Version classiqueVersion mobile

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Nouvelles migrations chinoises et segmentation ethnique des marchés du travail européens

Chapitre I. Les migrations chinoises contemporaines : nouveaux régimes et nouvelles activités en Europe*

Frank N. Pieke
Traduction de Jean-Marie Sauboua

Texte intégral

  • * Ce chapitre est une version adaptée et retravaillée en français de l'article Frank N. Pieke, Edito (...)

1Les grandes différences entre les époques et les volumes des flux migratoires chinois font que chaque communauté a sa propre configuration. La communauté chinoise en Grande-Bretagne, par exemple, est toujours composée presque uniquement de Chinois de Hong-Kong, de Singapour et de Malaisie. Ce n’est que tout récemment que des Chinois du Fujian sont arrivés, fournissant à point nommé une source de travail peu qualifié et bon marché. Mais ces derniers suscitent aussi beaucoup d’inquiétude et subissent même des discriminations de la part de la communauté établie, laquelle se retrouve pour la première fois en contact direct avec des immigrants de la République Populaire de Chine. En France, par contre, on trouve une majorité de Chinois d’Indochine et un petit groupe venant du Zhejiang et du Fujian. Les Pays-Bas sont à la croisée d’au moins cinq vagues migratoires : la communauté y comprend des Chinois de Canton, du Zhejiang, de l’Asie du Sud-Est (Indonésie et Vietnam), du Surinam, ainsi qu’un groupe croissant venant du Fujian. La communauté chinoise en Hongrie se compose principalement de Chinois du Nord, venus en Transsibérien depuis Pékin, de Chinois du Fujian et du Zhejiang, soit venus directement de Chine, soit ayant transité par d’autres pays d’Europe. La communauté d’Italie est la plus développée des pays d’Europe du Sud, une majorité de Chinois du Zhejiang y côtoyant un groupe beaucoup plus réduit provenant du Fujian.

2On peut distinguer plusieurs tendances dans les changements survenus dans les migrations chinoises en Europe depuis les années soixante-dix. Après la Seconde Guerre mondiale, on trouvait les communautés les plus importantes en Angleterre, en France et aux Pays-Bas. Ces pays continuent d’être le centre du système migratoire chinois en Europe. C’est à partir de là que les Chinois se répartissent vers la semi-périphérie : d’abord l’Europe centrale et du Nord (Allemagne, Belgique, Suisse, Autriche et pays nordiques durant les années soixante-dix), puis l’Europe du Sud dans les années quatre-vingt et l’Europe de l’Est dans les années quatre-vingt-dix. Dans les régions traditionnelles d’émigration de Chinois vers l’étranger, c’est-à-dire le Zhejiang, le Fujian et Guangdong, les départs ont repris au milieu des années soixante-dix (lors des dernières années au pouvoir de Mao). Les flux se sont rapidement globalisés et professionnalisés tandis que les destinations se diversifiaient. C’est dans les années quatre-vingt que l’Europe devint une destination de ces nouveaux flux migratoires globaux. Cette résurgence des régions traditionnelles s’est cumulée avec des nouvelles formes d’émigration en provenance de régions et de villes diverses. Initialement, les destinations privilégiées étaient l’Amérique du Nord et l’Australie, mais les étudiants, les entrepreneurs et les chômeurs issus des grandes villes sont de plus en plus nombreux à prendre la direction de l’Europe. C’est en Europe de l’Est que s’est amorcée cette tendance qui commence seulement à gagner l’Ouest. Par ailleurs, l’émigration chinoise devient de plus en plus transnationale, qu’elle vienne de régions traditionnelles ou de zones urbaines. La migration n’est qu’une étape vers un mode de vie de plus en plus cosmopolite, et ce n’est pas forcément la première. L’émigration chinoise n’est donc plus simplement un mouvement vers le centre d’un monde dominé par l’Occident, elle est tout autant une extension d’un monde centré sur la Chine. Cette mobilité n’est qu’une des facettes de la globalisation de la société, de la culture et de l’économie chinoises.

Les tendances récentes de la migration chinoise en Europe

3Dans les années quatre-vingt, le système migratoire chinois en Europe est entré dans une nouvelle phase aussi bien qualitative que quantitative. Les conséquences de cette évolution ne sont devenues entièrement perceptibles que dans les années quatre-vingt-dix. Globalement, il est possible d’écrire qu’entre 1950 et 1980 les migrations chinoises restaient très localisées. Les migrants en Europe provenaient d’une poignée de régions, et les flux générés n’avaient pas grand-chose à voir avec les grandes tendances des migrations chinoises. Et même si ces particularismes locaux existent toujours (notamment dans les migrations des Nouveaux Territoires et de Hong-Kong vers l’Europe du Nord et du Sud du Zhejiang vers l’Europe continentale), les changements dans le système migratoire ont rapidement rattrapé le continent à partir des années quatre-vingt.

Anciennes et nouvelles provenances

4Avant 1980, on a deux vagues de migration politique vers l’Europe. Les Chinois d’Indonésie fuient vers les Pays-Bas lorsque la sinophobie s’y réveille à la fin des années cinquante, créant un flux qui s’est maintenu ensuite mais à un niveau bien plus faible. La France (et le reste de l’Europe en ce qui concerne les Chinois du Vietnam) accueille un flux de réfugiés d’Indochine, qui s’interrompt aussi brutalement qu’il avait commencé. En effet, après la guerre du Vietnam, ce qui allait devenir une des plus larges communautés d’Europe se transporte quasiment d’un bloc depuis l’Indochine, tandis que dans les années qui suivent bien peu purent faire le voyage. Ces communautés de France et des Pays-Bas continuèrent certes à croître mais seulement dans le cadre des tendances générales que l’on observait en Europe.

5Les migrations économiques depuis les zones rurales de Hong-Kong, depuis Singapour et la Malaisie augmentèrent au fur et à mesure que les salaires européens perdaient en compétitivité. Les régions d’origine s’urbanisèrent et se développèrent économiquement, tandis que l’Europe s’embourbait dans une longue récession. La situation changea lorsque la saturation fut atteinte sur le marché de la restauration aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, les deux principaux pays d’accueil des années soixante-dix. Les Chinois de Hong-Kong et d’Asie du Sud-Est réagirent en explorant de nouveaux territoires, d’abord en Allemagne, en Scandinavie et en Belgique, puis en Europe centrale et du Sud (quoiqu’en moins grand nombre). Entre-temps, les Chinois de Hong-Kong commencèrent à subir la concurrence des nouveaux migrants venus de la République Populaire de Chine, en particulier ceux du Zhejiang du sud et du centre du Fujian.

6En effet, au début des années soixante-dix, un petit nombre de migrants fut de nouveau autorisé à quitter la République de Chine. Cette ouverture minime n’était qu’un retour à la situation qui prévalait avant la Révolution culturelle (1966-1976). Ceux qui avaient de la famille à l’étranger et résidaient dans certaines zones spécifiques (giaoxiang) (principalement situées dans les provinces côtières du Zhejiang, du Fujian et de Guangdong) pouvaient quitter le pays. Le début des réformes en 1978 et les nouvelles lois sur la migration de 1985 entraînèrent un bouleversement dans ces régions traditionnelles d’émigration. L’obtention d’un passeport devint un droit dont pouvait se prévaloir quiconque avait une lettre de recommandation d’un Chinois vivant à l’étranger. Il en résulta une injection de sang nouveau dans les communautés d’Europe, vieillissantes et de plus en plus isolées.

  • 1 Il existe des enquêtes spécifiques concernant les migrations depuis le sud du Zhejiang, notamment (...)

