Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le système éducatif

 | 
Martine Boudet
, 
Florence Saint-Luc

Deuxième partie. La crise du système de recherche et d’éducation

Chapitre V. Les sciences humaines et sociales : rôle et place dans la nation

Martine Boudet

Texte intégral

1Dans leur dimension scientifique, publique et critique, les sciences humaines et sociales (SHS) sont en danger : contrôle, occultation, précarisation accrus du travail des enseignants-chercheurs s’ajoutent à une perte de légitimité dans l’opinion publique. Or, leur apport est décisif pour comprendre les rouages de la crise systémique et y faire face.

2Comment réhabiliter leur image et leur statut ? Dans cette perspective, une étude sera faite de leurs domaines de spécialité et des perspectives de développement que le champ disciplinaire des sciences sociales et des humanités offre de manière générale.

Typologie des sciences

3Les sciences se répartissent approximativement en quatre domaines : la matière, objet de référence de la physique et de la chimie ; le vivant, référent de la biologie et de ses branches telles l’écologie, la zoologie ; l’information, base de l’informatique et des sciences de l’information ; enfin, la condition et la conscience humaines, étudiées par les différentes SHS : psychologie, sociologie, anthropologie, ethnologie, sciences juridiques, économiques et politiques, histoire et archéologie, géographie, sciences du langage et de l’éducation… Ces disciplines appréhendent l’humain comme être parlant, apprenant, pensant et créant, l’humain et la société à travers leur passé et leur évolution, ou en fonction de leur diversité culturelle et de leurs modes d’occupation spatiale ou encore les sociétés comme des institutions douées de modes d’organisation et de communication. Aux côtés de ce champ, s’inscrivent les « humanités », composées de disciplines à caractère moins scientifique que culturel, telles les lettres et les arts, l’histoire, la philosophie, les langues… Pour conclure, trois forces vives sont à la base de l’organisation traditionnelle des savoirs socialisés par l’Université et l’école : matière, vie et conscience (qui intègre les questions relatives à l’information). Quelle répartition des rôles observe-t-on entre les champs disciplinaires correspondants, aux différentes étapes de l’histoire récente ?

  • 1 Les trente Glorieuses qui suivent la Deuxième Guerre mondiale (1945-1975) correspondent à une mode (...)

4Avant Mai 68, la société inclinait majoritairement vers l’enseignement des « humanités » littéraires et philosophiques, celles-ci étant le complément laïc de l’éducation religieuse : il s’agissait de former la personnalité par la transmission d’un héritage patrimonial, constitué des textes sacrés ou fondateurs, des belles-lettres et des chefs d’œuvre du passé. Le renversement de tendance, suite à la réforme de l’enseignement en 1969, est radical : enseignement rendu facultatif des langues anciennes (grec et latin), promotion des mathématiques, sciences et techniques, de l’économie, de l’EPS (éducation physique et sportive)… Prenant le pas sur les « humanités », cet autre champ est à la base du paradigme socio-économiste qui prévaut dans le contexte libéral de l’époque, celui d’une croissance exponentielle1.

  • 2 Jean Druon, 2001. « Ce film examine les mécanismes souterrains qui fondent l’histoire. Il s’attach (...)
  • 3 En grec, oikos, signifiant « maison », est le radical commun des mots « écologie » et « économie » (...)

5La physique a été la discipline reine tout au long de ce siècle qui vit la naissance de la physique nucléaire puis quantique, suite aux travaux de Max Planck et d’Albert Einstein2. En découla la course à l’industrialisation, aux armements nucléaires, à l’équipement en matière de télécommunications et de transports : les deux guerres mondiales constituent la part d’ombre de cet héritage, miné par les obsessions stratégiques et militaires, les autoroutes de l’information et la conquête spatiale étant a contrario son legs le plus appréciable. La biochimie perce de son côté de nombreux secrets relevant du vivant, ceux des patrimoines génétiques, des maladies du même nom et élabore des remédiations aux maux intimes des corps. L’envers du décor réside dans la tentation de manipulation génétique à laquelle achoppe cette science comme en témoigne l’utilisation des OGM dans le domaine agricole, par exemple. A contrario, l’écologie se prédispose comme la science moderne de la nature, cette « maison3 » commune devant être restaurée suite aux dégâts occasionnés par les applications souvent anarchiques de la technoscience.

6Le système social, construit sur la double dynamique production-consommation, révèle actuellement ses limites, mettant à mal l’environnement, les sociétés elles-mêmes et les relations internationales. Par ailleurs, le passage à l’informatique inaugure une étape post-industrielle qui dégage du temps et des moyens pour l’étude raisonnée des savoirs et des cultures, objets immatériels qui s’inscrivent dans l’espace superstructurel des nations. Il importe dans ces conditions de faire le point de la gestion des patrimoines disciplinaires et sociocognitifs.

7Le débat citoyen doit d’abord prendre ses distances avec un scientisme pesant qui réduit l’activité scientifique aux secteurs de la matière, de la vie et de l’information, reléguant les SHS au rang d’humanités accessoires ou d’études des seuls faits de culture. L’illusion généraliste et égalitaire, celle d’un État impartial qui attribuerait les mêmes chances aux différents champs disciplinaires est à revoir également. Concernant la terminologie familière qui définit ces deux champs disciplinaires, celle de sciences « dures » et exactes par opposition aux sciences « molles », elle met l’accent de manière caricaturale sur les caractéristiques et limites de chaque pôle. Les sciences de la matière et de la vie – cette dénomination est neutre et détaillée à la fois, le terme générique étant celui de « sciences de la nature » – peuvent quantifier de manière précise les éléments de leur champ : un minerai, un atome, une cellule, un génome… Les facteurs constitutifs de la conscience échappent à ces définitions objectives, évoluant dans le domaine du qualitatif et de l’intersubjectif :

  • 4 Godelier, 2001, p. 4-5.

En principe l’analyse de rapports sociaux ne peut se faire sans prendre en compte les représentations que les individus vivant dans ces rapports se font d’eux-mêmes et de leurs rapports. Ceci d’autant plus que ce sont les individus et les groupes qui sont les acteurs de la vie sociale, et qui en agissant reproduisent ou transforment leurs rapports. Il n’y a donc pas d’étude complète des sociétés sans la prise en compte des représentations, images, valeurs, symboles partagés par les membres d’une société. […] Les SHS sont donc en permanence confrontées avec l’importance sociale, donc historique, de ces réalités imaginaires et de ces pratiques symboliques, qui en particulier accompagnent l’exercice du pouvoir et la reproduction de la société4.

  • 5 Citton, 2010.

