Versión clásicaVersión móvil

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Nouvelles migrations chinoises et segmentation ethnique des marchés du travail européens

Chapitre III. L’immigré chinois en Bulgarie

Le “protestant” de l’économie post-communiste

Anna Krasteva

Texto completo

… les Chinois marchent sans aucune hâte, dans la foule ils ont l’air d’être seuls,
ils n’expriment ni bonheur, ni tristesse, ni curiosité,
ils marchent sans donner l’air de marcher, sans intention de se déplacer,
ils se déplacent simplement d’ici là, seuls et ensemble à la fois,
jamais solitaires, toujours seuls au milieu des autres.
M. Duras,
L’Amant (Sofia, Trud, 2005, p. 38-39).

1Pas d’histoire, pas de connaissances, pas d’institutions. La période 1880-1988 a été marquée, en Bulgarie, par deux flux migratoires : 1 230 000 Bulgares ont émigré hors du pays, 808 600 personnes ont immigré dans le pays. L’immigration était composée surtout de Bulgares ethniques habitant des territoires des pays voisins, tandis que les minorités, et essentiellement la minorité turque, formaient l’essentiel de l’émigration. Les directions étaient opposées, mais les raisons étaient du même type – politiques (IOM, 2003). La transition démocratique a inversé cette situation : l’immigration est le fait essentiellement d’étrangers, l’émigration caractérise tous les groupes ethniques (IOM, 2003). La raison, identique dans les deux cas, est différente de celle de l’étape précédente : elle est économique. S’il y a une communauté qui illustre clairement ce changement, c’est bien l’immigration chinoise. Avec ses trois particularités : elle est récente, dynamique et économique.

  • 1 On a permis à plusieurs reprises à la communauté turque d’émigrer vers la Turquie pour prévenir un (...)
  • 2 À l’instar des autres pays communistes, la Bulgarie octroyait des bourses à des étudiants du Tiers- (...)
  • 3 L’esprit entreprenarial – leur principal défaut aux yeux de l’État communiste – est actuellement le (...)

2Le communisme est une des réalisations les plus accomplies de la biopolitique selon M. Foucault : la société n’est pas pensée en termes d’individus, mais de population, dont les indicateurs – croissance, mobilité, etc. – sont sous le strict contrôle de l’État. Les deux logiques qui régissaient la politique migratoire communiste étaient la construction de la nation autour de l’idéal d’homogénéité1 et autour de l’idéal de la solidarité internationale avec les forces de gauche. Cette dernière est à l’origine de la constitution des communautés arabes et africaines2. Il y a une exception notable : le cas de migration de travail des Vietnamiens ; face à la pénurie de main-d’œuvre dans la construction, l’État les avait invités au début des années soixante-dix, pour les renvoyer une décennie plus tard. La nouveauté de l’immigration chinoise, à cet égard, est radicale. Elle n’est comparable à aucun des autres cas de figure : ni à la « longue durée » des Russes, Arméniens et Macédoniens dont les communautés établies depuis longtemps sont considérées comme des minorités ; ni à la « moyenne durée » des Arabes et des Africains dont la seconde génération entre déjà dans la vie active ; ni à la « durée discontinue » des Vietnamiens dont certains commencent à revenir après la transition3.

  • 4 Respectivement 3 % et 4 %.
  • 5 « Contrairement à l’opinion commune, il y a du racisme, de l’antisémitisme et de la xénophobie en B (...)
  • 6 « Les individus qui partagent une philosophie xénophobe et des attitudes racistes envers les étrang (...)

3Pas de passé, pas d’héritage de rencontres interculturelles : on arrive facilement au second déficit relatif à l’immigration chinoise, celui de la connaissance. Il est empiriquement identifiable : il n’y a qu’un seul ouvrage sur le sujet publié seulement au début de l’année 2005 (Krasteva, 2005). L’étude de l’Organisation internationale de migration est consacrée principalement à l’émigration (IOM, 2003). Les chapitres consacrés à l’immigration sont aussi rares qu’asymétriques et traitent surtout des réfugiés. Rares, ces publications sont très précieuses, mais laissent encore beaucoup à désirer. Un exemple : la toute récente et ambitieuse publication intitulée « Développement démographique de la Bulgarie » (2005) inclut la seule étude empirique qui se dit représentative sur l’immigration : on y estime le nombre d’Africains presque aussi élevé que celui des Chinois4, alors que les premiers ne dépassent pas quelques centaines, et que les seconds se comptent par milliers. Le paradoxe vaut aussi au niveau des interprétations. D’après le Comité Helsinki des droits de l’homme, les Bulgares sont fondamentalement xénophobes5 ; d’après l’étude citée plus haut, les Bulgares sont fondamentalement tolérants6.

  • 7 La Bulgarie ratifie la Convention de Genève en 1992 et crée la première institution spécialisée – l (...)
  • 8 D’après les données de l’Agence gouvernementale des réfugiés.
  • 9 Le successeur, à partir de 1999, du Bureau national d’asile territorial et des réfugiés.
  • 10 Une autre ONG a été créée en 2004, toujours avec le noble objectif de l’intégration de ces quelques (...)
  • 11 Les réfugiés plaisantent en disant que le nombre de personnes qui s’occupent d’eux équivaut à leur (...)

