Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rue

 | 
Jeanne Brody

La rue, espace urbain

Citoyenneté locale et appropriation urbaine : l’exemple d’une relation particulière, la ville et les étudiants

Daniel Filâtre

Texte intégral

1DANS UNE NOTE DE VOYAGE absolument délicieuse, M. Anselme et M. Peraldi de retour d’une visite à Gênes nous livraient des impressions sur la ville méditerranéenne qui constituent un document remarquable pour penser la rue et la ville (Anselme M., Peraldi M., 1985). Celles-ci ne sont pas facilement appréhensibles. De quelque manière que nous les prenions, on les perd dans des échelles de variations qui les combinent toujours sur des mouvements généraux, celui des politiques urbaines ou celui des processus de territorialisation. Pour comprendre la ville et son épaisseur sociale toute particulière, il faut bien évaluer l’articulation réciproque des uns sur les autres… C’est ce qui fonde la force de sa différence, celle des proximités et des disparités. Telle est la perspective que nous choisirons en focalisant notre regard sur les relations de la ville et de l’étudiant.

2Au début des années quatre-vingt-dix, à l’initiative principale du Ministère de l’équipement, un vaste programme de recherche fut lancé en France sur le thème “l’université et la ville”. Peu de travaux existaient jusqu’alors sur cette relation entre un groupe social important, les étudiants, et l’espace urbain. Aussi ce programme aura eu pour effet de mobiliser, de manière très active, de nombreuses équipes de recherche sur un thème de grande importance, les rapports ville et université et, de manière plus particulière, sur l’un de ses aspects, les modes d’appropriation urbaine des étudiants.

3De tradition, il semble établi que la présence étudiante dans la ville est facteur d’un certain type d’effervescence urbaine qualifiant ainsi telle rue, tel quartier. Mais en même temps cette image peut sembler caricaturale et, dès lors, plus fragile. En effet, qu’en était-il réellement au début des années quatre-vingt-dix de cette relation ville et étudiant ? Devions-nous conserver à l’esprit ces images trop littéraires, ou plaquées, au risque d’en oublier les fondements comme les transformations ?

4Dans notre imaginaire, la ville étudiante est au bout du compte celle du Quartier latin… un carré qui s’étend tout au long du boulevard qu’il n’est évidemment pas nécessaire de nommer, des petits cafés de la place Saint-André-des-Arts, les librairies de la rue des Écoles ou celles qui encerclent la Sorbonne. À ces images s’ajoutent bien volontiers la vie bohème de ses jeunes habitants qui rivalisent d’insolence, avec les frasques des artistes, les sourires des touristes et l’œil ensommeillé des amoureux éperdus. Avec assurance, la littérature a nourri ces clichés qui fondent notre regard sur la ville étudiante. On y découvre un Quartier latin semé de points de repère invisibles pour d’autres yeux que les habitués, lieux où tout étudiant se doit d’apparaître puisqu’ils font de lui un affilié. On y découvre un quartier aux frontières invisibles, avec ses limites, ses rites, ses cafés, ses cinémas et ses librairies, une sorte de zone protégée pour initiés.

5Sans doute ou sûrement même, il existe des lieux où la rue est rare et l’espace public une chose occasionnelle. Mais dans l’imaginaire et les représentations, la ville étudiante en est l’exact opposé. Comme l’on parle de la compacité de la vieille ville lorsque la densification de la construction nous laisse entrevoir un labyrinthe qui engorge l’espace, permet la rencontre et offre une sorte de fourmillement quasi-permanent d’échanges et de formes sociales variées, la ville étudiante convoque les regards sur une dynamique sociale urbaine positive. Cet idéal presque magique est l’espace que s’approprie une jeunesse active et enviée qui se nourrit du lieu et le construit sans cesse, une dynamique d’autant plus appréciée qu’elle réconcilie à merveille le paradoxe de la légèreté immédiate et du sérieux à venir.

6Il n’est pas besoin ici que l’idéal épouse pleinement la réalité ! C’est une valeur intangible bien ancrée dans l’imaginaire des décideurs politiques urbains qui en France à la fin de la décennie quatre-vingt s’intéressent à l’université pour dynamiser leur cité : la ville étudiante idyllique, ces rues des quartiers étudiants, denses et animées, constituent un référent bien ancré pour tout politique qui cherche à donner vie à sa ville ou à la reconstruire.

7Qu’en est-il réellement ?

8C’est un peu cette histoire que nous voudrions raconter dans ce texte, une histoire récente mais ancienne aussi, celle des politiques en quête de dynamique urbaine et fondant sur un groupe social et ses pratiques toutes leurs espérances. Mais la rue et l’étudiant ne constituent, comme nous le verrons, qu’un exemple parmi d’autres des tensions fondamentales entre appartenance sociale et appropriation urbaine.

