Desktop versionMobile Version

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Circulations, réseaux et transnationalisme

Chapitre V. Liens transnationaux des migrants Chinois et économie ethnique au Portugal

Pedro Góis, José Carlos Marques und Catarina Reis Oliveira

Volltext

1La question de la présence des Chinois au Portugal et celle de leurs liens transnationaux sont difficiles à traiter. Même si nous traversons une période où l’actualité économique est centrée sur les Chinois – notamment les entrepreneurs – avec la croissance des importations des textiles et celle des magasins chinois, nous disposons de peu de données sur une communauté ancienne et diversifiée. Mais nous pouvons déjà dire qu’au Portugal il n’existe pas une mais plusieurs communautés de Chinois, qui ne forment donc pas une catégorie homogène. Parler de communauté chinoise ne peut être qu’un artifice – et un abus – de langage. Les individus développent concrètement des trajectoires migratoires complexes qui impliquent, notamment, des logiques héritées de l'Empire Colonial associées à des processus migratoires récents, et des logiques traditionnelles de migration ouvrière ou de regroupement familial. Selon le Service des Étrangers et des Frontières (SEF), le nombre d'immigrés réguliers chinois résidant au Portugal n’a cessé de croître régulièrement au cours des deux dernières décennies (ils représentaient 0,9 pour cent de la population étrangère totale en 1986 et 1,7 en 2001). Le peu d’intérêt porté à la communauté chinoise est évident quand on regarde la bibliographie produite sur les pratiques transnationales de ce groupe de migrants. À l'exception des travaux de quelques chercheurs cités plus loin, le corpus d’études sur les pratiques transnationales des Chinois au Portugal apparaît limité au regard de la production scientifique consacrée aux autres communautés migrantes présentes au Portugal. Les travaux publiés, dans les dernières années, par Amaro (1990), Tomé (1994), Teixeira (1994, 1997, 1998, 1999), Marpil (2001, 2003) et Oliveira (2000, 2002, 2003, 2004) constituent une exception. Ces travaux nous permettent de commencer à parler de l'existence d’un transnationalisme lié à cette communauté. En ce qui concerne la répartition géographique des Chinois au Portugal, ils sont plutôt concentrés dans les régions métropolitaines de Lisbonne et de Porto, mais il ne s’agit pas d’une concentration géographique ethnique ni d’une ségrégation urbaine très marquée. En contraste avec ce qui se produit avec d'autres communautés chinoises de la diaspora (organisées de façon traditionnelle en Chinatowns), cette dispersion rend plus difficiles la connaissance et l'analyse directe d'une économie ethnique, aussi bien que la définition des réseaux co-ethniques. Néanmoins, notamment dans les régions métropolitaines de Lisbonne et de Porto, on enregistre les premiers signes de l’apparition d’une organisation similaire à une Chinatown. Par exemple, on peut mentionner les quartiers de Martim Moniz ou la région de Porto Alto situés dans la région métropolitaine de Lisbonne, ou celui de Varziela à Vila do Conde dans la région métropolitaine de Porto. Des études récentes montrent aussi comment émergent des pratiques transnationales, notamment dans le commerce, et en particulier le commerce ethnique. Ces études empiriques suggèrent que ce commerce est basé sur des réseaux de contacts permanents, qui ont pour origine la province de Zhejiang, voisine de Shanghai, en particulier Wenzhou, reliée à la diaspora chinoise d'autres pays européens et des États-Unis (Oliveira, 2000). La survie de petites entreprises (par exemple, des restaurants, des magasins d'habillement, etc.) dépend de la fréquence des contacts avec la région d'origine et avec d'autres immigrés, principalement ceux qui se sont établis en Europe, pour l'approvisionnement en marchandises et l’accès au travail. Des études empiriques démontrent que, dans le cas du Portugal, beaucoup de migrants, avant l'arrivée dans ce pays, ont traversé d'autres régions de l'Europe, comme l'Espagne par exemple (Oliveira 2000).

Histoire de la communauté chinoise au Portugal et routes migratoires

  • 1 Au moment de l'invasion du pays par l’Indonésie en 1975, sur les 10000 immigrés chinois qui habita (...)
  • 2 Sue les 5000 immigrés chinois qui habitaient au Mozambique, environ 700 se sont fixés au Portugal  (...)
  • 3 Macao est définitivement administrée par la Chine depuis décembre 1999.
  • 4 Un nombre indéterminé de migrants a choisi le Portugal seulement comme lieu intermédiaire de migra (...)

2La présence chinoise au Portugal remonte à la première moitié du xxe siècle, concrètement aux années vingt et trente. Les premiers Chinois se sont établis dans le pays en 1920 et ils étaient liés au commerce ambulant (Teixeira, 1997 : 2 ; Pereira, 2004 : 22). Pourtant, leur présence n’est devenue significative qu’à partir de l980. Si l’on considère les flux migratoires des trente dernières années, on peut très clairement répartir les Chinois au Portugal en plusieurs sous-groupes – en suivant le moment de leur arrivée et leur origine. Un premier groupe de Chinois est arrivé au Portugal entre 1975 et le début – des années quatre-vingt. Il s’agissait de personnes originaires de Canton, ou qui habitaient le Timor1, l’Angola et le Mozambique2 (Costa, 1998) et qui, au moment de l'indépendance des anciennes colonies, ont choisi le Portugal comme destination migratoire. La majorité de ces Chinois a acquis néanmoins la nationalité portugaise3 (Oliveira et al., 1999) et, en conséquence, a disparu des statistiques de l'immigration. Pendant les années quatre-vingt surtout quatre-vingt-dix, on peut définir un autre mouvement migratoire composé de Chinois provenant directement de Chine, et en particulier de la province de Zhejiang, de Canton dans la province de Guangdong, de Guizhou dans le centre de la Chine, ou de Heilongjiang dans le Nord de la Chine. Un dernier flux, originaire de l'ancienne colonie portugaise de Macao, est représenté par un groupe (non comptabilisé statistiquement) de personnes – d’origine chinoise mais de nationalité portugaise4. Dans ce contexte, nous pouvons identifier un ensemble de groupes qui interagissent entre eux mais qui ne se sentent pas appartenir à une seule communauté :

  1. les Chinois du continent (de la République Populaire de Chine), en particulier de la Province du Zhejiang ;
  2. les Chinois originaires de Macao, dispersées dans le pays, et beaucoup d'entre eux étant mariés à des Portugais ;
  3. les Chinois venus des anciennes colonies portugaises (surtout du Mozambique) au moment de la décolonisation, se sentant pour beaucoup d’entre eux assez proches des habitudes occidentales et connaissant bien la langue portugaise4 ;
  4. les étudiants chinois boursiers ou provenant de Macao et - qui au départ sont de passage par le Portugal, mais qui finissent, pour beaucoup d’entre eux, par y demeurer après leurs études.
  • 5 La population de nationalité chinoise a été celle qui a enregistré la plus grande variation entre (...)
  • 6 Si nous prenons en considération les déclarations de plusieurs représentants de la communauté chin (...)
  • 7 Lesquelles sont produites annuellement et, par voie de conséquence, se trouvent mieux actualisées (...)

