Version classiqueVersion mobile

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Identités locales, parcours migratoires et commerce global

Chapitre IX. Sortir des niches ethniques : les Chinois au sein et en marge du marché du travail Espagnol

Joaquín Beltrán et Amelia Sáiz
Traduction de Marianne Medioni

Texte intégral

1Les niches économiques ethniques constituent un phénomène lié aux processus migratoires et peuvent avoir un développement plus ou moins important et durable selon les conditions structurelles du marché du travail national en raison des paris et des stratégies économiques des immigrants pionniers de chacun des différents groupes de résidents et de travailleurs étrangers.

2Ces pionniers ouvrent des voies d'accès à l'emploi pour ceux qui arrivent après eux selon le mécanisme de la chaîne migratoire. Dans le cas chinois analysé ici, on constate que ce phénomène se retrouve aussi bien dans ses processus migratoires nationaux que dans ses processus migratoires internationaux. Il est courant, en Chine, que les travailleurs de telle ou telle usine proviennent en majorité d’un seul village, celui dont sont originaires les pionniers ; les premiers embauchés se chargeant ensuite de recruter une nouvelle main-d’œuvre dans leur entourage familial, parmi leurs amis et leurs voisins. En Chine, ces réseaux informels se sont institutionnalisés dans un cadre rural afin de permettre l’accès au marché du travail dans les zones urbaines éloignées et inconnues où les migrants se lancent à la recherche de meilleurs salaires. Les agences pour l’emploi sont remplacées par « le bouche-à-oreille », par un accès privilégié à des informations sur les offres d’emploi qu’obtiennent les travailleurs de la part de leurs employeurs, qui recrutent ainsi leur main-d’œuvre à un coût minimal et se garantissent par avance contre tout conflit : ils savent que « sauver la face » est un principe omniprésent dans la société chinoise, qu'un employé ne paiera donc pas la faveur d'avoir obtenu un emploi par des revendications au travail et que la dette morale ainsi contractée est le meilleur garant de la discipline.

3Les niches ethniques, l’insertion des migrants dans certains secteurs et activités économiques comme chefs d’entreprises ou employés, ou les deux à la fois, impliquent une série d’avantages mais également de limites. En effet, certains secteurs du marché du travail ou certains types d’affaires peuvent arriver à saturation (à un moment donné, ils peuvent cesser d’absorber la nouvelle main-d’œuvre) ; ou bien, la poursuite d’une même activité n'apparaît plus comme rentable face à la concurrence croissante d’autres acteurs dans le même secteur. Les facteurs qui interviennent sont multiples, depuis l’évolution de la structure économique nationale dans un environnement chaque jour plus globalisé jusqu'à la saturation de l’offre d’un produit ou d'un service, ou les changements de mode, de tendances, etc. La saturation oblige alors à la recherche de nouvelles alternatives économiques, à l’ouverture d’autres affaires où pouvoir investir, à la découverte des nouveaux marchés du travail où s’insérer. Et, pendant un certain temps le schéma se répète : pionniers, chaîne migratoire, saturation ou moindre rentabilité…

4Le marché du travail espagnol se caractérise par une transformation rapide comme le montre l’arrivée sur le territoire, en très peu de temps, d’une très grande force de travail. La situation est paradoxale : d’un côté, on a un taux élevé de chômage (plus de 9 % du total de la population active) et, de l’autre, l’absorption d’une main-d’œuvre étrangère qui prend en charge les travaux dont les Espagnols autochtones ne veulent plus en raison de leur pénibilité et des bas salaires : ce sont les secteurs de l’agriculture, de la pêche, du bâtiment et des services comme l'hôtellerie, le service domestique, la vente, etc., et, plus récemment, celui d’une industrie à la recherche de main-d’œuvre sans qualification (confection, agroalimentaire, etc.). En réalité, employés et employeurs étrangers assurent le plus souvent la relève générationnelle dans des secteurs où elle n’existe plus, comme le petit commerce et tous ceux cités précédemment. Les immigrants remplacent les enfants des ouvriers et des paysans, et ceux des petites entreprises familiales espagnoles qui disparaissent de ces secteurs.

5La main-d’œuvre étrangère, en même temps qu'elle s’adapte à un nouveau milieu professionnel possédant ses lois, ses modes de régulation et d’exclusion, introduit aussi d’autres formes de compréhension de l’activité économique et des relations de travail, formes qui proviennent de sa société et de sa culture d’origine et qui, à leur tour, se transforment et transforment le marché du travail. Les régulations et les relations de travail ne sont pas figées mais en continuelle évolution.

6Le grand poids de l’économie souterraine dans le marché du travail espagnol, a d’abord fait que l’arrivée de main-d’œuvre étrangère suive les voies habituelles de l’irrégularité au sein d’une économie souterraine ; puis il y a eu l’obtention de permis de travail officiels et la régularisation des situations (Pajares, 2005), qui a lieu dans le cadre des régularisations périodiques de résidents et de travailleurs étrangers (1986, 1990-1991, 1996, 2000, 2001, 2005).

7L’insertion de la force de travail immigrée dans le marché du travail espagnol se fait aussi bien selon une voie régulière que selon une voie irrégulière, toutes deux caractéristiques de ce marché. Le manque d’infrastructure, de moyens et de réglementations de l’État pour recruter et insérer de façon efficace, contrôlée, réglementée et officielle les travailleurs étrangers, oblige ces derniers à vivre temporairement dans des situations de marginalisation et d’exclusion. Le gouvernement tente de corriger a posteriori cette situation de fait – et qui échappe à son contrôle – par le biais des processus de régularisation extraordinaires (lors de la dernière régularisation, par exemple, il y a eu 700 000 demandes de travailleurs étrangers en situation irrégulière). En définitive, les marchés du travail nationaux et internationaux s’autorégulent par-delà le contrôle des États.

