Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rue

 | 
Jeanne Brody

La rue, espace de socialité

Les pratiques récréatives et sportives de rues

Eric Adamkiewicz

Texte intégral

1LA RUE A DES USAGES DONT certains apparaissent plus légitimes que d'autres. Les activités récréatives et sportives de la rue restent aujourd'hui souvent considérées comme illégitimes, notamment à travers les interdictions qui limitent leurs expressions. De nombreuses villes ont choisi de limiter, ponctuellement ou non, leurs développements (Toulouse, Lyon, Colmar, Gap, Montpellier…).

  • 1 Adamkiewicz E., (1995a), Sporting uses of the city. Autonomous sporting uses of the town, Ponctual (...)

2L'étude de ces activités récréatives et/ou sportives autonomes urbaines1 a débuté par une incompréhension. Formé à l'école de la sociabilité sportive institutionnelle, il était nécessaire de comprendre les raisons qui poussaient des personnes à utiliser la ville comme espace sportif. Les premières études engagées consistaient à établir quels étaient les manques en terme d'équipement qui justifiaient des “détournements” d'usage d'espaces publics : skate board, roller, BMX, basket de rue, street hockey, jogging, Hip-Hop, cirque…

3En cours d'analyse, il apparut que ces activités ne pouvaient exister que dans l'espace public et principalement la rue et ses extensions : places, parkings, parcs, quais de fleuves (Lyon, Bordeaux, Paris…) et pour Toulouse : les berges du Canal du Midi.

Les pratiques récréatives autonomes urbaines

  • 2 Adamkiewicz E., (1995b),” Les usages sportifs des espaces publics urbains”, in Actes du Colloque i (...)
  • 3 Petit Larousse, édition Larousse, 1992, cit p 107.

4Après un certain nombre d'années d'observation de ces phénomènes et tentatives de qualifications de ces pratiques, la notion de pratique “autonome” correspond à l'usage qu'en font les pratiquants. Ce terme “d'autonome”2 semble refléter comment les pratiquants souhaitent vivre leurs pratiques récréatives. La définition du Petit Larousse3 précise : Autonomie : Indépendance, possibilité de décider, pour un organisme, pour un individu, par rapport à un pouvoir central, à une hiérarchie, une autorité. Cela paraît correspondre à l'esprit de cette population principalement urbaine désirant être autodéterminée, générant et gérant elle-même ses pratiques de loisirs indépendamment des institutions sportives classiques. Ces adeptes veulent simplement pouvoir pratiquer librement lorsqu'ils le souhaitent et là où ils le désirent, l'ensemble du territoire urbain étant devenu pour eux un espace de jeu.

  • 4 Pociello C. (1989), Etude de faisabilité du “Site pilote d'Aventures Sportives”, Structure et évol (...)
  • 5 Pociello C. (1995), Les cultures sportives, PUF, Paris.

5Il ne s'agit pas de quelques individus isolés mais d'une nouvelle approche des usages et pratiques récréatives qui se dessinent comme générateurs de certaines formes de lien social. L'individuation sportive présentée par Christian Pociello (1989)4 n'est qu'un des révélateurs d'une société en mutation qui voit les comportements se transformer en prenant plus d'autonomie par rapport aux institutions qui ont permis leur essor. Ces nouvelles formes de pratiques sportives et/ou récréatives sont les résultantes du formidable développement d'une certaine culture moderne5 où le sport et le loisir apparaissent comme des éléments forts.

  • 6 Terme utilisé par la municipalité de Roncq (Nord) dans un appel d'offre pour aménager le site du B (...)

