Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rue

 | 
Jeanne Brody

La rue, espace de transaction

De l'autre côté du trottoir

Le commerce de brocante aux Puces de Saint-Ouen

Hervé Sciardet

Texte intégral

1POUR UN COLLOQUE CONSACRÉ à la rue et à ses figures, les Puces de Saint-Ouen semblent constituer un terrain idéal de déambulation sociologique puisque le chercheur y travaille littéralement de plain-piéd. Ce n'est pourtant pas une raison pour travailler littérairement. Le parcours urbain du sociologue a tout d'un artefact et la lecture de la ville, ou plutôt son écriture soutenue par une puissante tradition littéraire [Stierle 2003], nous éloigne de l'objet. Car il y a bien une objectivité urbaine spécifiquement sociologique mais elle n'est jamais donnée à lire, même à de grands lecteurs. Elle ne prend pas forme à partir des itinéraires des badauds ou des flâneurs mais à partir des itinéraires indigènes.

Un cas limite d'hétérogénéité urbaine

2Les Puces sont une place marchande professionnelle spécialisée dans le commerce des objets anciens. Elles sont largement ouvertes sur la rue, par les stands qui débordent dans les allées, par les trottoirs encombrés de marchandises et par la circulation piétonnière, onze millions de visiteurs par an, juste un peu moins que Disneyland Paris [Observatoire national du tourisme, 2000].

3C'est un espace public, accessible à tous sans autres contraintes de socialisation que celles qui s'imposent au piéton, figure la plus proche de l'urbain générique. C'est un marché public, accessible à tous sans autres contraintes de socialisation que celles qui s'imposent à l'acteur économique générique porteur de monnaie, le donnant-donnant de la transaction élémentaire. Aux Puces de Saint-Ouen, la rue et le marché se superposent comme formes sociales non exclusives dont les utilisations individuelles renvoient aux compétences des acteurs (leurs jambes, leur porte-monnaie, leur culture) et à leurs intentions.

4À mesure que l'on s'éloigne du point de vue du passant pour adopter celui de l'observateur participant, on est pourtant amené à déborder à la fois de la scène publique, comme cadre commun de la présence physique, et du marché, comme cadre commun de l'appropriation des objets et de l'argent. Pour peu que l'on se mette à suivre les acteurs et les objets en amont et en aval, apparaissent rapidement d'autres cadres de l'action, auxquels les conditions d'accès sont beaucoup plus contraignantes que celles qui s'imposent au badaud ou à l'homo œconomicus. Elles présupposent une socialisation spécifique des acteurs. En suivant les passages des acteurs et des objets dans ces différents cadres – y compris dans les cadres communément accessibles – on voit se dessiner le dispositif socialement consistant qu'utilisent les indigènes des lieux, ceux qui participent professionnellement au commerce. Le plus étonnant est que tout ceci se déroule dans la rue ou dans ses prolongements immédiats, pour l'essentiel universellement accessibles, dans cet assemblage de figures souvent pittoresques et d'objets hétéroclites qui impressionne durablement le passant et réjouit le flâneur.

5Les Puces furent très tôt un lieu de mélange social exceptionnel, des personnes et des objets, puisque le commerce d'antiquités s'installe au début des années vingt, tout près de celui du commerce des chiffons, ferrailles et objets récupérés dans les poubelles, dans les premiers marchés dotés d'équipements permanents, d'institutions spécifiques et de noms propres : Biron, Vernaison, Malik, Vallès [Bedel, 1985]. Les objets ont pourtant un trait commun au-delà de leur diversité. Pour l'essentiel, ils sont déjà entrés dans des combinaisons utiles, très souvent domestiques, et en sont sortis pour diverses raisons : (liquidation d'un patrimoine, la plupart du temps dans le prolongement d'un héritage ou d'un déménagement, abandon, vol) pour retourner dans le commerce. Il y a là un principe commun qui fournit une base rationnelle à la compréhension des formes de leur commerce.

