Version classiqueVersion mobile

Les fabriques du corps

 | 
Anastasia Meidani

Une approche sociologique du corps

La construction sociale du corps dans la seconde moitié du xxe siècle

Texte intégral

1LE CORPS CONSTITUE un des premiers éléments évoqués lorsqu’il s’agit de représenter l’évolution d’une culture. La principale chose qui frappe quand on étudie les mises en discours du corps, c’est cette vision, enracinée au creux du rêve évolutionniste, qui cherche à inscrire le corps dans la perspective d’un corps-objet en voie d’accomplissement, voué au processus de perfectionnement. Ce mythe de l’accession progressive, qui se place sous la logique analytique du processus de civilisation, induit l’idée positiviste que l’histoire sociale du corps est soumise à une trajectoire linéaire. Autrement dit, l’histoire du corps et de sa « libération » est liée à l’histoire de l’homme sur une base commune : le progrès.

2Nous estimons que l’hypothèse d’un corps enfin délivré de son fardeau de défectuosités que sous-tend ce regard, est à questionner. Interroger cette vision positiviste revient à relativiser ces thèses par trop répandues, selon lesquelles la « culture négative du corps semble se transformer en une culture affirmative » (Anzieu in : J.-M. Brohm, et al., 1992 : 179).

3Sans se préoccuper de continuité historique, nous opposons un jadis somophobe à un aujourd’hui somophile, une civilisation qui jusqu’à présent reposait sur le refoulement et la répression du corps, à une civilisation contemporaine qui repose sur sa glorification. La prise en otage du corps dans les données statistiques fournit la juste mesure de cette approche évolutionniste. Dans les limites de ce chapitre, il s’agit donc de retracer les logiques collectives de ce culte, sinon de cette réhabilitation du corps, et d’étayer certaines des données chiffrées qui le soutiennent.

4En effet, la tendance de la modernité à traiter le corps comme une ébauche en quête de la perfection ultime émerge d’une vaste entreprise statistique qui vise à fournir les preuves de cette perfection. Selon F. Loux (1983 : 125) depuis le milieu du xixe siècle « le corps de chacun est d’emblée saisi et confondu dans l’uniformisation du contrôle statistique visant la collectivité ». Tout se passe comme si les approches statistiques traduisaient la valeur objective (car quantifiée) de la seule dignité qu’il soit possible d’accorder au corps, celle liée aux corrections apportées par un remodelage infini. Avant de tenter de saisir les grands axes d’un aperçu numérique du corps, en analysant tour à tour, les pratiques sportives, vestimentaires, esthétiques et alimentaires, précisons qu’il ne s’agit pas ici d’une approche exhaustive des données disponibles, mais plutôt d’une sélection de données pertinentes pour illustrer notre propos ; une autre manière de mettre en lumière le passé pour saisir le présent et projeter l’avenir.

Modernité et corporéité : entre corps anachroniques et corps légendaires

5À partir des années 1960, le dithyrambe du corps devient tendance, engouement mis en avant par de nombreux auteurs (M. Bernard, 1995). Le mot d’ordre : vivre son corps pour le dominer et non plus pour le contraindre. Le principe rejoint la structuration individualiste des sociétés occidentales, dans leur phase narcissique, telle que l’analysent C. Lasch (1981), R. Sennett (1995) ou G. Lipovetsky (1987 et 1997). Le pouvoir strict exercé par le passé sur le corps s’atténue pour prendre des formes plus éthiques (M. Foucault, 1998). Cette apologie qui a valeur de culte, marque l’instant où la culture occidentale prend ses distances avec le système des valeurs chrétiennes (C. Garnier, et al., 1990). Au sein de cette évolution, la dualité âme/corps, issue de la tradition chrétienne, se voit remplacée par la dichotomie : corps/esprit. Cette dernière se centre autour d’un autre dualisme beaucoup plus universel, celui entre nature et culture. D. Le Breton, en poursuivant ce raisonnement, écrit en 1999 ( : 29) : « la version moderne du dualisme n’oppose plus le corps à l’esprit ou à l’âme mais plus précisément au sujet lui-même ».

6La remise en question de la moralité ancienne rime avec la crise de la division des rôles genrés et la libération sexuelle, offrant un nouveau cadre au culte du corps. Commentant ces transmutations sociales, A. Maugue (1987) fait allusion à un processus de redéfinition de la masculinité traditionnelle. E. Badinter (1992) confirme en mentionnant la naissance d’un idéal masculin inédit qui rompt avec les modèles des années passées et leurs incohérences. M. Foucault (1986) complète, à son tour, l’analyse en retraçant le mouvement des homosexuels qui entament la mise à mort d’une clandestinité péniblement éprouvée.

7La fin du mythe de l’homme traditionnel s’accompagne de la naissance du « héros féminin » en quête de succès et d’épanouissement (M. Godelier, 1982). Mais le patrimoine féministe le plus considérable quant au domaine du corps se situe au niveau de « la prise de pourvoir de la femme sur la “mise en route “de la fonction de la reproduction biologique » (B. Remaury, 2000 : 84). En disposant du droit à la contraception, la femme prend le contrôle de son propre corps. « La fécondité n’est plus aussi monolithiquement et intensément valorisée… elle n’est plus le noyau central de la féminité » (C. Fischler, 1987 : 262). La fécondité entre en crise, et de fait, on assiste à une recomposition du processus de mise en forme du corps chez la population féminine.

8Simultanément, la culture féministe (et particulièrement celle qui s’inscrit dans la lignée des Women’s Studies) dénonce à maintes reprises le devoir d’être belle comme une forme sournoise d’asservissement, un dispositif insidieux socialement érigé par le contrôle socio-patriarcal, une réduction de la femme à l’état d’objet. Les critiques féministes jettent l’anathème sur cette idée d’une beauté-marchandise et la manipulation implicite que celle-ci implique, manipulation nourrie par les discours du commerce de la beauté. En mettant l’accent sur les dégâts occasionnés à l’image du corps chez les femmes, le courant féministe critique vigoureusement les pratiques de transformation corporelle, « allant jusqu’à brandir des chiffres catastrophes d’un million d’anorexiques aux États-Unis, avec 150 000 décès par an » (B. Remaury, 2000 : 204). Mais malgré tout, la beauté plastique reste structurellement attachée à la définition même de la féminité, et les pratiques d’embellissement et de perfectionnement corporel s’intensifient considérablement. Le tout confirme le triomphe du dimorphisme radical proclamant sa fidélité au dualisme du genre, clivage oppositionnel de deux sexes mi-tyrans mi-despotes (C. Dejours, 1988) de leur corps.