6Le discours usuel, largement utilisé jusqu'à présent, continue de présenter des inorganisés, des pratiquants sauvages, des désorganisés6. L'observation de ces phénomènes reste bien trop souvent teintée d'une volonté de présenter ces comportements comme marginaux, alors qu'ils ne sont que l'émanation de l'évolution des pratiques sociales. Les termes d'inorganisés, de pratiquants informels ou sauvages sont impropres mais très significatifs de la logique des acteurs institutionnels qui se penchent sur cette question assimilée à un “problème”. Penser ces attitudes et ces usages en termes de déviance est une erreur fondamentale. Ces comportements s'inscrivent dans l'ensemble des processus de transformation d'une société en évolution. En fait, ils ne sont considérés comme déviants que par leur refus d'intégrer des structures organisées existantes et parce que majoritairement il s'agit de population adolescente ou post-adolescente.

  • 7 Revues Urban', Roller Saga, Crazy Roller, Roller Mag, Tricks…
  • 8 http://www.rollernet.com, http://www.catch-up.com, http://www.randoroller.com
  • 9 Loret A. (1995), Génération Glisse, Autrement, Série mutations no 155-156.

7Ces usages récréatifs et sportifs de glisse urbaine se sont diffusés dans tout l'espace public, créant de nouveaux rapports à la ville. Les pratiques physiques urbaines, par les relations sociales qu'elles génèrent, deviennent une composante de l'urbanité de cette fin de siècle au même titre que l'ensemble des autres usages de la ville. Ces pratiques sont envisagées comme particulièrement révélatrices des comportements actuels. Elles s'organisent à partir de référents culturels multiples où la place du corps et sa mise en “exposition” sont prépondérants. Très liées aux médias, notamment tout ce qui concerne les revues7, les vidéos spécialisées et les sites internet8, elles s'inscrivent profondément dans une culture récréative très urbaine. Dépassant largement le simple phénomène sportif, ces pratiques acrobatiques puisent leurs fondements dans une pseudo-culture “underground” où se mélangent musique rap, style vestimentaire “grunge” (look mi-S.D.F.) et XXL (vêtements très amples). Loin d'intégrer la dimension originelle de rébellion de cette culture, ils n'en ont gardé que l'image. “La glisse” est devenue moins un style de vie9 qu'une manière de paraître. Mais la recherche d'acquisition de quelques semblants de caractères identitaires, la création de formes, est une quête permanente.

8Ces groupes sont des regroupements ponctuels et éphémères, aussi bien dans le temps que dans l'espace. Il apparaît, dès lors, difficile d'utiliser le terme de tribu pour caractériser cette (ces) population(s). Si les référents sont partiellement communs, il ne saurait être question de tribu tant les relations qui unissent ces joueurs de la ville semblent ténues et ne peuvent être assimilées à des comportements tribaux, à moins d'envisager la tribu dans une acception éphémère.

Les usages

  • 10 Waser A.-M., (2001)

9Les usages plus déambulatoires se légitiment peu à peu sous l'impulsion de certains politiques et groupes de pression. Qu'il s'agisse des randonnées du vendredi soir en roller10 ou des balades familiales des week-end, ces usages récréatifs ponctuels de la ville se développent dans le paysage urbain en constituant une autre manière d'utiliser les rues, de vivre la ville. Leur intégration est d'autant plus facilitée que ce type de pratique est le fait principalement d'adultes organisés à partir d'associations, soit par des regroupements familiaux.

10Les pratiques plus acrobatiques, principalement le fait de populations jeunes, restent assimilées à des problèmes et restent dans une relative situation d'illégitimité dans l'espace public collectif. La principale réponse demeure des espaces spécifiques (roller-park, skate-park ou glisse-park) qui ne répondent qu'à une partie des attentes des pratiquants. La pratique de street ne peut en effet, trouver toute sa dimension que dans son espace de prédilection : la rue.

  • 11 Adamkiewicz E.,(1998 a), Les usages sportifs de la ville, Analyse des pratiques ; Conception et ge (...)
  • 12 Adamkiewicz E., (1998b), Les performances sportives de rue, Sport en ville, Les Annales de la Rech (...)

