Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paysages médiévaux du Languedoc

 | 
Aline Durand

Chapitre III. Le paysage végétal : Ruptures et déséquilibres (IXe-XIIIe siècle)

Texte intégral

1L’enracinement plus ferme des hommes et du parcellaire constitue l’ossature d’une appropriation ou d’une réappropriation de l’espace rural. Une autre étape mène à la construction et au remaniement du finage et des terroirs grâce à la transformation du paysage végétal. Il faut à présent en prendre la mesure en caractérisant, s’il y a lieu, les ruptures intervenues dans les structures de la végétation et du cadre végétal.

Les défrichements : chronologie et typologie végétale

  • 1 M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, 1931.

2Depuis M. Bloch1, le gonflement des terroirs à partir de l’an Mil est considéré comme l’un des signes les plus évidents de l’essor démographique et de la croissance agricole. Si la chronologie et la répartition régionale des mises en valeur sont à peu près cernées, le type, la composition et l’importance relative des formations végétales en présence demeurent encore bien trop souvent dans l’ombre. Les chartes languedociennes ne font pas exception à la règle : elles ne contiennent que peu de renseignements de ce type et ce peu a été généralement surexploité. J’ai donc emprunté d’autres voies d’approche. En effet, les attaques contre la couverture végétale représentent autant de ruptures de l’équilibre biologique de l’écosystème. Elles sont enregistrées, avec plus ou moins de précision, par l’ensemble des sources naturalistes potentielles. Décryptées, puis croisées avec les données historiques, elles restituent le film presque entier de la fièvre défricheuse médiévale.

L’interprétation médiévale du sondage pollinique de Marsillargues

Genévrier et technique de défrichement

  • 2 Cf. supra et N. Planchais, « Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléo-environnement végét (...)
  • 3 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, « Histoire agricole et phytogéographie », Annales ESC, t. 17, 196 (...)
  • 4 G. Kuhnholtz-Lordat, « La silva, le saltus et l’ager de garrigue », Annales de l’École d’agricultur (...)

3J’ai déjà très rapidement exposé la séquence de Marsillargues sur la longue durée (fig. 10 et 11). Avant de l’interpréter plus finement pour la période médiévale, je voudrais revenir sur l’une des caractéristiques du diagramme pour les niveaux historiques. En effet, les Cupressacées, notamment Juniperus sp., quasiment inexistantes avant la période carolingienne, atteignent leur plein développement durant les VIIIe-XIIIe siècles. Elles définissent ainsi la période « e » du sondage2. Or les genévriers sont avant tout des marqueurs de friches et non pas de défrichement. Pour J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie3, ils participent à l’évolution post-culturale comme arbustes préforestiers et témoignent d’une certaine ancienneté de l’abandon. Avec les cistes et les genêts d’Espagne « ils précèdent immédiatement la reconstitution de la forêt ». Protégeant les semis spontanés des véritables essences forestières, les genévriers régressent une fois formés les premiers groupements sylvestres. Si l’évolution n’est pas stoppée, le stade final à Quercus ilex est atteint. L’opinion de G. Kuhnholtz-Lordat4 à ce sujet est identique. Il considère également que les séries post-culturales auxquelles appartiennent les genévriers sont des séries progressives qui culminent dans la reconstitution d’un couvert et d’un sol forestiers. Dans un travail non publié sur les friches de la Meuse, G. Aussenac classe Juniperus communis parmi les espèces n’existant pas sur les terres régulièrement cultivées et apparaissant dans les friches. Les genévriers ne font donc pas référence à une ouverture forestière mais bien à une reconquête de la chênaie.

4Ainsi, la période « e » du sondage pollinique, qui correspond au Haut Moyen Âge et Moyen Âge central, est une période de recolonisation forestière sur des stades post-culturaux, et non une période de défrichement. La déprise culturale serait alors à son maximum pour toute la séquence. Une telle vision des choses, issue d’autorités en matière de botanique et de phytosociologie, ne peut que laisser fortement perplexe une historienne ruraliste car elle est en contradiction avec les données issues de l’exploitation des sources écrites régionales et avec les résultats archéologiques et anthracologiques. Ces deux conceptions, diamétralement opposées, sont à première vue incompatibles. Pourtant, à partir de données ethnologiques, j’ai pu proposer une explication qui a l’avantage de concilier paradoxalement friches et déforestations.

  • 5 F. Sigaut, L’agriculture et le feu. Rôle et place du feu dans les techniques de préparation du cham (...)
  • 6 T. Sclafert, Cultures en Haute-Provence : déboisements et pâturage au Moyen Age, Paris, EHESS, 1959 (...)
  • 7 G. Kuhnholtz-Lordat, La silva..., op. cit., pp. 61-62 et E. Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedo (...)
  • 8 E. Le Roy Ladurie, ibid., p. 77.
  • 9 F. Sigaut, ibid., pp. 122-123.
  • 10 G. Kuhnholtz-Lordat, ibid., et E. Le Roy Ladurie, ibid.
  • 11 G. Kuhnholtz-Lordat, ibid., p. 62.

5Elle réside dans le rôle et la place du feu dans les techniques de défrichement forestier décrites par F. Sigaut5 : abattre une parcelle boisée, brûler le bois, ensemencer le terrain une ou quelques années avant de l’abandonner de nouveau à la forêt est l’un des procédés qui, jusqu’à une date récente, a été couramment employé dans les montagnes méridionales6 et les Garrigues7. Ainsi, à Faugères, en plein XVIIIe siècle, « il s’est fait et se fait des défrichements appelés bousigues qu’on cultive ou sème un ou deux ans, puis qu’on abandonne..., car la terre travaillée est emportée par la moindre pluie, ces défrichements se faisant sur le penchant des montagnes »8. Le terme de « rompude » désigne parfois aussi cette technique particulière. Un essartage de ce type est forcément temporaire et de courte durée. Dans les Maures, au XIXe siècle, seule région méditerranéenne où des données précises sont disponibles, la durée de la période forestière serait de 15 à 20 ans, 8 à 10 ans dans le maquis, et on y faisait 4 à 5 récoltes successives9. Dans les Garrigues, on sèmerait un à trois blés10. Cette opération était suffisamment pratiquée vers 1864 pour que la production annuelle dépasse les 2 000 000 hectolitres de céréales dans le seul département du Var. Cette pratique a également l’avantage de faciliter les rejets en taillis de la chênaie d’yeuse et liège après la coupe ; après quoi, « le bois sort magnifique »11.

  • 12 Cf. infra pp. 312-323.

6Dans cette perspective, l’extension des Cupressacées enregistrée à Marsillargues est à corréler avec celle des essartages temporaires. La synchronie entre les pics de genévriers et ceux des autres marqueurs de défrichement est remarquable et accompagne le déclin global de la chênaie. Les nouveaux champs sont cultivés quelques années, puis laissés en friche. Ils sont ensuite recolonisés par la série post-culturale progressive des genévriers. Le cycle paraît trop rapide ici pour conduire au stade final de régénération forestière puisque la forêt ne progresse pas mais, au contraire, recule. Il est vraisemblable que ces terres ont été utilisées comme pâturage. Ceci bloque le processus progressif au stade du saltus de friche. Lorsque j’aborderai la manière dont est géré le paysage, un certain nombre d’indices textuels confirmeront l’existence de cette agriculture itinérante sur essartage temporaire12.

Deux phases de déforestation

  • 13 N. Planchais, Palynologie..., op. cit.

7C’est dans le courant du IXe siècle que se développe la première et la plus forte attaque médiévale de la forêt méditerranéenne (chênaie sclérophylle, yeuse ou subéraie, et chênaie pubescente). La régression de la chênaie verte s’accélère fortement et la chênaie liège disparaît complètement tandis qu’un pic important de Bruyère arborée marque l’ouverture forestière. Corrélativement, les Cupressacées (Juniperus sp.) progressent et sont à leur plus forte occurrence pour toute la séquence. Elles signalent des essartages temporaires de la subéraie et de la forêt sclérophylle suivis d’une recolonisation de type junipéraie. Au même moment, les courbes des céréales, du Noyer et de la Vigne augmentent. Le pollen de Cerealia et notamment le seigle, non figuré sur le diagramme13, atteint son plus fort taux de représentation pour tout le diagramme. L’importance des adventices (Rumex, Plantago, Chénopodes) révèle aussi la mise en culture intensive d’une partie des zones nouvellement ouvertes. Ces transformations laissent intacte la chênaie caducifoliée (Quercus s p. probablement Quercus cf. pubescens) qui, elle, au contraire, progresse. La courbe du Buis, associée à la dégradation de cette forêt marcescente, reste constante durant tout le Moyen Âge. Elle est à son apogée sur l’ensemble de la séquence.

8Au cours du Xe siècle, les Cupressacées (Juniperus sp.) diminuent notablement alors que la chênaie verte ne s’est pas reconstituée, impliquant le recul de l’ager temporaire et l’arrêt des défrichements de ce type. L’importance des oliviers et des châtaigniers (deux pics concomitants) suggère l’exploitation des sols de garrigues ou de maquis en arboriculture sèche. L’évolution de ces deux taxons durant la fin de « d » et toute la période « e » est tout à fait synchrone. La Bruyère arborée chute de façon importante, ce qui confirme l’hypothèse d’une exploitation de formations arbustives sèches, peu propices à la céréaliculture. La colonisation des terroirs s’essouffle. Les Cerealia et le cortège floristique des adventices fléchissent. L’arboriculture seule semble prépondérante durant cette période.

9À partir de l’an Mil, un nouvel essor de la Bruyère arborée se dessine. Il témoigne d’un nouveau défrichement de la silva. Parallèlement, les Cupressacées augmentent à nouveau. Les essartages définitifs et temporaires redémarrent et affectent, cette fois-ci, aussi bien la chênaie d’yeuse que la chênaie caducifoliée. En même temps, les pourcentages des céréales accompagnées du Plantain, des chénopodes, et des taxons arboricoles, Châtaignier, Olivier, Noyer, s’accroissent à nouveau.

