Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paysages médiévaux du Languedoc

 | 
Aline Durand

Chapitre V. La gestion du paysage ligneux (XIIe-XIIIe siècle)

Texte intégral

  • 1 L’arbre. Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, Cahiers du (...)
  • 2 M. Arnoux dressait un constat identique pour la seule forêt, constat que j’élargis à l’ensemble du (...)

1Cultivé pour ses fruits ou son bois, coupé pour ses feuilles, ses branchages, ses baies, géré pour ses fûts, son combustible, son couvert forestier, mangé par les animaux domestiques, l’arbre est un élément organique du paysage rural. Que ce soit au cœur des terroirs, en marge du finage, au sein de la forêt, dans les massifs de garrigue ou les formations dégradées, les ligneux sont partout présents. Mais le normalisme de la documentation écrite et les stéréotypes du vocabulaire employé dans les actes de la pratique en restituent mal l’importance. Aussi l’arbre est-il trop souvent ignoré par la production scientifique, notamment pour les périodes hautes. Il n’est pas encore reconnu comme un sujet historique et archéologique à part entière. Certes l’aspect littéraire, iconographique, et plus récemment symbolique1, a souvent été abordé et traité. Cependant, il demeure le grand absent des études d’histoire et de géographie rurales2. Seule l’archéobotanique en donne une photographie à peu près fidèle.

De l’arbre cultivé à l’arbre utile

2Aux Xe-XIIe siècles, l’alimentation paysanne, surtout céréalière, conditionne l’orientation de l’agriculture vers la production de grains essentiellement panifiables. Mais si le pain occupe une place première, effective, imaginaire ou symbolique, le companagium ou companaticum en occupe une autre, tout aussi importante. L’arboriculture fruitière y contribue au premier chef. L’arbre utile nourrit également le paysan ou ses bêtes, complète l’ordinaire et, quelquefois, le sauve de la disette ou de la famine.

Arboricultures juxtaposées ou mariées

L’arbre au jardin

  • 3 Sans doute le versement d’un cens en setiers de blé ne suffit-il pas à prouver une culture effecti (...)
  • 4 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp.163-173.
  • 5 [...] ilium ortum et viridarium cum omnibus arboribus que ibi sunt cart. An. no 52, p. 193 (1150)  (...)
  • 6 [...] viridarium juxta mansiones constitutum cart. Gell. no 491, p. 401 (1137) ; pro viridario quo (...)
  • 7 M. Bourin-Derruau, ibid., p. 166.

3En Languedoc, comme dans tout l’Occident médiéval, l’hort est à la fois un potager, un verger et un champ en miniature3. Parcelles choyées de polyculture intensive, les jardins sont venus ceindre l’habitat avec la réorganisation de la zone subcastrale durant le XIe siècle4. Les vergers sont habituellement inclus dans ces cultures de proximité. En effet, les viridia languedociens, que les textes différencient mal du jardin5, sont des annexes de la parcelle bâtie, casai, domus ou mansio6. Ils confrontent d’autres vergers, d’autres jardins, mais, même au seuil du XIIIe siècle, ces parcelles encloses demeurent un luxe au castrum7.

  • 8 M. Bourin-Derruau, ibid., le potager biterrois n’est pas un jardin d’ombre.
  • 9 Cart. An. no 100, p. 239-241 (1181-1188).
  • 10 Les inventaires concernant le jardin du roi René à Aix ne mentionnent aucun arbre fruitier alors q (...)
  • 11 N. Planchais, « Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléoenvironnement végétal et évoluti (...)
  • 12 Cf. supra p. 285, et tabl. 24, 25, 26 et A. Durand, inédit.

4Sauf autour de Béziers8, le jardin est planté de fruitiers : dans les pays de Montpellier et Nîmes, dans la moyenne vallée de l’Hérault, et même quelquefois en Agadès, l’arbre est un élément organique de l’hortus languedocien. Il vient s’intercaler entre les rangs de légumes. Potager et verger s’interpénètrent, bien que le premier prédomine sur le second. L’une des principales ressources alimentaires dont dispose la cuisine du monastère d’Aniane provient des taxes partiaires pesant sur les arbres des jardins9. Le nombre de jardins qui versent la moitié ou le quart des fruits des arbres rapporté au nombre total de jardins payant une redevance proportionnelle est de 36 % au XIIe siècle. Cette estimation paraît d’autant plus correcte que les horts où les arbres sont taxés d’une redevance proportionnelle doivent aussi un quart ou une tasque sur les autres productions et que, lorsque les arbres du jardin sont ainsi grevés, le jardin, lui, n’est pas décrit cum arboribus10. D’ailleurs, les chartes passent sous silence cette précision : elles ne recensent que 6 % d’horts cum arboribus. L’anthracoanalyse et la palynologie sont aussi là pour confirmer la forte présence de fruitiers et enregistrer leur progression : à Marsillargues, N. Planchais conclut à la vocation de la plaine de Mauguio à être cultivée en vergers dès le Haut Moyen Âge11 et les spectres anthracologiques de Psalmodi et des Aires de Saint-Jacques à Mauguio sont marqués par l’importance et la diversité des essences arboricoles12.

  • 13 Si quis extraneus vendiderit saumatam nucum, amigdalarum, castanearum, pirorum et prunorum et pomo (...)
  • 14 Un acte du cartulaire d’Aniane de la fin du Xe siècle parle déjà d’arboribus pomiferis fructiferis (...)
  • 15 A.D. Hérault G277 (1077-1094) ; cart. Guill. no 275, p. 439 (XIIe siècle) ; cart. Cell. no 495, p. (...)
  • 16 Cart. Guill. no 265, p. 428 (XIIe siècle) ; cart. An. no 100, p. 239 (1181-1188).
  • 17 J.-L. Vernet, « Analyse anthracologique de la fosse 1 tardo-romaine de Médor », J. Guilaine, Jean (...)
  • 18 H. Bresc, « Les jardins de Palerme (1290-1460) », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge (...)

5L’inventaire des essences ligneuses cultivées au jardin distingue une partie sèche, sans doute à son extrémité, où se localisent les arbres à fruits de type oléagineux, amandiers, oliviers et noyers, et une zone plus humide, où l’eau est moins rare. Là viennent les arbres à pulpe sucrée et fruits charnus représentés quasi-exclusivement par la famille des Rosacées. L’apport des documents écrits, notamment des tarifs de leude et des droits de coupe13, conjugué à celui de l’anthracoanalyse ne livre pas une liste originale et très variée. Mais cette liste est acquise pour l’essentiel dès les Xe-XIe siècles14 : cerisiers, pommiers, poiriers, pruniers, cognassiers, figuiers et vignes. Deux espèces de cerises coexistent : les griottes, les amarine15 (Prunus padus), et les merises, fruits du cerarius16 (Prunus avium). De même pour les prunes qui semblent plutôt une spécialité audoise : les quetsches (Prunus domestica) sont caractérisées à Laval-Basse et les prunes (Prunus insititia) sont attestées à Ornaisons17. Les agrumes, si courants en Espagne et en Italie du sud18, sont logiquement absents.

  • 19 P. Mane, Calendriers et techniques agricoles (France et Italie XIIe-XIIIe siècles), Paris, Le Syco (...)
  • 20 A.D. Gard. H 106 no 19 f° 14r (823).
  • 21 Cart. Nim. no 25, p. 46 (925) ; no 42, p. 71 (940) et no 49, p. 85 (947) ; cart. Ag. no 179, p. 17 (...)
  • 22 H. Desplanques, Campagnes ombriennes. Contribution à l’étude des paysages ruraux en Italie central (...)
  • 23 Cart. An. no 253, p. 378 (972) ; cart. Nim. no 71, p. 118 (974) ; cart. An. no 111, p. 253 (996-10 (...)
  • 24 Cart. Gell. no 163, p. 147 (1077-1099) ; no 241, p. 202 (1077-1099) ; no 244, p. 206 (1107) ; cart (...)
  • 25 Cart. Ag. no 18, p. 30 (1130) ; no 29, p. 40 (1172) et no 94, p. 98 (1173) ; B.N. lat.9999 no 97 f (...)

6L’une de ces cultures, la vigne, donne au jardin languedocien une physionomie caractéristique. En effet, elle s’y épanouit sous une forme originale : la treille. Ce système complexe de viticulture en hauteur repose sur des échalas entrecroisés. Les calendriers de Laval, Bobbio et Pavie illustrent ce mode particulier de plantation19. Les plants s’enroulent autour de deux échalas et se rejoignent à 1,70 m du sol pour former un arceau au-dessus de la tête du paysan, ou bien, ils s’élèvent verticalement en s’entortillant le long de barres horizontales reliant entre eux les soutiens. Connue dans la région depuis le IXe siècle20, la treille est à l’origine un fait typiquement urbain. A Nîmes et Agde, elle ombrage tout naturellement l’hort attenant au mansus cum curte21. Elle évoque les vignes associées, dès la fin du Haut Moyen Âge, à une maison ou un enclos dans les campagnes ombriennes, ou encore, les vignes grimpantes des jardins andalous qui encadrent les chemins22. À la fin du Xe siècle, certaines maisons villageoises commencent à comporter une treille23. Leur progressive diffusion dans la zone subcastrale, révèle l’imitation de la cité et participe à l’élaboration d’un urbanisme villageois24. À l’exception de quelques terroirs privilégiés, tels celui de La Treille à Agde25, ce mode de culture demeure une pratique réservée au voisinage immédiat de la maison.

7À la fin du XIIe et au XIIIe siècles, l’hort bas-languedocien s’enrichit de grenades, nèfles et fruits du Mûrier noir qui n’apparaissent, avant cette date, ni dans les actes, ni pour l’instant dans les inventaires carpologiques et anthracologiques. Ces derniers ne font pas non plus état de plantes aromatiques : les petits ligneux odoriférants tels le Romarin, la Lavande ou le Sureau ont été identifiés dans le contexte anthracologique de formations forestières dégradées, non de jardins cultivés. Rien n’autorise à conclure à l’existence d’un jardin médicinal ou floral bien fourni en plantes aromatiques. En tout état de cause, même si les herbacées échappent inéluctablement à la diagnose anthracologique, l’hort languedocien n’est ni odoriférant, ni luxuriant, ni ostentatoire.

Viticulture et arboriculture : complantage ou coltura promiscua ?

  • 26 [...] cluso a pariete cincto cum ipsos arbores qui ibidem sunt cart. Nim no 101, p. 159 (1006) et (...)
  • 27 Cart. An. no 313, p. 431 (829) Plaissan et no 314, p. 433 (978) Le Pouget, Teulet ; cart. Nim. no  (...)
  • 28 M. Bourin-Derruau, Villages..., ορ. cit., t. 1, pp. 179-181 et t. 2, pp. 19-24.
  • 29 [...] in ipsa terra praefata plantes et aedifices vineam... et si complantaveris ibi arbores cart. (...)
  • 30 L. Vidal, thèse en cours sur les parcellaires antiques et médiévaux languedociens et L. Vidal, « T (...)
  • 31 Pro stirpata vinea, tandumdem consimilis vine, donec illa in priorem reintegretur valorem cart. Gu (...)
  • 32 P. Toubert, Introduction du colloque, Castrum 3. Guerre, fortification et habitat dans le monde mé (...)

8C’est avec la vigne que l’arbre est le plus fréquemment associé. Les formules énumératives placent côte à côte vigne et arbres fruitiers et non fruitiers. Vers l’an Mil, les clos abritent déjà vignes et arbres26 et les premières vinee ou plantaria cum arboribus27 viennent rompre l’organisation en terroirs monoculturaux. Ces parcelles complantées, à la fois viticoles et arboricoles, deviennent plus nombreuses durant le XIIe siècle. Cette chronologie coïncide avec l’apport des disciplines naturalistes : les pics d’arboriculture de Marsillargues correspondent aux phases de développement viticole par le biais du contrat de comptant (seconde moitié du Xe siècle et XIIe siècle)28. Dans ces contrats, il est souvent précisé avec soin que le nouveau plantier comprend des arbres. Quelquefois, le choix ou non d’un complantage est laissé à l’appréciation du preneur29. Autant d’indices qui attestent l’existence normale, à côté de vignobles plus uniformes, de vignobles complantés de fruitiers, y compris dans les zones basses de la région. À l’ouest, au voisinage immédiat des cités d’Agde ou de Béziers, ils sont sans aucun doute moins répandus. Mais dès que l’on avance vers les terres plus pauvres et plus sèches du glacis biterrois, vers Magalas, Cazouls-lès-Béziers ou Laurens, il n’en est rien. Et, dans la plaine montpelliéraine ou nîmoise, les fruitiers font anciennement partie du paysage viticole comme en témoigne l’archéologie naissante des champs30. Les belligérants ne s’y trompent pas : dans la manière de conduire la guerre au début du XIIe siècle, il est significatif que l’on cherche à arracher, à couper les arbres et les vignes, à endommager les installations hydrauliques, plutôt qu’à saccager les récoltes31. C’est l’une des caractéristiques des conflits médiévaux méditerranéens32.

  • 33 H. Desplanques, « Il paesaggio rurale della coltura promiscua in Italia », Rivista geografica ital (...)
  • 34 P. Toubert, Les structures..., op. cit., pp. 258-263.
  • 35 P. Bonnassie, La Catalogne..., op. cit., p. 456.
  • 36 Cart. An. no 164, p. 293 (1181-1215).

9Doit-on simplement parler de complantage ou s’agit-il de systèmes plus complexes de « polyculture verticale » à l’image de la coltura promiscua italienne33 ? Au Latium, P. Toubert tranche en faveur de la juxtaposition34. En Catalogne, c’est le contraire35. La vigne mariée aux branches basses de l’arbre, qui joue alors le rôle de soutien vif, n’est attestée que par une unique relation, tardive, lorsque l’infirmier d’Aniane se plaint quod de vitibus quas in arboribus fructiferis vel non fructiferis levant quartum ei reddere nolunt36. La plupart des locutions, laconiques, se contentent d’un simple vinea cum arboribus. L’union intime de la vigne et de l’arbre existe, mais elle est ponctuelle et marginale. Peut-être est-elle réservée à certaines parties du jardin, objets de soins intensifs à la manière catalane ou andalouse. Ou encore, et j’y reviendrai un peu plus tard, fait-elle intervenir des arbres plus mésophiles, et de fait se localise-t-elle aux marges du Bas-Languedoc. Enfin, l’existence d’un troisième niveau herbacé, constituant l’étage inférieur, n’est pas du tout attestée.

  • 37 Cart. An. no 181, p. 318 (1170-1195).
  • 38 [...] mansum seniore... cum aedificiis et arboribus superpositis, cum perviis et vadiis H.G.L. T.I (...)
  • 39 P. Toubert, Les structures..., op. cit., p. 261.
  • 40 Cart. Nim. no 203, p. 322 (vers 1114) Nîmes Mégaurie ; A.D. Gard H665 (1114) Nîmes Canteduc ; cart (...)
  • 41 Unum fossorium, et putatorium, et lignatorium, et olivigarium, et vindemiatorem cart. Gell. no 490 (...)
  • 42 Cart. An. no 181, p. 318 (1170-1195) La Cabrairesse.
  • 43 Cart. Guill. no 360, p. 549 (1128) ; cart. Ag. no 265, p. 239 (1147) et no 272, p. 245 (1200) ; ca (...)
  • 44 A.D. Gard H665 (1138) ; cart. An. no 173, p. 311 (1181-1188).

10Les deux cultures, vigne et fruitiers, sont bien gérées séparément : à La Cabrairesse (Cne d’Aniane), de vieux oliviers et amandiers ombragent de jeunes plantiers, encore non productifs si l’on en juge d’après la ponction seigneuriale37. Et, déjà, les expressions carolingiennes ne laissaient aucun doute à ce sujet38. Aussi est-ce « une viticulture juxtaposée à l’arboriculture et non une viticulture intégrée à l’arboriculture »39. Au-delà de la standardisation des actes, il existe deux grands types d’associations spécifiques. La plus répandue est le couple mythique Vigne et Olivier40. Certaines chartes font état de corvées d’olivigarium qui s’immiscent à l’intérieur du cycle des travaux viticoles41. La seconde association fait intervenir la Vigne et l’Amandier42. Amandier comme Olivier donnent parfois lieu à un complantage conjoint ou avec d’autres essences, sans autre précision43. Dans les deux cas, c’est l’alliance méditerranéenne classique Vigne et arbres à huile : ainsi, quelques-unes des redevances grevant ces parcelles sont directement exprimées en setiers d’huile44, et non en setiers d’olives ou d’amandes. Quelle est la part respective de vignes complantées et de vignes en monoculture ? Cette question, cruciale, doit être laissée en suspens.

L’arboriculture fruitière : une spécialisation régionale ?

Une intensification de l’espace rural

  • 45 Pour P. Bonnassie, l’un des indicateurs les plus sûrs de l’expansion agricole des VIIIe-Xe siècles (...)
  • 46 E. Le Roy Ladurie, Les paysans..., op. cit., pp. 200-204.
  • 47 [...] quoddam patuum situm ad fontem... Proptcr quam donationem praefata comitissa III solides Mel (...)

11Ce n’est pas sans raison que, depuis l’époque carolingienne, les inventaires des dépendances d’une villa, d’un manse ou d’un alleu recensent avec une belle constance les arboribus pomiferis et impomiferis. Derrière le stéréotype de la formule, l’anthracoanalyse et la palynologie décèlent la place grandissante que tiennent l’arbre et l’arboriculture dans l’économie agraire. L’essor des redevances partiaires sur les arbores, les planteria et les horti en est un autre indice45. Les deux principales phases arboricoles sont le Xe et surtout le XIIe siècle. Cette colonisation de l’ager par l’arbre est l’une des solutions adoptées par les paysans médiévaux, tout comme plus tard leurs descendants modernes46, pour intensifier le développement agricole tout en diversifiant la production. Elle est d’autant mieux adoptée qu’elle est rentable puisque la récolte est annuelle. Au seuil du XIIe siècle, quand les terroirs sont pleins, l’arbre s’infiltre partout : vigne, jardin, ferragine, champ, sans parler des vergers, des haies et jusque dans les patus47 !

12Dans les Garrigues et les replats montagneux, la plantation de ligneux consolide les versants. La basse-plaine orientale n’est pas ignorée : l’arbre est aussi cultivé pour lui-même, en quartiers uniformes d’olivettes ou d’amanderaies. Les ligneux s’adaptent à tous les types de terroirs, secs, humides, extensifs ou intensifs, plats, pentus, ombrés, ensoleillés. Aussi la diffusion de l’arbre engendre-t-elle progressivement nuances et spécialisations. Elle forge l’individualité agraire des pays. L’étagement en marches d’escaliers des plateaux et l’étroitesse des plaines orientales favorisent l’expression de ces particularismes agraires, bientôt accentués par la mise en place d’un tissu commercial. Dans ce schéma, la plaine alluviale autour de Béziers, et d’Agde, apparaît bien terne : à l’exception des arbres utiles consolidant les rivages, l’espace rural y est rigoureusement découpé en terroirs monoculturaux céréaliers ou viticoles.

Le verger spécialisé

  • 48 B.N. Doat vol. 166 f° 247r (1138).
  • 49 Cart. Valm. reg.B Divers no 8 f° 173v et 174r (1196).
  • 50 B. Cursente, « Les vergers du Bas-Adour d’après le cartulaire de Sorde (fin du XIe- dé but du XIII(...)
  • 51 A.D. Hérault. G277 cart. épiscopal de Béziers (1077-1099) ; cart. Gell. no 495, p. 405 (sans date) (...)

13Certains vergers, peu nombreux, sont éloignés de toute zone habitée. Ils surgissent au détour d’un chemin, entre des quartiers céréaliers ou viticoles. À Marseillan, un verger et une ferragine jouxtent une condamine à quelque distance de l’enceinte villageoise48. À Roubignac, un champ et un verger confrontent deux chemins et un honneur49. Ces vergers clairsemés dans le paysage forment des unités propres, compactes. Constituent-ils des parcelles de culture spécialisée telles les pommeraies à cidre du Bas-Adour50 ? Rien ne permet de le confirmer ni de l’infirmer, mais tout le laisse supposer. En effet, les chartes languedociennes font entrevoir par le biais des redevances partiaires de vastes plantations de cerisiers – et peut-être de poiriers – dépendantes d’un manse ou d’une apendarie51. B. Cursente observe que les viridia de ce type ne correspondent pas à de modestes boqueteaux situés en des endroits parfois porteurs de fortes charges symboliques, comme le seuil des maisons ou des cimetières. En tout état de cause, ces grands ensembles conçus avec une finalité d’investissement et de rentabilité demeurent plus que modestes et ne connaissent pas l’essor des pomaria du Sud-Ouest.

  • 52 [...] tres cartariate vinearum... ad Ficulneam cart. Mag. no 106, p. 207 (1129-1158) ; ortal cum f (...)
  • 53 H. Bresc, Genèse..., op. cit. et H. Desplanques, Campagnes..., op. cit., p. 348.
  • 54 L. Bolens, Les jardins..., op. cit.

14Cependant, il est un type de verger spécialisé auquel la documentation prête une attention particulière, au moins par le vocabulaire spécifique employé : ce sont les plantations de figuiers. Ces ficulnee ou figuerie sont à la fois des annexes de l’hort ou du parran et, comme au Latium52, des compléments de la pièce de vigne. En Sicile et en Italie du sud, l’ortale planté de figuiers appartient au paysage clos du domaine et de la villa ; plus au nord, les vignes sont associées aux jardins, maisons ou enclos53. En Languedoc, lors de la réorganisation de la zone subcastrale, les figuiers viennent ceinturer les terroirs horticoles à proximité du village. Plantés à leur extrémité, ils jouent le rôle de coupe-vent et de clôture. Cette disposition du jardin correspond aux instructions préconisées par les agronomes andalous54. L’exemple peut-être le plus célèbre est l’ancien quartier de Figuerolles à Montpellier, au pied de la colline où s’est établie la ville naissante. Associé aux terroirs intensifs de proximité, le Figuier l’est aussi aux vignobles de la basse-plaine. À Béziers La Madeleine, au XIIIe siècle (tabl. 22), le Figuier et la Vigne ont été repérés dans des pourcentages très voisins. Mais à Psalmodi, le Figuier participe très tôt à la vocation polyculturale du plat-pays entre Montpellier et Nîmes (tabl. 24, 25, 26).

Les oléagineux en terroirs secs

  • 55 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 2, p. 23.
  • 56 [...] ipsum olivetum meum... quod ego manibus mets in alode meo plantavi et plantari feci... et ma (...)
  • 57 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du Haut pays niçois médiéval, ha Vésubie (XIIIe-XVe siècle), Ni (...)
  • 58 Cf. supra pp. 285-286 et P. Leveau, C. Heinz, H. Laval et P. Marinval, « Les origines de l’oléicul (...)

15La culture spécifique de l’arbre concerne essentiellement les arbres à fruits oléagineux : oliviers, amandiers, et à un moindre degré, noyers. Cette spécialisation en terroirs arboricoles est le fait des Garrigues et des montagnes, régions traditionnellement productrices d’huile55. Les terres périphériques, rustiques et sèches, souvent étagées en terrasses sur le revers des montagnes, portent des oliviers et des amandiers, parfois mêlés sur une même parcelle56. Mais un tel paysage n’est pas intemporel. La lecture des cartulaires en rend compte : à partir de 1110-1120, les olivettes et les autres parcelles d’arboriculture sèche envahissent les paysages de coteaux et de hautes-vallées, ou les bassins intermédiaires comme la Vaunage. Le démarrage est précoce comparé à la situation provençale, où la culture de l’olivier, importante à l’époque antique à l’inverse du Languedoc, semble redevenue, d’après le témoignage des textes, marginale jusqu’au XVe siècle57. À l’ouest du Rhône, l’essor est confirmé par l’analyse pollinique et l’archéologie qui placent au Moyen Âge, et non à la période antique, l’expansion de l’arbre58.

  • 59 Cart. An. no 100, p. 240 (1181-1188).

16Dans l’arrière-pays, l’arboriculture fruitière est suffisamment répandue pour qu’elle devienne une affaire de spécialistes : le cellérier de l’abbaye d’Aniane doit nourrir tous les jours les olivadors et les amanliiadors59 ; le même acte parle de ilium qui facit olivas ; la corvée d’olivigarium est spécifique aux zones septentrionales. Une telle terminologie entérine certainement un savoir-faire technique lié à une différenciation des tâches en fonction des essences. L’existence, sinon d’un groupe de travailleurs spécialisés, en tout cas de personnel attaché à une forme spécifique de fructiculture, témoigne de conduites culturales élaborées.

17Parmi les terroirs arboricoles, les olivettes et les oliveraies sont sans aucun doute prépondérantes. L’une des raisons est assurément la pérennité et la longévité de l’arbre qui représente autant d’assurances pour l’avenir. L’absence de taille n’est pas rédhibitoire et l’arbre se multiplie bien par voie végétative. L’inconvénient d’une culture à sec réside dans une mise à fleurs lente sur une dizaine d’années. Si les quelques olivettes carolingiennes rencontrées sont à corréler avec la première phase arboricole de Marsillargues, en revanche, la seconde explosion se lit autant dans les pollens que dans les chartes, ce qui n’est pas sans donner une assise supplémentaire à la chronologie élaborée à partir du sondage palynologique. En effet, vers 1110-1120, les olivettes colonisent versants et bassins sédimentaires de l’arrière-pays.

  • 60 [...] dono nucharium del Viveir cart. Gell. no 446, p. 363 (1077-1099) ; los nogers elz pibolz Bru (...)
  • 61 Cart. Mag. no 90, p. 179 (1154).

18Les textes sont moins prolixes sur les autres espèces. Aucune trace d’amellarède ou de plantation d’amandiers au sein de la documentation. Les rares nouguières (noiseraies) sont localisées très haut dans la montagne60. Pourtant la leude de Villeneuve-lès-Maguelone taxe noix et amandes61. Les disciplines naturalistes pallient le silence des sources. A Psalmodi, les pourcentages de Prunus amygdalus en T.73 c23 et T93 c.5 (tabl. 25 et 26) sont très forts. Ils sont nettement supérieurs aux occurrences de la Vigne, ce qui tendrait peut-être à prouver une monoculture d’amandiers dans certains secteurs des marais. Quant au Noyer, la Juglans-line de Marsillargues démontre l’ancienneté de sa plantation dans le plat-pays, mais dans des proportions nettement moindres que l’Olivier et l’Amandier. Il faut considérer le Noyer, sinon comme une culture d’exception, du moins comme une culture marginale et minoritaire. D’ailleurs, à l’exception du Lauragais, un seul charbon a été rapporté à Juglans regia en Languedoc (tabl. 25).