11Il faut relever qu'il ne s'agit pas systématiquement d'une mise en spectacle car cela s'accompagne surtout d'une approche égocentrique de sa propre pratique11. Cela peut quelquefois se décliner différemment suivant le groupe auquel on s'adresse, des initiés aux béotiens. Il y a une grande importance de l'image, du geste, de la performance accomplie (sur un plan chorégraphique), mais le spectacle ne semble pas être la finalité. Comme si ces pratiques étaient “spectacularisables”12, c’est-à-dire qu'elles peuvent être vues et donner lieu à des exhibitions, mais cela ne présente aucun caractère obligatoire ni un aspect systématique. La première personne concernée par ce type d'activité est l'acteur, qui cherche à s'épanouir par sa propre pratique (Loret, 1995), et la recherche d'une mise en scène collective n'apparaît que comme une des possibilités. L'hédonisme individuel semble être le moteur central de ces activités récréatives, l'acrobatie étant le référent de base nécessaire pour donner à la pratique un semblant de caractère identitaire de “glisse”.

Les fonctions de l'espace public et les questions liées à ces comportements

L'usage de l'espace public

  • 13 Joseph I., (1984), Le Passant Considérable, Essai sur la dispersion de l'espace public, Librairie (...)

12L'utilisation de l'espace public comme lieu de pratiques sportives et récréatives n'est pas anodin, il répond à une logique culturelle liée à l'évolution de notre société occidentale très urbanisée. L'espace public est un lieu de pluri-activités et de circulation dont la composante essentielle est l'accessibilité et l'altérité. Un espace public c'est tout le contraire d'un milieu ou d'une articulation de milieux. Il n'existe comme tel que s'il parvient à brouiller les rapports d'équivalence entre identité collective (sociale ou culturelle) et un territoire. (Isaac Joseph, 1984)13.

  • 14 Grafmeyer Y., (1994), Sociologie Urbaine, Nathan, Paris.
  • 15 Hannerz U., (1983), Explorer la ville, (1980) traduit par Isaac Joseph, Minuit, pp 131-154.

13Par définition, il n'est pas appropriable par un groupe particulier qui s'en réserverait un usage privatif. Son caractère problématique vient de ce qu'il n'est pas défini une fois pour toutes, mais au contraire l'objet d'une construction permanente au fil d'interactions qui font se rencontrer des citadins aux identités différentes dans des lieux de libre accessibilité. Expression emblématique de la citadinité, l'espace public est par excellence ce qui fait de la ville autre chose qu'une mosaïque de quartiers et un simple agrégat de petits mondes étanches. Aussi peut-on comprendre qu'il devienne un enjeu décisif face aux forces qui jouent dans le sens d'une ségrégation des groupes sociaux, d'un affrontement des communautés, ou d'une séparation des sexes. La question de l'espace public est donc, aussi, une question politique. (Grafmeyer, 1994)14. La fonction politique mise en évidence par Grafmeyer met alors l'espace public au cœur d'enjeux qui dépassent les simples questions de pratiques ludiques mais bien de logiques d'usages normés des espaces collectifs. Ces usages sociaux normés, imposés à tous, déterminant alors les comportements et pratiques considérés comme légitimes dans l'espace public et ceux dont les caractéristiques en feraient des usages illégitimes, donc n'ayant pas droit de cité. L'espace public n'apparaissant comme le lieu où peuvent se côtoyer divers modes d'expressions urbaines y compris la fonction de loisir (Hannerz, 1983)15, mais seulement dans des aménagements spécifiques, pensés et conçus à cet effet.

Le détournement de l'espace par des pratiques récréatives

  • 16 Joseph I., (1991), La gestion des espaces publics (perspectives d'une consultation), Espaces et So (...)
  • 17 Sennett R.,(1992), La ville à vue d'œil, Plon.

