Version classiqueVersion mobile

Hommage à Robert Jammes

 | 
Francis Cerdan

Volume I

Pour une étude sur D. Juan de la Sal, obispo de Bona et une lettre inédite

Henry Bonneville

Texte intégral

  • 1 Les raisons en sont multiples et tu en connais, personnellement, l'essentiel. Elles n'intéressent (...)

1Je t’en veux, mon cher Robert. Je t'en veux parce que depuis une dizaine d'années maintenant, je m'étais condamné à un silence définitif1. Je t'en veux donc parce que, aujourd'hui (¡ mal que me pese !) tu m'obliges à faire appel de cette condamnation : comment pourrais-je (étant encore en vie) envisager un seul instant d’être absent d’un Hommage préparé par tes amis, avec toute leur affection et leur admiration pour le grand hispaniste que tu es (¡ mal que te pese !).

2Voici donc ma contribution, très mince, j'en conviens, par le volume, mais énorme par l'amitié : j'en suis ; et c'est pour moi l'essentiel. J'ai la faiblesse d'imaginer qu'il en va de même pour toi.

3Alors que, cela fait maintenant quelques lustres, je m'attaquais d'abord, avec l'ardeur et l'inconscience du néophyte, à l'étude de la poésie à Séville au Siècle d'Or, puis plus particulièrement à celle d'un certain Dr. Juan de Salinas, il m'arriva, à tout bout de champ et par la force des choses, de trouver sur mon chemin (parce que sur celui de Salinas) l’attachante personnalité de son ami Don Juan de la Sal, obispo de Bona.

  • 2 « Dos testimoños inéditos de Don Juan de la Sal, obispo de Bona, sobre la vida en Sevilla (1623 y (...)
  • 3 Ibid., p. 109.

4Attachante et curieuse cette personnalité du monde sévillan du premier quart du XVIIe siècle qui devrait mériter, me semble-t-il, d’être mieux connue et évaluée qu'elle ne l'avait été jusqu'à ce jour. D'où l'idée de lui consacrer un travail approfondi, lorsque mes recherches sur Salinas et mes obligations universitaires m'en laisseraient enfin le loisir. C'était du moins l'intention que j'exprimai, en publiant deux importantes lettres inédites de D. Juan de la Sal, dans un article destiné (est-ce un hasard) à l'Hommage à Noël Salomon, un autre de mes très grands amis, notre ami, prématurément disparu en 19772. J'y exprimai également ma reconnaissance pour Doña María Brey de Moñino à qui je devais d'avoir eu accès à un certain nombre de documents de la bibliothèque de Don Antonio, parmi lesquels figuraient les copies des deux lettres publiées3. Les deux documents que je reproduis aujourd'hui ont la même provenance et justifient la même gratitude. Il s'agit encore d'une lettre inédite de D. Juan de la Sal, autographe celle-là, et d'un extrait d'une chronique anonyme concernant sa mort et ses funérailles. Tel est le premier propos, immédiat, de cet article.

5L'autre propos ne me paraît pas moins essentiel. Il est d'attirer l'attention d'éventuels curieux ou chercheurs, et tout particulièrement des sévillanistes, sur l'intérêt d'une recherche et d'une étude systématiques, menées dans plusieurs directions sur le personnage, sa personnalité, ses activités, son rôle, ses écrits, connus... ou à découvrir. En quelque sorte, mener à bien le travail auquel il m'a fallu, hélas, renoncer, mais dont je persiste à croire qu'il pourrait s’avérer fructueux et utile.

  • 4 Voir Henry Bonneville, Le poète sévillan Juan de Salinas, vie et œuvre (1562 ?-1643), Paris-Grenob (...)
  • 5 Il serait surprenant que ses fonctions de Visitador General n'aient pas donné lieu, de la part de (...)
  • 6 Il doit être possible de trouver à Madrid, à l'Archivo Histórico Nacional, à la B.N., ou éventuell (...)