Le cas du Châtaignier

  • 62 Cart. Guill. no 100, p. 210 (1103) ; cart. Mag. no 90, p. 179 (1154).
  • 63 [...] mals del Castaneir cart. Gell. no 436, p. 352 (1105-1120) ; faissam... in Castanedo A.D. Bou (...)
  • 64 Le patronyme de Castanea, peu répandu, est cependant porté par plusieurs individus du Bas-Languedo (...)
  • 65 [...] vasculum castanerii plenum vini cart. Ag. no 19, p. 31 (1176-1177).

19J’ai volontairement négligé et passé sous silence le Châtaignier. Il est temps de rassembler toutes les indications à ce sujet. La commercialisation des châtaignes est enregistrée par les tarifs de leude et le seistairal ou droit de coupe62. Les seules exploitations qui doivent un cens en châtaignes ou dont le nom évoque le Châtaignier sont implantées sur le rebord méridional du Massif central63. Il est alors logique de penser qu’un circuit complémentaire entre arrière-pays et littoral s’est mis en place, favorisé par l’immigration de cévenols64. Les actes évoquent aussi la place du Châtaignier dans la fabrication de la vaisselle vinaire65. Depuis le Xe siècle, l’investissement viticole autour des cités a certainement accru les besoins en bois de Châtaignier (échalas, tonneaux, baquets...)· Est-il iconoclaste de penser que des castagnèdes aient pu localement être plantées au-delà de la limite ethnographique communément admise, dans la basse-plaine ? Plusieurs indices convergent en ce sens.

20La majeure partie du substrat languedocien, surtout dans le monde des Garrigues, est calcaire ou marno-calcaire. Mais cette caractéristique n’est pas aussi prégnante qu’elle n’apparaît à première vue : les concrétions villafranchiennes du glacis biterrois, de la Costière du Gard et les dépôts détritiques de Lunel-Viel ont favorisé la formation de sols décarbonatés, voire siliceux, où se développent des formations végétales calcifuges, comme je l’ai montré précédemment grâce à l’anthracologie. De telles conditions facilitent très localement la culture du Châtaignier qui s’accommode de substrats faiblement calcaires.

  • 66 N. Planchais, Palynologie..., op. cit.

21En effet, à Marsillargues, les pics de Castanea sp. sont en exacte synchronie avec ceux de l’Olivier. Or cette dernière essence est cultivée et son intégration dans l’agrosystème languedocien ne fait aucun doute. Cette exacte homothétie des deux courbes est l’argument le plus solide pour conclure à la présence effective du Châtaignier dans le plat-pays. Elle incite aussi à y voir une véritable arboriculture. N. Planchais pense l’introduction de Castanea sativa récente et sa plantation envisageable dans la basse-plaine66. Je ne l’ai pour ma part identifié qu’à Castelnaudary et à Cabrières, dans des contextes où il a été ou a pu être employé comme bois d’œuvre.

  • 67 F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Be (...)
  • 68 A. Bruneton-Governatori, Le pain de bois. Ethnohistoire de la châtaigne et du Châtaignier, Toulous (...)
  • 69 J.-F. Lalanne, Un canton des Garrigues de 1789 à 1799, Montpellier, Lalanne, 1989, p. 89.

22Ainsi, à la faveur d’un édaphisme particulier, il est probable que des boisements à châtaigniers et des châtaigneraies existaient dans la basse plaine dès l’époque carolingienne. A l’instar des plaines et collines padanes67, l’exigence de l’arbre utile s’accroît. À mon sens, ces castagnèdes sont plus orientées vers la production de fruits que vers celle de bois de charpente puisque Castanea n’est pas l’essence la plus employée dans la construction médiévale. Si production de bois il y a, elle est réservée à la vaisselle vinaire et aux tuteurs. Cette remarque est intéressante car elle suppose une taille et des soins adaptés68. Compte tenu des données polliniques et anthracologiques, la pratique du complantage ne devait pas être ignorée des paysans médiévaux : à Saint-Guilhem-le-Désert, sur dolomie, au XVIIIe siècle, le Châtaignier est complanté soit avec la Vigne, soit avec l’Olivier69.

L’arbre utile

Le rôle polyvalent des saulaies

  • 70 [...] super fluvium Araurem ubi dicitur Ad Salices cart. An. dipl. no 8, p. 52 (799) et no 13, p.  (...)
  • 71 [...] pecia de terra culta cum ipsos salices cart. Nim. no 71, p. 118 (974).
  • 72 [...] dominus episcopus quod abbas arbores plantaverat in ripis quibus adhaerent paxeriae molendin (...)
  • 73 F. Menant, Campagnes..., op. cit., p. 208.

23Le Saule est la seule essence de la ripisylve qui fasse l’objet d’une précision d’ordre floristique dans les chartes. C’est donc un élément du paysage perçu comme important par les contemporains. L’arbre est explicitement situé sur les berges des cours d’eau et donne son nom à plusieurs ruisseaux, tènements et terres proches de rivières70. Il est aussi logiquement associé au moulin. Certaines parcelles cultivées sont cédées cum salices71. L’emploi fréquent du pluriel signale de vastes saulaies plantées car, à l’état naturel, Salix sp. n’est pas dominant. Ces formations sont anciennes puisque, dès l’époque carolingienne, les diplômes impériaux en font état. Mais c’est véritablement à partir de 960-1000 que l’arbre connaît une fulgurante expansion enregistrée par l’anthracologie (tabl. 16, 22, 25). Cette frénésie de plantation n’est pas du goût de tout le monde car elle entrave parfois le bon fonctionnement des paissières et des moulins72. Cette prépondérance du Saule au sein de la ripisylve est absolue au XIIIe siècle à Béziers La Madeleine (tabl. 22) : les autres composantes naturelles en sont absentes (Populus sp.) ou singulièrement minoritaires (Fraxinus sp.). Ces vastes ensembles compacts et homogènes rappellent ceux de Lombardie, constitués à la même époque, vers les Xe-XIe siècles73. Plusieurs facteurs conjugués expliquent cette croissance.

  • 74 [...] alia loca Comaiacas et Caucino super Fluvium Araurem ubi dicitur Ad Salices ad pascun arment (...)
  • 75 F. Menant, Campagnes..., op. cit., p. 208.

24Dès le Haut Moyen Âge, l’habitude est prise d’envoyer le bétail pacager dans les saulaies74. Sans gêne pour les cultures, l’usage d’amener les troupeaux au bord de l’eau a certainement dû perdurer plus tardivement. Dans l’Italie du nord, il est très régulièrement attesté dans les formations de saules à demi sauvages75. À la veille du XIIIe siècle, les villageois trouvent là un succédané commode à la prairie à un moment où le saltus se réduit et où l’accès à la forêt est de plus en plus réglementé.

  • 76 A.D. Gard H699 (1154), (1156), (1162), (1168), (1174) et H665 et 699 (vers 1175), H699 (1185), H70 (...)

25Le Saule est aussi l’arbre de colonisation par excellence des terroirs humides et alluvionnaires. Sa capacité à supporter une immersion totale ou partielle, tout en canalisant la violence des eaux, facilite l’atterrissement. Planté sur les basses terrasses fluviatiles régulièrement inondées, les graves et graviers76, il freine l’érosion du sol en maintenant la terre en place et en l’asséchant. Les saulaies sont un stade pionnier dans la lutte des paysans contre la divagation des eaux et le lent grignotage de nouvelles terres gagnées à la prairie ou à la céréaliculture au détriment de l’eau durant tout le XIe siècle. Les nombreuses parcelles de rivages cédées cum arboribus sans autre précision renvoient certainement à ces saulaies. J’ai déjà souligné leur importance dans la construction du paysage languedocien.

  • 77 P. Toubert, Les structures..., op. cit., pp. 255-257.
  • 78 P. Mane, Calendriers..., op. cit., pp. 170-171, 191-193, 241-242.
  • 79 [...] asinus cum sacco, cum ligamento, cum apparatu cart. An. no 279, p. 405 (1116) et no 139, p.  (...)
  • 80 Cart. Gell. no 136, p. 117 (1042) et no 499, pp. 411-413 (fin XIe- début XIIe siècle) ; Teulet t.  (...)
  • 81 [...] in terminium de Vineas Plaxinas cart. Gell. no 124, p. 107 (1031-1060).

26L’ultime raison – et sans doute la principale – de l’expansion des saulaies est qu’elles jouent le rôle de terroirs complémentaires de la viticulture. Il est significatif que Vigne et Saule – et d’autres arbres anthropogènes – soient systématiquement présents de concert dans les diagrammes anthracologiques à Psalmodi, à Laval-Basse et spécialement à Béziers, au coeur de la viticulture languedocienne (tabl. 22, 24, 25, 26). La bioarchéologie supplée au silence des sources et restitue la liaison technique entre le vignoble et les terroirs associés (roselière, oseraie, jonchère et surtout saulaie). En effet, si dans le Latium, les contrats de complant précisent que la future pièce de vigne est concédée ad vites plantandas et palandas, avec sa part de cannetum, ou encore avec ses droits d’usage dans les oseraies et saulaies77, la documentation languedocienne reste muette sur ce point. Pourtant le Saule est un bois tendre et flexible de première qualité pour les futailles, secteur outillé le plus fourni de la production paysanne. Les calendriers agricoles en illustrent l’importance pour tout ce qui est tressé : treillages, lattes, clôtures légères, et surtout paniers et corbeilles que portent les paysans sur les représentations iconographiques des vendanges78. Les chartes y font allusion lorsqu’elles décrivent le harnachement des animaux de trait79 requis par corvée au moment des vendanges80. Elles ne sont guère plus explicites sur les méthodes de plantation : une seule vinea plaxina81, ou vigne en guirlande, c’est bien peu pour attester une viticulture en hauteur nécessitant échalas et lattes. Mais n’oublions pas que l’hort villageois comprend souvent une treille, forme originale de vigne haute.

27Présent dès les temps carolingiens, le Saule ne devient un élément organique et original des campagnes languedociennes qu’à partir du milieu du Xe siècle. Arbre utile par excellence, sa réussite tient à la multiplicité de ses fonctions. Elle tient aussi à la rentabilité de l’arbre : c’est une essence à croissance relativement rapide dont l’investissement est rapidement amorti.

Orme et Frêne : des arbres fourragers

  • 82 F. Sigaut, « Gli alberi da forraggio in Europa : significato tecnico e economico », Boschi : stori (...)
  • 83 A. Durand-Tullou, « Rôle des végétaux dans la vie de l’homme au temps de la civilisation tradition (...)
  • 84 S. Thiébault, L’homme et le milieu végétal. Analyses anthracologiques de six gisements des Préalpe (...)
  • 85 G. Jalut, « Le pollen, traducteur du paysage agraire », J. Guilaine, sous la direction de, Pour un (...)
  • 86 M.-F. Diot, « Analyse palynologique d’un site médiéval : la motte de Bourzac (Dordogne) », Aquitan (...)

28Dans beaucoup d’analyses anthracologiques languedociennes, les fréquences d’Ulmus campestris ou de Fraxinus sp. sont très importantes, voire même surévaluées. C’est le cas à Psalmodi où, durant presque tout le millénaire médiéval, les taux atteignent 15 à 20 % du total (tabl. 24, 25, 26). La surabondance de ces deux essences au détriment du Peuplier, qui est le principal représentant de la ripisylve à l’état spontané, plaide pour une exploitation anthropique des végétations riveraines. Ces pratiques sont attestées dans les sociétés rurales traditionnelles et donnent lieu à l’élaboration de techniques de culture, de récolte et de stockage spécifiques82. Dans les Causses, les feuilles d’Orme et de Frêne fraîchement coupées nourrissent les jeunes agneaux et les caprins83. Les arbres sont alors cultivés en têtard chaque année pour la récolte des branches feuillées. Aujourd’hui encore, lorsqu’on traverse le plateau du Larzac en direction de Millau, les alignements d’ormes ont une forme caractéristique due aux coupes qu’entraîne cet usage. En Préhistoire, à Antonaire ou à Coufin, l’hypothèse fourragère a été souvent avancée pour expliquer les sureprésentations de Frêne ou d’Orme dans les spectres anthracologiques84. À l’échelle de l’Europe occidentale, les palynologues observent le même phénomène et l’interprètent de la même manière85. Pour le Moyen Âge, M.-F. Diot a suivi un raisonnement identique et élaboré des conclusions similaires lors de l’étude palynologique de la motte de Bourzac en Périgord86.

  • 87 L’abbé de Saint-Thibéry et Pierre Radulf se partagent par moitié ranima et cepaticum de fustis sur (...)
  • 88 H. Desplanques, « Contribution à l’étude des paysages ruraux en Italie Centrale : l’arbre fourrage (...)

29Arbres fourragers, l’Orme et le Frêne offrent plus qu’un palliatif alimentaire pour le bétail. Au XIIe siècle, dans la basse-plaine languedocienne, les possibilités de terroirs de prairies sont limitées. Celles du pacage se sont réduites au rythme des défrichements et de la surexploitation des formations végétales. L’émondage des arbres utiles est plus qu’un complément : c’est une nécessité dans une région d’agriculture intensive qui a besoin de bétail pour travailler la terre et fabriquer le fumier. Aussi voit-on s’instaurer à partir de la fin du XIe siècle des redevances partiaires sur le feuillage des arbres bordant les cours d’eau87. Toutes les parcelles des terroirs de rivages cum arboribus qui doivent verser la moitié de la récolte des arbres font allusion à cet usage. Ce type d’exploitation déborde le cadre languedocien : dans tout le pourtour méditerranéen, l’arbre utile pourvoit à l’insuffisance des prairies88. L’élagage des ormes et des frênes serait plutôt à corréler à l’élevage des bovins qu’à celui des ovicaprinés, sauf dans le cas de jeunes animaux. D’abord parce que les ovins, dont l’élevage se localise dans les Garrigues et reliefs collinéens, se dirigent l’été vers les montagnes du Massif central ; ensuite parce que les villages de la plaine (sauf le long du littoral) sont avant tout des villages céréaliers où l’exploitation paysanne repose sur le travail d’une paire de bœufs.

  • 89 H. Desplanques, Campagnes..., op. cit. En Italie du sud, J.-M. Martin observe que la coltura promi (...)

30J’ai évoqué tout à l’heure le problème de la coltura promiscua pour conclure que la culture mariée est ponctuelle dans le Languedoc médiéval, sauf en ces marges climatiques. Il est temps d’y revenir car, plus que le Figuier, le Noyer, l’Érable ou le Peuplier, ce sont le Frêne et surtout l’Orme qui, en Italie, sont traditionnellement les tuteurs de la Vigne. Faisant intervenir des arbres plus mésophiles, la coltura promiscua est réservée à des régions tempérées, à la limite du supraméditerranéen et du collinéen, non à des régions méditerranéennes. En Languedoc, le village enmotté de Laval-Basse, près de Castelnaudary illustre cette idée. L’analyse anthracologique (tabl. 28) restitue une ceinture horticole autour du noyau habité qui cède la place sur les flancs de la butte aux ceps de vignes. Mais ici le vignoble n’est pas un terroir de monoculture : il est en grande partie structuré par l’arbre. L’importance des taxons pouvant être simplement complantés (Amandier, Figuier) ou bien mariés à la Vigne, l’arbre jouant véritablement le rôle de tuteur (Figuier, Noyer, Érable, Peuplier, Saule et surtout l’Orme) accrédite d’autant mieux cette interprétation que j’ai précédemment montré que les limites biogéographiques médiévales étaient plus basses et plus orientales qu’à l’heure actuelle. Les conditions climatiques optimales pour la pratique d’un système de cultures mariées sont réunies puisque Laval-Basse est situé, à l’époque médiévale, dans un méso-supraméditerranéen à influence atlantique dont la sécheresse estivale est atténuée et le climat méditerranéen humide. En regard de la stricte définition qu’en donne H. Desplanques89, le terme de coltura promiscua n’est pas ici inadéquat.

Tableau no28. Répartition des essences identifiées par l’anthracologie à Laval-Basse (XIIIe-XIVe siècle) en fonction des écosystèmes actuels

  • 90 M. Dauzat, « Les mottes castrales du Lauragais : notes préliminaires », Le Lauragais. Histoire et (...)
  • 91 H. Desplanques, Il paesaggio..., op. cit., fig. 3.

31Étant donné la topographie environnante du site et l’étroitesse virtuelle d’un terroir céréalicole, la pratique de la céréaliculture conjuguée avec celle de la vigne et de l’arbre fourrager ou fruitier n’est pas à exclure : le troisième et dernier niveau vertical serait donc également respecté. Enfin, au sud-est du site, des aménagements en terrasse ont été repérés90 qui correspondent parfaitement à cette partie du terroir reconstituée par l’analyse anthracologique. L’un des clichés pris par H. Desplanques dans la province de Pérouse (Perugia) à Montefalco montre un terroir de coltura promiscua Vigne-Orme à flanc de coteau qui épouse la déclivité du terrain91. Il s’apparente sans doute au paysage entourant le Laval-Basse médiéval.

  • 92 [...] apud Sanctium Pontium sub ulmo cart. Valm. reg. B Divers no 25, f° 177v (1185) ; Actum est h (...)
  • 93 B. Cursente, Les castelnaux..., op. cit., p. 101.
  • 94 M. Pastoureau, « Introduction à la symbolique médiévale du bois », L’arbre. Histoire naturelle et (...)
  • 95 Galterius, Magalonensis episcopus, venit sub ulmo ante ecclesiam Sancti Stephani de Piniano cart. (...)
  • 96 [..] mansum... ubi est puteus et ulmus cart. Béz. no 92, p. 121 (1092) et mansum qui se tenent se (...)

32Au delà de l’aspect utilitaire, l’Orme occupe, à partir du XIIe siècle, une place symbolique dans le paysage languedocien : c’est l’arbre du castrum. Les habitants plantent au coeur géographique du village, sur la platea publica, un orme à la manière des arbres de la Liberté. Un certain nombre d’actes sont souscrits sub ulmo ou sur la place qui porte son nom92. L’emploi du singulier lève toute ambiguïté : c’est un arbre unique, connu de tous. La tradition est encore vivace : à Saint-Maurice-Navacelle, à La Vacquerie et à Fozières, un orme, planté en 1593 dans les deux premiers villages, ombrage la place publique. Dans les castelnaux gascons, l’Orme se rencontre aussi sur la platea, là où s’effectue le contact entre la population du bourg et le seigneur93. Dans le système médiéval des valeurs symboliques, plus que le Chêne, l’Orme est l’arbre de la Justice94 : les témoignages et l’hommage recueillis par l’évêque de Maguelone, Jean de Montlaur, lors de son enquête sur les fiefs que tient Raimond Guilhem de Pignan l’ont été sous l’orme, devant l’église paroissiale Saint-Étienne, à un kilomètre au nord-est de Pignan95. La plantation d’un orme au centre de la vie sociale participe pleinement à l’élaboration d’un urbanisme castrai, partiellement dérivé d’un modèle urbain : ce n’est pas un hasard si les premières mentions d’ormes à la fin du XIe siècle concernent la cité de Béziers96 et les suivantes à la fin du XIIe siècle les castra des campagnes.

Une monocotylédone indispensable : le Roseau

  • 97 [...] de las junchadas del sestairalague cart. Guill. no 120, p. 250 (1113) et Item de sestairalat (...)
  • 98 [...] jus pascendi exceptis devesis et junqueria cart. Gell. no 506, p. 427 (1153).

33À l’état naturel, le Roseau pousse au bord de l’eau. Il a été identifié à Béziers La Madeleine, près de l’Orb, et à Augery de Corrèges, en pleine Camargue. Mais nombreux sont les tènements ou les villages qui, au Moyen Âge et encore aujourd’hui, portent le nom de Jonquière ou Joncasse. Le Roseau fait lui aussi l’objet d’attentions et de soins de la part des villageois. Avec la colonisation des bords de rivières et le remodelage des vallées fluviatiles, les jonquières se raréfient. Aussi, au XIIe siècle, deviennent-elles un enjeu. Des conflits liés aux droits d’usage éclatent : le seistairal – ou droit de coupe – sur les jonquières de la villa de Montpellier est controversé à plusieurs reprises97. On cherche également à les protéger en y interdisant le pâturage98.

  • 99 Les attestations sont certes tardives mais intéressantes possit colligere juncum et boram in silva (...)
  • 100 [...] faxo de junco cart. Nim. no 53, p. 91 (956) ; ipsum juncum cart. Béz. no 65, p. 74 (vers 105 (...)
  • 101 Cart. Nim. no 17, p. 28 (905) ; no 24, p. 45 (924) ; no 25, p. 47 (925) ; no 35, p. 61 (932) ; no  (...)

34Comme le Saule, dont il présente les mêmes qualités de légèreté et de souplesse, le Roseau est employé sous plusieurs formes. Sous sa forme la plus brute, il alimente le feu : celui du foyer domestique comme celui du four à pain99. Dès le Xe siècle, il est récolté en fagots qui entrent dans la composition du cens100. Plus travaillé, il a sa place dans l’architecture villageoise. J’ai précédemment décrit la maison du Xe siècle comme une construction encore très rustique, très fruste. L’un des points qui différencient cette casa du Haut Moyen Âge du stare castrai est la toiture qui est encore faite en matériaux végétaux, en roseaux. Cet usage n’est pas limité aux zones littorales ou à la Camargue où le mas traditionnel est couvert de roseaux. Les maisons a sisca coperta se rencontrent de Vendargues à Nîmes et jusqu’à Saint-Laurent-du-Minier dans les Gorges de la Vis101. Le Roseau est aussi utilisé dans la construction en terre. À Béziers La Madeleine, le silo U.S.78 a livré une motte de terre blanchie, concrétionnée et cendreuse, contenant d’infimes fragments de charbons de bois. Cette motte de terre a gardé l’empreinte de cannelures fines dispersées d’un diamètre de 0,5 à 0,8 cm et traversant de part en part l’échantillon. Les cannelures ont été rapportées à Arundo donax-Phragmites sp. Il s’agirait là d’un mélange de terre-bois-matière végétale de type pisé ou torchis. Sous sa forme tressée enfin, le Roseau est l’une des essences principales employées dans la vannerie et joue lui aussi le rôle de terroir complémentaire du vignoble. À Béziers La Madeleine, cette relation est particulièrement marquée.

Les bordures anthropiques

  • 102 Le point sur la domestication des fruitiers a été récemment fait par M.-P. Ruas, « Éléments pour u (...)
  • 103 [...] in arboribus per cruces et terminationes adsignatum fuit cart. An. dipl. no 13, p. 63 (837).
  • 104 J. Lefort, « La représentation du paysage dans les documents de l’Athos », Castrum 5. Archéologie (...)
  • 105 [...] totam et integram ipsam nostram quartam partent supradictae ecclesiae... cum ipsa tota quart (...)

35La formule est un peu barbare, mais je n’en ai pas trouvé de meilleure. Je désigne par là des plantes qui, sans être cultivées, ni même véritablement intégrées à l’agrosystème, ont toutefois perdu leur statut de plantes « sauvages » (si tant est que ce terme ait encore une signification à l’époque où je me place !)102. Plantes au statut hybride, ultimes reliques d’étendues forestières désormais défrichées, à mi-chemin entre l’ager, la silva et le saltus, ces petits ligneux sont acculés aux marges des terroirs en petites tâches morcelées : au bord des chemins, des fossés ou des talus, au bas des pentes et des dénivelés, au détours de petits accidents de terrain, entre les parcelles sous forme de haies ou rideaux inorganisés, servant alors de point de bornage103, ou encore au coin des champs. Quasi ignorées des documents écrits, le vocabulaire médiéval n’a pas de terme spécifique et générique pour ces formations : lorsqu’exceptionnellement les confronts sont décrits minutieusement en suivant linéairement le terrain, le scribe se contente d’annoncer garriga, arbores ou arbor sans autre précision. On est bien loin des fabuleux documents d’arpentage byzantins qui vont presque jusqu’à comptabiliser les feuilles de l’arbre désigné par son nom d’espèce104 ! Sans doute ces bordures anthropiques ont-elles été plus ou moins protégées par les villageois. Ainsi le bois d’arbousiers qui jouxte le cimetière et l’église de La Melouse a-t-il été conservé depuis la fondation de la sauveté105.

36Révélées par l’anthracologie, ces végétations sont un élément constant de l’espace rural puisqu’elles apparaissent dans presque tous les sites étudiés. Ce sont des formations plutôt buissonnantes qu’arborées. En France du nord, elles s’apparentent aux halliers et aux fourrés. Elles sont le plus souvent constituées de plantes fructifères comestibles. Parmi elles, les Rosacées sauvages, comme le Pommier, le Poirier, les Sorbiers, l’Aubépine, le Prunellier, le Cerisier de Sainte Lucie, sont les plus répandues. Dans les reliefs ou dans les zones plus humides, s’y mêlent le Noisetier, le Houx, le Merisier, le Chèvrefeuille, voire exceptionnellement le Mûrier noir ; plus au sud, le Laurier. Dans les groupements plus clairs croissent le Cornouiller et le Sureau noir. Sur sols décarbonatés s’y ajoute l’Arbousier.

37Le rôle de ces bordures anthropiques est multiple et complexe. En premier lieu, elles offrent un appoint d’exception pour le fourrage des animaux et pour l’alimentation des hommes. Sans sortir de l’ager, en limite de la zone habitée, les villageois bénéficient de cet apport ponctuel en fruits charnus ou, plus rarement, en oléagineux.

38L’éventail des essences qui composent ces formations est favorable à la constitution, sinon de bocages, du moins de haies inorganisées : aubépines, cerisiers de Sainte Lucie, prunelliers, poiriers ou pommiers etc., seuls ou accompagnés de quelques arbres de haute venue comme l’Orme ou l’Érable, délimitent deux parcelles, deux tènements, les talus du chemin, la périphérie d’un finage... Les traits saillants du paysage rural sont ainsi soulignés. Ces haies n’ont que peu de ressemblance avec leurs homologues normandes ou anglaises, cultivées, beaucoup plus structurées, dont la conception et l’exploitation sont tout autres. Bien que le paysage languedocien médiéval reste fondamentalement un paysage d’openfield, au sens où il est traditionnellement défini par les géographes, ces haies inorganisées réintroduisent la notion de verticalité dans l’espace rural méditerranéen. Elles lui redonnent également une dimension moins uniforme que ne le laisse supposer la documentation écrite.

