Desktop versionMobile version

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Identités locales, parcours migratoires et commerce global

Chapitre VII. Le commerce Chinois : conflits et adaptations au sein de la structure socio-économique Napolitaine

Adelina Miranda

Full text

1L’arrivée des chinois À Naples est liée à la délocalisation au niveau mondial de la production textile, accompagnée par l’internationalisation du commerce. Au cours des années quatre-vingt, le commerce napolitain était déjà alimenté par les produits chinois ; toutefois, ce n’est que pendant les années quatre-vingt-dix que les Chinois se sont insérés dans le secteur de la confection régionale et, au tournant du xxie siècle, dans le commerce. L’émergence de cette figure du commerçant étranger a eu des effets considérables sur la réalité locale. La constitution d’un réseau marchand reliant la Chine, lieu de production mondialisé, à Naples, lieu de distribution et de vente régional, géré par les Chinois, a créé des tensions avec le milieu local. Afin de saisir les articulations de ce processus, je présenterai les modalités à travers lesquelles les Chinois se sont intégrés dans le tissu économique napolitain. La création d’une « niche ethnique » incorporée dans des réseaux transnationaux s’est adaptée à une organisation locale, basée sur le travail au noir et informel. De leur côté, les autochtones, tout en continuant à fonctionner selon des conditions de production et d’échange « traditionnels », utilisent la figure du commerçant chinois pour lire leur devenir dans le système global actuel.

De la diversification d’une présence migratoire économique et de l’intégration du commerce chinois à Naples

  • 1 Ces niches économiques présentent également une forte distinction en termes d’appartenance de genr (...)

2En 2003, dans la région de la Campanie, on a officiellement dénombré 111 596 personnes étrangères. Les immigrés en provenance de divers pays de l’Europe centrale et orientale (fortement différenciés par leurs histoires et leurs politiques migratoires) représentent presque 50 % du total ; la présence asiatique est de 15 % et la maghrébine de 13 % (Caritas, 2004). Cette conjoncture migratoire révèle la complexification des flux migratoires contemporains, devenus de plus en plus multiformes et articulés. Plus particulièrement, la présence simultanée dans la région napolitaine de groupes de migrants, parmi lesquels aucun ne peut revendiquer une plus grande ancienneté d’installation, crée une situation culturelle qui rend difficile l’application des schémas classiques, basés sur l’idée d’une insertion d’abord économique et ensuite culturelle. À l’intérieur du creuset napolitain, les groupes nationaux sont associés à différents secteurs économiques : les Nord-Africains sont surtout employés dans l’agriculture, la vente ambulante et le tertiaire non qualifié ; les Philippines, les Polonaises et les Ukrainiennes travaillent notamment dans le secteur domestique ; les Chinois exercent dans le commerce, la manufacture et la restauration1.

  • 2 Le quartier qui entoure la gare est fortement investi par les changements dus aux migrations. Dans (...)
  • 3 La traduction de cette tournure (« veux-tu acheter ? ») fait voir qu’elle se rapporte à la figure (...)
  • 4 Comme les Sénégalais, les Maghrébins, en été, se déplacent sur les plages italiennes pour vendre d (...)

3Comme nous pouvons le voir, les migrants ne se limitent pas à occuper une position économique substitutive par rapport aux autochtones : ils jouent un rôle décisif également dans le secteur commercial et partagent souvent les mêmes lieux marchands que des Napolitains. Ce processus devient de plus en plus visible tout autour de la Piazza Garibaldi, sur laquelle s’ouvre la gare principale de Naples2. D’ici partent les autobus reliant Naples aux villes les plus importantes des pays de l’Europe centrale et orientale. De nombreuses femmes y attendent le départ ou l’arrivée des concitoyens et elles s’y réunissent pour échanger informations et renseignements relatifs au travail et au logement. Une allée adjacente à la gare, fermée à la circulation depuis quelques années, est devenue le lieu d’un petit marché sénégalais. Dans les rues parallèles, quelques commerces proposent viande halal et kebab ou bien des produits en provenance des pays de l’Europe centrale et orientale. Des boutiques bengalies et chinoises exposent leurs différentes marchandises tandis que les Sénégalais présentent sur les trottoirs sacs, ceintures, portefeuilles, lunettes de soleil ou des imitations de casquettes de grandes marques. En plus du commerce urbain stable exercé dans les magasins ou sur les trottoirs, il existe également la vente ambulante, qui intéresse surtout la banlieue napolitaine. Selon Rivera (2001), cette forme de commerce serait à l’origine du stéréotype du « vu’cumprà ? »3, la première formule reprise par les médias et ensuite diffusée dans le langage quotidien pour évoquer la figure de l’immigré dans l’imaginaire collectif italien. À Naples, cette image est incarnée par « le Marocain », circulant avec des poussettes transformées en espèces d’étalages ambulants afin de vendre habits, ustensiles et objets de différente utilité4.