9Dans ce brouillage des repères distinctifs propres aux rôles sociaux genrés, les représentations de la corporéité proposées par le corps médical ont un impact déterminant. Si l’image médicale de la femme paraît gagner en objectivation, le pari de la médecine lié à la conquête du corps ne cesse pas pour autant d’alimenter les rêveries à l’encontre du corps féminin. Certes le discours médical sur la femme n’est plus un discours sur l’étrangeté des pathologies fantasmatiques des siècles précédents, mais le rêve de la prise de contrôle direct du ventre de la femme par l’homme, continue à nourrir les ambitions scientifiques.

10La manufacture médicale d’enfants, qui tend aujourd’hui à dissocier l’enfant de la grossesse pour en faire une pure création médicale, en témoigne. Quant aux différentes formes de diagnostic prénatal (DPN, DPI, etc.) et les décisions d’interruption médicale de grossesse (IMG), elles révèlent pertinemment les débouchés de cet imaginaire médical qui propage le fantasme de « l’amélioration de l’espèce » (D. Le Breton, 1999), au travers des corps en devenir, garants de la gloire de la techno-science.

11L’analyse de cet imaginaire montre que le fondement médical de ces prescriptions sociales ne se limite pas au contrôle des modalités de transmission de la vie, la biocratie : contraception, procréation artificielle médicalement assistée, conservation des embryons, etc. Il concerne aussi les modalités légitimes de la mort, la thanatocratie : avortement, euthanasie, accompagnement des mourants, acharnement thérapeutique, pour arriver jusqu’à la gestion de l’économie marchande du corps avec ses circuits de collecte et de distribution d’organes et de sang, circuits plus ou moins institutionnalisés (L. Dianoux, 1998).

12Sur les sites Internet, les sociétés commercialisent des ovules et les banques de sperme sollicitent des prix Nobel, en fournissant des informations précises sur les portraits fouillés des candidats. Les gammes de prix relatifs à la race, les traits physiques particuliers, le QI, etc. poussent la logique marchande du corps à son paroxysme. Maintes entreprises animent cet extrême contemporain : des spermatozoïdes prélevés sur des cadavres, des ovules congelés, des utérus en location, des recherches qui étudient la possibilité de féconder un ovule par un autre ovule, des femmes ménopausées qui revendiquent leur droit de féconder, des mères noires qui reçoivent l’ovule de femmes blanches, inséminées avec le sperme d’hommes blancs (D. Le Breton, 1999). En cherchant à dépasser les limites du corps, ces entreprises incarnent les projections fictionnelles de la société occidentale moderne.

13L’homme et l’histoire personnelle du sujet sont considérés comme négligeables, épiphénomènes d’un corps sans vie. L’assimilation mécanique que la scientificité contemporaine accorde au corps, met à l’écart l’épaisseur de l’homme en traduisant ainsi la seule valeur qu’il soit possible de lui accorder : la correction de la science. « L’accession du corps au statut d’objet technologique intégral » (D. Le Breton, 1999) marque une étape importante dans son histoire. Cette vision moderne et laïcisée de la techno-science qui traite le corps comme une ébauche, est nourrie d’une mythologie ubiquiste. L’image d’un corps libéré, délivré et abouti, dénote une entreprise technocratique, qui esquisse les thématiques effrayantes de la bioéthique en laissant suspendues de redoutables interrogations axiologiques. Le monopole médical se dresse en expertise de l’existence humaine, en dépoussiérant ainsi le mot « eugénisme » rangé dans le lexique des discours totalitaires.

  • 8 Tatoo Mike (dont le corps est presque intégralement tatoué, visage inclus), Fakir Mukasar (l’un des (...)

14Cette idée d’un corps susceptible de toutes les expériences extrêmes dont l’individu doit élargir les possibilités et compléter la forme avec son style propre, se dote aussi de modes de marquage corporel associés au primitivisme moderne (piercings, tatouages, scarifications, etc.). En détournant des signes d’autres contextes socioculturels, ces nouvelles pratiques esthétiques échappent partiellement aux lieux marginaux : totémisme, sadomasochisme, punk. En leur sein, le moderne rejoint le primitif sous le socle commun de l’anti-naturalisme. L’opprobre jeté sur les marquages irréversibles du corps s’atténue, les marques corporelles ne renvoient plus aux sanctions physiques, elles ne constituent plus le signe d’une dégénérescence morale, mais deviennent symboles d’un esthétisme moderne8.

15Cette tendance au primitivisme, au même titre que la chirurgie esthétique, s’avère prémonitoire de la vision moderne du corps : perfectionner ce corps inesthétique, inapte à entasser la somme d’informations qui circulent, lieu où résident la déficience et la mort. Le corps ne constitue qu’une entité excédentaire qu’il faut remodeler ou supprimer. D’innombrables domaines de la techno-science voient arriver avec exaltation l’ère magnifiée du post-évolutionnisme : l’expertise post-somatique où le corps transformé en mécanisme contrôlable nous permettra enfin d’atteindre l’homme légendaire. Au sein de cette expertise, la techno-science cherche à échapper à la pesanteur symbolique de la chair, et le corps comparé à la machine s’immatérialise (L. Sfez, 1995).

16Les moyens téléinformatiques donnent à voir un exemple saisissant de cette immatérialisation du corps où la chair est chassée avec dédain. En brisant les contraintes de l’identité somatique, la navigation sur Internet favorise les contacts et, ainsi, se présente comme libération ultime du sujet. En effet, cette communication met en exergue des identités disparates, identités sans visage où nom, âge, genre et profession sont choisis en fonction des circonstances. Ainsi, l’énigme plane sur des internautes aux visages multiples, permettant de rêver à un idéal. Ce va-et-vient des « soi » transitoires s’inscrit dans le relâchement du lien social. La fragmentation identitaire du sujet, engagé dans une série de rencontres virtuelles, renvoie à un monde où les frontières charnelles se confondent, et où la pesanteur des corps s’atténue en faisant naître des modèles nouveaux de sociabilité.

La traduction sportive de l’extrême contemporain en matière de corporéité

  • 9 J.-M. Brohm et al. (1976, 1985, 1992), C. Pociello et al. (1981, 1987, 1995, 1999), M. Jamet (1988, (...)