6Pour ce qui concerne les personnes, on ne dispose d'un tel principe, et elles n'ont en commun que de se trouver dans la rue. Touristes étrangers, familles parisiennes en promenade, artistes célèbres, biffins héritiers des chiffonniers, jeunes zonards vivant dans des squats, antiquaires du quai Voltaire et du monde entier, conservateur du Musée du Louvre, générations anciennes de l'immigration populaire et jeunes des cités, commerçants itinérants africains, Tsiganes, juifs venus d'Europe de l'Est dans les années vingt et d'Afrique du Nord dans les années soixante. Les Puces offrent une trop grande diversité d'identifications possibles. À la fois trop populaires et trop bourgeoises pour que l'on puisse déterminer si c'est un “souk” ou une galerie d'art. À la fois trop professionnelles et trop touristiques pour que l'on puisse déterminer si c'est une place marchande ou un parc à thème du Paris populaire. Le terme qui rassemble en français tout l'univers de la brocante, celui de chine, est en lui-même un emblème de ce mélange, puisqu'il vient du tsigane cinav qui signifie quitter le campement pour aller dans le monde des gadjé à la recherche des occasions [Liégois, 1983]. Il est maintenant utilisé par les brocanteurs, les antiquaires, les collectionneurs, les acheteurs occasionnels et même dans les rubriques de décoration.

7Comment rendre raison, c'est-à-dire élucider la fonction et comprendre les utilisations possibles d'un tel regroupement dans un espace que l'on peut parcourir aisément à pied plusieurs fois dans la journée ? Pourquoi vendre d'authentiques meubles xviiie à deux cents mètres de piles d'autoradios d'occasion ? Si ce regroupement ne facilite pas le choix du consommateur, c'est sans doute qu'il facilite les interactions entre professionnels du commerce. Bien entendu, ceci n'est pas une hypothèse a priori mais un résultat, c’est-à-dire une hypothèse a posteriori qui a une assez bonne portée explicative.

Les utilisations professionnelles

8Grâce à la complicité de mes hôtes, brocanteurs de trottoir, je me suis trouvé pendant une année au cœur de la vie quotidienne des Puces [Sciardet, 2003]. Le coin de trottoir où ils déballaient, à proximité d'un café, regroupait une vingtaine de personnes aux rythmes de travail très divers. Mes hôtes étaient les seuls à enchaîner toutes les phases du weekend, de l'aube du samedi au lundi soir. Le patron du café, maître effectif de la place sur cette petite zone franche, avait le pouvoir de garantir la véritable professionnalité de ceux qu'il plaçait, aussi bien vis-à-vis des acheteurs professionnels que vis-à-vis des autorités réglementaires. Cette localisation permettait à mes hôtes d'accéder à une très grande diversité de cadres de transactions marchandes ou de relations personnelles, et particulièrement de disposer du café dans le prolongement direct du stand et d'accéder au déballage marchand qui se déroulait avant le passage du placier.

9Le scénario en est réglé. Après une première consommation prise devant le comptoir et quelques paroles échangées avec les habitués, nous installons rapidement un plateau sur le trottoir. Quelques objets (cristal et porcelaine, dentelle, jouets anciens, cadres, argenterie, petites toiles ou gravures…), apportés le matin ou sortis de la remise attenante où ils ont été déposés dans la semaine, sont hâtivement défaits des journaux, tissus ou petits sacs qui les enveloppent et déposés sans apprêt. Une dizaine de marchands s'empressent en quelques minutes. Sur une demande du marchand – un doigt pointé accompagné d'un “Combien ?” suffit généralement – le brocanteur annonce un prix, silencieusement refusé, ou sobrement discuté dans une marge de marchandage de l'ordre de 20 % à l'époque. La transaction aboutit très souvent, dans la moitié ou le tiers des cas. Le marchand sort sa liasse et prélève les billets avec lesquels il règle la transaction, généralement sans facture. La commune professionnalité du brocanteur et du marchand qui lui fait face est manifestée par un jeu extrêmement sobre. Le marchandage n'est ni âpre ni sonore. Bien que beaucoup de marchands soient connus de vue, que leur profil commercial soit souvent connu (celui-ci achète “du jouet”), l'anonymat est convenu. Il est exclu, inconvenant, explicitement stigmatisé, qu'un tiers s'immisce dans une transaction en cours. Avant 9 heures du matin, la plupart des objets présentés au déballage sont vendus.

10Nous commençons à sortir de la remise les caisses en plastique superposées qui y sont entreposées depuis le week-end précédent, pour mettre en place l'étalage. Le dispositif sommaire du déballage est complété par deux grandes tables dressées sur le devant du trottoir, sur lesquelles sont disposés thématiquement les objets, selon des catégories pertinentes pour les consommateurs. Le trottoir est alors le domaine du brocanteur qui fait face à la chaussée où circule la foule. L'activité est consacrée à la tenue du stand. Le plus souvent, il s'agit de répondre machinalement à la demande répétitive de prix. Ces transactions ébauchées aboutissent rarement. Quelquefois, un particulier s'aventure entre les tables et il est alors possible de s'engager dans une activité technique qui n'est pas propre à la brocante, un véritable travail de vente qui consiste en une manipulation psychologique de l'acheteur par le vendeur, et dans ce cas la transaction aboutit très souvent.