8De leur côté, les travailleurs étrangers, comme nous l’avons dit, introduisent de nouveaux éléments sur le marché du travail en raison de leur mode spécifique de compréhension des relations professionnelles. Prenons l’exemple de la Chine : la coutume veut que l’employeur, qu’il soit public ou privé, fournisse, en plus du salaire, son logement à l’employé, ainsi que d’autres avantages (concernant la nourriture, le transport, etc.). En Chine, pendant longtemps, l’État était le seul employeur et il déléguait aux unités de travail (danwei) pratiquement toutes les fonctions de l’État-providence. Ses entreprises étaient responsables non seulement du travail de leurs employés, mais aussi de leur logement, eau, électricité, nourriture, transport, éducation, santé, pensions de vieillesse, etc. Elles intervenaient même dans les affaires privées, au moment des mariages, des naissances, etc. (Liu et Perry, 1997). Après le démantèlement de l’économie collective, les entreprises privées continuent aujourd’hui à fournir un élément aussi fondamental que le logement, même si beaucoup d’autres avantages ont désormais disparu.

9En Chine, le mode traditionnel de recrutement d'une nouvelle main-d’œuvre obéissait à plusieurs mécanismes : il y avait le système dingti, selon lequel les parents, au moment de partir à la retraite, laissaient leurs postes de travail à leurs enfants ; il y avait aussi le recrutement assuré par les travailleurs eux-mêmes, avec comme conséquence la concentration, dans les usines, de travailleurs d’une même origine géographique et maintenant souvent d’étroits liens de parenté, d’amitié et de voisinage (Lee, 1998 ; Bian, 1997, 1999 et 2002 ; Hanser, 2002). Une autre caractéristique de ce mode traditionnel était que la relation entre employeur et employé allait au-delà de la simple relation professionnelle contractuelle et incluait l’existence de “sentiments humains” (renqing). L’employeur se préoccupait du bien-être de ses employés et de son entourage familial et recevait en échange loyauté et fidélité, ou, ce qui revient au même, renoncement aux revendications dans le travail. Se créaient ainsi des liens étroits entre l’employeur et l’employé, vu que chacun satisfaisait aux attentes de l’autre.

10La norme culturelle chinoise qui consiste à favoriser l’harmonie sociale et à essayer d’éviter les conflits affecte également le monde du travail. Pour atteindre cet objectif, tous doivent collaborer, employeurs et employés. Si un employeur n’a pas de considération pour les sentiments humains de ses employés, s’il ne fait que les exploiter et les humilier, ses employés non plus ne se sentiront pas obligés envers lui et tenteront de saboter la production, si bien que l’employeur pourrait se retrouver sans travailleurs. La prévention des conflits est obtenue par la promotion des relations et des liens sociaux dans le cadre de travail. Quand un chef demande à un employé de l'aider à recruter une nouvelle main-d’œuvre parmi ses parents, ses amis et ses voisins, il devient d’une certaine façon redevable envers son employé-recruteur, tandis que les nouveaux embauchés sont redevables à leur tour envers la personne qui les a recrutés, et par voie de conséquence, envers leur employeur. Cette dette morale, dans laquelle interviennent l’aide et la confiance, se paye par la gratitude qui consiste tout simplement, de la part de l’employeur, à bien traiter ses employés et à se préoccuper d’eux au-delà du cadre du travail et, de la part des employés, à bien répondre aux exigences du travail, à être disciplinés et à éviter les conflits et les revendications ouvertes. Cela dit, cette relation a aussi ses limites et peut se rompre dès que l'une des deux parties ne joue plus le jeu.

11Tout cela pour dire que lorsque, sur le marché du travail international, la main-d’œuvre immigrante s’insère dans des niches économiques ethniques où les employeurs sont de la même origine que leurs employés, leurs relations professionnelles reproduisent en partie les schémas de leur milieu d’origine. Dans le cas des Chinois, l’employeur fournit d'ordinaire un logement à ses employés ainsi que les repas ou l’espace et les ustensiles nécessaires pour pouvoir cuisiner. L’employeur peut aussi avoir recours à ses employés pour recruter une nouvelle main-d’œuvre, qui sera généralement disciplinée et peu conflictuelle. L’employeur peut même souvent aider d’anciens employés à démarrer leur propre affaire et leur fournir crédits, contacts, informations, etc. Conserver une main-d’œuvre fidèle est chaque fois plus difficile car la concurrence introduite par les nouveaux travailleurs augmente sans cesse, et les employeurs doivent faire chaque fois davantage de concessions et fournir encore plus d’avantages. L’absence de syndicats dans le monde du travail chinois ne signifie pas que les travailleurs ne sont pas conscients de la valeur de leur force de travail, mais que leurs mécanismes de revendication suivent d’autres chemins non balisés, non contrôlés ni dirigés par les syndicats (Beltrán y Sáiz, 2003).

De la saturation et de la diversification des niches économiques ethniques

12La caractéristique fondamentale des niches ethniques est la concentration élevée d’une force de travail d’une même origine ethnique dans le cadre d’une activité économique spécifique. Les propriétaires des entreprises sont habituellement du même groupe ethnique que les employeurs (Riesco Sanz, 2003). L’exemple type de la communauté chinoise en Espagne est celui de l’hôtellerie, les restaurants offrant de la cuisine chinoise. Les propriétaires des restaurants sont des Chinois, tout comme leurs employés. Pendant longtemps, c’est cette activité économique qui a monopolisé l’insertion professionnelle des travailleurs chinois en Espagne ; mais, actuellement, elle coexiste avec d’autres niches économiques sans compter un nombre croissant de travailleurs employés sur le marché du travail général dans des activités hors du contrôle de leurs cœthniques (Beltrán, 2004 et 2005 ; Sáiz, 2005b).

13Les niches économiques se développent grâce à l’initiative d’immigrés pionniers qui trouvent un gisement du travail particulier qu’ils colonisent et exploitent dans toute son étendue et dans toutes ses possibilités. Créer des entreprises à caractère familial constitue l’une des finalités caractéristiques de la diaspora chinoise présente dans tous les coins de la planète. Il ne s’agit pas d’une conséquence de la migration, mais plutôt d’une spécificité du milieu socioculturel et économique dont elle est issue et où l'on valorise l’indépendance économique du groupe familial quand la famille possède les moyens de production nécessaires pour ne pas vendre sa force de travail à l’extérieur et dépendre des salaires sur le marché du travail. En Chine, l’idéal traditionnel était que la famille possède la terre nécessaire pour pouvoir vivre sans avoir besoin de travailler pour d’autres. La Chine a toujours été une société avec une économie de petits propriétaires, et l’idéologie qui imprègne toute cette société, y compris sa conception du travail et des relations de travail, est régie par les principes de l’autonomie économique familiale (Beltrán, 2003).

