Version classiqueVersion mobile

Les fabriques du corps

 | 
Anastasia Meidani

D’un corps socialement attribué

Du professionnel à l’adhérent : le « jeu » de la mise en forme du corps

Texte intégral

1EN SYMBOLISANT LA RUPTURE du « dehors » et du « dedans », l’univers de la salle favorise avec une efficacité qui lui est propre, la fusion des microcosmes qu’il se donne pour tâche de rassembler. Le club constitue un contexte situationnel où des expériences personnelles distinctes s’entrelacent ; l’univers de la salle prend sens au cœur de ces entrelacements. Une des tâches essentielles de l’analyse était de mettre à jour ces entrelacements et de faire surgir leur nature processuelle (A. Strauss, 1992 a). C’est le défi que l’on se lance pour ce chapitre, prenant pour objet la trame de négociation entre professionnels et adhérents.

2Au sein de l’univers de la salle, les professionnels de terrain se présentent comme un maillon conjonctif entre la direction et la clientèle. Loin de l’osmose, ces trois mondes vont fonder leur symbiose sur la confrontation.

« Le client, la direction et le professionnel, tout ça est en perpétuel changement, voire en confrontation, pour créer quelque chose qui se tient à peu près et qui fait que le client est dans la globalité satisfait (…) Quel que soit le centre, qu’il soit petit ou grand, qu’il ait un chiffre d’affaire important ou pas, on est obligé de s’adapter au jour le jour (…) Alors on est censé, nous professionnels, orienter à la fois le client et la direction commerciale. » (Catherine, 26 animatrice de C.R.F., C.).

3La négociation « implique toujours une certaine tension entre les parties, faute de quoi elles ne seraient pas en train de négocier » (A. Strauss, 1992 a : 122). En accord avec cette thèse, notre objectif est de montrer comment, au sein de ce microcosme social, s’effectue la mise en place des pratiques corporelles quotidiennes, médiatisées par l’élaboration de nombreux compromis entre les représentants d’une certaine politique sportive et l’expérience individuelle des acteurs sociaux (expérience liée à leurs trajectoires somatiques). L’étude des résultats obtenus constitue un moyen privilégié pour analyser la trame de la négociation entre ces deux pôles (professionnels et pratiquants). Par « résultats » de l’ordre négocié de la salle, nous entendons l’installation de multiprogrammes qui visent à codifier les pratiques corporelles et, par-là, les attentes des adhérents face à ces pratiques.

Le principe de la prise en charge

4Les multiprogrammes incarnent cette notion d’ordre, devenue aujourd’hui monnaie courante dans l’univers de la salle : le principe de la prise en charge. Le premier contact entre les professionnels de terrain et les adhérents synthétise de manière pertinente cette convention. Lors de la première séance, les moniteurs sont censés définir avec l’adhérent l’élaboration d’un programme d’activités sportives, alimentaires et esthétiques, afin que ce dernier puisse atteindre les objectifs qu’il s’est fixés – objectifs déjà énoncés de sa part lors de la mise au point du contrat d’adhésion. La direction commerciale est censée avertir l’équipe des professionnels de terrain des objectifs du client mais, en réalité, les informations recueillies lors du premier entretien arrivent rarement jusqu’à ces professionnels. Ceux-ci découvrent donc la demande de leur client et, ce faisant, ils estiment entrer dans un « jeu », le jeu de l’entretien et/ou de la manipulation de son corps, basé sur « un contrat de confiance ».

« C’est ce que j’appelle un contrat de confiance, c’est-à-dire qu’on dépasse l’aspect commercial (…) On va construire un projet avec la personne en lui disant : “ Voilà : vous avez une demande, je réponds et vous allez me dire si vous comprenez ma réponse et si elle vous convient etc. “ En fait c’est un jeu. » (Marie, 32, éd. sportive, C., 2).

5La séance débute par une série de tests spécifiques qui permettent de mesurer (grâce à des logiciels adaptés et un circuit cardio-fitness accommodé) les capacités physiques de l’individu, évaluées à travers les paramètres de fréquences cardiaques. Les indices tels que l’ADS (Action Dynamique Spécifique des Aliments) renvoyant au nombre de calories nécessaires pour convertir en énergie les aliments ingurgités, le TMB (Taux Métabolique de Base) fondé sur la fréquence cardiaque au repos, la DER (Dépense Énergétique au Repos, DER = TMB + ADS), l’AQ (Activité Quotidienne) impliquant le nombre approximatif de calories brûlées lors des activités quotidiennes extra-sportives¸ s’ajoutent aux représentations graphiques montrant la composition actuelle et la composition projetée du corps. Les moniteurs insistent sur ces indices numériques et ce faisant, ils cherchent à justifier le caractère « personnalisé » des programmes qu’ils vont proposer. L’extrait qui figure dans toutes les fiches individuelles des adhérents de « Gym Jouvence » nous en donne un aperçu.

« Le programme suivant a été conçu spécialement pour vous, il est basé sur les résultats de l’analyse de composition de votre corps et sur vos objectifs personnels. Le but de ce programme est de vous procurer les moyens qui vont vous permettre de vous approcher de votre composition du corps idéal. »

6Dans la mesure où l’équipement du centre, démuni de logiciels adaptés, n’offre pas la possibilité d’accéder à ce type de données (issues de tests spécifiques), le moniteur chargé du premier rendez-vous va directement entamer la séance par l’élaboration d’un multiprogramme en se basant sur sa propre expérience professionnelle. En commençant par la mise en place d’un circuit cardio-fitness, le moniteur souligne, dans un premier temps, l’importance de la zone de fréquence cardiaque à respecter, ainsi que les calories brûlées en fonction du temps de pratique. L’objectif est d’ajuster la dépense calorique hebdomadaire à la consommation énergétique et de générer un travail cardio-vasculaire à partir d’exercices d’aérobic tels que la marche, la natation, le rameur, le vélo ou le step. Dans un deuxième temps, le professionnel élabore une fiche individuelle visant surtout à définir les « zones à restructurer » (cuisses, fessiers, ischions, etc.), à travers une série d’exercices cherchant à faire travailler des groupes musculaires spécifiques à l’aide de poids. Ainsi, le moniteur précise les charges recommandées, le nombre de répétitions et le temps de récupération entre chaque exercice.

7Si le centre met à la disposition du client les services d’un nutritionniste ou d’un diététicien, il va sans dire que le moniteur ne se charge pas de cette tâche. Dans le cas inverse, il préconise à l’adhérent un programme nutritionnel, basé sur le calcul des protéines, des glucides et des lipides consommés, repartis lors de cinq prises alimentaires par jour. En mettant l’accent sur la coordination des pratiques corporelles, les professionnels attribuent une importance primordiale à ces règles nutritionnelles, qu’ils présentent comme des axiomes à l’abri de toute contestation.

« Si l’objectif au départ c’est une modification importante de l’esthétique, l’aspect alimentaire va jouer à 40-50 % des résultats. C’est très, très important. On est ce que l’on mange. » (Claudine, 28, animatrice de C.R.F., Cél.).