8In fine, les sciences exactes ne pourraient-elles pas être appelées « sciences objectives » et les SHS « sciences subjectives » ? Les SHS ne tombent pas pour autant dans l’irrationnel, même s’il est vrai que l’empirisme reste leur défaut. Si les sciences de la matière et de la vie travaillent essentiellement en laboratoire, les moyens d’expérimentation des SHS sont l’enquête de terrain, les statistiques… Dans la crise que ces dernières traversent, leurs fonctions d’interprétation, à différencier de l’activité cognitive des sciences de la nature, sont à réaffirmer5. Certes, toute recherche consiste à construire des paradigmes et à les soumettre à l’épreuve des faits : interprétation et connaissance sont indissociables dans les deux champs. Il n’en reste pas moins que des facultés subjectives – à caractère symbolique, idéologique, psycho-affectif… – sont tout particulièrement nécessaires à l’exercice des LLA-SHS et à la vie socio-culturelle du pays. À défaut de quoi, ce sont les activités liées au marché qui prennent la relève sur un registre mineur voire récupèrent les capacités collectives créatrices : publicité, marketing, modes…

9L’on reproche souvent et à juste titre aux SHS de ne pas avoir encore construit de théorie vraiment fiable, de méthodologie générale avérée : outre la difficulté précitée à circonscrire leur objet de référence, cet état de faits procède d’un environnement globalement défavorable, voire hostile à leur reconnaissance sociale, le contexte néo-libéral tentant d’ériger une technoscience hégémonique, dans un objectif de rentabilité économique. Enfin, élément déterminant, les sciences de la matière et de la vie sont un bastion de la culture masculine, les SHS et humanités étant, elles, largement féminisées ; ce système participe des disparités socio-culturelles et professionnelles existant au niveau du genre :

Le régime des orientations au sein de l’enseignement supérieur est caractérisé par des oppositions brutales et universelles entre filles et garçons. Dans la totalité des 36 pays pour lesquels existaient en 1985 une statistique par sexe et par filière, la domination masculine était assurée dans les études d’ingénieurs. Et dans la majorité d’entre eux il en allait de même pour les formations d’architecture, des mathématiques, le droit et les sciences de la nature. À l’opposé, les lettres, la médecine et les sciences humaines attiraient partout ou presque plus de filles que de garçons… En 1996, comme en 1980, la supériorité des filles dans les lettres, les sciences humaines et les sciences de la nature se manifeste partout… la supériorité des garçons dans les formations d’ingénieurs, des mathématiques ou des technologies se vérifie absolument partout également…

  • 6 Baudelot et Establet, 2001, p. 108-110.

Bref, l’enseignement supérieur se présente comme un champ très nettement polarisé en fonction du sexe. Et le modèle qui préside à ce clivage n’a rien d’original : aux femmes les carrières de l’enseignement et de la santé, qui prolonge le rôle domestique de la protection des corps et des âmes. Aux hommes l’intervention armée dans le monde matériel. La force des stéréotypes se laisse lire aisément dans cette statistique pourtant traversée par la montée des filles6.

  • 7 Voir le chapitre iii, « La francophonie : quel programme ? » (Martine Boudet).

10Par un phénomène d’homologie des structures de domination, le clivage observé au niveau des relations de genre se retrouve entre pays développés économiquement et pays en voie de développement : le transfert des technologies s’avère chez ces derniers une urgence stratégique tandis que les problématiques de développement sont gérées sans solution d’envergure par des SHS dominées par les institutions financières internationales, comme en Afrique par exemple7. En France et dans les pays occidentaux, le clivage institutionnel se manifeste entre secteurs privé et public : les sciences de la matière et de la vie sont l’objet privilégié des recherches militaires ou industrielles alors que les SHS évoluent surtout dans le secteur public et les médias : outre l’Université, le CNRS (Centre national de recherche scientifique), l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) régissent leurs travaux. Ils concernent la gestion des ressources humaines, le développement culturel, la création littéraire et artistique, la médiation et la remédiation sociale, l’animation (inter) culturelle… Le gain pour la société est dans ce cas bien réel mais indirect et à moyen terme, ce qui brouille la visibilité des SHS et freine leur reconnaissance sociale : comment quantifier en effet en valeurs chiffrées de telles prestations ?

11Autre élément de différenciation : travaillant sur des réalités matérielles, les sciences de la nature nécessitent la création et l’entretien de laboratoires coûteux, ces budgets d’investissement devant être rentabilisés par une politique commerciale agressive. Ces traits identitaires ont des incidences en termes de mentalités : la défense de leurs intérêts catégoriels est une tradition bien ancrée des chercheurs en sciences « dures », qui ont investi l’association « Sauvons la recherche » et obtenu des résultats probants, avec la création des pôles de compétitivité en 2005, par exemple. En revanche, une certaine passivité ou force d’inertie caractérise les SHS, dont la culture féminisée, secondaire et déjà marginalisée, peine à défendre leurs intérêts légitimes et au-delà celui du pays.

  • 8 Morin, 1999, p. 8.

12La différenciation concerne aussi le champ politique : le rapport de l’anthropologue Maurice Godelier, commandé par le gouvernement Jospin-Schwarzenberg (1997-2002), s’inspire d’une tradition de gauche qui, privilégiant le social, le culturel, le service public, tend à valoriser l’apport des SHS ; il était censé pondérer l’orientation néo-libérale de la stratégie de Lisbonne adoptée à l’échelle européenne (2000). Sous l’égide du ministère de Claude Allègre, Edgar Morin a dirigé un colloque interdisciplinaire dont l’objectif était de mettre en exergue sans parti-pris ni exclusive les acquits didactiques et méthodologiques des différentes matières d’enseignement : « Plutôt que de les opposer et de privilégier l’une au détriment de l’autre, mon intention était de donner un poids aussi fort à la culture des humanités, à la littérature, à l’histoire qu’à la culture scientifique8. »

13De son côté, le gouvernement suivant, de droite, réaffirme sous la plume de Claudie Haigneré, astronaute et secrétaire d’État à la recherche et aux nouvelles technologies, les valeurs libérales de la compétitivité ; les attributions de ce secrétariat (recherche et nouvelles technologies) soulignent la prééminence de ce secteur :

  • 9 Haigneré, 2003, p. 159.

L’heure est venue de redonner à la recherche française la place qui doit être la sienne. Il en va de notre capacité à bâtir une croissance maîtrisée, plus juste socialement, mieux partagée et diffusée, au sein de la population et des territoires. Il en va aussi de la nécessité de répondre à des interrogations qui bouleversent notre société : sur la santé, du sida aux handicaps et maladies liées à la longévité ; sur la sécurité alimentaire ; sur l’environnement ou l’approvisionnement énergétique9.