9Notre développement s’efforcera d’expliciter ces lignes d’analyse en se fondant sur les travaux réalisés dans le cadre du programme de recherche-expérimentation “ville et université” ainsi que sur les résultats d’un terrain que nous avons réalisé en 1999 sur les pratiques étudiantes dans une ville moyenne. Nous tenterons de saisir les manières de vivre ou de ne pas vivre la ville, les représentations que les étudiants construisent. Nous aborderons enfin les réactions des politiques locaux face à un groupe social local aussi nomade et désiré. Mais dans un premier temps, nous voudrions resituer l’histoire de cette quête d’étudiants dans les villes moyennes en France vers la fin des années quatre-vingt et la première moitié des années quatre-vingt-dix.

La ville, l’université et les étudiants, chronique d’une quête annoncée

Les villes moyennes à la conquête de l’université

10Depuis un peu plus de dix ans, il est un mouvement pratiquement silencieux qui se déroule dans notre pays : la territorialisation de l’université. Alors que, jusqu’à une époque assez récente, les universités françaises étaient traditionnellement implantées dans les métropoles et les grandes villes, on a assisté sous la pression des élus locaux et de la démographie étudiante à l’implantation de formations universitaires dans les villes moyennes. Ainsi, progressivement, chaque ville moyenne, généralement chef-lieu départemental, a obtenu l’implantation de formations universitaires délocalisées. Le territoire universitaire français s’est ainsi densifié : Saint-Brieuc, Cherbourg, Vannes, Angoulême, Âgen, Figeac, Albi, Valence, Roanne, Tarbes, Dunkerque, Colmar, Annecy, etc. sont devenues des villes étudiantes ou presque. Cette réserve qui, comme nous le verrons, n’est pas superflue, vise trois points particuliers.

11Tout d’abord, dans de nombreux cas, le nombre d’étudiants demeure faible. Ainsi, lors de la rentrée universitaire 1996, seules une quinzaine de ces villes présentaient un effectif étudiant supérieur au millier, presque autant recensaient entre 500 et 1000 étudiants, les autres (soit plus de cinquante villes moyennes) accueillaient moins de 500 étudiants ! Ceci nous montre que le processus de densification du réseau universitaire s’accompagne encore aujourd’hui d’une très forte concentration des étudiants dans les très grandes villes. Ainsi, Paris et six grandes métropoles universitaires régionales concentrent plus des deux tiers des étudiants.

12Par ailleurs, ces villes moyennes nouvellement dotées de formations universitaires abritent généralement des étudiants en premier cycle universitaire technologique (DUT) ou général (DEUG). De toute évidence, il s’ensuit certaines caractéristiques pour ces étudiants : ils sont plutôt jeunes, peu préparés au métier d’étudiant et, enfin, encore fortement liés à leur famille. Ce mouvement de création de nouvelles cités étudiantes a constitué pour nous un vaste programme de recherche sur les politiques locales d’enseignement supérieur et plus généralement sur la recomposition des modes d’action publique locale. Quelles sont les raisons qui ont poussé les élus à s’engager ainsi dans une quête d’université ? Quels en sont les effets ? Comment ce processus de territorialisation des universités ainsi engagé peut-il se réguler ? Mais ce n’est évidemment pas cette entrée que nous privilégierons ici mais plutôt le désir d’observer la manière dont un groupe social en émergence, ici les étudiants, est amené à s’approprier la ville.

13Or, lorsque les élus locaux parfois soutenus par les universitaires s’engagent dans des politiques d’implantation de formations universitaires, ils cherchent avant tout à enrayer le déclin démographique de leur cité mais ils revendiquent aussi un principe, voire même un droit : la massification de l’enseignement supérieur doit se traduire par un rapprochement entre système de formation et territoire. Ce rapprochement vise bien sûr à faire en sorte que l’université puisse participer au développement local urbain, soit du point de vue d’une augmentation de la demande induite de biens et de services, soit par fertilisation croisée entre les unités de recherche et de transfert technologique d’une part et le milieu économique d’autre part. Mais les responsables politiques engagés dans ces politiques locales visent souvent à faire de l’université un levier de développement urbain. Nous voudrions tout d’abord expliquer ces situations avant d’aborder la manière dont les étudiants vont vivre la ville.

