Version classiqueVersion mobile

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Identités locales, parcours migratoires et commerce global

Chapitre VIII. Circulations transnationales et pluralité des carrières de travail de femmes Chinoises en France

Laurence Roulleau-Berger

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre s’appuie sur les résultats d’une recherche réalisée entre 2002 et 2005, et intitulée I (...)

1Depuis une dizaine d’année les routes migratoires des Chinois et Chinoises se sont diversifiées, complexifiées, hiérarchisées, offrant tantôt des exemples de ce que nous qualifierons ici de monomigration internationale, tantôt des exemples de ce que nous appellerons la plurimigration transnationale. Au cœur de ces transformations, les femmes chinoises, peu qualifiées ou très qualifiées, représentent un acteur économique qui contribue à redéfinir les frontières des marchés du travail locaux et globaux. À partir de l’approche de carrières migratoires de femmes de Chine continentale et de leurs modes d’inscription économique sur les marchés du travail français, on regardera comment les opportunités structurelles, les types de migrations, ainsi que les stratégies individuelles et collectives traduisent des formes différenciées de capital social (Putnam, 2000) et spatial (Lévy et Lussault, 2003) en donnant accès à des formes de travail et d’activités visibles et moins visibles, à des niches économiques, à des emplois qualifiants ou à des filières entrepreunariales. En nous inscrivant dans une perspective de sociologie économique, nous appréhenderons les formes et les modes d'imbrication et de désimbrication spatiale comme lieux de conjonction ou de disjonction entre des espaces migratoires et des activités économiques, qui se construisent à travers les déplacements de femmes chinoises de plus en plus inscrites dans une diversité d'espaces sociaux et économiques, quand se croisent les processus de mondialisation « par le bas » (Portes, 1999) et de mondialisation « par le haut »1.

Diversité des expériences professionnelles et différenciation sociale des parcours en Chine continentale

2Les histoires professionnelles des femmes chinoises qui arrivent en Europe de l’Ouest ou de l’Est sont fort diverses et offrent des contrastes dus à l’existence d’expériences non linéaires dans l’emploi en Chine continentale selon des parcours organisés autour de modes d’agencement variés des ressources sociales, économiques et symboliques. Nous avons rencontré des femmes qui, en Chine, avaient été commerçantes ou chefs de petites entreprises familiales ou individuelles (13), des femmes cadres ou qui avaient exercé une profession intellectuelle (8), des femmes ayant exercé une profession intermédiaire (7), des employées (18), des ouvrières (5) et des femmes sans activité professionnelle (8). Parmi elles, certaines avaient travaillé dans des entreprises d’État et connaissaient donc la sécurité de l’emploi (16), d’autres avaient été embauchées dans des entreprises privées (13), d’autres encore avaient participé à la vie d’une petite entreprise familiale ou individuelle, ou bien en avaient créé (17) une ; enfin quelques femmes avaient connu le chômage (5) et d’autres ont déclaré avoir été en situation d’inactivité avant de s’engager sur les routes migratoires (8).

3Les femmes chinoises qualifiées, qu’elles aient été cadres où qu’elles aient exercé une profession intermédiaire, ont développé en Chine des carrières professionnelles où leur rapport à l’activité et au travail se construisait à partir d’un fort engagement ; elles sont aussi apparues capables de passer d’un emploi à l’autre, d’un emploi peu qualifié à un emploi plus qualifié – et réciproquement – en développant des savoir-faire professionnels diversifiés. Il faut ici préciser que ces compétences de gestion de situations diverses se sont construites dans un contexte où une économie de marché vient recouvrir une économie étatique, où les marchés du travail s’organisent tout en autorisant encore des circulations et des mobilités professionnelles, sachant que la relation entre certification scolaire et qualification professionnelle n’est pas évidente.

4Par contre, les femmes faiblement qualifiées qui étaient employées, ouvrières ou au chômage en Chine ont dû exercer d’autres emplois dans des secteurs où elles n’avaient jamais travaillé. En vivant des mobilités professionnelles contraintes elles ont développé des capacités d’adaptation aux situations économiques très fragiles auxquelles elles ont dû faire face. Dans la gestion de ces situations, ces femmes avaient déjà appris en Chine à redéfinir leurs identités sociales mises à l’épreuve des mouvements des marchés du travail chinois en élargissant leurs répertoires de ressources économiques, sociales et symboliques.

  • 2 D’après Xia, l’éducation et la scolarité d’un enfant atteignent en moyenne 600 yuans par mois (nou (...)

Xia est une jeune femme de trente-cinq ans originaire du Liaoning. Pendant son enfance, toute sa famille vivait dans la pauvreté, sa mère avait de sérieux problèmes de santé. Son père était mineur à Fushun dans la province Liaoning. Elle a terminé ses études secondaires à l’âge de dix-huit ans, mais elle n’a pas pu avoir le concours d’entrée à l’Université ; elle l’a réussi l’année suivante et a commencé à étudier à l’Université de Dalian mais les droits d’inscription étaient très élevés et elle n’a pas pu continuer ses études. Xia a trouvé un emploi dans une usine de textile. La même année, sa mère est décédée et Xia a rencontré son mari. Son époux était au chômage, mais avant il avait travaillé comme chauffeur de camion pendant sept ans. Ils ont un fils de douze ans. Aujourd’hui son mari garde leur fils et vit toujours en Chine. Ils communiquent en s’échangeant parfois des e-mails. Internet permet à Xia de voir les photos de son petit garçon et d’avoir le sentiment d’être proche de sa famille, malgré la distance. Elle a deux grands frères et trois grandes sœurs. Ils sont tous au chômage ; une de ses grandes sœurs vit en France depuis 2003. La scolarité des enfants en Chine coûte très cher et, dans certaines provinces, le montant mensuel des frais de scolarité peut atteindre l’équivalent d’un mois de salaire2. En France, sa sœur fait des ménages et parfois des massages de pieds. Xia a travaillé dans une usine de textile en Chine pendant six ans. Elle souhaitait gagner suffisamment pour que son fils puisse aller à l’université. En 1997, suite à une réforme de l’État, elle a perdu son travail. Elle a ouvert un petit restaurant et elle a également travaillé comme vendeuse de vêtements : « Je n’étais pas satisfaite car, en Chine, il n’y a toujours pas de protection sociale, donc, il faut avoir beaucoup d’argent ». En 1998, elle a voulu aller en Corée du Sud, la crise économique en Asie permettant de partir en payant seulement 25 000 yuans à une agence intermédiaire. C’était une somme accessible pour elle, mais son mari ne voulait pas qu’elle quitte la Chine. Finalement, elle n’est pas partie. Une amie de son père habitait dans un pays du Maghreb, et elle a songé à y aller, puisque les frais de voyage n’étaient pas très élevés. Elle a commencé à contacter les agences intermédiaires, mais en faisant ses recherches d’agences intermédiaires elle a saisi l’opportunité d’un groupe qui se préparait à venir en Europe. Au moment même de sa demande de visa, elle commençait à regretter sa décision. Les frais étaient très élevés et en plus, elle ne connaissait personne en Europe. Une partie des frais d’agence étant déjà réglés, elle s’est dit qu’elle ne pouvait plus faire marche arrière. Elle est arrivée en France en août 2001.

5Ces femmes qualifiées ou peu qualifiées ont pu exercer plusieurs métiers en Chine dans des secteurs professionnels très contrastés ; elles ont pu cumuler aussi plusieurs métiers, comme le montre l’exemple suivant de l’itinéraire de cette femme qui a travaillé dans la restauration, vendu des assurances et des vêtements, ouvert une crèche, exercé le métier de psychologue dans une radio, et perdu son travail pour retrouver un emploi en usine :

Li a quarante ans et vient de la province du Shandong. Son père est originaire du Dongbei et a été officier dans l’armée de l’air. Sa mère, quant à elle, a été médecin militaire. À la fin de ses études secondaires et pendant onze ans, elle a travaillé dans une usine, qui fabriquait des compteurs électroniques. Li a suivi des cours du soir en psychologie tout en continuant son travail à l’usine. Elle a obtenu un diplôme d’État de niveau licence. Au bout de ces onze années de travail à l’usine, en 1995, Li a démissionné : « J’ai divorcé en 1991, mon fils avait sept ans à l’époque. La vie était vraiment très difficile, mon salaire ne me permettait pas de prendre soin de mon fils et j’ai dû travailler dans la restauration, et puis vendre des assurances, vendre des vêtements. J’ai aussi ouvert une crèche à un moment donné. J’étais plus qu’occupée, mais je ne gagnais toujours pas suffisamment. C’était quand même mieux qu’à l’usine » Li était amenée à concilier trois activités professionnelles à la fois, afin de pouvoir gagner un peu plus d’argent. En 1995, dans sa ville natale, l’association des handicapés a créé une radio d’information privée, disposant d’une ligne téléphonique pour des consultations psychologiques : « En fait, les Chinois n’aiment pas aller consulter un psychologue de peur de perdre la face. La radio recherchait pour le poste de psychologue des filles de moins de vingt-cinq ans. À l’époque, j’avais plus de trente ans, mais comme les patrons ont trouvé ma voix très douce et puisque j’avais un diplôme en psychologie, j’ai été recrutée, c’était en 1995 ». Avec le temps Li a été promue d’abord au poste de superviseur de tous les psychologues en ligne, et plus tard elle est devenue la responsable de la radio. Il y avait des mois où elle gagnait 8 000 yuans. Li avait de très bonnes relations avec tous ses collègues. Elle a travaillé pendant huit ans et ceci jusqu’en 2001. En novembre 2001 Li a perdu son travail. Elle a trouvé ensuite un emploi dans une usine fabriquant des produits artisanaux pour l’exportation. Comme son salaire était toujours trop bas, elle a dû garder deux enfants à domicile : « Je devais payer les frais scolaires de mon fils ; à ce moment-là, mon ancien professeur m’a demandé si je voulais sortir de Chine, car il y avait une chance pour que je puisse venir en France. J’ai hésité car mon fils n’avait que douze ans et puis ma mère ne souhaitait pas le garder ». Après une longue réflexion, finalement, elle a décidé de partir. « Je voulais donner un bel avenir à mon fils. En fait, en Chine, les frais scolaires sont très chers, avec mon salaire, je n’y arrivais pas. J’ai longtemps supplié ma mère de m’aider, enfin elle a accepté et je suis partie ».

