Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rue

 | 
Jeanne Brody

La rue, espace de transaction

Le squat, une alternative à la rue ?

Florence Bouillon

Texte intégral

  • 1 J.-F. Laé et N. Murard (1996) en donnent une illustration saisissante avec le récit de la vie de M (...)

1CONTRAIREMENT À LA RUE, espace public et lieu d’exposition de soi, le squat est un lieu de l’intériorité, de l’intime, du privé. À ce titre, les deux peuvent apparaître comme antinomiques a priori. Dans les faits, pourtant, l’errance procède généralement d’une alternance entre lieux du dehors et du dedans1, au cours de laquelle rue et squat se rencontrent et se succèdent.

  • 2 Cette présentation s’appuie sur une ethnographie des squats menée depuis cinq ans à Marseille, dan (...)

2La pratique du squat recouvre certes une très grande diversité de lieux2. Le squat peut être collectif, familial ou individuel, insalubre ou d’un relatif confort, lieu d’activité ou de simple hébergement, discret ou revendiqué, central ou périphérique. Mais il s’inscrit dans la très grande majorité des cas dans des trajectoires résidentielles qui incluent la rue comme l’un des lieux du possible. La question ici posée est alors celle de la place qu’occupe le squat au sein de ces trajectoires, et notamment de savoir s’il peut constituer, et sous quelles conditions, une transition entre la rue et le logement de droit commun.

3D’autres liens existent entre rue et squat, qui relèvent cette fois des usages que font les squatters de la rue, et des perceptions qu’ils en ont : les occupants des squats peuvent en effet appréhender la rue comme une menace, liée à celle de l’expulsion ; la rue est également utilisée comme une ressource, par les pratiques de mendicité, de vol et de récupération ; la rue enfin peut être une scène, dans le sens goffmanien du terme, notamment lorsque les squatters y médiatisent le squat.

4À travers la définition de ce qu’est un squat puis l’exposé de quelques récits, c’est donc l’interaction entre le squat et la rue qui est ici interrogée, et les différentes formes d’appropriation de l’espace public mises en œuvre par les exclus du logement. Précisons que les types de squats évoqués ci-dessous – squat d’activités, squat d’hébergement et squat de survie – n’ont pas pour finalité de construire une catégorisation définitive des squats, mais simplement de distinguer de manière opératoire des situations et des relations entre squat et rue.

Qu’est-ce qu’un squat ?

5Le terme squatter vient de l’anglais des États-Unis (1835). Il désigne à l’origine les pionniers qui s’emparent de terres inexploitées de l’Ouest, sans titre légal de propriété et sans payer de redevance. Le verbe to squat signifie strictement s’accroupir, se blottir.

  • 3 Ces définitions sont issues du dictionnaire Robert, 1986, p. 942.

6La définition actuelle des squatters est celle de “personnes sans logement qui s’installent illégalement dans un local inoccupé”. Le squat est par conséquent communément admis comme étant un “immeuble vide, occupé illégalement et sans payer par des personnes sans logement”3.

  • 4 En revanche, l’occupation de maisons ou d’appartements temporairement inoccupés (résidences second (...)

7Ces définitions sont à nuancer, et ce en trois de leurs termes. Si le squat est souvent un local inoccupé, il est des cas où les squatters succèdent à d’autres dans un même lieu, qui n’est donc plus “vide” à leur arrivée. Il peut y avoir cooptation, un groupe cédant la place à un autre, ou appropriation violente des lieux par le nouveau groupe au détriment de l’ancien4. D’autre part, l’occupation d’un squat n’est pas toujours gratuite. Elle peut être payante lorsque les squatters louent l’appartement squatté à un faux propriétaire, qu’ils soient dupes de la supercherie ou non ; lorsqu’ils rachètent le droit d’usage d’un squat à des occupants précédents, comme le font des familles bosno-tsiganes à Marseille ; ou lorsqu’ils paient un droit d’entrée pour pouvoir dormir dans un squat, comme le font les mineurs étrangers isolés. L’expression “sans logement” enfin est problématique, car il existe des personnes qui ont quitté leur logement pour habiter dans un squat, parce que le squat répond à une aspiration de vie en collectivité, et / ou parce qu’il permet de ne plus payer de loyer lorsque celui-ci représente une charge trop lourde. Il faudrait également élargir le halo des situations possibles précédant le squat, qui peut être celles du logement précaire, temporaire ou non indépendant.

8La dimension qui distingue strictement le squat des autres formes d’habitat est celle de l’illégalité. Juridiquement, le squatter est un occupant sans droit ni titre. Sans titre car il n’est ni locataire, ni propriétaire, ni hébergé ; sans droit parce que n’ayant pas signé de bail ni de contrat d’aucune sorte, il est peu protégé par la loi.

