Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rue

 | 
Jeanne Brody

La rue, espace historique et politique

La rue, miroir des peurs sociales et des solidarités

Laurence Roulleau-Berger

Texte intégral

1LA RUE EST DE PLUS EN PLUS ponctuée par des violences, des souffrances qui révèlent des situations d'urgence structurelle, des zones d'anomie dans la Cité, c'est-à-dire des lieux où s'affaiblissent des règles de solidarité. Ces situations mettent au jour le conflit très fort entre des centres "impitoyables" où chacun a "sa place" et des périphéries où l'absence de travail, la ségrégation, l'isolement social et psychologique ont fait perdre leur place à d'autres. En même temps, des dispositifs d'action publique ont été mis en place tout au long de ces dernières années pour lutter contre les exclusions sociales et économiques et recréer des formes de solidarités. À côté de cette entreprise morale, des groupements plus ou moins formels se sont multipliés dans les bouts de société où s'accumulent les malaises et les peurs de ne pas accéder à une place dans une société salariale effritée (Castel, 1995) ; ici des citadins s'organisent pour se protéger et tenter de résister aux situations de précarité et de marginalisation. La rue permet donc de comprendre à une micro-échelle comment se reflètent les peurs des citoyens dans une démocratie abîmée par les chômages, les pauvretés et les discriminations ; et en tant qu'espace ouvert, elle sera considérée ici comme un phénomène social, une scène primitive du politique où les appartenances et les identités sont mises en contact et aussi en tension les unes avec les autres (Joseph, 1998), où sont gérés les risques sociaux à partir de solidarités (Roulleau-Berger, 2004).

Souffrances sociales et violences de la rue

2La rue montre aujourd'hui comment des formes de socialisation et de désocialisation se recouvrent, se côtoient, se séparent pour mettre au jour la vulnérabilité d'une société salariale effritée, d'une société urbaine fragmentée ; elle exacerbe des différences qui deviennent insupportables. La rue apparaît comme un espace de distance et de proximité, un espace de civilités et d'incivilités, un lieu de tractations et d'échanges mais aussi un lieu de revendication et de révolte. Elle se trouve au centre de la problématique du dedans et du dehors qui apparaît comme centrale dans les recompositions de la société française. Elle contient les signes de vulnérabilité et de désaffiliation sociale ; elle montre comment des "exclus de l'intérieur" et des "inclus" se côtoient ou s'évitent et aussi comment ils ne peuplent pas des univers complètement séparés.

3En effet la rue se fragmente par des situations d'alarme et des violences qui rendent visibles les malaises, les inégalités et les injustices qui habitent notre organisation sociale. Il semblerait que notre société devienne de plus en plus conflictuelle et de plus en plus vécue comme insécurisante. La rue à travers l'expression de violences exprime d'abord des frustrations sociales, économiques, affectives, des révoltes, des souffrances et des demandes de sens qui naissent pour partie de violences symboliques, institutionnelles à l'égard de ceux qui se sentent mal ou pas reconnus. Les violences de la rue sont provoquées par des effets d'exclusion, de stigmatisation produits par des institutions, par les marchés du travail. Elles traduisent l'accumulation de désirs non accomplis. Mais ceci ne vaut pas valeur d'explication pour toute forme d'agression. Il faut alors distinguer les violences "bruyantes" des violences "muettes".

4Les violences bruyantes peuvent s'exprimer sous la forme d'émeutes urbaines. Si la vie de la rue a été ponctuée ces dernières années par des manifestations, des émeutes urbaines en ont aussi perturbé le rythme. Prendre la rue par l’émeute c’est exiger son droit à la rue, c’est revendiquer une démocratie égalitaire. Les émeutes urbaines qui ont eu lieu depuis ces quinze dernières années dans les banlieues ouvrières disent combien des populations en situation de précarité ou d'éviction sociale cherchent à se réapproprier ce qui leur échappe en imposant leurs marques, en laissant des cicatrices profondes dans la ville. À côté de ces violences "bruyantes", la rue contient aussi des violences "muettes" qui expriment des formes de détachement, de désengagement social. Les lieux de trafic de drogue et de délinquance par exemple sont organisés autour de l'imposition de la loi du silence, autour de stratégies de mise à distance de ceux qui ne doivent pas voir. Les violences "muettes" viennent après des violences "bruyantes" quand on a perdu la force de crier son désespoir, quand on a perdu l'espoir d'être entendu.

