Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rue

 | 
Jeanne Brody

La rue, espace de socialité

Du tag au graff jusqu'aux fresques murales

Les marques d'identité et de rébellion sur les murs de la ville

Anny Bloch-Raymond

Texte intégral

  • 1 Tag : productions brèves, plus ou moins lisibles, en traits simples et d'une seule couleur en géné (...)
  • 2 Voir l'ouvrage des deux psycho-sociologues Marie-Lise Felonneau et Stéphanie Busquets, Tags et gra (...)

1LES “TAGS”, SIMPLES INSCRIPTIONS, signatures, les “graffs” formes élaborées de graphisme lettré1, incompréhensibles aux yeux du public, répandus sans ordre apparent sur les murs de la ville, sont perçus comme des actes de vandalisme, des signes d'incivilité et sont associés très souvent au désordre social, voire même au délitement qui régnerait dans les villes… Ces inscriptions désobéissent aux règles habituelles de l'espace urbain, enfreignent les codes traditionnels de l'aménagement, transgressent les interdits et apparaissent comme une violence au regard de nombre d'habitants. Le tag s'inscrit dans une thématique “gigogne” reposant sur le tryptique “violences, insécurité, incivilités”2.

  • 3 Notre enquête de type anthropologique sur les tags, graffitis, fresques murales est la suite de l' (...)

2L'incompréhension de ces marques dans la ville, leur absence de rationalité apparente, le non-respect de la propriété privée et publique provoquent un certain malaise, voire même la colère et l'indignation.3

3Pourtant, ces marques ne sont pas des phénomènes récents. Rappelons les périodes de révolte ou de grands rassemblements durant lesquels les manifestants se réapproprient les murs de la ville sous forme de slogans, de conseils, de réflexions et d’incitations à l’action : ces dernières étaient porteuses de sens, liées à des événements précis.

4Les tags ou graffitis, dénués de sens à première vue, ont d’abord été un phénomène urbain localisé dans les espaces périphériques de la grande ville américaine ou européenne : souterrains, murs le long des voies ferrées, départs d’autoroutes, palissades, espaces intervalles de la ville. Mais ils conquièrent actuellement les centres-villes.

  • 4 Entretien du 15 novembre 2000 avec le service de propreté de la Communauté urbaine de Strasbourg q (...)

5Ces signatures s'imposent sur les bâtiments publics, les bâtiments privés, posent problème aux habitants, à la police et aux Services municipaux de propreté. Pour répondre aux appels très nombreux, la communauté urbaine de Strasbourg dispose d'un service gratuit de nettoyage des murs dont les dépenses s'élèvent environ à 200 000 francs par mois. Ce service ne peut cependant répondre rapidement aux demandes de la population, le délai d'enlèvement des tags est de plus de quinze jours. En outre si les demandes regroupées par secteur sont traitées d'une manière égalitaire, les interventions prioritaires se situent au centre ville autour de la cathédrale. Image d'une ville propre oblige4.

6Dans d’autres villes, comme à Toulouse, des brigades de propreté ont effacé non seulement tags et graffs du centre ville mais aussi certaines fresques, compositions d’artistes qui avaient été tolérées depuis 1996. Le phénomène a été particulièrement sensible avant les élections municipales de mars 2001. Que représentent ces signes dans la rue pour une bonne partie de la population ?

7Les tags dans les villes sont perçus comme signe de laxisme, de désordre, d’insécurité. La lutte contre ces “gribouillis” a été inscrite dans les plateformes des candidats d’extrême droite et a fait l’objet dune “attention particulière” des autres groupes politiques. Les tags deviennent un enjeu politique, une des incivilités qui serait à l’origine ou reflet de l’insécurité.

8Et les réactions aux graffiti sont souvent violentes de la part des propriétaires de murs tagués. Ainsi lors de notre enquête à Strasbourg, nous avons été l’objet de réactions violentes lors de prise de photographies ou relevé des écrits qui sont le signe de colère des propriétaires de murs tagués

  • Si vous croyez que c'est de l'art, ah vous voulez immortaliser cela” ; “on ne peut pas les arrêter, ils font cela la nuit, ils recommencent dès qu'un mur est propre” nous explique un commerçant.
  • Une petite affichette à côté du mur tagué d'un magasin d'un antiquaire le long du quai des bateliers à Strasbourg indique : “Pauvre tagueur, souligné deux fois, c'est dur d'être minable, souligné deux fois”.