6Il y a aussi parmi les femmes chinoises qui prennent les routes transnationales, celles qui ont développé en Chine des carrières de petites « entrepreneures » dans des secteurs économiques traditionnels, comme la restauration, ou dans des secteurs d’innovation, en fonction du capital social et scolaire dont elles disposaient. L’engagement dans la migration peut donc avoir été précédé d’une expérience d’entrepreunariat au cours de laquelle elles ont produit des compétences d’autonomisation et d’initiatives économiques. Il s’agit de femmes qui disposaient d’un certain capital social et économique qu’elles vont mobiliser en développant un parcours de mobilité sociale ascendante. Quant il s’agit de secteur traditionnel, la création d’une petite entreprise vient après d’autres expériences professionnelles diversifiées, il s’agit le plus souvent d’une entreprise individuelle ou familiale ; c’est le cas, par exemple, de cette femme, originaire de Qingdao (Shandong), qui a travaillé pendant deux ans à Pékin dans le bureau du représentant de la province Shandong, et qui est ensuite retournée dans sa province où elle a acheté un restaurant.

7Dans des secteurs plus innovants comme la mode, la communication, la création artistique..., la création d’entreprise est plus liée à des réseaux transnationaux, sur lesquels circulent des jeunes femmes chinoises qui cherchent à accéder à une forte reconnaissance sociale et internationale.

« Nous étions vraiment des jeunes parents. J’ai appris la langue française pendant trois mois à Shanghai. Un jour j’ai revu des amis d’enfance qui voulaient créer une société artistique. Ils m’ont demandé de les rejoindre. Ce projet m’a beaucoup intéressé. Je les ai aidés à fonder cette société qui aidait les entreprises dans la création de leur logo visuel. « J’avais des clients qui étaient dans les chaussures, dans les vêtements, etc. Cela marchait bien. On a gagné de l’argent très facilement, mais je suis partie, quelques mois après la création de cette société. Je suis venue en France en juin 1994 (...). Avant de rentrer en Chine, on a déjà commencé à négocier avec une entreprise française qui voulait depuis longtemps travailler avec la Chine, mais qui n’avait jamais réussi à le faire. Nous avons proposé de faire une étude pour savoir comment vendre leur tissu aux Chinois qui fabriquent des bateaux. On est arrivé à Beijing. J’ai contacté d’anciens camarades de classe (...) Pour dépenser moins d’argent, nous sommes rentrés à Wenzhou pour continuer cette étude. Pendant trois mois, on a loué un bureau. On a payé 21 500 euros pour faire cette étude... J’ai quitté mon mari, j’ai continué de travailler avec mes amis à Wenzhou. Tout a démarré très fort à l’époque. Nous avions des gros clients, avec des noms connus, certains sont devenus de grandes marques chinoises aujourd’hui. C’était tellement facile de gagner une fortune en Chine à ce moment-là, j’étais tellement contente. Nous travaillions avec des grands patrons chinois, nous connaissions toutes les personnes importantes. Nous étions des stars dans cette ville ».

8Ces femmes, nouvelles figures d’entrepreneures qui produisent de nouveaux agencements économiques sur des secteurs de marchés globaux en combinant des dimensions locale et internationale à partir de dispositifs économiques dispersés, jouent un rôle très important dans le développement d’économies de travail matériel et immatériel. Les compétences entrepreunariales de ces femmes chinoises s’appuient ici sur un capital social élevé, un capital économique faible et un capital spatial fort, ce qui signifie des capacités de développement de liens forts et de liens faibles à partir de ressources sociales, familiales et symboliques. On voit ici comment le travail immatériel apparaît comme hautement coopératif sous des formes immédiatement collectives (Lazzarato, 1996), et comme producteur de subjectivité tant au niveau de la créativité que dans l’organisation économique. Ces femmes chinoises entrepreneures participent activement à la définition de territoires productifs entre la Chine et l’Europe comme lieux de circulation et d’accumulation de valeurs.

Femmes de Chine et pluralité des routes migratoires

9Dans un contexte qui voit naître de nouvelles inégalités en Chine continentale, des femmes empruntent des routes migratoires diverses que l’on peut classer en deux catégories :

  • les monomigrations internationales, c’est-à-dire celles qui suivent des routes migratoires linéaires entre la Chine et la France ;
  • les plurimigrations transnationales, qui impliquent la traversée de plusieurs pays avant d'atteindre la France et peuvent être aussi pendulaires.

10Les monomigrations internationales touchent aussi bien des femmes très qualifiées que des femmes peu qualifiées ou encore des étudiantes ayant déjà travaillé en Chine. Ces monomigrations peuvent être contraintes, quand les contextes de départ sont des contextes de chômage, comme c’est le cas pour certaines femmes originaires de Chine du Nord. Elles peuvent être faussement choisies, quand les femmes quittent des contextes de pauvreté ou de violences, ces femmes voyageant alors seules ou venant rejoindre leur époux, avec ou sans leurs enfants. Les monomigrations, enfin, peuvent être consenties, quand des femmes qualifiées viennent en France par l'intermédiaire de réseaux économiques professionnels ; plus le degré de qualification professionnelle acquis en Chine continentale est élevé, plus la monomigration est consentie.

« Après avoir été pharmacienne en Chine je suis venue faire des études de mode pendant trois ans en France. Une fois mes études terminées, je voulais rentrer en Chine tout de suite, parce que je pensais que c’était là-bas que j’aurais ma place. Mais j’ai rencontré un Français. Il est venu avec moi à Beijing, mais mes parents ne voulaient pas que je me marie avec un étranger, car à l’époque, il y avait beaucoup de Chinoises qui se mariaient avec n’importe quel étranger juste pour pouvoir quitter la Chine. Le fait qu’une Chinoise se marie avec un étranger était quelque chose qui était plutôt mal vu. Mes parents sont très traditionnels et ils ne voulaient pas de ce mariage. Je me suis quand même mariée. Après le mariage, pendant trois ans, je suis restée en Chine, mais je ne me sentais pas tranquille. Quand je suis rentrée à Beijing tout de suite après mes études en France en 1997, j’ai créé ma société de mode, j’ai travaillé comme styliste libérale. J’avais pas mal de clients chinois. Mon mari est venu, il a travaillé à Beijing. Mais des personnes proches de la famille ont tout fait pour nuire à ma société quand ils ont vu que mon mari était français. Les relations entre ma famille et mon mari étaient toujours très tendues. C’était pour cette raison que mon mari ne voulait plus rester à Beijing. Je suis tombée enceinte et j’ai dû arrêter de travailler. J’ai fermé la société. Je ne pouvais pas garder mes clients chinois. Nous sommes rentrés à Paris en 2001. Ma fille est née en France. Nous avons trouvé un logement, nous nous sommes installés. Je gardais ma fille à la maison. Un peu plus tard, un de mes amis a fait une exposition sur la culture chinoise et m’a demandé d’exposer quelques-unes de mes photos. L’année suivante j’ai eu l’occasion de faire un défilé pour l’année de la Chine en 2003 ».

11D’un autre point de vue, les monomigrations internationales peuvent être classées, selon leur degré de discrétion, discrètes ou ouvertes. Les monomigrations discrètes s'apparentent à des migrations clandestines, alors que les monomigrations ouvertes – elles concernent des populations plus qualifiées, comme les étudiantes, par exemple – prennent très vite un tour pendulaire. Les monomigrations discrètes imposent aux femmes des situations de clandestinité : par exemple, en Chine continentale, ce type de monomigration est organisé le plus souvent par des agences intermédiaires ou des réseaux de passeurs. Dans les monomigrations discrètes, les femmes chinoises, notamment celles qui se déplacent seules, développent de fortes compétences d'autonomisation ; dans la monomigration ouverte, les femmes ont décidé de partir pour accéder au « gouvernement » d'elles-mêmes (Foucault, 2004) et développer des carrières migratoires autonomes.

