Version classiqueVersion mobile

Hommage à Robert Jammes

 | 
Francis Cerdan

Volume I

Énonciation, intentionnalité et responsabilité. Y a-t-il un auteur dans la salle ?

Christian Boix

Texte intégral

Préambule

  • 1 Cf. C. Boix, Théories et pratiques de l'explication de texte, Dijon, Hispanística XX, Centre d'Étud (...)

1Il paraît bien révolu le temps où l'analyse du discours littéraire se débattait au sein d'une controverse mettant aux prises les tenants d'une écriture-projection des « intentions de l'auteur » et les pourfendeurs de la conscience de soi qui annonçaient la mort imminente et/ou irrémédiable du sujet. À l'ère dite post-moderne, le débat théorique prend des airs consensuels où la transaction remplace avantageusement la polémique dans un contrat sémiotique prudent qui évite de parler de ce qui peut prêter à discussion. Néanmoins, la recherche poursuit son cours sur des bases philosophiques qui engagent toujours une ontologie, laquelle n'est ordinairement guère spécifiée. Pour cette raison, notre but dans cet article sera de reprendre une réflexion autrefois amorcée dans un travail sur l'explication de texte1, pour situer la relation du sujet à l'écriture dans ses dimensions actuelles à la lumière des recherches sur l'énonciation et pour opérer un questionnement sur les conséquences d'une intentionnalité floue qui évacue les notions d'éthique et d'esthétique dans un pragmatisme utilitaire.

2Rechercher dans le discours une forme du sujet qui fasse place à la notion de responsabilité induit peut-être un retour vers des catégories un moment décriées (comme l'auteur ou le style, par exemple), mais il n'est pas sûr d'une part que ces notions n'aient pas continué à fonctionner « sous le manteau » dans toute la recherche contemporaine, et d'autre part que l'on puisse trouver ce que l'on appelle aujourd'hui le sens du sens en dehors d'une perspective qui prenne en compte au moins un lieu dépositaire d'un vouloir et d'un agir. Si ce lieu continue à représenter une sorte de foyer organisateur indispensable aux divers modèles de signification que nous proposent les théories qui mettent entre parenthèses la question du sujet, c'est peut-être parce que notre situation actuelle face à l'auteur ou à l'intention ressemble à s’y méprendre à un nihilisme nietzschéen : nous « savons » que nos valeurs les plus chères sont intenables, mais nous semblons incapables d'y renoncer. Cet entêtement (errare humanum est, perseverare diabolicum...) devrait maintenant attirer notre attention et nous inciter à revenir sur des préoccupations anciennes à la lumière des acquis nouveaux : le souci d'efficacité épistémologique nous a conduit à des renoncements transitoirement utiles pour accroître notre emprise scientifique sur le monde discursif, mais il n'est pas indéfiniment tenable de se contenter d'une approche qui manipule les objets en renonçant à les habiter. Le sémantisme clos du « tout est langage » ne peut rien dire de l'action humaine en tant qu'elle arrive effectivement dans le monde ; la pensée ne sert à rien si elle ne rejoint pas un faire effectif, lequel fait signe à son tour vers un fond d'être.

3C'est donc sur les conditions d'un remembrement de la théorie du discours et de l'expérience qu'en font les sujets qu'il convient maintenant de se pencher.

4Si tant est qu'un retour aux sources soit possible dans un domaine qui s'appuie toujours sur de l'antérieur pour créer du nouveau, nous ouvrirons cette partie de notre analyse par quelques remarques sur l'une des œuvres qui ont véritablement marqué la recherche sur l’énonciation, à savoir les travaux d'Émile Benveniste.

  • 2 E. Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, t. I et II, 1966-1974.

5Le premier élément qui frappe l'attention quand on lit les Problèmes de linguistique générale2, c'est que dans un contexte épistémologique qui privilégiait une théorie de la langue en tant que structure, Benveniste introduit une dichotomie fondamentale entre le niveau des signes (phonèmes, morphèmes, mots) et celui de la phrase, création indéfinie, variété sans limite, vie même du langage en action :

  • 3 E. Benveniste, op. cit., t. I, p. 130.

Avec la phrase, on quitte le domaine de la langue comme système de signes, et l'on entre dans un autre univers, celui de la langue comme instrument de communication, dont l'expression est le discours.3

6Ce premier pas, qui conduit d'une vision statique de valeurs qui ne se laissent déterminer qu'à l'intérieur d'un système qui les organise et les domine vers une vision dynamique pourvue d'une fonction communicationnelle, est sans doute la rupture qui a laissé les traces les plus visibles de l'ambiguïté dans laquelle nous nous mouvons encore. En effet, qui dit communication dit interaction entre sujets : on sort du monde clos des signes pour se déplacer vers celui des agents qui les manipulent – et ce, même si l'unique médiation entre les acteurs du monde reste faite de signes, de constructions sémiotiques et sémantiques. Dès lors on comprend que, parmi les chapitres les plus connus et utilisés de Problèmes de linguistique générale, l'on puisse trouver des titres tels que « L'homme dans la langue » ou « De la subjectivité dans le langage ». Il est bien question ici d'un QUI ?, même si par un renversement épistémologique ce sujet devient une sorte d'émergence discursive :

  • 4 Ibid., p. 259.