4Le troisième déficit est lié au manque de correspondance entre la taille des communautés et la structure institutionnelle. Les réfugiés sont incomparablement moins nombreux que les immigrés. Le nombre de demandeurs d’asile a considérablement augmenté tout en restant assez bas (276 en 19937 et 1127 en 2004). Le nombre total des demandes pour la décennie 1993-2004 est de 14051. Il n’y a que 1392 individus qui ont obtenu le statut de réfugiés, et 3352 qui ont obtenu le statut de la défense humanitaire8. La structure institutionnelle est dense et variée ; elle englobe trois types d’organisations : gouvernementales, non gouvernementales et internationales. Son pilier est l’Agence gouvernementale des réfugiés9. Ses partenaires sont le Comité Helsinki des droits de l’homme, la Croix rouge bulgare et Caritas ; tous ont créé des services spécialisés pour les réfugiés, le premier offrant des consultations gratuites de défense juridique, le second se concentrant sur l’intégration des réfugiés par le biais d’allocations de logement, de services médicaux, de cours de bulgare, etc.10. L’UNHCR a ouvert un bureau à Sofia et a déployé une riche palette d’activités dans divers domaines. Quarante réfugiés ont reçu la citoyenneté bulgare, le nombre de ceux qui sont dans le pays, d’après les estimations des experts, ne dépasse pas mille personnes11. La palette d’activités et d’institutions est impressionnante. En un contraste flagrant, les immigrés, incomparablement plus nombreux, n’ont droit qu’a une structure institutionnelle embryonnaire. La Direction « Migration » au ministère de l’Intérieur n’est créée qu’en 2004, le Conseil sur les questions ethniques et démographiques auprès du Conseil des ministres ne couvre que les problèmes des minorités.

  • 12 Immigrés, en l’occurrence.
  • 13 Intérêt ne rime pas toujours avec efficacité : p. ex., le projet de la construction d’un centre de (...)
  • 14 L’autre étant sans doute la recherche de fonds.
  • 15 CERMES (Centre for European Refugees, Migration and Ethnic Studies) à la Nouvelle université bulgar (...)

5La non-maturité de l’institutionnalisation de l’immigration en Bulgarie s’exprime par trois particularités. La plus importante est le paradoxe analysé ci-dessus : plus le nombre de migrants12, leur impact économique et les défis de leur intégration prennent de l’importance, et plus les institutions se font rares, tandis qu’à l’inverse les réfugiés jouissent d’un intérêt accentué des pouvoirs publics13 et de la société civile. Une nouvelle initiative du gouvernement ne fait que confirmer ce diagnostic : un ambitieux programme d’intégration, adopté en 2005, ne vise à nouveau que les réfugiés. La seconde spécificité de cette difficile institutionnalisation est l’indistinction des tâches. Initialement, la Croix rouge bulgare devait assumer les responsabilités de l’intégration des réfugiés et l’Agence gouvernementale pour les réfugiés était supposée travailler surtout avec les demandeurs d’asile, mais le développement du Centre d’intégration de cette dernière instance a brouillé les cartes. Cette interférence peut être considérée comme positive si elle n’est pas vécue par les acteurs comme une concurrence pour l’obtention de fonds. La troisième particularité, directement liée à la précédente, est l’élargissement non justifié des compétences. Intégration et recherche sont des activités distinctes exigeant des compétences spécifiques, mais elles se trouvent entremêlées dans l’activité des ONG. Une des raisons14 en est probablement la faible institutionnalisation de la recherche, le Centre d’études migratoires15 n’ayant été fondé qu’en 2004.

6Le phénomène migratoire est récent, mais dynamique. La recherche et l’institutionnalisation ne sont pas encore à la hauteur de la complexité et de l’intensification du phénomène. Apparaissent alors deux urgences : institutionnaliser en fonction de l’ampleur et de la structure du phénomène migratoire et « weberianiser » les institutions avec une exigence de spécialisation adéquate et d’efficacité.

La politique d’immigration et du marché de travail en Bulgarie

  • 16 Tous les chapitres sont déjà clos, la Bulgarie a signé le traite d’adhésion, la date prévue est le (...)

7La politique bulgare dans le domaine des migrations s’inscrit dans le cadre de l’orientation stratégique du pays, à savoir l’intégration européenne. Elle fait objet de deux des chapitres des négociations pour l’adhésion à l’UE16 : chapitre II « Mouvement libre des personnes » et chapitre XXIV « Coopération dans le domaine de la justice et de la politique intérieure » qui comprend la partie « Migration ». Le fait que les chapitres soient clos et que le processus de négociation soit terminé nous permet de conclure que la législation bulgare est harmonisée avec l’européenne dans le domaine concerné. Les mesures relatives à la migration de travail se sont orientées vers la défense et le développement du marché du travail, le contrôle du travail des étrangers sur le territoire bulgare et le traitement équitable des employés étrangers qui ont un contrat de travail légal (Kalchev, 2003). Le régime du permis de travail aux étrangers fonctionne depuis 1994. En avril 2002 a été adopté un nouveau Règlement pour la délivrance, le refus et l’annulation du permis de travail accordé aux étrangers en Bulgarie, ce qui a donné aux membres de leurs familles un accès libre au marché du travail. De 1994 à 2001, le ministère du Travail et de la politique sociale a délivré 2205 permis de travail, dont 1 384 nouveaux et 821 renouvelés. Ils concernent trois grandes catégories : les PDG des grands investisseurs, les consultants, ingénieurs et techniciens dans les compagnies étrangères, les enseignants étrangers dans les lycées et universités bulgares (Kalchev, 2003). La répartition par pays de ces permis montre que les Chinois n’ont pas profité de cette entrée dans le marché de travail. Ils utilisent une autre voie, qui est celle de l’enregistrement de compagnies dans le pays. La loi les oblige à créer au moins une dizaine d’emplois pour des Bulgares.

  • 17 Les serveurs, dans les restaurants chinois, et les vendeurs, dans les magasins chinois, sont, dans (...)

