiels, préférant parfois soudoyer la douane ou la police pour que leurs transactions prennent l’apparence de la légalité ou encore conjuguer les voies d’entrée légales et illicites pour désarçonner les agents de contrôle (Herrera, 1997). Si « la contrebande traditionnelle » qui consiste à faire franchir clandestinement une frontière aux marchandises ou encore à la revendre sous le manteau est très présente dans l’imaginaire collectif, parfois même glorifiée ou mythifiée, elle n’est pas la seule technique employée par les trafiquants. Loin de là. Le trafiquant use également de diverses voies d’entrées légales, recourant aux services des douanes officiels. Il peut transformer la marchandise taxable en une marchandise qui ne l’est pas ou qui l’est moins. Cette transformation illégale connue sous le nom de « modification d’appellation » suppose la complicité ou, pour le moins, la bienveillante compréhension de certains douaniers. Le trafiquant peut jouer sur les quantités exportées et, dans ce cas, il paie des taxes sur une partie seulement de la marchandise déclarée et des pots-de-vin pour le reste dont le montant correspond à un pourcentage des droits qui auraient naturellement dû être payés (Verna & Usurier 1994). Dernière stratégie envisageable : déclarer une marchandise pour un prix inférieur à la réalité en produisant des fausses factures.

15D’autres travaux encore opèrent des classifications comparables, introduisant une nuance cette fois-ci entre contrebande et fraude. Si les deux activités sont entachées d’illégalité, seule la première renvoie à l’idée de clandestinité. Le contrebandier contourne en catimini les postes de contrôle alors que le second procède à des arrangements ou à des fausses déclarations avec les représentants de la puissance publique. « D’un certain point de vue, le fraudeur est un personnage rusé, le contrebandier est davantage un aventurier (Bennafla, 2002 : 29). De fait, ces activités sont étroitement imbriquées : un même diamantaire à des périodes différentes de sa carrière peut user alternativement de la force et de la ruse, affrontant un jour les agents de l’État, empruntant un second les chemins détournés et traversant les rivières pour éviter de payer des taxes et négociant un troisième jour avec des policiers ou douaniers corrompus. Plus généralement encore, des étapes à l’intérieur d’une même filière peuvent être légales et illégales et des trafics non comptabilisés par des agents de l’État pourront l’être par d’autres.

16Si nombre de trafiquants perçoivent leur activité comme clandestine parce que conduite en secret, en revanche, ils ne reconnaissent pas toujours son caractère illicite. Ou alors ils estiment que leurs profits ne sont ni plus, ni moins illicites que ceux réalisés par la De Beers qui dispose de suffisamment de moyens pour imposer sa loi aux États au lieu de respecter la loi des États. Le groupe sud-africain est aussi connu par les diamantaires africains pour s’être lui-même appuyé sur des réseaux de trafiquants, d’acheteurs de diamants de contrebande dans la perspective d’atténuer les fuites. En outre, les diamantaires ou tailleurs de pierres installés dans les places européennes sont également complices comme le fait remarquer F. Manchuelle : « In this matter, the Soninke smugglers were not alone to blame for diamond-cutters and businessmen in Antwerp itself were eager to buy the smuggled diamonds, even though they knew perfectly well their origins and therefore encourage this very special kind of trade » (Manchuelle, 1987 : 455). Enfin, bien souvent, les trafiquants africains n’évaluent pas leur négoce comme une activité immorale ni condamnable. Ils tiennent un raisonnement essentiellement matérialiste et pragmatique : le commerce de pierres précieuses est avant tout un moyen rapide et efficace de s’enrichir et si c’est possible de tirer avantage des désordres locaux ou encore de l’ignorance des populations autochtones. Alors pourquoi s’en priver ? Ce ne sont pas leurs affaires qui sont condamnables, mais les contraintes juridiques que les États font peser sur les échanges transfrontaliers. Les négociants refusent donc de respecter les règles de change et d’imposition qui rendraient leurs transactions nettement moins rentables. Ils reconnaissent néanmoins, de manière contradictoire, tirer profit de ces différentiels aux frontières et sont disposés à payer le prix de leur irrespect des règles édictées par les appareils d’État eux-mêmes bien souvent corrompus.