C'est dans et par le langage que l'homme se constitue comme sujet ; parce que le langage seul fonde en réalité, dans sa réalité qui est celle de l'être, le concept d'ego.4

7On remarquera d'emblée que le premier membre de phrase cité ci-dessus est passible d’une double lecture. Ou bien nous avons une action de forme réfléchie de la part d'un homme qui agit sur lui-même en se constituant en sujet dans le langage (locatif) ou par le langage (instrumental) ; ou bien le syntagme « se constitue » est à considérer comme une valeur passive où l'homme serait constitué en sujet par un langage alors devenu agent principal. C'est toute l'ambiguïté de la voix moyenne... En fait, l'explication contenue dans le second membre de la phrase tend plutôt à accréditer la seconde hypothèse, mais le doute est constamment maintenu par la facture du passage du livre qui traite de la subjectivité dans le langage :

  • 5 Ibid., p. 260.

La « subjectivité » dont nous traitons ici est la capacité du locuteur à se poser comme « sujet ». Elle se définit, non pas par le sentiment que chacun éprouve d'être lui-même [...], mais comme l'unité psychique qui transcende la totalité des expériences vécues qu'elle assemble, et qui assure la permanence de la conscience. Or nous tenons que cette subjectivité [...] n'est que l'émergence dans l'être d'une propriété fondamentale du langage.5

8Quoique la notion de locuteur appartienne au domaine du langage, la « capacité » rend possible l’idée de compétence nécessaire à l'accomplissement d'un certain acte. Le langage ne pouvant se mettre en action tout seul, soit la question QUI ? ne reçoit pas de réponse, soit ce locuteur aura naturellement tendance à s'anthropomorphiser sous la figure d'une personne qui aura les traits extérieurs de l'auteur du discours tenu.

  • 6 Ibid., id.

9Ainsi se dégage progressivement un « entre-deux » où l'homme ne peut jamais être atteint séparé du langage, réduit à lui-même : dans une sorte d'interaction irréductible, le sujet et le langage créent une entité composite, psycho-linguistique si l'on veut, qui correspond à l'image que l'on peut se faire de la personne. Cependant, cette entité nouvellement définie sur la base d'une précarité liée à chaque moment de production suppose, à défaut de permanence constitutive, une manière d'individualité propre, une action spécifique qui émerge dans la décision d'agir : « L'énonciation suppose la conversion individuelle de la langue en discours »6.

  • 7 Pour une très suggestive vulgarisation de ces questions scientifiques fondamentales, on peut consul (...)

10Pour reprendre les catégories aristotéliciennes, cette force d'engagement dans l'action, l'énergéia dunamis, présuppose un fond d'être à la fois puissant et effectif, sur lequel viendra se détacher l'agir humain. Faut-il considérer cette force primitive comme une sorte d'agrégat de poussières sidérales qui prend corps sous certaines conditions de pression et de température ? La question reste totalement ouverte, face à notre incapacité à trouver un fondement, un point de départ premier : à mesure que nous avançons dans nos recherches sur le sujet, nous rencontrons les mêmes difficultés que les physiciens lorsqu'ils tentent de remonter jusqu'aux constituants premiers de la matière. Les atomes se dissolvent dans une immatérialité préoccupante, le fond de l'univers recule vers un néant simplement habité par nos représentations7.

11Eppur si muove..., tous les mots de notre langue qui prétendent se référer à ce curieux phénomène de l'existence du discours sont obligés de convoquer le sème d'action, de présupposer un faire, de par leur suffixe en « -ion » : énonciation, appropriation, conversion, construction, production, persuasion... Il est par conséquent légitime de poser en tout premier lieu la question de l'agent (QUI fait cela ?). De façon à conserver une cohérence aux démarches sémio-linguistiques qui découpent un objet prioritairement langagier, la réponse à la question QUI ? est tenue à distance, ou, en tout cas, assujettie au problème du QUOI ? et du POURQUOI ? Alors que la définition de la subjectivité dans le langage semble suggérer l'idée d'un sujet constitué en tant que tel par la mise en action de ce même langage, certaines explicitations de la notion d'énonciation ouvrent facilement la porte à une faille d'extériorité dans laquelle il est tentant de s'engouffrer : « L'énonciation suppose un locuteur et un auditeur, avec, chez le premier, l'intention d'influencer l'autre de quelque manière », nous dit Benveniste. Si le locuteur est un être linguistique, une distribution de signes, comment prêter à une telle entité la disposition psychologique d'une intention ? Se désigner comme locuteur peut être entendu comme une opération linguistique qui n'engage que l'observance des règles du jeu langagier, alors que se désigner comme agent d'une action du monde (influencer l'autre) engage un concept d'une autre nature, celui de la responsabilité devant le monde et devant les autres.

  • 8 Cf. J-L. Austin, How to do things with words. Traduction française : Quand dire c'est faire. Paris. (...)

