Version classiqueVersion mobile

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Circulations, réseaux et transnationalisme

Chapitre IV. Transnationalisme et « minorité intermédiaire » : les entrepreneurs chinois en Hongrie1

Pál Nyíri
Traduction de Jean-Marie Sauboua

Texte intégral

  • 1 Ce chapitre se fonde sur une version anglaise plus développée et publiée dans Leo Paul Dana (ed.), (...)
  • 2 L’observation participante désigne les situations où un chercheur observe une situation tout en se (...)

1Les chinois sont l’un des groupes les plus importants parmi la population migrante en Hongrie. Ils ne sont pourtant que 10 000 à 15 000 sur les 200 000 résidents étrangers formant 2 % de la population totale du pays (à l’exception des minorités hongroises venant des pays alentour). En tant que tels, ils forment la plus grande « minorité visible » pour les Hongrois. À côté de groupes moins nombreux comme les Arabes et les Vietnamiens, ils incarnent une migration entrepreneuriale fortement transnationale qui prend une place particulière dans l’économie hongroise si on la compare aux migrations fondées sur le travail ou la réunification familiale (telles qu’elles se font à partir des pays alentour). Dans ce chapitre nous présenterons et interpréterons les principaux points de contact entre cette économie ethnique et transnationale et l’économie hongroise. À cet égard, une attention particulière sera accordée aux stratégies d’emploi, de commerce et de mobilité. On s’appuiera pour cela sur des observations participantes2 pratiquées entre 1992 et 2001, sur un travail de terrain complémentaire avec entretiens effectué en 2003 ainsi que sur une analyse des actualités en langue chinoise concernant l’économie chinoise en Hongrie et publiées entre 2002 et 2003.

Fondation et émergence d’une économie ethnique

2Profitant de la libéralisation de 1986 relative à l’octroi des passeports, un nombre croissant de résidents des provinces septentrionales de la Chine s’est mis à commercer le long de la frontière soviétique (Zhao, 1994). Depuis les années soixante, les économies de la rareté est-européennes étaient caractérisées par un commerce « pendulaire » informel : on vendait dans le pays de destination des biens de consommation que l’on avait apportés soi-même, puis on achetait sur place pour revendre au retour. Dans certaines régions, ce type de commerce était d’ailleurs le seul moyen d’accéder à des biens importés. Les commerçants chinois occupèrent là des niches délaissées par des réseaux de distribution défaillants sur le secteur de l’habillement bon marché, et ce à un moment crucial, puisque cette période a été le début de la transition vers l’économie de marché. En termes de flux générés, le commerce pendulaire avec l’Extrême Orient russe atteignit un pic en 1993, entre 800000 et 2 millions et demi de citoyens chinois (selon les sources) franchirent la frontière, la plupart d’entre eux déclarés comme touristes mais c’était surtout pour commercer (Tinguy 1998 : 302 ; Bagrov, 1999).

3Ces commerçants allèrent de plus en plus loin le long du transsibérien, atteignant l’Ouest de la Russie, puis la Hongrie, seul pays à ne pas exiger de visa pour les citoyens chinois. Si l’on en croit le ministère de l’Intérieur hongrois, le nombre de citoyens chinois entrants est monté en flèche, passant d’une quasi-inexistence au milieu des années quatre-vingt à 11621 en 1990 et 27330 en 1991. Au début des années quatre-vingt-dix, la Russie et la Hongrie devinrent les plaques tournantes à partir desquelles les migrants chinois gagnaient les autres pays d’Europe de l’Est.

4Les opportunités offertes par la lente disparition des économies de la rareté rendirent la migration économique attractive pour les entrepreneurs et aspirants entrepreneurs chinois. De plus, une brève période de libéralisme dans les politiques d’immigration des pays d’Europe de l’Est la rendait possible, et particulièrement souhaitable du fait de la répression sanglante du mouvement démocratique étudiant sur la place Tienanmen, qui fut suivie d’un embargo qui contribua à une récession économique jusqu’en 1991. Les entrepreneurs privés et les dirigeants d’entreprises publiques chinoises firent flèche de tout bois pour sauver leurs capitaux et leur famille, craignant que la crise économique et politique ne dure. Les entreprises cherchaient désespérément à se débarrasser des stocks invendus ; et les travailleurs souffrant du gel des salaires cherchaient de nouvelles façons de gagner leur vie. De nombreux dirigeants et travailleurs chinois, ainsi que des intellectuels politiquement impliqués, devinrent des migrants en même temps que des entrepreneurs. En quittant leur pays, ils souhaitaient pouvoir développer des parcours de mobilité sociale ascendante dans la société chinoise.

5On comprend mieux ensuite pourquoi les migrants chinois en Hongrie présentent des qualifications non seulement supérieures à la moyenne chinoise mais aussi à celle des précédentes vagues migratoires. Environ quarante pour cent des Chinois inscrits dans la base de données du ministère de l’Intérieur en mai 2000, soit plus de 4 000 personnes, déclarèrent exercer en Chine une profession d’employé ou de cadre. Une autre des caractéristiques démographiques des entrepreneurs chinois en Hongrie est la forte proportion de femmes. 35 % des Chinois de la base de données sont des femmes. 37 % d’entre elles se déclarent célibataires ou divorcées, ce qui signifie que beaucoup d’entre elles pourraient être des chefs d’entreprise indépendants (Nyíri, 2002).

6Les premiers Chinois à faire du commerce pendulaire avec la Hongrie disent qu’ils remplissaient plus ou moins au hasard leurs énormes paquetages, surnommés « les Vuittons de Manille », prêtant surtout attention à ce qui était facile à transporter. À leur grand étonnement, ils constatèrent que tout se vendait bien. Des légendes prenant pour thème d’ingénieux voyageurs découvrant par hasard un engouement pour quelque souvenir bon marché ou objet personnel devinrent un motif récurrent des premiers reportages sur les « pionniers » dans la presse et la littérature chinoises.

7Des dizaines de milliers de Chinois se mirent alors à commercer ainsi, mais cet âge d’or ne dura guère. Le marché mûrit, les clients devinrent plus difficiles, les règlements plus stricts et des représentants officiels chinois du commerce extérieur commencèrent à s’inquiéter de la réputation des biens chinois. Des nouvelles enthousiastes continuèrent malgré tout à affluer de Hongrie jusqu’au milieu des années quatre-vingt-dix.

  • 3 Entretiens effectués à Budapest entre 1995 et 2000.

8L’histoire de Zhao, institutrice d’une école du Parti dans une grande ville du Sud, est un bon exemple de la forte mobilité économique des premiers migrants. Ayant entendu qu’il n’était plus nécessaire d’avoir un visa pour entrer en Hongrie, elle prit le train pour Budapest en 1991, emmenant 2 000 plumes de paon et 200 dollars. Les plumes se vendirent un dollar pièce dans un passage souterrain et lui fournirent un capital suffisant pour monter son entreprise. Quelques jours plus tard, Zhao louait un étal sur un marché ; au bout de trois mois, elle ouvrait une boutique en centre-ville et embauchait une vendeuse hongroise. À son apogée, la boutique dégageait un bénéfice de 7 000 dollars par mois. Aujourd’hui, Zhao possède une entreprise d’import-export3.

9Le commerce pendulaire en Europe de l’Est évolua rapidement vers des formes plus institutionnelles et spécialisées. Comme le disent Tchoudinovskikh et Zhulin, “les entrepreneurs individuels furent expulsés du commerce international par la concentration graduelle des ressources, la spécialisation des entreprises en achat, expédition et distribution en grande quantité” (Tchoudinovskikh et Zhulin, 2001 : 36-37). Après quelques aller-retour, et bien souvent dès leur arrivée, les migrants créaient une entreprise ou en rejoignaient une en tant que partenaire, dirigeant ou employé, ce qui leur permettait de postuler à l’obtention d’un permis de séjour. Parallèlement à leur régularisation, ils cherchaient un endroit où vendre leurs marchandises et une clientèle stable. Connaissant désormais la demande locale, ils demandaient alors à un parent ou une connaissance d’organiser et d’acheminer la prochaine cargaison.

10La demande croissante rendit cette méthode de transport de plus en plus difficile, voire impossible. Le voyage était devenu cher et dangereux depuis l’effondrement de l’Union Soviétique. Mais surtout, après une brève période assez libre, les frontières se fermaient les unes après les autres en Europe de l’Est. Les Chinois se tournèrent alors vers les compagnies internationales de transport et certains en devinrent d’importants clients. À Budapest, le bureau de Maersk, une des principales compagnies internationales de transport de marchandises, embaucha de nombreux chinois. Un annuaire professionnel en chinois répertoriait, en 1996, 25 compagnies non chinoises de transport (Bao et Ujlaky, 1996).

