Versione classicaVersione mobile

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Circulations, réseaux et transnationalisme

Chapitre VI. L’économie transnationale des migrants Chinois en Autriche

Kim Rottenberger-Kwok
Traduttore: Jean-Marie Sauboua

Testo integrale

  • 1 Les résultats présentés ici sont issus de ma recherche de doctorat, actuellement en cours à l’unive (...)

1Depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, l’Autriche a mis en place un système de quotas dans le cadre d’une politique migratoire restrictive. Même si le nombre d’immigrés chinois est resté stable ces cinq dernières années, leur activité économique s’est diversifiée et intensifiée. De nouvelles activités économiques sont apparues en lien avec l’influence croissante de la République Populaire de Chine dans la globalisation. Dans ce chapitre, on tentera de délimiter et de comprendre l’émergence d’un nouveau type de petites entreprises dirigées par des migrants chinois dans le tourisme et l’enseignement. Afin de mieux comprendre la complexité des facteurs contribuant à la bonne marche de ces entreprises, je m’appuierai sur le concept de transnationalisme, considéré comme un prolongement des réflexions existant déjà sur l’entrepreneuriat migrant mais en accordant une attention particulière aux réseaux transfrontaliers. Il s’agira de mettre en évidence comment des facteurs socioéconomiques du pays d’origine interagissent avec des initiatives individuelles pour aboutir à une activité transnationale de la part des migrants chinois en Autriche1.

Entrepreneuriat et transnationalisme

2Les recherches sur les activités économiques des migrants s’enferment souvent dans un débat sur la place de l’acteur : il y a ceux qui mettent l’accent sur les ressources internes à la communauté et ceux qui considèrent que le contexte politico-économique est le facteur déterminant. Les premiers se focalisent sur les entrepreneurs et leur groupe de pairs afin d’identifier des ressources spécifiques comme des réseaux familiaux, du capital social ou encore des valeurs partagées. Il s’agit alors, pour ces approches, de souligner le lien entre l’ethnie ou la culture des migrants et les formes d’entrepreneuriat qu’ils mobilisent (Light, 1972 ; Zhou, 1992 ; Waldinger, 1996). Le concept d’“économie ethnique”, par exemple, a été construit à partir de telles approches. À l’opposé, d’autres travaux insistent sur la façon dont l’environnement structure de façon complexe l’activité économique des migrants. La concurrence sur le marché, la disponibilité des capitaux, les niches économiques, la politique migratoire ou encore les règles et lois qui encadrent le marché du travail sont alors autant d’éléments fondamentaux (Aldrich et al., 1984 ; Barrett, Jones et McEvoy, 2003).

3Il existe toutefois des travaux qui tentent de dépasser cette opposition, grâce notamment au concept “d’encastrement pluriel” (Kloosterman, Van der Leun et Rath, 1999). L’accent est mis sur l’interaction entre les facteurs politico-économiques et les ressources socioculturelles. C’est une proposition théorique qui vise à dépasser Waldinger et al., (1990), même si on peut aussi la voir comme une simple réévaluation du rôle des régulations étatiques, lesquelles sont effectivement particulièrement structurantes en Europe.

4Ces cadres théoriques restent toutefois limités par leur échelle d’analyse, c’est-à-dire la société d’accueil. Ils oublient de prendre en compte l’insertion des migrants dans des réseaux transnationaux qui opèrent au-delà du territoire de cette société d’accueil. Or, le concept de transnationalisme, tout en pouvant se situer dans la continuité des travaux existants, ouvre justement des perspectives nouvelles dans l’étude de l’entrepreneuriat migrant par l’attention accordée aux liens transfrontaliers. Un tel concept permet, entre autres, d’envisager que les migrants remplissent leurs objectifs économiques dans le cadre d’une économie transnationale “sans avoir à s’engager dans un processus d’acculturation à moyen ou long terme” (Portes, Haller et Guarnizo, 2001 : 6-7).

5Il y a transnationalisme lorsque des contextes sociaux s’étendent sur plusieurs pays suite à des migrations ou à des échanges commerciaux internationaux. La convergence habituelle entre espace social et espace géographique se délite alors. En d’autres termes, des contextes transnationaux apparaissent alors que le concept, assez ancien, d’État-nation est ébranlé (Pries, 2001). Cet effritement des États-nations et de leur souveraineté est soutenu par la globalisation économique toujours plus rapide (Sassen, 1996). En ce sens, les phénomènes transnationaux peuvent être entendus comme une déclinaison de la globalisation et du déclin concomitant de l’État-nation.

6Dans le bilan qu’il fait des théorisations du transnationalisme, Vertovec (1999) distingue, parmi six formes de transnationalisme, celle des capitaux. À côté d’une “classe de capitalistes transnationaux” opérant dans les grandes entreprises de la globalisation, il existe des “petites mains” qui forment la majeure partie des communautés transnationales. Ces “petites mains” jouent un rôle très important par le biais des transferts de fonds, des investissements, etc. Les capitaux qui circulent dans ces communautés ne se contentent pas d’un aller-retour entre un pays d’accueil et un pays d’origine, ils sillonnent tous les espaces où est présente la communauté. Portes décrit ce type d’entreprises comme étant “l’économie transnationale d’en bas”. Cette dernière n’a pas pour ambition de servir de contre-modèle face aux grandes banques et entreprises mais “fournit aux gens ordinaires des exemples, des impulsions et des moyens techniques pour construire une alternative nouvelle et jusque-là non imaginée” (Portes, 1997 : 18).

