Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La rue

 | 
Jeanne Brody

La rue, espace historique et politique

Quand la rue s’impose à la cité

L’exemple de Venise au Moyen Âge

Bernard Doumerc

Texte intégral

  • 1 Histoire de la France Urbaine, dir. G. Duby, tome II, La ville médiévale, dir. J. Le Goff.

1POUR LES HISTORIENS, la rue est un élément fondamental de l'histoire urbaine. La discussion si présente dans l'historiographie s'oriente autour d'une thématique bien restrictive à notre avis. La pratique de la ville, par conséquent de la rue, par ses habitants tend trop souvent à chercher les critères de la cohabitation des groupes utilisateurs ou prescripteurs de la rue. Établir un bilan tient de la gageure car l'histoire urbaine cherche encore son avenir1.

2Entre la monographie retraçant les étapes chronologiques de la construction d'une ville ou le catalogue événementiel des faits historiques marquants, il y a peu de place pour l'histoire des habitants qui autorise une échappée hors des topiques habituels. Sommes-nous réduits à l'étude de cas : les étrangers dans la ville, le partage de la rue, etc. ? Faut-il s'en tenir à la transformation du bâti, à la description fonctionnelle évolutive au fil du temps ? En Italie la tendance va des pierres aux hommes, en France nous préférons aller des hommes à la pierre ! Venise, la cité des prodiges, autorise une fois de plus, une avancée dans la construction d'une problématique originale visant à définir un modèle. Rien ou presque dans Venise ne ressemble à l'image d'une ville “typique” du monde occidental avant la grande transformation architectonique de l'époque moderne. Partout ailleurs, la ville : c'est la rue, depuis l’époque de la ville antique bien organisée autour d'un forum et des temples. Mais dans cette ville lacustre, née d'un accident géographique assez peu commun, c’est-à-dire des îlots posés sur une lagune marécageuse, il fallait attendre la prise de conscience de l'esprit citadin, autrement dit le passage du concept de ville à celui de cité pour que les habitants réalisent à quel point la rue devenait indispensable. La caractéristique de Venise est son double réseau de voies de communication : sur l'eau avec les canaux, sur terre avec les rues. Nous allons tenter de comprendre où sont les dynamiques de la cité et de mieux définir le rôle de la rue, élément créateur de l’espace urbain, indispensable à l'expression de la quotidienneté du citoyen, mais aussi à l’affirmation des pouvoirs et à l’existence des groupes hétérogènes en quête d’identité.

  • 2 Histoire Urbaine, 1, 2000, édité par la Société Française d'Histoire Urbaine, Maison des Sciences (...)

3Toutefois le risque est grand de se laisser emporter par une dérive incontrôlable. Dans son premier numéro paru en l’an 2000, tout un symbole, la revue récente Histoire Urbaine propose une sélection d'articles qui comblerait d’aise nos collègues sociologues. Rappelons le thème abordé : “Les loisirs dans la ville”. L'éditorial, qui n'est pas signé, évoque le désir d'une meilleure compréhension de la dimension historique de la ville actuelle2. Notre colloque intitulé “La rue et ses figures, un bilan pour l'an 2000” entre dans cette problématique convergente qui interroge en effet autant les historiens que les sociologues.

4Revenons à Venise, ville exemplaire d'une construction lentement élaborée par les habitants et les gouvernants pendant des siècles contre des éléments hostiles. Il ne faut jamais l'oublier, ces doges qui ont fait Venise étaient des entrepreneurs. Peut-être est-ce là une des approches à retenir pour lire cet espace urbain atypique et éviter la conformité des pratiques du territoire.

  • 3 F. Braudel, L'identité de la France, Paris, 1986, p. 17.

5Il est juste d'affirmer que la constitution d'un État moderne implique la définition d'une identité collective : Venise est une cité-État ; l'ordre symbolique de l'expression de l'État s'articule alors dans la rue ; l'enjeu était considérable. Laissons la parole à F. Braudel : “le mot identité m'a séduit mais n'a jamais cessé de me tourmenter. Manifeste est son ambiguïté : il est une série d'interrogations. Vous répondez à l'une, la suivante se présente aussitôt et il n'y a pas de fin”3.

  • 4 E. Crouzet-Pavan, Venise : une invention de la ville (xiiie-xve), Paris, 1997, p. 25.

6Cette inquiétude est vraiment appropriée pour celui qui souhaite donner une définition de la rue par une analyse historique, d’autant plus que la convergence des travaux historiques et anthropologiques se renforce ces dernières années et provoque parfois une contamination des concepts. Le thème de la rue entre entièrement dans cette démarche de recherche d'identification des groupes d’usagers grâce aux formes de l'expression dans la rue : multiplicité des sentiments de solidarité, des combinaisons, des emboîtements et des rapports de pouvoir. Dans plusieurs de ses articles publiés depuis peu, E. Crouzet-Pavan établit une méthode appropriée à la spécificité de Venise lagunaire : “l'invention de la ville” sur l'impulsion de l'autorité publique. Les instances communales conçoivent un projet d'ensemble d'urbanisation, régulent et interviennent avec les magistrats chargés de la mise en œuvre pendant la phase d'urbanisation mais surtout longtemps après4.

7La ville, c'est d'abord une société foisonnante, concentrée sur un espace de modeste surface, au milieu de vastes étendues aquatiques imparfaitement peuplées. C'est aussi un lieu de production et d'échange. Venise est une ville posée sur l'eau mais sans doute plus profondément urbaine que toutes les autres car les habitants ont su, très tôt, construire un modèle où la rue devait prendre la place qu'elle n'avait pas. C'était donner du sens au concept de collectivité forgeant un “peuple”, une “nation” liés par des références partagées. La formidable expansion de la cité des doges tient aussi à des phénomènes conjoncturels devenus durables et entraînant des modifications structurelles de la cité et des évolutions de la sociabilité. Peu à peu, les Vénitiens désiraient donner une image de leur cité. Dans les représentations figuratives, tableaux, gravures, enluminures, dédiés à la vie vénitienne, ce qui frappe l'observateur c'est la permanence des scènes d'extérieur. Le prétexte n'est pas la situation du premier plan, conversation, épisode religieux, rencontre de magistrats ou défilé, mais l'arrière-plan servant à magnifier l'espace urbain. Les Vénitiens voulaient plus tôt que les autres Européens construire une belle ville, parfois jusqu'à figurer un “urbanisme imaginaire” selon l'expression d'André Chastel. Pourtant le réalisme vénitien, tout en laissant place parfois à la fantasmagorie, éclatait dans la définition d'un espace limité qu'il fallait organiser avec minutie et ordonner avec attention.

8Pendant la seconde moitié du xiie siècle, l'impulsion fut donnée par le doge Sebastiano Ziani : en 1150, d'après le codice del Piovego, sorte de cadastre, la structure globale de la cité était constituée. En 1169, la division de l'espace urbain en six quartiers marque l'emprise de l'autorité qui impose ses limites administratives. Enfin, en 1172, l'architecte Niccolo réussit le tour de force d'ériger les deux immenses colonnes monolithiques de la piazzetta, face au palais des doges, délimitant avec ostentation la zone aquatique du reste de la cité. La lagune offrant peu de ressources sur place pour les constructeurs, pas de pierre, pas de bois, les Vénitiens choisirent de construire une cité en brique. Le sol des rues était recouvert de briques plantées à la verticale, que l'on retrouve encore de nos jours sur certaines placettes de Dorsoduro. La main-d'œuvre et le transport étaient aussi coûteux pour les pierres communes que pour les marbres précieux ; donc la tentation d'augmenter la valeur de la cargaison des navires de charge était constante. Les Vénitiens n'hésitaient pas à se procurer les pierres taillées provenant de ruines de monuments anciens. Le drainage de matériaux de construction devint rapidement un devoir civique comme c'était le cas pour les reliques. Le monument le plus riche à ce sujet, la basilique Saint-Marc, est un reflet de cette politique aggravée après la mise à sac de Constantinople. En 1309 les commandants de galères reçurent l'ordre de rapporter les marbres et autres parements décoratifs trouvés en Grèce. Les reconstructions partielles favorisaient le mélange des styles à l’occasion des restructurations.

9À Venise on perce peu de nouvelles voies après le xive siècle ; alors on aménage les structures anciennes. Désormais, les “travaux qui s'attachent en parallèle à modifier la morphologie urbaine, luttant contre le fractionnement primitif des communautés, facilitant les relations entre les îlots lointains et excentrés, permettent d'accélérer le rapport de l'instance politique à son espace d'exercice”. La rue prend sa place dans ce lieu où les habitants la refusent. Les rues, que sont les rues ?

