Version classiqueVersion mobile

Hommage à Robert Jammes

 | 
Francis Cerdan

Volume I

Nation, constitution et régénération. État des lieux et perspectives

Jean-Antoine Diaz

Texte intégral

  • 1 Joaquím Costa, Oligarquía y caciquismo, Obras, Zaragoza, Guara, 1982. Nous renverrons, cependant, (...)

1En 1902, Joaquina Costa, président de la Section des Sciences Historiques de 1'Ateneo de Madrid, publie le Mémoire que, l'année précédente, il avait adressé à divers intellectuels et hommes politiques espagnols afin de mener auprès d'eux une enquête sur la situation du pays. À la suite, il présente au public un résumé commenté des contributions parvenues. Si donc il doit être considéré comme l'auteur de ces deux textes désormais célèbres sous le titre de Oligarquía y caciquismo como la forma actual de gobierno en España : urgencia y modo de cambiarla1, il n'en reste pas moins que le second peut être étudié comme un débat ouvert dans l'opinion éclairée sur les problèmes nationaux.

  • 2 En 1900 avait été constituée la « Unión Nacional » regroupant la « Liga de Productores » et la « A (...)
  • 3 Positive dans le sens où l’enquête fournit des faits issus de l'observation, faits qui doivent per (...)

2Nous nous proposons plus précisément d'y analyser la relation qui s'établit entre nation et régénération puisqu’après le désastre national de 1898 à Cuba face aux États-Unis, deviennent évidents la décadence, le retard et la crise que traverse l'Espagne dans le même temps où s'affirme la volonté de rénovation dans les classes moyennes2. Il n’est plus question pour elles de se satisfaire de l'artifice politique du système canoviste, mais de faire le procès du libéralisme de façade et de la corruption qu'il signifie. Le problème national se trouve donc posé en termes nouveaux, en termes concrets et documentés sur le plan de la méthode qui se veut positive3 et, d'autre part, en termes de relève du libéralisme sur le plan politique. Voyons comment se développe la pensée de Joaquím Costa sur ces deux plans et comment l'un conditionne l'autre.

  • 4 Costa évoque l'écart qui s'est creusé entre l'Europe et l'Espagne au détriment de celle-ci : « Esp (...)
  • 5 On sait quelle valeur symbolique les intellectuels espagnols de l'époque tireront de la situation (...)

3Suivant donc une méthode positive, Costa commence par une observation, un constat qui est le suivant : la constitution qui régit effectivement, dans les faits, la vie nationale de l'Espagne à l'aube du XXe siècle constitue un obstacle pour le renouveau du pays. En outre, cette constitution ne fait qu'achever la ruine de la nation. Le souci premier de Costa est clairement celui d'un patriote affecté dans son orgueil national4 puisqu'il s'agit pour lui de combler le retard que l'Espagne a accumulé par rapport à l'Europe, de tirer le pays de l'ornière du sous-développement économique, culturel et politique que, pour lui, symbolise l'Afrique5.

  • 6 Costa nous apparaît ici comme un possible héritier de Claude Bernard, auteur de Introduction à la (...)

4Fort de ce constat, Costa pose alors le problème auquel il se propose d'apporter une solution : quelle est cette constitution effective qui, pour son malheur, règle la vie nationale ? Autrement dit : quel est le mal dont souffre le pays ? Quel est l'obstacle au renouveau et au progrès qu’il faut liquider ? Nous apercevons d'ores et déjà que, positive, la démarche de Costa est celle d'un médecin6 qui cherche à dresser un diagnostic pour pouvoir ensuite extirper le mal à l'aide du traitement adéquat. Voyons quel est le tableau qu'établit notre clinicien.

  • 7 Citons à ce sujet Costa lui-même qui, à la même époque, déclarait : « Obliguemos a los hombres púb (...)
  • 8 Manuel Azaña, Caciquismo y democracia, Obras completas, éd. Juan Manchal, México, Oasis, 1966-1968 (...)

5Costa commence par observer et dénoncer un mal politique qui est l'absence de souveraineté populaire, l'absence de démocratie ou plus précisément de ce qu'il appelle « self-government ». Formule qui fait davantage penser à une forme de démocratie directe ou de populisme qu'à un système représentatif7. Ainsi, Costa explique que les révolutions libérales du XIXe siècle et notamment celle de 1868, ont été inutiles. Cette dernière, en effet, n'a pas détrôné le cacique. Critiquant l'œuvre des libéraux du XIXe siècle, comme le feront après lui les régénérationnistes jusqu'à Ortega y Gasset, Costa ne reprend pas à son compte les exigences ou si l'on veut, les idéaux du libéralisme. Ceci, dans la mesure où il préfère opposer une Espagne officielle à une Espagne réelle. La première, correspondant à l'État de droits instauré par la constitution de 1876, est dénoncée comme pure fiction, apparence, « puro papel pintado ». La seconde, qui évoque les pratiques effectivement observées, se trouve épinglée comme règne de l'arbitraire et de la corruption. Costa, comme le fera noter Azaña8, tend à lier parlementarisme et caciquisme ou, si l'on veut, à commettre un amalgame.

  • 9 Se trouve ici clairement annoncée la critique de l'idéalisme, de la « réthorique » qu'Ortega y Gas (...)
  • 10 Ortega y Gasset suivra cette pente costienne qui le mènera à un historicisme absolu. Historia como (...)
  • 11 Oligarquía y caciquismo, P. de la D., Madrid, Alianza, 1984, p. 22. Costa apparaît ici comme l'hér (...)