Migration chinoise et activités économiques en Autriche

  • 2 Ces données proviennent du Bureau des statistiques autrichiennes (OSTAT). Selon le recensement de 2 (...)

7Selon les données officielles, il y aurait en Autriche, en 2001, environ 10 000 sinophones2. On estime toutefois que la communauté chinoise comprend entre 20 000 et 25 000 personnes, en incluant les étudiants, les demandeurs d’asile, les clandestins et ceux qui sont nés sous passeport autrichien. Les Chinois, en Autriche, comme c’est le cas dans beaucoup de pays européens, viennent principalement du Zhejiang, notamment de Qinqtian et de Wenzhou.

8L’Autriche n’avait jamais été un pays d’immigration chinoise. Étant dépourvu de ports, le pays n’a pas accueilli de marins chinois qui auraient pu ensuite servir de relais pour des vagues ultérieures, comme ce fut le cas à Rotterdam, Hambourg et Liverpool. De plus, l’Autriche n’a pas de passé colonial comme la France, la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas. Il n’est donc pas surprenant qu’il n’y ait pas vraiment eu de communauté chinoise avant le début des années quatre-vingt. De nombreux Chinois commencèrent alors à arriver au fur et à mesure que les nouveaux flux migratoires chinois se déversaient en Europe depuis les régions traditionnelles d’émigration que sont, nous l’avons dit, Wenzhou et Qinqtian dans le Zhejiang (Pieke, 2002).

  • 3 Il n’y a aucune donnée officielle sur les restaurants chinois, même auprès de la Chambre de commerc (...)

9Alors que les migrants en provenance de l’ex-Yougoslavie et de la Turquie venaient en Autriche pour chercher du travail, les Chinois y venaient pour profiter de l’expansion du marché de l’alimentation ethnique. Si l’on en croit les chiffres de l’association autrichienne des Chinois (Verband der Chinesen in Osterreich), il y avait 100 restaurants chinois en 1982, 298 en 1986, 621 en 1991, 820 en 1996 lors de la reprise économique qu’a connue l’Autriche, et 782 en 2000. Ce secteur connaît depuis un léger regain d’activité (900 restaurants en 20043).

10La restauration chinoise a connu son âge d’or entre la fin des années soixante-dix et le début des années quatre-vingt-dix. Il était alors assez simple d’obtenir un permis de travail ou de séjour. Ceux qui disposaient des capitaux nécessaires pour ouvrir leur propre entreprise pouvaient immédiatement bénéficier d’un permis, et il leur suffisait d’une lettre d’invitation pour faire venir leurs familles ou leurs amis afin de travailler avec eux. Des conditions aussi favorables entraînèrent un boom de la restauration de la fin des années quatre-vingt à 1996, qui marque le début d’une stagnation qui vient juste de s’achever. Cette expansion rapide trouve aussi son origine dans la saturation du marché chinois du travail provoquée par l’afflux de nouveaux migrants à cette même période. En effet, un emploi étant nécessaire pour renouveler son permis de séjour, de nombreux migrants choisirent de s’auto-employer (Haberfellner, 1999) ou tentèrent de se faire naturaliser. Si les rêves de réussites économiques et les capitaux dont disposaient certains des premiers migrants peuvent expliquer une partie des ouvertures de restaurants, la peur de perdre son statut est certainement une des raisons pour lesquelles de nombreux restaurants continuèrent à ouvrir.

11Suite à cette explosion du nombre de restaurants, le marché est devenu de plus en plus concurrentiel, tandis que les conditions de travail se détérioraient. Dans de nombreux restaurants, les congés étaient réduits au strict minimum, tout comme les heures déclarées et payées. Ceux qui ne pouvaient pas supporter cette intensification de la concurrence durent fermer et se recycler ailleurs.

12Entre les difficultés linguistiques et l’absence de reconnaissance officielle des qualifications, le marché du travail laisse peu de chances aux migrants chinois. La plupart des Chinois se retrouvent donc coincés dans la restauration, dans de mauvaises conditions de travail et avec peu de gratification. Au bout de quelques années cependant, face à la stagnation de la restauration, de nouveaux secteurs d’activités ont commencé à émerger : import-export, commerce de détail, karaokés et agences de voyage… Ces nouveaux secteurs fournissent de nouvelles opportunités, même s’ils sont encore loin d’être aussi importants que la restauration ; qui plus est, un nouveau type de restaurant fleurit actuellement, proposant une cuisine et une décoration renouvelées et profitant de la banalisation de la cuisine exotique auprès des jeunes Autrichiens. L’enseignement et le tourisme font partie de ces nouveaux secteurs qui se caractérisent par leur transnationalisme. Au fur et à mesure que les opportunités locales se raréfient, les migrants chinois d’Autriche cherchent à profiter de l’expansion économique de la République Populaire de Chine et de la globalisation (et notamment des nouvelles possibilités de communication). Avec leurs partenaires situés dans d’autres pays d’Europe, ils défrichent alors de nouveaux secteurs qui pourraient, à terme, leur permettre de réussir économiquement sans être contraints par un contexte économique national.