17Multiples travaux9 tracent les contours du rapport d’homologie qui se construit progressivement entre le culte de ces corps légendaires et les transmutations de l’institution sportive. Dans un contexte social capitaliste où les capacités sollicitées dans la sphère économique mettent au premier plan les disponibilités physiques et mentales, la traduction sportive de la concurrence qui régit les rapports marchands, au même titre que la recherche de rendement corporel qui se traduit par des performances sportives, deviennent des nécessités collectives. Dans cette perspective, analyser la généralisation de la pratique des activités physiques revient à prendre en compte la place qu’elles occupent dans le développement d’une nouvelle fonctionnalité, mieux adaptée aux formes de travail capitaliste en développement.

18À la sortie de la deuxième guerre mondiale, alors même que les conditions socio-économiques et politiques sont les plus défavorables, l’intérêt pour les pratiques sportives s’accroît. Lors de cette période le sport se développe en France avec le soutien décisif de l’État. Néanmoins, il faut attendre le milieu des années 1950 pour que se dessinent nettement les lignes d’une réorientation de la production et de la consommation vers des biens et des services favorisant le développement des pratiques physiques de loisirs (M. Jamet, 1988). Ce développement s’effectue en marge de l’institution scolaire, dans le cadre des associations sportives, où prennent lieu les évolutions les plus significatives. La progression des fédérations de sports « non olympiques » au cours de cette période en est significative.

19À la fin des années 1950, les conditions socio-économiques et politiques évoluent considérablement. L’engouement, en particulier des populations adultes, pour les spectacles sportifs contribue à élargir l’espace des pratiques physiques, basé initialement sur la « gymnastique », et « l’éducation physique », activités qui se déroulent selon un système hiérarchisé de compétitions. Ainsi, autour de ce noyau dur, s’ajoutent graduellement des zones frontières avec d’autres pratiques sociales qui désignent des sous-espaces : l’espace du loisir (spectacles sportifs), de l’expression artistique (particulièrement de la danse), de la médecine (pratiques de rééducation), de la vie militaire, et de la vie privée (pratiques physiques exercées en solitaire, en famille ou avec des amis qui mobilisent une motricité de base) (M. Jamet, 1988).

20Les conditions de pratique de ces activités physiques sont analysées en termes d’inégalités sociales, et l’imaginaire du progrès et d’équité trouve en leur sein un lieu de concrétisation. Originellement conçu comme pratique de loisir de la bourgeoisie et comme spectacle à son usage, puis comme moyen d’éducation de sa jeunesse, le sport devient objet de conquêtes sociales sous l’effet des revendications de la classe ouvrière pour l’accès de tous à l’éducation, y compris celle du corps. La démocratisation du sport s’inscrit dans cette perspective. Les classes populaires s’approprient le sport pour en faire un acquis social, processus qui finit par transformer les activités sportives dans leur forme et leur signification.

21Dans les années 1960, la pratique sportive apparaît comme un phénomène « populaire », et les activités de compétition acquièrent un statut de modèle. Progressivement le modèle sportif compétitif « s’officialise ». « La force d’attractions sociales qu’il recèle en tant que spectacle, et les moyens de diffusion télévisée qu’il met en œuvre, dessinent les contours d’un phénomène assez limité par le nombre et le type d’acteurs qui l’exercent, mais puissant par les formes organisationnelles qu’il implique » (M. Jamet, 1988 : 120).

22Au cœur de ces formes organisationnelles, les enjeux politiques jouent un rôle décisif. Au cours des années 1960, sous le poids des contraintes économiques et politiques, l’État laisse l’initiative aux acteurs « traditionnels » de la société civile et se contente d’un rôle de direction (implantation d’infrastructures, formation des cadres de fédérations, coordination des athlètes de haut niveau, introduction massive des pratiques sportives en éducation).

23Cette période se termine avec les mouvements sociaux de la fin des années 1960 qui marquent une nouvelle phase, durant laquelle les représentations sportives deviennent le lieu de bouillonnements. L’année 1968, entre les événements de mai, d’un côté, et les Jeux Olympiques de Grenoble, de l’autre (marqués par une campagne de promotion qui accentue le lien entre sport et compétition), représente à cet effet une année charnière. Le moment de la consécration médiatique de l’institution sportive et celui de sa remise en question se rejoignent. L’émergence des formes « non-sportives » contribue à valider les thèses sur la « crise du sport » (M. Jamet, 1988). La forme idéologiquement dominante, la forme sportive compétitive, est remise en question, et les valeurs de progrès auxquelles elle était associée sont contestées. À partir de la décennie suivante (1970), ce modèle sportif apparaît comme peu adapté aux attentes des nouveaux acteurs qui s’approprient l’espace des activités physiques. En effet, l’enjeu d’accessibilité aux activités sportives des couches sociales populaires, de toute la jeunesse, ainsi que de la population féminine, passe par la restructuration et l’acquisition d’une culture sportive considérée comme la culture du corps des sociétés industrialisées.

24Les conditions économiques sont remplies pour que naisse un autre modèle sportif, plus à l’écoute du corps. Ainsi, le sport devient l’indice d’une dynamique de socialisation qui intègre de plus en plus des dimensions expressives, esthétiques et hygiéniques. La restructuration des activités physiques se traduit dans une réorganisation continuelle des représentations de la santé, de l’esthétisme et de l’épanouissement personnel. Le tout finit par préciser et élargir de nouveau l’espace social des pratiques physiques, invitant médias, production industrielle, distribution commerciale et organismes privés de services à entrer massivement en jeu. Dans ce contexte, les acteurs économiques engagés dans l’univers sportif sont contraints à des adaptations rapides pour pouvoir épouser les attentes d’un public versatile.

25Ce processus de démocratisation et de massification ne reflète pas seulement un rajeunissement et une forte féminisation des activités physiques, il s’associe également à l’urbanisation, ainsi qu’à l’allongement de la durée des cycles sportifs de vie. L’enquête réalisée par l’INSEP (Institut National du Sport et de l’Éducation Physique) en 1987 révèle l’ampleur de la dynamique d’intégration sociale de ces pratiques : toutes les catégories socioprofessionnelles sont impliquées, il en est de même pour les différentes classes d’âges. En effet, lors de cette période, le vieillissement devient une source de motivation à une reprise de l’activité physique. Quant à l’écart global entre les pratiques physiques féminines et masculines, il diminue.

26Le « sport pour tous » s’affirme comme enjeu social, particulièrement à travers l’essor de la forme participative. Cette dernière, après avoir été considérée comme un sous-produit du mode sportif, se modifie en modèle social autonome (M. Jamet, 1988). Ainsi, formes sportive compétitive et participative coexistent comme modèles sociétaux d’activités physiques, signalant les modifications importantes des valeurs sportives lors de la décennie 1980.