10Au cours du XIIe siècle, les genévriers diminuent tandis que le Chêne vert et le Chêne pubescent se stabilisent à leurs valeurs minimales actuelles. Ceci indique probablement la mise en valeur de la garrigue ou du maquis formés à la suite du défrichement de la silva au cours du siècle précédent. L’Olivier et le Châtaignier restent importants. Le niveau des céréales et de la Vigne demeure à peu près constant (pratiquement le niveau actuel). Passé cette date, les taxons mésophiles, en particulier le Hêtre et le Noisetier, ne sont plus représentés.

  • 14 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, Histoire..., op. cit.

11Le tournant du XIIIe siècle marque la fin de tout défrichement forestier de grande ampleur : la silva est désormais fixée. Seule la garrigue subira encore des variations importantes à l’époque moderne. Elles sont enregistrées dans le sondage par l’importance des Cupressacées et une très brève et sporadique progression de la chênaie mixte à la fin de la période « e ». Ici les conclusions palynologiques rejoignent celles de l’histoire et de la phytogéographie conjuguées14.

  • 15 M. Zerner-Chardavoine, « Enfants et jeunes au IXe siècle. La démographie du polyptyque de Marseille (...)
  • 16 A.-J. Brutails, Étude sur la condition des populations rurales du Roussillon au Moyen Âge, Paris, I (...)
  • 17 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’église dans la province ecclésiastique de Narbonne (zone (...)

12Le diagramme pollinique de Marsillargues démontre clairement l’existence de plusieurs périodes de défrichement. L’attaque forestière la plus importante est perceptible au cours du IXe siècle. Le début du croît démographique15, l’afflux d’immigrés espagnols qui se voient attribuer des terres à coloniser par le biais du contrat d’aprisio16, le bourgeonnement de l’habitat et la floraison monastique17 sont autant de signes et de facteurs d’une croissance agricole portée par le gain de nouvelles terres. Cette première vague de colonisation est suivie d’une mise en valeur probable de garrigues et de formations arbustives silicicoles durant le Xe siècle, puis, au siècle suivant, d’une seconde phase de déforestation. Celle-ci est portée par l’augmentation du nombre d’hommes et la révolution castrale qui bouleverse et remanie le réseau du peuplement. Elle aussi est suivie d’une exploitation des zones de garrigues et de maquis et d’un investissement dans la fructiculture.

  • 18 J.-L. de Beaulieu et A. Pons, « Les peuplements peu productifs du Parc national des Cévennes », cha (...)
  • 19 N. Planchais, « Analyses polliniques du remplissage holocène de la lagune de Canet (plaine du Rouss (...)

13L’interprétation fine du sondage de Marsillargues est corroborée par d’autres séquences polliniques régionales. La première phase d’essartage carolingienne est synchrone de celle observée en Lozère par J.-L. de Beaulieu et A. Pons qui définissent le particularisme de cette région par une plus grande netteté de la phase de régénération forestière attribuable à la fin de l’Empire romain comme de la déforestation du Haut Moyen Âge (IXe-Xe siècle)18 À Canet-Saint-Nazaire, dans le Roussillon, juste avant 700 ± 70 B.P. soit au XIIIe siècle, la portée de l’action des hommes est indéniable : le recul de la chênaie mixte, de la subéraie et la disparition concomitante des essences médioméditerranéennes coïncident avec les pics de Cerealia et d’essences arboricoles, Vigne, Olivier, Châtaignier 19. À l’échelle languedocienne, un schéma d’ensemble s’ébauche fondé sur la concordance et le synchronisme des phases de ruptures forestières et de mise en valeur humaine.

Le charbon de bois : la « mémoire de la forêt »20

  • 20 La formule est de Jérôme Bonhôtre.

14Dégager un canevas à partir des analyses anthracologiques s’avère plus délicat. En effet, aucun des gisements étudiés, en dehors peut-être de Psalmodi, n’a livré une séquence stratigraphique continue en longue durée. Outre les problèmes déjà évoqués d’échantillonnage, il faut comparer des flores disparates dans le temps et dans l’espace et relier entre eux différents instantanés de l’environnement végétal. Toutefois, le tableau synthétique (tabl. 10), complété par les tableaux taxinomiques (tabl. 11), indique une tendance de fond à la dégradation de plus en plus forte des boisements médiévaux entre 800 et 1200 : les pourcentages indiquant une dégradation de la chênaie mixte sont en augmentation constante à partir des Xe-XIe siècles pour culminer aux XIIe-XIIIe siècles. Conjointement, les occurrences de taxons cultivés ou arboricoles s’accroissent pour atteindre l’acmé aux XIIe-XIVe siècles.

Les premiers marqueurs de dégradation

15Dès les IXe-Xe siècles, à Augery, les essences associées à un profil décapité de la chênaie sempervirente se singularisent de façon notable. Deux types principaux sont observés : un faciès calcifuge à Arbutus unedo et Erica arborea qui correspond aux alluvions fixées et cémentées du Quaternaire ancien de type Costière ; un faciès calcicole à Buxus sempervirens, Cistus albidus et Erica multiflora-scoparia sur alluvions marines cm fluviatiles plus récentes. La cistaie, représentée ici par le ciste blanc, s’installe à la suite des coupes ou des incendies répétés des brousses thermophiles du Rosmarino-Ericion. Le peu d’importance du Pin d’Alep qui recolonise rapidement les zones défrichées ou incendiées milite en faveur d’un essartage récent, surtout dans l’unité stratigraphique 481. Ces résultats corroborent ceux de la palynologie melgorienne qui placent au IXe siècle la première et la plus forte attaque médiévale de la chênaie verte.

Tableau 10. Evolution régressive et sociabilisation des paysages d’après d’anthracologie (IVe-XIVe siècle)

16À Psalmodi, entre les IVe et Xe siècles, le Pin d’Alep prédomine clairement à 40 %. C’est d’ailleurs l’une des caractéristiques floristiques constantes du site. Les marqueurs d’ouverture forestière sont peu nombreux. La chênaie caducifoliée est encore bien présente. D’après l’analyse pollinique, elle est peu atteinte par les premières mises en valeur médiévales. À cette époque, le terroir psalmodien est déjà défriché depuis longtemps puisque le Pin d’Alep a recolonisé les zones ouvertes et que cultures et fructicultures s’y sont installées. Cette situation incite à situer ces niveaux archéologiques juste après la fondation de l’abbaye aux VIIe-VIIIe siècles, voire au tout début du IXe siècle. Mais en l’absence d’étude fine de céramique qui offrirait une datation moins ouverte, il n’est pas exclu que l’anthracologie reflète là une situation plus ancienne, de l’Antiquité tardive. En revanche, je ne pense pas que cette première image soit plus récente. En effet, les pourcentages des deux autres structures se situent dans les mêmes fourchettes, à l’exception notable du Pin d’Alep, mais dans des occurrences légèrement différentes quant à la dynamique de certains taxons. Je les ai corrélés et placés, d’après les indications de date, postérieurement à ce repère. À ce moment là et jusqu’à la fin du XIIe siècle, les boisements caducifoliés demeurent encore importants. Il semble que la colonisation agraire se focalise principalement sur les pineraies ouvertes à Pin d’Alep : entre les VIIIe-XIIe et les Xe-XIIe siècles, le Pin d’Alep chute de 43 % à 20 % du total. Parallèlement, cultures et arboriculture augmentent de 10 % à 21-22,5 %. Les principales essences sont l’Amandier, l’Olivier, le Figuier, le Cerisier, le Noyer et la Vigne. Cette phase d’exploitation de formations arbustives sèches par l’implantation de fruitiers correspond chronologiquement à celle précédemment décrite à Marsillargues. Si le resserrement de la première datation est correct, la première phase serait également en synchronie avec le diagramme palynologique. Il n’y aurait là rien que de très logique : le monastère bénédictin est à moins de 10 km de l’étang de Mauguio.

Tableau no 11a. Les marqueurs d’ouverture forestière caractérisés par l’anthracologie (IVe-XIIe siècle)

Tableau no 11b. Les marqueurs d’ouverture forestière caractérisés par l’anthracologie (XIIe-XVIe siècle)

Au seuil de l’an Mil

17À Montagnac, dans la vallée de l’Hérault, aucune trace de culture ou de défrichement n’est observée aux Xe-XIIe siècles (1040 ± 60 soit 880-1140 A.D.). Les 38 % de dégradation rapportés sur le tableau correspondent uniquement au Noisetier. Cette essence est une recolonisatrice des chênaies ou hêtraies dégradées dans l’étage supraméditerranéen ou montagnard. Elle indique que ce boisement a déjà été éclairci antérieurement à la fin du IXe-début du Xe siècle mais que, par la suite, l’évolution a été progressive et non pas régressive. L’absence de marqueurs importants d’ouverture forestière récente et d’indices de culture signale que cette flore est postérieure aux mises en valeur carolingiennes et antérieure aux colonisations du Moyen Âge central.

  • 21 J.-P. Barry, Cartographie..., op. cit., pp. 9-13 et P. Ozenda, La végétation de la chaîne alpine da (...)

18Aux alentours du castrum des Deux-Vierges, au-dessus de Saint-Saturnin, la chênaie mixte est largement dominée par le Chêne pubescent aux Xe-XIe siècles. Bien que restant la formation principale, elle a cependant subi les attaques forestières : Buxus sempervirens, Prunus spinosa-domestica et cf. Spartium junceum évoquent un paysage ouvert de landes et de buxaies associé à un profil décapité de la chênaie pubescente. Arbutus unedo révèle que la chênaie sclérophylle est également atteinte par les déboisements. Ces défrichements paraissent éloignés : le reboisement spontané des anciennes cultures ou friches consécutives à la coupe de la chênaie pubescente commence par l’établissement d’une pelouse à Brachypodium phoenicoides. Elle est suivie de l’installation très rapide d’une brousse à Spartium junceum, cédant ensuite la place à la jeune chênaie, sans stade intermédiaire à Juniperus21. Or le Genévrier n’a pas été reconnu et l’apparition du Genêt d’Espagne, en faible proportion il est vrai, témoigne toutefois que le cycle progressif a démarré. Les conséquences directes de l’implantation d’un castrum sur le Rocher des Deux-Vierges sont indéniables et correspondent à la seconde vague de colonisation enregistrée à Marsillargues. Mais, étant donné la nature escarpée du relief, la naissance de l’habitat fortifié n’a pas entraîné la création véritable d’un terroir.