111 400 entreprises chinoises étaient déclarées en Hongrie début 1992. Un tiers d’entre elles étaient à responsabilité limitée (SARL), les autres étaient unipersonnelles (EU). Elles déclaraient un total de 20 millions de dollars de capital, soit une moyenne de 1 400 dollars. Cinq entreprises seulement avaient un capital qui dépassait 200 000 $. Le montant minimum exigé à l’époque pour fonder une entreprise correspondait à 8 000 $. La même somme pouvait servir à de nombreuses déclarations en circulant d’un compte à l’autre (Nyíri, 1999). Ceux qui ne pouvaient rassembler les fonds empruntaient souvent en Chine ou formaient un partenariat avec des investisseurs restés là-bas. Les ventes annuelles des principales entreprises chinoises en Hongrie atteignaient des sommes allant de 5 à 30 millions de dollars grâce à des facilités de crédit auprès de fournisseurs en Chine (Nyíri, 1996).

12Selon le ministère de l’Économie, le nombre d’entreprises possédées par des Chinois (en SARL pour la plupart) s’élève, dix ans plus tard, à 10 000. Cela signifie que, sur le papier au moins, la majorité des Chinois de Hongrie possède une entreprise. Le capital total de ces dernières s’élève tout juste à 120 millions de dollars, toujours selon le ministère de l’Économie (si l’on exclut la filiale de la Banque de Chine à Budapest). Le capital moyen a donc baissé à 1 200 dollars. On peut expliquer cette faiblesse par l’existence d’entreprises dormantes, uniquement déclarées pour pouvoir postuler à un permis de séjour ou délaissées pour des raisons migratoires ou fiscales au profit de nouvelles créations. Il n’en reste pas moins que la grande majorité des Chinois de Hongrie sont effectivement à la tête d’une entreprise collective ou personnelle, même si parfois il ne s’agit que d’un étal sur un marché.

Commerce pendulaire et “marché chinois”

13Pour connaître le terrain et implanter leurs structures commerciales, les entrepreneurs chinois se sont d’abord appuyés sur une infrastructure existante, celle des marchés en extérieur, utilisée auparavant par les commerçants pendulaires d’Europe de l’Est (et connus sous le nom de « marchés polonais » ou « marchés COMECON »). Ces « marchés polonais » avaient perdu leur raison d’être au début des années quatre-vingt-dix avec la fin des restrictions sur le commerce international et le retour à la convertibilité monétaire. Le commerce pendulaire perdait donc de son attrait pour les Européens. Qui plus est, les produits de grande consommation fabriqués en Europe de l’Est ne tenaient pas la concurrence avec les produits chinois, que ce soit en terme de prix, de quantité ou de qualité, et tout particulièrement en ce qui concerne l’habillement bon marché. Les commerçants chinois rencontrèrent donc peu de résistance. Ils se familiarisèrent progressivement avec les règles qui régissaient le fonctionnement des marchés et la mise en relation des fournisseurs et des acheteurs, ainsi qu’avec celles concernant les relations entre employeurs et employés. Ils investirent progressivement l’espace et rapidement ils furent en mesure de moduler ces règles. La domination des importateurs chinois fut très vite intégrée par les « publics » de ces marchés : clients, commerçants, chercheurs d’emploi (y compris des migrants de Roumanie, de Yougoslavie et d’ailleurs). De nouvelles structures et de nouvelles relations s’établirent autour de ce changement.

14Des entrepreneurs hongrois ne tardèrent pas à voir le bénéfice qu’ils pourraient tirer de l’arrivée de ces commerçants chinois. En 1994, un investisseur loua trois hectares et demi de terrain à proximité de la gare Jozsefvaros de Budapest et les aménagea pour ouvrir un nouveau marché, baptisé « Les Quatre Tigres » et destiné spécifiquement aux commerçants chinois. Les opérateurs du marché de la rue Fay commencèrent eux aussi à cibler les commerçants chinois et vietnamiens. Ces nouveaux entrepreneurs donnèrent une seconde vie à ces marchés. Le marché des Quatre Tigres devint une plaque tournante pour le commerce chinois en Europe de l’Est, ainsi qu’un élément majeur du paysage urbain de Budapest. À son apogée, plusieurs dizaines de milliers de clients y passaient quotidiennement, pour environ un millier de commerçants. En 1995, on comptait une trentaine de « marchés chinois » (de moindre importance) en Hongrie.

15Le marché des Quatre Tigres a suscité un large éventail de points de vue. D’un côté on trouve la description chinoise, empreinte de romantisme pionnier et d’optimisme multiculturel. De l’autre il y a l’image hongroise d’une tête de pont pour une infiltration physique et culturelle. C’est en superposant ces images que l’on en rend toute la texture de la réalité. Des centaines d’étals appartiennent aux Vietnamiens, Turcs, Ukrainiens, Hongrois, Roumains Afghans et biens d’autres. En 1997, l’opérateur du marché générait un chiffre d’affaire de 1,5 milliard de forints (7,5 millions $) et un profit de 280 millions Ft (1,4 million $) (Vitez, 2002). La demande de places au Marché des Quatre Tigres était si grande au milieu des années quatre-vingt-dix que des promoteurs immobiliers (non chinois) louèrent d’anciennes usines situées en face du marché et y firent des travaux pour y accueillir plusieurs centaines d’étals supplémentaires.

16Le type de marchandises proposées se réduisit rapidement à ce qui allait être associé avec le « marché chinois » : l’habillement bon marché (T-shirts, caleçons, chaussettes, chemises en coton et synthétique, robes d’été, vestes de jogging, chemisiers, manteaux, tricots, combinaisons de ski, pyjamas, chemises en soie, baskets, sandales, pantoufles…). Plus tard s’y ajoutèrent du petit équipement (des serrures par exemple), de l’électroménager et des tissus (draps de lit et serviettes).

17En 1994, l’un des leaders chinois du marché avait vendu, selon ses dires, trois millions de caleçons (Nyíri, 1996 : 130). Si l’on en croit une étude effectuée en 2002 par une entreprise de marketing, les marchés en extérieur et les ventes dans la rue représentaient 21 % des ventes au détail de chaussures et 22 % pour l’habillement. Un an auparavant, une autre enquête avait conclu que la part des marchés en extérieur représentait 39 % de la vente au détail (Heti Világgazdaság, 31 mars 2001, 65 ; Nepszabadság, 2002). Une écrasante majorité de ces marchandises passaient par des importateurs et des vendeurs chinois. En 1997, ils constituaient 47 % des vendeurs de marchés en extérieur dans des villes de plus de dix mille habitants. D’après un journal local de sans-abri, le « marché chinois » est « un endroit à la réputation étrange… même si nous sommes nombreux à y aller, dès que l’on y croise quelqu’un que l’on connaît, on se retourne comme si on était sur une plage nudiste… Admettons-le : il serait embarrassant de révéler d’où viennent nos vêtements et où nous faisons nos achats » (Simon, 2002).

18Le succès des marchandises chinoises tient évidemment à leur faible prix. Celui-ci vient non seulement de la faiblesse des coûts de production mais aussi de la sous-estimation régulière de leur valeur à la douane. Les prix au détail sur un marché sont deux à trois fois inférieurs à ceux pratiqués dans les boutiques les plus abordables. Ceci dit, la réactivité de la filière face aux changements de goût des consommateurs a été décisive. À la demande du client, le revendeur chinois obtiendra une taille ou une couleur non disponible sur le moment. Quant aux importateurs, ils observent attentivement l’évolution de la mode et, si nécessaire, exigent, à mi-saison, de nouveaux modèles auprès des fabricants.

19Les commerçants présents sur le marché font aussi de la vente en gros. Leurs revenus dépendent alors surtout des relations sur le long terme qu’ils établissent avec d’autres commerçants : les distributeurs et les tenanciers. Au milieu des années quatre-vingt-dix, le marché des Quatre Tigres devait sa prospérité à des commerçants venus de Yougoslavie, d’Ukraine et de Roumanie. Comme le président de la chambre de commerce chinoise l’écrivait à l’époque, « les marchés des pays voisins reposent sur les tendances du marché hongrois » (Yu, 1994). Sur le parking du marché, on pouvait voir une quarantaine de bus immatriculés dans des pays voisins. La page économie du journal chinois local Ouzhou Daobao diffusait des informations comme : « Les costumes turcs vendus par les Vietnamiens sont très demandés par les marchands arméniens qui disent vouloir les vendre en Yougoslavie » (Nyíri, 1995 : 52).

20Le marché est aussi un centre pour les importateurs et les distributeurs. Les marchandises chinoises y arrivent depuis le port de Hambourg, qu’elles soient ou non destinées aux échoppes du marché. En 1994, selon les douaniers, de soixante à cent containers y arrivaient quotidiennement depuis la Chine (Nagy, 1995). Si le marché est ainsi un centre d’échange d’informations et de produits, c’est aussi un lieu de sociabilité pour les Chinois. Restaurants, coiffeurs, casinos, karaokés et agences de voyages fleurissent aux alentours.