6Costa reproche aux libéraux du siècle écoulé d'avoir lutté, obnubilés par la revendication de la liberté, ce qui les aurait amenés à ignorer les grands problèmes concrets9 : enseignement, développement de la science, politique agricole, irrigation, lois sociales, statut d'autonomie pour Cuba et Porto Rico. Cette position de Costa, si elle présente l'avantage de critiquer une illusion – celle d’une certaine réthorique parlementaire qui prend les belles phrases et les grands principes pour des faits – n'en présente pas moins le danger d'un certain mépris du parlementarisme et de la politique en général au bénéfice d'une technocratie ; le risque, en outre, de confondre les faits et le droit10. Une telle pente est confirmée, à notre sens, lorsque Costa déclare le peuple espagnol « menor de edad »11 et reproche aux libéraux du XIXe siècle de ne pas avoir exercé une véritable tutelle.

  • 12 Costa définit l'élite ou « aristocracia natural » comme l'ensemble des « hommes de bien » mais il (...)
  • 13 La pédagogie sociale est ainsi, chez Costa, une instance pré-politique, une sorte de propédeutique (...)

7Se trouve alors posée la délicate question de l'élite. Délicate dans le sens où, de la communication entre élite et peuple dépend le caractère démocratique du projet de Costa12. À ce sujet, il est certain que Costa évoque d'une part la nécessité de protéger le peuple contre le cacique et de l'éduquer pour le préparer à l'exercice de sa souveraineté13 (c’est là le versant progressiste du régénérationnisme de Costa) ; mais, d'autre part, l'échec ou les difficultés rencontrés par cette pédagogie sociale héritée des krausistes pourront très bien donner lieu à une dérive technocratique et autoritaire. C'est que le peuple n'est pas pensé comme souverain en droit mais comme devant le devenir sous la houlette de l'élite. Costa cite l'exemple de l'intelligentsia russe.

  • 14 Dans ce domaine également, Costa est un précurseur d'Ortega y Gasset et de son rejet des « calenda (...)
  • 15 Azaña, pourtant très critique à l'égard du régime de la restauration, ne se départira jamais de ce (...)

8Le risque d'une dérive élitiste est d'autant plus grand que la revendication de la liberté et donc des droits se trouve ici non seulement critiquée pour son idéalisme, mais, en outre, suspectée pour son ignorance de ce qui apparaît essentiel à Costa : les faits ici et maintenant14. Le piège qui s'ouvre alors devant Costa serait de dissocier la conquête de la liberté, des droits, la politique démocratique de la véritable solution des grands problèmes nationaux15.

  • 16 Il s'agissait de postuler la possibilité de la démocratie dans le cadre de la monarchie restaurée (...)
  • 17 Déjà dans le cadre de cette enquête lancée par Costa, des libéraux proches de la Institución Libre (...)

9Pour Costa, Sagasta serait un otage illusionné du régime canoviste. Ce qui revient à poser aussi le problème de ce qui a pu s'appeler le « posibilismo » de Castelar16. En effet, fallait-il rejeter le parlementarisme et les droits proclamés au nom d'une pratique corrompue ou bien se revendiquer de ces mêmes principes démocratiques pour critiquer et réformer la vie publique espagnole17 ? Telle est, à notre sens, l'une des grandes questions posées aux intellectuels espagnols au début du siècle.

  • 18 « Yo soy de los que no han perdido la fe en el régimen parlamentario. Con ser tan repugnantes toda (...)
  • 19 Oligarquía y caciquismo, P. de la D., p. 24 et 25.

10Bien sûr, la critique que Costa adresse au régime conçu par Cánovas Del Castillo revient à déplorer l'absence d'une véritable vie politique représentative fondée sur l'existence d'authentiques partis politiques, d'un vrai parlement. Cette critique signifiant la dénonciation de l'oligarchie et du clientélisme politique. La vertu du discours de Costa est donc ici de dénoncer des faits, des pratiques condamnables, mais sa faiblesse, si l'on peut dire, consiste à ne pas affirmer comme fondamentales les valeurs de la démocratie sur lesquelles ne peut que prendre appui sa diatribe. Ce que faisait clairement Azcárate dans sa contribution à la célèbre « Información » où, de plus, il mettait en garde contre toute solution chirurgicale au caciquisme18. Azcárate, cité par Costa, pointait au contraire, dans le parlementarisme de la restauration, une contradiction « entre la teoría y la práctica »19.

  • 20 Rappelons à ce sujet qu'en 1890, sous un gouvernement libéral, est institué le suffrage universel (...)
  • 21 Ortega y Gasset en 1914, reprendra à son compte cette confusion en parlant de « uso » et de « abus (...)
  • 22 Oligarquía y caciquismo, P. de la D., p. 26.
  • 23 Ibid., p. 27.

