Versione classicaVersione mobile

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Contrepoint

Migrations Chinoises en Europe : un regard depuis la Chine1

Wang Chunguang
Traduttore: Li Hua

Testo integrale

  • 1 Ce texte s’appuie sur différentes enquêtes de terrain conduites en France, aux Pays-Bas et en Itali (...)

1Qu’il faille examiner le rôle – évolutif – tenu par les États dans le processus de globalisation ne doit pas faire oublier la place que prennent les hommes dans ce processus. Car si de grands déséquilibres existent dans la circulation des biens et des informations entre les pays développés et les pays en voie de développement, il en existe d’encore plus importants entre les populations en migration. Les règles du jeu qui ont été établies pour permettre le libre-échange entre les pays ne concernent pas, en effet, la libre circulation des personnes dans le réseau mondial, et aucun pays ni aucune organisation ne semble à ce jour décidé à en proposer de spécifiques. L’on voit bien que les premiers bénéficiaires de la globalisation sont les élites politique, sociale, économique et culturelle (Geronzi, 2006). Mais reste sans aucune réponse la question des « oubliés de la mondialisation », de ces populations des pays en voie de développement qui migrent vers les pays développés et devraient être à même de profiter des avantages de la globalisation.

2Depuis la fin du xixe siècle et tout au long du xxe siècle, les vagues de migrations vers les pays développés se sont intensifiées et aujourd’hui les questions liées à l’immigration apparaissent comme des enjeux sensibles dans les domaines social, politique, religieux ou culturel. Cette évolution s’est accélérée après les attentats du 11 septembre 2001 et les explosions à Madrid et à Londres en 2004 et 2005. On pense aussi aux émeutes en banlieue parisienne en 2005 et aux récentes protestations contre le projet de loi sur l’immigration aux États-Unis. La question de l’immigration touche désormais les points les plus sensibles des pays développés occidentaux ; elle apparaît comme un enjeu politique et scientifique majeur dans les sociétés occidentales.

Nouvelles migrations et globalisation

3Si l’immigration chinoise semble attirer beaucoup moins l’attention que l’immigration musulmane, c’est que les événements que nous venons d’évoquer et qui touchent la sécurité des pays occidentaux sont en rapport direct avec le monde de l’Islam. Dans ce contexte, les pays occidentaux durcissent leurs politiques migratoires et réajustent le modèle d’intégration qu’ils préconisaient jusqu’alors. Ainsi les Pays-Bas qui avaient longtemps pratiqué le modèle du multiculturalisme ont adopté désormais le modèle d’assimilation : le ministre de l’Intérieur hollandais a proposé en 2005 que les migrants soient soumis à des tests linguistiques afin de pouvoir en refuser certains. Quant à la France, qui a toujours appliqué le modèle d’assimilation, elle contrôle désormais davantage l’immigration à la suite des émeutes des jeunes des banlieues parisiennes, même si elle a fait preuve d’ouverture culturelle, en exprimant par exemple son respect à l’égard des Chinois à l’occasion de la Fête du Printemps qui attire de nombreux Français. En fait, toute l’Europe est en train de durcir sa politique migratoire et les mesures prises révèlent que l’immigration est vécue comme une menace pour la sécurité de la société d’accueil. Une vision qui est un obstacle supplémentaire pour les populations les moins bien dotées et les empêche de profiter de la globalisation. Et un phénomène qui altère les relations entre les immigrés et la société d’accueil, sans pour autant pouvoir freiner les migrations.

4Car l’histoire montre qu’une fois les premiers immigrés installés, les suivants arrivent, sans que les contrôles, chaque jour plus sévères, puissent les en empêcher. De fait, dans le cadre du processus de globalisation, les migrants ont formé des réseaux mondiaux, importé leurs propres cultures et créé leurs propres espaces économiques dans les sociétés d’accueil (Krau, 1991) ; et ils y modifient alors progressivement l’environnement social, économique et culturel. Dès lors il faut bien voir que les immigrés ne peuvent être simplement vus comme une population qui agit par intérêt économique, mais qu’ils font partie de la société (Wierbicki, 2004), qu’ils participent à l’économie et la culture du pays d’accueil en montrant de grandes capacités d’adaptation. Telle est la réalité : malgré le durcissement de la politique en matière d’immigration et le renforcement de la lutte contre l’immigration clandestine, les migrants mobilisent leurs compétences diverses pour construire leur propre espace social et culturel, ce qui a pour effet d’amortir les contrôles exercés sur eux. Cependant, il est vrai que, si ce durcissement continue, les capacités d’adaptation des migrants s’affaibliront, leurs espaces sociaux se réduiront et leur intégration sociale en sera affectée (Gough, Olofsson, 1999).