4Dans les mêmes rues où s’installent les réseaux étrangers, des Napolitains vendent des produits de consommation (vêtements, chaussures, cosmétiques, cédéroms, livres d’occasions et même des objets destinés à vaincre le mauvais sort). Comme pour les immigrés, leurs formes commerciales varient dans un espace urbain polyfonctionnel. Au centre du vieux Naples, les étalages des aliments (poissons, fruits et légumes, fromages) occupent les trottoirs ; les magasins exposent leurs marchandises sur la voirie ; de nombreux commerçants ambulants présentent leurs articles sur des tréteaux, situés à proximité des murs des bâtiments et qui sont montés le matin et démontés le soir. Migrants et non-migrants partagent le même espace et souvent les mêmes modalités d’insertion économique : les uns comme les autres vendent des produits de consommation dont, le plus souvent, on « ignore » la provenance ; les uns comme les autres sont souvent insérés dans les mêmes segments commerciaux informels, parfois illégaux ; les uns comme les autres entretiennent un rapport précaire avec le travail officiel et garanti.

5Au cours de l’année 2003, malgré le chômage persistant et la crise qui a caractérisé l’économie nationale, le système entreprenarial napolitain a enregistré une évolution positive. Les données de la Chambre de Commerce de Naples mettent en relief, en outre, le rôle joué par les immigrés et, d’une manière particulière, par les Chinois. Ces étrangers, généralement âgés entre 30 et 50 ans, ont ouvert presque 500 entreprises, notamment dans les secteurs du commerce et de la manufacture. Leur présence est en conséquence associée à la croissance locale, mais également à l’émergence de nouvelles dynamiques économiques.

Les Chinois : entre solidarités et réussite économique

  • 5 Migrations Société, 2003 ; Hommes et Migrations, 2005.

6Les premiers Chinois sont arrivés en Italie du nord, à Milan, au cours des années vingt du xxe siècle. Ce courant migratoire, secondaire par rapport aux flux plus consistants installés en France, en Grande Bretagne et aux Pays-Bas, s’est ranimé durant les années quatre-vingt. En coïncidence avec une reprise des flux migratoires vers l’Europe, de nouveaux courants se sont superposés à ceux du passé entraînant une diversification et une complexification de ce vaste courant migratoire. La mise en place d’une politique favorable à l’émigration de la part du gouvernement chinois, l’émergence des pays du sud de l’Europe sur la scène migratoire, les changements politiques des pays de l’Europe centrale et orientale ont, en effet, complexifié les dynamiques de cette diaspora, désormais stabilisée dans tous les pays de l’Union européenne. Les Chinois conçoivent l’Europe comme un seul, unique et vaste espace économique stratégique, mais l’adoption d’un regard comparatif fait apparaître des modèles d’insertion distincts. S’il est vrai que la présence des Chinois est généralement considérable dans les secteurs commerciaux, et plus particulièrement dans la restauration, leur position varie selon les contextes nationaux5.

7L’Italie a été le premier pays de l’Europe méridionale où les Chinois se sont installés. Leur présence est en augmentation constante (463 Chinois en 1981, 100 109 en 2003) et elle s’est accompagnée d’une forte propension entrepreneuriale : l’on compte 10 199 entreprises gérées par les Chinois. Comme Ceccagno (1998, 2003) l’a souligné, ils font désormais partie intégrante du système économique italien, décentralisé et organisé autour des PME. Le centre de rayonnement de cet espace économique est la région de Florence et Prato. À leur arrivée dans cette circonscription, les Chinois se sont insérés dans les secteurs de la maroquinerie et de la confection ; ensuite, ils se sont spécialisés dans la production de la contre-façon de grandes marques et de leur distribution et vente sur le territoire européen. Au début des années quatre-vingt, ils se sont déplacés vers la banlieue napolitaine, notamment à Terzigno, San Giuseppe Vesuviano et Ottaviano, zone de production et de commerce textiles. Leur inscription dans ce contexte a été d’autant plus importante qu’ils n’ont pas occupé des interstices économiques subalternes : à la différence des autres groupes des migrants, ils ont constitué une enclave au cœur du processus productif.

8Les Chinois décrivent leur arrivée dans la région napolitaine comme une exploration de nouvelles possibilités économiques. Face à la saturation du marché du travail des autres régions italiennes, ils ont cherché d’autres filières en utilisant les relations établies avec les commerçants napolitains qui se rendaient dans la région florentine pour y acheter du tissu. Grâce à ces routes commerciales, leur intégration, bâtie sur une image négative de la ville, a été rapide et capable de s’adapter au fonctionnement régional. Leur présence a, en effet, contribué à ajuster le système local à un marché mondialisé, en défiant concurrences nationale et internationale. Dans une conjoncture marquée par la délocalisation mondiale et une consommation locale croissante, ils se sont introduits sur un segment de la chaîne de la manufacture, le « pronto moda », c’est-à-dire la confection des vêtements de basse qualité conformes à la mode changeante montrée à la télévision et destinés à approvisionner les marchés locaux. Le travail de ces étrangers répond à une demande articulée sur la rapidité de production et qui, en conséquence, ne peut pas être délocalisée. Leur intégration économique a été favorisée par leur capacité à réduire les coûts de fabrication, en se soumettant à des rythmes intenses, discontinus et flexibles. Ils ont ainsi proposé des prix encore plus compétitifs que ceux des Napolitains, en y ajoutant la ponctualité dans la livraison de la marchandise.

  • 6 Dans ce parcours, le mariage est devenu un élément stratégique important permettant d’élargir les (...)