8Les professionnels se réfèrent rarement aux soins esthétiques proposés par le centre. En fait bien souvent, ils se contentent de communiquer les tarifs de soins en distribuant les prospectus entassés à l’accueil.

9Cette première séance qui ne dépasse pas les 30 minutes (et ceci indépendamment du type de centres), finit par la démonstration rapide des exercices sportifs qui figurent dans le programme individuel et qui impliquent l’appareillage du cardio-training et de la salle de musculation. Pour le sociologue donc, ce terme de « programme » se traduit par une planification de pratiques somatiques qui cherche à assurer la transformation et/ou l’entretien de l’image corporelle. Le contrôle de ce processus évoque une logique de rendement du corps, suggérée par la fiche individuelle, qui vise à évaluer mensuellement l’évolution de la résistance, du poids, du tour de la taille, des hanches, de la force, etc. Le procès de réification du corps atteint ainsi son comble : le processus de conformation et/ou de modification de la chair se mue en labeur socialement quantifié, toujours défini par rapport à un certain idéal.

10C’est en ce sens que les pratiques corporelles sont profondément inégalitaires. La discrimination qu’elles impliquent s’opère tant au niveau des résultats esthétiques qu’au niveau des performances. Au même titre que la comparaison des mensurations, la comparaison quantitative des résultats obtenus sur la base d’une même tâche à réaliser dans des conditions quasi expérimentales (exemple : parcourir 400 mètres en 59 minutes), chosifie le corps en en faisant une somme de vecteurs et de facteurs physiques parcellisés : force, adresse, résistance, etc. Cette chosification cherche à simplifier la complexité de la trame de négociation ; une complexité qui provient essentiellement du caractère multidimensionnel du processus de la mise en forme du corps, et qui influence tant le nombre que la nature des questions négociées.

Les « usines de la forme » : entre l’ordre institutionnel et la trame de négociation

11Les composantes les plus permanentes de l’ordre institutionnel des C.R.F. jouent sur la trame de négociation. Les options qui permettent d’éviter ou de rejeter les négociations, tout comme le rythme de ces dernières, caractéristiques qui se différencient selon les types des centres, en témoignent (A. Strauss, 1992 a).

12Dans les « usines de la forme » la trame de la négociation est étroitement associée au caractère problématique des programmes initialement proposés. Analyser les difficultés que posent ces programmes revient à prendre en compte les deux catégories de professionnels qui composent l’équipe enseignante : les animateurs et les éducateurs sportifs. Cette catégorisation est basée sur les années de leur cursus professionnel et le parcours de leur formation, qui influencent la façon dont ces spécialistes perçoivent tant le client que leur propre rôle professionnel. Les éléments précités déterminent la nature et la qualité des interactions que l’équipe enseignante développe avec la clientèle.

13Ces interactions dépendent, tout d’abord, de la façon dont le spécialiste appréhende le cadre de son intervention auprès de la clientèle. Certains moniteurs cherchent à être tout simplement présents dans la salle pour accueillir et surveiller les adhérents qui font de la musculation ou bien pour expliciter les exercices lors d’un cours collectif. Dans ce cadre d’intervention, l’échange verbal est limité au minimum : les moniteurs répondent aux éventuelles questions des adhérents mais ne cherchent pas le contact, sauf dans le cas où ils estiment que l’intégrité physique des pratiquants est menacée.

14D’autres professionnels accompagnent les séances des membres du club en intervenant, dans la mesure du possible, sur le programme de chacun d’entre eux. Selon cette perspective, les moniteurs sont davantage disponibles, prêts à donner des conseils et des explications – même lorsque ceux-ci ne leur sont pas demandés. Enfin, quelques professionnels préfèrent établir un carnet de R.D.V. et suivre un seul adhérent pendant 45 minutes. Ce dernier cadre d’intervention engage principalement les éducateurs sportifs.

15Chacune de ces possibilités influence l’élaboration des protocoles d’action, les options permettant d’éviter ou de rejeter la négociation, mais aussi le rythme des transactions. Plus le parcours de la formation et l’expérience professionnelle dans l’univers de la salle sont longs, plus la trame de la négociation va s’étendre. Dans ce sens, des différences significatives surgissent entre les animateurs et les éducateurs sportifs.

16En traçant une ligne de démarcation entre le paraître, l’être et la santé, les animateurs conçoivent l’image esthétique comme une entité à part, une masse malléable. En tentant de fixer une trame technique destinée à modifier l’apparence, ils présentent le travail musculaire intensif et la restriction alimentaire comme un devoir impératif. Ainsi, les animateurs proposent des programmes interchangeables à volonté, en se fondant uniquement sur les comptes rendus des tests de la première séance – parfois même sans détenir ces données – sans avoir aucune idée du cours de la trajectoire somatique antérieure de la personne, quelquefois même sans connaître ses objectifs.

17Pressés d’établir des protocoles définitifs, les animateurs négligent avec bonne conscience la dimension processuelle de toute tentative visant à intervenir sur l’image du corps. Ainsi, la réponse qu’ils fournissent au niveau technique à la demande de l’adhérent ne peut être que partielle, et le projet qu’ils proposent ne peut assurer qu’un résultat à court terme – et ceci dans le meilleur des cas. Autrement dit, les animateurs en tentant de répondre à la demande de l’adhérent concernant le « comment », laissent de côté le « pourquoi » ; en essayant de traiter les symptômes, ils évitent de soulever la question des causes ; en s’intéressant à la forme, ils oublient le fond. Un des éducateurs sportifs interviewés en développe un discours très critique pour certains de ses collègues :

« “ J’ai 10 kg à perdre “ c’est une chose que l’on entend souvent en remise en forme. La réponse traditionnelle est : " on va vous faire pédaler, on va vous faire un super programme diététique ", on va vous faire tout un tas de choses en restant sur le domaine du paraître, c’est-à-dire, seulement sur une des bases pour moi essentielles, (…) et on oublie les deux autres : l’être et la santé (…) La personne veut perdre 10 kg, elle va peut-être en perdre 4, en reprendra 8, pourquoi ? Parce qu’on a essayé de répondre à un problème sans avoir posé la bonne question au départ : “pourquoi j’ai 10 kg de plus ? “ » (Daniel, 33, éd. sportif, C., 2).

18Dans la mesure où les animateurs ne prennent pas le temps de saisir le problème, la fiabilité des programmes proposés reste défaillante. Par conséquent, les possibilités de commettre des erreurs, provenant d’une identification problématique de la demande initiale du client, s’accroissent considérablement. L’absence de réévaluation périodique des programmes ne fait qu’aggraver le problème. Cette réalité du terrain se situe aux antipodes du discours commercial, selon lequel l’équipe enseignante remplit scrupuleusement la fiche individuelle de chaque adhérent, afin de suivre de près ses progrès. En réalité, la révision des programmes constitue un phénomène rare dans l’univers du « biceps business ». Seule une petite minorité de clients, reconnue comme « méritante », en jouit (A. Strauss, 1992 a). Pour la grande majorité des pratiquants, le programme est établi une fois pour toutes lors de la première séance ou alors se rectifie légèrement après la sollicitation de l’adhérent.