14À la différence d’une droite néo-libérale dont le tropisme est technoscientifique, la part conservatrice de son électorat s’identifie plutôt aux humanités littéraires et philosophiques (plus qu’aux sciences sociales jugées subversives). Ce premier champ a longtemps alimenté une interprétation patrimoniale, élitaire et traditionnelle, voire sacralisée et innéiste du monde, connotée par le mot, jugé anachronique par certains, d’« humanités ». Les SHS revendiquent quant à elles de traiter l’humaine condition à partir des données immanentes de l’actualité (hic et nunc) et de spéculer, sur cette base, sur les possibilités d’acquisitions et de transformations qualitatives. L’enjeu étant pour ces deux composantes de pondérer la gestion des pouvoirs socio-cognitifs par une droite décomplexée qui rogne les prérogatives de sa sœur conservatrice et contribue au désenchantement du monde.

15D’une manière générale, la distribution épistémologique des sciences peut s’expliquer, comme le montre Michel Serres, à partir de la dialectique du tiers exclu/inclus :

  • 10 Serres, 1992, p. 84.

Le tiers et sa loi vibrante d’exclusion et d’inclusion fondent les sciences, exactes et humaines, les premières se réglant sur la seule démonstration rigoureuse, fondée sur le principe du tiers exclu (…) et les deuxièmes sur le devenir global de l’exclusion locale, qui définit ou désigne, d’abord, un individu donné, puis, soudain, la totalité de l’inclusion sociale ; il s’agit, dans les deux cas, du même fondement, et, de plus, ils se fondent l’un l’autre10.

16Dans une logique de réciprocité, les SHS, dont la démarche est fondamentalement substantialiste, inclusive voire paradoxale, élargissent leur champ d’action, en empruntant aux sciences de la nature outils informatiques, statistiques… Inversement, grâce à la révolution quantique et aux travaux transdisciplinaires, les sciences de la nature tendent à amoindrir l’hégémonie « inhumaine » de la logique formelle, binaire, fondée sur le principe de non-contradiction…

Tableau 2 – Synthèse paradigmatique tendancielle

CRITÈRES D’IDENTIFICATION

SCIENCES DE LA MATIÈRE ET DE LA VIE

SCIENCES HUMAINES ET SO-CIALES

1-Générique

Pôle masculin

Pôle féminin

2-Géo-culturel, géo-politique, politique philosophie
épistémologie

Nord – Occident droite (libéralisme) logique formelle, binaire, de non-contradiction et du tiers exclu
Paradigme de la connaissance

Sud – Orient gauche (socialisme) logique substantialiste, du paradoxe et du tiers inclus
Paradigme de l’interprétation

3-Disciplinaire (matière fondamentale)

Mathématiques – technoscience

Français-philosophie

4-Socio-institutionnel

Public (militaire) – Privé (industrie, marché)

Public et civil (fonction publique-service social-arts)

5-Objectif

Economie- stratégie (compétition, concurrence géo-politique)

Social et culturel (médiations, coopération, animation interculturelle, création artistique…)

6-Dérives

Positivisme, activisme, extraversion, technoscientisme, économisme, productivisme-consumérisme (technoscience instrumentalisée)

Empirisme, subjectivisme
Passivité, inertie, introversion (SHS et humanités marginalisées)

7-Objets de référence

Matière, vie, information : objets matériels et/ou quantifiables, objectivables

Condition humaine,
consciences individuelle et collective : objets immatériels, (inter) subjectifs

Martine Boudet

Évolution épistémologique des SHS

17Dans le bref panorama de l’historique des SHS qui va suivre, nous nous intéresserons dans un premier temps aux évolutions disciplinaires puis aux idéologies qui ont parcouru les disciplines et favorisé leur expansion. Les sociétés franco-européennes du xixe siècle, confrontées qu’elles sont aux enjeux de la construction ou de la pérennisation des États-nations et d’économies industrielles et urbaines, se dotent de matières nouvelles ou renouvelées : la sociologie, créée par Durkheim et popularisée par Marx, Auguste Comte…, l’économie également. L’invention de la psychanalyse au début du xxe siècle correspond, elle, à la promotion de l’individu citoyen, du sujet libéré des féodalités, des cléricalismes, des patriarcats et soucieux de construire une personnalité laïque, en phase avec la société des Droits de l’homme, la société de consommation et des loisirs aussi.

18L’histoire des idées précède souvent celle des disciplines, qui en construisent une traduction institutionnelle : le marxisme, qui décrit les antagonismes d’intérêt inhérents à la société industrielle et prescrit des modes alternatifs de gouvernance et de gestion, anime la sociologie et l’économie des débuts. De même, le freudisme et dans une moindre mesure le jungisme occupent le terrain de la psychanalyse, valorisant la part respective des psychés individuelle et collective : libido et archétypes cristallisent les aspirations centrées respectivement sur un humanisme individuel, occidental et séculier et sur des sagesses au carrefour des cosmo-mythologies du monde. Avec la fin de la guerre froide qui opposait les systèmes égalitaires et libéraux de l’Est et de l’Ouest, s’opère une distance critique à l’égard du marxisme et du freudisme, maîtres d’œuvre jusque-là des comportements sociaux dans ces deux sphères internationales :

  • 11 Godelier, 2001, p. 8.

Les grands paradigmes d’hier, comme le marxisme ou le structuralisme, ont perdu progressivement de leur autorité et avec eux sont en partie disparues les luttes intestines qui déchiraient leurs partisans dans le champ des sciences sociales ; mais il serait absurde et peu scientifique de nier que ces grandes approches nous ont légué beaucoup d’hypothèses et d’idées bonnes à penser11.

19La crise des sciences sociales est inversement proportionnelle à l’essor d’un capitalisme désormais moins productif que spéculatif, pour lequel le travail compte moins que le capital investi en bourse et s’accumulant grâce aux réseaux mondialisés de la cyberfinance. Ainsi, aux côtés de l’informatique, l’économie est devenue la discipline reine, les sciences sociales étant récupérées à des fins de gestion marchande des ressources humaines.

  • 12 Collectif sciences sociales, 2013, p. 30.

Chaînon essentiel dans le travail indissociablement pratique et cognitif de légitimation de l’ordre social, la science économique s’est structurée comme une discipline scientifique, en reproduisant le modèle organisationnel des sciences de la nature : elle est dotée d’un système de prix avec au sommet un « Nobel », d’un ensemble de revues ésotériques hiérarchisées, mais surtout d’un langage mathématisé et de critères spécifiques d’évaluation, qui contribuent à asseoir son autorité externe. Cette force organisationnelle est mise au service de la doxa12

20À l’heure de la mondialisation, interviennent de nouveaux paramètres, environnementaliste et culturaliste. La promotion de l’écologie correspond à la prise de conscience des dangers environnementaux encourus à l’échelle planétaire. Le retard mis par comparaison à théoriser les problématiques interculturelles manifeste la difficulté à faire le deuil de la perte progressive de l’empire. Cet impensé se manifeste par le peu de promotion des études postcoloniales, florissantes outre-Atlantique :

  • 13 Mbembe, 2010, p. 123.