7Ces nouveaux flux de migrants venaient principalement de la région de Wenzhou et Qingtian dans le sud du Zhejiang, une minorité venant aussi de la région de Fuzhou et de la province de Fujian. Les migrants du Zhejiang commencèrent par venir en suivant les canaux habituels, c’est-à-dire dans les régions où ils pouvaient compter sur un réseau de connaissances familiales ou amicales, soit les Pays-Bas, la Belgique, l’Allemagne et la France. En peu de temps, ces migrants atteignirent la Scandinavie, l’Italie, la Suisse, l’Australie, l’Espagne et le Portugal, à la recherche d’un emploi ou d’opportunités commerciales. Des Chinois du Zhejiang étaient déjà présents dans ces pays avant la deuxième guerre mondiale, et les nouveaux migrants firent appel à eux ou à leurs descendants pour établir des têtes de pont. Au cours des années quatre-vingt-dix, des Chinois du Zhejiang commencèrent à venir dans les anciens pays communistes d’Europe centrale ; et comme l’émigration devenait de plus en plus l’affaire de passeurs professionnels (selon l’euphémisme : « voyager sur le dos d’un bœuf jaune », huang niubei), ils arrivèrent aussi en Amérique du Nord. À partir d’un noyau à la périphérie de l’Europe (principalement les Pays-Bas et la France), les Chinois du Zhejiang sont désormais en train de constituer une véritable diaspora globale. Curieusement l’Angleterre reste l’un des seuls pays d’Europe où ils ne sont pas présents, ce qui était déjà le cas avant la Seconde Guerre mondiale1.

8L’arrivée des nouveaux migrants en provenance de la région de Fuzhou et Fuqing (province de Fujian) illustre bien comment l’Europe s’intègre progressivement dans un flux migratoire global. A la fin du xixe siècle, cette région du Fujian était déjà une région d’émigration vers la Malaisie britannique et les Indes néerlandaises. Les liens établis alors se maintinrent grâce à des visites et des échanges migratoires, même si les flux se tarissent presque après 1910. Or, dans les années quatre-vingt, des Chinois du Fujian arrivèrent soudainement en grand nombre dans de nombreuses régions du monde : Amérique du Sud et du Nord, Japon, Australie et Europe. La spécialisation précoce qu’avait connue cette région ne peut à elle seule expliquer les destinations que prit l’émigration massive de cette période plus récente. Quelques marins originaires de la région s’étaient installés un peu partout depuis 1940 au moins. S’ils jouèrent un rôle important au début, ils furent rapidement oubliés au profit de pionniers indépendants ou de passeurs (aussi appelés « têtes de serpent », Shetou).

9Tout comme leurs voisins du Zhejiang, ces régions traditionnelles d’émigration se transformèrent dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix pour devenir les plaques tournantes d’une nouvelle configuration migratoire de masse, augurant d’une communauté diasporique globale. Ces transformations ne s’expliquent guère par l’histoire spécifique de ces régions. Il faut, pour les comprendre, faire appel à des facteurs politiques, sociaux et économiques globaux. Il y a d’abord la persistance locale d’une culture de la migration et la dépendance vis-à-vis des transferts de l’étranger, et ce, malgré l’impossibilité réelle d’émigrer pendant la période collectiviste. Il y a ensuite l’augmentation rapide de la mobilité dans les années quatre-vingt, aussi bien à l’intérieur de la Chine qu’à l’étranger par le biais de contrats à durée déterminée. Ces derniers préparèrent le chemin pour les migrations ultérieures, alors que la libéralisation des réglementations migratoires dans ces régions spécifiques accompagnait cette nouvelle mobilité. Et, enfin, la professionnalisation de l’émigration ouvrit la possibilité à tous les habitants de ces régions de quitter le pays tout en leur ouvrant de nouvelles destinations, jusque-là inaccessibles.

L’extension en Europe des flux migratoires chinois

10Au fur et à mesure que l’émigration s’est professionnalisée, globalisée et universalisée dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, elle s’est fondue dans les autres flux migratoires. Ces derniers n’étaient pas liés de la même façon à des régions spécifiques, ils concernaient des migrants d’origine sociale bien plus variées, ils étaient cosmopolites dès le début et enfin, ils n’avaient pas de lien historique direct avec les migrations d’avant la Révolution.

11Le groupe le plus visible parmi ces nouveaux migrants cosmopolites rassemble les étudiants et les universitaires. De plus en plus nombreux à quitter leur pays pour les États-Unis, l’Australie, le Canada et le Japon, ils y rejoignent les étudiants chinois de Hong-Kong, de Taiwan et d’Asie du Sud-Est, déjà très nombreux. Bien qu’ils soient censés quitter la Chine temporairement, la plupart ne reviennent jamais.

12À l’origine, cette fuite des cerveaux ne privilégiait pas l’Europe, à cause du manque de bourses, des restrictions sur le travail des étudiants et d’une obligation beaucoup plus fermement imposée de retour au pays. Cela a fini par changer cependant et l’Europe devient une destination populaire auprès des étudiants chinois (même s’il est encore très difficile de concurrencer les meilleures universités américaines). L’Allemagne, la France et l’Angleterre sont les destinations les plus courantes. L’implication de certains étudiants et universitaires dans la vie chinoise locale fait bénéficier les communautés d’une élite intellectuelle, qui s’ajoute à l’élite économique et politique et complète les intellectuels issus de la seconde génération et formés dans le pays d’accueil.

13Il ne faudrait pas imaginer pour autant que les étudiants et universitaires chinois forment un flux migratoire déconnecté des autres « nouvelles migrations ». La Chine s’enrichissant, il est devenu possible pour la nouvelle élite entrepreneuriale de financer des études supérieures, voire même un cursus élémentaire et secondaire. Des études à l’étranger sont donc devenues envisageables pour la jeunesse dorée qui a échoué au test d’entrée dans les universités chinoises. Certaines universités occidentales visent d’ailleurs explicitement ce marché, courtisant activement les étudiants chinois, quitte à proposer des cours de remise à niveau en anglais avant la rentrée universitaire. Il n’existe malheureusement pas de recherche sur ce sujet pourtant fondamental. Tout au plus dispose-t-on de quelques exemples qui tendent à montrer qu’un nombre non négligeable d’enfants de la région de Wenzhou sont inscrits dans des écoles européennes, et résident en internat ou dans des familles chinoises locales. Cette évolution serait comparable à celle qu’a connue l’Amérique du Nord avec les fameuses familles « astronautes » et les enfants « parachutés » de Hong-Kong (Skeldon, 1994 ; Zhou, 1998).

14Il faut également garder à l’esprit qu’un visa étudiant est un moyen sûr et bon marché d’entrer dans un pays pour ceux qui ont les compétences requises, notamment linguistiques (un test de langue étant souvent exigé). Les études à l’étranger peuvent ainsi être une option parmi d’autres pour ceux qui désirent migrer. Le regroupement familial, la participation à une entreprise, un contrat de travail temporaire, les quotas migratoires pour certaines professions, une promesse d’embauche dans une entreprise chinoise, un stage de fin d’études, l’asile politique ou encore le passage clandestin complètent l’éventail des possibles. De nombreux migrants passent d’ailleurs d’une catégorie à l’autre au cours de leur carrière migratoire.

  • 2 De nombreuses références existent sur ce sujet. En guise d’introduction, on pourra consulter Byrd, (...)