  • 5 P. Racine, “Où va l’Histoire urbaine “, Le Moyen Âge, no 2/2000, tome cvi, p. 375-384 et Panoramas (...)

10Quand P. Racine retrace dans son compte-rendu les étapes de la recherche historique gravitant autour de la thématique urbaine, il saisit l'évolution avec pertinence. L'historiographie récente ne peut se départager entre les deux tendances majoritaires, à savoir : opposer “Ville et espace” et “Sociétés et pouvoir”. Voici toute l'ambiguïté d'une histoire sociale et urbaine. Les significatives synthèses proposées par J.-C. Maire-Vigueur et B. Marin dans l'ouvrage collectif intitulé : “Panoramas urbains, situation de l'Histoire des villes” autorisent l'apport de l'étude comparative des démarches françaises et italiennes5.

  • 6 E. Trincanato, U. Franzoi, Venise au fil du temps, atlas historique d'urbanisme et d'architecture,(...)

11Pour mener cette réflexion concernant l'identité vénitienne, il faut évoquer quelques faits déterminants. D'abord rappeler qu'au début du xiiie siècle un mouvement de grande ampleur vise à structurer cette cité des prodiges en un véritable ensemble urbain, le gouvernement vénitien souhaitant montrer au monde qu'une nouvelle métropole vient de naître. Après 1204, les Vénitiens associés aux Francs prennent d'assaut Constantinople et il s'en faut d'un souffle que le siège du gouvernement ne s'installe dans cette ville au prix de l'abandon de la lagune. Un sursaut d'orgueil empêcha cette conclusion improbable mais envisagée pendant quelque temps. Le destin de la lagune change alors d'orientation. Nous savons que les îles étaient peuplées dès le Xe siècle puisque l'incendie de 976 emporte 300 édifices tous situés entre le palais ducal et Santa Maria Zobenigo. La terrible peste de l'an 1007 emporte plus de deux mille habitants et le grand incendie de 1167 détruit une partie de la ville. C'est à partir de cette date que les murs en brique s'élèvent à la place des maisons de bois. La véritable croissance démographique de la ville démarre entre le xiie et le xiiie siècle, époque à laquelle Venise devient urbs magna6. C'est justement après 1250 que les Vénitiens, ayant acquis l'accès à l'Orient byzantin en contrôlant les voies maritimes de communication, installent un maillage serré de comptoirs commerciaux et de possessions territoriales.

  • 7 E. Crouzet-Pavan, Venise triomphante, les horizons du mythe, Paris, 1999, p. 356.

12Désormais, la cité de Venise est la métropole d'un empire colonial. Le doge Enrico Dandolo devenait “le seigneur d'un quart et demi de l'empire de Romanie”. L'Adriatique était alors le Golfe de Venise et les villes sujettes reconnaissaient leur vassalité en payant un cens commercial. Centre d'une économie-monde, la lagune rayonnait sur le continent européen et sur le monde méditerranéen. C'est alors que la décisive évolution politique se mit en marche : le duché se transforma en commune, le doge devint un magistrat élu. C'est lui, et non l'évêque, qui reçoit les précieuses reliques de Saint-Marc et qui ordonne la construction de la chapelle privée du palais ducal pour abriter le précieux trophée subtilisé aux musulmans d'Alexandrie en 828. C'est en 1172 que les changements institutionnels prévoyaient l'élection du doge mais le développement politique pousse vers la Commune. Après 1250, le “peuple” réclamait une part active dans les décisions : le “peuple” des artisans et des commerçants, de plus en plus nombreux dans la cité, profitant de l'exceptionnelle dynamique de l'économie vénitienne soutenue par l'expansion outre-mer7.

  • 8 La ville médiévale, op. cit., Introduction.
  • 9 Giovanni le diacre, Cronaca, dans Cronache veneziane antichissime, éd. G. Montuolo, Instituto Stor (...)

13Cette formidable expansion, favorisée mais non initiée par les premières croisades, génère une volonté impérialiste. Dès la fin du xiie siècle, des protocoles et des pactes conclus avec les représentants de cités de la péninsule, Ravenne, Ferrare, Padoue, par exemple, annoncent la domination territoriale acquise au XIVe siècle. Le tournant de la quatrième croisade de 1204, aux conséquences incalculables, marque une étape décisive dans l'avenir de la ville. En 1208, le doge de Venise devient duc de Crête, en 1217 la partitio Romanie est confirmée par l'empereur latin de Constantinople et les Vénitiens prennent pied durablement en Adriatique. En 1232 Raguse est soumise, Zara est achetée par les Hongrois. Une succession ininterrompue de succès militaires, diplomatiques et économiques provoque une phase euphorique. Les traités de paix et de commerce conclus avec les émirs de Tunis (1231), ceux d'Alep (1217) et les sultans du Caire, accompagnés par ceux conclus avec Byzance (1229), Gênes (1251) et Raguse (1252)8, alimentent l'espoir d'une croissance illimitée. Dans ces conditions, la ville ne peut plus se satisfaire d'un aménagement désordonné et peu fonctionnel. La prospérité induit des évolutions touchant tous les domaines de la vie citadine. Le concept de cité s'impose alors que progresse une vaste réforme des institutions visant à promouvoir un pouvoir public stable et fédérateur des énergies9.

La rue au service des pouvoirs

  • 10 E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse, espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge (...)
  • 11 Storia di Venezia, dalle origini alla caduta della serenissima, tome IV, Il Rinascimento, politica (...)

14La cité ressent le besoin de la rue qui se met au service de l'édile, du marchand et du prêtre. Le groupe dirigeant n'a pas pu faire l'économie du vaste débat qui agite toutes les cités de l'époque médiévale. Les nouvelles structures de l'espace répondant à une préoccupation de la communauté des habitants s'opèrent au détriment des intérêts privés. Prenons un seul exemple parmi la multitude des cas présentés par E. Crouzet-Pavan dans sa remarquable étude10. La famille Boldu contrôle un îlot qu'elle défend jalousement contre les intrusions extérieures en 1149, s'oppose à la construction d'un pont, garde sa tour et refuse le comblement d'un canal proche de ses propriétés. Le risque est alors considérable de voir se constituer des isolats d'appartenance privée, séparés les uns des autres, dénaturant l'esprit communautaire des lagunaires et interdisant l’émergence de valeurs collectives. L'autorité publique tient avant tout à éviter cette appropriation familiale de l'espace comme cela se pratiquait avec les alberghi génois ou les palais florentins11. La volonté de décloisonner l'emporte et la construction aménagée de la cité favorise alors la voie de terre quand les espaces publics prennent de l'expansion. Dans tous les centres urbains de l’Italie médiévale, les magistrats en charge des rues sont nommés : ils inspectent les voies, punissent les empiétements, veillent à l’ouverture des nouvelles rues en procédant aux expropriations puis supervisent les chantiers exceptionnels en renforçant les structures administratives en place.

15Peu à peu la rue s'impose à la cité et il ne peut y avoir de cité réelle sans rue. L'ordre urbain est favorisé car le magistrat entre dans la ville grâce à la rue. Nous l'avons dit, la formidable expansion s'accompagne d'une hausse vertigineuse du transport maritime et de la construction navale. La population laborieuse gonfle et réclame des logements. De son côté, le marchand souhaite installer des boutiques et utiliser de vastes entrepôts. Rien n'est laissé au hasard car le magistrat veille. L'éclatant essor des fonctions économiques entraîne parfois le déclin des lieux de résidence.

  • 12 Il capitolare degli Ufficiali sopra Rialto. Nei luoghi al centro del sistema economico veneziano ( (...)

16C'est le cas à Rialto : là, le seul pont sautant le Grand Canal est l'espace dévolu à l'autorité publique. Lieu emblématique du pouvoir économique de la cité, ce pont-levant de bois est l'objet de toute l'attention de l'autorité. Les magistrats appelés Officiali sopra il Rialto règlementent l'usage de cet édifice public12. Autour de ce pont, après 1256, le magistrat urbain exige le comblement des canaux et le pavement des voies. En 1269, la merceria, axe majeur de relation pédestre entre la place Saint-Marc, centre du pouvoir politique, et Rialto, centre du pouvoir économique, est aménagée et dallée pour faciliter la progression des chars-à-bras et celle des piétons. Le système de communication entre les zones fonctionnelles est accordé à la rue en priorité.

  • 13 J.-P. Le GAY, La rue au Moyen Âge, Rennes, 1984, p. 84.