  • 106 L. Bolens, Les jardins..., op. cit.
  • 107 P. Toubert, « Paysages ruraux et techniques de production en Italie méridionale dans la seconde mo (...)
  • 108 Cf. supra p. 283.
  • 109 C’est l’opinion développée par un certain nombre d’auteurs dont se fait l’écho A. Grieco, « Réflex (...)

39La forte présence des Rosacées sauvages, pomoïdes et prunoïdes, dans ce type de groupement laisse présager du rôle de « laboratoires agronomiques » tenu par ces végétations. L’hypothèse est séduisante, mais pour l’heure invérifiable. La réserve génétique que représentent ces formations, les opportunités d’anthropisation d’essences arboricoles fruitières, et sans doute, de greffes avec les arbres du verger tout proche, ne sont pas à négliger. Sous la plume des agronomes, le jardin hispanoarabe apparaît comme le champ privilégié d’expérimentations de ce type : ainsi Prunus mahaleb est-il cultivé dans les horts andalous où il réussit très bien et où il sert de porte-greffe106. Pensons aussi à la castanea zenzala ou aux olive mêlés aux ensita à italienne107. L’anatomie des bois carbonisés ne répond pas à ces questions car aucun critère, à l’heure actuelle, ne différencie de manière satisfaisante les variétés sauvages des variétés cultivées : c’est le cas pour le Pommier, le Poirier, l’Amandier et d’une manière générale pour tous les fruitiers. La discrimination reposant sur l’étude statistique de la grosseur des pores n’a donné aucun résultat fiable en dehors des amandiers de Psalmodi108. Et pourtant, plus que l’acclimatation et la diffusion d’espèces nouvelles, c’est le nombre croissant de nouvelles variétés d’une même espèce qui est l’un des facteurs déterminants d’une reprise de l’arboriculture et de la culture des fruits109.

***

40De l’arbre anthropisé à l’arbre cultivé en passant par l’arbre utile, les ligneux sont partout présents, et très tôt, dès le IXe siècle, dans le paysage agraire qu’ils charpentent de plus en plus fermement. À partir de la fin du XIe siècle, le développement de la fructiculture, seule ou associée (hort, vignoble), notamment en zone de relief, est l’une des formes nouvelles prises par la rationalisation et l’intensification de la croissance agricole. Cet essor des fruitiers ne paraît pas s’accompagner d’une révolution botanique : ce n’est qu’aux XIIIe-XIVe siècles que de nouvelles essences enrichissent le patrimoine des espèces cultivées au jardin-verger. Mais en revanche il accentue, surtout dans la seconde moitié du XIIe siècle, les particularismes régionaux par la spécialisation fructicole montrant que s’esquissent déjà des relations économiques et commerciales entre les villes et les campagnes, entre l’arrière-pays et la basse-plaine. Ainsi la plaine alluviale autour de Béziers, et à un moindre degré d’Agde, est-elle bien morne comparée à sa partie orientale ou à la montagne.

41La diffusion de l’arbre utile ou de l’arbre fruitier participe pleinement à la construction des terroirs et de l’agrosystème. Dans certains cas, elle en forge l’originalité : la corvée d’olivigarium, intégrée au cycle cultural viticole, structure une forme spécifique de vignoble propre aux secteurs de relief. Aux franges de la zone méditerranéenne, l’Orme ou le Frêne soutiennent la Vigne cultivée : c’est la coltura promiscua. Les plantations homogènes de figuiers, de cerisiers, d’oliviers, d’amandiers ou la ripisylve rompent l’uniformité des terroirs de monoculture céréalière ou viticole. Les bordures anthropiques confèrent aussi à l’organisation de l’espace agraire une touche singulière. Tous ces terroirs redonnent à l’ager languedocien une dimension verticale trop souvent oubliée.

  • 110 A. Dietrich, Problèmes d’archéologie et d’ethnohistoire liés à la conservation des bois (étude des (...)

42Ce patrimoine ligneux est géré de diverses manières : simple cueillette, protection délibérée des bordures anthropiques, entretien suivi de la ripisylve, plantation arrêtée d’essences anthropogènes (Saule, Orme...) ou conduite culturale élaborée comme pour les oliviers et les amandiers : la palette des formes d’exploitation est riche. Cependant, on ignore tout des soins qu’elles requièrent : certes les fruitiers et les arbres utiles ou protégés sont soit taillés, soit émondés, puisqu’ils sont retrouvés en fouille sous forme de charbons de bois et que les sources écrites font état de taxes partiaires sur le feuillage ou l’émondage des arbres et de fagots de bois versés pour le cens ; mais à quel rythme ? sur quels critères ? avec quels instruments ? quels gestes ? Si parfois des traces de coupe ou d’outils sont observées sur les artéfacts carbonisés110, je n’ai pu faire, sur les charbons languedociens, aucun examen de ce type. C’est sur des questions de cette nature qu’il faudra se pencher à l’avenir.

L’exploitation du saltus

43Le saltus, ou espace non régulièrement cultivé, est le produit instable de deux évolutions antagonistes : évolution régressive par le défrichement forestier, évolution progressive par l’abandon des cultures. En domaine méditerranéen, la garrigue et les pelouses en représentent le principal état. Aux Xe-XIIe siècles, l’extension de ces formations ouvertes consécutivement aux attaques forestières est entérinée par l’anthracologie et la palynologie. Dans les reliefs, à partir de la seconde moitié du XIe siècle, la pratique d’une agriculture itinérante sur essartage temporaire implique aussi une expansion de ces zones. Même si saltus et espace pastoral ne se recouvrent pas exactement, ces assemblages ligneux et herbeux bas ont pour vocation naturelle première d’accueillir les troupeaux. La documentation écrite comme biologique ne livre que peu d’informations directes sur les usages et les utilisations du saltus. Cerner leur place dans l’économie languedocienne revient en partie à cerner celle de l’élevage.

Un terrain de parcours pour le bétail

Une régionalisation de l’espace pastoral ?

  • 111 M. Gramain, « Les formes de l’élevage en Bas-Languedoc occidental aux XIIIe-XIVe siècles », L’élev (...)
  • 112 F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Be (...)

44L’extension du saltus, caractérisée à plusieurs reprises par les disciplines naturalistes, suggère une augmentation du cheptel languedocien. Cette augmentation n’est pas uniforme et ne se fait pas selon les mêmes critères dans toute la région. Si globalement la trilogie porcin-ovin-bovin se retrouve dans tout le Languedoc, l’ordre et la présence de chacun des termes varie suivant que l’on se trouve en plaine ou en Garrigues. M. Bourin a montré que pour les agriculteurs de la plaine, l’élevage ne représente qu’une activité d’appoint, une activité domestique111, à l’inverse de la montagne. L’opposition est classique. Elle prend souvent la forme d’une rivalité entre bovins et ovins112. En effet, la céréaliculture intensive, qui occupe environ la moitié de la surface cultivable, ne requiert qu’une paire de bœufs. D’ailleurs, les corvées de labour, forme majoritaire du service de travail, sont appelées les bovaria.

  • 113 Cf. supra pp. 320-323.
  • 114 Cart. Conq. no 19, p. 25 et no 20, p. 26 (fin XIe siècle) ; cart. Ag. no 218, p. 202 (1108). Dans (...)
  • 115 A Olargues le Vieux et au Roc des Deux Vierges, les moutons font l’objet d’un abattage massif et s (...)
  • 116 G. Combarnous, Index des noms de lieux et de personnes dans le cartulaire de Gellone suivi de note (...)
  • 117 Et tres caseos de Solatico cart. Gell. no 426, p. 346 (1078-1095) ; et tres caseos de Solatico... (...)

45Au contraire, l’organisation et le système cultural des manses du littoral, de Garrigues, de coteaux ou de montagne, suppose une activité pastorale complémentaire de l’agriculture extensive itinérante sur essartage temporaire113. Celle-ci, qui s’exerce sur les friches, repose surtout sur le couple porc-mouton. Séparément ou conjointement, au XIe siècle, presque toutes les exploitations versent ces deux animaux en redevance alors que c’est exceptionnel pour les tenures de plaine en dehors des palus littoraux114. Le cheptel est d’abord élevé dans un but boucher. En effet, plus que les brebis ou les moutons, ce sont les agneaux, les « moutons premiers » ou même de petits agneaux (agnellus) qui sont les rois des censiers. Ce dû est principalement acquitté à Pâques ou à Pentecôte : la tradition de l’agneau pascal ou de printemps correspond bien à la période d’agnelage et est confirmée par l’archéozoologie115. Une bonne frange du cheptel ovin est abattu très tôt puisque les produits ne paraissent pas versés vivants. Mais le mouton est aussi élevé pour sa laine et son lait. Depuis le début du XIe siècle, la dîme sur la laine est assez fréquente et il est parfois précisé, pour les cens, que l’animal est cédé avec sa laine. Plus rarement, les paysans languedociens s’acquittent de leur redevance avec un fromage. Il semblerait que la majorité d’entre eux soient des fromages de brebis, et non de chèvre ou de vache. En effet, le cartulaire de Gellone recense les cabanes où on les prépare. Ces petits bâtiments temporaires sont implantés dans l’arrière-pays (Causse d’Aumelas, Larzac, Rouergue, flancs de la bordure méridionale du Massif cenfrai, moyenne vallée de l’Hérault)116. Certains de ces fromages sont qualifiés de fromage de Soulages117. D’après G. Combarnous, il s’agirait de fromages préparés à la manière du Roquefort actuel puisque la caverne des Huttes de Soulages était organisée pour la conservation et l’affinage de ces produits laitiers.

  • 118 A. Gardeisen, « Le castrum du rocher des Vierges à Saint-Saturnin. Étude de la faune du dépotoir » (...)
  • 119 A. Gardeisen, « État de l’élevage dans le Haut Moyen Âge camarguais et en milieu lagunaire », R. D (...)

46L’archéozoologie confirme partiellement cette partition de l’espace languedocien. Les analyses effectuées par A. Gardeisen au Roc des Deux Vierges, au contact entre la moyenne vallée de l’Hérault et les Causses, montrent une dominance de la consommation de porc et de mouton sur le boeuf118. Les animaux ne sont visiblement pas élevés sur place, mais non loin de là dans la moyenne vallée de l’Hérault. Au contraire, à Augery de Corrèges et à Mauguio, deux sites littoraux, les paysans se sont fait une spécialité de l’élevage bovin dans la plus pure tradition camarguaise119. Les données sont encore trop peu nombreuses pour tirer des conclusions définitives. Là encore les travaux ultérieurs affineront ce schéma.

La structuration de la transhumance

47L’habitude d’amener les troupeaux languedociens à l’estive dans les alpages plus septentrionaux est restée ancrée jusqu’au milieu du XXe siècle. Il n’y a là rien d’original : pour des raisons climatiques, tous les pays du bassin méditerranéen ont développé l’élevage à déplacement saisonnier. L’usage est sans aucun doute largement antérieur à la période médiévale, mais il acquiert, aux Xe-XIIe siècles, une amplitude particulière qu’il conserve jusqu’à nos jours. Pourquoi ? Il me semble que l’aridification du paysage languedocien consécutive à la disparition des boisements mésophiles et aggravée par une péjoration climatique douce à tendance sèche n’y est pas étrangère, tout comme l’extension des terroirs. En effet, les deux phénomènes conjugués rétrécissent, malgré la création de prairies intensives au bord des rivières – mais elles sont sans doute réservées aux seuls bovins –, les possibilités de pâturage en plaine et dans les moyennes vallées fluviatiles.

  • 120 In montibus autem in quitus fratres soliti erant alendarum ovium curam habentes habit arc... in qu (...)
  • 121 P. Clément, Les chemins à travers les âges en Cévennes et bas Languedoc, Montpellier, Presses du L (...)
  • 122 [...] loca Comaiacas et Caucino super fluvium Araurem ubi dicitur Ad Salices ad pascua armentorum (...)
  • 123 Cart. Gell. no 160, p. 145 (805) et no 249, p. 210 (807).
  • 124 Cart. An. dipl. no 11, p. 58 (852). Pour l’identification de Jaullo avec Jaoul voir P. Clément, Le (...)
  • 125 H.G.L. t. II no 26, col. 86 (814) ; Pascua etiam ad animalia alenda cart. An. dipl. no 9, p. 54 (8 (...)
  • 126 Cart. Gell. no 160, p. 144-145 (805).
  • 127 A.D. Gard H106 f° 3 v et H114 vidimus (1203) édité dans P. Lauer, Recueil des actes de Charles III (...)

48Dès l’époque carolingienne, les actes attestent indirectement l’importance de l’élevage : les pascua sont presque toujours systématiquement cités dans les donations de ville, manses ou autres biens allodiaux. Dès l’origine, les monastères de l’arrière-pays et du littoral se tournent vers des activités pastorales. Un passage de la vie de saint Benoît par Ardon daté des environs de 800 rapporte que les moines ont l’habitude de s’installer en été dans les montagnes pour mener les moutons au pâturage120. P. Clément souligne le caractère déjà saisonnier de ces déplacements121. Pour lui, c’est le plus ancien témoignage écrit de transhumance ovine. Les diplômes accordés par Charlemagne et Louis le Pieux aux abbayes d’Aniane et de Gellone complètent la vita. Aniane envoie ses troupeaux à Saint-Jean-de-Combejagues, sur le plateau tout proche d’Argelliers, dans les saulaies de l’Hérault au Causse-de-la-Celle, à 25 km un peu plus au nord, et sur le Larzac, à Saint-Martin-de-Castries (Cne de La Vacquerie), également à quelques 25 km au nord122, estive qu’elle partage avec Gellone123. Les seuls alpages (alpes) lointains sont ceux de Jaoul, aux confins des pagi de Nîmes et de Rodez124. Les bénédictins obtiennent le droit de pâturage dans certaines forêts des pagi d’Agde, d’Arles et de Narbonne125. La localisation exacte de certains de ces boisements est inconnue. Ce sont des formations littorales jouxtant les marais et les salines. Selon toute vraisemblance, ils accueillent non pas le cheptel venu d’Aniane, mais celui des celle régionales comme Saint-Martin-d’Arles. Gellone se réserve les pâturages du fisc adjacent de Lédens, au débouché des Gorges de l’Hérault126. Charles le Chauve, quant à lui, accorde à Psalmodi le droit de dépaissance dans le bois de Pineta, non loin de Saint-Laurent-d’Aigouze127. Dans les trois cas, les déplacements du cheptel couvrent de petites distances : à une exception près, les forêts ou les montagnes qui reçoivent le bétail sont éloignées au plus d’une vingtaine de kilomètres des abbayes. Les points de passage et de séjour qui seront plus tard caractéristiques de la transhumance ne sont pas encore tenus et il n’y a pas encore d’organisation d’ensemble de la transhumance. L’élevage reste géographiquement cloisonné.

  • 128 F. Menant, Campagnes..., op. cit., pp. 272-287.
  • 129 P. Clément, Les chemins..., op. cit., pp. 235-241.
  • 130 Cf. supra pp. 202-208.
  • 131 Cart. An. no 268, p. 394 (978-1000) ; no 262, p. 388 (986) ; no 180, p. 317 (996-1031) ; no 272, p (...)
  • 132 Les chartes du cartulaire concernant des titres de propriété dans le Rouergue sont regroupées du n(...)
  • 133 Cart. An. no 196, p. 331 (1159) et no 205, p. 336 (1158).
  • 134 Cart. Gell. no 35, p. 36 (996-1031) ; no 52, p. 50 (996-1031) ; no 129, p. 111 (996-1031) ; no 5, (...)
  • 135 Cart. Gell. no 151, p. 128 (1077) ; no 153, pp. 130-132 (1077) ; no 401, pp. 332-333 (1077-(1077-1 (...)
  • 136 P. Clément, ibid.,. pp. 67 et 238.
  • 137 P. Clément, ibid., p. 239.
  • 138 A.D. Gard H106 f° 32r (1099), f° 33r (1123), f° 34v (1125).

49Le phénomène d’élargissement du rayon des migrations décrit par F. Menant durant le dernier quart du XIe siècle et le premier tiers du XIIe siècle dans les collines bergamasques et bresciannes128 existe aussi en Languedoc. Mais il démarre plus tôt, dès 1020-1030, avec l’émergence d’une véritable politique monastique centrée sur l’élevage transhumant. Le processus atteint sa pleine maturité pendant la seconde moitié du XIe siècle. On peut qualifier avec P. Clément cette période de phase ecclésiastique de la transhumance. Comme il l’a très bien montré, les abbayes acquièrent des biens le long des drailles ou fondent des sauvetés afin d’en contrôler les points clefs129 : la répartition des patrimoines s’ordonne en fonction des échanges du bétail entre plaine et montagne. À Aniane, l’impulsion est donnée dès 1010-1029 avec la fondation de la bastide de Puéchaut, tentative originale de colonisation pastorale des plateaux nord-montpelliérains130. L’abbatiat de Pons I (1036-1059) marque le début d’une stratégie cohérente. C’est tout d’abord une série d’acquisitions et de donations de manses ou de ville dans les Garrigues et premiers contreforts montagneux de façon à renforcer le potentiel pastoral dans les collines : Caunes, Rouet, Reculaz (Cne de Viols-le-Fort), Cabrials(Cne d’Aumelas) et jusqu’à Amolum en Anduzenque131. Mais c’est surtout, à partir de 1030, l’implantation sur les Causses du Rouergue et jusqu’au Gévaudan qui démontre la pratique étendue de faire estiver les troupeaux à la montagne : Entraygues, aujourd’hui Le Rozier, au confluent de la Jonte et du Tarn, Saint-Pierre-des-Tripiers, Saint-Martin del Pi, Peyreleau, etc.132. Le temporel d’Aniane ne cesse de croître dans ce secteur : il se consolide avec l’installation d’un prieuré au Rozier, qui n’apparaît officiellement que vers 1160133, mais dont on peut penser, étant donné les références continuelles à l’église et à l’autel Saint-Saturnin, qu’il existe virtuellement dès le milieu du XIe siècle. Vers 1030, Gellone entreprend une colonisation systématique du Causse du Larzac tout en renforçant son noyau primitif à La Vacquerie et à Rogues : Les Rives, Le Caylar, Saint-Michel-d’Alajou, Saint-Maurice-Navacelle, voire jusqu’à La Couvertoirade et l’Hospitalet, et plus loin, vers Sauclières et Nant134. Le monastère renforce ses liens avec les lignées castrales rouergates : Cantobre, Creyssels, Cornus, Meyrueis. Le Larzac, surtout dans la partie méridionale est quasiment un pâturage exclusif du monastère. Une autre partie du cheptel doit estiver en pays gabale car l’abbaye prend appui à Saint-Martin-de-Londres, l’Espérou et Meyrueis135 pour contrôler la collectrice de la Lusette en direction du Causse Méjean et de Meyrueis, puis du Causse de Sauveterre et de l’Aubrac136. Ce sont autant d’étapes et de points de repos dans la montée vers les alpages. Une fois de plus, les comtés de Nîmes et d’Arles se singularisent et regardent à l’est. Psalmodi, Saint-Gilles et Saint-Roman-l’Aiguille envoient leurs bêtes vers les Alpes de Provence dont ils se partagent les pâtures avec les abbayes de Montmajour, Saint-Victor-de-Marseille et Lérins137. Les bulles accordées par Urbain II, Calixte II et Honoré II à Psalmodi138 révèlent que l’abbaye est possessionnée dans le pagus d’Aix vers Cucuron et dans ceux de Sisteron et d’Apt.

  • 139 Cart. Conq. no 383, p. 284 (fin XIe siècle) ; no 503, p. 363 (1120) et no 505, pp. 363-364(XIe siè (...)
  • 140 P. Clément, ibid., p. 241.
  • 141 Cart. Silv. no 357 à no 375, pp. 281 à 296 (Les Rives, Pégairolles-de-l’Escalette), no 376 à no 38 (...)
  • 142 Cart. None. no 37, pp. 47-48 (1195).

50Il n’a été question jusqu’à présent que d’estivage. La migration inverse existe aussi : les troupeaux rouergats et auvergnats viennent passer l’hiver en plaine. La pratique de l’hivernage n’apparaît jamais explicitement dans les documents régionaux. Seule l’extension géographique du temporel monastique dans les basses-plaines et les collines permet de conclure à l’existence implicite de ce mouvement. Il semble être plus tardif que le déplacement inverse vers les estives : pas avant le XIIe siècle. Ce n’est sans doute pas un hasard si Sainte-Foy de Conques s’implante dès la fin du Xe siècle à Saint-Privat-de-Champlos et Malons139 sur les plateaux calcaires du même nom. Pour la Chaise-Dieu, le phénomène est encore plus prégnant : les moines auvergnats fondent toute une série de prieurés le long de la route des Arvernes140. Ils concurrencent le chapitre de Nîmes jusque dans la plaine alluviale où ils s’efforcent de prendre pied. Les nouveaux arrivés du Rouergue ne font pas exception : Silvanès s’approprie des pacages sur le Larzac, à La Couvertoirade, aux Rives, et elle fonde une grange à Silveplane (Cne de Laurens)141 ; Nonenque obtient d’être exemptée des péages de Clermont-l’Hérault142.

51Ainsi, entre 1030 et 1080, un système pastoral cohérent se met en place sous l’égide des bénédictins de l’arrière-pays. Ni les communautés rurales, ni les lignages aristocratiques ne sont à l’origine du phénomène. S’ils y participent, ils n’en sont pas la cheville ouvrière. Au terme du processus, la transhumance met en relation les moyennes vallées fluviatiles et les Causses jusqu’au Gévaudan et à l’Auvergne. À cet égard, les marches d’escalier que forment les plateaux des Garrigues et les moyennes vallées occupent une position stratégique. De là, les monastères, tels Aniane ou Gellone, s’assurent le contrôle des drailles. Ils gèrent à la fois la montée à l’estive du cheptel bas-languedocien et la descente des troupeaux montagnards dans la plaine pour l’hiver.

Un élevage plus ample et plus spécialisé

  • 143 A.D. Hérault G277, cart. épiscopal de Béziers (1077-1094).
  • 144 Cart. An. no 100, p. 240 (1181-1188).
  • 145 Cart. Silv. no 381, pp. 301-302 (1147).

52L’allongement des distances de parcours dénote l’ampleur nouvelle prise par l’élevage. Je n’ai jusqu’à présent parlé que de cheptel, de bétail, sans en chiffrer ni en préciser la composition. Lorsqu’on la connaît-trop rarement-, le mouton arrive largement en tête. Dès la seconde moitié du XIe siècle, les brebis sont totalisées par centaines143. À la fin du siècle suivant, la cuisine de Saint-Sauveur d’Aniane réclame des brebis par groupe de cent aux prieurés de la moyenne vallée de l’Hérault et des Garrigues montpelliéraines : au total mille têtes arrivent au monastère144. Au passage, cet acte confirme, si besoin en était, que les moines pratiquent eux-mêmes l’élevage. Au Caylar145, lors d’une vente de pacage à l’abbaye de Silvanès en 1147, le gros du troupeau se compose d’ovins dont on ne sait le nombre exact, de 4 paires de boeufs, 30 juments, 12 vaches. Mais les petits (poulains et veaux) de moins d’un an ne sont pas comptabilisés. Lorsque le nombre de bœufs et vaches est inférieur au nombre prévu, il doit être complété par les juments et vice versa. À Valcrose aussi, il n’est question que d’ovicaprinés et d’un troupeau de 100 unités pour un personnel maximal de 7 chanoines. Les éleveurs des reliefs et moyennes vallées sont bien spécialisés dans l’élevage ovin. Pour eux, la centaine de têtes est l’unité courante de base et les troupeaux doivent facilement compter plusieurs milliers de bêtes.

  • 146 A.D. Gard H187 (1084), (1099), (1159).
  • 147 Donation de Louis le Pieux à Aniane cart. An. dipl. no 12, p. 61 (815) et no 13, p. 64 (837) ; con (...)
  • 148 Teulet t. 1 no 45, p. 41 et H.G.L., t. V, no 456, col. 854.
  • 149 Cart. Silv. no 381, p. 302 (1147).
  • 150 Cart. An. no 118, pp. 260-262 (1138).
  • 151 Cart. An. priv. pap. no 32, pp. 117-118 (1153-1154) et no 40, pp. 122-123 (1154-1159) et no 41, pp (...)

53Cette nouvelle source de richesse, les établissements religieux doivent à présent la préserver et même la défendre. La surexploitation des formations buissonnantes et des pelouses, accentuée par un élevage à grande échelle et par la raréfaction des pâturages, conduit inexorablement, au XIIe siècle, à une atmosphère de concurrence. De nombreux conflits éclatent qui ont pour toile de fond les terrains de parcours pour le bétail. Le contrôle des points de passage verrouillant les voies de communication et les drailles en constitue un premier type. Dans la longue controverse qui met aux prises l’évêque de Nîmes et La ChaiseDieu146, l’acharnement de la congrégation pour accaparer un certain nombre de possessions au point d’aboutissement de la route des Arvernes, et les conserver envers et contre tout, témoigne d’une volonté de maîtriser un axe économique essentiel. Les ambitions des montagnards ne s’arrêtent pas là : ils revendiquent Uchaud, dans la plaine nîmoise, et s’engagent dans un long conflit avec Aniane pour le prieuré de Goudargues147, au bord de la Cèze, point de passage clef entre la vallée du Rhône et les plateaux du Vivarais et du Gévaudan. La plupart des autres querimonie portent sur la possession de pâturages. Elles se multiplient à partir de 1120, à l’image de la communauté castrale du Cailar qui s’oppose, en 1118, aux vicomtes de Nîmes à ce sujet148. En 1147, les droits d’usage de celle des Rives sont préservés149. L’une des plus représentatives est incontestablement le litige qui met aux prises l’abbaye d’Aniane et la toute jeune communauté de Valcrose, fondée vers 1120-1130, dans les Garrigues au sud du prestigieux monastère. Les bénédictins prétendent en interdire la construction sous prétexte que Valcrose se trouve dans la juridiction abbatiale. L’affaire parvient au tribunal épiscopal de Maguelone150. Le jugement est rendu sur le conseil de Guilhem de Montpellier, protecteur de Pierre Raimond, fondateur de Valcrose. Il prévoit que les chanoines seront placés sous la protection de l’évêque, que leur nombre n’excèdera pas sept, et, surtout, qu’ils ne pourront posséder un troupeau de plus de 100 bêtes, brebis ou chèvres. C’est là l’un des enjeux véritables de la querelle : Aniane tente de limiter une entreprise naissante d’élevage en imposant un quota, tout en sauvegardant ses terrains de parcours. On en mesure l’enjeu économique à l’audace des chanoines qui osent s’installer à quelques kilomètres à peine de Saint-Sauveur. Il est vrai qu’ils bénéficient d’appuis politiques de taille. Ils essaieront, en vain, de se soustraire à ce règlement, mais la sentence sera confirmée par le Saint-Siège151.