15Les études à l’étranger ainsi que les migrations doivent être appréhendées comme faisant partie d’un phénomène qui les dépasse largement. Si la Chine a connu la « fièvre du départ » (chuguo re) à la fin des années quatre-vingt, c’est en raison des énormes changements sociétaux provoqués par la réforme du secteur public. Sans rentrer dans le détail de ces réformes2, il suffit de dire qu’elles ont été extrêmement difficiles à concevoir et à mettre en œuvre. À la fin des années quatre-vingt, pour la première fois, des entreprises publiques, mais aussi des écoles, des hôpitaux et des administrations ont commencé à se défaire en masse de leur personnel. Ne pouvant procéder à des licenciements, puisque cela n’était possible qu’en cas de dépôt de bilan, elles ont organisé des départs volontaires (xiagang) qui prenaient la forme d’arrangements contractuels permettant aux anciens employés de rester liés à l’organisation, voire même, dans de nombreux cas, de continuer à toucher leur salaire en tant que membre d’une « unité de travail » (danwei).

16Le secteur public a perdu alors son prestige auprès des Chinois qualifiés, à qui il n’offrait plus qu’un travail alimentaire, sans perspectives ou sans motivation. Rapidement, les entreprises publiques ont perdu leur capacité à retenir leurs meilleurs employés. Le début des années quatre-vingt-dix a été marqué par le xiahai (littéralement « se jeter à l’eau »), c’est-à-dire l’abandon de son emploi dans le secteur public pour tenter sa chance dans un secteur privé en expansion rapide. Ceux qui se jetaient ainsi à l’eau fondaient leur propre entreprise ou trouvaient à s’employer dans une entreprise privée chinoise ou étrangère. Tandis qu’un nombre croissant de jeunes ne cherchaient même plus à postuler dans le secteur public. Beaucoup parmi ces jeunes profitèrent de cette nouvelle liberté pour chercher un emploi ou tenter fortune ailleurs, dans une grande ville moderne comme Pékin ou Shanghai, dans les zones économiques spéciales ou bien dans un autre pays. Malgré tout, cela ne concerne qu’une minorité des habitants des zones urbaines. Un travail dans le secteur public fournit encore de nombreux avantages comme la sécurité de l’emploi, la retraite, l’aide au logement, la sécurité sociale et la prise en charge des enfants. Pour ceux qui ne possèdent pas de compétences valorisées, cela reste un choix privilégié (Zhou, Tuma et Moen, 1997). Un exode massif des populations urbaines est donc exclu à l’heure actuelle.

17Cette mobilité géographique et sociale des Chinois urbains n’est pourtant qu’une partie d’un phénomène qui touche toute la population. Les Chinois ruraux, qui forment encore la grande majorité de la population, ont aussi commencé à se déplacer vers les villes, les régions rurales plus prospères ou l’étranger. Beaucoup parmi cette « population flottante » (liudong renkou) occupent des emplois contractuels non qualifiés dans la construction ou l’agriculture, dans des entreprises privées locales ou à capitaux étrangers. D’autres se font artisans itinérants ou colporteurs dans l’espoir de pouvoir ouvrir un atelier, une boutique ou un étal.

18À la fin des années quatre-vingt et au début des années quatre-vingt-dix, cette nouvelle mobilité interne des zones rurales et urbaines commence à atteindre l’Asie centrale et septentrionale ainsi que l’Europe. L’élite de ces migrants va droit vers les métropoles d’Amérique du Nord, d’Australie, du Japon et d’Europe, que ce soit comme étudiants, comme entrepreneurs ou comme travailleurs qualifiés. Le cas des commerçants transfrontaliers et des travailleurs agricoles ou du bâtiment qui vont et viennent le long de la frontière russe est tout aussi intéressant. Ils ont rapidement réussi à devenir un rouage essentiel de l’économie de l’extrême ouest de la Russie. Leur importance a crû avec une telle rapidité qu’elle a suscité une vague d’anxiété auprès des Russes se souvenant que l’Empire chinois n’avait cédé ces territoires que sous la contrainte, lors de traités léonins conclus au xixe siècle. Une fois installés dans cette région, les commerçants chinois ont rapidement atteint Moscou, qui devient, comme au début du xxe siècle, une passerelle essentielle pour atteindre l’Europe centrale et de l’Est (De Tinguy, 1999 ; Portyakov, 1996 ; Shkurkin 2000).

Les nouveaux régimes migratoires et leurs modalités

19Lorsque l’on parle des migrations chinoises en Europe, on n’en retient souvent que la clandestinité, les passeurs ou les demandeurs d’asile. Les flux migratoires chinois sont alors perçus comme l’un des nombreux flots en provenance des pays en voie de développement et à destination des pays développés. Si l’on en reste à un niveau très général, les phénomènes économiques globaux qui rendent les populations mondiales de plus en plus familières avec la culture et les modes de vie occidentaux sont aussi à l’origine des migrations chinoises. De plus en plus de personnes ont connaissance des inégalités et disparités économiques mondiales, tout en ayant de plus en plus facilement accès à des moyens de communication et de transport. La volonté de migrer s’est donc renforcée pour atteindre un niveau sans précédent au cours de ces vingt dernières années. C’est dans un tel contexte que les régimes migratoires et leurs modalités acquièrent une forte valeur explicative concernant le volume et les destinations des flux migratoires, y compris chinois.

Les régimes chinois d’émigration

20Les réformes ont fortement relâché le contrôle des mouvements de population qui avait été établi au milieu des années cinquante. À partir du milieu des années quatre-vingt-dix, les obstacles administratifs à la mobilité avaient quasiment disparu, que ce soit au niveau national ou international. L’administration chinoise n’a pas pour autant perdu toute influence, mais le maintien des mouvements à un niveau inférieur à ce qui est prévu par le plan n’est plus un objectif en soi. En fait, l’administration a évolué petit à petit sur cette question jusqu’à considérer que certains types de mobilité de la part de certaines personnes en provenance et à destination de certaines régions pouvaient être souhaitables.

21Cependant, l’administration chinoise, comme toute administration, ne s’exprime pas d’une voix unique. Malgré la loi de 1985 qui reconnaît le droit de quitter le pays à tout citoyen ayant un motif légitime, il manque encore à la Chine une politique homogène concernant les migrations. En dépit de cette liberté formelle, les citoyens chinois ont souvent les plus grandes difficultés à obtenir un passeport auprès de l’administration locale. En revanche, une fois le passeport accordé, les autorités ne mettent plus de bâtons dans les roues des voyageurs, désormais libres d’aller et venir comme ils le souhaitent.

  • 3 Les deux principales références à ce propos sont Liao Chengzhi, « Attention Must Be Paid to Overse (...)

22Concrètement, la Chine continue de privilégier les régions traditionnelles d’émigration. En ce sens, ces politiques se situent dans la continuité de ce qui a été fait depuis 1978, ce qui n’était déjà qu’un retour à ce qui se faisait avant la Révolution Culturelle. Il est ainsi beaucoup plus facile d’obtenir un passeport pour les Chinois qui ont de la famille à l’étranger3.

  • 4 La République de Chine est l’appellation officielle du régime de Taiwan. La République Populaire d (...)

23Le problème vient de ce que l’émigration actuelle ne rentre pas vraiment dans le cadre des politiques mises en place. Le principal objectif des politiques migratoires a toujours été de protéger et de maintenir les droits et les privilèges des Chinois résidant à l’étranger ainsi que ceux de leurs familles restées en Chine. Il s’agit de préserver les transferts de fonds et les investissements de ces Chinois de l’étranger ainsi que de contrer l’influence éventuelle que la République de Chine4 pourrait acquérir sur la diaspora. La création de « nouveaux Chinois de l’étranger », c’est-à-dire un renouvellement et un développement de la diaspora, n’est apparue comme une opportunité secondaire que bien plus tard.

24Mette Thuno propose dans un article récent une explication convaincante de ces évolutions politiques. Selon elle, le gouvernement chinois se préparerait à se défaire du carcan que représentent ses propres politiques migratoires (Thuno, 2001). Les communiqués et les médias officiels parlent de plus en plus des « nouveaux migrants » (xin yimin), ce qui augure d’une nouvelle approche, beaucoup plus large, des questions migratoires et du statut des Chinois de l’étranger. L’émigration pourrait ainsi être perçue comme bénéfique pour la Chine, ce qui pourrait amener à une standardisation nationale de pratiques locales actuellement dispersées et tout juste tolérées.

