Version classiqueVersion mobile

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Nouvelles migrations chinoises et segmentation ethnique des marchés du travail européens

Chapitre II. Les nouveaux immigrants chinois sur le marché du travail russe : menace ou pari sur l’avenir ?

Igor R. Saveliev

Texte intégral

Je voudrais remercier Nicolas Holtzer, étudiant en doctorat à l’Université de Nagoya, pour la traduction en français de cet article écrit initialement en anglais.

1La république populaire de Chine (RPC) et la Russie sont deux pays limitrophes et les flux de migration d'un pays à l'autre peuvent être perçus comme un phénomène naturel qui se poursuivra dans un avenir proche. La diminution de la population russe et les besoins structurels de l’économie russe créent en effet un besoin important de main-d'œuvre chinoise. Le passage à l’économie de marché à partir d’une structure centralisée et son intégration dans le tissu économique mondial depuis le début des années 1980 ont permis la formation par les immigrants chinois de « groupes déterritorialisés » (Skeldon, 1999 : 2), qui ne doivent ni allégeance à la Russie, ni à la RPC, mais opèrent dans un espace transnational, contribuant à une plus grande fragmentation du marché du travail russe et à une pluralisation de l’économie russe aussi bien sur le marché noir que dans des circuits plus légaux.

2Depuis le début des réformes politiques et économiques dans l'Union Soviétique, l’immigration chinoise vers la Russie a été de plus en plus remarquée et commentée par les médias comme par le grand public et a même causé de vives discussions au sein du gouvernement et à la Douma (Parlement russe). Des spéculations et prévisions annonceraient même que les Chinois seront bientôt la plus grande minorité ethnique en Russie, et ceci dès la première moitié du xxie siècle (Diatlov, 1997 : 314). Il est cependant important d'introduire l'histoire de ce phénomène qui est apparu en premier lieu vers la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle dans la Russie Impériale, lorsque le gouvernement russe a pris un certain nombre de mesures pour limiter l'immigration chinoise. En effet des données historiques peuvent être mises en parallèle pour prévoir la migration chinoise en fonction des décisions politiques et économiques prises à un niveau local et central.

Les Chinois dans l'Extrême-Orient Russe de la moitié du xixe siècle au début du xxe siècle

3Vers 1850, des immigrants chinois ont progressivement investi des provinces plus au Nord et ont ainsi atteint des régions annexées par la Russie en 1858-1860. La Province Maritime a été créée par le gouverneur général de Sibérie Orientale, le comte Nikolai Nikolaevich Murariev en 1856 et annexée par la Russie en accord avec le traité de Pékin quatre ans plus tard. Simultanément, la rive gauche du fleuve Amour est devenue partie intégrante de la Russie en 1858 en accord avec le traité d’Aigun. En 1884, cette nouvelle partie de la Sibérie Orientale nommée Priamurie (« le bassin de la rivière Amour ») a été transformée en Priamur, province administrée par un gouverneur général.

4Durant les deux décennies suivantes, environ 10 000 sujets de l'Empire du Milieu dans le bassin de Zeya et un millier de colons dans la Province Maritime étaient presque autonomes vis-à-vis des autorités russes et payaient leurs taxes aux officiels chinois. Vers 1880, de nouvelles vagues d'immigrants chinois se sont déplacées vers l'Extrême-Orient Russe (EOR) du fait de trois facteurs : tout d'abord, en raison de la famine en Mandchourie, la possibilité de pouvoir bénéficier de ressources abondantes en andouillers de cerf, gingembre et trépang (concombre de mer) a engendré une certaine attractivité économique ; deuxièmement, les marchands chinois, la plupart d'entre eux originaires de la province de Shandong, ont développé un grand réseau de petites entreprises dans les provinces Maritime et Amour ; troisièmement, le financement par le gouvernement russe de la construction des fortifications et entrepôts de Vladivostok, du réseau ferroviaire d'Ussuri et Amour, du port de Vladivostok et des mairies de toute la Sibérie Orientale a favorisé un afflux de main-d'œuvre non-qualifiée. De plus, les marchands chinois, dont la plupart étaient originaires de la province de Shandong, ont étendu leur pouvoir économique vers les provinces Amour et Maritime, où leurs entreprises sont devenues le centre de la communauté chinoise de l’EOR. Ils créèrent un réseau sur trois échelles pour amener les biens dans toute la région, incluant même les hameaux chinois cachés dans la Taïga. Les sièges de plus de trois cents compagnies étaient localisés dans les grandes villes au croisement des routes commerciales comme Khabarovsk, Vladivosotk et Nikolskoe. Deux cents marchands plus petits (appelés tsaidun en Russe, du chinois caidong, capitaliste) voyageaient sur les routes de la Province Maritime en échangeant des biens contre de « l'or souple » (i. e. des fourrures d'écureuil, de loutre, de martre, de blaireau, d'hermine, de renard arctique, et de zibeline). Finalement, plus de mille colporteurs voyageaient sur les routes entre la province Maritime Russe et la province chinoise de Shandong, apportant leurs produits pendant la saison chaude, lorsque la plupart des Chinois séjournaient dans la Taïga. Ce système de livraison et d'échange de biens était en contact avec certaines associations de commerce chinoises à l'étranger (huaqiao shanghui) (Shangnong kongbao, 1911 : 23-35).

Table 1. Les Chinois dans l’Extrême-Orient Russe, 1860-1897

Table 1. Les Chinois dans l’Extrême-Orient Russe, 1860-1897

Source : Arseniev, 1914 : 2 ; Nadarov, 1886 : 72, 107, 119.

5L'exploitation minière de filons aurifères était l'une des occupations majeures des Chinois en Russie. Dès les années 1860, le Gouverneur-Général Muraviev, ayant connaissance de l’arrivée de paysans russes vers les mines de la province Amour, favorise l'emploi de mineurs chinois pour l'extraction de l'or. Cinq ans plus tard, l'Empereur de Russie approuve l'ordonnance du 23 juillet 1865, qui reconnaissait les Chinois comme seul groupe ethnique – mis à part les Russes – à pouvoir être employé dans l'exploitation aurifère.

6La main-d'œuvre destinée au travail minier est restée dominée par la minorité chinoise jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale (Malozemoff, 1954 : 12), première période où elle a été embauchée sur contrat par les entreprises russes, non seulement dans l’EOR mais aussi dans la partie Occidentale de la Russie. En 1915, la baisse de la population a forcé le gouvernement central à permettre aux entreprises russes d'envoyer leurs agents pour recruter des ouvriers à Harbin dans la province chinoise de Heilongjiang aussi bien que dans les villes de Yantai, Ningbo et Quingdao de la province de Shandong, d'où la plupart des immigrants étaient venus auparavant. Le nombre d'ouvriers sous contrat pendant la Première Guerre mondiale est estimé entre 50 000 et 500 000 (A. G. Larin, 1995 et 2000).