27À ce sujet, l’incapacité des trois instances capitales – État, Fédérations et Éducation Nationale – qui manageaient depuis le début du xxe siècle le milieu sportif, de prendre en compte les changements de valeurs associées à la forme participative et la pratique des sports individuels, aboutit à la profonde remise en cause des garants de l’ancien ordre, au profit de la pratique sportive non institutionnalisée (Y. Travaillot, 1998). Activités physiques participatives et pratiquants assidus échappent au modèle sportif traditionnel mettant en exergue une dynamique d’individualisation des choix.

28La tendance à l’individualisation s’associe à une amplification importante de l’expressivité gestuelle, liée à un registre éthique hédoniste basé sur l’épanouissement de soi. Certains, à l’image d’O. Bessy (1994), voient dans cette tendance un glissement de l’ascèse au festif. Ce dernier, recherché dans l’atteinte des normes et des valeurs institutionnelles traditionnelles (autorité, discipline, lois, esprit compétitif, classement hiérarchique…), représente à leurs yeux, l’expression ultime de la montée de l’autonomie individuelle.

29Conjointement à l’ascension d’un ethos dionysiaque, le développement des ressources humaines à travers la bio-ingénierie, l’ergonomie, la bio-mécanique et l’anthropo-maximologie sportive s’ajoute au processus de la technologisation du sport. L’usage de machines ludiques nouvelles et d’appareillages caractérisés par la légèreté et la vitesse, qui promeuvent une culture sportive digitale, glorifie la légitimité des modalités modernes de l’héroïsme sportif.

30C’est le moment où le mercantilisme épouse, à travers une frénésie technologique, la multiplication de pratiques sportives importées de Californie. Les pratiques en question, qualifiées de « thérapies à médiation corporelle », proposent une nouvelle approche du corps et de la santé, dans laquelle « training mental » et « training corporel » se trouvent étroitement associés (A. Ehrenberg, 1998). Éducateurs sportifs et services « made in USA » envahissent l’univers du sport, l’Amérique donne le ton des corps musclés de la modernité.

31À ceci s’ajoutent certaines parcelles de la philosophie orientale réappropriées à des fins commerciales. Le développement concomitant des activités réflexives d’origine orientale (yoga, relaxation, « eutonie » etc.) en apporte la preuve. L’ensemble de ces activités mais aussi, et surtout, la création de nouvelles modalités de pratique par un processus de différenciation endogène aux activités préexistantes (gymnastique, danse, course à pied, natation, vélo…), confirment une dynamique de « diversification » (O. Bessy, 1994). Quant au rapport à l’environnement naturel ou artificiel, il constitue également un axe directeur de cette dynamique. La progression des sports qui glorifient la nature (en particulier, les sports de glisse : surf, windsurf, vol libre, etc.) affirme la tendance à l’écologisation des activités de loisirs. Le paysage des pratiques physiques s’élargit et se diversifie de nouveau.

  • 10 La collaboration de la « vedette » de l’univers du muscle Nadine Birtschansky avec le Dr Cornic en (...)

32Ce réaménagement de l’espace des activités physiques se retranscrit dans la naissance du marché de la remise en forme. L’institut d’Esalen à Big Sur en Californie, est souvent désigné comme la matrice de ces nouveaux espaces. En France, la première salle fut la salle « Président » du Lido créée en 1955. Jusqu’en 1970 la chaîne « Président » comptait 10 salles dans Paris, mais des difficultés économiques l’ont obligée à fermer définitivement ses portes en 1974 (Y. Travaillot, 1998). Trop précurseurs, les services de ces premiers centres, réservés à une clientèle aisée, ne connaissent qu’une réussite modérée. Ce n’est qu’au cours des années 1980 que l’évolution des représentations liées à la musculature permet le développement du « biceps business » (O. Bessy, 1994). Durant cette décennie, les « muscles sortis de l’anonymat se crayonnent en relief » (Y. Travaillot, 1998) et les espaces de la forme connaissent une véritable transformation en concordance avec les nouvelles normes de l’offre et du fonctionnement, de l’accueil, du programme et des méthodes pédagogiques. La cadence des cours se modère, les séances de stretching envahissent les salles, l’effectif des cours collectifs ne dépasse pas les 25 personnes. Les centres s’équipent de médecins qui interviennent pour justifier scientifiquement le bien – fondé des consignes communiquées par les animateurs, en attirant l’attention des adhérents sur les risques encourus en cas de non – respect des conseils donnés10.

33Mais les militants de la nouvelle politique sportive ne s’arrêtent pas là. En exploitant les ambiguïtés et les insuffisances de la législation en vigueur (loi de 1963), les représentants des C.R.F. mettent en place des stages de formation « diplômantes ». L’enjeu se situe, dès lors, au niveau de la reconnaissance institutionnelle d’une fédération autonome. La Fédération Française d’Aérobic-Stretching et de Gymnastique d’Expression (FFASGE), créée en 1982, est agréée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports le 27 octobre 1983. Trois ans plus tard, un diplôme commun, le Brevet d’État d’Expression Gymnique et Disciplines Associées (BEEGDA), est le résultat de la collaboration de la Fédération Française de Gymnastique et de la Fédération d’Aérobic-Stretching (Y. Travaillot, 1998).

34La mise au point des « forfaits ligne » des centres de thalassothérapie constitue le meilleur indice de cette transformation. Le public de ces stations thermales trace les contours d’un nouveau type de curistes et se fait précurseur des récentes orientations du marché de la remise en forme qui dorénavant seront promues comme socles d’un « mieux-être ». Il ne s’agit plus d’acquérir une maîtrise corporelle en termes de performance, mais de favoriser l’accomplissement individuel à travers des pratiques principalement autodéterminées.

  • 11 Ces données sont issues des plusieurs enquêtes : Irlinger P., et al., 1987, Les pratiques sportives (...)

35La nouvelle orientation porte ses fruits. L’enquête de l’INSEP (1987) le confirme. D’après les résultats de cette recherche, qui prend en compte l’éventail le plus large des pratiques physiques ou sportives, 73,8 % de la population déclare s’adonner à un sport, soit trois Français sur quatre, contre un taux de 45,9 % en 1981 et de 34,5 % en 197311. Les mêmes tendances se confirment par ailleurs : un sondage de la Sofres, effectué en 1995, comptabilise « quatre millions de personnes allant de la fréquentation régulière et intensive des salles à une pratique plus relâchée de mise en forme par la musculation » (D. Le Breton, 1999 : 38).