Les régimes migratoires européens

  • 5 Freeman distingue les sociétés anglophones peuplées par des pionniers, les États européens avec un (...)

25Si la Chine peine à gérer l’émigration, l’Europe n’est guère mieux lotie en ce qui concerne l’immigration. Je m’appuierai sur l’article de Gary Freeman concernant les politiques migratoires des démocraties libérales pour distinguer trois régimes migratoires en Europe (Freeman, 1995 : 889-896)5. Les pays d’Europe du Nord et de l’Ouest ne considèrent pas l’immigration comme un atout face aux difficultés économiques et démographiques qui les frappent. Ils établissent donc une limite stricte entre les migrants économiques, indésirables, et ceux qui souhaitent s’installer pour d’autres raisons (regroupement familial, asile politique). Ces derniers peuvent éventuellement, sous certaines conditions, être autorisés à rentrer. Les erreurs commises lors de la venue de travailleurs étrangers dans les années soixante et soixante-dix continuent à miner la confiance qu’ont les gouvernements en leur capacité à gérer l’immigration au mieux des intérêts de leur population. Ainsi, récemment encore, les politiques se donnaient comme objectif une « immigration zéro » et une fermeté maximale sur le droit d’asile et les entrées clandestines.

  • 6 La régularisation a aussi été une façon de résoudre en France (1997) et en Belgique (2000) le prob (...)

26Les pays d’Europe du Sud (Italie, Espagne, Portugal) viennent à peine de devenir des pays d’immigration et ils hésitent encore sur la conduite à tenir. Globalement, ils considèrent l’immigration comme un complément utile à leur main-d’œuvre. Ainsi, ils mettent régulièrement en place des opérations de régularisation des migrants clandestins6, Mais la montée incontrôlée de l’immigration et les pressions de l’Union Européenne font que ce n’est plus qu’une question de temps avant que ces pays ne basculent vers des régimes beaucoup plus restrictifs. L’Italie semble ainsi être au seuil d’un tel basculement (Veikou et Traindafyllidou, 2004).

27Dans les pays d’Europe de l’Est, l’immigration, chinoise ou non, est encore un phénomène récent. Ce n’est qu’après la chute du bloc soviétique que ces pays furent inclus dans le système migratoire mondial, tout en gardant leur spécificité. S’ils commencèrent par adopter une politique très libérale, le consensus se fit rapidement sur la nécessité de protéger leur économie encore fragile ainsi que leur identité nationale. Des conditions furent posées ou renforcées quant à la délivrance des visas. Au fur et à mesure que l’Europe de l’Est se rapproche de l’Union Européenne elle devient une destination de plus en plus désirée tout en remplissant le rôle de zone tampon (Moore, 2001 ; Moore et Tubilewicz, 2001 ; Nyíri, 1998 ; OCDE, 2001 ; Portyakov, 1996 ; Rogers, 2000).

  • 7 Entre 1996 et 2000 la Chine figure systématiquement dans les premiers pays d’origine des mineurs n (...)

28Chaque région de l’Europe ayant son propre régime migratoire, elles ne présentent pas les mêmes opportunités et contraintes pour les migrants chinois. Au Nord et à l’Ouest, la migration économique est très faible, à l’exception des cuisiniers spécialisés. Les migrants désireux de s’installer dans ces régions utilisent donc d’autres voies. Le regroupement familial, l’adoption et l’asile politique sont les principaux moyens légaux employés pour obtenir une autorisation provisoire ou définitive de séjour. Tandis que dans certains pays, comme les Pays-Bas, de nombreux migrants demandent l’asile en tant que mineurs non accompagnés7. Et, enfin, un nombre inconnu mais non négligeable de migrants entrent clandestinement. La clandestinité ne signifie pas pour autant que les Chinois acceptent passivement leur sort, résignés à n’être qu’un sous-prolétariat dénué de droits. Ils sont parfaitement conscients de l’injustice qu’ils subissent, comme l’ont montré les manifestations des « sans-papiers » en France en 1996 et 1997, dont ils furent des leaders (Picquart, 1999 ; Porquet, 1997 ; Guerassimoff, 2000).

29Ceux qui visent l’Europe du Sud ont recours aux mêmes méthodes mais en espérant obtenir un permis de séjour lors d’une des régularisations régulières. Il suffit de trouver un employeur chinois résident, disposé à fournir les différentes attestations prouvant que le migrant est bien là depuis le temps requis, qu’il est employé et que les charges et impôts sont payés.

  • 8 En 2000, la République Tchèque a reçu 241 demandes et la Hongrie, 198 ; 1,9 et 1,6 % des demandes (...)

30À l’Est, il est courant de rentrer clandestinement, mais cela concerne surtout les migrants en route vers l’Europe de l’Ouest ou du Sud. La plupart des migrants désireux de s’installer en République Tchèque ou en Hongrie utilisent des voies légales. Ils entrent en rendant visite à leur famille ou en postulant pour un visa professionnel en tant qu’employé ou propriétaire d’une entreprise chinoise déclarée sur place. On remarque par ailleurs une augmentation des demandes d’asile politique, tout particulièrement en République Tchèque et en Hongrie8.

31L’augmentation des demandes d’asile et des entrées clandestines peut s’expliquer significativement par la professionnalisation des migrations chinoises. Depuis le milieu des années quatre-vingt, la migration chinoise en Europe se fait par le biais de passeurs professionnels dont les tarifs n’incluent pas un permis de séjour ou de travail en bonne et due forme. Les passeurs déterminent leurs prix, les risques à prendre, voire la possibilité même de rentrer dans un pays en fonction des opportunités et des coûts auxquels ils doivent faire face. Même si la grande majorité des migrants choisissent l’endroit où ils veulent aller, les contraintes imposées par le passeur entrent fortement en ligne de compte. Certains migrants se sont ainsi retrouvés dans un pays qu’ils n’avaient pas choisi. Cependant, la plupart du temps, le passeur est juste un prestataire de service, un informateur et un conseiller.

  • 9 Les informations dont on dispose sur l’activité des passeurs concerne surtout les États-Unis qui s (...)

32Les médias et la production scientifique sur les migrations chinoises (et tout particulièrement celle du Fujian) ont accordé trop d’importance aux passeurs, alors que pour les migrants il s’agit juste d’un moyen d’arriver là où ils veulent. Qui plus est, comme on l’a dit précédemment, les Chinois changent fréquemment de passeur pendant leur trajet et restent mobiles une fois arrivés. Cette focalisation sur les passeurs clandestins occulte aussi le fait que de nombreux Chinois circulent légalement sur tout ou partie du trajet. Les migrants restent bien souvent maîtres de leur destinée, un fait occulté par la médiatisation de la clandestinité, du kidnapping et de l’usure9.

Destinations et professions, anciennes et nouvelles

L’Europe centrale et de l’Est

33Au début des années quatre-vingt-dix, plusieurs flux migratoires chinois se sont croisés en Europe centrale et de l’Est, en en faisant un lieu où se sont élaborées les nouvelles formes de la migration et de l’installation des Chinois. Plusieurs évolutions actuellement en cours en Europe y ont été préfigurées. Le commerce pendulaire rassemblait des migrants de type très différent : des entrepreneurs privés issus de milieux urbains, des commerçants du Wenzhou qui travaillaient en lien avec leur relais dans des communautés du Zhejiang à Pékin (Xiang, 1999) et même des Chinois du Fujian. Ils furent rejoints par une poignée d’intellectuels qui avaient quitté le pays suite à la répression de Tian’anmen, ainsi que par des entrepreneurs hautement qualifiés (xiahai) à la recherche d’opportunités commerciales (souvent pour le compte d’entreprises d’État), des Chinois du Fujian ou du Wenzhou en transit vers l’Europe de l’Ouest et des Chinois venus d’Europe de l’Ouest pour se renseigner sur les possibilités que pouvaient receler le post-socialisme.