8Ces deux faits – l’absence des Chinois parmi les bénéficiaires de permis de travail et l’enregistrement de plusieurs compagnies – donnent une clé pour l’explication du paradoxe qu’on va retrouver tout au long de notre analyse, à savoir que les Chinois ne sont pas embauchés par des Bulgares, mais que ce sont eux, par contre, qui embauchent des Bulgares17. La structure du flux migratoire en 2002 est illustrée par le schéma suivant (Kalchev, 2003) :

Motifs de délivrance du permis de long séjour

Nombre

Etrangers ayant reçu le permis sur la base d’enregistrement d’une activité commerciale

4758

Etrangers ayant reçu le permis sur la base d’un contrat de travail

516

Etrangers ayant reçu le permis sur la base d’un mariage

2397

9Les Chinois s’inscrivent presque exclusivement dans la première catégorie. La seconde catégorie est intéressante à interpréter : il y a des Chinois qui sont embauchés par d’autres Chinois, mais qui apparaissent dans les documents comme co-propriétaires ; dans ce cas, leur situation factuelle est différente de leur statut administratif. Dans la troisième catégorie on voit l’importance des mariages mixtes pour obtenir un permis de long séjour ; ces mariages sont assez rares dans la communauté chinoise, en forte dissonance avec tous les autres groupes d’immigrés.

  • 18 Établies en 1955.
  • 19 En 2001 elle avait rompu ses relations diplomatiques avec la Macédoine, qui se serait trop rapproch (...)

10Le second volet de la politique extérieure bulgare concerne les relations bilatérales avec la Chine. Depuis un demi-siècle les deux pays entretiennent des relations diplomatiques18. La Chine considère la Bulgarie comme un partenaire prévisible et modéré19. Les élites bulgares – de gauche, comme de droite – considèrent la Chine comme un partenaire stratégique. Pour ce qui est des implications de l’immigration chinoise sur le marché du travail, la politique est plus prudente. Depuis quelques années un projet de Chinatown à Sofia a été proposé : faire venir 10 000 Chinois pour créer un centre de commerce orienté vers l’Europe de l’Est. Il a été refusé selon l’argument que le pays n’avait pas besoin de travailleurs mais plutôt d’entrepreneurs. Les autorités bulgares définissent cette politique non pas comme restrictive, mais comme adéquate à la situation du pays. En effet, au début de la transition, la loi était appliquée avec peu de rigueur, ce qui facilitait le business et garantissait un profit plus rapide et plus intéressant. Avec le processus d’intégration européenne se fait plus forte la pression de l’UE pour le contrôle des frontières et la lutte contre l’immigration illégale. L’État bulgare, de son côté, devient aussi plus exigeant et plus vigilant par rapport aux impôts. Ce nouveau contexte politique décourage certains migrants. La perspective de la prochaine intégration européenne est vue comme ambiguë : d’un côté, elle ouvre de nouveaux horizons, de l’autre, on peut craindre une concurrence accrue.

11La première étape de l’immigration chinoise en Bulgarie pourrait être caractérisée par cinq traits :

  • elle marque le tout début de l’immigration en Bulgarie ;

  • elle a commencé il y a une dizaine d’années, depuis la dernière décennie du xxe siècle jusqu’aux premières années du xxie siècle ;

    • 20 J’ai été très surprise, un jour, quand j’ai été servie par une femme médecin, celle-là même auprès (...)

    l’immigration est exclusivement de travail : les couples ne se réunissent que quand le premier membre du couple est déjà établi, d’autres membres de la famille arrivent quand le business s’agrandit20, les petits enfants sont renvoyés chez les grands-parents en Chine, les grands travaillent à côté des parents ;

  • les individus passent d’une activité économique à l’autre : par exemple, des médecins ouvrent des restaurants ou construisent des ateliers de productions de soja, un peintre participe à des travaux de rénovation, des commerçants ouvrent des restaurants… ;

  • il s’agit d’une immigration de travail, mais où les activités économiques restent très peu diversifiées. La diversification ne sera pas l’œuvre de cette première génération. Ses ambitions sont plutôt modestes : avancer dans la même voie (« second magasin ») ou passer du statut d’employé à celui de travailleur indépendant (« avoir mon propre business »). Moins d’une personne sur dix (8,6 %) aspire à un travail plus qualifié. Ce chiffre est plus élevé chez les jeunes (12,2 %). Ceux qui aspirent aux études supérieures veulent échapper à l’emprise du petit commerce ou à la restauration pour se lancer dans les hautes technologies.

L’immigration chinoise en Bulgarie : de la transition démocratique à l’économie de marché

  • 21 Elle commence en 1992, d’après l’Ambassade de Chine en Bulgarie.
  • 22 Ces services ont des prix fixes et sont offerts par des compagnies qui font du business avec l’immi (...)
  • 23 Ces pratiques nourrissent la diffusion en Bulgarie de l’anecdote largement connue selon laquelle le (...)
  • 24 De nombreux représentants de la minorité la plus désavantagée se présentent comme Roms, mais plusie (...)

12Avant la transition démocratique les Chinois en Bulgarie sont moins d’une dizaine, des intellectuels, marié(e) s à des Bulgares. L’immigration chinoise avant l’ouverture post-communiste a été pratiquement nulle. À partir des années quatre-vingt-dix21, l’immigration croît rapidement et en quelques années des milliers de Chinois arrivent en Bulgarie ; il s’agit massivement de petits entrepreneurs et d’employés sans qualification et obéissant à des motifs économiques. Les Chinois arrivent en Bulgarie par deux voies légales : soit ils sont invités par un parent proche ou par des partenaires dans les affaires22 ; soit ils viennent travailler pour une entreprise. Certains rentrent aussi en Bulgarie par des voies illégales : les documents des Chinois établis dans le pays sont renvoyés en Chine où ils sont falsifiés et réutilisés23. Compter une communauté minoritaire est souvent problématique. Parfois les difficultés sont liées à des processus complexes d’identification24. Les Chinois n’ont pas de problèmes d’identification, mais les difficultés pour les compter n’en sont pas moins sérieuses. Un premier écart apparaît entre les estimations faites par la communauté et celles de la société d’accueil. Les Chinois se présentent eux-mêmes comme beaucoup moins nombreux : les chiffres de l’Ambassade, ainsi que ceux des représentants intellectuels de la communauté ne dépassent pas 2 000, tandis que les publications bulgares sont beaucoup plus « généreuses », allant de 4 000 à 10 000 (Krasteva, 2005). Les données offertes par les sources de la communauté s’inscrivent dans une stratégie générale de diminution de la visibilité publique. Un second écart se forme entre les chiffres donnés par les institutions et les estimations des experts.