Le cloisonnement plus ou moins étanche entre les disciplines, le provincialisme plus ou moins accentué des savoirs produits et dispensés dans l’hexagone (longtemps masqué par l’exportation des produits intellectuels de luxe tels que Sartre, Lacan, Foucault, Deleuze, Derrida, ou Bourdieu) et le narcissisme culturel aidant, la France est restée longtemps en marge de ces nouveaux voyages de la réflexion planétaire. Jusqu’à une date récente, la pensée postcoloniale est restée sinon méprisée, du moins peu connue dans ce pays13.

21L’actualité dite du « choc des civilisations » en appelle pourtant à la théorisation des dialectiques interculturelles, esquissée par l’archétypologie jungienne, jusqu’à présent minorée elle aussi. En dépit des obstacles, le concept de « culture » est devenu une notion-clé des études en SHS, apte à fédérer leur champ :

  • 14 Journet, 2002, p. 2.

La notion de culture est d’un usage courant : son développement, en tout cas, est étroitement lié à celui des sciences de l’homme […] Depuis que, au début du xixe siècle, le projet de développer une science de l’homme a pris forme, les mêmes contraintes s’exercent sur ceux qui en ont la charge : comprendre à la fois l’unité et la diversité du genre humain. La notion de culture y prend une place croissante, expulsant hors du champ scientifique la notion religieuse d’« âme », celle politique de « nation » ou encore naturaliste de « race ». Aussi, le mouvement des sciences sociales et humaines peut être assimilé à la progression dans leur champ, de la notion de culture comme objet de savoir et entité autonome, possédant ses modes propres d’explication14.

  • 15 Du fait des carcans nationaux, le romantisme français s’est plutôt limité à une introspection d’or (...)
  • 16 Voir le chapitre x « Axes de recomposition programmatique » (Martine Boudet).

22La conquête de leur indépendance par les pays du tiers monde inaugura le passage d’une ethnologie racialiste à une anthropologie culturelle plus tolérante à l’égard des différences. Exception faite des travaux de Claude Levi-Strauss à partir d’une modélisation structuraliste, l’ethnologie progressiste et engagée a toujours été marginale en France : pensons aux travaux sur les peuples Inuits de Jean Malaurie, à Marcel Griaule, Denise Paulme, au cinéaste Jean Rouch, spécialistes des peuples sub-sahariens, à Germaine Tillion dont les cultures méditerranéennes et la condition féminine furent un objet de recherche… Les recherches culturalistes trouvent un terrain de prédilection dans des pays de tradition fédérale ou décentralisée : l’Allemagne où les travaux du linguiste Humboldt, des frères Grimm, ethnologues de formation, des philosophes tels Goethe confortèrent au xixe siècle un romantisme à base anthropologique et mythographique, cultivant terroirs, lignées et patrimoines15 ; dans le cadre institutionnel multiculturel qui est le leur, les États-Unis reprirent le relais au xxe siècle, grâce aux avancées de l’anthropologie afro-américaine entre autres. L’avenir dira quelle sera la marge de manœuvre de ce paradigme en France16.

Organigramme institutionnel (descriptif)

23Le système d’enseignement et de recherche français est composé d’établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPCSP), d’établissements à caractère administratif (EPA) et d’autres établissements publics. Par ailleurs, la Conférence des grandes écoles (CGE) est composée de plusieurs centaines d’écoles publiques ou privées d’ingénieurs, de cadres et de commerce, reconnues d’utilité publique par l’Etat et subventionnées de ce fait. Quelle est la répartition des rôles, dans ces établissements, entre le champ techno-scientifique et le pôle des LLA-SHS ?

24Les « établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel » (EPCSP) sont constitués de la manière suivante :

  • 81 universités
  • 2 instituts nationaux polytechniques
  • 14 instituts et écoles extérieurs aux universités
  • 18 grands établissements
  • 5 écoles françaises à l’étranger
  • 4 écoles normales supérieures.

Tableau 3 – Classement des établissements publics à caractère culturel, scientifique et professionnel-EPCSP

Établissements publics (EPCSP)

Sciences de la nature, du vivant et informatique

Sciences humaines et sociales, arts et humanités

- 81 universités

- 2 instituts nationaux polytechniques

Institut national polytechnique de Lorraine
Institut national polytechnique de Toulouse

- 14 instituts et écoles extérieurs aux universités

École centrale de Lille
École centrale de Lyon
École centrale de Nantes
École centrale de Marseille
École nationale supérieure des arts et industries textiles
Institut national des sciences appliquées de Lyon
Institut national des sciences appliques de Rennes
Institut national des sciences appliquées de Toulouse
Institut national des sciences appliquées de Rouen
Institut national des sciences appliquées de Strasbourg
Institut supérieur de mécanique de Paris
Université de technologie de Compiègne
Université de technologie de Belfort-Montbéliard
Université de technologie de Troyes

-18 grands établissements

Conservatoire national des arts et métiers (CNAM)
École centrale des arts et manufactures (ECAM)
École nationale supérieure d’arts et métiers (ENSAM)
Institut de physique du globe (IPG) de Paris
Observatoire de Paris
Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN)
Palais de la Découverte
École des hautes études en santé publique (EHESP)
Institut polytechnique de Grenoble

Collège de France
École des hautes études en sciences sociales (EHESS)
École nationale des chartes (ENC)
École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB)
École pratique des hautes études (EPHE)
Institut d’études politiques (I.E.P.)
Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO)
Institut national d’histoire de l’art (INHA)
Université de technologie en sciences des organisations et de la décision

5 écoles françaises à l’étranger

Casa de Velazquez de Madrid
École française archéologie d’Athènes
École française d’Extrême-Orient
École française de Rome
Institut français d’archéologie orientale du Caire

4 écoles normales supérieures

École normale supérieure (ENS)
École normale supérieure de Cachan
École normale supérieure de Lyon

École normale supérieure en lettres et sciences humaines (Fontenay-Saint-Cloud)

Martine Boudet

25Les établissements publics à caractère administratif (EPA) sont constitués de dix-sept écoles d’ingénieurs, huit instituts d’études politiques, d’un institut d’administration de la ville de Paris, d’instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) – devenus, avec la loi d’orientation et de programmation pour l’Éducation nationale de 2013, des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) – et de dix EPA autonomes.