Coopérations sino-autrichiennes sur le marché du conseil en études

  • 4 Il n’y a pas de chiffrage précis du nombre de visas délivrés à des citoyens chinois. En Autriche, i (...)
  • 5 Informations obtenues dans un entretien avec le président de l’association des universitaires et ét (...)

13Ces quatre dernières années le nombre d’étudiants chinois en Autriche a fortement augmenté. Le Ministère des Affaires Étrangères autrichien n’avait délivré que 800 visas étudiants en 2001, contre 1 300 en 2002, 1 800 en 2003 et 1 600 en 20044. Selon l’ambassade chinoise, il y avait moins de 100 étudiants chinois enregistrés en 2001. En 2002 ils étaient déjà 1 000, et ils sont désormais plus de 2 000, répartis dans les grandes villes5.

14Si certains de ces étudiants fréquentent les universités autrichiennes, la plupart d’entre eux viennent étudier dans l’un des conservatoires de musique. Presque tous ont postulé par le biais d’agences de conseil en études à l’étranger, installées en Chine et disposant de partenaires en Autriche. Ces partenaires sont soit des personnes d’origine chinoise, soit des entreprises ou des “associations à but non-lucratif” dirigées par des migrants chinois disposant d’un solide réseau. Ces agences ont fait la une des journaux en 2004 lorsqu’a éclaté un scandale impliquant un homme d’affaires chinois à Vienne qui aurait “importé” 1800 étudiants entre 2002 et 2004, tout en générant un chiffre d’affaires de 25 millions d’Euros (Die Presse, 9 juin 2004). Suite à ce scandale, les autorités autrichiennes ont contrôlé avec beaucoup de rigueur la délivrance des visas, ce qui peut expliquer la légère baisse du nombre de visas délivrés dans la période qui a suivi.

15Il existe officiellement 270 agences de conseil en études à l’étranger reconnues par le Ministère de l’Éducation chinois. À l’aide de leurs partenaires en Occident, elles fournissent des informations sur les cursus, aident à la préparation des dossiers de candidature et des demandes de passeport et de visa. Il existe une demande croissante en Chine pour les études à l’étranger, en lien avec le rapide développement économique que connaît le pays. De plus en plus de personnes sont prêtes à investir dans le capital humain. Les enfants de familles aisées qui ont déjà reçu une formation en musique classique sont désormais susceptibles de payer pour un diplôme sanctionnant un cursus à l’étranger, améliorant ainsi leur compétitivité sur le marché chinois. Et cela fait des années maintenant que les Chinois ne se limitent plus aux pays anglophones. La conjugaison de cette tendance sociétale avec l’enrichissement des familles chinoises a été une opportunité rêvée pour les agences de conseil en études à l’étranger. Du côté autrichien, l’absence de quotas pour les visas étudiants, la gratuité du système d’enseignement et la réputation d’être un pays de premier plan concernant la musique classique étaient de véritables “ressources naturelles” pour attirer cette nouvelle clientèle.

16Ces agences de conseil ne fonctionnent pas selon des logiques nationales mais ne s’appuient pas non plus sur les traditionnels réseaux familiaux ou d’appartenance, assez courants chez les entrepreneurs chinois. Elles mobilisent davantage des partenariats d’affaires fondés sur des intérêts communs dans ce nouveau marché lucratif qu’est l’enseignement supérieur. Des agences et des établissements d’enseignement ont ainsi établi des partenariats ciblés visant à attirer les étudiants chinois. Par exemple, une agence a organisé des tests d’admission en invitant à Pékin des enseignants viennois. Mais alors que les tests étaient censés mener à différents conservatoires, y compris ceux qui étaient publics et donc gratuits, tous les étudiants admis le furent dans le même conservatoire privé. Au début, tous les étudiants en musique étaient répartis sur deux conservatoires privés, disposant d’enseignants sinophones. Lorsqu’ils apprirent qu’il était possible de postuler à des conservatoires publics, de nombreux étudiants décidèrent de le faire et, pour un grand nombre d’entre eux, furent acceptés. On voit bien au travers de ces exemples que les agences ne présentent pas toutes les possibilités effectivement disponibles mais se limitent à un ou deux conservatoires avec lesquels elles travaillent en étroite collaboration.

17Le rôle du partenaire chinois en Autriche est de s’occuper du dossier d’admission dans l’établissement d’enseignement, de rassembler les pièces nécessaires pour le visa, d’accueillir et d’accompagner les étudiants, mais aussi de leur trouver un logement, de les inscrire à la sécurité sociale et aux cours d’allemand. Ces agences font la promotion de leurs services en allant directement dans les universités et conservatoires chinois avec des prospectus et tracts détaillant le système d’enseignement autrichien, les frais de scolarité et, bien sûr, ce que facture l’agence. Elles demandent entre cinq et dix mille euros, en fonction de la période et de l’origine des étudiants, ce qui n’inclut pas les cinq mille euros de revenus annuels exigés par les autorités autrichiennes. Le succès de l’opération dépend ensuite de la qualité de l’information et du bon respect des délais réglementaires, ce qui exige une bonne maîtrise des arcanes de l’administration puisque les lois et surtout la sévérité de leur application varient dans le temps, comme l’a montré la période très stricte qui a suivi le scandale de 2004. Chaque dossier exige donc un investissement différent en temps et en énergie. En général, un contrat est signé entre l’étudiant et l’agence avant d’entamer la procédure.