  • 152 Pour Valmagne, cart. Valm. reg.A f° 27v (1161), reg.B Font-Mars no 3 (1162), reg.A f° 57r (1171), (...)
  • 153 Cart. Mag. no 173, pp. 316-317 (1180).
  • 154 C. Berman, Medieval agriculture : The Southern French Countryside and the early Cistercians. A Stu (...)
  • 155 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., p. 258.
  • 156 M. Bourin-Derruau, ibid., t. 1, pp. 257-259.

54Ce que la petite communauté de Valcrose n’a pas réussi à mener à terme, les cisterciens, eux, le font. Dès 1160, ils généralisent le procédé à grande échelle. Le cartulaire de Valmagne ou les pièces éparses concernant Franquevaux sont truffés de ces procès grâce auxquels les moines blancs obtiennent et rassemblent des droits sur les massifs de garrigue, les terroirs de prairie et les dîmes portant sur le bétail152. Les fumades, le fumier laissé sur place par le troupeau, apparaissent aussi comme un enjeu153. C. Berman a démontré combien ce mécanisme fait partie intégrante d’une politique systématique axée sur l’élevage intensif154. Cet élevage n’est toutefois pas uniquement un élevage sur prairie irriguée : Valmagne envoie ses bêtes à laine estiver, par la draille d’Hérépian, dans l’Espinouse, dans ses granges de Cambert (Cne de Murat) et Burau (Cne de Fraisse). Dans le dernier quart du XIIe siècle, l’arrivée des cisterciens et des hospitaliers structure de façon encore plus ferme l’économie pastorale des Garrigues et des reliefs car ils jettent les bases d’une gestion moderne. S’ils continuent à mettre encore la main à la pâte, ils confient de plus en plus la garde de leur cheptel à des bergers spécialisés. Les archives de l’ordre de Malte et le cartulaire de Valmagne montrent que les Pastor gravitent presque uniquement autour des granges ou des domus Militie Templi. Nombreux sont les frères de l’ordre du Temple qui portent ce patronyme. Le berger n’est pas un habitant du castrum bas-languedocien155. La diffusion de cet anthroponyme demeure extrêmement faible et confinée d’un point de vue géographique. Néanmoins, son apparition, vers 1170, révèle qu’un petit groupe d’entrepreneurs dynamiques privés commence à prendre en main les destinées des troupeaux. À cette évolution répond la naissance, au XIIe siècle, d’un artisanat de transformation spécialisé dont on sait le rôle dans la maturation villageoise156. Le Pelliparius ou Pellicerius, le Coirroterius et le Textor sont des figures marquantes des villages enclos de la moyenne vallée de l’Hérault. Ils tiennent nombre de moulins à foulon le long de l’Hérault. Aniane perpétue jusqu’au XVIIIe siècle la tradition des tanneries.

Une matière première pour les artisans

  • 157 J. Thiriot, Les ateliers médiévaux de poterie grise en Uzège et dans le bas-Rhône. Première recher (...)
  • 158 Au moment de la fouille, les analyses anthracologiques n’ayant pas encore cours pour le Moyen Âge, (...)

55Terrain de parcours pour le bétail, le saltus languedocien est également une matière première pour l’artisanat : boulangers, forgerons, sabotiers, fustiers, potiers, et bien d’autres encore, s’approvisionnent en petits ligneux dans les zones incultes non forestières. Avec l’arrêt des défrichements de grande ampleur, l’artisanat pèse de plus en plus lourdement sur le saltus. Le site uzégeois de Saint-Victor-des-Oules (Gard) permet d’en appréhender le poids à un moment, les XIIe-XIIIe siècles, où la couverture végétale se réduit comme une peau de chagrin. En effet, l’ensemble d’ateliers de potiers mis au jour forme une véritable officine artisanale, voire même industrielle, puisque, pendant près de trois siècles, la céramique produite inonde le bas-Rhône, une partie de la Provence, ainsi que la plaine et les garrigues languedociennes157. Trois des fours de potiers (fours 91 A, 91 B et 128 E) ont fait l’objet de prélèvements anthracologiques couche par couche dans la sole158 : il s’agit là des vestiges de la dernière cuisson effectuée dans ces fours.

L’implantation du site

56Je m’attacherai longuement (trop peut-être) à exposer la géologie du site et à décrire la végétation actuelle tant ces paramètres sont complexes et conditionnent l’interprétation ultérieure des résultats anthracologiques.

57Le site de Saint-Victor-des-Oules (fig. 55) fait partie du synclinal dirigé est-ouest issu du plissement tertiaire pyrénéo-provençal. La dépression y a favorisé la constitution de dépôts argileux. La phase de plissement alpin à la fin de l’Oligocène a provoqué le soulèvement du plateau de Saint-Victor-des-Oules composé de calcaires compacts ou en plaquettes. L’étang de la Capelle occupe le fond du synclinal recouvert d’argiles imperméables du Crétacé supérieur. Les deux crêtes à faciès de quartzites et à sables du Crétacé inférieur se resserrent sur le synclinal et s’élèvent jusqu’à atteindre 260 m au Mont-Aigu. À l’ouest, les crêtes disparaissent et le synclinal s’ouvre sur le bassin d’Uzès formé de marnes (marnes de Saint-Siffret) et de molasse calcaire ou gréseuse (séries continentales du Crétacé supérieur). Deux substrats, calcaire (séries du Miocène) et à tendance siliceuse (séries du Crétacé), constituent la lithologie du site.

58Saint-Victor-des-Oules est implanté dans l’étage bioclimatique mésoméditerranéen. La principale formation végétale est une chênaie mixte à chênes pubescents et chênes verts. La richesse géologique et pédologique du terroir de ce village conditionne en partie la phytogéographie actuelle. Elle a conduit à effectuer un relevé floristique plus précis, à l’échelle du finage villageois, en liaison avec les faciès géologiques précédemment décrits (fig. 55) :

Substrats décarbonatés à tendance siliceuse (faciès à quartzites, sables roux et grès, niveaux à argile)
Strate arborée (chênaie mixte)
Quercus pubescens, Quercus ilex, Castanea sativa, Pinus pinaster.
Strate arbustive (mattoral)
Juniperus oxycedrus, Erica cinerea, Erica scoparia, Calluna vulgaris, Lonicera duplexa, Cistus salviaefolius, Daphne gnidium, Lavandula stoechas, Quercus coccifera, Amelanchier ovalis, Clematis flammula, Ligustrum vulgare, Briza maxima, Pteridiuma quilinum.
Substrat calcaire (calcaires compacts ou en plaquettes)
-Forêt en défens (chênaie pubescente)
Strate arborescente (strate arborée non observée)
Quercus pubescens, Ulmus campestris, Viburnum tinus, Smilax aspera, Clematis flamula, Ligustrum vulgare.
-Forêt dégradée (chênaie mixte)
Strate arborescente
Quercus pubescens, Quercus ilex, Pinus halepensis.
Strate arbustive (garrigue et lavandulaie)
Quercus coccifera, juniperus oxycedrus, Spartium junceum, Thymus vulgaris, Lavandula latifolia, Cistus albidus, Clematis flammula, Aphyllantes monspeliensis, Rosa sp., Lonicera duplexa, Bongiana hirsuta, Bromus erectus.

Figure no55. Géologie détaillée du terroir de Saint-Victor-les-Oules

59La végétation sur roche décarbonatée ou à tendance siliceuse est plus humide que celle sur calcaire car les grès, sables et quartzites servent de réservoirs à l’eau. La fougère aigle est d’ailleurs sur le terrain un bon marqueur de cette humidité sous-jacente. Une telle situation est éminemment favorable au Chêne pubescent et dessert le Chêne vert.

L’alimentation des fours : quel bois ?

  • 159 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du Haut Pays Niçois médiéval. La Vésubie (XIIIe-XVe siècles), N (...)

60Dans les trois fours (tabl. 2, 3, 4), les taxons caractéristiques de la chênaie sclérophylle, le Chêne vert et ses compagnes, l’Arbousier, l’Alaterne, la Filaire, la Lavande, le Genévrier, les Cistes et les Bruyères dominent. Le Buis est uniquement présent dans la structure 128, où il atteint jusqu’à 50 % du total dans certaines couches, lui apportant ainsi une note plus supraméditerranéenne. C’est bien dans l’environnement proche du site qu’a été coupé le bois alimentant les fours. Même dans le cas précis d’un site à vocation quasi industrielle, les circuits commerciaux n’ont pas joué dans l’approvisionnement en combustible. Contrairement à d’autres régions (Provence, Pays niçois), le bois ne fait pas ici l’objet d’échanges depuis les montagnes boisées jusque dans la plaine où il est généralement transporté par flottation159.

61Un autre résultat étonne encore plus a priori : ce n’est pas la forêt qui approvisionne l’officine artisanale en combustible, mais les garrigues. Dans les trois ensembles archéologiques, la représentation de la strate arborée oscille entre 0 % et 10 % alors que les pourcentages des petits ligneux (strate arbustive) se situent au-dessus de 80 %. Ce saltus est fortement altéré : les faciès ultimes de dégradation de la chênaie sempervirente sont majoritaires dans toutes les couches. Ils représentent les derniers stades encore arbustifs avant l’installation des pelouses. Celles-ci sont consécutives aux coupes répétées ou à l’incendie de la chênaie d’yeuse. Ici l’intense activité potière a imprimé à la forêt une évolution régressive.

62Deux types de stades régressifs apparaissent : une dégradation sur roche-mère décarbonatée donnant une lande à Lavande et Bruyère (Ericeto-Lavanduletum stoechidis) ou Ciste et Bruyère (Cisto-Ericetum cinereae) avec Arbutus unedo, Calluna vulgaris, Lavandula sp., Erica sp., Cistus salviaefolius, Cistus monspeliensis... et une dégradation sur sol calcaire aboutissant à une lande à Genévrier (Juniperus sp.) et Bruyère (Erica sp.) avec Rhamnus alaternus, Phillyrea sp., Quercus coccifera... se dégradant elle-même en une pelouse à Labiées (Lavandula sp.) et Cistes (Cistus albidus). Étant donné les associations végétales identifiées, et malgré l’absence de preuve déterminante sur le plan anatomique, il est certain que le genre Lavandula sp. recouvre deux espèces, Lavandula stoechas (calcifuge), sans doute majoritaire, et Lavandula latifolia (calcaire), que, dans les Erica sp., s’amalgament probablement trois taxons, Erica cinerea, Erica s coparia (calcifuges) et Erica multiflora (calcaire) et enfin que pour Lonicera sp., il s’agit vraisemblablement de Lonicera implexa.

63Cependant, bien que le Chêne vert et son cortège floristique soit omni-présent, d’autres assemblages nuancent un peu cette suprématie. Prunus spinosa, essence associée à un profil décapité de la chênaie pubescente, est caractérisé ponctuellement dans les trois fours. Dans la structure 128 E, sont repérés des éléments notables de buxaie, formation s’installant après une régression de la chênaie caducifoliée. Toujours dans le four 128 E, une tendance mésophile nette avec Buxus sempervirens, Fagus sylvatica, Corylus avellana, Ligustrum vulgare est mise en évidence. Ces taxons, non identifiés dans les deux autres fours, confèrent une originalité qualitative et quantitative certaine à cette structure.

  • 160 J. Thiriot, Les ateliers..., op. cit., p. 55.

64Cette originalité traduit un changement dans l’approvisionnement en combustible. En effet, les fours 91 B et 91 A sont les plus anciens puisque datés du milieu du XIIe siècle par l’archéomagnétisme. Les indications archéologiques établissent par chronologie relative que la structure 91 B est légèrement antérieure à la 91 A160. Or le spectre anthracologique de ces deux fours est similaire (taxons et pourcentages identiques) : la source d’alimentation n’a pas varié de manière significative pendant le XIIe siècle. En revanche, le four 128 E est un peu plus tardif et aurait été utilisé jusqu’au milieu du XIIIe siècle. À cette date, la composition botanique du combustible a changé : ce n’est plus le saltus issu de la dégradation de la chênaie d’yeuse, mais la buxaie découlant de la déforestation de la chênaie pubescente qui alimente le four 128 E.

Calibrage et abattage du combustible

65Sur l’ensemble des niveaux des trois fours, deux taxons, Erica sp. et Calluna vulgaris, ont gardé dans leurs parties périphériques des assises corticales. Dans ce cas particulier, le dernier cerne observé est le dernier anneau de croissance produit par le cambium. Par conséquent, la détermination de l’âge et de la saison d’abattage est possible. L’étude porte sur 212 échantillons de Bruyère et 152 de Callune.

66Pour les deux taxons, le bois s’avère très bien calibré puisque 3/4 des fragments ont un diamètre compris entre 0,3 et 0,5 cm pour la Bruyère, et entre 0,3 et 0,6 cm pour la Callune, le diamètre variant de 0,1 à 1,2 cm (fig. 56, 57, 58, 59). L’histogramme de répartition des âges du bois montre une relation nette pour la Bruyère entre l’augmentation des diamètres et l’âge du bois (fig. 58 et 59). Le phénomène est plus discret pour la Callune (fig. 56 et 57). Je pense que cette différence provient de la fréquence des faux cernes de cette espèce que je n’ai pas toujours pu repérer sur les tiges tronquées.

Figure no 56. Histogramme de répartition des diamètres des tiges de Calluna vulgaris (Saint-Victor-des-Oules, XIIe-XIIIe siècle)

Figure no 57. Histogramme de répartition des âges des bois de Calluna vulgaris (Saint-Victor-des-Oules, XIIe-XIIIe siècle)

Figure no 58. Histogramme de répartition des diamètres des tiges d’Erica sp. (Saint-Victor-des-Oules, XIIe-XIIIe siècle)

Figure no 59. Histogramme de répartition des âges des bois d’Erica sp. (Saint-Victor-des-Oules, XIIe-XIIIe siècle)

  • 161 G. Borias, Poterie traditionnelle de l’Uzège, Uzès, 1978.
  • 162 J. Thiriot et P. Cour, communications orales.
  • 163 J. Thiriot, Les ateliers..., op. cit, p. 65.
  • 164 J. Thiriot, ibid., pp. 65-66.

67La récolte de combustible porte prioritairement sur de jeunes rameaux, de faible section, voire même des brindilles, non sur des troncs. Coupées probablement en hauteur et non sur toute la longueur des arbustes, rassemblées ensuite en fagots, ces menues branches sont jetées dans la sole régulièrement, pendant toute la durée de la cuisson. L’ethnographie corrobore tout à fait ces conclusions : en Uzège, il est de tradition que les fours soient chauffés « aux fagots de chêne vert feuillu ou boucades »161 ; en Catalogne ou dans le Maghreb, d’immenses tas de petits fagots atteignant 2 à 3 mètres de hauteur sont visibles près des fours encore en activité162. Un tel état de fait implique que les récoltes de combustible soient fréquentes et portent sur une partie importante du saltus. Il est pour l’instant impossible d’avoir une idée des volumes de bois enfourné, mais, étant donné l’importance de la production de céramique, ils devaient être énormes, ce qui recoupe tout à fait les résultats écologiques montrant une dégradation nette de la végétation. L’une des fonctions de ces charges de broussaille est d’élever la température163. Il est à noter que la grosseur moyenne des brindilles semble identique quels que soient le four et la couche (entrée ou intérieur, notamment couches de cendres) considérés. Il n’y aurait par conséquent pas de variation de diamètre au fur et à mesure de la cuisson, contrairement au cycle théorique d’enfournement des bois qui impliquerait une augmentation du module des tiges conjointement avec la montée de la température164.

  • 165 R. Trendelenburg et H. Meyerwegelin, Das Holz als Rochstoff, München, Hauser, 1955.

68L’observation de la position de l’écorce par rapport au stade de développement du dernier cerne précise la période de coupe pour chaque fragment (tabl. 29). Les pourcentages obtenus montrent que les tiges ont été coupées préférentiellement (60 %) au niveau du bois initial, c’est-à-dire au début de la période de végétation (bois de printemps). Néanmoins, pour près d’un tiers des échantillons, la croissance s’arrête au bois final (bois d’automne). Le calcul de l’écart réduit à partir des valeurs absolues prouve que les pourcentages sont significativement différents, aussi bien pour les petites que pour les grosses tiges. Pour les deux espèces étudiées, les résultats sont cohérents et la répartition des pourcentages proches : l’abattage des arbustes est le même quelle que soit l’essence considérée. Cet abattage n’a pas été effectué régulièrement tout au long de l’année. Il ne concerne pratiquement pas la saison dormante du bois (hiver et une partie de l’automne) puisqu’il s’effectue au printemps, moment où redémarre l’activité des fours. Le pic en bois d’automne est dû à la poursuite du fonctionnement des fours jusqu’au seuil de l’hiver. Les observations anatomiques montrent que le bois coupé est immédiatement utilisé. Il n’y a donc pas de constitution de stocks pendant l’hiver, bien que les avantages à abattre le bois en dehors de la période végétative soient importants (conservation et durabilité). Ce cycle est en décalage complet avec le cycle théorique obtenu lors d’un abattage régulier dans l’année pour des bois à pores diffus165. En revanche, il est en accord avec le rythme d’utilisation des fours qui s’arrêtent durant l’hiver.

Tableau no 29. La saison d’abattage des bois enfournés à Saint-Victor-des-Oules (XIIe-XIIIe siècle)

Organisation et perception de l’espace rural

69En préliminaire à l’analyse anthracologique, j’ai insisté sur la diversité et la complexité actuelle des sols et de la végétation, en montrant que la répartition locale des formations végétales variait avec celle du pH. Depuis le Moyen Âge, certains facteurs (climat, humanisation...) ont pu avoir une influence sur l’évolution des sols, mais la roche-mère, elle, ne s’est pas notablement transformée et demeure acide (sable, grès, quartzites...) ou basique (calcaire, marne). En m’appuyant sur les données botaniques et géologiques et en utilisant la méthode régressive, je tenterai une cartographie médiévale des peuplements végétaux alimentant les fours. En effet, l’analyse anthracologique a reconnu des associations phytogéographiques tantôt sur silice, tantôt sur calcaire. Rapportée à la situation actuelle, la répartition médiévale des formations ligneuses serait la suivante :

Substrat calcaire
- Chênaie pubescente dégradée en buxaie et Prunetalia.
- Chênaie d’yeuse dégradée en landes à genévriers et bruyères puis cistes (Cistus albidus) et Labiées.
Substrat décarbonaté à siliceux
-Chênaie mixte dégradée en landes de type Ericeto-Lavanduletum stoechidis et Cisto-Ericetum cinereae.

70Les taxons calcicoles et calcifuges sont présents dans les trois fours pratiquement pour chaque couche. Par conséquent, le saltus les approvisionnant se localise principalement au nord et à l’est du village, sur les calcaires oligocènes d’une part, et surtout, d’autre part, sur les sols crétacés siliceux où apparaissent les niveaux à argile (Cénomanien) (fig. 55). Au XIIIe siècle, le passage constaté dans le four 128 E à une dégradation sur calcaire de type buxaie est l’indication d’un recentrage de l’alimentation en matière première sur un saltus poussant sur les calcaires (fig. 55). Ce changement est dû à une surexploitation probable du saltus sur rochemère siliceuse au siècle précédent. Passé 1200, la production de bois à brûler se fait à partir des derniers groupements végétaux encore importants : les buxaies et Prunetalia sur calcaire ; s’y mêlent des lambeaux de forêts mésophiles relictuelles que seul le four 128 E a livré.

  • 166 G. Borias, Poterie..., op. cit. et J. Thiriot, sous la direction de, La terre cuite en Uzège. Un a (...)

71L’extraction de l’argile et la coupe des petits ligneux alimentant les fours s’effectuent dans le même secteur géographique. Le cycle des deux activités est également similaire. Par conséquent, l’approvisionnement des deux matières premières est mené conjointement. La récolte de bois ne donne pas lieu à une spécialisation particulière. Elle est faite par les potiers eux-mêmes ou par ceux qui gravitent autour d’eux (famille, apprentis...). En Uzège, les traditions et l’analyse ethnographique montrent que la production de céramique est une activité familiale et polyvalente : un même individu est apte à accomplir tous les gestes de fabrication166. Cette polyvalence dépasse le strict cadre du travail de la terre pour s’étendre aux activités annexes, telle l’approvisionnement en combustible.

  • 167 L. R. Binford, Nunamiut Ethnoarcheology, New York, Academic Press, 1978 et L.R. Binford, In the pu (...)

72La distance séparant le site archéologique et le saltus approvisionnant les fours ne dépasse pas 6,5 km. Il y a là une indication intéressante quant à la perception de l’espace, en particulier l’espace agraire, aux XIIe-XIIIe siècles. En archéologie préhistorique, la « Site Catchment Analysis » de l’école de Cambridge167 cherche à établir, pour chaque site, un tableau complet des approvisionnements minéraux, végétaux et animaux, avec l’idée de base que les groupes humains doivent tendre à minimiser l’effort investi dans ces approvisionnements. Sur la base de l’ethnographie, elle considère que l’aire de 5 km, soit une heure de marche autour du site, est la zone de « captage » (catchment) d’où le groupe tire l’essentiel de ses besoins. C’est très exactement ici le cas. Si l’on compte l’aller et le retour, c’est au maximum 12-13 km soit 2 heures et demie de marche environ que doivent parcourir les artisans médiévaux. Cependant, la moyenne aller-retour de l’officine artisanale au saltus n’est que de 6-8 km. Ceci donne bien la mesure des déplacements à l’échelle d’un terroir villageois. Ainsi, malgré la diffusion de la céramique uzégeoise dans tout le sud de la France, les ateliers médiévaux de Saint-Victor-des-Oules travaillent familialement et localement puisque les matières premières (bois, argile) proviennent de l’exploitation menée de front des ressources du territoire villageois.

***

73Le saltus est indispensable à l’économie villageoise. L’équilibre de l’écosystème médiéval repose pour une bonne part sur un rapport judicieux entre espace cultivé et espace non régulièrement cultivé. Lorsque que la pression artisanale ou pastorale s’accroît, comme c’est le cas à partir de la fin du XIe siècle, c’est l’édifice tout entier de l’agrosystème qui est menacé. À Saint-Victor-des-Oules, l’emprise de l’artisanat de la terre sur le paysage se traduit par la dégradation des formations arborées et arbustives, notamment les chênaies, consécutive à la coupe répétée de petits ligneux. Ces assemblages atteignent alors un point ultime d’évolution régressive. Au XIIIe siècle, celle-ci est si avancée qu’il faut, à l’échelle du finage, changer de site pour continuer à alimenter les fours en bois de chauffe. Le développement de l’élevage transhumant génère aussi des conflits sur l’incultum qui révèlent le poids de l’activité pastorale sur l’environnement végétal. Mais ces conflits ne portent pas uniquement sur les terrains de parcours ou la garrigue : la forêt aussi connaît une évolution identique.

La maîtrise de la silva

74L’écosystème forestier médiéval est un ensemble complexe dont le texte comme l’anthracologie ne saisissent surtout que la strate arborescente et arbustive. Cet espace occupe une place centrale dans l’économie rurale reconnue depuis longtemps par les historiens. Sans être répulsif ni sauvage, il est connu, apprivoisé, maîtrisé, valorisé, entretenu, et même, pour les siècles dont je m’occupe, de mieux en mieux géré. J’ai déjà montré comment l’intervention des hommes a perturbé notablement l’équilibre biologique des formations forestières languedociennes. Ces ruptures consécutives entraînent à terme une rétraction notable de la couverture arboréenne tout en lui conférant un aspect moins humide et verdoyant. Aussi, après 1150, la forêt devient-elle un enjeu social et économique, aiguisé encore par la croissance des activités artisanales et la consommation conjointe des villes naissantes. Elle est désormais protégée ou interdite et, de plus en plus souvent, entre les mains de spécialistes, lesquels la transforment en formation « jardinée ».

Un sol coutumier et nourricier

La cueillette alimentaire

  • 168 M. Bloch, Caractères..., op. cit., G. Duby, Économie..., op. cit., R. Fossier, L’enfance..., op. c (...)
  • 169 A. Maurizio, Histoire de l’alimentation végétale depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours, Paris, P (...)
  • 170 M.-P. Ruas, Productions végétales d’un prieuré clunisien d’Auvergne à l’époque carolingienne d’apr (...)

75Les historiens du monde rural sont nombreux à souligner le rôle de la forêt comme sol vivrier de complément dans l’alimentation du paysan médiéval168. Depuis quelques années, en France, l’archéobotanique (carpologie, palynologie, xylologie) ouvre de nouvelles perspectives sur cet aspect de la vie rurale par une accumulation croissante de données monographiques. L’anthracologie participe à cette collecte documentaire, stade premier de la recherche, en offrant une liste encore non exhaustive des arbres et des arbustes dont les fruits ou les graines pouvaient être consommés (tabl. 30). L’enquête ethnobotanique ratifie ce premier inventaire169. Le problème du statut effectif de ces espèces, sauvage, anthropique (plante entretenue, commensale..), cultivé, se pose avec d’autant plus d’acuité que, pour le moment, la morphologie ou la biométrie des semences n’y répond pas systématiquement170, l’anatomie du bois encore moins et la palynologie, pas du tout. J’ai donc systématiquement classé dans la catégorie des plantes récoltées les essences composant les bordures anthropiques. Je souhaiterais aussi savoir ce que recouvre exactement le terme de récolte : est-ce un ramassage ponctuel, aléatoire, ou bien au contraire une pratique sinon journalière, en tout cas usuelle, ou bien encore une cueillette saisonnière ? Il demeure encore beaucoup d’inconnues dans cette équation ligneuse.