17Dans son livre précurseur, J.-P. Le Gay tentait l'affranchissement de l'histoire urbaine en se tournant résolument vers l'histoire des utilisateurs de la rue13. À Venise, l'intervention est tardive mais vigilante de la part des autorités pour imposer la rue dans le tissu urbain. Les textes le disent dès 1250, “Il faut un passage à l'usage de tous”. La rue, c'est aussi le pont qui relie ces cheminements les uns aux autres. À la fin du xiiie siècle, le magistrat a gagné la partie : le comblement des canaux inutiles aux mouvements hydrologiques naturels est méthodiquement mené, la cité est un chantier permanent, il faut réaliser la “via magis destra et commoda. Le mode opératoire tenant compte des expériences du passé permettait d’utiliser les conceptions de la civitas antique en donnant un juste équilibre entre les zones résidentielles et les zones attribuées aux espaces communs, que ce soit pour les magistratures ou pour les services publics. La logique agricole visant à donner une subsistance aux habitants n'est plus de mise quand les projets d'expansion au-delà des mers se concrétisent avec l'assentiment de tous.

  • 14 E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque…, op. cit., introduction.

18Il faut ouvrir la lagune sur le grand large et ouvrir la cité au plus grand nombre. La priorité vise à décloisonner les îlots, la terre peu à peu l'emporte sur l'eau. Les chantiers multiples aux exigences conflictuelles “pour amplifier la Terre en comblant les marécages”, protégeant la ville des caprices de la mer, doivent répondre à l'impérieuse nécessité de renforcer la sécurité de cette petite cité en accroissant sans cesse le nombre de ses habitants. En fait, comme “il y a une multitude de gens qui, continuellement, entrent et sortent de notre ville”, il est nécessaire d'optimiser le cadre urbain. On perce des rues, on pave le sol et les ponts réalisent la jonction des cheminements. Après 1282, trois magistrats défendent le domaine public, aquatique et terrestre (Juges du Piovego). C'est, définitivement acquise, la victoire du publicus, veillant à la sécurité des édifices, la commodité des trafics, la progression de la via publica14. À cette époque le magistrat guide le paveur et à la suite du paveur arrive le marchand.

19Il ne faut pas oublier que l’ensemble de la communauté supportait le coût de ces aménagements : les grands travaux exigent des financements supplémentaires. À Venise, la charge des dépenses incombait aux plus proches propriétaires quand il s’agissait d’entretenir la voie publique, acceptant cette contribution financière et gagnant en contrepartie commodité de déplacement et salubrité. Quand le programme était plus ambitieux, sur un axe de circulation très important entraînant des démolitions pour percer une voie nouvelle, donc occasionnant une refonte globale et très coûteuse, c’était la communauté de voisinage qui était associée à la dépense.

20Boutiquiers et artisans réclament de l'espace, toujours plus, et acceptent une participation financière. Ceux qui refusent sont montrés du doigt chaque dimanche dans l’église paroissiale quand le prêtre énumère les noms des récalcitrants. Certains préférant déménager espèrent l’oubli. Rien n’y fait : la cité gagne progressivement un peu de terrain sur la lagune, une fois encore au détriment de l'élément aqueux. Nouveaux quartiers, activités artisanales récentes et populations fraîchement installées. Il faut alors prendre en compte un certain nombre de caractéristiques du milieu pour justifier certaines opérations de construction et de restructuration qui autorisent la création des rues, toujours spectaculaire au plan de l’histoire morphologique de l’agglomération urbaine.

  • 15 J.-P. Delumeau, J. Heullan-Donat, L'Italie au Moyen Âge, Paris, 2000, p. 87.
  • 16 E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque… op. cit., p. 175.
  • 17 Il capitolare degli Ufficiali sopra Rialto. Nei luoghi al centro del sistema economico veneziano ( (...)

21En parallèle, les mutations politiques, économiques et sociales induisent une transformation de la cité. Étudier l’histoire des réalisations d’urbanisme dans une ville, c’est examiner le poids des autorités communales, capables d’imposer non seulement un paysage urbain mais aussi l’utilisation partagée de ces nouveaux espaces. Alors il faut nommer la rue selon la nature de l'activité ou l'origine ethnique de ses habitants car la population augmente sans cesse. Cité métropole d'un vaste empire colonial, Venise accueille les étrangers et les sujets coloniaux de son empire, parfois avec méfiance, par nécessité. Les flux migratoires sont canalisés dans la mesure du possible ! Le piéton traverse la rue des Arméniens, la rue des Albanais, celle des Bourguignons, etc. Une estimation assez fiable propose le nombre de 100000 habitants avant la peste noire de 134815. Il serait vain de départager les historiens mais nous savons que la cité de Venise est très peuplée puisque les règlements urbains, organisant l'utilisation de l'espace public, ponts, rues et places, mentionnent dès le xiie siècle “le grand nombre de gens en ville”. L'espace au sol est réduit, les conquêtes de terrain au détriment de l'eau restent limitées à cause de la pauvreté de ressource en eau potable mais la cité est populeuse car prospère et cette prospérité attire les marchands. Après de nombreux incendies, la commune peut, en 1232, acquérir tous les édifices dont elle a besoin à un prix inférieur de 20 % à la valeur estimée de ces bâtiments, peut-être pour agrandir l'arsenal ou installer le quartier des “maisons de Saint-Marc”, logements communaux destinés aux gens de mer pour les fixer dans la cité16. La véritable “industrie des trafics” génère une activité sans précédent et les autorités publiques cherchent à coordonner cette formidable expansion17.

22Après 1324, la redéfinition dans l'espace de l'île urbaine de l'arsenal marque un temps fort de l'histoire de la cité. Les gens de mer recherchent de nombreux logements modestes qu'il faut construire rapidement. Les zones résidentielles, vastes et proches du grand chantier naval, “le cœur de notre État”, s'inscrivent dans un réseau de ruelles vouées à la desserte et à la circulation. Le char-à-bras, plus pratique que la barque pour la livraison du bois, du charbon et du vin circule partout. Plus loin, le périmètre du marché du Rialto rayonne autour de la place carrée de l'église San Giacomo grâce à un réseau de ruelles délimitant les espaces spécifiques de l'activité commerciale.

  • 18 G. Cracco, Un altro mondo, Venezia nel medioevo dal secolo XI al secolo XIV, Turin, 1986, p. 34.

23En 1514, le terrible incendie cause des dégâts considérables et l'ensemble du quartier connaît un réaménagement encore visible aujourd'hui. La cacophonie des métiers anime la journée et l'identification des rues se généralise au fur et à mesure que le commerce se diversifie. Expression de la vie économique et artisanale, la rue caractérise la toponymie révélatrice de la marque du progrès de l'urbanisation et de l'essor d'une catégorie de métier ; alors il faut loger les travailleurs et favoriser leur quotidien : les résidences collectives regroupant des dizaines de familles voient le jour. Les exemples de la calle del Paradiso, principale voie de communication pédestre entre Rialto et Santa Maria Formosa, et encore plus de la Marinarezza (corti colonne) répondent, en survolant les siècles, à la démarche des occupants arrivés sur les îlots originels aux viiie et ixe siècles. Les localisations lagunaires (les îlots) trop bien articulées, trop bien reliées à l'ensemble ne peuvent être le fruit hasardeux d'une reconversion économique et sociale, c'est la preuve d'une tradition locale consolidée dans la définition concrète de la fonctionnalité18.

  • 19 E. Crouzet-Pavan, “Politique urbaine et stratégie du pouvoir dans l'Italie communale”, dans Enjeux (...)

24De l'autre côté de la cité, le quartier de Rialto, autour du seul pont traversant le grand canal, est le centre des affaires, le poumon économique. Les opérations de banque, de change, d'assurance et de commerce de luxe se traitent au contact des marchés bruyants et populaires de l'Erberia (légumes), de la Pescheria (poissons) et des Beccherie (boucheries). Dans cette zone, l'activité prospère à la faveur des allées et venues des hommes d'affaires, des marins et des visiteurs. Il y a les tavernes et les auberges, les bordels proches des entrepôts et des quais. La foule d'esclaves venus non seulement de l'Orient lointain, Tatars, Circassiens, Alains, mais aussi de plus en plus souvent d'Afrique, entre et sort des palais patriciens, se mêlant à la troupe des matelots en escale. Du plus humble au plus illustre, tous forgent une civilisation cherchant à placer l'intérêt collectif au-dessus de toute autre préoccupation19. Quand un des partis fait pression pour tirer profit d’une transformation, les autorités communales ne cèdent rien et souvent les grands travaux publics ont servi les ambitions du pouvoir communal de la cité car l’espace public et la voirie sont utilisés pour exprimer l’autorité et la suprématie des organismes étatiques.

  • 20 G. Rossetti, éd., Dentro la città, stranieri e realtà urbane nell” Europa dei secoli XII-XVI, Napl (...)
  • 21 G. Cozzi, M. Knapton, Venezia, dalla guerra di Chioggia alla Riconquista della Terraferma, Turin, (...)