9La réussite économique de ces immigrés vient de leur capacité à articuler la tradition et l’innovation. Les Chinois de Naples se réfèrent à une économie ouverte sur le monde mais qui englobe la structure traditionnelle des rapports de parentèle. Grâce à leurs réseaux de parenté étendus au niveau mondial, ils jouent entre déterritorialisation et localisation, entre mobilités et constructions de nouveaux ancrages familiaux. Ils ne décrivent jamais leur départ comme le fruit d’une décision individuelle : c’est la famille qui décide, soutient et fréquemment organise le voyage vers l’Europe. La structure de la parentèle est également utilisée sur le lieu d’arrivée pour entreprendre une activité. Les entrepreneurs chinois témoignent que l’aide de la « famille », d’origine ou d’alliance, représente une réelle possibilité de se lancer dans les affaires car elle permet d’exploiter la force de travail de tous ses membres et de recevoir l’apport économique nécessaire, souvent sous forme d’emprunt6. Néanmoins, la solidarité n’est jamais gratuite ; elle informe la structure hiérarchique du groupe et permet de comprendre son fonctionnement. La réussite économique, symbolisée par le travail autonome, est le pivot des relations de ce groupe, structuré par une forte hiérarchie sociale et sexuée.

10À son arrivée, le nouvel arrivant occupe une position subalterne et il est souvent objet d’une vraie exploitation de la part de ses corrégionaux. L’occupation du bas de l’échelle suppose que l’on n’a encore acquis ni les compétences ni le capital nécessaires pour exercer une activité indépendante, dont la création reste le seul moyen permettant le passage vers le haut de la hiérarchie du groupe d’appartenance. À leurs débuts, les futurs entrepreneurs demandent du travail aux villageois, achètent les premières machines – souvent grâce aux emprunts des villageois – et tous les membres de la famille travaillent à un rythme soutenu. Si le nouveau réseau trouve son espace sur le marché, il investit ensuite dans l’achat des machines électroniques et embauche de la main-d’œuvre étrangère à la famille, mais provenant de la même région.

  • 7 Au cours des dernières années, une autre possibilité est apparue : celle de faire garder les enfan (...)

11Pour les Chinois de Naples, la valeur conférée au travail indépendant ne s’épuise pas dans la structure économique locale ; elle s’insère dans un espace élargi. Ma Mung (1999), en analysant les lieux migratoires des Chinois, a mis en relief l’importance de ce qu’il appelle la « ressource spatiale », dont ces migrants disposent pour construire une « unité du corps dispersé ». La communauté des Chinois de Naples se structure comme un réseau ouvert sur l’espace italien, européen et mondial, tandis que les ascendants restent au pays d’origine, où les migrants envoient régulièrement de l’argent ainsi que les enfants non scolarisés7. Leur multilocalité s’organise autour du pays d’origine et le sentiment d’extraterritorialité, grâce à la référence au passé, transforme la continuité généalogique en contiguïté géographique ; la multitemporalité relie les différents pôles de la diaspora et la maîtrise du temps permet de construire un nouveau sens de l’appartenance. Les Chinois dessinent leur dispersion géographique à partir de deux ancrages : le lieu d’origine – défini par des liens socioculturels – et le lieu d’arrivée – défini par des relations de travail ; au premier est associé la parentèle, la solidarité, la tradition ; au deuxième, le travail et le changement.

De la manufacture au commerce « ethnique »

  • 8 Il s’agit bien sûr des noms fictifs ; ils sont italiens car les interviewés se font appeler par de (...)

12Après s’être implantés dans le secteur de la manufacture, les Chinois ont commencé à institutionnaliser leur présence. Ce passage s’est accompagné d’une prolifération et d’une diversification de leurs activités. Les Chinois, dont les premières entreprises n’étaient que des laboratoires clandestins, ont progressivement remplacé les petites et les moyennes entreprises locales et se sont actuellement insérés dans les échanges commerciaux. Ces changements, comme l’illustrent les parcours de Giorgio, de Luisa et d’Elena8, sont soutenus par l’entraide familiale.

Giorgio, arrivé dans la région de Prato en 1995, a travaillé clandestinement dans un atelier textile géré par un compatriote. Après trois ans, en compagnie de son épouse, il arrive dans la région napolitaine où il ouvre un restaurant avec sa sœur et son beau-frère, grâce aux emprunts des villageois. Les affaires permettent de rembourser rapidement les dettes et, comprenant le besoin grandissant de disposer des lieux de rencontre, bientôt les deux familles se séparent : l’une se spécialise dans l’organisation des mariages, l’autre ouvre un café-restaurant qui livre des plats préparés à domicile.

Luisa est arrivée dans la région de Naples en 1998. Après avoir fait fonctionner un atelier de confection avec sa belle-famille, en 2000, elle a ouvert, avec son époux, une agence de transport. Cette entreprise, qui à ses débuts transportait la marchandise chinoise depuis le port de Naples vers toute l’Italie, a été transformée en import-export international.