Croissance et consolidation d’une économie ethnique

  • 4 www.huemb.org.cn/hungary/e1.htm, consulté le 27 octobre 2003.

21Les exportations chinoises vers la Hongrie se sont effondrées après le naufrage de l’économie planifiée, atteignant leur plus bas niveau en 1992. Depuis, elles augmentent constamment. La Hongrie fut pendant des années le principal partenaire commercial de la Chine en Europe Centrale et de l’Est. En 2002, elle recevait un tiers des exportations chinoises. Les gouvernements chinois et hongrois attribuent cela à la présence des entrepreneurs chinois (Lai, 2003). Cela reflète également le rôle de plaque tournante qu’a acquis la Hongrie. Selon un ancien président de la chambre de commerce chinoise en Hongrie, en 1994, 28 % seulement des importations restaient dans le pays (Li Qiang, 1996). En 2003, les importations valaient 3,3 milliards de dollars4. Plus précisément, la valeur totale des importations de vêtements, chaussures et tissus atteignait 646 millions de dollars en 2002. Si l’on en croit l’association scientifique du textile et du cuir (un groupe de pression hongrois), les importations de chaussures depuis la Chine ou via Hong-Kong atteignaient 30 millions de paires en 2000, soit les trois quarts des paires de chaussures importées (Demeter, 2002). Les entrepreneurs chinois qui avaient réussi en Hongrie passèrent alors graduellement de la vente au détail vers la distribution (baohoshang) ou l’importation (fahuoshang). Les marchandises provenaient souvent de petits fabricants du Zhejiang, du Fujian et de Guangdong. Les chaussures venaient habituellement du Fujian, tandis que les marchandises de Guangdong étaient plus chères et considérées comme étant de meilleure qualité.

  • 5 Entretiens effectués auprès de migrants des provinces de Shandong, de Gansu et de Pékin, 2000-2001

22Seuls quelques migrants ont directement été des importateurs. La plupart d’entre eux étaient employés par des entreprises d’État et sont venus en Hongrie avec l’approbation de leur employeur, pour prospecter le marché et représenter l’entreprise. Pour l’employeur c’était la promesse de nouveaux marchés ainsi qu’une réduction de la masse salariale. En effet, de tels employés recevaient une commission sur les ventes plutôt qu’un salaire. Même si les entreprises qu’ils créaient en Hongrie n’appartenaient pas légalement à la compagnie-mère, ils voyageaient avec des passeports professionnels et la compagnie-mère les considérait comme ses employés pendant les deux premières années. Les relations entre le migrant et la compagnie s’étiolaient par la suite. Beaucoup ne sont jamais retournés en Chine mais continuent à jouir du soutien de leur ancien employeur et des quelques privilèges qu’il peut y avoir à appartenir à une « unité de travail » publique lorsque l’on revient en visite5.

  • 6 Entreprise commune ou coentreprise créée par deux entreprises ou plus et détenue à part égale par (...)

23De tels migrants avaient non seulement un accès privilégié à certaines marchandises, ils recevaient aussi fréquemment un capital de départ et bénéficiaient de facilités de paiement auprès de leur compagnie. Les dirigeants de la compagnie en tiraient aussi bénéfice, soit sous la forme de transfert direct de liquidités, soit sous la forme de joint-venture6 qu’ils établissaient en Chine avec la compagnie hongroise techniquement indépendante. Les joint-ventures bénéficiant d’avantages fiscaux et de la possibilité d’exporter leurs profits, elles pouvaient servir à siphonner le capital de l’entreprise publique (Nyíri, 1999).

24Comme le dit le propriétaire de Hualu, une des plus importantes entreprises chinoises en Hongrie au début des années quatre-vingt-dix :

La principale source de capitaux des entreprises chinoises en Hongrie vient de diverses compagnies de commerce international en Chine. Sans elles, les Chinois de Hongrie n’auraient jamais obtenu leur succès actuel, même en dix ans… Un Chinois de Hongrie obtient beaucoup de ses marchandises à crédit (Li Qiang, 1996).

25Il faut préciser que la Compagnie d’Import-Export du Zhejiang possède 40 % de Hualu. Avec un capital déclaré de 780 000 $, cette dernière employait 52 Hongrois et 26 Chinois en 1995 (Li Qiang, 1996).

Commerce transnational

26La conception et la qualité des marchandises s’améliorèrent progressivement. Si les premières exportations étaient des stocks d’invendus, les importateurs se mirent rapidement à commander des marchandises spécifiques pour le marché hongrois, utilisant des échantillons achetés dans les boutiques locales. Les propriétaires des grandes entreprises d’import arpentent les foires internationales et passent leurs commandes auprès de leurs fournisseurs afin de coller au plus près aux dernières tendances. Les entreprises chinoises maintiennent leurs prix faibles en minimisant leurs coûts auxiliaires ; ainsi, beaucoup ne font pas de publicité. Néanmoins certaines ont réussi à se faire un nom sur le marché hongrois. Les deux marques de vêtements les plus connus, Wink et Sandic, ont placé des encarts dans la presse et acheté des panneaux publicitaires, elles ont aussi sponsorisé des événements sportifs et diffusé des spots télévisés. Un élément important de leur stratégie marketing est la labellisation contractuelle de boutiques comme revendeuses autorisées de leur marque, s’assurant ainsi un affichage du logo de la marque en échange d’une commission sur les ventes. D’après le site de Wink (www.wink.hu, consulté le 3 juillet 2003), 250 boutiques vendent leurs produits en Hongrie. La marque se positionne comme chic et pas chère. Les bus de Budapest arboraient ainsi le slogan « Sandic : la mode abordable ».

27De nombreuses entreprises ont ouvert des filiales dans d’autres pays d’Europe de l’Est. D’autres y ont trouvé des distributeurs chinois. Wink, introduit en 1993 en Hongrie, est présent en Slovénie, Serbie, Monténégro et Pologne, vendant jusqu’à 3 millions de paires de chaussures par an. De la même façon, en utilisant des réseaux familiaux ou des contacts restés au pays, des entreprises se sont implantées sur des marchés en Afrique et en Amérique du Sud. Dans ces pays, comme en Europe de l’Est, l’apparition de nouveaux migrants chinois au début des années quatre-vingt-dix et la demande pour de l’habillement bon marché ont favorisé les importations chinoises. Des Chinois de Hongrie ont pu y appliquer avec succès les modèles professionnels issus de leur première expérience. Autre avantage des pays de l’hémisphère Sud : il était possible d’y envoyer les invendus européens de la saison été ou hiver au moment où celle-ci ne faisait que commencer. Au bout de quelques années, l’impossibilité de reporter la hausse des tarifs douaniers sur les prix incita de nombreux importateurs hongrois à se tourner vers les marchés qui émergeaient en Europe du Sud (Italie, Espagne et Grèce).

  • 7 Entretien effectué auprès du directeur général de l’usine Guoshi à Putian le 22 août 1999.

28Guo Jiadi était un employé d’une entreprise publique dans la province du Fujian. Il est désormais représentant extérieur de la conférence politique consultative populaire du Fujian. L’entreprise qu’il a fondée, le groupe Guoshi, est l’une de celles qui ont le mieux réussi leur expansion internationale, incarnant le transnationalisme des élites entrepreneuriales chinoises en Hongrie. La marque Sandic a été lancée par Guo en Hongrie au début des années quatre-vingt-dix. En 1995, il ouvrit sa propre usine de chaussures dans le Fujian, nommant son frère directeur. Cette usine compte un millier d’employés pour une capacité de production quotidienne de 8000 paires, à 95 % destinées à l’exportation. Selon le site de la compagnie, le capital fixe de l’usine est de 12 millions de dollars. La marque s’est ensuite étendue à de nombreux pays d’Europe de l’Est ainsi qu’en Amérique. À ce jour, il existe des filiales en République Tchèque, Pologne, Roumanie, États-Unis, Brésil et Espagne depuis 1999. L’ouverture de nouveaux marchés (Liban, Jordanie et Corée du Sud) a compensé l’effondrement des ventes en Hongrie7. D’après l’administrateur de l’usine Guoshi, un million de paires a été vendu en 1999 rien qu’en Europe de l’Est.

29Une nouvelle marque, Moonarch, a été introduite en 2000 pour dépasser le handicap que constituait l’association entre Sandic et le “marché chinois”. Les articles de cette nouvelle enseigne se vendent entre 3 000 Ft et 8 000 Ft (de 15 à 40 dollars), soit légèrement plus que les produits Sandic. L’entreprise exportait pour 2 millions de dollars en 2001. La valeur à la vente étant largement supérieure, les ventes de Moonarch se montaient à 1,2 million de dollars dès la première année, selon le comptable de Guoshi à Budapest. La filiale de Guoshi en Hongrie a 11 employés hongrois et 5 chinois. Elle importe aussi du matériel de pêche.