34Du point de vue des Chinois, l’Europe centrale et de l’Est étaient des zones tampons où la concurrence avec d’autres Chinois était encore faible, tout en présentant une forte demande pour des objets bon marché (principalement de l’habillement) que l’économie chinoise en transition se trouvait produire en grande quantité. Ainsi, les migrations chinoises de l’époque étaient davantage liées à l’expansion de l’économie chinoise qu’à la croissance d’un segment chinois de l’économie locale (comme les restaurants ou les ateliers clandestins), comme cela avait été le cas en Europe de l’Ouest et du Sud.

35La Hongrie joua un rôle fondamental dans cette région : ayant autorisé les citoyens chinois à entrer sans visa entre octobre 1988 et avril 1992, on estime à 45 000 le nombre de migrants qui y ont fait étape avant de rejoindre d’autres pays en Europe ou en Amérique du Nord (Moore et Tubilewicz, 2001 : 2-3 ; International Organization for Migration 1998 : 325 ; Nyiri 1998 : 353). Depuis qu’un visa est exigé à l’entrée, les flux se sont fortement taris et les migrants viennent davantage pour y résider que pour transiter. La Hongrie continue cependant d’être la base qu’en Europe centrale et de l’Est de nombreux chinois, entrepreneurs ou non, utilisent pour rayonner sur la Roumanie, la République Tchèque, les Balkans ou la Pologne.

36Lorsque la « fièvre hongroise » (xiongyali re), est retombée c’est la République Tchèque (surtout Prague) qui est devenue le principal point de passage en Europe centrale et de l’Est, même si, là aussi, de nombreux migrants se sont installés sur place (Mezlikova, 2000 ; Moore, 2001 ; Moore et Tubilewicz, 2001). La Yougoslavie a récemment fait l’objet de nombreux reportages la désignant comme le plus récent point de passage vers l’Ouest. Les migrants étaient censés y être jusqu’à 100 000, attendant d’être introduits en Italie ou en Europe, mais ces allégations attendent encore d’être vérifiées.

L’Europe du Sud

  • 10 La production scientifique sur les Chinois d’Italie est importante et reflète la vigueur de la sin (...)
  • 11 Cette dernière région est en train de devenir l’une des principales zones de production d’habillem (...)

37Une des destinations les plus populaires ces dernières années est l’Italie10. Auparavant la situation y était comparable au reste de l’Europe continentale, avec une faible population de Chinois du sud du Zhejiang, arrivés dans les années trente, et qui avaient presque disparu depuis la fin de la guerre. L’immigration ne reprit qu’au début des années quatre-vingt avec l’arrivée à Milan et Prato des premiers Chinois du Zhejiang, en provenance d’Europe du Nord (principalement de France et des Pays-Bas). C’est dans la ville de Prato que leur émergence aura été la plus spectaculaire. Ils commencèrent par y racheter des tanneries au bord de la faillite, qu’ils transformèrent en entreprises florissantes grâce à une main-d’œuvre abondante et bon marché venue du Zhejiang. Cette réussite attira encore plus de migrants à la recherche d’un travail. Au début des années quatre-vingt-dix, les tailleurs et tanneries employaient entre cinq et sept mille Chinois dans la région de Prato (Campani et Maddi, 1992 : 56). Cette activité se répandit aussi à Milan, Rome, Naples et plus récemment entre Venise, Padova et Carpi (Modena)11. Rapidement les entrepreneurs ayant réussi se tournèrent vers la restauration, plus exigeante en capitaux et plus traditionnelle en ce sens qu’elle constituait l’activité principale des migrants chinois depuis des décennies. La croissance rapide du nombre d’ateliers commença au même moment à attirer des Chinois venant d’autres régions, notamment le Fujian du centre et de l’Ouest.

38À la fin des années quatre-vingt-dix, la communauté des Chinois d’Italie atteignit une certaine maturité. Ses membres étaient de plus en plus nombreux à avoir grandi sur place et la mentalité pionnière des débuts avait disparu avec l’augmentation du nombre des installations permanentes et la formation d’une stratification sociale au sein d’une communauté de plus en plus active. Par ailleurs, face à la montée de l’immigration des Balkans, il y a peu de chances que le gouvernement entame une nouvelle vague de régularisation (la dernière date de 1998). À terme, cela diminuera l’attractivité du pays et l’Italie ne sera plus l’avant-poste qu’elle a été.

  • 12 La base de données THEME3 d’Eurostat donne les chiffres suivants concernant les Chinois en Grèce ( (...)

39En revanche l’Espagne, le Portugal et la Grèce sont encore des destinations privilégiées, notamment grâce aux opportunités que fournissent la restauration et l’alimentation dans les régions touristiques. On dispose de peu d’informations sur la situation en Grèce, à l’exception de quelques données démographiques élémentaires qui indiqueraient que ce pays n’a été « découvert » que dans les années quatre-vingt-dix12. Des recherches ont cependant été effectuées en Espagne (Beltrán, 1995 et 1998 ; Beltrán et García, 2001 ; García, 1994 ; Nieto, 1999) et au Portugal (Teixeira, 1998). Elles montrent que la présence des Chinois augmente depuis les années soixante-dix. Les premiers venaient de Hong-Kong et du Vietnam et furent éclipsés ensuite par l’émigration de masse qu’a connue le Zhejiang à partir de 1978. L’Espagne n’a commencé que récemment à accueillir des Chinois du Fujian. À l’inverse de l’Italie, les migrants commencèrent par la restauration dans les régions touristiques. C’est uniquement lorsque ce secteur fut saturé qu’ils se tournèrent, dans une proportion modeste, vers des ateliers de confection (Beltrán et García, 2001 : 284).

L’Europe de l’Ouest

  • 13 Malheureusement on ne dispose que de peu d’informations concernant ces pays, à l’exception notable (...)

40Au cours des années quatre-vingt-dix les anciens pays d’immigration chinoise (les Pays-Bas, l’Angleterre et la France) servirent de zone de transit tout en étant à l’origine d’une migration chinoise intra-européenne vers l’Europe du Sud et de l’Est et en restant des destinations privilégiées pour les anciens comme pour les nouveaux flux. Ce phénomène est comparable à ce qui s’est passé dans les vieux quartiers chinois d’Amérique du Nord, et particulièrement à New York, San Francisco, Los Angeles et Vancouver, même si l’amplitude et la diversité des flux y ont été bien plus importantes (Fang et Brown, 1999). La Belgique, l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et les pays nordiques ont recommencé à recevoir des migrants chinois en provenance des anciens pays d’immigration à partir des années soixante-dix. Vingt ans plus tard, on y trouvait des communautés chinoises fermement établies et pouvant encore grandir13.

  • 14 Les salaires se sont récemment effondrés suite à l’afflux de travailleurs migrants en compétition (...)