19À Lunel-Viel, au Moyen Âge central, les faciès de dégradation de la chênaie d’yeuse sont notables. Les associations principales sont une brousse épineuse à Kermès et Genévrier et une formation à Bruyère multiflore et Pin d’Alep qui se développe de préférence sur les marnes éocènes de la plaine, ce qui est ici le cas. La pineraie constitue un stade d’évolution entre le Rosmarino-Ericion et les garrigues à Kermès. Éliminant peu à peu les essences de cette alliance, le Pin d’Alep facilite ainsi le retour de la chênaie d’yeuse. Les traces de déforestations antérieures aux Xe-XIIe siècles sont donc inscrites dans le paysage des alentours de Lunel-Viel : colonisation carolingienne ou déboisements remontant à l’Antiquité tardive ? Il est impossible de trancher à ce stade de la recherche. Il faut néanmoins nuancer cette conclusion car le Pin d’Alep n’est présent que dans la seule unité stratigraphique 78. Celle-ci est beaucoup plus thermophile sur le plan écologique que l’ensemble des autres silos. La chênaie caducifoliée est elle aussi dégradée en une buxaie et un assemblage à Fruticées. À côté d’un essartage plus ancien, l’analyse anthracologique de Lunel-Viel a enregistré la conquête des terroirs du Moyen Âge central.

Les XIIe-XIIIe siècles : une surexploitation anthropique

  • 22 J’expliquerai cette absence par la suite cf. infra pp. 370-380.
  • 23 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, Histoire..., cp. cit.

20Il est clair que, passé 1100, la dégradation du paysage est maximale. Ainsi elle atteint 47 à 76 % à Saint-Victor-des-Oules où les groupements du Cisto-Lavanduletea, stades les plus avancés de dégradation de la chênaie verte, sont majoritaires dans tous les fours. Le processus régressif est en plein essor. Il faut noter toutefois à Saint-Victor l’absence du Pin d’Alep et des taxons cultivés22. La surexploitation anthropique de la silva et du saltus est ici flagrante. Partout donc, au XIIIe siècle, la chênaie mixte s’est réduite, les assemblages à Fruticées ou Arbousier se sont étendus, les taux de cultures ou d’arboriculture sont forts tant en basse-plaine (Béziers) que dans l’arrière-pays (Cassan). Cette description est identique à celle du paysage melgorien contemporain fournie par la palynologie. A partir de ce moment, le cycle progressif-régressif d’exploitation des zones de saltus intervient23.

21En Lauragais, les données quantitatives sont malheureusement insuffisantes. Les taxons signifiant une ouverture forestière sont présents dès les Xe-XIIe siècles, mais sans qu’il soit possible d’en cerner l’importance et d’en établir la chronologie. Cette déforestation ne concerne cependant que la chênaie caducifoliée. En revanche, pour le Languedoc plus oriental, la séquence anthracologique repérée se corrèle assez bien avec la trame dégagée à Marsillargues. À Psalmodi, sous réserve de l’affinement des datations, cette synchronisation est patente.

La colonisation languedocienne : géographie et répartition

22L’ampleur des transformations qui affectent l’espace rural est telle qu’elle a laissé des traces dans les actes de la pratique courante et dans la dénomination des terroirs. Ces archives éclairent la dimension géographique et géomorphologique de l’occupation du sol.

La microtoponymie : une dimension cartographique

La méthode et sa fiabilité

  • 24 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, Histoire..., op. cit.
  • 25 A. Deléage, La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le Haut Moyen Âge, Mâcon, Protat Frèr (...)
  • 26 Cf. infra chapitre suivant.

23Comme le XIIIe siècle marque la fin de toute attaque forestière de grande ampleur, le relevé des microtoponymes témoignant d’un recul de la silva a toutes les chances de localiser de façon précise les principaux fronts de colonisation aux XIe-XIIe siècles. Au cas où les formes relevées s’apparenteraient plus à l’époque moderne ou contemporaine qu’au Moyen Âge, le cycle végétal séculaire dégagé pour la Vaunage24 montre qu’une même garrigue a été à plusieurs reprises intégrée aux terroirs culturaux, puis abandonnée selon des processus similaires. Il est bien évident que le point de départ du phénomène reprend un état plus ancien faisant directement référence au Moyen Âge. Il y a là une permanence très intéressante des zones de saltus sur la longue durée susceptible de retracer celle des périodes antérieures. D’autres études, pyrénéennes en particulier, faisant appel à la toponymie croisée avec d’autres sources d’informations attestent de la pertinence de la méthode pour appréhender les essartages médiévaux25. Pour terminer, j’annoncerai par anticipation que la cartographie obtenue corrobore point par point celle offerte par l’étude de la construction des terroirs à partir des textes et de l’anthracologie26.

24Tous les termes faisant directement référence à une ouverture forestière, qu’elle soit définitive ou provisoire, ont été pris en considération : rompude, bousigue, artigue, essart et ses dérivés, issart, issert, sart etc. Afin de préciser l’étendue de la couverture forestière médiévale et de mieux cerner l’importance des défrichements, les boisements individualisés dans les actes par une dénomination propre ou par un confront et localisés de manière suffisamment précise ont également été portés sur la carte.

Plusieurs fronts pionniers

25L’offensive forestière médiévale se développe dans trois secteurs privilégiés nettement caractérisés par la carte (fig. 40). En premier lieu, le front de colonisation porte sur les basses terrasses fluviatiles du Quaternaire récent, immédiatement au-dessus des zones inondables ombragées par la ripisylve. Le second secteur est représenté par les soubergues, c’est-à-dire les concrétions villafranchiennes décarbonatées du glacis biterrois et les premières avancées en plaine du système collinéen sous forme de puechs isolés. C’est le domaine de la chênaie mixte. La dernière zone est celle des rebords des grands reliefs régionaux. Ce sont les reliefs tabulaires des Garrigues montpelliéraines, de la montagne de la Moure, du Causse d’Aumelas et de Pompignan ; plus haut, la bordure méridionale de l’Espinouse et de l’Escandorgue et, plus haut encore, les pentes des hautes vallées montagnardes comme l’Hérault ou l’Arre. La chênaie mixte s’y rencontre encore, mais vers le nord, c’est l’aire du seul Quercus pubescens. Les deux premiers secteurs se localisent surtout dans la basse-plaine et les deux derniers plutôt dans l’arrière-pays. Là, les hommes s’attaquent surtout aux vallées formées de roches tertiaires meubles, argilo-sableuses ou marneuses, plus propices aux cultures. Ils laissent le plus souvent de côté les massifs de calcaire compact secondaire à terra rossa, ou alors n’en colonisent que les franges, le piémont.

  • 27 Cart. An. no 253, p. 378 (972).
  • 28 Cart. An. no 269, p. 395 (1094-1115) et 270, p. 395 (1094-1115).
  • 29 Cart. Gell. no 174, p. 155 (984-991) ; no 173, p. 154 (999) ; no 5, p. 7 (vers 1005) et no 82, p. 7 (...)
  • 30 Bull. Mag. no 14, p. 29 (1116) et cart. Mag. no 99, p. 193 (1157).
  • 31 H.G.L., t. II, no 122, col. 251 (844) et A.D. Gard H106 f° 3v (909), f° 199v (1054) et f° 24r (1125 (...)
  • 32 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 171-173.

26Les rompudes de Villeneuve-lès-Béziers, à côté d’un méandre de l’ancien lit de l’Orb, et de Sérignan, non loin de la mer, sont représentatives du premier groupe. Toutes deux voisinent avec des tènements Condamines. À Lézignan-la-Cèbe, le Camp romput est dans le lit de l’Hérault. Plus à l’est, à Saint-Just, le passage des Sardes jouxte un lieu-dit Les Boscs le long du Dardaillon. À Vestric-et-Candiac, la rompude se situe non loin du Vistre. Dans l’arrière-pays aussi, les bords de rivière sont gagnés aux cultures comme à Saint-Jean-de-Fos où les Issarts jouxtent un Bosc mal qui longe l’Hérault. Jusque vers Tan Mil, ces rivages sont largement couverts d’une ripisylve encore dense. En témoignent les boisements médiévaux de plaine authentifiés par les textes : mata pedulio... usque in medio fluvio Araor vers Gignac27, la silva Zianici près du Puech Augé entre Canet et Nébian28, le bois dépendant du manse de Rovoria aujourd’hui les Roubes à Saint-André-de-Sangonis29, la forêt des Aresquiers à Frontignan30, l’ancienne silva Pineta faisant partie de la grande silva Godesca entre Aigues-Mortes et Saint-Gilles31, etc. L’intégration dans l’espace agricole des berges de cours d’eau, des étangs ou des marais, est l’un des bouleversements majeurs de l’histoire des terroirs bas-languedociens médiévaux. Pour M. Bourin, c’est l’un des signes les plus manifestes d’une nouvelle forme de croissance agraire32. L’étendue actuelle des cultures prouve que cette intégration est définitive.

27Dans le second groupe se rangent toutes les attaques contre le glacis villafranchien biterrois : le rec d’Ourtigue à Libouriac et la bouzigue de Villepassans. S’y rangent aussi toutes celles contre les puechs préfigurant les massifs de garrigues, telles les rompudes de Saint-Hilaire-de-Beauvoir et de Boisseron dans la moyenne vallée du Vidourle. D’autres essartent des buttes de bassin sédimentaire comme l’Issart de Saint-Martin-de-Londres. Toutes marquent la colonisation de petites éminences de plaine ou de bassin. Elles ne se sont généralement pas maintenues dans l’ager puisqu’aujourd’hui nombre d’entre elles sont couvertes de boisements. Ce sont des défrichements de type intercalaire, ceux qui touchent des terrains difficiles et ingrats laissés pour compte au milieu d’un terroir agricole déjà bien organisé et exploité.

Figure no 40. Les fronts pionniers de colonisation (finXe-XII siècle)

  • 33 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutations d’une s (...)