Elena est arrivée dans la région napolitaine en 1998 après un voyage qui a duré six mois à travers la Russie, l’Ukraine et l’ex-Yougoslavie. Sa mère, arrivée à Milan en 1990 pour travailler dans le petit atelier de son beau-frère (ensuite émigré avec sa famille en région parisienne), a payé 13 000 euros pour qu’Elena puisse la rejoindre, comme elle l’avait déjà fait pour son père et son frère. Grâce au travail de tous ses membres, la famille a pu réunir la somme nécessaire pour ouvrir un magasin d’alimentation dans la banlieue de Naples.

13Les parcours migratoires de Giorgio, Luisa et Elena ont été guidés dans le but de créer une activité indépendante. Néanmoins, leurs projets trouvent leur support dans la combinaison des efforts de tous les membres de la famille impliqués dans la mobilité. Par ailleurs, l’accroissement du nombre d’entreprises et de commerces des Chinois dans la région de Naples est le prolongement de ces solidarités et ces alliances. Comme dans les cas de Giorgio et de Luisa, quand l’entreprise est parvenue à un certain stade de sa croissance, les membres de la famille généralement se séparent : les uns continuent la vieille activité ; les autres en ouvrent une nouvelle, parfois dans un secteur différent car il offre de meilleurs perspectives. Mais, malgré la séparation, enfants et parents, frères et sœurs continuent à s’entraider et, dans la plupart des cas, la gestion des revenus et des gains reste commune.

14Ces entreprises chinoises, cause et effet d’une solidarité familiale ancrée dans les réseaux d’origine qui se prolonge sur les lieux d’accueil, revêtent un caractère « ethnique » aux yeux des autochtones. Le nombre croissant de Chinois résidant dans la région napolitaine s’est accompagné de l’ouverture de divers magasins et bazars destinés à approvisionner la communauté immigrée, ainsi que de cafés et de restaurants permettant aux immigrés de se rencontrer. Ces lieux, gérés par des Chinois et destinés aux Chinois, sont fortement stigmatisés par les autochtones, qui les fréquentent rarement. Les restaurants, notamment ceux qui sont installés dans la banlieue napolitaine, ne sont pas conçus comme des endroits où les Napolitains rechercheraient le goût d’une cuisine exotique. Il s’agit de lieux où se manifeste l’identité du groupe, où on célèbre les fêtes et les cérémonies (notamment les mariages) et où les immigrés se rencontrent pendant leurs loisirs. Ils s’y rendent pour regarder les programmes en langue chinoise, pour jouer aux jeux vidéo ou aux cartes, pour consommer un repas ou boire un thé. À travers ces lieux, les immigrés établissent et affirment une sociabilité structurée autour d’une double frontière linguistique et culinaire qui permet, comme le rappelle Ma Mung (2004), la reproduction de leur groupe d’appartenance et l’affirmation de leur autonomie par rapport à la société locale.

15D’autre part, depuis quelques années, les nombreux « magasins chinois » qui proposent une gamme de marchandise diversifiée (vêtements, chaussures, bijouterie, jouets, calculatrices, cannes à pêche) approvisionnent moins les Napolitains que d’autres immigrés, comme les marchands ambulants maghrébins. À San Giuseppe Vesuviano et au centre du vieux Naples, les Chinois ont ouvert de nouveaux magasins ; ils ont repris les fonds de commerce de négociants autochtones partis à la retraite sans avoir un successeur ou bien de ceux qui n’ont pas su relever le défi de la mondialisation. En conséquence, aujourd’hui, ils dynamisent des quartiers délaissés, ils modifient le marché de l’immobilier commercial et ils opèrent une « revitalisation d’un capitalisme marchand », à travers ce que Péraldi (1999) définit comme l’économie du bazar, c’est-à-dire ce lieu d’équilibre entre une logique de rationalisation économique de l’échange, qui tend à la fluidité et à la division des ordres marchands, et une logique d’enchevêtrement et de superposition des produits, des séquences, des rythmes, des ordres sociaux. Ces commerces, qui ne vendent ni une image ni une identité « ethniques », sont ethnicisés par le regard autochtone qui en souligne le caractère spécifique : une gestion des relations commerciales basée exclusivement sur les réseaux chinois ainsi qu’une manière d’occuper et d’utiliser l’espace commercial local excluant tout contact avec les commerçants locaux.

Commerce global, identités locales

16L’insertion des Chinois dans l’économie locale est, en effet, le produit d’un double processus : la crise du système local et l’incidence grandissante des effets de la mondialisation, accompagnée par la création de nouveaux circuits marchands. Pour saisir les articulations de ce processus, il faut tenir compte des relations qui se créent entre le global et le local (et vice versa) ainsi que de la localisation des phases de production, de distribution et d’échange.

17Au cours des années quatre-vingt, dans la région de Naples, on produisait des vêtements pour des grandes firmes du prêt-à-porter. Le caractère concurrentiel des entreprises locales se basait sur l’activité de petites, voire très petites, entreprises. Derrière cette production se cachait souvent une force de travail familial et une main-d’œuvre féminine, non déclarée et mal payée. Les phases économiques étaient – et sont encore – fréquemment organisées de telle façon que seule une partie du produit ou du travail soit déclarée ; il n’est pas rare, d’ailleurs, que toute la chaîne, de la production à la vente, demeure dans l’informel.

  • 9 Les grandes entreprises ont recours au système de la délocalisation, soit en utilisant la médiatio (...)
  • 10 Ce terme, qui est une déformation du mot français « façonnier », désigne les intermédiaires travai (...)