7La révolution de 1917 a encouragé une diversification encore plus grande de la population chinoise en Russie. Certains des ouvriers non qualifiés sont entrés dans les divisions de guérilla de l’Armée Rouge. Deux décennies plus tard, en pleine terreur stalinienne des années 1930, les communautés chinoises ont été détruites, 11 000 Chinois arrêtés, et 8 000 déportés de force vers les parties occidentales de l’Union Soviétique (A. G. Larin, 2000 : 103). Vingt ans après la scission sino-soviétique, mis à part les Chinois naturalisés, quelques milliers de nouveaux Chinois sont entrés en Union Soviétique, et presque tous étaient des étudiants.

8Durant les années cinquante, le gouvernement soviétique n’a pas développé de politique concernant les résidents chinois, du moment que ceux qui avaient été employés sur des régimes de contrats de travail étaient retournés en Chine une fois le contrat terminé. Ceux qui restaient étaient soumis aux réglementations générales concernant la résidence et la naturalisation. Leur nombre était trop faible pour nécessiter une attention spécifique de la part des autorités jusqu’au rapprochement des deux États vers la fin des années quatre-vingt, où un grand afflux de Chinois a suivi les accords entre la Chine et l’URSS permettant la circulation sans visa entre les deux pays.

Présence et répartition des Chinois primo-arrivants en Russie dans les années 2000

9Toutes les régions de la Russie se sont soudainement rouvertes pour les immigrants chinois dans les années 1980, peu après le début des réformes dans la RPC qui se sont amorcées parallèlement à la promulgation de la Perestroïka en Union Soviétique. La différence de salaires entre les deux grands pays ainsi que les besoins de la restructuration de l’économie russe ont créé et soutenu un flux migratoire élevé de la RPC vers son voisin nordique.

10L’immigration chinoise vers l’Union Soviétique a commencé avec un certain nombre de traités gouvernementaux grâce auxquels une première catégorie de travailleurs chinois invités a pu entrer en Russie. À partir de 1986, on a observé un flux de 20 000 travailleurs chinois sous contrat par an. La province de Heilongjiang a envoyé plus de 12 000 travailleurs à elle seule en 1989 et 14 500 en 1992. Au total, plus de 70 000 Chinois sont entrés en Russie et ont été employés dans 154 usines et compagnies localisées pour la plupart sur la frontière sino-russe. Si la plupart de ces travailleurs chinois était originaires de régions agricoles, environ 7 000 d’entre eux l’étaient d’une région industrielle, Harbin (V. L. Larin, 2002).

11En 1992, La RPC et la Fédération Russe ont signé un accord pour l’emploi des citoyens chinois en Russie, qui a été doublé par le Traité du 16 décembre 1993 au niveau national et par l’ordonnance no 75 : « Régulation pour l’emploi de main d’œuvre étrangère dans les entreprises de la province Maritime de 1992 au niveau local » au niveau régional. La masse de travailleurs non qualifiés a augmenté dans les années 1990 lorsque l’économie russe a montré les premiers signes d’amélioration après la chute du système économique communiste, le nombre d’immigrants chinois heureux de travailler pour de très bas salaires s’est accru. De plus, le Transsibérien ainsi que d’autres modes de transport terrestres étant très économiques, les voies de communication se développant à grande vitesse ont raccourci les distances entre la RPC et la Russie, permettant à une immigration légale mais aussi clandestine d’éviter les prix prohibitifs des transports aériens. En 1992, environ 600 Chinois étaient embauchés dans les usines de la région Maritime. Pendant les quatre premiers mois de 1993, le Service d’Immigration Fédérale a délivré plus de 251 permis pour des entreprises russes, leur permettant de recruter plus de 15000 Chinois, dont 8500 dans l’Extrême-Orient, 4000 en Sibérie et 2500 dans l’Oural et les parties européennes de Russie (V. L. Larin, 1998 : 108-109) ; l’Extrême-Orient russe s’est montré leur destination favorite. Bien que le nombre de citoyens soviétiques d’origine chinoise n’ait pas augmenté, on a pu observer une certaine continuité entre ceux qui ont quitté la Russie dans les années 1950 et ceux qui sont rentrés au début des années 1990. La minorité chinoise naturalisée et résidente a fait lien entre cette vague d’immigration et les locaux pour établir leur réseau. L’émergence des premières joint-ventures, sociétés à capitaux mixtes formées par l’association de partenaires chinois et russes, ont démontré le renouveau des relations amicales entre la RPC et l’Union Soviétique. Ces premiers projets gouvernementaux et semi-gouvernementaux ont très vite été suivis par une immigration de commerçants faisant la navette entre les deux pays, un grand nombre d’entre eux arrivant avec le statut d’étudiant russe.

12Un questionnaire envoyé à quelques centaines de Chinois par un groupe de chercheurs dirigés par Vilya Gelbras (Gelbras, 1999 et 2000a) démontre qu’un grand nombre de businessmen ont été ces étudiants qui sont venus apprendre le russe ou la culture russe. Un grand nombre d’entre eux ont très vite abandonné l’Université pour créer leur propre commerce pendant que d’autres ont créé leur commerce en parallèle avec leurs études. Ils ont alors combiné une double intégration dans la société russe, via l’Université d’un côté, et par le biais de leur propre commerce de l’autre. La proportion d’immigrants chinois dans les grandes villes de Russie Occidentale telles que Moscou et Saint-Pétersbourg diffère grandement de celle que l’on peut rencontrer en Sibérie ou dans l’Extrême-Orient. Dans la partie occidentale de la Russie, les immigrants viennent de presque toutes les provinces chinoises, alors que la majorité absolue de ceux s’étant établi en Sibérie et dans l’Extrême-Orient viennent de trois provinces avoisinantes du Nord-Est de la Chine, et plus précisément Heilongjiang, Liaoning et Jilin (Gelbras, 2004 : 85-86) du fait des marchés du travail transfrontaliers.

13Depuis les années quatre-vingt-quinze, de plus petites villes dans la partie centrale de la Russie Occidentale telles que Nizhny, Novgorod, Voronezh et Tula ont aussi attiré des immigrants chinois. La migration chinoise en augmentation a favorisé la création de réseaux communautaires liant les Chinois immigrants avec les primo-arrivants et réduit les coûts sociaux de cette migration. Ces réseaux permettent aux nouveaux arrivants d’accéder à des moyens économiques de transport et à des logements peu chers et leur apportent une aide psychologique et émotionnelle pour leur intégration dans leur nouvel environnement.

14Aujourd’hui un grand nombre de ces immigrants sont invités à travailler en Russie par des publicités promettant de bonnes conditions de travail et un salaire élevé. Ils paient souvent des sommes importantes pour obtenir un travail. Au début des années quatre-vingt-dix, il était fréquent de voir des affiches en chinois faisant la promotion de loyers peu chers dans des cités universitaires ou des appartements dans les grandes villes telles que Moscou ou Saint-Pétersbourg. Dans ces logements, les immigrants rencontraient d’autres Chinois qui leur donnaient du travail et les moyens de créer leur propre entreprise en attendant qu’ils puissent partir en Amérique du Nord ou en Europe. Il n’y a pas eu de quartiers chinois ou de lieu de concentration de Chinois dans les villes russes comme dans les villes d’Europe de l’Ouest ; les hôtels chinois sont répartis dans les villes, un grand nombre dans la partie Nord-Est de Moscou.