L’université comme appui d’une dynamique urbaine revendiquée

14Au nom de l’émergence d’un enseignement supérieur de masse devenu service de proximité, les élus locaux, en revendiquant l’implantation de formations universitaires, cherchent à intégrer l’enseignement supérieur comme une fonction urbaine nouvelle et notamment comme un outil de restructuration urbaine. Explicite dès le départ ou intégrée lors des études d’implantation, la relation entre aménagement urbain et aménagement universitaire s’est déclinée suivant des modalités diverses. Même si le cas de l’université du Littoral est particulier par le fait qu’il ne s’agit pas d’une simple délocalisation de formations universitaires mais de la création d’une université de plein exercice au sein d’un réseau de villes moyennes (Dunkerque, Calais, Boulogne et Saint-Omer), il nous permet de mettre en évidence dans chacune des villes concernées, des politiques différenciées (Filâtre Daniel, 1994).

15À Calais, les autorités de la ville ont opté pour la création d’une sorte de domaine universitaire, implanté en limite du centre-ville sur le modèle non dit du campus américain. Le schéma d’urbanisme intègre l’université de manière ambiguë : à la fois comme élément du développement social et comme facteur de valorisation de la ville. À Saint-Omer, les choix sont différents. En raison de contradictions entre les partenaires engagés dans cette politique universitaire locale, les contraintes urbaines et la spécificité des formations ont fait en sorte que le choix s’opère sur un site péri-central, assez proche du centre ville mais sans aucune urbanité particulière adoptant une conception de spécialisation de l’espace : le projet universitaire est pensé en soi et non comme un élément structurant de l’aménagement urbain. La situation est différente à Boulogne où le district a engagé une réflexion d’implantation particulièrement poussée : faire de l’université un élément fort du développement urbain, comme l’exprime de titre de l’étude d’urbanisme engagée, “la ville comme territoire universitaire”. Le modèle intégré par les acteurs locaux mêle comme référence explicite Louvain-la-Neuve ou Maastricht et comme référence implicite le Quartier latin. L’implantation du centre universitaire devient l’occasion d’un aménagement urbain spécifique permettant une cohérence urbaine nouvelle. À Dunkerque enfin, dernière agglomération inscrite dans le projet d’université nouvelle du Littoral et siège de cette université, la situation diffère quelque peu. Ici, l’implantation d’un établissement universitaire est déjà ancienne. Mais le principe d’un développement de cette unité après le Plan Université 2000 va conduire à une lente maturation quant au choix des futures implantations. Les élus locaux et les urbanistes de la ville évoluent d’une conception d’un mini-campus au centre ville à l’idée d’un réseau d’implantations universitaires permettant d’irriguer le centre ville. En réaction, l’université naissante exprimera son désaccord au nom de la spécificité universitaire. De la concertation qui se met en place émerge alors une problématique plus fine de l’insertion de l’université dans la ville, où espace public urbain et espace universitaire se confondent et où prédomine la mixité des fonctions urbaines.

16Ainsi, dans cette rapide description et autour de ces quatre exemples, voit-on se dégager diverses conceptions de mise en relation de la ville et de l’université. En fait, si ici ou ailleurs, la volonté de lier projet urbain et implantation universitaire est souvent affichée comme une priorité par les élus des villes moyennes, la diversité des choix d’aménagement traduit les contradictions traditionnelles entre opportunités foncières, coût financier et utilitarisme opérationnel. On aboutit, de ce fait, à des situations très diverses où les étudiants se retrouvent en plein centre ville comme à Vannes ou à la périphérie comme à Angoulême, ou encore sont associés à un vaste projet de “vitalisation urbaine” comme à Blois, ou encore investissent des locaux laissés judicieusement libres comme à Albi.

17Dans ces situations rapidement évoquées, qui ne sauraient du reste se limiter aux seules villes moyennes, l’étudiant est à chaque fois pris comme une ressource pour dynamiser la ville ou une partie de son territoire. La question majeure qui se trouve posée de manière singulière dans les villes moyennes est bien évidemment la réalité de cette relation.

L’étudiant, la ville et la rue, une relation limitée

18Dans l’imaginaire des élus des villes moyennes, la présence étudiante peut modifier l’ambiance de la ville, développer son image et participer à son dynamisme. Aussi, l’enjeu culturel consistant à fixer dans la ville des pratiques étudiantes devient un objectif premier. Parfois, comme nous l’avons vu à l’instant, il conduit les responsables à associer projet d’implantation et réaménagement urbain. Or, souvent et de manière générale, l’étudiant porteur d’une ambiance spécifique mais méconnue est aussi attendu comme la ressource d’une dynamique culturelle capable de nourrir et développer un milieu urbain trop atone. Il ne s’agit pas ici d’augmenter par un simple effet quantitatif la fréquentation des équipements en place, mais de faire de l’étudiant un “passeur culturel” dans la cité.