  • 8 Ibid.

30Une filiale à Hong-Kong se charge d’une partie de l’administration et de la comptabilité, elle effectue les emprunts bancaires et contrôle l’exportation depuis la Chine aussi bien que l’importation des matières premières depuis Taiwan et la Corée du Sud. Si l’on en croit le bureau préfectoral du commerce extérieur de Putian, Guoshi est le principal investisseur européen et le seul fabricant qui exporte directement sans passer par les offices du commerce extérieur8.

Saturation du marché vestimentaire et évolution de l’économie ethnique

  • 9 Les entrepreneurs, chinois ou non, estiment leur activité comme exceptionnellement rentable, grâce (...)

31La légende présente le début des années quatre-vingt-dix comme un âge d’or où tout se vendait avec une marge de 100 %9. On raconte qu’à cette époque, il était possible d’amasser des centaines de milliers de dollars en un an. Mais le taux de profit chuta au milieu des années quatre-vingt-dix, au moment où plusieurs changements intervenaient en Europe comme en Chine. La saturation du marché se fit de concert avec la chute du commerce pendulaire en provenance des pays voisins (puisque des entreprises chinoises s’y implantaient aussi), tandis que les tarifs douaniers augmentaient à plusieurs reprises, parallèlement à la chute du forint face au yuan. Ainsi, en 1995, lorsque les tarifs douaniers quadruplèrent, deux importantes entreprises chinoises quittèrent la Hongrie, redirigeant vers d’autres pays plus de 4000 containers (Nagy, 1995). Enfin, en ce qui concerne la distribution, des discompteurs apparurent en banlieue, proposant des produits chinois dans de meilleures conditions d’accueil.

  • 10 Un cas de ce genre est décrit dans une lettre du 30 décembre 1997 de You Mingfa à l’intention de l (...)

32Dans le même temps, voulant réformer le secteur public lourdement déficitaire, le gouvernement chinois interdit les prêts à faible taux consentis aux entrepreneurs chinois à l’étranger et exigea des entreprises publiques qu’elles demandent des garanties pour leurs exportations et qu’elles limitent leurs investissements extérieurs. Qui plus est, au cours de la crise asiatique de 1998, un décret exigea la liquidation des avoirs extérieurs des entreprises publiques. Des représentants de ces entreprises commencèrent à arriver en Hongrie pour recouvrer leurs créances, mais la plupart de leurs interlocuteurs avaient disparu10. Le propriétaire de Hualu décrivait ainsi la situation : « tous les fournisseurs voulaient récupérer les marchandises qu’ils avaient expédiées à crédit, ce qui déclencha une crise » (Li Qiang, 1996). (Peu après la parution de cet entretien, Hualu s’effondra brutalement et son propriétaire emménagea en Sierra Leone.) Les importateurs répercutèrent ces pressions sur les distributeurs, lesquels firent de même auprès des détaillants, achevant de déstabiliser un commerce déjà défaillant.

33La situation continua de se détériorer au tournant des années 2000. Suite aux pressions de plusieurs organisations, dont l’association scientifique du textile et du cuir, le quota en valeur des importations de chaussures fut remplacé par un quota en quantité. Les importateurs chinois parvinrent à contourner cet obstacle en envoyant les chaussures depuis Hong-Kong. Mais, en 2002, les autorités douanières hongroises cessèrent d’accepter les déclarations des importateurs sur la valeur de leurs marchandises et mirent en place des procédures leur permettant de faire leur propre estimation. Avec cette mesure, les droits perçus sur un container standard (contenant pour 50 000 à 100 000 dollars de marchandises) passèrent de 1 million de forints (3 300 $) à 4 ou 6 millions de forints (13 000 à 20 000 $) (Demeter, 2002). Cette inflation des coûts se produisit à un moment où il était impossible de les répercuter sur les prix de vente pour les différentes raisons citées précédemment. Les prix de gros en dollars ayant été divisés par deux depuis 1994, deux commerçants du marché des Quatre Tigres se plaignaient en 1999 de ne pouvoir épargner que quelques centaines de dollars par mois.

34Suite à cet écrasement des marges, la location d’un étal au marché des Quatre Tigres chuta de 40 000 $ en 1995 à 4 000 ou 5 000 $ en 2002. Toute la filière, depuis les importateurs jusqu’aux détaillants, dut s’adapter à cette chute des profits. Les entreprises les mieux capitalisées étendirent leurs contacts au-delà du cercle traditionnel des acteurs du « marché chinois ». De nombreux importateurs basculèrent vers des produits de meilleure qualité tandis que nombre d’entreprises lancèrent de nouvelles marques, disponibles uniquement dans un réseau de boutiques labellisées. D’autres encore devinrent des fournisseurs pour des chaînes de distribution à bas prix, diversifiant leur offre jusqu’à inclure des biens durables comme le mobilier. Certains parvinrent même à décrocher des contrats avec les magasins européens et américains de ces chaînes. L’exportation de produits hongrois fut aussi expérimentée, de même que la fabrication locale de tissus ou de serrures en complément de l’importation.

35Ceux et celles qui avaient des relations en Chine mais avaient manqué cet âge d’or se firent les intermédiaires entre des grandes entreprises chinoises et des collectivités locales hongroises lors d’investissements ou de transferts de technologies. Des élus de la ville de Kaposvar (jumelée avec Lanzhou grâce aux efforts d’un entrepreneur chinois de Budapest) étaient présents lors de l’inauguration d’un grand centre commercial à Lanzhou, capitale de la province de Gansu, issu d’une opération montée par des entrepreneurs chinois de Hongrie (on murmure cependant que les fonds venaient en fait du Lanzhou mais que les partenaires hongrois étaient nécessaires pour blanchir l’argent). Un autre migrant ouvrit à Budapest une franchise de Chaoshifa, une chaîne de supermarchés pékinoise. À partir de 2000, la Hongrie courtisa activement les investisseurs chinois et réussit à devenir leur destination favorite. Au moment même où nous écrivons, un important fabricant chinois d’équipement audiovisuel, Flextronics, vient d’ouvrir une usine en Hongrie et deux géants du multimédia, Huawei et Zhongxin, s’apprêtent à y monter des filiales. Bien qu’il soit encore assez difficile de dire quel rôle les Chinois de Hongrie ont joué dans ces investissements, il est probable que l’importance du pays comme plaque tournante de l’économie chinoise dans la région ait été un facteur déterminant.

  • 11 www.asiacenter.hu/hun/press/releases.csn, consulté le 10 février 2003.

36Le centre « Asia », qui a ouvert en 2003 à Budapest, résulte du plus gros investissement réalisé en lien direct avec des Chinois de Hongrie. Il est d’ailleurs présenté comme un exemple à suivre sur le site de l’ambassade hongroise à Pékin. 200 millions d’euros seront investis pour aménager 205 000 m2. Les publicités le présentent comme le « plus grand centre d’achat et d’exposition en Europe ». C’est la première fois qu’un investissement chinois bénéficie d’une telle publicité dans la presse et par affichage, l’objectif étant de faire clairement savoir aux entrepreneurs chinois comme aux clients qu’il ne s’agit pas d’un nouveau « marché chinois »11. L’ouverture du siège social du centre a été célébrée avec faste en 2001. Le maître d’œuvre de cette opération, un ancien importateur vestimentaire, bien que son nom soit gravé sur une stèle de marbre sur la façade du centre, garde un rôle flou. Selon une dépêche de presse, il aurait démarché, une importante entreprise autrichienne de BTP, amenant celle-ci à contracter un emprunt auprès d’une banque autrichienne11. Mais d’autres explications circulaient dans le milieu chinois. À le croire, la moitié au moins de la somme investie serait fournie par de hauts fonctionnaires chinois qui devaient s’en débarrasser au plus vite afin d’éviter des enquêtes pour corruption. Quant aux journaux hongrois, ils écrivaient que la participation de l’importateur vestimentaire dans le montage s’élevait à 49 %, les 51 % restant étaient détenus par l’entreprise autrichienne (Kiss, 2002).