3Dans les années quatre-vingt-dix, la présence chinoise au Portugal serait passée, suivant les données des recensements de la population, de 356 en 1991, à 2 287 en 20015. Or, ces chiffres sont très en dessous de la réalité de l’étendue de la communauté chinoise au Portugal, comme il est possible de constater à partir de l'analyse des données publiées par le SEF et relatives aux Chinois qui possèdent une autorisation de résidence. Selon ces données, 3 953 Chinois habitaient légalement au Portugal en 2001, c'est-à-dire une valeur de 73 % supérieure aux chiffres du recensement6. Conformément aux données du SEF7, la population de nationalité chinoise a augmenté de façon continue jusqu'a 2004, année où elle atteint le chiffre de 5 197. Si nous recentrons notre analyse sur les premières années du xxie siècle, nous pouvons affirmer qu’en quatre ans à peine, la population chinoise qui habite légalement le Portugal, enregistre une augmentation de 58,4 %.

Tableau 1 - Distribution géographique de Chinois ayant une autorisation de résidence au Portugal

Tableau 1 - Distribution géographique de Chinois ayant une autorisation de résidence au Portugal

Source : Relatórios Estatísticos (SEF) 1990-2000.

4La caractérisation de la présence chinoise au Portugal doit, dans ce contexte, prendre en compte un ensemble de clivages : une communauté en construction et des groupes dispersés d'origine chinoise ; d’un côté, une présence légale, de l’autre, l'arrivée de co-ethniques illégaux ; la présence de chercheurs, d’une part, et, d’autre part, celle d’une population non qualifiée ; l’existence, enfin, d’une population d’origine chinoise, mais très occidentalisée grâce à sa double expérience migratoire (par exemple au Portugal et au Mozambique), face à celle d’un autre groupe qui, malgré d'autres expériences migratoires, reste très fermé sur lui-même et très enraciné dans la culture chinoise.

5Comme nous l’avons mentionné auparavant, les trajectoires migratoires des immigrés chinois présents au Portugal se sont diversifiées selon le contexte historique dans lequel elles se sont développées. Ainsi les flux migratoires les plus récents sont influencés moins par l’histoire coloniale portugaise que par l’intégration économique, politique et sociale croissante du pays dans l'Union européenne. Dans une étude sur des entrepreneurs chinois au Portugal, Catarina Oliveira (2003) a conclu que plusieurs de ces immigrés entrepreneurs sont arrivés au pays après être passés par d’autres pays de l'Union Européenne, notamment l'Espagne. Ce cas montre bien que l'intégration du pays dans l'Union Européenne et dans l'espace Schengen, et les facilités de mobilité des migrants qu’elle permet, sert de cadre, au moins en partie à ce flux. L’analyse des réponses données par 217 personnes interrogées, si elle montre bien le poids significatif de l'immigration directe à partir de la Chine (59,6 %), laisse cependant apercevoir des liaisons intra européennes fondamentales/importantes (34,9 %). L'existence d’expériences migratoires préalables des immigrés chinois entrepreneurs dans plusieurs pays européens est un bon indicateur d’une potentielle circulation migratoire intra européenne.

Tableau 2 - Expériences migratoires d'entrepreneurs chinois au Portugal

Pays de Passage

N

 %

Directement de Chine vers le Portugal

217

59,6

Passage par des pays européens

127

34,9

Espagne

59

16,2

France

21

5,8

Pays-Bas

17

4,7

Belgique

7

1,9

Allemagne

8

2,2

Italie

6

1,6

Passage par des pays non européens

14

3,8

NS/NR

6

1,6

Total

364

100

Source : Oliveira (2003)

  • 8 Il s’agit d’un processus de régularisation extraordinaire créé par le Décret-loi 212/92 du 12 octo (...)
  • 9 Selon Ferreira et Rato (2000 : 89), parmi les 1608 Chinois qui ont demandé la régularisation en 19 (...)
  • 10 Ce processus a été mis en œuvre par le Décret-loi 4/2001 du 10 janvier. Les données se rapportent (...)

6Et le Portugal n’est pas nécessairement choisi comme un pays de destination finale. L'arrivée de ces immigrés au Portugal a souvent été déterminée par d’innombrables raisons, notamment le regroupement familial, les possibilités économiques offertes face à la saturation d'autres marchés européens et l'attraction exercée par les périodes de régularisation extraordinaire qui ont eu lieu pendant la dernière décennie. Dans l'enquête citée ci-dessus Oliveira (2003) a conclu que la plupart des entrepreneurs chinois interrogés sont arrivés pendant la décennie de 1990 (44,2 %). Ces immigrés deviennent visibles statistiquement, en particulier pendant les années où le Portugal a réalisé des régularisations extraordinaires d'immigrés illégaux (1992-1993 et 1996) ou a initié des processus de légalisation d’immigrés illégaux présents sur le territoire national (2001-2002). En 1992 et 19968, a été régularisée la situation de 1352 et de 16089 chinois, qui se trouvaient en situation irrégulière sur le territoire national. Le processus initié en 2001 a permis à 3 909 Chinois d'obtenir une autorisation de séjour permanent au Portugal10.

7Ces données montrent que l'évolution de la communauté chinoise au Portugal a été fortement déterminée – comme c’est le cas pour d'autres communautés étrangères présentes au Portugal – par les processus de régularisation des immigrés irréguliers dans les années quatre-vingt-dix et au début du nouveau millénaire. Cela signifie qu'une partie considérable de la population chinoise qui habite légalement aujourd’hui au Portugal s’est retrouvée pendant une certaine période dans une situation irrégulière, soit à cause d’une entrée illégale au Portugal, soit à la suite du prolongement d’un séjour sur le territoire national au-delà des limites fixées sur le visa octroyé (visa de tourisme, d'affaires, etc.). Si nous voulons anticiper l’avenir à partir du cas des immigrés chinois entrepreneurs, on peut dire aujourd’hui que les trajectoires d'immigration se diversifieront dans un contexte de fermeture croissante des frontières de plusieurs pays européens.