18Avec la mondialisation progressive du système de la mode, cette organisation n’a pas été capable de faire face à la concurrence. La délocalisation est alors apparue aux manufacturiers locaux comme la solution la plus facile9. Désormais, le secteur de la production de la mode est guidé par une logique mondialisée : le produit est conçu et fabriqué en suivant entièrement les routes internationales. Les entreprises locales ont recours aux stylistes qui circulent entre les différents grands défilés de la mode et elles externalisent la plupart de la production. Pour la manufacture locale d’une certaine qualité, il existe encore de petits ateliers gérés par les autochtones, tandis que les Chinois, comme nous l’avons vu, interviennent sur le « pronto moda ». Ils ont désormais acquis une certaine renommée dans ce segment de la production, grâce à leur capacité à répondre à une demande basée sur la quantité. Mais, même dans ce cas, la finition du produit (repassage du vêtement, éventuelles retouches pour pallier des défauts de fabrication, contrôle et étiquetage) est assurée par des entreprises locales, qui en général emploient des Sri Lankais ou des Marocains. D’autre part, les Chinois, tout en étant une pièce essentielle du système, ne sont pas au contact direct avec les entrepreneurs locaux : ce sont les « façonnisti »10 qui leur distribuent le travail en prélevant un certain pourcentage au passage.

  • 11 Il faut souligner que, à partir de janvier 2005, avec la fin des quotas imposés à la Chine, ces mê (...)

19Toutefois, le secteur de la manufacture devient de plus en plus marginal11. La fragmentation du processus de production a désormais fortement affecté les connexions existant entre système productif et système de vente. Dans la plupart des cas, la marchandise est produite en Chine et, en conséquence, on assiste à la disparition progressive de la figure du fabricant local au profit du commerçant chinois, comme le démontre l’évolution de San Giuseppe Vesuviano, ville située à vingt kilomètres de Naples et qui affiche de plus en plus les couleurs chinoises. Les magasins de détail et de gros sont, dans la plupart des cas, gérés par des Chinois, tandis que les vendeurs autochtones, toujours plus rares, se réassortissent en Chine. Les relations structurant le système de vente sont, de ce fait, traversées par la présence des Chinois qui occupent une position de force : ils n’ont pas recours à la médiation, à la différence des Italiens. L’insertion des Chinois dans le réseau commercial révèle donc la complexité des dépendances et des alliances, des contrastes et des antagonismes reliant le local et le global.

  • 12 Cette association, créée en 1999, possède un statut équivalent à celui de la loi française 1901. S (...)

20Les commerçants chinois ont adapté le système local à une échelle européenne, voire mondiale. L’étendue des réseaux d’appartenance accompagne la circulation de la marchandise au-delà des frontières nationales. Toutefois, comme je l’ai souligné, l’économie napolitaine a toujours incorporé une partie de travail illégal, et les Chinois se sont adaptés à ce fonctionnement. Ainsi que de nombreux informateurs le soulignent, la marchandise qui parvient sur le marché napolitain est habituellement fabriquée en Chine et, parfois, elle n’est pas déclarée dans sa totalité, grâce à des connivences locales. Parallèlement, la prolifération des activités économiques « chinoises » a rendu de plus en plus manifeste la présence des étrangers aux yeux des autochtones. Pour les ateliers (clandestins ou non), pas de signes, de noms, ni d’enseignes qui laissent deviner les origines des Chinois ; à l'inverse, de nombreuses marques identitaires (lanternes rouges, statues de Bouddha, photos des ascendants morts) sont affichées à l’extérieur comme à l’intérieur des magasins. Cette présence économique est accompagnée par une croissante institutionnalisation de la présence chinoise. Elle est confirmée par la création de l’« Association de Wenzhou en Italie »12 et l’organisation de la fête du Nouvel An chinois à San Giuseppe Vesuviano. Cette visibilité socio-économique a attiré l’attention de la presse locale. Elle contribue à diffuser le stéréotype du « Chinois commerçant », accomplissant son destin d’« envahisseur » de la ville, malgré la « résistance » de certains commerçants locaux.

21Ainsi, bien que les Chinois aient profondément affecté le système de production de petites entreprises familiales, leur entrée dans le monde du commerce est devenue le signe des changements actuels, comme en témoigne ce commerçant : « Nous ne sommes pas des Chinois qui se contentent de gagner 10 centimes sur chaque pièce (vendue). Il est vrai que les choses chinoises ont toujours existé, mais auparavant c’était nous qui vendions les produits. Depuis qu’il y a du commerce, la marchandise chinoise existe. Moi, j’ai toujours fait le commerce des choses chinoises. Mais, auparavant, ce que nous le payions 3 000 lires, nous le revendions à 5 000 (lires). Aujourd’hui, eux (les Chinois) vendent la marchandise pour gagner quelques centimes… Les gens ne se rendent pas compte, ce sont des ignorants. Quand tu leur parles du problème, ils te répondent : “Je m’en fous, je ne suis pas commerçant”. De la pure ignorance parce que, si moi je gagne de l’argent, je le dépense ici, je fais travailler aussi les autres. C’est comme une chaîne et nous travaillons tous. Nous faisons “circuler” l’argent. Avec eux (les Chinois) il s’agit d’un circuit clos : ils prennent l’argent et l’amènent chez eux, dans leur pays » (Commerçant napolitain de 50 ans).