14À partir de la fonction même de l'espace public, la notion de détournement de l'espace apparaît comme une interprétation erronée de ce qu'est véritablement l'espace public. Cette notion de détournement est importante car ce point de vue est celui défendu par certains acteurs institutionnels, politiques ou sportifs traditionnels. Ces pratiques récréatives présentées comme des nuisances, pourraient très bien être, au contraire, des indicateurs de la recherche d'une autre “qualification” de l'espace public, un moyen de revendiquer l'urbain comme lieu vivant. Il est vrai que l'usage des espaces publics semble être devenu, ces dernières années, un des enjeux majeurs des projets urbains (Isaac Joseph, 1991)16. Il convient de déterminer si cet espace commun ou neutre, qui est le lieu privilégié des jeux de la socialisation, doit rester neutre17 ou si, comme espace de superposition de marqueurs sociaux, il peut supporter à l'infini cette superposition partielle et temporaire de signes et de pratiques sociales.

15Car, en fait, ces différentes colorations de l'espace public sont uniquement temporaires. Détournement et appropriation sont les expressions utilisées pour qualifier les formes des pratiques sportives autonomes par les responsables de l'aménagement d'un lieu. Ceux-ci sont en effet très surpris lorsque des usages de l'espace non prévus par eux se développent. C'est pourquoi ils tentent, souvent par méconnaissance, de présenter ces usages comme des pratiques privatives. Si détournement il y a, ce n'est qu'aux sens architectural et politique. Le véritable détournement de sens vient de ceux-là mêmes qui jugent les pratiques récréatives autonomes comme des nuisances. Sûrs que leur vision de la ville est la seule légitime, ils ont, en fait, privatisé la conception de la cité à leur seul profit, dans un but de reconnaissance sociale pour les architectes et dans un but de communication politique pour les élus.

16Il est vrai que de réelles nuisances existent, mais celles-ci, qu'elles soient visuelles et/ou sonores, ne sont que la résultante d'une vision et d'une réalisation de la ville, où esthétisme et fonctionnalisme des projets architecturaux (gestion des flux de circulations automobile, piétonnière et cycliste) s'accommodent difficilement avec des usages non envisagés. Pour ces penseurs et concepteurs de la ville, l'appropriation de la rue par ces utilisateurs ne vaut que si elle est symbolique et théorisée, mais lorsqu'elle se manifeste par des usages considérés comme illégitimes, alors cela apparaît comme perturbations et dysfonctionnements.

Une surqualification de l'espace urbain

  • 18 Simmel G., (1989), Les grandes villes et la vie de l'esprit, (1903) in Philosophie de la modernité (...)
  • 19 Goffman E., (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, tome I et II, Minuit.
  • 20 Simmel cité par Chantelat P.(1992), Planification urbaines et usages sportifs de la ville, Revue S (...)
  • 21 Pellegrino P., Lambert C., Jacot F., (1991), Espace public et figures du lien social, Espaces et S (...)

17L'espace urbain est un lieu de rencontres. Il apparaît logique que des formes d'usages s'instaurent et se développent en trouvant sur un même site des personnes totalement différentes, créant du même coup des relations fragmentaires pouvant être furtives. La spécificité de l'espace public ne peut se limiter à un endroit où les relations ne peuvent être que superficielles et ponctuelles. Les expériences du citadin décrites par Simmel18 ou Goffman19, si elles représentent les formes les plus courantes de situations en milieu urbain, ne prétendent pas être les seules possibles. Elles proposent des instants, qui donnent aux interactions possibles toute la dimension et l'intérêt de l'espace public pour les sociologues même, si comme le souligne Hannerz (1980) : Et lorsque l'interaction se termine (…), on ne fait pas d'hypothèse sur la possibilité de se revoir. Le croisement d'un roller et d'un piéton est un moment de la vie urbaine, mais rien n'interdit qu'ils entrent en communication et ce ne sera pas forcément pour s'opposer, contrairement à ce que pourrait laisser croire le discours commun. Même si le skater développe pour sa part l'excentricité du citadin qui est : une réponse à la dépersonnalisation des rapports humains dans la grande ville (Simmel)20, l'homme public qui est (en général) un homme pressé pourrait s'engager dans un rapport. C'est un des aléas et des piments de l'éventualité de la rencontre dans l'espace public : des convergences fortuites y prennent figure d'absolu le temps d'un refus ou quelque contrariété reporte tout désir de plénitude sur un autre objet. (Pellegrino P., Lambert C., Jacot F., 1991)21. Il apparaît dès lors exagéré de vouloir tenter de limiter les relations entre les composantes de la ville en voulant absolument un espace public neutre. De plus, on peut percevoir de manière positive les pratiques sportives autonomes si l'on s'accorde à reconnaître qu’elles peuvent contribuer à “surqualifier” un espace en lui donnant une autre dimension, un sens supplémentaire. Il n'y a pas substitution d'un sens à un autre mais enrichissement de l'espace public par la multiplicité des modes d'expressions qui s'y développent.