41La Grande-Bretagne est le pays qui illustre le mieux la diversité des migrations dans ce noyau historique européen. La présence chinoise y est des plus anciennes puisque des marins chinois y étaient présents dès 1860. Dans les années soixante, la Grande-Bretagne fut une plaque tournante pour les Chinois de Hong-Kong désireux de rejoindre le continent. Aujourd’hui, la communauté chinoise britannique est une des plus diverses et des plus développées, grâce notamment au nombre important d’immigrés de seconde génération et d’anciens étudiants chinois, principalement originaires de Hong-Kong et d’Asie du Sud-Est. En même temps cela fait de nombreuses années que la Grande-Bretagne est devenue la destination privilégiée des migrants du centre du Fujian et tout récemment de ceux de Mandchourie. Ces derniers citent les salaires généreux pratiqués dans les restaurants chinois comme la principale raison qui guide leur choix14. En effet, la communauté chinoise de Grande-Bretagne est principalement originaire de Hong-Kong, de Singapour et de Malaisie ; or ces pays sont suffisamment développés pour que la restauration ait perdu son attractivité. Et comme il n’y pas, en Grande-Bretagne, de Chinois du Zhejiang pour occuper ces postes, les Chinois du Fujian et de Mandchourie sont particulièrement intéressés par ce pays où leurs principaux concurrents sur le marché migratoire sont absents.

Conclusion

42Démarrant de presque rien il y a vingt ans, la recherche sur les Chinois en Europe permet maintenant de brosser à grands traits le tableau des migrations et installations chinoises. Cependant, il existe encore des lacunes importantes et ce qui a été écrit ici n’est qu’une ébauche. Nous ne savons quasiment rien, par exemple, du rôle joué par Moscou en tant que carrefour des routes terrestres de la migration au début du vingtième siècle ou dans les années quatre-vingt-dix. De même, nous ne disposons que de peu d’informations sur la façon dont se sont réparties les communautés chinoises en Europe centrale et de l’Est pendant l’entre-deux-guerres. En fait, même en ce qui concerne des phénomènes récents, les lacunes sont importantes : nous savons peu de choses concernant la Suisse, l’Autriche, l’Allemagne et la Scandinavie (à l’exception du Danemark) et quasiment rien des incursions récentes en Pologne et dans les Balkans.

43Au-delà de cette nécessité de compléter la cartographie des communautés chinoises d’Europe, il convient tout autant de chercher à comprendre les récents changements dans les flux migratoires chinois ainsi que l’accroissement de la mobilité de ces migrants. Nous savons encore trop peu de choses sur le nombre croissant de migrants des villes de Mandchourie ainsi que sur le phénomène conjoint qu’est l’augmentation du nombre d’étudiants chinois dans l’enseignement supérieur payant. En Grande-Bretagne, ces deux évolutions sont observées avec une méfiance croissante par le ministère de l’Intérieur, sans que ce dernier dispose réellement d’informations. De même, l’évolution démographique des Chinois d’Europe reste peu explorée au-delà des données brutes. Les décideurs politiques sont aussi dans l’expectative concernant ces questions vitales que sont les contributions fiscales et économiques des communautés chinoises, ainsi que les coûts en terme d’infrastructure et d’assistance sociale qu’elles entraînent. Il est urgent de procéder à de nouvelles recherches afin de combler ces lacunes béantes dans notre appréhension des migrations chinoises en Europe.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Beja, J.-P. & Wang Chunguang (1999), « Un ‘village du Zhejiang’ à Paris ». Migrations chinoises 1220, pp. 60-72.

Beltrán A., J. (1995), Parentesco y redes sociales en el proceso de emigración internacional chino. Los chinos en España. Madrid, Departamento de Antropología Social, Universidad Complutense de Madrid, unpublished Ph. D. Thesis.

Beltrán A., J. (1998), « The Chinese in Spain ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke, pp. 211-237.

Beltrán, J. & Crescen G. (2001), « The Chinese Community ». In M. Teresa Turell (ed.), Multilingualism in Spain : Sociolinguistic and Psycholinguistic Aspects of Linguistic Minority Groups. Multilingual Matters, Clevendon, pp. 282-300.

Benton, Gregor and Frank N. Pieke (eds) (1998), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke.

Bowles, E. H. (1992), Chinese of Hamburg, Germany : Migration and Community. Masters thesis : University of Hawaii at Manoa, Anthropology.

Byrd, W. (1992), Chinese Industrial Firms under Reform. Oxford University Press, Oxford.

Campani, G., Francesco Carcedi and Alessandro Tassinari (eds) (1994), L’immigrazione silenziosa : Le committà cinesi in Italia : Edizioni della Fondazione Giovanni Agnelli, Milan.

Campani, G. and Lucia, Maddii (1992), « Un monde à part : les Chinois en Toscane ». Revue Européenne des Migration Internationales 8, 3, pp. 51-72.

Carchedi, F. & Marica Ferri (1998), « The Chinese Presence in Italy : Dimensions and Structural Characteristics ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke, pp. 261-277.

Ceccagno, A. (ed) (1997), Il caso delle comunità cinesi : Communicazione interculturale ed istituzioni : Armando Armando, Rome.

Ceccagno, A. (2000), "The Chinese Diaspora in Italy : Language/s and Identity/ies". Paper presented at the 13th Conference of the European Association of Chinese Studies, Turin, 30 August – 2 September.

Ceccagno, A. & Maria Omodeo (1997), « Gli effetti Decreto legge 489/95 sui cinesi di Prato », in Antonella Ceccagno (Ed), Il caso delle comunità cinesi : Communicazione interculturale ed istituzioni : Armando Armando, Rome, pp. 59-68.

Child, John (1994), Management in China during the Age of Reform : Cambridge University Press, Cambridge.

Chin, Ko-lin (1999), Smuggled Chinese : Temple University Press, Philadelphia.

Cologna, D. (1997), « Dal Zhejiang a Milano : profilo di una comunità in tranzione », in Antonella Ceccagno (ed), Il caso delle comunità cinesi : Communicazione interculturale ed istituzioni : Armando Armando, Rome, pp. 23-35.

Council of Europe (2000), Recent Demographic Developments in Europe : Council of Europe Press, Strasbourg.

Tinguy (de), Anne (1999), « Chinese Immigration to Russia : A Variation on an Old Theme ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke, pp. 301-319.

Eberstein, B. (1988), Hamburg – China : Geschichte einer Partnerschaft : Christians, Hamburg.

Fang, Di & David Brown (1999), « Geographic Mobility of the Foreign-Born Chinese in Large Metropolises, 1895-1990 ». International Migration Review 33, 1, pp. 137-155.

Freeman, G. P. (1995), « Modes of Immigration Policies in Liberal Democratic States ». International Migration Review 29, 4, pp. 881-902.

Garcia M., Crescen (1994), « L’immigrazione cinese in Spagna ». In Giovanna Campani, Francesco Carcedi and Alessandro Tassinari (eds), L’immigrazione silenziosa : Le comunità cinesi in Italia : Edizioni della Fondazione Giovanni Agnelli, Milan, 183-192.

Giese, K. (1999), « Patterns of Migration from Zhejiang to Germany ». In Frank N. Pieke and Hein Mallee (eds), Internal and International Migration : Chinese Perspectives : Curzon Press, Richmond, Surrey, pp. 199-214.

Griffin, N. J. (1973), The Use of Chinese Labor by the British Army, 1916-1920 : The " Raw Importation", Its Scope and Problems. Ph. D. Thesis : University of Oklahoma, Norman, Oklahoma.

Guerassimoff, C. (2000), « French Immigration Policy and the Chinese Migrants during the Last Five Years ». In Cen Huang, Zhuang Guotu and Tanaka Kyoko (eds), New Studies on Chinese Overseas and China : International Institute for Asian Studies, Leiden : 85-102.

International Organization for Migration (1998), « Chinese Immigrants in Central and Eastern Europe : The Cases of the Czech Republic, Hungary and Romania ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (Eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke : 320-349.

Knödel, S. (1995), « Die chinesische Minderheit ». In Cornelia Schmalz-Jacobsen and Georg Hansen (Eds), Ethnische Minderheiten in der Volksrepublik Deutschland : Ein Lexicon : C. H. Beck, Munich, pp. 119-134.