8Une étude récente (Peixoto et al., 2005) révèle qu’il y a différents types de parcours des Chinois jusqu'au Portugal. Ils peuvent arriver directement au Portugal, par avion, munis de visas achetés dans des agences de voyage en Chine. Quand ils n’arrivent pas à obtenir de visa, ils rentrent grâce à l'aide de réseaux formels ou informels qui se consacrent au trafic de main-d’œuvre. Souvent ils obtiennent aussi des visas pour l'Allemagne (parfois en République Tchèque) ou pour les Pays-Bas et, à partir de ces pays, partent vers le Portugal. Lorsqu’ils arrivent sans visa, ils entrent au Portugal par voie terrestre (Peixoto et al., 2005 : 198).

  • 11 23,6 % des personnes interrogées pour cette étude ont refusé de répondre à cette question ou bien (...)

9Les études empiriques disponibles montrent que, comme pour d'autres pays de l'Europe du Sud, la dépendance de l'économie portugaise du secteur du tourisme permet que beaucoup d'étrangers réussissent à entrer légalement dans le pays avec un visa de tourisme (King, 2000 : 8-9). Le cas chinois ne constitue pas une exception à cet égard. Dans son étude sur les entrepreneurs ethniques, Catarina Oliveira a conclu que la majorité des personnes interrogées (41,8 %) est entrée au Portugal avec un visa de tourisme, une entrée légale qui se transforme souvent en séjour illégal11 (Oliveira, 2003). Normalement, le parcours typique d'un immigré chinois au Portugal ces dernières décennies s’est caractérisé ou bien par une entrée dans le pays avec un visa de tourisme et, ensuite une présence illégale ; ou bien une entrée et permanence illégale dans le pays. Dans certains cas une régularisation postérieure est possible grâce à une légalisation extraordinaire ou à une amnistie. Plusieurs immigrés demeurent dans cette situation pendant un long laps de temps, travaillant pour plusieurs employeurs ou bien se déplaçant entre les différents établissements d’un même employeur (dans le secteur du commerce ou dans la restauration) et, souvent, ils utilisent le Portugal comme pays de passage pour d’autres destinations comme l’Angleterre ou les États-Unis.

10En conclusion, on peut dire que le nombre croissant d’immigrés chinois au Portugal depuis la fin des années quatre-vingt est dû à l'augmentation des facilités de circulation à l’intérieur de l’Europe, à des périodes de forte régularisation et à de grandes opportunités économiques qui émergent dans l'espace commun européen. En particulier, la libre circulation de personnes en Europe a permis l'élargissement du marché utilisé par les immigrés, entrepreneurs et travailleurs salariés, désireux d’augmenter les chances de succès de leur expérience migratoire.

Transnationalisme et réseaux migratoires

11Analyser les pratiques transnationales des Chinois au Portugal c’est poser la question de l’insertion économique de ces migrants. La survie de petites affaires (par exemple les restaurants, magasins de vêtements et bijouteries) dépend de l'approvisionnement régulier en biens et en travailleurs grâce à des contacts fréquents avec le pays d’origine ou avec d’autres pays où il y a des immigrés chinois. Ces stratégies révèlent les formes alternatives d'adaptation économique adoptées par les immigrés telles que Portes les a observées auprès « d’entrepreneurs transnationaux » (Portes et al., 2002). Dans le cas de la communauté chinoise au Portugal, l’extension des réseaux migratoires au cours de ces dernières années a favorisé de nouvelles migrations et maintenu les liens précédemment établis. Comme l’a affirmé Massey, les réseaux peuvent subsister parce que chaque acte de migration recrée la structure sociale dont elle a eu besoin pour se maintenir. Chaque nouvel immigré réduit le coût de la migration ultérieure pour ses amis et ses parents ; ce qui pousse d’autres individus à migrer, intensifiant du même coup les liaisons avec l'étranger (Massey et al., 1993 : 449). Les rares études qui ont été réalisées sur cette communauté indiquent que, lorsqu’ils arrivent, les Chinois sont accueillis par les parents ou les autres éléments de la communauté qui ont sollicité leur venue. Normalement, c’est l’homme qui émigre le premier, gagne de l’argent, acquiert un statut légal et sa femme et ses enfants le rejoignant plus tard. Habituellement les immigrés chinois au Portugal viennent travailler dans les affaires gérées par d'autres Chinois (dans des restaurants ou des magasins, par exemple). Comme la création d’affaires “ethniques” est une caractéristique de cette communauté, l’emploi de co-ethniques fait de l’entrepreneur un lien entre le pays d’origine et le pays de destination.

12Généralement les migrants habitent des appartements collectifs ou le magasin lui-même. Comme nous l’avons dit plus haut, quelques-uns d’entre eux sont des travailleurs indépendants ou des entrepreneurs et il n’est pas rare que certains créent assez vite leur propre commerce. Cet entrepreneuriat génère de nouveaux besoins de main-d'œuvre et de nouveaux recrutements en Chine, ce qui entretient des réseaux migratoires aux spécificités bien marquées (Peixoto et al., 2005 : 199). Les Chinois recruteurs au Portugal contactent des personnes de leur connaissance dans la communauté d'origine pour aider les futurs migrants dans la procédure migratoire. L’assurance pour les futurs immigrés de trouver un travail dès leur arrivée enclenche le processus migratoire et annule le risque d’émigration grâce à la capacité de soutien du réseau migratoire. Nombre de ces immigrés, à leur arrivée, méconnaissent la langue portugaise, dont ils n’ont pas vraiment besoin d’ailleurs, et ils constituent alors un groupe très fermé sur lui-même. Ils utilisent les ressources ethniques dans leurs stratégies d’intégration économique ; ils concentrent leur activité traditionnelle dans le secteur de la restauration et, plus récemment, dans le commerce de vêtements et d’autres produits importés de Chine. Le coût lié à la migration varie en fonction de la destination migratoire finale : le Portugal étant une des destinations les moins coûteuses des pays de l’Union Européenne. Cela produit une sorte d’échelle des destinations migratoires potentielles, où le Portugal occuperait une position intermédiaire au sein du système migratoire global chinois. Des données sur la communauté chinoise dans quelques pays africains (le Mozambique ou le Cap-Vert, par exemple) laissent à penser que ces pays fonctionnent comme une étape intermédiaire dans une migration dirigée vers le Portugal. Les données sur l'immigration chinoise au Portugal montrent que le Portugal peut apparaître comme une destination intermédiaire en direction d’autres pays européens.