9L'exaspération des habitants renvoie au questionnement du sens des tags et graffitis dans la ville. En ont-ils un ? De quel langage s'agit-il ? À quelles logiques répondent les tagueurs et les graffeurs ? Sont-ils des individus ou des groupes ? Comment circulent-ils dans la ville ? Quels sont leurs codes ? Et quelle est donc la place de la rue dans ces modalités d’expression ? S’agit-il d’un art ou d’une sous-culture urbaine passagère, spontanée, sans articulation collective, un mode d’expression essentiellement individuel, avant tout provocateur et souvent incompréhensible ?

Bref rappel

10Le tag, le graff et la fresque murale s'intègrent dans le mouvement hip-hop (littéralement compétition de saut) qui s'exprime aussi par la break dance et le rap (un travail sur les sonorités, le rythme et la parole). Cet ensemble d'expressions a commencé dans le Bronx avec le travail du Disc Jockey Wambaataa. Ce musicien a initié un mode de vie, une contestation de la société américaine. En France, dans les années 1970, cette culture de rue est le fait le plus souvent de jeunes de la première génération issue de l'immigration même si nombre d’acteurs – étudiants en arts graphiques et lycéens – rejoignent le mouvement actuellement.

  • 5 Alain Milon, L'Etranger dans la ville, Paris, Puf, 1999, 148 pages.

11La culture hip-hop s'appuie sur un certain nombre de valeurs : lutte contre le racisme et la drogue, combat pour la tolérance et la solidarité. Ce mouvement s'identifie aux déracinés, aux minorités, aux Afro-américains, aux colonisés, aux jeunes immigrés – même s'il traverse actuellement toutes les classes sociales –5. Musique, danse, graphisme correspondent à une logique de dominés qui, par le défi (le challenge), la provocation (attitude de bandits ou gangsters) et même la violence, notamment celle des sonorités, traduit la révolte. Ainsi, quelles que soient la qualité et la notoriété de certains groupes rap, leurs concerts ne sont jamais organisés sans risques de bagarres.

Refuser l’ordre social et le contester

  • 6 Enquête conduite à Hautepierre, Strasbourg, lors de programmes d’insertion pour adolescents avec l (...)
  • 7 Hugues Bazin, Le hip-hop, Paris, Desclée de Brouwer, 1995. Sur la génération hip hop en Belgique, (...)

12À la suite de notre enquête dans les espaces tagués, nos rencontres avec des tagueurs, graffeurs et artistes graffeurs6, des travaux conduits par Hugues Bazin7, nous sommes conduits à un certain nombre de remarques.

  • 8 Entretien avec Mahon, peintre graffeur, le 2-/09 2000.

L'attitude du tagueur, du graffeur, correspond à une posture de dominés qui cherche par la déconstruction à s'affranchir de l'ordre : “ je pouvais m'affirmer, dit un ancien tagueur devenu peintre, graphiste, ou en cassant des choses, ou en prenant un territoire, dans tous les cas, en sortant des sentiers battus”8.
“Au début, je me suis fait connaître en détruisant des clôtures, c'est un délit mineur mais c'est quand même un délit. Au départ, les tags, c'est un jeu contre les forces de l'ordre ou la communauté en général. On joue à se faire connaître, à marquer son nom partout”.

13La première étape est celle de l'affranchissement de l'ordre tel qu'il se manifeste par la signalisation ordinaire de la ville. Il s'agit d'un premier défi, une conduite à risque : mettre sa marque sur des murs interdits ; jeu de cache-cache où il faut courir vite pour échapper au flagrant délit. On se fait connaître tout en se cachant. Le groupe s'affranchit de l'ordre dans une mini-guérilla urbaine où signatures de bandes rivales valent kalachnikov.

14Que disent les signatures ?

15Les signatures dans la ville ont des formes extrêmement différentes : cassées, brisées en zigzags, courbées : simples numéros ou initiales, elles sont parfois colorées en fluo, gris argenté ou noir. Les signatures telles “Cobra”, référence à l'animal selon un graffeur, Tempo, MBD, peuvent être celles d'une personne ou d'un groupe, d'une clique, “crew”, d'un équipage.

Le parcours de reconnaissance du tagueur : visibilité et illégalité

16Tantôt la même signature va se répéter tout au long du même mur ; tantôt le même groupe va signer dans différents quartiers de la ville, quelquefois à la bombe aérosol ou avec un outil plus fin, un fusain. L'important, est la reconnaissance de la signature à la suite d'exercices pratiques dans la rue. Le tagueur, en élaborant sa propre signature sur les murs, se construit.