6Il ne fait aucun doute, en effet, que le « saladísimo » D. Juan de la Sal fut une personnalité de tout premier plan à Séville (et au-delà), dans une période qui recouvre les trente premières années du XVIIe siècle. J'ai donné sur lui, dans mon ouvrage sur Juan de Salinas, son grand ami, un certain nombre d'informations, de documents, actes notariés, références bibliographiques et littéraires, qui sont autant de pistes. Je n'y reviendrai pas ici4. Encore Canónigo de Cartagena, avec vraisemblablement résidence à Murcia, en 1602, il apparaît à Séville (dont il était originaire) comme Visitador General del Arzobispado dès 1603, puis Obispo « in partibus » de Bona, évêque auxiliaire de Séville, dès 16045. Protégé des Cardinaux archevêques, grand ami du duc de Medina Sidonia, du marquis del Carpio, du comte de Palma, en fait de toute la classe dominante, très proche des jésuites de la Casa Profesa et du Colegio San Hermenegildo, bien connu et écouté à la Corte, il joua souvent un rôle important, aussi bien dans les milieux aristocratiques que religieux ou littéraires6.

  • 7 Voir H. B., art. cit., pp. 109-111, texte et notes, où je me suis efforcé de récapituler la biblio (...)
  • 8 Ibid., pp. 112-122.

7Surtout connu, à partir du milieu du XVIIIe siècle, pour ses fameuses lettres au duc de Medina Sidonia sur Las locuras del Padre Méndez, publiées pour la première fois en 1848 par Adolfo de Castro, qui l’ont fait considérer, depuis, comme l'un des épistoliers les plus remarquables de son temps7, il est surprenant que, à ma connaissance, aucune étude de ces lettres n'ait été entreprise, aussi bien pour leur valeur documentaire que littéraire et stylistique. Voilà déjà un premier centre d'intérêt, surtout si l'on y ajoute les deux lettres inédites, publiées par mes soins en 19798.

  • 9 Pour s'en convaincre, on pourra se référer tout particulièrement au Vásquez de Leca de Joaquín Haz (...)

8De plus, il n'est pas douteux, comme je l'ai déjà avancé, qu'il ait joué un rôle important dans les milieux religieux, en particulier dans les rapports ou les conflits entre jésuites et dominicains ; et il conviendrait de mettre particulièrement en relief son engagement et son influence dans le combat mené à Séville, en particulier dans ce premier quart du XVIIe, en faveur du culte de l'immaculée Conception, qui y fit grand bruit9.

  • 10 Il était aussi le frère d'Isabel Hurtado, mère du poète Juan de Jáuregui. La famille eut quelques (...)
  • 11 Notamment lors du célèbre Certámen, organisé par la Compagnie de Jésus pour les fêtes de la béatif (...)
  • 12 Rappelons encore qu'en 1624, de Madrid, Quevedo soumettait à son jugement (« ¿ a quién sino a vos  (...)

9Un troisième volet (qui se recoupe avec le précédent) serait incontestablement l'importance et l’influence du bon évêque « in partibus », grand ami de Salinas10, dans les milieux littéraires et poétiques de Séville. N’oublions pas qu'il fut, pendant tout ce premier quart de siècle, un membre quasi inamovible et très influent de nombreuses Academias et de presque toutes les Justas, certámenes, etc., de caractère religieux ou non, qui émaillaient la vie sociale et littéraire dans la capitale andalouse11. Il conviendrait d'examiner de près les palmarès de ces joutes poétiques pour mieux comprendre, peut-être, les tendances poétiques qui se manifestent alors12.

10Je m'en tiendrai là. ¡Aprovéchelo quien quisiere !

  • 13 Bibliothèque de D. Antonio Rodríguez Moñino, réf. C. 30-2150 (1), fol. 324 recto verso. Je précise (...)

11La lettre que je publie ici, écrite en 1614 (seize ans avant sa mort), ne manque pas d'intérêt non plus, aussi bien pour la biographie de D. Juan que pour certaines pratiques écclésiastiques, mais je m'abstiendrai de commentaires ; elle parle d'elle-même à qui voudra la lire. Elle présente en outre le mérite d'être autographe13.