18On estime à quatre ou cinq le nombre de ces agences présentes en Autriche, deux d’entre elles n’étant plus actives depuis fin 2004. Officiellement, leur secteur d’activité est l’échange économique ou culturel entre la Chine et l’Autriche (que leur statut légal soit celui d’entreprise ou celui d’association à but non lucratif). Même si l’on suppose que cette activité génère un important chiffre d’affaires, il est impossible de le prouver puisque le paiement se fait souvent en Chine, de la main à la main. Ces agences parviennent ainsi à contourner les législations nationales sur les associations à but non lucratif, tout en restant soumises à d’autres facteurs légaux comme la réglementation sur les visas étudiants.

Tourisme et émergence d’un réseau commercial

  • 6 Fin 2002 se déclenchait en Chine une épidémie de penumopathie atypique ou Syndrome Respiratoire Aig (...)
  • 7 Il s’agit d’une campagne nationale d’éducation mise en place par le parti communiste chinois et qui (...)

19Le développement socioéconomique de la Chine a aussi bouleversé le secteur touristique en Europe. En 2003, pour la première fois, la Chine a dépassé le Japon avec 20,2 millions de touristes à l’étranger, soit une augmentation de 21 % par rapport à l’année précédente. L’organisation mondiale du tourisme estime que la Chine deviendra en 2020 la première destination touristique et sera le quatrième pays dont proviennent le plus de touristes (China Daily, 11 juillet 2004). En 2002, les touristes chinois représentaient 7,8 % des ventes en duty-free de l’UE, derrière les Russes et les Américains (Chen, 2004). En 2003, trois à quatre cent mille Chinois ont visité la France, une de leurs destinations privilégiées ; un chiffre qui devrait doubler en 2005 (Xinhua News, 1er septembre 2004). Le marché du tourisme chinois risque de croître encore plus rapidement dans les années à venir avec la signature, en 2004, d’un accord entre l’Union Européenne et l’Office National du Tourisme Chinois qui facilitera les voyages depuis la Chine à destination de 27 pays européens. Le statut de “destination approuvée” simplifiera les procédures pour l’obtention, par les citoyens chinois, d’un visa touristique (Union Européenne, 2004). L’Autriche a commencé uniquement en 2004 à comptabiliser officiellement les touristes chinois. Lors de cette première année documentée, il y avait déjà 172 361 arrivées et 237 208 nuitées (Office autrichien du tourisme). À Vienne, la destination la plus populaire, on comptait pour la même année 57 852 arrivées et 93 279 nuitées. Depuis l’obtention du statut de “destination approuvée”, l’office du tourisme viennois et de nombreuses agences de voyage se sont lancés dans la compétition pour la captation du marché chinois. 130 000 euros ont été investis et un magazine gratuit en chinois a été imprimé à plusieurs millions d’exemplaires. Vienne devient ainsi une véritable marque, avec son slogan “Kunst and Genuss” (art et plaisir). Si le tourisme d’entreprise avait déjà commencé à apparaître en Autriche au début des années quatre-vingt-dix, c’est uniquement depuis 2000 que le boom a eu lieu, malgré des fluctuations dues au SRAS6 et au climat politique chinois. Alors que j’écris ce chapitre, la Chine connaît à nouveau une période de restrictions des sorties à cause d’une campagne nationale d’éducation7, qui affecte significativement le secteur touristique. Il est cependant impossible d’obtenir une liste des agences de voyages tenues en Autriche par des Chinois, mais on peut dénombrer 15 agences qui sont particulièrement présentes sur le marché des services aux touristes chinois, toutes basées à Vienne. La plupart d’entre elles sont tenues et possédées par des migrants chinois, quatre d’entre elles seulement étant des agences autrichiennes ou internationales qui emploient des Chinois dans un service spécialisé. Les agences de voyages chinoises sont habituellement de petites entreprises avec, au maximum, 5 employés à temps plein s’occupant de la préparation des circuits, des réservations d’hôtels et des demandes de visa. En plus de leurs employés ces agences travaillent de façon moins formelle avec de nombreux migrants qui servent de guides ou de responsables de circuits, accompagnant les touristes aussi bien pour des visites rapides de quelques heures que pour des circuits de plusieurs semaines à travers toute l’Europe.