11De là découle, à notre sens, le malentendu que commet Costa. Malentendu qui consiste à déclarer que le caciquisme lié à l'oligarchie est la véritable constitution de l'État espagnol alors qu'il s’agirait, puisque référence il y a aux principes de 1868, de le dénoncer comme manquement, négation de la règle instituée, c'est-à-dire la démocratie libérale20. Comment fonder, dans ces conditions, la critique et la dénonciation si le fait délictueux se trouve confondu avec la règle, le droit en somme ? En fait, Costa établit que, dans l'Espagne de la Restauration, l'abus c'est la règle21. La conséquence pratique de ce malentendu est que Costa propose non pas de réformer la pratique politique au nom du droit institué mais de changer ce droit, à savoir la constitution, en signalant que se trouve à l'ordre du jour : « un problema constitucional de cambio de forma de gobierno »22. Il va même jusqu'à dire qu'il ne faut pas prendre les lois au sérieux, qu'il est inutile de s'en réclamer pour défendre et garantir des droits : « Nos enseña en segundo lugar, que mientras esa revolución no se haga, que mientras soportemos la actual forma de gobierno, será inútil que tomemos las leyes en serio... »23.

  • 24 Ibid.

12Le double avantage que Costa aperçoit dans sa méthode positive qui consiste à considérer le caciquisme lié à l'oligarchie comme la véritable constitution, nous apparaît de la sorte comme un double inconvénient : la confusion du droit et du fait d'abord, et ensuite la sous-estimation des valeurs démocratiques proclamées – quoique bafouées – par le régime en place. Ainsi, pour Costa, il s'agirait de refaire la révolution libérale et singulièrement celle de 1868. Ce qui ne l'empêche pas de dénoncer très justement l'inégalité devant la loi qu'entraînent les abus et les privilèges de l'oligarchie tout comme le manque d'intégration de la grande majorité des Espagnols dans la vie nationale qui en découle. Costa dénonce ce qu'il appelle une « caricatura de nación »24. Ici, nation signifie souveraineté du peuple.

  • 25 L'exemple que cite Costa est celui de la conscription que les privilégiés éludèrent pour ne pas al (...)
  • 26 Le Valencien Ciscar qui, aux Cortés de 1821, proposa de chasser du pays les privilégiés qui n'avai (...)
  • 27 Costa cite lui-même la Constitution de 1812 : « La Nación es libre, entendiendo por Nación la reun (...)

13Non moins justement, Costa suggère que l'absence d'égalité devant la loi et de considération d’un intérêt général se trouve à l'origine de l'inexistence d'une véritable communauté nationale. L’oligarchie en tant que classe jouissant de privilèges n'est pas une composante de la nation. Elle ne saurait constituer une classe dirigeante au sein d'une nation qu'elle exploite. D'une part, Costa lie donc intimement État de droits et vie nationale mais, de l'autre, il propose non pas d'obliger les privilégiés25 à se soumettre à la loi commune instituée mais, citant un député libéral de 182126, de les exclure de la communauté nationale après les avoir privés de leurs biens. Ici, nation ne signifie pas intégration de tous les Espagnols sans exclusive par le droit et la démocratie27.

  • 28 Nous apercevons ici le lien qui s'établit entre populisme et élitisme. Le thème du troupeau, cher (...)

14Mais, pour mener à bien une telle révolution rédemptrice (messianisme), constate Costa, il n'y a pas d'élite pour guider le peuple. Les meilleurs se trouvent exclus du pouvoir par l'oligarchie des médiocres et, d’autre part, la masse apparaît amorphe et soumise, tel un troupeau, au cacique28. Bien sûr, Costa parle de mobiliser le peuple pour renverser l'oligarchie. Bien sûr, il fait dépendre la régénération du pays d'un sursaut révolutionnaire qui, seul, permettra la conquête de la dignité, des droits, d’une vie nationale intégrée par la démocratie. Une régénération qui signifie participation effective de l’Espagne à la civilisation de l'Europe contemporaine. Bien sûr, Costa fait dépendre la régénération du pays de la souveraineté nationale et celle-ci de celle du peuple. Mais dans le même temps, il fait dépendre l'existence d'une constitution démocratique en Espagne, non de l'exercice des droits par tous et chacun mais de la liquidation des caciques de tout rang.

  • 29 On sait quel rôle essentiel réservera Ortega y Gasset à cette différence pour « vertébrer » la nat (...)

15Ainsi, Costa tend, quoi qu'il en dise, à faire du peuple un ange exterminateur porteur de guerre civile, une force entre les mains d'une élite qui, comme lui-même, éclairerait la masse sur les enjeux. De plus, en introduisant la notion d'élite et plus précisément de « aristocracia natural », Costa aboutit, nous semble-t-il, à un paradoxe : celui de revendiquer une vie nationale démocratique tout en ne mettant pas au premier plan les droits et la représentativité. Car enfin, cette élite ne saurait, dans un cadre démocratique, prétendre à la légitimité que si elle est choisie par le peuple. Pour Costa, pouvons-nous dire, ce ne sont pas les droits qui sont naturels, mais l'élite face à la masse29. Ou plutôt, il convient de dire qu'élite et masses sont, pour lui, les faits, la vitalité, et à ce titre, seuls légitimes.

  • 30 Appel caractéristique des intellectuels de l'époque, si l'on en croit Alvaro de Albornoz : « A vec (...)
  • 31 Nous revenons ici au thème de la pédagogie sociale si cher aux intellectuels régénérationnistes qu (...)
  • 32 Costa nous semble procéder à un pur renversement par rapport à la pensée de Cánovas del Castillo q (...)
  • 33 « El honor y la seguridad de la Nación no se hallan hoy en manos de los soldados : están en manos (...)
  • 34 Ce sera la conception ortéguienne de l'histoire, du rôle de l'élite dans l'histoire, génération ap (...)