17Plus largement, pour les opérateurs économiques sénégalais, la fraude s’apparenterait à une « stratégie de survie pour détourner la législation non adaptée à la logique commerciale ou contraire aux habitudes » (Marfaing & Sow, 1999) ; les auteurs expliquent que la fraude en Afrique recèle une dimension politique, puisant son origine dans le rapport à la colonisation. Frauder pour un entrepreneur africain, c’était d’abord faire acte de résistance et de contestation vis-à-vis d’une législation imposée par le pouvoir colonial. À l’époque contemporaine, la contrebande devient un moyen de réduire les disparités régionales introduites par le partage colonial (Igue, 1983). Mais, les hommes d’affaire justifient leur attitude d’abord par le désintérêt que leur porte la classe politique, ensuite par les pratiques de concussion déployées par des agents de l’État qui contournent les normes économiques qu’ils ont eux-mêmes contribué à définir. J. Mac Gaffey rappelle ainsi que les plus grands prédateurs sont solidement implantés au cœur même de la puissance publique : « … one reason smuggling was so difficult to prevent was because the biggest smugglers were the authorities themselves » (Mac Gaffey, 1987 : 123). Au-delà de ces critiques faites à l’encontre des pouvoirs publics, les négociants ont aussi pleinement conscience que les lois qui régissent le commerce de diamants dans les pays producteurs ne relèvent pas seulement de considérations techniques. Elles attribuent inégalement le droit d’exercer cette activité, accordant la priorité aux nationaux les plus nantis, autrement dit à leur clientèle et tout cela au nom de l’intérêt général. Par ailleurs, ces lois fluctuent dans le temps : un jour les groupes étrangers sont interdits de commerce et, le lendemain, pour convenance du pouvoir politique en place, ils sont, à nouveau et à certaines conditions, autorisés à ouvrir des bureaux d’achat. C’est donc en enfreignant ces lois et non ce qu’ils considèrent comme la justice que les commerçants se retrouvent sur le terrain de la contrebande.

18Le statut de trafiquant n’est en aucun cas considéré comme méprisable par les diamantaires du fleuve Sénégal ; bien au contraire, ceux-là tirent une fierté certaine de cette activité dangereuse et subversive. Dans les pays producteurs de diamants, ils sont respectés et enviés par les populations autochtones qui n’ont pas encore franchi le pas.

  • 2 Entretien à Dakar le 24 février 1992, avec M. B., ressortissant d'un village près de Matam, expuls (...)

« Les Zambiens creusent, ils ne connaissent pas la valeur des pierres et ils restent très impressionnés par le fait qu’on ait traversé plein de pays. Ils se comportent avec nous comme avec des Blancs, avec beaucoup de respect. Ils sortent tout juste de la forêt et ils vivent dans la misère »2.

  • 3 R. Luaula, « L’or et le diamant ! Une véritable malédiction pour le Haut-Zaïre », Umoja, 3-4 juill (...)

19En revanche, les autorités de ces mêmes pays usent de qualificatifs beaucoup moins flatteurs pour désigner ces trafiquants. Au lendemain de l’expulsion de 1971, Mobutu les accusait d’être des parasites : « Le budget 1972 qui devait atteindre 357 millions de zaïres a été ramené à 326 millions de zaïres en raison de l’action néfaste des margoulins… Tous les travaux qui peuvent être effectués par des Congolais le seront et nous n’accepterons plus que viennent chez nous des pseudo vendeurs de cacahuètes ou de coca-cola » (Le Soleil, 1er octobre 1971). Au seuil des années 1990, reprenant à son compte le discours des pouvoirs publics, un journaliste congolais qualifiait les diamantaires ouest-africains et libanais de « vermine » pour l’économie de Kisangani3.