  • 171 M.-P. Ruas, Éléments..., op. cit. et « The archeobotanical record of cultivate and collected plant (...)
  • 172 Ces divergences d’appréciation montrent combien la bioarchéologie est encore dans cette matière au (...)

76Sur les 38 arbres ou arbustes reconnus par l’anthracoanalyse comme plantes récoltées durant le Moyen Âge, seulement 6 le sont aussi par la carpologie171. Il est vrai que, n’ayant pas la preuve anatomique de leur domestication, j’ai considéré comme anthropiques ou « sauvages » certaines Prunoïdées (Prunus avium, Finis commuais) pouvant se rencontrer à l’état spontané dans les associations phytogéographiques où elles ont été mises en évidence par l’anthracologie et encore d’autres plantes telles Ribes alpinum, Morus nigra inventoriées comme cultivées par la carpologie172. En revanche, le corpus carpologique recense Fragaria vesca (Fraisier), Pirus amigdaliformis, (Poirier à feuille d’amandier), Rosa canina (Églantier), Rubus fructicosus et Sambucus racemosa (Sureau). Au delà de ces disparités, les chiffres bruts traduisent la variété des ressources offertes aux habitants.

TAXON

PARTIE UTILISEE

USAGE

Abies alba

graines

cueillette et consommation

Acer campestre

sève

récolte de sève et obtention de sirop de sucre

Aesculus hippocastanum

graines

cueillette et consommation

Arbutus unedo

baies

cueillette et consommation

Arundo donax

souches, pousses

source de biomasse sèche, consommation des pouses

Castanea sativa

fruits

châtaignes séchées ou consommées en bouillie, pain, galette, flan voire boisson

Celtis australis

baies

cueillette et consommation

Cornus sanguinea

baies

cueillette et consommation, fabrication d’huile

Corylus avellana

graines

fruits consommés frais ou séchés, fabrication d’huile

Crataegus monogyna

baies

baies consommées sèches ou cuites en bouillie, pain ou marmelade

Fagus sylvatica

graines, feuilles

faînes séchées, échaudées ou panifiées seules ou en mixture, fabrication d’huile

Ilex aquifolium

baies

cueillette et consommation

Juniperus

baies

cueillette et consommation

Morus nigra

baies

fruits consommés frais ou séchés

Pinus halepensis

graines

cueillette et consommation

Pinus pinea

graines

cueillette et consommation

Pinus sylvestris

écorce, graines

aliment pour bétail, moûture d’écorce, consommation des graines

Pirus communis

fruits

fruits consommés frais ou séchés

Pistacia lentiscus

graines

cueillette et consommation

Populus nigra

écorce

moûture d’écorce

Prunus avium

drupes, sève

cueillette et consommation, récolte de sève et de gomme

Prunus domestica

drupes, sève

cueillette et consommation, récolte de sève et de gomme

Prunus mahaleb

drupes

cueillette et consommation

Prunus spinosa

drupes

cueillette et consommation

Quercus coccifera

graines

cueillette et consommation

Quercus ilex

graines

glands séchés ou consommés en pain souvent mixte, galette ou flan, aliment pou le bétail

Quercus pubescens

graines

idem précédent

Quercus sessiliflora-pedunculata

graines

idem précédent

Phragmites communis

souches, fruits

consommation des pousses radicales épaisses

Rhamnus alaternus

baies

cueillette et consommation

Ribes alpinum

baies

fruits consommés frais ou séchés

Salix sp.

fleurs, bourgeons, écorce

consommation des feuilles, des bourgeons, voire même de l’écorce, conserve végétale acide

Sambucus nigra

baies

cueillette et consommation

Sorbus aria

fruits composés

baies séchées ou mangées cuites, en bouillie, marmelade ou pain, aliment pour porcins

Sorbus domestica

fruits composés

idem précédent

cf. Spartium junceum

graines

cueillette et consommation

Tamarix sp.

gomme

gomme correspondrait à la mane de la Bible

Ulmus campestris

feuilles

consommation des feuilles

Viburnum opulus

baies

baies consommées fraîches, séchées ou en bouillie et marmelade

Tableau no 30. Anthracologie et alimentation végétale d’après A. Maurizio (1932)

  • 173 Cette observation est encore vraie à la fin du XIVe siècle en Provence L. Stouff, Ravitaillement e (...)
  • 174 P. Mane, Calendriers..., op. cit., pp. 154-155.
  • 175 L. Bolens, « Les aliments de la disette au Moyen Âge : une diététique à base de pains végétaux (An (...)

77En Languedoc, les baies, drupes et grains cueillis en garrigues, dans les chênaies mixtes ou dans les boisements mésophiles se subdivisent en trois groupes principaux : les fruits et grains à réserves lipidiques ou amylacées et à pulpe sucrée. Les premiers comprennent les noisettes et les pignes. Ils sont excessivement énergétiques. Les seconds englobent les marrons, les châtaignes, les faines, les pistaches, les glands et les grains de genêt d’Espagne. La plupart des grains ou des fruits de ces deux catégories contiennent principalement des glucides à assimilation lente. Leur valeur calorique et énergétique est élevée. En temps de famine, ils sont panifiables, seuls ou en mélange, moyennant un mode de préparation particulier, comme pour les faines du Hêtre qui renferment des substances toxiques. Ces pains ou ces bouillies de disette sont un excellent succédané aux céréales. Beaucoup sont aussi donnés comme aliment au bétail. Le troisième groupe, celui des fruits à pulpe sucrée, comprend les arbouses, groseilles, pommes, poires, prunes, prunelles et cerises sauvages, baies d’Alaterne, Alisier, Aubépine, Cormier, Cornouiller, Genièvre, Houx, Micocoulier, Mûrier, Sureau et Viorne. Les Rosacées sauvages en composent la majeure partie. Leur apport consiste surtout en glucides à assimilation rapide, mais aussi en vitamines, sels minéraux et fibres végétales. Ces derniers éléments complètent assurément le pain ou la bouillie de céréales quotidiens et comblent certaines carences en vitamines et oligo-éléments. Mais au total, la consommation des produits de la cueillette renforce la part déjà plus qu’importante des glucides dans l’alimentation paysanne173. La fructification de l’ensemble de ces ligneux s’échelonne de mai à septembre-octobre, couvrant ainsi la fin de la période cruciale des soudures avant les moissons. Celles-ci ont lieu habituellement en juin-juillet174. En période de misère, ils offrent une ressource minimale de survie et il n’est pas jusqu’au noyau, bouilli, ramolli, réduit en farine175 qui ne soit consommé.

  • 176 A. Maurizio, L’alimentation..., op. cit.

78À côté de la cueillette, l’ethnographie176 atteste d’autres utilisations plus ponctuelles des ligneux à des fins nutritives : la récolte de sève, de sirop de sucre ou de gomme sur l’Érable champêtre, le Prunier sauvage et le Tamaris, arbre par excellence de la manne céleste. L’écorce du Pin sylvestre et probablement aussi du Pin d’Alep est parfois donnée en nourriture au bétail ; en dernier recours elle peut, comme l’écorce d’Orme, de Saule ou de Peuplier, fournir une farine panifiable donnant un pain d’écorce dont la valeur alimentaire est inférieure à celle du pain de céréales.

Glandée et pasnage

  • 177 P. Mane, Calendriers,..,ορ. cit.
  • 178 [...] et glannem de boscho Poncii Gauzfredi uno anno cart. Gell. no 28, p. 30 (1060-1074).
  • 179 [...] porci in pascuam glandium sine contradictione mittentur cart. Silv. no 381, p. 301 (1147).
  • 180 [...] et in ipso bosco qui est in ilia honore collocet tibi monacus Sancti Amancii quinque porcos (...)
  • 181 P. Mane, communication orale.

79Sol vivrier de complément pour les hommes, la forêt l’est aussi pour les animaux domestiques. La scène du pasnage est l’un des sujets favoris des calendriers agricoles pour illustrer les mois d’hiver177. L’iconographie révèle ainsi la place tenue par le porc dans l’alimentation paysanne. En Languedoc méditerranéen, l’élevage porcin est plutôt l’apanage des manses de l’arrière-pays, même si c’est une activité qui se pratique aussi en plaine. En effet, les droits d’usage accordés pour nourrir le cheptel porcin ne concernent que l’habitat dispersé des Garrigues, des bassins de contact ou des reliefs montagneux. Tantôt le paysan est simplement autorisé à ramasser les glands sur ou sous les chênes pour les emporter chez lui : c’est la glandée178. Tantôt il lui est permis d’amener ses bêtes pâturer dans une chênaie voisine de son exploitation179. Au XIe siècle, lors de la mise en tenure d’un bosc ou d’un manse proche d’une formation ligneuse, le pasnage – ou la paisson – est l’un des droits les plus constamment décrits180. Cette autorisation n’a pas obligatoirement cours tout au long de l’année : elle est parfois strictement bornée dans le temps, généralement du début octobre à la fin de novembre. En revanche, l’une des limites systématiquement imposée et spécifiée est le nombre de porcs autorisés à la pâture : 5 à Lestang (moyenne vallée de l’Hérault), 8 à Laval (Garrigues) et 12 à Montlobre (Garrigues). Le troupeau tourne autour de la dizaine de têtes. C’est bien plus que ce peut élever un seul paysan181. Ce qui suppose soit une exploitation de belle taille, soit un troupeau commun à plusieurs personnes sous la houlette d’un porcher. Et ce qui interpelle aussi sur la structure du manse : l’unité fiscale et culturale du manse au XIIe siècle est peut-être respectée, mais il abrite vraisemblablement dans ce cas plus d’une seule famille. À partir de ces chiffres, une estimation grossière de la superficie des chênaies de paisson est envisageable. La surface boisée moyenne nécessaire pour nourrir un porc est d’approximativement 0,75 ha. Celle du terrain de parcours devait osciller entre 4 ha (bassin) et 9 ha (plateau). On est loin des immenses taillis de chênes. Il est vrai que l’on mène au pacage le plus proche, au bosc qui s’étend entre deux fronts de cultures.

La collecte du bois domestique

  • 182 H.G.L. t. II, no 119, col. 245 (844).
  • 183 H.G.L. t. II, no 122, col. 252.
  • 184 [...] de pino sicco seu roore sicca et de aliis lignis viridis seu mortuis quantum supradictis hom (...)
  • 185 Le diplôme de Charles III à Psalmodi est tout à fait explicite à ce sujet donamus... quidquid excr (...)
  • 186 [...] illam fustam et ligna que flumen tibi attullcrit propter cregudas in toto honore quamdiu pig (...)
  • 187 |...] de omnibus lignis, quas aqua ibi reliquerit, dabitis bene et fideliter medietatem cart. Béz. (...)

80À l’époque romaine, lignum désigne spécifiquement le bois à brûler, celui dont il faut faire provision pour le foyer domestique. Le sens a perduré au Moyen Âge et, dans les chartes, lignum, ou plus souvent ligna au pluriel, et tous les mots bâtis sur cette racine désignent le bois de feu. Celui-ci provient essentiellement des formations végétales de l’incultum. Le droit d’aller ramasser le bois mort ou de couper du bois vif dans la forêt est un acquis fort ancien. Les réfugiés espagnols aprisionnaires ont déjà le droit de dépaissance et le droit de coupe en forêt. Le texte précise même secundum antiquam consuetudinem182, selon l’ancienne coutume. Charles le Chauve accorde à Psalmodi en 844 licentiam caedendi dans la forêt de la Pinède183. Le bois récolté est clairement destiné à alimenter le foyer domestique, le focus184. Ce droit ne s’exerce pas uniquement dans les bois et les formations buissonnantes des garrigues : il concerne aussi la plage et les berges des cours d’eau. En effet, tout dépôt de branches sur les rivages lors des crues ou sur le littoral lors des tempêtes est susceptible d’être collecté185. Lors des transactions portant sur des parcelles bordant l’Hérault ou l’Orb, ce droit est cédé avec la terre186. Le tenancier et le seigneur s’en partagent par moitié les profits187.

  • 188 J.-F. Lalanne, Un canton des garrigues de 1789 à 1799. Aniane, Argelliers, La Boissière, Puéchabon (...)
  • 189 Cf. supra p. 196.

81Les procédés de coupe et de ramassage du bois de feu ne paraissent pas avoir beaucoup évolué entre le Moyen Âge et le XVIIIe siècle car le vocabulaire des chartes des Xe-XIIe siècles est encore celui qui a cours à la veille de la Révolution française dans le canton d’Aniane188. Les unités de mesure sont identiques : la charge de mûle ou d’âne à bât est la saumata de ligna médiévale dont il faut si souvent s’acquitter pour le seigneur et les faisseaux – fagots de bois ou de charbons –, le faixum ou faix de ligna des censiers. Les outils aussi sont similaires. Vers 1789, le débourdage des troncs se fait toujours à l’aissade. Or l’aissade est l’outil du paysan médiéval par excellence, celui avec lequel il se lance à l’attaque de la forêt vers l’an Mil189. Au XVIIIe siècle, plusieurs opérations se succèdent. Les arbres sur pied sont d’abord ébranchés, puis « pelés » pour récupérer l’écorce. Les troncs sont débourdés à l’aissade et abattus à la main, débités, et transportés à dos de mulets. Les branches laissées sur place sont nettoyées et transformées en charbons. Ce sont uniquement les ramilles et broussailles, « le bois bâtard », qui sont fagotés pour le bois de chauffe. Cette succession de travaux est vraisemblablement aussi celle des Xe-XIIe siècles puisque l’on retrouve la même différenciation sémantique entre le bois fagoté et le bois chargé sur les bêtes de somme.

  • 190 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XVI no 157 (1171).
  • 191 Cart. Gell. no 241, p. 203 (1077-1099) ; cart. Guill. no 100, p. 207 (1103).
  • 192 Cart. Gell. no 149, pp. 126-127 (1079).
  • 193 Cart. Gell. no 303, p. 251 (1117).
  • 194 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas II no 15 (XIIe siècle) ; cart. An. no 139, p. 281 (1131).
  • 195 P. Mane, Calendriers..., op. cit., p. 239.

82À quelle période de l’année se place la collecte du bois de feu ? Les chartes apportent quelques précisions à ce sujet : les saumées doivent s’effectuer à la Saint André190 (30 novembre), à la Noël191, ou aux kalendes de janvier192 ; une seule saumée est due en automne, à la Saint Michel193 (29 septembre). De même, les bêtes qui sont requises ad ligna feranda194 le sont à l’Avent (fin novembre ou décembre). Elle sont le pendant parfait du ad garbas portandas ou du ad bladum ferendum de l’été. Il s’agit bien de transporter le produit d’une véritable récolte. Les calendriers agricoles qui placent en novembre ou décembre les tâches forestières et en janvier la taille des échalas corroborent ces dates195. La constitution de réserve de bois de feu en hiver est une pratique extrêmement courante. L’anthracoanalyse nuance quelque peu cette conclusion. L’anatomie des charbons de bois après combustion donne des précisions sur l’état du bois au moment où il a brûlé. À Augery, Lunel-Viel et Saint-Victor-des-Oules, la fréquence des cassures et des déformations témoignant de la disparition brutale de l’eau et des matières volatiles ainsi que l’aspect brillant des échantillons indiquent une carbonisation violente. Par conséquent, le bois était encore vert lorsqu’il a été mis au feu. Ceci est vrai quelles que soient l’essence et la couche considérées. Ces observations suggèrent que le bois fraîchement coupé était aussitôt employé : il n’y aurait donc pas de stockage et séchage systématiques du bois de feu. Ce dernier serait en partie collecté en fonction des besoins immédiats, surtout lorsque les réserves sont épuisées.

  • 196 Cart. Ag. no 353, p. 328 (fin XIIe siècle) et no 354, p. 329 (fin XIIe siècle).

83Le bois alimentant le focus est parfois aussi autoritairement collecté : la corvée de lignatorium (collecte du bois), les saume siccarum vitium (saumée ou corvée de sarments) rappellent au tenancier son service de travail à ce sujet. La corvée de lignatorium est presque toujours citée après celles des façons et de la taille du vignoble. Elle est donc incluse dans le calendrier des travaux viticoles. Une association aussi systématique implique qu’elle fasse référence aux sarments de vigne qui viennent d’être élagués. Les pouillés agathois de Pinet et Médeilhan font explicitement état de corvées de sarments : ils précisent bien saumada siccarum vitium196. En dehors de la Vigne, aucune mention claire de coupe ou d’élagage n’a été repérée pour les autres fruitiers. Parmi les fagots du cens ou les saumées de bois dont il faut s’acquitter, certains proviennent d’une taille du vignoble ou des terroirs arboricoles puisque l’anthracoanalyse caractérise nombre de fruitiers cultivés comme l’Olivier, l’Amandier et bien sûr la Vigne. Elle confirme qu’une partie du bois de feu est du bois de taille ou d’élagage.

84Bois de taille ou bois collecté en forêt, le bois du foyer domestique est d’origine locale. On s’approvisionne au plus près, dans les terroirs ou les bois qui entourent le village. Ils sont d’accès facile puisque l’on y va à pied, seul, ou accompagné d’une mule utilisée comme bête de somme, non comme animal de monte. Celle-ci est souvent guidée par un meneur ou un conducteur. Pour l’approvisionnement du feu de la maison, il n’est fait mention ni d’essences spécifiques, ni de transports de bois à longue distance. La diversité des sources d’approvisionnement montre que l’on ramasse tout ce que l’on trouve. Ces conclusions tirées des sources écrites sont d’autant plus précieuses qu’elles vérifient l’un des fondements de l’anthracoanalyse : dans un même espace géographique, la répétition successive des récoltes de bois échelonnées dans le temps finit par donner un échantillonnage aléatoire du milieu végétal. Il n’y a aucune place pour une origine étrangère qui d’ailleurs serait trop onéreuse pour le paysan. Par rapport à la palynologie, il a souvent été écrit, sans toujours le démontrer avec certitude, que les charbons de bois donnent une image plus locale des formations végétales, quand les pollens en offrent une vision plus régionale. Les chartes permettent d’entériner ce fait pour la période étudiée : c’est à l’échelle du finage villageois qu’il faut raisonner.

Espace réservé, espace artisanal et industriel

Le bois d’œuvre

  • 197 [...] domui qui ibi edificabitur ligna cart. Silv. no 386, p. 306 (1139) Laurens ou fusta necessar (...)

85La forêt représente aussi un réservoir de matières premières de bonne qualité. Le bois de construction est en un bel exemple. Malgré l’omniprésence de la pierre dans les régions méridionales, le bois entre pour beaucoup dans l’édification des habitations et des bâtiments agricoles : charpente, plancher, lattes, galerie, roue et arbre du moulin, palissade, clôture... Certaines demeures languedociennes sont encore entièrement en bois à l’extrême fin du XIIe siècle197 et les fouilles archéologiques récentes recensent de plus en plus fréquemment des fonds de cabanes du Haut Moyen Âge en matériau putrescible. L’analyse anthracologique des vestiges ligneux d’intérêt strictement ethnographique apporte une première série d’informations sur les essences employées comme bois d’œuvre et leurs éventuels traitements sylvicoles.

  • 198 Ces résultats ont été pro parte élaborés dans le cadre du projet collectif de recherche H18 portan (...)
  • 199 Les résultats anthracologiques complets sont exposés dans chacun des rapports de fouille élaborés (...)

86Les sites fortifiés languedociens ont livré de tels artefacts archéologiques (tabl. 31). En Lauraguais, à Molleville, la motte du Mourrel est datée des environs de l’an Mil. Les fragments de bois carbonisés proviennent de l’un des trous de poteaux de la plate-forme sommitale (A3 C2). Ils ont été rapportés à Quercus pubescens. La distance moyenne entre deux cernes est de 2973 μ, ce qui révèle une croissance rapide ; il s’agit plutôt de bois jeune que de bois évoluant en peuplement serré. Dans le village enmotté plus tardif de Laval-Basse (XIIIe-XIVe siècles), les niveaux de destruction formés de terre argileuse jaune avec cailloutis de pierre de construction, fragments de tuiles et charbons de bois sont associés à un mobilier archéologique relativement fragmenté (voir tabl. 17). Ils ont principalement révélé Fagus sylvatica Quercus pubescens, Quercus sessiliflora-pedunculata, Ulmus campestris et Vitis sp. Dans le fait 271, de gros fragments de Chêne à feuillage caduc (0,5 à 2,80 cm de diamètre) sont sans doute à rapporter à des restes de structures comme la charpente, etc. Cette prépondérance du Chêne à feuillage caduc méditerranéen comme bois d’oeuvre n’est pas propre au Lauragais. Elle se retrouve également sur l’ensemble des sites castraux de la bordure méridionale du Massif central198. En effet, que se soit au Castlar de Durfort (Tarn), à Cabrières (Hérault) ou à Cabaret, l’un des quatre châteaux de Lastours (Aude)199, le Chêne pubescent-Chêne à feuillage caduc s’avère l’essence majoritairement identifiée pour les charbons issus d’une charpente, de poutres, de planches ou de poteaux. Cette conclusion est valable quelle que soit la période considérée (Moyen Âge central, Bas Moyen Âge, début des Temps modernes).

87À Cabrières, au XVIe siècle, la qualité des pièces exhumées autorise une estimation des sections et des dimensions des éléments de bois. Grâce à l’observation des rayons de courbure des cernes d’accroissement, il est ainsi possible de restituer le diamètre initial des tiges (fig. 60). Cette mesure a été pratiquée en comparant le cerne le plus extérieur de l’échantillon à des cercles dont le diamètre est coté de 0,3 cm en 0,3 cm jusqu’à 2,5 cm de diamètre, et puis ensuite de 0,5 cm en 0,5 cm. Il ne s’agit bien évidemment que d’une estimation minimale puisque le charbon peut provenir d’un tronc plus gros sectionné ou être déformé lors de la combustion. Lorsque les restitutions de diamètres sont possibles, les calibres atteints par les pièces de Chêne pubescent sont parmi les plus élevés : US 139, 8,4 cm ; US 148 P.3, 14, 15 et 18 cm, et en IUS 148, 9, 20 et 23-24 cm. De même, les dimensions des restes de structures en Chêne sont les plus importants, atteignant fréquemment la dizaine de centimètres de longueur dans le cas des planches. Par conséquent, il est clair qu’à Cabrières, l’armature principale des charpentes est presque exclusivement en Chêne blanc. À l’appui de cette affirmation viennent quelques précieuses observations : en I 2K US 148, plusieurs pièces de bois portent encore des clous fichés ou présentent des traces de cloutage particulièrement nettes.

Tableau no 31. Les bois de construction usités en Languedoc (Xe-XVIe siècle)

Figure no 60 : Restitution du diamètre minimal des bois employés dans la construction à Cabrières (XVIe siècle)

88L’emploi généralisé et quasi systématique du Chêne pubescent dans la construction rurale s’explique logiquement. D’abord parce qu’il est courant dans le paysage immédiatement proche des sites puisqu’il est l’une, ou sinon l’espèce, chef de file de l’étage biogéographique dans lequel sont localisés les gisements. Ensuite parce que son bois est dur, ne gauchit pas, supporte pressions, flexions, compressions..., tout en offrant de longues portées monoxyles. À ces qualités mécaniques s’ajoute encore celle de résistance aux intempéries, à l’humidité et à l’usure du temps. Cette essence est donc bien adaptée aux exigences de la construction, notamment des charpentes. En région méditerranéenne, l’arbre peut atteindre facilement une vingtaine de mètres de hauteur et fournir ainsi la matière première nécessaire à l’élaboration d’une armature pour la toiture. Ceci à condition que le boisement ne fasse pas l’objet d’un traitement en taillis ou taillis sous futaie, dont la révolution habituelle est de 8, 10 ou 15-20 ans : les rejets sont alors généralement inférieurs à 10 m de hauteur et de section médiocre. Il est vraisemblable (et acquis dans le cas de Cabrières), que les grumes utilisées proviennent soit de baliveaux, soit d’une formation végétale en défens, protégée ou traitée en futaie.

Tableau no 32. Les vestiges ligneux liés à des contextes bâtis de Psalmodi (VIIIe-XIIe siècle)

89Ce premier résultat, le règne du Chêne blanc comme bois d’œuvre, pourrait apparaître conditionné par le type de gisement archéologique étudié puisque la majorité sont des castra ou des sites ruraux fortifiés. Il n’en est rien. À Psalmodi, riche abbaye bénédictine, dont la splendeur passée se mesure à l’élévation de l’église, malgré la variété relativement grande des bois de construction (tabl. 32), le Chêne à feuillage caduc méditerranéen occupe une place prépondérante. Or les moines ont pourtant les moyens de faire transporter de loin des bois exogènes par charrois ou flottation. Les vestiges carbonisés rapportés à Quercus pubescens sont issus de contextes de démolition, où l’abondance de tuiles, de mortier, de verre, de blocage en pierre... et la rareté conjointe du mobilier céramique, les associent à une construction effondrée. Leurs diamètres, quoique dépassant souvent les dimensions habituelles de charbons rencontrés au tamisage de couches d’occupation de longue durée, restent relativement modestes (1-5 cm sur 0,5 à 3 cm). La mono ou bispécificité des essences dans les unités stratigraphiques étudiées corroborent le point de vue de l’archéologue : il s’agit bien de bois d’œuvre.

  • 200 A. Dietrich, Problèmes d’archéologie et d’ethnohistoire liés à la conservation des bois (étude des (...)