18Toutefois, le milieu urbain est partagé en différents espaces qui se superposent et se chevauchent, créant une dynamique mais également des tensions. Charge à chacun de trouver sa place, tout en respectant son voisin, ce qui dans le cas des pratiques sportives peut quelquefois présenter quelques difficultés. Mais tout se joue autour des notions d'espace public et d'espace privé. Comme si le fait d'utiliser la ville d'une certaine façon transformait ipso facto un morceau de celle-ci en espace privé. Pourtant l'espace public est compris entre l'espace privé qui s'enferme autour de propriétés stables et d'appropriations singulières, individuelles et collectives (Pellegrino P., Lambert C., Jacot F., 1991). Le simple fait d'agir dans un espace public ne transforme pas automatiquement notre relation à la ville en usage privatif ; personne ne cherche à faire passer le piéton pour un individu ayant un usage privatif du trottoir qu'il emprunte. D'ailleurs, l'attitude des rollers (déambulateurs ou streeter) est très symptomatique : ils reconnaissent qu'ils cherchent seulement à pratiquer leur activité sans perturber les autres acteurs de la ville. Ils ne souhaitent pas s'accaparer l'espace mais revendiquent seulement de l'utiliser au même titre que les piétons.

19Les activités récréatives autonomes, en investissant et en se développant dans le milieu urbain public, ont bousculé les représentations traditionnelles. En sortant des équipements spécifiques, ces pratiques acquièrent une nouvelle dimension mais elles entrent en concurrence avec les autres pratiques sociales : déambulations touristiques, déplacements professionnels… Le travail sur la fluidité des véhicules a occulté pendant longtemps l'aspect pratique et ludique pour les urbains-piétons qui devaient tenter de s'adapter aux rythmes des véhicules. Une réflexion sur les fluidités des espaces piétonniers s'est développée sur l'ensemble du territoire national, après que les questions d'accessibilité des populations à mobilité réduite ont été posées. Les sportifs autonomes ne sont pas encore pris en compte systématiquement dès l'élaboration des projets, mais il faut s'attendre à leur reconnaissance progressive, si l'on considère l'évolution des relations avec les représentants de la force publique (randonnées encadrées par les forces de police : Paris, Bordeaux…), mais également la prise en compte de leurs demandes d'accès aux espaces publics (couloirs spécifiques ou partagés avec les cyclistes) et de leur forte présence lors des journées sans voitures organisées dans toute la France.

20Mais les sportifs autonomes sont aussi à la recherche d'une légitimation symbolique en occupant la ville, lieu de culture, d'histoire, et de commerce. En s'inscrivant dans le paysage des lieux typiques imprégnés d'histoire, ils s'imprègnent dans le paysage et deviennent des éléments constitutifs de l'espace urbain. Est-il possible actuellement d'imaginer le Trocadéro à Paris, ou la place Louis Pradel à Lyon, sans skaters et sans rollers ?