  • 12 L’enquête a été menée en juillet 2000 auprès d’un échantillon de 6526 personnes, représentatif de l (...)
  • 13 Dans cette dernière enquête menée en juillet 2000, les chercheurs distinguent : la pratique occasio (...)

36Quant aux résultats de l’enquête sur les pratiques sportives des Français, menée en juillet 2000 par le Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et l’Institut National du Sport et de l’Éducation Physique (INSEP)12, ils totalisent plus de 36 millions de sportifs soit 83 % de la population âgée de 15 à 75 ans. Pour 10 millions, cette pratique est occasionnelle13, tandis que 48 % de cette même population s’adonnent à une pratique soutenue – selon les déclarations spontanées.

37Dix millions de personnes appartiennent à un club sportif ou à une association, soit 23 % de la population française. Parmi ces 10 millions, 40 % sont des femmes et 38 % ont entre 15 et 30 ans (voir ci-dessus : graphique no 1). Moins nombreuses que les hommes à faire du sport, elles se consacrent le plus souvent à la gymnastique, la natation ou le vélo. Les graphiques (no 2 et 3) qui suivent donnent un aperçu de l’engagement sportif (quantifié à travers le nombre d’entraînements par semaine) des pratiquants en fonction du sexe et de l’âge.

38Proportion de pratiquants en club ou association selon le sexe et l’âge

Graphique no 1. Champ : population âgée de 15 à 75 ans.

Graphique no 1. Champ : population âgée de 15 à 75 ans.

Source : enquête INSEP/MJS, juillet 2000

Graphique no 2. Champ : population âgée de 15 à 75 ans

Graphique no 2. Champ : population âgée de 15 à 75 ans

Source : enquête INSEP/MJS, juillet 2000

Graphique no 3. Champ : population âgée de 15 à 75 ans

Graphique no 3. Champ : population âgée de 15 à 75 ans

Source : enquête INSEP/MJS, juillet 2000

Les Français se déshabillent : l’évolution des dépenses en matière d’habillement

  • 14 Ces magasins vendent à la fois du matériel sportif et des tenues vestimentaires.

39L’engouement pour la culture sportive a définitivement influencé les pratiques vestimentaires de la population française. L’accroissement du nombre de magasins de sport et de loisir, qui a doublé en 25 ans, en témoigne. Parmi les 6 000 magasins d’articles de sport répertoriés par l’Insee, 2 000 magasins sont spécialisés dans la vente de vêtements et/ou de chaussures de sport et 1 200 sont multi-spécialistes14.

40Quant aux ménages français, d’après les résultats de l’Insee, chacun a acheté en moyenne pour 178,37 euros d’articles de sport en 1995. Ces mêmes articles représentaient un marché d’un peu plus de 3 milliards d’euros (TTC) en 1996 – d’après les estimations du Centre Textile de Conjoncture et d’Observation Économique (CTCOE) et la Fédération Française des Industries du Sport et de Loisir (FIFAS) (S. Seguin, no 597, Insee — juillet 1998).

  • 15 Source : www.IFM-CTCOE

41C. Pociello (1999) reprend ces données différemment : le vêtement de sport et/ou d’allure sportive, est le premier produit consommé en volume. Suivent juste derrière, les accessoires de sport à caractère fonctionnel : chaussures de tennis ou de basket, sac à dos, etc. L’essor de ces articles – d’un usage de plus en plus extra-sportif – est de l’ordre de 4 % par an, en moyenne, depuis 1995. Sur la même période, seul le secteur du bricolage fait mieux. Le commerce de « sport et de loisir », en croissant de manière constante depuis 1970, se démarque des marchés atones des autres secteurs de l’habillement. En effet en matière des pratiques vestimentaires les dépenses des ménages passent de 9,7 % en 1960 à 3,9 % en 2001 (Insee, 2001). La demande pour l’habillement, plus encore que pour l’alimentation, est globalement saturée ; une évolution qui se repartît différemment par sexe et âge. « Certains des groupes de produits, tels les vêtements masculins, les vêtements d’enfant, les sous-vêtements féminins en bonneterie, ont beau avoir connu au début des années 1980 une croissance de leur niveau absolu, sur la période aucun d’entre eux n’atteint une progression s’approchant de celle de l’ensemble de la consommation. » (N. Herpin et D. Verger, 1999 : 25). Ajoutons qu’entre 1992 et 2001, la consommation d’articles masculins accuse un retrait significatif : -75 euros par ménage, tout article textile confondu (IFM-CTCOE, 2002)15. Quant au bilan des ventes habillement du rayon féminin durant la même période, il reste assez mitigé : – 45 euros (par ménage) pour le prêt-à-porter, + 13 euros pour les petites pièces de dessus, et – 20 euros pour la lingerie. Concernant l’âge, ce sont les personnes âgées de 25 à 44 ans qui enregistrent les dépenses les plus élevées en matière d’habillement : 7,5 % en valeur contre 4,3 % pour les personnes de 65 ans et plus (Insee, 2001).

L’industrie de « design » corporel : de la coiffure à la chirurgie cosmétique

42À l’opposé de l’évolution des dépenses en matière d’habillement, « les indices de volume de l’esthétique corporelle sont en progression aussi rapide que l’ensemble de la consommation » (N. Herpin et D. Verger, 1999 : 25). L’accroissement des prestations des salons de coiffure dessine pertinemment ce constat : seul 5 % observent une baisse de ses activités sur l’année 2002 (voir graphique no 4). Quant aux services proposés, la coloration des cheveux concernant la population féminine se maintient au sommet, puisque plus de 80 % des coiffeurs indiquent une progression de leur chiffre d’affaire liée à cette activité. La permanente, elle, est en net repli tant pour les hommes que pour les femmes. Quant au chiffre d’affaire généré par la prestation shampooing/coupe/brushing adressée à la population féminine, il est également bien orienté. En revanche les prestations masculines n’évoluent que faiblement, ne représentant qu’une petite part du chiffre d’affaire (voir graphique no 5). Entre ces deux pôles, la prestation « maquillage esthétique » confirme le regain observé au cours des dernières années.

Graphique no 5 Source : SIMM

Graphique no 5 Source : SIMM

43Mais l’engouement pour l’ensemble de ces services traduit également l’importance de la coiffure en tant que prestation indispensable à la préservation d’une certaine image plastique dans une société qui valorise le dynamisme et la jeunesse (voir ci-dessus graphique no 6). Les données statistiques confirment : le poids de la classe d’âge des 45-65 ans est prépondérant dans la clientèle des salons de coiffure. Cette catégorie représente 53 % de la clientèle, dont 40 % pour la classe d’âge des 45 à 55 ans. À titre de comparaison, précisons que cette population ne représente que 23 % de la population totale, selon le dernier recensement de l’Insee. Les données témoignent de son pouvoir d’achat que l’on retrouve dans les comparaisons de consommation en services et produits entre les individus ayant 45 à 65 ans et le reste de la population.