90D’autres essences que le Chêne pubescent sont utilisées dans l’architecture rurale languedocienne tant ecclésiastique que villageoise ou castrale. Mais elles n’apparaissent que de façon ponctuelle. Elles ne sont ni majoritaires parmi les artéfacts d’un site, ni reconnues dans l’ensemble des gisements étudiés. Toutefois, à une exception près, ce sont des arbres de haute venue qui ont été choisis. À Psalmodi, à Cabrières et au Castlar, des essences de la ripisylve apparaissent : l’Orme champêtre, le Peuplier, le Frêne oxyphylle et le Saule. Les restitutions de diamètre (fig. 60) effectuées à Cabrières montrent des dimensions en moyenne plus faibles que pour le Chêne pubescent. Or l’Orme est un bois dense qui dure longtemps et fournit de longues portées de forte section. Ce bon bois de poutraison convient pour de grosses fermes faisant partie de l’ossature lourde d’une charpente, mais sans doute pas pour la poutre faîtière, ainsi que le laissent supposer les mesures de calibre. En revanche, le Saule, le Peuplier et le Frêne sont des essences extrêmement tendres, mal adaptées aux contraintes mécaniques d’une charpente ou d’un pan de bois. Leur choix répond probablement à une utilisation ponctuelle bien spécifique : armature secondaire volontairement légère, cheville, réparation, pénurie, assemblage tenon-mortaise... Ainsi, le Frêne, bois souple, d’un grain très fin, est-il souvent employé dans cette dernière configuration. Ces réflexions doivent être élargies au Genévrier qui, à l’inverse des essences de la ripisylve, est un bois compact, très dur, lui aussi choisi précisément pour ces critères. Je terminerai cette revue par le Châtaignier que je n’ai caractérisé comme bois d’œuvre qu’à Cabrières. À ma connaissance, c’est la première fois qu’il est reconnu par la xylologie dans un contexte ethnobotanique sur un site de la France méridionale. Or l’un des lieux communs de la littérature fait de Castanea saliva l’arbre par excellence des charpentes et de la construction. Malgré ses qualités mécaniques et technologiques, force est de constater que ce cliché n’est pour le moment étayé par aucune étude xylologique ou anthracologique tant pour les périodes antique que médiévale200.

  • 201 J. Dodds, B.W. Stoddart, W.S. Stoddart, B.K. Young et K. Carter Young, « L’ancienne abbaye de Psal (...)
  • 202 J. Venet, Identification et classement des bois français, Nancy, ENGREF, 1974, p. 202.
  • 203 Cf. supra pp. 221-237.

91À côté des feuillus, les bâtisseurs languedociens, paysans, moines ou artisans spécialisés, font aussi appel aux conifères, mais de manière plus marginale. La principale originalité réside dans l’emploi du Pin d’Alep. Ce matériau, particulièrement inflammable, n’est pas attesté dans l’ethnographie locale comme bois de charpente. Or, en T25 C54, le niveau de destruction ferait partie du toit de bois de l’église carolingienne primitive A à nef simple201. Dès l’origine de l’établissement monastique le choix du Pin d’Alep s’imposerait et ne se démentirait pas puisqu'il est, avec le Sapin, majoritaire dans les structures rapportées à la phase romane. Cependant, par la suite, le Chêne pubescent paraît prendre le relais. Plus logiquement, le Sapin, matériau léger et flexible, assurant de longues portées, est identifié dans les vestiges de construction. À Psalmodi, en T25 C53, il apparaît dans un contexte de démolition. Les fragments carbonisés présentent tous des déformations du tissu ligneux très prononcées, caractéristiques d’un bois ayant supporté une charge ou subi de fortes compressions. Des cernes d’accroissement annuel étroits ont été observés, ce qui, chez les conifères, indique de bonnes qualités mécaniques202. À Castelnaudary (tabl. 18), aux XVe-XVe siècles, le fossé d’enceinte de la ville a vraisemblablement fonctionné comme un dépotoir. Parmi les bois retirés de ce milieu humide, les pièces en sapin présentent les mêmes déformations anatomiques que celles de Psalmodi. En toute rigueur, si l’appartenance des vestiges à la construction d’un bâtiment détruit est quasiment certaine, il n’est pas exclu qu’ils proviennent d’autres artéfacts (objets, combustible, stockage...). Le recours au Sapin comme bois d’oeuvre paraît beaucoup plus répandu que ce que l’on aurait pu imaginer en région méditerranéenne ou méditerranéo-atlantique. Ce résultat corrobore les interrogations posées précédemment à propos de l’origine du matériau203.

  • 204 G. Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers (Var) : contribution à l’archéologie de l’habita (...)
  • 205 Il demeure une inconnue notable avec le problème du Sapin.

92L’éventail des bois de construction languedociens s’avère assez ouvert puisque près d’une douzaine de taxons différents ont été reconnus : Châtaignier, Chêne pubescent, Frêne, Genévrier, Orme, Peuplier, Pin d’Alep et Sapin. Cependant, malgré cette diversité relative, une seule essence est massivement et universellement employée pour des motifs à la fois techniques et économiques : le Chêne à feuillage caduc méditerranéen. Les autres ne le sont que ponctuellement pour répondre à des utilisations spécifiques ou pour leur abondance et leur proximité du chantier. En effet, toutes les essences utilisées proviennent de l’environnement immédiat, avec les nuances biogéographiques propres à chaque gisement : assemblages des zones côtières sableuses (Genévrier voire Pin d’Alep) ou pineraies recolonisant les zones déboisées sur poudingues ou marnes (Pin d’Alep) à Psalmodi, formations mésophiles (Peuplier, Frêne, Chêne pubescent, Orme et éventuellement Sapin) à Psalmodi ou au Castlar, etc. Les villageois, bâtisseurs ou autres travailleurs spécialisés, ont adapté leurs besoins aux possibilités locales et tirent partie au mieux des ressources en choisissant les bois les plus aptes à la construction. Comme à Rougiers au XIVe siècle204, ils ont ainsi limité les frais engagés pour la construction par la réduction des charrois ou des flottations nécessités par des transports lointains. Même dans le cas prestigieux de l’abbaye psalmodienne, le coût économique le plus faible a été retenu au détriment d’une recherche sélective plus approfondie. Pour le moment, au moins pour le monde rural languedocien, l’origine exogène ou lointaine du bois d’oeuvre n’a pas été mise en évidence205, y compris pour le Moyen Âge finissant, alors que cette idée court souvent sous la plume et dans la tête des historiens et des archéologues médiévistes. Au contraire, à Cabrières au XVIe siècle, une formation forestière traitée en futaie ou en défens proche du site approvisionne la population résiduelle du castrum. Ce corpus est pour l’instant trop fragmentaire pour tirer des conclusions plus larges et plus définitives. Là aussi, il faut tout attendre de la multiplication des analyses.

Une culture protégée de l’arbre

  • 206 G. Duby, L’économie rurale..., op. cit., p. 246.
  • 207 G. Bertrand, Pour une histoire..., op. cit.

93La formule est de G. Duby206 et ramasse en trois termes le devenir de la forêt médiévale après 1150. Le Languedoc ne fait preuve d’aucune originalité en ce domaine : avec les vagues successives de déforestation aux IXe puis XIe siècles, la couverture végétale arborée se réduit comme une peau de chagrin. Dans un paysage où agriculture et activités pastorales tiennent une place de plus en plus prépondérante et où la croissance démographique multiplie le nombre d’hommes et de bouches, les derniers boisements encore conséquents de la basse-plaine font figure d’îlots relictuels. À Cassan, Béziers, Marsillargues, Saint-Victor-des-Oules, la dégradation de la chênaie mixte a atteint des proportions inquiétantes. Après leur destruction, il faut désormais protéger et sauvegarder les ultimes boisements en réglementant leurs accès, en codifiant et fixant par écrit la coutume. Le paysan est désormais confronté à des « structures écologiques finies »207.

  • 208 |...] de pino sicco seu roore sicca et de aliis lignis viridis seu mortuis quantum... opus fuerit (...)
  • 209 Note supra B.N. lat.9999 no 21, f° 27v (1182) ; de lignis qui ibi sunt vel erunt, focum facere, du (...)
  • 210 Cart. Gell. no 464, p. 377 (1077-1099).
  • 211 [...] licentiam incidendi ligna sicca A.D. Gard H37 (1171).
  • 212 |...] ligna siccn de mea parte silva ad allegnandum vestram coquinam ligna videlicet lapsa ab arbo (...)
  • 213 [...] sigarrice non sufficerint etiam in arboribus B.N. lat.9999 no 21 f° 27v (1182).
  • 214 Cart. Mag. no 64, p. 128 (1137) ; A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas no 138 (1175) ; cart. Mag. no(...)

94Une première limitation porte sur la collecte du bois. Certaines essences sont interdites à la coupe. C’est fréquemment le cas des chênes verts et des chênes rouvres208 afin d’assurer la révolution des taillis, environ 20 ans, donc les futures coupes. Mais c’est aussi le cas d’autres espèces, les tamaris et les pins d’Alep sur le littoral209, les pins sylvestres en montagne210, afin de maintenir la fixation des cordons littoraux ou des versants. Dans tous les cas, ce sont les chefs de file d’étage biogéographique qui sont protégés, c’est-à-dire la formation végétale presque toute entière. Parfois, ce sont uniquement les branches mortes qu’il est permis de couper211. Enfin la restriction est souvent totale et seule la collecte du bois sec à terre est autorisée212. Certains actes précisent qu’il faut d’abord épuiser les petits ligneux des garrigues avant d’attaquer les arbres proprement dit213. Cette évolution ne se fait pas sans heurt214 : selon un schéma classique, l’université castrale entre en conflit avec le seigneur.

  • 215 P. Cayla, Dictionnaire des institutions, des coutumes et de la langue en usage dans quelques pays (...)
  • 216 Cart. Nim. no 122, p. 194.
  • 217 Cart. Béz. no 77, p. 97 1069.
  • 218 Cart. An. no 106, p. 247 (1153) ; A.D. Bouches-du-Rhône 56H5265 (1195) ; A.D. Gard H79 (1171) et ( (...)
  • 219 Notamment en Piscénois à Pézenas, Lézignan-la-Cèbe, Tourbes, B.N. lat.9988 f° 69r (1211) ; A.D. Ha (...)
  • 220 A.D. Gard H76 (1201) ; cart. Mag. no 269, p. 484 (1202) ; A.D. Hérault 58H190 (1205).
  • 221 Cart. Valm. reg.A f° 100r (1179), f° 152v (1183), f° 153v (1185) f° 149r (1191), reg.B Divers f° 1 (...)
  • 222 [...] possit sua animalia pascere in parrochia Sancti Juliani de Antonegues suivis pasturalibus an (...)
  • 223 [...] animalia totius territorii de Cessenone valeant aut possint depascere per territorium Fontis (...)
  • 224 T. Sclafert, Cultures en Haute-Provence : déboisements et pâturage au Moyen Âge, Paris, EHESS, 195 (...)

95Une seconde limitation consiste à mettre en défens la forêt pour protéger sa croissance. Mais la documentation n’est guère prolixe à ce sujet et on ignore tout de la réglementation juridique et des modalités d’application de ces interdictions. Tout au plus l’apparition furtive dans les confronts ou les parties constitutives d’un bien du terme de devesa signale-t-elle une prohibition du pacage ou un bois dont l’usage est strictement codifié215. Le devès le plus ancien remonte à 1034 et concerne le Bois de Roques sur la commune de Saint-Martin-de-Saussenac près de Sauve216. L’autre devès du XIe siècle se trouve le long du littoral, dans le finage de Valras, près d’une route venant de Sérignan et conduisant audit devès217. Tous les autres devès sont postérieurs à 1150 : ils explosent véritablement dans le dernier quart de siècle. D’une manière générale, ils se répartissent davantage dans le plat-pays, principalement dans les marais, lagunes, et les reliefs tabulaires des garrigues que dans la frange montagnarde. Ainsi en repère-t-on à Saint-Brès, Saint-Christol, Vauvert, Beauvoisin, Générac, Abeilhan, Loupian et même Nîmes218. Ce n’est que dans la première décennie du XIIIe siècle que cette pratique se généralise le long des vallées, notamment celle de l’Hérault219, dans la Garrigue montpelliéraine220 ou le pourtour du Causse d’Aumelas221. La surcharge pastorale ayant atteint un seuil maximum, l’interdiction de pacage dans les devès est clairement stipulée à plusieurs reprises222. Le défens est bien avant tout une restriction du jus pascendi. À Fontcaude, selon le modèle des espaces de Paix, le monastère est doté d’une zone de sûreté autour des bâtiments où tout pâturage est interdit, les contrevenants s’exposant à des amendes223. Comme en Provence224, l’ennemi, c’est le troupeau se délectant de jeunes pousses.

  • 225 Cart. Guill. no 245, p. 409 et no 275, p. 439 (XIIe siècle).
  • 226 A.D. Gard H106 f° 55r 1141 et f° 68r (1203).
  • 227 Cart. Gell. no 149, p. 127 (1079) ; cart. An. no 244, p. 371 (XIIe siècle) ; cart. Mag. no 129, p. (...)
  • 228 [...] de ligna autem, unum denarium cart. Béz. no 105, p. 145 (fin XIe siècle) ; unum lignum de pr (...)

96Le bois se fait rare et un signe ne trompe pas : dans la seconde moitié du XIIe siècle, le bois de feu acquiert une valeur marchande. La leude de Montpellier connaît les saumées de bois225 et il faut parfois payer pour avoir accès aux droits d’usage226. L’instauration de la tasque ou d’autres redevances proportionnelles227 sur le lignum montrent tout l’intérêt que prennent les seigneurs à se constituer gratuitement des réserves et à protéger leurs boisements. La commutation en argent des quantités de bois dues est un élément qui va dans la même direction228.

Une affaire de spécialistes

  • 229 A.D. Bouches-du-Rhône 56H4120 (1190).
  • 230 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XVI no 157 (1171).

97Au XIe siècle, la forêt était ouverte à tous. En hiver, tout le monde était un peu forestier à ses heures perdues. Au XIIe siècle, la surexploitation anthropique a réglementé ou fermé l’accès au bois. Le paysage arboré est presque totalement et définitivement anthropisé. Il obéit alors plus exclusivement à des facteurs humains. Dans ces conditions, il n’est plus possible de tolérer une multitude d’interventions humaines différentes : il faut entretenir au mieux le patrimoine ligneux. La gestion de la silva passe progressivement entre les mains de spécialistes : ce sont les boscatiers, le Boscarerius des chartes229 ; d’ailleurs les saumées de bois sont dites saumata de lignis boscarenquis230. De plus en plus, le développement d’activités artisanales intenses dans l’inculte (métallurgie, fabrication du charbon, de la chaux, du salpêtre, tous trois attestés dans la leude de Montpellier) amène l’apparition de véritables métiers forestiers, étape préliminaire à l’exploitation industrielle des boisements, fortifiée par le développement urbain. Inévitablement, une économie forestière, au sens moderne du mot, émerge et des filières économiques de plus en plus spécialisées relient campagnes et cités. Ces aspects, mis en évidence par les travaux de P. Braunstein, de P. Benoît, de M.-C. Bailly-Maître ou de J.-D. Woronoff, demeurent encore peu connus pour la région voire même la période étudiée. Aussi, je me contenterai d’évoquer des pistes de recherche plutôt que d’exposer des résultats.

  • 231 J.-L. Vernet, « Aspects de la végétation des environs de la grotte de l’Hortus (Valflaunès, Héraul (...)
  • 232 J. Bonhôte et J.-L. Vernet, « La mémoire des charbonnières. Essai de reconstitution des milieux fo (...)

98Dans cette perspective, l’approche anthracologique revêt une signification particulière. En effet, le charbonnage des forêts pour l’alimentation des fours et les traces qu’il a laissées sur le terrain autorisent une approche cohérente de la gestion sylvicole : reconstitution des peuplements en exploitation, cartographie forestière, approche des pratiques culturales. Le charbon de bois devient un marqueur de la pression artisanale et industrielle sur l’environnement. Les toutes premières analyses anthracologiques détaillant les conséquences sur les écosystèmes forestiers médiévaux de telles installations sont celles de l’Hortus à 25 km au nord de Montpellier231. Durant la période paléochrétienne, la surexploitation du Chêne pubescent pour les fonderies conduit à un éclaircissement puis à une destruction de la forêt. Après abandon des cultures, la combe marneuse est recolonisée par le Pin d’Alep et la chênaie mixte, au détriment de la chênaie caducifoliée originelle. La décomposition systématique et précise de tels mécanismes passe par l’élaboration d’une méthodologie pertinente, adaptée aux exigences de la recherche. Elle nécessite la participation conjointe de plusieurs disciplines et une bonne connaissance du terrain. Elle demande aussi que les archéologues s’intéressent d’un peu plus près à des formes d’occupation du sol temporaires et nomades liées à des installations artisanales ou industrielles. Certes, les sites de ce type, plus fugaces, sont difficiles à repérer, à dater, à circonscrire, mais ce sont des objets archéologiques à part entière. Et l’histoire de la forêt y est inscrite. La gestion médiévale de l’incultum, la dynamique Chêne pubescent-Chêne vert, celles des franges forestières ne seront éclairées entièrement que de cette manière. Les premières études anthracologiques effectuées sur des charbonnnières ont eu lieu conjointement à Toulouse et Montpellier. Elles ont été brillamment poursuivies par L. Fabre qui démontre, pour la période moderne, la fécondité d’une telle approche232.

  • 233 Cart. Gell. no 111, p. 98 (954-986). Le Pons Carbonel de l’acte souscrit pour un bien recensé dans (...)
  • 234 M. Bourin, éd., « Les formes anthroponymiques et leur évolution d’après les données du cartulaire (...)
  • 235 Cart. Nim. no 120, p. 191 (1020).
  • 236 Cart. Guill. no 388, p. 567 (1114-1137) ; no 355, p. 547 (1126) ; no 360, p. 550 (1128) ; no 392, (...)
  • 237 Cart. Gell. no 18, p. 21 (vers 1036-1046) ; no 20, p. 23 (vers 1036-1046) ; no 28, p. 30 (1060-107 (...)
  • 238 C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomté (...)
  • 239 Cart. Guill. no 245, p. 409 et no 275, p. 439 (XIIe siècle).
  • 240 Cart. Mag. no 64, p. 129 (1137) ; Teulet t. I no 99, p. 63 (1147) ; cart. Guill. no 343, p. 535 (1 (...)

99Les textes confirment indirectement le développement de l’artisanat et de l’industrie en forêt. C’est le cas du charbonnage. Carbonel est l’un des surnoms de métier les plus anciens233. À partir de 1020-1030, la révolution castrale et l’avènement du système anthroponymique à deux éléments234 multiplient les références à cette activité. À l’inverse des Fabre, qui n’émergent qu’au début du XIIe siècle, les Carbonel sont d’emblée perçus comme des personnages d’importance. Dans les montagnes cévenoles, ils gravitent autour des Anduze-Sauve235 ; dans la plaine montpelliéraine, autour des Castries236. Dans la moyenne vallée de l’Hérault, ils appartiennent au groupe des alleutiers ayant reçu des terres en partage durant le demi-siècle précédent l’an Mil et engagés dans la compétition pour la maîtrise des pouvoirs locaux au XIe siècle ; ils forment une branche de la lignée des Montpeyroux237 n’ayant pas eu accès aux droits de la seigneurie castrale238. La faible diffusion du nom et la cohérence du groupe plaident en faveur d’un monopole assurant originellement à quelques familles leur fortune et leur puissance. Même à la fin du XIIe siècle, les Carbonel sont peu nombreux. D’origine montagnarde, ceux-ci, à la manière de la seigneurie des mines, contrôlent une chaîne de production. Cette production de charbons est commercialisée : la leude de Montpellier taxe les saumées de charbons239. En dehors de l’anthroponymie, les indications directes concernant le charbonnage en forêt ne sont pas évoquées par les chartes, sauf pour les fours à chaux. En effet, dans la seconde moitié du XIIe siècle, le jus calcem coquendi in bosco commence à être réglementé et soumis à redevance240.

***

100La gestion du patrimoine ligneux est un des éléments essentiels sur lesquels repose la construction du paysage puis l’équilibre de l’agrosystème languedocien durant les Xe-XIIe siècles. Elle concerne aussi bien les boisements forestiers que les landes et les garrigues, les bordures anthropiques, les vergers ou les plantations de fruitiers. Aux IXe, et surtout XIe siècles, les défrichements médiévaux, conjugués à la croissance des activités artisanales et au développement de l’élevage, ont fortement accentué la pression sur l’incultum. Ainsi, au XIIe siècle, il devient nécessaire d’enrayer la dégradation des peuplements végétaux en les protégeant du pacage et des coupes intempestives de bois, surtout de bois vert. La forêt et le saltus ne sont plus des espaces de liberté, mais des espaces surveillés, protégés, voire interdits. Ces mesures visent évidemment le paysan et l’éleveur, mais plus encore l’artisan et le protoindustriel en puissance. Cependant, l’accès au bois, bois d’oeuvre, bois de feu, bois nourricier pour les bêtes et les hommes, demeure d’autant plus indispensable pour le villageois que la source se tarit. La conquête de nouveaux terroirs a, elle, valorisé l’arbre fruitier, l’arbre utile ou l’arbre anthropique et structuré l’ager de façon plus verticale. Cette forme plus ferme, plus méthodique, plus minutieuse aussi, d’organisation, d’exploitation, d’entretien et de réglementation de l’espace ligneux révèle tout à la fois une maîtrise plus achevée et plus judicieuse du paysage végétal et un système économique plus rationnel. Ces résultats ne constituent que les premiers jalons d’une approche de ces questions. Il reste encore beaucoup à faire pour comprendre l’écosystème médiéval : cartographier les zones forestières, reconnaître les pratiques artisanales et industrielles concernant le bois et celles, plus culturelles, liées à l’alimentation « végétale », définir le rôle joué par les ligneux sauvages ou anthropiques dans le corpus floristique médiéval, réfléchir sur la notion de frontière entre le cultivé, le monde apprivoisé et domestiqué, et le monde de l’incultum, qualifié à tort de « sauvage », développer les études anthracologiques de tracéologie, d’ethnobotanique... Autant de directions de recherche que l’ouverture de l’anthracoanalyse vers d’autres champs que la dynamique des végétations et sa confrontation avec les apports d’autres disciplines naturalistes devraient permettre d’aborder. Peut-être alors pourrons-nous cerner la « culture forestière » qui était celle des paysans médiévaux.

Notes

1 L’arbre. Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, Cahiers du Léopard d’Or, t. 2.

2 M. Arnoux dressait un constat identique pour la seule forêt, constat que j’élargis à l’ensemble du paysage ligneux « Perception et exploitation d’un espace forestier : la forêt de Breteuil (XIe-XVe siècles) », Médiévales, 1990, pp. 17-32.

3 Sans doute le versement d’un cens en setiers de blé ne suffit-il pas à prouver une culture effective de céréales dans l’hort. Cependant, certains documents précisent que ce cens est dû ad messes, au moment des moissons : le paysan s’acquitte de son dû par le fruit de son travail, non par achat qu’il peut différer ; il me semble qu’il y a là un indice indirect, certes ténu, pour une culture marginale de céréales au jardin.

4 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp.163-173.

5 [...] ilium ortum et viridarium cum omnibus arboribus que ibi sunt cart. An. no 52, p. 193 (1150) ; medietatem ortorum omnium qui sunt inter viridarium Pontii de Marcelliano et castrum A.D. Bouches-du-Rhône 56H4501 (1194).

6 [...] viridarium juxta mansiones constitutum cart. Gell. no 491, p. 401 (1137) ; pro viridario quod confrontatur cum domo A.D Haute-Garonne H Malte Pézenas, II, no 21 (seconde moitié XIIe siècle) ; viridarium cum casali cart. Mag. no 98, p. 192 (1157) ; duas mansiones cum curia in una domo est solarium et cum toto viridario et cum introintu et exito suo A.D Bouches-du-Rhône 56H4501 (1189) ; domum et columbarium cum veriderio... et confrontantur cum cimiterio et domibus Sancti Dionisii, et ex alia parte cum viriderio Petri Henrici et ante cum via publica... et viriderium quod jacobi de Nivella de me tenet... et confrontatur cum via cart. Guill. no 179, pp. 316-318 (1196) ; domum... cum orto sive casali viridi cart. Mag. no 323, p. 110(1212).

7 M. Bourin-Derruau, ibid., p. 166.

8 M. Bourin-Derruau, ibid., le potager biterrois n’est pas un jardin d’ombre.

9 Cart. An. no 100, p. 239-241 (1181-1188).

10 Les inventaires concernant le jardin du roi René à Aix ne mentionnent aucun arbre fruitier alors que les arrentements les évoquent N. Coulet, « Jardin et jardiniers du roi René à Aix », Cadre de vie et société ans le Midi médiéval. Hommage à Charles Higounet, Annales du Midi, t. 102,1990, pp. 275-286.

11 N. Planchais, « Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléoenvironnement végétal et évolution anthropique », Pollen et spores, t. 24, no 1, 1982, pp. 93-118.

12 Cf. supra p. 285, et tabl. 24, 25, 26 et A. Durand, inédit.

13 Si quis extraneus vendiderit saumatam nucum, amigdalarum, castanearum, pirorum et prunorum et pomorum, et corniorum cart. Mag. no 90, p. 179 (1154) ; Item de las castanhas, glands, noyas, amenlas, pommas, peras, nesplas, cerieysas, prunas, codons, mielgranas, rabas et de tous autres fruicts que venon a saumadas a la plassa et mercat... Et es a notar que touts losdicts fruicts dessus nommais, exceptat lou blat et legums, se devon mesurer al Cestayral de la civada cart. Lod. no 48, p. 42 (1246).

14 Un acte du cartulaire d’Aniane de la fin du Xe siècle parle déjà d’arboribus pomiferis fructiferis diversis cart. An. priv. pap. no 1, p. 78 (965-972).

15 A.D. Hérault G277 (1077-1094) ; cart. Guill. no 275, p. 439 (XIIe siècle) ; cart. Cell. no 495, p. 405 (sans date).

16 Cart. Guill. no 265, p. 428 (XIIe siècle) ; cart. An. no 100, p. 239 (1181-1188).

17 J.-L. Vernet, « Analyse anthracologique de la fosse 1 tardo-romaine de Médor », J. Guilaine, Jean Vaquer, J. Coularou et F. Treinen-Claustre, coord., Ornaisons-Médor. Archéologie et écologie d’un site de l’âge du Cuivre, de l’Age du Bronze final et de l’Antiquité tardive, Toulouse-Carcassonne, Centre d’anthropoloige des Sociétés rurales, Archéologie en terre d’Aude, 1989, pp. 245-246.