20Cette explosion du tourisme chinois s’est accompagnée d’une floraison d’entreprises diverses au sein de la communauté chinoise. Des agences de voyages aux boutiques de souvenirs en passant par les restaurants chinois visant explicitement les touristes chinois et les guides indépendants, c’est tout un secteur qui a émergé pour former un réseau professionnel et social. Actuellement les touristes chinois préfèrent les circuits qui les emmènent de ville en ville. En fonction de leur région d’entrée en Europe, ces touristes sont pris en charge par une agence de voyage qui se charge d’organiser leur circuit en Europe, à l’aide de guides indépendants et d’autres agences dans les différents pays visités. Mais les agences ont aussi un réseau de commerces divers avec lesquels elles fonctionnent à la commission. Les touristes chinois sont ainsi emmenés dans des boutiques de souvenir tenues par des chinois, de même pour les restaurants, ceux-ci reversant une commission aux agences. Un tel accord est bénéfique pour les deux parties et satisfait les clients chinois. De même, les billets pour des concerts ou des soirées sont achetés grâce à des intermédiaires chinois. C’est donc un véritable réseau européen qui s’est construit. Ce réseau se fonde sur une confiance mutuelle, du donnant-donnant, des contrats formels et informels et des propositions régulières de l’un ou l’autre des partenaires, soit pour demander de l’aide soit pour offrir une opportunité. Ce réseau n’est cependant pas complètement limité aux Chinois, il inclut aussi des entreprises locales, allemandes ou internationales qui travaillent avec la Chine. Les Chinois qui travaillent avec ces entreprises en Chine demandent souvent de bénéficier d’un circuit en Europe en contrepartie de la signature d’un contrat. L’agence chinoise fournit alors uniquement des services de traduction et un guide.

  • 8 Ces deux catégories (Fremdenführer et Reiseleiter/Reisebetreuer) correspondent à une réelle divisio (...)

21Comme dans toute économie ethnique, les facteurs culturels internes au groupe jouent un rôle très important, les ressources ethniques étant largement utilisées, notamment pour définir une éthique de travail. Si les agences chinoises travaillent quasi exclusivement avec d’autres Chinois, ce n’est pas uniquement pour des questions linguistiques mais aussi à cause d’affinités culturelles et de mentalités communes. Les guides chinois, par exemple, sont moins suceptibles de réclamer le paiement de leurs heures supplémentaires. De plus, on considèrera qu’une personne d’origine chinoise sera mieux à même de comprendre les besoins des touristes qu’un Autrichien, même si ce dernier parle très bien chinois. Il existe en Autriche une stricte division du travail entre les guides (Fremdenfïhrer) et les accompagnateurs (Reiseleiter/reisebetreuer)8. À proprement parler, les sites touristiques doivent être visités avec un guide professionnel dûment licencié, tandis que les accompagnateurs prennent en charge l’organisation du circuit et les explications à la volée lors du parcours. Les agences chinoises préfèrent utiliser des accompagnateurs qui s’occupent de tout le circuit, y compris des visites de sites touristiques, et contournent ainsi la division du travail telle qu’elle est instituée légalement. D’une part, il existe peu de guides sinophones et, d’autre part, les attentes et l’identité professionnelles ne sont pas les mêmes entre un guide autrichien et un guide chinois. On n’attend pas d’un bon guide chinois qu’il connaisse bien la culture et l’histoire autrichienne et européenne, alors que c’est exactement ce qui est exigé pour pouvoir être guide “officiel”. Ce qui compte c’est bien davantage sa “mentalité chinoise” et sa capacité à anticiper les besoins des clients chinois. Il ne faut toutefois pas surestimer la dimension culturelle dans ce choix des agences chinoises de n’employer que d’autres Chinois. Elles y ont aussi un intérêt financier : il est moins coûteux d’employer une seule personne pour tout le circuit que de cumuler un accompagnateur et un guide, surtout si cette personne ne facture pas ses heures supplémentaires.

22Les migrants qui tiennent ces agences de voyages viennent souvent de milieux privilégiés. La plupart d’entre eux sont originaires de grandes villes, comme Pékin ou Shanghai, sont diplômés de l’enseignement supérieur et disposent d’un vaste réseau en Chine, grâce à leur famille ou à leurs précédentes expériences professionnelles. Par exemple, l’un de mes contacts est le fils d’un ancien ministre tandis qu’un autre est un ancien employé du Ministère des Affaires Étrangères. Grâce à cette position avantageuse, ils ont pu démarrer rapidement leur entreprise et construire leur réseau professionnel. Ils ont commencé par établir des contacts plus ou moins officiels avec quelques organisations en Chine, par exemple un bureau provincial des Affaires Étrangères ou une agence de voyage publique ou alors ils ont repris contact avec des amis qui ont des positions influentes dans tel ou tel organisme officiel. Ce faisant, ils deviennent le personnage-référent dans cette organisation pour tous les voyages en Europe. Afin de maintenir un bon contact, ils vont régulièrement en Chine visiter des foires et rencontrer leurs partenaires. Leur réseau professionnel s’étend donc bien de l’Europe à la Chine.

23Même si la Chine est la source de leur développement et qu’ils maintiennent de bonnes relations avec leurs partenaires là-bas, les entrepreneurs chinois ont des sentiments partagés concernant leur pays. Car si c’est en Chine qu’ils ont leur marché, c’est de là aussi que vient la menace. Le secteur touristique chinois en Europe est encore assez chaotique, extrêmement concurrentiel, peu régulé et donc vulnérable. Or de plus en plus de guides indépendants ou d’agences de voyages en Chine essayent d’investir le marché européen, anticipant son futur développement. Ils organisent entièrement les voyages depuis la Chine, jusqu’aux réservations dans les hôtels et restaurants. De même, ils envoient les guides avec les groupes depuis la Chine sans passer par des agences chinoises européennes. Qui plus est, certains de ces guides acceptent de travailler sans salaires fixes, se reposant uniquement sur les commissions diverses qu’ils peuvent glaner auprès des boutiques et restaurants. Les agences chinoises en Europe ainsi que les guides ont vu leur activité diminuer suite à ces pratiques qui les laissent encore dans l’expectative.