5Si les violences de rue témoignent que des cultures de rue se fabriquent à partir d'une "délinquance d'exclusion" (Salas, 1997), elles génèrent alors des sentiments de rejet, de fuite, de crainte et d'insécurité. Un sentiment d'insécurité diffuse alors à plusieurs endroits. Mais, selon Duprez et Hedli (1992), le lien entre le sentiment d'insécurité et la violence objective n'apparaît pas nettement et l’on peut se demander si c'est bien l'insécurité réelle qui progresse ou le sentiment d'insécurité ; plus largement, il y a quelque chose qui présuppose une conception partagée de l'insécurité qui apparaît souvent plus fondée sur des micro-événements que sur des événements graves. Si l'insécurité a pu apparaître comme un phénomène flottant, difficile à appréhender à la fin des années quatre-vingt, selon Dulong et Paperman (1992), les façons de traiter des formes diverses de délinquance et de criminalité ont participé à les territorialiser sur des zones dites sensibles et donc à les construire comme une réalité allant de soi.

6Le sentiment d'insécurité signifierait qu'il y a des risques. Or le risque est une réalité complexe, évolutive, produit à la fois de pratiques et de représentations qui créent les peurs. Mais le risque est aussi lié à la vulnérabilité, qu'elle soit matérielle, corporelle, sociale, symbolique ; et elle a plusieurs sources. Par ailleurs, le risque naît de situations d'indétermination ; et il y a des risques spécifiques à des contextes d'incertitude. Parler de risque apparaît comme "un élément de modernité correspondant à une profonde transformation de la perception de la détermination et de la contingence" (Quéré, Relieu, 1997). Si, aujourd'hui, la rue contient des peurs plus exprimées qu'hier et qui ont engendré un sentiment d'insécurité, le vécu de la rue nous donne à voir des changements dans les représentations collectives.

7Hannah Arendt (1972) affirmait que la violence dans certaines circonstances devient l'unique façon de rééquilibrer les plateaux de la justice ; elle ajoutait que "la fureur n'est en aucune façon une réaction automatique en face de la misère et de la souffrance en tant que telles… c'est seulement au cas où l'on a de bonnes raisons de croire que ces conditions pourraient être changées, et qu'elles ne le sont pas que la fureur éclate". Les violences de la rue apparaîtraient alors comme les expressions de revendications d’accès aux biens moraux, économiques, sociaux et culturels chez des populations victimes de formes d'exclusion implicites ou explicites (Roulleau-Berger, 1999 ; Kokoreff, 2003).

Ordre public et médiations institutionnelles

8Avec la montée du sentiment d'insécurité dans l'espace public, les citoyens sont de plus en plus surveillés et sollicités comme sujets actifs dans le maintien de l'ordre de la Cité. L'État assure une nouvelle mission de discipline sociale dont l'objectif est d'éviter les ruptures dans l'espace public, les conflits sociaux dans la rue. La rue apparaît alors comme lieu d'exercice d'un pouvoir moral avec la mise en place de dispositifs de protection des citoyens.