15Gelbras (1999 et 2000a) montre que la plupart des Chinois vivent dans des hôtels (tenus aussi bien par des Chinois que des Russes) ou dans des cités universitaires. Ces lieux sont devenus une source de conflit avec la population locale : 14 % des Chinois interrogés disent vivre dans des foyers ou des hôtels russes, 35 % disent vivre dans des foyers ou hôtels chinois, 7 % à l’office de compagnies chinoises, 15 % dans des appartements loués et 5 % dans leur propre appartement (Gelbras, 1999). Les Chinois étant majoritairement les clients de certains foyers ou lieux de vie, un réseau d’entraide dans un environnement chinois est accessible pour les nouveaux venus. Ainsi les Chinois donnent à ces foyers des noms chinois. Par exemple : les résidents appellent les Ostankino des Dunfan qu’on peut traduire par « un endroit pour rester », les hôtels Molodezhnaya par Ilin, les Orlenok par Olun, Sevastopol par Oia [Eurasia] (Kol’chik, 2001). Si l’on compare avec les pays occidentaux qui acceptent un grand nombre de demandeurs d’asile, incluant les Chinois, Moscou joue un rôle de ville de transit, où il est bien plus facile pour un immigrant chinois de demander des visas pour des pays riches.

16Très peu de Chinois demandent l’asile en Russie. La plupart d’entre eux entrent avec un visa touristique et restent après l’expiration de celui-ci ou travaillent malgré les restrictions liées à ce visa. Nombre d’entre eux s’établissent à Moscou ou dans d’autres grandes villes grâce à de fausses invitations. Des agences illégales délivrent ces invitations en utilisant les noms et adresses de citoyens moscovites qui figurent dans des bases de données piratées. Il est bien entendu que ces personnes “garantes” ne savent rien de “leur” intention d’inviter des citoyens de la RPC à vivre dans leur appartement. Ce type d’invitation contrefaite coûte seulement 50 $ et il est devenu fréquent qu’une douzaine de Chinois soient enregistrés dans un petit appartement des HLM de l’arrondissement Preobrazhensky de Moscou (Metelitsa, 2003). Cette activité illégale hautement lucrative a été très difficile à recenser et à contrôler pour la police russe. Les quartiers généraux de la police russe ont essayé d’impliquer d’autres services officiels pour ralentir ces pratiques illégales, mais le besoin d’un plus grand contrôle a été depuis pointé par les médias russes.

17L’évaluation du nombre des migrants chinois en Russie est très approximative et fluctue entre 200 000 et 450 000 (Gelbras, 2004 : 31). Les marchés du travail sont très attractifs pour les candidats chinois à l’émigration, plus particulièrement dans les grandes villes russes. Moscou, comme d’autres villes de l’Extrême-Orient, où le nombre des résidents chinois peut être estimé entre 40 000 (estimation des immigrants) et 250 000 (Kol’chik, 2001 ; Alexandrov, 2002), attire un très grand nombre de migrants. En même temps, il reste difficile d’estimer le nombre de Chinois dans les villes frontalières comme Blagoveshchensk, où leur nombre change quotidiennement de par la proximité de leur contrée d’origine.

Table 2. Immigrants chinois en Russie, 2002

Ville/Année

2002

Moscou

40 000-100 000

Saint Petersbourg

1 000-3 000

Régions de Primorie et Khabarovsky

20 000-35 000

Autres

139 000-312 000

Total

200 000-450 000

Sources : Gelbras, 2004 : 31 ; Otsu, 2005 : 193.

18Le système d’enregistrement des passeports (propiska), l’un des vestiges de l’économie de l’ère soviétique, est une institution qui affecte grandement la mobilité des Chinois en Russie. L’enregistrement des passeports est particulièrement strict à Moscou, où la mairie essaie de limiter l’entrée des immigrants venant d’autres régions de Russie, du Marché Commun des États Indépendants ou autres régions. Seuls ceux ayant obtenu un travail à Moscou peuvent être enregistrés ; toutefois il est difficile de trouver un travail sans être enregistré. Il est presque impossible de contourner ce système, et c’est pourquoi un grand nombre d’entre eux essaie d’abord de résider sur place sans enregistrement ou paie des cartes d’enregistrement falsifiées. Les officiers de la Milice du District (Police) continuent de contrôler les enregistrements. Ainsi la résidence en ville et l’accès au travail reste sous le contrôle de l’État. Cette politique migratoire empêche les Chinois de résider dans des foyers ou des dortoirs bondés.

Marchés du travail dans la fédération russe et économie chinoise

19Les migrants chinois ont montré une grande capacité de mobilité et d’intégration dans des emplois divers, contribuant à la reconfiguration et à la fragmentation des marchés de la main-d’œuvre locale. En Sibérie Orientale en particulier, les commerces et les structures socio-économiques témoignent de leur présence sur des marchés différenciés. La majorité des migrants chinois s’est engagée dans le commerce à petite échelle et dans divers travaux non qualifiés dans la Sibérie Orientale et l’Extrême-Orient, alors que dans les grandes villes de Russie Occidentale ces migrants se retrouvent pour la plupart dans le commerce et la restauration, domaines où ils ont établi des niches ethniques. En gros, un quart des Chinois en Russie Orientale, Russie Occidentale et Extrême-Orient ne sont pas des employés et ont créé leur propre emploi (Gelbras, 2004 : 110).

Marchés chinois et économie informelle

20Le faible pouvoir d’achat pousse les Russes à acheter des biens de consommation chinois à bas prix et les marchés chinois ont fleuri dans les villes importantes, très vite suivis de fast-food chinois à bon marché et autres entreprises qui auparavant, au xixe siècle, ravitaillaient les communautés chinoises. Les entreprises chinoises apportaient aux immigrés chinois nourriture, livres, journaux et autres biens en provenance de Chine. Les modestes colporteurs chinois ont très vite investi les marchés à croissance rapide qui se sont ouverts après l’éclatement du système économique soviétique en apportant à Moscou, Saint-Pétersbourg, Vladivostok, Khabarovsk, Blagoveshchensk et dans d’autres petites villes des milliers de vestes, manteaux, chaussures de sport, et bien d’autres produits recherchés par les clients russes. Ces compagnies évitent en général de déclarer leurs marchandises aux autorités. Elles utilisent des containers de 6 mètres pour stocker leurs marchandises mais aussi comme magasins et offices. Des papiers falsifiés de contrat de location pour les offices coûtent en général jusqu’à 400-450 dollars US (A. G. Larin, 2003 : 160) ; la grande majorité de ces petits commerçants travaillent donc en dehors du système économique russe formel.

21Les biens de consommation chinois, très bon marché, sont devenus les produits de base pour une majorité des habitants de l’Extrême-Orient russe depuis les années 1990. Les Chinois se sont installés sur des marchés de plein air à dominante chinoise ou sur des emplacements réservés aux marchés des grandes villes où ils peuvent écouler leurs stocks. Un nombre très significatif de Moscovites, dont le budget ne leur permet pas d’acheter dans les grands supermarchés, achète les biens et vêtements sur ces marchés de plein air où une certaine présence chinoise apparaît dès lors indispensable. Le plus gros marché chinois à Moscou reste celui de Izmailovo ; ici, Chinois, Coréens, Vietnamiens, Turcs et Hindous vendent leurs marchandises.