Conséquences en terme d'aménagements

21Hors des interdictions, les principales réponses restent classiques : construire des équipements spécifiques avec l'espoir persistant de voir disparaître cette animation spontanée des rues et places. Si ces équipements sportifs spécifiques peuvent avoir un intérêt, ils ne peuvent remplacer la rue comme espace de liberté et de jeu pour les pratiquants de “street”, tout en risquant de devenir, à plus ou moins long terme, des friches sportives définitivement obsolètes. Et puis ils ne règlent pas la question des pratiques récréatives adultes de déambulations de la “Friday Night Fever” (Waser, 2001) comme des usages le long des berges.

22La dimension ludique, que ces citadins acrobates recherchent dans l'espace public en jouant avec le mobilier urbain, perd ses possibilités de création aussi bien dans l'invention de gestuelles que dans le lien et l'échange avec autrui.

  • 22 Adamkiewicz E., (2001b), Usages récréatifs de la cité et aménagements, in Agora, Les jeunes entre (...)
  • 23 Adamkiewicz E.,(2000), L'espace public récréatif de Roncq, in Les Rendez-vous de l'Architecture, T (...)

23Rares sont aujourd’hui les tentatives prenant en compte espace public et pratiques récréatives22. Quelques collectivités ont engagé des réflexions intéressantes – Roncq(59)23, Montluçon (03) – qui semblent marquer le pas suite aux changements d'équipes municipales. À Metz (57), il semble qu'une approche de traitement de l'espace public pouvant accueillir des usages récréatifs soit en cours sur le modèle helvétique de Lausanne. Mais ces quelques expériences ne sauraient masquer la masse de réponses trop souvent partielles ne proposant que des solutions inadaptées à terme.

Conclusion

24Il existe beaucoup d'études et de réflexions autour des projets urbains faisant état de la création du lien social ou de sa recherche. Si l'on s'attache si souvent à le chercher ou à le créer dans la rue, c'est bien qu'il n'y existe pas vraiment. Le lien social ne se décrète pas, il apparaît lors de combinaisons particulières et complexes qu'il est très difficile de prévoir véritablement, ainsi que l'a rappelé Jean Rémy lors de ces journées. La recherche de lien(s) entre les citadins à partir de leur espace collectif demeure une préoccupation alors même que la cité existe depuis plusieurs siècles.

25La rue, dans ce qu'elle présente comme possibilités d'échange(s) et de contact(s), offre à travers l'altérité, des figures qu'il conviendrait de laisser s'exprimer afin de construire une réelle urbanité dont on espère l'avènement tout en mettant en œuvre les procédures limitant ses propres développements. En déterminant ce qui est légitime dans la ville et ce qui ne l'est pas, nous construisons une cité où l'urbanité devient plus un rêve sans cesse renouvelé qu'une réalité.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Adamkiewicz E., (2001a) “Glisse urbaine et redéfinition de l'espace public”, in Glisse urbaine. L'esprit roller : liberté, apesanteur, tolérance, sous la direction d’Alain Loret & Anne-Marie Waser, Autrement, Mutations no 205, juin, pp. 200-212.

Adamkiewicz E., (2001b), “Usages récréatifs de la cité et aménagements”, in Agora, Les jeunes entre équipements et espaces publics, no 24, L'Harmattan, 2e trimestre, pp. 57-62.

Adamkiewicz E., (2000), “L'espace public récréatif de Roncq”, in Les Rendez-vous de l'Architecture, Transformactions, Grande Halle de La Villette, Paris, 15 au 15 novembre 2000, CD-Rom.

Adamkiewicz E., (1998 a), Les usages sportifs de la ville, Analyse des pratiques, Conception et gestion des espaces, Thèse S.T.A.P.S., Université Claude Bernard-Lyon I.

Adamkiewicz E., (1998b), “Les performances sportives de rue”, Sport en ville, Les Annales de la Recherche Urbaine, no 79, juin, pp. 50-57.