Politiques migratoires et modèles d’intégration

5L’Europe n’a commencé à s’intéresser véritablement à l’immigration chinoise que depuis une vingtaine d’années, non seulement en raison de l’arrivée soudaine et en grand nombre des Chinois, mais également, et surtout, en raison des problèmes dits d’intégration qui se posaient dans les pays européens. Mais que veut dire « intégration sociale » ? Sur ce point, il existe différentes approches selon les pays et qui se traduisent par les différentes politiques qu’ils appliquent.

6Trois principaux modèles d’intégration caractérisent les politiques migratoires :

  • le modèle d’assimilation (France et États-Unis). Selon ce modèle, les immigrés doivent non seulement faire partie de la société d’accueil, mais aussi en accepter la culture et les valeurs sans prétendre revendiquer des appartenances communautaires. L’éducation joue ici un rôle décisif dans la transmission de nouvelles valeurs culturelles et sociales qui doivent modifier valeurs anciennes et habitudes ;

  • le modèle du multiculturalisme (Angleterre, Canada et Australie). Ce modèle prône l’égalité et cherche à favoriser l’existence de différentes valeurs et de différentes cultures, et il reconnaît les caractéristiques communautaires ;

  • le modèle d’acceptation partielle, qui prône le principe de l’égalité culturelle en permettant aux immigrés et migrants de préserver leur identité culturelle tout en acceptant les valeurs de la société d’accueil.

7Il y a aussi des pays comme l’Italie qui cherchent à combiner plusieurs modèles d’intégration, tant il est avéré que les politiques migratoires d’un pays ne fonctionnent jamais qu’à partir d’un modèle unique.

8Reste que, de notre point de vue, ces trois modèles d’intégration font peu de cas des immigrés et des migrants en tant qu’acteurs capables de réflexion et de jugement, ou encore susceptibles de montrer de vraies compétences créatives. Or, l’intégration sociale et économique doit être définie comme un processus interactif, évolutif, constitutif et ne peut être réduit au seul processus d’adaptation d’une population à telle ou telle société d’accueil : il ne s’agit pas seulement que les immigrés et les migrants s’adaptent à un pays d’accueil, mais que ce pays d’accueil soit aussi capable de s’adapter à la nouvelle situation. L’intégration sociale et économique ne peut se réaliser que selon un processus interactif entre les immigrés et les populations locales, au sein duquel on s’évalue mutuellement, et où ne cessent de s’influencer mutuellement les cultures, les modes de vie et les façons d’être en société, quand les constructions des perceptions mutuelles conduisent progressivement à une reconnaissance de l’Autre.

9Sur un plan plus empirique, le processus d’intégration sociale et économique doit être analysé à partir des critères suivants :

  • la position sociale des immigrés dans la structure sociale du pays d’accueil, les activités professionnelles qu’ils pratiquent, leurs revenus, leur sociabilité, leur réseau social (Marshell, 1950) ;

  • le rapport aux valeurs culturelles. Les différences culturelles peuvent empêcher une intégration sociale et économique. Bien évidemment, les valeurs culturelles se manifestent dans des pratiques sociales, éducatives, religieuses, festives..., qui reflètent le rapport au monde des immigrés et des migrants et influencent les interactions et les actions sociales ;

  • le point de vue des migrants et immigrés sur leur façon de « prendre place » dans la société d’accueil ;

  • le point de vue des populations des pays d’accueil sur la façon dont migrants et immigrés savent « prendre place ».