12Dans la plurimigration transnationale, l'étendue et la taille des réseaux jouent un rôle décisif dans la production du capital spatial sur les routes migratoires. Plus les réseaux professionnels ou sociaux des femmes chinoises sont étendus, plus le capital spatial devient positif sur les routes migratoires. Mais si le capital spatial s’avère positif avec l'extension de réseaux sociaux, il peut aussi se révéler moins positif quand les femmes accèdent à une place moins qualifiante dans le pays d'accueil. Le capital spatial varie en fonction des places auxquelles les femmes accèdent, il peut donc être tantôt positif, tantôt négatif (Roulleau-Berger, Shi Lu, 2004).

Yi a quarante-deux ans, elle est diplômée d’une maîtrise en mécanique. Elle a travaillé dans une entreprise à Shanghai en tant qu’assistante de direction en gagnant 1 000 yuans à l’époque. D’après elle : « Plus on a une belle situation, moins on est satisfait ». Elle a quitté la Chine en 1994, à l’âge de trente ans. « À l’époque, les Chinois avaient une grande estime pour l’étranger, tout le monde voulait sortir, voir le monde extérieur et pouvoir gagner beaucoup d’argent. C’est pour cette raison que j’ai fait beaucoup d’efforts pour partir et finalement, j’ai réussi. J’ai essayé d’aller aux États-Unis, mais je n’ai pas pu. J’ai essayé d’aller au Japon aussi, mais je n’ai pas réussi non plus. À l’époque sont apparues beaucoup d’agences intermédiaires en Chine. J’ai payé 2 500 USD à une agence intermédiaire pour aller en Tchéquie ». Yi avait un visa d’affaire. Afin d’obtenir une carte de séjour, renouvelable tous les ans, elle a créé une société. Au début, elle voulait partir tout de suite pour les États-Unis, mais elle s’est cassée une jambe et a dû subir deux opérations. Sa situation de santé était assez grave et elle a été hospitalisée pendant huit mois. Son projet de partir aux États-Unis a finalement échoué. Heureusement, la vie en Tchéquie s’est avérée facile ce qui lui a permis de faire quelques économies. Avant son accident, elle a travaillé pendant un an dans un restaurant. Après l’accident, elle a travaillé comme traductrice en anglais. Yi a voulu créer une agence de tourisme en Tchéquie. Elle a même invité un groupe officiel de Shenzhen pour visiter la Tchéquie en négociant le contrat, mais son projet de création d’agence a échoué. D’après elle : « Je n’ai pas pu trouver de collaborateurs en Tchéquie. De plus, comme au début je ne voulais pas y rester, je n’ai pas appris la langue. Il est vrai que pour ouvrir une agence, il faut travailler avec des Chinois qui maîtrisent le tchèque. Comme les Chinois là-bas n’étaient pas des gens bien, finalement, mon projet n’a pas pu marcher ». Elle a rencontré quelqu’un qui voulait l’aider à aller en Hollande, contre la somme de 500 USD. La personne lui a fait tous les papiers nécessaires pour qu’elle puisse aller en Hollande. Elle y est restée pendant un an, en travaillant dans un restaurant. Comme elle n’aimait pas le climat en Hollande, elle est venue en France en 2000, à l’âge de trente-six ans. « C’est à ce moment-là que j’ai commencé à devenir mûre. Je voulais m’installer en France, je voulais obtenir une carte d’identité, parce que je me sentais perdue par rapport à ma situation en Chine : pas d’argent, pas de statut, pas de famille. Je voulais m’installer en France et avoir un statut ». Elle a travaillé en tant que professeur d’anglais et de chinois pendant deux mois dans une école à Paris. La directrice de cette école était une traductrice. L’école a subi la concurrence d’une autre association et a dû fermer ses portes.

  • 3 Nous rejoignons ici M. Lallement (2006) dans son approche syncrétique des théories sociologiques d (...)

13La plurimigration transnationale se caractérise par la multipolarité de la migration et l'interpolarité des relations avec les siens entre les lieux de fixation (Ma Mung, 1992, 1996 et 2000), l’étendue de réseaux professionnels et sociaux producteurs de capital social à partir de liens de confiance et de réciprocité3. Quand les femmes chinoises sont commerçantes ou entrepreneures, elles restent toujours très liées à la Chine tout en circulant sur de vastes espaces transnationaux éloignés des dispositifs économiques et politiques locaux et en produisant des « savoirs circulatoires atopiques ». Elles accumulent des expériences et des ressources économiques, sociales et culturelles dans une diversité de lieux à partir d’une capacité à saisir des opportunités diverses et à produire du capital spatial.

14Aujourd'hui les monomigrations internationales et les plurimigrations transnationales s'entremêlent ou se succèdent dans les parcours des femmes chinoises, parcours qui ne cessent de se complexifier et de s'individualiser dans un contexte international d'intensification et de féminisation des mouvements migratoires.

Segmentation des marchés du travail et épreuves de captivité

15Les marchés du travail français se segmentent de plus en plus en même temps qu’ils se précarisent et s’ethnicisent en faisant apparaître des niches économiques (Waldinger, 1994 ; Waldinger et Bozorgmehr, 1996) qui se hiérarchisent entre elles en fonction des origines culturelles, des niveaux de diplôme et de qualification, du sexe. La formation des niches fait clairement apparaître les marchés du travail comme des « institutions de l’injustice », où des femmes chinoises peu qualifiées voient souvent leurs qualifications d’origine être l’objet de méconnaissance, d’invisibilité ou de reconnaissance dépréciative (Renault, 2004). Les marchés du travail français, en tant « qu’institutions de l’injustice », emploient des migrants non reconnus dans la société et perçues comme non intégrables : certains nouveaux surnuméraires (Castel, 1995) de la société française, restent sans emploi ou sont employés de manière précaire ou intermittente. Mais nous verrons que les femmes chinoises les plus qualifiées développent des parcours de reconnaissance dans des circulations transnationales où elles contribuent à construire ces nouvelles figures d’entrepreneures très engagées dans des mondialisations « par le haut ».

Niches économiques, solidarités et concurrences

Pour les femmes chinoises arrivées depuis 1993 en France, et donc inscrites dans des parcours d’immigration récente, la « niche ethnique » constitue souvent une première étape dans le processus d’insertion économique, surtout pour celles qui sont peu qualifiées et en situation d’insécurité linguistique (Cammarata, 2001). Dans un contexte d’intensification des mouvements migratoires et de segmentation des marchés de l’emploi à un niveau local, national et international, on ne peut donc poser la question des modes d’inscription économique des femmes chinoises sans l’intégrer dans une réflexion générale sur leur place dans des niches ethniques traditionnelles, c’est-à-dire dans les secteurs du cuir, de la restauration, de l'alimentaire, de la confection, ainsi que dans le secteur du travail domestique dans des familles chinoises. Ces niches ethniques naissent à partir de réseaux diasporiques qui s'appuient évidemment sur des formes d'organisations économiques très structurées (Miranda, 2002 ; Beltrán et Sáiz, 2002). L’accès aux niches ethniques ou le passage de l’une à l’autre définissent des mobilités horizontales qui permettent difficilement l’accès à un statut d’emploi stable sur les marchés du travail français. La domination économique s’exerce ici sous la forme d’imposition discrète et d’assignation à des « places » en contraignant à des mobilités horizontales sur des segments de marché disqualifiés et disqualifiants.

En France, Bao gardait les deux enfants d’une famille originaire de Wenzhou, sans aucune journée de repos, en gagnant à peine 615 euros par mois. Elle a travaillé dans cette famille pendant deux mois et demie. Elle a rencontré une femme chinoise de Qingtian, qui lui a proposé un emploi de barman dans le restaurant de sa fille dans le département 49. Bao a travaillé dans ce restaurant pendant sept mois. Au début, elle touchait un salaire d’apprentie s’élevant à 400 euros par mois. « Je pensais que ce métier avait de l’avenir, et c’est pour ça que j’ai accepté le poste. Je travaillais six jours par semaine. Le deuxième mois, j’ai eu un salaire de 540 euros, à partir du troisième mois, je gagnais 615 euros et ceci jusqu’à mon départ. Le travail était très fatigant. Je n’étais pas satisfaite de mon patron, car il m’a licenciée sans me laisser le temps de me préparer ». Une amie lui a trouvé un poste dans un autre restaurant dans le département 95 où elle a été logée et nourrie. Elle gagnait 610 euros par mois et travaillait six jours par semaine. « Je suis restée pendant dix-sept mois. Et après, je me suis arrêtée pour me reposer un peu ». Actuellement, elle partage une chambre avec six personnes et paye 100 euros par mois. Elle regrette beaucoup d’avoir quitté le restaurant dans le département 95. Un jour, elle a gagné de l’argent dans un casino, mais elle a été volée. Ensuite, grâce à un ami, elle a trouvé du travail comme serveuse dans un restaurant où elle gagnait 700 euros par mois. Elle dit : « Les Wenzhounais profitent des personnes sans papiers qu’ils ne payent pas assez. La patronne était très acerbe et sarcastique. Je suis restée là-bas pendant six mois. Ensuite, j’ai trouvé du travail dans un restaurant hongkongais dans le département 27. Mon salaire était de 900 euros par mois et j’ai été logée et nourrie. Je suis restée pendant trois mois. Ensuite, une amie m’a trouvé un travail de nounou à Paris pour 1 000 euros par mois. J’ai travaillé dans cette famille française pendant trois mois. Je travaillais sept jours sur sept. Je faisais le ménage, la cuisine, j’accompagnais l’enfant à l’école. Je travaillais de sept heures du matin jusqu’à minuit. J’appréciais beaucoup le travail dans cette famille française. Je suis heureuse, vous savez, il y a beaucoup de Chinois sans papiers qui ne trouvent pas de travail en France ».