Trafiquants mais pas truands

20Si les activités initiées par les gens de la vallée du fleuve Sénégal peuvent s’apparenter à des activités frauduleuses et être qualifiées de trafic, en revanche, elles ne peuvent être considérées comme des activités mafieuses. Un distinguo important doit être introduit entre l’illicite et le criminel. A. Tarrius comme V. Ruggiero ont montré, dans leurs travaux respectifs, qu’il y aurait erreur d’interprétation à vouloir confondre informalité et criminalité. Ces deux mondes restent bien séparés. Les négociants en diamants activent de multiples ruses ou stratégies pour parvenir à leurs fins, prenant des libertés notables avec la loi, corrompant des fonctionnaires et instrumentalisant, à l’occasion, leurs partenaires lors des transactions. Mais, ils s’interdisent de franchir certaines frontières qui, précisément, les propulseraient dans la catégorie criminelle. S’ils sont fréquemment victimes de rackets de la part des agents des douanes et de police, de menaces voire d’atteintes physiques de la part des escrocs qui entendent extorquer leurs biens, d’expulsions, d’emprisonnement et parfois même de massacres par les forces de l’ordre comme en 1979, à Katekelayi et à Luamuela au Kasaï oriental (Politique africaine, 1982), ils ne s’autorisent pas cependant à retourner la violence contre ceux qui font obstacle à leurs activités. Á l’image du trafic de drogues, le négoce du diamant fait, en effet, l’objet d’une bataille implacable entre les différents protagonistes et sa très forte valeur conduit à l’organisation d’une société à la fois hautement sécuritaire et hyper-répressive.

« Diasporé », entrepreneur transnational ou minorité intermédiaire ?

21En lien avec l’affaiblissement du modèle de l’État-nation territorialisé et le développement de la mondialisation, la notion de diaspora revient en force (Anteby-Yemini, Berthomière, Sheffer, 2005), dépouillée pour partie de sa dramaturgie, pour qualifier les nouvelles formes migratoires. Si le rapport au territoire des diasporas –leur capacité à surmonter la distance entre ses membres et la distance à son territoire d’origine– reste centrale pour les géographes (Bruneau, 2004), ils sont néanmoins de plus en plus nombreux à s’intéresser aux dynamiques internes des diasporas (Medam, 1993 ; Sheffer, 1995) et à considérer que le territoire de la diaspora loin d’être univoque correspond à une pluralité d’espaces équivalents (Ma Mung, 1992). Á partir de l’exemple chinois, È. Ma Mung retient deux caractéristiques morphologiques pour définir la diaspora : la « multipolarité » de la migration et « l’interpolarité » des relations avec le pays d’origine et entre les différents pôles de la migration. De la même manière, les sociologues tendent à s’éloigner du cas paradigmatique de la diaspora juive notamment pour ce qui concerne la référence aux circonstances dramatiques de la dispersion ainsi qu’au mythe du retour ; ils mettent en lumière la capacité des « diasporés » à décliner de manière dynamique une pluralité d’identités, remettant ainsi en question les définitions essentialistes ou trop rigides qui ne permettent pas d’appréhender l’évolution des formes diasporiques (Bordes-Benayoum, 2002). Enfin, ils invitent à repenser la diaspora comme dissémination culturelle ; la diffusion spatiale ayant montré ses limites pour comprendre l’expérience sociale (Bordes-Benayoum, Schnapper, 2006). D’autres débats encore ont opposé les modernes aux post-modernes, les seconds définissant les diasporas (« diasporas hybrides ») non plus par la continuité historique mais plus largement par la diversité, le métissage et la dissémination de ses membres, distinguant les diasporas victimes (Juifs, Arméniens, Africains) et commerciales (Indiens, Chinois, Libano-syriens) des diasporas culturelles (Caraïbes). Selon S. Dufoix (2003), cette notion qui a connu une inflation considérable depuis vingt ans et qui s’est transformée en mot « global », embrassant de plus en plus de populations et de situations, devenant officiellement le nom même des populations nationales vivant en dehors des frontières, a perdu notablement de sa pertinence pour comprendre les liens transétatiques contemporains qui se nouent.