19Cet espoir nous apparaissait bien mince si l’on se référait aux résultats des travaux des chercheurs du programme “Villes et Universités”, qui constataient des limites réelles à cet échange dans les métropoles universitaires. Ainsi à Lyon, ville qui abrite des populations étudiantes importantes, les chercheurs nous révélaient une appropriation urbaine réduite et souvent limitée, pour les jeunes étudiants qui n’habitent pas dans leur famille au triangle constitué par la fac, leur logement et la gare. D’autres chercheurs, travaillant sur les sites universitaires émergents de l’ouest de la France, relevaient également de la part des étudiants une appropriation urbaine fragile et limitée.

20Pour le moins, ces résultats fortement intrigants, nécessitaient une analyse plus poussée. Certaines pistes explicatives immédiates s’offraient à nous sans pour autant nous convaincre pleinement : absence de marquages symboliques ou sémiologiques, faible nombre d’étudiants, limitation des référents sociaux au seul profit de référents individuels, faiblesse de la politique urbaine ou absence d’un accompagnement local auprès des nouvelles populations étudiantes… Bref, tout ceci constituait plus des hypothèses, voire des scénarii gratuits, que de réelles pistes d’analyse.

21C’est au cours de l’année 1999 que nous avons eu l’opportunité de “fouiller” plus avant ces situations. En effet, face au développement quantitatif relativement faible des effectifs étudiants au centre universitaire ouvert en 1990, les autorités politiques de la ville d’Albi ont souhaité comprendre la manière dont les étudiants albigeois choisissaient de venir faire leurs études à Albi et leurs perceptions de la ville. C’est dans ce cadre que nous avons été amené à étudier les situations sociales et les pratiques des étudiants du centre universitaire d’Albi. Avant de présenter les résultats, décrivons rapidement la situation !

22Albi est une ville de plus de 50 000 habitants qui a vu s’implanter durant la dernière décennie un Centre universitaire doté aujourd’hui de presque toutes les formations de DEUG qui existent à Toulouse. Fort de près de deux mille étudiants uniquement de premier cycle jusqu’à la dernière rentrée universitaire, ce Centre est implanté non loin du centre ville dans les locaux réaménagés d’une ancienne caserne laissée vacante après le plan de restructuration des armées en France. Le développement du Centre universitaire constitue un enjeu majeur pour les élus, mais il reste encore limité surtout face à la concentration d’étudiants dans la métropole régionale (plus de 100 000 étudiants) et au fait qu’un grand nombre d’étudiants originaires du Tarn et de l’Aveyron poursuivent leurs études universitaires à Toulouse, alors que les mêmes formations sont dispensées à Albi.

23Comprendre les motivations des étudiants dans le choix du site, saisir leurs pratiques sociales, leurs modes de vie, leurs projets, telles étaient les questions qui nous ont été posées. Elles rejoignaient les nôtres et nous décidâmes de rencontrer plus de soixante étudiants et étudiantes originaires du Tarn, de l’Albigeois et de l’Aveyron et répartis pour moitié sur le centre universitaire d’Albi et pour l’autre moitié sur Toulouse, bien évidemment dans les mêmes formations. Tentons de systématiser quelques résultats et analyses tirés de cette recherche, notamment pour la ville d’Albi et ses étudiants

Les pratiques étudiantes et les pratiques urbaines

L’étudiant, le campus et les autres

24Les formes du rapport que les étudiants entretiennent avec la ville sont d’abord marquées par leurs particularités sociales. L’expérience étudiante s’organise avant tout en référence au campus universitaire et d’autre part s’exprime dans une tension plus ou moins manifeste entre des micro-lieux privilégiés et les territoires d’origine (Sauvage André, 1994).

25Tout d’abord, il est clair que l’appropriation de la ville concerne le campus universitaire. L’univers étudiant sur le campus se limite à quatre espaces bien distincts : les salles de cours, le restaurant universitaire (RU), la cafétéria et la bibliothèque universitaire (BU). Ceci ne signifie pas pour autant que les étudiants fréquentent assidûment ces lieux. Leur appropriation reste modérée et il y a peu de commentaires sur ces lieux. Cette relative indifférence est à rapprocher du mode de vie des étudiants. Ces services sont des services de commodité qu’ils utilisent selon leurs besoins et surtout leur situation. La proximité du lieu de vie joue ici un rôle déterminant. Selon leur emploi du temps, les étudiants restent ou non sur le campus.