22Dans les régions frontalières comme Blagoveshchensk, les Chinois livrent eux-mêmes leurs produits à d’autres Chinois qui les vendront sur les marchés des grandes villes russes. Ils sont appelés briques dans un patois sino-russe local. Pour chaque lot de 60 à 65 kg de produits livré, ils reçoivent entre 30-40 dollars US selon les taux de change. Quelquefois, ces « briques » emploient des équipes de six ou sept russes appelés lampadaires, qui vont livrer les biens et recevoir entre 210 à 270 dollars US par livraison et par équipe (Novikova et Ruban, 2001). Ceci est un exemple de l’économie informelle qui caractérise les économies de transition comme celles de Russie et de Chine.

23L’idée de bâtir un grand centre commercial chinois à Saint-Pétersbourg, discutée dès le milieu des années 1990, est de nouveau réapparue lorsque un nombre important de grandes entreprises chinoises ont proposé d’investir plus d’un milliard de dollars en développant 200 hectares dans l’arrondissement Krasnosel’skii de Saint-Pétersbourg, sur les bords du Golfe de Finlande. La décision finale n’a pas encore été prise mais a été amplement débattue par voie de presse, les habitants de la région ayant peur de voir ce projet transformer ce quartier de parcs publics en chinatown, ou quartier Chinois. L’exemple de ces marchés de plein air montre que ces groupes déterritorialisés non soumis aux lois du pays d’accueil vivent en dehors du système économique russe. Toutefois, leurs activités économiques dans les secteurs formels et informels se chevauchent et leur structure informelle apparaît comme un produit de l’économie formelle. De plus l’existence de ce secteur informel apparaît essentielle pour le fonctionnement du secteur organisé, contribuant à la reconfiguration des marchés du travail à Blagoveshchensk et dans d’autres villes russes.

La restauration chinoise à Saint-Pétersbourg

24La part des entreprises chinoises a aussi augmenté dans la restauration et autres services dans les deux plus grandes villes de Russie : Moscou et Saint-Pétersbourg. Je vais ici m’attarder brièvement sur la restauration chinoise à Saint-Petersbourg, un sujet le plus souvent négligé par les chercheurs travaillant sur l’immigration en Russie.

25Les premiers restaurants fondés par des investissements mixtes chinois et russes – ils y en avait huit à Saint-Pétersbourg en 1992 – étaient considérés comme exotiques à leur apparition. Toutefois ces restaurants avec leurs lanternes rouges et leurs décorations colorées sont devenus ordinaires dix ans plus tard et, en 2003, une association de restaurants chinois était fondée. Le vice-maire de la ville a participé aux fêtes d’inauguration de cette association, à qui il a donné un statut officiel reconnu. Cette association regroupe cinq chaînes de restaurants. La plupart des propriétaires viennent du Nord ou du Nord-Est de la Chine, Harbin ou Beijing ; mais 25 propriétaires de petits restaurants chinois ne sont pas affiliés et essaient de survivre par eux-mêmes sur ce marché devenu compétitif.

26Les restaurants chinois comme beaucoup de petites entreprises russes embauchent massivement, mais pas uniquement, des travailleurs payés à de bas salaires. La plupart des chefs et des employés sont des Chinois qui sont venus à Saint-Pétersbourg grâce à des réseaux familiaux ou de solidarité, pour faire des études ou chercher un emploi. Certains d’entre eux ont été contactés par des compagnies de courtage qui leur ont vendu de vraies ou de fausses lettres d’invitation. Une différence de statut très marquée apparaît entre les entrepreneurs éduqués parlant le russe et ceux qui ne le parlent pas. Il est courant que, dans un restaurant chinois, un grand nombre d’employés, le plus souvent les chefs et leurs assistants, ne sachent parler russe, alors que le propriétaire est un Chinois parlant couramment russe et qui aura même souvent recours à un gérant russe. Les serveurs sont souvent des russes (provenant la plupart du temps de la partie asiatique de l’ex-empire soviétique) dont les salaires sont plus bas que ceux des Chinois, mais souvent plus élevés que dans les entreprises d’État russes, ce qui explique pourquoi les serveurs ne sont pas chinois comme dans la plupart des pays de l’Union Européenne.

27Le nombre des employés dans un restaurant peut ne pas dépasser trois ou quatre, mais parfois atteindre dix. Le fait de ne pas parler russe affecte leur avancement et les rend presque entièrement dépendants de leurs compatriotes russophones. Certains de ces interprètes sont de faux étudiants et parlent de manière plus ou moins courante le russe. Le niveau de formation est très variable parmi les travailleurs engagés dans la restauration, mais les travailleurs peu qualifiés des restaurants chinois se trouvent protégés par leur employeur de la compétition inter-ethnique et de tout type de discrimination.

Les Chinois dans le BTP et l’industrie forestière dans la Région Amour

28Invités en Russie suite à l’importante demande de travailleurs non qualifiés, 90 % des immigrants chinois sont répertoriés dans le secteur agricole (la plupart fermiers) et le BTP, le plus souvent dans l’Extrême-Orient russe. Ainsi, 70 % des Chinois de Priamurie sont engagés dans ces secteurs pendant la période de juin à octobre 1994 (V. L. Larin, 2002). Six ans plus tard, en 2000 et 2001, plus de 70 000 Chinois sont employés dans le BTP et l’agriculture dans cette région (A. G. Larin, 2003 : 165).

29Un grand nombre de ces travailleurs chinois ont été initialement employés dans le secteur agricole à cause de l’incapacité des coopératives agricoles russes (les kolkhozes) et des fermiers à attirer un nombre suffisant de travailleurs russes. Les Chinois sont de plus apparus comme plus professionnels et disciplinés. Certains fermiers russes ont alors loué des terres aux Chinois. Habitués aux conditions climatiques de Priamurie, ils ont utilisé certaines techniques agricoles plus efficacement que certains fermiers russes. Selon Viktor Larin, l’utilisation de main-d’œuvre chinoise a légèrement diminué vers la fin des années 1990, car il est alors apparu plus économique de faire pousser des légumes sur le versant chinois de la frontière pour ensuite les importer en Russie (V. L. Larin, 2002).

30Depuis 1990, le bois russe a été de plus en plus exporté vers la Chine, et les immigrants chinois ont joué un rôle crucial dans les coupes et dans les ventes. Les acheteurs chinois passent en général la frontière avec des visas touristiques et de grosses quantités de devises américaines qu’ils utiliseront pour leurs achats de bois. Un mètre cube de bois est en général acheté par des Chinois à un prix ne dépassant pas les 40 $ alors qu’il est vendu plus de 500 $ en Chine. Les acheteurs chinois achètent ce bois non pas à des compagnies russes mais à des individus qui scient ces arbres illégalement. Ces individus ne coupent que les premiers quatre à six mètres des troncs et laissent dans la forêt le reste, ce qui détruit l’écosystème (Krashakov, 2004). Pas besoin de souligner le fait que les dommages causés à l’économie et à la nature russes sont importants.