16Dans la « shadow economy » (Jennings, 1998), on se trouve face à des situations paradoxales, qui s’appuient à la fois sur des solidarités et des concurrences. Dans les niches traditionnelles se construisent des hiérarchies à partir des lieux de provenance et de la durée du séjour en France : les femmes du Nord se sentent moins considérées que les femmes du Sud et les primo-arrivantes vivent des situations de domination plus violentes. Certaines femmes Dongbei sans papiers disent être souvent méprisées par des Chinois du Sud, voire exploitées dans différentes situations de travail. Des Chinoises du Nord peuvent vivre alors des situations de « double épreuve » : avec des Chinois du Sud, d’une part, et, d’autre part, à cause des difficultés d’accès aux marchés du travail français. Tant que les femmes se retrouvent sans papiers, elles sont employées sans contrat, peuvent travailler plus de 12 heures par jour, et subissent les attitudes et les comportements des employeurs à leur égard. Dans la « shadow economy » présente sur les marchés du travail français, des femmes chinoises contraintes au « sale boulot » (Hughes, 1996) voient leurs qualifications devenir invisibles ou ne mériter qu’une reconnaissance dépréciative ; elles doivent se plier aux lois d’une flexibilité maximale, pouvant subir des humiliations et maltraitances. Ces niches ethniques peuvent être alors qualifiées d’espaces de travail contraint où les femmes perdent beaucoup en autonomie. Elles sont soumises à un travail donné dépendant d'individus qui peuvent exercer sur elles un pouvoir aux multiples facettes. Dans leur majorité, ces femmes entretiennent avec le monde extérieur des rapports limités. Ces femmes se replient sur elles-mêmes, regrettant souvent d'être venues en France, où elles vivent non pas des « rêves éveillés » au sens de Strauss (1992), mais des réalités quotidiennes très éprouvantes.

  • 4 Soit 3000 euros.

Yun garde un seul enfant pour 550 euros par mois. Elle fait également du ménage. Avec son mari, ils ont travaillé dans un atelier de confection de vêtements. Ils n’ont pas beaucoup d’argent. Yun a plusieurs maladies graves. Actuellement elle ne travaille pas et partage un lit avec une autre femme, chacune payant 60 euros par mois. Elle va dans les “restos du cœur” pour récupérer quelques produits alimentaires. « Actuellement, je n’ai pas de projet, je voudrais essayer de demander une carte de séjour et, après, rentrer en Chine. Mon fils veut que je rentre le plus vite possible. Même si je n’ai pas de carte de séjour, je veux rentrer en Chine, car j’ai trop de pression ici, je me sens stressée en France. Mais j’ai encore une dette de plus de 30 000 RMB4, je ne sais pas trop comment je vais faire. Je ne trouve plus de travail ». Quelqu’un lui a proposé du travail dans le Sud de la France, mais elle ne souhaite pas y aller. « Il faut payer 100 euros pour aller à l’entretien, je n’ai pas d’argent pour payer mes frais de transport. De plus, comme j’ai plusieurs sortes de maladies graves, j’ai peur que la famille ne veuille pas de moi à cause de cela. Je n’ai plus d’argent, je me fixe un objectif : trouver un travail le premier jour du mois prochain ». Elle est triste car son père est décédé cette année, et elle n’a pas pu retourner en Chine. « Je le regrette beaucoup aujourd’hui, je n’aurais jamais dû croire ce que l’on disait sur la France. En Chine, avant de partir, j’entendais les gens dire qu’en France, il y avait de l’argent partout, même pour un travail de garde d’enfants, qu’on pouvait gagner une fortune. J’ai beaucoup rêvé de cette mobilité, c’était pour ça que j’ai emprunté autant d’argent, je croyais que c’était facile de gagner 90000 RMB en France. Aujourd’hui, après avoir vécu en France, j’ai enfin compris que c’était tout à fait stupide Mais je ne sais pas quoi faire. Si je reste en France, je n’ai pas de travail, de plus, je suis malade, je n’ai personne en France. Si je rentre en Chine, je n’ai pas d’argent pour rembourser mes dettes. En plus de ça, je suis diabétique et en Chine, les médicaments coûtent très cher. Aujourd’hui, je sais que la seule chose que je peux faire pour rembourser mes dettes c’est de garder des enfants. Mais je ne peux pas aller très loin de mon domicile, car j’ai peur de me perdre dans la rue. Je parle très mal le français. Au début quand je suis venue, je pleurais tous les jours ».

17Certaines femmes chinoises perdent alors vite l’accès au « gouvernement » d'elles-mêmes, confrontées qu’elles sont à un triple écart identitaire : l’écart entre leurs identités héritées de là-bas et leurs identités bafouées ici ; l’écart entre les identités attribuées par autrui et leurs identités pour elles-mêmes ; et l’écart, enfin, entre leurs identités réelles et leurs identités virtuelles (Goffman, 1975). L'impossibilité de gérer ce triple écart tant qu'elles se trouvent dans ces situations provoque des blessures identitaires.

Jin a 33 ans et est originaire du Zhejiang. Elle ne dispose pas de titres de séjour réguliers, elle est mariée et enceinte de sept mois. Elle a terminé ses études secondaires dans sa région natale. Elle a travaillé ensuite comme institutrice remplaçante dans l’école de son village pendant trois ans. Elle suivait des cours d’anglais parallèlement à son travail, afin de pouvoir se préparer à partir à l’étranger. Elle aimait bien son travail, mais toute sa famille est venue en France en 1994, et elle a dû les suivre en 2000. En Chine, son père travaillait comme ouvrier dans une usine. Sa grande sœur avait un magasin de vêtements. Son petit frère poursuivait ses études au collège. Dès son arrivée, Jin a commencé à travailler dans un restaurant. Elle ne gagnait que 500 euros par mois, puisqu’elle n’avait pas d’expérience professionnelle dans ce domaine. Plus tard elle a bénéficié d’une d’augmentation de salaire. « Six mois après, j’ai changé de restaurant : d’une part, je voulais voir différents restaurants ; d’autre part, je pouvais gagner plus. Trois mois après, j’ai changé de restaurant à nouveau. J’ai travaillé dans différents restaurants pendant deux ans ». La troisième année, en 2002, elle n’a pas trouvé de travail car les restaurants employaient de plus en plus de personnes ayant un statut régulier. En 2003, elle s’est mariée en France avec un Chinois qui travaille comme cuisinier dans un restaurant. Elle n’a jamais obtenu de contrat de travail. Actuellement, elle suit un cours de français chaque vendredi soir : « Je pense que pour travailler en France, il faut parler bien le français. Je ne veux pas retourner en Chine. Je veux rester en France, obtenir des papiers et trouver du travail ».

18Et si les niches ethniques traditionnelles chinoises liées au commerce, à la restauration et la confection se construisent encore de manière discrète dans les interstices des marchés du travail des villes européennes reliées entre elles par des lignes de réseaux diasporiques, elles sont aussi occupées par des employeurs et des employés qui peuvent développer des parcours de mobilité sociale. Par exemple, les patrons Wenzhonnais ont pu développer des itinéraires d’entrepreneurs et ils embauchent aujourd’hui des femmes du Zhejiang ou de Chine du Nord. Mais si l’accès aux niches ethniques allait presque de soi il y a encore trois ans pour les primo-arrivantes, il est aujourd’hui plus difficile, car ces niches arrivent à saturation avec l’arrivée régulière de Chinois et du fait que les patrons chinois préfèrent désormais embaucher des travailleuses en situation légale.

Sorties des niches ethniques traditionnelles et accès au marché du travail

19Avec l’arrivée massive de populations chinoises, les niches ethniques traditionnelles commencent à être saturées, tandis que les femmes, quand elles ne se trouvent plus en situation d’insécurité linguistique, c’est-à-dire quand elles maîtrisent un peu la langue française, peuvent accéder à des segements pluri-ethniques sur le marché du travail français, comme le secteur agricole, le travail à domicile, le secteur de l’hôtellerie où elles travailleront souvent avec d’autres femmes d’origine étrangère – par exemple des femmes d’origine maghrébine – ou encore le secteur industriel où sont attendues des compétences professionnelles liées à ce que les employeurs nomment la précision ou la minutie dans le travail.