  • 5 La recherche de modalités de paiement de la dette locative auprès des organismes d’aide au logemen (...)
  • 6 L’article 613-3 du code de la construction et de l’habitation précise que les mesures relatives à (...)
  • 7 Dans les faits, le plus long délai accordé à Marseille au cours des cinq dernières années est de u (...)

9Distinction doit être faite par conséquent entre les locataires en impayés de loyer, que l’on désigne parfois comme “squatters”, et les occupants sans droit ni titre. Le locataire en impayés de loyer effectue une rupture de contrat : son cas est jugé au Tribunal d’Instance. Il bénéficie de la trêve d’hiver, qui surseoit aux expulsions entre le 1er novembre de chaque année et le 15 mars de l’année suivante, et de deux mois de délai au minimum avant expulsion, une fois la décision de justice arrêtée. De plus, le Préfet a la possibilité de suspendre l’expulsion, et la loi contre les exclusions du 29 juillet 1998 prévoit des mesures supplémentaires afin de prévenir les expulsions locatives5. Le squatter, quant à lui, commet un délit : il comparaît au Tribunal de Grande Instance. Il ne bénéficie pas de la trêve d’hiver6, et peut être expulsé immédiatement s’il y a flagrant délit, c’est-à-dire en pratique si l’occupation est inférieure à 48 heures. Au-delà, une procédure judiciaire est obligatoire : les squatters sont assignés en justice par les propriétaires des lieux, le juge décide de l’octroi d’un délai, qui peut théoriquement aller de trois mois à trois ans7, ou d’une expulsion immédiate. La date de l’expulsion arrivée, assignation est faite aux squatters de quitter les lieux ; le Préfet doit encore accorder à l’huissier le concours de la force publique, et les squatters sont expulsés. Cette dernière étape permettait parfois jusqu’à présent aux squatters d’obtenir des délais supplémentaires, le Préfet n’exécutant pas toujours l’ordonnance d’expulsion, au motif du trouble à l’ordre public qu’elle induit. Mais la décision du Conseil d’État du 21 novembre 2002, qui fera probablement jurisprudence, condamne l’État pour ne pas avoir exécuté une décision de justice, après que le Préfet de police de Paris eut refusé d’accorder le concours de la force publique pour l’expulsion d’un squat.

  • 8 Sur ce point, nous partageons l’avis du Comité National de l’Accueil des Personnes en Difficulté, (...)
  • 9 La majorité des squats visités disposent de l’eau et de l’électricité, à l’exception de squats trè (...)

10Le squat enfin se distingue d’un autre type d’habitat avec lequel il est parfois confondu : l’abri de fortune. Le langage courant évoque le fait que des Sans Domicile Fixe “squattent” un coin de rue, une cabine téléphonique, un wagon désaffecté etc. Or le squat est un espace fermé, et coupé de la rue. Il offre par conséquent une intimité et une protection que ne permet pas l’abri de fortune8. D’autre part, les compétences nécessaires au squat sont davantage tangibles : “ouvrir” un squat, selon l’expression consacrée, implique d’effectuer un repérage des lieux, éventuellement de se renseigner auprès du cadastre pour en connaître le propriétaire, de disposer des outils et du savoir-faire pour pénétrer dans les locaux, puis de savoir brancher l’eau et l’électricité9, aménager et équiper l’appartement, obtenir l’indulgence voire le soutien des voisins, se faire discret ou au contraire négocier sa présence avec propriétaires et pouvoirs publics, etc. L’ensemble de ces compétences permet de mettre à distance, pour quelque temps au moins, la violence de la vie dans la rue.

Le CAJU, squat d’activités

  • 10 Selon les associations locales, 20 % de la population y vit avec moins du SMIC (Salaire Minimum In (...)

11Marseille est une ville fortement investie par le squat, mais de manière moins visible que d’autres villes européennes (Turin, Barcelone, Londres, Genève) et françaises (Paris, Lyon, Lille, Dijon). Ces dernières comprennent davantage de squats d’activité que Marseille, où la grande majorité des squats sont des squats d’hébergement, réponses à un besoin de logement dans une ville fortement paupérisée10.

12Les squats d’activités sont des squats collectifs, qui se présentent comme ayant une fonction politique et/ou artistique. Inscrits dans une démarche d’extériorisation et de revendication de leurs actions, prônant l’autonomie et le “vivre autrement” [Weltzer-Lang, 1992], les habitants y organisent leurs actions militantes et y pratiquent leur art, tout en proposant généralement aux habitants du quartier diverses activités comme des rencontres, repas, débats, expositions, ateliers, concerts, projections, etc.

