Version classiqueVersion mobile

Nouvelles migrations chinoises et travail en Europe

 | 
Laurence Roulleau-Berger

Introduction

Nouvelles migrations chinoises et marchés du travail européens

Laurence Roulleau-Berger

Texte intégral

  • 1 Voir aussi les travaux de Bash, L., Glick Schiller, N., Szanton Blanc, C. (1994)

1C’est un nouveau visage qu’acquiert progressivement l’Europe économique avec l’intensification des mouvements migratoires Est-Ouest. Parmi eux, il convient de souligner l'importance de plus en plus grande que prennent les déplacements de populations chinoises (très qualifiées ou peu qualifiées) et qui viennent dessiner, sur les marchés du travail d’Europe de l’Est et d’Europe de l’Ouest, les contours d’espaces économiques et sociaux transnationaux (Faist, 2000 ; Faist et Ozveren, 2004)1, voire transcontinentaux. La migration chinoise ne peut être considérée comme un phénomène nouveau en Europe – même si elle ne s’est constituée en Europe centrale et orientale qu’au cours de ces quinze dernières années –, mais elle s’est aujourd’hui intensifiée dans un contexte de transformation des marchés du travail nationaux ainsi qu’en raison des nouvelles politiques d'émigration en Chine et de l'ouverture des pays européens concernés. Ces États européens, notamment, ont mis en place des régimes migratoires différenciés qui participent au contrôle des arrivées tout en favorisant, paradoxalement, le développement des échanges économiques avec la Chine, avec tout ce que cela peut signifier de recrudescence des circulations migratoires. C’est dans ce nouveau contexte politique que les marchés du travail européens se reconfigurent et voient l’émergence de formes migratoires chinoises différentes de celles d’hier.

  • 2 En effet le système de l’enregistrement de la résidence et de l’état civil, sous le nom du hukou, a (...)

2Dans le contexte d’une ouverture économique de la Chine et dans celui de la globalisation, ces nouvelles migrations chinoises ne peuvent tout d’abord être pensées hors d’une mise en relation avec les migrations internes propres à la Chine continentale elle-même. Celles-ci, depuis 1990 n’ont cessé d’augmenter et de se complexifier. « Empêchées », avant 1979, avec la mise en place de la politique du hukou2 faite pour contrôler les mouvements migratoires des campagnes vers les villes, ces migrations ont été dans les années suivantes organisées et relativement limitées, mais connaissent depuis 1985 un développement considérable. Des mobilités larges et ouvertes sont alors venues, dans le cadre de migrations « volontaires », concurrencer et dépasser les migrations dirigées (Roulleau-Berger, Shi Lu, 2004). Et ce fort mouvement peut alors déboucher sur des mobilités transcontinentales, que ce soit vers le continent américain, le continent européen ou, très récemment, vers le continent africain.

3Nous nous intéresserons dans cet ouvrage aux nouvelles migrations chinoises vers l’Europe de l’Ouest et vers l’Europe de l’Est. Dans cette perspective, il faut remarquer que si les migrants chinois investissent les États possédant déjà une importante communauté chinoise (France, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Allemagne) (Poisson, 1997 ; Wang Chunguang et Beja, 1999 ; Guerassimov, 2000, 2003), ils se déplacent aussi vers l’Europe du Sud (Italie, Espagne, Portugal…), ainsi que l’Autriche et, depuis 1989, l'Europe de l’Est : la Bulgarie, la Tchéquie, la Slovaquie, la Serbie, la Russie et la Hongrie peuvent être définies comme des zones intermédiaires mais d'installation pour des populations chinoises. Quant aux principales provinces chinoises d'émigration, ce sont celles du Zhejiang et du Fujian (Pieke, Nyiri, Thune et Ceccagno, 2004) et, plus récemment, la Chine du Nord (voir Chapitre I). Ajoutons l’apparition, depuis l'ouverture des frontières de la Chine dans les années quatre-vingt, d’une nouvelle migration de Wenzhou composée en majeure partie de jeunes souvent d'origine urbaine tandis que récemment sont arrivés de Chine du Nord des migrants victimes des licenciements des entreprises d’État.