14Dans les processus de migration internationale, suivant les époques et les contextes dans lesquels les Chinois se sont insérés, les possibilités pour mener à terme leurs projets migratoires ont varié. Les États-nations où ils se sont fixés et établis ont leurs propres règles et leurs propres normes, qui facilitent ou compliquent leurs objectifs d’entreprise. Les immigrants chinois se sont adaptés à toutes sortes de circonstances qui, partout et toujours, ont pu être hostiles et violentes et affecter leur vie même. Les mesures discriminatoires et d’exclusion prises contre les immigrants chinois et leurs activités économiques ont été une constante dans le Sud-Est asiatique d’abord, en Amérique ensuite, et le sont actuellement en Europe.

15Pour la création et le développement des niches économiques ethniques entrent en jeu aussi bien les objectifs, les capacités et les attentes des immigrés que les caractéristiques et possibilités de la structure économique dans laquelle ils s’insèrent. Lorsque démarre une activité économique particulière avec l’ouverture d’une entreprise, il faut commencer par regrouper les membres de la famille pour en former la main-d’œuvre fondamentale. Une fois que l’entreprise s’est consolidée et qu’elle dispose d’excédents de capital pour investir dans de nouvelles affaires, on passe au recrutement de parents éloignés, d’amis et de voisins de préférence, puis à celui d’autres co-ethniques. La préférence donnée à des travailleurs avec lesquels on maintient des liens sociaux existant au préalable garantit la discipline, la flexibilité et, au moins temporairement, le moindre coût de la main-d’œuvre.

16Le plus souvent, les nouveaux travailleurs quittent la Chine et arrivent en Espagne de façon irrégulière, aidés par des passeurs qu’ils payent pour le service rendu. S’ils n’ont pas disposé au départ du capital nécessaire pour payer tous les frais du voyage, les travailleurs consacreront leurs premiers efforts professionnels à solder leur dette. Souvent, ils commencent à travailler dans le cadre de l’économie souterraine et les salaires qu'ils reçoivent, indépendamment du fait que l’employeur soit co-ethnique ou non, se situent en-dessous de la moyenne nationale, même s’ils sont largement au-dessus de leur salaire d’origine. Cette situation est temporaire et même s’il y a exploitation, les deux parties se considèrent comme gagnantes. L’employeur, parce qu’il profite d’une main-d’œuvre relativement bon marché en comparaison de celle du marché général du travail, et l’employé, parce qu'il dispose tout de suite dans un contexte étranger d’un travail, d’un logement et d’un salaire très supérieur à celui qu’il gagnait à l’origine.

17Avec le temps, les niches économiques ethniques finissent par arriver à saturation et se révèlent incapables d’absorber toute nouvelle main-d’œuvre. Il ne reste plus qu’à ouvrir de nouvelles niches ou à sortir de celles qui existent. L’immigrant se trouve alors avec trois options : travailler dans des niches traditionnelles, dans des niches émergentes ou hors de toute niche. La pression migratoire, avec l’arrivée continuelle de main-d’œuvre chinoise en Espagne est telle que les niches économiques sont incapables de répondre à la demande.

Segmentation et hiérarchisation du marché du travail espagnol

18Le marché du travail espagnol a subi une grande transformation pendant le dernier quart du xxe siècle. Pendant cette période, la force de travail a augmenté de 7,5 millions d’unités, dont 2,7 millions pendant les cinq dernières années. La proportion de main-d’œuvre étrangère par rapport au total de la force de travail a augmenté de façon spectaculaire depuis le début du xxie siècle. En 1998, elle représentait 1,9 % de la force de travail affiliée à la Sécurité sociale ; en 2000, elle atteignait la proportion de 2,9 % ; à la fin de l’année 2005, elle était de 9,3 % et, quatre mois plus tard, le 30 avril 2006, elle arrive au chiffre de 9,7 %.

Tableau 1. Travailleurs affiliés à la Sécurité sociale. Total actifs, régime général, étrangers et chinois. Années 1980-2005

Tableau 1. Travailleurs affiliés à la Sécurité sociale. Total actifs, régime général, étrangers et chinois. Années 1980-2005

Source : Élaboration personnelle à partir de Afiliación a la Seguridad social. Avril 2006, ministère du Travail et des affaires sociales, Secrétariat d'État à la Sécurité sociale.

19Sur les 1397258 nouveaux travailleurs qui se sont inscrits à la Sécurité sociale entre fin 2004 et fin avril 2006, 52,14 % sont des étrangers. Fin 2005, avait bénéficié des dernières mesures de normalisation de travailleurs étrangers, prises entre mars et mai 2005, un total de 550 136 personnes. Entre la fin de l’année 2000 et avril 2006, l’ensemble des travailleurs étrangers affiliés à la Sécurité sociale a été multiplié par 4. Évidemment, ces données ne prennent pas en compte les travailleurs restés dans l’économie souterraine, même si nous pouvons affirmer que leur volume a diminué de façon considérable après les dernières procédures de régularisation.

20Les affiliés à la Sécurité sociale se répartissent en plusieurs catégories ou régimes. Le régime général comprend fondamentalement les salariés des différents secteurs de la production ; on comptabilise par ailleurs les travailleurs autonomes et une série de travailleurs ayant des régimes spéciaux, comme le secteur agricole, celui de la mer, le secteur minier et celui des travaux de maison. Dans le tableau 2, sont mis en parallèle, par rapport au chiffre global des travailleurs en Espagne, les chiffres des travailleurs étrangers venus de pays n’appartenant pas à l’UE et ceux des travailleurs chinois. Le plus remarquable est que la proportion de travailleurs autonomes, en comparaison avec l’ensemble des travailleurs, est trois fois plus basse pour les travailleurs venus de pays hors l’UE que pour la population chinoise, qui connaît un taux bien supérieur à la moyenne nationale. La plupart de ces Chinois sont de petits chefs d’entreprise, auxquels il faudrait ajouter la majorité de ceux qui ont été naturalisés espagnols après une période de dix ans de résidence officielle et qui dépassent le nombre de 3 000 entre le début des années quatre-vingt-dix et aujourd’hui (Beltrán, 2004).