31Ces pratiques illégales sont un bon exemple de ces liens informels qui affectent l’économie russe et les relations économiques sino-russes de manière très négative. Un grand nombre de travailleurs chinois légaux ou clandestins travaillant dans la région Amour qui borde la Chine sont employés par des entreprises de construction. Il existe un besoin de main-d’œuvre dans ce domaine car les bas salaires et les dures conditions de travail découragent les ouvriers russes, alors que les Chinois récemment arrivés les acceptent. Ainsi, dans les années 2000, il y avait une certaine compétition entre les deux compagnies majeures de Blagoveshchensk : l’une d’entre elles n’employait que des employés russes, alors que sa concurrente utilisait principalement une main d’œuvre chinoise. La seconde a été finalement fermée et la plupart des ouvriers chinois expulsés du secteur BTP de la ville. Ces Chinois se sont déplacés vers d’autres chantiers d’Extrême-Orient où ils purent aisément trouver un emploi.

32L’intégration des immigrants chinois dans les secteurs de l’économie russe précédemment étudiés montre que les travailleurs chinois ont un plus haut degré d’employabilité et de sécurité de l’emploi dans les secteurs liés à l’économie ethnique définie par des relations co-ethniques, alors que l’accès à un emploi dans le secteur salarié est soumis à la compétition.

Associations ethniques chinoises et médias

33Les Chinois dans les villes russes comptent plus sur leurs propres réseaux sociaux que sur toute aide institutionnelle. Ils ont vite réussi à mettre en place leurs propres organisations pour promouvoir leurs intérêts sociaux et économiques. Les organisations commerciales chinoises sont regroupées dans l’Union des Entrepreneurs Chinois, établie à Saint-Pétersbourg en 1999, organisation qui fédère les activités de plus de vingt compagnies de commerce. Elle prétend être représentative de la communauté chinoise de plus de 2 500 personnes de la seconde ville russe (Delovoi Peterburg, 2000), bien qu’elle soit loin d’être l’agent de l’unification de cette communauté très diversifiée. Les médias ethniques chinois et leurs moyens de communication se sont développés très rapidement entre 1999 et 2003, période qui a vu le nombre d’immigrants chinois fortement augmenter à Saint-Pétersbourg. À Moscou, quatre journaux de langue chinoise, deux entreprises d’informatique et une de téléphones portables entièrement en chinois sont accessibles à la communauté. Ces organisations commerciales et ces médias spécifiques renforcent les réseaux formels et informels contribuant à la micro-mobilisation de ces communautés d’immigrants nouvellement arrivés.

Politiques du gouvernement russe et réactions de la population envers les immigrants chinois

34Le fort accroissement de l’immigration dans l’ex-Union Soviétique après sa dissolution en 1991 a pris de court le gouvernement et la population. Se concentrant sur les réfugiés venus de zones de conflits ethniques, le nouveau Service Fédéral d’Immigration a eu de grandes difficultés à réguler les flux de migrations de l’étranger et à contrôler le statut des résidents en fin de visa touristique. Vers le début des années 1990, les autorités locales, les douaniers et le Service Fédéral d’Immigration se focalisaient sur le flux incontrôlable de Chinois utilisant le droit de libre circulation consécutif au traité de 1992, et ont demandé de nouvelles réglementations sur les activités transfrontalières chinoises. L’ordonnance présidentielle no 2145 du 16 février 1993 et une décision du gouvernement de septembre 1994 ont renforcé les contrôles à la frontière et rétabli le besoin de visa pour toutes les catégories professionnelles et pour tous les Chinois à l’exception des groupes guidés de touristes (Otsu, 2000 : 75). Des campagnes d’arrestations lancées par le Service Fédéral d’Immigration et la Police ont dès lors conduit à arrêter et expulser la plupart des résidents illégaux venus avec un visa touristique (L. Larin, 1998 : 112-115).

35Simultanément, comme le contrôle sur les frontières, l’immigration et le commerce extérieur s’est graduellement déplacé de l’État aux autorités locales, celles-ci ont rapidement imposé des réglementations additionnelles pour endiguer les activités commerciales des Chinois. Ainsi, le gouverneur de la région de Khabarovsk a imposé en mars 1994 une taxe de 10 % du salaire minimum sur leur salaire journalier et a publié un décret stipulant que tous les étrangers doivent être recensés dans une banque de donnée aux postes de douane pour recevoir une carte d’identification visiteurs (Pravilla, 1999). Toutefois, ces réglementations ont souvent été peu efficaces car peu suivies par les organes exécutifs.

36Il est évident que l’exécutif, le Service Fédéral d’Immigration et autres sous-services vont continuer à combattre de nombreuses activités illégales causées par l’immigration galopante chinoise. Toutefois beaucoup de ces problèmes peuvent être endigués par une amélioration des contrôles et en développant de nouvelles lois régulant la présence des résidents étrangers en Russie. Ainsi un grand nombre d’aéroports et de douanes manquent d’équipements qui leurs permettraient de vérifier les documents d’identification et d’enregistrer un nouveau visiteur dans une banque de données unique (Gordon, 2000). Ce manque de banque de données, unique à l’échelle du pays, ne permet pas de quantifier le nombre de visiteurs, d’illégaux restés après un premier visa touristique, puisqu’un grand nombre de visiteurs partent d’un point de contrôle différent de celui par lequel ils sont entrés, ce qui les ajoute automatiquement à la liste des illégaux.

37L’attitude de la population envers les Chinois a peu à peu changé durant la dernière décennie, depuis que leur forte apparition sur les marchés a incité aux premières discussions publiques. Comme il y a 150 ans, les premiers commerçants chinois ont été plutôt bien accueillis si on les compare aux entrepreneurs non russes, en particulier ceux des ex-républiques du Caucase (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie) de l’Union Soviétique qui ont été l’objet d’une hostilité constante depuis la période soviétique. Toutefois la présence grandissante des Chinois dans les entreprises locales de certaines régions de la Russie s’est peu à peu accompagnée d’une xénophobie anti-chinoise dans la population, bien qu’une hausse forte de ces sentiments n’ait pas été encore observée. Un grand nombre de Russes sont maintenant habitués à la présence des colporteurs et commerçants chinois et leur attitude varie fortement en fonction des individus mais aussi en fonction de la région. Si les Chinois produisent des tensions dans les régions frontalières, les habitants des grandes villes de Russie Occidentale ne sont pas encore touchés par ce phénomène. Les Chinois habitant Moscou se plaignent rarement de discrimination ou d’hostilité de la part des Moscovites. La seule exception vient de groupuscules d’extrême-droite, tels que les skinheads qui vont attaquer tout asiatique, quelle que soit sa situation, y compris des chercheurs venus de RPC.

38Vladivostok, Irkutsk et Blagoveshchensk, en tant que plaques tournantes du commerce transfrontalier et escales vers les grandes villes de Russie Occidentale et d’Europe de l’Est, ont pu voir naître de fortes tensions interethniques entre la population locale et les commerçants et résidents chinois. Ainsi, seuls 31 % de la population ayant répondu à l’enquête menée en 1998-1999 a, à ce propos, exprimé des sentiments négatifs envers les immigrants chinois, contre 34,5 % à Khabarovsk et 42,8 % à Vladivostok (A. G. Larin, 2003 : 162). Des incidents qui ont impliqué des citoyens de la RPC à Irkutsk vers le début des années 1990 ont eu pour conséquence d’établir des barrières autour d’un marché chinois nommé Shanghai et d’y établir un poste de police (Diatlov, 1999a : 123).