11La tenue du stand, activité de façade appuyée sur le trottoir et orientée vers la rue, où défilent les passants, ménage pourtant le temps d'une sociabilité professionnelle dense. Certains marchands amis, passé le déballage, reviennent pour prendre un objet réservé. D'autres brocanteurs viennent discuter d'objets ou de lots éventuels, proposés ou attendus, échanger des adresses, des recommandations, colporter des nouvelles. Le café n'est pas loin et aux beaux jours des chaises sont sorties sur le trottoir. Dans ces échanges, mes hôtes sont à la fois des visités, par les marchands de rang supérieur ou par des brocanteurs amis de même rang, et des visiteurs, des brocanteurs amis de même rang et des brocanteurs et récupérateurs qui déballent en amont, vers le périphérique. Ce tour de chine vers l'amont aboutit sous le pont de la porte de Montmartre, dont les larges trottoirs sont occupés par les déballages permanents des biffins. Là, le comportement de mes hôtes se calque sur celui des marchands du déballage : déplacement rapide et économie de paroles. Le tour de chine des brocanteurs regroupe et nomme deux pratiques distinctes orientées vers l'amont. L'une consiste à se comporter vis-à-vis des biffins en marchand, disposé à saisir des objets physiquement présents et offerts a priori à tous dans un cadre formel et public de marché. L'autre consiste à entretenir ses contacts, et lorsque des objets sont en cause, ils sont tirés de sous le stand, ou bien ils vont être apportés “demain” ou “la semaine prochaine”, ou bien encore ils vont “sortir”, ce qui signifie que le partenaire n'en dispose pas encore, mais qu'il les attend d'un tiers avec lequel il est lui-même en contact. De la même manière, les brocanteurs et antiquaires des marchés en dur, qui remontent vers le stand de mes hôtes, pratiquent la “plongée” (se comportent en marchands) ou le “chinage” (entretiennent leurs contacts) [S.A.C.E.C., 1971].

12Une part essentielle des transactions se déroule dans un cadre de relations personnelles entre contacteur et contactable. Le contactable, au travers de ces conversations répétées ou de transactions commentées, fournit à son contacteur une image du type d'objet qu'il serait susceptible de lui acheter. Le contacteur est alors à même de repérer, au déballage, à l'étalage ou dans les lots qui lui passent entre les mains, les objets destinés à ce partenaire singulier. Il est moralement tenu de les présenter à son contactable, et ce dernier moralement tenu de les lui acheter. La vente est ainsi déjà anticipée dans l'achat (c'est déjà la marchandise de tel ou tel marchand), et la présence du contactable est démultipliée dans toutes les situations professionnelles de ses contacteurs. Le téléphone portable, encore rare à l'époque des observations, a outillé autrement ce genre de relations.

13Je vais maintenant montrer, sur l'exemple de la came-marchand, comment ces cadres de transaction sont systématiquement reliés entre eux par l'activité commerciale. La came-marchand leur arrive dans des cadres personnels les liant à une catégorie particulière de contacteurs, qualifiés de chineurs, en référence à leur compétence technique, ou de zonards, en référence à leur style de vie. Ces chineurs, souvent toxicomanes, opèrent de petits vols dans la périphérie la moins contrôlée des patrimoines (greniers, caves.) Le débarras régulier d'appartements ou de maisons en transition d'occupants alimente aussi le déballage marchand de trottoir, au travers des entrepreneurs de débarras et de rénovation. Pour pouvoir opérer sur de la came-marchand, les brocanteurs que j'ai observés devaient donc avoir noué des relations personnelles avec des chineurs et disposer d'une place commandant à la fois l'accès au déballage marchand et l'accès à la vie sociale sur la place marchande, dans la rue ou les cafés, à la rencontre des zonards, chineurs potentiels qu'il faudra former afin qu'ils composent à bon escient, en situation d'effraction, des lots qui puissent entrer dans le profil commercial de leur contactable.