  • 16 Ces données statistiques sont issues du site Internet du PMSI (Programme de Médicalisation des Syst (...)

44Si ces données chiffrées esquissent une tentative de quantification de la quête en matière d’esthétisme, cette dernière pourrait davantage être appréhendée dans le nombre d’interventions chirurgicales à portée esthétique répertoriées annuellement. À titre indicatif, signalons qu’« en 2002, 3 830 interventions plastiques ont eu lieu en France dans le domaine des hôpitaux publics, dont 44,57 % sont répertoriées comme des opérations à but esthétique (contre 41,75 % en 1999)16. Environs 4 fois plus d’opérations sont répertoriées dans les hôpitaux privés. Quant à l’âge moyen des patients, il se situe aux alentours de 46 ans (46-86 ans), avec un écart type de l’ordre de 18,23 (soit entre 28 et 64 ans) ! » (A. Meidani, 2005 a).

45P. Knipper et J.-L. Jauffret (2003 : 300) complètent ces données statistique : « Les interventions les plus fréquentes sont la lipo-aspiration (19 %), les prothèses mammaires (16 %), la blépharoplastie (14 %), la plastie abdominale (12 %), la plastie mammaire (10 %), le lifting cervico-facial (10 %) et la rhinoplastie (8 %) (…), interventions qui s’accompagnent de complications dans 7 % des cas (1218 complications sur 17502 actes) ». L’accroissement de ces opérations se lit dans les activités des chirurgiens plasticiens français, puisque « la chirurgie esthétique représente 35 % de l’activité chirurgicale globale de ces professionnels. »

La réorientation des modes alimentaires

46À partir des années 1960, les modes alimentaires se modifient progressivement. De 20 % au début des années 1960, la part de l’alimentation descend, en 2001, à 14 % des dépenses de consommation des ménages (C. Monceau, et al. 2002). Les Français délaissent de plus en plus les produits traditionnels à forte valeur nutritive, tout comme les sucres et les graisses bruts. La consommation de viandes rouges par habitant est en baisse depuis le milieu des années 1980. Au contraire, celle de volailles augmente, bénéficiant de prix relativement favorables.

47Par ailleurs, les contraintes de la vie moderne conduisent les ménages à privilégier des produits déjà prêts, à l’image des plats préparés et conserves à base de viande (charcuterie etc.). La consommation de plats cuisinés par habitant augmente de 5,5 % par an en moyenne de 1960 à 1980, puis de 5 % de 1980 à 2001. En revanche, les achats de légumes et de fruits frais, longs à accommoder, ne se modifient que très modérément (+ 0,5 % et + 0,6 % respectivement, par habitant et par an depuis 1960). Plusieurs facteurs conduisent à limiter le temps de préparation des repas et à favoriser la consommation de produits élaborés : l’activité féminine se développe, les trajets du domicile au travail s’allongent, le temps consacré aux activités de loisirs s’accroît, le pouvoir d’achat augmente. Quant aux repas pris hors du domicile, leur place s’amplifie. Dans le budget alimentaire total, leur part en valeur a doublé entre 1960 et 1980, atteignant 22 % pour se stabiliser par la suite (C. Monceau, et al. 2002).

  • 17 Comme produits « santé et forme » ont définis : « les aliments pour enfants et mets diététiques, so (...)

48Les comportements de grignotage sont de plus en plus fréquents : la consommation par personne de biscuits et pâtisseries de conservation croît de 3 % par an depuis 1960. Les jeunes ménages préfèrent ces aliments élaborés aux produits bruts (voir ci-dessous graphique no 7). Confiserie, pâtisserie, boissons sucrées, produits laitiers mais aussi produits « santé et forme »17 constituent la base de leur alimentation. À l’opposé, les ménages dont la personne de référence a plus de 65 ans, plus attentifs à leur santé, disposent davantage de temps pour faire les courses et cuisiner : ce sont les plus gros consommateurs de fruits et légumes, viandes blanches et poissons, et restent attachés à des produits bruts comme le sucre, l’huile et le beurre.

49Concernant la catégorie socioprofessionnelle : cadres, agriculteurs, ouvriers et employés développent des pratiques diversifiées. Les agriculteurs consomment plutôt des produits bruts à forte valeur nutritive, tels que les aliments traditionnels : sucres et graisses bruts, viandes rouges et porc. Les fruits et légumes ne sont pas prioritaires dans leur alimentation, bien qu’ils les produisent eux-mêmes pour une part importante. Quant aux cadres, ils consomment de préférence des aliments transformés. Ce sont les plus gros acheteurs, par unité de consommation, de produits « santé et forme », de produits laitiers mais aussi de confiserie, pâtisserie et boissons sucrées. Les fruits et légumes, poissons et viandes blanches sont plus souvent dans l’assiette des ménages à revenu élevé. La structure de la consommation des ouvriers se situe entre ces deux pôles. Ajoutons qu’en 1995, les ouvriers et employés dépensaient 15 % de moins que la moyenne des ménages pour l’alimentation à domicile (C. Monceau, et al. 2002).

50L’ensemble de ces comportements alimentaires est indéniablement influencés par les recommandations sanitaires et diététiques des médecins, relayées par les médias lors des dernières décennies. En effet, selon les résultats présentés par la revue « Maigrir », 4 500 000 Françaises affirment désirer maigrir (étude réalisée par la Sofres en 1974, citée par M. A. Descamps, 1986 : 183). Ce dogme de la minceur donne naissance à la floraison d’un tout nouveau marché. À titre d’exemple signalons qu’en 1976, 14 millions de boîtes d’anorexigènes (coupe-faim à base d’amphétamines) sont vendus (Y. Travaillot, 1998). À côté de ces « médications », le marché de l’allégé connaît un véritable succès. Les produits « santé et forme » en apportent la preuve, en enregistrant un réel essor depuis le milieu des années 1980 (voir ci-dessous graphique no 8).

51Consommation des ménages en aliments diététiques

Graphique no 8. Source : INSEE

Graphique no 8. Source : INSEE

52Quant à, la consommation des ménages en aliments diététiques (en millions de francs au prix courant) elle fait plus que doubler, au cours de la période 1980-1985.