17Cet acteur social se manifeste par différentes catégories de signes : les signes visibles pour l'ensemble de la population, sa démarche, ses vêtements qui affirment son appartenance au monde hip-hop. D'autres signes ne sont reconnus que par le groupe des tagueurs : la signature reste illisible pour les non-initiés.

18Une des formes de la provocation hip-hop apparaît ici : dans un monde où tout doit avoir un sens, où tout se doit d'être transparent, le tagueur commet un acte dont le sens est volontairement occulté. Le tagueur aura d'autant plus de visibilité qu'il organise son illisibilité.

19Ainsi, la rue permet d'être identifié par les autres ; elle devient un espace où l'on apprend à écrire, à définir un style, un graphisme, un autographe.

  • 9 Entretien avec W, rappeuse, quartier de l'Elsau (Strasbourg) le 14 septembre 2000.

20Une jeune rappeuse à qui je demandais ce que voulaient dire ces tags m'a répondu qu'elle n'avait pas de réponses et ajoute : “c'est l'envie de faire savoir qu'on est passé par là. Je vais en centre ville, il y a un blanc alors j'écris mon nom, comme ça les gens savent que je suis passée par là”9.

21Le tagueur parcourt la ville pour affirmer sa présence, être vu. Taguer est une manière d'exister, mais aussi d'interpeller, de provoquer. Il tague peu dans son quartier, plutôt en centre ville, dans les quartiers bourgeois : une provocation.

22S'agit-il aussi d'une appropriation de la rue ?

23Le tagueur ne s'approprie pas un territoire d'une manière durable. Il sait que ses tags sont éphémères ; il laisse une trace, marque son passage et n'opère pas véritablement une prise de possession. C'est d'abord, la surface, la longueur, la forme d'un mur de la ville qui attirent le tagueur.

24La signature est hâtive, demande une grande rapidité d'exécution ; d'autres tagueurs vont signer à côté, empiler différentes signatures. Un tag attire un autre tag. Cette accumulation d'informations déroute.

  • 10 “Mouvements”, Dossier hip-hop, les pratiques, les marchés, la politique, Paris éd. La découverte, (...)

25Selon le tagueur, graffeur, Darco, “l'illégalité fait partie intégrante du style du graffeur. Elle forge le style, elle imprime sa griffe personnelle, sa réputation”. “C'est le sens du mot tag en américain”. “Le logo est comme une signature qui nous est propre”.” Plus qu’une référence commune, c'est avant tout une marque de reconnaissance”10.

26Le tagueur exécute son graphisme, souvent la nuit, en ciblant des bâtiments particuliers, bâtiments publics, métros, voies ferrées car le tagueur se fait reconnaître des autres par des conduites dangereuses et un parcours initiatique.

Un rituel initiatique

  • 11 Barbara Drucker, dossier de psychosociologie de l'espace, Faculté des sciences sociales, Universit (...)

27Le deuxième défi est celui de pouvoir signer son nom selon une hiérarchie de difficultés et de prises de risques. Les jeunes de 13-15 ans vont laisser des traces dans des espaces bien définis : portes cochères, volet de magasins (ils utilisent les rainures comme des lignes d'un cahier d'écoliers), palissades, cadres formés par les pierres de taille et surtout grandes surfaces planes de murs, blancs ou jaunes de préférence. Les tagueurs selon Barbara Drucker11 sont, sur le plan spatial, conformistes. La plupart s'enferme dans des cadrages.

28Pour être reconnu dans le monde des tagueurs, on inscrit sa signature sur les bâtiments publics, écoles, universités, bâtiments culturels, musées. En ciblant les édifices symboles du savoir de la société dominante, le tagueur défie l'ordre social, se place dans l'illégalité et se rebelle en transgressant l'ordre institué.

29Les bâtiments privés, les magasins, les volets de maison ou immeubles bourgeois sont alors entrepris.

30À Strasbourg, dans le quartier allemand, où réside une population cossue, les bâtiments publics de l'École supérieure de commerce, de l'Institut d'études politiques comme les propriétés privées sont tagués régulièrement depuis six mois.

31Des difficultés plus grandes les incitent à prendre plus de risques. Elles consistent à signer ou dessiner des lettres plus élaborées sous forme de graffs, sur les ponts ou des murs le long des voies ferrées, le long des voies de métro. Le tagueur travaille seul dans ces cas-là et développe, par la pratique de transgression, son inspiration.