Tableau 2 : Travailleurs affiliés à la Sécurité sociale par régimes. Total travailleurs étrangers, provenant de pays hors UE et total des travailleurs chinois. Au 31 décembre 2005.

Tableau 2 : Travailleurs affiliés à la Sécurité sociale par régimes. Total travailleurs étrangers, provenant de pays hors UE et total des travailleurs chinois. Au 31 décembre 2005.

Source : Élaboration personnelle à partir de Afiliación a la Seguridad social, décembre 2005, ministère du Travail et des affaires sociales, Secrétariat d'État à la Sécurité sociale. (http://wwww.tt.mtas.es/​periodico/​seguridadsocial/​200507/​afi_extr_diciembre_06.pdf)

21Il est aussi frappant de voir que les Chinois sont à peine présents dans le régime spécial agricole et dans le régime des travaux de maison, alors que, dans ces secteurs, l’ensemble des travailleurs étrangers se situe bien au-dessus de la moyenne nationale. Ces secteurs sont parmi ceux qui intègrent le plus de main-d’œuvre étrangère. Par exemple, selon les chiffres des incorporations d’étrangers au 31 août 2005, les employés de maison, parmi ceux qui ont bénéficié du dernier processus de normalisation, représentaient 32,8 % du total des personnes régularisées.

22En analysant plus en détail les activités économiques à l’intérieur du régime général (fondamentalement des salariés) de la Sécurité sociale et en comparant l’ensemble des travailleurs d’Espagne avec les étrangers, on observe l'insertion différente des nationaux et étrangers. Les étrangers se retrouvent dans le bâtiment et dans l’hôtellerie et sont beaucoup moins présents dans les secteurs qui nécessitent davantage de qualification comme les activités sanitaires, l’éducation et l’administration publique. Dans le commerce et dans l’industrie manufacturière, l’ensemble des travailleurs nationaux est encore proportionnellement majoritaire, mais les étrangers se rapprochent progressivement de la moyenne nationale.

Tableau 3. Travailleurs affiliés au régime général de la Securité sociale. Répartition par secteurs d’activité.

Tableau 3. Travailleurs affiliés au régime général de la Securité sociale. Répartition par secteurs d’activité.

Source : Élaboration personnelle à partir de Afiliación a la Seguridad social. Agosto 2005 et Afiliados extranjeros a la Seguridad social, Juin 2005, Ministère du Travail et des affaires sociales, Secrétariat d'État à la Sécurité sociale.

23En définitive, les travailleurs étrangers travaillent surtout comme employés de maison, ou dans l’agriculture, le bâtiment et l’hôtellerie. Les Chinois, pour leur part, sont plutôt des travailleurs autonomes et sont pratiquement absents de l’agriculture et rarement employés de maison. Cela dit, ces dernières années, leur proportion dans le secteur du bâtiment et de l’industrie a augmenté de façon significative. Par exemple, sur l’ensemble des contrats enregistrés pendant la période qui va de janvier à mars 2004, 18 % des travailleurs chinois ont été embauchés dans l’industrie (6,2 % pour l’ensemble des étrangers), et 9,4 % dans le bâtiment (22,9 % pour l'ensemble des étrangers).

Tableau 4. Contrats de travail pour travailleurs étrangers et travailleurs chinois. janvier-mars 2004

Tableau 4. Contrats de travail pour travailleurs étrangers et travailleurs chinois. janvier-mars 2004

Source : Élaboration personnelle à partir du Boletín Estadístico de Extranjería e Inmigración, 2 (juin 2004), Observatoire permanent de l’immigration.

24De l’ensemble des contrats signés avec des étrangers en Espagne pendant le premier trimestre de l’année 2004, 5,4 % et 2,6 % l’ont été avec des travailleurs chinois respectivement dans l’industrie et les services. Malgré une concentration particulière dans le secteur des services, où les Chinois ont signé 71,5 % de l’ensemble des contrats, cette proportion est loin de la moyenne de 90 % qui était la leur au milieu des années 1990. Avec le temps, la main-d’œuvre chinoise est en train de se diversifier sur le marché du travail espagnol.

25Le marché du travail espagnol est segmenté et hiérarchisé. Le nombre des travailleurs étrangers par rapport à l’ensemble de la force de travail espagnole peut être plus élevé dans certains secteurs d’activité, alors que dans d’autres il restera inférieur ou égal. Mais dans tous les secteurs, avec comme seule exception celui des employés de maison, la main-d'œuvre nationale est encore supérieure en volume à la main-d'œuvre étrangère.

Le déploiement professionnel de la force de travail chinoise

26La particularité de la force de travail chinoise sur le marché du travail espagnol est sa proportion élevée de travailleurs autonomes qui indique son goût pour les activités patronales le plus souvent à caractère familial (Beltrán, 2000 ; Sáiz 2005a et 2005b). La majeure partie de la main-d’œuvre chinoise a travaillé pendant longtemps pour des employeurs co-ethniques, c'est-à-dire des Chinois. Les chefs d’entreprise chinois préféraient engager des travailleurs chinois comme employés, en recourant au marché du travail de leurs villages d’origine, et en utilisant les mécanismes de recrutement traditionnels qui existent également en Chine.

27Jusqu’au milieu des années quatre-vingt-dix, le secteur de la restauration absorbait quasiment toute la nouvelle main-d’œuvre chinoise qui entrait en Espagne. Le jour est arrivé pourtant où le territoire national a été entièrement couvert, avec l’ouverture de restaurants dans tous les coins d’Espagne, dans toutes les communes de 8 000 habitants en moyenne, part minimum de marché pour une viabilité économique. Et tandis que l'offre hôtelière arrivait à saturation, les chaînes migratoires en place continuaient à recruter une nouvelle main-d’œuvre en Chine et à faire venir de nouveaux immigrants. La seule possibilité fut alors de les intégrer dans de nouveaux secteurs et de nouvelles activités économiques.