Conclusion

24Les deux cas présentés ici sont révélateurs du fonctionnement de secteurs économiques transnationaux partiellement invisibles aux yeux de l’État. Les fonds sont transférés sans être enregistrés et leur importance a été mal comprise ou sous-estimée : ils continuent à ne pas figurer, ou le sont de façon incomplète, dans les données officielles. Ces secteurs étant encore dans leur première phase de développement, leur avenir est encore incertain. Leur expansion ou leur disparition dépend largement de facteurs qu’ils ne peuvent contrôler, comme la réglementation sur les visas ou l’évolution politique de la Chine. Même si ces nouveaux secteurs ont permis de renouveler l’économie chinoise en Autriche, il faut reconnaître qu’ils ne concernent finalement que peu de migrants. La majorité des Chinois gagne encore leur vie dans ce secteur traditionnel qu’est la restauration. On est encore loin du “tout-transnational”.

25Le développement d’une économie transnationale au sein de communautés de migrants est loin d’être un phénomène nouveau, même sans parler du cas chinois (Cohen, 1997 ; Foner, 1997 ; Ong et Nonini, 1997). Ce qui distingue les deux cas présentés ci-dessus c’est tout d’abord, à un niveau très terre à terre, l’émergence de réseaux transfrontaliers assez lâches en Europe et entre l’Europe et la Chine. Ces réseaux ne se limitent pas à la famille ou aux proches, contrairement à ce qui se passe souvent dans les milieux d’affaires chinois. Ici, les liens se fondent davantage sur un intérêt commun – à savoir partager les profits générés à l’étranger par le développement chinois – que sur des valeurs et symboles partagés au sein d’une famille. Il a déjà été montré que l’entrepreneuriat transnational était souvent réservé aux hommes migrants hautement qualifiés et diplômés (Portes, Haller et Guarnizo, 2001). Les cas décrits ici laissent à penser que le capital humain ainsi que l’étendue des réseaux sociaux pourraient déterminer aussi bien la création que le succès d’une entreprise transnationale. La deuxième spécificité de ces cas vient de ce que les liens entretenus avec la Chine sont principalement motivés par la perspective de nouveaux marchés en Europe, et non par la volonté d’investir en Chine ou d’y renvoyer des fonds, comme cela a été le cas dans plusieurs secteurs. Ces nouveaux réseaux transnationaux permettent donc de nouvelles circulations de fonds, grâce au développement et à l’enrichissement que connaît actuellement la Chine, même si cet enrichissement est encore loin de concerner toutes les couches de la population.

26Les travaux sur l’économie ethnique insistent souvent soit sur la dimension structurelle soit sur la dimension culturelle, à partir de la communauté de migrants elle-même ou à partir de leurs relations avec la société d’accueil. Comme nous venons de le voir, ce sont autant les facteurs structurels que les aspects culturels internes au groupe qui ont un rôle à jouer dans l’entrepreneuriat chinois transnational en Autriche. Confrontés à la difficulté de trouver un emploi en Autriche puis à celle de continuer à faire tourner son entreprise une fois que l’on est auto-employé, les migrants chinois explorent de nouveaux terrains. Pour cela, les entrepreneurs chinois dépendent des ressources internes à leur groupe ethnique, comme le montre particulièrement bien le cas des agences de voyage. Mais le contexte socioéconomique chinois est tout aussi important puisque c’est de là que vient le marché. La vitalité du secteur dépend donc à la fois des contextes socioéconomiques du pays d’accueil et de ceux du pays d’origine. Ces entrepreneurs chinois ont ainsi investi de nouvelles niches économiques qui opèrent à la fois dans le cadre national et au-delà de celui-ci. Les théories classiques de l’économie ethnique se révèlent ici inadaptées pour expliquer ce développement. Comme l’ont déjà remarqué plusieurs auteurs qui ont traité la question du transnationalisme, il faut changer l’échelle de notre perception pour inclure les réseaux transfrontaliers et le contexte du pays d’origine.

27Enfin, il faut admettre que l’on n’aura pas traité dans ce chapitre de l’interaction entre la législation autrichienne et européenne et les entreprises chinoises des secteurs de l’enseignement et du tourisme. Une meilleure connaissance de cette dimension nous aiderait à mieux comprendre l’évolution des relations entre le transnationalisme et les régimes nationaux ou supranationaux

Bibliografia

RÉFÉRENCES

Aldrich, H., T. Jones and D. McEvoy (1984) "Ethnic Advantage and Minority Business Development", in R. Ward and R. Jenkins (eds) Ethnic Communities in Business : Strategies for Economic Survival : Cambridge University Press, Cambridge.