37Officiellement, les fabricants et exportateurs asiatiques désireux de prendre pied sur les marchés européens étaient la cible de cette opération. Mais la direction du centre entreprit aussi de séduire les commerçants du marché des Quatre Tigres en mettant en avant le confort et la modernité du lieu : les escalators, la climatisation et les cafés n’avaient rien à voir avec les allées bondées du marché. Mais leur argumentation reposait aussi sur le fait que l’économie grise allait disparaître avec l’entrée de la Hongrie dans l’Union Européenne. Malgré cela, la moitié des emplacements ne trouvait toujours pas preneur trois mois après l’ouverture, alors que les loyers étaient comparables à ceux des Quatre tigres. Qui plus est, la plupart des locataires étaient des importateurs et grossistes qui utilisaient ces nouveaux locaux comme des espaces promotionnels tout en gardant une présence effective aux Quatre Tigres. Malgré les campagnes publicitaires, les entretiens que j’ai menés font apparaître que les affaires n’ont jamais décollé, au grand dam des occupants qui devaient faire face à des coûts bien plus élevés que sur le marché. Et lorsque des frais de maintenance furent instaurés en 2004, la plupart se retirèrent.

38En 2004, l’importateur vestimentaire vendit ses parts à l’entreprise autrichienne. Pendant ce temps, un groupe de Chinois de Hongrie avait ouvert un autre centre de grossistes, China Mart, en face du centre Asia. On y trouvait 400 boutiques réparties sur 25 000 m2 et, là encore, les commerçants du marché des Quatre Tigres étaient pris pour cible. De même que le centre Asia, China Mart est encore très loin de devenir une alternative crédible aux marchés en tant que plate-forme de gros.

Boutiques, restaurants et commerces ethniques

39Alors que les entrepreneurs les mieux dotés en capitaux avaient ciblé les discompteurs et visé le statut d’intermédiaire dans le grand commerce, les autres avaient dû ouvrir des boutiques de gros et de détail ainsi que des restaurants afin de sortir des marchés en extérieur. Ces deux types de commerce se sont répandus rapidement au début des années 2 000. S’ils représentaient un investissement peu risqué, les profits étaient faibles (même si les premiers restaurants ouverts, bénéficiant de bons emplacements, avaient la réputation d’être très lucratifs). L’appellation « boutique chinoise » permettait de communiquer immédiatement le type de produit et la gamme de prix désormais associés aux commerçants chinois. Si les prix pratiqués dans ces boutiques sont deux fois plus élevés que les prix de gros aux Quatre Tigres, ils restent généralement bien inférieurs aux prix des grandes chaînes de discompteurs, malgré un volume de vente assez faible. En 2001, l’ambassade chinoise estimait à 2 000 le nombre de boutiques chinoises réparties sur tout le territoire, y compris dans des villages isolés. Les deux exemples qui suivent illustrent bien les écarts de rentabilité entre divers établissements.

Arrivé en 1998 en Hongrie, Chen commença par travailler quelque temps comme assistante dans une clinique chinoise. Elle finit par rassembler 1 600 $ qu’elle utilisa pour louer deux boutiques à Mezokovesd et Hatvan, deux villes de 20 000 habitants situées sur un axe routier au nord-est de Budapest. Ayant peu de capital et pas d’entrepôt, Chen se rendait tous les jours aux Quatre Tigres pour y acheter ce qu’elle vendait dans la journée. Elle paya une employée chinoise à la commission pour gérer une des boutiques. Début 2000, Chen estimait que les ventes cumulées se montaient à 6 000 $ par mois, avec un taux de profit de 25 %. Ses bonnes relations avec les commerçants du marché lui permettaient de les payer à 30 jours et, comme elle vendait la marchandise en une semaine, elle pouvait réinvestir dans d’autres marchandises et augmenter ainsi ses ventes. À la fin de cette année, elle loua pour 2000 $ par mois une boutique de plus grande taille à Tiszaujvaros, une ville similaire le long du même axe routier. Elle investit 40 000 $ dans des marchandises et embaucha dix employés hongrois. Cinq mois plus tard, elle devait fermer cette nouvelle boutique en subissant une perte nette. Entre-temps, les deux premières boutiques généraient un chiffre d’affaires de 22000 $ par mois, pour un profit de 4000 $. Au lieu de prendre tous les jours le bus pour aller au marché, Chen allait refaire son stock chaque semaine en minibus.

Yan, commerçant sur le marché de Szeged, une ville de 200 000 habitants proche de la Roumanie et de la Serbie, avait plus d’ambitions mais il échoua à les réaliser. Cela faisait cinq ans qu’il travaillait sur ce marché qui avait dû son essor à un commerce pendulaire désormais déclinant, lorsqu’il décida d’ouvrir le premier marché chinois de gros de la ville. En plus de l’habillement, il vendait de la porcelaine chinoise à des prix jusqu’à 40 % inférieurs à ceux de Tesco, le principal discompteur local. Il entreprit une campagne de communication à la télévision, dans la presse de Szeged et de Subotica (la ville serbe la plus proche), allant jusqu’à imprimer des prospectus à destination des « commerçants de Hongrie et des pays alentour ». Deux vendeuses et un superviseur hongrois furent employés. Tout comme Chen, Yan venait en minibus chaque semaine aux Quatre Tigres pour acheter des produits Sandic ou autres. Mais les clients yougoslaves ne vinrent jamais et les Chinois du marché de Szeged continuèrent à se fournir à Budapest. Avec la chute du forint, Yan dut augmenter ses prix, ce qui acheva de faire chuter les ventes. Ne voyant pas comment se sortir d’une situation qu’il attribuait à l’excès d’offre sur le marché, il ferma son entreprise sans être rentré dans ses frais. Quatre ans plus tard, laissant à sa femme le soin de gérer son étal au marché, il partit pour le Maroc.

40Le premier restaurant tenu par des Chinois ouvrit à Budapest en 1990, mais les établissements semblables restèrent rares et chers durant les premières années. En 1994, on comptait 48 restaurants chinois dans la ville, tenus la plupart du temps par des restaurateurs ayant eu une première expérience en Europe de l’Ouest, d’où ils avaient été chassés par la saturation du marché. Mais l’arrivée de la restauration rapide allait changer la donne. Pour des prix similaires à ceux d’un McDonald ou d’une cafétéria d’entreprise, les fast-foods chinois proposaient des plats perçus comme plus goûteux et variés. Ils remportaient un franc succès au déjeuner. Ils apparurent dans tous les centres commerciaux qui fleurissaient à Budapest au milieu des années quatre-vingt-dix. Zeng, venu d’Australie en 1990, ouvrit le premier d’entre eux en 1996 (et, selon lui, c’était le plus grand d’Europe). Au début, le restaurant générait entre 10 000 et 15 000 dollars de profit mensuel. Cinq ans plus tard, Zeng avait ouvert huit restaurants : cinq fast-foods dans des centres commerciaux dont quatre à Budapest et trois restaurants classiques dont deux à Budapest. Au total, Zeng employait une centaine de Hongrois.

41Devant le succès des premiers fast-foods, de nombreux commerçants quittèrent les Quatre Tigres entre 1998 et 2001 pour tenter leur chance. À l’époque, un fast-food à Budapest pouvait générer un profit mensuel compris entre 2 000 et 4 000 $. Et contrairement aux restaurants classiques qui devaient payer à prix d’or leurs cuisiniers chinois en plus de serveurs hongrois, les fast-foods pouvaient fonctionner avec les seuls tenanciers (le mari en cuisine, la femme en salle). Mais la ruée fut telle qu’elle faillit tuer la restauration rapide : en 2001, dans certains quartiers, plusieurs fast-foods étaient implantés en enfilade. Il y en avait jusqu’au bord des piscines et lors des festivals. Inévitablement, les profits chutèrent.

42Alors que les fast-foods ciblaient ce que les tenanciers estimaient être le goût hongrois, de nombreux restaurants classiques s’orientaient vers des clients chinois. Certains s’aventurèrent au-delà de la cuisine chinoise, reprenant des sandwicheries grecques, des comptoirs à strudel et des restaurants hongrois. À Budapest, trois hôtels trois-étoiles détenus par des Chinois servent principalement des groupes de touristes non chinois.

43Le commerce de type « service ethnique » est un secteur encore réduit, mais en forte croissance. Il comprend aussi bien des épiceries que des vidéothèques, la revente de cartes téléphoniques, des agences de voyage, des coiffeurs, des garagistes, des spécialistes informatiques ou du satellite et des journaux. Les soi-disant « agences chinoises de service » (huaren shiwusuo) forment un marché étroit et particulier, mais très lucratif. Les services qu’elles offrent vont de la traduction à l’assistance en matière d’immigration ou vis-à-vis des problèmes avec l’administration hongroise. Ces entreprises sont en général tenues par des migrants expérimentés qui disent parler couramment le hongrois et disposer de contacts locaux.