19En établissant des protocoles définitifs, les animateurs alimentent l’illusion d’une identification fixiste du problème et le mythe des résultats immédiats, même s’ils savent pertinemment – pour l’avoir expérimenté sur leur propre corps – que le modelage physique exige la mise en place des pratiques sans cesse renouvelées, constamment exposées au risque d’erreur. En laissant de côté cette complexité embarrassante les animateurs s’accordent le statut d’« expert », et finissent par concevoir le client comme un demandeur profane. Un automatisme s’installe au cœur de l’interaction, qui cherche dans la répétition la sécurité de la prévision. L’animateur, en enlevant à la demande du client son caractère unique, gagne du temps et de l’énergie.

20Soyons précis : lorsque nous constatons que les animateurs ne prennent pas, en règle générale, le temps d’apprécier de manière convenable la crédibilité des programmes qu’ils suggèrent, nous ne disons pas qu’ils ne passent pas de temps avec les adhérents. Mais que se passe-t-il au cours de ces échanges ? Les interactions entre animateurs et adhérents tournent en grande partie autour de l’enseignement des savoir-faire indispensables à la manipulation de l’appareillage de la salle et l’exécution des exercices. Les adhérents ont besoin qu’on leur apprenne comment utiliser un step, comment se tenir lorsqu’on lève du poids pour ne pas se faire mal au dos, quelles sont les techniques de respiration durant le travail des abdominaux, etc. La transmission de ces savoir-faire réduit les animateurs de la salle au rôle du technicien et, ce faisant, elle influence la nature des interactions. Dès lors, la primauté accordée à ces exercices d’ordre fonctionnel, susceptibles de produire des résultats précis, impose une gestion proprement technique du corps et exclut donc la dimension identitaire du processus de sa mise en forme.

21Par ailleurs, les échanges développés entre animateurs et adhérents ont comme résultat un modelage d’ordre symbolique du corps. Ces spécialistes, soucieux de l’image qu’ils véhiculent, proposent un ensemble de mises en jeu corporelles tantôt hédonistes tantôt ascétiques. Ces mises en jeu visent à faire partager certains signes emblématiques conçus comme indispensables. Il s’agit d’un façonnage symbolique diffus de la chair qui finit par influencer l’avenir de la négociation entre l’adhérent et l’animateur. Dans la mesure où l’adhérent accepte de s’approprier les signes qui lui sont proposés, il sera reconnu comme un des « leurs » ; dans le cas inverse, il sera vu avec méfiance et réserve.

« Jeudi 18 avril, 18 h 00, Cours de “Body Sculpt“ à “Gym Jouvence“.

Évelyne était toujours à la même place : à gauche au fond de la salle. Derrière son long T-shirt noir et son pantalon gris et usé, on discernait un corps fin, des muscles étirés et matraqués au long des années. Le port de son torse, ses épaules tenues toujours en arrière, la manière dont elle tenait son cou dessinaient les traces que la danse classique a pu laisser sur sa chair.

La perfection de ses mouvements maîtrisés aux moindres détails, la légèreté de ses gestes, la souplesse de ses muscles forgés, la rigueur avec laquelle elle exécutait les exercices, ses grands écarts, devenaient presque gênants. Ce n’était pas la perfection de ses mouvements qui posait problème : c’était l’imperfection de leur mise en scène qui devenait insupportable.

Évelyne dans sa manière de porter son corps fournissait la preuve tangible qu’on n’avait pas besoin de body échancrés et de collants moulants, de guêtres et de ceintures pour travailler les muscles. Sa façon de se démarquer, étant démesurément discrète, devenait accablante. En effet, elle était si embarrassante que jamais l’animateur ne lui adressait la parole. Il n’allait jamais la voir, il n’allait jamais la corriger. D’ailleurs qu’est-ce qu’il y avait à corriger sur elle ?

La silhouette d’Évelyne était exemplaire, elle n’avait pas besoin d’emblèmes. Mais l’absence de tout signe rendait ridicule toute cette mise en scène dans laquelle l’enseignant avait besoin de se réfugier. Visiblement Évelyne posait problème.

Jeudi 16 mai, 18 h 00, Cours de “ Body Sculpt “ à “ Gym Jouvence “.

L’absence d’échanges avec le moniteur n’a pas tenu longtemps, on était déjà le 16 mai, à peine un mois après l’avoir rencontrée, Évelyne n’était plus là. Je savais que je n’allais pas la revoir. Je savais déjà que je ne pourrais jamais la remercier (qu’à travers mes écrits) de m’avoir appris à porter mon regard sur le façonnage symbolique du corps et sa place dans les interactions ! »

22À l’opposé, les éducateurs sportifs, sans prétendre « jouer » les psychologues ou les médecins mais tout en considérant « jouer » dans le quotidien tant avec la psychologie qu’avec la santé des adhérents, vont proposer un multiprogramme en tenant compte de la demande individuelle. En tentant de comprendre les causes du problème exposé par le client, les éducateurs sportifs « perdent » du temps, ce qui rend leur travail beaucoup moins rentable – du moins selon les propos de la direction commerciale. En outre, lors de leurs échanges avec les adhérents, ils n’hésitent pas à remettre en question le principe de la souffrance physique et, en conséquence, à se confronter avec eux. Car selon les éducateurs sportifs, la grande majorité de pratiquants perçoit son corps comme un « corps en souffrance » qu’il faut sans arrêt remettre en état, et la dépense énergétique comme un « rafistolage permanent ».

« La personne obtiendra un résultat 10 fois plus important avec des massages qu’avec 10 heures d’exercices localisés sur telle et telle partie du corps (…) Avant de sauter sur les exercices, d’agiter la personne dans tous les sens en risquant peut-être l’accident, moi je dis : “ attention, essayons de comprendre pourquoi… “ » (Richard, 40, éd. sportif, M., 2).

23La façon dont les professionnels de terrain se positionnent face à la demande et/ou le moyen technique suggérés par le client, doit être mis en relation avec l’expérience que ces spécialistes ont accumulée dans le processus de la mise en forme de leur propre corps. Dans la mesure où la recherche des objectifs définis par l’adhérent compromet des pratiques sportives, alimentaires et/ou esthétiques que l’éducateur sportif a testées dans le passé sur son corps, ce sont ses propres considérations (liées au calcul des risques, à la commodité et à l’inconfort de certaines pratiques, les techniques – plus au moins disponibles – que celles-ci impliquent, la rapidité des résultats recherchés, leur impact psychologique etc.) qui entrent en jeu. Dans la mesure où l’éducateur sportif n’est pas d’accord avec le moyen technique suggéré par l’adhérent, il y a de fortes chances pour qu’il refuse de suivre sa démarche.