22Á ces nouveaux modèles théoriques de la diaspora construits toujours néanmoins en référence à l’identification nationale, se greffe aujourd’hui celui des communautés transnationales qui, au contraire, met l’accent sur l’autonomisation totale des migrants par rapport au fait national. Les « transmigrants » (Glick Schiller, 1999) procèdent à d’intenses circulations entre leurs lieux d’origine et de résidence, participant à plusieurs univers économiques, culturels et politiques à la fois, structurant des réseaux stratégiques et jouant à l’occasion de l’ethnicité pour bénéficier de ressources supplémentaires (Poutignat, Streiff-Fenart, 1995). Transcendant et exploitant les différentiels de frontières, ils déploient leurs activités en marge des autorités de régulation étatique, jouant sur une dialectique incessante entre le local et l’international. Contesté par les uns pour n’avoir été mis en lumière qu’à travers des travaux empiriques et monographiques, par les autres pour n’être qu’une forme actualisée de formes plus anciennes d’adaptation économique des immigrés, le concept de « transnationalisme » a cependant l’intérêt de dépasser les cadres territoriaux nationaux et d’orienter le regard du chercheur vers des mouvements de va-et-vient, de navettes qui jusqu’alors avaient été très souvent occultés ou dont le caractère incessant, permanent avait été oblitéré. Une mondialisation discrète s’accomplit par le bas que A. Tarrius et A. Portes, chacun à leur manière, ont pu notamment décrire avec force et précision.

23Tout au long de leur périple qui les conduit jusqu’en Europe, les diamantaires du fleuve Sénégal ont usé de la circulation et de la dispersion comme paravents à la clandestinité. Combinant lieux d’origine, espaces de transit et territoires d’immigrations, ils élaborent des réseaux internationaux bien souvent en contradiction avec les intérêts des États qu’ils traversent. On qualifiera ces formes migratoires de Diam’spora, considérant donc la notion de diaspora au sens élargi et métaphorique. Les diasporas tout en conservant des liens avec le pays d’origine deviennent vite complémentaires des économies des pays investis et s’y affirment tout aussi rapidement comme des acteurs politiques à part entière. Assurément les ressortissants de la vallée du Sénégal développent des stratégies paradoxales : s’ils s’efforcent d’instrumentaliser leur appartenance aux pays d’accueil, ils se tiennent néanmoins à distance des possibles figurations de la réussite, demeurant étrangers et de passage. Par ailleurs, la dimension communautaire si elle est parfois mise en avant par les diamantaires pour accroître leurs chances n’est qu’une ressource identitaire « mise en relief » parmi d’autres. S’ils procèdent à une idéalisation de leur terre natale, on ne peut pour autant parler d’engagement collectif envers le pays d’origine. Leur groupe se reconfigure en permanence indépendamment de leur dispersion à partir de leurs territoires d’origine. Les pratiques de ces trafiquants ouest-africains rappellent aussi celles des « minorités intermédiaires » telles que les discute E. Bonacich. Ils occupent une position intermédiaire dans les négoces qu’ils développent à l’étranger, entre les exploitants miniers et les responsables de comptoirs, entre les populations autochtones et les autorités nationales, position qui les conduit à conserver leur statut d’étranger. « In contrast to most ethnic minorities, they occupy an intermediate rather than low-status position – they tend to concentrate in certain occupations, notably trade and commerce… They play the role of middleman between producer and consumer, employer and employee, owner and renter, elite and masses » (Bonacich, 1973 : 583). J. Mac Gaffey reprend d’ailleurs cette terminologie dans le travail qu’elle a entrepris au Zaïre au milieu des années 1970 pour caractériser les entrepreneurs transnationaux ressortissants du fleuve Sénégal : « We do not know very much about the traders and intermediaries. Some of them were the Senegalais who established efficient, illicit export networks for diamonds, gold and other commodities. But the diamond miners, intermediaries and traders from the local population also profited. The trade raised their incomes and stimulated production of palm oil in Lower Zaïre and fish in Kivu » (Mac Gaffey, 1987 : 123). F. Misser et O. Vallée insistent à leur tour sur le rôle déterminant des intermédiaires dans le négoce du diamant qui rendent inopérante la notion même de filière économique : « Ainsi une partie de la commercialisation du diamant ne s’inscrit pas immédiatement dans le grand marché international des diamantaires et de la CSO. Une véritable chaîne d’intermédiaires dans un foyer naturel de contrebande préexiste à la place théorique du marché et la configure » (Misser & Vallée, 1997 : 173).