Quarante-sept jours après son arrivée, Fang a trouvé un travail d’accompagnatrice auprès d’une femme vietnamienne de 94 ans. Elle gardait également une petite fille pendant deux mois dans les alentours de Paris. Elle gagnait 600 euros par mois. Chaque jour, elle travaillait de 5 h 30 jusqu’à minuit, sans aucun jour de repos. Deux mois plus tard, elle a demandé quatre jours de repos, ce qui avait été déjà convenu avec son patron tout au début de son travail, pour qu’elle puisse rentrer à Paris chercher ses valises. Finalement, elle n’est pas rentrée. Le travail était très difficile. Elle a changé de logement à Paris. Elle a fait la connaissance d’une Chinoise qui lui a conseillé d’apprendre la langue et de se trouver un Français pour se marier. Elle a commencé à apprendre la langue. Elle a gardé l’enfant d’un couple chinois pendant la journée pour 400 euros par mois, en travaillant de 7 h 30 du matin jusqu’au soir. Le soir, elle suivait des cours de français, six heures par semaine. Elle est restée dans cette famille pendant trois mois. Plus tard, elle a travaillé à plusieurs endroits. Par exemple, elle a coupé du fil dans un atelier de confection cambodgien pour vingt euros par jour. Elle commençait à neuf heures du matin et finissait à six heures du soir. Elle avait peu de contacts avec son patron, car il ne savait pas parler chinois. C’était un travail au noir, et elle est restée travailler jusqu’au 8 mars 2003. Ce jour-là, elle a rencontré son mari français et ils se sont mariés six mois après. Je pensais que cet homme pouvait être un bon mari pour moi. Au début je n’éprouvais pas de sentiments pour lui, mais petit à petit j’ai commencé à l’aimer ». Actuellement, elle travaille comme femme de chambre dans un hôtel français, à Paris, même si la famille n’habite pas Paris même. Elle déclare être satisfaite des conditions de travail, bien qu’elle ne bénéficie pas de contrat de travail et qu’elle reste tributaire, en termes d’heures de travail, des besoins de l’hôtel. « En fait, quand l’hôtel a besoin de moi, on m’appelle. Je n’ai pas de travail tout le temps. Parfois, quand il y a du travail, je peux faire jusqu’à huit heures par jour et gagner 57 euros. Là où je travaille, il y a beaucoup de Chinoises ».

20Le passage des niches ethniques traditionnelles à des segments de marché du travail apparaît comme un phénomène relativement récent lié d’une part à la saturation des niches ethniques et, d’autre part, à des situations de sécurité linguistique auxquelles des femmes ont accédé le plus souvent en se mariant à un Français.

Transnationalisme et vente à la sauvette

21Certaines femmes chinoises qui ne parviennent pas à s’intégrer dans les niches économiques ou refusent de le faire, pratiquent la vente à la sauvette ou le commerce à la valise, sans licence ni autorisation. Ces femmes passent facilement d’une ville européenne à une autre, elles sont jeunes et ressemblent aux « hobos » que nous décrivait Anderson (1923) en suivant des lignes de réseaux transnationaux et en parcourant des routes commerciales.

Lin est originaire de Wenzhou, de la province de Zhejiang. Elle est mariée, avec un enfant resté en Chine et a une trentaine d’années. Elle a arrêté ses études au niveau collège et a commencé à travailler dans une usine qui fabriquait des chaussures. Elle gagnait peu et les conditions de travail s’avéraient pénibles. Son mari travaillait dans la même usine qu’elle. Au début de son fonctionnement, l’usine employait beaucoup d’ouvriers, puisque toutes les chaussures étaient fabriquées à la main. Plus tard l’achat de nouvelles machines plus modernes a provoqué le licenciement de beaucoup d’ouvriers. Les deux époux ont perdu leur travail à l’usine et n’ont pas pu retrouver un autre emploi car ils n’avaient pas de diplômes et leur seule expérience professionnelle se résumait à la fabrication de chaussures. Beaucoup de personnes de la région étant déjà parties pour la France, ils ont décidé de faire de même. Ils sont passés par l’Espagne, où ils sont restés pendant deux mois, avant de venir en France. Ils sont arrivés directement à Marseille. Cela fait plus d’un an qu’ils habitent à Marseille. Ils ont toujours fait de la vente à la sauvette depuis leur arrivée, en s’approvisionnant chez des grossistes chinois et en vendant dans la rue. Lin n’apprécie pas les habitants de Marseille. En hiver, leurs affaires ne marchent pas très bien, mais en été, ils arrivent à gagner un peu plus d’argent. « La vie en France n’est pas facile du tout, parce qu’avec mon mari on ne parle que quelques mots en français. On ne peut pas trouver du travail. La vie est dure ici (...) Ici à Marseille, je pense qu’on doit être à peu près deux cent ou trois cent personnes originaires de Wenzhou ».

22Dans les niches économiques aussi bien que dans la vente à la sauvette, les femmes chinoises acquièrent à travers la diversité et le chevauchement des formes de travail et d'activités précaires, de nouvelles compétences plus ou moins visibles, telles celles liées à la gestion de situations d'urgence, quand il faut inventer des solutions rapides pour survivre. Elles développent alors des stratégies alternatives de survie et des compétences circulatoires à partir de situations de disqualification sociale (Morokvasic, 2003 ; Sassen, 2003 ; Roulleau-Berger, 1999). Dans le double processus d’ethnicisation et de précarisation des marchés du travail français, l’on trouve, d’un côté, des formes de domination ethnique et sexuelle et l’on constate, d’un autre côté, le surgissement de compétences réflexives de la part des femmes, selon un paradoxe apparent qui n’est pas pour rien dans l’établissement de dominations économiques.

Invisibilité sociale et perte de soi

23La saturation des niches chinoises traditionnelles et l’ouverture d’autres segements de marché à des populations chinoises traduisent des transformations des marchés du travail français. En découle un phénomène de perte, notamment quand les femmes se voient contraintes, à chaque fois, de recommencer un travail différent du précédent : il y a alors perte de ressources et de savoirs, ces carrières ne se construisant pas autour d'un principe de cumulativité. Aussi les femmes chinoises vont-elles aller jusqu’à perdre – une perte rétrospective (Sennett, 2000) – des compétences qu’elles avaient acquises dans leurs contextes d’origine ou sur les routes migratoires. Les moins qualifiées d’entre elles, socialement et professionnellement, connaîtront les pertes les plus fortes ; les mieux qualifiées sauront cumuler les apports de leurs expériences liées à la précarité.

Compétences invisibilisées et mobilités sociales descendantes imposées

24L’invisibilisation des qualifications correspond à l’obligation qui est faite à un individu d’accepter des postes toujours déqualifiants au regard de sa formation initiale. Les difficultés d'accès à l'emploi viennent invisibiliser des compétences et des savoirs professionnels, sociaux et techniques liés, aux itinéraires professionnels parcourus en Chine continentale et tout autant les ressources acquises sur les routes migratoires. Et ce sont les femmes chinoises en situation d’insécurité linguistique (Cammarata, 2001) qui sont le plus discriminées. Car, selon P. Bourdieu (1982), tout échange linguistique contient la virtualité d'un acte de pouvoir, la compétence linguistique n'étant pas une simple capacité technique mais aussi une capacité statutaire. Ces femmes chinoises, quand elles sont en situation d'insécurité linguistique, se trouvent privées de capacité statutaire, c'est-à-dire largement dominées économiquement sur les marchés du travail. Les inégalités de compétence linguistique produisent l'affaiblissement de compétences professionnelles, migratoires et sociales. L'absence, relative ou non, de biens linguistiques empêche l'accès aux biens économiques, sociaux et moraux. Ces situations d'insécurité linguistique apparaissent comme un voile jeté sur l'ensemble des compétences migratoires de ces femmes qui ont toutes développé antérieurement une trajectoire professionnelle, riche d’expériences qui, selon l’intensité des situations d’insécurité linguistique, seront plus ou moins occultées.

Elle a quarante et un ans et vient de Shanghai où elle a travaillé comme ingénieur électronique. Elle a une fille de dix-huit ans et un fils de neuf ans. Elle est venue en France en 1989 avec son mari. Son mari a fait son doctorat de médecine en France. Il a travaillé comme médecin dans un hôpital, mais actuellement, il a un cabinet médical. D’après elle : « Quand on ne parle pas français, on ne peut pas trouver du travail chez les Français. On ne peut travailler que pour les Chinois. Un ami m’a donc présenté un poste de serveuse dans un restaurant. Au début, je ne connaissais même pas tous les noms des plats. Je ne comprenais pas quand les Français passaient les commandes. J’ai travaillé dans ce restaurant pendant deux ans entre 1989 et 1991, et après, quand j’ai eu un peu plus d’expérience, j’ai changé de travail. J’ai dit à mon mari que je voulais continuer mes études en France. Il m’a beaucoup soutenu ». Elle s’est inscrite à Paris VI, en demandant un accès directement en DEA, puisqu’elle avait déjà obtenu l’équivalent d’un DESS en Chine. L’Université lui a refusé cet accès direct et, en 1992, elle a refait une maîtrise en microélectronique. En 1993, elle a été admise en DEA et a obtenu son diplôme la même année. En 1994, elle a suivi des cours de français et, en même temps, a cherché du travail, mais n’a pas réussi à en trouver. En Chine, le couple ne pouvait avoir qu’un seul enfant, mais ils ont décidé, ici, en France, d’avoir leur deuxième enfant. Leur fils est né en 1995. À ce moment-là, son mari avait déjà une carte de séjour avec la mention salarié. En revanche, en 1996, elle a dû retourner en Chine, puisque son titre de séjour avait expiré. Par la suite, son époux a fait une demande de regroupement familial et elle est revenue en France en 1997. Son statut stable lui permet désormais de rechercher du travail plus sereinement. Elle a fait une formation continue en gestion informatique et bien que de niveau inférieur par rapport à ses études universitaires, ceci lui a apporté des nouvelles connaissances en informatique. Elle a été amenée à effectuer un stage de validation de la formation, à la suite duquel elle a été embauchée dans une société d’informatique comme ingénieur informatique. Cette société ne recrute que des personnes bénéficiant d’un niveau d’études de type bac +4 et bac +5. Elle était assez autonome et ses collègues ont été entièrement satisfaits de son travail Elle a travaillé dans cette société durant trois ans : « J’étais contente de mon travail, puisque mon poste ne me mettait qu’en face de mon ordinateur ». La communication avec ses collègues fut difficile compte tenu des difficultés linguistiques qu’elle éprouvait. Ces difficultés ne lui permettaient pas d’accéder à une évolution professionnelle. C’était très difficile à supporter pour elle. « Je me sentais complètement perdue ». Elle a pu se permettre de rechercher un autre emploi, puisque son époux gagnait bien sa vie en faisant des gardes de nuit, des vacations à l’hôpital et en travaillant dans son cabinet médical. Elle a trouvé un poste similaire en CDI dans une autre société, mais a démissionné au bout d’un an de travail, puisque son patron n’arrêtait pas de lui faire des reproches pour ses lacunes en français.