16Costa est représentatif de cette élite qui adresse un appel30 au peuple pour nettoyer les écuries d'Augias de la vie nationale sans mettre au fondement de la politique la référence aux droits, aux valeurs de la démocratie. C'est là le signe d'un certain populisme qui, au fait du caciquisme lié à l'oligarchie, tend à opposer un autre fait : celui du peuple mobilisé par l'élite au-delà ou en deçà de la politique31. Chez Costa, la politique, entendue comme l'affaire de tous et de chacun, n'est pas conçue comme la référence fondamentale d'une rationalisation de la vie nationale. L'exercice des droits institués comme le gage de la constitution d'un peuple de citoyens est seconde par rapport à la bonne santé du pays. La nation se trouve identifiée au peuple32 et le peuple, ce sont les forces vives33 que l'élite doit orienter. La pensée de Costa est ici conservatrice dans la mesure où, se substituant à l'oligarchie, l'élite régénérationniste considère le peuple comme une matière ou énergie à modeler34.

  • 35 Ortega vit juste lorsqu'il écrivit : « ... Costa se saturó de atmósfera historicista, de los dogma (...)
  • 36 Costa parle de « el patrón europeo », Olig. y caciq., P. de la D., p. 38.
  • 37 Ibid. Il s'agit de forger une sorte d'Union sacrée autour des forces vives de la nation, à savoir (...)
  • 38 La voie se trouve ici tracée pour toutes les stratégies d’union sacrée, du général Primo de Rivera (...)
  • 39 Vitalisme très présent dans la génération de 1898. Sur les cas de Baroja, Azorín et Maeztu, voir J (...)
  • 40 Liaison communicationnelle qui doit s'entendre au sens d'Azaña comme raison pratique dans une post (...)
  • 41 Olig. caciq., P. de la D., p. 44.
  • 42 Se trouve préfigurée ici la concepüon ortéguienne du chef qui est fondamentalement chef de guerre.(...)

17D'ailleurs Costa n'accède pas vraiment à la sphère du politique35 ; il s'agit plutôt pour lui de réformer, de sauver, tel un médecin, la nation de la décadence, de la honte et d'éviter la perte de l'intégrité et de la souveraineté. Au fond, la référence de Costa c'est la grandeur de l'Espagne et non un projet national démocratiquement élaboré et appliqué. Il s'agit, pour la nation espagnole, de retrouver sa grandeur, le modèle européen36 n'apparaissant ici que comme un instrument pour cette renaissance. Il est scandalisé par les abus du caciquisme lié à l'oligarchie qu'il dénonce mais, dans le même temps, il n'évoque le parlementarisme libéral que comme fiction, voire comme concession faite, à faire, à l'esprit de l'époque37. Au fond, pour Costa, la régénération du pays serait plutôt la tâche d'un Parti national38 et d'une élite menant une révolution depuis le pouvoir que celle de tous les Espagnols considérés comme citoyens participant, à travers des partis et des représentants, à la gestion de la chose publique. Nous dirons que Costa n'a pas une vision contractuelle de la nation, il tend à la considérer comme un corps malade dont il faut promouvoir la guérison. Sa vision est organiciste au fond, liée qu'elle est à un vitalisme39 plus soucieux de regain national que de raison communicationnelle40. D'ailleurs, il propose comme solution aux maux du pays un néolibéralisme organique qu'il s'agirait d'imposer avec une « mano de hierro »41. L'élite, le chef providentiel, se substitue au libre débat et à la prise de conscience d'un peuple et ce pour imposer finalement son ordre42.

  • 43 Ibid, p. 44.
  • 44 Ce qui faisait parler Azaña d'« empirisme organisateur » à propos du régénérationnisme. Il ajoutai (...)

18La nation c'est donc, pour Costa, un corps dont il faut extraire, de manière mécanique, la tumeur du caciquisme lié à l'oligarchie. Un corps dont les intérêts vitaux ne sauraient être défendus que par un Parti national et l'exercice d'une démocratie directe (« self-government ») qui tend en fait à dépolitiser les problèmes locaux, à séparer administration des affaires locales et politiques suivant le mot d'ordre : « Separar en absoluto la administración local de todo lo que sea política general de la nación... »43. Si Costa propose, ce faisant, une intéressante mesure de décentralisation de certaines compétences, il n'entend pas moins à présenter l'instance locale comme une simple instance de saine gestion des intérêts régionaux bien entendus. La rationalisation de la vie nationale, autant dire la régénération, semble être avant tout une affaire de bonne administration et non une question politique44. Le souci premier de Costa c’est le maintien et l'essor de la nation espagnole. Sa position relève d'un nationalisme conservateur et son souci technocratique rejette sur les marges la politique démocratique, ouvrant ainsi la voie à l’autoritarisme des élites, des chefs. Il se réfère constamment à la place de l'Espagne dans le monde, à sa décadence précipitée par les Anglo-Saxons et, d'autre part, à l'exemple à suivre : celui du Japon, bien sûr.

  • 45 Ce qui aurait constitué, soit dit en passant, un processus inverse à celui de la guerre d'indépend (...)
  • 46 Costa évoque notamment la possibilité de voir la vie nationale se dérouler désormais en langue ang (...)