13La chaîne migratoire est active aux deux extrémités, cela veut dire qu’au Portugal il y a une demande organisée (formellement ou informellement) et en même temps en Chine il existe une offre organisée de la même façon. Cette caractéristique devient un facteur essentiel pour comprendre l'insertion des Chinois au Portugal. Au Portugal, un groupe de plus en plus important d'immigrés chinois s’engage dans des activités qui exigent de hauts niveaux de qualification, même si beaucoup d’autres accèdent à des emplois qui n’exigent aucun type de qualification et que les Portugais refusent. Il s’agit de métiers directement liés au commerce ethnique (restaurants et magasins de produits chinois). Ces emplois sont attribués dans le cadre de recrutements qui font appel à des réseaux sociaux solidaires à longue distance (Malheiros, 2001 : 15), ce qui est une des caractéristiques inhérentes au transnationalisme. Les immigrés chinois au Portugal s’appuient sur des réseaux familiaux ou de parenté qui joue un rôle fondamental dans le maintien de l'activité économique. D'autre part, la création d’une entreprise suit une trajectoire propre qui, dans le cas portugais, suppose la libre circulation dans l'espace de l'Union européenne. Un citoyen chinois travaille jusqu'à ce qu’il possède les contacts nécessaires pour créer sa propre affaire, ce qui peut se passer soit dans le pays où il se trouve, soit dans un pays proche où il existe des opportunités économiques. Cette activité engendre un va-et-vient constant, et difficile à évaluer, des membres de cette communauté entre le Portugal et l’Espagne. Des endroits comme le quartier Martim Moniz à Lisbonne ont déjà été repérés comme des lieux d'approvisionnement de produits ethniques pour les entreprises chinoises de plusieurs zones frontalières espagnoles (Mapril, 2001).

L’entrepreneuriat ethnique chinois comme base d'un transnationalisme en construction

14Dans la plupart des cas, la population chinoise apparaît comme associée à l'activité commerciale. Jones et al. (2000 : 46) soulignent que les entrepreneurs chinois, ou asiatiques, en général, offrent plusieurs caractéristiques qui définissent une « supériorité » dans le domaine des activités commerciales, ce qui est absolument crucial sur des marchés où la préoccupation principale est la satisfaction du client (par exemple, les magasins chinois sont ouverts plus longtemps par semaine et par jour). Il est difficile de démontrer que cette tendance entrepreneuriale est liée à certaines caractéristiques de la culture chinoise, parce que, jusqu'en 1980, les Chinois ont eu des difficultés à développer des stratégies entrepreneuriales privées en Chine. On peut ainsi se demander si l'activité entrepreneuriale chinoise dans les pays d’accueil ne serait pas une conséquence de l’interdiction suivie en République Populaire de difficultés rencontrées en Chine ou bien, en d'autres termes, si l'esprit d’entrepreneuriat ne serait pas une invitation à l'émigration.

15Des facteurs tels que la classe sociale, la qualification, l'expérience professionnelle, l'âge ou l'expérience migratoires (qui relèvent tous de ressources personnelles), se sont avérés être des éléments explicatifs importants pour comprendre les stratégies entrepreneuriales. Cela dit, dans le cas portugais, les initiatives entrepreneuriales chinoises dépendent également des possibilités sises dans le groupe co-ethnique (Oliveira et al., 2003). Plusieurs études ont pu démontrer que les ressources ethniques, tels que le travail et le capital social, peuvent jouer un rôle fondamental dans le succès de certaines stratégies entrepreneuriales (Waldinger et al. 1990 ; Light et Gold, 2000). On remarque que ces ressources ethniques ne sont pas limitées aux frontières du pays d'accueil. En réalité, Portes a pu observer que des entrepreneurs chinois aux États-Unis ont réussi dans leurs projets et leur mobilité économique grâce à des réseaux sociaux transfrontaliers (Portes et al., 2002). Il est possible de vérifier que certains entrepreneurs immigrés sont très attentifs aux opportunités qui surgissent d’une part, du fait que le Portugal est un pays de l’Union européenne, et de la libre circulation dans l'espace Schengen, d’autre part.

16Par exemple, à Mouraria, vieux quartier situé près du centre historique de Lisbonne, des entrepreneurs chinois ont investi dans des supermarchés et des magasins, en donnant l'illusion de créer des entreprises simples, œuvrant sur un marché local. Cependant, quand on les questionne sur l'origine de leurs fournisseurs, on apprend que ceux-ci se trouvent en Chine ou se sont établis dans un autre pays européen. Qui plus est, ce marché “local” approvisionne aussi d'autres entrepreneurs chinois établis en Espagne, diversifiant du même coup l'économie ethnique (Mapril, 2001).

17Donc, ce sont les possibilités et les ressources spécifiques d’une certaine population ethnique, ou d'un groupe migrant ayant une même origine, qui créent une stratégie ethnique. Cette dernière s’appuie sur des ressources culturelles, financières, humaines, politiques et sociales, rassemblées à partir des réseaux de solidarité et de réciprocité inhérents à un groupe ethnique. Les entrepreneurs chinois constituent le groupe qui illustre le mieux ce type de stratégie au Portugal. On a pu observer que les ressources ethniques peuvent jouer un rôle décisif dans le développement de l’entreprise elle-même en raison de l'accès privilégié au capital, à la main-d'œuvre, aux fournisseurs, etc. (Waldinger et al., 1990 ; Light et Gold, 2000). D'autre part, la population chinoise elle-même peut constituer un marché de consommateurs qui stimule la croissance d'une classe entrepreneuriale (Chan et Cheung 1985 : 149 ; Portes, 1999 : 58). Reste que la majorité des entrepreneurs issus de l’immigration ne s’adresse pas à un marché de consommateurs co-ethniques, mais à des clients portugais. Dans une étude réalisée auprès de 309 entrepreneurs chinois au Portugal, Catarina Oliveira a pu constater que quelques-uns (11 %) de ces entrepreneurs se plaignaient même du manque de main-d'œuvre ethnique et ont donc eu recours à d’autres pays pour trouver des travailleurs chinois. Par ailleurs, dans cette même étude, 50,8 % des entrepreneurs interrogés ont affirmé être arrivés au Portugal après avoir été embauchés par un employeur co-ethnique (Oliveira, 2005). La dynamique des réseaux migratoires apparaît ici bien en phase avec celle de la diaspora chinoise dans d’autres pays.