12Cette hésitation constitutive entre le dehors et le dedans, qui affecte l'analyse de discours, est prolongée par les démarches pragmatiques inspirées de la philosophie analytique. Le sujet présupposé est ici engagé dans un milieu, tributaire de ses interlocuteurs, et tourné vers l’action : il s'agit de répondre à la question « comment on peut faire des choses avec des mots »8. La théorie des actes de parole souligne dès le niveau locutoire – par l’appellation d'acte – que ce ne sont pas les énoncés qui réfèrent, mais les locuteurs qui font référence. On trouve également dans les perspectives fondées sur l'argumentation des définitions qui pourraient faire songer que les notions de calcul stratégique renvoient à une extériorité ou une antériorité intentionnelle qui soutient la forme même de la mise en discours :

  • 9 O. Ducrot, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1991, pp. 11-12.

Dire quelque chose, ce n'est pas seulement faire en sorte que le destinataire le pense, mais aussi faire en sorte qu'une de ses raisons de le penser soit d'avoir reconnu chez le locuteur l'intention de le lui faire penser.9

  • 10 Oswald Ducrot clarifie les concepts qu'il utilise en séparant soigneusement auteur, locuteur et éno (...)
  • 11 P. Ricoeur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

13Aurions-nous enfin retrouvé un biais linguistique préservant un contenu mental inaliénable de la personne qui parle ou qui écrit ? À cette interrogation, il faut répondre par la négative en raison d'une différence entre les notions de locuteur et d'auteur. Le locuteur est une entité qui sourd de l'énoncé, il est présenté par l'énoncé comme son exécuteur, ce en quoi il est radicalement distinct de l'auteur qui, lui, est extérieur à l'énoncé et s'oppose ainsi à la dimension intérieure du premier. Encore une fois, la possible ouverture sur un extérieur a été murée par l'exclusion de cet auteur que l'on mentionne toujours10 comme un réalité extérieure au modèle, une réalité matérielle dont on ne sait trop que faire parce que sa consistance – corporelle en premier lieu – ne s'accorde pas facilement avec des opérations logiques appartenant au domaine de la pensée systémique. Les êtres de discours (locuteur, énonciateur, narrateur...) obéissent à une cohérence discursive qui engage une éidétique (ontologie de la forme), alors que l'on pressent que les êtres tout court entrent dans un réseau de déterminations ontologiques pratiquement infini, ne serait-ce que par leur double capacité à supporter des prédicats physiques et psychiques : pour plagier Paul Ricoeur11, nous pourrions dire que c’est la même chose qui pèse soixante kilos et qui a telle ou telle pensée. Ainsi le locuteur est-il une forme observable, une corporéité discursive objectivement située parmi d'autres corporéités discursives mises en place dans la suite des énoncés, tout comme notre corps est un corps quelconque, objectivement situable parmi les corps de cinquante ou soixante-dix kilos. Mais le pouvoir d'autodésignation supposé dans et par le langage induit aussi l'idée que la corporéité discursive renvoie à des aspects du soi, à sa manière d'être au monde, à une personne qui permettrait de regrouper en compréhension ce qui ne se donne dans le discours qu'en extension. La tentation est alors grande de remonter la chaîne d'inférences, qui mène dans le discours de la manipulation des ensembles signifiants à une figure de locuteur, jusqu'à son terme originel- l'auteur qui a pris la plume – pour que l'être de parole finisse par devenir un Homme, quelqu'un avec qui partager un sentiment d'existence.

14Ce passage de l'intériorité à l'extériorité du langage, la réflexion sur les relations qui unissent le dedans et le dehors, est la condition même de la réception d'une œuvre de fiction : bien entendu l'œuvre est une stratégie de communication qui a son intériorité systémique, bien entendu les personnages sont des constructions sémiotiques, mais s'ils ne fonctionnaient pour nous lecteurs que sur le registre de la dépendance interne sans « sortir » de leur condition de tigres de papier pour rejoindre notre sentiment d'existence, nous ne leur trouverions pas le moindre intérêt De la même façon, le refus de considérer cette entité extérieure que l'on peut nommer auteur risque à terme de nous enfermer dans une aporie. Si dans un premier temps il était absolument indispensable de le tenir à distance pour avancer dans la connaissance du langage, il faut maintenant revisiter cette notion dans la perspective du lieu mixte de l'intérieur/extérieur, car le problème général de la signification ne relève pas seulement de la sphère logique des concepts, mais aussi de la dimension phénoménologique des vécus de conscience. Sans un garant extérieur qu'il faut bien postuler et reconstruire entre autre sur la base de sa production discursive, le système ne peut fonctionner autrement qu'en tournant en rond. De fait, même si l’on tente de coller aux dimensions strictement textuelles, toute analyse portant sur la signification des textes est obligée de passer par la notion d'un responsable global, extérieur au discours : on assiste souvent, dans la pratique, à une substitution de termes (narrateur pour auteur, par exemple) qui ne change rien aux présupposés réellement engagés par l'exégèse. Cette « déviation » insidieuse est d'ailleurs bien naturelle, car son absence conduirait à une contradiction logique que l’on peut résumer sous la forme d'un « petit » problème mathématique d'ensembles. Imaginons que l'on élabore un livre-registre devant recenser les ouvrages d'une bibliothèque ; si ce livre est celui qui doit porter en son sein tous les ouvrages de la bibliothèque en question, fait-il partie de la biblitohèque et, pour autant, doit-il se mentionner lui-même ? Le problème de l'extériorité nécessaire à tout système pour qu’il puisse fonctionner (alors même que par définition un système est un ensemble de relations internes...) n'est ni nouveau, ni facile à résoudre : mais si nous ne nous demandons pas quel lieu doit occuper l'auteur, nous resterons devant un livre-registre qui se contente de se mentionner lui-même, ce qui, avouons-le, n'est guère satisfaisant.