25Parmi les célébrations majeures du rituel civique, la fête de Saint-Guy, avec la procession solennelle entre le palais des Doges et l'église dédiée au saint patron revêt une importance particulière. Le cortège mobilisait tous les corps des magistratures, les représentants des confraternités laïques, ceux du clergé régulier et séculier20. En fait, de quoi s'agit-il ? Pas vraiment d'une cérémonie religieuse. Le chroniqueur Marino Sanudo, observateur attentif de la vie de ses contemporains, donne l'explication de cette andata : il faut célébrer la victoire de l'État contre les conspirateurs Marco Querini et Baiamonte Tiepolo, auteurs d'une tentative de coup d'État en 1310. La procession du 15 juin rappelle la victoire de l'ordre rétabli le jour béni de la Saint-Guy. Une autre célébration de même nature se déroule tous les ans, le 16 avril, pour commémorer l'échec d'un autre complot, en 1355. Cette fois, ce fut le doge Antonio Falier, désirant instaurer la tyrannie à son profit, qui fut confondu puis après un procès exemplaire, exécuté le jour de la Saint Isidore. Ces deux célébrations publiques exhortaient la population et l'élite dirigeante à respecter les lois sous peine des châtiments les plus terribles21. En mettant en avant la force des institutions stables et rigoureuses, les Vénitiens inscrivaient les plus belles pages du mythe. Le doge Ziani engage la construction de l'ensemble du palais entre 1171 et 1177 pour accueillir les assemblées, c'est le noyau de ce qui sera le palais des doges véritablement achevé entre 1296 et 1340 par Filippo Calendario, un tailleur de pierre architecte. Désormais, le gouvernement vénitien et les magistratures occupent un bâtiment fonctionnel, cœur du pouvoir politique de la cité.

  • 22 E. Concina, L'arsenale della Repubblica di Venezia, Milan, 1984, p. 9.
  • 23 G. Cracco, Un altro mondo…, op. cit., p. 84 et E. Crouzet-Pavan, L'invention…, op. cit., p. 64.
  • 24 A. Carile, G. Fedalto, Le origini di Venezia, Bologne, 1978, p. 38 et E. BASSI, Palazzi di Venezia (...)
  • 25 A. Zorzi, Une cité, une République, un empire : Venise, Paris, 1980, p. 91.

26Quand l'État triomphe, la rue est son alliée. Les solennités publiques jalonnent le calendrier encombré de jours fériés. La fréquence des “manifestations de rue” est telle que, chaque semaine, le peuple est convié à se réjouir. Le témoignage du chroniqueur Marino Sanudo est éloquent22. Un cortège parcourt les rues de la ville selon des itinéraires précis chargés de sens pour les contemporains. Cette procession marque ainsi la prise de possession de l'espace urbain par le magistrat. Le doge est chez lui, dans sa ville, il participe aux manifestations publiques, religieuses ou civiques, en se promenant dans la cité, qu'il n'a d'ailleurs par le droit de quitter sans autorisation. C’est dans ces circonstances que les hôtes se pressent autour du cortège car la ville est visitée par de nombreux voyageurs, pèlerins en partance vers les Lieux saints, monarques désireux de connaître “cette merveille du monde” et marchands fortunés23. Le doge parade dans les rues, accompagné des corps constitués et des représentants des confréries, mais n'oublie pas la promenade à bord du Bucentaure afin de marquer la possession de la lagune. Le premier magistrat de la cité-État marque ainsi la domination sans partage du Public sur le Privé. Les deux andate ont la même portée symbolique pendant la cérémonie dite des épousailles de la mer organisée le jour de l'Ascension. À l'entrée de la lagune, au chenal du Lido, le doge jetait un anneau d'or à l'eau en prononçant des mots étonnants : “Nous t'épousons, ô Mer, en signe de véritable et perpétuelle possession”24. Le doge retournait en ville “sur les ondes semées de fleurs” et la foule considérable, arrivée en ville pour cette période de foire commerciale, acclamait la Seigneurie. D'autres processions aquatiques participaient du même processus d'appropriation de l'élément liquide par le premier magistrat. Les voies maritimes n'étaient donc pas exclues dans cette démarche d'affirmation du pouvoir25. D'autres groupes sociaux cherchèrent à leur tour à manifester leur suprématie en utilisant la rue.

  • 26 E. Muir, “Le vie sacre e le vie profane di Venezia”, dans San Marco : aspetti storici e agiofrafic (...)
  • 27 Ph. Braunstein, C. Klapisch-Zuber, “Florence et Venise : les rituels publics à l'époque de la Rena (...)
  • 28 Marino Sanudo, I Diarii, éd. R. Furlin, 58 volumes, deuxième édition, Bologne, 1969.
  • 29 U. Tucci, “Mercanti, viaggiatori, pellegrini nel Quattrocento”, dans Storia della cultura Veneta, (...)

27Pour raisons de sécurité, à Venise, le port des armes dans la rue est interdit, l’usage du cheval aussi, tout le monde chemine à pied ou en barque. Les nobles souhaitent alors manifester les attributs de leur statut social par le luxe de la parure vestimentaire quand ils sortent de chez eux. Malgré toutes les tentatives, l'intervention du législateur ne parvient pas à effacer la volonté de l'élite d'afficher sa supériorité. Les lois somptuaires cherchent à calmer cette vanité mais l'apparition récurrente des mesures restrictives démontre la difficulté du gouvernement à combattre ces dérives coûteuses26. La société vénitienne bouscule les usages et invente un usage spécifique de la rue, car les rues, volonté du pouvoir, sont encore peu nombreuses, donc très fréquentées27. Les plus humbles, vêtus de la schiavina, sorte de burnous semblable à celui porté par les Franciscains, marron ou vert sombre, croisent dans la rue les seigneurs paradant en manteau d’écarlate et en veste dorée28. De même, l'usage du cheval étant prohibé, compte tenu de la topographie du site, le noble se déplace à pied et ne tient pas le “haut du pavé”. En revanche, il exige d'annoncer son importance sociale grâce à un choix judicieux d'étoffes pour son habit. Dans la ville il n'y a pas de quartier chic, de beaux quartiers, même si le long du Grand canal les plus beaux palais sont regroupés ; ailleurs, nobles et immigrés se côtoient, se rencontrent dans les vastes palais familiaux abritant des dizaines de personnes et dans les rues voisines, zone d'influence de la virtù aristocratique du clan noble résidant à proximité. Il y a, par exemple, le palais Contarini, demeure de la famille et, autour de cet emplacement, la rue Contarini, la place Contarini, le quai Contarini, etc. Même si l'espace devenait public au fil du temps, la mémoire collective gardait trace d'une référence au maître des lieux. Le transfert du pouvoir n'était pas vécu avec frustration par les patriciens qui se sentaient moins dépossédés de leur patrimoine. Les temps anciens de la domus turris ou autre casatorre, palais fortifiés identifiables partout dans les villes italiennes à cause de la tour qui les surmontait, laissaient la place au palazzo nobile ; on parle plus souvent à Venise de la domus magna, ouverte sur la rue29. Dans la rue, on rencontre le sénateur reconnaissable à sa robe noire ou le conseiller ducal avec son habit pourpre, tous convoitent la rue et s’exhibent dans la rue sans crainte, certains du respect manifesté par les citadins à leur égard.

  • 30 Marino Sanudo, op. cit., tome III, c. 353 et F. C. Lane, Venise, une République maritime, Paris, 1 (...)

28Le prêtre lui aussi a besoin de la rue et l'Église accompagne le développement urbain. À Venise, le nombre considérable d'églises vient du fait que, dans les temps anciens, ces édifices du culte étaient des chapelles privées à usage familial, souvent le lieu de sépulture des membres d'un lignage aristocratique. À partir de 1083, un décret du gouvernement exige l'unification de ces multiples implantations et découpe le territoire en circonscriptions administratives : ce sont les paroisses30. Quand les quartiers (les six sestieri vénitiens) bien délimités sont eux-mêmes divisés en paroisses, la géographie administrative de la cité est définitivement acquise. La première Renovatio Urbis des xiie et xiiie siècles assure la concentration de la vie sociale et communautaire autour de ces espaces collectifs. Pour rejoindre l'église et participer aux événements liturgiques, la rue est le moyen qui autorise une circulation ramifiée à l'intérieur de ces circonscriptions et aussi d'un quartier à l'autre. La pratique religieuse se développe aussi dans la rue, pendant les processions, nombreuses tout le long de l'année, et les prêches du haut d'une chaire placée audessus de l'entrée obligent à une redéfinition de l'usage de l'espace consacré au campo santo.