13L’un de ces squats, ouvert de juin 1997 à octobre 1998 à Marseille, s’appelle le CAJU, compilation des prénoms Camille et Julie, deux petites filles qui habitent le squat. Le CAJU est installé dans une petite maison à deux étages précédée d’un jardin, à proximité du quartier central et nocturne de La Plaine. Le squat a l’eau et l’électricité ; le confort y est sommaire (pas de salle de bain, toilettes dans le jardin) mais le lieu est vivant, décoré, chaleureux.

14Le bâtiment squatté appartient à l’Assistance Publique de Marseille (APM) et est, au moment de l’ouverture, vacant depuis dix-sept ans. Précisons que l’APM a systématiquement refusé les propositions de rencontre et de négociation formulées par les squatters ; que les habitants du CAJU ont au final été expulsés sans proposition de relogement aucune, enfants compris, à l’entrée de l’hiver ; que le bâtiment squatté est resté muré plusieurs mois, avant d’être en travaux, et finalement réhabilité en 2003.

15Le squat est principalement tenu par Alice, jeune femme d’une trentaine d’années, mère célibataire sans emploi. Alice présente, elle, le squat comme un outil de travail social, c’est-à-dire de “prévention” auprès des personnes en difficulté du quartier, auxquelles on propose une alternative à la rue, en dehors des cadres de l’assistance et de l’assistanat. Le CAJU est aussi un espace politique : une partie des squatters axe leur discours sur une critique globale de la société, se revendiquent antifascistes et anticapitalistes.

  • 11 Il s’agit là du seul cas rencontré au CAJU d’une personne ayant quitté son appartement pour habite (...)

16Le CAJU est habité par une dizaine de personnes, trois hommes d’une cinquantaine d’années, Alice et sa fille, alors âgée de dix ans, et quelques jeunes gens, filles et garçons, de vingt à trente ans. Les profils socioculturels des habitants sont relativement hétérogènes. Certains des squatters sont absolument sans ressources légales, parce qu’en situation irrégulière. D’autres perçoivent le RMI, et travaillent ponctuellement pour améliorer les fins de mois. L’un des hommes, plus âgé, enfin a un travail salarié, comme éducateur11.

  • 12 Terme vernaculaire, les squatters distinguant les “résidents” du squat des “visiteurs”. Le groupe (...)

17Outre les habitants permanents, qui ont peu changé au cours du temps, des visiteurs12 ponctuels trouvent dans le lieu un abri pour quelques jours ou quelques semaines ; d’autres sympathisants du squat y passent avec plus ou moins de régularité, venant voir des amis, passer le temps, profiter du jardin.

18La rue apparaît principalement dans le cas du CAJU comme une scène. Elle est le lieu d’expression du collectif. Environ une fois tous les deux mois, les squatters organisent des “repas de quartier”, qui doivent amener les habitants à se rencontrer, mais réunissent pour finir davantage les amis et relations des squatters que leurs voisins. Les repas sont annoncés par des affichettes collées sur les murs environnants. Des affiches, tags et autres tracts sont aussi apposés sur les murs de la Plaine, invitant à se rendre dans le squat, à le soutenir, faisant la promotion de “l’occupation des maisons vides” ou de l’antifascisme. La porte du squat est recouverte d’inscriptions et de flyers. On y suggère au passant de participer aux repas et autres rencontres organisés par les occupants, et on l’y incite à nouveau sous différentes formulations à “changer le monde”. Ces signes enfin rendent le squat identifiable comme tel par les autres squatters, qui y reconnaissent un ton, un style.

  • 13 P. Pichon (1992) identifie différentes techniques de mendicité utilisées par les SDF (la priante, (...)

19La rue est également une ressource pour les habitants du CAJU. Elle est le lieu d’un recrutement possible de nouveaux squatters, comme nous le verrons ci-dessous avec l’exemple de Fahrid. La rue est espace de mendicité, pratiquée par une partie des squatters. Paradoxalement, ceux qui font régulièrement la manche ne sont pas les plus démunis, ces hommes âgés en grande difficulté sociale qui disent éprouver un sentiment de honte à quémander de l’argent sur la voie publique. Les squatters qui font la manche sont de jeunes Français et Européens. Ils se postent à proximité du squat, à l’entrée d’une supérette par exemple, et accompagnent leur quête d’une animation musicale ou autre “performance”, se distinguant par là de l’attitude stigmatisée du clochard13. La rue est également un espace de ressource par la pratique de la “récupération”. Elle consiste, le soir venu, à demander aux commerçants leurs invendus de la journée et leurs produits abîmés et périmés, ou à aller chercher ces surplus dans les poubelles des grandes surfaces, dont il faut alors connaître l’emplacement, et les horaires de remplissage.