  • 12 A. J. Greimas, J. Courtes, Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hache (...)

15En dernier lieu, il nous paraît indispensable de dire quelques mots de l'évolution qui se fait jour au sein de l'école de sémiotique. Dans le Dictionnaire raisonné de la théorie du langage12, bible première de l'équipe de Greimas, il est naturel mais significatif que l'entrée « auteur » soit absente : celui-ci est ainsi marqué comme n'appartenant pas à la sphère de la théorie du langage, laquelle n'a pas non plus ici d'extériorité. La définition subséquente de l'énonciation pour le même dictionnaire prend néanmoins acte de deux possibilités pour concevoir cette notion et va opter bien entendu pour la seconde :

  • 13 A. J. Greimas, J. Courtes, op. cit., p. 126 (souligné par nous).

[...] l'énonciation se définira de deux manières différentes : soit comme la structure non-linguistique (référentielle) sous-tendue à la communication linguistique, soit comme une instance linguistique, logiquement présupposée par l'existence même de l’énoncé (qui en comporte les traces ou les marques). [...] Selon la première acception le concept d'énonciation aura tendance à se rapprocher de celui d'acte de langage, considéré chaque fois dans sa singularité ; selon la seconde, l'énonciation devra être conçue comme une composante autonome de la théorie du langage, comme une instance qui aménage le passage entre la compétence et la performance (linguistiques) [...]. C'est la seconde définition qui est la nôtre : non contradictoire avec la théorie sémiotique que nous proposons, elle seule permet l'intégration de cette instance dans la conception d'ensemble.13

16Avec une grande rigueur, Greimas et Courtes reconnaissent que les notions de situation de communication ou de contexte psychosociologique de production (le dehors) ne sont pas écartées en raison de leur caractère fantaisiste ou erroné, mais parce qu'elles sont littéralement impensables (on ne peut pas les penser) dans le système conceptuel de la sémiotique. Ici comme ailleurs, le mode d'observation détermine certains objets et en exclut d'autres, et dans le cadre d'une perspective du tout linguistique – ou tout sémiotique – l'échappée hors de l'univers des signes, le retour au monde après le détour scientifique du langage reste problématique :

  • 14 Ibid., id. (souligné par nous).

[...] il était nécessaire, en effet, de prévoir des structures de médiation, d'imaginer aussi comment le système social qu'est la langue peut être pris en charge par une instance individuelle, sans pour autant se disperser dans une infinité de paroles particulières (situées hors de toute saisie scientifique)14.

17S'il est indéniable que l'on ne saurait prétendre dire quoi que ce soit de fondé à propos de la « parole particulière » sans s'appuyer préalablement sur une conception du langage en tant que système collectif de contraintes – car il n'y a de particulier qu'en regard du général-, cette coupure épistémologique affirmée par la sémiotique va très loin dans ses attendus philosophiques si on la prend au pied de la lettre. À la définition tautologique de l'énonciation va en effet correspondre un « vide ontologique » ouvertement déclaré : en quelque sorte, ce qui échapperait à l'observation scientifique n'existe pas ou bien relève d'un simulacre, être illusoire sans fondement :

  • 15 Ibid., p. 127 (souligné par nous).

[...] l'énonciation est [...] l'instance de l'instauration du sujet (de l'énonciation). Le lieu qu'on peut appeler 1'« ego hic et nunc » est, antérieurement à son articulation, sémiotiquement vide et sémantiquement (en tant que dépôt de sens) trop plein : c'est la projection [...], hors de cette instance, et des actants de l'énoncé et des coordonnées spatio-temporelles, qui constitue le sujet de l'énonciation par ce qu'il n'est pas ; c'est la réjection [...] des mêmes catégories destinées à recouvrir le lieu imaginaire de l'énonciation, qui confère au sujet le statut illusoire de l'être.15