25L’invisibilisation des qualifications et compétences et les différences culturelles d’éthos créent chez ces femmes chinoises des difficultés à s'orienter. Mises à part les femmes très qualifiées en situation de sécurité linguistique, des femmes chinoises font l'objet d'un déni de reconnaissance sur les marchés du travail français. Le déni de reconnaissance se traduit par une injonction paradoxale : il y a une injonction à travailler et en même temps une impossibilité de travailler sous les formes prescrites. Comment comprendre l’acceptation de ce déni de reconnaissance chez ces femmes chinoises ? L'imposition de mobilités descendantes, si elle signifie des pertes nombreuses, n’en constitue pas moins une sorte de sécurité au regard des situations qu'elles auraient pu vivre en Chine : il y a un sentiment de sécurité relative là où nous voyons plutôt de l'insécurité. Dans des parcours de mobilité descendante, les femmes chinoises seraient contraintes de ne pas avoir la possibilité de rendre légitimes les qualifications et les expériences professionnelles qu’elles ont acquises dans les contextes d'origine et sur les routes migratoires.

Insécurité sociale et perte de soi

26Parmi la population de femmes sans papiers, donc en situation de très grande insécurité sociale, certaines — notamment les femmes Dongbei venues seules — apparaissent engagées dans un processus de désaffiliation, en perte d'elles-mêmes, comme cachées, captives d'une situation migratoire, coupées de leurs parents et de leurs enfants restés dans les pays d'origine. Elles se trouvent prises entre déni d'existence et tentative de conquérir un statut. Elles circulent dans la rue, souvent contraintes au silence en raison de l’irrégularité de leur situation, menacées d'expulsion à tout moment, désignées comme indésirables. Elles vivent des mobilités silencieuses, la peur d'être traquées et dénoncées.

Qing est sans titre de séjour et ne se sent pas soutenue par ses compatriotes. D’après elle, beaucoup de gens du Sud méprisent beaucoup les gens de Dongbei, les gens de Wenzhou n’emploient pas les personnes originaires de Dongbei. Souvent, elle recherche du travail dans les banlieues, puisqu’il y a moins de concurrence et les employés peuvent accéder plus facilement à des emplois où ils sont nourris et logés. En général, elle cherche du travail en passant par les petites annonces dans les journaux. Pendant quinze jours, elle n’a pas pu trouver du travail et se nourrissait d’une baguette et un peu d’eau, et ceci tous les jours, en restant dans les jardins publics. Pour venir en France, elle a dû payer six cents euros à une personne, elle est restée trois jours chez elle ; la personne logeait plusieurs femmes en les poussant vers la prostitution, elle a essayé d’en faire autant avec Qing, mais elle a résisté. Finalement, dans la rue, un jour, Qing a rencontré un prêtre qui lui a donné 120 euros pour qu’elle puisse payer son loyer et pour l’aider à trouver du travail.

27Vivant l'insécurité publique et morale, confrontées au mépris social et accédant difficilement au « gouvernement » d'elles-mêmes, ces femmes apparaissent privées de sécurité morale, de la propriété d'elles-mêmes (Castel et Haroche, 2001). Ces femmes, mises à l’épreuve dans leurs « identités sociales » et leurs « identités pour soi » (Goffman, 1975) envisagent souvent de rentrer en Chine continentale afin de retrouver leurs proches dans une société qui peut leur offrir une place.

28Dans les situations de femmes chinoises peu qualifiées se trouvant sur des marchés du travail segmentés, on peut voir que la précarisation et la démultiplication des formes de travail contribuent à “pulvériser les conditions du contrat de travail” (Beck, 1999). On voit bien ici comment se déstandardisent les normes d’utilisation de la force de travail et comment le travail salarié à temps plein éclate en formes de travail sous-qualifié : travail au noir, travail précaire, travail intérimaire, travail saisonnier… Ce double processus rend bien compte de la constitution d’un marché du sous-emploi au cœur duquel se trouve la figure du migant(e) contraint(e) par un marché du travail globalisé.

Inscriptions économiques et individuation globalisée

29La diversité des parcours migratoires des femmes chinoises résulte d’un processus d’individuation pluriel et complexe : l’individuation construite dans le contexte d’origine en Chine, l’individuation construite dans les sociétés traversées et la France. On se trouve devant un modèle d’individuation de plus en plus globalisé et, tout à la fois, de plus en plus fragmenté. Nous parlerons alors d’un processus d’individuation globalisée produisant une pluralité de parcours migratoires qui se diversifient dans un contexte d’insécurité salariale.

Transnationalisme et carrières de « prestige social »

30Les femmes chinoises, âgées de 30 à 40 ans, qui développent dans des circulations transnationales des carrières de « prestige social », disposent pour la plupart d’un capital scolaire et social élevé. Leurs parents appartiennent aux classes moyennes et supérieures chinoises. Elles ont toutes développé des parcours de réussite scolaire en Chine, puis certaines d’entre elles ont pu acquérir du capital scolaire en plusieurs séquences ; elles ont été à l’Université en Chine pendant deux à quatre ans, puis ont repris des études à l’étranger ou en France. Dans leurs carrières professionnelles, ces femmes acceptent des situations de déqualification professionnelle provisoire afin de vivre des mobilités sociales ascendantes liées à l’internationalisation.

Yuan a trente-six ans. Son père était militaire et sa mère était comptable. Elle est la fille aînée et entretient un rapport très fort avec sa famille. L’adoration qu’elle a pour son père la pousse à toujours vouloir montrer la meilleure image d’elle-même. Son petit frère est également en France. À Wenzhou, elle a obtenu un diplôme de niveau bac + 2. En 1989, à l’âge de vingt ans, elle a décroché son premier emploi à la télévision de Y., en devenant un peu plus tard présentatrice-animatrice de télévision. Elle y est restée pendant deux ans. Aujourd’hui elle travaille comme journaliste à la télévision de Wenzhou en France. Elle aime beaucoup son métier. De plus, son poste actuel lui permet de voir régulièrement sa famille en Chine, de visiter de nouvelles régions et observer ainsi les changements intervenant en Chine. Elle s’est mariée avec un Wenzhounnais à l’âge de vingt-trois ans. Aujourd’hui, sa fille a treize ans. Elle a quitté la Chine en 1994. Dès son premier jour d’arrivée en France elle a commencé à travailler dans le restaurant familial des parents de son mari. Ce restaurant marche toujours très bien et s’est constitué une clientèle importante. Parallèlement à son travail, elle suivait une formation en français tous les après-midis. Elle travaillait tous les jours de neuf heures du matin jusqu’à quatorze heures. Afin de préparer le travail du soir, elle retournait au restaurant après ses cours. Elle est tombée enceinte en même temps et la vie est devenue plus difficile. Son bébé est né un an après son arrivée en France. Elle amenait son bébé partout où elle allait. Elle a même embauché une nounou pour le garder au restaurant où elle travaillait. Elle a travaillé dans ce restaurant pendant cinq ans. Malgré la difficulté de ce travail, elle appréciait le fait de travailler dans un restaurant familial, et de pouvoir développer des relations privilégiées avec les clients. Ne souhaitant plus partager le même espace professionnel avec tous les membres de la famille et suivant les conseils de plusieurs amis, elle s’est décidée à changer de travail. Elle a fait connaissance avec beaucoup d’amis qui travaillaient dans des grandes entreprises internationales. Elle a rencontré le patron d’une grande compagnie aérienne qui lui a proposé un emploi. Après avoir discuté avec son mari et ses beaux-parents, elle a accepté cette proposition. Elle est restée dans cette société pendant quatre ans, qui a ensuite acheté un local à Paris. Yuan a débuté comme agent de comptoir dans cette compagnie. Elle avait beaucoup de relations avec des agences touristiques. Plus tard elle est devenue superviseur d’escale, elle donc a commencé à travailler dans l’aéroport. Elle devait commencer son travail deux heures avant l’arrivée du premier vol à l’aéroport, ce qui lui faisait commencer à trois heures du matin et finir à sept heures. Son mari terminait le travail à deux heures du matin, et elle commençait à deux heures et demie. Elle devait préparer le plan de vol, les repas, etc. Elle rentrait à la maison pour accompagner sa fille à l’école, ensuite, elle retournait à l’aéroport pour préparer le vol de départ. Elle travaillait tous les jours, tout en souhaitant également être une très bonne mère pour sa fille. Elle l’accompagnait tous les dimanches aux cours de piano. Au bout de quatre ans, elle a eu l’idée de monter sa propre agence touristique. Au bout d’un an et demi de préparation, elle a obtenu sa licence. Elle a expliqué la situation à son patron et il a approuvé sa décision. Son patron a joué un rôle très important dans sa vie : « Dans ma vie, tout le monde m’aide, tout le monde me soutient, il faut que je réussisse. Je ne peux pas les décevoir. Il faut que j’essaie de monter cette agence ». Cela fait trois ans qu’elle a son agence touristique. En deux ans, elle a réussi à créer deux agences et les affaires marchent bien. Son frère travaille pour elle. Elle emploie sept personnes dans les deux agences. Son mari l’aide de temps en temps pour la gestion. La concurrence est très forte, mais elle essaie de faire des choses différentes dans les autres agences : « Il ne faut pas casser les prix, parce qu’après on tombe dans un cercle vicieux. Cependant, je veux trouver de bons produits et de nouvelles clientèles. J’ai des relations avec toutes les compagnies aériennes. Je pense que si je n’avais pas travaillé dans cette compagnie aérienne, je n’aurais jamais pu avoir ma propre agence touristique. C’est grâce à ce travail que j’ai eu des contacts avec ce milieu et j’ai appris de quelle manière il fallait travailler. » Quand elle rentre en Chine, elle essaie de trouver des partenaires chinois, parce que son agence envoie régulièrement des groupes de touristes en Chine. Dans quelques années, elle projette de faire des échanges culturels entre la Chine et la France. Aujourd’hui, elle rentre régulièrement en Chine pour le travail, pour voir ses parents et aussi pour les vacances. Profitant de ses nombreuses connaissances, Yuan vient d’acheter un bureau à Beijing pour y fonder bientôt une agence.