20La rue enfin est une menace pour les habitants du CAJU, mais de manière atténuée ici, car les squatters bénéficient souvent de réseaux amicaux (ou plus rarement familiaux) leur assurant soit un hébergement temporaire, soit la possibilité de repérer et d’ouvrir rapidement un autre squat. Aucun des habitants du squat n’est retourné à la rue après l’expulsion, alors que trois d’entre eux en venaient. Trois types d’habitat ont succédé au squat : un appartement de droit commun (pour deux personnes dont Fahrid), un hébergement chez des proches (quatre personnes dont Alice) et un autre squat (trois personnes).

21La trajectoire de Fahrid mérite d’être mentionnée plus avant, qui donne à voir une situation particulière de sortie de la rue par le squat, lorsque celui-ci met en co-présence des individus aux parcours sociaux différents.

22Fahrid a près de cinquante ans lorsqu’il arrive au CAJU. Il dormait depuis plusieurs semaines dans la rue, dans l’entrée d’une banque, lorsqu’Alice et Carine, qui l’avaient croisé à plusieurs reprises, lui proposent de venir s’abriter au squat. Maçon au chômage d’origine marocaine, Fahrid a connu toutes les étapes de la précarisation économique et de la désocialisation, la perte de son emploi, puis celle de son logement, l’isolement, l’alcoolisme, la rue. À son arrivée au CAJU, il pose parfois problème aux autres squatters, buvant trop, et comprenant mal la démarche qui consiste à s’approprier un lieu qui n’est pas le sien, ou à proclamer la futilité d’une société ayant pour valeur centrale l’argent. Les principes libertaires affichés sont bien loin de ce que Fahrid, culturellement et socialement, connaît et comprend.

23Au cours du temps, Fahrid fait l’apprentissage du discours de légitimation de sa situation de squatter. Il intègre l’argumentaire dénonçant l’injustice sociale, la vacance et la spéculation foncière et valorisant l’utilité et la légitimité du squat, dont il sera par la suite le plus ardent défenseur. D’autre part, Fahrid retrouve dans le squat un lieu où exercer ses talents, multiples, de maçon et de bricoleur. Il abat des cloisons, répare le système d’écoulement des eaux, réhabilite le lieu, modifiant sa configuration et améliorant nettement son niveau de confort : Fahrid retrouve dans le squat du CAJU une forme d’utilité sociale. Sollicité et apprécié pour ses talents, il arrêta de boire. Il devint alors des plus sociables, sortant avec les squatters dans des lieux auxquels il n’avait jamais accédé auparavant, au théâtre par exemple. Il habite aujourd’hui dans un petit logement loué à un propriétaire privé, avec lequel un visiteur du squat l’avait mis en relation, et a retrouvé du travail sur des chantiers.

24Le squat a parfaitement joué pour Fahrid le rôle de tremplin entre la rue et le logement de droit commun. Le CAJU fut pour lui un lieu d’apprentissage, de resocialisation, de reconstruction identitaire. Le CAJU, bien sûr, ne remplit pas cette fonction pour l’ensemble des squatters, et fut aussi pour certains un lieu de déstabilisation psychologique, de violence symbolique. Ceux qui avaient moins à proposer que Fahrid et étaient dans une situation tout aussi précaire n’ont pas connu la même ascension. Mais la dimension collective du squat et le croisement de mondes sociaux qu’il permettait ont indéniablement amené des individus à sortir de la précarité absolue, les plus forts entraînant alors les plus faibles.

25D’autres squats ressemblent au CAJU. Il y a aujourd’hui plusieurs squats collectifs à Marseille, organisateurs de manifestations diverses, qui hébergent une population très hétérogène. Là réside peut-être la principale caractéristique de ce type de squat, qui fait se croiser et se rencontrer des mondes socialement éloignés, jeunes artistes bohèmes et mineurs en fugue, travailleurs sociaux et militants de la Ligue Communiste Révolutionnaire, individus sortant de prison et d’autres sortant de chez leurs parents.

Squats de familles bosno-tsiganes, squats d’hébergement

26Mais cette “mixité sociale” et cette dimension collective du squat ne représentent à Marseille qu’une exception : nous le disions, la très grande majorité des squats y sont des squats d’habitation “pure”, des squats d’hébergement. Les squats marseillais sont avant tout le fait de personnes qui, comme au CAJU, ont des difficultés à accéder au logement standard, mais dont l’occupation n’est pas assortie d’un projet alternatif ou d’un discours politique. Il s’agit pour des personnes en difficulté économique, administrative, sociopsychologique, de trouver un abri et d’y demeurer aussi longtemps que faire se peut.