  • 31 E. Muir, Civic ritual…, op. cit., p. 92.
  • 32 G. Sergi, L'idée de Moyen Âge, entre sens commun et pratique historique, Paris, 2000, p. 104.

29De plus, il paraît évident que l'attachement des couches populaires, souvent constituées d'immigrés déracinés, à une structure paroissiale identifiée, devient déterminant dans la pratique testamentaire31. Ceux qui préparent la répartition de l'héritage transmettent les effets de leur intégration sociale dans la paroisse. Quand les patriciens abandonnent leur chapelle privée au profit d'un lieu de culte public, les domestiques remplacent les maîtres. Une autre phase, décisive celle-ci sur le plan de la morphologie de la cité, se déroule au milieu du xiiie siècle. Quand Venise devient gothique, elle offre une place de choix aux établissements conventuels des ordres mendiants32. L'immense chantier résultant de l'implantation des Franciscains et des Dominicains intra muros bouleverse l'espace urbain.

  • 33 M. G. Muzzarelli, Gli inganni delle apparenze, Turin, 1996, p. 19.

30Aucune ville médiévale n'échappe à la règle mais à Venise, là où l'espace est rare, le phénomène prend une ampleur inégalée. Les ordres monastiques urbains rénovent non seulement le message spirituel mais aussi l'espace cultuel et son environnement : le monde religieux prend vraiment en compte le phénomène urbain. La hiérarchie ecclésiastique se tourne vers la cité et opère à son tour la “révolution urbaine” en occupant la ville par ses imposantes bâtisses. Certes, au début du xiiie siècle, du vivant des deux fondateurs François et Dominique, la règle “exige que les frères ne possèdent ni maison, ni terre, ni autre bien car ils vivront comme des pèlerins et des étrangers là où ils passent”. Quand les ordres mendiants décident d’investir la ville, souvent avec difficulté face au clergé séculier présent depuis des lustres, le chapitre général de 1228 propose le plan d'un édifice fonctionnel adapté à l'accueil de ces gyrovagues33.

  • 34 M. Pastoureau, Figures et couleurs, études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Paris, (...)

31D'aspect modeste, la brique s'impose partout au détriment de la pierre plus luxueuse et les couvents transforment la morphologie de la cité d'accueil. Assez vite cependant, le chapitre général de Narbonne, en 1260, laisse place “à la tentation de la pierre” pour embellir ces demeures du Christ et les rendre plus attractives. À Venise, les vastes ensembles conventuels franciscains des Frari, de San Francesco della Vigna, et dominicain de Santi Giovanni e Paolo modifient considérablement la lecture de l'espace urbain car un réseau de nouvelles rues nombreuses converge vers ces édifices vastes et judicieusement installés dans le tissu urbain. Les moines circulent en ville, il faut les voir et ils doivent se montrer : la rue est leur lieu de prédilection, le canal n’a plus sa place34.

La rue, outil du lien social

32Si la rue a gagné la partie, le canal ne peut disparaître à cause de simples et évidentes raisons hydrologiques, mais parfois les autorités communales l'utilisent et renforcent son importance. Dans certains cas, le canal garde sa symbolique de la frontière oubliée. Ligne de séparation nette qu'il est malaisé de franchir, et dans ce cas le toponyme de l'altérité garde sa spécificité.

  • 35 P. Maretto, La casa veneziana nella storia della città dalle origini all Ottocento, éd. de 1992 re (...)

33Par la présentation de quelques exemples nous pouvons chercher une explication à cette volonté délibérée de conserver des canaux renforçant l'isolement de certains édifices. En premier lieu, cela ne surprendra personne, l'arsenal ceint d'un haut mur de briques et clos par cette fosse liquide d'un canal qui l'entoure de tous les côtés. L'accès est possible grâce au rio della Madonna et le législateur prévoit régulièrement le creusement de canaux profonds35. L'objectif est annoncé : renforcer la défense de cet ensemble vital, chantier naval, dépôt de munitions, fonderie et entrepôt de matériels divers, qualifié par ailleurs de “cœur de notre État”.

  • 36 M. Taffuri éd., Renovatio Urbis, nell'età di Andrea Gritti (1525-1538), en particulier l'article d (...)
  • 37 Ph. Braunstein, “Cannaregio, zona di transito”, dans, Città…, op. cit., p. 52-62.

34D'autres édifices fonctionnels restent eux aussi isolés. Il s'agit des fondoucs, ces auberges-magasins destinés à accueillir les marchands étrangers de passage à Venise et à faciliter le contrôle des transactions. Le plus connu est le fondouc des Allemands (fondaco dei tedeschi) situé près du pont du Rialto, quartier des affaires36. Depuis 1177 au moins la maison des Allemands (domus Allemani) est rebaptisée en fondaco, mot d'origine arabe, al funduq. C'est justement pendant ce xiie siècle, quand les Vénitiens réussissent leur épopée en Orient dans le sillage des Croisés et qu'ils découvrent ce que les Perses nommaient le carvansarail, lieu adapté au repos et offrant la sécurité aux marchands itinérants, que le mot arabe italianisé apparaît au cœur de la ville comme pour différencier encore plus cette bâtisse réservée aux étrangers. Il faut le rappeler sans cesse, contrairement à une idée reçue : “l'air de la ville ne rend pas libre”. Le voyageur doit obtenir une autorisation pour entrer ou sortir de la ville (le passe-porte), il doit aussi indiquer le motif de son séjour qui est obligatoirement temporaire. Enfin, il est assigné à résidence dans les auberges prévues à cet effet. Le fondouc répond à toutes ces exigences, d'autant plus qu'une seule entrée donnant sur une seule rue autorise l'accès. L'étranger ne doit pas être dans la rue “car il ne connaît pas la langue italienne ni les coutumes de la vie vénitienne”, dit-on en 1268. Alors, pour le protéger de tout incident, on lui demande d'être discret. Le cas est encore plus significatif en ce qui concerne le fondouc des Turcs. Nous sommes à la fin du xve siècle et les relations diplomatiques et économiques ont évolué considérablement dans le monde méditerranéen37. Quand la progression territoriale des Ottomans n'est pas entravée, l'ensemble des Balkans passe sous la domination du sultan. Les marchands turcs, il faut comprendre “sujets du Turc”, souvent d'origine balkanique, Albanais, Serbes, Monténégrins et Bosniaques, fréquentent avec assiduité l'emporium vénitien. Le gouvernement reçoit des plaintes “concernant le grand nombre de marchands musulmans qui déambulent dans les rues et logent dans plusieurs auberges alors que tout dans leur expression exige un lieu approprié pour leurs latrines, leur prière et leur bain”. Depuis 1505, on discute de l'opportunité de transformer une vaste taverne isolée en véritable fondouc. La population manifeste une xénophobie à l'égard de ces Turcs qui causent tous les malheurs de la République au-delà des mers. En ville, ils sont accusés de voler des enfants, de pratiquer l'acte sexuel en se cachant sous des porches, de fréquenter les jeunes hommes dans leur hôtellerie. Alors, sous la pression des autorités ecclésiastiques et sensible aux réclamations des Turcs menacés comme à l'inquiétude des Vénitiens, la Commune décide de préparer un fondouc car “pour rendre la cité commode à toutes les Nations, il faut construire autant de fondoucs qu'il y a de nations dans notre cité”. Un Crétois aidé par un Chypriote d'origine circassienne, soit deux marchands informés des pratiques orientales, entreprend, avec l'accord du Sénat, la construction de ce nouveau bâtiment dans l'esprit du fondouc des Allemands. La multitude de décisions précise “qu'il doit être entouré de canaux facilitant la surveillance du lieu et de ses habitants”. Par la suite il y aura le fondouc des Arméniens, le fondouc des Arabes, le fondouc des Perses. La crise identitaire éclate : on nomme et on différencie.

35La cité de Venise, ville ouverte sur le monde, n'est pas plus qu'une autre ville médiévale accessible à l'étranger. Depuis 1259, il est nécessaire de présenter une autorisation pour pénétrer dans le duché et d’acquitter un droit de passage. Il faut, de plus, présenter une attestation autorisant le départ du lieu d'origine. L’étranger désireux de rester en ville quelque temps présente son dossier au magistrat et reçoit, après enquête, son permis de séjour. Les artisans venus d'ailleurs se présentent aussi aux autorités communales et selon les besoins reçoivent l'autorisation de s'installer en ville. Les capi sestieri, surveillants des quartiers, jouent le rôle d’une police municipale chargée de tout connaître des habitants. Après la peste de 1348, la dépopulation menace et le gouvernement entreprend une politique favorable à l'installation des immigrés, de préférence ceux qui arrivent des colonies d'outre-mer. Un recensement des nouveaux migrants nous éclaire sur l'importance de ce phénomène : sur 2938 dossiers déposés devant les magistrats, 2782 concernent des sujets de l'empire, essentiellement des Dalmates, des Albanais et des Grecs, soit 94 %. Tous désirent rester et ce n'est pas parmi eux que nous retrouvons les fauteurs de trouble ! Pour eux l’installation ne pose pas de problèmes insurmontables car ce ne sont pas des “étrangers”.