Tableau 4 – Classement des établissements publics à caractère administratif-EPA

Établissements publics à caractère administratif (EPA)

Sciences de la matière, du vivant et de l’informatique

Sciences humaines et sociales, arts et humanités

17 écoles nationales supérieures d’ingénieurs

École nationale supérieure de mécanique et des microtechniques de Besançon
École nationale supérieure de chimie et de physique de Bordeaux
École nationale supérieure d’électronique, informatique et radiocommunications de Bordeaux
École nationale supérieure d’ingénieurs de Caen
École nationale supérieure de chimie de Clermont-Ferrand
École nationale supérieure de chimie de Lille
École nationale supérieure de chimie de Montpellier
École nationale supérieure de chimie de Paris
École nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique de Poitiers
École nationale supérieure de chimie de Rennes
École nationale d’ingénieurs (ENI) de Metz
École nationale d’ingénieurs (ENI) de Tarbes, rattachée à l’Institut national polytechnique de Toulouse
École nationale d’ingénieurs (ENI) de Brest
École nationale d’ingénieurs (ENI) du Val de Loire (Tours)
École nationale supérieure de céramique industrielle de Limoges
École nationale supérieure d’ingénieurs de Bourges, rattachée à l’université d’ Orléans
École nationale supérieure d’informatique pour l’industrie et l’entreprise d’Evry

8 instituts d’études politiques de région

IEP d’Aix-en-Provence
IEP de Bordeaux
IEP de Grenoble
IEP de Lyon
IEP de Toulouse
IEP de Lille
IEP de Rennes
IEP de Strasbourg III

1 institut d’administration des entreprises de Paris
Les instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) remplacés en 2013 par les ESPE (Écoles supérieures du professorat et de l’éducation)

1 institut d’administration des entreprises de Paris

10 EPA autonomes

4 écoles habilitées à délivrer un diplôme d’ingénieur :
École nationale supérieure de l’électronique et de ses applications de Cergy (ENSEA)
Institut français de mécanique avancée (IFMA)
École nationale d’ingénieurs (ENI) de Saint-Étienne
École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois (ENSPB)

6 autres établissements
École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT) École nationale supérieure Louis Lumière (ENSLL)
Observatoire de la Côte-d’Azur (OCA)
Centre universitaire de formation et de recherche Jean-François-Champollion (CUFR Jean-François-Cham pollion)
Centre universitaire de formation et de recherche de Nîmes (CUFR de Nîmes)
Institut national supérieur de formation et de recherche pour l’éducation des jeunes handicapés et les enseignements adaptés

Martine Boudet

26Les autres établissements publics sont composés d’académies, sous la tutelle de l’Institut de France :

Tableau 5 – Classement des établissements publics sous la tutelle de l’Institut de France

Autres établissements publics

Sciences de la nature, du vivant et informatique

Sciences humaines et sociales, arts et humanités

Institut de France composé des académies suivantes :

Académie des sciences
Académie de médecine
Académie des sciences d’outre-mer
Bureau des longitudes

Académie des beaux-arts
Académie française
Académie des inscriptions et belles lettres
Académie des sciences morales et politiques

Martine Boudet

27La Conférence des grandes écoles (CGE) est une association (loi 1901) de grandes écoles d’ingénieurs, de management et de haut enseignement multiple ou spécifique, reconnues par l’État. Cet enseignement privé et d’intérêt public, visant à gérer les finalités et intérêts d’une bourgeoisie industrielle et d’affaires, porte sur les sciences appliquées, l’économie-gestion, les finances, les sciences sociales y étant perçues sous l’angle d’un complément dispensé dans l’optique de la gestion des ressources humaines. Quant aux élites conservatrices, elles fournissent le personnel et le public des écoles à caractère patrimonial – spécialisées dans les humanités et patronnées par l’Institut de France et ses académies – et administratif, telles l’ENA ou les écoles polytechniques, reliées pour ces dernières à l’institution militaire. Entre ces pôles, se situent les écoles de publics et d’idéologies mixtes, dans lesquelles le brassage des valeurs de droite et de gauche est effectif de même que la pluridisciplinarité. Tel est le cas des IEP, des ENS, du CNRS, des écoles nationales d’ingénieurs. Les bastions de gauche étant traditionnellement les écoles de formation des enseignants héritiers des écoles normales (IUFM remplacées en 2013 par les ESPE), l’EHESS qui a des partenariats avec le CNRS et les universités en lettres, arts et sciences humaines…

28Pour conclure, tableaux et chiffres parlent d’eux-mêmes : comparée à l’ensemble des instituts publics et privés à caractère industriel, commercial et de gestion, la somme des établissements spécialisés dans le champ des LLA-SHS est visiblement insuffisante. De nombreux observateurs déplorent la bipartition discriminante à la française, entretenue entre le système des grandes écoles et l’Université ; cette répartition des rôles se redouble en fait au plan disciplinaire, les LLA-SHS s’avérant les parents pauvres du dispositif.

  • 17 Brisset, 2009, p. 15-16.

La dépense moyenne par étudiant en 2007 est de 10 150 euros par an, et la France se situe déjà à cet égard en-dessous de la moyenne de l’OCDE. De plus, ce coût moyen varie de l’aveu même du ministère, de 13 890 euros pour un étudiant de CPGE à 8 970 euros pour un étudiant à l’université, (avec en plus de grandes disparités entre les disciplines). Or les CPGE constituent la porte d’entrée aux formations les plus valorisantes et les plus valorisées qui soient, celles qu’on appelle « les grandes écoles » et auxquelles n’accèdent que très peu d’étudiants (environ 5,5 % des effectifs qu’on rencontre à l’université) et dont sont largement issues les élites économiques et politiques qui nous gouvernent17.

29À cet obstacle institutionnel à la promotion des LLA-SHS, s’ajoutent les déséquilibres de la politique de recherche et d’enseignement.

L’économie de la connaissance, ou l’accroissement des disparités entre champs disciplinaires

  • 18 Voir le chapitre ii, « L’économie européenne de la connaissance » (Martine Boudet).

30Dans la dernière décennie, une étape supplémentaire a été franchie avec la mise en place de l’« économie de la connaissance ». Sous l’influence de l’Union européenne18, ce nouvel environnement, défavorable aux savoirs moins compétitifs et rentables à court terme, tend à formater recherche et enseignement en fonction du critère dominant de la croissance. Et cela au détriment des services qui contribuent au développement, et que doivent fournir entre autres lettres, arts et sciences sociales.

  • 19 Goujet, 2010.