  • 14 Non que celles-ci aient l’apanage du squat, qui concerne toutes les catégories de personnes en dif (...)

27Les exemples pris ci-dessous décrivent des situations observées au sein de squats occupés par des populations migrantes en situation irrégulière et donc très fragilisées14, premières victimes de l’exclusion du logement, et ont pour vocation de décrire une autre facette de la réalité des squats, ainsi qu’une relation différente des squatters à la rue.

28À Marseille vivent, depuis parfois plus de dix ans, des familles tsiganes en provenance de Bosnie. Les séquelles de la guerre empêchent aujourd’hui les allers-retours entre la Bosnie, la région de Banja Luka précisément pour les familles dont il est question, et le reste de l’Europe. Les maisons ont été détruites, les familles éparpillées, les exactions à leur encontre nombreuses. Or la fragilisation des familles tsiganes va de pair avec leur sédentarisation, partielle ou totale. La dislocation du groupe et sa paupérisation ont pour conséquence la perte des véhicules, le besoin d’assistance, la fin de la mobilité. Les hommes continuent parfois de voyager ; d’autres familles parviennent à circuler quelques mois dans l’année. Mais d’autres ne peuvent plus partir du tout, et cette sédentarisation est vécue comme un renoncement, une souffrance face à la disparition d’un mode de vie perçu comme constitutif de leur identité [Bouillon, 2001a].

  • 15 Habitat à Loyer Modéré.
  • 16 Terme qui désigne des multi-propriétaires qui louent à des populations en difficulté des apparteme (...)

29Ces familles ont pour partie squatté des appartements de la cité Félix Pyat à Marseille. Construite à la fin des années 1950 à destination des rapatriés d’Algérie, la cité Félix Pyat était jusqu’à récemment organisée en copropriété, avant son rachat par des organismes HLM15 qui ont pour mission de la réhabiliter. La cité est située non loin du centre-ville de Marseille, dans le 3e arrondissement. Elle comprend 810 logements d’une extrême vétusté, due à leur abandon par les propriétaires successifs, ou au non-paiement des charges qui leur incombaient. Cet abandon et la chute de la valeur immobilière des appartements ont favorisé le développement de systèmes de “marchands de sommeil”16 et de squats. Les populations maghrébines initialement occupantes des lieux ont peu à peu laissé place aux vagues successives de migrants, Comoriens, Africains de l’Ouest, Bosniaques, les plus pauvres remplaçant ceux qui réussissent à en sortir.

  • 17 Une partie des familles achète le droit d’usage du squat à ses occupants précédents, y passe l’hiv (...)

30Quelques familles bosniaques occupent depuis le milieu des années 1990 sans droit ni titre une dizaine d’appartements, soit de manière temporaire17, soit de manière permanente. C’est le cas notamment d’Amina, de son mari et de leurs enfants. Amina, qui toute sa vie a voyagé en Europe, se trouve aujourd’hui contrainte à la sédentarité. Illettrée, appartenant à une famille pauvre et à une population très fortement stigmatisée, elle a connu la prison, la vie dans la rue, la misère. Elle raconte avoir dormi pendant plusieurs semaines sur le parking du marché aux puces, puis sur celui de Félix Pyat, jusqu’à ce que des connaissances l’informent qu’un appartement était vide. Elle va alors l’occuper avec ses enfants, puis son mari, jusqu’alors en Italie, les rejoindra.

31Pour Amina et sa famille, le squat est directement lié à la rue, qui est une menace constante et la source d’une angoisse permanente. La rue est dans le même temps un espace de ressources. Amina en effet survit en partie grâce à la mendicité et à la vente de fleurs, pratiquées dans les rues du centre-ville et aux terrasses des cafés et restaurants du Vieux Port. Les techniques de mendicité d’Amina diffèrent de celles des squatters du CAJU : elle s’adresse directement aux personnes installées aux terrasses des cafés, en particulier lorsqu’elle vend des fleurs, ou bien elle se poste dans un espace fréquenté et tend la main. Elle est en général accompagnée d’un enfant en bas âge, autre “mise en scène” de soi, sous forme cette fois d’un appel à la compassion des citadins. La rue est enfin un lieu de consommation à très bas prix, dans des espaces de marchés informels, situés Porte d’Aix, à l’entrée de l’autoroute nord, et à l’extérieur du marché aux puces de la Ville.

  • 18 Il est très rare de voir un appartement occupé sans droit ni titre proposé à la location aux squat (...)