4La diversité des formes migratoires observées nous impose alors de penser tout à la fois et les dynamiques diasporiques et la production d’espaces économiques et sociaux transcontinentaux afin de mieux appréhender la transformation des marchés du travail européens. Les migrations chinoises donnent en effet à voir un double mouvement de transformation : d’une part, elles rendent compte de segmentations ethniques avec la production de niches ethniques sur des secteurs d’activités traditionnelles (confection, restauration, commerce…) et nouvelles (informatique, tourisme…) ; d’autre part, elles montrent comment les marchés locaux se globalisent de manière plus ou moins visible, voire se transnationalisent avec la circulation d’hommes et de femmes, de biens, de produits, de croyances, de normes minoritaires qui peuvent devenir majoritaires.

5Pour ce qui est des niches ethniques traditionnelles chinoises – celles liées, notamment en Europe de l'Ouest, à la restauration et la confection –, elles se construisent encore de manière discrète dans les interstices des marchés du travail des villes européennes ; elles sont reliées entre elles par des lignes de réseaux diasporiques et sont occupées par les populations les moins qualifiées, les femmes venant y concurrencer largement les hommes, soit par leur nombre, soit par le type d’activité qu’elles excercent. Ces niches économiques sont le lieu d’une « shadow economy » (Jennings, 1998), où les employés primo-arrivants concernés souffrent d’invisibilité sociale, alors que leurs employeurs chinois déjà installés peuvent développer des parcours de mobilité sociale. Elles sont plus fréquentes en Europe de l'Ouest, alors qu’en Europe de l’Est la présence chinoise s’affirme dans le bâtiment et les travaux publics, l’agriculture, l’industrie forestière et l’industrie légère, activités au sein desquelles les migrants chinois occupent des postes qui ne requièrent que peu ou pas de qualifications (Chapitre II).

6Reste qu’aujourd’hui, dans les différentes économies européennes, les niches économiques traditionnelles arrivent à saturation (Chapitre IX). On voit alors les populations chinoises accéder à des segments de marchés du travail nationaux, dès lors qu’elles ne se trouvent pas en situation d’insécurité linguistique. Mais, souvent victimes de discrimination systématique (De Rudder, Poiret et Vourc’h, 2000), ces populations font l'objet d'un traitement inférieur à celui que reçoivent leurs homologues autochtones, malgré une instruction, des qualifications et une expérience comparables, voire supérieures.

7Cela dit, les populations chinoises ne fonctionnent pas seulement dans un dispositif économique strictement limité à un cadre national : certaines d’entre elles se retrouvent également insérées au sein d’un système de réseaux transnationaux créé dans le cadre d’une diaspora qui doit être définie, selon E. Ma Mung (2000), par « la multipolarité de la migration et l’interpolarité des relations entre les différents lieux de fixation ». Ainsi, une certaine migration chinoise est majoritairement constituée, en Europe centrale et orientale comme en Europe de l’Ouest, de commerçants et d’entrepreneurs inscrits au sein des réseaux transnationaux, tandis que même les Chinois les moins bien dotés en ressources sociales et économiques parviennent à développer des formes de commerce informel, tel le commerce frontalier pratiqué aux frontières sino-russes depuis une quinzaine d’années.

8De nouvelles circulations migratoires remettent ainsi en cause certaines formes diasporiques anciennes pour en laisser apparaître d’autres, qui viennent concurrencer de manière discrète et active des réseaux économiques et politiques nationaux, régionaux et locaux. Des réseaux de solidarité et d’entraide mutuelle relient alors les pôles de chaînes migratoires liées à la Chine continentale de manière très active.