31Le sport, qui fait l’objet d’une technologisation et d’une commercialisation intensives, bénéficie de nombreuses infrastructures pour accueillir les publics scolaires et universitaires de haut niveau voire d’élite. L’informatique donne lieu à un investissement systématique et semble-t-il excessif, programmé en sous-main par l’industrie numérique19. Par comparaison, le champ d’action des LLA-SHS, dont les coûts d’entretien sont pourtant nettement moindres mais qui ne peut se prévaloir de lobbies industriels, apparaît de plus en plus restreint, au regard des besoins sociétaux. Ainsi, la fermeture ou le reformatage de départements en lettres classiques, philosophie, langues minoritaires ne sont plus des phénomènes marginaux.

  • 20 Université du Mirail rebaptisée Jean-Jaurès en 2014, à l’occasion de la commémoration du centenair (...)

32À titre de comparaison, à Toulouse, les principaux pôles de compétitivité créés en 2005 gèrent des programmes internationaux dans le domaine des sciences physiques et du vivant : l’Aerospace campus (2 000 chercheurs, 600 millions d’euros, 17 immeubles) et le Cancéropôle qui est de même envergure. Le plan campus concerne surtout l’université de sciences (Rangueil), en particulier sur un programme de promotion des nanotechnologies. Quant à l’université des lettres, arts et sciences humaines20, elle n’a droit qu’à la réhabilitation de son patrimoine immobilier. Dans le cadre de la LRU, l’investissement privé risque d’y être peu important également. Dans le même temps, les prérogatives de l’IUFM ayant été quasiment annulées au cours du dernier quinquennat, les sciences de l’éducation en ont été d’autant minorées.

  • 21 Delepouve, 2012.

33Instrumentalisation des sciences et techniques, marginalisation des LLA-SHS : ce déséquilibre stratégique a des incidences au niveau des publics scolaires et universitaires, entraînant la perte de valeurs et de repères, source de violences, de dépendances et de déculturations. La crise de croissance de l’Union européenne nous interpelle sur la pertinence de ces choix, peu discutés sous un angle épistémologique. Ainsi, le jargon technocratique issu de l’abus du langage mathématique permet de masquer des choix financiers et économiques souvent irresponsables21.

34À l’initiative d’un manifeste La Connaissance libère (2013), l’association « Champ libre aux sciences sociales », un collectif d’universitaires tire la sonnette d’alarme :

  • 22 Collectif Sciences sociales, 2013, p. 48.

Les sciences sociales, prises en tenaille entre les agences de programmation, d’évaluation et de notation de la recherche, l’immixtion de contraintes économiques extérieures à leur champ, la judiciarisation de débats scientifiques, le monopole discrétionnaire des grandes maisons d’édition sur la sélection et la diffusion de leurs travaux et l’instrumentalisation de certains journalistes trop pressés, voient […] leur marge d’indépendance rétrécir. Il est temps d’inverser la tendance22.

Professionnalisation des LLA-SHS et perspectives de développement sociétal

  • 23 Appel interorganisationnel, 2008.

35Qui ne connaît ces exemples d’étudiantes en lettres ayant bac + 5 et recyclées caissières de supermarchés ou dans le meilleur des cas professeures des écoles ? Autre cas, ces étudiants en psychologie ou sociologie reconvertis dans le recrutement des personnels et l’étude des dossiers d’embauche… Cela dans un esprit managérial qui a peu à voir avec les principes cultivés au cours de leurs études. Déclassement d’étudiants en lettres, détournement d’autres issus des SHS, démoralisation progressive des acteurs de la culture et des humanités, qu’ils soient enseignants, artistes, créateurs, qualifiés d’idéalistes impénitents par les tenants du système… autant de phénomènes en chaîne dans ce processus de dévissage des LLA-SHS. « Les sciences humaines et sociales, qui apportent un regard critique et distancié sur notre monde sont parmi les sciences les plus menacées23. »

36Comment remonter cette spirale infernale ? Le livre d’Edgar Morin et de Samir Naïm, Une politique de civilisation (1997), dont un chapitre a été réédité en 2008, a fait l’objet de débats dans la mesure où est préconisé un programme adapté à la demande sociale et juvénile, tant en matière de reconstruction des repères et des liens sociaux que de débouchés pour les filières. Une telle politique aurait trois impératifs :

  • 24 Morin, 2008, p. 45.
  • 25 Morin, 2008, p. 57.

-Solidariser (contre l’atomisation et la compartimentation) ;
- Ressourcer (contre l’anonymisation) ;
- Convivialiser (contre la dégradation de la qualité de la vie) ;
- Moraliser (contre l’irresponsabilité et l’égocentrisme24) ;
Solidariser, convivialiser, ressourcer, ces impératifs peuvent trouver une expression désormais territoriale et économique25.

37La tenue du Grenelle de l’environnement en 2007 manifeste l’évolution des mentalités en matière de gestion environnementale ; il s’agit de procéder de même pour ce qui peut être appelé « l’environnement psycho-socio-culturel du citoyen », également contaminé :

  • 26 Morin, 2008, p. 64-66.

Ne peut-on proposer des « États généraux de la civilisation » où se rassembleraient tous ceux qui ont eu des expériences et des idées dont le but est de régénérer le tissu démocratique, social, culturel, etc ? La vraie initiative communicationnelle et militante relève des associations et des individus. L’État doit être présent pour fournir les moyens et les cadres, et non pour jouer un rôle directif […]. L’idée nouvelle de la politique de civilisation est de faire en sorte que la puissance publique crée les structures pour que les bonnes volontés qui ne parviennent pas à s’exprimer, les pulsions créatives solidaires, trouvent pleinement leur emploi. […] Tous les néo et éco-emplois, métiers de solidarité, de convivialité, peuvent être incités ou suscités. Alors s’opérerait la boucle sur la question de l’emploi, traitée à partir des problèmes de fond de notre société26.

38Cette économie de la solidarité ou à visage humain, complémentaire de l’économie compétitive, nécessite, pour se développer, une autre répartition des deniers publics. La comparaison avec le système universitaire américain est intéressante, elle fait tomber le masque de la LRU, dont le mode de gestion se révèle d’un néolibéralisme brutal :

  • 27 Berger, 2007.

Aux États-Unis, pays dont le système universitaire, certes inégalitaire, mais prestigieux et performant, est érigé en modèle par le gouvernement (français) qui prétend fallacieusement s’en inspirer, l’abondante dotation privée des secteurs scientifiques et technologiques permet aux universités de maintenir un niveau décent de soutien à l’éducation et à la recherche dans le domaine des humanités et des sciences humaines, grâce aux « bénéfices » dégagés du côté des sciences, des technologies, et de certaines filières qu’on appelle ici « professionnalisantes ». Encore faut-il juger nécessaire et pertinent le maintien d’un enseignement et d’une recherche en sciences humaines et humanités ; encore faut-il aussi vouloir et pouvoir redistribuer les richesses reçues, produites ou accumulées au sein de l’université, afin que tous les domaines de savoir en tirent des bénéfices. Et c’est bien le cas dans le monde anglo-saxon27.