44Les médias hongrois, les groupes de pression industriels et même, jusqu’à une époque récente, des membres du gouvernement, ont régulièrement accusé « les Chinois » de fraude fiscale et douanière, de contrebande et de contrefaçon (Toth, 1997). L’association scientifique du textile et du cuir prétend que les importateurs chinois fraudent la douane pour 40 milliards de forints par an (200 millions de dollars) (Demeter, 2002). Si l’on en est généralement resté au niveau du discours politique, certains signes laissent présager une mobilisation locale des commerçants hongrois qui se sentent lésés par la concurrence chinoise. En 2004, 70 tenanciers hongrois de la ville de Mohacs ont envoyé à la municipalité une pétition demandant « l’expulsion » des 11 boutiques chinoises présentes dans la ville, les accusant « de ne pas avoir de permis de séjour valides, de travailler au noir et de se fournir par des canaux qui ne respectent pas les règles ». Le maire refusa d’obtempérer mais fit une déclaration stipulant que « sur le long terme, l’introduction de certaines restrictions pourraient encourager une concurrence plus saine » (Magyar Hirlap, 3 juin 2004).

45La plupart de mes contacts chinois admettent effectivement qu’ils sous-évaluent en douane la marchandise qu’ils importent, mais ils ajoutent que c’est le seul moyen de rester compétitifs. Certains vont jusqu’à dire qu’il est de toute façon impossible de dédouaner leurs marchandises sans verser de pots de vin. Ils rappellent aussi qu’ils payent déjà assez de taxes et de charges sociales, sans le paiement desquelles ils ne pourraient obtenir leur permis de séjour. Les entrepreneurs chinois perçoivent ces coûts, qu’ils appellent yang lanka (« nourrir la carte bleue », i. e le permis de séjour), non comme leur participation naturelle au système commun mais comme le prix à payer pour rester en Hongrie.

Exclusion, transnationalisme et obligation de succès dans une minorité intermédiaire

46Les migrants chinois en Hongrie, tout comme leurs semblables dans d’autres pays, semblent correspondre au modèle de la « minorité intermédiaire » décrit par Edna Bonacich (1973), encore qu’il faille évidemment l’adapter aux spécificités actuelles du transnationalisme et de la globalisation. La « minorité intermédiaire » de Bonacich est un groupe qui s’appuie sur un réseau transfrontalier pour investir des positions institutionnalisées dans des niches économiques. Ce groupe parvient à se glisser entre les classes inférieures et supérieures tout en restant à l’extérieur de cette hiérarchisation, et ce, grâce à sa qualité d’étranger. Cette proposition paraît préférable à celles plus récentes que sont l’« enclave ethnique » (Wilson et Portes, 1980) et la « niche ethnique » (Waldinger, 1996). En effet, ces deux dernières propositions reposent entièrement sur des approches s’appuyant sur les notions de nation, d’État ou de société (Wimmer et Glick Schiller, 2002).

47Les réseaux ethniques permettent une mobilisation flexible du travail, du capital et de l’information, avec comme conséquence une offre de biens et de services qui seraient soit impossibles à se procurer, soit accessibles à des prix vertigineux. Étant donné que les filières valorisées d’ascension sociale leur sont fermées, les membres de cette minorité doivent s’appuyer sur l’économie ethnique. Afin de rester compétitifs, ils doivent baisser leurs coûts, cette vulnérabilité les amenant à occuper des rôles ou à appliquer des méthodes perçus comme déviants (« ateliers clandestins », « marchés aux puces »). La population locale tend alors à associer le groupe entier avec une certaine activité, potentiellement menaçante pour les commerçants non ethniques. Si les autochtones et les migrants se rencontrent au quotidien, c’est habituellement dans une situation où le migrant est vendeur et l’autochtone client, ce qui tend à renforcer la méfiance plutôt qu’à aider à la surmonter. Les autochtones perçoivent les migrants non comme des membres à part entière de la société mais comme des éléments étrangers à la fois utiles et familiers, parfois sympathiquement exotiques, mais potentiellement dangereux. La vulnérabilité légale des migrants achève de les éloigner de tout investissement financier ou émotionnel à long terme.

48Si les minorités intermédiaires sont courantes dans l’Europe prémoderne, en Afrique coloniale et en Asie du Sud-Est, elles ont été absentes de l’Europe de l’Ouest après la dernière guerre. La forte mobilité sociale conjuguée à un réseau de distribution bien régulé et développé ainsi qu’une absence de lois ou de pratiques discriminatoires ont réduit les opportunités d’apparition de ce type de minorité. En Hongrie, le boutiquier juif, le colporteur bosniaque et le rétameur gitan n’étaient plus que de vagues souvenirs jusqu’à ce qu’ils se réincarnent dans le boutiquier chinois et le changeur arabe. Les migrants chinois en Europe de l’Est se sont trouvés dans un environnement économique caractérisé par la faiblesse de son réseau de distribution (fonctionnant souvent dans une économie parallèle) et par des importations faiblement développées et des entrepreneurs locaux prisonniers de barrières sociales et psychologiques. Les migrants chinois ont exploité le fait qu’au début des années quatre-vingt-dix, ces pays connaissaient encore une économie de la rareté. Ils y ont rempli des niches avec des produits bon marché qui faisaient déjà l’objet d’une production de masse en Chine.

49Contrairement à leurs prédécesseurs d’Europe de l’Ouest, ces nouveaux migrants possédaient un fort capital culturel, étaient mobiles et disposaient de moyens de communication leur permettant de rester en contact étroit avec des entreprises chinoises publiques qui leur fournissaient des marchandises à prix réduit et offraient en plus des facilités de paiement. Les demandes du marché pouvaient rapidement être suivies grâce à un réseau transnational par lequel transitaient souplement et avec flexibilité des capitaux, des marchandises et des travailleurs. Grâce à ce même réseau ils n’étaient plus dépendants d’un capital culturel local. Ils pouvaient ignorer leur position périphérique dans la société hongroise et suivre le modèle du commerce transnational tel qu’il était retransmis par les médias chinois. Au travers de ces niches, ils devinrent doublement des intermédiaires, au sens traditionnel mais aussi entre les formes culturelles et capitalistes que prenait la globalisation en Chine et en Occident. Étant à la périphérie de ces deux ordres, ils en assuraient la médiation.

50Les motivations des entrepreneurs chinois dépassent celles que propose la rationalité économique. « Le succès », comme valeur fondamentale dans le discours public chinois, est associé à l’entreprise individuelle (par opposition au salariat). Cela incite non seulement les entrepreneurs à migrer pour augmenter leurs profits, mais aussi les migrants à devenir des entrepreneurs. L’imagerie populaire ainsi que les médias chinois ont transformé le « nouveau migrant » en un symbole de succès économique (Nyíri, 2002). Quitter la Chine représente alors pour les migrants une chance de succès qu’il convient de ne pas gaspiller. Mais les régimes migratoires légaux et de la Hongrie empêchent les Chinois d’emprunter les chemins normaux qui leur permettraient d’accumuler du capital (Nyíri, 2003).

51Les entrepreneurs transnationaux sont en mouvement perpétuel d’un pays à l’autre. Prenons l’exemple d’un couple dont la femme vit à Budapest et le mari à Varsovie. Ils se rendent visite toutes les deux semaines. Plusieurs fois par an, ils vont en Chine où ils possèdent une entreprise d’import-export ainsi qu’une compagnie de services financiers à Hong-Kong. Ils viennent d’avoir un permis de séjour au Canada où ils ont acheté une maison et créé une entreprise qui emploie une dizaine de personnes. Comme à Varsovie et à Budapest, cette entreprise importe des produits bon marché : habillement, tissus, draps, pellicules et autres biens de consommation à destination des chaînes de discompteurs. Que nous dit cette épouse ? : « Peu importe où je fais des affaires. Que ce soit à Budapest ou au Canada, c’est la même chose. Ce qui compte, ce n’est pas tant là où vous vivez que le passeport que vous avez ».

Géographie d’une économie ethnique et marché local

52De telles carrières sont évidemment réservées à une élite, mais les Chinois de Hongrie sont un groupe suffisamment homogène pour que ces modèles apparaissent accessibles aux migrants moins chanceux. En dépit de cette forte composante transnationale, l’économie chinoise en Hongrie est insérée dans l’activité économique locale. Quasiment tous les migrants chinois sont en relation d’affaires avec des Hongrois et non seulement les entreprises chinoises emploient des milliers de personnes (vendeurs, chauffeurs, serveurs et gestionnaires), mais elles font vivre de nombreux interprètes, avocats et comptables.

  • 12 Données de l’Agence Publique de l’Emploi.

53Qu’une grande majorité des migrants soient des entrepreneurs indépendants (en 2004, seuls 848 détenaient un permis de travail12) vient de ce qu’un employé hongrois ou venant d’Europe de l’Est coûte moins cher qu’un Chinois (a contrario, la plupart des migrants chinois en Europe de l’Ouest et du Sud sont des employés). Le faible coût des travailleurs hongrois diminue encore la nécessité d’apprendre le hongrois, nécessité déjà fortement relativisée par une économie et des modes de vie marqués par le transnationalisme. Ainsi, ce sont davantage les employés hongrois qui s’initient au chinois, tandis qu’un sabir inspiré du hongrois est le moyen de communication par défaut, étant parlé par les deux partenaires.