9Depuis le début des années quatre-vingt, l'espace public a été l'objet d'une procéduralisation dans une démocratie qui se voulait associative. Plusieurs catégories d'agents institutionnels ont vu leur fonction s'élargir vers celle de "professionnel de l'ordre en public". De qui s'agit-il ? On trouve les adjoints chargés de la sécurité, les agents des services d'entretien des mairies, la police municipale, les chargés de mission dans les CCPD ou CIPD au plan intercommunal, les bailleurs sociaux, les chefs d'établissements scolaires, les travailleurs sociaux, les gardiens d'immeubles, les policiers nationaux et les magistrats. Ces agents n'ont ni une fonction préventive, ni une fonction répressive, ils cherchent à maintenir de l'accord civique sur des conventions d'ordre dans l'espace public (Roché, 1998). De nouvelles instances de médiation et d'accompagnement ont aussi été mises en place pour rétablir une continuité entre les dimensions publiques et interpersonnelles de la solidarité (Perret, 1994). On a tenté de combler les déficits d'intégration sociale par des moyens institutionnels, en essayant d'inventer de nouveaux instruments de solidarité sociale et économique dans les "zones de désaffiliation et de vulnérabilité" (Castel, 1995). Il s'est agi de maintenir la paix sociale par la charité dans certains cas, par souci d'équité dans d'autres. Et l'État a multiplié les intermédiaires pour "recréer du lien social", des solidarités collectives. Sont alors apparus de nouveaux acteurs publics chargés de faire adhérer les citoyens à l'ordre de la Cité : les médiateurs. De nouveaux métiers, dont les noms varient, ont émergé : directeurs de quartier, correspondants urbains... La multiplication de ces métiers de l'ordre public montre comment la réprobation à l'égard de ceux qui refusent les règles de bien commun est devenue une professionnalité pour maintenir la paix sociale. Mais les médiateurs ne sont pas toujours des "producteurs de paix sociale" ; quand ils agissent au plus près des citoyens en essayant de jouer les interprètes auprès des pouvoirs publics, le conflit social peut s'affaiblir ; quand ils agissent sur le mode de la consolation ou de la manipulation, l'espace public se fragmente dans l'exacerbation de tensions sociales.

10Par ailleurs, si, dans les années soixante, le travail de rue restait le monopole des éducateurs et des policiers, il a mobilisé de plus en plus d'acteurs différents tout au long de ces quarante dernières années qui ont vu leur mission se complexifier et des militants d'associations humanitaires et caritatives défendre les droits des citoyens "exclus de l'intérieur". Cette forme de travail dans l'espace public s'étend en même temps qu'elle s'élabore de plus en plus. Il y a alors l'idée que les travailleurs de la rue doivent y assurer une présence sociale et physique, en parvenant à comprendre comment se définissent les territoires géographiques et sociaux des populations "marginalisées", comment les frontières des territoires se déplacent, dans la ville, comment les réseaux de solidarités et d'entraide s'organisent. Le travail social de rue se glisse dans les interstices de la ville où viennent se lover les souffrances, les peurs, les excès de ces citoyens qui ne trouvent pas leur place dans les structures établies. Le travail social vient occuper la rue en laissant de moins en moins d'espace vide, d'espace "sauvage", il rend compte d'une société disciplinaire où les nouveaux errants, vagabonds, marginaux de nos villes sont les objets de captations pour être ensuite assimilés, intégrés quand ils ne résistent pas à cette entreprise politique. Le travail social de rue rend compte à la fois des modes de gestion politique des affaires de la cité où l'ordre public est recherché par des stratégies de fixation, de normalisation, d'assignation des populations, et aussi de la production de nouvelles solidarités.

11Des interventions de différente nature remodèlent, transforment, voire déforment la rue. En effet, la demande de sécurité ne cesse de croître, des réponses y sont apportées. L'ordre de la rue deviendrait-il une co-production sociale, urbaine et politique ? Ce phénomène caractérise une société " protectrice" où il faut protéger l'Autre pour se protéger soi. Et paradoxalement, plus les risques de la rue sont gérés, plus la demande de sécurité croît, comme si des peurs proliféraient en se fixant à certains endroits. À travers la gestion croissante de situations d'urgence qui s'exprime par un lent travail de lutte contre les dangers les plus divers, on peut s'interroger sur le sens de ce paradoxe sociétal visible dans la rue : les violences urbaines "font valoir alors que la rémanence du sentiment d'insécurité malgré la multiplication des dispositifs et des techniques de protection nous conduit à constater les limites de la conquête de la sécurité" (Dourlens, Galland, Theys, Vidal-Naquet, 1991)