39Ce système de vases communicants est singulièrement manquant sous nos cieux ; signalons le cas de l’université strasbourgeoise qui a rattaché en 2008 ses différents champs disciplinaires en une même entité administrative. La redistribution des bénéfices incombe également au monde du travail et de l’entreprise :

  • 28 Morin, 2008, p. 69-70.

La politique de civilisation est non pas incompatible, mais complémentaire du développement techno-économique des entreprises en compétition sur le marché international. Le développement de leur compétitivité va réduire la part du travail humain au profit de l’automatisation informatisée ; il nécessitera aussi, en contrecoup, le développement de services à visage humain […] Par ailleurs, une partie des bénéfices de l’économie compétitive pourrait être consacrée au développement de l’économie à visage humain28.

40La construction d’alternatives à la dite « économie de la connaissance » passe par la prise en compte des aspirations au progrès sociétal. En complément de l’écologie sociale, la démocratisation de la vie internationale, l’essor de la parité homme-femme et de la diversité culturelle, la réhabilitation d’une vie scolaire et sociale assainie sur un plan éthique, la médiation interculturelle… ne peuvent être pérennisées valablement sans le concours actif et reconnu des LLA-SHS, sans leur didactisation à l’école et dans les médias.

41Cette démarche est d’autant plus nécessaire que les disciplines précitées sont, comme écrit précédemment, majoritairement investies par les femmes, les catégories populaires, les minorités ethniques issues de l’immigration non européenne, les élites du Sud, c’est-à-dire par des entités culturelles encore marginalisées… Le combat à mener à l’encontre des discriminations disciplinaires se double donc d’un combat pour le respect des différences d’appartenances, celles-ci se cristallisant sur la question des conceptions et des modes de développement.

42Les Assises sur l’ESR et la consultation nationale pour la refondation de l’école ont-elles fait évoluer cette problématique ? Il est permis d’en douter. Le champ des LLA-SHS était peu représenté dans le comité de pilotage des Assises, la perspective proposée concernant « la recherche technologique, immédiatement transférable dans le tissu industriel, notamment les PME-PMI et ETI ». La consultation sur l’école a mis surtout l’accent sur « le passage à l’école numérique » et s’est conclue sur l’importance de « la culture scientifique pour favoriser la réussite des élèves » (site MEN, 2012). À signaler cependant l’élargissement du socle des savoirs et compétences à une troisième composante, culturelle, la promotion de l’enseignement artistique et la mise en place d’un enseignement de morale laïque et citoyenne…

43Ce tableau est quelque peu éclairé également par la perspective d’ouverture en 2018, dans le cadre du plan Campus, du campus Condorcet (à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis). Ce sera le plus grand centre de recherche et d’enseignement de France en sciences humaines et sociales. Y participeront six établissements, le CNRS, l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), l’École des chartes… –, ainsi que quatre universités – Paris I, III, VIII et XIII.

  • 29 Fioraso, 2013.

Il aurait été facile, en cette période de contraintes budgétaires fortes, de surseoir ou même de renoncer à ce projet, a rappelé Geneviève Fioraso citée par l’AEF, agence spécialisée en éducation. Au contraire, j’ai choisi de faire exister le site Condorcet. C’est un signe fort de changement : les SHS ne sont plus la marge d’ajustement quand les choses vont mal29.

44Quel est le bilan du Conseil pour le développement des humanités et des sciences sociales (CDHSS), créé en 2011 ? Ses activités de remédiation semblent peu effectives :

  • 30 Krzywkowski, 2010.

Le rapport de 2010 « Pour des sciences humaines et sociales au cœur du système d’enseignement supérieur et de recherche » se veut un plaidoyer pour l’intérêt social des SHS, projet tout à son honneur face à une ministre qui ne les reconnaît que comme prestataires de services, si son discours vertueux ne renvoyait pas sans cesse aux « compétences », à la « concurrence » et à la « dynamique d’employabilité » […]. Constatant un « sentiment récurrent de crise », le rapport appuie, certes, nombre de revendications (sous-effectif administratif, non reconnaissance des diplômes malgré la « capacité de professionnalisation » des savoirs transmis par les LLA-SHS, etc.) […] Le rapport se contente de généralités concernant le point défini par sa mission : « dégager les grands enjeux scientifiques qui animeront les sciences humaines et sociales françaises dans les années à venir ». Dans l’esprit même du rapport : « L’unique issue est celle d’une adaptation progressive à la nouvelle réalité »… avec l’esprit critique qui caractérise les LLA-SHS, bien sûr30 ! »

45De même que le SNESUP, la Cour des comptes pointe en 2012 l’immobilisme de la gestion des SHS, cette fois-ci de la part de l’Institut national des sciences humaines et sociales du CNRS :

  • 31 Cour des comptes, 2012.

L’institut a renoncé à souscrire un contrat d’objectifs avec le CNRS, comme le prévoyait expressément le contrat d’objectifs de l’organisme […]. L’institut n’a pas produit de document public qui aurait donné ses orientations […]. Les pouvoirs publics de même que la communauté des SHS d’ailleurs peu informés de ces perspectives sont donc dans l’attente de l’expression d’une stratégie et d’une prospective dans le domaine de la recherche31.

46Peut-être en réponse à ces interpellations, une initiative est à signaler, le premier salon de la valorisation en sciences humaines et sociales tenu en mai 2013 à Paris (salon Innovatives SHS), sous l’égide du CNRS. Un plan ministériel de soutien et de repositionnement des SHS annoncé à cette occasion porte sur deux volets, d’une part l’insertion professionnelle et en l’occurrence l’adéquation entre le diplôme obtenu et le travail occupé, de l’autre la préservation des disciplines rares, menacées de disparition.

  • 32 Brafman, 2013.

Dans un contexte budgétaire tendu, les universités ne pourront pas s’offrir le luxe de garder toutes les formations. Une cartographie des disciplines rares université par université est en cours. Elle devrait déboucher ensuite sur deux types de mesures : un observatoire pour réguler les recrutements, et des moyens spécifiques pour aider les universités à fonctionner en réseau lorsque le vivier des professeurs est trop faible. Mais également un fonds de consolidation national pour accompagner la refonte des projets pédagogiques et le maintien des équipes en place lorsque les étudiants ne sont pas assez nombreux32.