« J’ai des limites par rapport à mon expérience, je tiens mes propres conclusions et pour moi la douleur physique fait partie du passé (…) quand on suit un client, on suit la technique qu’il a demandée, il faut être honnête. Mon vécu fait qu’aujourd’hui je n’accepte plus certaines choses qui vont être ravivées par certaines techniques. » (Daniel, 33, éd. sportif, C., 2).

24Le professionnel, en refusant d’accompagner un client, s’oppose à un des principes de base de la déontologie professionnelle des C.R.F., selon lequel « le client est roi ».

« C’est un cas très délicat (prescription des stéroïdes) parce que soit, je prends ce qu’on pourrait appeler la déontologie des C.R.F. qui consiste à dire que “le client est roi “, donc il a raison et je lui donne ce qu’il demande, soit je refuse de fournir des hormones qui sont des produits chimiques. C’est un produit dopant (…) et je sais de quoi je parle ! » (Jean-Pierre, 33, éd. sportif, C.)

25Ces dilemmes sont fréquents dans l’univers de la salle parce que la grande majorité des moniteurs s’oriente vers ce métier en recherchant à modifier l’image de son propre corps. Par conséquent, il est inévitable que ses prestations face à la demande de la clientèle soient chargées d’une dimension expérientielle munie de subjectivité.

« J’ai cherché à changer mon corps, j’ai perdu 15 kg, j’ai modifié des techniques, j’en ai arrêté d’autres, enfin… je n’efface pas ce que j’ai vécu, je m’en sers (…) Il y a tellement de techniques ! D’abord je teste sur moi, et après je les enseigne (…) J’ai une expérience, je la fais partager, vous en tirez ce que vous voulez… » (Marie, 32, éd. sportive, C., 2).

26La pléthore de techniques corporelles ainsi que le caractère contradictoire des résultats scientifiques diffusés poussent ces professionnels – et essentiellement les éducateurs sportifs – à tester leur fiabilité sur leur propre corps. Seule cette condition liée à l’appropriation de la connaissance théorique, semble accorder à l’éducateur sportif le droit de donner un conseil à sa clientèle. En reconnaissant cette expérience somatique personnelle comme le noyau de base de sa connaissance sur le corps, l’éducateur sportif alimente la dimension subjective de ses consignes et, ce faisant, il affermit la dimension éthique de la trame des négociations.

Des prestations des services à l’indolence de la direction du « biceps business »

27La fiabilité douteuse des moyens proposés dans les « usines de la forme », la légitimité contestable des consignes diffusées, les effets secondaires sur l’organisme découverts tardivement, interrogent la déontologie professionnelle qui peut concevoir cette manipulation des corps à volonté comme un produit commercialisable. Si la direction des C.R.F. peut se permettre d’être si indolente concernant la prestation de ses services, c’est que d’une part, elle sait que les adhérents sont de passage, dans la mesure où approximativement « 70 % de la clientèle se renouvelle tous les ans » ; et d’autre part, les effets secondaires néfastes, résultats d’activités physiques proposées dans le centre, qui dépassent le domaine de l’esthétisme pour toucher la santé, n’apparaîtront que dans quelques années.

« La direction s’amuse avec la baguette de ses magiciens. Tous les ans il y a 70 % de la clientèle qui se renouvelle, les gens, ce qu’ils deviennent ? On n’en sait rien, et ce n’est pas bien grave. (…) Comme c’est très rare que la personne ressorte au bout de 10 minutes sur un fauteuil roulant… » (Philippe, 37, kinésithérapeute, C.).

28La remise en forme telle qu’elle se définit dans l’univers du « biceps business », constitue une riposte forgée dans un cadre commercial répondant à la demande hâtive d’une clientèle qui reconnaît avoir négligé son corps, mais qui n’a pas le temps de travailler en profondeur sur lui. En d’autres termes, il s’agit d’un ensemble de techniques somatiques qui offre à ces adhérents la possibilité de les pratiquer « n’importe quand », « n’importe comment », fondées sur des activités non approfondies, limitées dans le temps et surtout adaptables à tous.

« Au même titre que les “ Fast Food “ : vous n’avez pas le temps de manger ? On a ce qu’il faut : deux tranches de pain, un truc au milieu et vous mangez en 10 minutes, vous ne savez pas trop quoi mais ce n’est pas grave, vous avez quelque chose dans l’estomac et vous pouvez repartir au travail. C’est pareil pour la remise en forme : on vous enveloppe un produit avec deux tranches, une super salle avec une belle piscine et des profs bien bronzés. On ne sait pas trop ce qu’il y a au milieu, si c’est bien adapté à vos besoins mais ce n’est pas grave. Vous avez sué, vous en avez “ chié “, vous repartez, vous êtes contents… » (Richard, 40, éd. sportif, M. 2).

29Ces pratiques somatiques sont fondées sur un dogme de base de la politique sportive de ces « usines de la forme » : « il faut souffrir pour être beau ». Le « biceps business » en approuvant la souffrance physique, promeut la négation et la mortification du corps. Dès lors, ce n’est pas la remise en forme qui va s’adapter au client mais le client qui va chercher à s’adapter au produit :

« La remise en forme, c’est un moule dans lequel on essaie de faire rentrer tout le monde, donc si on a un moule carré, et qu’il y a des gens triangulaires, hexagonaux etc. ce n’est pas forcé qu’ils y rentrent (…) Mais les gens essaient de s’adapter, essaient de changer parce que le copain vient, parce que c’est une ambiance à peu près sympathique, parce qu’on y rencontre du monde… » (Daniel, 33, éd. sportif, C., 2).

  • 57 À l’opposé de ces professionnels, les pratiquants les plus fidèles (ces derniers ne représentent q (...)

30Le « biceps business » constitue un univers auquel tout le monde peut accéder, indépendamment de son état physique, sans connaître d’avance dans quel état il va repartir. À ce sujet, les éducateurs sportifs sont très critiques par rapport aux conséquences à long terme. D’après eux, le capital corporel de la population qui a 10 à 15 ans de pratique dans l’univers de la salle, subit une « dégradation nette ». Même si ce point de vue diffère de celui des pratiquants57, les déclarations des professionnels interviewés suscitent l’inquiétude.

« C’est comme un collant, un lycra ; qu’on soit gros, normal ou maigre, tout le monde y rentre. La remise en forme c’est ça : le lycra, ça fait plus au moins mal, ça serre plus au moins, mais tout le monde peut y rentrer. On ne sait pas dans quel état on va ressortir, en tout cas tout le monde peut y rentrer. » (Marie, 32, éd. sportive, C., 2).