Adamkiewicz E., (1998c), “Les pratiques récréatives autonomes urbaines”, in Urbanisme, Le magazine international de l'Architecture et de la Ville, sept/oct., no 302, pp. 44-47.

Adamkiewicz E., (1998d), “Nouvelles pratiques et sports autonomes dans la ville. Création de nouveaux types de relations à l'urbain ; l'exemple lyonnais”, in Le sport dans la ville, Collection Espaces et Temps du Sport, L'Harmattan, pp. 303-313.

Adamkiewicz E., (1995a), “Sporting uses of the city. Autonomous sporting uses of the town, Ponctual marginal practices or a new approach for urbanity ?”, in Acts of Second European Congress on Sport Management, Florence, September 29 th-October 1 st 1994.

Adamkiewicz E.,(1995b), “Les usages sportifs des espaces publics urbain”, in Actes du Colloque interdisciplinaire Sport, Relations sociales et action collective, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, Bordeaux, octobre 1993.

Calogirou C. et Touché M., (1995), “Rêver la ville : l'exemple des pratiquants de skateboard”, Journal des anthropologues, no 61-62, pp. 67-77.

Calogirou C. et Touché M., (1995), “Sport-passion dans la ville”, Terrain no 25, pp. 37-48.

Camy J., Adamkiewicz E., Chantelat P. (1993), “Sporting uses of the City : Urban anthropology applied to the sports practices in the agglomeration of Lyon”, in International Review for Sociology of Sport, 28 février+3.

Camy J., Adamkiewicz E., Chantelat P. (1993), Sportifs en vue : les sportifs dans les rues de Lyon”, Les Annales de la Recherche Urbaine no 57-58, pp. 157-164.

Chantelat P, Fodimbi M., Camy J. (1998), “Les groupes de jeunes sportifs dans la ville”, in Sport en ville, Les Annales de la Recherche Urbaine, no 79, Juin, pp. 41-49.

Chantelat P, Fodimbi M., Camy J. (1995), Sport de la cité. Anthropologie de la jeunesse sportive, Collection “Espaces et Temps du Sport”, L'Harmattan, Paris.

Chantelat P., (1992), “Service public, équipements sportifs et insertion sociale : les insuffisances”, in Actes du Colloque “Sport & Insertion sociale”, 6-7 décembre 1991, Villeurbanne.

Chantelat P. (1992), “Usages sportifs de la ville, Aménagement et planification urbaine”, “Le sport et la ville : Les politiques municipales d'équipements sportifs xixe-xxe siècles”, Revue Spirales, no 5, Lyon, pp. 91-99.

Goffman E., (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, Éditios de Minuit, 2 vol.

Grafmeyer Y., (1994), Sociologie Urbaine, Nathan, Paris.

Hannerz U., (1983), Explorer la ville, traduit par Isaac Joseph, Éditions de Minuit.

Joseph I., (1984), Le Passant Considérable, Essai sur la dispersion de l'espace public, Librairie des Méridiens, Paris.

Joseph I., (1991), “La gestion des espaces publics (perspectives d'une consultation)”, Espaces et Sociétés, no 62-63, L'Harmattan, Paris, pp 65-73.

Loret A. et Waser A.-M., (2001) Glisse urbaine. L'esprit roller : liberté, apesanteur, tolérance, Autrement, Mutations no 205, juin.

Loret A. (1995), Génération Glisse, Autrement, Mutations no 155-156.

Pellegrino P., Lambert C., Jacot F., (1991), “Espace public et figures du lien social”, Espaces et Sociétés no 62-63, L'Harmattan, Paris, pp. 11-27.

Pociello C. (1995), Les cultures sportives, PUF, Paris.

Pociello C. (1989), Etude de faisabilité du “Site pilote d'Aventures Sportives”, Structure et évolutions des loisirs sportifs dans la société française (1975-1995), Centre de recherche sur la culture sportive, Université de Paris-Sud Orsay.

Sennett R.,(1992), La ville à vue d'œil, Plon.