9Aujourd'hui, les Chinois les mieux dotés en capital social et économique se tournent plutôt vers des activités commerciales en relation avec la Chine, notamment ceux qui ont émigré en Europe centrale et orientale et en Europe du Sud, où les marchés du travail offrent plus d’opportunités qu'en Europe de l'Ouest (Chapitre III). Au début des années quatre-vingt-dix, en effet, les États d'Europe du Sud ont favorisé l'installation d'une immigration d'entrepreneurs chinois qui se sont vite intégrés aux économies nationales. L'Europe centrale a aussi favorisé l'émergence de l’activité d'entrepreneurs, d'hommes d'affaires et de commerçants chinois, tandis que les carrières des Chinois en Europe de l’Est génèrent des formes de mobilité sociale assez affirmées. On voit ainsi se constituer des « minorités intermédiaires » – au sens de Bonacich –, c’est-à-dire des groupes qui s’appuient sur des réseaux transfrontaliers pour investir des positions institutionnalisées dans des niches économiques (Chapitre IV). Et on constate que ces communautés transnationales ne peuvent exister sans l’aide de réseaux sociaux denses constitués à partir de capitaux sociaux individuels construits en Chine, sur les routes migratoires et dans les pays d’accueil (Chapitre V).

10Les populations chinoises bien dotées en capital social et économique occupent également, dans les différents pays européens, des segments de marchés du travail qualifiés et hautement qualifiés, aussi bien dans les secteurs des services que dans le secteur industriel ou dans celui des nouvelles technologies (Chapitre VI). On observe que la présence chinoise s’institutionnalise sur les marchés du travail par « la revitalisation d’un capitalisme marchand » – pour reprendre l’expression d’A. Miranda – par exemple par le biais d’un commerce « ethnique » à la fois local et global (Chapitre VII). Les niches économiques changent alors de structuration (c’est le cas, par exemple, en Bulgarie où des Chinois emploient des autochtones), de nouveaux types d’entrepreneurs donnant naissance à de nouveaux agencements sur des marchés mondiaux, à partir de dispositifs économiques dispersés et l’apparition d’économies internationales de travail matériel et immatériel.

11Dans une « société en réseaux » (Castells, 1996), où les formes du capitalisme contemporain ne cessent de se recomposer avec la flexibilité et l'instabilité du travail (Sassen, 1998), le développement de ces nouvelles migrations chinoises multipolaires impliquent de moins en moins d’installations dans les pays européens et supposent plutôt des mobilités réversibles, pendulaires et continues entre la Chine et d’autres pays. Les parcours migratoires ne cessent alors de se diversifier : nombre d’itinéraires complexes viennent ainsi se substituer aux anciens parcours caractérisés par la continuité et la stabilité, les migrants chinois développant des trajectoires professionnelles de plus en plus diversifiées au sein de différents types de segments des marchés du travail.

12Nous apprenons aussi que, pour maintenir et développer des relations d'échanges et de coopération avec la Chine continentale, les migrants chinois disposent, en Europe centrale et orientale, d'un capital culturel, d'un capital de mobilité et d'une facilité d’accès aux moyens de communication plus importants que ceux qui existent en Europe de l'Ouest. Précisons enfin que la présence des femmes chinoises s’est de plus en plus affirmée ; elles jouent un rôle de plus en plus important dans des économies ethniques en participant activement à la construction et à la consolidation de réseaux familiaux fortement mobilisés ; elles développent, quand elles sont qualifiées, des carrières transnationales de prestige qui se construisent à partir de réseaux et de normes de confiance et de réciprocité qui facilitent la coordination et la coopération pour produire du capital social (Putnam, 2000) (Chapitre VIII).