18Une des ressources ethniques qui peut avoir un rôle primordial dans le développement d'une activité d'entreprise reste l’accès au capital financier. Certains groupes ethniques se sont ainsi spécialisés dans le développement de pratiques financières avec l'intention de subvenir aux besoins de la communauté (Light et Gold, 2000 : 116) Dans la pratique quotidienne, ils deviennent des banquiers informels et remplacent à l’intérieur de la communauté les structures formelles de la société d’accueil ou d’origine. Catarina Oliveira a souligné que, parmi les entrepreneurs chinois interrogés, 50,4 % disent avoir créé leur propre entreprise grâce à l’aide financière de proches et de parents, tandis que 24,7 % ont eu recours à l'aide d'amis (Oliveira, 2005). Comme l’ont révélé d'autres études, une série de capitaux, développées pour les entrepreneurs ethniques, en marge des institutions officielles, améliorent inévitablement les conditions de vie de toute la communauté ethnique. Néanmoins, ces différents capitaux se distinguent les uns des autres, si nous prenons en compte l'origine de l'entrepreneur. L'aide financière d’amis représente pour 44 % des personnes interrogées d'origine chinoise une forme complémentaire de capital dans la création de leur entreprise. L'aide économique de la famille est aussi particulièrement importante dans le cas chinois (66,3 %). Les emprunts acquis grâce à la communauté ou à la famille sont normalement exemptés d'intérêts, dans le cadre d’une relation fondée sur le principe de réciprocité. L’honneur reste, en outre, une valeur fondamentale, à l’étranger comme dans le pays d’origine. Pour survivre dans une société « hostile » les membres concernés doivent accomplir rigoureusement les tâches définies par la communauté, afin de ne pas en être exclus. Comme l’ont vérifié différents chercheurs d'autres pays, les entrepreneurs ayant la même origine ethnique emploient préférentiellement des travailleurs co-ethniques (Chan et Cheung, 1985 : 149) et le travail ethnique peut devenir un atout dans les enjeux de la concurrence économique… Les réseaux de solidarité et d'interconnaissance entre les populations d'origine chinoise permettent de mobiliser une force de travail ethnique qui accepte des conditions de travail que d’autres refuseraient de recevoir comme des salaires plus bas et travailler un plus grand nombre d’heures (Waldinger et al., 1990 : 142). Quelques employeurs signent les contrats de travail suivant leurs propres préférences ethnico-raciales, et en utilisant les réseaux sociaux comme une forme efficace pour délocaliser leurs potentialités économiques. À l’opposé, d'autres entrepreneurs qui investissent au Portugal (par exemple les Indiens), les Chinois préfèrent clairement embaucher des travailleurs co-ethniques (52,4 %). La plupart des personnes interrogées d'origine chinoise ont justifié leur choix pour des raisons de commodité et faute d’avoir pu communiquer dans leur langue maternelle. Contrairement aux Chinois, les Indiens préfèrent ne pas employer de co-ethniques parce que, le plus souvent, ces derniers apprennent rapidement les secrets des affaires et ouvrent ensuite leur propre société (Oliveira, 2004).

19Ces stratégies contrastées révèlent deux modes d’utilisation des opportunités économiques par les travailleurs chinois. L'entrepreneur s’engage envers ses employés, il établit des relations de confiance, de solidarité et de réciprocité mutuelle (cette idée est suggérée, par exemple, par Portes, 1999 et Light et Gold, 2000). Le contrat de travail co-ethnique s’établit, dans la plupart des cas, entre des Chinois qui parlent le même dialecte d'origine, ce qui renforce la relation paternaliste instaurée entre les travailleurs et l'employeur. Néanmoins, à la différence de ce qui est rapporté par Portes (1999), la solidarité confinée et les relations de réciprocité mutuelle peuvent avoir un effet négatif sur les chances de succès de l'activité entrepreneuriale. Non seulement parce que, comme le suggèrent Light et Gold (2000 : 126), les obligations de réciprocité signifient que nombre d’employeurs engagent des travailleurs co-ethniques sans qualifications et sans l'expérience nécessaire pour développer l'activité entrepreneuriale, mais aussi parce que des conflits latents surgissent souvent entre co-ethniques, probablement dûs au fait que le marché est désormais saturé, et que la concurrence peut y devenir féroce (Light et Gold, 2000 : 127).

20Sur un autre plan, les réseaux sociaux apparaissent encore comme des lieux où il est possible de puiser des conseils, des informations et des connaissances stratégiques sur les entreprises (Waldinger et al., 1990 : 133). Les entrepreneurs s’y informent sur les possibilités d'investissement, sur les réussites de compatriotes et sur les circuits d'approvisionnement de marchandises et de main d'œuvre (Brown et Butler, 1993 : 103). Parmi les entrepreneurs d'origine chinoise que Catarina Oliveira a rencontrés, 50,8 % ont déclaré être venus au Portugal après avoir été embauché par un employeur co-ethnique. Des contacts privilégiés s’établissent entre les membres de la communauté, qui facilite l’accès au premier emploi au Portugal : 69,9 % des personnes interrogées ont obtenu cet emploi grâce à l'aide d'amis, de parents ou de connaissances. Les réseaux de contacts avec des co-ethniques permettent dans ce cas de commencer une activité entrepreneuriale au Portugal. La grande majorité des personnes interrogées (73,7 %) a eu recours à des contacts avec des entrepreneurs du même secteur d’activités, pour la bonne raison que pour 55,8 % d’entre eux, ils étaient des co-ethniques, À titre d’exemple, citons la restauration qui occupe 71,8 % des Chinois immigrés. La façon dont les entrepreneurs ont fait la connaissance de leurs fournisseurs, illustre elle aussi l'importance de ces réseaux sociaux pour le développement de l'activité entrepreneuriale. Plus de la moitié (63,2 %) des personnes interrogées ont contacté leurs fournisseurs de façon informelle, par l'intermédiaire de parents, d’amis ou de personnes de leur connaissance. On constate, néanmoins, que le siège des fournisseurs de ces entrepreneurs chinois ne se trouve pas nécessairement au Portugal. Dans les entretiens réalisés par Oliveira (2000), plusieurs Chinois ont décrit les contacts qu’ils établissent avec des pays comme l’Espagne, l’Italie, la France et les Pays-Bas. Les pays asiatiques ont un rôle important dans l'approvisionnement des restaurants ou des magasins chinois. Parmi les entrepreneurs d'origine chinoise, 7,1 % se fournissent au Portugal et en Chine, 6,8 %, en Chine et 6,1 %, dans divers pays d'Asie. D'autre part, seulement 4,9 % des entrepreneurs ont des fournisseurs dans des pays européens, 5,8 % s’approvisionnent au Portugal et dans d’autres pays européens et 6,1 %, dans des pays européens et asiatiques. Comme le Portugal représente un marché encore relativement limité, la création de nouvelles sociétés de fournisseurs n’a pas de raison d’être ; le recours aux entreprises chinoises situées dans des villes européennes ou asiatiques étant suffisant. Cette réalité illustre l'importance qu’ont les ressources ethniques, par-delà les frontières du pays récepteur, pour le développement de stratégies entrepreneuriales chinoises.