26Il faut ici reconnaître que les étudiants d’Albi comme ceux de Toulouse sont dans un rapport avant tout utilitariste face à l’université : leur investissement est généralement strictement scolaire. Ils suivent les cours, font le travail demandé sans plus et, dès lors, on comprend mieux leur faible participation aux différentes activités proposées sur le centre universitaire.

27Dans le prolongement de ce que nous venons de dire, on constate que les relations amicales entre les étudiants se limitent souvent au groupe de la classe ou de la filière. Cette sociabilité interne à la filière peut être très forte : certains parlent de clans, voire de sectes. Toutefois, la taille du site rend possible des relations entre étudiants de diverses filières, qui peuvent prendre parfois la forme de contacts plus approfondis. Mais surtout, il faut comprendre le rôle d’anciens amis du lycée ou de la ville d’origine qui poursuivent eux aussi leurs études à Albi. Ces relations “d’avant” construisent fortement la sociabilité étudiante. Certains étudiants rencontrés considèrent également que la fac n’est pas le lieu où l’on peut se faire des amis. D’autres enfin parlent du temps nécessaire pour que des liens s’établissent. Et, alors, cette sociabilité est parfois bien fragile.

28Pour les étudiants décohabitants qui partagent leur vie entre le site des études et le domicile parental, on note une forme de sociabilité double où se distinguent très nettement les relations amicales qui se tissent sur Albi et les autres plus profondes que l’on retrouve le week-end. Ce partage des relations doit être entendu comme un élément structurant de leur mode de vie.

29Ces témoignages ne sont pas le seul fait du campus albigeois. Ils s’appliquent également aux campus de Toulouse, à la différence que l’anonymat qui marque les rapports entre étudiants sur le campus toulousain limite souvent les relations au groupe d’origine.

L’étudiant, la ville et la rue

30Quand on aborde leurs pratiques urbaines, les étudiants expriment un rapport ambigu à la ville. Comme pour tout habitant, il doit d’abord être vu au travers d’une double grille d’analyse : celle de l’appropriation urbaine et celle de l’imaginaire urbain, bien qu’il soit très difficile de faire la part entre l’un et l’autre !

31Si l’on pénètre l’imaginaire urbain de l’étudiant albigeois, on note que parler d’Albi l’oblige à parler aussi de Toulouse. La capitale régionale est vue comme une grande ville dynamique, bénéficiant de nombreuses activités culturelles, artistiques et sportives. Portée comme le modèle de la vie étudiante, elle vient comme un écho permanent au discours des étudiants albigeois sur leur propre ville. Mais cet imaginaire se trouve brouillé lorsqu’on leur demande d’expliquer davantage ce qu’ils ressentent. De manière surprenante, la ville dans laquelle ils font leurs études semble appréciée par sa dimension mais aussi son “ambiance”, même si les mêmes peuvent être amenés à la critiquer.

32Considérée comme agréable, Albi est aussi souvent dépeinte comme une ville tranquille, où l’on est bien, où il fait bon vivre. La ville peut aussi ne rien représenter de particulier, comme une indifférence. À l’opposé de cette appréciation d’une ville agréable, tranquille, on ne s’étonnera pas de trouver dans de nombreux discours d’étudiants des critiques. Pour beaucoup, la ville est décriée essentiellement à cause de son faible dynamisme.

33Tranquillité et manque de dynamisme, telles sont les représentations dans l’imaginaire urbain de l’étudiant albigeois. C’est en ayant à l’esprit cette opposition presque permanente que nous nous proposons de découvrir leurs modes d’appropriation de la ville.

34Si l’on s’intéresse maintenant aux pratiques urbaines, il est clair qu’elles doivent être pensées comme un système éclaté. Il y a d’abord, comme nous l’avons dit, le campus et son environnement immédiat. Il faut parler de ces quelques bars tout proches du centre universitaire qui constituent un élément fort de la vie étudiante. Il y a les lieux de sortie repérés par les uns ou les autres mais qui ne constituent aucunement des lieux fédérateurs. L’étudiant d’Albi ne semble pas pratiquer beaucoup les lieux d’activités sportives et culturelles.

35Les sorties sont assez peu évoquées ; ce sont d’abord les lieux que les étudiants fréquentent régulièrement, essentiellement leurs cafés ou leurs pubs, ceux où ils avaient leurs habitudes, ce sont aussi quelques rues commerçantes sans plus. D’autres lieux sont cités, le cinéma bien sûr, et parfois le théâtre, très rarement il faut le reconnaître… Il y a enfin et surtout les lieux plus privés, le chez soi ou chez des amis proches. Il s’ensuit un mode de sociabilité fait de connaissances, d’amitiés, de rencontres régulières dans des espaces intimes et familiers.