Les outils de la réflexion

24Débutée en 1992 et poursuivie jusqu’en 2002, cette recherche s’est appuyée à la fois sur des entretiens, des enquêtes, des observations ainsi que sur un travail d’archives. Ces travaux ont été conduits selon des méthodes différentes, dans des lieux multiples, qui correspondaient aux espaces participant de la construction du territoire du diamant. L’introduction dans ce milieu fermé, où règne la loi du silence, n’a pas été facile. Si les diamantaires africains rencontrés ont bien voulu rendre compte, au fil des rencontres, de leurs itinéraires migratoires et professionnels, les questions relatives à leurs relations d’affaires tant avec des compatriotes qu’avec des marchands étrangers ont rarement pu être approfondies de même que l’évolution de leurs relations familiales ou encore les modalités de leurs négociations dans les sphères politiques. De façon à mieux apprécier et à relativiser leur place dans les sociétés traversées, tout un travail complémentaire a donc dû être conduit auprès de personnes ressources, proches un temps de ces entrepreneurs-migrants pour avoir travailler avec eux, pour eux ou en concurrence avec eux, pour avoir partager un moment leur vie. Mais cet exercice a lui-même dû être combiné à de nombreuses observations pour fonder les interprétations.

25Sur près de dix ans, une soixantaine de récits de vie ont pu être reconstitués auprès de trafiquants de pierres précieuses, réinstallés ou de passage au pays (Dakar, villages de la vallée du fleuve Sénégal (départements de Podor, Matam et Bakel), Burkina Faso, Mali) ou encore en migration (Séguéla et Abidjan en Côte-d’Ivoire, Genève, Anvers). La situation politique au Congo (ex-Zaïre) et au Burundi a définitivement remis en cause une mission prévue en 1996 à Kinshasa et Bujumbura sur invitation de diamantaires. Les biographies rétrospectives ont été récoltées sur plusieurs années et dans plusieurs lieux pour un même individu de façon à ce que l’accroissement de la compétence du chercheur, de sa connaissance du milieu diamantaire puisse prendre le pas sur les représentations et permettre la conduite d’entretiens de plus en plus précis ; elles ont pu être resituées dans des collectifs familiaux ou villageois par le biais d’un travail sur les généalogies. De manière à connaître l’envers du décor, ces récits de vie ont été complétés par toute une série d’interviews réalisés auprès de responsables de comptoirs, de bijoutiers, de membres d’associations de commerçants émigrés, de griots, de fonctionnaires et du personnel politique. Mais l’information obtenue notamment auprès de quelques diamantaires juifs d’Anvers et de Genève n’a pu être exploitée qu’à la marge ; ces derniers ne souhaitant pas préciser les modalités de leur collaboration avec les entrepreneurs africains. Des diamineurs installés dans des zones d’extraction ancienne (Séguéla et Diarabala en Côte-d’Ivoire, Kérouané en Guinée) ont également été interrogés. En Guinée, vingt-deux entretiens ont été réalisés entre août et septembre 1992, permettant la reconstitution de l’itinéraire migratoire et professionnel et le repérage des modalités d’installation et d’insertion dans le chantier à la fois des mineurs, des « chefs » de mines, des « balanciers », des collecteurs et des revendeurs principalement étrangers. Ils étaient installés à proximité des petites villes de Dinguiraye et de Kérouané, respectivement sur les sites de Matagania et de Banankoro. Sur chaque site, tout un travail préalable effectué par B. Deme, enquêteur guinéen dont le père était lui-même diamantaire, a permis de resituer l’histoire des gisements, de leur découverte à leur exploitation, de pointer l’évolution des réglementations concernant l’extraction individuelle ainsi que l’organisation de la commercialisation, de décrire au quotidien la vie dans le « camp » et de distinguer les différents groupes en présence pour chaque type d’activité. Conduire une réflexion à la fois dans des sites aurifères et diamantifères devant permettre d’établir des comparaisons et de mieux comprendre les interrelations entre ces deux activités. Située à 520 km de Conakry, au nord-est de la Guinée, coincée entre des montagnes, en zone de savane, au cœur du Fouta Djalon, Dinguiraye est considérée comme la cité des Toucouleurs de Guinée. Elle a, en effet, accueilli les guerriers et prédicateurs du Fuuta Tooro, escortant dans sa guerre sainte El Hadj Omar Tall, adepte de la Tidjania et elle fut au xviie siècle la base arrière de son empire théocratique. Le site de Matagania implanté près d’une petite rivière, à 67 km à l’est de Dinguiraye (6 heures de marche) est reconnu pour être le plus important centre d’exploitation de l’or dans la région et le plus ancien ; son exploitation artisanale ayant débuté en 1930. La ville de Kérouané installée à la limite de la haute Guinée et de la Guinée forestière se trouve quant à elle située à 850 km de Conakry. Si les mines de diamants de Banankoro sont les plus importantes dans la région, de nombreux villages miniers se sont aussi créés à proximité ; des chantiers de prospection se sont ouverts à moins d’un kilomètre du centre de Kérouané où des enquêtes ont également été menées.