  • 38 E. Panofski, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, 1970.

36Le dernier exemple est le plus évocateur, il s'agit du ghetto de Venise. L'histoire bien connue de cet ensemble, compris dès l'origine comme un lieu de refuge pour les Juifs pourchassés ailleurs, entre dans le contexte de civitas refugiabilis, affirmé par le peuple vénitien. Ouverture sur le monde et tolérance, mais isolement de l'élément étranger que l'on redoute même si on le tolère. Un chroniqueur écrivant à la fin du xve siècle regrette amèrement “que les Italiens oublient qu'ils sont nés en Italie, chacun se met à paraître vêtu à la française, à l'espagnole ou mieux encore à la grecque et ceci en pleine rue avec une grande honte profitant que notre cité soit depuis toujours si ouverte et le refuge des étrangers. Ceux-ci n'hésitent pas à introduire chez nous leurs usages alors que jusqu'à ce jour, notre cité a été moins corrompue que les autres”38. Le seuil de tolérance était-il atteint ?

  • 39 A. M. Romanini, “L'architecture degli ordini mendicanti”, Storia della città, 9, 1978, p. 191.

37Le ghetto, quartier de Venise, est lui aussi encerclé par les canaux. Un seul accès, fermé la nuit tombée quand le feu est couvert et que les Seigneurs de la Nuit, c’est-à-dire le guet, patrouillent dans la ville, sur l'eau et sur la terre. Il faut malgré tout attirer ces gens dans la cité, car leur sens des affaires est reconnu et les protège. Ce ghetto, aménagé en 1516 “à cause du trop grand nombre de Juifs”, est une île urbaine aux limites explicites. La communauté, installée dans la cité, pour la première fois en si grand nombre, profite d'un traitement de faveur dû à l'attractivité de l'emporium vénitien. L'hétérogénéité des groupes d'origines, venus d'Allemagne, d'Espagne, du Portugal puis du royaume de Naples et enfin de l'Orient, maintient, en outre, des caractères particuliers linguistiques, religieux et vestimentaires. Les Vénitiens ne redoutant pas l'esprit d'entreprise et l'ingéniosité manifestes parmi ces immigrés, il y eut peu de tension dans le ghetto “car la population et les autorités manifestent un profond intérêt pour la communauté juive, une des plus importantes d'Europe, non seulement d'un point de vue économique mais aussi culturel39”.

38L'île urbaine du ghetto nuovo, le plus ancien de Venise ouvert par le Grand Conseil en 1516, enserrée dans la ceinture protectrice des canaux, est prolongée en 1541 par le ghetto vecchio. Les deux qualificatifs ne respectent pas une chronologie car ils évoquent l'ancienne fonderie (vecchio) installée dans ce lieu avant la création du ghetto. À Venise, les Juifs furent protégés en ce début de xvie siècle en particulier par le cardinal Domenico Grimani, fils du doge Antonio Grimani (1521-1523). À un moment peu favorable aux Juifs, le prestige de la culture juive augmentait. Les imprimeurs vénitiens éditèrent les ouvrages de Daniel Bomberg, ce qui provoqua la colère de l'Église. Tous ces événements sont bien connus et la bibliographie donne une large place à ce débat.

39Au début du xvie siècle, la cité est surpeuplée, sans doute 150000 habitants, mais les autorités communales acceptent le regroupement des Juifs “dans une terre promise pour leur jouissance”, dit le célèbre architecte Francesco Sansovino. Dans ce lieu clos, “qui est comme un château, avec des ponts-levis et une enceinte de murs et d'eau”, la disposition des constructions convient à la vie collective autour d'une vaste place centrale. L'emplacement du ghetto en bordure de la cité et sur le canal périphérique favorise le contrôle effectué par les magistratures puisque le Sénat interdit aux Juifs résidants la circulation par voie navigable. L'accès est minutieusement contrôlé mais le lieu de sépulture autorisé sur le Lido, loin des zones habitées, à l'embouchure du port San Niccolo depuis 1386, favorise les déplacements.

  • 40 G. Vian éd., La Chiesa di Venezia tra medioevo ed età moderna, Venise, 1989, G. Romanelli, Archite (...)

40Dans la ville, les Juifs sont identifiés comme partout ailleurs par le port d'un élément vestimentaire de couleur jaune. Il faut rappeler qu'après les décisions du concile de Latran IV, en 1214, les Juifs doivent arborer ces signes distinctifs, souvent un cercle jaune cousu sur le vêtement à hauteur de la poitrine pour les hommes et un foulard de la même couleur pour les femmes. Ce signe d'infamie se répand partout mais à Venise on autorise les Juifs à remplacer leur béret jaune par un de couleur noire quand ils quittent la cité40. La couleur est rarement admise dans la rue sauf pour annoncer, pour marquer. Tout a été écrit sur ce monde médiéval coloré. À Venise peut-être plus qu'ailleurs, l'élément vestimentaire coloré tient une grande place. Dans la rue, le matelot albanais identifie le sénateur avec sa robe noire ou le curé paré de rouge et de bleu clair. La foule bigarrée cheminant dans la rue connaît les codes des valeurs de référence et les respecte.

41Dans l'évolution de la cité des doges, un processus étonnant ne doit pas être oublié. Il s'agit de la constitution des scuole, accordée aux communautés étrangères constituées de sujets d'outre-mer que nous avons déjà évoqués, coloniaux venus de Grèce, d'Albanie et de Dalmatie. Cette population nombreuse, bien considérée dans l'ensemble, est confrontée au processus d'intégration. À Venise, cependant, il n'est pas possible de distinguer une distribution topographique visant à hiérarchiser certaines valeurs économiques, sociales et culturelles du modèle dominant. La règle est très habilement codifiée par les autorités et c'est alors que la rue reprend toute son importance. Dans le cas des scuole, seuls des groupes nombreux et admis par le corps social obtiennent la reconnaissance d'une altérité reconnue par le gouvernement. Ces regroupements communautaires sont au contraire des îlots délibérément entretenus, immergés dans le tissu urbain. Par l’existence de ces confréries ostensiblement montrées, la Commune veut faire savoir qu'elle abrite de nombreux “forains venant de nos lieux”, en vénitien genti de i nostri luoghi, qu'il ne faut pas cacher car ils sont la preuve de la suprématie de la Dominante ayant constitué un empire colonial. Cette démarche constitue, à notre avis, une étape du devoir de mémoire à l'égard de ces peuples amis, sans lesquels le miracle ne se serait pas produit.

  • 41 E. Concina, L'arsenale…, op. cit., p. 9.
  • 42 D. Calabi, P. Lanaro, La città italiana e i luoghi degli stranieri, Rome, 1998. Édition française, (...)

42Les scuole, établissements fixant une diaspora intérieure, siège de la confraternité, de la mutuelle d'entraide, fixent les structures de la civilisation vénitienne. Le fondaco garde ses attributions particulières, la scuola aussi. La force des mots, vis verborum, est toujours là pour nommer, mais la scuola n'est jamais éloignée du centre de la cité. Après le recensement général des étrangers effectué en 1412, ce sont les Albanais les premiers qui réclament le droit de se réunir. En 1442, il y a deux cents inscrits dans le local loué à cet effet avec l'accord du Conseil des Dix. Le siège de la confraternité est situé près de Saint-Marc, le cœur politique de la cité, et la façade sur le campo San Maurizio donne sur une rue parmi les plus passantes de la ville. Chose encore plus remarquable, le quartier de résidence de cette communauté est abrité dans la partie orientale de la cité, près de l'arsenal41. Les Albanais traversent donc, en utilisant à pied les rues principales, une partie de la ville pour se rendre à leur confraternité. De plus, les passants, Vénitiens ou non, apprennent à identifier les Albanais qui transitent par ces voies terrestres les plus fréquentées par la population. La rue est donc un outil de l'intégration à l'ensemble de la communauté. On ne dissimule plus les étrangers, on les pousse dans la rue, on les expose, par exemple pendant les processions, afin de mieux valoriser les références à un pouvoir dominateur42.

  • 43 G. Peroco, A. Salvatori, Civilta di Venezia, Venise, 1976, 3 volumes, tome II, Il Rinascimento, p. (...)
  • 44 E. Concina, Fondaci, Architettura, arte e mercatura tra levante, Venezia e Alemagna, Venise, 1997, (...)