36En fait, l’appropriation de la ville par les étudiants est toute relative. Ils la fréquentent, certes, mais en même temps ils semblent peu s’y investir. Parfois même, ils nous disent ne fréquenter que trois lieux : la fac, leur appartement et la gare. Souvent aussi, ils l’habitent bien peu.

L’espace, la rue et l’étudiant : simple question politique ou interactions complexes ?

37Tous ces discours des étudiants sur le campus universitaire ou la ville mettent en évidence certaines constantes et nous permettent quelques lignes d’analyse.

38La rue est un lieu commun : lieu d’échange, lieu de théâtre, lieu public. Si elle n’est plus le moyen indispensable de la scène sociale, elle nous semble conserver sa fonction première de civilité mais dans laquelle la proximité n’est pas l’essentiel au regard des modes individuels et tribaux d’appropriation de l’espace. La rue est la modalité visible des multiples appropriations urbaines, car vivre la ville, c’est toujours marquer l’espace de sa propre identité, ce qui renvoie à sa propre existence sociale. Les langages de la rue sont multiples, tout comme le sont les modes d’urbanité. Et cette pluralité doit nous guider dans la manière de comprendre comment des habitants ou des groupes sociaux se jouent des espaces qu’ils fréquentent et en même temps les construisent sans cesse.

39L’espace public urbain doit alors être pensé comme le reflet de l’équilibre entre les groupes sociaux qui conquièrent les espaces ou au contraire les délaissent, voire les ignorent. Les fondateurs de l’école de Chicago soulignaient combien la mise en scène de l’urbanité est une composition spatialement marquée des relations sociales (Grafmeyer Y. et Joseph I., 1979). Il convient alors de repérer les lieux où se construit la territorialisation des groupes sociaux et les modes d’occupation qui l’accompagnent.

40À partir des constats qui précèdent, nous pouvons considérer que le rapport des étudiants à la ville universitaire renvoie d’abord à leurs pratiques, c’est-à-dire l’utilisation fonctionnelle du campus mais aussi les soirées, les sorties, les bars, les lieux d’achats, les lieux d’animation sportive, les lieux culturels. Il renvoie également à un imaginaire urbain où se niche le rêve toujours présent d’un Quartier latin, sans pour autant qu’il soit fort et opérationnel. La réalité, repérée dans cette enquête mais aussi dans de nombreux autres travaux, met en évidence des pratiques segmentées. Le campus est considéré par les étudiants comme un espace fonctionnel, c’est-à-dire un endroit réservé aux études, sans qu’ils y mettent vraiment autre chose en terme d’attentes ou d’emblèmes. Ce campus leur plaît, même s’ils s’y investissent peu. En dehors du campus, ils expriment en fait peu de choses sur la ville : son calme, ses rues commerçantes, la beauté de certains monuments…

41Alors que dans la grande ville universitaire, à l’image du campus ou de l’espace des études s’oppose celle du centre historique, des rues étudiantes, des cafés, des lieux de rassemblement entre étudiants, il semble que, sur Albi, rien d’autre ne fasse écho au centre universitaire.

42En fait, nous avons le sentiment que la ville étudiante n’existe pas. Ils la fréquentent certes, mais en même temps ils semblent peu s’y investir, tout du moins comme étudiants. Globalement, le couple formé par le campus et la ville ne semble pas construire l’identité étudiante. Leurs pratiques sont autres.

43Ces constats nous paraissent extrêmement intéressants au regard de nos interrogations. Le couple ville et étudiant n’est souvent que l’expression spatiale d’une double identification : celle de leur rapport aux études et à leur cadre spatial et celle de leur place comme jeunes dans la ville. Ces étudiants qui sont d’abord des jeunes ne construisent pas de repères particuliers. L’absence d’une tradition spatiale d’occupation étudiante du centre ville se combine avec leur faible appartenance au monde étudiant pour ne générer que des pratiques urbaines ordinaires faites de mitages et de fragmentations.

44Tel est notre constat ! Leurs usages sont limités à leurs mobilités et aux formes de leurs sociabilités. L’université de masse induit des comportements peu différenciés de ceux des jeunes de leur âge. Ce sont avant tout leurs appartenances sociales d’origine et leur situation d’âge qui construisent leurs modes de vie. Outre les abords du campus universitaire, ces étudiants fréquentent quelques lieux réservés aux jeunes de leur milieu et ceux qu’ils habitent. Leur faible appropriation de la ville doit être également rapportée au double lieu de vie d’un grand nombre d’étudiants. Pour ceux qui rentrent chez eux le soir ou le week-end, leurs pratiques urbaines s’en trouvent marquées. Elles sont quasiment absentes.