28La troisième catégorie est la mieux représentée. Toute une série presque continue d’artigues, issarts, rompudes et bouzigues matérialise le front pionnier qui entre Orb et Hérault marque la déforestation de la frange montagnarde des contreforts du Massif central (zone limite des étages supra-et mésoméditerranéen). Tout le pourtour du Causse d’Aumelas est gagné sur l’inculte (Rompudes de Saint-Bauzille-de-laSylve, Vendémian, Murviel-lès-Montpellier et Pignan, l’Issart de Valmalle). La montagne de la Gardiole est elle aussi colonisée (Rompudes de Gigean et Mireval, Roque d’Artigue à Fabrègues). Dans les reliefs tabulaires, grâce aux failles ou aux sillons qui dissèquent les plateaux et les accidents tectoniques en bassins meubles facilitant la circulation, les hommes s’élancent à l’assaut des piémonts, comme à La Boissière, Argelliers, Vailhauquès ou à Brouzet-lès-Quissac. Enfin, dans la partie septentrionale de la région étudiée, les hautes vallées de l’Hérault, du Vidourle ou du Gardon (Rompudes de Sauve, Issart de Saint-Laurentdu-Minier, rec d’Ourtigès à Bréau-et-Salagosse) sont colonisées. La conquête des versants et des piémonts en lisière de plateaux fait éclater le cadre du paysage traditionnel hors des vallées ou du plat pays. L’expansion de l’ager à la lisière des massifs montagneux n’a été que provisoire : aujourd’hui, c’est la garrigue ou la forêt qui s’étendent sur les artigues, essarts ou bouzigues médiévales. La cartographie des boisements médiévaux du Causse d’Aumelas donne toute la mesure du phénomène. Cette dilatation de l’ager, parfaitement représentative de la pression démographique des XIe-XIIe siècles, pousse les hommes toujours plus haut. Comme en Catalogne33, l’aménagement des pentes est capital dans le processus de construction du paysage languedocien médiéval.

29La cartographie des microtoponymes révèle trois secteurs privilégiés d’offensive forestière : les terrasses alluviales quaternaires bordant les cours d’eau, les puechs isolés ou les soubergues et enfin les piémonts des reliefs régionaux. Cette typologie géographique, qui sera confirmée au chapitre suivant, est-elle perceptible dans la documentation écrite ?

Des témoignages écrits convergents

  • 34 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 94-96. A. Parodi, C. Raynaud et J.-M. Roger, «  (...)
  • 35 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., pp. 200-202.

30La fécondité de l’approche microtoponymique ne trouve malheureusement que peu d’écho au fil des cartulaires. Les mentions explicites de déforestation, de contrat de colonisation, de rompude ne sont guère présentes. Cette lacune, irrémédiable, a souvent conduit archéologues et historiens à considérer les défrichements de la fin du Haut Moyen Âge et du Moyen Âge central comme des faits ponctuels ou médiocres34, ou bien à ériger le Xe siècle comme la clef de voûte de la croissance35. Les indices existent : rares, ténus, indirects, ils corroborent modestement l’apport des autres sources.

Des parcelles aux franges des terroirs

31Parmi les traces possibles d’essartage se rangent les parcelles qui confrontent la garrigue et qui, de ce fait, sont en limite d’ager. Peu nombreuses, elles sont très difficiles à situer dans le temps car elles n’apparaissent qu’après avoir été gagnées sur l’inculte, lorsqu’elles sont taxées par la seigneurie. Elles pourraient jouxter une partie du terroir volontairement laissée en friche. Ce n’est pas le cas : la garriga est juridiquement régie de la même manière que la silva sur laquelle pèsent les droits d’usage ; elle forme une entité spécifique. Il faut remarquer que la langue médiévale désigne l’abandon ou la friche volontaire par des termes spécifiques : terra vacua (voire absa), aussedates... Centré sur la seconde moitié du XIIe siècle, le cartulaire cistercien de Valmagne montre que la garrigue est d’abord et avant tout une partie du saltus.

  • 36 Cart. Nim. no 28, p. 52 (926).
  • 37 Cart. Nim. no 83, p. 134 (947-986).
  • 38 M. Bourin-Derruau, Villages...οp. cit., t.1, p. 95.

32L’une des premières parcelles excentrées en marge du terroir concerne la Vaunage. En 926, à Congéniès, au lieu-dit Genested au nom évocateur, un champ de vastes dimensions (128 dextres de long sur 40 dextres de large des deux côtés) jouxte une terre, une estrade (voie) publique et la garrigue sur deux côtés36. Cette grande pièce cultivée a vraisemblablement inscrit dans le paysage la marque des premiers défrichements carolingiens. En Uzège, un peu plus tard, à Montignargues et Saint-Geniès-en-Malgoirès, une vigne confronte deux autres vignes, une estrade publique et, sur un côté seulement, la garrigue37. Les dimensions de la parcelle, 108 et 119 dextres de long sur 48 et 3 dextres de large dessinent un vaste trapèze épousant le relief pentu du lieu-dit Mont Loup. Le vignoble s’arrête probablement au pied ou tout au plus au flanc du coteau, montrant que la mise en valeur n’a pas encore conquis l’espace vierge du sommet envahi par la garrigue. Le dernier exemple du Xe siècle a déjà été traité38 : c’est celui des manses de Savoie Vieille à Vendrès dont plusieurs parcelles confrontent la garrigue en 969. Ce cas pose un problème chronologique : M. Bourin-Derruau y voit la marque de défrichements limités au Xe siècle. Effectivement, comme le montre la bioarchéologie, les essartages forestiers s’arrêtent entre le IXe et l’an Mil, mais il est fort possible qu’ici ou là, quelques mises en valeur excentrées par rapport à la trame chronologique aient eu lieu. D’après le canevas chronologique précédemment dégagé, j’interpréterai Savoie Vieille comme un exemple de l’exploitation des garrigues et des zones de saltus qui s’intercale entre les deux vagues de déforestation.

  • 39 Cart. Nim. no 133, pp. 213-214 (1043-1060) et no 184, p. 297 (1060-1108).
  • 40 Cart. Nim. no 115, p. 183.
  • 41 Cart. Béz. no 77, p. 97 (1069).
  • 42 Cart. Valm. reg. B Vairac f° 140r (fin XIIe siècle), 145r (1153), reg. B Font-Mars no 8 (1198), no  (...)

33Les actes se taisent ensuite jusque vers 1040-1060, moment où les confronts de garrigue réapparaissent puis se multiplient jusque dans la deuxième moitié du XIIe siècle39. Ils enregistrent ainsi les mises en valeur de la seconde vague de défrichement qui débute vers l’an Mil. En Uzège, toujours à Montignargues, en 1016, une pièce cultivée jouxte trois autres terres et une garrigue. C’est un rectangle allongé de 42 et 40 dextres de long sur 10 et 11 dextres de large40. À Valras, en 1069, l’une d’entre elles est toute proche de maieuls, signe d’un terroir viticole tout jeune41. Au XIIe siècle, elles deviennent innombrables, surtout passé 1150 avec l’éclairage qu’offrent les archives de Valmagne sur le secteur des massifs de garrigues resté jusque là presqu’entièrement dans l’ombre42. Au total, l’apport des chartes sur le domaine spécifique des confronts de garrigues, s’il est réel parce qu’il révèle l’existence de parcelles récentes, reste d’une interprétation délicate, notamment sur le plan chronologique.

Les artigues languedociennes : le gain à la culture de petites éminences de plaine

  • 43 C. Higounet, Les « artigues » des vallées luchonaises...op. cit. et Les artigues du Midi de la Fran (...)

34Dans son étude sur les artigues du sud de la France, C. Higounet écrit « qu’avec les Pays audois, on aborde les dernières avancées du phénomène en direction de l’Est-Nord-Est. Une douzaine d’Artigue, Artigues se rencontrent dans le département, quasiment tous concentrés dans la haute vallée de l’Aude ou dans l’arrière-pays du Carcassès et du Minervois. Puis l’Hérault n’en connaît que quatre (dont un Artix), en voie d’oubli, et le Gard, sous réserve d’un nouvel inventaire, un seul »43. Le dépouillement plus exhaustif des actes languedociens lui donne raison : cinq artigues seulement sur plus de 5 000 documents consultés.

  • 44 Cart. An. no 47 p. 189 (1040-1067).
  • 45 P. Bonnassie, « La croissance agricole du Haut Moyen Âge dans la Gaule du Midi et le Nord-Est de la (...)

35La plus ancienne est celle du terroir de Sauvian : ipsas artigas que hommes laborant cum aixatas a brada sua44. Chronologiquement, elle correspond à la seconde phase de déforestation qui débute vers l’an Mil. Elle doit se situer aux confins de l’ager ainsi que paraît l’indiquer la citation textuelle qui rejette les artigas à l’extrême fin du censier, après l’énumération de toutes les terres cultivées sur lesquelles pèse le decimum dû à l’Église. Le lieu-dit La Garrigue, justement en limite communale, et dont le parcellaire est relativement régulier pourrait éventuellement correspondre à cette artigue. Elle n’a laissé aucune autre trace avérée ni dans la toponymie ni dans le paysage. Le finage du village comprend aussi une condamine au bord de l’Orb. J’expliquerai par la suite que le terme révèle la conquête des rivages au XIe siècle. Le censier recèle une information technique capitale sur l’exploitation de ces terres nouvelles : elles sont travaillées à la houe, l’asciata, aissada ou aisade. P. Bonnassie fait des houes, bêches et haches, les outils privilégiés du défrichement au bord de la Méditerrannée45. L’utilisation d’outils à bras n’est pas étonnante pour des terres pentues ou d’accès malcommode dont il faut éradiquer les souches. Elle s’accorde également bien avec un essartage individuel : hormis quelques alleutiers privilégiés ou quelques coqs de village enrichis, la majorité des paysans languedociens ne devait pas posséder d’araire en leur nom propre, tout au plus en association avec leurs voisins.

  • 46 [...] campus de Artigis cum garrigiis A.D. Bouches-du-Rhône 56H4340 (1186) et A.D. Hérault G472 (11 (...)
  • 47 L’étymologie donnée par F.R. Hamlin pour les deux Ourtigues de Gabian et Libouriac est erronée F.R. (...)
  • 48 C. Higounet, Les artigues du Midi..., op. cit.
  • 49 A.D. Bouches-du-Rhône 56H4340 (1186).