18Le sujet auquel nous aboutissons ici est donc un être illusoire fondé sur un lieu imaginaire... Mais si les mécanismes sémiotiques de débrayage et d'embrayage, de projection et de réjection, sont d'une aide irremplaçable pour nous permettre de reconstruire la figure locale d'un sujet de l'énonciation dans le discours, si ce sujet est effectivement une entité déduite – ou plutôt inférée – à partir de catégories sémio-linguistiques, sommes-nous pour autant obligés de nous priver d'une réflexion sur un Être vers lequel ferait signe le langage ? Pourquoi une telle suspicion systématique vis-à-vis d'une faculté censée être « le propre de l’homme » ? Dès que nous dépassons le cadre local, réduit dans le temps et dans l'espace, de la page ou du bref extrait, les récurrences dans la manière d'être des énoncés dessinent une figure du sujet globalement responsable de ces énonciations multiples. Des tendances issues de niveaux de description fort variés – quoiqu'internes au texte – produisent des images d'un soi responsable de l'énonciation. Selon l'ampleur du discours considéré, cette voix peut embrasser une stratégie momentanée, ad hoc, en fonction d'un but limité poursuivi, elle peut aussi finir par composer une unité rétrospective de la personne, ou encore celle d'une époque, d'un groupe social. Le statut illusoire de l’être ne perd son caractère illusoire qu'en visant un extérieur à partir de l'intérieur. D'ailleurs, avons-nous d'autre moyen de connaissance des autres, de nous-mêmes, de l'homme, que celui que nous fournit le discours ? Il n'est pas de compréhension de soi (et des autres) qui ne soit médiatisée par des signes, des symboles et des textes ; il n'est donc pas déraisonnable de penser que cette même compréhension de soi puisse coïncider avec l’interprétation appliquée à ces termes médiateurs. Si nous n'acceptons pas d'être condamnés à croire à l’existence d'un soi – fût-ce une entité seulement reconnaissable a posteriori, médiate –, nous opterons pour un renoncement généralisé qui menace le langage de n'avoir plus aucun appui référentiel ni éthique, langage qui sombrerait alors dans un pur jeu de masques où l'activité humaine se résumerait à des reflets d'illusion sur un fond de néant.

19Il reste que l'énonciation pourrait convoquer sans dommage irréversible pour la cohérence de la démarche sémiotique un « entre-deux de la voix », terme métaphorique pour l'instant, où peut se glisser une forme originale entre ipséité et altérité, une sorte d'idée de l'idée revenant à trouver un « mixte » au sein duquel auteur et sujet de l'énonciation se rejoignent dans une conscience à la fois intérieure et extérieure, individuelle et collective. De là peut naître une nouvelle forme auctoriale qui, sans se résumer à l'idée que la parole constitue une sorte de matière humorale sécrétée par l'organisme, envisagerait une manière d'être en faisant. L'acte d'écriture ou de langage vise une configuration, une constitution. On remarquera que ces deux derniers termes désignent à la fois un FAIRE (suffixe-ion) et le résultat de cet acte, la manière d'être : de la configuration des ensembles sémio-linguistiques, rien n'empêche que l'on remonte vers une hexis (simultanément « manière d’être » et « constitution ») où contenance et contenu soient liés à un acte de pensée. L'acte de pensée montre et fait voir, recevant simultanément dans cette tension un contenant et un contenu, une « teneur » qui engage réflexivement l'être et la responsabilité de la personne agent de ce même acte. On n'est plus très loin alors de la possibilité d'envisager une autre notion écartée par le champ de la sémiotique, à savoir le style considéré comme un ensemble de gestes discursifs qui se détachent en un « signalement permanent » des actes de pensée, et par-delà la personne qui en est le siège. Ainsi le jeu des formes devient-il moins illusoire, le sujet ne se bornant pas à une projection de simulacres existentiels : bien au contraire, entre les représentations et le sujet se forme une entité qui, par sédimentation, se résout en personne.

  • 16 M. Proust, À la recherche du temps perdu, Paris, La Pléiade, t. I, p. 909.

Les traits de notre visage ne sont guère que des gestes devenus, par l'habitude, définitifs [...]. De même nos intonations contiennent notre philosophie de la vie, ce que la personne se dit à tout moment des choses.16

La question de l’intentionnalité

20Parallèlement aux orientations de l’analyse du discours que nous venons de passer en revue dans un survol rapide, se pose le problème des catégories complexes de l'intention et de l'intentionnalité. Fondés sur un même radical, les deux termes ont tendance à se superposer dans l'usage courant, et leur spécialisation dans l'usage de la critique est généralement lié à une opposition chrono-logique concernant les rapports de présupposition qu'entretiennent le sujet et le discours.

21Dans le langage courant, la confusion s'explique assez facilement par un phénomène lexical qui lie de manière à la fois opposée et équivoque trois termes formellement voisins : intention, intentionnalité et intentionnel. Nous reproduirons en premier lieu les définitions données par un dictionnaire courant, Le Petit Robert :

INTENTION : 1. Le fait de se proposer un certain but
Droit : Volonté consciente de commettre un fait prohibé par la loi (préméditation).
Arrière-pensée, calcul, mobile.
Avoir l'intention de : se proposer, vouloir.
2. Dessein ferme et prémédité (v. décision, désir, volonté, vouloir).
Contrecarrer les intentions de quelqu'un.
3. Le but même qu'on se propose d'atteindre (v. but objectif, objet visée).

INTENTIONNALITÉ : Psycho : Caractère d'une attitude psychologique intentionnelle, adaptée à un avenir proche, à un projet.

INTENTIONNEL : Qui est fait exprès, avec intention, à dessein (v. conscient, délibéré, prémédité, volontaire, voulu).
Droit : Délit intentionnel (opposé à délit d'imprudence).

22Si l'on s'en tient aux notions véhiculées par le vocable intention, on relève une conscience, une pleine conscience même (la préméditation), qui accompagne la décision de vouloir atteindre un certain but, ce qui suppose un calcul, une stratégie adaptée au résultat que l'on avait en vue. Ainsi définies, les choses semblent acceptables par la majorité des mortels, elles ne choquent pas notre expérience naïve du vécu. Nous sommes, pour la plupart, convaincus de notre identité : nous avons des souvenirs, des projets, des anticipations, en bref une personnalité qui semble se rassembler en un point de vue cohérent, un centre à partir duquel nous observons le monde. Métaphoriquement, nous pourrions dire que l'intention est inséparable de ce sentiment commun d'un sol sur lequel nous nous tenons debout.