18 H. Bresc, « Les jardins de Palerme (1290-1460) », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge et Temps modernes, t. 84, 1972, pp. 55-127 et « Genèse du jardin méridional. Sicile et Italie du Sud, XIIe-XIIIsiècles », Jardins et vergers en Europe occidentale (VIIIe-XVIIIe siècle), Actes des 9e Journées internationales d’histoire médiévale et moderne tenues au Centre culturel de l’abbaye de Flaran les 18-20 septembre 1987, Auch, 1989, pp. 97-113. L. Bolens, « Les jardins d’Al-Andalus », ibid., pp. 71-96.

19 P. Mane, Calendriers et techniques agricoles (France et Italie XIIe-XIIIe siècles), Paris, Le Sycomore, 1983, pp. 170-171.

20 A.D. Gard. H 106 no 19 f° 14r (823).

21 Cart. Nim. no 25, p. 46 (925) ; no 42, p. 71 (940) et no 49, p. 85 (947) ; cart. Ag. no 179, p. 174 (954-980) ; cart. Nim. no 77, p. 126 (983) et no 81, p. 131 (985).

22 H. Desplanques, Campagnes ombriennes. Contribution à l’étude des paysages ruraux en Italie centrale, Paris, 1969, p. 348. et L. Bolens, Les jardins..., op. cit.

23 Cart. An. no 253, p. 378 (972) ; cart. Nim. no 71, p. 118 (974) ; cart. An. no 111, p. 253 (996-1030).

24 Cart. Gell. no 163, p. 147 (1077-1099) ; no 241, p. 202 (1077-1099) ; no 244, p. 206 (1107) ; cart. An. no 92, p. 230 (1182).

25 Cart. Ag. no 18, p. 30 (1130) ; no 29, p. 40 (1172) et no 94, p. 98 (1173) ; B.N. lat.9999 no 97 f° 97v (1173-1192) ; cart. Ag. no 54, p. 60 (1175) ; no 92, p. 96 (1184) ; no 67, p. 69 (1198-1199) et no 78, p. 79 (1203).

26 [...] cluso a pariete cincto cum ipsos arbores qui ibidem sunt cart. Nim no 101, p. 159 (1006) et cum ipso cluso et cum ipsos arbores qui ibidem sunt ib. no 112, p. 177 (vers 1015) ; clausum... cum vinea et arboribus, que in eo sunt de fundis cart. Gell. no 483, p. 392 (1101), etc.

27 Cart. An. no 313, p. 431 (829) Plaissan et no 314, p. 433 (978) Le Pouget, Teulet ; cart. Nim. no 93, p. 149 (996) Calvisson.

28 M. Bourin-Derruau, Villages..., ορ. cit., t. 1, pp. 179-181 et t. 2, pp. 19-24.

29 [...] in ipsa terra praefata plantes et aedifices vineam... et si complantaveris ibi arbores cart. Ag. no 200, p. 190 (1131).

30 L. Vidal, thèse en cours sur les parcellaires antiques et médiévaux languedociens et L. Vidal, « Traces matérielles de la mise en valeur et de l’aménagement des campagnes aux portes de Nîmes : les parcellaires antiques de la plaine du Vistre », Les formes du paysage, t. 2, Archéologie des parcellaires, Actes du colloque tenu à Orléans les 28-30 mars 1996, Paris, Errance, pp. 57-66.

31 Pro stirpata vinea, tandumdem consimilis vine, donec illa in priorem reintegretur valorem cart. Guill. no 62, p. 109 (1125).

32 P. Toubert, Introduction du colloque, Castrum 3. Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, Actes du colloque de Madrid (1985), Casa de Velazquez-École française de Rome, 1988, pp. 99-106.

33 H. Desplanques, « Il paesaggio rurale della coltura promiscua in Italia », Rivista geografica italiana, anno LXVI, vol. LXVI, 1959, pp. 29-64 et Campagnes..., op. cit., pp. 345-386.

34 P. Toubert, Les structures..., op. cit., pp. 258-263.

35 P. Bonnassie, La Catalogne..., op. cit., p. 456.

36 Cart. An. no 164, p. 293 (1181-1215).

37 Cart. An. no 181, p. 318 (1170-1195).

38 [...] mansum seniore... cum aedificiis et arboribus superpositis, cum perviis et vadiis H.G.L. T.II, no 22, col. 76 (813) ; et fiscum nostum... cum silvis et arboribus suprapositis cart. An. dipl. no 13, p. 63 (837).

39 P. Toubert, Les structures..., op. cit., p. 261.

40 Cart. Nim. no 203, p. 322 (vers 1114) Nîmes Mégaurie ; A.D. Gard H665 (1114) Nîmes Canteduc ; cart. Guill. no 338, p. 523 (1121) Vic-Mireval ; A.D. Gard H665 (1138) ; A.D. Bouches-du-Rhône 56H4342 (1156) Nébian ; A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas IX no 78 (1165) ; cart. An. no 181, p. 318 (1170-1195) Aniane La Cabrairesse ; B.N. Doat vol. 40 f° 103 (1177) Biterrois ; cart. An. no 173, p. 311 (1181-1188) Aniane ; A.D. Gard G66 (1184) Vauvert-Le Cailar ; cart. Guill. no 168, p. 304 (1193) Montpellier ; A.D. Gard G666 Nîmes Canteduc (1200).

41 Unum fossorium, et putatorium, et lignatorium, et olivigarium, et vindemiatorem cart. Gell. no 490,p. 398 (1131).

42 Cart. An. no 181, p. 318 (1170-1195) La Cabrairesse.

43 Cart. Guill. no 360, p. 549 (1128) ; cart. Ag. no 265, p. 239 (1147) et no 272, p. 245 (1200) ; cart. An. no 181, p. 318 (1170-1195).

44 A.D. Gard H665 (1138) ; cart. An. no 173, p. 311 (1181-1188).

45 Pour P. Bonnassie, l’un des indicateurs les plus sûrs de l’expansion agricole des VIIIe-Xe siècles est la tenure à parts de fruits, « La croissance agricole du Haut Moyen Âge dans la Gaule du Midi et le Nord-Est de la péninsule ibérique : chronologie, modalités, limites », La croissance agricole du Haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, géographie, Actes des 10e journées internationales d’histoire médiévale et moderne tenues au centre culturel de Flaran les 9-11 septembre 1988, Auch, Comité départemental du tourisme du Gers, 1990, pp. 13-35.

46 E. Le Roy Ladurie, Les paysans..., op. cit., pp. 200-204.

47 [...] quoddam patuum situm ad fontem... Proptcr quam donationem praefata comitissa III solides Melgorienses habuit a dicto Durante qui insuper tascham de terra laborativa et de arboribus quae ibi plantatae fuerunt cartum Teulet t. I no 198, p. 91 (1166).

48 B.N. Doat vol. 166 f° 247r (1138).

49 Cart. Valm. reg.B Divers no 8 f° 173v et 174r (1196).

50 B. Cursente, « Les vergers du Bas-Adour d’après le cartulaire de Sorde (fin du XIe- dé but du XIIIeosiècle) », jardins et vergers en Europe occidentale (VIIIe-XVIIIe siècle), Actes des 9e Journées internationales d’histoire médiévale et moderne tenues au Centre culturel de l’abbaye de Flaran les 18-20 septembre 1987, Auch, 1989, pp. 201-212.

51 A.D. Hérault. G277 cart. épiscopal de Béziers (1077-1099) ; cart. Gell. no 495, p. 405 (sans date) ; cart. Valm. reg.A f° 152v (1183) dans ce document, le cens annuel est exprimé en charge de poires : la redevance est en elle-même exceptionnelle et incite à voir là une plantation homogène de poiriers.

52 [...] tres cartariate vinearum... ad Ficulneam cart. Mag. no 106, p. 207 (1129-1158) ; ortal cum ficaria cart. Ag. no 317, p. 283 (996-1031) ; unam parranem que est ad ficulneam cart. An. no 175, p. 312 (1178) et P. Toubert, Les structures.., op. cit., p. 260.

53 H. Bresc, Genèse..., op. cit. et H. Desplanques, Campagnes..., op. cit., p. 348.

54 L. Bolens, Les jardins..., op. cit.

55 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 2, p. 23.

56 [...] ipsum olivetum meum... quod ego manibus mets in alode meo plantavi et plantari feci... et mansum supradictum et ferraginem supradictam, cum omnibus suis olivis et amellarii et aliis arboribus cart. Nim. no 153, p. 244 (1077) ; illam olivetam... et omnes amicdalarios qui ibi sunt cart. Valm. Reg.B Cabrials no 33 (1140-1160) ; quandam olivetam... et... dono pro tenemento annuatim de censu II cartalles olei et. II. sol et. I. sextarium de amigdalis ad Natale Domini A.D. Gard G330 (1173) ; de planterio vinee quod est extra portale, X denarios, et de olivariis et amicdalariis vetulis ibi plantatis, medietatem, de novelle, quartum cart. An. no 181 p. 318 (1170-1195).

57 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du Haut pays niçois médiéval, ha Vésubie (XIIIe-XVe siècle), Nice, Centre d’étude médiévale, 1990, p. 147. L. Stouff, « L’olivier et l’huile d’olive en Provence aux derniers siècles du Moyen Âge », Provence historique, t. 38, 1988, pp. 181-191.

58 Cf. supra pp. 285-286 et P. Leveau, C. Heinz, H. Laval et P. Marinval, « Les origines de l’oléiculture en Gaule du Sud. Données historiques, archéologiques et botaniques », Archéologie et environnement : de la Sainte-Victoire aux Alpilles, Travaux du centre C. Jullian no 14, Aix-en-Provence, 1993, pp. 45-64.

59 Cart. An. no 100, p. 240 (1181-1188).

60 [...] dono nucharium del Viveir cart. Gell. no 446, p. 363 (1077-1099) ; los nogers elz pibolz Brunei no 75, p. 76 (vers 1155).

61 Cart. Mag. no 90, p. 179 (1154).

62 Cart. Guill. no 100, p. 210 (1103) ; cart. Mag. no 90, p. 179 (1154).

63 [...] mals del Castaneir cart. Gell. no 436, p. 352 (1105-1120) ; faissam... in Castanedo A.D. Bouches-du-Rhône 56H4920 (1138) ; III sextarios de recentibus castaneis cart. An. no 63, p. 203(1138).

64 Le patronyme de Castanea, peu répandu, est cependant porté par plusieurs individus du Bas-Languedoc, cart. Guill. no 284, p. 451 (XIIe siècle) ; cart. Mag. no 120, p. 236 (1164) ; no 204, p. 371 (1190) ; no 226, p. 408 (1194) ; no 257, p. 459 (1200) ; cart. Gell. no 558, p. 484 (1207).

65 [...] vasculum castanerii plenum vini cart. Ag. no 19, p. 31 (1176-1177).

66 N. Planchais, Palynologie..., op. cit.

67 F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe au XIIIe siècle, Bibliothèque des écoles françaises de Rome et d’Athènes, fasc. 281, Rome, École française de Rome, 1993, p. 210.

68 A. Bruneton-Governatori, Le pain de bois. Ethnohistoire de la châtaigne et du Châtaignier, Toulouse, Éché, 1984, notamment pp. 338-341.

69 J.-F. Lalanne, Un canton des Garrigues de 1789 à 1799, Montpellier, Lalanne, 1989, p. 89.

70 [...] super fluvium Araurem ubi dicitur Ad Salices cart. An. dipl. no 8, p. 52 (799) et no 13, p. 61 (837) ; de circii rio Silice cart. Nim. no 35, p. 62 (932) ; ubi vocant inter salice ib no 42, p. 71 (940) ; terra que est ad ipso s salices ibid. no 44, p. 78 (943) ; super rio Silice ibid. no 88, p. 142 (993) ; ripariam et salices qui sunt ad molendinum Hugonis Matfredi cart. Gell. no 484, p. 393 (1100-1102) et no 481, p. 390 (1112) ; salices in ipso aquale molendini plantates A.D. Gard H699 (1199).

71 [...] pecia de terra culta cum ipsos salices cart. Nim. no 71, p. 118 (974).

72 [...] dominus episcopus quod abbas arbores plantaverat in ripis quibus adhaerent paxeriae molendinorum... dicitur evellabat ; propterea enim paxeriae et ipsa molendina minus roboris et firmitatis habeant cart. Béz. no 322, p. 470 (1194) ; salices in ipso aquale molendini plantatos injuste asserebat A.D. Gard H699 (1199).

73 F. Menant, Campagnes..., op. cit., p. 208.

74 [...] alia loca Comaiacas et Caucino super Fluvium Araurem ubi dicitur Ad Salices ad pascun armentorum et alenda peccunia (pour peccora) cum aliis usibus actenus habeant cart. An. dipl. no 8, p. 52 (799).

75 F. Menant, Campagnes..., op. cit., p. 208.

76 A.D. Gard H699 (1154), (1156), (1162), (1168), (1174) et H665 et 699 (vers 1175), H699 (1185), H700 (1207).

77 P. Toubert, Les structures..., op. cit., pp. 255-257.

78 P. Mane, Calendriers..., op. cit., pp. 170-171, 191-193, 241-242.

79 [...] asinus cum sacco, cum ligamento, cum apparatu cart. An. no 279, p. 405 (1116) et no 139, p. 281 (1131) ; cart. Ag. no 147, p. 146 (1145) et n" 355, p. 330 (1150-1160) ; A.D. Gard H106 f° 84 et sq. (1171).

80 Cart. Gell. no 136, p. 117 (1042) et no 499, pp. 411-413 (fin XIe- début XIIe siècle) ; Teulet t. 1 no 525, p. 212 (XIIe siècle) ; cart. Guill. no 253, p. 417 (XIIe siècle) ; cart. An. no 308, p. 428, (1122) ; cart. Ag. no 239, p. 218 (1123) ; A.D. Haute-Garonne Pézenas XI no 100 (1147) ; cart. Guill. no 399, p. 575 (1150) ; cart. Ag. no 355, p. 330 (1150-1160) ; Teulet t.1 no 160, p. 82 (1159) ; A.D. Gard H665 (1161) ; cart. Ag. no 354, p. 329 (1165-1200) ; A.D. Gard H106 f° 84 et sq. (1171) ; cart. Guill. no 303, p. 490 (1201) ; cart. Mag. no 344, p. 142 (1215) et no 349, p. 158 (1215).

81 [...] in terminium de Vineas Plaxinas cart. Gell. no 124, p. 107 (1031-1060).

82 F. Sigaut, « Gli alberi da forraggio in Europa : significato tecnico e economico », Boschi : storia e archeologia, Quaderni storici, t. 49, 1982, pp. 49-57.

83 A. Durand-Tullou, « Rôle des végétaux dans la vie de l’homme au temps de la civilisation traditionnelle (Étude ethnobotanique sur le Causse de Blandas, Gard) », Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée, t. XIX, no 6-7,1972, pp. 222-246.

84 S. Thiébault, L’homme et le milieu végétal. Analyses anthracologiques de six gisements des Préalpes au Tardi-et postglaciaire, Paris, Documents d’archéologie française no 15, 1989, pp. 45 et 54 et C. Heinz, Dynamique des végétations holocènes en Méditerranée nord-occidentale d’après l’anthracoanalyse de sites préhistoriques. Méthodologie et paléoécologic, Thèse de l’Université des Sciences et Techniques du Languedoc, Montpellier II, 1988, p. 218.

85 G. Jalut, « Le pollen, traducteur du paysage agraire », J. Guilaine, sous la direction de, Pour une archéologie agraire, Paris, A. Colin, 1991, pp. 345-368.

86 M.-F. Diot, « Analyse palynologique d’un site médiéval : la motte de Bourzac (Dordogne) », Aquitania, t. I, 1983, pp. 155-172.

87 L’abbé de Saint-Thibéry et Pierre Radulf se partagent par moitié ranima et cepaticum de fustis sur des terres jouxtant l’Hérault B.N. lat.12760 f° 389 (1060-1108). Les chanoines de Béziers et Raimond Lauret de Villeneuve se répartissent aussi par moitié remondamento sciticet de omni rama arborum d’un comptant près de l’Orb cart. Béz. no 253, p. 209 (1142).

88 H. Desplanques, « Contribution à l’étude des paysages ruraux en Italie Centrale : l’arbre fourrager », Géographie et histoire agraires, Actes du colloque international de Nancy (2-7 septembre 1957), Annales de l’Est, Mémoire no 21, 1959, pp. 97-104. C. Higounet, « Les forêts de l’Europe occidentale du Ve au XIe siècle », Settimani di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, XIII, Agricoltura rurale e mondo rurale in Occidente nell’alto medioevo, Spoleto, 1965, 1966, pp. 343-398 et F. Menant, Campagnes..., op. cit., pp. 209-210.

89 H. Desplanques, Campagnes..., op. cit. En Italie du sud, J.-M. Martin observe que la coltura promiscua est très bien attestée en Campanie alors que la Pouille, trop sèche en été, l’ignore La Pouille duVIe auXIIe siècle, Collection de l’École française no 179, Rome, École française de Rome, 1993, pp. 342-343.

90 M. Dauzat, « Les mottes castrales du Lauragais : notes préliminaires », Le Lauragais. Histoire et archéologie, Actes du LIVe Congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon et du XXXVIe Congrès de la Fédération des sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne tenu à Castelnaudary 13-14 juin 1981, Montpellier, Fédération historique du Languedoc méditerranéen, 1983, pp. 73-87.

91 H. Desplanques, Il paesaggio..., op. cit., fig. 3.

92 [...] apud Sanctium Pontium sub ulmo cart. Valm. reg. B Divers no 25, f° 177v (1185) ; Actum est hoc apud Arelatem sub ulmo A.D. Gard H41 et H81 no 32 (1192) ; Hec acta fuerunt in Castro de Montelauro sub ulmo A.D. Hérault 58H190 (1211) ; salam et planum de Ulmo (castrum de Gigean) cart. Mag. no 283, p. 19 (1204).

93 B. Cursente, Les castelnaux..., op. cit., p. 101.

94 M. Pastoureau, « Introduction à la symbolique médiévale du bois », L’arbre. Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, Cahiers du Léopard d’Or, t. 2, pp. 25-40.

95 Galterius, Magalonensis episcopus, venit sub ulmo ante ecclesiam Sancti Stephani de Piniano cart. Mag. no 112, p. 218(1161).

96 [..] mansum... ubi est puteus et ulmus cart. Béz. no 92, p. 121 (1092) et mansum qui se tenent se cum ipsn ecclesia Sancti Petri sub ulmo ib. no 121, p. 169 (1096-1121).

97 [...] de las junchadas del sestairalague cart. Guill. no 120, p. 250 (1113) et Item de sestairalatge, de quo accipiunt de jonchatis alias jonchatas ib. no 122, p. 252 (1141-1142).

98 [...] jus pascendi exceptis devesis et junqueria cart. Gell. no 506, p. 427 (1153).

99 Les attestations sont certes tardives mais intéressantes possit colligere juncum et boram in silva et paludibus dicti monasterii ad coquendum panem in forno qui nunc est in dicta turris Pontis Carbonarie quantum sibi et sue familie erit necessarium A.D. Gard H106 f° 223r (1312) et fuisse in possessione... et pabulam nec non juncas maceres accipiendi et colligandi et quecumque ligna buscaillandi accipiendi et sibi ipsis appropriandi H107 f° 41r (1384).

100 [...] faxo de junco cart. Nim. no 53, p. 91 (956) ; ipsum juncum cart. Béz. no 65, p. 74 (vers 1050) et no 69, p. 84 et H.G.L. t. V, no 246, col. 486 (vers 1056) ; I. fais joncs... union faisum de cirpo... I. fais de cirpo... A.D. Gard H106 f° 85v et 86r (1171).

101 Cart. Nim. no 17, p. 28 (905) ; no 24, p. 45 (924) ; no 25, p. 47 (925) ; no 35, p. 61 (932) ; no 36, p. 63 (932) et no 101, p. 159 (1006).

102 Le point sur la domestication des fruitiers a été récemment fait par M.-P. Ruas, « Éléments pour une histoire de la fructiculture en France : données archéobotaniques de l’Antiquité au XVIIe siècle », L’homme et la nature au Moyen Âge, Actes du Ve congrès international d’Archéologie médiévale (Grenoble 6-9 octobre 1993), Paris, Errance, 1996, pp. 92-105 et « Les plantes exploitées en France au Moyen Âge d’après les semences archéologiques », Plantes et cultures nouvelles en Europe occidentale au Moyen Âge et à l’époque moderne, Actes des 12e Journées internationales d’histoire médiévale et moderne tenues au Centre culturel de l’abbaye de Flaran des 11-13 septembre 1990, Auch, 1992, pp. 9-35.

103 [...] in arboribus per cruces et terminationes adsignatum fuit cart. An. dipl. no 13, p. 63 (837).

104 J. Lefort, « La représentation du paysage dans les documents de l’Athos », Castrum 5. Archéologie de l’habitat fortifié. Archéologie des espaces agraires méditerranéens au Moyen Âge, Actes du Congrès international tenu à Murcie (Espagne) 8-12 mai 1992, sous presse.

105 [...] totam et integram ipsam nostram quartam partent supradictae ecclesiae... cum ipsa tota quarta parte arboceti cart. Nim. no 154, p. 246 (1078) et quantum ibi est circa ecclesiam infra tringinta dextros sive sint mansiones....sive arboceta no 159, p. 259 (1080).

106 L. Bolens, Les jardins..., op. cit.

107 P. Toubert, « Paysages ruraux et techniques de production en Italie méridionale dans la seconde moitié du XIIe siècle », Potere, società e popolo nell’età dei due Guglielmi, Atti delle quarte giornate nomanno-sveve Bari-Gioia del Colle 8-10 ottobre 1979, Bari, Centro di studi normanno-svevi, Università degli Studi de Bari, pp. 201-229. J.-M. Martin, La Pouille du VIe au XIIe siècle, Rome, École française de Rome, 1993, pp. 344-345.

108 Cf. supra p. 283.

109 C’est l’opinion développée par un certain nombre d’auteurs dont se fait l’écho A. Grieco, « Réflexions sur l’histoire des fruits au Moyen Âge », L’arbre. Histoire naturelle et symbolique de l’arbre, du bois et du fruit au Moyen Âge, Cahiers du Léopard d’Or, 2, pp. 145-153.

110 A. Dietrich, Problèmes d’archéologie et d’ethnohistoire liés à la conservation des bois (étude des bois archéologiques médiévaux du Bassin Parisien), Thèse de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1989, 2 vol. J.-Y. Hunot, « Charbons de bois recueillis à l’intérieur de vases funéraires. Approche ethnobotanique », Les charbons de bois, les anciens écosystèmes et le rôle de l’homme, Actes du colloque international de Montpellier (10-13 septembre 1991), Bulletin de la Société botanique de France, t. 139, 1992, pp. 651-657.

111 M. Gramain, « Les formes de l’élevage en Bas-Languedoc occidental aux XIIIe-XIVe siècles », L’élevage en Méditerranée occidentale, Actes du colloque international de l’Institut de recherches méditerranéennes tenu à Sénanque en mai 1976, Paris, CNRS, 1977, pp. 137-152 et M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (Xe-XIVe siècle), t. 2, pp. 42-43.

112 F. Menant, Campagnes lombardes au Moyen Âge. L’économie et la société rurales dans la région de Bergame, de Crémone et de Brescia du Xe au XIIIe siècle, Paris-Rome, École française de Rome, 1993, pp. 252-252.

113 Cf. supra pp. 320-323.

114 Cart. Conq. no 19, p. 25 et no 20, p. 26 (fin XIe siècle) ; cart. Ag. no 218, p. 202 (1108). Dans la cité de Nîmes ou sa proche banlieue, des manses versent un agneau de cens cart. Nim. no 192, p. 306 (1108) et no 196, p. 311 (1109). S’agit-il d’un archaïsme ?

115 A Olargues le Vieux et au Roc des Deux Vierges, les moutons font l’objet d’un abattage massif et saisonnier que les classes d’âge situent aux environs de Pâques A. Gardeisen, Analyse archéozoologique d’OIargues-le-Vieux et de Saint-Amans-de-Teulet, Document final de synthèse du projet collectif de recherche H18, 1996, Service régional de l’archéologie du Languedoc-Roussillon, décembre 1996.

116 G. Combarnous, Index des noms de lieux et de personnes dans le cartulaire de Gellone suivi de notes, Montpellier, 1975, p. 99 et de unaquaque cabanna duos formaticos (id est caseos) cart. Gell. no 102, p. 89 (1031-1060) ; ominum qui in ipsa parrochia... laboraverint... in caseo et lana... ib. no 110, p. 97 (1031-1048) ; de unaquaque cabanna unum caseum ib. no 442, p. 360 (1133) ; et in Cabannis caseum unum et medium ib. no 303, p. 251 (1117) ; et in quega cabanna tres caseum ib. no498, p. 408 (1123), Mansus Andree de Cabaniz... De Cabannis similiter... et si cabanna fueritfacta ibi tres caseos ib. no 499, pp. 416,417 et p. 419 (vers 1140).

117 Et tres caseos de Solatico cart. Gell. no 426, p. 346 (1078-1095) ; et tres caseos de Solatico... quatuor caseos de Solatico....et tres caseos de Solatico... ib. no 499, pp. 414 et 418 (vers 1140).

118 A. Gardeisen, « Le castrum du rocher des Vierges à Saint-Saturnin. Étude de la faune du dépotoir », Anthropozoologica, t. 10, 1989, pp. 48-50.

119 A. Gardeisen, « État de l’élevage dans le Haut Moyen Âge camarguais et en milieu lagunaire », R. Durand, textes réunis par, L’homme, l’animal domestique et l’environnement du Moyen Âge au XVIIIe siècle, Nantes, Centre de recherches sur l’histoire du Monde atlantique, Enquêtes et documents no 19, Ouest Éditions, 1993, pp. 141-162.

120 In montibus autem in quitus fratres soliti erant alendarum ovium curam habentes habit arc... in quibus estatis tempore solummodo morabantur... et plus loin a montibus cuin ovibus descendentes cart. An. Vie de saint Benoît par Ardon p. 21.

121 P. Clément, Les chemins à travers les âges en Cévennes et bas Languedoc, Montpellier, Presses du Languedoc, 1983, pp. 235-236.

122 [...] loca Comaiacas et Caucino super fluvium Araurem ubi dicitur Ad Salices ad pascua armentorum et alenda peccunia (pour pecora) dipl. 8, p. 52 (799) et locum qui dicitur Castra, pastura ad peccora eorum alenda ib. dipl. no 13, p. 62 (837).