32De 1984 à 1987, les tags recouvrent les voitures du métro de New York jusqu'à ce qu'un travail de surveillance, de répression et de nettoyage y mette fin. Des tags se retrouvent à l'heure actuelle sur le métro de Rome ; on a pu parler de “subway art” (art du métro).

Des nouvelles formes de civilité

33Paradoxalement, face à une civilité très codée et sans grande invention dans l’espace public, se dessinent ainsi des codes nouveaux de civilité, sans doute violents et provocateurs.

34Serait civil celui qui accomplit les différents rites de passage pour marquer sa trace dans la ville : savoir, sans se faire repérer, graffer sur les palissades, les murs publics et privés, répéter cela dans différents quartiers, élaborer des lettrages de plus en plus complexes, en relief, colorés avec différentes bombes de couleurs. Et tous ces actes sont d’autant plus respectés que le graffeur ne s’est pas fait encore prendre en flagrant délit par la police. Il doit dans ce cas payer des amendes et même effectuer un temps de service civil. Très peu de graffeurs n’ont pas payé de contraventions pour atteinte à la propriété d’autrui. Certains sont toujours en dette. C’est la raison pour laquelle, ils sont souvent semi-clandestins, choisissent des pseudonymes, n’inscrivent leur nom ni à la porte de leur domicile, ni sur les boîtes aux lettres.

35Ce nouveau code de civilité s’élabore à l’intérieur des groupes de graffeurs. Un code de l’honneur spécifique à ces groupes est mis à l ‘ épreuve, code du savoir-faire ensemble.

36La première étape pour un graffeur est d’être intégré dans un groupe, un équipage, “crew”. C’est le signe de reconnaissance des capacités du graffeur. Dessiner sur les murs avec rapidité, écrire sa signature en relief ou en bulles avec des couleurs requiert un apprentissage, un savoir-faire qui dépasse les tags de débutants. Exécuter ce travail collectif exige un partage qui traduit une reconnaissance de la place de l’autre, aussi bien symbolique que spatiale.

37Il faut “se tenir ensemble”, se reconnaître et avoir un style commun, une histoire proche, des affinités ou s’être rencontré.

  • 12 Felonneau, Busquets, op. cit., p. 69

38Avant cette deuxième étape, le jeune traverse “le temps de l’étrangeté”, ne dispose ni des usages, ni des savoir-faire, et surtout reste influencé par les croyances spontanées qu’il a pu élaborer à propos des graffitis”12. Le débutant ne sait pas vraiment comment mener à bien son activité, il n’en maîtrise ni les rites, ni les usages. L’une des marques de “respect”, terme le plus approprié à ce code, est de ne pas “toyer”, taguer ou recouvrir le graff ou la fresque du groupe qui est arrivé le premier sur le mur. Recouvrir ou taguer la fresque constitue une véritable transgression du code de civilité entre graffeurs. Seuls, de tout jeunes tagueurs qui ne connaissent pas les règles commettent cette erreur. Ils se font rappeler à l’ordre et se font “toyer” leurs graffitis à leur tour. Parfois, cela dégénère.

39L’espace travaillé par un graffeur ne doit pas être retouché par un autre groupe. Le lieu illégalement approprié est en général propriété du groupe qui a travaillé le premier. Celui qui ne respecte pas cet espace ne respecte pas le code entre graffeurs. Il ne sera donc ni identifié comme graffeur, ni reconnu. Il est considéré comme hors du groupe. Il ne sera pas invité dans des manifestations collectives ou à des rencontres entre graffeurs ou sera simplement évité, non-existant.

40Le graffeur qui est reconnu est celui qui part à la conquête d’espaces nouveaux. Il graffe régulièrement et donc montre son travail sur les murs de la ville ou de la périphérie. Son travail doit être vu. Il peut travailler seul mais le plus souvent, pour se sentir plus à l’aise, davantage stimulé, il opère en groupe. Chaque membre du groupe a sa spécialité, lettrage, personnage, animaux, plantes.

  • 13 C’est le cas pour la ville de Toulouse où le graff constitue un phénomène ancien. Plusieurs généra (...)

41Au-delà de ces règles générales, un code de civilité existe entre la nouvelle et la vieille génération : en général, l’on respecte la “old school” par rapport à la “new school” même si l’on ne se reconnaît plus soi-même de l’ancienne école. Ce phénomène est sensible dans les villes où le graff existe depuis une vingtaine d’années. Les anciens, même s’ils graffent moins qu’avant sont respectés. C’est à eux que l’on doit les débuts du graff, le style, la manière de s’approprier les murs et de s’être fait tolérer par les institutions de la ville13.