19Pour cela même, il fait état d'un processus de dénationalisation dans certaines régions d'Espagne comme l'Aragon ou la Catalogne et présente la régénération du pays comme la solution pour sauvegarder l'intégrité de la nation, mais aussi, pour en faire à nouveau une puissance. En un mot, pour que les Espagnols restent attachés à leur nationalité, il faut que leur pays puisse signifier pour eux progrès, bien-être, culture, respect des droits. Il fallait éviter que les Aragonais ne s'offrissent à la France, tout comme les Portoricains venaient de s'offrir aux États-Unis45. De même en politique extérieure, la régénération apparaît comme le moyen pour l'Espagne de retrouver la puissance et d'échapper à la main mise des pays développés d’Europe. En un mot, la régénération doit mettre fin au déclin et à la menace pour le pays de se retrouver transformé en colonie des différentes puissances européennes46.

  • 47 Costa fait référence à Aristote. L'ombre d'une cosmologie, d'un ordre de nature, plane donc sur la (...)

20L'attitude de Costa, de son propre aveu, est celle du médecin qui observe son malade – l'Espagne – avec la rigueur propre de la clinique pour émettre le bon diagnostic et administrer le traitement qui rendra la vitalité. Le peuple est considéré comme l'instrument de la thérapie – ou mieux, de la chirurgie – puisqu'il s'agit d'extirper la tumeur du caciquisme. Il y a dans ce sens, chez Costa, un populisme qui se double d'un vitalisme. C'est à la partie saine et laborieuse qu’il revient de répondre à l’appel de l’élite ou « aristocracia natural »47 pour affirmer la vitalité nationale indépendamment des droits et de l'exercice de la démocratie. Cette attitude qui consiste à mettre au fondement du renouveau la continuité de la nation, sa grandeur et non le libre débat démocratique, est révélatrice d'une position conservatrice. Son vitalisme, son populisme, sont essentiellement conservateurs, tout comme l'est son nationalisme régénérationniste qui pose avant tout le problème du retard espagnol, de l'orgueil national et non celui des droits.

  • 48 « Paradoja hispánica » : ce concept, Azaña le propose dès « El problema español » (1911). Facsímil (...)

21Nous avons là le fameux paradoxe espagnol dénoncé par Manuel Azaña48. Paradoxe consistant à prôner la réforme et le renouveau sur la base d'une problématique marquée par le souci de la continuité, c'est-à-dire le passé glorieux, et non par la liberté, c'est-à-dire un futur élaboré et construit par tous et chacun des Espagnols. Paradoxe d'une pensée critique potentiellement réformiste voire révolutionnaire, le régénérationnisme, qui ne s’appuie pas sur une raison politique.

  • 49 Louis Dumont, Essais sur l'individualisme, Paris, Seuil, 1983.
  • 50 « Europeización pero sin desespañolizar », Olig. y caciq. ; Obras, Zaragoza, Guara, 1982, t. IV, p (...)

22Ainsi, la régénération chez Costa, mais aussi plus tard chez Ortega y Gasset, se trouve liée à la nation conçue, d'un point de vue holiste49, comme un organisme, un tout auquel doivent se soumettre les parties. La nation n'est pas ici fondamentalement un peuple de citoyens qui concourent, dans le débat, à l'intérêt général. Conformément à la pensée romantique, la régénération chez Costa est liée à une affirmation du caractère national dans l'histoire et non à des valeurs universelles : la liberté, le contrat. Le mot d'ordre de Costa est d'ailleurs : « Europeización pero sin desespañolizar »50. Soit adopter les valeurs et les pratiques des puissances européennes, comme l'avait fait le Japon, pour éviter d'être la Chine de l'Occident Le souci est bien nationaliste organiciste et non pas juridico-politique. C’est celui qui amène Costa à opposer une Espagne réelle et une Espagne officielle, une Espagne naissante à une Espagne morte, les bons Espagnols (le peuple et l’élite) aux mauvais Espagnols (oligarchie et caciques) dans une logique chirurgicale, c'est-à-dire d'affrontement, de guerre civile.

  • 51 « El cirujano de hierro », ¡Todavía el 98!, O.C.,.I, p. 560.

23D'ailleurs, comme Azaña le commentera51, l'application du programme régénérationniste ne suppose pas l’instauration d'une vie démocratique en Espagne. Comme l'on sait, le dictateur Primo de Rivera et son « continuateur » Franco construiront routes et barrages, veilleront à un certain équipement du pays, à son industrialisation. Le dictateur pourra ainsi incarner le chirurgien de fer providentiel invoqué ensuite par un Costa désespéré par la passivité du peuple et les pesanteurs du système politique de la Restauration.

  • 52 Costa explique : « Son la misma regla », P. de la D., p. 26.
  • 53 Ce que Costa explicite d'ailleurs en souscrivant à la thèse de Flórez Estrada : « antes de estable (...)