43Il semblerait qu'il y ait bien une politique de la distribution des étrangers dans la ville, ceux qui ont accès librement à la rue et ceux qui en sont écartés. Le plus remarquable, c'est que cette démarche survit aux siècles de l'époque moderne : les Albanais habitent toujours dans les quartiers éloignés de leur centre de réunion car les loyers sont moins chers à cause des nuisances produites par les ateliers de l'arsenal43. De fait, le centre emblématique ne signifie pas pour autant un regroupement de la communauté. C'est la même chose pour la scuola des Dalmates, ouverte avec la bénédiction des autorités en 1451, elle aussi installée près d'un lieu très fréquenté et sur des axes de circulation piétonne, dans le quartier de l'arsenal. À San Giorgio degli Schiavoni, en 1500, les Dalmates achètent une maison qu'ils feront magnifiquement décorer par Vittore Carpaccio quand il eut terminé les peintures ornant la salle de réunion de la scuola des Albanais à San Maurizio. Seule la communauté grecque réussit à établir un regroupement résidentiel autour de sa scuola et de l'église attenante, ensemble architectural entièrement remanié aux xvie et xviie siècles44. La salle capitulaire n'a rien gardé de l'aspect original, mais la “nouvelle Athènes”, du nom donné à Venise depuis la chute de Constantinople en 1453, devait afficher cet élément fondamental de son histoire culturelle, tant l'héritage gréco-byzantin s'inscrit dans l'histoire de la cité.

  • 45 Ibidem, p. 146.
  • 46 G. Cozzi, Aspetti della vita sociale a Venezia nel'500, Venise, 1971 et R. Calimani, L'errance jui (...)
  • 47 D. Owen Hugues, “Distinguishing signs : earrings, jews and franciscan rhetoric in the Italian rena (...)
  • 48 A. Ducellier, “Les Albanais à Venise aux xive et xve siècles”, Travaux et Mémoires, centre de Rech (...)

44Pendant les trois siècles de l'époque romano-gothique, au cours de laquelle la cité prend un “corps terrestre”, c'est-à-dire entre la fin du xiie siècle et le début du xve, la puissance politico-économique de la Commune s'accroît au sein de la ville. Une nouvelle ville se dessine, s'organise et définit de nouvelles règles conceptuelles : désormais l'initiative publique et sociale prend le dessus dans la définition de la hiérarchie des infrastructures nécessaires à la Res Publica45. Dans son livre, P. Maretto analyse avec grande subtilité l'impact de ces transformations sur les parcours terrestres piétonniers, désormais favorisés mais restant complémentaires des axes aquatiques. La phase d'achèvement est terminée à la fin du xve siècle avec la multiplication des fondamente : les quais renforçant les rives des canaux et servant de nouveaux axes de déplacements piétonniers. La cité lacustre devient ainsi amphibie, le canal est bordé par une ou deux rues desservant les résidences et les boutiques46. Il faut louer le travail patient des urbanistes de l'époque ayant anticipé la pertinence de ces rues. Dans l'appendice de la méthodologie critique, l'auteur propose une grille de lecture de l'espace urbain mais, à notre avis, il néglige, comme le fait trop souvent l'historiographie italienne, le rapport entre l'historicité du bâti et son intrinsèque sociabilité47. La rue décrit et/ou écrit des modes de penser, des modes de faire, de se comporter et de s'exprimer. Tout cela le canal l'empêchait : “en fait, parmi les plus anciens complexes urbains édilitaires, nous retrouvons ces ensembles résidentiels, vastes, constitués en quartier répondant à une exigence idéale et pratique d'un groupe social hiérarchisé car unitaire et identifié48”. Le facteur unificateur est l'espace collectif passant de la terre à l'eau grâce à la rue donnant sur la maison et sur la place.

45La ville garde son pouvoir d'attraction et l'immigration est incontestablement un facteur de l'essor urbain bien plus que ne peut l’être l'accroissement naturel. Dans ces siècles de “l'homme rare”, les autorités communales des villes portuaires avides de main d'œuvre pour le transport et les équipages, font appel en flux saisonnier aux travailleurs agricoles. À Venise, cela ne peut être le cas puisque l'activité maritime garde un rythme soutenu pendant toute l’année. Il ne faut pas oublier que la masse des travailleurs domestiques, considérable dans la ville des doges, modifie certains comportements culturels dans le palais familial et à l'extérieur de celui-ci. Les servantes et les nourrices parlent des langues curieuses, véhiculent des usages inconnus et contribuent à leur tour à ouvrir les yeux des Vénitiens sur le théâtre du monde. De plus, le cosmopolitisme favorise le flux migratoire par les contacts ethniques que les immigrés gardent avec les proches restés dans les régions de départ.

  • 49 A. Ducellier, B. Doumerc et autres, Les chemins de l'exil. Bouleversements de l'Est européen et mi (...)
  • 50 J. Burkardt, Civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, 1958, deux volumes, tome I, p. 96.
  • 51 W. Dorigo, Venezia Origini, Milan, 1983, p. 181. G. Bellavitis, G. D. Romanelli, Venezia, Rome, 19 (...)

46Grâce à ces quelques exemples, la compréhension de l'identité urbaine est améliorée. À Venise, il y a une faible échelle de hiérarchisation du réseau urbain : pas de quartiers riches, peu de zone de marginalisation des populations exogènes. Cependant, une lecture attentive du tissu résidentiel et de la voirie autorise la perception des éléments spécifiques. Dans la cité des doges, la rue, apparue tardivement, joue pleinement son rôle. D'abord dans la socialisation des groupes en forgeant un esprit collectif. Ensuite en autorisant une totale pénétration des pouvoirs politique, économique et religieux dans l'illisible agrégation des îlots primitifs. L'ordre urbain s'impose quand l'État s'affirme. Enfin, en usant de la rue pour assimiler les communautés étrangères ou en rejetant la rue pour mieux préserver, l'édile peut utiliser, selon la conjoncture, ce moyen pour favoriser l'évolution de la conscience urbaine parmi les citoyens. Très tôt, l'autorité ne craint pas la rue. L'absence de fortifications amplement justifiée “par l'eau qui est la muraille de notre patrie”, se retrouve le long des rues. Les édifices du pouvoir comme les palais patriciens ne sont pas repoussants : “le sentiment de péril conjuré et de quiétude domestique est tout à fait propre à Venise”49. Elle ne fut pas décrite Très Sereine par hasard ! Les loggias et les portiques ouverts donnent sur le rez-de-chaussée exposé à la rue. Ceci tient sans doute à la remarquable stabilité politique de la cité que Burckhardt a évoquée en parlant “d'une ville du silence politique”50. La pierre remplaçant partout la brique, sur le sol des rues et sur les murs des façades, c'était une façon d'affirmer la solidité de cet ensemble unique51. Venise était une ville prospère, belle et ordonnée, le spectacle de la rue devait porter témoignage de ces réalités aux yeux du monde.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Crouzet-Pavan, E., Venise : une invention de la ville (xiiie-xve), Paris, Champ Vallon, 1997.

Doumerc, B., Les Communes en Italie, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2004.

Ducellier, A., Doumerc, B., Imhaus, B., Les chemins de l'exil ; bouleversements de l'Est européen et migrations vers l'Ouest à la fin du Moyen Âge, Paris, Armand Colin, 1992.

Dutour, T., La ville médiévale, Paris, Odile Jacob, 2003. Histoire de la France urbaine, dir. G. DUBY, 4 vol., Paris, Le Seuil, 1981 ; tome II, La ville médiévale, dir. J. LE GOFF.

Le Gay, J.-P., La rue au Moyen Âge, Rennes, Ouest France Édition, 1984.

Trincanato, E., Franzoi, U., Venise au fil du temps, atlas historique d'urbanisme et d'architecture, Boulogne, J. Cuenot, 1971.

Notes

1 Histoire de la France Urbaine, dir. G. Duby, tome II, La ville médiévale, dir. J. Le Goff.

2 Histoire Urbaine, 1, 2000, édité par la Société Française d'Histoire Urbaine, Maison des Sciences de l'Homme, Paris.

3 F. Braudel, L'identité de la France, Paris, 1986, p. 17.

4 E. Crouzet-Pavan, Venise : une invention de la ville (xiiie-xve), Paris, 1997, p. 25.

5 P. Racine, “Où va l’Histoire urbaine “, Le Moyen Âge, no 2/2000, tome cvi, p. 375-384 et Panoramas urbains, situation de l’Histoire des villes, éd. J.-L. Biget et J.-C. Hervé, Paris, ENS, 1995.