42Peut-on pour autant parler d’esthétique nouvelle ?

Une nouvelles esthétique, à chacun son style, à chacun son langage

  • 14 Voir le texte sur la définition du rap par Richard Shusterman : “pragmatisme, post modernisme et a (...)

43Ces tags et lettrages souvent expressions complémentaires se retrouvent à Berlin, Rome, Paris, Brooklyn avec des styles éphémères selon une esthétique très singulière. Une écriture qui crève la vue, un art qui explose à la figure, un art à vif14.

44Il s'agit de travailler son style sous forme d'écritures cassées, brisées comme on casse la vie. L'écriture désarticulée “tag”, devient “graff”, écriture organisée, avec des règles formelles comme un langage qui se dessine dans la ville. Au demeurant le graff demande des exercices de répétition avant d'être travaillé sur un mur. Le graff est moins un retour à l'ordre que l'adoption de conventions, la maîtrise de la perspective, du relief, du volume. L'écriture devient plastique.

  • 15 Hugues Bazin, “La culture hip-hop”, Desclée de Brouwer, 1995.

45Une signature maîtrisée s'exécute d'abord par l'outline. Le tracé extérieur – qui délimite les formes – est exécuté avec la bombe, uniquement. La différenciation des lignes plus ou moins fines se fait grâce aux embouts qui filtrent le jet, la sûreté du mouvement, la panoplie des bouchons utilisés (caps plus ou moins gros), la distance entre la bombe et la surface du mur. Un angle droit ne doit pas couler sinon le graff ne mérite pas d'être signé15.

  • 16 Exposition, “Paroles urbaines”, La Laiterie, espace culturel de marges où une vingtaine de graffeu (...)
  • 17 Hugues Bazin, “La culture hip-hop”…. p. 172.

46Certaines signatures forment un cercle comme un éternel recommencement, d'autres adoptent un lettrage16 très géométrique, le “bloc style”, lettres carrées qui couvrent la totalité de l'espace délimité, “ top to bottom”, blanc, rainuré, hachuré ; ailleurs, le lettrage se travaille en rond, en volume comme des ballons (bubbles). D'après Hugues Bazin : “le graff peut être figuratif, abstrait ou encore représenter un travail sur les lettrages”. “Les graffeurs sont des perfectionnistes qui travaillent des heures durant sur les croquis qu'ils sélectionnent avant de les réaliser sur les murs”17.

La rue, espace d’expérience, de brassage et de maturité

47Aujourd'hui deux conceptions du devenir du mouvement s'affrontent :

  • 18Les Dernière Nouvelles d'Alsace”, 20 octobre 2000, Dossier, “L'autre planète hip-hop”, pages loca (...)

48“D'un côté il leur faut perpétuer le graffiti dans la rue, ce qui est illégal mais à la source même de cet art. De l'autre, ils ont besoin d'un public, ce qui se fait dans des lieux qui dénaturent leur approche artistique”, expliquent Sye one et Sem, membres de l'East Side Team18.

49Le graffeur Mahon tient un autre discours. Il désire faire du graff un véritable travail professionnel et pas seulement un passe-temps.

50L'exemple du groupe créé par Mahon est caractéristique de cette volonté.

51Le groupe créé par Mahon et son ami Bonzaï, puis avec un ou deux autres artistes s'appelle MACIA, “Mouvement d'Action Cosmopolite, Insurrectionnel et Autonome”, à l'origine bande informelle de copains de jeux dans la rue : “Le groupe, c'est une émulation, une contestation ; on se sent plus fort quand on est nombreux”. Son groupe, après avoir tagué sur des murs interdits, s'exerce sur des murs tolérés dans les mois d'été, sur les murs d'un terrain de sport près de la voie ferrée, à la périphérie de la ville. Aussi apparaît le besoin de s'ériger en association, “Le Repaire”. L'objectif n'est plus de marquer son passage mais de pratiquer son art en s'exerçant : les graffeurs travaillent et retravaillent sur des espaces désaffectés. Ils considèrent que les lettrages donnent un décor à la ville, animent les lieux où vivent différentes générations.

52Depuis 1995, le graffeur Mahon dépasse le tag, le lettrage, pour élaborer un travail complexe, le “masterpiece”, la fresque.