  • 25 Les données proviennent d’une étude empirique de l’IMIR (Centre d’étude des minorités).
  • 26 Ces données, comme plusieurs autres, doivent être lues avec précaution. Les recherches qualitatives (...)

13Les Chinois qui arrivent en Bulgarie sont tous des immigrés économiques ; ils ont entre 30 et 35 ans25 et viennent majoritairement du Zhejiang et du Fujian. La majorité de ces Chinois ont vécu en milieu urbain : seulement 4,4 % arrivent de la campagne, tandis que 87,7 %26 viennent des villes et une petite minorité (7,8 %) de la capitale ; ils habitent alors la capitale, concentrés dans deux quartiers autour d’un grand marché. « La diaspora chinoise n’est pas la diaspora des Chinois » (Trolliet, 1994). Cette règle générale est plus valable encore pour la toute récente et peu nombreuse communauté en Bulgarie ; plusieurs Chinois de Sofia se connaissent du fait qu’ils sont originaires d’une seule ville.

Visages chinois en Bulgarie

M. V. vient en Bulgarie « avec 100 $ ». Il ouvre un petit commerce dans le grand marché « Ilientzi ». Dix ans plus tard il est de nouveau en Chine, en train de finir la construction d’un immeuble de quatre étages pour sa compagnie – dépôts en bas, bureaux pour ses employés et pour lui-même. Son retour ne signifie pas une rupture dans son parcours, mais la valorisation de l’expérience migratoire : il fait du business avec des compagnies bulgares, mais aussi roumaines, serbes, etc. Tout est mobilisé pour la réussite : la connaissance du bulgare, les liens personnels, la confiance.

Dr N. est un des médecins chinois connu et respecté. Il y a toujours du monde dans son cabinet. Son intégration est marquée par l’entrecroisement des voies professionnelles et personnelles : sa fille, qui répond au beau nom bulgare de Sophia, nous sourit depuis une grande photo. Dr N. est un peu déçu : la médecine chinoise ne s’est pas avérée aussi profitable qu’on le lui avait promis, il a divorcé de son épouse bulgare, mais il hésite à partir : « je dois m’occuper de ma fille », et puis, parallèlement au cabinet de Sofia, il en a un autre en province…

  • 27 A l’exception de la fille qui s’occupe de sa grand-mère en Chine.

Cela peut faire sourire : le restaurant chinois le plus populaire de Sofia est situé dans l’hôtel « Discussion slave ». Visiteurs à n’importe quel moment de la journée, queues pour avoir une table le soir, en fort contraste avec plusieurs autres restaurants. Le ministère des Finances en face, plusieurs autres à côté, la partie la plus théâtrale de la capitale : telles sont quelques-unes des clés de son succès, l’assiduité et la solidarité familiale faisant le reste. Chine, Russie, Bulgarie – différents pays, mais le même business : la restauration. Le restaurant a été ouvert par la mère, la première à arriver à Sofia au milieu des années quatre-vingt-dix. Son mari la suit bientôt, ses deux fils deux ans plus tard : la famille est réunie a Sofia27. Inévitablement, le succès du premier restaurant mène à l’ouverture d’un second.

Ils cultivent un petit morceau de terrain près d’un monastère dans les alentours de Sofia. Les instruments sont archaïques, le travail dure du matin au soir, même les tous petits enfants à partir de 6-7 ans aident leurs parents. Loin des regards – la famille arrive à son lopin en évitant les grandes routes –, loin des paroles – ils ne communiquent pas avec les Bulgares, à l’exception du moine du monastère auquel ils louent le terrain –, ces Chinois poursuivent leur propre voie en marge de la capitale, de leur propre communauté, de la société bulgare.

14Au début des années quatre-vingt-dix, les Chinois occupent à Sofia des enclaves économiques extrêmement restreintes – restauration et commerce – mais visibles. Il n’y a pas encore de concurrence économique, les Bulgares découvrent une autre gastronomie, d’autres habitudes culturelles après avoir connu l’idéal communiste construit sur un principe d’homogénéité. Des deux côtés il y a eu du profit dans cette association de don et d’intérêt ; les Bulgares ont profité de cette offre, intéressante et bon marché, et les restaurateurs chinois ont mis à profit cette période favorable pour l’accumulation de capital financier. Mais très vite le marché a été saturé du fait de l’existence simultanée de restaurants libanais, chiliens, mexicains, français, espagnols…, qui accompagnaient l’accroissement des attentes des clients. Nous rentrons ensuite dans une seconde période marquée par une concurrence accrue et des clients plus exigeants. Le profil du restaurateur commence à changer : certains ont fermé, les autres grandissent et s’embellissent. Les baraques du début sont reconstruites, la décoration très bon marché est successivement remplacée par un style un peu plus raffiné.

  • 28 Petits et modestes.