21L'importance de ces ressources ethniques proposées afin de faciliter l'intégration entrepreneuriale des Chinois au Portugal implique une dépendance moindre par rapport aux contraintes ou possibilités structurelles du marché du travail national. Les entrepreneurs chinois interrogés considèrent qu’il n'existe pas de discrimination sur le marché de travail portugais ; cependant, étant donné la nature de leur intégration sur ce même marché (fondée sur des contacts ethniques), ce point de vue témoigne de leur ignorance de la réalité. Ces entrepreneurs travaillent plutôt dans le secteur de la restauration ethnique où ils ont acquis leur expérience professionnelle. Les difficultés éventuelles rencontrées dans la société d'accueil sont dûes à la méconnaissance de la langue et des lois portugaises, et ceci même dans les cas de situations régularisées. Mais elles ne se règlent pas au niveau individuel : elles trouvent leur solution dans le cadre de stratégies proprement ethniques.

Conclusion

22Les immigrés chinois au Portugal possèdent des réseaux sociaux denses, valorisés par la somme de capitaux sociaux individuels et regroupés selon leur origine ethnique. Ces mêmes réseaux s’appuient sur leur identité ethnique ou co-ethnique et sur le partage d'une langue commune (le mandarin, ou autre dialecte local de la région d'origine). Dans le cas spécifique des réseaux de migrations chinoises actuelles au Portugal, on ne peut comprendre leur dimension et leur densité si l’on ne fait pas le lien entre la phase pré- et la phase post-migratoire. À titre d’exemple, on peut citer les aides à la migration qui sont normalement bien structurées, mais de type informel ; le prêt d'argent pour le voyage vers le pays d’accueil a pour contrepartie, la réalisation, pendant un certain temps, d’un travail subordonné. Le prêt d'argent pour un investissement financier implique également l’appartenance temporaire à une société de capital financier partagé. L'aide offerte par le réseau de solidarité (un réseau pratiquement fermé vers l'extérieur) est bien évidente. Les États (à travers les sanctions politiques) ou les cycles économiques (à travers les sanctions économiques) apparaissent comme des acteurs essentiels dans les mouvements migratoires, y compris, naturellement, dans les flux migratoires chinois. Pour répondre à ces contraintes, les migrants développent des stratégies d’adaptation et des pratiques transnationales.

23Les chercheurs qui réfléchissent sur la théorie des pratiques transnationales, ou des communautés transnationales, s’appuient sur l’idée que les communautés transnationales ne peuvent pas survivre sans l'existence de réseaux sociaux denses qui les nourrissent et les soutiennent (Vertovec, 1999). Ces réseaux sont définis, selon Castells (1996), par des segments reliés entre eux par des nodules et des centres qui sont à la fois autonomes et dépendants d’un système complexe de relations. On peut dire aussi que ces réseaux sociaux produisent des informations sur l’accès aux emplois et agissent sur la structure du marché de travail local.

24Dans le cas des migrants chinois au Portugal, l'action des réseaux sociaux et les pratiques transnationales expliquent, d’une part leur forte concentration dans des secteurs d’activités spécifiques, d’autre part leur insertion spatiale dans des régions où existent des offres de travail promues par des entrepreneurs ethniques d'origine chinoise. Le développement de l’entrepreneuriat ethnique, que caractérise une grande partie des communautés chinoises éparpillées de par le monde, implique un besoin de main-d'œuvre ethnique compétitive. Cette dynamique, entre l'offre d’opportunités d'insertion sur le marché du travail et l'exploitation de ces mêmes opportunités, naît dans un contexte local où des acteurs économiques travaillent hors des frontières du pays de destination. Dans le cas portugais, les Chinois de la voisine Espagne et les compatriotes du lointain pays d’origine sont sollicités comme main-d’œuvre. Les médiateurs ou les intermédiaires de ces migrations peuvent compter sur des réseaux migratoires organisés ou sur des conventions/pactes politiques afin d’encourager des migrations de type spécifique.

25En conclusion, l’on peut dire que les pratiques transnationales de la communauté chinoise résidant au Portugal sont fondées sur le développement de deux stratégies complémentaires, que l’on peut qualifier de pratiques transnationales primaires et de pratiques transnationales secondaires. Les premières utilisent amplement les relations que les membres de cette communauté établissent directement avec leurs concitoyens, en Chine, ou qui ont émigré vers des pays occidentaux, y compris le Portugal. Les secondes ne font qu’indirectement appel à cet ensemble d'interrelations entre la communauté d'origine et celle installée dans le pays de destination : les Chinois sont néanmoins capables, dans leur pays d’accueil, de mobiliser des ressources sociales et économiques, dans le cadre de pratiques transnationales primaires. La construction de motifs migratoires et le développement de pratiques transnationales s’opèrent de manière indirecte par le maintien de contacts avec le groupe de migrants arrivés en premier dans le pays choisi. Ces deux stratégies ne cessent de s’entremêler, et, comme cela a été démontré à propos de l’ethnic business, elles supposent l’existence de processus de conversion des pratiques transnationales secondaires en pratiques transnationales primaires.

Literaturverzeichnis

RÉFÉRENCES

Afonso, L. M. C. (1999), “A Comunidade Chinesa em Portugal. Algumas das suas características identitárias” ; In Amaro, A. M. e Justino, C. (coord.), Estudos sobre a China ; Universidade Técnica de Lisboa ; Instituto Superior de Ciências Sociais e Políticas, Lisboa, pp. 245-259

Brown, B. and Buttler, J. (1993), “Networks and entrepreneurial development : the shadow of borders”, in Entrepreneurship & Regional Development, 5, pp. 101-116.

Chan, J. and Cheung, Y. (1985), “Ethnic Resources and Business Enterprise : A study of Chinese business in Toronto”, in Human Organization, volume 44, number 2, summer, pp. 142-154.

Costa, C. S. (1998) “O Caso dos Chineses de Moçambique imigrados em Portugal” ; In Amaro, A. M. e Justino, C. (coord.), Estudos sobre a China ; Universidade Técnica de Lisboa ; Instituto Superior de Ciências Sociais e Políticas, Lisboa, pp. 305-328.

Light, I. and Gold, S. (2000), Ethnic economies, Academic Press, London.

Mapril, J. (2003) " Transnational Jade Formations of the Translocal Practices of Chinese Immigrés in a Lisbon Innercity Neighbourhood", in Frank Eckardt and Dieter Hassenpflug (eds.), Consumption and the Post-Industrial City, Frankfurt, Peter Lang Verlag

Mapril, J. and Araújo, F. (2002) “Between Two Worlds : Chinese and Cape Verdean voluntary sectors in a changing context”, in Maria Fonseca, et al. (eds.), Immigration and Places in Mediterranean Metropolis, Lisboa, Luso-American Foundation, pp. 197-227

Oliveira, C. (2000) “Chineses em Portugal : comunidade ou comunidades ?”, Socinova Working Papers, 18.