12Fol. 324 rto C 30-2150(1)

Mi señor
El obispo de Bona sufraganeo del Arçobispo de Se(vill)a digo que de razon y derecho y conforme al asiento que este Reyno de España en materia de espolios tiene hecho con la cantara de su Sanctidad puedo siendo yo obispo titular testar libremente como cualquier otro sinple eclesiastico de todos mis bienes por no aver procedido ni ser ningunos dellos de mi obispado de Bona sobre que pueda caer el espolio que la Cantara Apostolica recoge de los demas obispos.
Con todo eso temeroso de que este hecho de derecho y facultad no me valiese hice antes de consagrarme como cualquier otro obispo con licencia expresa del Nuncio de su Sanctidad en estos reynos y con todas las circunstancias nescesarias, un ynventario de todos los bienes que tenia que como que como (sic) consta por el y se vera al tienpo de mi muerte montaron mas que los que agora tengo.
Y no contento con esto para mayor siguridad suplique en Roma personalmente en el año pasado de mil y seiscientos y trece y alcance de la Sanctidad del Papa Paulo Quinto facultad anplia para testar y disponer despues de mis dias de todos mis bienes en la forma que a mi me pareciese y esta gracia fue reconocida y registrada en la Camara Apostolica como se podra ver por la copia autentica que presento della juntamente con el ynventario dicho aviendo citado para sacar la dicha copia al subcoletor y fiscal de la Camara nonbrados a este Arçobispado de Sevilla.
Pero no obstantes todos estos pertrechos sobredichos se cierto y la experiencia lo muestra cada dia que no an de ser suficientes ni bastara defenderme de las bexaciones y destroço que los ministros de la Camara en Sevilla an de hacer de mis bienes el dia que yo muriere si desde agora no me valgo del anparo y fabor que espero hallar en Vuestra Alteza porque el subcoletor que es de ordinario un prebendado desta yglesia al punto que sepa que e espirado con mano armada de excomuniones y censuras me secrestara toda mi hacienda tomara todas las llaves de mi casa se encerara con su fiscal abogado y notario de la Camara y los demas que quisiere sin permitir que se halle presente ninguno de mis albaçeas o heredero requirira quantos escritorios cofres y rincones uviere en toda mi casa a titulo de hacer ynventario de mis bienes en nonbre de la Camara Apostolica.

Fol. 324 vta
Asistira a mi almoneda señalara ministros para ella y como dueño de todo rematara y despachara de la manera que quisiere y no alçara mano finalmente si no es pagadas muy grandes costas y sacados por fuerça los percances y salarios que dice un poco mas abajo.
De todo lo qual sesperimenta (sic) y es fuerça que se sigan los perjuicios siguientes lo primero en el escrutinio secreto que hace a solas el subcoletor y los suyos de los bienes y alhajas del difunto se desparecen (sic) sienpre muchas cosas menudas de valor por ser tantas las manos en que andan y ningunas testigos de parte de cuyas son. Lo sigundo estorvase el bueno y brebe despacho de los bienes queriendo asistir y ser dueño del almoneda el subcoletor mandando y resolviendo mucho mas que los albaceas todos juntos. Lo tercero es grande el gasto y costa que se hace sin que ni para que en salarios de guardas notarios y oficiales que pone el subcoletor y en lo que toma para si por premio de su trabajo.
De todos estos tres daños depongo como testigo de vista siendo albacea del Cardenal de Guevara mi señor Arçobispo de Sevilla que sea en gloria que pues sin valerle la facultad anplissima que tenia como Cardenal para testar ni ser poderosos a defenderle sus testamentarios y herederos el prebendado que entonces era subcoletor en este Arçobispado se entro enbargando y secrestando sus bienes hiço visita dellos con solos los suyos espulgo todos los escritorios de que se rehundio un tejo de oro que pesava no pocos centenares de ducados una joya de valor medias de seda toallas y otras piesas menudas de ropa blanca curiosas que el Cardenal tenia en sus escritorios. Desenvolvio a sus solas quantos papeles secretos quedaron que eran muchos y dellos faltaron hartos y eran gran parte dellos de negosios de la ynquisision del tienpo que fue Ynquisidor General en el almoneda estuvo sienpre presente mandando rematar y suspender los remates quando y en quantos queria puso los oficiales y ministros que quiso de su mano y a todos señalo y hiço pagar salarios muy suficientes y aun sobrados y a el se le dieron de contado mil ducados por via de galardon de su trabajo y para el nuncio saco una cruz de diamantes que avia costado ochocientos ducados aunque valia mucho mas en suma en esta bexasion y en redimirla se gastaron mas de siete mill ducados de lo mejor de la hacienda.