15Un autre pôle de l’activité économique des Chinois à Sofia a pour nom « Ilientzi », le plus grand marché de la capitale, un vrai microcosme qui permet de découvrir les méandres du passage à l’économie de marché et qui s’est développé au début de la transition pour deux raisons principales, l’une intérieure et l’autre extérieure. D’une économie de pénurie dominée par la demande on était passé à une économie de l’offre. Pas du tout tentés par des valeurs post-matérialistes, les Bulgares jouissaient de la découverte de marchandises venant de partout, mais surtout de Turquie et de Chine. « Ilientzi » était juste au niveau du Bulgare moyen : articles bon marché, étalages simples. Il offrait aussi un petit bonus psychologique : la possibilité de négocier. Les clients bulgares étaient satisfaits, mais plus encore les vendeurs, et pas à cause des premiers. Les meilleurs clients du plus grand marché bulgare n’étaient pas en effet des Bulgares, mais des Serbes. L’embargo sur l’ex-Yougoslavie pendant les guerres du début des années quatre-vingt-dix a poussé beaucoup de commerçants, ainsi que des clients, à venir s’approvisionner en Bulgarie. « Ilientzi » s’est avéré être un micro-modèle des particularités du passage de la Bulgarie à l’économie de marché. Cet espace économique a été vite occupé – paradoxalement, dans un pays presque sans immigration – par des immigrés et il a déclenché l’immigration. Les prix des loyers y sont dérisoires, la concurrence presque inexistante ; les Bulgares ont découvert le marché comme consommateurs28, pas comme entrepreneurs qui peuvent commencer à faire du business avec un capital minimum. Les premiers à profiter de cette situation ont été les Arabes qui, pour certains, avaient l’avantage de la maîtrise de la langue, de la connaissance du pays, d’un bon niveau d’études. Mais en peu de temps Ilientzi a changé, les Arabes étant dans une certaine mesure repoussés par les Chinois, qui n’avaient pas ou très peu de maîtrise de la langue, pas de diplômes, ni de réseau dans le pays, mais possédaient des réseaux transnationaux denses et offraient une énorme flexibilité.

16Dans l’évolution du commerce chinois en Bulgarie on pourrait distinguer les mêmes périodes que dans l’histoire de la restauration. L’architecture d’Ilientzi en est l’illustration : la première étape est marquée par le petit commerce d’articles très bon marché sur de petits stands agglutinés les uns aux autres ; la seconde étape voit déjà la construction d’un grand centre commercial, à côté des stands moins nombreux, mais toujours présents. Aujourd’hui encore les Chinois travaillent dans ces deux espaces. C’est le second qui marque la pénétration du commerce chinois dans la ville. Un grand magasin de souvenirs sur une des rues les plus commerciales de la capitale, d’autres parsemés dans de nombreux quartiers signifient que l’on se rapproche de la clientèle, tout en évitant la concurrence d’Illientzi et en profitant des prix un peu plus élevés.

17Les particularités de la première étape vont encore longtemps marquer l’immigration chinoise en Bulgarie. Un second type de présence économique est pourtant en train d’émerger. Je l’illustrerai par le cas de « H. ».

  • 29 www.huawei.com

« H. » est une compagnie privée de haute technologie, créée en 1988. Son personnel compte 30 000 personnes, dont presque la moitié sont dans la recherche et le développement. Elle est spécialisée dans l’équipement pour télécommunications. Ses ventes annuelles sont de 5 58 $ milliards avec une augmentation de 45 % par an. Ce taux de croissance, ainsi que sa « success story » en Europe lui ont apporté la première place dans le classement29 des dix meilleures compagnies privées de télécommunications. Elle est présente dans 90 pays, dont la Bulgarie.

Le géant chinois ouvre son premier bureau à Sofia en juillet 2004 pour des raisons de marketing et de promotion des produits. Une année plus tard une compagnie commerciale est enregistrée. Le premier grand contrat est signé, d’autres sont en cours.

Cette entreprise est située dans un « business parc » avec buildings, petits lacs artificiels, cols blancs pressés et cosmopolites. Le bulgare n’y est pas à la mode, on y entend plus souvent de l’anglais ou du chinois. Hong Kong, New York, Toronto, Sofia : l’échelle varie, mais l’esprit d’affaire, d’efficacité, de temporalité accélérée est le même. La globalisation remplace la culture par la technologie et le marketing.

Dans l’antenne bulgare de cette entreprise travaille une centaine de personnes – moitié Chinois, moitié Bulgares. Les Chinois sont de deux types : les consultants sur les différents projets ne restent que quelques mois, le personnel de direction est permanent. Les Chinois sont majoritairement des hommes, ils vivent en Bulgarie sans leur famille. Linguistiquement, la compagnie se conçoit plus comme internationale que comme bilatérale : les Bulgares ne parlent pas chinois, les Chinois ne parlent pas bulgare, les communications ont lieu en anglais. Seule la responsable est diplômée de langue bulgare, mais ne la pratique presque pas dans cet environnement anglophone. Les Bulgares ont le même profil – ingénieurs et spécialistes de marketing. Le recrutement se fait suivant une procédure de sélection selon quatre échelles et les critères de sélection restent méritocratiques.

  • 30 Selon les résultats de l’étude empirique citée, presque la moitié des immigré(e)s vivent avec leurs (...)