De la rue comme espace public aux espaces intermédiaires

12Si la rue donne à voir des dispositifs de gestion des risques sociaux de plus en plus sophistiqués, des citoyens y développent "à côté" des solidarités et des compétences urbaines comme la capacité à se réapproprier de l'espace public dans des espaces intermédiaires. L’effritement des sociétés salariales a provoqué la multiplication et la diversification d’espaces intermédiaires (Rémy, 1992) dans la ville inégalitaire d’aujourd’hui qui s’étalent sur un continuum allant d’espaces qui accumulent des écarts avec les sphères publiques hégémoniques et d'espaces dont les frontières les touchent de près ; nous avons qualifié les premiers d'espaces de création et les seconds d'espaces de recomposition (Roulleau-Berger, 1991).

13Les espaces intermédiaires, s'ils ont toujours existé, se sont multipliés avec la précarisation du salariat, le phénomène de démultiplication des inégalités urbaines, la mise à distance politique des populations précaires, l'ethnicisation de la vie urbaine. Nous avons défini deux types d'espaces intermédiaires :

  • les espaces de création urbaine qui rendent compte de formes de solidarités discrètes et occupent des interstices sociétaux à côté des formes massives plus visibles qui constituent la société où la lutte sociale pour la reconnaissance s'organise entre soi. Les espaces de création urbaine sont des espaces physiques, sociaux et symboliques où se mobilisent des populations en situation précaire dans des zones interstitielles loin du regard des acteurs publics et des marchés de l'emploi.
  • -les espaces de recomposition urbaine qui naissent d'ajustements, d'arrangements, de transactions et de différends entre des formes institutionnelles et des formes non-institutionnelles où la lutte sociale pour la reconnaissance s'organise entre des populations fragilisées socialement, voire désaffiliées, et des acteurs publics, des militants associatifs, des artistes.

14Dans les espaces de création urbaine, les solidarités internes aux groupes permettent aux individus d'être propriétaires d'eux-mêmes (Castel, 2001) et les poussent à s'associer autour de projets dans lesquels ils se sentent reconnus par leurs pairs, protégés des violences de la précarité. Les projets apparaissent comme le ciment des groupes, le moyen de maintenir du lien entre des individus fragilisés socialement, de consolider les identités collectives et individuelles contre "la dérive", "l'errance". Ils s'organisent pour développer des micro-organisations économiques autour d'activités de proximité, culturelles, sportives, d'insertion.

15Les espaces de recomposition urbaine se construisent à partir d'une coopération négociée entre des populations précaires et des artistes, des militants associatifs, des professionnels de l'insertion, de l'emploi et de la formation qui les reconnaissent avec leurs expériences, leurs projets et leurs savoirs. Ce qui fait espace de recomposition c'est la construction d'un accord partiel entre des populations précaires et des acteurs qui parviennent à rendre légitime un projet initié par eux sans que ceux-ci se sentent dépossédés de leur bien. L'espace de recomposition naît de la nécessité de reconnaissance mutuelle des identités et des engagements en présence.

16On voit ici que la gestion des risques sociaux peut aussi avoir lieu dans des espaces autonomes (Habermas, 1992) qui peuvent être définis comme des espaces de conviction où des micro-mobilisations et des résistances collectives travaillent l'espace public de manière discrète mais continue, où se redéfinissent des engagements dans un rapport de mise à distance des espaces de légitimation politico-administratifs (Roulleau-Berger, 2003). Avec la précarisation du salariat et le renforcement des inégalités et des discriminations dans les démocraties ces espaces autonomes se sont multipliés tout au long de ces vingt dernières années traduisant des formes de civisme revendicatif fondé sur le déclin du sentiment d'appartenance à la Cité et d'une adhésion faible au pouvoir en place. Au sein des espaces autonomes se trouvent des sources informelles de contestation et de communication.

