Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paysages médiévaux du Languedoc

 | 
Aline Durand

Conclusion

Texte intégral

1De l’analyse croisée des données de la documentation écrite et de celles provenant des charbons de bois archéologiques, émerge un paysage pluriel : photographiées par l’anthracologie, les nuances de l’espace agraire languedocien surgissent derrière la formulation standardisée des actes diplomatiques. Il n’en fut pas toujours ainsi. La mise en place de cette mosaïque fut lente, difficile, parfois même régressive, et inégalement scandée dans le temps et l’espace.

2La phase la plus ancienne fut la plus longue, la moins spectaculaire aussi, car les indices des textes sont bien ténus. Là réside l’une des caractéristiques de l’histoire de l’habitat et des terroirs languedociens : une longue phase préparatoire à l’essor des XIe-XIIe siècles durant la période carolingienne. Ainsi, entre le VIIIe et le milieu du Xe siècle, l’habitat se polarise in ipsa villa autour de l’église - mais cela est loin d’être systématique-, d’un point fortifié, ou plus simplement en un lieu précis du terminium ville. Premières esquisses d’organisation villageoise, les protovillages sont encore organisés de manière souple : les casales ou les mansi cum curte, de construction très fruste (infraconstruction), se distribuent à partir de grandes cours communes et les champs et les vignes, en plus des jardins et des vergers, s’intercalent toujours entre les maisons. Cette structuration nouvelle de l’espace se lit aussi dans la transformation du parcellaire, désormais de plus en plus agencé en quartiers et tènements : l’ossature empreinte de Romanité, massive et ordonnée, construite autour de grandes pièces régulières et carrées, recule au profit de formes allongées, rectangulaire ou trapézoïdale. En effet, l’amorce d’une cristallisation du bâti implique une réorganisation du réseau viaire qui vient couper le tracé orthogonal issu de la centuriation. La maturation du village est portée par une croissance agricole déjà vigoureuse : au IXe siècle, les campagnes s’équipent de moulins hydrauliques et la population, que l’on pourrait qualifier démographiquement de pionnière, défriche de nouvelles terres. Ces essartages recolonisent une partie du saltus ou de l’ager antiques puisqu’ils suivent les anciennes lignes de force du paysage sans en modifier le tracé. La persistance de taxons mésophiles à basse-altitude et l’importance du Chêne pubescent au sein de la chênaie mixte corroborent ce résultat. Dès cette époque, le littoral n’est pas une zone répulsive : la constitution de paraclimax à pins d’Alep, l’importance précoce de la fructiculture militent en faveur d’une forte humanisation du milieu.

3Vers 980-990 et jusque vers 1070-1080, commence la révolution castrale qui perturbe la trame déjà solide du peuplement. Aussi la genèse du village est-elle complexe, et, souvent, bipolaire, car longtemps l’ipsa villa du Xe siècle dispute au pôle militaire sa suprématie. Dans la plaine, le castrum finit par l’emporter : c’est la victoire du gros village enclos. Dans les Garrigues et la frange montagnarde, la transformation du site castrai en village ne s’effectue pas ou s’effectue mal. Au contraire, la colonisation nouvelle des marais, des plateaux et versants entraîne la naissance d’un semis de manses dispersés aux marges des terroirs. Ce canevas neuf fait éclater le cadre traditionnel des vallées et des bassins. Désormais, les défricheurs s’attaquent à des boisements jusqu’alors laissés pour compte par les déforestations antérieures : chênaie pubescente des plateaux, boisements mésophiles des bords de rivières et des lagunes, assemblages silicicoles des dépôts villafranchiens. Ce puissant mouvement d’essartage est l’un des moteurs de l’essor agricole aiguisé encore par une maîtrise de l’eau plus achevée et un aménagement des déclivités plus ferme. Dans ce processus offensif, les milieux humides ou palustres sont les plus sévèrement atteints. La subéraie disparaît et la chênaie sempervirente conquiert la place qui est aujourd’hui la sienne. En se rétractant, la couverture arborée s’appauvrit en essences tempérées et montagnardes : cette situation parachève une évolution pluriséculaire, enclenchée depuis le Néolithique. Favorisée par l’évolution microclimatique, la rupture des équilibres biologiques abaisse le degré hygrométrique et accélère l’aridification du paysage languedocien. Elle conduit aussi à la construction de terroirs neufs. Ceux voués à la céréaliculture intensive de la plaine alluvionnaire et des moyennes vallées fluviatiles se bâtissent en prenant appui sur la morphologie des terrasses quaternaires en marche d’escalier grâce à l’endiguement et à la régularisation des eaux (diffusion du moulin à paissière), à l’assainissement, à la surélévation et au talutage des terres meubles nouvellement conquises par la plantation de fruitiers ou d’essences anthropogènes. Ceux des marais sont consacrés d’abord à la prairie puis aux céréales : leur prise de possession n’est sans doute pas continue et pérenne car, après de pénibles travaux de drainage et de désalinisation, elle fait vraisemblablement alterner de longues périodes de friche et de mise en culture. Ceux des montagnes, à vocation agro-pastorale, sont gérés suivant un système de culture syncopée à avoine sur essartage temporaire, très adapté à l’essor de l’élevage dont témoigne la structuration de la transhumance ovine. Ainsi, de nouveaux agrosystèmes voient le jour.