22Aux yeux des commerçants napolitains, les nouvelles modalités internationales de production et de distribution économiques ont transformé les relations locales. La présence chinoise dans le secteur commercial en est la marque la plus concrète, étant donné qu’elle modifie l’agencement d’un « nous » face à un « vous », qui valorise certains éléments de la culture d’origine comme la langue et la cuisine et qui, surtout, garde des liens permanents avec le pays d’origine. Lors de la constitution d’un espace commercial ouvert, les réseaux pourraient passer au travers du local. Mais, l’attention que les autochtones portent à l’usage que les immigrés font des lieux marchands souligne à quel point leur étrangeté affecte la valeur accordée au « voisinage commercial ». Les magasins sont habituellement des lieux d’échange, de circulation d’informations et d’une sociabilité urbaine, notamment masculine ; ces liens constituent une trame pour les relations tissées dans l’espace de la ville. En conséquence, la « mixité ethnique commerciale » investit les catégories de la proximité et de la distance non seulement spatiales, mais également sociales et culturelles.

23À l’intérieur du système économique napolitain, la figure du commerçant incarne les valeurs de la réussite dans le monde local mais rapportée au monde extérieur. Selon les commerçants, leur activité n’est pas qu’un acte économique, elle fédère également les autres relations sociales et mobilise la référence à l’identité hiérarchique locale. La différente imbrication du négociant chinois dans le tissu régional a, de ce fait, un double effet. D’un côté, son insertion permet de lire les effets engendrés par la mondialisation. Le commerçant étranger assume une fonction d’« effet miroir », comme le démontrent les stéréotypes qui lui sont attribués. Les autochtones reprochent à ces étrangers, considérés comme « ceux qui ont le plus d’argent » parmi les migrants, d’être « sales », d’être aussi des « mafieux » et de « très mauvais conducteurs » : ce sont les mêmes attributs que ceux utilisés pour décrire le « peuple napolitain ». De l’autre côté, le succès du réseau commerçant chinois permet d’étayer un autre regard sur les migrations. À Naples, les Chinois ne se retrouvent pas dans cette relation économique asymétrique qui d’ordinaire accompagne d’autres situations migratoires. Le statut de ces immigrés renvoie aux autocthones une image d’une altérité socioculturelle comparable.

La création d’une nouvelle hiérarchie sociale ?

24À Naples, le caractère « ethnique » du commerce « chinois » révèle une logique complexe produite par des dispositifs endogènes et exogènes. L’ouverture de nouvelles activités répond soit aux exigences générées par le groupe dans le contexte migratoire, soit aux modalités à travers lesquelles les membres du groupe s’insèrent dans l’économie locale. D’un côté, la prolifération des activités économiques « chinoises » est le résultat d’une combinaison des facteurs : l’accroissement du nombre de Chinois, la densité de leur réseau, le maintien des rapports entre eux, l’affirmation de leur identité d’origine, souvent perçue par les autochtones comme enfermée sur elle-même. La territorialisation de ce courant migratoire détermine une restructuration des temporalités et des lieux urbains. Les autochtones sont souvent frappés par le fait que, dans les magasins chinois, les activités économiques se superposent et se mélangent avec le temps du repos et du repas, et ils estiment que la non-distinction entre ces fonctions est la conséquence d’une mentalité arriérée. D’un autre côté, la force commerciale de ces migrants ne correspond pas à une phase d’intégration atteinte à l’intérieur de leur cycle migratoire, mais naît de leur dispersion sur le territoire. Elle traduit un savoir-circuler entre le global et le local, entre des circuits et des systèmes d’activités situés à différentes échelles. Le caractère « ethnique » des activités commerciales ne découle pas de la « culture » d’origine des migrants, mais de leur compétence à utiliser les ressorts de différents réseaux d’appartenance dispersés dans les espaces nationaux.

25Il reste à souligner que l’insertion des Chinois dans le système de production n’a pas engendré les mêmes conséquences que leur inscription dans le secteur commercial. La fragmentation du cycle économique à l’échelle globale a été accompagnée de nouveaux liens d’interdépendance entre divers groupes sociaux et elle a eu des effets hétérogènes selon leurs implications dans les niveaux locaux. À Naples, les « niches ethniques » font partie d’un marché du travail local qui porte le poids de son organisation traditionnelle tout en étant intégré dans les processus d’internationalisation. L’interaction qui s’est créée entre Chinois et Napolitains a brisé la traditionnelle structuration asymétrique des relations verticales ainsi que l’interdépendance existant entre commerçant et contexte urbain local. Elle contribue de ce fait à la redistribution des positions sociales locales à l’intérieur d’un contexte élargi. Ces nouvelles dynamiques économiques ont par ailleurs généré des liens inédits d’interdépendance et de subordination entre immigrés et autochtones, liens qui ont fait apparaître l’importance des implications de l’échange marchand dans les élaborations identitaires.