39Blagoveshchensk est peut-être la ville où le sentiment antichinois s’est révélé le plus clairement. Étant un point de passage majeur et un endroit privilégié par les marchands chinois, de grandes tensions sont apparues entre les locaux et les visiteurs en provenance de l’autre rive du fleuve Amour. Les habitants considèrent que les Chinois leur prennent leur travail et une majorité d’entre eux leur reproche de vendre à bas prix des articles de basse qualité, ce qui détruit le tissu industriel local. Beaucoup de Russes disent aussi que la plupart des commerces tenus par ces Chinois ne sont pas soumis aux mêmes taxes ou contrôles légaux et ont donc un avantage clair sur la concurrence russe. Toutefois, comme l’attestent les études examinant la place des Chinois sur le marché du travail russe (L. Larin, 1998 ; Diatlov, 1999a) les Chinois n’apparaissent pas en compétition avec les autres groupes ethniques, et leur présence sur les marchés répond à des besoins réels. De plus, ils créent de nouveaux emplois pour les locaux et sont des clients importants des banques locales et autres services, surtout dans des villes comme Irkutsk (Diatlov, 1999a : 125-127). Les attitudes isolationnistes des Chinois sont encouragées par les locaux, qui ne rentrent que très peu en contact avec eux, même en tant que voisins ou collègues. La population regarde souvent ces Chinois avec peur et suspicion, mais sans trace d’hostilité ou de tension sociales qui pourraient déclencher un conflit entre les Chinois et les locaux d’origine russe.

Production de sens commun sur la « sinoïsation » de l’économie russe

40La présence d’immigrants chinois dans certaines industries et leurs aller retour entre les deux systèmes politiques et économiques ont provoqué un débat sur les atteintes au sentiment de sécurité provoquées par la « sinoïsation » de l’économie russe dans l’Extrême-Orient. Les notions de « pénétration pacifique » de la communauté chinoise ou « d’immigration massive et puissante » sont utilisées par des chercheurs russes ou des officiels, qui expriment une forte anxiété. Aujourd’hui, des estimations peu fiables du nombre de Chinois sont fréquemment utilisées par des politiciens issus de toutes les tendances de l’échiquier politique russe. Certains officiels et chercheurs ont même clamé que cette migration était un « challenge pour la sécurité nationale russe » (Diatlov, 1999a : 118-120). Des livres ou articles aux titres évocateurs de « Péril Jaune » ou « Réalité chinoise de la Russie » paraissent les uns après les autres. Toutefois, selon les assertions de certains érudits russes, l’immigration chinoise pourrait, dans un futur proche, augmenter encore et affecter le tissu socio-économique de l’Extrême-Orient russe et d’autres parties de la Russie. Si l’on en croit ces prévisions, la croissance de la population chinoise sur le versant chinois de la frontière sino-russe, d’une part, et, d’autre part, la diminution de la population russe de cette région risquent de transformer la question chinoise en problème politique et de nourrir des craintes sur le maintien de la domination russe sur la Sibérie Orientale et l’Extrême-Orient russe, voire même sur la perte de ces régions au profit de la RPC.

41Toutefois, un nombre croissant de journalistes et d’érudits russes a récemment révisé sa position sur la place des travailleurs chinois sur le marché du travail russe, avec une prise de conscience de leur importance pour l’économie du pays. Bien qu’il n’y ait pas de consensus politique qui définirait la Russie comme un « pays d’immigration », un nombre croissant de publications montre que la main-d’œuvre étrangère, y compris les Chinois, contribue largement au développement économique de la Sibérie Orientale et de l’Extrême-orient russe. Certains articles de différents journaux mettent l’accent sur la compétition internationale pour cette main d’œuvre chinoise sur le marché du travail mondial, notamment avec les pays européens. Ainsi Sergei Karaganov, éditeur en chef du journal Russie et Politique Internationale a intitulé son article, dans Rossiiskaia Gazeta, « La compétition pour l’immigrant », où il insiste sur la nécessité de changer de façon urgente la politique d’immigration russe et de chercher des travailleurs pour l’économie russe au plus vite (Karaganov, 2005). Le journal populaire Nezavisimaya Gazeta a aussi publié un article intitulé « Les Chinois vont sauver la Russie » qui montre que les immigrants chinois permettent un accroissement de la main-d’œuvre en Russie de 10 à 20 % (Obukhova, 2003). Comme quelques journalistes russes et érudits le montrent, la « question d’importance stratégique n’est pas d’endiguer l’immigration chinoise mais de l’organiser » (Mukomel’, 2004). Apparemment, les contacts mutuels ont mené à un état de coexistence pacifique plutôt qu’à un état de conflit. Les études sur l’immigration chinoise en Russie sont unanimes dans leurs conclusions pour affirmer que des Chinatowns isolées seraient néfastes aux communautés urbaines russes.

42Le terme de diaspora est souvent utilisé pour décrire les communautés chinoises en Russie. Toutefois l’usage actuel de diaspora par les érudits russes apparaît comme une légère exagération. Les communautés chinoises de Russie n’ont jamais existé en grand nombre et les membres de ces communautés ne sont les plus souvent pas naturalisés russes. De plus ils n’ont jamais eu l’intention de lutter pour l’égalité légale et réelle vis-à-vis des communautés ethniques. Les assertions sur la « pénétration silencieuse » (Diatlov, 1999a : 118) ou sur « l’asianisation » de l’Extrême-orient russe (Hyer, 1996 : 306-308) peuvent difficilement se comprendre sans l’apparition d’importantes communautés avec un noyau de résidents permanents. Toutefois moins de 20 % des Chinois ont l’intention de s’établir en Russie (A. G. Larin, 2003 : 164) ; les pratiques légales et l’absence de bénéfices découragent leur naturalisation en Russie. Ils ont toujours été rassemblés en communautés hautement mobiles de migrants temporaires, qui augmentent en fonction de l’économie locale, mais tous restent attachés à leur région d’origine. Les Chinois en Russie apparaissent ainsi comme des figures de mobilité professionnelle entre la Russie et la Chine, peu contraintes par un contrôle étatique minimum.

Conclusion

43La RPC demeure en tête de liste des pays exportant de la main-d’œuvre en Russie, si l’on excepte les membres du Marché Commun des États Indépendants. Les immigrants chinois apparaissent comme une main-d’œuvre rare et disponible, faisant circuler des biens à bas prix sur les marchés russes en favorisant le développement de l’Extrême-Orient russe. Par ailleurs, aussi longtemps que les prix du pétrole brut resteront élevés, la production de pétrole russe continuera à augmenter et les ressources accumulées serviront de catalyseur dans le développement de diverses industries de service ; les Chinois continueront alors d’occuper des enclaves ethniques, comme la restauration pour les clients russes.