53Après avoir peint une première fresque illégale avec un ami dans le quartier de l'Elsau près de Strasbourg, il reprend ce travail et peint une fresque avec des jeunes de 10 à 16 ans du centre socio-culturel du même quartier. Ils composent, avec l'accord de l'Office d'HLM, une fresque représentant les différentes composantes du hip-hop. Danseurs, rappeurs, B. Boys sont mis en scène selon les thèmes récurrents du mouvement : la nuit, les voies ferrées, le contexte ; les personnages expriment le dynamisme du mouvement.

54Ce travail permet aux jeunes artistes de s'impliquer dans un processus de construction : si le lettrage subsiste, le travail doit maintenant être lu par tous les habitants du quartier. Le graffeur est passé de l'apposition d'une signature qui se revendiquait illisible à la réalisation d'une œuvre complète qui peut être déchiffrée par tous les passants.

55Le groupe participe à des interventions institutionnelles et professionnelles : Fête de la Musique, Eté jeunes.

56Son style n'est plus seulement celui des personnages du hip-hop ; il s'inspire des bandes dessinées. Il travaille également des personnages de la vie quotidienne observés dans la rue. Par exemple, Christophe, du groupe MACIA, dessine ses personnages de jeunes en rouge explosif animé par des lettrages, new school, wild style.” Questa” (Qu'est ce que tu as ?), manière d'arrêter le passant. Ses personnages peuvent être les artistes eux-mêmes mis en scène. “C'est un peu soi”, explique-t-il.

57Le philosophe américain Shusterman appelle cet art la “corporalisation” de l'expérience. De manière paisible ou électrique, il s'agit d'interpeller le passant.

58Le groupe assure sa promotion en indiquant son adresse e-mail, signe de l'achèvement de sa socialisation. Autre signe de sa capacité à entrer en relation : il accueille régulièrement des graffeurs allemands de Dresde. Chaque artiste prend une portion de mur pour y dessiner ; c’est un mur de la périphérie de la ville, un mur en mauvais état, prêté par un habitant de la ville, sur lequel ils travaillent lettrages et dessins, comme des exercices sur un cahier de brouillon. Le même phénomène de partage s’est mis en place à Toulouse sur les murs du centre administratif où le collectif Truskool, déjà confirmé, a invité un groupe de graffeurs de New York en 2001 pour partager des murs tolérés du centre ville et confronter leurs styles. Ce type de pratiques s’apparente à des compétitions, à mi-chemin entre pratiques sportives et pratiques artistiques. Elle n’est pas non plus sans dessein politique, au sens global du terme, à savoir une ambition de représentation, une fonction, et un désir de reconnaissance dans la cité.

Réflexion sur l’art des frasques murales : rapport entre esthétique et politique

59Au cours de son expérience, Mahon élabore toute une réflexion sur le mouvement hip-hop qui ne rejette plus les autres, mais appelle le passant, quel qu'il soit. Il amorce une réflexion entre son travail esthétique en relation avec le politique. Il s'exprime ainsi à propos du hip-hop : “le hip-hop, c'est une religion, un chemin que nous nous sommes tracé. Ce mouvement nous laisse beaucoup de liberté avec des instruments faciles, à notre portée”. C'est aussi une manière de répondre à la confusion, au brouillage des analyses des politiques qui, selon certains graffeurs, ne permet pas d'identifier les problèmes. Pour lui, les jeunes des quartiers, ce n'est pas une affaire d’origines mais une affaire de classes sociales. On appartient à la même classe sociale.

60“Nous ne sommes pas sûrs d'être complètement acceptés. Nous sommes des gens qui ne sont pas l'élite et qui font des choses pour le peuple. C'est notre manière de faire de la politique. C'est comme un jet violent. Cela sort.”

61Le souci d'un des membres fondateurs du groupe est d'éviter tout dogmatisme par rapport au rassemblement hiphop ; il ne se soucie pas des étiquettes, ou de parler à tort et à travers. Ce qui le rend mal à l'aise, ce sont les institutions qui essaient de canaliser le hip-hop sous forme de récupération, de canalisation du mouvement :

62“Je ne souhaite pas endosser le rapport mal assumé des institutionnels au colonialisme,” dit-il. Un artiste n'est pas un acteur social. Il apporte son témoignage d'artiste sans parler d'intégration ou de noyau dur, hard core. Sa contestation politique est dans un travail graphique sur la ville quelle que soit sa forme, fresques, BD, graphismes de CD, intervention sur les murs d'associations.