36Les quatre autres artigues inventoriées concernent toutes le terroir de Libouriac sur la commune de Béziers. Elles donnent leur nom à un tènement et à un champ46. Elles ont perduré jusqu’à nos jours sous la forme rec d’Ourtigues47, ruisseau au pied d’un puech jouxtant la Garrigue de Saint-Jean de Libron. L’artigue de Libouriac est tout à fait représentative de l’attaque des soubergues qui fait reculer ou disparaître les derniers boisements importants de la basse-plaine, en l’occurrence ceux du glacis biterrois. Elle s’apparente au second type d’artigue caractérisé par C. Higounet, celui des « semis de quartiers ou de parcelles associés ou non à un habitat isolé »48. Bien qu’elle n’apparaisse qu’à la fin du XIIe siècle dans la documentation, je la crois plus ancienne puisque, vers 1186-1193, elle est déjà bien intégrée dans l’ager. En effet des champs y sont cultivés et soumis à la tasque49. Je la ferais remonter à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle : elle serait alors logiquement contemporaine de la seconde offensive forestière. Les Ourtigues de Gabian, quoiqu’ignorées des textes, se rattachent à ce modèle d’artigues défrichant les petites éminences de la plaine si bien cartographiées par la microtoponymie.

  • 50 C. Higounet, Les artigues du Midi, op. cit
  • 51 E. Le Roy Ladurie, Les paysans..., op. cit., p. 77 et 196-199 et F. Sigaut, L’agriculture..., op. c (...)
  • 52 F. Sigaut, ibid., p. 178.

37C. Higounet classe les semis d’artigues parmi les parcelles de défrichements individuels, s’opposant en cela aux grandes entreprises collectives dirigées. Les cas languedociens correspondent à cette définition : essartage à la houe, absence de contrat planificateur, gain à la culture de petits reliefs... Il pense que ces parcelles ne sont cultivées que temporairement50. Je n’ai pas le sentiment que ce soit le cas en Languedoc car les artigues sont considérées comme faisant partie de l’ager de plaine et rangées parmi les parcelles cultivées. D’après l’étymologie et les études modernes, ce sont les rompudes ou les bouzigues qui jouent ce rôle de cultures de courte durée gagnées provisoirement sur le penchant des montagnes et abandonnées une fois la terre épuisée51. Bouzigue désignerait plus spécifiquement l’écobuage52.

Les manses : à la conquête des marais et des versants

38J’ai précédemment montré que l’apparition d’écarts était le corollaire de la naissance d’un habitat concentré, notamment dans les reliefs ou le littoral marécageux. La création de ces habitats intercalaires est sans doute l’un des marqueurs de défrichement les plus constants et les plus apparents. La courbe (fig. 29 et 30), toujours ascendante, de leur apparition dans la documentation évolue de façon symétrique et opposée à celle, décroissante, du Chêne vert dans le diagramme pollinique de Marsillargues. La géographie du phénomène recoupe très exactement celle des fronts de colonisation révélée par la microtoponymie. Pour construire cette carte, les manses ont été classés en fonction de leur situation et du type d’exploitation pratiquée lorsqu’il est connu soit au travers même de leur dénomination, soit dans l’énumération de leurs parties constitutives. Seuls les manses postérieurs à 970 dont la localisation et la datation sont incontestables, c’est-à-dire, en général, les manses individualisés par une dénomination propre, ont été pris en considération (fig. 41).

39En premier lieu, la carte visualise aux XIe-XIIe siècles la délimitation exacte de l’aire de maintien du manse au sens traditionnel du terme. La zone où il demeure la pierre angulaire de la seigneurie est l’arrière-pays et les palus littoraux. Hormis la moyenne vallée de l’Hérault jusqu’à la hauteur de Cazouls-d’Hérault-Montagnac et quelques avancées dans les bassins du Lez et de la Mosson, le domaine d’élection du manse reste les reliefs : Garrigues montpelliéraine et nîmoise, Causse d’Aumelas prolongé par l’épine de la Moure, Causse du Larzac, Massifs de la Sérane et de l’Espinouse... Trois types de localisation sont privilégiés : une situation de plaine, bassin ou basse terrasse, au bord des cours d’eau ou des marais littoraux ; un établissement en replat ou puech ; et, pour finir, une implantation de versant ou de haut de vallée. Un bref comptage de la distribution par siècle des types d’implantation montre l’inversion du rapport entre les sites bas, prépondérants jusque vers l’an Mil, et les sites de hauteur, peu nombreux jusqu’à cette date (fig. 42). La distorsion est maximale entre 1050 et 1100, alors qu’au seuil du XIIe siècle, le rapport entre les trois types redevient constant. La seconde moitié du XIe siècle est décisive : le cadre traditionnel de la vallée éclate au profit de la conquête des versants et des coteaux lors de la seconde vague de déforestation. Dans les reliefs, le mouvement d’ensemble de la colonisation est un mouvement globalement ascendant. L’implantation de nouveaux manses en suit très fidèlement le cours. La naissance de nouvelles cellules rurales, toujours plus haut, suit la rétraction progressive du couvert forestier.

Figure no 41. L’implantation des nouveaux manses (fin Xe-ΧΙIe siècle)

Figure no 42. Distribution des nouveaux sites de manses par siècle (fin Xe-XIIe siècle)

  • 53 La villa est mentionnée à plusieurs reprises cart. An. no 55, p. 195 (830-838), no 335, p. 447 (830 (...)
  • 54 Cart. An. no 147, p. 287 (1016-1029) et 148, p. 288 (1016-1029).
  • 55 Les ferriers ont été retrouvés par J.-F. Lalanne sans aucun doute possible (communication orale).
  • 56 Manse de la Bue, d’Agrès, de Valle Lobeira cart. An. no 326, p. 443 (1204) et no 322, p. 440 (1205)
  • 57 Cart. An. no 168, p. 304 (1094-1108) ; no 60, p. 200 (1094-1114) ; no 109, p. 251 (avant 1100) ; no(...)

40Quelques exemples sont significatifs. Voici dans la Garrigue nord-montpelliéraine le bassin de La Boissière. Il est occupé dès la période carolingienne par deux ville, Bernargues sur un puech verrouillant le passage du Gassac au nord-ouest, et la villa Valeriano qui serait sur le tènement actuel de Brugas53. Toutes deux laissent intacts les plateaux secondaires. Le nouvel espace rural de Tan Mil s’organise autour de La Boissière et Camplong aux noms évocateurs. À La Boissière où convergent les voies de communication se tient un marché54. Si la forge mentionnée dans le même acte est logiquement sur le relief tabulaire55, l’habitat du XIe siècle demeure encore dans la vallée. Au XIIe siècle, tout change. Les franges de l’ager ont été repoussées en limite de crête. Les piémonts et les plateaux eux-mêmes se couvrent d’un habitat dispersé56. Tous les manses sont au-dessus des 200 m et en limite de la forêt actuelle. Si la documentation a certainement enregistré avec retard cet état de fait – le temps que les manses soient pris dans les rets seigneuriaux –, elle fait néanmoins apparaître l’expansion des terroirs jusque sur les reliefs. Un autre exemple fait intervenir le phénomène castrai dans le bassin tout proche de Vailhauquès (fig. 43). Le castrum éponyme domine toute la vallée. Il date de 1066-1089 (tabl. 8). Dès la fin duXIe siècle, la conquête des pentes est plus qu’avancée grâce à un semis intercalaire : le manse de la Rouvière jouxte un tènement Rompudes ; celui de Montlobre s’étend au sud vers le bois du même nom ; celui de Bancel, non localisé, évoque par son appellation les terrasses de culture57. Tous trois marquent l’intégration des versants dans l’espace agraire.

Figure no 43. L’occupation du sol dans le bassin de Vailhauquès (XIe siècle)

Puéchaut et le Lac Baladou : la colonisation pastorale des plateaux et montagnes

  • 58 Cart. An. no 147, p. 287 (996-1031) ; no 148, p. 288 (996-1031) ; no 149, p. 289 (996-1031) ; no 14 (...)
  • 59 Cart. An. no 147, p. 287 ; no 148, p. 288 ; no 149, p. 289.
  • 60 Cart. An dipl. no 7, p. 52 (820) et no 11, p. 58 (852) pour les plus anciennes mentions.

41Dans la première moitié du XIe siècle, cinq actes du cartulaire d’Aniane font état d’un groupe de maisons à Puéchaut qu’ils qualifient collectivement de bastida58. D’après la localisation médiévale la plus précise, les habitations se situent in comitatu Substancionense, in terminium de villa que vocant Comaiachas. Combejagues correspond aujourd’hui au mas de Cournon et à la chapelle Saint-Jean sur la commune d’Argelliers dans la zone des Garrigues montpelliéraines (fig. 44). Mais la plupart du temps, les scribes hésitent entre le terminium des ville d’Argelliers et de Combejagues. Je verrai volontiers dans ce flottement le signe d’un remaniement récent de la maille des terminia. Dans ce secteur, l’heure est à l’offensive contre la forêt : Argelliers, mentionné, comme Puéchaut, pour la première fois en 1016-103059, est au cœur d’une clairière de défrichement ainsi que l’attestent la couronne de phytonymes et le tènement Rompude (fig. 44). C’est un village-rue dont le parcellaire proche s’organise le long de Taxe des maisons en découpant le terroir en parts grossièrement égales. La morphologie d’ensemble n’est pas sans rappeler ces plans en arête de poisson si typiques des défrichements médiévaux. Le territoire du village neuf d’Argelliers aurait très bien pu être démembré au nord sur celui de l’antique villa de Combejagues, vieille possession carolingienne d’Aniane60. Le souvenir de Puéchaut, qui actuellement n’est porté ni sur les cartes, ni sur le cadastre, s’est conservé dans la mémoire orale. Les archives modernes, complétées par les renseignements médiévaux, circonscrivent Puéchaut sur le plateau au nord-ouest d’Argelliers, à la limite des terres entre Argelliers et Puéchabon (fig. 44). L’ancienne « carrière » joignant le mas de Cournon à la vallée de la Boissière passe à proximité. Ce chemin est ancien et remonte vraisemblablement à la Protohistoire puisque des dolmens jalonnent son parcours. Il a été repris par une voie romaine, comme en témoignent l’appellation médiévale via publica et le tracé rectiligne nord-sud qui évite le nouvel habitat d’Argelliers. Un poste de garde, Les Gardies, montre que la voie est sans doute toujours en activité à l’époque féodale.