26Un recensement a été effectué dans la moyenne vallée du fleuve Sénégal des migrants ayant extrait ou vendu, un temps, le diamant brut. 376 enquêtes ont ainsi pu être été réalisées entre août et septembre 1994, dans 52 villages répartis dans les arrondissements de Kanel, d’Ourossogui, de Semme et de Thilogne dans le département de Matam au Sénégal, dans lesquels la présence de diamantaires avait été signalée. Ce qui complète les entretiens biographiques effectués dans d’autres villages du département. Rappelons que le département de Matam regroupe 338 villages ou hameaux soit une population de près de 230 000 habitants. L’administration de ces questionnaires par l’équipe d’enquêteurs de Moussa Diop était précédée dans chaque village d’une discussion avec les responsables politiques et associatifs avec présentation des objectifs de la recherche et d’une identification des « diamantaires » ressortissants du village et des villages voisins à partir d’un croisement des témoignages. Deux types de questionnaires ont ainsi été élaborés : le premier s’adressait directement aux migrants rentrés définitivement au village ou de passage à l’occasion d’une visite ou d’un refoulement ; le second, plus délicat, a été conçu à l’endroit des membres de la famille d’un diamantaire absent parce que toujours en activité ou en prison à l’étranger ou encore en visite dans sa famille à Dakar. Le premier questionnaire permet de reconstituer de manière articulée à la fois son itinéraire migratoire, professionnel depuis son premier départ du village et de connaître les liens qu’il a entretenus avec ses logeurs tout au long de son parcours ainsi que l’implication d’autres membres de sa famille dans l’extraction ou le négoce du diamant. Il a également pour objectif d’identifier la nature des investissements réalisés au pays ainsi qu’à l’étranger et de repérer le niveau de ses responsabilités politiques, religieuses ou associatives autant dans le pays d’origine que les pays traversés. Sa connaissance du milieu diamantaire africain est également sollicitée. Le second questionnaire dissocie les itinéraires migratoires, professionnel et familial, s’intéressant au premier départ du village, au dernier retour et à la situation actuelle. Il porte également sur les investissements et les responsabilités du migrant. Une information est sollicitée sur l’identité de la personne interrogée (le plus souvent un frère ou un cousin ; les épouses n’ayant bien souvent pas une connaissance précise des trajectoires de leurs maris). De la même manière est signalée dans l’entretien la date du dernier contact avec le migrant de manière à mieux contrôler le niveau de fiabilité des réponses obtenues.