32En juillet 2000, dans le cadre de la réhabilitation, la majeure partie des familles bosno-tsiganes est expulsée. Les appartements sont murés, les Tsiganes repartent sur les routes, chez des proches, ou dans d’autres cités marseillaises. Fait exceptionnel, quelques familles, dont celle d’Amina, se voient quant à elles proposer la signature d’un bail pour l’appartement qu’elles occupent18. Il s’agit là de familles en situation régulière, de celles – très minoritaires – qui ont obtenu un statut de réfugié et sont considérées comme pouvant être “socialisées” dans la cité. Amina est bien connue du centre social et des diverses associations caritatives opérant sur le site, qu’elle sollicite pour être aidée et qui la sollicitent en retour pour participer à leurs activités ; ses enfants sont scolarisés ; sa situation administrative surtout est régularisée au moment de la réhabilitation, Amina ayant obtenu après des années de démarche une carte de séjour, condition sine qua non donc de la signature du bail puisqu'il est légalement impossible de loger ou reloger des personnes en situation irrégulière. L’obtention d’une carte de séjour éloigne également la crainte d’un retour dans la rue : Amina peut maintenant bénéficier d’un certain nombre d’aides sociales, et sait pouvoir accéder aux réseaux d’hébergement assistanciel. L’appartement squatté est peu à peu aménagé, investi : il se transforme en logement.

Squats de mineurs isolés étrangers, squats de survie

33Une dernière situation de squat évoquée ici concerne les mineurs isolés étrangers, terme administratif désignant des jeunes gens (des garçons presque exclusivement) qui arrivent en Europe en provenance de pays pauvres ou en guerre sans être accompagnés par des adultes, et se retrouvent en situation d’errance. Issus de milieux familiaux désagrégés, ils viennent chercher ici de meilleures conditions de vie, du travail peut-être. Leur séjour en France n’est souvent qu’une étape avant d’aller plus loin, en Italie ou en Espagne, mais aussi en Belgique, au Danemark, en Allemagne, en Hollande. Ces jeunes doivent donc trouver les moyens de survivre dans des villes qu’ils ne connaissent pas. À Marseille, où ils viennent en majorité du Maghreb, ils dorment dans la rue ou intègrent des squats.

34Ces squats sont parfois ouverts par les jeunes eux-mêmes, qui s’y retrouvent par petits groupes, généralement en fonction de leurs villes et pays d’origine. Mais avant de maîtriser les techniques du squat, les jeunes dorment dans des squats tenus par ceux qu’ils appellent des “majeurs”, hommes d’origine maghrébine plus âgés, qui ont une meilleure connaissance de la ville et de ses interstices. Le squat est toujours un abri préférable à la rue, mais il est décrit par les jeunes comme un lieu peu sécurisant, très inconfortable, dont l’aménagement se réduit à quelques matelas par terre, sans eau ni électricité. Il est perçu comme potentiellement dangereux, la violence pouvant émaner d’un majeur, d’un pair, ou d’un policier venu les expulser. Les mineurs doivent pourtant payer aux majeurs un “droit d’entrée” sous forme d’argent ou d’objet de valeur : le squat est donc payant.

  • 19 C’est aussi à cette occasion que les mineurs peuvent se mettre en scène sous la figure de la “band (...)

35Ici, la rue est comme précédemment un espace de ressources, mais cette fois essentiellement par le biais du vol, pratiqué à l’arraché ou à la tire (vol de portables de passants pendant la journée, vol d’autoradios dans les voitures la nuit). Elle est le lieu de divers petits trafics, revente d’objets volés, achat de cigarettes de contrebande. Elle est aussi l’espace privilégié de la rencontre. En dehors des squats, dans lesquels ils disent vouloir demeurer le moins de temps possible, ces jeunes en effet ne disposent pas de lieux privatifs de réunion. Les snacks et les cafés maghrébins dans lesquels on les croise parfois sont des lieux de passage, dans lesquels ils sont tolérés s’ils ne s’attardent pas. L’espace public, rues, escaliers et places de la ville, constitue alors les lieux premiers de la socialité, espaces de rendez-vous entre pairs, qu’il est possible, pour quelque temps au moins, de s’approprier19.

36Mais la rue est avant tout une menace, tant il est vrai que les squats de mineurs ont une espérance de vie des plus brèves : ce sont les premiers à être dénoncés par les voisins, des squats où la police n’a pas besoin d’attendre un jugement avant de procéder à une expulsion, arguant des activités délinquantes de leurs occupants et de la probabilité d’y trouver du matériel volé pour y pénétrer et les expulser manu militari. Squat et rue sont ici, plus encore qu’ailleurs, dans une très grande proximité. Les jeunes alternent ainsi entre squat, rue, abri de fortune, sans que le squat semble jamais pouvoir jouer un rôle de tremplin vers le logement. Très fermés, invisibles aux yeux du quidam, les squats de ce type ne permettent aucune ouverture vers des réseaux d’entraide intégrateurs. Les squats de survie sont donc dans une position intermédiaire entre le squat d’hébergement et l’abri de fortune. Espaces réversibles, ils protègent des agressions de la rue, tout en étant à la fois insalubres et susceptibles d’abriter des formes de violence et d’exploitation.