123 Cart. Gell. no 160, p. 145 (805) et no 249, p. 210 (807).

124 Cart. An. dipl. no 11, p. 58 (852). Pour l’identification de Jaullo avec Jaoul voir P. Clément, Les chemins..., op. cit., p. 136.

125 H.G.L. t. II no 26, col. 86 (814) ; Pascua etiam ad animalia alenda cart. An. dipl. no 9, p. 54 (814-840) et dipl. no 10, p. 56 (822) et pascua de supradictis ecclesiis, qui dicitur Pinnanus ib. dipl. no 18, p. 72 (825) et inter mare et stagnum locum qui vocatur Porcarias, quem sibi ad porcos alendutn ib. dipl. no 13, p. 63 (837).

126 Cart. Gell. no 160, p. 144-145 (805).

127 A.D. Gard H106 f° 3 v et H114 vidimus (1203) édité dans P. Lauer, Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), Paris, Académie des Inscriptions et BellesLettres, 1949, pp. 132-136.

128 F. Menant, Campagnes..., op. cit., pp. 272-287.

129 P. Clément, Les chemins..., op. cit., pp. 235-241.

130 Cf. supra pp. 202-208.

131 Cart. An. no 268, p. 394 (978-1000) ; no 262, p. 388 (986) ; no 180, p. 317 (996-1031) ; no 272, p. 398 (1000) ; no 132, p. 275-276 (vers 1100) ; no 162, p. 300 (1031-1060) ; no 115, p. 257 (1032-1060) ; no 133, p. 276 (1036-1061) ; no 152, p. 291-292 (1036-1060) ; no 261, p. 387 (1036-1061).

132 Les chartes du cartulaire concernant des titres de propriété dans le Rouergue sont regroupées du no 186, p. 326 au no 217, p. 349. Les actes les plus anciens sont no 89, p. 327 (1036-1060) ; no 214, p. 345 (1036-1061) ; no 215, p. 347 (1036-1061) ; no 216, p. 347 (1036-1061) et no 212, p. 341 (1075).

133 Cart. An. no 196, p. 331 (1159) et no 205, p. 336 (1158).

134 Cart. Gell. no 35, p. 36 (996-1031) ; no 52, p. 50 (996-1031) ; no 129, p. 111 (996-1031) ; no 5, pp. 6-7 (1005) ; no 34, p. 35 (1027-1033) ; no 31, p. 32-33 (1033) ; n” 139, p. 119 (1031-1060) ; no 126, pp. 108-109 (1060-1074) ; no 214, pp. 184-185 (1060-1108) ; no 127, p. 109 (vers 1070), etc., pour les premiers documents. Voir aussi les no 85, p. 75-76 à no 105, p. 91 échelonnés depuis 996-1030 jusque vers 1070 où sont rassemblés plusieurs actes concernant le Rouergue et la Lozère.

135 Cart. Gell. no 151, p. 128 (1077) ; no 153, pp. 130-132 (1077) ; no 401, pp. 332-333 (1077-(1077-1099) ; no 396, p. 329 (1080-1099) ; no 395, p. 328 (1080-1090) ; no 399, pp. 330-331 (1082) ; no 400, pp. 331-332 (1083) ; no 349, p. 284 (1100) ; no 343, p. 279 (1101).

136 P. Clément, ibid.,. pp. 67 et 238.

137 P. Clément, ibid., p. 239.

138 A.D. Gard H106 f° 32r (1099), f° 33r (1123), f° 34v (1125).

139 Cart. Conq. no 383, p. 284 (fin XIe siècle) ; no 503, p. 363 (1120) et no 505, pp. 363-364(XIe siècle).

140 P. Clément, ibid., p. 241.

141 Cart. Silv. no 357 à no 375, pp. 281 à 296 (Les Rives, Pégairolles-de-l’Escalette), no 376 à no 385, pp. 297 à 305 (terre de Soils, La Couvertoirade) et no 386, p. 306 à no 404, p. 318 (Silveplane).

142 Cart. None. no 37, pp. 47-48 (1195).

143 A.D. Hérault G277, cart. épiscopal de Béziers (1077-1094).

144 Cart. An. no 100, p. 240 (1181-1188).

145 Cart. Silv. no 381, pp. 301-302 (1147).

146 A.D. Gard H187 (1084), (1099), (1159).

147 Donation de Louis le Pieux à Aniane cart. An. dipl. no 12, p. 61 (815) et no 13, p. 64 (837) ; controverse cart. An. priv. pap. no 14, p. 106 (1100-1117) ; no 15, pp. 106-107 (1100-1117) ; no 16, p. 107 (1099-1118) ; no 49, pp. 129-130 (1100-1127) ; no 7, pp. 90-91 (1114) ; no 8, pp. 91-92 (1114) ; no 18, p. 108 (1119) ; no 19, p. 108 (1119) ; no 21, p. 109 (1119) ; no 9, pp. 93-95 (1120) ; no 22, p. 110 (1125-1129) ; no 10, pp. 96-97 (1130) ; no 11, pp. 98-99 (1146) ; no 12, pp. 100-102 (1154) ; no 13, pp. 103-105 (1154).

148 Teulet t. 1 no 45, p. 41 et H.G.L., t. V, no 456, col. 854.

149 Cart. Silv. no 381, p. 302 (1147).

150 Cart. An. no 118, pp. 260-262 (1138).

151 Cart. An. priv. pap. no 32, pp. 117-118 (1153-1154) et no 40, pp. 122-123 (1154-1159) et no 41, pp. 123-124 (1155-1159).

152 Pour Valmagne, cart. Valm. reg.A f° 27v (1161), reg.B Font-Mars no 3 (1162), reg.A f° 57r (1171), reg.A f° 106v (1185), reg.B Divers no 41 f° 182r (1195), reg.B Garrigues no 7 (1199), reg.B Garrigues no 53 (1201), reg.B Garrigues no 79 (1203), reg.B Garrigues no 88 (1206). Certaines de ces controverses portent directement sur du bétail. Pour Franquevaux, A.D. Gard H95 (1178), H66 et H80 (1183), H66 (1186), H39 (1187), H42 (1188), H45 (1201).

153 Cart. Mag. no 173, pp. 316-317 (1180).

154 C. Berman, Medieval agriculture : The Southern French Countryside and the early Cistercians. A Study of Forty-three monasteries, Transactions of the American Philosophical Society Held at Philadelphia for Promoting Useful Kwnoledge, vol. 76, part. 5, Philadelphia, The American Philosophical Society, 1986.

155 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., p. 258.

156 M. Bourin-Derruau, ibid., t. 1, pp. 257-259.

157 J. Thiriot, Les ateliers médiévaux de poterie grise en Uzège et dans le bas-Rhône. Première recherches de terrain, Documents d’Archéologie française no 7, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1986.

158 Au moment de la fouille, les analyses anthracologiques n’ayant pas encore cours pour le Moyen Âge, ces prélèvements n’ont pas pu bénéficier d’un protocole rigoureux d’échantillonnage (absence de tamisage, quantité parfois insuffisante de charbons par niveau).

159 J.-P. Boyer, Hommes et communautés du Haut Pays Niçois médiéval. La Vésubie (XIIIe-XVe siècles), Nice, Centre d’études médiévales, 1990, pp. 46-51 ; P. Bernardi, Métiers du bâtiment et techniques de construction a Aix-en-Provence à la fin de l’époque gothique (1400-1550), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1995, pp. 125-136.

160 J. Thiriot, Les ateliers..., op. cit., p. 55.

161 G. Borias, Poterie traditionnelle de l’Uzège, Uzès, 1978.

162 J. Thiriot et P. Cour, communications orales.

163 J. Thiriot, Les ateliers..., op. cit, p. 65.

164 J. Thiriot, ibid., pp. 65-66.

165 R. Trendelenburg et H. Meyerwegelin, Das Holz als Rochstoff, München, Hauser, 1955.

166 G. Borias, Poterie..., op. cit. et J. Thiriot, sous la direction de, La terre cuite en Uzège. Un artisanat ancien, Exposition de Saint-Quentin-la-Poterie (Gard) 13-21 juillet 1985 organisée dans le cadre de l’enquête patrimoine industriel, Presse service publications, 1985, pp. 19-25.

167 L. R. Binford, Nunamiut Ethnoarcheology, New York, Academic Press, 1978 et L.R. Binford, In the pursuit of the Past Decoding the archedogical record, London, Thames and Hudson, 1983.

168 M. Bloch, Caractères..., op. cit., G. Duby, Économie..., op. cit., R. Fossier, L’enfance..., op. cit.

169 A. Maurizio, Histoire de l’alimentation végétale depuis la Préhistoire jusqu’à nos jours, Paris, Payot, 1932 et A. Durand-Tullou, « Rôle des végétaux dans la vie de l’homme au temps de la civilisation traditionnelle (Étude ethnobotanique sur le Causse de Blandas, Gard) », Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée, t. XIX, no 6-7, 1972, pp. 222-246.

170 M.-P. Ruas, Productions végétales d’un prieuré clunisien d’Auvergne à l’époque carolingienne d’après les graines et les fruits découverts à Saint-Germain-des-Fossés (Allier), à paraître et « Éléments pour une histoire de la fructiculture en France : données archéobotaniques de l’Antiquité au XVIIe siècle », L’homme et la nature au Moyen Âge, Actes du Ve congrès international d’archéologie médiévale (Grenoble 6-9 octobre 1993), Paris, Errance, 1996, pp. 92-105.

171 M.-P. Ruas, Éléments..., op. cit. et « The archeobotanical record of cultivate and collected plants of economic importance from medieval sites in France, J.-P. Pals, sous la direction de, Festschrift for Professor W. Van Zeist, Review of Paleobotany and Palynology, t. 73,1992, pp. 301-314.

172 Ces divergences d’appréciation montrent combien la bioarchéologie est encore dans cette matière au simple stade de l’accumulation de résultats et souligne l’impérative nécessité d’un croisement à terme de toutes ces informations.

173 Cette observation est encore vraie à la fin du XIVe siècle en Provence L. Stouff, Ravitaillement et alimentation en Provence aux XIVe et XVe siècles, Paris, Mouton, 1970, pp. 236-238 et 245-250.

174 P. Mane, Calendriers..., op. cit., pp. 154-155.

175 L. Bolens, « Les aliments de la disette au Moyen Âge : une diététique à base de pains végétaux (Andalousie, XIe-XIIIe siècle) », Famine in History, Actes du colloque tenu à Vevey en juillet 1981, pp. 1-6.

176 A. Maurizio, L’alimentation..., op. cit.

177 P. Mane, Calendriers,..,ορ. cit.

178 [...] et glannem de boscho Poncii Gauzfredi uno anno cart. Gell. no 28, p. 30 (1060-1074).

179 [...] porci in pascuam glandium sine contradictione mittentur cart. Silv. no 381, p. 301 (1147).

180 [...] et in ipso bosco qui est in ilia honore collocet tibi monacus Sancti Amancii quinque porcos ex tuo doniinii, quando pascua evenerit cart. An. no 259, p. 386 (1066-1089) ; et in ipso bosco que est super capde mansum suprascriptum XII porcos in omni anno ad pascherum ib. no 109, p. 251 (1100) ; et alios mansos de Valle possessores octo porcos empascatrabamus in boscos de Valle... per unumquemque annum ib. no 331, p. 445 (1153).

181 P. Mane, communication orale.

182 H.G.L. t. II, no 119, col. 245 (844).

183 H.G.L. t. II, no 122, col. 252.

184 [...] de pino sicco seu roore sicca et de aliis lignis viridis seu mortuis quantum supradictis hominis de villa Solatico opus fuerit ad focos cart. Gell. no 464, p. 377 (1077-1099) ; ligna quantum ad opus domus sue de Gijano in usum cremandi sufficiat cedere cart. Mag. no 64, p. 129 (1137) ; de roveria predicti castri... portabant ligna in domo ejus ad faciendum ignem quantum opus erat A.D. Haute-Garonne H Malte Saint-Félix, XXII, no 138 (1175) ; ligna sicca de mea parte silva ad allegnandum vestram coquinam A.D. Gard H106 f° 8v (1205) ; concedo vobis ut possitis de lignis siccis facere ignem cart. Valm. reg.B Divers no 6 f° 173r (1210) ; de lignis que ibi sunt vel erunt focum facere dum tamen arbores et tamarises non abcidant cart. Mag. no 335 bis, p. 132 (1214).

185 Le diplôme de Charles III à Psalmodi est tout à fait explicite à ce sujet donamus... quidquid excrescens Rodanus... suis inundationibus s eu alluvionibus semper reliquerit terrenum, arenosum, nemorosum, arbustiferum, virgunculosum, biblosum, palustricum A.D. Gard H106 f° 3v 909 et Ht 14 vidimus (1203) édité dans P. Lauer, Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1949, pp. 132-136.

186 [...] illam fustam et ligna que flumen tibi attullcrit propter cregudas in toto honore quamdiu pignus habebitis cart. Béz. no 298, p. 428 (1184) ; tota plagia et consoa que est inter stagnum et mare... sit commuais pro indivise episcopo et preposito... et venatio et pascua et ligna et saline, si ibi fuerint, sint eis communia A.D. Hérault G1845 (1192) et Bull. Mag. no 130, p. 213(1194).

187 |...] de omnibus lignis, quas aqua ibi reliquerit, dabitis bene et fideliter medietatem cart. Béz. no 269, p. 380 (1179) ; detis de fustibus et de las quacias et de omnibus que aqua ibi adduxerit medietatem fideliter A.D. Bouches-du-Rhône 56H4510 (1172) ; si atade in predicta riparia aliquid ligna tulerit, dabitis nobis medietatem A.D. Bouches-du-Rhône 56H4510 (1197).

188 J.-F. Lalanne, Un canton des garrigues de 1789 à 1799. Aniane, Argelliers, La Boissière, Puéchabon, Saint-Guilhem-le-Désert, J.-F. Lalanne, Montpellier, 1989, p. 76.

189 Cf. supra p. 196.

190 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XVI no 157 (1171).

191 Cart. Gell. no 241, p. 203 (1077-1099) ; cart. Guill. no 100, p. 207 (1103).

192 Cart. Gell. no 149, pp. 126-127 (1079).

193 Cart. Gell. no 303, p. 251 (1117).

194 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas II no 15 (XIIe siècle) ; cart. An. no 139, p. 281 (1131).

195 P. Mane, Calendriers..., op. cit., p. 239.

196 Cart. Ag. no 353, p. 328 (fin XIIe siècle) et no 354, p. 329 (fin XIIe siècle).

197 [...] domui qui ibi edificabitur ligna cart. Silv. no 386, p. 306 (1139) Laurens ou fusta necessaria pro construendis vel edificandis domibus lignis A.D. Bouches-du-Rhône 56H788 (1194) Albaron près d’Arles.

198 Ces résultats ont été pro parte élaborés dans le cadre du projet collectif de recherche H18 portant sur les Formes et les fonctions de l’habitat castral dans la France méridionale : les apports de la bordure méridionale du Massif central. Seuls les éléments synthétiques sont ici présentés, l’étude anthracologique détaillée étant publiée avec la monographie de chaque site.

199 Les résultats anthracologiques complets sont exposés dans chacun des rapports de fouille élaborés ces dernières années.

200 A. Dietrich, Problèmes d’archéologie et d’ethnohistoire liés à la conservation des bois (étude des bois archéologiques médiévaux du Bassin parisien), thèse de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1989, 2 vol. et L. Chabal, Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final, Antiquité tardive). L’anthracologie, méthode et paléoécologie, Paris, Documents d’archéologie française no 63, 1997.

201 J. Dodds, B.W. Stoddart, W.S. Stoddart, B.K. Young et K. Carter Young, « L’ancienne abbaye de Psalmodi (Saint-Laurent-d’Aigouze, Gard) premier bilan des fouilles (1970-1988) », Archéologie médiévale, t. XIX, 1989, pp. 7-44.

202 J. Venet, Identification et classement des bois français, Nancy, ENGREF, 1974, p. 202.

203 Cf. supra pp. 221-237.

204 G. Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers (Var) : contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris-Valbonne, CNRS, 1980, p. 225 et « L’habitation rurale en Provence médiévale ; techniques de construction et d’aménagement d’après les fouilles récentes », La construction au Moyen Âge. Histoire et archéologie, Actes du congrès de la Société des historiens médiéviste de l’enseignement supérieur public tenu à Besançon (2-4 juin 1972), Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1973, pp. 59-110.

205 Il demeure une inconnue notable avec le problème du Sapin.

206 G. Duby, L’économie rurale..., op. cit., p. 246.

207 G. Bertrand, Pour une histoire..., op. cit.

208 |...] de pino sicco seu roore sicca et de aliis lignis viridis seu mortuis quantum... opus fuerit ad focos cart. Gell. no 464, p. 377 (1077-1099) ; ad opus ejusdem castri ex omni ligno nemoris exceptis ilicibus cart. Mag. no 64, p. 129 (1137) ; arbores quoque virides, quercus velfagos, ibi incendere non habebitis cart. Silv. no 281, p. 302 (1147) ; licentiam colligendorum lignorum ad opus caucis, coquende... in garricis et in omnibus arboribus exceptis in pinis et ilicibus et in arboribus pomiferis, B.N. lat.9999 no 21, f° 27v (1182) ; alignamentum et explectum... de omnibus arboribus et lignis, exceptis roures et elezers cart. Mag. no 202, p. 363, cart. Guill. no 87, p. 161 et A.D. Hérault G4359 (1189).

209 Note supra B.N. lat.9999 no 21, f° 27v (1182) ; de lignis qui ibi sunt vel erunt, focum facere, dum tamen arbores et tamarises non abcidant cart. Mag. no 335 bis, p. 132 (1214).

210 Cart. Gell. no 464, p. 377 (1077-1099).

211 [...] licentiam incidendi ligna sicca A.D. Gard H37 (1171).

212 |...] ligna siccn de mea parte silva ad allegnandum vestram coquinam ligna videlicet lapsa ab arboribus vel incisa, A.D. Gard H106 f° 8v (1205) ; in silva... de lignis siccis facere ignem cart. Valm. reg.B Divers no 6 f° 172v (1210).

213 [...] sigarrice non sufficerint etiam in arboribus B.N. lat.9999 no 21 f° 27v (1182).

214 Cart. Mag. no 64, p. 128 (1137) ; A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas no 138 (1175) ; cart. Mag. no 344, p. 142 (1215).

215 P. Cayla, Dictionnaire des institutions, des coutumes et de la langue en usage dans quelques pays de Languedoc de 1535 à 1648, Montpellier, Faculté des Lettres de Montpellier et Société d’Études scientifiques de Sète, 1964. F.R. Hamlin, Les noms de lieux du département de l’Hérault. Nouveau dictionnaire topographique et étymologique, Poussan, abbé L. Cabrol, 1983, p. 133.

216 Cart. Nim. no 122, p. 194.

217 Cart. Béz. no 77, p. 97 1069.

218 Cart. An. no 106, p. 247 (1153) ; A.D. Bouches-du-Rhône 56H5265 (1195) ; A.D. Gard H79 (1171) et (1184), H42 (1197), H38 (1197) et H45 (1199) ; A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XVI no 158 (1179) ; cart. Guill. no 474, p. 657 (1189) ; A.D. Gard HôtelDieu de Nîmes B2 (1184) et (1195).

219 Notamment en Piscénois à Pézenas, Lézignan-la-Cèbe, Tourbes, B.N. lat.9988 f° 69r (1211) ; A.D. Haute-Garonne H Malte 105B f° 75r (1210) et Pézenas XIX no 189 (1210).

220 A.D. Gard H76 (1201) ; cart. Mag. no 269, p. 484 (1202) ; A.D. Hérault 58H190 (1205).

221 Cart. Valm. reg.A f° 100r (1179), f° 152v (1183), f° 153v (1185) f° 149r (1191), reg.B Divers f° 171r (1201), Cabrials no 3 (1204) ; cart. Mag. no 176, p. 321 (1181) ; cart. Guill. no 560, p. 756 (1199), no 558, p. 749 (1191) et no 559, p. 751 (1191).

222 [...] possit sua animalia pascere in parrochia Sancti Juliani de Antonegues suivis pasturalibus antiquis et deveses cart. Mag. no 176, p. 321 (1181) et d’autres formules identiques cart. Valm. reg. A f° 149r (1191), f° 152v et sq. (1183), f° 153v-154r (1185) et reg.B Divers f° 171r (1201).

223 [...] animalia totius territorii de Cessenone valeant aut possint depascere per territorium Fontis Calidis et undique sic tamen limittando quod non valeant aut possint approquinquare (sic) monasterio per mille et quingentos passifs et hoc per totum circuitum dicti monaslerii. Quos si aliquis totius territorii praesumpserit id facere, ordinamus et volumus quod possit pignorari per banderium monasterii aut quemvis aliu jure dicti monasterii. In Casale vero Vetulo seu termine qui dicitur tascharius numquam valeant aut possint depascere, cum sit devesum imperpetuum A.D. Hérault 13H1 f° 7v (1205).

224 T. Sclafert, Cultures en Haute-Provence : déboisements et pâturage au Moyen Âge, Paris, EHESS, 1959, p. 176.

225 Cart. Guill. no 245, p. 409 et no 275, p. 439 (XIIe siècle).

226 A.D. Gard H106 f° 55r 1141 et f° 68r (1203).

227 Cart. Gell. no 149, p. 127 (1079) ; cart. An. no 244, p. 371 (XIIe siècle) ; cart. Mag. no 129, p. 249 (1166) ; Teulet t. I no 196, p. 91 (1166) ; A.D. Gard H107 f° 2v (1209) ; cart. Valm. reg.B Ortes no 4 f° l14v (1210).

228 [...] de ligna autem, unum denarium cart. Béz. no 105, p. 145 (fin XIe siècle) ; unum lignum de pretio XII denariorum cart. Ag. no 198, p. 189 (1152).

229 A.D. Bouches-du-Rhône 56H4120 (1190).

230 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XVI no 157 (1171).

231 J.-L. Vernet, « Aspects de la végétation des environs de la grotte de l’Hortus (Valflaunès, Hérault), d’après l’étude des charbons de bois, à l’époque paléochrétienne », Études quaternaires, mémoire no 1, 1972, pp. 341-343.

232 J. Bonhôte et J.-L. Vernet, « La mémoire des charbonnières. Essai de reconstitution des milieux forestiers dans une vallée marquée par la métallurgie (Aston, Haute-Arièrege) », Revue forestière française, vol. 40, no 3, 1988, pp. 197-212. J.-P. Métailié et G. Jalut, sous la direction de, « La forêt charbonnée ». Histoire des forêts et impact de la métallurgie dans les Pyrénées ariégeoiscs au cours des deux derniers millénaires, rapport d’ATPPIREN Histoire de l’environnement et des phénomènes naturels, Université de Toulouse-Le Mirail-CIMA-UA 366, CNRS 1990. L. Fabre, E. Grau Almero, J.-F. Lalanne, J.-L. Vernet et A. Durand, « Charbonnières et forêt méditerranéenne à La Boissière (Hérault) », Protoindustries et histoire des forêts, Actes du colloque de Loubières, Ariège (10-13 octobre 1990), Les cahiers de l’ISARD, no 2, 1992, pp. 237-255 et L. Fabre, Le charbonnage historique de la chênaie à Quercus ilex L. en Languedoc, conséquences écologiques, Thèse de l’université de Montpellier II (Sciences et techniques du Languedoc), 1996, 2 vol.

233 Cart. Gell. no 111, p. 98 (954-986). Le Pons Carbonel de l’acte souscrit pour un bien recensé dans la villa de Fabrianicis au toponyme évocateur.

234 M. Bourin, éd., « Les formes anthroponymiques et leur évolution d’après les données du cartulaire du chapitre cathédral d’Agde (Xe siècle-1250) », Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. Études d’anthroponymie médiévale, Ière et IIe rencontres d’Azay-le-Ferron, Tours, Publications de Tuniversité de Tours et du CNRS, 1989, p. 189.

235 Cart. Nim. no 120, p. 191 (1020).

236 Cart. Guill. no 388, p. 567 (1114-1137) ; no 355, p. 547 (1126) ; no 360, p. 550 (1128) ; no 392, p. 570 (1156) ; no 393, p. 571 (1156) ; no 395, p. 572 (1157) et no 566, p. 772 (1159).

237 Cart. Gell. no 18, p. 21 (vers 1036-1046) ; no 20, p. 23 (vers 1036-1046) ; no 28, p. 30 (1060-1074) ; no 186, p. 164 (1099) et no 188, p. 165 (1107).

238 C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et d’Agde (900-1170), Thèse d’état, Université de Paris IV-Sorbonne, t. II, Portraits de familles, pp. 385-390.

239 Cart. Guill. no 245, p. 409 et no 275, p. 439 (XIIe siècle).

240 Cart. Mag. no 64, p. 129 (1137) ; Teulet t. I no 99, p. 63 (1147) ; cart. Guill. no 343, p. 535 (1165) ; A.D. Hérault G1517 (1180) ; B.N. lat.9999 no 21, f° 27v (1182) ; cart. Ag. no 346, p. 309 (1227).

Table des illustrations

Légende Tableau no28. Répartition des essences identifiées par l’anthracologie à Laval-Basse (XIIIe-XIVe siècle) en fonction des écosystèmes actuels
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Figure no55. Géologie détaillée du terroir de Saint-Victor-les-Oules
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 454k
Légende Figure no 56. Histogramme de répartition des diamètres des tiges de Calluna vulgaris (Saint-Victor-des-Oules, XIIe-XIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Figure no 57. Histogramme de répartition des âges des bois de Calluna vulgaris (Saint-Victor-des-Oules, XIIe-XIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure no 58. Histogramme de répartition des diamètres des tiges d’Erica sp. (Saint-Victor-des-Oules, XIIe-XIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Figure no 59. Histogramme de répartition des âges des bois d’Erica sp. (Saint-Victor-des-Oules, XIIe-XIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Tableau no 29. La saison d’abattage des bois enfournés à Saint-Victor-des-Oules (XIIe-XIIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende Tableau no 31. Les bois de construction usités en Languedoc (Xe-XVIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure no 60 : Restitution du diamètre minimal des bois employés dans la construction à Cabrières (XVIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Tableau no 32. Les vestiges ligneux liés à des contextes bâtis de Psalmodi (VIIIe-XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5168/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 126k

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.