6 E. Trincanato, U. Franzoi, Venise au fil du temps, atlas historique d'urbanisme et d'architecture, Paris, 1971 et J. Ruskin, Les pierres de Venise, Paris, 1983, p. 69.

7 E. Crouzet-Pavan, Venise triomphante, les horizons du mythe, Paris, 1999, p. 356.

8 La ville médiévale, op. cit., Introduction.

9 Giovanni le diacre, Cronaca, dans Cronache veneziane antichissime, éd. G. Montuolo, Instituto Storico Italiano, Rome, 1890, p. 139.

10 E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque salse, espaces, pouvoir et société à Venise à la fin du Moyen Âge, École Française de Rome, Rome, 1999, p. 124.

11 Storia di Venezia, dalle origini alla caduta della serenissima, tome IV, Il Rinascimento, politica e cultura, B. Doumerc, il dominio del mare, p. 113-180, Rome, 1996 ; E. Crouzet-Pavan, “Entre collaboration et affrontements : le public et le privé dans les grands travaux urbains (l’Italie de la fin du Moyen Âge)”, Tecnologia y sociedad : las grandes obras publicas en la Europa medieval, Pampelune, 1995, p. 363-380.

12 Il capitolare degli Ufficiali sopra Rialto. Nei luoghi al centro del sistema economico veneziano (XIII-XV), éd. A. Princivalli, G. Ortali, Milan, 1993, p. 12.

13 J.-P. Le GAY, La rue au Moyen Âge, Rennes, 1984, p. 84.

14 E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque…, op. cit., introduction.

15 J.-P. Delumeau, J. Heullan-Donat, L'Italie au Moyen Âge, Paris, 2000, p. 87.

16 E. Crouzet-Pavan, Sopra le acque… op. cit., p. 175.

17 Il capitolare degli Ufficiali sopra Rialto. Nei luoghi al centro del sistema economico veneziano (XIII-XV), éd. A. Princivalli, G. Ortali, Milan, 1993, p. 34.

18 G. Cracco, Un altro mondo, Venezia nel medioevo dal secolo XI al secolo XIV, Turin, 1986, p. 34.

19 E. Crouzet-Pavan, “Politique urbaine et stratégie du pouvoir dans l'Italie communale”, dans Enjeux et expression de la politique municipale, éd. D. Menjot, J.-L. Pinol, Paris, 1997, p. 7-20.

20 G. Rossetti, éd., Dentro la città, stranieri e realtà urbane nell” Europa dei secoli XII-XVI, Naples, 1989.

21 G. Cozzi, M. Knapton, Venezia, dalla guerra di Chioggia alla Riconquista della Terraferma, Turin, 1986, p. 117.

22 E. Concina, L'arsenale della Repubblica di Venezia, Milan, 1984, p. 9.

23 G. Cracco, Un altro mondo…, op. cit., p. 84 et E. Crouzet-Pavan, L'invention…, op. cit., p. 64.

24 A. Carile, G. Fedalto, Le origini di Venezia, Bologne, 1978, p. 38 et E. BASSI, Palazzi di Venezia, admiranda Urbis Venetae, Venise, 1980.

25 A. Zorzi, Une cité, une République, un empire : Venise, Paris, 1980, p. 91.

26 E. Muir, “Le vie sacre e le vie profane di Venezia”, dans San Marco : aspetti storici e agiofrafici, éd. A. Niero, Venise, 1996, p. 81-96, et Civic ritual in Renaissance Venice, Princeton, 1981, p. 218.

27 Ph. Braunstein, C. Klapisch-Zuber, “Florence et Venise : les rituels publics à l'époque de la Renaissance”, Annales, E. S. C., 38, 1983, p. 1110-1124.

28 Marino Sanudo, I Diarii, éd. R. Furlin, 58 volumes, deuxième édition, Bologne, 1969.

29 U. Tucci, “Mercanti, viaggiatori, pellegrini nel Quattrocento”, dans Storia della cultura Veneta, tome III, Dal primo Quattrocento al concilio di Trento, Vicence, 1980, p. 317-353 et E. Crouzet-Pavan, “Récits, images et mythes : Venise dans l'iter hiérosolymitain” (XIV-XV), Mélanges de l'École Française de Rome, Moyen Âge, 96, 1984, p. 489-535

30 Marino Sanudo, op. cit., tome III, c. 353 et F. C. Lane, Venise, une République maritime, Paris, 1985, p. 96 ; W. Origo, L’edilizia abitativa nelle “civitas rivoalti e nella civitas veneciarum” (secoli XI-XIII), Venise, 1993, p. 34.

31 E. Muir, Civic ritual…, op. cit., p. 92.

32 G. Sergi, L'idée de Moyen Âge, entre sens commun et pratique historique, Paris, 2000, p. 104.

33 M. G. Muzzarelli, Gli inganni delle apparenze, Turin, 1996, p. 19.

34 M. Pastoureau, Figures et couleurs, études sur la symbolique et la sensibilité médiévales, Paris, 1986, p. 15.

35 P. Maretto, La casa veneziana nella storia della città dalle origini all Ottocento, éd. de 1992 revue et amplifiée, Venise, 1998, p. 25.

36 M. Taffuri éd., Renovatio Urbis, nell'età di Andrea Gritti (1525-1538), en particulier l'article de E. Muir, “Manifestazioni e ceremonie nella Venezia di Andrea Gritti”, Rome, 1984, p. 59-77.

37 Ph. Braunstein, “Cannaregio, zona di transito”, dans, Città…, op. cit., p. 52-62.

38 E. Panofski, Architecture gothique et pensée scolastique, Paris, 1970.

39 A. M. Romanini, “L'architecture degli ordini mendicanti”, Storia della città, 9, 1978, p. 191.

40 G. Vian éd., La Chiesa di Venezia tra medioevo ed età moderna, Venise, 1989, G. Romanelli, Architettura spazi urbani sacra e spazi urbani, p. 217-236.

41 E. Concina, L'arsenale…, op. cit., p. 9.

42 D. Calabi, P. Lanaro, La città italiana e i luoghi degli stranieri, Rome, 1998. Édition française, J. Bottinet et D. Calabi, Les étrangers dans la ville, Paris, 1999.

43 G. Peroco, A. Salvatori, Civilta di Venezia, Venise, 1976, 3 volumes, tome II, Il Rinascimento, p. 609.

44 E. Concina, Fondaci, Architettura, arte e mercatura tra levante, Venezia e Alemagna, Venise, 1997, p. 121.

45 Ibidem, p. 146.

46 G. Cozzi, Aspetti della vita sociale a Venezia nel'500, Venise, 1971 et R. Calimani, L'errance juive, Paris, 1997, deux volumes, tome ii, p. 29.

47 D. Owen Hugues, “Distinguishing signs : earrings, jews and franciscan rhetoric in the Italian renaissance city”, Past and Present, 112, 1980, p. 3-59.

48 A. Ducellier, “Les Albanais à Venise aux xive et xve siècles”, Travaux et Mémoires, centre de Recherche, d'Histoire et de civilisation byzantine, 2, 1967, p. 405-420 et B. Jmhaus, Le minorenze orientali a Venezia, 1205-1510, Rome, 1997, p. 284.

49 A. Ducellier, B. Doumerc et autres, Les chemins de l'exil. Bouleversements de l'Est européen et migrations vers l'Ouest à la fin du Moyen Âge, Paris, 1992. J.-F. Chauvard, “Scale di osservazione e inserimento degli straniero nello spazio veneziano tra XVIIe e XVIII secolo”, dans La città italiana, op. cit., p. 85-107.

50 J. Burkardt, Civilisation de la Renaissance en Italie, Paris, 1958, deux volumes, tome I, p. 96.

51 W. Dorigo, Venezia Origini, Milan, 1983, p. 181. G. Bellavitis, G. D. Romanelli, Venezia, Rome, 1985, p. 41. P. Maretto, La casa…, op. cit., p. 450. C'est S. Muratori qui ouvrait la voie dans les années soixante avec ses ouvrages fondamentaux : Il problema critica dell'Età gotica, Rome, 1960 et Studi per una operante storia urbana di Roma, Rome, 1963. P. Maretto, La casa…, op. cit., p. 345.

Auteur

Professeur d'Histoire médiévale à l'Université de Toulouse-Le Mirail. Après avoir consacré l'essentiel de ses publications à l'histoire de Venise, par exemple une vaste contribution à la Storia di Venezia, Rome-Venise, 10 volumes, Istituto dell'enciclopedia F. Trecani, il vient de publier aux Presses universitaires du Mirail un ouvrage intitulé Les Communes en Italie ( xiie-xive siècle).

© Presses universitaires du Midi, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540