24En conclusion, nous dirons que le malentendu commis par Costa consiste à parler de l'existence d'un régime africain en Espagne alors qu'était instituée une monarchie parlementaire, c'est-à-dire prendre des pratiques abusives pour la règle établie52. Ce qui revenait à désarmer tout projet politique fondamentalement démocratique en érigeant le fait au rang du droit. La démarche positive de Costa le conduit à opposer le fait de la vitalité du peuple et de l'élite naturelle au fait du caciquisme étouffant. Son nationalisme allie ainsi positivisme, vitalisme et populisme. Sa critique régénérationniste est pertinente et généreuse mais elle n’est pas formulée fondamentalement au nom du droit. Son propos est en fait pré-politique53, ce qui explique qu'il puisse opposer deux Espagnes et ce au nom de la souveraineté populaire. La nation se trouve réduite aux forces considérées comme vives et la politique représentative n'est pas conçue comme essentiel facteur d'intégration des Espagnols.

  • 54 « Reconstitución y europeización de España » est le titre d'un discours de Costa prononcé en 1898.
  • 55 Costa considère qu'avec Cuba, Porto Rico, les Philippines, l'Espagne a perdu la moitié au moins de (...)

25D'autre part, il faut noter que cette pensée régénérationniste de Costa est conservatrice parce qu'il s'agit pour lui, avant tout, de « reconstitución » de l'Espagne54, de retrouver la grandeur d'une puissance coloniale55. Régénérationniste, la pensée de Costa relève davantage d'un nationalisme technocratique que du libéralisme démocratique. La nation est un organisme et la régénération est la condition de sa bonne santé. Le renouveau ne se trouve pas ici fondamentalement lié à la pratique historique d'un peuple de citoyens.

26C'est que Costa tend à opposer la société civile à l'État libéral, le droit à la politique, il tend à diviser la nation. Il exclut toute vision contractuelle de la nation. Pour Costa, la constitution du pays ce sont les faits cliniquement observés et non pas une déclaration des droits et des devoirs. Elle signifie l'empire des faits.

Notes

1 Joaquím Costa, Oligarquía y caciquismo, Obras, Zaragoza, Guara, 1982. Nous renverrons, cependant, à l'anthologie présentée par Pérez de la Dehesa, plus accessible, Oligarquía y caciquismo, Madrid, Alianza, 1984 (5e édition). Nous noterons P. de la D.

2 En 1900 avait été constituée la « Unión Nacional » regroupant la « Liga de Productores » et la « Asamblea de las Cámaras de Comercio ». Dans la « Unión Nacional » se recruteront les tenants du régénérationnisme. Rappelons que la « Unión Nacional » ne constituait pas un parti politique à proprement parler.

3 Positive dans le sens où l’enquête fournit des faits issus de l'observation, faits qui doivent permettre de connaître la situation de l'Espagne, les maux dont elle souffre et, par conséquent, d'œuvrer à sa guérison, c'est-à-dire à sa régénération. Positive dans la mesure où Costa n'accorde signification qu'à ces faits. Dans son Cours de philosophie positive, Auguste Comte avait parlé de physique sociale.

4 Costa évoque l'écart qui s'est creusé entre l'Europe et l'Espagne au détriment de celle-ci : « España separada de Europa por toda la distancia de una edad histórica », P. de la D., p. 20. Tout comme il évoque le risque que court le pays de devenir la Turquie ou la Chine de l'Europe, soit une colonie qui ne pourra regarder sans honte l’exemplaire Japon. Le mot d'ordre de Costa ici n'est autre que : « España con honra », P. de D., p. 33.

5 On sait quelle valeur symbolique les intellectuels espagnols de l'époque tireront de la situation géographique intermédiaire de l'Espagne ; notamment Unamuno, Ganivet, Ortega.

6 Costa nous apparaît ici comme un possible héritier de Claude Bernard, auteur de Introduction à la médecine expérimentale (1865). D'autre part, on sait quelle influence a pu avoir le positivisme alors, y compris auprès d'intellectuels espagnols proches du krausisme comme Costa. Voir J. L. Abellán, Historia crítica del pensamiento español, Madrid, Espasa-Calpe, 1988, t. 5, I, p. 80, 467. Abellán nous rappelle que le positivisme fut introduit en Espagne par des médecins.

7 Citons à ce sujet Costa lui-même qui, à la même époque, déclarait : « Obliguemos a los hombres públicos a retirarse a la vida privada para que el pueblo pueda salir a la vida pública », Discurso en los Juegos Florales de Salamanca (1901), P. de la D., p. 216.

8 Manuel Azaña, Caciquismo y democracia, Obras completas, éd. Juan Manchal, México, Oasis, 1966-1968, I, 473. Azaña explique, par ailleurs, qu'en Espagne, le système parlementaire n'a jamais pu fonctionner nor-malement. « El problema español », dans V. Serrano y G. San Luciano, Azaña, Madrid, Edascal, 1991, p. 10.

9 Se trouve ici clairement annoncée la critique de l'idéalisme, de la « réthorique » qu'Ortega y Gasset placera au fondement de sa démarche intellectuelle et philosophique avec le mot d'ordre : « ¡Salvémonos en las cosas ! », ¿Qué es filosofía ?, ed. Garagorri, Madrid, Alianza, 1988, p. 180.

10 Ortega y Gasset suivra cette pente costienne qui le mènera à un historicisme absolu. Historia como sistema, ed. Garagorri, Madrid, Alianza, 1981. L'hyperpositivisme d'inspiration nietzschéenne avait déjà conduit un Pompeyo Gener à tout réduire à la catégorie du mouvement sous le primat de l'intensité, de l’extase vitale et du sentiment tragique.