Conclusion

37Le squat recouvre des réalités multiples et hétérogènes. Il n’est aucunement un isolat social et culturel, mais doit être appréhendé comme un moment au sein de trajectoires, et comme un espace occupé articulé à d’autres.

38La proximité du squat et de la rue, à la fois menace, ressource et scène, prend diverses formes, qui sont fonction des compétences et des fragilités des squatters. Habiter un squat permet de rétablir une frontière entre espaces public et privé, frontière qui sera d’autant plus solide que les squatters disposent d’un lieu stable, et qu’ils sont en lien avec une diversité de mondes sociaux. Le squat peut alors sous certaines conditions être un espace de transition entre la rue et le logement, soit qu’il débouche sur une resocialisation de l’individu, soit, cas plus exceptionnel, que le squat lui-même soit régularisé.

39En se gardant d’énoncer cette dernière possibilité comme une règle, et de réifier l’occupation sans droit ni titre, l’étude des squats nous donne à voir ce que les individus les plus précaires mettent en œuvre pour échapper à la désocialisation, et s’instaurer comme acteurs de la ville.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Bouillon F., “L’après-guerre de Bosnie : conditions de vie et processus de fragilisation de familles bosno-tsiganes dans une cité marseillaise”, Etudes Tsiganes no 14, 2001a, pp. 57-70.

Bouillon F., “Des acteurs et des lieux : les économies de la rue à Marseille”, in M. Peraldi (dir.), Cabas et containers. Activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Maisonneuve et Larose, 2001b, pp. 237-267.

Bouillon F., “À quoi servent les squats ? Compétences des squatters et ressources des lieux”, Revue Française des Affaires Sociales no 2, avril-juin 2002, pp. 45-63.

Comité National de l’Accueil des Personnes en Difficulté, Squats et habitat de fortune, Paris, Ministère de l’Emploi et de la Solidarité, Direction de l’action sociale, 1999.

Gaboriau P., Clochard. L’univers d’un groupe de sans-abri parisiens, Paris, Julliard, 1991.

Goffman E., La mise en scène de la vie quotidienne, tome I “La présentation de soi”, Paris, Editions de Minuit, 1973.

Laé J.-F., Murard N., “Célibataires à la rue”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales no 113, pp. 31-39, juin 1996.

Marpsat, Firdion J.-M.(dir.), La rue et le foyer. Une recherche sur les sans-domiciles et les mal-logés dans les années 1990, Paris, INED/PUF, 2000.

Pichon P., “La manche, une activité routinière, manières de faire”, Les Annales de la Recherche Urbaine no 57-58, 1992, pp. 146-157.

Welzer-Lang D., “La saga des squatters de la Croix-Rousse de Lyon. La violence du changement dans la ville”, Les Annales de la Recherche Urbaine, mars 1992, pp. 74-83.

Notes

1 J.-F. Laé et N. Murard (1996) en donnent une illustration saisissante avec le récit de la vie de Murielle, femme célibataire à la rue, qui alterne pendant vingt ans hôtel, rue, studio, caravane, hébergement chez des amis, foyer d’urgence, nouveau logement, squat etc. Pour une synthèse récente des travaux portant sur les modes d’hébergement des Sans Domicile Fixe (SDF), on lira M. Marpsat et J.-M. Firdion (2000).

2 Cette présentation s’appuie sur une ethnographie des squats menée depuis cinq ans à Marseille, dans le cadre d’un travail de thèse en cours.

3 Ces définitions sont issues du dictionnaire Robert, 1986, p. 942.

4 En revanche, l’occupation de maisons ou d’appartements temporairement inoccupés (résidences secondaires par exemple) est rarissime. Il s’agit en effet dans ce cas d’une violation de domicile, passible de prison, alors que le squat est passible “seulement” d’expulsion, et d’une éventuelle amende. Notons que le projet de loi gouvernemental sur la “sécurité intérieure” prévoyait en 2002 de faire du squat une nouvelle infraction réprimée par six mois d’emprisonnement et 3 000 euros d’amende. Sous la pression des associations de défense des mal-logés, ces dispositions ont finalement été supprimées.