Fol. 325 rto
Mas fresco que este es el exenplo del Arçobispo de Granada que a pocos dias que murio afirma su Provisor como testamentario que fue suyo que en el escrutinio secreto del subcoletor y de los suyos se desparecieron (sic) dos reloxes pequeños de oro muchas curiosidades menudas de valor de que estavan llenos los escritorios y que en mes y medio que duro esta vexasion hasta que Vuestra Alteza enbio su provision con que se redimio se gastaron veynte y siete mil reales como oy dia consta de los libros.
Es bien verdad que en la hacienda del Arçobispo de Granada por ser espolio del Papa no teniendo licencia de testar parece que uvo causa de entrar el subcoletor y apoderarse de todo pero con el Cardenal de Guevara que tenia facultad anplisima para poder disponer de su hacienda que achaque o que raçon pudieron tener los ministros de la Camara para hacerse con tan gran daño dueños de los bienes de que el Papa y su Camara no sacaron ni podian sacar algun provecho sino que solos ellos a rio buelto salieron con la ganancia que quisieron la qual en haciendas muy gruesas se puede sobrellevar pero la mia que es tan tenue que apenas llegara a dies o doce mil ducados a lo mas y que toda placiendo a Dios se a de enplear para servicio suyo en beneficio de mi anima y socorro de mis pobres criados que mella se hara si el subcoletor y los suyos la manejan malbaratarse a forçosamente la mejor parte della no solamente sin utilidad del Papa y de su Camara sino contra la espresa voluntad y orden de entranbos como lo rezan las bulas y despachos que presento.
Por tanto pido y suplico a V(uest)ra Alteza humilmente que conpadeciendose de mi y atendiendo a las tres causas que tengo como dixe al principio en mi fabor para testar libremente quales no pienso que concuriran en otro obispo me quiera anparar desde luego con una provision de que mis albaceas al tienpo de mi muerte puedan valerse para defensa de mis bienes y que su execusion venga encargada al Señor Regente desta Audiencia que es o fuere que en ello recibire de mano de Vuestra Alteza señaladisimo fabor.
D(octo)r Juan de la Sal
Ob(ispo) de Bona

  • 14 Bibliothèque de D. Antonio Rodríguez Moñino, réf. C. 30-2150 (2), 12 folios (formant un cahier).
  • 15 Il va de soi qu'il n'y a pas heu de publier ici une bibliographie qui, même détaillée, serait forc (...)

13Le deuxième document, sur la mort et les funérailles de D. Juan de la Sal, est tiré d'un fragment de chronique au jour le jour, d'auteur inconnu, rapportant des événements qui se sont déroulés à Séville l'année 1630, fragment, manifestement arraché d'un diario, qui commence le 4 janvier et s'achève le 19 juin14. J'ignore s'il a été publié par ailleurs. De toutes façons je ne puis en reproduire ici que le passage qui concerne l'Obispo de Bona15.

Fol. 5 rto 1630
En lunes catorze de henero a las dos de la noche murio el señor Doctor Juan de la Sal obispo de Bona natural de Sevy(ll)a al alba lo truxeron en un coche al colegio de San Luis noviciado de la Conpañia de Jesus donde se mando enterar y a quien dexo por herederos reconociendo obligaciones antiguas de aber sido de la Conpañia muchos años bibio casi ochenta a la tarde se hizo el entiero estava en medio de la capilla de la Iglesia de San Luis en un tumulo cubierto de paños de terciopelo y//