Kwong, P. (1997), Forbidden Workers : Illegal Chinese Immigrants and American Labor : The New Press, New York.

Larin, A. G. (1998), « Chinese in Russia : An Historical Perspective ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke : 281-300.

Li M. (1999), « ’To Get Rich Quickly in Europe !’– Reflections on Migration in Wenzhou ». In Frank N. Pieke and Hein Mallee (eds), Internal and International Migration : Chinese Perspectives : Curzon Press, Richmond, Surrey, pp. 181-198.

Liu Ningrong (1996), Zhongguo « renshe » chao : Jiushi Niandai Zazhishe, Hong Kong.

Mezlíková, M. (2000), « Chinese Sojourners in the Czech Republic in the 1990s : Strategies, Identities, and Cultural Interaction ». In Intercultural Relations, Cultural Transformation, and Identity : The Ethnic Chinese. Selected papers presented at the 1998 ISSCO conference. Kaisa Para Sa Kaunlaran, Inc., Manila, pp. 40-66.

Ministry of Justice (the Netherlands), Asylum Trends : Monthly Report on Asylum Applications in the Netherlands and in Europe, 7 September 2000.

Moore, M. [Markéta Mezlíková] (2001), The Case of People versus Media Stereotype and Statistics : A Study of Chinese in Central Europe. Unpublished paper.

Moore, M. [Markéta Mezlíková] and Czeslaw Tubilewicz (2001), "Perfect Strangers : Chinese Migrants in the Czech Republic". Unpublished paper.

Nieto, Gladys. "Género y procesos de exclusión en los relatos históricos de la diáspora china". In Actas del VIII Congreso Español de Antropología, vol. 2, Santiago de Compostela, pp. 19-26, 1999.

Nyíri, Pál (1998), « New Migrants, New Community : The Chinese in Hungary, 1989-1995 ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke, pp. 350-379.

Nyíri, Pál (1999), New Chinese Migrants in Europe : The Case of the Chinese Community in Hungary : Ashgate, Aldershot.

Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) (2001a), Migration Policies and EU Enlargement : The Case of Central and Eastern Europe : OECD, Paris.

Pan, L. (1990), Sons of the Yellow Emperor : The Story of the Overseas Chinese : Mandarin, London.

Pang, Ching Lin (1993), Tussen inpassing en identiteit : de Chinese gemeenschap in België : Steunpunt Migranten, Hoger Instituut voor de Arbeid, KU Leuven. Parker D. (1998), « Chinese People in Britain : Histories, Futures and Identities ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke, pp. 67-95.

Picquart, P. (1999), "Les Chinois à Paris". Doctoral Thesis : University of Paris-VIII, Geopolitics.

Pieke, F. N. (2002), Recent Trends in Chinese Migration to Europe : Fujianese Migration in Perspective : International Organization for Migration, Geneva.

Pieke, F. N. (1999), « Introduction : Chinese Migrations Compared ». In Frank N. Pieke and Hein Mallee (eds), Internal and International Migration : Chinese Perspectives : Curzon Press, Richmond, Surrey, pp. 1-26.

Pieke, F. N. & Gregor Benton (1998), « The Chinese in the Netherlands ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke, pp. 125-167.

Pieke, F. N. & Hein Mallee (eds) (1999), Internal and International Migration : Chinese Perspectives : Curzon Press, Richmond, Surrey.

Poisson, V. (2000), « When Does a Village Become a Qiaoxiang ? Case Study in Southern Zhejiang Province », In Cen Huang, Zhuang Guotu and Tanaka Kyoko (eds), New Studies on Chinese Overseas and China. International Institute for Asian Studies, Leiden, pp. 221-238.

Porquet, J.-L. (1997), Les clandestins : Enquête en France, en Chine et au Mali : Flammarion, n. p.

Portyakov, V. (1996), « Are the Chinese Coming ? Migration Processes in Russia’s Far East ». International Affairs : A Russian Journal of world Politics, Diplomacy and International Relations 42, 1, pp. 132-140.

Poston, D. L. & Mei-Yu Yu (1990), « The Distribution of the Overseas Chinese in the Contemporary World ». International Migration Review 24, 3, pp. 480-508.

Rogers, Alistair, A European Space for Transnationalism ? Transnational Communities Programme Working Paper 2K-07. Oxford, 2000. http://www.transcomm.ox.ac.uk/working_papers.htm

Shkurkin, A. M. « Chinese on the Labour Market in Eastern Siberia and the Russian Far East. » Paper presented at the workshop « The Last Decade of Migration from the People’s Republic of China to Europe and Asia », Budapest, 26-27 May 2000.

Skeldon, R. (1994), « Reluctant Exiles or Bold Pioneers : An Introduction to Migration from Hong Kong », in Ronald Skeldon (ed.), Reluctant Exiles ? Migration from Hong Kong and the New Overseas Chinese : M. E. Sharpe, Armonk, New York, 3-18.

Skeldon, R. (1997), Myths and Realities of Chinese Irregular Migration. IOM, Geneva.

Smith, P. J. (ed.) (1997), Human Smuggling : Chinese Migrant Trafficking and the Challenge to America’s Immigration Tradition : The Center for Strategic & International Studies, Washington, D. C.

Steinfeld, E. S. (1998), Forging Reform in China : The Fate of State-Owned Industry : Cambridge University Press, Cambridge.

Summerskill, M. (1982), China on the Western Front : Britain’s Chinese Work Force in the First World War : Michael Summerskill, London.

Teixeira, A. (1998), « Entrepreneurs of the Chinese Community in Portugal ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke, pp. 238-260.

Thunø, M. (1997), Chinese Migration to Denmark : Catering and Ethnicity. Ph. D. dissertation : Faculty of Humanities, University of Copenhagen.

Thunø, M. (1998), « Chinese in Denmark ». In Gregor Benton and Frank N. Pieke (eds), The Chinese in Europe : Macmillan, Basingstoke, pp. 168-196.

Thunø, M. (1999), « Moving Stones from China to Europe : The Dynamics of Emigration from Zhejiang to Europe ». In Frank N. Pieke and Hein Mallee (eds), Internal and International Migration : Chinese Perspectives. Curzon Press, Richmond, Surrey, pp. 159-180.

Thunø, M. (2001), « Reaching Out and Incorporating Chinese Overseas : The Trans-territorial Scope of the PRC by the End of the 20th Century ». The China Quarterly 168, pp. 910-929.

Tomba, L. (1999), « Exporting the ‘Wenzhou Model’ to Beijing and Florence : Suggestions for a Comparative Perspective on Labour and Economic Organization in Two Migrant Communities ». In Frank N. Pieke and Hein Mallee (eds), Internal and International Migration : Chinese Perspectives : Curzon Press, Richmond, Surrey, pp. 280-294.

Veikou, M. & Anna Traindafyllidou, Immigration Policy and Its Implementation in Italy : A Report on the State of the Art. Report prepared for the research project « Does implementation matter ? Informal administration practices and shifting immigrant strategies in four member states » (IAPASIS), 2000-2004.

Wang Chunguang (1999), and Jean-Philippe Béja, « Wenzhouren zai Bali : yizhong dute de shehui rongru moshi » (Wenzhounese in Paris : a unique model of social integration). Zhongguo shehui kexue, pp. 106-119.

Watson, J. L. (1976) Emigration and the Chinese Lineage : The Mans in Hong Kong and London : University of California Press, Berkeley.

Watson, J. L. (1977), « The Chinese : Hong Kong Villagers in the British Catering Trade ». In James L. Watson (ed.), Between Two Cultures : Migrants and Minorities in Britain : Basil Blackwell, Oxford, pp. 181-213.