31Comment expliquer l’engouement dont jouit ce marché des corps en tenant compte des propos de ces professionnels ? L’appellation de ces institutions, « Centres de Remise en Forme », renvoie à une série de pratiques somatiques délimitées dans le temps. En présupposant un état physiologique et/ou psychologique non établi (du côté de la clientèle), ces centres prétendent pouvoir garantir son rétablissement à travers l’application d’un ensemble de techniques corporelles. Si les C.R.F. marquaient un temps de passage dans le rapport de l’individu avec son corps, ils ne pourraient pas offrir leurs services éternellement. L’inverse (ce qui compose la réalité actuelle du terrain) signifie que les adhérents sont toujours en quête de leur forme, ce qui peut, en partie, s’expliquer par le changement perpétuel du capital corporel vers une évolution dégradante. Même si la prise en compte de cette évolution fournit des éléments de réponse à notre interrogation initiale, elle laisse dans l’ombre une autre interprétation, toute aussi intéressante :

« Et si la structure faisait en sorte de ne pas avoir des résultats pour que les personnes restent le plus longtemps possible ? Voilà, c’est un avis qui est personnel mais qui est très bien fondé après 12 ans de pratiques dans le corporel. » (Marie, 32, éd. sportive, C., 2).

32Est-ce vraiment cette réalité qui est exploitée au niveau commercial ? Augmenter la probabilité de délabrer le corps reviendrait-il à augmenter la chance d’intervenir pour le remettre en forme ?

« Tu prends un vase tu le casses par terre et puis tu recolles les morceaux, tu ne vas pas obtenir le même vase mais tu l’as remis en forme. Effectivement tu l’as remis en forme mais tu l’as cassé avant, le corps dans la remise en forme c’est pareil ! » (Daniel, 33, éd. sportif, C., 2).

  • 58 Le « step » proposant des exercices autour d’une marche à hauteur modulable, est créé en 1994. La (...)

33Le succès commercial autour du step58 va dans le sens de cette interprétation. Quatre ans après la mise en service de cet appareil de cardio-training, nous avons le retour : une série de blessures articulaires tendineuses qui apparaissent sur radio, liées à l’utilisation du dispositif technique en question. Néanmoins, ces blessures dont témoignent les moniteurs ne semblent pas constituer une raison suffisante pour que l’appareil soit retiré du marché – d’autant plus que le step constitue le seul appareil cardio-vasculaire qui permet une dépense énergétique aussi élevée, susceptible de dépasser les 1 000 calories/heure.

Le rythme des négociations dans les « clubs haut de gamme »

34Au sein d’une stratégie commerciale de fidélisation propre aux « clubs haut de gamme », les options permettant d’éviter ou de rejeter la négociation se modifient. Saisir cette modification revient à prendre en compte le caractère médicalisé des services offerts. Ce dernier se traduit par une stricte répartition des tâches et un changement dans la mise en ordre des différents protocoles d’action. Concrètement, la première séance implique une visite médicale avec le médecin du sport, censée saisir la demande du client, identifier la nature d’un éventuel problème et orienter l’adhérent vers les autres spécialistes de la salle. Cette primauté accordée à l’intervention médicale souligne une différence statutaire entre le client et les professionnels de terrain. La distinction qui s’en suit ne s’ancre plus sur un savoir-faire, mais renvoie davantage à une connaissance théorique spécialisée.

35Dans la mesure où le client n’est pas d’accord avec le moyen technique proposé par le médecin, et si ce dernier ne parvient pas à le persuader du bien-fondé de sa proposition, il a le choix de s’orienter vers un autre spécialiste de l’équipe médicale de la salle (kinésithérapeute, nutritionniste) ou bien d’arrêter la collaboration.

36Dans tous les cas, ce n’est qu’à la suite de cette consultation médicale que l’éducateur sportif – en ayant sous les yeux le compte rendu de la visite médicale – élabore un programme d’entraînement en mettant en place un circuit cardio-fitness et un programme de musculation personnalisé. L’application de ce programme implique un rythme de négociations soutenu, dans la mesure où d’une part, les programmes sont réévalués chaque mois et d’autre part, les professionnels de terrain suivent et contrôlent, au quotidien, les pratiques corporelles de chaque adhérent. Établir le contact avec l’adhérent, avant, pendant et après sa séance, proposer des exercices, des consignes nutritionnelles, et/ou des soins alternatifs, encourager le client, le motiver, s’assurer de son progrès, mettre à jour de manière périodique le programme initial en proposant des pratiques mieux appropriées à un objectif continuellement redéfini, voilà en quoi consiste le suivi individualisé dans ces clubs médicalisés.

  • 59 Soulignons que les animateurs se font rares dans ces centres médicaux-sportifs.

37Dans ce contexte, suivre un adhérent revient à établir un carnet de rendez-vous. Dans la salle de musculation, ce cadre d’intervention permet à l’éducateur sportif59 d’accompagner, au maximum, 3 personnes pendant 45 minutes. Quant aux autres spécialistes, ils ne peuvent s’occuper que d’une personne à chaque fois. L’extrait qui suit nous donne une idée de l’accompagnement du client tant sur le plan fonctionnel et pédagogique que sur le plan relationnel :

« La communication, c’est primordial. Savoir écouter la personne, savoir reformuler une demande : cette reformulation n’existe pas dans les autres C.R.F. On pose une question, on a une réponse, hop c’est classé ! Quand je disais ça à mes collègues dans le passé, ils me disaient : “ Mais tu es fou. On n’a pas le temps, là ! “. En faisant ceci, tu ne vas pas perdre du temps, tu vas en gagner et c’est aussi bien plus efficace que répéter 10 fois, 15 fois, 20 fois la même chose que la personne n’aura toujours pas comprise parce qu’au départ on ne l’a pas formulée de la bonne manière. » (Philippe, 37, kinésithérapeute, C.).

38Cette primauté accordée à la parole témoigne des tentatives de ces professionnels pour discerner les sources des problèmes exposés par les adhérents. Soulignons par ailleurs que ces spécialistes n’hésitent pas à remettre en question le principe de la souffrance physique à travers la proposition d’autres moyens techniques.

« Généralement sous prétexte de déstresser on va sur-fatiguer (…) “ Ah vous êtes stressés, vous avez un boulot qui est difficile à gérer, venez vous défoncer dans un cours d’aérobic “ ; mais l’aérobic est pour les personnes qui ont déjà un niveau corporel équilibré, voire très équilibré donc entraîné. » (Richard, 40, éd. sportif, M., 2).

39Ajoutons néanmoins que même si ces spécialistes reconnaissent à la demande du client son caractère singulier, ils ne parviennent pas toujours à prendre en compte l’unicité de son expérience, restant enfermés dans leur statut d’« expert ».

Le rythme des négociations dans les « salles de quartier »

40Quant aux salles de quartier, la trame de négociation rime avec celle du « biceps business ». Toutefois, si l’accompagnement du client sur le plan pédagogique renvoie au contexte de négociation de ces « usines de la forme », des différences significatives peuvent être mises au jour sur le plan relationnel. Dans le monde social des salles de quartier, les moniteurs deviennent « copains », « potes », « partenaires ». Ainsi, la nature des enjeux respectifs dans la négociation se modifie. Il ne s’agit plus de relations entre professionnels et clients ou professeurs et apprentis mais de relations entre « amis ». L’effectif réduit de ces centres favorise, à son tour, ce type de contacts où le professionnel reste à l’entière disposition de ses adhérents, constamment à l’écoute de leur demande.