54Les employés de ces entreprises chinoises viennent souvent des groupes les moins bien payés, comme les ruraux ou les femmes migrantes. En 2001, la plupart des commerçants chinois du marché de Szeged employaient des roumaines sachant parler hongrois. Si leur salaire était inférieur au minimum légal, elles ne payaient en revanche ni impôts ni charges sociales. Il est également courant pour les commerçants chinois des zones rurales d’employer au noir des femmes qui touchent le chômage. De nombreux entrepreneurs chinois offrent aussi une commission sur les ventes, ce qui tend à rehausser le revenu réel de leurs employés. En ce qui concerne le travail qualifié, les rémunérations et les diplômes requis sont similaires à ceux des entreprises hongroises mais les exigences quotidiennes peuvent varier. Certains employeurs chinois exigent de pouvoir choisir les vacances de leurs salariés, une pratique courante en Chine mais illégale en Hongrie. Comme le dit un employé administratif chez Guoshi, « vous pouvez leur mettre votre certificat médical sous le nez, ils ne veulent rien savoir. Ils s’attendent à ce que vous rattrapiez vos absences et les heures supplémentaires ne sont pas payées ». De même, les propriétaires de grosses entreprises se plaignent souvent de ce que leurs gestionnaires hongrois manquent de flexibilité et de motivation.

55Le recrutement repose habituellement sur des recommandations personnelles, mais aussi sur des offres publiques. D’après une série de 24 entretiens auprès d’employés hongrois dans des restaurants chinois, Annamária Kiss (2002) conclut que ces emplois peuvent être compris de trois façons différentes. Pour certains employés, y compris des détenteurs de diplômes ou des entrepreneurs en devenir, l’économie chinoise représente une opportunité d’ascension sociale. Ils ont intégré les normes de comportement et disposent des contacts nécessaires pour se faire une place dans une niche. Pour d’autres, il s’agit d’une mobilité descendante, tandis que pour le troisième groupe c’est l’amorce d’un processus de mobilité spatiale, de migration et de projet entrepreneurial.

Économie transnationale et espaces urbains

56Jusqu’ici l’économie chinoise à Budapest est restée visible autour du marché des Quatre Tigres. Sa fermeture aurait un impact tant sur la structuration spatiale que sur les modalités commerciales de l’économie ethnique. Le principal rôle de ce marché est de fournir un cadre spatial pour des formes de commerce et d’emploi accessibles aux entrepreneurs migrants ne parlant pas ou parlant peu hongrois. En moins d’une heure, un nouvel arrivant peut se familiariser avec les règles qui gouvernent les relations et les affaires, qu’il s’agisse d’un gitan roumain, d’un réfugié afghan ou d’un futur commerçant chinois. C’est un lieu où les migrants et les Hongrois ont les mêmes droits, même si son système autonome de régulation est constamment sous pression. D’une part, à l’extérieur, la police et la douane représentent le système dominant ; et d’autre part, à l’intérieur, les vigiles représentent les intérêts du propriétaire des lieux. Ce statut exceptionnel se retrouve aussi bien dans la présentation qu’en font les médias hongrois (un lieu opaque, dangereux, en marge de la société) que dans l’image donnée par les médias chinois d’un marché incarnant la rationalité économique et le progrès (Nyíri, 2005).

  • 13 Xin Daobao (Budapest), 20 décembre 2000 – 3 janvier 2001, 12.

57Comparé au marché en extérieur, le centre Asia est un espace plus fermé et formalisé, en phase avec l’esthétique dominante de la modernité et de la régularité. Les éléments clés de son architecture l’intègrent dans le transnationalisme chinois : ils font ressortir le bâtiment par rapport au monde extérieur qui assigne aux chinois une place subalterne, tout en projetant une modernité mise en avant dans la communication du lieu. Selon Michael Song le commerçant chinois doit se poser la question « Est-ce que je vais au centre Asia, où règne l’informatique et l’élite commerciale, ou est-ce que je reste dans mon échoppe avec mon boulier ? »13 Vu de l’extérieur le bâtiment évoque les projets immobiliers que l’on voit aujourd’hui en Chine : tape-à-l’œil et éclectique, imposant et abrupt, en rupture complète avec l’environnement : une architecture avant-gardiste qui surgit au milieu de nulle part. Après avoir traversé un large boulevard sans passage piéton, les visiteurs sont accueillis par des statues monumentales, un arc de triomphe, une esplanade surélevée et un grand mur de marbre noir, « Le mur des cultures d’Asie ». Tous ces éléments sont réalisés dans un « style traditionnel chinois » contrastant complètement avec le reste du bâtiment. Au dos du « mur des cultures d’Asie », où sont représentés différents monuments de l’Irak au Cambodge, est gravé en lettres d’or un texte décrivant le projet, en chinois et dans une traduction littérale en anglais :

Le grand centre Asia fond la théorie du Fengshui, venant de l’Est, avec la culture technique de l’Ouest, étendant la culture chinoise traditionnelle tout en enrichissant la technologie occidentale moderne. Le grandiose centre Asia est une créature d’exception dans le monde, son nom se répandra aux quatre coins du monde.

58L’espace du centre Asia correspond mieux à la représentation que les commerçants chinois en Hongrie ont d’eux-mêmes : des hommes d’affaires modernes et accomplis (Nyíri, 2005). Mais il est plus difficile d’y maintenir un système de pouvoir alternatif. L’espace est clos, moins accessible aux nouveaux migrants en recherche d’emploi ou d’opportunités. Qui plus est, les tenanciers affirment que les descentes douanières et les contrôles fiscaux y sont plus fréquents, ce qui les contraint à ne pas recourir au travail au noir et à respecter strictement les procédures comptables.

Conclusion

59Les efforts du gouvernement hongrois pour améliorer les relations économiques avec la Chine (emblématisés par les visites des premiers ministres successifs en 2003 et 2005) n’ont guère influé sur les projets des entrepreneurs chinois en Hongrie. En revanche, l’entrée dans l’Union Européenne a eu un effet psychologique massif, les entrepreneurs les plus prospères y voyant une possibilité d’étendre leur marché, les plus modestes craignant un durcissement des politiques douanières et commerciales (et ce d’autant plus que certaines modifications en ce sens ont déjà été introduites). Jusqu’ici, la plupart des migrants sont dans l’expectative. Cependant, l’entrée dans l’Europe a déjà eu une certaine influence sur ce qui ressemble à une restructuration de l’économie ethnique. Si les entrepreneurs chinois arrivent à trouver leur place dans les investissements du secteur industriel soutenus par des capitaux chinois ou encore dans l’importation de biens à forte valeur ajoutée, alors leur situation et celle de leur famille pourraient se stabiliser et leurs liens avec l’économie hongroise se renforcer. Au bout de quinze ans de migration, le nombre de détenteurs de permis de séjour permanent augmente lentement. De plus en plus d’enfants rejoignent leurs parents en Hongrie et vont à l’école sur place. Le regroupement familial ainsi que les droits culturels et économiques des migrants finiront par s’améliorer grâce à la normalisation imposée par l’Europe. Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sont les élites les plus transnationales, celles qui se sentent bien en Hongrie mais qui peuvent minimiser les risques en investissant dans d’autres parties du monde ou en envoyant leurs enfants dans des écoles américaines ou britanniques, qui profiteront le plus de ces nouvelles orientations. Les migrants à faibles revenus ont déjà commencé à partir, découragés par le coût croissant des travailleurs locaux, l’augmentation des frais généraux, le durcissement des politiques commerciales et la persistance d’une politique migratoire hostile.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bagrov, M. V. (1999) : "Moskovskoe kitayskoe zemlyachestvo". Term paper, Institute for Asian and African Studies : Moscow State M. V. Lomonossov University, Moscou.

Bao Luzi and Ujlaky György (1996) : Hungary Budapest : Ni xuyao di dizhi he dianhua (Addresses and phone numbers you need) : ZMZ Kft, Budapest.

Bonacich, E. (1973) : "Theory of Middleman Minorities" American Sociological Review 38 : 583-594.

Demeter Kálkán (2002) : "Elárasztja a hazai piacot a kínai lábbeli" (Chinese footwear floods home market), Világgazdaság, 10 October.

Kiss A. (2002) : "Cultural Interaction in Chinese Restaurants : The Hungarian Employee’s Perspective," MA thesis : Department of Nationalism Studies, Central European University, Budapest.

Kiss, T. S. (2002) : "Complex to bring Far East closer", Budapest Sun, 2001. December 20-2002. január 10.

Lai Chunsheng (2003) : "Zhong-Xiong maoyi qian tan" (Shallow chatter on Hungarian-Chinese trade), Budapeisi Zhoubao (Budapest), 6-12 June, 1, 4.