Conclusion

17La rue apparaît comme le lieu de confrontation entre ceux qui possèdent un bien, une place, un statut et ceux qui n'en n'ont pas. Elle donne à voir les ajustements, les compromis, les tensions, les paradoxes, les contradictions qui traversent la société tout entière. La rue multiplie les scènes où se jouent les relations et les rapports sociaux et culturels. La rue rend donc saillantes les ruptures et les recompositions sociales, économiques, culturelles dans la société. Elle contient des usages concurrents, des jeux de compétition et d'adaptation à la vie économique, politique et sociale de la Cité. La rue permet donc de comprendre comment se reflètent les incertitudes et les peurs des citoyens dans une démocratie abîmée par les chômages, les pauvretés et les discriminations. La rue nous raconte bien comment nous évoluons dans une société du risque où un "individu incertain" (Ehrenberg, 1995), surexposé socialement et économiquement, occupe une place centrale.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Arendt H. (1972) : Du mensonge à la violence, Calmann-Lévy, Paris.

Castel, R., Haroche, C., (2001) : Propriété privée, propriété sociale et propriété de soi. Entretiens sur la construction de l’individu moderne, Fayard, Paris.

Dourlens C., Galland J.-P., Theys, J., Vidal-Naquet, P.A. : Conquête de la sécurité, gestion des risques, L'Harmattan, Paris.

Dulong R., Paperman, P. (1992) : La réputation des cités HLM, L'Harmattan, Paris.

Duprez D., Hedli, M. (1992) : Le mal des banlieues, L'Harmattan, Paris.

Ehrenberg A. (1995) : L'individu incertain, Calmann-Lévy, Paris.

Habermas J. (1992) : “L'espace public, trente ans après”, Quaderni, no 18, automne.

Quéré L., Relieu, M. (1997) : Les risques en situation d'incertitude, Programme Pirvilles CNRS, no 7.

Kokoreff, M. (2003) : La force des quartiers, Payot, Paris.

Perret B. (1994) : “Politiques publiques et mobilisation de la société” in Cohésion sociale et emploi, Desclée de Brouwer, Paris.

Rémy J., Voyé, L. (1992, rééd. 1993) : La ville : vers une nouvelle définition, L'Harmattan, Paris.

Roché S. (1998) : L'ordre social et la loi ou le problème des incivilités, Rapport final CERAT à la DIV et au GIP (mission de recherche “droit et justice”).

Roulleau-Berger L. (1991) : La Ville-Intervalle : jeunes entre centre et banlieue, Méridiens Klincksieck, Paris.

Roulleau-Berger L. (1999) : Le travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, Editions de l'Aube, La Tour D'Aigues.

Roulleau-Berger, L. (2003) : “Economie solidaire, non-reconnaissance publique et production d’espaces intermédiaires”, in Economie solidaire et démocratie, Revue Hermès, deuxième trimestre 2003.

Roulleau-Berger, L. (2004) : La rue, miroir des peurs et des solidarités, PUF, Paris.

Salas D. (1997) : “La délinquance d'exclusion” in Un péril-jeunes ? Des enfants en danger aux mineurs délinquants. Quel ordre social pour demain ? Les cahiers de l'IHESI, no 29.

Auteur

Chargée de recherches au CNRS (Groupe de recherche sur la socialisation), titulaire d’une HDR, a publié de nombreux articles et ouvrages, parmi lesquels : Le travail en friche (L'Aube, 1999), Les jeunes et le travail en France depuis 1950 (avec C. Nicole-Drancourt, PUF, 2001), Youth and Work in the Post-industrial City of North-America and Europe (Brill, 2003), La rue, miroir des peurs et des solidarités (PUF, 2004). Elle travaille aujourd'hui sur les migrations internes en Europe et en Chine continentale.

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540