63“Plutôt que d'aller saloper les murs, faire des fresques, ça met un autre regard sur moi-même. Je trouve ça plus constructif. Je veux des bonnes images, un travail bien cadré. Peindre sur un grand mur, ça va le sacraliser comme les affiches d'un personnage politique, cela représente une importance dans la ville ; qu'on a du pouvoir. Un pouvoir politique, un pouvoir d'expression avec des moyens différents. Ça va dans le même sens. Ça va sacraliser le mur”. Et sur le choix des personnages dans ses fresques : “on m'a souvent reproché que je dessinais des gens trop basanés malheureusement pour eux, je dessine des gens que je vois dehors dans la rue. Quand je prends le tram, y a pas que des Alsaciens, il n'y a pas que des Alsaciens dans le quartier, je dessine les gens que je vois. Je ne trouve pas qu'il y ait un problème par rapport à cela. Il y a des gens qui sont focalisés là-dessus”.

  • 19 Sur les relations entre graffs et fresques murales, Anny Bloch-Raymond, “Tags, graffs et fresques (...)

64Dans ses propres termes sont posés le rapport de l'art à la politique, le politique, l'espace public et le sacré, la grande difficulté de la population qui regarde son travail d'accepter que soit représentée la réalité, la leur, la pluralité culturelle dans laquelle nous vivons19.

65“Il ne faut pas s'habituer, il faut changer les murs gris et les repeindre. On fait changer le décor, on met de la lumière, du mouvement pour éviter le côté figé de la ville”.

66C'est également ce qui est écrit dans la rue Gramat à Toulouse, le quartier populaire près de Saint-Sernin. Un chantier de fresque internationale dans le cadre du carrefour Arnaud-Bernard et des autres associations de quartiers y a été réalisé. Ce projet est né en 1997 ; aujourd'hui, il a pris sa place ou plutôt sa rue… “Nous posons des questions sur l'urbanisme, nous nous réapproprions nos rues en laissant les artistes s'exprimer.”

Conclusion

  • 20 Hugues Bazin, “Jeunesse messianique et espaces populaires de création culturelle”, Agora, 29, 2002 (...)

67Il faut donc repenser la nature même de l'art qui ne peut être considérée ni comme de l'art brut ni comme une sous-culture mais plutôt comme des expressions artistiques de nouvelles cultures urbaines. Et, avec Hugues Bazin20, ne pas avoir peur de dire que les espaces populaires urbains depuis les années 1980 restent avant tout décrits comme des “non-lieux” où l’événement est interprété au mieux comme un “bricolage” culturel, au pire comme un désordre social… Le bricolage et le désordre ne sont pas des “problèmes” mais génèrent des espaces vitaux et participent aux mouvements de réappropriation historique. La création culturelle de minorités actives replace l’espace populaire dans sa forme dynamique en tant que rapport conflictuel à la société et les jeunesses dans leur portée messianique, ou tout du moins, des jeunesses porteuses d’une vision transformatrice du réel.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bazin H., La culture hip-hop, Desclée de Brouwer, 1995.

Bazin H., “Jeunesse messianique et espaces populaires de création culturelle”, Agora, 29, 2002.

Bloch-Raymond A., “Tags, graffs et fresques murales, revendications identitaires, expressions communautaires”, Agora, 29, 2002, p. 68-77.

Bloch-Raymond A., Journal de bord sociologique, la culture hip-hop, langage urbain d’intégration sociale, Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Alsace, Strasbourg, 2000.

Bloch-Raymond A., en collab. avec Boualem A., “Les figures de l'accueil : Regards croisés sur les nouvelles cultures urbaines : processus d'intégration et de restructuration des jeunes”, Avancées, Strasbourg, Maison des Sciences de l'Homme, 2002.

Felonneau M.-L., Busquets S., Tags et grafs, les jeunes à la conquête de la ville, Paris, L'Harmattan, 2000.

Lapiower A., Total respect, la génération hip-hop en Belgique, Bruxelles, Evo, 1997.

Milon A., L'Étranger dans la ville, Paris, PUF, 1999. Mouvements, Dossier hip-hop, les pratiques, les marchés, la politique, Paris, La Découverte, 1999.

Shusterman R., L'art à vif. La pensée pragmatiste et l'esthétique populaire, Paris, Éditions de Minuit, 1992.

Notes

1 Tag : productions brèves, plus ou moins lisibles, en traits simples et d'une seule couleur en général, correspondant à la signature qui prend la forme d'un pseudonyme. graff : lettrage selon un tracé plus ou moins complexe en double ligne avec espace intérieur, extérieur, identification d'un groupe ou d'un graffeur et de son savoir-faire, fresques : production et compositions avec lettrages et personnages traduisant les formes de violence ou l'environnement de la vie urbaine.