18Le profil du Chinois de cette seconde vague est opposé à celui de l’immigré du début de la transition, et ceci sur plusieurs points. Il est hautement qualifié et spécialisé dans les branches les plus dynamiques et technologiques. Ses raisons d’immigrer sont très différentes : projets personnels pour la première vague, stratégie institutionnelle pour la seconde. Le nombre et le pourcentage des femmes a tendance à augmenter dans la première vague, la seconde reste majoritairement masculine. La famille suit la même logique : elle est présente dans la première génération : le restaurant et le stand au marché sont, en règle générale, familiaux30 ; elle est (encore) absente de la seconde : la carrière professionnelle est personnelle. Bulgares et Chinois travaillent ensemble dans la compagnie multinationale, ils travaillent côte à côte au marché. Les exceptions sont surtout dues aux exigences du contexte : la loi oblige les immigrés à embaucher des Bulgares, on en trouve parmi les serveuses et les vendeuses. Deux cas, une même asymétrie : les Bulgares n’embauchent pas des Chinois, seuls les Chinois offrent du travail aux gens du pays. Les formes de la migration changent aussi. La Bulgarie reste encore largement un pays de transit, plusieurs immigrés continuant leur voyage à travers l’Europe. Pour certains la Bulgarie n’est pas le premier arrêt : ils viennent, par exemple, de Russie. Malgré cette diversité, la première vague s’approche du modèle classique de mouvement du pays d’origine vers le pays d’accueil (migration « en flêche »). La seconde illustre la nouvelle tendance, faite de voies sinueuses et imprévisibles (migration « en spaghetti », selon l’heureuse formule de Herzlich, 2004). Paradoxalement, et même pour la toute récente immigration chinoise en Bulgarie, les réseaux restent un élément essentiel : l’énorme majorité (78 %) avait quelqu’un pour les accueillir à leur arrivée. Une fois installés, presque la moitié (43 %) des indépendants et entrepreneurs attirent proches et connaissances ; même ceux qui ne sont qu’employés assument le même rôle actif, un quart d’eux incitant des proches à la migration. À l’opposé, les Chinois de la seconde vague ne se connaissent pas entre eux. Ils n’ont pas de racines, viennent de cités technologiques et ne s’installent nulle part pour très longtemps.

Le Chinois, un travailleur « modèle »

  • 31 Selon une étude de l’auteur sur les représentations qu’ont les Bulgares des différents groupes d’im (...)

19Les Bulgares ne connaissent pas les Chinois31. On n’a pas encore construit d’espaces pour que s’effectue le contact : éphémère, il n’a lieu que dans le restaurant chinois ou au marché. Exceptionnels sont les Bulgares qui ont invité des Chinois et ces rencontres, le plus souvent, ne deviennent pas régulières. Le Chinois est réduit à la modestie, à la diligence, à l’assiduité, à la mobilité. Les Bulgares les trouvent aussi assez fermés, réputation que les Chinois ne cherchent pas à dissiper. Si les Bulgares sont habitués à cohabiter avec des musulmans, ils n’ont aucune mémoire, ni expérience historique de contact avec des Chinois.

  • 32 À la différence des Arabes, à l’égard desquels les Bulgares sont divisés pour moitié entre acceptat (...)

20Pas de mémoire, mais pas de trauma non plus : ces manques ne se transforment pas en préjudices. Bien au contraire, les Chinois sont ceux qui sont les mieux vus parmi les étrangers : beaucoup de Bulgares les accepteraient volontiers comme voisins32. Le regard porté sur eux est encore plus positif dans le milieu du travail : les Bulgares embaucheraient volontiers des Chinois, les considérant comme très laborieux, au moins deux fois plus que leurs concurrents, Arabes ou Africains. Cependant, le décalage entre représentations et réalité est frappant : les premières ne se matérialisent en aucune façon en une politique de recrutement. Il n’y a pratiquement pas de Bulgares qui embauchent des Chinois. La situation inverse obéit au même schéma : les Bulgares qui accepteraient de travailler pour des étrangers le feraient plus volontiers pour des Chinois que pour des Arabes ou des Africains. Ces Bulgares ont trois types de motivation : les plus nombreux sont ceux qui accepteraient d’être embauchés par des Chinois, s’ils n’ont pas un autre choix ; certains sont curieux de s’engager dans une expérience de ce type ; et une partie reste convaincue que ce qui compte est le salaire, pas l’employeur. L’étude des représentations dresse un tableau qui est loin d’être idyllique. Un jeune restaurateur chinois raconte avec amertume qu’un client l’a appelé « Tsigane ». Il est entré dans le triste jeu d’insultes ethniques en répliquant : « C’est toi qui es Tsigane, moi, je suis jaune ». Un immigré résume le cercle vicieux des préjugés : « Quand le Bulgare est au chômage ou a d’autres ennuis, c’est le Chinois, le Noir ou le Tsigane qui en sont responsables ».

  • 33 Avec le nom emblématique “Attaque” sous le leadership de Volen Siderov.
  • 34 surtout les Tsiganes.
  • 35 Implication d’une Chinoise dans le trafic de drogue, etc.

21Deux particularités, cependant, sont à souligner. D’abord, l’intolérance par rapport aux immigrés est plus faible que par rapport à d’autres types de différences comme l’extrémisme politique, l’alcoolisme, la toxicomanie, l’homosexualité. Ensuite, les attitudes xénophobes et racistes n’ont pas encore pris une expression politique extrémiste. L’année 2005, 15 ans après la transition démocratique, a vu l’entrée au Parlement du premier parti extrémiste33 avec un discours nationaliste et xénophobe. Le phénomène étant tout neuf, les observateurs du pays sont divisés par rapport à sa place politique et hésitent à le classer à l’extrême gauche ou à l’extrême droite. Il est certain que pour le moment sa cible sont les minorités34, pas les immigrés. Pendant les années quatre-vingt-dix les médias oscillaient entre folklorisation et criminalisation35 de l’immigration. Les dernières années marquent un intérêt plus approfondi pour les raisons de cette migration, les facteurs push et pull, sa dimension économique.

En guise de conclusion : l’éthique protestante à la chinoise

22Le Chinois en Bulgarie est l’exemple par excellence de l’immigration dans le monde post-communiste. À la différence des pays occidentaux où elle rime avec pauvreté, inégalités et chômage, l’immigration dans nos pays se marie beaucoup plus harmonieusement avec entreprenariat et réussite. La présence chinoise sur le marché du travail en Bulgarie pourrait être caractérisée par cinq particularités :

  • Il n’y a pas de chômeurs parmi les Chinois.