44Même aujourd’hui, certains entrepreneurs chinois ont l’intention d’agrandir leur commerce vers le marché russe (A. G. Larin, 2003 : 164). Les immigrants chinois ont un rôle indiscutable dans le développement de l’économie russe. La main d’œuvre chinoise n’est plus confinée dans certaines niches mais apparaît de plus en plus dans différents secteurs de l’économie. Le travail de cette main-d’œuvre est caractérisée par de nouvelles formes de travail et d’emploi telles que la pluriactivité, la diversification de la production, ou une combinaison de travail salarié et d’entreprenariat.

45Actuellement, comme le nombre des immigrants chinois est encore relativement faible comparé à l’ensemble de la population, et comme les activités des Chinois sont plus ou moins sous le contrôle de l’État russe, leur rôle est restreint à certains segments limités de l’économie russe. Ces communautés fermées peuvent difficilement changer la composition ethnique de la Russie d’une manière significative. Mais cela pourrait changer vers 2050 si les mouvements migratoires chinois n’évoluent pas, notamment à cause du vieillissement de la population en Chine. Il y a de bonnes raisons de croire que les flux d’immigration s’accroîtront en même temps que la population russe déclinera. Petr Baklanov, Directeur de la division chinoise de l’Académie des Sciences russe, Institut de Géographie Pacifique, a estimé que cinq millions serait une « limite critique » : les immigrants chinois deviendraient alors une menace pour l’intégrité territoriale de l’Extrême-Orient russe (A. G. Larin, 2003 : 170). Toutefois, nous pouvons assurer qu’en raison de la croissance économique extrêmement rapide de la Chine ainsi que du vieillissement de sa population, le nombre total d’immigrants chinois n’atteindra jamais ce nombre. Sans compter que la plupart des travailleurs chinois sont temporaires, le nombre de résidents permanents naturalisés ne devant sans doute pas connaître de hausse significative dans le futur proche.

46Le gouvernement russe n’a pas encore pris de décision concernant le recours à de nouveaux immigrants. Il y a évidemment besoin de consensus des élites politiques et des milieux d’affaires sur cette importante question et sur la création d’une agence gouvernementale capable de rassembler des données statistiques fiables sur les résidents chinois en Russie. Le statut des résidents chinois et leur emploi doivent être organisés de manière planifiée par la législation russe.

47L’immigration chinoise en Russie doit également être réinscrite dans la chaîne de la migration internationale des Chinois, où elle joue un rôle important comme tremplin vers les pays occidentaux. L’évolution de la place des Chinois dépendra des politiques migratoires du gouvernement russe, et plus spécialement de ses efforts pour les élaborer en prenant en compte les valeurs occidentales.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Admidin, Andrei, Devaeva, Elena (1999), Economic Cooperation between the Russian Far East and Northeast Asia, Far Eastern Affairs, no. 1, pp. 29-38.

Arseniev, Vladimir K. (1914), Kitaitsy v Ussuriiskom krae [Les Chinois dans la région d’Ussurie], Khabarovsk.

Dan’shina, Larissa (2000), ‘Vkhod tol’ko dlia Russkikh’ [Russes Seulement], Ogonek, 25 September 2000, no. 35, pp. 14-17.

Delovoi Peterburg (2000), ‘Peterburgskie kitaitsy pokloniaiutsia bogu torgovli’ [Les Chinois à Saint-Pétersbourg prient à l’autel du commerce], Delovoi Peterburg, 10 March 2000.

Diatchenko, B. (1996), Zheltaia opasnost’ [Le péril jaune], Vladivostok.

Diatlov, Viktor I. (1996), ‘Sindrom “zheltoi opasnosti” v dorevoliutsionnoi i sovremennoi Rossii’ [Le syndrome du péril jaune dans la Russie pré-révolutionnaire], in Vostok i Rossiia : vzgliad iz Sibiri [L’Est et la Russie vue de Sibérie], Irkutsk : Izdatel’stvo Irkutskogo Universiteta, pp. 334-337.

Diatlov, Viktor I. (1997), ‘Sovremennaia kitaiskaia diaspora v Rossii i sindrom “zheltoi opasnosti”’ [La diaspora chinoise contemporaine et le peril jaune], in Russia and East : Traditional culture, ethnocultural and ethno-social Processes, Papers of the 6 th International Scientific Conference “Les problèmes d’interaction entre l’Est et la Russie”, Omsk, pp. 313-317.

Diatlov, Viktor I. (1999a), Novaia kitaiskaia diaspora v Sibiri kak vyzov natsional’noi bezopasnosti Rossii [Une nouvelle diaspora en Russie, un challenge à la sécurité nationale russe], Vostok [The Orient], no. 1, pp. 118-129.

Diatlov, Viktor I. (1999b), ‘Kitaitsy v Sibiri : otnoshenie obshchestva i politika vlastei’ [Les Chinois en sibérie, attitudes publiques et politiques officielles], in Vitkovskaya and Trenin 1999b, pp. 85-94.

Diatlov, Viktor I. (2000), ‘Migratsiia kitaitsev i diskussiia o “zheltoi opasnosti” v dorevoliutsionnoi Rossii’ [La migration chinoise et discussions sur le péril jaune dans la Russie pré-révolutionnaire], Acta Eurasica, no. 1, pp. 63-89.

Gelbras Vilya G. (1999), Kitaiskoe zemliachestvo v Moskve [La communauté chinoise à Moscou], Azia i Afrika segodnia [L’Asie et l’Afrique d’aujourd’hui], no. 11.

Gelbras Vilya G. (2000a), Kitaiskoe zemliachestvo v Moskve [Communauté chinoise à Moscou]. Azia i Afrika segodnia [L’Asie et l’Afrique d’aujourd’hui], no. 1.

Gelbras, Vilya G. (2000b), ‘Kitaiskaia migratsiia i problemy rossiiskoi bezopasnosti’ [L’immigration chinoise et les problèmes de sécurité nationale en Russie], in Migratsiia i bezopasnost’v Rossii [Immigration et sécurité en Russie], Moscow : Moscow Carnegie Center and Interdialekt.

Gelbras, Vilya G. (2004), Rossia v usloviiakh global’noi kitaiskoi migratsii [La Russie et la migration chinoise à l’échelle globale], Moscow : Muravei.

Gordon, Boris (2000), ‘Dorogaia deshevaia granitsa’ [Cette frontière chère mais économique], Ogonek, no. 19 (46), 19 May 2000, pp. 28-29.

Grave Vladimir V. (1912), "Kitaitsy, koreitsy i iapontsy v Priamr’e : Trudy komandirovannoi po vysochaishemu poveleniiu Amurskoi ekspeditsii" [Chinois ; Coréens et Japonais dans la région d’Amour. Rapport de l’expédition envoyé sur ordre impérial à la région Amour], vol. 11, St. Petersburg : V. F. Kirshbaum.

Hyer, Eric (1996), ‘Dreams and Nightmares : Chinese Trade and Immigration in the Russian Far East’, The Journal of East Asian Affairs, Summer/Fall, vol. 10, no. 2, pp. 289-308.

Karaganov, Sergei (2005), ‘Bitva za immigrantov’ [Le combat aux immigrants], Rossiskaya Gazeta, 17.03.2005.