Activités économiques et réseaux sociaux

10Que dire, à partir de ces prémisses, de l’intégration économique et sociale des migrants chinois ? Les activités économiques des migrants chinois se diversifient depuis la fin des années quatre-vingt-dix. En France, aux Pays-Bas et en Italie, on voit s’ouvrir de petits magasins d’objets quotidiens, des boutiques de prêts à porter, des agences de voyage, des hôtels et des magasins d’informatique ou de télécommunication... Dans le 11e arrondissement de Paris existe une rue où l’on peut compter une centaine de magasins de prêt-à-porter chinois et où d’autres commerces peuvent parfois bénéficier de la clientèle de ces magasins (Wang Chunguang, 2000). Bien sûr, les affaires les plus lucratives sont les commerces internationaux et le rapide développement des échanges commerciaux entre l’Europe et la Chine depuis la fin des années quatre-vingt-dix offre de nouvelles opportunités aux migrants chinois. À l’intérieur de la communauté chinoise se forme un vrai marché comme lieu de production, de commercialisation et de consommation. Le développement rapide de la restauration favorise le développement des magasins chinois, entraîne l’exportation des produits chinois et exige une nouvelle main-d’œuvre. La croissance du nombre de migrants chinois stimule en Europe alors l’extension de secteurs comme la télécommunication, les services du consulting en droit ou en commerce, les cabinets de comptabilité, voire la médecine chinoise.

11Comparativement aux autres migrants, les Chinois parviennent à développer des parcours de mobilité sociale ascendante sur des durées relativement courtes. Du travailleur « clandestin » au travailleur en situation « régulière », de la main-d’œuvre peu qualifiée à l’ouvrier expérimenté, de l’employé à l’employeur, telles sont les étapes qu’un immigré chinois franchit pour « réussir » son intégration économique dans la société d’accueil. En Europe, le statut économique des migrants chinois en situation régulière se situe, dans l’ensemble, à un niveau légèrement supérieur au niveau moyen du pays d’accueil. La plupart des ouvriers chinois travaillent pour des employeurs chinois qui les nourrissent en même temps. Par rapport aux petits et moyens entrepreneurs locaux, les entrepreneurs chinois gagnent relativement plus d’argent. Si l’on en croit les entrepreneurs chinois eux-mêmes, ils se sentent plus forts économiquement que les autres migrants et immigrés. Par contre, le salaire des ouvriers chinois est moins élevé que celui des ouvriers locaux et, surtout, leurs conditions de travail sont moins bonnes ; mais ils peuvent devenir entrepreneurs en moins de dix ans et s’enrichir assez rapidement incarnant alors un modèle de « réussite » sociale et économique.

12Comment les migrants chinois arrivent-ils à acquérir un statut économique plus élevé en moins de temps que les autres migrants et immigrés ? C’est que, pour les Chinois, les réseaux sociaux jouent un rôle important ; d’une façon générale, ces derniers, une fois régularisés en Europe, se mobilisent pour créer leurs propres « affaires ». D’où vient le capital ? Les économies qu’ils ont faites auparavant n’y suffisent sûrement pas : il faut encore emprunter auprès des membres de la famille et des amis. En France, la communauté chinoise pratique le système de la tontine pour rassembler des capitaux nécessaires à l’ouverture d’un commerce. Il y a deux genres de tontines : la tontine « vivante », avec des intérêts à rembourser ; la tontine « gan », qui est un prêt sans intérêts. Le système de la tontine ne fonctionne qu’entre la famille et les amis, car il est fondé sur la confiance mutuelle ainsi que sur le principe qui veut que « à dettes remboursées, nouveau prêt possible ». Aux Pays-Bas, il n’y a pas de tontine, mais le prêt sans intérêts entre amis et famille est une pratique courante. Il suffit, par exemple, de passer un coup de fil à ses proches pour emprunter un million d’euros le lendemain ; au sein de la communauté chinoise les prêts n’ont pas besoin de promesse signée, seuls les mots comptent ; il suffit de rembourser une fois que l’argent est gagné. Ce système de crédit est à la fois simple et fiable. En fait si l’on aide les amis ou la famille nouvellement arrivée en Europe, c’est aussi pour construire un réseau social actif qui sera bénéfique en retour. Grâce à ces réseaux sociaux, les Chinois se trouvent mieux protégés des difficultés financières et des risques auxquels ils peuvent être exposés à l’étranger.

13Les associations chinoises favorisent aussi le développement de réseaux sociaux entre migrants chinois qui peuvent dès lors établir des relations en dehors des relations familiales et, plus tard, devenir partenaires commerciaux. Par ailleurs les associations jouent un rôle d’intermédiaire entre les migrants chinois et les autorités et organisations chinoises privées en vue de développer du commerce.