Simmel G., (1989), “Les grandes villes et la vie de l'esprit” [1903], Philosophie de la modernité, Payot.

Waser A.-M., (2001), “Les randonnées parisiennes : la rue comme lieu d’expression du changement ?”, in Glisse urbaine. L'esprit roller : liberté, apesanteur, tolérance, op. cit., pp. 82-98.

Notes

1 Adamkiewicz E., (1995a), Sporting uses of the city. Autonomous sporting uses of the town, Ponctual marginal practices or a new approach for urbanity ? in Acts of Second European Congress on Sport Management, Florence, Italy-September 29 th-October 1st 1994.

2 Adamkiewicz E., (1995b),” Les usages sportifs des espaces publics urbains”, in Actes du Colloque interdisciplinaire “Sport, Relations sociales et action collective”, Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, Bordeaux, octobre 1993.

3 Petit Larousse, édition Larousse, 1992, cit p 107.

4 Pociello C. (1989), Etude de faisabilité du “Site pilote d'Aventures Sportives”, Structure et évolutions des loisirs sportifs dans la société française (1975-1995), Centre de recherche sur la culture sportive, Université de Paris-Sud Orsay.

5 Pociello C. (1995), Les cultures sportives, PUF, Paris.

6 Terme utilisé par la municipalité de Roncq (Nord) dans un appel d'offre pour aménager le site du Bois-Leurent en 1997.

7 Revues Urban', Roller Saga, Crazy Roller, Roller Mag, Tricks…

8 http://www.rollernet.com, http://www.catch-up.com, http://www.randoroller.com

9 Loret A. (1995), Génération Glisse, Autrement, Série mutations no 155-156.

10 Waser A.-M., (2001)

11 Adamkiewicz E.,(1998 a), Les usages sportifs de la ville, Analyse des pratiques ; Conception et gestion des espaces, Thèse S.T.A.P.S., Université Claude Bernard-Lyon I., Février.

12 Adamkiewicz E., (1998b), Les performances sportives de rue, Sport en ville, Les Annales de la Recherche Urbaine, no 79, pp50-57, Juin.

13 Joseph I., (1984), Le Passant Considérable, Essai sur la dispersion de l'espace public, Librairie des Méridiens, Paris, p 40.

14 Grafmeyer Y., (1994), Sociologie Urbaine, Nathan, Paris.

15 Hannerz U., (1983), Explorer la ville, (1980) traduit par Isaac Joseph, Minuit, pp 131-154.

16 Joseph I., (1991), La gestion des espaces publics (perspectives d'une consultation), Espaces et Sociétés no 62-63, L'Harmattan, Paris, pp 65-73.

17 Sennett R.,(1992), La ville à vue d'œil, Plon.

18 Simmel G., (1989), Les grandes villes et la vie de l'esprit, (1903) in Philosophie de la modernité, Payot.

19 Goffman E., (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, tome I et II, Minuit.

20 Simmel cité par Chantelat P.(1992), Planification urbaines et usages sportifs de la ville, Revue Spirales No 5, Lyon, novembre 1992.

21 Pellegrino P., Lambert C., Jacot F., (1991), Espace public et figures du lien social, Espaces et Sociétés no 62-63, L'Harmattan, Paris, p 11-27.

22 Adamkiewicz E., (2001b), Usages récréatifs de la cité et aménagements, in Agora, Les jeunes entre équipements et espaces publics., no 24, L'Harmattan, 2e trimestre, pp 57-62.

23 Adamkiewicz E.,(2000), L'espace public récréatif de Roncq, in Les Rendez-vous de l'Architecture, Transformactions, Grande Halle de La Villette, Paris, 15 au 15 novembre 2000, CD-Rom.

Auteur

Auteur d’une thèse sur Les usages sportifs de la ville, analyse des pratiques, conception et gestion des espaces (Université Claude Bernard-Lyon I, 1998) et a publié de nombreux articles sur ce thème.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540