45L’urbanité s’exprime bien ici dans ces interactions complexes où l’étudiant vit la ville mais à peine, inscrivant aussi, ailleurs et au sein d’autres groupes d’appartenance ou de référence, d’autres sociabilités et d’autres territorialités. En clair, l’étudiant ne semble pas s’inscrire dans un processus de conquête d’espaces spécifiques, parce que la construction sociale de l’espace découle pour une grande part de la pratique groupale qui lui fait défaut, tout du moins dans le cadre de notre enquête. Comme tout individu en milieu urbain, l’étudiant est soumis à un grand nombre de sollicitations de multiples sortes. Les modalités de son intégration à la ville doivent ainsi être rapportées aux modèles dominants auxquels il se réfère et qui renforcent les critères d’appartenance. En effet, le rapport à la ville, le rapport à la rue ne s’inscrivent qu’en fonction du projet de vie et des critères d’appartenance de l’habitant. Jean Remy et Liliane Voyé rappellent l’importance de ce projet individuel qui se poursuit et structure les conduites individuelles ou de petits groupes malgré ou à cause de la pluralité de milieux et de sollicitations que l’individu a à affronter. Dans la ville d’aujourd’hui, les tensions de rôles et de communications deviennent de plus en plus difficiles à résoudre. Parce que l’individu ne relève plus désormais d’un milieu totalisant, où les priorités sont collectivement prédéterminées sinon discutées, il lui revient de rendre cohérents ses modes d’appropriation urbaine en restant fidèle à son projet et par là à son identité (Remy J. et Voyé L., 1992). Entendu de la sorte, le rapport de l’étudiant à la ville pose problème car il renvoie à son identité et à sa carrière morale (Goffman E., 1973). Parce que l’étudiant en ville moyenne est dans un processus de construction de son identité, en tant que jeune d’abord et en tant qu’étudiant éventuellement, son urbanité spécifique demeure fragile.

46Il faut certes considérer que l’étudiant n’existe pas seulement à travers le groupe car il construit également, comme individu social, ses propres pratiques et ses jeux de mise à distance. Les multiples univers de sens auxquels il se réfère brouillent de toute évidence une lecture simpliste ou trop espérée de son comportement et notamment de ses modes d’appropriation de la rue. Certains nous objecteront que c’est le faible nombre d’étudiants dans la ville ou l’absence d’histoire qui guide nos constats. Nous leur opposerons que ce n’est pas seulement une question de densité ou d’ancrage historique. L’étudiant de l’université de masse, primo-entrant comme nous le définissons, se sent étudiant mais pourtant il se trouve souvent bien éloigné de la figure traditionnelle étudiante et peu capable de projet. Si l’on suit François Dubet, à la fois jeunes et étudiants ou espérant le devenir, ils sont définis par un accomplissement dans le travail étudiant (au sens d’une construction) et par une affiliation juvénile. Ces deux faces de leur expérience sociale ne sont pas inconciliables mais distantes l’une de l’autre, parfois même en tension (Dubet F., 1994). C’est ainsi qu’il convient de comprendre leur faible présence sur le campus ou leur précipitation à rentrer chez eux. Mais dans la mesure où l’on peut considérer que la territorialité se fonde souvent sur une capacité d’autoréférence, on comprendra qu’ils n’expriment pas des modes propres d’habiter la ville, surtout lorsqu’il n’existe de référents que dans leur imaginaire.

En conclusion, la rue et ses usages comme marqueurs d’une identité éclatée.

47Les modes de spatialisation des étudiants correspondent aux formes d’intégration et de différenciation sociale qu’ils opèrent. Les faibles référents étudiants dont ils disposent limitent leur capacité à inventer ou à adopter une manière spécifique de vivre la ville. Les politiques se trouvent alors soit distants, soit inquiets face à un groupe social local aussi nomade. Leur volonté d’investir dans l’implantation d’un centre universitaire les conduit à constater que les effets réels ne sont pas à la hauteur des effets attendus. Dans un article de la revue Espace et société, Jean Remy rappelait combien les normes qui imprègnent la conception de l’espace pénètrent souvent nos évaluations explicites alors qu’elles sont souvent en opposition avec nos pratiques dans la vie quotidienne (Remy J., 1994). Dans le cas présent, l’élu est conduit à repenser la conception de l’espace pour construire une identité étudiante défaillante. Il s’agit là d’un étonnant paradoxe !