41Au même titre que dans le « biceps business », les relations entre professionnels et clients sont marquées par une autonomie d’action étonnante. Cette dernière se traduit à travers la distance que l’adhérent va adopter face au multiprogramme initialement proposé par le moniteur, une distance liée tant à la fréquence, l’intensité et l’ordre d’exécution des exercices proposés que la modification des consignes alimentaires.

« Pour privilégier le mouvement, je suis très sélectif. Je n’ai pas comme d’autres gens de fiche, le groupe avec lequel je viens n’a pas de fiche, ne fait rien d’une manière régulière, on fait ça un peu à l’inspiration. » (Claude, 50, technicien retraité, V., 2).

Professionnels du terrain et trames de négociation

42Au-delà des différents types des C.R.F., les professionnels en proposant un ensemble de techniques, prétendent disposer d’un schéma général d’évolution de la trajectoire somatique. Ce dernier implique une représentation imaginaire de la succession d’événements, et de savoir-faire susceptibles de garantir cette succession. Toutefois la réalité du corps, imprévue et complexe, ne semble pas vérifier ces constructions représentationnelles. La majorité des multiprogrammes suggérés par les professionnels de ces centres, oublie un élément d’une importance majeure : ces protocoles s’appliquent à du « matériau humain ». Négliger ceci revient à considérer l’évolution de la trajectoire somatique comme le résultat de l’application, à un moment donné, de certaines techniques corporelles.

43Ce constat pose les contours de l’enjeu autour de la question de la responsabilité individuelle. La primauté accordée à la technique et les conditions peu institutionnalisées de l’offre laissent l’adhérent plus ou moins autonome. Cet air d’apparente liberté se traduit à travers la possibilité pour l’adhérent de déterminer les modalités de ses propres pratiques corporelles. Dans cette perspective, si c’est le professionnel qui prend en charge le client, en désignant, en ordonnant et en évaluant ses pratiques somatiques, c’est le client qui apparaît comme le seul garant de l’évolution de son capital corporel.

« Il ne faut pas oublier une chose : si les gens rentrent, c’est qu’ils sont demandeurs, donc ils sont responsables. Si le mec vient boire du Coca-Cola dans le bar, et qu’il ne sait pas que le Coca au bout de 10 ans, ça fait des trous dans l’estomac, c’est son problème. Moi, je ne suis pas là pour lui faire la ruine du Coca, s’il veut du Coca, je lui sers du Coca, après tant pis ce n’est pas mon problème. La direction d’un C.R.F. et la direction d’un bar, c’est pareil. » (Daniel, 33, éd. sportif, C., 2).

44Le client est donc considéré non seulement comme demandeur mais comme seul et unique responsable de son choix. À la recherche de la baguette magique qui va faire le miracle, il confond souvent le rôle d’acheteur avec celui d’acteur. Selon les professionnels, le client croit acheter avec son abonnement non pas le moyen de parvenir à un résultat physique, esthétique, psychique prédéfini, mais le résultat lui-même. À ce sujet, la majorité des clients se présente, par les spécialistes, comme inapte à cibler un objectif clairement défini, précis et fondé.

« Dans une population de 1 500 personnes, on va en avoir… allez, 25-30 personnes dans une saison qui vont nous dire : “voilà, je sais que j’ai 10, 15, 20 kg en trop, je sais que je ne suis pas bien pour telle et telle raison, je décide de les perdre et je viens vous voir pour vous demander si l’activité de remise en forme que vous allez me détailler est adaptée ou non “ ». (Jean-Pierre, 33, éd. sportif, C.).

45D’après les professionnels de terrain, le caractère confus et indéterminé de la demande de la clientèle est associé à la façon dont cette dernière perçoit les services offerts dans l’univers de la salle. Les adhérents conçoivent les pratiques corporelles proposées par le centre comme un support d’activités qui dépasse largement le domaine de l’apparence, pour s’étendre vers des besoins psychologiques, affectifs, relationnels. Dans cette perspective, la salle sert de catalyseur de l’énergie que l’acteur social fournit afin de faire face à son problème, souvent multidimensionnel.

« En fait l’activité devient un prétexte, une fois que ces choses-là ont été mises en place, l’activité ne sert plus à rien, donc on ne va plus en salle, on va boire un pot, faire du shopping etc. L’objectif de départ est atteint, le C.R.F. a servi de lieu de rencontre – on met ce qu’on veut derrière le C.R.F. et le lieu de rencontre – mais ce sont des lieux de rencontres puisque les gens à plus de 85 % viennent pour créer des liens. » (Marc, 45, éd. sportif, D., 2).

46Incapable d’accepter le reflet de son apparence, selon les professionnels, le client va s’adresser à eux pour rechercher les moyens qui pourraient lui garantir non pas l’état d’équilibre corporel qui est le sien, mais la modification de l’image de son corps en fonction des critères d’esthétisme collectif que l’adhérent reconnaît comme idéaux, et auxquels il cherche à tout prix à s’identifier.

« C’est quand même un gros, gros problème de la société : accepter ce que l’on est. Dans une salle de remise en forme, les gens n’acceptent que relativement mal ce qu’ils sont (…) Ils viennent soit pour gonfler soit pour dégonfler, pour répondre à des critères sociaux : 80, 60, 90. Voilà ! (…) Les gens ne cherchent pas forcement un bien-être, ils cherchent à rassembler à un tel ou une telle (…) Et moi, je pose une question : faut-il pour paraître, ne plus être ? » (Daniel, 33, éd. sportif, C., 2).

Des « disciplinés » aux « potables » : adhérents et auto-contrôle

47Si ces caractéristiques communes donnent un aperçu de la façon dont les professionnels de terrain conçoivent la clientèle dans sa globalité, les différences ne manquent pas. Ces dernières se rapportent au degré d’auto-contrôle.

« C’est comme un chien, il y en a qui sont très disciplinés qui vont rester sur le trottoir, il y en a d’autres, à chaque fois qu’on les sortira, il faudra leur mettre la laisse, c’est pareil pour les adhérents. Il y en a avec qui on va pouvoir “ relationner “ en terme de confiance et puis il y a tous les autres, la grande majorité, il faut être sans arrêt derrière eux (…) Il y a des gens, on va leur dire : “ attention tel aliment pas le soir, plutôt à midi “, on le dit une fois on est tranquille, et il y a d’autres… il faudra leur redire et leur redire parce qu’en vérifiant on voit bien que… (…) C’est chez eux, sans personne à côté, sans professionnel, qu’il faut qu’ils s’auto-motivent. Ils ne sont pas disciplinés. » (Grégory, 27, animateur de C.R.F., Cél.).

48L’équipe de professionnels apprécie particulièrement les adhérents qui développent une maîtrise de soi face aux multiprogrammes initialement proposés. Ces adhérents « disciplinés » et « dociles » n’arrivent pas forcement à atteindre leurs objectifs, mais parviennent à déplacer leurs objectifs en fonction du résultat qu’ils arrivent à atteindre. Ce faisant, non seulement ils créent moins de tensions dans le microcosme de la salle, mais ils suscitent une forme de gratitude, un sentiment d’utilité professionnelle. Des adhérents comme Christophe, un homme de 45 ans, marié avec deux enfants qui a abouti à perdre 10 kg en poursuivant les consignes des professionnels, a en quelque sorte gagné le respect du personnel.