53Les produits diététiques spécifiques à l’effort — barres énergétiques, comprimés anti-crampes, galettes hyper-glucidiques, céréales pour les petits déjeuners etc. — envahissent le marché. Selon l’enquête de Pynsot (1987 : 49 cité par Y. Travaillot, 1998 : 64), les Français ont dépensé 2 591 633 euros en 1981 et 6 402 858 euros en 1982 en produits diététiques. « De janvier à mai 1986, 200 produits “ light “, “ bio “, “ diet “sont mis sur le marché, par mois (…) et 5 000 produits light sont référencés (…), près de la moitié des consommateurs français de plus de 18 ans achète alors régulièrement aliments et boissons à basses calories… » (Y. Travaillot, 1998 : 188).

54Toutefois de 1990 à 1992, le Salon International de l’Alimentation annonce une baisse de 40 % des produits allégés (Votre Beauté, 1993). Le marché du « light » se réoriente. La rhétorique publicitaire laisse de côté les calories pour privilégier un argumentaire fondé sur la santé, la forme et la beauté. Le terme « équilibre » vient remplacer le vocable de la « minceur », même si « finesse » et « légèreté » restent les principaux mots d’ordre, toujours réactivés par les supports imagés.

55Cette réorientation est corrélée avec les différents problèmes sanitaires (crise de la vache folle, salmonellose, listériose, dioxine etc.) répertoriés au cours des dix dernières années, donnant naissance à l’émergence d’une vigilance accrue vis-à-vis de la qualité des aliments. Ainsi, nous passons des aliments « allégés » aux aliments « équilibrés », riches en vitamines, en protéines et en fibres. Lors de la même période, les produits du terroir et de campagne sont aussi en nette progression. Ces derniers représentent en 1986, 83 % de la consommation des produits alimentaires, contre 50 % en 1960 (G. Apfeldorfer, 1994 ; C. Thouvenot, 1993).

56L’accent mis sur le triptyque santé/beauté/forme s’associe à un discours médiatique alarmiste, qui atteint son apogée au début du nouveau millénaire. Lors de cette période, la presse présente l’obésité comme un fléau associé à de nombreux risques. Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), plus de 300 millions d’adultes souffrent d’une obésité massive en Europe et aux États-Unis. Ce phénomène concerne plus de 10 % des adultes français et 12 % des enfants. Les résultats en question, présentés par le Figaro le 1er juin 2001, prennent comme critère d’obésité l’indice de masse corporelle (IMC). Nous parlons d’obésité quand cet IMC est supérieur à 30 et de surpoids quand l’IMC est compris entre 25 et 30.

57Si la France est mieux placée que ses voisins européens, la tendance reste la même. L’enquête réalisée par l’Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) en 2000, en collaboration avec le professeur Arnaud Basdevant de l’Hôtel-Dieu, a montré que le taux d’obèses est passé de 8,2 % en 1997 à 9,6 % en 2000, soit une augmentation du nombre absolu d’obèses de 660 000 en trois ans. De même, le pourcentage de personnes présentant un surpoids a progressé, augmentation qui était en l’an 2000 de l’ordre de 25 %. Les données issues de la dernière étude en date (ObEpi, 2003, enquête réalisée toujours en collaboration avec l’Inserm) confirment cette augmentation de la prévalence de l’obésité en France : de 9,6 % en 2000 à 11,3 % en 2003 (soit 5,39 millions de personnes). La proportion de personnes en surpoids est, elle, de 30,3 % (soit 14,45 millions d’individus). Ce sont donc plus de quatre personnes sur dix (41,6 %) qui sont concernées par le surpoids ou l’obésité.

58Quant à la distribution sociale de la graisse, elle se modifie radicalement. C. Fischler (1989 : 29) affirme : « aujourd’hui, ce sont les pauvres qui sont gros et les riches qui sont minces ». Sur ce point il convient de souligner l’aspect économique de ce phénomène social, souvent occulté dans les approches analytiques : l’obésité constitue un fabuleux marché pour l’industrie pharmaceutique. Les produits pharmaceutiques « spécial minceur » représentaient en 1995, 10 % du chiffre d’affaires des pharmaciens, un pourcentage qui ne fait qu’augmenter (Y. Travaillot, 1998 : 187). Quant aux dépenses dans le domaine de l’obésité, les économistes les estiment entre 2 et 4 % de la totalité des dépenses de santé en France, autrement dit, un chiffre d’affaire annuel de plusieurs milliards d’euros (Inserm, 2000).

59A ce sujet, il convient également d’indiquer que jusqu’à ces dernières années, les différents médicaments visant à faire maigrir se sont révélés avoir des effets secondaires non négligeables, pour une efficacité limitée. Ces médicaments censés renforcer la satiété, augmenter les dépenses énergétiques, assurer l’absorption intestinale des graisses etc. ont souvent été retirés du marché mondial, plus de dix ans après avoir été autorisés, du fait des effets secondaires dont on dit qu’ils ont été découverts tardivement. L’Orlistat – molécule lancée par le laboratoire Roche, lors du 8e Congrès International portant sur les produits cosmétiques et ses effets secondaires cardiaques, (congrès qui s’est déroulé à Paris en 1998) – constitue un exemple saisissant à ce sujet. Quant à la Sibutramine – dernier « produit miracle » – les risques à moyen et long terme ne sont pas encore connus (Inserm, 2000).

60Quoi qu’il en soit, une sensibilité nouvelle voit le jour, fondée sur la démocratisation des savoirs que les médias concourent à diffuser. En son sein, une représentation négative et alarmiste de la nutrition naît, ouvrant la porte à une nouvelle phobie contemporaine qui évangélise des comportements d’auto-surveillance et d’auto-médicalisation. Ces notions condensent les fondements d’un nouveau mode de vie qui prône l’équilibre, la douceur et l’hygiène, sans pour autant parvenir à ranger dans le rayon des archaïsmes la notion de la restriction alimentaire.

Le modelage du corps : preuve et mesure de sa dignité

61Pour récapituler, précisons que l’histoire du corps n’est pas seulement celle de sa répression, de son renoncement, et du refoulement de sa dimension instinctive, pas plus qu’elle n’est l’éminente libération du potentiel corporel et de sa célébration. Le culte du corps s’édifie au creux de l’association paradoxale de ces deux pôles. Le processus est loin d’être linéaire. Hétéroclite et modulé, il ne s’épuise pas avec l’avènement de l’excellence physique. Les modèles de la discipline corporelle demeurent d’actualité. Même si les techniques ont changé, le corps reste toujours le lieu par excellence de l’exercice du pouvoir. Si la discipline somatique ne passe plus par le travail sur le corps de l’autre, elle est remplacée par le processus de mise en forme de son propre corps (sculpture de la chair, de l’ossature, de la peau). Le modelage du corps non seulement est de plus en plus présent, mais devient l’expression et la preuve, parfois aussi la mesure même, de sa dignité.