31Les femmes entrepreneures et cadres, dotées ici de capitaux sociaux et familiaux élevés, après avoir acquis des niveaux de qualification élevés en Chine continentale, ont développé des parcours d’expériences professionnelles producteurs de nouvelles ressources sociales. Porteuses de valeurs transculturelles dans des réseaux de coopération ouverts et multiplexes (Degenne et Forsé, 1994), ces femmes chinoises mettent en évidence de nouvelles formes d’accumulation de capital économique dans les différents secteurs industriel, artistique, du tourisme international, de la mode, des cosmétiques… Les carrières « prestigieuses » de ces femmes chinoises révèlent des compétences migratoires qui s’accumulent dans des voyages répétés entre la Chine et la France. Elle participent alors à la construction d’espaces économiques transnationaux ; les intérêts et les identités ne cessent de se redéfinir dans ces circulations migratoires qui se structurent autour de l’accès au « gouvernement » de soi et au prestige social. Ces carrières migratoires se construisent à partir de réseaux, de normes de confiance et de réciprocité qui facilitent la coordination et la coopération pour produire du capital social (Putnam, 2000).

Déqualification professionnelle et accès à l’emploi

32À côté de ces femmes qui développent des carrières de « prestige social », d’autres femmes chinoises ayant un « haut » niveau universitaire accèdent à des postes disqualifiants, mais elles se montrent toujours très engagées dans ce qu’elles font, très professionnelles, quel que soit le secteur investi. Leur rapport à l’activité et au travail est fort, mais peut être perturbé par des formes de discrimination sourdes qui se traduisent, à leur égard, par de la méfiance, du soupçon quand elles occupent des postes qualifiés (Roulleau-Berger, 2004).

« Les entreprises françaises embauchent les Chinois pour travailler, mais elles ne font pas confiance à ces Chinois. Par exemple, mon directeur n’arrête pas de me tester sans arrêt et pourtant c’est lui qui m’a choisie pour devenir la responsable de ce magasin. En fait, ce directeur a un a priori sur les anciennes générations chinoises. Il ne croit pas que les Chinois sont honnêtes. Il ne fait pas confiance aux Chinois. Mon directeur ne me fait pas confiance, c’est peut-être parce que je suis quelqu’un de trop direct, trop honnête, trop droite pour une Chinoise. Il me fait des reproches. Parfois, il pense que je ne suis pas assez chinoise, parfois que je ne suis pas assez française. Depuis ma promotion, le chiffre d’affaires de mon domaine augmente de 40 % par an, depuis six ans. Mais j’ai une augmentation de salaire de juste 1 % par an. Je ne trouve pas de plaisir en travaillant dans ce magasin. J’ai dit à la direction que la clientèle est devenue trois fois plus importante depuis mon arrivée. J’ai besoin d’un assistant, mais la direction n’est pas d’accord. La direction pense que, l’énorme travail que je fournis est quelque chose de normal. Je trouve que c’est injuste, je pense que la direction profite de moi. Dans certains départements, il n’y a pas d’augmentation de chiffre d’affaires et de marché, mais la direction embauche des assistants pour faire des petits boulots. Moi j’ai un travail énorme, parfois je travaille pendant les vacances, mais la direction pense que c’est tout à fait normal. Une fois, j’ai demandé à la direction une augmentation de salaire, j’ai eu vingt-cinq euros de plus par mois. J’ai une équipe de quinze personnes (en pleine saison), mais je n’ai pas le droit d’avoir un adjoint. Cela fait six ans que je travaille dans ce magasin, j’ai changé quatre fois de supérieur hiérarchique. Parfois, ils ne connaissaient rien au marketing ni au marché asiatique, ce qui rendait mon travail plus difficile. De plus, une supérieure me criait dessus tout le temps devant tout le monde. Elle a fouillé mes affaires quand j’étais en vacances. Après j’avais peur de partir en vacances, car à chaque retour, il y avait des choses qui n’allaient pas. Je trouve injuste d’être traitée ainsi, je ne compte jamais mes heures, je travaille tout le temps, le week-end, les vacances, la nuit, etc. Mais la direction n’est toujours pas satisfaite. Je ne me sens pas du tout valorisée ».

33Face à un déni de reconnaissance, placées dans des situations de disqualification sociale et de discrimination ethnique, certaines femmes chinoises qualifiées vivent l'expérience de l'altération du soi. Confrontées à des remaniements, des réajustements et des conflits identitaires, elles éprouvent de plus en plus de difficultés à ajuster leurs différents " soi", à sauver la face. Elles oscillent entre estime et mépris social, entre estime de soi et honte de soi selon les rôles qu'elles jouent dans les différents espaces de travail mais ces situations d’insécurité morale peuvent agir négativement sur leurs identités.

Reformulation des compétences et accès aux marchés du travail français

34Le maintien du capital d'expériences acquis lors de leurs parcours migratoires par des femmes chinoises qualifiées apparaît plutôt comme une exception, qui doit être mise en rapport avec des expériences professionnelles acquises dans des entreprises internationales ou avec des expériences individuelles de surqualification professionnelle et linguistique. Certaines femmes chinoises faiblement qualifiées, ont pu, avec l'aide d'acteurs associatifs, s'engager dans un travail de reformulation de leurs compétences, ce qui leur a donné accès à un emploi stable avec un travail vécu comme qualifiant ; des femmes ouvrières en Chine, par exemple, ont pu se former au métier de puéricultrice ou d’hôtesse d’accueil dans le cadre d’associations franco-chinoises. Des acteurs associatifs liés aux communautés ou des acteurs de l'emploi et de la formation peuvent jouer un rôle décisif dans le maintien du capital d’expériences ou la reformulation des compétences. En même temps qu'un double processus de précarisation et d'ethnicisation traverse les marchés du travail français, des " entrepreneurs moraux" (Becker, 1985) peuvent contribuer, quand les femmes chinoises acceptent leur soutien, à affaiblir la violence des situations de disqualification et de déqualification vécues par elles.

Conclusion

35Les carrières migratoires de femmes chinoises arrivées en France depuis plus d’une dizaine d’années par le biais de circulations transnationales apparaissent de plus en plus diverses et complexes, et rendent compte d’un processus d’individuation globalisée plus ou moins affirmé selon les origines géographiques, les expériences professionnelles et les niveaux de qualification. Cependant, engagées dans ces circulations transnationales, ces femmes, en fonction de leur capital social et spatial et de leurs ressources identitaires, n’accèdent pas aux mêmes places dans la société française. Plus faibles sont le capital social et spatial et les ressources identitaires dont elles disposent, plus elles connaissent, à tel ou tel moment, des situations d’injustice sur les marchés du travail ; confrontées à un double processus de précarisation et de discrimination dans l’accès à l’emploi, ces femmes chinoises récemment arrivées développent une diversité de parcours dans un contexte d’insécurité salariale, sociale et morale. Mais en fonction des opportunités sur les marchés du travail et de leurs capacités de mobilité professionnelle, elles pourront devenir « visibles » sur des segments de marché plus ou moins qualifiés. Mais plus les femmes chinoises disposent d’un capital social et spatial important et de ressources identitaires fortes, plus on les voit participer à des économies multipolaires et internationales dans des carrières de prestige social. Les carrières migratoires de ces femmes chinoises rendent compte d'une part de fragmentations et de hiérarchisations ethniques des marchés du travail et, d'autre part, de la pluralisation des ordres économiques avec la multiplication d'espaces de travail transnationaux. Ces femmes chinoises en migration participent activement à produire des formes de conjonction et de disjonction entre des marchés du travail locaux et globaux, des mondes de la production légitimés et d’autres moins légitimés.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Anderson, N. postface de Schwartz, O. (1993) : Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Nathan, Paris.