49Parfois, les propos des professionnels laissent surgir un mélange d’admiration, d’inquiétude et de maladresse face à la volonté farouche de certains pratiquants dont le corps « déviant » vient rompre avec les codes d’esthétisme collectif de la salle. Il peut s’agir des adhérents aveugles, hémiplégiques, sourds ou muets. Dans la parole de ces moniteurs, une sorte de gratification professionnelle vient récompenser leur collaboration avec ces acteurs qui les laissent concourir à la confrontation du stigmate social qui leur est infligé (A. Strauss, 1992 a).

« C’était un jeune garçon hémiplégique, donc les machines, il fallait les adapter en permanence. Ça demandait un travail énorme, tout l’acquis classique dans les salles de musculation on peut le jeter, ça ne sert à rien (…) C’était quelqu’un qui était très motivé, il est rentré au centre pour obtenir quelque chose de très précis : utiliser son corps pour faire ce qu’il avait envie de faire. C’est un stress constant, c’est comme par rapport à une personne aveugle, sourde ou muette – j’en ai eu – il faut réinventer le monde qu’on connaît pour eux qui ont un monde différent, c’est un enrichissement colossal au niveau professionnel. » (Philippe, 37, kinésithérapeute, C.).

50Si une bonne part des adhérents adule le travail des professionnels, les choses ne se passent pas toujours ainsi. Dans la mesure où les adhérents n’alignent pas leur comportement sur les consignes des spécialistes, ils suscitent des problèmes interactionnels majeurs pour le personnel de la salle. Ce dernier en considérant qu’il n’a pas de moyen d’intervenir pour corriger les écarts de cette clientèle, au regard des consignes qui lui ont été suggérées, considère son comportement comme la résultante d’un manque d’auto-contrôle et, ce faisant, il le stigmatise. Dès lors, en envisageant l’impossibilité de l’adhérent de parvenir à son objectif comme un échec dû au manque de discipline de sa part, le professionnel va lui répéter constamment ce qu’il faudrait qu’il fasse au lieu de remettre en question ce qu’il lui demande de faire, persuadé que si le client n’y arrive pas c’est à cause d’une absence de volonté de sa part. Par ce biais, il va enraciner la culpabilité au plus profond de lui.

51Si les professionnels ont alors plutôt tendance à désapprouver ces comportements c’est que de leur point de vue, ces adhérents « indisciplinés » ne souffrent d’un problème que pour avoir agi improprement. Les adhérents étiquetés comme obèses constituent l’exemple le plus saisissant à ce sujet. Ces corps marginaux ont rompu le contrat tacite avec les normes sociales du paraître conformiste, rupture dont ils s’avèrent être les seuls responsables et pour laquelle ils sont tenus pour coupables. De tels adhérents, stigmatisés, sont considérés avec moins de répréhension que les « obstinés ». Dans la grande majorité des cas, les « obstinés » parviennent à accomplir leurs objectifs mais en prenant leurs distances par rapport aux moyens techniques proposés par les professionnels. Ces membres du club, loin de gagner le respect du personnel, sont blâmés. Soyons précis, les adhérents qui refusent de se plier aux injonctions des professionnels ne posent problème que dans la mesure où ils exercent une certaine pression sur ces derniers. Cette pression se traduit à travers toutes sortes de questions posées à plusieurs reprises qui démontrent bien que ces adhérents restent soupçonneux face aux consignes, quand ils ne les remettent pas ouvertement en cause. Ces pratiquants, dans la mesure où ils ne sont pas totalement ignorés de la part du personnel, obtiennent en retour une forme particulière de coopération avec ce dernier, au moins dans un premier temps.

52Dans de telles situations, les professionnels de la salle doivent redoubler d’efforts pour convaincre ces adhérents méfiants. Même si les spécialistes disposent de tactiques routinières pour faire face à ce type de réactions de la part de la clientèle, les échanges en question rendent le personnel de la salle vulnérable. Cette vulnérabilité concerne surtout les moniteurs, et dérive de l’absence de fiabilité scientifiquement reconnue qui marque les techniques. En voici un exemple : un client qui fait 1 m 64 pour 38 kg s’adresse à un moniteur en lui demandant la mise en place d’un multiprogramme visant la perte de poids :

« À partir de quels critères je remettrais en cause le fait que 1 m 64 pour 38 kg ce n’est pas gros (…) Le poids idéal c’est 54 kg pour 1 m 64, 5 ans après c’est 64 kg pour 1 m 64, 5 ans après ils nous disent : “ ah, non, non, non, c’est 50 kg pour 1 m 64 “. En fait le poids idéal s’est trimballé avec 15 kg de décalage durant les 15 dernières années, ça veut dire quoi ? Qu’on applique aveuglement des théories qui sont manipulées tous les ans ! » (Daniel, 33, éd. sportif, C., 2).

53Si la négociation se fragilise, c’est parce que le moniteur se sent piégé dans une représentation collective. Quoi qu’il en soit, le professionnel peut refuser le suivi d’un adhérent. Mais avant d’en arriver là, il va tenter de convaincre son client en dépit de son opposition. Afin d’inciter la personne à réfléchir sur sa demande, il va se fonder d’un côté, sur ses connaissances et de l’autre côté, sur les résultats des 2-3 premières micro-séances. Si le client accepte de se prêter au jeu, la fiabilité des preuves recherchées va se poursuivre dans les résultats de tests (qui visent à mesurer la masse musculaire et graisseuse) et les indices numériques des mètres et des balances censés guider la reformulation du projet.

54Si malgré tout, le professionnel ne parvient pas à négocier une base commune d’accord où chacun des deux partenaires attribue la même signification à un projet concret, la négociation s’arrête. Le refus de coopération chez le client, en mettant en évidence l’incapacité des professionnels à se faire respecter, suscite autant de colère que de déconsidération chez le personnel. Les professionnels ont tendance à voir dans ce type de comportements une forme de rejet (A. Strauss, 1992 a). Ainsi repoussés, ils deviennent des témoins pathétiques. Sans accompagner les adhérents dans le processus de mise en forme de leur corps, ils adoptent le rôle de spectateurs, ce qui amplifie leur désapprobation pour les pratiques somatiques mises en place par ces pratiquants.

55Outre les « dociles », les « indisciplinés » et les « obstinés », une autre catégorie d’adhérents, peu méritants, figure dans l’univers de la salle : les « potables ». Il s’agit des adhérents qui modifient les modalités de pratiques qui leur sont proposées sans forcement verbaliser cette mise à distance. Les moyens que l’adhérent va employer pour s’écarter des multiprogrammes proposés, désignent différents types d’adaptation secondaire – et ceci pour chaque catégorie de pratiques corporelles. Prenons, à titre indicatif, les pratiques sportives et certains lieux précis de la salle comme le bar, la piscine, le hammam, le sauna ou le jacuzzi. L’adhérent, tout en respectant le déroulement de certains services ludiques et des activités optionnelles offerts par le centre et reconnus comme légitimes, laisse de côté la pratique sportive pour privilégier la communication et la détente. Ce type d’adaptation concerne essentiellement les adolescents et les adhérents du troisième âge.