5 vta 1630
damasco carmesí bestido de Pontifical y el sonbrero a los pies al deredor doze cirios en blandones y en blandoncillos belas la yglesia llena de sillas y bancos para la cofradía de la Vincula de San Pedro de donde era Rector asistieron sus sobrinos con lutos y su familia con capuzes en numero de doze criados ubo gran aconpañamiento de caballeros abitas. El Conde de la Tore y el Asistente el Dean don Francisco de Monsalve a quien dexo por albacea truxo muchos del cabildo dignidades canonigas y racioneros y la musica hizo el oficio la cofradia de San Pedro que es una gravísima comunidad y de Pontifical el S(eño)r don Luis de Camargo obispo de Centuria dixo la ultima licion y hizo el oficio de la sepultura enterose en un ataud forado por de fuera de raso negro con cintas de seda y oro y clavazon dorada en la capilla del capitulo o de profundis que es excelente pieza muy adornada de pinturas y azulejos y un altar de la Concepcion de N(uest)ra S(eñor)a doblo la tore de la S(ant)a Iglesia con la canpana grande y todas las de la Conpania.//…………

Fol. 6 rto 1630
En martes cinco de febrero se hizieron en el colegio de San Luis las onras del S(eño)r Obispo//

Fol. 6 vta
de Bona Doctor don Juan de la Sal en la capilla mayor se lebanto una tarima cubierta de paños negros y encima la tunba con paño de tela amarilla con dos almohadas de la misma tela y borlas de oro y encima una mitra rica en deredor doze blandones con cirios blancos dixo la misa el Padre (…………..) de Sotomayor preposito de la casa profesa con dos diaconos predico el Padre Andres Lucas doctamente. Asistio la clerecía de la Paroquia de Santa Marina y hizo el oficio la musica de la Santa Iglesia estubieron todos sus criados y sus sobrinos y muchos caballeros el Dean como albacea con el abad de Olibares don Francisco Fernandez Bertran y su hijo del Asistente de Sevy(ll)a y prebendados ubo muchos de la conpañia de todas las casas que tienen fundadas en Sevilla.

14Voilà, mon cher Robert, j'espère que tu ne m'en voudras pas, à ton tour, de la modicité de cette contribution : c'était a la buena de Dios.

Notes

1 Les raisons en sont multiples et tu en connais, personnellement, l'essentiel. Elles n'intéressent vraisemblablement personne. Disons, grosso modo, à l'espagnole : « los años y desengaños ».

2 « Dos testimoños inéditos de Don Juan de la Sal, obispo de Bona, sobre la vida en Sevilla (1623 y 1626) », in Hommage des Hispanistes Français à Noël Salomon, publiés par les soins de la SHF, Editorial Laia, 1979, p. 109.

3 Ibid., p. 109.

4 Voir Henry Bonneville, Le poète sévillan Juan de Salinas, vie et œuvre (1562 ?-1643), Paris-Grenoble, 1969, p. 6, 39, 212, 221, 223 à 227, 240, 273, 289, 292 à 295, 304, 306, 314 à 316, 348.

5 Il serait surprenant que ses fonctions de Visitador General n'aient pas donné lieu, de la part de cette fine plume, à un certain nombre d'écrits, et il pourrait être intéressant, à ce sujet, de fouiller les archives de l'Archevêché ou de la Cathédrale. C'est ce que je tentai à plusieurs reprises dans les années 60, mais le moins que je puisse dire c’est que je me heurtai, à l'époque, à une mauvaise volonté évidente, surtout à la Cathédrale... Peut-être les choses ont-elles changé depuis ?

6 Il doit être possible de trouver à Madrid, à l'Archivo Histórico Nacional, à la B.N., ou éventuellement dans quelque collection privée, d'autres lettres de D. Juan, adressées à quelque grand de la Corte où il avait de buenas aldabas. Il existe, par exemple, à la B.N., une longue et intéressante copie d'une lettre, adressée à Don Juan par l'évêque de Gaète, écrite de Naples le 30 juin 1620, qui traite des attaques répétées contre le Duc d'Osuna, alors vice-roi de Naples, et des discussions à la Cour d'Espagne. La copie comporte 12 folios recto verso. Une photocopie fait actuellement partie de l'énorme somme de documents recueillis par mon collègue et ami Louis Barbe, qui a consacré au duc d'Osuna une excellente et volumineuse étude, dont la première partie, qui constituait sa thèse de Doctorat d'Etat, portait sur la période de 1610 à 1616 : Louis Barbe, Don Pedro Téllez Girón duc d'Osuna, vice-roi de Sicile, ELLUG, Université Stendhal, Grenoble, 1992. Cet ouvrage passionnant n'a pu, malheureusement, être publié que tronqué de son énorme appareil critique, notes, documents... Misère de la recherche en France ! Espérons que la deuxième partie, sur la vice-royauté de Naples, qui dispose d'un appareil documentaire encore plus impressionnant pourra un jour être connue du public.