28Ainsi, au début des années quatre-vingt-dix, certains chefs d’entreprise chinois commencèrent à s’établir dans l’industrie de la confection en ouvrant des ateliers de couture pour des Espagnols qui sous-traitaient la production auprès de travailleurs étrangers relevant de l’économie souterraine (Beltrán et Sáiz, 2003). Ces ateliers de confection offraient une alternative professionnelle à la nouvelle main-d’œuvre chinoise et permettaient également aux nouveaux venus de créer leurs propres entreprises, vu que le capital de départ nécessaire à l’ouverture d’un atelier restait bien inférieur à celui requis pour un restaurant chinois. Tout en sachant, par ailleurs, que cette activité économique (les ateliers de couture) est considérée comme un moyen d'accumuler du capital qui sera investi dans d’autres secteurs, de préférence dans le commerce.

29Les restaurants chinois tout comme les ateliers de confection de vêtements sont des niches économiques ethniques où les employeurs et les employés appartiennent au même groupe ethnique. Dans les deux cas, ils se répartissent dans toute l’Espagne, bien que se soient formées, dans la confection, des concentrations particulières d’ateliers et de travailleurs dans des lieux comme Santa Coloma-Badalona dans la zone métropolitaine de Barcelone ainsi que dans les quartiers de Usera-Vallecas à Madrid. Les plus récents développements de niches ethniques chinoises – des secteurs économiques où investir le capital et la main-d’œuvre chinoise disponibles – ont conduit à la création de petits commerces : boutiques de cadeaux, qui proposent des marchandises bon marché provenant en grande partie de Chine ; magasins de chaussures et de vêtements. À leur tour, ces nouveaux secteurs ont donné lieu à une prolifération de compagnies d’import-export chinoises ainsi que de dépôts de vente en gros de vêtements, chaussures et cadeaux, afin d’approvisionner les magasins (Beltrán, 2005 ; Sáiz, 2005b). Une fois de plus, la logique de la niche ethnique est entrée en jeu pour informer toute la ligne de distribution : importateur – dépôt de vente en gros – magasin de vente au détail. Les compagnies importatrices et les dépôts de vente en gros ont eu tendance à se concentrer dans certains quartiers des grandes villes ainsi que dans les « polygones » (zones d’activités) industriels où propriétaires et employés sont chinois.

30Les niches chinoises offrent du travail aux nouveaux arrivants sans qu’ils aient besoin de parler la langue de la société d’accueil, puisque leur cadre de travail est uniquement chinois. Les employeurs obtiennent ainsi, du moins pendant une certaine période, une main-d’œuvre disciplinée et bon marché, à laquelle ils doivent fournir logement et nourriture. Le temps aidant, ces nouveaux travailleurs peuvent apprendre toutes les ficelles du métier et devenir eux-mêmes des entrepreneurs, qui, à leur tour, feront appel à une main-d’œuvre récemment arrivée, pareillement disciplinée et toujours prête à rendre service. Ce modèle a démontré son efficacité pendant une époque, aussi bien pour les employeurs que pour les employés, nombre de parcours couronnés de succès ayant pu être observés. Mais désormais les niches chinoises, malgré leur expansion et leur diversification croissante, ne sont plus capables d’absorber toute la main-d’œuvre en provenance de Chine, ce qui explique que la force de travail chinoise employée en dehors de leur sphère soit chaque jour plus importante.

De la sortie des niches ethniques au marché du travail national

31Nous voyons donc comment le processus d'installation territoriale et économique des Chinois s’est développé de façon diachronique et synchronique selon un modèle de concentration/expansion (Sáiz, 2005b), ce qui explique que coexistent à l'heure actuelle les deux modalités du travail, à savoir celui des travailleurs salariés et celui des travailleurs indépendants ou entrepreneurs. On constate certes la permanence du développement et de l’expansion de la niche ethnique avec des propriétaires d’entreprises et des employés coethniques, mais on voit aussi apparaître des entrepreneurs chinois hors de leur niche d’origine et loin de leurs activités économiques traditionnelles, tandis que sont de plus en plus nombreux les employés chinois directement recrutés par des entreprises espagnoles. Le secteur du bâtiment illustre la concentration de main-d’œuvre chinoise dans un nouveau secteur d’activité. Dans un premier temps, il existait des équipes d'ouvriers du bâtiment chinois qui travaillaient pour les Chinois eux-mêmes, en particulier pour la décoration des nouveaux restaurants (travail complémentaire au sein de la niche). Par la suite, les employeurs espagnols ont commencé à embaucher des « équipes » de maçons chinois, ce qui a entraîné d’une certaine manière une sortie de la niche. Finalement, le nombre augmente chaque jour des ouvriers chinois employés par des chefs d’entreprise espagnols du bâtiment, et qui le sont dans des équipes dont la composition est ethniquement hétérogène, et où les Chinois se trouvent souvent en minorité. En ce sens, on peut dire que le secteur du bâtiment fournit un modèle pour une sortie des niches ethniques, puisqu’on y voit la conjonction des modes de recrutement et d’embauche chinois (par parenté ou par amitié) et des modes autochtones en la matière (services municipaux de placement, agences de travail temporaire, bourse de travail des syndicats, etc.).

32On ne dispose pas de données statistiques sur le nombre de contrats signés par des travailleurs chinois et classés selon l'origine ethnique de l'employeur, mais on peut affirmer avec certitude qu'un bon nombre des travailleurs dans l'industrie, le bâtiment et les services, correspondent, d’après les tableaux précédents, à l’ensemble des travailleurs chinois employés dans des entreprises espagnoles. L'industrie nationale a étendu l'éventail de secteurs où les travailleurs chinois trouvent du travail : depuis la fabrication de chaussures jusqu'aux industries de la viande et de l'emballage. Dans ces cas-là, les employeurs sont toujours espagnols. Il en est de même dans le secteur des services, qui offre des contrats de travail à des serveurs, des employés de magasin, etc. Leurs activités se caractérisent par le fait qu'il s'agit de postes de peu ou de basse qualification et pour lesquels, en général, on embauche une main-d’œuvre aussi bien masculine que féminine (Ceccagno, 2003a, 2003b).