Li Minghuan (1995) : Dangdai haiwai huaren shetuan yanjiu (Overseas Chinese organizations today). Amoy: Xiamen Daxue chubanshe.

Li Qiang (1996) : "’Hualu’yijing zhuanyi la !" (Hualu has moved !) ZhongOu Shangbao (Budapest), 19 February, 1-2.

Liu Xianling (1994) : "Zhongguoren lixiang di taojindi" (An ideal goldmine for the Chinese), Huashengbao (Peking), 29 March.

Mao Chun (c1992) : Zhongguoren zai Dongou (Chinese in Eastern Europe). No place : Zhongguo Lüyou Chubanshe.

Nagy Ildikó Emese (1995) : "Kínaiak Magyarországon (2.)" (Chinese in Hungary), Magyar Hírlap, 19 September, 10.

Népszabadság (2002) : "CipŒ t a cipŒ boltból" (Shoes from the shoe shop), 18 April, 32.

Nyíri Pál (1996) : "Magyarország helye a kínai világkereskedelmi hálózatban", (Hungary’s place in the global Chinese trade network), in Sik Endre and Tóth Judit, eds., Táborlakók, diaszpórák, politikák (Camp dwellers, diasporas, politics) : International Migration Research Group, Institute for Political Sciences, Hungarian Academy of Sciences, Budapest, pp. 130-39.

(1999) New Chinese Migrants in Europe : Ashgate, Aldershot.

(2002) "Mobility, Entrepreneurship, and Sex : How Narratives of Modernity Help Chinese Women in Hungary Evade Gender Constraints", in Pál Nyíri and Igor R. Saveliev, eds. Globalising Chinese Migration : Ashgate, Aldershot, Hampshire, pp. 290-308.

(2003) "Chinese Migration to Eastern Europe", International Migration, 41 (3), special issue : Understanding Migration Between China and Europe (Frank Laczko, ed.), pp. 239-265.

(2005) "Global Modernizers or Local Subalterns ? Parallel Perceptions of Chinese Transnationals in Hungary", Journal of Ethnic and Migration Studies, forthcoming.

Renmin Ribao (1996) “Xiongyali Zhonghua Gongshanglian toushen Guangcai Shiye” (Hungarian Chinese Federation of Trade and Industry devotes itself to Project Brilliant), 26 March, 3.

Sik, E. (1999) "The Spatial Distribution of Informal Marketplaces and Informal Foreign Traders in Contemporary Hungary" in Edgar F. Feige and Katarina Ott, eds. Underground Economies in Transition : Ashgate, Aldershot, Hampshire, pp. 275-306.

Simon J. (2002) : "Egy kínai piac képei, avagy a kultúrák olvasztótégelye" (Pictures of a market, or the melting pot of cultures), Fedél nélkül, IX (219) : 2 (31 October).

Tchoudinovskikh, O. S., and A. B. Zhulin (2001) : Ekonomiko-demograficheskiie aspekty chelnochnogo biznesa v Rossii (Economic and demographic aspects of shuttle trade in Russia) : TEIS, Moscou.

Tinguy, A. de (1998) : "Chinese Immigration to Russia : A Variation on an Old Theme", in Gregor Benton and Frank N. Pieke, eds. The Chinese in Europe. Macmillan and St. Martin’s Press, Basingstoke, Hampshire, and New York, pp. 301-319.

Tóth J. (1996) : "Kína és a kínaiak a magyar sajtóban" (China and the Chinese in the Hungarian press), in Sik Endre and Tóth Judit, eds., Táborlakók, diaszpórák, politikák (Camp dwellers, diasporas, politics). International Migration Research Group, Institute for Political Sciences, Hungarian Academy of Sciences, Budapest, pp. 139-160.

(1997) : "Ne arra gondolj, hogy Magyarország mit adhat neked, hanem arra : te mit adhatsz Magyarországnak" (Illúzió és valóság Kínával és a kínai migránsokkal való kapcsolatunkban) [Do not think about what Hungary can give you ; think about what you can give Hungary (Illusion and reality in our relationship with China and Chinese migrants)], in Sik Endre and Tóth Judit, eds. : Migráció és politika MTA Politikai Tudományok Intézete Nemzetközi Migráció Kutatócsoport évkönyve, Budapest, 219-243. o.

Vezda L. (2001) : "Hamis a baba (is)" (The doll is fake [too]), HatárŒ r, 1/2001, 32.

Vitéz F. I. (2002) “Piacfelügyelet” (Market supervision), Heti Világgazdaság, 16 February, 9.

Waldinger, R. (1996) : Still the Promised City ? African-Americans and New Immigrants in Post-Industrial New York. : Harvard University Press, Cambridge, MA..

Wilson Kenneth, & Alejandro Portes (1980) : "Immigrant Enclaves : An Analysis of the Labor Market Experience of Cubans in Miami", American Journal of Sociology 86 : 296-319.

Wimmer, A. & Nina Glick Schiller (2002) : "Methodological nationalism and beyond : nation-state building, migration and the social sciences", Global Networks 2 (4) :301-334.

Yang Ban (2001) : "Yun meng zhi zhu" (Candle in a cloudy dream), Lianhe Shangbao (Budapest), 8-13 June, 9.

Yu Jun (1994) : "Bai nian da ji zaiyu tigao ren di suyang" (The great task of the century is raising the people’s quality), Huikan (newsletter of the Hungarian Chinese Association, Budapest), 25 (30 april), 6.

Zhao, Xinluo (1994) : "Barter Tourism Along the China-Russia Border", Annals of Tourism Research 21(2) :401-403.

Notes

1 Ce chapitre se fonde sur une version anglaise plus développée et publiée dans Leo Paul Dana (ed.), Ethnic Minorities & Indigenous people : Subsistence & Self-employment Issues, Aldershot, Edward Elgar, à paraître.

2 L’observation participante désigne les situations où un chercheur observe une situation tout en se joignant aux activités observées. La participation est plus ou moins importante en fonction du dispositif de recherche et des contraintes de la situation.

3 Entretiens effectués à Budapest entre 1995 et 2000.

4 www.huemb.org.cn/hungary/e1.htm, consulté le 27 octobre 2003.

5 Entretiens effectués auprès de migrants des provinces de Shandong, de Gansu et de Pékin, 2000-2001.

6 Entreprise commune ou coentreprise créée par deux entreprises ou plus et détenue à part égale par ces dernières.

7 Entretien effectué auprès du directeur général de l’usine Guoshi à Putian le 22 août 1999.

8 Ibid.

9 Les entrepreneurs, chinois ou non, estiment leur activité comme exceptionnellement rentable, grâce notamment à la faiblesse de la concurrence. Tchoudinosvskikh et Zhulin (2001 : 24) observent que les commerçants pendulaires russes visaient aussi, au début, un taux de profit de 100 %.

10 Un cas de ce genre est décrit dans une lettre du 30 décembre 1997 de You Mingfa à l’intention de la Fédération Européenne des Organisations Chinoises : “Xiongyali Budapeisi Maoyi Gongsi xianxing ji” (Rapport sur la situation des entreprises commerciales de Budapest, Hongrie).

11 www.asiacenter.hu/hun/press/releases.csn, consulté le 10 février 2003.

12 Données de l’Agence Publique de l’Emploi.

13 Xin Daobao (Budapest), 20 décembre 2000 – 3 janvier 2001, 12.

Auteur

Professeur à Macquarie University (Sidney) et Directeur de la section d’anthropologie. Il a travaillé sur les migrations chinoises, sur les politiques migratoires et le racisme en Europe de l’Est et l’éducation des enfants de migrants. Sa thèse avait été publiée sous le titre New Chinese Migrants in Europe, Aldershot : 1999. Après avoir fait ses premières recherches à l'Institut d'études africaines et asiatiques de l'Université de Moscou, il est devenu chercheur au Centre de recherches des Humanités, Université d'Europe Centrale de Budapest puis expert des questions migratoires dans le cadre de la commission des droits civils du Parlement hongrois. Il a publié de nombreux articles et ouvrages dont : Diasporas and Politics, avec M. Fullerton et Judith Toth, Budapest, Centre for Migration and Refugee Studies, 2001 ; Nyiri, P., Saveliev, I. (ed) : Globalizing Chinese migration, Aldershot : Ashgate, 2002 ; Pieke, F. N., Nyiri, P., Thuno, M., Ceccagno, A. (ed) : Transnational Chinese. Fujianese Migrants in Europe, Stanford University Press, Stanford, 2004 ; China Inside Out : Contemporary Chinese Nationalism and Transnationalism, Central European University Press, 2005 ; Scenic Spots : the construction of the Chinese Tousit site and the Question of Cultural Authority, Seattle : University of Washington Press, 2006.

Jean-Marie Sauboua (Traducteur)

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search