27Femmes et enfants de diamantaires ont d’autre part fait l’objet d’investigation. Nous avons pu conduire une quarantaine d’entretiens à l’occasion de missions dans la moyenne vallée du Sénégal, à Dakar et à Anvers auprès de Sénégalaises ayant accompagné ou rejoint par le passé leurs maris diamantaires en Afrique orientale mais aussi auprès d’épouses zaïroises, zambiennes ou burundaises installées provisoirement ou durablement au Sénégal. Il a été possible également de rencontrer des fils et filles de diamantaires maliens et sénégalais dans des situations professionnelles diversifiées ; les uns étant devenus eux-mêmes diamantaires, les autres exerçant d’autres types d’activités ou étant encore en formation parce que plus jeunes.

28Outre les entretiens et questionnaires, un travail d’observation a été entrepris dans le cadre de réunions régulières tenues au sein de l’association sénégalaise des commerçants émigrés auxquelles j’ai pu participer, en compagnie de Cheikh Ouma Ba, collègue chercheur qui a joué le rôle de traducteur quand les débats se déroulaient en pulaar. Ces réunions à la fréquence irrégulière regroupaient à chaque fois parmi les commerçants émigrés une majorité de diamantaires rentrés au pays, qui entendaient trouver des solutions pour régler les problèmes de leurs compatriotes expulsés ou emprisonnés, en raison de leur implication dans le trafic de diamants. Ces réunions avaient aussi pour objectif de faire le point des projets collectifs notamment en matière immobilière et professionnelle susceptibles d’être appuyés financièrement par le gouvernement sénégalais. Régulièrement, des personnalités politiques – à l’instar du directeur des Sénégalais de l’Extérieur – étaient invitées à ces assemblées pour connaître les doléances des diamantaires et échanger des informations. Des comptes rendus des missions effectuées en Côte-d’Ivoire et au Gabon par des membres de l’association, à l’occasion de la campagne présidentielle de 1993, ont également pu être collectés dans ces espaces de discussion tout comme certaines interventions retranscrites.

29Les archives nationales à Dakar (ANS) et à Aix-en-Provence (ANSOM) ont également été consultées de façon à mieux resituer la micro-histoire des diamantaires dans la migration africaine. C’est ainsi que des dossiers rassemblant entre 1956 et 1958 des télégrammes échangés entre le Ministère de l’outre-mer et ses services diplomatiques et de sécurité en poste en Guinée, en Sierra Leone, en Côte-d’Ivoire, en Mauritanie, en Haute-Volta et au Soudan mais aussi des rapports de police ou des forces armées recensant le nombre de migrants refoulés de Sierra Leone par les autorités britanniques ou encore, des rapports de gendarmerie faisant le point sur la situation dans les mines de diamants ont pu être exploités. Des témoignages d’ingénieurs des mines, de géologues et d’administrateurs de sociétés minières qui étaient en service en Afrique Occidentale Française entre 1945 et 1960 ont également été consultés. Par ailleurs, une recension systématique de la presse sénégalaise entre 1970 et 1995, combinée à des entretiens effectués auprès des responsables du Ministère des Émigrés et de l’Association des commerçants sénégalais émigrés ont permis d’établir un premier bilan des expulsions des diamantaires au fil des années. Enfin le dépouillement du magazine « l’Émigré », créé à l’initiative d’un grand diamantaire a été effectué de manière à mieux apprécier la mise en scène à laquelle procède les diamantaires eux-mêmes.

30Ce travail de terrain réalisé sur près de dix ans a rassemblé et combiné des données éclectiques, de pertinence et de fiabilité variables mais dont la convergence et le recoupement nous semblaient la garantie d’une « plausibilité accrue ». C’est aussi le temps qu’il a fallu pour ne plus recueillir de données complètement nouvelles et considérer qu’il fallait mettre fin à la phase de terrain, au nom du principe de saturation (Glaser & Strauss, 1973).