  • Leur mobilité professionnelle est aussi remarquable que leur mobilité spatiale. Ils passent plus rapidement et plus facilement que les Bulgares du statut d’employé à celui d’indépendant malgré de nombreux facteurs négatifs : niveau d’études relativement bas, faible connaissance du bulgare ; manque de tradition de contact ; immigration récente ; conditions économiques locales pas très favorable.

  • Les Chinois sont les seuls auteurs de leur dynamisme économique et social : ils embauchent des Bulgares, il n’y a pratiquement pas de Chinois recrutés par des Bulgares.

  • La première vague a un visage uniforme : petits et moyens entrepreneurs dans le commerce et la restauration. Une seconde vague qui n’est qu’à ses débuts annonce une diversification de la figure du migrant chinois avec l’entrée de personnes hautement qualifiées dans les nouvelles technologies, le marketing, le business.

    • 36 A quelques exceptions près – un Chinois a été assassiné, une Chinoise a été expulsée du pays.

    Les rivalités, concurrences et tensions, inévitables dans une économie de marché, sont maintenues au sein de la communauté, où elles sont maîtrisées et contrôlées36. Les Chinois sont jugés comme les immigrés les moins problématiques par les institutions bulgares.

  • 37 Déclare une directrice de théâtre chinoise citée dans l’article au titre provocateur « Le monde dev (...)

23Pour comprendre les perspectives de l’immigration chinoise en Bulgarie, il faudrait aussi tenir compte de deux facteurs essentiels : la politique et les représentations sociales. Les relations stables et prévisibles entre la Bulgarie et la Chine produisent un cadre positif et ne sont pas brouillées par une mémoire historique traumatique. Par rapport au marché du travail, l’État bulgare est prudent et modéré : il essaie de décourager les gasterbeiters et d’encourager les grands investisseurs. Les deux pays vivent l’entrée dans l’économie de marché, la Bulgarie a dû attendre la chute du communisme pour découvrir le capitalisme, la Chine combine les deux. L’enthousiasme chinois est impressionnant : « Ce qui nous donne des ailes aujourd’hui est la vitalité, la force de vivre et l’espoir débordant37 » (Blume, 2005). Ce que les Bulgares ont à apprendre n’est pas tellement l’optimisme non critique, mais cette « éthique protestante à la chinoise » : le dévouement au travail, la modestie, l’extrême flexibilité et adaptabilité, le goût pour l’accumulation plus que pour la consommation, le regard fixé sur l’avenir.

Bibliografía

RÉFÉRENCES

L’Asie retourne sur la scène mondiale (2005) : Numéro spécial de Sviat i diplomatzia (la version bulgare du Monde diplomatique), no 2.

Blume, G. (2005) : "Le monde sera-t-il plus chinois ?" – Media Times Review, novembre 2005.

Herzlich G. (2004) : L’immigration mondialisée. – Le Monde Initiative, no 31, p. 14.

Hirschman, Ch. (2003) The role of religion on the origins and adaptation of immigrant groups in the United States : University of Washington, Department of sociology, Washington.

"Immigrés et réfugiés en Bulgarie et leur intégration. Direction d’une nouvelle politique migratoire" (2005) : In : Développement démographique de la Bulgarie. Sofia : Conseil national des problèmes démographiques (en bulgare).

IOM (2003) : "Migration trends in selected applicant countries". Vol. 1. Bulgaria. The social impact of seasonal migration. IOM, Vienne.

Kalchev, V. (2003) : "La nouvelle politique migratoire de la République de Bulgarie. Contrats bilatéraux et échange de main-d’œuvre". – www.mlsp.government.bg

Koen E. (2005) : "Les données le certifient : notre société est malade du racisme". – Objectif, no 122, 12-13, 21.

Krasteva A. (2005) : L’immigration en Bulgarie. IMIR, Sofia (en bulgare).

Krasteva A. (1998) : "Les Bulgares musulmans, une identité crucifiée". – Cahiers Balkaniques, no 25, 27 – 39.

Manolova E. (2005) : Les immigrés chinois en Bulgarie – identité et intégration. Mémoire de maîtrise (en bulgare).

Ma Mung E. (1995) : "Non lieu et utopie : la diaspora chinoise et le territoire". – Dans : Bruneau, M. (dir) Diasporas. Reclus, Montpellier, 163-173.

Nyíri P. (1999) : New Chinese migrants in Europe. The case of the Chinese community in Hungary : Ashgate, Aldershot.

Chine (2003) : Numéro spécial de l’Expansion, novembre.

Trolliet P. (2000) : La diaspora chinoise : PUF, Paris.

Zuffre N. (2005) : Celui qui ne boit pas de thé peut-il être Chinois ? – Sviat i diplomatzia (la version bulgare du Monde diplomatique), no 2.

Notas

1 On a permis à plusieurs reprises à la communauté turque d’émigrer vers la Turquie pour prévenir un éventuel déséquilibre démographique entre cette minorité, musulmane et turque, et la majorité, bulgare et orthodoxe, déséquilibre causé par la natalité plus élevée de la première.

2 À l’instar des autres pays communistes, la Bulgarie octroyait des bourses à des étudiants du Tiers-monde.

3 L’esprit entreprenarial – leur principal défaut aux yeux de l’État communiste – est actuellement leur atout essentiel. Le régime communiste, qui les avait invités dans les entreprises d’État, n’appréciait pas du tout leurs activités économiques parallèles indépendantes.

4 Respectivement 3 % et 4 %.

5 « Contrairement à l’opinion commune, il y a du racisme, de l’antisémitisme et de la xénophobie en Bulgarie. Ils y ont une large place. Entre 1/3 et 1/6 du plus grand groupe ethnique est partisan d’une certaine forme de “purification ethnique” » (Koen, 2005 : 21).