26Les relations commerciales dans lesquelles sont impliqués les Chinois à Naples révèlent les tensions liées aux actuelles mobilités, tensions nées des forces qui s’affrontent dans les processus de territorialisation-déterritorialisation, uniformisation-diversification, homogénéisation-hétérogénéisation. Leur inscription dans le secteur commercial, tout en représentant la manière dont la « napolitanéité » traverse les changements économiques globaux, modifie la représentation et la reproduction des relations impliquées dans le commerce ainsi que le sens et les significations attribués à l’échange social en tant qu’élément manifestant la hiérarchie sociale. Les commerçants chinois, qui ont créé de nouveaux circuits marchands par-delà l’opposition classique entre le nord et le sud de l’Italie, ou entre la banlieue et le centre ville, traduisent une double tension. Leur place révèle l’importance du franchissement des frontières, des limites, des confins nationaux dans l’économie globale, mais également les enjeux de la reterritorialisation. Le commerçant étranger qui incarne le rôle d’intermédiaire entre les différents niveaux de l’échelle économique fait voir le lien existant entre valeurs culturelle et marchande. C’est ainsi qu’à Naples, le commerce « ethnique », symbole de la crise économique déterminée localement par la globalisation, revêt un rôle de médiation symbolique, inscrivant migrants et non-migrants dans les mêmes dynamiques contemporaines.

Bibliography

RÉFÉRENCES

Canclini Garcia, N. (1999) : La globalización imaginada, Paidós, México.

Caritas (2004) : Immigrazione. Dossier statistico 2003, Anterem, Rome.

Cattedra, R., Menoli, M. (2000) : « La réappropriation du patrimoine symbolique du centre historique de Naples », in Bidou-Zachariasen, Catherine (sous la direction de), Retours en ville, Descartes et Cie, Paris, pp. 147-174.

Ceccagno, A. (1998) : Cinesi d’Italia. Storie in bilico tra due culture, Manifesto Libri, Rome.

Ceccagno, A. (2003) : « Les migrants chinois en Italie », Migrations Société, 89, pp. 135-150.

Collogna, D. (2000) : « I cinesi nella società milanese », in Palidda, S. (dir.), Socialità e inserimento degli immigrati a Milano, Franco Angeli, Milano, pp. 31-55.

Coppola, P., Viganoni L. (2002) : « Luoghi e identità : Napoli tra immagine e politica », in Jossa, B. (sous la direction de), Napoli e la Campania nel Novecento. Diario di un secolo, Naples, pp. 29-43.

Frascani, P. (1990) : « Mercato e commercio a Napoli dopo l’Unità », in Macry, P., Villani, P. (sous la direction de), La storia d’Italia. La Campania, Einaudi, Turin, pp. 185-223.

Gallissot R. Modher, K., Rivera, A. (2001) : L’Imbroglio etnico in quattordici parole-chiave, Dedalo, Bari.

Giglia, A. (2002) : « Centro e periferie : continuità e rotture », in Signorelli, A. (sous la direction de), pp. 125-131.

Hassoun, J. -P. (2005) : « La place marchande en ville : quelques significations sociales », in Ethnologie française, 35, pp. 5-16.

Hommes & Migrations (2005) : « Chinois de France », 1254,.

Macry, P. (1990) : « La città e la società rubana », in Macry, P., Villani, P., La storia d’Italia. La Campania, Einaudi, Turin, pp. 93-183.

Ma Mung, E. (1999) : « La dispersion comme ressource », in Césari, J. (dir.), Les anonymes de la mondialisation, Le Harmattan, Paris, pp. 89-104.

Ma Mung, E. (2004) : « Dispositif économique et ressources spatiales : éléments d'une économie de diaspora », Revue Européenne des Migrations Internationales, 8, 3, pp. 175-193.

Migrations Société, Dossier « Migrations chinoises en Europe », 89, 2003.

Miranda, A. (2002) : « Les Chinois dans la région de Naples. Altérités et identités dans une économie locale en mutation », in Péraldi, M. (sous la direction de), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes de la Méditerranée, Éditions Maisonneuve & Larose, Paris, pp. 431-451.

Miranda, A. (2004) : « La polysémie temporelle du risque. Quand les mots des scientifiques rencontrent les interprétations des habitants de la région de Naples », Temporalités, 1, pp. 5-18.

Minglione, Enzo, Pugliese, Enrico (2002) : Il lavoro, Carocci, Rome.

Palidda, S. (1992) : « Le développement des activités indépendantes des immigrés en Europe et en France, Revue européenne des migrations internationales, 1, pp. 83-96.

Peraldi M. (1999) : « Marseille : réseau migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar », in Césari, J. (dir.) : Les anonymes de la mondialisation, L’Harmattan, Paris, pp. 51-62.

Pina-Guerassimoff, C. (2003) : « Les nouvelles migrations chinoises en Grande-Bretagne », Migrations Société, 89, pp. 89-104.

Pugliese, E. (sous la direction de) (1996) : « Mediterraneo ». Inchiesta, 113,. Pugliese, E. (2000), « L’Italia tra migrazioni internazionali e migrazioni interne », Politica internazionale, 4-5, pp. 229-267.

Rivera, A. (2001) : « Immigrati », in Gallissot, R., Kilani, M., Rivera, A., L’Imbroglio etnico in quattordici parole-chiave, Dedalo, Bari, pp. 201-218.