Xiang, Biao (1999), « ’Zhejiang Village’ in Beijing : Creating a Visible Non-State Space through Migration and Marketized Traditional Networks ». In Frank N. Pieke and Hein Mallee (eds), Internal and International Migration : Chinese Perspectives : Curzon Press, Richmond, Surrey, pp. 215-250.

Xinjing Yi-er-san (1995a), « Fuzhou touduke zai Niuyue » (Irregular Fuzhounese in New York). Jiushi Niandai 1995, 8, pp. 68-75.

Xinjing Yi-er-san (1995b), « Niuyue Tangrenjie qitan » ≈ (Strange tales from New York Chinatown). Jiushi Niandai, 1995, 9, pp. 86-92.

Xinjing Yi-er-san (1995c), « Jinse maoxian de daijia » (The cost of the golden gamble). Jiushi Niandai, 1995, 10, pp. 80-85.

Yang Chu (2000), Touduzhe qunluo (Communities of irregular migrants). Peking : Jingji Ribao Chubanshe.

Zhang, S. and Ko-lin Chin (2001), « Task Force Orientation and Organizational Efficacy in Transnational Human Smuggling Activities. » Unpublished paper.

Zhou, M. (1998), « ’Parachute Kids’ in Southern California : The Educational Experience of Chinese Children in Transnational Families ». Educational Policy 12, 6, pp. 682-704.

Zhou, Xueguang, Nancy Brandon Tuma & Phyllis Moen (1997), « Institutional Change and Job-Shift Patterns in Urban China, 1949 to 1994 ». American Sociological Review 62, pp. 339-365.

Notes

1 Il existe des enquêtes spécifiques concernant les migrations depuis le sud du Zhejiang, notamment Béjà et Wang 1999, Cologna 1997, Giese 1999, Li 1999, Poisson 2000 et Tomba 1999.

2 De nombreuses références existent sur ce sujet. En guise d’introduction, on pourra consulter Byrd, 1992 ; Child, 1994 ; et Steinfeld, 1998.

3 Les deux principales références à ce propos sont Liao Chengzhi, « Attention Must Be Paid to Overseas Chinese Affairs » (Peking Review, 20 January 1978 : 14-16) et « Law of the People’s Republic of China on the Protection of the Rights and Interests of Returned Overseas Chinese and the Family Members of Overseas Chinese, » adopté le 7 septembre 1990 (Traduction anglaise publiée dans The Laws of the People’s Republic of China, 1990-1992. Ed. The Legislative Affairs Commission of the Standing Committee of the National People’s Congress of the People’s Republic of China. Peking : Science Press, 1993 : 111-114). Ces deux documents ne fournissent qu’une image partielle de la politique migratoire chinoise. Cependant, le droit à l’émigration semble en être un point crucial : la loi de 1990 consacre 4 articles sur 22 au droit des familles de Chinois de l’étranger ou des Chinois de l’étranger revenus à pouvoir voyager et s’installer à l’étranger (articles 15 à 18).

4 La République de Chine est l’appellation officielle du régime de Taiwan. La République Populaire de Chine désigne le régime de la Chine continentale.

5 Freeman distingue les sociétés anglophones peuplées par des pionniers, les États européens avec une migration post-coloniale de travailleurs étrangers, et les nouveaux pays d’immigration. L’Europe n’est concernée que par les deux derniers types, auquel le présent article ajoute les anciens pays socialistes d’Europe centrale et de l’Est.

6 La régularisation a aussi été une façon de résoudre en France (1997) et en Belgique (2000) le problème posé par l’existence d’une importante population clandestine. Il ne s’agissait cependant pas de mettre en place des régularisations régulières, mais bien de remettre les compteurs à zéro avant d’instaurer un régime beaucoup plus strict.

7 Entre 1996 et 2000 la Chine figure systématiquement dans les premiers pays d’origine des mineurs non accompagnés demandeurs d’asile aux Pays-Bas. Dans les huit premiers mois de l’an 2000, 665 de ces mineurs forment 67 % des demandeurs d’asile chinois aux Pays-Bas (ministère de la Justice, 2000 : 7).

8 En 2000, la République Tchèque a reçu 241 demandes et la Hongrie, 198 ; 1,9 et 1,6 % des demandes chinoises en Europe (Données du HCR « Demandes d’asile en Europe et Amérique du Nord, 200, Origine : Chine).

9 Les informations dont on dispose sur l’activité des passeurs concerne surtout les États-Unis qui sont toujours une destination privilégiée par de nombreux migrants. Cf. Chin, 1999 ; Kwong, 1995 ; Liu, 1996 ; Smith, 1997 ; Xinjing, 1995a-c ; Yang, 2000 ; Zhang et Chin, 2001. Skeldon, 2000, propose un panorama plus large sur cette question.

10 La production scientifique sur les Chinois d’Italie est importante et reflète la vigueur de la sinologie locale ainsi que l’intérêt réel que porte l’administration italienne à l’immigration (cf. Campani, Carchedi et Tassinari, 1994 ; Campani et Maddii, 1992 ; Carchedi et Ferri, 1998 ; Ceccagno, 1997 et 2000 ; Tomba, 1999).

11 Cette dernière région est en train de devenir l’une des principales zones de production d’habillement en Italie, caractérisée par des produits de meilleure qualité que ce qui se fait vers Prato (Antonella Ceccagno, conversation personnelle).

12 La base de données THEME3 d’Eurostat donne les chiffres suivants concernant les Chinois en Grèce (Hong-Kong et Taiwan exclus) : 454 en 1995, 566 en 1997 et 669 en 1998.

13 Malheureusement on ne dispose que de peu d’informations concernant ces pays, à l’exception notable des travaux de Mette Thuno sur le Danemark (Thuno, 1997, 1998 et 1999). Quelques travaux existent toutefois sur la Belgique (Pang, 1993) et l’Allemagne (Bowles, 1992 ; Giese, 1999 ; Gutinger, 1998 ; Knödel, 1995).

14 Les salaires se sont récemment effondrés suite à l’afflux de travailleurs migrants en compétition sur ces emplois. Il est encore trop tôt pour savoir si cela conduira à une diminution de l’immigration.

Notes de fin

* Ce chapitre est une version adaptée et retravaillée en français de l'article Frank N. Pieke, Editorial Introduction : Community and Identity in the New Chinese Migration Order. Population, Space and Place, 2007.

Auteur

Professeur d’anthropologie culturelle et chercheur à St Cross Collège à l'Université d'Oxford où il traite des questions politiques et sociales de la Chine contemporaine, des migrations chinoises, des réformes administratives et économiques en Chine Il a publié de nombreux articles et ouvrages dont : Internal and International Migration : Chinese perspectives, Transnational Chinese. Fujianese Migrants in Europe, Stanford University Press, Stanford, 2002 ; The Genealogical Mentality in Modern China, The Journal of Asian Studies 62 (1) : 101-128 (2003) ; Transnational Chinese : Fujianese Migrants in Europe, Stanford : Stanford University Press (first author with Pál Nyíri, Mette Thunø and Antonella Ceccagno) (2004) ; Contours of an Anthropology of the Chinese State : Political Structure, Agency and Economic Development in Rural China, Journal of the Royal. Anthropological Institute (N. S.) 10 (3) : 517-538 (2004). Transnational Villages in Fujian : Local Reasons for Migration to Europe, International Migration Review 39 (3) : 485-514 (with Mette Thunø) (2004) ; Community and Identity in the New Chinese Migration Order In Frank N. Pieke and Janet Salaff, eds. Migration and Sub-ethnicity in the Chinese Diaspora, Special issue of Population, Space and Place (2007).

Jean-Marie Sauboua (Traducteur)

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search