  • 61 H.G.L., t. III, col. 247, 255, 268 et ibid. t. IV, p. 401.
  • 62 Cart. An. no 146, p. 286 (1031-1060).

42Dans les trois premiers actes datés de 996-1030, Frédelon, évêque du Puy, rejeton de l’illustre lignage des Anduze-Sauve, fils de Bernard Pelet, fait don à l’abbaye d’Aniane du lieu herme de Puéchaut. Il occupe le siège épiscopal d’environ 1016 à 1029 au moins61, ce qui resserre d’autant la datation des actes. La cession est faite ut ipse abbas et monachi de Aniano faciant ibi mansiones et curtes ad jumenta sua alenda et ad pecora alenda. L’implantation d’un nouvel habitat a pour objectif d’exploiter l’inculte, garrigue ou boisement, à des fins pastorales. Apparemment, la colonisation est prévue pour être définitive et non pas saisonnière. Ceci suppose un pâturage continu tout au long de l’année d’où la transhumance estivale est exclue. Cette dernière observation est tout à fait intéressante d’un point de vue écologique car aujourd’hui la végétation est plus xérophile. Les redevances ultérieures en moltones primos confirment que le cheptel est principalement constitué d’ovins et de bêtes de somme62. Les actes stipulent aux colons que omnia quicquid ibi edificaverint vel quisquis laboraverint, omnia in communia monacorum fiat sine blandimento de nullo homini. Cette interdiction ressemble fort à un contrat d’essartage. Dans ces conditions, on souhaiterait savoir ce qui a pu attirer les hommes dans cet endroit excentré. Les textes suivants apportent peut-être une réponse à cette question : les redevances acquittées dans le second tiers du XIe siècle sont relativement faibles (hébergement de 10 cavaliers une fois l’an hors grandes fêtes, paiement en têtes de bétail, cens en argent) si elles pèsent, autant qu’on puisse en juger, sur l’ensemble et non pas sur chacune des mansiones.

Figure no 44. Localisation de la bastide de Puéchaut

  • 63 Cart. An. no 144, p. 284 (1036-1060).
  • 64 P. Bonnassie, La croissance..., op. cit.
  • 65 Cart. An. no 146, p. 286 (1031-1060).
  • 66 Cart. An. no 144, p. 284 (1036-1060).
  • 67 [...] usque ad terminium de bastida de laco Balandone cart. An. no 149, p. 289 (1016-1031).

43La fondation prospère rapidement puisque, moins d’un demi-siècle plus tard, jardins et plantiers entourent bâtiments et bastides63. Cette réussite suscite les convoitises : une controverse oppose l’abbé Pons I d’Aniane à Bremundus et à son fils, Pierre. À Puéchaut, chaque unité d’exploitation, chaque mansio, correspond à une cellule familiale étroite constituée d’un couple et de ses enfants. Pour la Catalogne carolingienne, P. Bonnassie souligne qu’« à l’origine du défrichement, on trouve manifestement la famille de type conjugal »64. Il élargit cette remarque à la Gaule du sud. Dans l’acte de déguerpissement d’Ermengaud des Deux Vierges, trois colons, leurs épouses et leurs enfants habitent sur place65. Dans celui de Bremundus, trois autres sont mentionnés66. Mais dans les deux documents, le nombre de maisons est identique : trois. La datation des deux actes étant large, il se peut que deux générations différentes des mêmes lignées familiales soient représentées. Quoi qu’il en soit, au milieu du XIe siècle, trois familles au minimum, soit une quinzaine de personnes, se sont installées dans un lieu à l’origine herme. Elles ne font pas figure de pionniers totalement coupés du monde : le territoire de la bastide du lac Balandon ou Baladou, qui apparaît en filigrane dans l’acte de 1016-103067, confronte celui de Puéchaut et répond à ce profil particulier des habitats intercalaires colonisant les plateaux. Le lacus de Balandon doit être interprété plutôt comme une lavagne, ce qui s’accorde bien avec le contexte pastoral. Au milieu du XIIe siècle, le hameau existe toujours. C’est probablement la décrue démographique du Bas Moyen Âge qui entraîne la disparition de ces maisons isolées destinées à exploiter le saltus.

  • 68 [...] illam scilicet bastidam que est apud Montana Ozilonis et apellatur Speronis cart. Gell. no 39 (...)
  • 69 [...] bastidam de Gras, bastidam de Barron... et bastidam Poncii Sarpelli au diocèse d’Uzès B.N., D (...)
  • 70 C. Higounet, « La frange orientale des bastides », Annales du Midi, t. 61, 1949, pp. 359-367.
  • 71 N. Coulet, « La naissance de la bastide provençale », Géographie historique du village et de la mai (...)
  • 72 R. Comba, Metamorfosi di un paesaggio rurale. Uomini e luoghi del Piemonte sud-occidentale fra X e (...)
  • 73 M. Fixot, « La construction de châteaux dans la campagne d’Apt et de Pélissanne du XIe au XIIIe siè (...)

44Le terme de bastida pour qualifier ces habitats est exceptionnel. Je ne connais qu’une seule autre référence languedocienne du XIe siècle, à l’Aigoual, où le site est aussi un centre d’exploitation montagnard, probablement pastoral68. Le mot ne réappararaît plus avant le début du XIIIe siècle69. Il continue donc à désigner un habitat dispersé. Il intrigue d’autant plus qu’il est employé au singulier pour le Lac Baladon et au pluriel pour Puéchaut. Dans le Sud-Ouest, les fondations de bastides sont circonscrites du Traité de Meaux-Paris (1229) au début de la Guerre de Cent ans70 et s’accompagnent de l’octroi de franchises : ce sont des villes neuves répondant à des impératifs plus politiques qu’économiques. Puéchaut et les autres « bastides » languedociennes ne répondent pas à ces critères. En Provence, N. Coulet71 a démontré que les origines de bastida ou bastita remontent aux alentours de 1230, un demi-siècle après les premières mentions relevées dans le pays de Cuneo par R. Comba72. Le terme appartient sans conteste au registre militaire et désigne des ouvrages de défense isolés. L’archéologie le confirme, comme à Pélissanne, où M. Fixot a retrouvé les restes de la bastidam de Penna (1246) qui se réduit à un gros donjon perché sur une arête calcaire73. Dans la documentation provençale, tour et bastide sont souvent synonymes (turris sive bastida). Certaines donnent naissance à un village au toponyme significatif. Mais toutes constituent le coeur d’une exploitation rurale seigneuriale où l’orientation pastorale est primordiale et sont un instrument de structuration du terroir aux marges du finage villageois. Elles comprennent souvent des curtes -terme identique pour Puéchaut- qui sont des enclos, généralement de pierre sèche, utilisés pour parquer le bétail. Prenant appui sur la conquête des sols, les bastides provençales concrétisent un pouvoir, militairement et symboliquement représenté par la construction de la tour. Cette définition se rapproche beaucoup des éléments languedociens. Qu’en est-il exactement ?

  • 74 A. Cablat, « Les habitats de pierres sèches de l’Hérault. Quelques aspects de la vie rurale au Moye (...)
  • 75 A. Cablat, communication orale à L. Schneider.
  • 76 L. Schneider, communication orale.
  • 77 C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés (...)
  • 78 C. Duhamel-Amado, ibid.
  • 79 N. Coulet, La bastide..., op. cit.

45Les prospections archéologiques effectuées par A. Cablat74 avaient dans un premier temps parfaitement corroboré l’interprétation provençale. En effet, l’auteur pensait avoir repéré sur le terrain la fameuse bastida de Puéchaut : une construction rectangulaire de pierre sèche de 25 m sur 30 m flanquée de quatre tourelles aux angles qui rappellerait une demeure fortifiée. Avec le recul, aujourd’hui, il juge l’identification trop rapide car les tourelles seraient en fait des capitelles75. D’autres prospections conduites par L. Schneider n’ont pas donné plus de résultats76. Le dossier de textes apporte quelques précisions sur la présence militaire et seigneuriale. Puéchaut est le seul exemple connu d’une mise en valeur autoritaire et précoce de la part d’une seigneurie. Ici, l’abbaye d’Aniane paraît s’être associée à d’importants personnages laïcs pour mener à bien l’entreprise. En effet, Guilhem, fils d’Ermengaud des Deux-Vierges, fondateur de la lignée castrale des Deux-Vierges77, restitue les « bastides » à l’abbaye d’Aniane en 1036-1060, soit une quarantaine d’années au plus après leur création. Bien que l’origine de la dotation ne soit pas explicitée, elle a vraisemblablement échu à Guilhem par héritage. L’importance du partenaire « se mesure à l’albergue de dix cavaliers qu’il se réserve »78. L’aristocratie laïque régionale, les Anduze et les Deux-Vierges, est à l’origine de l’implantation des bastides. Les garants, eux aussi d’origine nobiliaire, appartiennent d’ailleurs à leur entourage immédiat avec Erachleus de Sancto Petro au prénom antique rare, Bremundus fils de Bernard Pelet et demi-frère de Frédelon, Raimond de Murles de la lignée castrale éponyme et Airad de Londres (Saint-Martin) où les Anduze-Sauve sont bien possessionés. La fondation concrétise les pouvoirs fonciers et banaux des deux commanditaires. Cette puissance se matérialise-t-elle sur le terrain ? Le seul indice qui irait en ce sens est la présence probable d’un poste de garde ou de péage à proximité, comme c’est fréquemment le cas en Provence79. Mais l’hypothèse reste bien fragile. Pourtant, je demeure persuadée que les « bastides » languedociennes doivent comporter un élément symbolique de la seigneurie – pas forcément spectaculaire – et que le mot, rare, désigne autre chose qu’un complexe agricole intercalaire puisque le vocabulaire médiéval a déjà à sa disposition tout un registre à ce sujet (mansus, mansio...). En effet, malgré l’écart chronologique, les affinités entre les deux phénomènes, languedocien et provençal, me paraissent trop marquées. Mais ce n’est là qu’un discours, non démontré, que l’archéologie risque d’infirmer.