13Ainsi, en fonction des ressources économiques, sociales, symboliques qui sont les leurs et des contextes d’accueil économiques et politiques où ils se trouvent placés, les migrants chinois développent des types de carrières migratoires bien différenciés selon les sociétés d’Europe qui les reçoivent. Pour comprendre cette pluralité des parcours migratoires, il convient de prendre en compte un double processus d’individuation : un processus d’individuation « située », c’est-à-dire lié à un mode d’inscription économique dans un contexte local ; un processus d’individuation « globalisée » associé à un processus de standardisation où les individus sont de plus en plus contraints à la flexibilité et à la mobilité dans une multiplicité de lieux. Ce processus d’individuation globalisée prend divers visages. On parlera d’individuation globalisée « par le bas » quand il s’agira de migrants chinois perdant des biens matériels, sociaux, économiques et symboliques dans une diversité d’espaces à faible légitimité et où leur capital social et spatial ne cesse de s’amoindrir en raison d’un accès à des places faiblement valorisées sur les marchés du travail européens ; on parlera par contre d’individuation globalisée « par le haut » quand il s’agira de migrants accumulant des biens matériels, sociaux, économiques et symboliques dans une diversité d’espaces à forte légitimité et où ils acquièrent toujours plus de capital social et spatial en accédant à des places hautement valorisées sur les marchés du travail européens.

14Le but de cet ouvrage est de montrer comment de nouvelles formes diasporiques liées à la migration chinoise participent activement à la reconfiguration des marchés du travail européens, où se conjuguent le « transnational » et le « national » (Bordes-Benayoun et Schnapper, 2006) dans un contexte de redéfinition des politiques d’immigration européenne et d’émigration en Chine. Les migrants chinois, par leur capacité à développer de nouvelles compétences circulatoires et intégratives (cf. Wang Chunguang), à maintenir – voire à renforcer – des liens diasporiques existants et à produire de nouveaux espaces économiques transnationaux, sont acteurs de mondialisations « discrètes » (à partir de stratégies de survie) ou de mondialisations « par le haut » (à partir de carrières d’entrepreneurs internationaux) (Portes, 1999). À travers la diaspora chinoise, on voit la nécessité d’établir des liens entre diasporas, espaces transnationaux et même communautés transnationales si l’on veut comprendre les processus de globalisation économique dans toute leur complexité (Tarrius, 2000). En cela, la figure contemporaine du migrant chinois devient emblématique dans la mesure où elle rend compte des interactions entre diaspora, marchés du travail européens, espaces économiques transnationaux et individuation dans un contexte de globalisation.

15Dans une Première partie, nous analyserons comment, dans un contexte de globalisation économique, les nouvelles migrations chinoises contribuent, par la production de niches économiques, à la fragmentation et à la hiérarchisation ethnique des marchés du travail européens. Dans une Deuxième partie, nous verrons comment elles participent également à la pluralisation des économies (avec la démultiplication d'espaces transnationaux), ainsi qu’au déplacement et à la redéfinition des frontières de nouveaux territoires productifs multipolaires, le tout à partir de dynamiques diasporiques génératrices de mondialisations parallèles, de "transnationalismes par le bas" et de "transnationalismes par le haut". Dans une Troisième partie, enfin, nous regarderons comment se démultiplie la figure du migrant chinois à travers une diversité de carrières où les ressources identitaires sont mobilisées sur un mode continu ou discontinu, où les mobilités apparaissent à la fois comme ressources et comme contraintes, où les contextes économiques et politiques sociétaux agissent différemment sur des processus d'accès aux marchés du travail de plus en plus différenciés et hiérarchisés.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bash, L., Glick Schiller, N., Szanton Blanc, C. (1994) : Nations Unbound : Transnational projects, postcolonial predicaments, and deterritorialized Nation-States, Langhorne, Penn : Gordon and Breach.

Bordes-Benayoun, C., Schnapper, D. (2006) : Diasporas et nations, Odile Jacob, Paris.

Castells, M. (1996) : The rise of the network society, Blackwell Publishers, Oxford.

De Rudder, V., Poiret, C., Vourc'h, F. (2000) : L'inégalité raciste. L'universalité républicaine à l'épreuve, PUF, Paris.