31Cet ouvrage se décline en six chapitres. Le premier chapitre appréhende, sur plus d’un siècle, les mutations du monde du diamant brut à travers les heurs et malheurs du cartel sud-africain De Beers. Cette contextualisation paraît déterminante à la fois pour mieux situer et relativiser la place mineure qu’occupent les diamantaires ouest-africains dans cet univers très codé et hiérarchisé, intervenant sur le marché libre, et pour mieux apprécier à quel point les mesures prises en amont par le puissant empire minier peuvent influencer largement l’activité de ces petits trafiquants discrets. Le deuxième chapitre porte sur une période spécifique – la fin des années cinquante – et se limite à l’Afrique de l’Ouest. Il décrit les modalités de la course aux diamants en pleine décolonisation, interrogeant à la fois le rôle joué à cette époque par le trust De Beers, les États en pleine recomposition et des centaines de milliers de prospecteurs et trafiquants partant à l’assaut des gisements alluvionnaires. Là encore, la micro-histoire de ces migrants du fleuve Sénégal, qui ont participé en tant que diamineurs, mastas ou trafiquants à ce mouvement d’ampleur avant de poursuivre leur route et leur carrière, rencontre la grande histoire où s’affrontent des conceptions différenciées de la notion de territoire (territoire colonial, national versus « territoire circulatoire »). Dans le troisième chapitre, la focale est réglée sur la pluri-activité des diamantaires ouest-africains, ces « hommes valises », aux parcours hétérogènes, qui non seulement jouent à cache-cache avec la De Beers, ses sociétés minières filialisées et les États producteurs de pierres précieuses, mais encore doivent négocier, pour tenir leur rang dans la filière, en amont, avec une myriade de diamineurs africains et, en aval, avec les diasporas juive et libano-syrienne qui exercent leur hégémonie sur la commercialisation et la transformation des gemmes au plan mondial. Le quatrième chapitre met en lumière la manière dont, au lendemain des Indépendances, ces entrepreneurs migrants recomposent les territoires du diamant de l’Afrique à l’Europe en passant par l’Asie. Au gré des interdictions et des expulsions et grâce au soutien d’intermédiaires logeurs, ils parviennent à connecter entre eux les sites d’extraction surgis de la brousse aux capitales africaines où se négocient, dans des comptoirs plus ou moins officiels, les pierres brutes et aux bourses du diamant sur le continent européen où s’opèrent les transactions les plus juteuses. Mais, les compétences acquises par ces marchands dans le monde du diamant ne sont pas transposables, en un jour, dans les milieux d’affaires des pays d’origine. Ce sont ces difficultés de reconversion qui sont abordées dans le chapitre 5 à travers une analyse des réinvestissement économiques et politiques effectués au Sénégal plus particulièrement. Enfin, dans un dernier chapitre, il s’agit d’apprécier comment la concurrence et l’animosité, qui règnent bien souvent entre les différents segments de la parentèle, participent notablement à la fragilisation voire au déclin des petits empires diamantaires construits sur une génération.

Notes

1 Les diamantaires sont souvent conduits à cacher la marchandise dans des parties intimes de leur corps. D’autres rumeurs encore circulent selon lesquelles notamment Ndiouga Kebe, le grand homme d’affaire sénégalais, a été accusé à deux reprises pour trafic de têtes d'enfants, moyen supposé aussi efficace pour transporter des pierres précieuses (Promotion, no 39, 1979).

2 Entretien à Dakar le 24 février 1992, avec M. B., ressortissant d'un village près de Matam, expulsé de Zambie en janvier 1992.

3 R. Luaula, « L’or et le diamant ! Une véritable malédiction pour le Haut-Zaïre », Umoja, 3-4 juillet 1992 ; cité par Jean Omasambo Tshonda.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540