46À l’heure actuelle, compte tenu des éléments dont je dispose, je définirai les « bastides » languedociennes médiévales comme des exploitations seigneuriales intercalaires destinées à coloniser spécifiquement les plateaux et les reliefs montagneux dans un but pastoral. Organisées autour de la maison entourée de jardins et de cultures vivrières, elles comprennent des enclos pour parquer le bétail. Cet habitat dispersé est fondé à l’instigation des seigneurs aux marges des finages villageois durant le XIe siècle. Mais cette création ne donne pas lieu à l’établissement d’un véritable contrat écrit d’essartage comme dans l’Ostsiedlung, ce qui laisse le mouvement dans l’ombre. Les « bastides » illustrent à merveille la seconde phase médiévale d’offensive forestière précédemment décrite et enregistrée dans les zones de relief par la microtoponymie.

***

  • 80 Je n’ai pas recensé un seul contrat de défrichement ou de paréage. La seule entreprise connue de dé (...)
  • 81 Seule la mise en valeur des sols d’alluvion par le biais de la condamine s’est sans doute faite sou (...)
  • 82 Cf. supra pp. 115-117.

47Le croisement de la documentation naturaliste et historique montre que c’est au IXe siècle que se place la première et la plus grande vague de défrichement. La seconde offensive a lieu durant le XIe siècle. Elle démarre sans doute dès 980-990. Ces vagues alternent avec des phases d’intensification culturale et d’exploitation du saltus. Au seuil du XIIIe siècle, la pression anthropique est maximale. La chronologie fine est encore et demeurera longtemps incertaine. Vague et tout aussi incertaine est la silhouette de ceux qui ont fourni cet immense effort : les témoignages directs qui mettent en scène les acteurs de la colonisation agraire sont absents des cartulaires languedociens80. Les puissants n’ont visiblement pas initié le mouvement81 : ils se contentent de le canaliser ou de le contrôler par le biais de la sauveté82, et surtout d’en récupérer les fruits en les intégrant dans les rets de leurs seigneuries. C’est la paysannerie qui est le principal moteur de l’accroissement de la surface cultivée. Les artigues de Sauvian que hommes laborant montrent que la masse anonyme des villageois est à l’origine du phénomène.

  • 83 La croissance agricole du Haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, géographie, Actes des10e journées (...)

48Le diagnostic d’un développement précoce, dès l’époque carolingienne, confirme les acquis du colloque de Flaran83. Néanmoins, si la croissance carolingienne est forte, elle n’est pas déterminante sur le plan écologique car elle n’atteint que la chênaie sclérophylle, alors que les déforestations de l’an Mil affectent aussi bien la chênaie pubescente que la chênaie verte. Ce constat, conjugué à la mise en évidence de marqueurs de recolonisation forestière (Pin d’Alep en Camargue, Noisetier à Montagnac) et à la permanence d’un parcellaire hérité de la centuriation romaine jusqu’au Xe siècle, laisse penser que l’offensive carolingienne est surtout une offensive recolonisatrice de terroirs déjà défrichés à l’époque antique. Au contraire, celle du Moyen Âge central fait éclater l’horizon quotidien du paysan : la conquête des rivages, des puechs ou soubergues et surtout celle des versants intègre à l’ager de manière fréquemment définitive de nouveaux espaces : la stabilisation des formations forestières à leur niveau actuel au seuil du XIIIe siècle le traduit. Loin d’être médiocre comme le laisserait supposer la seule lecture de la documentation écrite, l’accroissement de la surface cultivée, notamment sur les pentes et les bords de rivières durant les XIe-XIIe siècles, demeure l’un des faits majeurs de l’histoire des campagnes entre 800 et 1200. Il l’est d’autant plus qu’il bouleverse en profondeur la structure biogéographique du paysage végétal.

La révolution biogéographique de l’an mil

  • 84 D. Moreno, « Châtaigneraie "historique" et châtaigneraie "traditionnelle". Note pour l’identificati (...)

49Les deux vagues de déforestations médiévales perturbent notablement l’équilibre biologique des formations végétales. En éradiquant une partie notable de la silva, elles changent le profil, la structure et la répartition du manteau forestier. Les chercheurs de l’historical ecology considèrent la couverture végétale actuelle, donc la distribution de la végétation réelle dans un site, comme un produit archéologique et un laboratoire où l’on peut étudier les effets des pratiques d’hier et d’aujourd’hui sur le peuplement végétal84. En me plaçant dans cette perspective, je montrerai que la biogéographie actuelle des étages de végétation a une épaisseur historique et qu’elle s’est progressivement construite. Dans cet édifice, l’une des dernières pierres, et non la moindre, est celle posée, en Languedoc, par les paysans du Moyen Âge central.

L’importance du Chêne pubescent au sein de la chênaie mixte

50Dans la quasi-totalité des sites étudiés, Quercus pubescens ou Quercus F.C. occupe une place beaucoup plus étendue aux IXe-XIIe siècles qu’à l’heure actuelle dans les formations mixtes à Chêne vert du mésoméditerranéen (tabl. 12). C’est là le premier signe tangible, non pas d’un décalage, mais d’une nuance dans la dynamique des groupements végétaux telle qu’elle est actuellement définie.

La Camargue

  • 85 H. Triat-Laval, Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi- et post-glaciaire de la végétatio (...)
  • 86 G. Dupias et R. Molinier, Carte de la végétation de la France, Montpellier no 73 (1/200 000), Paris (...)
  • 87 G. Dupias et R. Molinier, ibid.

51En Grande Camargue, avant l’an Mil, la chênaie marcescente est à peine représentée et la chênaie sclérophylle ne l’est guère mieux : 10 % à peine du total. Ce sont là les derniers vestiges des formations de feuillus arboréens dont l’importance globale décroît depuis le début du subatlantique85. L’action anthropique se fait ici particulièrement sentir, à la différence de mes autres points de référence. La salinité du milieu qui conditionne une végétation halophile est pour beaucoup dans le faible taux de représentation de la chênaie. Au même moment, à Psalmodi, en Petite Camargue, le Chêne pubescent est en position dominante par rapport aux chênes sempervirents, et ce, jusqu’à l’orée du XIIIe siècle. La ripisylve, bien représentée dans l’ensemble du gisement, intègre régulièrement le Chêne pubescent, ce qui explique pro parte cette situation. Cependant, sur sols siliceux (terrasses alluviales du Pliocène ou du Quaternaire ancien, dunes), le Chêne marcescent élimine presque le Chêne vert selon les conditions locales86. C’est le cas de la Costière du Gard près de laquelle s’est implantée l’abbaye bénédictine. Au milieu des espèces méditerranéennes, il est alors accompagné d’essences plus mésophiles telles Ligustrum vulgare, Evonymus europaeus, Cornus sanguinea, Acer monspessulanum et Stachys officinalis 87. Ce cortège se retrouve partiellement à Psalmodi avec Cornus sanguinea et Ligustrum vulgare. Le Chêne pubescent est également accompagné du Pin sylvestre qui signale une recolonisation sur sols rouges méditerranéens. Globalement, la place de la chênaie décroît entre le IVe et le XIIe siècle, sans que la prépondérance du Chêne pubescent soit remise en question. En Camargue, les conditions édaphiques et écologiques locales expliquent ce phénomène.

Tableau no 12. Évolution comparée de la chênaie pubescente et de la chênaie sempervirente d’après l’anthracologie(IXe-XIVe siècle)

Plaines et soubergues

  • 88 P. Ozenda, Documents pour la carte de végétation des Alpes, vol. 4, 1966, Saint-Martin-d’Hères, Uni (...)
  • 89 J.-L. Vernet, « Étude sur l’histoire de la végétation du Sud-Est de la France au Quaternaire d’aprè (...)
  • 90 L. Chabal, « Étude anthracologique pour une histoire du paysage. Étude paléoécologique de l’occupat (...)
  • 91 J.-L. de Beaulieu et A. Pons, « Les peuplements peu productifs du Parc national des Cévennes », Cha (...)

52Dans la vallée de l’Hérault, à Montagnac ou à Béziers, la chênaie sclérophylle est tout à fait secondaire durant le Moyen Âge central. Là encore, la proximité du fleuve en rend compte puisque le Chêne pubescent affectionne les sols profonds, frais et humides, et que, dans l’étage mésoméditerranéen, il est fréquemment associé à la ripisylve. En revanche à Lunel-Viel (tabl. 13 et 14), la situation géographique est différente car le terroir du village occupe à la fois la plaine et les premiers éléments du système collinéen. Là, le Chêne pubescent est aussi l’essence la mieux représentée (8 structures sur 11) suivi du Chêne vert (6 structures sur 11). Il est accompagné du Cerisier de sainte Lucie, du Prunellier, de l’Aubépine, de l’Alisier blanc, du Buis, de l’Orme et surtout de l’Érable champêtre. Au Chêne vert sont associés la Filaire, l’Alaterne, le Chêne cf. kermès, les Bruyères et l’Arbousier. Il est difficile de conclure sur un plan quantitatif, mais il semble bien que ces deux espèces soient codominantes : dans le silo 231, statistiquement significatif, la chênaie marcescente et son cortège floristique représente 26,5 % du total, la chênaie sempervirente et ses compagnes 27 %. Je ne tiens pas compte du silo 78 qui présente, au regard de l’ensemble des autres silos, une originalité qualitative et quantitative prononcée car beaucoup plus xérophile. Un peuplement mixte de chênes pubescents et chênes verts est donc principalement mis en évidence. Ce résultat est conforme à la situation écologique du gisement. Ces groupements phytogéographiques sont très proches de la série mésoméditerranéenne de Quercus pubescens définie par P. Ozenda pour le pourtour méditerranéen des Alpes88. « Elle représente le climax du Chêne pubescent à l’intérieur des limites de l’Olivier, et correspond à la chênaie mixte de Quercus pubescens et Quercus ilex... La Chênaie est fréquemment dégradée en une brousse à Chêne vert et Oxycèdre... Cette brousse se dégrade elle-même en une garrigue à Thym et autres Labiées ». Cette série occupe généralement les terrains profonds. Pour le Languedoc, le caractère de climax unique conféré au Chêne vert a été réfuté : « la chênaie de Quercus pubescens serait aussi un climax forestier important »89. Toutefois, le cortège floristique de la chênaie pubescente de Lunel-Viel, d’où sont absentes beaucoup d’essences thermophiles comme Acer monspessulanum, Pistacia terebinthus, Amelanchier ovalis, lui confère une note supraméditerranéenne. L’anthracoanalyse des niveaux gallo-romains du site90 offre un excellent jalon pour l’histoire de la végétation languedocienne, donc du Chêne pubescent. En effet, à partir des IIe et IIIe siècles apr. J.-C., la chênaie marcescente, qui était jusqu’à cette époque présente, mais discrète, amorce une progression notable relativement à la chênaie d’yeuse. L’auteur conclut à une « régénération de la chênaie caducifoliée sur sols décarbonatés au plus tard à partir de 190 apr. J.-C. » En Lozère, cette phase de régénération correspondant au bas-Empire a été mise en évidence91. Il est probable que ce mouvement de fond s’est prolongé jusqu’au seuil de l’an Mil. Sinon, l’importance du Chêne pubescent au Moyen Âge central à Lunel-Viel s’explique difficilement. Or, les premières attaques forestières carolingiennes caractérisées par l’analyse pollinique n’ont pas notablement porté sur les boisements à Quercus pubescens. À Lunel-Viel, vers 900-1100, la chênaie caducifoliée n’a pas encore atteint le stade ultime de dégradation. Ce serait postérieurement à l’an Mil que la chênaie sclérophylle aurait définitivement supplanté la chênaie pubescente.