Faist, T. (2000) : The volume and dynamics of international migration and transnational social spaces, Oxford University Press, Oxford.

Faist, T., Ozveren, E. (2004) : Transnational social spaces : agents, networks and institutions, Ashgate, Aldershot.

Guerassimoff, C. (2000) : « French Immigration Policy and the Chinese Migrants during the Last Five Years »., in Cen Huang, Zhuang Guotu and Tanaka Kyoko (ed.), New Studies on Chinese Overseas and China, International Institute for Asian Studies, Leiden, pp. 85-102.

Guerassimoff, C. (2003) : La Chine et les nouveaux migrants chinois en Europe. Migrations et Société, vol. 15, no 89, septembre-octobre 2003.

Jennings, A. J. (1998) : « Nubian Women and the Shadow Economy », in Lobban, R. A. Middle Eastern Women and the Invisible Economy, University Press of Florida, Miami.

Ma Mung, E. (2000) : La diaspora chinoise, géographie d'une migration, Orphys, Paris.

Pieke, F. N., Nyiri, P., Thune, M., Ceccagno, A. (2004) : Transnational Chinese, Fujianese migrants in Europe, Stanford University Press, Stanford.

Poisson, V. (1997) : La population originaire du Zhejiang en France, Approches Asie, no 15, 1997, pp226-241.

Portes, A., Guarnizo, L. E., Landolt, P. (1999) : « The study of transnationalism : pitfalls and promises of an emergent research field », Ethnic and Racial Studies, XXII, 2.

Putnam, R. (2000) : Bowling alone : the collapse and revival of American Community, Simon and Schuster, New York.

Roulleau-Berger, L., Shi lu (2004) : “Routes migratoires et circulations en Chine : entre mobilités intracontinentales et transnationalisme”, Revue Européenne des migrations internationales, no 20, pp7-29.

Sassen, S. (1998) : Globalization and its discontents : Essays on the new mobility of people and money, The New Press, New York.

Tarrius, A., en collaboration avec Missaoui, L. (2000) : Les nouveaux cosmopolitismes. mobilités, identités, territoires, La Tour D'Aigues, Éditions de l'Aube.

Wang Chun Guang, Beja, Jp (1999) : Wenzhounese in Paris : a unique model of social integration, Zhongguo shehui kexue, pp106-119.

Notes

1 Voir aussi les travaux de Bash, L., Glick Schiller, N., Szanton Blanc, C. (1994)

2 En effet le système de l’enregistrement de la résidence et de l’état civil, sous le nom du hukou, avait été mis en place en 1958 dans un contexte de pénurie de céréales et de migrations vers les villes ; la mise en place de cette politique anti-migratoire s'appuyait sur le contrôle de la mobilité géographique des individus en dehors de leur lieu d'enregistrement de résidence.

Auteur

Sociologue, Directrice de recherches au CNRS/LISE, Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique (Paris, Cnam). Elle a été visiting scholar en 2006 à l’Académie des Sciences sociales de Chine (Pékin). Elle a travaillé sur la socialisation urbaine, l'accès à l’emploi des jeunes issus de l’immigration, plus récemment sur les migrations internes et les marchés du travail en Chine, et les migrations chinoises en France. Elle a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages dont : Le travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, L'Aube, 1999 ; Les jeunes et le travail en France : 1950-2000 avec C. Nicole-Drancourt, PUF, 2001 ; Youth and work in the Post-Industrial City of North America and Europe, (ed) Brill, Leiden-Boston, 2003 ; La rue, miroir des peurs et des solidarités, PUF, Paris, 2004 ; Routes migratoires et circulations en Chine : entre mobilités intracontinentales et trans-nationalisme, avec Shi Lu, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol XX, no 3, décembre 2004 ; « Nouvelles » migrations chinoises, économies plurielles et « individuation globalisée » en Europe, Diasporas no 9, décembre 2006.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search