62Les pratiques somatiques actuelles, fondées sur l’explosion évolutionniste de la techno-science, couronnent l’ère où le corps se reconnaît comme anachronique. En constituant une donnée structurale de l’extrême contemporain, elles font du corps un lieu à éliminer ou à modifier d’une façon ou d’une autre. Au sein de ce processus, l’axiologie somatique se modifie radicalement. Le visage n’est plus le siège de la singularité individuelle. En paraphrasant D. Le Breton (1988), nous pourrions dire qu’il est devenu pur décor ou simple dé-corps. Le processus de mutation ainsi entrepris accentue la mise en apesanteur de ces chairs vidées de leur valeur symbolique, de leur valeur propre.

63L’« adieu au corps » (D. Le Breton, 1999) se présente ainsi comme un type d’investissement nécessaire au fonctionnement d’une société capitaliste comme la nôtre. « Que ce soit dans la production, dans la consommation, dans le loisir, dans le spectacle ou dans la publicité, les corps deviennent objets de manipulation, de mise en scène, d’exploitation » (M. Bernard, 1995). C’est au sein de cette attention portée au corps, associée au processus de son objectivation, que l’on doit chercher à situer les pratiques destinées à le modifier.

64Afin de compléter cette approche socio-historique visant à expliciter les pratiques somatiques, nous suggérons que soit observée la façon dont les individus cherchent à mettre en forme leur corps, via des processus longs et complexes, construits socialement au creux des interactions, au cours de leurs activités corporelles. Durant cette recherche, nous avons résolument privilégié l’observation participante et les entretiens semi-directifs. En permettant d’effectuer un travail d’interrelation et d’identifier les régularités, ces techniques méthodologiques – propres à une approche d’ethnographie sémantique – généralisent les matériaux récoltés et, ce faisant, organisent les données descriptives en éléments de sens. Mais avant de présenter les résultats de ce travail ethnographique, il convient d’éclairer notre position épistémologique.

Notes

8 Tatoo Mike (dont le corps est presque intégralement tatoué, visage inclus), Fakir Mukasar (l’un des artisans majeurs du mouvement Modern Primitives, né en 1930), Stelarc (plasticien australien, qui réalise une vingtaine de suspensions au moyen de crochets fichés dans la chair sans le moindre secours antalgique entre 1971 et 1988), Jim Ward (qui ouvre la première boutique de piercing en 1975 à Los Angeles, puis en Grande-Bretagne, et enfin dans le reste de l’Europe), Orlan en France, et plus récemment les mannequins de Jean-Paul Gaultier incarnent clairement cette nouvelle tendance du primitivisme moderne (B. Rouers, 2001).

9 J.-M. Brohm et al. (1976, 1985, 1992), C. Pociello et al. (1981, 1987, 1995, 1999), M. Jamet (1988, 1991), J. Defrance (1985, 2000 a et b), P. Irlinger, C. Louveau et M. Métoudi (1987, 1989, 1990), F. Baillette et al. (1995, 1999), L. Arnaud (1998), W. Andreff (1989), A. Rauch (1983, 1988, 1989), H. Vaugrand (2000), A. Ehrenberg (1985, 1987, 1991 a et b), G. Vigarello (1988, 2000, 2001 a et b).

10 La collaboration de la « vedette » de l’univers du muscle Nadine Birtschansky avec le Dr Cornic en est un exemple (Y. Travaillot, 1998 : 143).

11 Ces données sont issues des plusieurs enquêtes : Irlinger P., et al., 1987, Les pratiques sportives des Français, Paris, INSEP ; Daloz J.-P., 1982, Pratiques culturelles des Français, (enquête menée par le Ministère de la Culture et de la Communication) ; Faure J.-M., 1984, Les pratiques sportives, Données Sociales, Insee, 379-399 ; Donnat O. et Cogneau D., 1990, Les pratiques culturelles des Français (1973-1989), Paris, éd. La Découverte ; Garrigues P., 1988, Évolution de la pratique sportive des Français de 1967 à 1984, Paris, Insee-Ménages, M. 134.

12 L’enquête a été menée en juillet 2000 auprès d’un échantillon de 6526 personnes, représentatif de la population âgée de 15 à 75 ans. Elle vise à estimer toutes les formes de pratique sportive, de la pratique institutionnelle (licenciée en club sportif ou dans d’autres structures) aux nouvelles pratiques (activités en famille, sports de rue, clubs sportifs privés etc.). Le questionnaire porte sur les différentes modalités de pratique et les types d’adhésion. Le mode ouvert d’interrogation fait émerger des activités physiques et sportives qui se situent aux frontières du sport, du loisir et de l’entretien physique.

13 Dans cette dernière enquête menée en juillet 2000, les chercheurs distinguent : la pratique occasionnelle (moins d’une fois par semaine), la pratique régulière (une fois par semaine), la pratique soutenue (au moins une fois par semaine), et la pratique intense (plus d’une fois par semaine).

14 Ces magasins vendent à la fois du matériel sportif et des tenues vestimentaires.

15 Source : www.IFM-CTCOE

16 Ces données statistiques sont issues du site Internet du PMSI (Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information) et concernent le GHM (Groupes Homogènes de Maladies) 375 : Interventions Plastiques, Source : http://stats.www.le-ppmsi.fr/cgi-bin/broker.exe.

17 Comme produits « santé et forme » ont définis : « les aliments pour enfants et mets diététiques, soupes et potages, céréales pour petit-déjeuner, eaux, jus de fruits et légumes » (C. Monceau, et al. 2002).

Table des illustrations

Titre Graphique no 1. Champ : population âgée de 15 à 75 ans.
Légende Source : enquête INSEP/MJS, juillet 2000
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6684/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Graphique no 2. Champ : population âgée de 15 à 75 ans
Légende Source : enquête INSEP/MJS, juillet 2000
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6684/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique no 3. Champ : population âgée de 15 à 75 ans
Légende Source : enquête INSEP/MJS, juillet 2000
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6684/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Graphique no 4
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6684/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Graphique no 5 Source : SIMM
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6684/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique no 6
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6684/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique no 7
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6684/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Graphique no 8. Source : INSEE
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6684/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/6684/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Presses universitaires du Midi, 2007

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search