6 « Les individus qui partagent une philosophie xénophobe et des attitudes racistes envers les étrangers ne dépassent pas 7-8 % » (Immigrés…, 2005).

7 La Bulgarie ratifie la Convention de Genève en 1992 et crée la première institution spécialisée – le Bureau national d’asile territorial et des réfugiés – en 1993.

8 D’après les données de l’Agence gouvernementale des réfugiés.

9 Le successeur, à partir de 1999, du Bureau national d’asile territorial et des réfugiés.

10 Une autre ONG a été créée en 2004, toujours avec le noble objectif de l’intégration de ces quelques centaines de réfugiés.

11 Les réfugiés plaisantent en disant que le nombre de personnes qui s’occupent d’eux équivaut à leur propre nombre.

12 Immigrés, en l’occurrence.

13 Intérêt ne rime pas toujours avec efficacité : p. ex., le projet de la construction d’un centre de transit pour les demandeurs d’asile près de Sofia, dont le financement est assuré en grande partie par la Commission européenne, n’arrive pas à avancer.

14 L’autre étant sans doute la recherche de fonds.

15 CERMES (Centre for European Refugees, Migration and Ethnic Studies) à la Nouvelle université bulgare, que j’ai l’honneur de diriger.

16 Tous les chapitres sont déjà clos, la Bulgarie a signé le traite d’adhésion, la date prévue est le 1er janvier 2007.

17 Les serveurs, dans les restaurants chinois, et les vendeurs, dans les magasins chinois, sont, dans leur majorité, des Bulgares.

18 Établies en 1955.

19 En 2001 elle avait rompu ses relations diplomatiques avec la Macédoine, qui se serait trop rapprochée de Taiwan. Le principal partenaire de la Chine dans les Balkans est la Serbie.

20 J’ai été très surprise, un jour, quand j’ai été servie par une femme médecin, celle-là même auprès de laquelle j’avais dû attendre pour avoir un rendez-vous dans son cabinet.

21 Elle commence en 1992, d’après l’Ambassade de Chine en Bulgarie.

22 Ces services ont des prix fixes et sont offerts par des compagnies qui font du business avec l’immigration..

23 Ces pratiques nourrissent la diffusion en Bulgarie de l’anecdote largement connue selon laquelle les Chinois ne meurent jamais. Le Cimetière central de Sofia n’a enregistré que le décès du correspondant de Sin Hua.

24 De nombreux représentants de la minorité la plus désavantagée se présentent comme Roms, mais plusieurs autres comme Bulgares ou comme Turcs. Pour les aspects épistémologique et politique du problème de savoir « Comment compter une minorité », voir Krasteva, 1998.

25 Les données proviennent d’une étude empirique de l’IMIR (Centre d’étude des minorités).

26 Ces données, comme plusieurs autres, doivent être lues avec précaution. Les recherches qualitatives contrarient souvent les résultats des études quantitatives, mais les unes et les autres sont encore insuffisantes pour prétendre à des conclusions plus définitives. Le lieu de naissance est une des informations que les personnes interrogées aiment à brouiller. Un exemple récent de mon travail de terrain : tous les Chinois d’un grand marché de Sofia prétendent arriver de Shanghai ; le seul que j’ai réussi à faire parler assez longuement a commencé par dire la même chose que les autres, pour arriver plus tard à la confidence qu’il venait d’une petite ville près de Wenzhou.

27 A l’exception de la fille qui s’occupe de sa grand-mère en Chine.

28 Petits et modestes.

29 www.huawei.com

30 Selon les résultats de l’étude empirique citée, presque la moitié des immigré(e)s vivent avec leurs conjoints, 12 % avec leurs parents, 30 % avec leurs enfants. Ils sont 16 % à dire que leurs frères ou leurs sœurs sont en Bulgarie et un immigré sur trois qu’y vivent d’autres membres de leur famille.

31 Selon une étude de l’auteur sur les représentations qu’ont les Bulgares des différents groupes d’immigrés.

32 À la différence des Arabes, à l’égard desquels les Bulgares sont divisés pour moitié entre acceptation et réticence.

33 Avec le nom emblématique “Attaque” sous le leadership de Volen Siderov.

34 surtout les Tsiganes.

35 Implication d’une Chinoise dans le trafic de drogue, etc.

36 A quelques exceptions près – un Chinois a été assassiné, une Chinoise a été expulsée du pays.

37 Déclare une directrice de théâtre chinoise citée dans l’article au titre provocateur « Le monde deviendra-t-il plus chinois ? » dans le dernier numéro d’une revue bulgare.

Autor

Professeure à la Nouvelle Université Bulgare, Co-directrice de la Filière Francophone de Sciences Politiques et directrice de CERMES (Centre for European Refugees Migration and Ethnic Studies). Elle a travaillé sur les questions de l’ethnicité et la citoyenneté, la politique et la culture, l’immigration et les réfugiés, la transition post-communiste. Elle a publié de nombreux articles et ouvrages dont : Identités, discours, pouvoir. Sofia : Petekston, 1999 ; Krasteva, A. (Ed.). Communities and identities in Bulgaria. Ravenna : Longo Editore, 1999 ; Genov, N. and A. Krasteva (Eds) Recent social trends in Bulgaria 1960-1995. Montreal, McGill-Queen's University Press, 2000 ; Krasteva, A. (Ed.) : De l'ethnicité à la migration, Sofia, 2004 ; Krasteva, A. (Ed.) : L'immigration en Bulgarie, Sofia, 2005, Presses de la Nouvelle Université Bulgare ; Krasteva, A. (Ed.) : Les figures de refugiés, Presses de la Nouvelle Université Bulgare, Sofia, 2006.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search