33Un secteur émergent, bien qu'encore peu significatif par son volume d'emploi, est celui des entreprises de services ou encore de l'administration publique dans des activités orientées vers une clientèle ou des usagers chinois. Compagnies d’aviation, organismes financiers, médias, cabinets d'avocats ou des services publics de médiation culturelle en matière de santé, d’éducation, etc., embauchent de la main-d’œuvre chinoise ; et dans ces cas-là il s'agit d’une force de travail possédant un niveau d'éducation au-dessus de la moyenne. Ce nouveau développement apparaît comme la conséquence de l'augmentation du nombre de résidents et travailleurs chinois en Espagne. Leur importance croissante dans la population constitue désormais un objectif de marché pour certains secteurs qui recrutent quelques membres de la communauté chinoise pour la raison précise que leur travail est fondamentalement orienté vers la satisfaction et la conquête des clients/usagers d'origine chinoise. Dans ce cas de figure, l’appartenance ethnique constitue un avantage certain pour accéder à ces postes du marché du travail national.

34Qui sont ces hommes et femmes qui sortent des niches ethniques ? Quelles sont les motivations qui les poussent à travailler pour d’autres personnes, qui sont des « étrangers » ? Il faut d'abord tenir compte de la classe d'âge : il s'agit de personnes jeunes (moins de 35 ans dans la majorité des cas), qui, selon leur provenance, avancent des raisons différentes pour expliquer leur choix de travailler dans un milieu de travail non-chinois, qu’il soit espagnol ou de nature hétérogène, c’est-à-dire comprenant des collègues de travail issus d'autres groupes d'immigrants. Les Chinois qui travaillent en Espagne proviennent pour la plupart du district de Qingtian et des districts voisins appartenant à la municipalité ou préfecture de Wenzhou, situés dans le sud de la province de Zhejiang (Beltrán, 2003). Leur projet migratoire reste familial et se base sur la recherche de la réussite économique par le biais de l'entreprise familiale. Les chefs d'entreprise les plus importants des niches ethniques chinoises, ainsi que la majorité des travailleurs, viennent pour la plupart de cette région. Actuellement, cependant, les Chinois originaires de Qingtian sont de plus en plus nombreux à trouver du travail hors de leurs niches – qu’elles soient traditionnelles ou récentes –, ces dernières étant incapables d’absorber toute la main-d’œuvre disponible, ce qui oblige à une entrée directe sur le marché du travail national, sans que puisse s’exercer le contrôle ethnique chinois.

35La jeunesse est une phase de la vie durant laquelle on ne dispose pas de grandes ressources économiques, à moins d'avoir une vaste famille (nombreuse et/ou étendue) ou d'hériter des affaires de famille. Par conséquent, pour accumuler du capital il faut travailler dur pendant de longues années, comme beaucoup d’autres l'ont déjà fait dans telle ou telle niche ethnique. Toutefois, contrairement aux pionniers qui ne sont pas sortis de leurs niches premières, les jeunes émigrés de Qingtian, depuis la fin du xxe siècle, recherchent de meilleures conditions de travail : s’ils les trouvent d’abord dans des niches où, à travail égal, ils gagnent mieux leur vie qu’en Chine, ils tendent aujourd’hui majoritairement à les rechercher hors de ces niches.

36Il existe un autre groupe de Chinois qui viennent de la région Nord-Est de la Chine et de la province de Shandong. Depuis la fin des années 1990, la présence de Chinois du Nord-Est est chaque jour plus importante en Espagne, tout comme en Europe (Pieke, sous presse ; Pieke et al., 2004 ; Ceccagno, 2003b). Les migrants de cette zone ne se caractérisent pas par un projet de migration familiale, même s'il y a aussi des exemples de familles et de regroupement familial. Beaucoup d’entre eux sont des hommes et des femmes célibataires ou nouveaux mariés sans enfants, qui viennent « à l'essai », pour voir quelles possibilités de travail leur offre l’Espagne. Quelques-uns ont déjà un emploi dans des entreprises ou des usines, et un emploi qui n’est pas « mauvais, parce qu'il offrent de bons avantages à l'employé et notamment celui de pouvoir disposer d’une période de trois mois payés pour chercher un poste plus intéressant. Les travailleurs qui utilisent cette formule ont la possibilité de retourner à leur ancien emploi si ce qu'ils ont trouvé ne leur donne pas entière satisfaction. Ce sont des ouvriers possédant une bonne expérience dans le domaine des relations contractuelles de travail et qui connaissent les processus de production. Leur incorporation à l'industrie espagnole, demandeuse de main-d'œuvre, s'avère assez viable.

37Les employés chinois sur le marché de travail national (c'est-à-dire non ethnique) reconnaissent que les conditions qui leur sont offertes sont qualitativement meilleures que celles des niches ethniques et, surtout, qu'elles leur apportent un salaire supérieur pour une journée de travail plus courte, avec un contrat et une cotisation à la Sécurité Sociale payée par l'employeur et non par l'employé, comme cela arrive souvent dans les niches ethniques. Le fait que les « jeunes » embauchés chinois accordent de l'importance aux meilleures conditions de travail offertes par le marché du travail national indique qu'il s'agit d'une main-d'œuvre qui connaît sa valeur, veut se sentir bien traitée pour ce qui est du salaire et de la durée de la journée de travail, et qui est consciente de son droit à des conditions de travail dignes. En ce sens, il faudrait nuancer cette image d’une main-d'œuvre chinoise soumise et exploitée telle que la construisent si souvent les médias nationaux.

38Un autre avantage qu’il y a pour les Chinois à travailler sur le marché de travail espagnol, c'est l’obligation qui en découle d’avoir à utiliser les langues du pays d’accueil et donc la possibilité de les pratiquer. Dans les niches ethniques on pouvait vivre et prospérer sans savoir ni comprendre les langues du pays d’accueil, et certains des pionniers n'ont jamais appris l'espagnol, ce qui leur interdisait toute mobilité sociale ascendante. Mais l’augmentation des populations d'origine chinoise en Espagne complique les parcours classiques de mobilité, en intensifiant la concurrence et en obligeant à investir davantage dans la formation du capital humain. L'apprentissage des langues locales fait désormais partie, avec d’autres choses, d’une stratégie économique qui permet aux jeunes migrants de meilleures options et sur le marché de travail ethnique et, plus spécialement, sur le marché national ouvert. On a ainsi pu constater un changement d'attitude de la part des jeunes Chinois non scolarisés en Espagne et une cetaine, quoique relative augmentation de leur capacité d’expression.