Beck, U. (1999) : World Risk Society. Toward a new modernity, Polity Press, Cambridge.

Becker, H. S. (1985) : Outsiders, Métailié, Paris.

Beltrane, J. Saiz, A. (2002) : Comunidades asiáticas en España, CIDOB.

Bevort, A., Lallement, M. (2006) : Capital social et théories sociologiques : une esquisse de panorama in : Le capital social, La Découverte, Paris.

Bourdieu, P. (1982) : Ce que parler veut dire, Fayard, Paris.

Cammarota, J. (2001) : "Barrière linguistique et d’évaluation des compétences dans l'emploi des immigrés hispaniques dans la restauration rapide aux États-Unis", in Les jeunes et l'emploi dans les villes d'Amérique du Nord et d'Europe, Roulleau-Berger, L., Gauthier, M. (dir.), Éditions de l'Aube, La Tour d'Aigues, pp 171-195.

Castel, R. (1995) : Les Métamorphoses de la question sociale, Fayard, Paris.

Castel, R., Haroche, C. (2001) : Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Fayard, Paris.

Castells, M. (1996) : The rise of the network society, Blackwell Publishers Ltd, Oxford.

Degenne, A., Forse, M. (1994) : Les réseaux sociaux, A. Colin, Paris.

Foucault, M. (2004) : Philosophie, Gallimard, Paris.

Goffman, E. (1975) : Stigmates, Minuit, Paris.

Hughes, E. C. (1996) : Textes rassemblés et présentés par J.-M. Chapoulie : Le regard sociologique, Éditions de l'EHESS, Paris.

Jennings, A. J. (1998) : "Nubian Women and the Shadow Economy in Lobban", R. A. :. Middle Eastern Women and the Invisible Economy, University Press of Florida, Miami, pp 45-60.

Laazzarato, M. (1996) : "Les concepts de travail immatériel et de bassin du travail immatériel" in Peraldi, M., Perrin, E. : Réseaux productifs et territoires urbains, PUM, Toulouse, pp 99-107.

Levy, F., (2005) : Les femmes du Nord, une migration au profil atypique. Hommes & Migrations, no 1254, mars-avril.

Levy, J., Lussault, M. (2003) : Dictionnaire de la géographie, Belin, Paris.

Ma Li (2004) : Northern Chinese migrants in France : insertion problems and the economic reforms in China, Actes du Colloque International ISSCO V, New Chinese Migrants-Globalisation of Chinese Overseas Migration, Danemark, no 10.14.

Ma Mung, E. (1992) : "Dispositif économique et ressources spatiales : éléments d'une économie de diaspora", Revue Européenne des Migrations Internationales, vol 8, no 3.

Ma Mung, E. (1996) : "Entreprise économique et appartenance ethnique", Revue européenne des migrations internationales, vol. 12, no 2.

Ma Mung, E. (2000) : La diaspora chinoise, géographie d'une migration, Ophrys, Paris.

Miranda A. (2002) : "Les Chinois dans la région de Naples. Altérités et identités dans une économie locale en mutation", in M. Péraldi (sous la direction de), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes de la Méditerranée, Éditions Maisonneuve & Larose, Paris, pp 431-453.

Morokvasic-Muller, M., Erel, U., Shinozaki, K (2003) : Crossing borders and shifting boundaries, vol I : Gender on the move, IFU, Leske +Budrich, Opladen.

Hughes, E. C. (1996) : Textes rassemblés et présentés par J-M. Chapoulie : Le regard sociologique, Éditions de l'EHESS, Paris.

Portes, A. (1999) : La mondialisation par le bas in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 129.

Putnam R. (2000) : Bowling alone : the collapse and revival of American Community, Simon and Schuster, New York.

Renault, E. (2004) : L’expérience de l’injustice. Reconnaissance et clinique de l’injustice, La Découverte, Paris.

Roulleau-Berger, L. (1999) : Le Travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, Éditions de l'Aube, La Tour d'Aigues.

Roulleau-Berger, L. (2004) : "Insertions segmentées, travail et discriminations des femmes migrantes et de leurs filles" in Femmes d’origine étrangère, travail, accès à l’emploi, discriminations de genre, La Documentation Française, Paris.

Roulleau-Berger, L., Shi Lu (2004) : "Routes migratoires et circulations en Chine : entre mobilités intracontinentales et transnationalisme", Revue Européenne des migrations internationales, no 20, pp 7-29.

Sassen, S. (2003) : "The feminisation of survival : alternative global circuits" in Morokvasic-Muller, M., Erel, U., Shinozaki, K (2003) : Crossing borders and shifting boundaries, vol I : Gender on the move, IFU, Leske + Budrich, Opladen, pp59-79.

Sennett, R. (2000) : Le travail sans qualités, Seuil, Paris.

Strauss, A. (1992) : La trame de la négociation, L'Harmattan, Paris.

Tarrius, A., Missaoui, L. (2000) : Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, identités, territoires, Éditions de l'Aube, La Tour d'Aigues.

Waldinger, R. (1994) : "The making of an immigrant niche", International migration review, V28, 1.

Waldinger, R., Bozorgmehr, M. (1996) : Ethnic Los Angeles, Russell Sage Foundation, New York.

Notes

1 Ce chapitre s’appuie sur les résultats d’une recherche réalisée entre 2002 et 2005, et intitulée Inscriptions économiques segmentées, individualisation globalisée et circulations migratoires de femmes d’Afrique subsaharienne, de Chine continentale, d’Europe de l’Est et du Maghreb en France depuis 1993. Cette recherche était co-financée par la DARES dans le cadre de l’appel d’offres « La discrimination raciale dans l’emploi et sur le marché du travail » et le F.S.E., dirigée par L. Roulleau-Berger avec la collaboration de G. Giraudo, Ma Li, A. Tcholakova. Il s’agit ici d’une enquête pionnière en France. Aujourd’hui nous disposons de très peu d’informations sur la population chinoise récemment arrivée en France. L’enquête la plus récente de l’INSEE sur « Les immigrés en France » (2005) nous dit que 2075 Chinois ont fait leur première demande d’asile en 1998, pour passer en 2002 à 2869 et en 2003 à 5294, ce qui représente une progression de 20 %. Mais nous savons qu’une partie de la population chinoise en France vit sans papiers et n’est donc répertoriée nulle part.
Il faut préciser que l’accès à la population de femmes chinoises reste très difficile : nous avons essuyé de nombreux refus de la part des associations chinoises avant de pouvoir faire des investigations dans des associations franco-chinoises ; nous avons aussi dû mobiliser des réseaux interpersonnels pour rencontrer des femmes chinoises qui travaillaient comme cadres en entreprise et manifestaient, elles aussi, beaucoup de méfiance. Nous avons donc travaillé avec une petite population de 59 femmes chinoises, arrivées depuis 1993 en France (Paris, Lyon, Marseille), qui avaient entre 25 ans et 50 ans et avec qui nous avons réalisé des entretiens biographiques.

2 D’après Xia, l’éducation et la scolarité d’un enfant atteignent en moyenne 600 yuans par mois (nourriture, frais de scolarité, cours particuliers, etc.), ce qui représente l’équivalent d’un salaire mensuel d’un ouvrier dans la province du Liaoning.

3 Nous rejoignons ici M. Lallement (2006) dans son approche syncrétique des théories sociologiques du capital social.

4 Soit 3000 euros.

Auteur

Sociologue, Directrice de recherches au CNRS/LISE, Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Économique (Paris, Cnam). Elle a été visiting scholar en 2006 à l’Académie des Sciences sociales de Chine (Pékin). Elle a travaillé sur la socialisation urbaine, l'accès à l’emploi des jeunes issus de l’immigration, plus récemment sur les migrations internes et les marchés du travail en Chine, et les migrations chinoises en France. Elle a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages dont : Le travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, L'Aube, 1999 ; Les jeunes et le travail en France : 1950-2000 avec C. Nicole-Drancourt, PUF, 2001 ; Youth and work in the Post-Industrial City of North America and Europe, (ed) Brill, Leiden-Boston, 2003 ; La rue, miroir des peurs et des solidarités, PUF, Paris, 2004 ; Routes migratoires et circulations en Chine : entre mobilités intracontinentales et transnationalisme, avec Shi Lu, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol XX, no 3, décembre 2004 ; « Nouvelles » migrations chinoises, économies plurielles et « individuation globalisée » en Europe, Diasporas no 9, décembre 2006.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search