  • 17 Peut-être est-ce pour cette raison que la critique universitaire classique a toujours préféré prend (...)
  • 18 Cf. les travaux de Ducrot, qui mettent en scène un locuteur (responsable physique de l'énoncé) et d (...)

23Avec l'intentionnalité (le dictionnaire range toute une quête philosophique dans la psychologie...) le doute s'insinue. En effet, la volonté, la fermeté de l'intention, qui engageaient directement un sujet cohérent et responsable dans l'action, font place à une attitude psychologique, une disposition locale et limitée, face à un avenir ou un but également limités. L'unité générique de l'être se fissure en une myriade de fragments potentiels tendant vers des réalisations ponctuelles. Non seulement « Je est un autre », mais il est, de plus, une infinité possible d'autres, une série illimitée d’attitudes. Dans cette perspective, si l'on veut encore parler du sujet, on ne peut le saisir que dans une reconstruction à partir de tous ces « autres » qui constituent, par réjection ou synthèse, un soi. Mais avec cette particularité que ce personnage composite, éclaté, est une stricte précarité puisqu’on ne peut l’atteindre que par synthèse – et donc par interprétation de l'ensemble de ses attitudes. Le sujet devient obligatoirement une incomplétude, un inachèvement irrémédiable puisque personne ne peut avoir accès simultanément à la totalité de ses attitudes (pas même le principal intéressé) et que seule la mort viendra arrêter la chaîne des modes de tension vers les objets17 qui le définit pas à pas. Diogène peut continuer à promener sa lanterne dans les rues d’Athènes : trouver un homme n'est pas si facile18 !

24Nous avons donc deux perspectives ontologiques radicalement différentes selon qu'on parle d'intention ou d'intentionnalité, dont on voit mal comment les réconcilier. Mais la langue vient à notre secours en nous proposant le troisième vocable : intentionnel. Cet adjectif est précieux car il permet de rester dans une ambiguïté commode. Ce qui se réfère à l'intention est intentionnel, comme le confirme le dictionnaire en reprenant pour la définition d'intentionnel tous les équivalents qui étaient proposés sous l’entrée intention. Et ce qui se réfère à l'intentionnalité est également intentionnel, d'où la conjonction sous la forme adjectivale de deux positions absolument contradictoires. Bon nombre de théories pragmatiques jouent volontiers de cette ambiguïté en nous proposant des « intentions » rationalisées selon le but qu'elles poursuivent, mais privées de la conscience de soi. Bon nombre de travaux critiques usent de démarches engageant une stricte conception de l'« intentionnalité » reconstructible par le texte et concluent allègrement au talent de l'auteur qui maîtrise à la perfection l'outil langagier.

  • 19 Cf. E. Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, E.S.F., 1990.

25Si ce flottement se produit et persiste, c'est bien qu'il fait signe vers un tout capable d'embrasser la dimension d'un sens conscient et voulu et celle de la disposition d'esprit perceptible sur la base de la configuration discursive. On a peut-être tendance à séparer deux ensembles par souci épistémologique simplificateur, alors que l'énonciation, l’écriture, le discours, appartiennent au paradigme de la complexité19. La « boîte noire » du langage doit être tenue pour ce qu'elle est, à la fois un outil et un medium par lesquels se produit l'expérience d'une révélation : comprendre, c'est ressaisir l'intention globale, disait Merleau-Ponty. Il est donc nécessaire de passer d'une conception qui sépare et divise :

26à une perspective capable d'organiser un domaine complexe ne pouvant être ramené sans reste à un ensemble de lois :

27En un mot, le défi qui est maintenant devant nous est celui de trouver le moyen de penser ce qui reste un « no man's land ». Il nous faut trouver des catégories permettant de faire dialoguer ontologie métaphysique et ontologie formelle, revenir sans doute au discourir dans sa valeur classique simultanée d'exposition et de raisonnement, de récit et de réflexion. L'idée de ce moyen terme est d'ailleurs omniprésente dans la réflexion des linguistes et sémioticiens. On trouve ça et là des réflexions qui convoquent plus ou moins ouvertement l'idée d'un double :

  • 20 A. Culioli, « Sur quelques contradictions en linguistique », Communications, no 20, 1973, p. 86.

Ramener l'énonciation à la seule production, c'est, en fin de compte, ne pas comprendre que l'énonciation n'a pas de sens sans une double intention de signification chez les énonciateurs respectifs [locuteur/récepteur]20.

  • 21 C. Kerbrat-Orecchioni : L'énonciation de la subjectivité dans le langage, Paris, A. Colin, 1984, p. (...)