7 Voir H. B., art. cit., pp. 109-111, texte et notes, où je me suis efforcé de récapituler la bibliographie de ces lettres et quelques-unes des appréciations, plus que flatteuses, de quelques érudits, d'Adolfo de Castro à Rodríguez Marin.

8 Ibid., pp. 112-122.

9 Pour s'en convaincre, on pourra se référer tout particulièrement au Vásquez de Leca de Joaquín Hazañas y la Rúa, Séville, 1918 ; et surtout au volumineux ouvrage de Don Manuel Serrano y Ortega, Glorias Sevillanas Noticia histórica de la devoción y culto que la muy Noble y muy Leal Ciudad de Sevilla ha profesado a la Inmaculada Concepción..., Sevilla, 1893.
Cet ouvrage fourmille d'informations sur la participation de D. Juan de la Sal à toutes les cérémonies, processions, joutes, etc., non seulement à titre d'évêque auxiliaire mais aussi comme l'un des membres influents de la Confrérie de San Pedro ad Vincula qui fut à la pointe de cette bruyante campagne. Je renvoie aussi, à ce sujet, aux pages 314 à 318 de mon ouvrage sur Le Poète Sévillan Juan de Salinas, déjà cité.

10 Il était aussi le frère d'Isabel Hurtado, mère du poète Juan de Jáuregui. La famille eut quelques démêlés avec des adversaires du poète pour des questions assez floues de limpieza de sangre.

11 Notamment lors du célèbre Certámen, organisé par la Compagnie de Jésus pour les fêtes de la béatification d’Ignacio de Loyola (voir H. B., op. cit., pp. 272-277), où Góngora connut la retentissante déconvenue que l'on sait (1610).

12 Rappelons encore qu'en 1624, de Madrid, Quevedo soumettait à son jugement (« ¿ a quién sino a vos ? ») ses quatre poèmes sur les oiseaux et les animaux fabuleux, voir H. B., art. cit., p. 111. Il est également significatif que Medrano lui ait dédié un sonnet et une ode, où il lui attribue le nom poétique de Salido, indice qui laisserait entendre que D. Juan aurait aussi taquiné la Muse... ? ; voir Dámaso Alonso y Stephen Reckert, Vida y obra de Medrano, t. I, p. 64 et 75 ns, et t. II, p. 125 sonnet XX et p. 225 ode XXIII.

13 Bibliothèque de D. Antonio Rodríguez Moñino, réf. C. 30-2150 (1), fol. 324 recto verso. Je précise que ce document et celui qui suit ont été transcrits, comme les deux lettres publiées dans mon précédent article de l'Hommage à Noël Salomon, par Mademoiselle Gisèle Chaumier, qui fut mon étudiante, il y a maintenant quelques années...

14 Bibliothèque de D. Antonio Rodríguez Moñino, réf. C. 30-2150 (2), 12 folios (formant un cahier).

15 Il va de soi qu'il n'y a pas heu de publier ici une bibliographie qui, même détaillée, serait forcément incomplète. Une partie des sources bibliographiques et documents peut être aisément trouvée dans mon ouvrage sur Salinas dont une bonne part des ouvrages cités et consultés est valable, notamment les répertoires des joutes littéraires à consulter avec minutie ; de même que les manuels d'histoire ecclésiastique ou des ouvrages sur Séville.

Auteur

Université Stendhal - Grenoble

© Presses universitaires du Midi, 1994

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search