Sassen, S. (1997) : Le città nell’economia globale, Il Mulino, Turin (éd. or. Cities in a World Economy, 1994).

Sassen, S. (1999) : Migranti, coloni, rifugiati. Dall’emigrazione di massa alla fortezza Europa, Feltrinelli, Milan.

Signorelli, A. (2002) : « La cultura popolare napoletana : un secolo di vita di uno stereotipo e del suo referente », in Signorelli, A. (sous la direction de), Cultura popolare a Napoli e in Campania nel Novecento, pp. 11-24, Guida, Naples.

Vallat, C., Marin, B., Biondi, G. (2000) : Naples. Démythifier la ville, L’Harmattan, Paris.

Notes

1 Ces niches économiques présentent également une forte distinction en termes d’appartenance de genre : hommes et femmes ne sont destinés ni aux mêmes segments ni aux mêmes lieux du marché de travail. Pour ce qui concerne le secteur domestique, il emploie massivement des femmes qui se distribuent différemment selon leurs origines et leur date d’arrivée en Italie. Les Cingalaises et les Capverdiennes sont au service des familles de beaux quartiers, tandis que les Polonaises, les Ukrainiennes et les Biélorusses travaillent également dans la banlieue. Ces flux migratoires féminins s’entremêlent et se superposent aux courants en provenance des pays du Nord de l’Afrique (fortement masculinisés) et ceux de l’Asie (caractérisés par un certain équilibre entre les sexes).

2 Le quartier qui entoure la gare est fortement investi par les changements dus aux migrations. Dans l’espace marchand, la présence migrante est néanmoins plus visible que dans l’espace privé.

3 La traduction de cette tournure (« veux-tu acheter ? ») fait voir qu’elle se rapporte à la figure de l’immigré en tant que commerçant.

4 Comme les Sénégalais, les Maghrébins, en été, se déplacent sur les plages italiennes pour vendre des vêtements et différents objets pour la mer.

5 Migrations Société, 2003 ; Hommes et Migrations, 2005.

6 Dans ce parcours, le mariage est devenu un élément stratégique important permettant d’élargir les alliances entre différents groupes familiaux, mais également de constituer un certain capital économique. Le mariage traditionnel acquiert ainsi une nouvelle signification à l’intérieur du contexte migratoire car la cérémonie renforce les liens du réseau et, en même temps, en crée d’autres.

7 Au cours des dernières années, une autre possibilité est apparue : celle de faire garder les enfants par les Italiennes qui travaillaient au noir dans les ateliers de confection de vêtements avant l’arrivée des Chinois. Cet échange entre femmes, par-delà ses implications économiques, crée des espaces de communication autour de l’enfance, ce qui implique souvent une médiation de part et d’autre. Une informatrice, qui garde deux enfants chinois – dont un jour et nuit –, m’a expliqué qu’au début elle a dû s’adapter à la manière de manger de l’enfant, en lui préparant régulièrement du riz, tout en l’habituant à manger à table, assis « comme nous » et en utilisant des couverts.

8 Il s’agit bien sûr des noms fictifs ; ils sont italiens car les interviewés se font appeler par des prénoms italiens.

9 Les grandes entreprises ont recours au système de la délocalisation, soit en utilisant la médiation des représentants des entreprises chinoises, soit grâce à leurs déplacements en Chine.

10 Ce terme, qui est une déformation du mot français « façonnier », désigne les intermédiaires travaillant dans le secteur de l’habillement.

11 Il faut souligner que, à partir de janvier 2005, avec la fin des quotas imposés à la Chine, ces mêmes immigrés souffrent de la concurrence de la marchandise produite en Chine et qui arrive sur le marché européen à de prix concurrentiels.

12 Cette association, créée en 1999, possède un statut équivalent à celui de la loi française 1901. Son activité est de dispenser des cours de langue italienne. Comme le souligne son président, de nombreux Chinois ne savent pas parler la langue italienne, qui est pourtant importante pour avancer dans le monde des affaires.

Author

Maître de conférences de sociologie à l'Université Federico II de Naples. Elle travaille sur les questions du genre et des migrations internationales. Elle a publié : "Les Chinois dans la région de Naples. Altérités et identités dans une économie locale en mutation", in M. Péraldi (ed), La fin des norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes de la Méditerranée, Éds Maisonneuve & Larose, Paris, pp. 431-451, 2002 ; " Une frontière dans l’intimité. La confrontation culturelle entre femmes étrangères et femmes autochtones dans l’espace domestique”, in CEDREF, pp. 115-132, 2003 ; " Femmes italiennes en France. L’émigration féminine entre passé, présent et futur”, (dir) Migrations Société, CIEMI, Paris, vol. 13, n. 78, 2001 ; « Il gioco della visibilità », in Voci e volti dei nuovi Napoletani, (avec Amato F., Niola M., Rea, Zaccarai A.), Fadando libri, Roma, 2006, pp. 76-99 ; Miranda A. et Castellanos A. (dir), Fronteras, limites y frentes, Alteridades, n. 30, Univesidada Autonoma Metropolitana, 2005 ; « L’intégration au féminin. Pratiques et représentations en Italie », in V. Ferry, P. Galloro, G. Noiriel (dir), Vingt ans de discours sur l'intégration, L’Harmattan, 2005, pp. 271-281.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search