Conclusion

14Actuellement, la plupart des recherches sur l’immigration ignore le point de vue des migrants et des immigrés alors que le processus d’intégration ne peut être pensé que dans les interactions entre eux et la société d’accueil. Les institutions européennes avaient construit une plate-forme assez égalitaire en supprimant des mesures discriminatoires, mais on note un retour des discriminations. Et même si les mesures prises pouvaient et peuvent favoriser l’intégration des migrants et des immigrés, la réalité sociale apparaît comme plus complexe : les émeutes qui se sont produites en banlieue parisienne en France montrent, par exemple, que les points de vue et le vécu des immigrés et des migrants n’a pas été assez pris en considération, lors même que l’on sait qu’ils vivent et agissent selon leur propres normes d’intégration. Cela dit, les migrants chinois apparaissent comme très travailleurs et très motivés pour développer leurs propres entreprises, mobiliser leurs réseaux sociaux et développer des compétences d’actions individuelles et collectives afin de s’intégrer dans la société d’accueil sans en menacer l’ordre social.

15À chaque étape du processus d’intégration correspond une situation nouvelle. Les migrants chinois qui arrivent en Europe cherchent en premier lieu un emploi et à régulariser leur situation, puis à faire venir leurs familles ; ensuite ils aspirent à un statut social toujours plus élevé en devenant, par exemple, entrepreneurs dans le but d’acquérir de nouveaux biens économiques. Mais les moins qualifiés et les moins compétents d’entre eux sur le plan linguistique n’accèdent que difficilement à un statut social « acceptable » ; souvent objets de mépris social de la part des autochtones, ils vivent aussi des situations de discrimination.

16Enfin le degré d’intégration varie selon les générations. Une première génération de migrants qui a été socialisée en Chine s’intègre naturellement avec plus de difficulté que les deuxième ou troisième généra Enfin, les migrants chinois ne se sentent pas « marginalisés », attachés qu’ils sont aussi bien à leur pays d’accueil qu’à la Chine. Leur sentiment d’appartenance à la Chine compense en quelque sorte le manque de reconnaissance sociale dont ils sont victimes dans leur société d’accueil. Et même s’ils ne parviennent pas à une « intégration totale », ils s’intègrent assez bien aux sociétés d’accueil dont les modalités d’intégration varient selon les contextes politiques et économiques.

Bibliografia

RÉFÉRENCES

Cesare Geronzi, Le migrazioni nello scenario della globalizzazione (version chinoise), Social Sciences Academic Press£¨ 2006.

Wang Chunguang, Les Wenzhou à Paris, Jiangxi Publishing, 2000.

Ian Gough and Gunnar Olofsson, edit., Capitalism and Social Cohesion : Essays on Exclusion and Intergration, Macmillan Press, 1999.

Edar Krau, The Contradictory Immigrant Problem : A Sociological Analysis, Peter Lang, New York, 1991.

Marshell, T. H., Citizenship and Social Class and other essays, Cambridge at University Press, 1950.

Susan Wierzbicki, Beyond the Immigrant Enclave : Network Change and Assimilation, LFB Scholarly Publishing LLC, New York, 2004.

Note

1 Ce texte s’appuie sur différentes enquêtes de terrain conduites en France, aux Pays-Bas et en Italie depuis le début des années quatre-vingt-dix : y ont été utilisées des méthodes d’enquête comme l’entretien approfondi, l’observation participante, le sondage et le questionnaire.

Autore

Sociologue, Professeur à l’Académie des Sciences Sociales de Chine (Pékin), Vice-Secrétaire général de l’Association de sociologie chinoise. Ses recherches ont porté sur les migrations des Chinois en Europe et leur intégration, les questions de stratification et de mobilité sociale en Chine, les migrants en milieu urbain et le développement social en milieu rural en Chine. Il a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages dont : The People of Wenzhou in Paris – An Immigrant Group’s Cross Societal Structuring Behavior, Jiangxi People’s Press, 2000 ; avec Xueyi Lu : Social Mobility in Contempary China, The Press of Social Science Documents, 2004 ; The Social Differentiation and Farms’Burden in Rural China, The Press of Social Sciences, 2005. The Issue of Inequality in Chinese Employment Mobility, China Population Science, (2) 2003 ; Research on the Semi-urbanization in Contemporary China, Journal of Sociological Reseach, (3) 2006 ; The Changing Situation of Migrant Labor, Journal of Social Research (73) 2006.

Li Hua (Traduttore)

© Presses universitaires du Midi, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search