Austrian Chamber of Commerce, Fremdenführer http://portal.wko.at/portal.wk?CtxID=33&AngID=1&DstID=686&subcontentparam=fremdenf%25FChrer ; Reiseleiter/Reisebetreuer : http://portal.wko.at/portal.wk?CtxID=33&AngID=1&DstID=686&subcontentparam=reiseleiter

Austrian National Tourist Office, http://cms.austria-tourism.biz

BARRETT, G., T. JONES and D. McEVOY (2003) "United Kingdom : Severely Constrained Entrepreneurialism" in R. Kloosterman and J. Rath (eds) Immigrant Entreprenerus, Venturing Abroad in the Age of Globalisation : Berg, Oxford and New York :

Chen, W (2004) "Chinese Tourists Eye European Vacations" in Beijing Review, www.bjreview.com.cn/200402/Nation-200402(E).htm[13.02.2005]

China Daily, 11.07.2004, Chinese to travel Europe from September. www.chinadaily.com/cn/english/doc/2004-07/11/content_347337.htm [11.04.2005]

COHEN, R (1997) Global Diaspora : An Introduction : UCL Press. London.

Die Presse, 09.06.2004, 1800 Chinesen als “Studenten” nach Österreich geschleppt

European Union (2004) Memorandum of Understanding Between The National Tourism Administration of the People’s Republic of China and the European Community on Visa and Related Issues Concerning Tourist Groups from the People’s Republic of China (ADS) http://www.enit.it/adscina/mou_291003_en.pdf[05.04.2005]

Federal Ministry of Internal Affairs of the Republic of Austria, Asyl-und Fremdenstatistik 2001, 2002, 2003 and 2004.

Foner, N. (1997) "What’s New about Transnationalism ? New York Immigrants Today and at the Turn of the Century" Diaspora, 6 (3) p. 355-375

General Association of Chinese in Austria (2001) Telefonbuch für Chinesen : General Association of Chinese in Austria, Vienna.

Haberfellner, R. (1999) The Case of Austria, paper presented for the Conference Working on the Fringes : Immigrant Business, Economic Integration and Informal Practices, Amsterdam 7-9 October 1999.

Jones, T., G. Barrett and D. McEvoy (2000) "Market Potential as a Decisive Influence on the Performance of Ethnic Minority Business" in J. Rath (ed.) Immigrant Businesses : The Economic, Political and Social Environment : Macmillan/St Martin’s Press, Basingstoke/NY.

Kloosterman, R., Van der Leun, J. and Rath, J. (1999) "Mixed embeddedness, migrant entreprenership and informal economic activities", International Journal of Urban and Regional Research, 23 (2) p. 253-267.

Light, I. (1972) Ethnic Enterprise in America : Business and Welfare among Chinese, Japanese and Blacks : University of California Press, Berkeley.

Marcus G. E. (1995) "Ethnography in/of the world system : the emergence of multi-sited ethnography", in Annual Review of Anthropology, vol. 24 p. 95-117. Ministry of Education of the People’s Republic of China, www.jsj.edu.cn[17.05.2004,15.04.2005], www.moe.edu.cn/edoas/website18/info5116.htm [15.04.2005]

Ong, A. and D. M., Nonini ed. (1997) Ungrounded Empires : The Cultural Politics of Modern Chinese Transnationalism : Routledge, London.

People’s Daily, 27.11.2004, CPC initiates education campaign against members’ wavering convictions, http://english.peopledaily.com.cn/200411/27/eng20041127_165339.html[13.04.2005]

People’s Daily, 19.01.2005, CPC launches education campaign to consolidate ruling status, http://english.peopledaily.com.cn/200501/19/eng20050119_171191.html[13.04.2005]

Pieke, F. N. (2002) " Recent Trends in Chinese Migration to Europe : Fujianese Migration in Perspective". Working Paper no 6, IOM Migration Research Series, International Organisation for Migration.

Portes, A (1997) "Globalisation from Below : The Rise of Transnational Communities". Working Paper of the Princeton University, WPTC-98-01.

Portes A., W. Haller and L. Guarnizo (2001) "Transnational Entrepreneurs : The Emergence and Determinants of an Alternative Form of Immigrant Economic Adaptation". Working Paper of the Transnational Communities Programme, University of Oxford, WPTC-01-05.

Pries, L. (2001) New Transnational Social Spaces : International Migration and Transnational Companies in the Early Twenty-First Century : Routledge, London.

Sassen, S. (1996) Losing Control ? Sovereignty in an Age of Globalisation : University Press, New York, Columbia.

Statistik Austria, Volkszählung 2001, www.statistik.at[20.11.2003]

Vertovec, S. (1999) "Conceiving and researching transnationalism", in Ethnic and Racial Studies, 22 (2) p. 447-462.

Waldinger, R., H. Aldrich, R. Ward and associates (1990) Ethnic Entrepreneurs : Immigrant Business in Industrial Societies : Sage, London, New Delhi, Newbury Park.

Vienna Tourist Board, http://info.wien.at

Waldinger, R. (1996) Still the Promised City ? African-American and New Immigrants in Postindustrial New York : Harvard University Press, Cambridge, MA

Xinhua News Agency, 01.09.2004, France Seeks to Lure Chinese Tourists. http://www.china.com.cn/english/travel/105812.htm [02.04.2005]

Zhou, M. (1992) China Town : The Socioeconomic Potential of an Urban Enclave : Temple University Press, Philadelphia.