5 La recherche de modalités de paiement de la dette locative auprès des organismes d’aide au logement et le renforcement des moyens financiers des FSL (Fonds Solidarité Logement) en particulier.

6 L’article 613-3 du code de la construction et de l’habitation précise que les mesures relatives à la trêve d’hiver “ne sont pas applicables lorsque les personnes sont entrées dans les lieux par voie de fait”.

7 Dans les faits, le plus long délai accordé à Marseille au cours des cinq dernières années est de un an, pour un squat collectif auto-désigné comme “politique” en 2000, puis pour un squat de familles comoriennes soutenu par l’association Droit Au Logement en 2001.

8 Sur ce point, nous partageons l’avis du Comité National de l’Accueil des Personnes en Difficulté, chargé en 1997 de rédiger un rapport sur les squats (paru en 1999) et qui distingue en introduction le squat de l’habitat de fortune, “espaces encore plus précaires” (p. 8). Le Comité regroupe sous l’égide du Ministère de l’Emploi et de la Solidarité des représentants des pouvoirs publics et des associations de solidarité. Aucun autre rapport de ce type n’a été commandité depuis, et la tendance actuelle des pouvoirs publics semble aller davantage dans le sens d’une répression accrue que d’un meilleur accompagnement social du phénomène.

9 La majorité des squats visités disposent de l’eau et de l’électricité, à l’exception de squats très temporaires comme ceux des mineurs étrangers, et de quelques autres dans lesquels les branchements se sont avérés, pour des raisons techniques, irréalisables. Sur ce thème des compétences des squatters, on se permet de renvoyer à F. Bouillon, 2001b, 2002.

10 Selon les associations locales, 20 % de la population y vit avec moins du SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance). Les squats sont principalement situés dans le centre et le nord de la ville, où la vacance est beaucoup plus élevée que dans les quartiers sud, résidentiels

11 Il s’agit là du seul cas rencontré au CAJU d’une personne ayant quitté son appartement pour habiter dans un squat. Des motivations d’ordre relationnel sont avancées par Alain pour expliquer sa décision (désir de vivre et échanger avec les autres). À la fermeture du squat, Alain a à nouveau loué un appartement.

12 Terme vernaculaire, les squatters distinguant les “résidents” du squat des “visiteurs”. Le groupe peut décider (au cours d’un vote ou plus officieusement) de faire perdre à un résident son statut, alors qu’un visiteur peut demander à devenir résident, ce qui signifie concrètement habiter le lieu en permanence et participer aux prises de décision collectives.

13 P. Pichon (1992) identifie différentes techniques de mendicité utilisées par les SDF (la priante, le tape-cul, la volée), soulignant qu’elles impliquent différentes formes de “présentation de soi”.

14 Non que celles-ci aient l’apanage du squat, qui concerne toutes les catégories de personnes en difficulté (jeunes en rupture familiale, familles monoparentales désargentées, toxicomanes, etc.)

15 Habitat à Loyer Modéré.

16 Terme qui désigne des multi-propriétaires qui louent à des populations en difficulté des appartements petits et insalubres, pour des loyers allant de 2500 à 3000 francs par mois minimum à Marseille.

17 Une partie des familles achète le droit d’usage du squat à ses occupants précédents, y passe l’hiver par exemple, reprend la route l’été et revend alors l’appartement à d’autres familles bosno-tsiganes, qui à leur tour s’y installent pendant quelques mois. Le squat peut alors être dit de mobilité, car il permet le passage, le voyage, constitue un point d’ancrage dans une trajectoire migratoire.

18 Il est très rare de voir un appartement occupé sans droit ni titre proposé à la location aux squatters, dans le parc public comme privé. Dans le cadre de la réhabilitation de la cité Félix Pyat, il était probablement difficile pour les offices HLM, pour des questions d’ordre humanitaire comme en terme d’image publique, d’expulser toutes les familles en situation résidentielle illégale.

19 C’est aussi à cette occasion que les mineurs peuvent se mettre en scène sous la figure de la “bande”, figure négative et criminogène pour certains passants, mais qui permet aussi de se donner à voir comme collectif, et de se donner mutuellement confiance pour “draguer” les adolescentes qui déambulent dans les rues du centre-ville…

Auteur

Doctorante au SHADYC-EHESS Marseille, chargée de cours à l'Université de Provence. Publications récentes : “Des migrants et des squats : précarités et réactivités aux marges de la ville”, Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 19, no 2, 2003, p. 23-46 : “Squats et errance : quels enseignements ?”, in Les SDF. Représentations, politiques, trajectoires, Paris, Plan Urbanisme, Construction, Architecture, coll. Recherches no 148, 2003, p. 179-190.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540