47Face à une évolution parfois catastrophique de la situation – la menace pure et simple de disparition des disciplines rares -, la gestion de politiques d’austérité ne peut convenir ; un programme de réhabilitation est à conduire, à partir de la reconnaissance de « l’utilité fondamentale de réelles sciences de l’homme et de la société qui ne soient pas réduites à être des auxiliaires de fonctionnement des activités marchandes et des avancées industrielles ni à seconder les autres disciplines scientifiques » (conseil scientifique de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, compte-rendu intersyndical SNTRS-CGT, SGEN-CFDT, SNCS-FSU et Snesup-FSU). Le collectif en sciences sociales, à l’initiative du manifeste précité « La connaissance libère », appelle également à un sursaut salutaire :

  • 33 Collectif Sciences sociales, 2013, p. 62-63.

Nous lançons cet appel à la construction ouverte et progressiste d’un intellectuel collectif. Aux côtés des « économistes atterrés » et de tous les réfractaires, de quelque profession que ce soit, à la doxa savante, ce manifeste vient étoffer la cohorte des insoumis de la science […] pour que les sciences sociales critiques réarment les luttes. Contre toutes les dominations, notre force est collective33.

  • 34 « Régénérer une culture humaniste laïque, laquelle permettrait d’armer intellectuellement les adol (...)

48Dans le cadre d’un dialogue interdisciplinaire et intradisciplinaire, il appartient à ce champ de contribuer à une lecture critique et alternative des projets de société et des systèmes de représentation. Il a un rôle indispensable à jouer dans la sortie de crise, par l’analyse des processus mettant en danger la démocratie et la conception des moyens d’un regain démocratique. Le système éducatif, dont l’inadaptation est devenue endémique à l’heure de la mondialisation et de la société des médias, réclame l’élaboration d’humanités nouvelles. Comme l’écrivait déjà Edgar Morin34 lors des consultations du gouvernement de la gauche plurielle en 1999, un référentiel élaboré à partir des fondamentaux des LLA-SHS serait précieux pour l’éducation à une citoyenneté éclairée aux plans communicationnel et sémiologique, psycho-social, géo-politique, anthropologique… Le manque d’élaboration des IUFM dans ce domaine a été l’une des raisons principales de leur décrochage : cette tâche incombe aux ESPE de même qu’aux universités avec lesquelles ces écoles vont collaborer. Il est à espérer que le programme d’enseignement de la morale citoyenne et laïque, qui sera mis en œuvre en 2015, fasse prévaloir ces nouveaux paramètres.

  • 35 Cour des comptes, 2010.

49Pour répondre à la demande de repères et de reconnaissance des jeunes des quartiers pluri-ethniques, qui se traduit par une violence sociétale toujours accrue, il serait intéressant de créer un statut de médiateur interculturel. Deux rapports récents, respectivement des États généraux de la sécurité à l’école et de la Cour des comptes, insistent sur la nécessité de ne plus uniformiser les enseignements et, tout en conservant le cadre unitaire d’ensemble, de les diversifier de manière à les adapter aux publics concernés35. Un tel dispositif est apte à réconcilier de nombreux publics avec la langue-culture française et les cultures européennes et francophones, apte également à offrir des débouchés aux LLA-SHS et à remobiliser les étudiants en faveur du métier d’enseignant. Au plan budgétaire, comparée à la gestion des laboratoires et instituts spécialisés dans les autres champs disciplinaires, une création institutionnelle et statutaire de cet ordre serait d’une modicité certaine.

Notes

1 Les trente Glorieuses qui suivent la Deuxième Guerre mondiale (1945-1975) correspondent à une modernisation sans précédent des infrastructures du pays comme de celles des pays occidentaux.

2 Jean Druon, 2001. « Ce film examine les mécanismes souterrains qui fondent l’histoire. Il s’attache à montrer les connexions entre la production sociale des connaissances scientifiques et les luttes pour la domination. […] [C]’est à travers l’histoire du xxe siècle que cette réflexion a été abordée, l’auteur proposant une lecture simultanée de l’histoire sociale/politique et de l’histoire des sciences, deux histoires inextricables. »

3 En grec, oikos, signifiant « maison », est le radical commun des mots « écologie » et « économie » : dans les faits, trop souvent ces deux disciplines sont mises en concurrence.

4 Godelier, 2001, p. 4-5.

5 Citton, 2010.

6 Baudelot et Establet, 2001, p. 108-110.

7 Voir le chapitre iii, « La francophonie : quel programme ? » (Martine Boudet).

8 Morin, 1999, p. 8.

9 Haigneré, 2003, p. 159.

10 Serres, 1992, p. 84.

11 Godelier, 2001, p. 8.

12 Collectif sciences sociales, 2013, p. 30.

13 Mbembe, 2010, p. 123.

14 Journet, 2002, p. 2.

15 Du fait des carcans nationaux, le romantisme français s’est plutôt limité à une introspection d’ordre psycho-affectif et lyrique.

16 Voir le chapitre x « Axes de recomposition programmatique » (Martine Boudet).

17 Brisset, 2009, p. 15-16.

18 Voir le chapitre ii, « L’économie européenne de la connaissance » (Martine Boudet).

19 Goujet, 2010.

20 Université du Mirail rebaptisée Jean-Jaurès en 2014, à l’occasion de la commémoration du centenaire de la mort de cet homme politique et philosophe.

21 Delepouve, 2012.

22 Collectif Sciences sociales, 2013, p. 48.

23 Appel interorganisationnel, 2008.

24 Morin, 2008, p. 45.

25 Morin, 2008, p. 57.

26 Morin, 2008, p. 64-66.

27 Berger, 2007.

28 Morin, 2008, p. 69-70.

29 Fioraso, 2013.

30 Krzywkowski, 2010.

31 Cour des comptes, 2012.

32 Brafman, 2013.

33 Collectif Sciences sociales, 2013, p. 62-63.

34 « Régénérer une culture humaniste laïque, laquelle permettrait d’armer intellectuellement les adolescents pour le xxie siècle. […] Favoriser l’émergence de nouvelles humanités à partir des deux polarités complémentaires et non antagonistes, la culture scientifique et la culture humaniste. Ces humanités permettraient de se reconnaître humain et de reconnaître en autrui un être humain complexe […]. Une telle culture a pour mission d’affronter le grand défi de la complexité que lance le monde qui est et sera celui des nouvelles générations. » (Morin, 1999, p. 14-15)

35 Cour des comptes, 2010.

Auteur

Professeure agrégée de lettres modernes, docteure en littérature française (lycée Raymond-Naves de Toulouse). Expérience de formation enseignante acquise notamment dans le cadre de la coopération francophone au Maroc et au Bénin, spécialiste de didactique et d’anthropologie culturelle. Coordination de séminaires à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS-Paris).

© Presses universitaires du Midi, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540