39Enfin, les travailleurs d'origine chinoise sont mieux considérés par les employeurs espagnols que ceux provenant d’autres parties du monde. Des qualificatifs comme disciplinés, travailleurs, peu conflictuels, fiables, efficaces, etc., sont utilisés pour décrire les qualités des travailleurs d'origine chinoise, ce qui provoque une hiérarchisation ethnique du marché de travail (et par extension de la société) sur la base de critères ethniques préférés, pour évaluer la force de travail, aux critères des compétences et des capacités nécessaires pour effectuer les tâches professionnelles.

Conclusion

40Finalement, nous pouvons affirmer que la sortie de la main-d'œuvre chinoise de ses niches économiques est un phénomène en cours, qui naît autant de la saturation de l'offre en son sein que de l'augmentation du volume de sa force de travail. Il faut rappeler également l'influence d'un marché du travail national qui absorbe de façon continuelle une nouvelle main-d'œuvre sans qualification, mais chaque jour plus qualifiée, sans qu'on puisse déterminer son plafond d’absorption et de saturation. Les mesures du nouveau gouvernement relatives au statut des étrangers – concrètement le dernier processus de régularisation de mars-mai 2005 – supposent l'insertion d'un grand nombre de travailleurs dans l'économie officielle, avec tout ce que cela signifie quant à l'obtention de droits du travail. Et même si l'économie souterraine n'a pas disparu et continue à se nourrir en partie de la main-d'œuvre étrangère, son poids commence à décliner dans l'ensemble de l'économie espagnole. La facilité ou la possibilité qu’il y a pour obtenir un permis de travail officiel en Espagne est un premier pas très important pour pouvoir sortir aussi bien de l'économie souterraine que des niches ethniques. Beaucoup de jeunes migrants chinois aspirent à un travail officiel qui puisse leur ouvrir des perspectives professionnelles qui ne soient plus déterminées et contrôlées par les seules niches ethniques, comme cela était le cas presque toujours auparavant.

41Cela dit, les niches économiques traditionnelles continuent d’être actives et se doublent de niches émergentes qui remplissent les mêmes fonctions que les niches d'origine pour ce qui est de la création de petites entreprises familiales. Deux modalités qui coexistent avec l’apparition, sur le marché du travail national ouvert, d’une force de travail de plus en plus tournée vers des secteurs et des activités placées hors du contrôle des co-ethniques. Beaucoup de ces salariés ont encore pour but, à moyen ou à long terme, d’acquérir leur indépendance et leur autonomie, mais en attendant le moment propice pour ouvrir leur propre affaire, ils s'adaptent aux conditions de travail du marché national, qui sont largement meilleures, au moins au niveau salarial, que celles des niches.

42Tous les Chinois salariés ne peuvent pas ou ne souhaitent pas devenir des travailleurs indépendants, et le marché du travail national leur offre des conditions de travail acceptables. Ces travailleurs chinois n’ont accédé à ce marché de manière normalisée que très récemment, autrement dit à une époque où il était déjà occupé par une grande diversité de main-d'œuvre étrangère, insérée, elle, dès son arrivée. Les travailleurs originaires de Chine, en revanche, n’y ont pénétré que longtemps après le début de leur implantation en Espagne, et après avoir connu une longue période de réussite dans leurs entreprises. C'est la rapidité et le grand volume des nouvelles arrivées qui provoquent la sortie des niches ethniques, mais c’est également l’intérêt des jeunes eux-mêmes, qu’ils soient ou non de la province de Zhejiang, de ces jeunes porteurs d'aspirations différentes de celles de la génération précédente, celle qui avait créé, développé, maîtrisé, contrôlé et dominé sans partage les activités économiques des niches ethniques.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Beltran Antolín, J. (2000), "La empresa familiar. Trabajo, redes sociales y familia en el colectivo chino" : OFRIM/Suplementos, 6 : 129-153.

Beltran Antolín, J. (2003), Los ocho inmortales cruzan el mar. Chinos en Extremo Occidente : Edicions Bellaterra, Barcelona.

Beltran Antolín, J. (2004), "Las comunidades chinas en España y sus actividades económicas". Economía Exterior, 30 : 153-160.

Beltran Antolín, J. (2005), "Chinese entrepreneurship in Spain : The seeds of Chinatown", en Ernst Spaan, Felicitas Hillmann y Ton van Naerssen, eds., Asian migrants and European labour markets. Patterns and processes of immigrant labour market insertion in Europe : Routledge, Londres.

Beltran Antolín, J. y Amelia Sáiz López (2003), “Trabajadores y empresarios chinos en Cataluña”. Ponencias IV Congrés Cátala de Sociología. Reus. http://www.iec.es/scs/IV%20Congres%20sociologia/Informacio%20grups%20de%20treball/Grup%20de%20treball%2013/beltransaiz.doc

Bian Y. (1997), " Bringing strong ties back in : indirect ties, network bridges, and job searches in China". American Sociological Review 62 : 366-385.

Bian Y. (1999), " Getting a job through a web of guanxi in China", pp. 225-253, in B. Wellamn, ed., Networks in the global village : Westview, Boulder.

Bian Y. (2002), " Institutional holes and job mobility proceses : Guanxi mechanisms in China’s emergent labor markets", pp. 117-135, en T. Gold, D. Guthrie y D. Wank, eds., Social connections in China : Cambridge University Press, Cambridge.

Ceccagno, A. (2003a), " Les nouveaux migrants chinois en Italie : installations productives entre ethnicité et mondialisation". Migrations Sociétés no 89 : 135-150.

Ceccagno, A. (2003b), " New Chinese migrants in Italy". International Migration 41 (3) :187-213.

Hanser, A. (2002) " Youth job searches in urban China : The use of social connections in a changing labor market", pp. 137-177, en T. Gold, D. Guthrie y D. Wank, eds., Social connections in China : Cambridge University Press, Cambridge.

Lee Ching K. (1998), Gender and the South China miracle. Two worlds of factory women : University of California Press, Berkeley.