11 Oligarquía y caciquismo, P. de la D., Madrid, Alianza, 1984, p. 22. Costa apparaît ici comme l'héritier du doctrinarisme des libéraux modérés du xixe siècle, soit d'un esprit conservateur repris par Cánovas luimême. Dans son introduction, Gil Novales parle de « dictadura tutelar » en reprenant le qualificatif de Costa. Oligarquía y caciquismo, Zaragoza, Guara, 1982.

12 Costa définit l'élite ou « aristocracia natural » comme l'ensemble des « hommes de bien » mais il ne pose pas le problème de savoir qui détermine ce bien.

13 La pédagogie sociale est ainsi, chez Costa, une instance pré-politique, une sorte de propédeutique à la chose publique. Azaña, critique de Costa, considèrera l'exercice de la citoyenneté comme la meilleure des écoles, celle qui lie politique et raison : « hacer obra de justicia social, difundiendo la cultura y el bienestar por la práctica de la democracia pura », « El problema español », Azaña, op. cit., p. 4.

14 Dans ce domaine également, Costa est un précurseur d'Ortega y Gasset et de son rejet des « calendas griegas ». En 1901, Costa déclare : « Ganemos el tiempo perdido desterrando la palabra mañana del diccionario de la regeneración », Discurso en los Juegos Florales de Salamanca, P. de la D., p. 216.

15 Azaña, pourtant très critique à l'égard du régime de la restauration, ne se départira jamais de ces « viejas libertades » et d'une défense du parlementarisme : « Es incalculable el daño que esta posición crítica, adoptada muchas veces por pretensiones de elegancia intelectual, ha causado a la libertad, y en qué medida ha preparado el terreno para las intromisiones de la fuerza en la vida pública », Apelación a la república, O.C., I, 556.

16 Il s'agissait de postuler la possibilité de la démocratie dans le cadre de la monarchie restaurée par Cánovas et le « partido alfonsino ». Ce possibilisme déboucha en 1912 dans le « partido reformista » de Melquíades Alvarez où militèrent des intellectuels de la génération de 1914 comme Azaña, Américo Castro et Ortega y Gasset. Voir Carlos Seco Serrano, Alfonso XIII y la crisis de la Restauración, Barcelona, Ariel 1969, p. 98.

17 Déjà dans le cadre de cette enquête lancée par Costa, des libéraux proches de la Institución Libre de Enseñanza comme Altamira, Buyla, Posada, Sela avaient exprimé leurs réserves dans un exposé commun : « lo que hace la incompatibilidad del régimen parlamentario con la política que se necesita, no es lo que de parlamentario tiene, sino la clase de personas que manejan el Gobierno y el Parlamento », cité par M. Tuñón de Lara, « La “modernidad” de Manuel Azaña », dans V. Serrano y San Luciano, Azaña, op. cit., p. 232.

18 « Yo soy de los que no han perdido la fe en el régimen parlamentario. Con ser tan repugnantes todas esas corruptelas que se denuncian y envolver una verdadera burla social a la cabeza, en el medio y en el fin, sigo creyendo que no constituyen vicios esenciales que afecten a la esencia del régimen ; que existen remedios para ellas, y por tanto para el caciquismo », ibid. Tuñón de Lara signale très justement le lien intellectuel et politique qui existe entre Azcárate et Azaña. Lien que celui-ci revendique d'ailleurs, « El problema español », Azaña, op. cit., p. 4.

19 Oligarquía y caciquismo, P. de la D., p. 24 et 25.

20 Rappelons à ce sujet qu'en 1890, sous un gouvernement libéral, est institué le suffrage universel masculin.

21 Ortega y Gasset en 1914, reprendra à son compte cette confusion en parlant de « uso » et de « abuso ». Vieja y nueva política, O.C., I., p. 274. Il faudrait parler d'un « costismo » chez Ortega au sens donné à ce terme par Tierno Galván, Costa y el regeneracionismo, Barcelona, Bama, 1961, pp. 9-10.

22 Oligarquía y caciquismo, P. de la D., p. 26.

23 Ibid., p. 27.

24 Ibid.

25 L'exemple que cite Costa est celui de la conscription que les privilégiés éludèrent pour ne pas aller combattre à Cuba.

26 Le Valencien Ciscar qui, aux Cortés de 1821, proposa de chasser du pays les privilégiés qui n'avaient pas participé à la guerre d’indépendance contre Napoléon. Oligarquía y caciquismo, P. de la D., p. 30.

27 Costa cite lui-même la Constitution de 1812 : « La Nación es libre, entendiendo por Nación la reunión de todos los españoles de ambos hemisferios... », Oligarquía y caciquismo, P. de la D., p. 17. S'il tient compte de ce principe pour dénoncer un déni de souveraineté nationale, il l'oublie lorsqu'il propose de régénérer la nation en extirpant de son sein le corps étranger que serait l'oligarchie et ses servants.

28 Nous apercevons ici le lien qui s'établit entre populisme et élitisme. Le thème du troupeau, cher à Nietzsche, sera repris par Ortega y Gasset dans sa sociologie et sa philosophie de l'histoire, fondées toutes deux sur le rapport entre élite et masse.