Il est sans doute naïf de vouloir attribuer à l'auteur l'ensemble des propriétés qui caractérisent le (ou les) narrateur(s), comme s'ils n'étaient qu'une ombre projetée dans le texte. Mais il est tout aussi injustifié de nier l'existence de l'auteur [...]. Les notions de « projet » et « d'« intention » signifiante ne sont peut-être pas aussi aisément évacuables qu'on le prétend.21

  • 22 J.-P. Dupuy, « Communauté et connaissance commune », dans H. Parret et al., La communauté en parole (...)

L'étudiant en littérature participe aux énièmes funérailles du sujet humain et se persuade que loin que l'homme maîtrise son langage, c'est le langage qui le maîtrise [...]. Pendant ce temps, son collègue de sciences économiques ou politiques apprend à réduire systématiquement les institutions sociales à des accords volontaires passés entre des consciences individuelles libres.22

28Les diverses approches du langage ont retrouvé cette bifurcation non surmontée en leur sein. Que l'on songe à la rhétorique, partagée entre la volonté de mettre à jour les conditions d'une parole efficace pour le tribun, et une vocation formaliste à la description du fonctionnement interne du discours ; que l'on songe à la stylistique, hésitant entre un recensement encyclopédique des figures du discours, une adéquation de la pensée aux choses, et une manière de dire qui serait la signature du sujet (Buffon : « Le style, c'est l'homme ») ; que l'on songe enfin à la critique, alternativement biographique, formelle, psychologique, idéologique. Tous les grands secteurs se partageant l'approche globale du discours ont subi ce double impératif de connaître des « systèmes » et de préserver des constructions éthiques et sociales fondées sur le postulat de responsabilité des individus.

Penser le moyen terme

29Parce que nous n'avons pas trouvé les fondements de la conscience, de l'intention et du sujet, nous renions leur existence. N'est-ce pas faire ce que l'on appelle trivialement « jeter le bébé avec l'eau du bain » ? Même si la quête du fondement de toute chose se perd dans le néant parce que rien ne peut être trouvé qui n'ait émergé de manière dépendante (et que de ce fait rien ne peut être découvert qui ne soit dénué de fondement), notre monde, avec les personnes qui le peuplent, ses objets familiers, ses événements porteurs de qualités, continuera à nous être familier, même si nous découvrons que ce monde n'est pas pré-donné et pré-formé. Nous continuerons à faire l'expérience de la conscience, de l'intention et du projet comme si le sujet possédait des fondements ultimes, même si, par ailleurs, nous savons philosophiquement et scientifiquement qu'il n'en a pas. « Savoirs » et contenus d'expérience connaissent un progressif divorce à l'époque contemporaine, comme le constatent les politiques et les économistes lorsqu'ils trouvent des citoyens atteints de sinistrose à côté d'indicateurs macro-économiques résolument calés sur le beau fixe... Que la conscience n'ait pas de fondement n'invalide pas obligatoirement la conscience qui persiste à exister tel un fait têtu.

30La domination du monde de la réflexion par les grands systèmes théorétiques a provoqué un renoncement, lequel s’est progressivement mué en une révolution mentale de l'homme vis-à-vis de ses actes. Le vrai s'identifie à la production verbale efficace de la réalité de l'effet : il ne peut plus être la propriété d'une conscience subjective réfléchissante qui voudrait s'abstraire de ce rapport, c'est-à-dire d'une conscience qui existerait en dehors des effets qu'elle obtient par ses actes – discursifs ou autres. Dans ce nouveau cadre, l'action n'est plus un moyen pour une fin déjà déterminée et dont on est certain qu'on doive l'atteindre. L'impression qui domine, c'est qu'il s'agit chaque fois moins de trouver les moyens techniques pour parvenir à des buts préalablement définissables. Par un renversement radical, il s'agirait plutôt de faire varier sans fin les moyens d'action et de figuration, les moyens de penser et de procéder, pour voir ce qui en sort : nous sommes sortis de la pensée stratégique pour embrasser l'ère des synergies, où l'être des choses et des personnes semble toujours en attente de lui-même. Cette évolution est-elle le fruit d'une approche scientifique de l'existence, qui ne nous implique pas dans le grand ordre des raisons de l'univers et de la matière ? Dans la mesure où nous ne nous impliquons pas dans la réflexion (cf le registre « objectif » et impersonnel du discours à vocation scientifique), nous menons peut-être seulement une réflexion partielle parce que le questionnement ne vise qu’à exprimer un point de vue « de nulle part ». Toujours est-il que cette dérive menace à terme de conduire à une irresponsabilité généralisée dans une culture qui récuse la volonté de sujets présents à eux-mêmes.

31Quoique non fondable en termes logiques, la conscience de soi est le pari nécessaire à l’effectuation de la volonté : sans cette force dynamique dont la provenance relève de l'impensé, de l'innommé, du pré-thétique comme aurait dit Kant, il n'y aurait qu'attente immobile. En effet, l'intention procède d'une sorte de pré-compréhension de l'univers, un mouvement vers, affectif, corporel, que la forme du langage projette hors de nous-mêmes :

  • 23 Maine de Biran, Essais sur les fondements de la psychologie et ses rapports avec l'étude de la natu (...)