2 Voir l'ouvrage des deux psycho-sociologues Marie-Lise Felonneau et Stéphanie Busquets, Tags et grafs, les jeunes à la conquête de la ville, Paris, L'Harmattan, 2000, notamment le chapitre “Tags, insécurité, incivilités, pourquoi avons nous peur des tags ?”, p. 19-45.

3 Notre enquête de type anthropologique sur les tags, graffitis, fresques murales est la suite de l'étude sur le mouvement hip-hop ; voir “Journal de bord sociologique, la culture hip-hop, langage urbain d’intégration sociale”, Ministère de la Culture et de la communication, DRAC, Alsace 2000, 45 pages, et la poursuite de travaux sur les figures de l'accueil, MSH, Strasbourg, “Les figures de l'accueil : Regards croisés sur les nouvelles cultures urbaines : processus d'intégration et de restructuration des jeunes” (en collab. avec Boualem Ayad), Avancées, Strasbourg, Maison des Sciences de l'Homme, 2002) dans le cadre du séminaire dirigé par Freddy Raphaël, sur la notion de l’hospitalité, les pratiques de l'accueil.

4 Entretien du 15 novembre 2000 avec le service de propreté de la Communauté urbaine de Strasbourg qui réunit 27 communes.

5 Alain Milon, L'Etranger dans la ville, Paris, Puf, 1999, 148 pages.

6 Enquête conduite à Hautepierre, Strasbourg, lors de programmes d’insertion pour adolescents avec le Centre culturel européen la Laiterie et Pablo Pee Gonzales, artiste graffeur belge, le groupe Macia, Camille, Jaek, le centre culturel de l’Elsau, de Cronenbourg, octobre 1998-juin 2000. Enquête conduite à Toulouse dans le centre ville le long du canal du midi avec Stéphanie Grousset, étudiante en sociologie, auprès de diffférents graffeurs de la ville, et au centre culturel Arnaud Bernard pour la rue Gramat, mars-decembre 2001

7 Hugues Bazin, Le hip-hop, Paris, Desclée de Brouwer, 1995. Sur la génération hip hop en Belgique, voir Alain Lapiower, Total respect, la génération hip-hop en Belgique, Bruxelles, Evo, 1997, le chapitre “Le graff peut-il sauver la ville”, p. 205-260.

8 Entretien avec Mahon, peintre graffeur, le 2-/09 2000.

9 Entretien avec W, rappeuse, quartier de l'Elsau (Strasbourg) le 14 septembre 2000.

10 “Mouvements”, Dossier hip-hop, les pratiques, les marchés, la politique, Paris éd. La découverte, “Darco, Mode 2, le graff sur le fil du rasoir”, p. 13.

11 Barbara Drucker, dossier de psychosociologie de l'espace, Faculté des sciences sociales, Université des sciences humaines 1997, p. 4/8. Merci à Barbara Drucker de m'avoir donné de précieuses indications sur son travail.

12 Felonneau, Busquets, op. cit., p. 69

13 C’est le cas pour la ville de Toulouse où le graff constitue un phénomène ancien. Plusieurs générations de graffeurs existent déjà. L’office du Tourisme, en juillet 2001, a organisé une visite guidée des fresques murales dans la ville.

14 Voir le texte sur la définition du rap par Richard Shusterman : “pragmatisme, post modernisme et autres débats”, in Mouvements, Paris, éd. la Découverte, 1999, p. 69-76 et son ouvrage, “L'art à vif”. “La pensée pragmatiste et l'esthétique populaire”, Paris, ed de Minuit, 1992.

15 Hugues Bazin, “La culture hip-hop”, Desclée de Brouwer, 1995.

16 Exposition, “Paroles urbaines”, La Laiterie, espace culturel de marges où une vingtaine de graffeurs connus dont l'américain, Sharp le groupe Alphabétik réalisent exposent leur graff à la Laiterie en 1996.

17 Hugues Bazin, “La culture hip-hop”…. p. 172.

18Les Dernière Nouvelles d'Alsace”, 20 octobre 2000, Dossier, “L'autre planète hip-hop”, pages locales, 5.

19 Sur les relations entre graffs et fresques murales, Anny Bloch-Raymond, “Tags, graffs et fresques murales, revendications identitaires, expressions communautaires”, Agora, 29, 2002 p. 66-77.

20 Hugues Bazin, “Jeunesse messianique et espaces populaires de création culturelle”, Agora, 29, 2002, p. 16-27.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540