48Et pourtant, les chercheurs qui se penchent sur les questions de politiques publiques montrent combien, dans le rapport à l’usager, le politique est sans cesse conduit à un travail de ré-interprétation, de reconstruction, voire d’anticipation. Dans la grande métropole, l’espace étudiant conserve sa spécificité apparente même si plusieurs travaux montrent comment il se fissure face aux modes de vie éclatés de ces populations. Dans la ville moyenne, le politique s’efforce de reconstruire ces émiettements, de faire du sens là où il y en a peu. Il s’ensuit des actions spécifiques, des politiques différenciées visant à poser l’étudiant comme un groupe social local bien réel.

49Traitant la rue comme le domaine par excellence d’un espace public construit sur des liens faibles et des sociabilités froides, Joseph Isaac nous propose de prendre acte de la complexité des sociétés urbaines “culturellement hétérogènes et territorialement dispersées ou pluri-centrées” (Joseph Isaac, 1994). Les modes et les formes d’accessibilité de la rue sont fondamentalement liés à la lisibilité de ses usages et à la compétence communautaire de ses occupants. Parce que la rue est espace possible de rencontres et de représentations, elle est par essence un espace pour l’action. Le gestionnaire et le politique ont donc à affronter cette dualité ou même cette tension entre la conception des espaces et l’indétermination et la multiplicité des usages. Ce grand écart constitue un défi évident et souligne le décalage structurel qui existe entre la pensée opératoire qui sous-tend les espaces conçus et ce qui sous-tend les autres modes de rapport à l’espace. Ceux-ci restent marqués par une relative autonomie du social et par les rythmes de vie des habitants et des groupes.

50Dans ses souvenirs de Nantes, Julien Gracq évoque ces images dépareillées et parfois dérisoires de la ville de sa jeunesse, images que rien ne rassemble, ni ne relie : “ville qu’à travers ces images emblématiques aucun repère n’ancre en moi dans le passé à une date fixe parce qu’elle n’a donné lieu à aucun lien, à aucun attachement privé, à rien d’autre qu’à une poussée annexionniste du moi presque abstraite, à l’énorme boulimie acquisitive et prospective qui règne sur une vie entre onze et dix-huit ans” (Gracq J., 1985, p. 123). Comprendre la relation entre l’étudiant et la rue est une question qui pousse le sociologue à s’interroger sur son identité. Or l’étudiant, comme tout individu social, est un puzzle composé de pièces aux pratiques disparates et embrouillées. Travaillé par des pôles différents d’une expérience sociale immanquablement dynamique, parce que reposant sur la complexité et la contradiction, l’étudiant vit la rue et la ville au travers de cette re-construction permanente de lui-même. Comme Julien Gracq évoquant ses souvenirs, l’étudiant construit son rapport à la rue et à la ville éclatée avec la souveraineté du tri qu’il opère, par une sensibilité et une appétence encore confuse et sans modèle.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Anselme M., Peraldi M., “Notes de voyage 1 – Gênes” in Espaces et sociétés, no 46, janvier-juin 1985, pp. 155-158.

Dubet F., “Les étudiants”, in Dubet F., Filâtre D., Merrien F. X., Sauvage A. et Vince A., Universités et villes, Paris, L’Harmattan, 1994. Filâtre Daniel, “Développement des universités et aménagement des territoires universitaires”, in Dubet F., et alii, Universités et villes, opus cit.

Goffman Erwing, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, Paris, Ed. de Minuit, 1973.

Gracq Julien, La forme d’une ville, Paris, Ed. José Corti, 1985.

Grafmeyer Y. et Joseph I. (textes présentés par), L’Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Editions du Champ Urbain, 1979.

Joseph Isaac, “La rue et la conversation”, in Ville, Le courrier du CNRS, no 81, 1994.

Remy J. et Voye L, La ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, L’Harmattan, 1992.

Remy J., “La mode, les positions moyennes et les spatialisations du social”, in Espaces et sociétés, no 73, 1994, L’Harmattan, pp. 50-72.

Sauvage A., “Villes inquiètes en quête d’université”, in Dubet F., et alii, Universités et villes, op. cit.

Auteur

Professeur de sociologie à l’Université de Toulouse-Le Mirail et directeur du CERTOP (UMR 5044, CNRS). Ses travaux portent sur les formes de recomposition de l’action publique et notamment sur les politiques universitaires et leur relation au territoire. Il a publié sur ce thème “Universités et territoire. Nouvelles relations, nouveaux défis”, in Saint-Do Y., Territoires éducatifs et gouvernance, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2003, p. 69-93 ; “Les universités et le territoire : nouveau contexte, nouveaux enjeux”, in Felouzis G. (ss la dir.), Les mutations actuelles de l’université, PUF, 2003, pp. 19-45.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540