Je n'ai jamais de pensées, de désirs, de sentiments qui ne soient appropriés à un état physique que je sens, et qui me dorment ce que j'appelle tel sentiment d'existence.23

32Dans le passage du dedans au dehors par la limite du langage, nous engageons notre responsabilité parce que nous sommes alors en syncrétisme avec les autres. Nous sommes quelqu'un par la manière de vivre langagièrement avec eux. Selon comment est vécue cette communion, nous pouvons être une personne ou un simple personnage. Il y a une « force illocutoire » de l'engagement dans le discours, selon le degré de solidarité avec les autres. Tout langage se repliant sur lui-même me replie sur moi parce qu'il n'est qu'un « débayage actantiel » où l'être est dit sans être communiqué. Le langage est un système, certes, mais il n'a aucune finalité en lui-même. Sa finalité est doublement extérieure : il me fait advenir moi-même pour les autres, et fait advenir les autres pour moi. C'est dans cette double tension que se réalise le sens du sens.

33Toute personne qui parle ou écrit projette une intention pré-thétique dans son discours : rejoindre l'autre sur la Terre Promise du sens vrai. Le patient labeur de l'expression n'est que la traversée lente et difficile qui y conduit. Mais peut-être la recherche contemporaine est-elle simplement d'une froide lucidité : si elle préfère parler de faux-sujets et de simulacres, c'est peut-être parce que nous avons oublié que le Verbe et l'Homme ne font qu'un. Lorsque le langage n'a plus d'intention ni de projet, c'est que l'homme a cessé de croire en lui-même (ou vice versa...). L'univers de la raison logique nous a fait faire de grands progrès dans la connaissance, mais nous en payons le tribut : progressivement le savoir lamine le croire. Nous voyons diminuer notre capacité au rêve et à l'imagination, lesquels consistent précisément à croire en (ce n'est pas pareil que croire à, croire en présuppose l'engagement du sujet et la confiance en l'autre) des choses dont nous « savons » qu'elles n'existent pas.

34Après la mort des idéologies, la fin des utopies ? Nous avons le choix. Nous résigner à la triste vérité des systèmes rationnels en notre possession : il n'y a pas d'auteur dans la salle. Affirmer conjointement aux données scientifiques la valeur de nos contenus d'expérience : l'auteur existe même si je ne l'ai jamais rencontré dans la salle.

Notes

1 Cf. C. Boix, Théories et pratiques de l'explication de texte, Dijon, Hispanística XX, Centre d'Études et de Recherches Hispaniques du xxe siècle, Université de Dijon, 1987.

2 E. Benveniste, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, t. I et II, 1966-1974.

3 E. Benveniste, op. cit., t. I, p. 130.

4 Ibid., p. 259.

5 Ibid., p. 260.

6 Ibid., id.

7 Pour une très suggestive vulgarisation de ces questions scientifiques fondamentales, on peut consulter avec profit : S. Ortolli, J.-P. Pharabod, Le cantique des quantiques, Paris, Livre de Poche, 1991.

8 Cf. J-L. Austin, How to do things with words. Traduction française : Quand dire c'est faire. Paris. Seuil 1970.

9 O. Ducrot, Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1991, pp. 11-12.

10 Oswald Ducrot clarifie les concepts qu'il utilise en séparant soigneusement auteur, locuteur et énonciateur, le premier étant rejeté à l'extérieur et les suivants appartenant au plan du discours.

11 P. Ricoeur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990.

12 A. J. Greimas, J. Courtes, Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette U, 1979.

13 A. J. Greimas, J. Courtes, op. cit., p. 126 (souligné par nous).

14 Ibid., id. (souligné par nous).

15 Ibid., p. 127 (souligné par nous).

16 M. Proust, À la recherche du temps perdu, Paris, La Pléiade, t. I, p. 909.

17 Peut-être est-ce pour cette raison que la critique universitaire classique a toujours préféré prendre le « recul de cinquante ans » sur la vie et les œuvres des écrivains. La démarche était cohérente puisqu'elle permettait d'avoir en main la totalité des « attitudes scripturales » d'un auteur définitivement empêché d'y en adjoindre d'autres. Dans cette synthèse d'un tout, on pouvait raisonnablement prétendre atteindre une image vraisemblable de l'auteur.

18 Cf. les travaux de Ducrot, qui mettent en scène un locuteur (responsable physique de l'énoncé) et des énonciateurs, ces êtres qui sont censés s'exprimer à travers l'énonciation, sans que pour autant on leur attribue des mots précis. Les énonciateurs sont la source des points de vue exprimés. S'il faut renoncer à voir dans le locuteur un personnage unique et égal à lui-même, et qu'il faut donner aux masques de l'énonciateur une part toujours plus grande, il devient difficile de saisir ce qui assure encore l'intégrité de la parole.

19 Cf. E. Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, E.S.F., 1990.

20 A. Culioli, « Sur quelques contradictions en linguistique », Communications, no 20, 1973, p. 86.

21 C. Kerbrat-Orecchioni : L'énonciation de la subjectivité dans le langage, Paris, A. Colin, 1984, p. 177.

22 J.-P. Dupuy, « Communauté et connaissance commune », dans H. Parret et al., La communauté en paroles, Bruxelles, Mardaga, 1991, p. 35.

23 Maine de Biran, Essais sur les fondements de la psychologie et ses rapports avec l'étude de la nature, Paris, éd. Tisserand, Alcan, 1932, p. 80.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search