Kol’chik, Svetlana (2001), ‘Moskovskie kitaitsy’ [Les Chinois de Moscou], Argumenty i Fakty [Arguments et Faits], no. 9 (399), 28 Feb. 2001.

Krashakov, Alexei (2004), ‘Kitaiskie dokhody ot russkogo lesa’ [Revenus chinois pour le bois russe], Argumenty i Fakty [Arguments et faits], no. 7 (1216), 18 Feb. 2004.

Larin A. G. (1995), Chinese Immigration in Russia, 1850s-1920s. Zhongyang Yanjiuyuan, Jindaishi Yanjiusuo jikan [Bulletin des études historiques modernes ; Académie Sinica], vol. 24, no. 2, pp. 843-892.

Larin A. G. (1998), ‘Chinese in Russia : An Historical Perspective’, in Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe, Basingstoke and New York : Macmillan Press and St. Martin’s Press, 1998, pp. 282-300.

Larin A. G. (2000), Kitaitsy v Rossii [Les Chinois en Russie], Moscow : Russian Academy of Science Institute of the Far East.

Larin A. G. (2003), Kitaitsy v Rossii : vchera i segodnia : istoricheskii ocherk [Les Chinois en Russie : hier et aujourd’hui. Un aperçu historique], Moscow : Muravei.

Larin V. L. (1998), Kitai i Dal’nii Vostok Rossii [La Chine et l’Extrême-Orient], Vladivostok : Dal’nauka.

Larin V. L. (2002), ‘Poslantsy Podnebesnoi na Dal’nem Vostoke – legal’nye I nelegal’nye’ [Chinois dans l’Extrême-Orient russe, légaux et illégaux], Demoskop Weekly, no. 69-70, 3-16.06.2002.

Metelitsa, Galina (2003), 100 kitaitsev na odnogo moskvicha [100 chinois pour un moscovite], Argumenty i Fakty [Arguments et faits], no. 52 (546), 24 Dec. 2003.

Mukomel', Vladimir (2004), ‘Budut li v Rossii china-towny’ [Y aura-t-il des quartiers chinois en Russie], Demoskop Weekly, no. 179-180, 22.11-05.12.2004.

Nadarov Ivan P. (1886), Vtoroi s’ezd gubernatorov i drugikh predstavitelei v g. Khabarovske [Second meeting des gouverneurs et représentatifs], Vladivostok.

Niyri P., Saveliev, Igor R. (2002), Globalizing Chinese Migration : Trends in Europe and Asia, Aldershot : Ashgate.

Novikova, Luidmila, Ruban, Valentin (2001), ‘Chelnoki shturmuiut tamozhniu’ [Les navettes de colporteurs débordent les douanes], Argumenty i Fakty [Arguments and Facts], no. 39 (1092), 26 Sept. 2001.

Obukhova, Evgeniia (2003), ‘Kitaitsy spasut Rossiiu’ [Les Chinois vont sauver la Russie], Nezavisimaya Gazeta, 10.10.2003.

Otsu, Sadayoshi (2000), ‘Roshia kyokutô e no Chûgokujin rôdôryoku no ryûnyû wa kyôi ka : tôhoku ajia kokusai rôdôryôku idô no ichisokumen’ [Estce que la main d’œuvre chinoise en Extrême-Orient est une menace ? Un cas d’étude pour l’étude des migrations internationales dans l’Asie du nord, Kokusai Kyôryoku Ronshû [Journal des études sur la coopération internationale], Kobe University, vol 8 :2, pp. 67-87.

Otsu Sadayoshi (ed.) (2005), Tohhoku Ajia ni okeru kokusai rohdoh idoh to chiiki keizai kaihatsu [Les migrations de main-d’œuvre internationales et le développement des économies locales dans l’Asie du Nord-Est], Minerva Shoboh.

Pravila (1999), ‘Pravila dlia inostrantsev’ [Le régulation des étrangers], Tikhookeanskaia Zvezda [L’étoile du pacifique], 13 April 1999.

Skeldon, Ronald (1999), les dangers de la diaspora : orientalisme, l’État-Nation et la recherche d’un nouvel ordre géopolitique. Présenté à la conférence « Migration au xxie siècle ». Perth, Australie.

Shangnong kongbao [Bulletin of Commerce and Agriculture] (1911), vol. 45, pp. 23-35.

Tinguy, Anne de (1998), ‘Chinese Immigration to Russia : a Variation on an Old Theme’, in Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe, Macmillan Press, New York : St. Martin’s Press, pp. 301-319.

Unterberger, Pavel F. (1900), Primorskaiia oblast’, 1855-1900 [La Province Maritime de 1855 à 1900], St. Petersburg.

Vitkovskaia, Galina (2000), ‘Natsional’naia bezopasnost’ Rossii : vyzov kitaiskoi migratsii’ [sécurité nationale russe : le challenge de l’immigration chinoise], in Migratsiia i bezopasnost'v Rossii [migration et sécurité en Russie], Moscow : Moscow Carnegie Center and Interdialekt.

Vitkovskaia, Galina, and Trenin, Dmitrii (eds) (1999a), Perspektivy dal'nevostochnogo regiona : mezhstranovye vzaimodeistviia [Perspectives sur l’Extrême-Orient russe : les interactions inter-États], Moscow : Gendalf.

Vitkovskaia, Galina, and Trenin, Dmitrii (eds) (1999b), Perspektivy dal’nevostochnogo regiona : naselenie, migratsiia, rynki truda [Perspectives sur l’Extrême-Orient russe : population, migration et marché du travail], Moscow : Gendalf.

Vitkovskaia, Galina and Zaionchkovskaia, Zhanna (1999), ‘Novaia stolypinskaia politika na Dal’nem Vostoke Rossii : nadezhdy i realii’ [Politiques néostolypiniennes dans l’Extrême-Orient russe : espoir et réalités], in Vitkovskaya and Trenin 1999a, pp. 80-120.

Auteur

Professeur associé en histoire et études ethniques à l'Université de Nagoya au Japon. Il est l'auteur de nombreux articles dans des journaux académiques et différents livres dont : The Japanese across the Pacific : A History of Japanese Emigration to North and South America St. Petersburg, 1997 (in russian) “Migration and the State : Chinese, Korean and Japanese Diaspora in the Russian Far East” Tokyo, 2005, (en japonais) ; co-éditeur du livre “Globalizing Chinese Migration : Trends in Europe and Asia”, Aldershot : Ashgate, 2002 ; “Rescuing the Prisoners of the Maria Luz : The Meiji Government and the ‘Coolie Trade’ 1868-1875, Ed. Bert Edstrom ; Turning Points in Japanese History, série “Japan Library”, Curzon, 2002 ; « Formation et dévelopement de la diaspora coréenne dans l’Extrème Orient Russe, 1860-1917 » dans Etudes pluridisciplinaires des Coréens dans l’Asie du Nord-Est, édité par Sakurai Tatsuhiko, Unité 2004, Nagoya (en japonais) ; "Japanese across the Sea : Features of Japanese Emigration to the Russian Far East, 1875-1916" in Mark Caprio et Koichiro Matsuda (ed) Japan and the Pacific : Threat and Opportunity, Ashgate Press, 2006 (en anglais).

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search