29 On sait quel rôle essentiel réservera Ortega y Gasset à cette différence pour « vertébrer » la nation dès España invertebrada (1921). Costa avait déjà parlé de l'Espagne comme d'une « nación por constituir » dans Reconstitución y europeización de España, programme présenté le 13 novembre 1898 à Barbastro (Huesca), éd. de Sebastián Martín, Retortillo y Braquer, Madrid, Instituto de Estudios de Administración local, 1981.

30 Appel caractéristique des intellectuels de l'époque, si l'on en croit Alvaro de Albornoz : « A veces dirigen al pueblo llamamientos retóricos... », El temperamento español, Barcelona, S.A., cité par Abellán, op. cit., 5, III, pp. 110-111.

31 Nous revenons ici au thème de la pédagogie sociale si cher aux intellectuels régénérationnistes qui, paradoxalement, reprennent à leur compte l'idée conservatrice d'un peuple mineur politiquement.

32 Costa nous semble procéder à un pur renversement par rapport à la pensée de Cánovas del Castillo qui avait identifié la nation espagnole et la monarchie. Costa cite Cánovas, Olig. y caciq., P. de la D., p. 18. À juste titre, Azaña reprocha aux membres de la génération de 1898 de n'avoir aucun sens de l'État. Tres generaciones del Ateneo, O.C., I, 633.

33 « El honor y la seguridad de la Nación no se hallan hoy en manos de los soldados : están en manos de los que eran (...). De esas escuelas saldrán los soldados, de esas forjas saldrán los cañones, de esos montes bajarán los novios (...) y el asta sagrada que ha de desplegar al viento la bandera rejuvenecida de la patria », Discurso en los Juegos Florales de Salamanca, P. de la D., pp. 217-218.

34 Ce sera la conception ortéguienne de l'histoire, du rôle de l'élite dans l'histoire, génération après génération. Una interpretación de la Historia Universal, ed. Garagorri, Madrid, Alianza, 1984.

35 Ortega vit juste lorsqu'il écrivit : « ... Costa se saturó de atmósfera historicista, de los dogmas románticos (...) pensaba que cada pueblo tiene su misión histórica, su carácter metafísico irrompible y su absoluta justificación », J. Ortega y Gasset, « Observaciones », O.C., Alianza, 1987,I, 167.

36 Costa parle de « el patrón europeo », Olig. y caciq., P. de la D., p. 38.

37 Ibid. Il s'agit de forger une sorte d'Union sacrée autour des forces vives de la nation, à savoir les producteurs.

38 La voie se trouve ici tracée pour toutes les stratégies d’union sacrée, du général Primo de Rivera à Ortega y Gasset. Stratégies repoussées clairement par Azaña.

39 Vitalisme très présent dans la génération de 1898. Sur les cas de Baroja, Azorín et Maeztu, voir J. C. Mainer, La Edad de Plata, Madrid, Cátedra, pp. 32-35.

40 Liaison communicationnelle qui doit s'entendre au sens d'Azaña comme raison pratique dans une postérité kantienne. À propos de la publicité, Azaña écrivit : « La difícil virtud de llamar a las cosas por sus nombres », El valor de la sanción, O.C., I, p. 103.

41 Olig. caciq., P. de la D., p. 44.

42 Se trouve préfigurée ici la concepüon ortéguienne du chef qui est fondamentalement chef de guerre. Una interpretación de la Historia Universal, ed. Garagorri, Madrid, Alianza, 1984. Costa cite l'exemple de l'intelligentsia russe qui se substitue au peuple déficient, Olig. caciq., P. de la D., p. 37.

43 Ibid, p. 44.

44 Ce qui faisait parler Azaña d'« empirisme organisateur » à propos du régénérationnisme. Il ajoutait à propos de Costa : « Quisiera dejar de ser conservador y no puede », ¡Todavía el 98 !, O.C., I, p. 557.

45 Ce qui aurait constitué, soit dit en passant, un processus inverse à celui de la guerre d'indépendance contre les Croupes de Napoléon et les « afrancesados » tant célébrée par le populisme de Costa.

46 Costa évoque notamment la possibilité de voir la vie nationale se dérouler désormais en langue anglaise. Discurso en los Juegos Florales de Salamanca, P. de la D., p. 215.

47 Costa fait référence à Aristote. L'ombre d'une cosmologie, d'un ordre de nature, plane donc sur la pensée du régénérationniste.

48 « Paradoja hispánica » : ce concept, Azaña le propose dès « El problema español » (1911). Facsímil en V. A. Serrano et al., Azaña, Madrid, Edascal, 1980, p. 13.

49 Louis Dumont, Essais sur l'individualisme, Paris, Seuil, 1983.

50 « Europeización pero sin desespañolizar », Olig. y caciq. ; Obras, Zaragoza, Guara, 1982, t. IV, p. 206.

51 « El cirujano de hierro », ¡Todavía el 98!, O.C.,.I, p. 560.

52 Costa explique : « Son la misma regla », P. de la D., p. 26.

53 Ce que Costa explicite d'ailleurs en souscrivant à la thèse de Flórez Estrada : « antes de establecer las reformas políticas es indispensable fijar las bases sociales », Colectivismo agrario, ed. Pérez de la Dehesa, Madrid, Alianza, 1984, p. 56.

54 « Reconstitución y europeización de España » est le titre d'un discours de Costa prononcé en 1898.

55 Costa considère qu'avec Cuba, Porto Rico, les Philippines, l'Espagne a perdu la moitié au moins de son territoire national.

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search