14Pour compléter le destin de la came-marchand, il faut préciser ce qu'il en advient dans les mains des marchands, et qui s'interprète par un enchaînement symétrique. Beaucoup des marchands qui se présentent au déballage sont des courtiers ou pratiquent le courtage, et l'objet qu'ils saisissent au déballage, au coude à coude avec d'autres marchands concurrents, renvoie déjà pour eux au profil d'achat d'un partenaire contactable. L'anticipation est fondée sur le lien personnel.

15Les mouvements des objets associent de façon récurrente certains cadres de transaction en amont à certains cadres de transaction en aval. On distingue par exemple facilement les objets amenés par les chineurs, qui passent rapidement sur la table du déballage, de ceux achetés par caisses à d'autres brocanteurs, entreposés et sortis de la remise pour être disposés pendant plusieurs semaines ou plusieurs mois sur les tables d'étalage. Les objets du commerce ne sont pas conçus dans l'action comme des choses à analyser pour les classer et les orienter, mais comme des occurrences de classes commerciales reliant des possibilités d'approvisionnement en amont à des possibilités d'écoulement en aval. En reliant systématiquement ces cadres amont et ces cadres aval, puis en resserrant l'observation à l'intérieur de ces classes commerciales très générales (came-marchand, petite brocante, marchandise de collectionneurs, “drouille”) sur des possibilités d'approvisionnement et d'écoulement plus spécifiques, on finit par cerner la spécificité des opérateurs commerciaux typiques (biffins, récupérateurs, brocanteurs, courtiers, antiquaires), voire la singularité des entreprises. Ce sont ces liens singuliers entre l'amont et l'aval, ces situations de gain, qui vont constituer l'outillage mental de l'activité commerciale. Ces situations de gain s'actualisent dans le cours des événements en occasions de gain. Le brocanteur n'est pas le carrefour spécialement intelligent de la circulation d'objets pris dans un cadre universellement accessible. Son intelligence se concentre sur la construction de situations de gain, qui relient des possibilités d'approvisionnement et d'écoulement, dont l'une au moins est toujours spécifique ou singulière, et sur une attention constante aux occasions qui les actualisent. Parfois, bien entendu, quelques objets débordent des cadres.

16Il faut donc pouvoir enchaîner les observations par les itinéraires des utilisateurs pour dégager la spécificité des dispositifs sociaux qui s'appuient en partie sur ce qui se présente dès l'abord à l'observation, la rue et le marché forain, communément accessibles sans autre condition.

Des objets sociologiques consistants entre les cadres

17On peut comprendre à partir de cet exemple la raison pour laquelle des recherches urbaines fondées sur une ethnographie limitée aux cadres des interactions et peu attentives aux enchaînements systématiquement pratiqués par les acteurs aboutissent trop souvent à des objets sociologiquement peu consistants, du moins au regard de ceux qui ont été extraits de l'anthropologie exotique classique, nourrissant finalement une déception post-moderne qui n'est peut-être rien d'autre qu'un artefact. Pour retrouver à la fois le caractère fonctionnel des dispositifs sociaux et le caractère intentionnel et rationnel des actions humaines, il faut relier les cadres comme le font les acteurs eux-mêmes. On ne peut recueillir les fruits du transfert des méthodes ethnographiques dans des sociétés urbaines sans explorer toutes les conséquences de la combinaison d'accessibilité et d'hétérogénéité, constitutive d'une urbanité qui se développe à mesure des technologies de l'accès, dont la rue n'est que la plus ancienne.

18Dans un texte tardif de l'école de Chicago [Wirth, 1938] réside encore aujourd'hui la spécificité et la nouveauté de l'objet de l'anthropologie urbaine. Alors que la tradition fonctionnaliste de Chicago dérivait la ville d'une métaphore organique, proliférant et se spécialisant à mesure de sa croissance, Wirth considère que l'hétérogénéité n'est pas seulement le résultat d'une division fonctionnelle de la ville, mais une condition de base de son existence :

“Non seulement elle a toléré les différences individuelles, mais elle les a récompensées. Elle a rassemblé des gens venus des confins de la terre parce qu'ils sont différents et par là même utiles les uns aux autres, plutôt qu'en raison de leur homogénéité et de leur similitude de mentalité…”