4Au seuil du XIIe siècle, vient le temps du remodelage de l’habitat et des terroirs. Dans les zones basses, la morphogenèse du village s’achève avec le retour de l’église paroissiale dans le noyau habité, mais en position secondaire car le cinctus superior lui demeure fermé. Portée par le dynamisme retrouvé des seigneuries ecclésiastiques, notamment par le truchement du prieuré, la refonte des protovillages sur le modèle castrai imprime au paysage bâti une uniformité morphologique globale. Comme en témoignent les mutations du vocabulaire, les maisons sont d’une architecture moins rustique ; elles se serrent les unes contre les autres et se soutiennent mutuellement, d’où l’élaboration d’usages communs sanctionnés par la coutume. Dans cette évolution, l’imitation de la ville joue un rôle : la diffusion de l’étage et celle des treilles en sont des indices. Le parcellaire aussi s’uniformise en s’atomisant : le dessin des champs et des vignes est plus homogène, plus régulier. Forme nouvelle de l’essor agraire, la gestion du paysage se rationalise et s’intensifie : l’arboriculture fruitière, seule ou en association, se développe ; l’arbre utile est entretenu et planté ; et il n’est pas jusqu’aux bordures anthropiques qui ne fassent l’objet de soins. La diffusion massive de ligneux domestiques ou anthropiques dans l’ager lui redonne une dimension verticale trop souvent oubliée. Elle accentue aussi les particularismes locaux en conférant aux terroirs une physionomie caractéristique : c’est là l’une des bases d’une organisation microrégionale du Languedoc médiéval. Mais la rationalisation de l’espace ne concerne pas que les cultures. L’incultum aussi est désormais surveillé, protégé, interdit. C’est qu’il faut endiguer la dégradation des formations végétales consécutive aux activités pastorales et artisanales, pour ne pas dire industrielles, qui pèsent de plus en plus lourdement dans l’économie agraire. La forêt – ou du moins ce qu’il en reste – est en passe de devenir une formation jardinée. Son patrimoine ligneux est géré de diverses manières : simple cueillette, protection délibérée des bordures anthropiques, entretien suivi de formations jugées intéressantes où certaines espèces sont délibérément privilégiées – c’est le cas du Saule au sein de la ripisylve –, mise en défens, conduite culturale élaborée en vue d’obtenir des bois calibrés pour la construction (futaie, taillis sous futaie), etc. ; la palette des formes d’exploitation est riche.

5En trois siècles, habitat, terroirs, végétation, tout fut transformé. Sous l’herminette, la houe, ou l’araire des paysans, les paysages languedociens se sont durablement façonnés. En effet, le labeur qui fut celui des hommes du Moyen Âge se lit encore aujourd’hui dans la morphologie de l’habitat, l’organisation de la desserte, la forme des parcelles, la géographie des peuplements végétaux... « Bâtisseurs de paysages », les paysans languedociens l’ont sans aucun doute été. On ne peut qu’être frappé par l’extrême cohérence des structures agraires : les liens entre le semis humain, les systèmes de cultures et l’architecture des cellules de production sont organiques, déterminants : l’imbrication constante entre les écosystèmes et les constructions agraires façonnent un paysage vivant, compromis permanent entre l’évolution de la société et les nécessités biogéographiques. Durant le développement de l’analyse, les affinités avec d’autres régions méridionales, italiennes ou catalanes, ont été soulignées à plusieurs reprises. À cet égard, les pays de Nîmes et de Montpellier regardent logiquement plutôt vers la Provence, ceux de Béziers et d’Agde plus vers le Roussillon. Les plaines et les piémonts introduisent aussi de manière récurrente une graduation dans la région languedocienne : au milieu du XIIe siècle, les villages groupés et enclos dont la vocation est la céréaliculture et la viticulture intensives contrastent avec les manses installés aux franges des garrigues, des montagnes ou des marais organisés suivant un système extensif d’agriculture temporaire dérivé d’un modèle plus « continental ». Mais ces différences ne sont pas toujours tranchées et le passage d’un pays, d’un paysage à l’autre est subtil.