Oliveira, C. (2002), “Chinese in Portugal : an immigration cartography”, in Maria Fonseca, et al. (eds.), Immigration and Places in Mediterranean Metropolis, Lisboa, Luso-American Foundation, pp. 229-254.

Oliveira, C. (2003), “Immigrés’entrepreneurial opportunities : the case of Chinese in Portugal”, special issue on Economic Growth and Innovation in Multicultural Environments (ENGIME), Fondazione Eni Enrico Mattei : Milano, Note di Lavoro 75.2003, (http://www.feem.it/NR/rdonlyres/076B874F-3A94-4754-9600-67DEB77/789/7503.pdf.)

Oliveira, C. (2004), Estratégias empresariais de imigrantes em Portugal, Observatório da Imigração – ACIME, Lisbon, volume X.

Oliveira, C. (2005), Empresários de Origem Imigrantes : estratégias de inserção económica em Portugal, ACIME, Lisbon.

Peixoto, J., Soares, A., Costa, P., Murteira, S., e Sabino, C. (2005), O Tráfico de Migrantes em Portugal : Perspectivas Sociológicas, Jurídicas e Políticas, Lisbon, ACIME

KING, Russell (2000),” Southern Europe in the changing global map of migration”, in Russell King, Gabriella Lazaridis e Charalambos Tsardanidis (eds.), Eldorado or Fortress ? Migration in Southern Europe, Houndmills, Palgrave Macmillan, 1-26.

MASSEY, Douglas S., et al. (1993),” Theories of international migration : A review and appraisal”, Population and Development Review, 19 (3), 431-466.

MALHEIROS, Jorge (2001), Arquipélagos Migratórios. Transnacionalismo e Inovação, Tese de Doutoramento, Lisboa, Universidade de Lisboa.

Oliveira, C. and Costa, F. (forthcoming), “Being your own boss : entrepreneurship as a lever for migration ?”, in Fonseca et al. (org.), Working in the City : constructing Multi-ethnic Economies, Lisboa : Fundação Luso-Americana.

Pereira, M. (2004) “Os pioneiros”, Grande Reportagem, 160, ano XV, 3.ª série, Lisboa, pp. 22-33.

Pieke, F. N. (2004) Chinese Globalization and Migration to Europe, The center for comparative immigration studies, Working Paper No. 94, March, 2004 University of California-San Diego La Jolla, California.

Pieke, F. N., et al. (2004) Transnational Chinese : Fujianese Migrants in Europe, Stanford University Press, Stanford.

Pinto, C. (2005) “A hora do dragão : chineses em Portugal”, Revista Única-Expresso.

Portes, A. (1999), Migrações Internacionais. Origens, Tipos e Modos de Incorporação ; Oeiras : Celta Editora.

Ramos, M. J. L. (1999) “Os Chineses da Diáspora” ; In Amaro, A. M. e Justino, C. (coord.), Estudos sobre a China ; Universidade Técnica de Lisboa ; Instituto Superior de Ciências Sociais e Políticas, Lisboa, pp. 175-184.

Sanders, J. and NEE, V. (1996), “Immigré Self-employment : the family as social capital and the value of human capital”, in American Sociological Review, volume 61, Abril, pp. 231-249.

Teixeira, A. (1994) Diáspora e Cultura empresarial : os empresários da comunidade chinesa em Portugal, Universidade Aberta, Lisboa.

Teixeira, A. (1997) " Entrepreneurs of Chinese Community in Portugal", in Benton, G. ; Pieke, F. (eds.) ; The Chinese in Europe ; Macmillan Press.

Teixeira, A. (1998) “A Importância económica da diáspora Chinesa no mundo : o caso dos empresários chineses em Portugal” ; In Amaro, A. M. e Justino, C. (coord.), Estudos sobre a China ; Universidade Técnica de Lisboa ; Instituto Superior de Ciências Sociais e Políticas, Lisboa, pp. 147-152.

Teixeira, A. (1999) “As Influências da Estrutura Familiar na Organização das Actividades Empresariais dos Chineses da Diáspora” ; In Amaro, A. M. e Justino, C. (coord.), Estudos sobre a China ; Universidade Técnica de Lisboa ; Instituto Superior de Ciências Sociais e Políticas, Lisboa, pp. 153-174.

Tomé, E. (1994) “Odisseia dos Chineses em Portugal” ; In Macau, II Série no 21, Janeiro de 94, pp. 12-27.

Waldinger, R., Aldrich, H. and Ward, R. (1990), Ethnic entrepreneurs. Immigré business in industrial societies, Sage Publications.

Zapalska, M. and Edwards, W. (2001), “Chinese Entrepreneurship in a Cultural and Economic Perspective”, in Journal of Small Business Management, 39 (3), pp. 286-292.

Anmerkungen

1 Au moment de l'invasion du pays par l’Indonésie en 1975, sur les 10000 immigrés chinois qui habitaient Timor, environ 2000 ont cherché refuge au Portugal. Mais seulement quelques dizaines finirent par s’y fixer, car la majorité a re-émigré vers l'Australie (Tomé, 1994 : 14).

2 Sue les 5000 immigrés chinois qui habitaient au Mozambique, environ 700 se sont fixés au Portugal : ils appartiennent à la deuxième ou troisième génération d'immigrés, et parlent parfaitement le portugais (Tomé, 1994 : 14).

3 Macao est définitivement administrée par la Chine depuis décembre 1999.

4 Un nombre indéterminé de migrants a choisi le Portugal seulement comme lieu intermédiaire de migration avant de se diriger vers d’autres pays comme le Brésil, les États-Unis., l’Australie, le Canada ou le Royaume Uni.

5 La population de nationalité chinoise a été celle qui a enregistré la plus grande variation entre les recensements de 1991 et de 2001, avec 542 % d’augmentation.

6 Si nous prenons en considération les déclarations de plusieurs représentants de la communauté chinoise au Portugal au cours des dernières années, ce chiffre serait d'environ 15000 individus, étant donné qu'une partie d’entre eux aurait la nationalité portugaise, soit par naturalisation, soit par le fait que le territoire en question est devenu un territoire sous administration portugaise (e.g. Macao, le Mozambique). Catarina Oliveira (2000) avance quatre facteurs pour expliquer ces différences de chiffres : « D’abord, nous devons considérer la présence clandestine de l'immigration chinoise. Ensuite, comme nous le verrons à partir des données du Registre Central, beaucoup de Chinois ont acquis dans la dernière décennie la nationalité portugaise, c’est pourquoi ils peuvent continuer à appartenir à la communauté même sans avoir la nationalité chinoise. Nous ne pouvons pas oublier non plus que les données du SEF, concernant les étrangers avec résidence légale/permis de résidence, indiquent seulement les immigrés qui ont une autorisation de résidence, excluant, entre autres, les visas de tourisme et d'étude, grâce auxquels beaucoup d'étrangers entrent au Portugal, quelques-uns y restant dans des situations qui peuvent devenir des situations de clandestinité. Finalement, nous devons considérer que l'évaluation de la présence de Chinois au Portugal, faite à partir du nombre des membres de la " communauté", peut être étendue à leur groupe de pairs, en général, et donc permet d’inclure ceux qui sont d’origine chinoise, mais qui possèdent une autre nationalité » (Oliveira, 2000 : 12).