Liu X. y Elizabeth J. Perry, eds. (1997), Danwei. The changing Chinese workplace in historical and comparative perspectives. Armonk : M. E. Sharpe.

Pajares, M. (2005), La integración ciudadana. Una perspectiva para la inmigración : Icaria, Barcelona.

Pieke, F. N. (en prensa), "Past and present Chinese migration to Europe". Studi Emigrazione.

Pieke, F. N. et al. (2004), Transnational Chinese. Fujianese migrants in Europe : Stanford University Press, Stanford.

Saiz Lopez, A. (2005a), "Mujeres empresarias chinas en un contexto migratorio. Adaptación y continuidad", pp. 55-83, en Francisco Checa y Olmos, ed., (Mujeres en el camino. El fenómeno de la migración femenina en España : Icaria, Barcelona.

Saiz Lopez, A. (2005b), "La migración china en España. Características generales". Revista CIDOB d’Afers Internacionals 68

Données statistiques

Afiliación a la Seguridad Social. Agosto 2005. Ministère du Travail et des Affaires Sociales. Secrétariat d'État à la Sécurité Sociale.
(http://www.tt.mtas.es/periodico/seguridadsocial/200509/libr_afil_agosto05.pdf)

Afiliados Extranjeros a la Seguridad Social. Junio 2005. Ministère du Travail et des Affaires Sociales. Secrétariat d'État à la Sécurité Sociale.
(http://www.tt.mtas.es/periodico/seguridadsocial/200507/afi_extr_junio_05.pdf)

Balance del proceso de normalización de trabajadores extranjeros, 26 de julio de 2005. Ministère du Travail et des Affaires Sociales.
(http://www.mtas.es/balance/)
(http:/www.tt.mtas.es/periodico/inmigración/200507/Proceso_norm_26-07.pdf)

Boletín Estadístico de Extranjería e Inmigración, 2 (junio 2004). Observatoire Permanent de l'Immigration.
(http://extranjeros.mtas.es/es/general/BoletinExtranjeria-Num-2.pdf)

Encuesta de Población Activa (EPA). Segundo trimestre 2005.Institut National de la Statistique.
(http://www.ine.es/daco/daco42/daco4211/epa0205.xls)

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Travailleurs affiliés à la Sécurité sociale. Total actifs, régime général, étrangers et chinois. Années 1980-2005
Légende Source : Élaboration personnelle à partir de Afiliación a la Seguridad social. Avril 2006, ministère du Travail et des affaires sociales, Secrétariat d'État à la Sécurité sociale.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Tableau 2 : Travailleurs affiliés à la Sécurité sociale par régimes. Total travailleurs étrangers, provenant de pays hors UE et total des travailleurs chinois. Au 31 décembre 2005.
Légende Source : Élaboration personnelle à partir de Afiliación a la Seguridad social, décembre 2005, ministère du Travail et des affaires sociales, Secrétariat d'État à la Sécurité sociale. (http://wwww.tt.mtas.es/​periodico/​seguridadsocial/​200507/​afi_extr_diciembre_06.pdf)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Tableau 3. Travailleurs affiliés au régime général de la Securité sociale. Répartition par secteurs d’activité.
Légende Source : Élaboration personnelle à partir de Afiliación a la Seguridad social. Agosto 2005 et Afiliados extranjeros a la Seguridad social, Juin 2005, Ministère du Travail et des affaires sociales, Secrétariat d'État à la Sécurité sociale.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Tableau 4. Contrats de travail pour travailleurs étrangers et travailleurs chinois. janvier-mars 2004
Légende Source : Élaboration personnelle à partir du Boletín Estadístico de Extranjería e Inmigración, 2 (juin 2004), Observatoire permanent de l’immigration.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

Auteurs

Anthropologue, Professeur au Centre des études d’Asie Orientale de l'Université autonome de Barcelone. Il a une longue expérience de recherche sur les migrations internationales chinoises et la présence chinoise en Espagne. Il a publié de nombreux articles et ouvrages dont : “The seeds of Chinatown. Chinese Entrepreneurship in Spain”, in E. Spaan, F. Hillmann and T. Van Naersen (eds.), Asian Migrants on the European Labour Markets. Routledge, London, 2005, pp. 285-308 ; editor of Las diásporas de Asia Oriental en Europa Occidental, Documentos CIDOB-Asia, no 13, 2006. En collaboration avec A. Saiz Lopez : “La inserción social y económica de las comunidades asiáticas en España”, pp. 361-370, en Anuario Asia-Pacífico 2004. Barcelona : Casa Asia, Fundació Cidob, Real Instituto Elcano, 2005 ; Población y actividades económicas de las comunidades asiáticas en España”, Documento CIDOB-Asia, no 10, 2006. Asentamiento y asociacionismo de las comunidades asiáticas en España. Observatorio Permanente de la Inmigración (OPI), Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales, Madrid, 2006.

Sociologue, Professeur au Centre des études d’Asie Orientale de l'Université autonome de Barcelone. Elle a une longue expérience de recherche sur les migrations internationales chinoises et la présence chinoise en Espagne. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages dont : “La migración china en España. Características generales”. Revista CIDOB d’Afers Internacionals, no 68 (2005) : 151-163 ; “Mujeres empresarias chinas en un contexto migratorio. Adaptación y continuidad”, in F. Checa (ed.) Mujeres en el camino. El fenómeno de la migración femenina en España. Icaria, Barcelona, pp. 55-83 (2005) ; Mujeres asiáticas : cambio social y modernidad (ed) Documentos CIDOB-Asia, no 12 (2006). En collaboration avec J. Beltran : “La inserción social y económica de las comunidades asiáticas en España”, pp. 361-370, en Anuario Asia-Pacífico 2004. Barcelona : Casa Asia, Fundació Cidob, Real Instituto Elcano, 2005 ; Población y actividades económicas de las comunidades asiáticas en España, Documento CIDOB-Asia, no 10, 2006. Asentamiento y asociacionismo de las comunidades asiáticas en España. Observatorio Permanente de la Inmigración (OPI), Ministerio de Trabajo y Asuntos Sociales, Madrid, 2006.

Marianne Medioni (Traducteur)

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search