  • 1 Le colloque tenue à Flaran en 1996 y a été consacré.

6L’histoire des paysages languedociens est encore un sujet riche de découvertes car trop de zones d’ombre ou d’incertitudes subsistent. Si le village castrai languedocien commence à être très bien cerné, l’habitat dispersé des Garrigues et des reliefs attend toujours ses historiens et ses archéologues. C’est pourtant une thématique qui suscite l’attention de la communauté scientifique1. J’ai pu apporter quelques éléments sur la configuration des parcelles et leur transformation entre la fin du IXe et la fin du XIe siècle. L’archéologie des champs et des terroirs, encore en devenir, devra les compléter ou les infirmer. Elle devra aussi s’occuper de manière plus approfondie des systèmes d’agriculture de pente : bancels accrochés aux flancs des reliefs vigoureux et faïsses des bords de rivières et de lagunes. J’ai jeté quelques lueurs sur la flore ligneuse languedocienne et les écosystèmes forestiers. Mais la gestion de ce patrimoine n’a pas été totalement perçue : les pratiques de la fructiculture, celles de l’artisanat forestier, céramique, métallurgique... qui utilise le bois ou le charbon de bois à une échelle quasi industrielle, celles plus culturelles liées à l’alimentation végétale demandent à être éclaircies. La cartographie exacte des boisements forestiers permettrait de mieux comprendre la frontière et les liens étroits entre le cultum et l’incultum, si fondamentaux dans la représentation et la conception du monde médiéval. Le climat enfin est un paramètre qui ne se laisse pas facilement appréhender. Or la connaissance d’évolutions microclimatiques est capitale dans la perspective d’une histoire de la végétation et des cultures. À terme, il faudrait aussi tenter de repousser les bornes chronologiques en aval comme en amont et se pencher notamment sur cette période « transitoire » si mal connue entre l’Antiquité et le Moyen Âge. Il reste donc encore beaucoup à faire pour comprendre l’écosystème médiéval. Les résultats présentés ici ne constituent que les premiers jalons d’une approche de ces questions, approche qui sera de plus en plus confrontée à celle des autres disciplines naturalistes (carpologie, palynologie, zoologie...) dont les données s’accumulent peu à peu en Languedoc.

  • 2 A. Ruel, « L'invention de la Méditerranée », Vingtième siècle, no 32, 1991, pp. 7-14.

7La période comprise entre 1020-1030 et 1070-1080 est un moment décisif de la genèse des paysages languedociens. L’accent mis sur la dimension écologique des terroirs en a montré toute l’ampleur et toute la puissance. S’ils enregistrent l’empreinte d’autres sociétés, les paysages languedociens ont été largement modelés par la société médiévale. Paysages pluriels, paysages en mosaïque, les paysages languedociens ne sont ni typiques ni intemporels. Encore moins « méditerranéens ». Produits d’une évolution somme toute très récente, les paysages du Languedoc n’ont été qualifiés de « méditerranéens » qu’avec l’invention du concept correspondant au XIXe siècle2. L’histoire du mot « Méditerranée » dévoile bien les significations qui relèvent du champ des représentations mentales et des concepts de notre imaginaire et de notre identité. La notion est peut-être commode pour circonscrire un objet d’étude, mais c’est aussi une valeur forte, à charge hautement symbolique. Inventé par les géographes et les climatologues, le paysage méditerranéen n’existe que depuis le début du siècle. Une telle conclusion invite à la prudence quant au maniement des données historiques. Elle invite aussi, pour répondre à nos questionnements actuels, à puiser aux sources des processus d’anthropisation et de sociabilisation du milieu. Les paysans médiévaux ont conquis et aménagé des formations végétales dont certaines ont aujourd’hui disparu. Il y a là matière à réponses. Le mythe, tenace et vivace, du « paysage idyllique », du « paysage fabuleux des origines » ne résiste pas à l’analyse. Celle-ci interpelle vivement notre société, et plus particulièrement nos décideurs, sur la gestion, l’aménagement, et l’avenir actuel des paysages du Languedoc.

Notes

1 Le colloque tenue à Flaran en 1996 y a été consacré.

2 A. Ruel, « L'invention de la Méditerranée », Vingtième siècle, no 32, 1991, pp. 7-14.

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.