19C'est de la combinaison de l'hétérogénéité et de l'accessibilité que se compose la société urbaine. Une exploitation séparée de ces deux notions, vers l'étude des cadres communs de l'urbanité d'une part, des formes de l'interaction en public ou des formes de l'interaction marchande qui encadrent et permettent l'accessibilité universelle, et d'autre part de la diversité des identités ou des identifications, manque la nouveauté des réalités sociales et des objets sociologiques qui naissent de cette combinaison. Ulf Hannerz [Hannerz, 1983] avait longuement envisagé les contours d'une anthropologie urbaine qui éviterait le double écueil d'une anthropologie dans la ville se limitant à l'étude de la diversité des mondes, et d'une anthropologie de la ville se limitant aux cadres généraux de l'accessibilité. Cette perspective lui avait inspiré la métaphore, à ses yeux alors repoussante, d'une société de pousseurs de caddies.

“On peut s'imaginer un instant les rôles comme des entités substantielles. L'inventaire complet des rôles d'une ville serait là, exhibé comme dans un supermarché, disposé de telle sorte que l'acheteur puisse constituer son répertoire. Les rayonnages seraient remplis de marchandises de toutes sortes, vous seriez muni d'un grand chariot et la nature de vos achats pourrait varier presque à l'infini.”

20Hannerz envisageait qu'un individu puisse avoir quelque intérêt intrinsèque à un type d'action bien particulier consistant à extraire quelque chose d'une action cadrée (un rôle) pour l'engager dans une autre action cadrée (un autre rôle). C'est ce qu'il appelle un profit de conversion. L'intérêt est un puissant moteur de construction du lien social et l'existence d'actions entre les cadres laisse supposer celle de cadres sociaux spécifiques à ce genre d'action. C'est entre les cadres les plus communs de l'accessibilité et des interactions urbaines et les cadres spécifiques des hétérogénéités urbaines que se situent les marges d'action et les marges de recherche sur les objets propres, sociologiquement consistants, qui déterminent la dynamique de la société urbaine.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Balzac H. de, Le Cousin Pons.

Bedel J., Les puces ont cent ans, sans mention d'éditeur, 1985.

Debouche S., “Je vous le fais 800 francs. Lieux et pratiques du marchandage”, Les Annales de la recherche urbaine, 78, mars 1998, pp. 82-88.

Gauthier M.-F., “Auvergnat-brocanteur à Paris”, monographie no 34, Ouvriers des deux mondes, T. 4, pp. 283-330, 1861.

Girth, W., Grosjean A., Lomon J.-P., Le quartier des Puces de Saint-Ouen. Valeur d'usage d'un espace. Diplôme d'architecture, Promoca-Versailles, 1980.

Guiot D., Chiffonniers et récupération, Maîtrise d'urbanisme, Institut d'urbanisme, Université de Paris 8, 1986.

Hannerz U., Explorer la ville, Editions de Minuit, 1983.

Observatoire national du tourisme, “Les sites touristiques en France métropolitaine. Fréquentations 1996-1998”, Analyses et perspectives du Tourisme, 60, 2000.

Liégeois J.-P., Tsiganes, Maspero, 1983.

Peraldi M., Foughali N., Spinousa N., “Le marché des pauvres, espace commercial et espace public”, Revue européenne des migrations internationales, Vol. 11, 1995-1.

Pargade J.-P. Contribution à l'étude des formes et des fonctions d'une pratique urbaine spécifique : le cas des marchés aux puces parisiens, mémoire de maîtrise, Institut d'urbanisme, Université Paris 8, s.d.

Rettig R.P., Merrill C.A., Merrill R.L., “Cash connexion : looking in and the small time fence hustler”, Humanity and Society. Journal of the Association for Humanist Sociology, 2, 1978, 1, pp. 47-65.

S.A.C.E.C, “Le marché aux puces, un monde composite”, Paris Projet, 5, 1971.

Sciardet H., “Commerce, marchés, transactions : une approche ethnographique”, Genèse, 25, déc. 1996, pp. 29-49.

Sciardet H., Les marchands de l'aube. Ethnographie et théorie du commerce aux Puces de Saint-Ouen, Economica, 2003.

Stierle K., La capitale des signes. Paris et son discours, Éditions de la MSH, Paris, 2003.

Wirth L., “Le phénomène urbain comme mode de vie”, in L'école de Chicago, éléments d'anthropologie urbaine, Aubier, 1984.

Auteur

Sociologue, a publié Les Marchands de l'aube. Ethnographie et théorie du commerce aux puces de Saint-Ouen, Economica, 2003.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540