« Tout le monde vous dira ici : “ Celui-ci, il ne vient pas pour travailler ses muscles, il vient pour parler “. Mais moi j’ai d’excellents contacts et même des conversations intéressantes concernant tout autre chose que le sport, et ça me suffit. » (Alexandre, 67, retraité commercial, V., 2).

56Un autre type d’adaptation secondaire renvoie aux moyens d’évasion disponibles dans la salle, portatifs ou non (musique, télévision, walkmans, journaux…) (E. Goffman, 1968). Ces moyens jouissent d’un grand engouement de la part de ces adhérents qui peuvent y avoir recours pour se recréer un monde. Il s’agit d’une façon d’« effacer » le côté pesant des techniques que les adhérents mettent en place pour obtenir les objectifs qu’ils se sont fixés.

57Les spécialistes de terrain considérant que la majorité de ces clients formule des demandes excessives (« Ils veulent maigrir tout en s’amusant et, si possible, trouver un petit ami pendant leur séance de cardio »), et concevant leur tâche professionnelle comme une question purement technique (et non pas humaine), n’ont pas le sentiment d’être indifférents ou négligents. Pour récapituler, nous pourrions dire que ces adhérents (au même titre que les adhérents « indisciplinés ») ne méritent pas autant d’attention que ceux qui se comportent comme il convient, autrement dit, ceux dont la conduite remplit le contrat moral propre à un membre du club.

La conception de la réalité du terrain du point de vue des adhérents

58Les clients, tous types de centres confondus, sont en attente d’un suivi individualisé en accord avec les promesses qui leur ont été faites lors de l’inscription : en contrepartie de leur investissement financier, ils espèrent des conseils, un encadrement soutenu et une prise en charge appropriée. Cette dernière notion renvoie, à un premier niveau, à l’efficacité des services et des programmes proposés. Ainsi, elle inclut la propreté des installations, un effectif réduit lors des cours collectifs, des séances de musculation et de cardio-training, un certain degré de savoir-faire de la part des professionnels, mais aussi des résultats immédiats. À un deuxième niveau, la prise en charge, d’après les adhérents, implique une disponibilité de la part du personnel. Si l’adhérent est en quête d’une relation privilégiée avec le personnel de la salle, c’est parce que le professionnel fonctionne pour lui comme un modèle d’identification. De la sorte, le professionnel se trouve impliqué dans le désir de restauration de l’identité somatique du pratiquant.

59Dans ce cadre, être reconnu par le personnel comme membre actif du club semble jouer un rôle primordial quant à l’insertion de l’adhérent dans l’univers de la salle. Ce processus d’intégration constitue un élément déterminant quant à la fidélisation de ces adhérents, bien souvent victimes d’une reconnaissance sociale défaillante, dans leur vie professionnelle et/ou relationnelle.

60Ainsi, savoir mettre l’adhérent en confiance, être « naturel », « simple » et « rigolo », c’est-à-dire « accessible », constituent les qualités les plus demandées chez ces professionnels de terrain. Si les adhérents accordent plus d’importance à ces qualités relationnelles qu’aux savoir-faire du personnel de la salle, c’est parce que ces derniers sont systématiquement reconsidérés de la part des pratiquants. En effet, les adhérents ne suivent le programme proposé par les professionnels que dans un premier temps – et dans la mesure où ils n’ont pas une expérience précédente dans l’univers de la salle. Par la suite, c’est l’adhérent qui va imposer ses choix à travers ses pratiques, et le professionnel qui va chercher – si nécessaire – à négocier. Nous avons déjà indiqué quel est l’enjeu sous-jacent qui explique cet écart entre les rôles initialement attribués et finalement incorporés au creux de l’interaction.

« Au début, Paul (éducateur sportif) m’avait fait un programme pour me lancer. Une fois que j’ai eu commencé il y avait certains appareils que je n’aimais pas du tout, donc je reportais sur d’autres. Ça m’amuse plus de rester 1 h 30 sur le stepeur que faire 20 minutes de vélo. Paul me dit que je suis fou de rester aussi longtemps sur le step, que je vais me faire mal aux articulations, mais moi je dis chacun son truc : les autres lèvent 150 kg, moi je trempe sur le step. » (Christophe, 45, commercial, M., 2).

61L’adhérent va modifier le multiprogramme initial, proposé par le professionnel, en fonction des résultats obtenus au bout des premiers mois, des contraintes liées à un ensemble d’obligations sociales (professionnelles, familiales, etc.), mais aussi des sensations physiques éprouvées (sensation de fatigue, lassitude, essoufflement, énervement…). Modifier ses pratiques alimentaires, sportives, esthétiques et vestimentaires en fonction de ces variables revient à signaler le changement du rôle social de l’acteur dans l’univers de la salle. Il ne s’agit plus d’un client mais d’un adhérent, d’un membre du club ; autrement dit, d’un acteur reconnu auquel la communauté du club attribue un rôle actif.

62À travers l’analyse qui précède nous avons cherché tant à souligner les propriétés structurelles des échanges interindividuels qu’à faire valoir que l’ordre social de l’univers de la salle est un ordre négocié. Contexte structurel et contexte de négociation constituent les deux pôles d’un seul et même processus visant à l’entretien et/ou la manipulation du corps. Des mutations sur l’un de ces pôles retentissent sur l’autre, en désignant parfois des changements en chaîne. Autrement dit, si les propriétés structurelles interviennent dans le déroulement de la négociation (dans la mesure où elles constituent les conditions de son accomplissement), les modifications au sein de la négociation sont aussi susceptibles d’affecter le contexte structurel, dans la mesure où elles se répètent ou bien se combinent avec d’autres conditions acquérant ainsi un caractère cumulatif.

Notes

57 À l’opposé de ces professionnels, les pratiquants les plus fidèles (ces derniers ne représentent qu’un très faible pourcentage de la population qui fréquente ces établissements) considèrent leurs pratiques corporelles dans l’univers de la salle comme une garantie de leur « bien être ».

58 Le « step » proposant des exercices autour d’une marche à hauteur modulable, est créé en 1994. La marque américaine Reebock a été la première à labelliser la méthode « Step Reebock » ainsi que des stages de formation pour les professeurs. Trois nouveaux programmes ont été lancés depuis. Reebock est désormais imitée par les autres grandes marques de chaussures. Nike a ainsi mis au point le « Total Body Conditionning » : cours dans les salles de remise en forme (et cassettes vidéo) permettant de s’initier à ces méthodes (Y. Travaillot, 1998).

59 Soulignons que les animateurs se font rares dans ces centres médicaux-sportifs.

© Presses universitaires du Midi, 2007

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search