Note

1 Les résultats présentés ici sont issus de ma recherche de doctorat, actuellement en cours à l’université de Vienne. Cette recherche a pour ambition de retracer le développement de l’économie chinoise en Autriche en s’attachant à comprendre ce qui a suscité l’émergence d’une économie transnationale lors de ces dernières années. Les données proviennent d’une vingtaine d’entretiens semi-directifs, d’observations participantes et d’un groupe de discussion avec des étudiants chinois, organisé entre juin 2004 et avril 2005 à Vienne et à Graz. Les entretiens ont été effectués auprès du ministère de l’Intérieur, de l’ambassade chinoise, d’étudiants chinois, d’agences de conseil en études et de travailleurs indépendants chinois dans le tourisme (soit des propriétaires d’agences, soit des guides indépendants). Deux secteurs précis seront étudiés dans cette recherche : les agences de conseil en études et le secteur touristique. De nombreuses raisons ont présidé à ce choix. En effet, même si ces deux branches sont encore assez marginales, elles incarnent le type d’activité qui sollicite le plus des réseaux transfrontaliers. De plus, c’est là que l’influence de la globalisation et du développement chinois se fait le plus sentir. Enfin, il s’agit d’activités émergentes actuellement très populaires auprès des migrants chinois, malgré les incertitudes qui pèsent sur leur avenir. Aborder le transnationalisme est un défi méthodologique. On recommande chaudement (Marcus, 1995) des dispositifs qui permettent de suivre les gens (les migrants), les choses (les marchandises, les cadeaux, l’argent), les métaphores (les signes, symboles et images), la trame, l’histoire ou l’allégorie (récits de vie quotidienne ou de souvenirs), la biographie (d’individus exemplaires) ou encore les conflits (les luttes dans l’espace public). Afin de comprendre la nouveauté et l’étendue du phénomène que je souhaite étudier, j’ai aussi utilisé l’observation participante pour mieux suivre le flux des services que fournissent en Europe les agences de tourisme de Vienne.

2 Ces données proviennent du Bureau des statistiques autrichiennes (OSTAT). Selon le recensement de 2001, 9960 sinophones vivent en Autriche, 5022 d’entre eux ont la nationalité autrichienne. D’autres sources comptabilisent 4567 ressortissants chinois et 625 taïwanais. Tandis qu’entre 1992 et 2001 il y a eu 4102 naturalisations. En additionnant ces trois chiffres on obtient une chiffre similaire à celui du recensement, soit 9294.

3 Il n’y a aucune donnée officielle sur les restaurants chinois, même auprès de la Chambre de commerce. Les chiffres utilisées ici sont donc une estimation à partir des informations de l’association autrichienne des chinois et de l’annuaire professionnel autrichien.

4 Il n’y a pas de chiffrage précis du nombre de visas délivrés à des citoyens chinois. En Autriche, il existe deux types de permis pour les étrangers, le permis de résidence (Niederlassungsbewilligung) et le permis de séjour (Aufenthaltserlaubnis), les visas étudiants faisant partie de cette dernière catégorie. Les données du Ministère des Affaires Étrangères autrichien font état de moins de 800 permis de séjour délivrés en 2001 à des citoyens chinois, contre 1359 en 2002, 1893 en 2003 et 1654 en 2004. Le nombre de permis de séjour délivrés à des citoyens chinois était tellement insignifiant avant 2002 qu’il ne figurait même pas dans les données officielles. Comme il n’y a pas d’autres types de permis de séjour qui puissent être délivrés aux citoyens chinois, j’ai construit les estimations présentées ci-dessus à partir d’entretiens avec des représentants du Ministère de l’Intérieur.

5 Informations obtenues dans un entretien avec le président de l’association des universitaires et étudiants autrichiens, le 1er juin 2004.

6 Fin 2002 se déclenchait en Chine une épidémie de penumopathie atypique ou Syndrome Respiratoire Aigu Sévère (SRAS). L’épidémie a été endiguée par des mesures d’isolement et de quarantaine qui ont affecté la circulation des biens et des personnes en 2003.

7 Il s’agit d’une campagne nationale d’éducation mise en place par le parti communiste chinois et qui doit se dérouler de janvier 2005 à juin 2006. Elle a pour but de rappeler aux membres du parti qu’ils ne doivent pas abandonner leurs convictions et leur rôle d’avant-garde, tout en répondant à certaines critiques populaires. Cf. People’s Daily.

8 Ces deux catégories (Fremdenführer et Reiseleiter/Reisebetreuer) correspondent à une réelle division professionnelle en Autriche, division sévèrement contrôlée. Cf. Chambre de commerce autrichienne. En revanche cette division n’est pas européenne, chaque pays ayant sa propre réglementation.

Autore

Soutenu sa thèse en 2003 à l'Université de Vienne en Autriche sur la présence des Chinois d'Indonésie à Hong Kong. Elle travaille sur les formes d'organisation économique produites par les Chinois en Autriche à Vienne. Elle a publié Weigelin-Schwiedrzik, S. and Rottenberger-Kwok, K. (2004) Chinesische Migration im Indischen Ozean, p. 145-165 in Rothermund D. and Weigelin-Schwiedrzik S (eds) Der Indische Ozean, das afro-asiatische Mittelmeer als Kultur-und Wirtschaftsraum, Wien : Verein fr Geschichte und Sozialkunde.

Jean-Marie Sauboua (Traduttore)

© Presses universitaires du Midi, 2007

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search