7 Lesquelles sont produites annuellement et, par voie de conséquence, se trouvent mieux actualisées que celles recueillies par les recensements effectués chaque décennie.

8 Il s’agit d’un processus de régularisation extraordinaire créé par le Décret-loi 212/92 du 12 octobre et par la Loi 17/96 du 24 mai.

9 Selon Ferreira et Rato (2000 : 89), parmi les 1608 Chinois qui ont demandé la régularisation en 1996, seulement 508 ont reçu une réponse positive. On doit donc ajouter aux immigrés clandestins qui n'ont pas eu recours à la procédure de régularisation pour des raisons d’ordre légal (par exemple, leur entrée sur le territoire national a été postérieure au moment défini par la législation) ou d’ordre personnel (par exemple, l’absence de volonté, l’ignorance, les difficultés concernant les aspects bureaucratiques du processus), ceux qui, ayant fait appel aux processus de régularisation, ont vu leur demande refusée et qui, dans le cas où ils décident de rester dans le pays, le font de façon illégale.

10 Ce processus a été mis en œuvre par le Décret-loi 4/2001 du 10 janvier. Les données se rapportent au nombre total de Chinois qui ont obtenu une autorisation de séjour entre 2001 et 2003.

11 23,6 % des personnes interrogées pour cette étude ont refusé de répondre à cette question ou bien ne savait pas le faire. Aussi faut-il rajouter aux 7 individus qui ont admis être rentrés illégalement au Portugal, les quelques personnes qui n’ont pas répondu à cette question (Oliveira 2003).

Abbildungsverzeichnis

Titel Tableau 1 - Distribution géographique de Chinois ayant une autorisation de résidence au Portugal
Bildunterschrift Source : Relatórios Estatísticos (SEF) 1990-2000.
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6776/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 125k

Autoren

Maître de conférences en sociologie à l'Université de Porto et chercheur permanent au Centre d'études sociales à l'Université de Coimbra. Il a publié différent articles et livres, en tant qu’auteur ou co-auteur, notamment : “International Migration from and to Portugal : What do we know and where are we going ?", in European Migration : What do we Know ?, Klaus Zimmermann (Ed.), Oxford University Press, 2006 ; “Imigrantes de Leste em Portugal”, Revista de Estudos Demográficos, no 38, 2006 (co-auteur) ; “Trajectórias Migratórias : os imigrantes do Leste europeu”, in Silva, Manuel Carlos (Org.). Nação e Estado : Entre o Global e o Local, Porto, Edições Afrontamento, 281-301, 2006 (co-auteur)." Legalization processes of immigrants in Portugal during the 1990s and at the beginning of the New Millennium", in Friedrich Heckmann e Tanja Wunderlich (eds.), Europäisches Forum für Migrationsstudien, 2005 ; “Low Intensity Transnationalism : The cape verdian case”, in Stichproben. Wiener Zeitschrift für kritische Afrikastudien, Vienna Journal of African Studies. 8/2005. The process of recruitment of immigrants in the construction sector. The cases of Italy and Portugal, Transfer Review, ETUI, 3/2003, Brussels (co-auteur).

Maître de conférences en sociologie à l'Université Catholique Portugaise de Viseu et chercheur permanent au Centre d'Études Sociales à l'Université de Coimbra. Il a publié différent articles et livres, en tant qu’auteur ou co-auteur, notamment : Os Imigrantes e a Sociedade Portuguesa. Imagens Recíprocas, Lisboa, ACIME, 2006 (coauteur) ; Os Novos Movimentos Migratórios Portugueses – O Caso da Emigração Portuguesa para a Suíça, Coimbra, FEUC, 2006 ; “Trajectórias Migratórias : os imigrantes do Leste europeu”, in Silva, Manuel Carlos (Org.). Nação e Estado : Entre o Global e o Local, Porto, Edições Afrontamento, 281-301, 2006 (co-auteur). “Legalization processes of immigrants in Portugal during the 1990s and at the beginning of the New Millennium” in Fridrich Heckmann e Tanja Wunderlich (eds.), Amnesty for Illegal Migrants, Bamberg, EFMS, 2005 (coauteur) ; “The unforeseen wave : migration from Eastern Europe to Portugal”, in Maria I. Baganha e Maria Lucinda Fonseca (eds.), New Waves : Migration From Eastern to Southern Europe, Lisboa, Luso-American Foundation, 2004 (coauteur). The process of recruitment of immigrants in the construction sector. The cases of Italy and Portugal, Transfer Review, ETUI, 3/2003, Brussels. (coauteur).

Conseillère du Haut Commissariat Portugais pour l’Immigration et les Minorités Ethniques (ACIME). Elle a participé a plusieurs projets nationaux et internationaux. Elle a publié plusieurs articles et ouvrage dont : “Empresários de Origem Imigrante. Estratégias de Inserção Económica em Portugal, ACIME/Presidência do Conselho de Ministros, Lisboa, 2005 ; “Estratégias Empresariais de Imigrantes em Portugal”, Observatório de Imigração, Lisboa, 2004 ; “Estratégias Empresariais de origem imigrante em Portugal. Oportunidades Étnicas e Estruturais e Recursos Pessoais”, Revista Sociologia Problemas e Práticas, no 45, pp. 71-98, 2004 ; “Immigrants’entrepreneurial opportunities : the case of Chinese in Portugal”, special issue on Economic Growth and Innovation in Multicultural Environments (ENGIME), Fondazione Eni Enrico Mattei : Milano, Note di Lavoro 75, 2003 ; “Empresários de origem imigrante em Portugal”, in Cadernos Sociedade e Trabalho II, Lisboa : MSST/DEPP, pp. 131-147, 2002 (co-auteur) ; “Chinese in Portugal : an immigration cartography", in "Immigration and Place in Mediterranean Metropolises", Fonseca et al. (Ed.), Metropolis Portugal, Lisboa : Fundação Luso-America, pp. 229-254, 2002.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search