Tableau no 13. Fréquences absolues des taxons dans les silos à grains de Lunel-Viel (Xe-XIIe siècle)

Tableau no 14. Fréquences absolues et relatives des taxons dans deux silos à grains de Lunel-Viel (XIe-XIIe siècle)

  • 92 P. Ozenda, Documents... et La végétation..., op. cit.
  • 93 G. Dupias, Notice détaillée de la feuille de Rodez no 65, collection Carte de la végétation de la F (...)

53À Saint-Victor-des Ouïes (tabl. 3, 4, 5), aux XIIe et XIIIe siècles, c’est chose faite, la chênaie marcescente est minoritaire au regard de la chênaie verte. Les marqueurs de dégradation, Arbutus unedo, Calluna vulgaris, Cistus albidus, Cistus monspeliensis, Cistus salviaefolius, Daphne sp., Erica sp., Lavandula sp., tous relatifs au Quercion ilicis, amplifient ce phénomène. Le cortège de la chênaie pubescente est là aussi enrichi en essences supraméditerranéennes ou subméditerranéennes : Prunus spinosa, Ribes alpinum, et, dans le four 128 E, Buxus sempervirens, Corylus avellana, Ligustrum vulgare. Il se rapproche beaucoup du supraméditerranéen de type occidental (sous-série inférieure du Chêne pubescent) tel qu’il a été décrit par P. Ozenda pour les Préalpes du Sud92. La biogéographie normale du site dans le mésoméditerranéen supérieur est transgressée. Ribes alpinum est l’une des composantes de la strate arbustive des forêts pubescentes pyrénéennes ou caussenardes de la série latéméditerranénne du Chêne pubescent à l’extérieur des limites de l’Olivier93. Cette série se développe sur les versants nord des collines prépyrénéennes, en particulier en Lauragais. Le groupement mixte uzégeois, où le Chêne à feuillage caduc n’est plus dominant, est loin de son état d’équilibre. La mesure de l’action des hommes, ici celle des potiers, sur les boisements caducifoliés est particulièrement sensible.

Tableau no 15. Fréquences absolues et relatives des taxons dans le fait 1011 de Cassan (fin XIIIe- début XIVe siècle)

Tableau no 16. Fréquences absolues et relatives des taxons dans l’unité stratigraphique 1003 du Roc des Deux-Vierges à Saint-Saturnin (Xe-XIIe siècle)

54À Cassan, aux XIIIe-XIVe siècles (tabl. 15), la chênaie caducifoliée apparaît au premier regard majoritaire. L’importance du Peuplier fausse sans doute les résultats : comme à Montagnac ou à Béziers, le Chêne pubescent, qui fait partie intégrante de la ripisylve, est logiquement ici surreprésenté dans les résultats bruts. Si l’on prend en considération les brousses à Juniperus ou Chêne kermès (9 %) consécutives à l’ouverture de la chênaie verte, l’ensemble de la série dynamique du Chêne vert est en réalité dominante, les faciès de dégradation de la forêt caducifoliée étant absents.

Les premiers contreforts montagneux

  • 94 P. Ozenda, Documents... et La végétation..., op. cit., pp. 138-144.
  • 95 G. Dupias, Végétation des Pyrénées..., op. cit., pp. 102-103.

55Le rocher des Deux-Vierges à Saint-Saturnin occupe une position biogéographique particulière. S’il est aujourd’hui classé, comme en plaine, dans l’étage mésoméditerranéen supérieur correspondant au climax du Chêne pubescent à l’intérieur des limites de l’Olivier, l’étage supraméditerranéen, caractérisé par la série normale du Chêne pubescent, est très proche. Aux XIe-XIIe siècles (tabl. 16), la chênaie caducifoliée diversifiée avec Acer cf. campestre, Arbutus unedo, Buxus sempervirens, Prunus spinosadomestica, cf. Spartium junceum, Ulmus campestris s’impose à plus de 70 %. Le Chêne à feuillage caduc à lui seul représente près de 50 % du total. À l’inverse, les chênes sempervirents ne dépassent pas les 10 %. Ils ne sont accompagnés d’aucune essence compagne à l’exception du Pistachier, s’il s’agit bien du Lentisque. Je situe plus la flore médiévale des Deux-Vierges dans un supraméditerranéen de type occidental94 que dans le mésoméditerranéen supérieur. Cette sous-série inférieure de Quercus pubescens est largement infiltrée d’espèces thermophiles et ne contient que peu ou pas de Pin sylvestre. Quercus ilex forme souvent des peuplements rupicoles dont la composition n’a plus rien à voir avec le Quercetum ilicis. Certains faciès de ces groupements sont analogues à ceux rencontrés dans les Pyrénées95. Or, au rocher des Deux-Vierges, les taxons xérophiles sont marginaux et il est significatif que se soit l’Érable champêtre, et non pas l’Érable de Montpellier, qui accompagne le Chêne pubescent. Même remarque pour l’Orme champêtre. Quant au Genêt d’Espagne, c’est une essence thermophile transgressive de l’étage mésoméditerranéen et justement l’une des caractéristiques du cortège différentiel de la sous-série alpine. Enfin, le relief, très accidenté, facilite certainement la progression de la chênaie caducifoliée au détriment de la chênaie d’yeuse sur les versants nord et combes humides. Ainsi, aux XIe-XIIe siècles, le Chêne vert ne s’est-il pas encore véritablement installé dans les zones de transition entre le mésoméditerranéen et le supraméditerranéen puisqu’il y occupe une position minoritaire.

Le Lauragais

  • 96 G. Dupias, ibid., pp. 96-98.

56Dans le Lauragais (tabl. 17 et 18), en dehors d’un unique fragment carbonisé à Castelnaudary, nulle trace de Quercus ilex ni de ses compagnes, même aux XIIIe-XIVe siècles, alors qu’aujourd’hui il s’infiltre largement et remonte jusque dans le supraméditerranéen où il constitue, à l’extérieur des limites de l’Olivier (500-900 m), une série à part entière appauvrie en espèces méditerranéennes96. Au contraire, la chênaie caducifoliée à Quercus pubescens ou Quercus sessiliflora-pedonculata est l’assemblage dominant. Outre les chefs de file d’étage, cet assemblage est composé d’Acer campestre-opulifolium, Buxus sempervirens, Clematis vitalba, Crataegus monogyna, Prunus mahaleb, Prunus spinosa, Sorbus aria, Sorbus domestica, Ulmus campestris, Viburnum opulus. Il s’agit ici de la série normale du Chêne pubescent, et d’un faciès de transition entre le méso¬ et le supraméditerranéen comme au rocher des Deux-Vierges. Il faut insister sur l’absence complète de taxons thermophiles et, corrélativement, sur la richesse floristique en essences montagnardes ou atlantiques avec Abies alba, Corylus avellana, Fagus sylvatica, Quercus sessiliflora-pedonculata et Sorbus aria. La flore lauragaise correspond à un supraméditerranéen en limite méditerranéenne, avec une forme thermophile développée des forêts de hêtres et de sapins.

***

Tableau no 17. Présences ou absences des taxons dans les sites du Lauragais (Xe-XIVe siècle)

Tableau no 18. Fréquences absolues et relatives des taxons dans le fossé de Castelnaudary (XVe-XVIe siècle)

  • 97 C. Heinz, Dynamique des végétations holocènes en Méditerranée nord-occidentale d’après l’anthracoan (...)

57Les gisements de Garrigues ou de limite de Garrigues (Rocher des Deux-Vierges, Lunel-Viel) montrent clairement, avant l’an Mil, l’importance du Chêne pubescent au sein de boisements mixtes. Il ne devient minoritaire (Saint-Victor-des-Oules, Cassan) que passé 1100 et l’évolution s’accentue encore par la suite. Ces résultats concordent avec tout un ensemble de données qui soulignent en Languedoc le climax forestier important représenté par cette essence et sa détérioration anthropique au profit du Chêne vert. Le processus de dégradation, amorcé au Néolithique, prend au Moyen Âge central une accélération durable pour devenir proche de l’actuel. Les conclusions de C. Heinz pour les fosses médiévales de Saint-Paul-Trois-Châteaux, qu’elle replace dans une séquence allant du Chasséen au Gallo-romain, sont identiques97. Passé le XIe siècle, le caractère xérophile de la chênaie mixte se prononce de plus en plus au détriment des potentialités supraméditerranéennes, nettement illustrées par les tableaux. En Lauragais, la chênaie verte n’est pas du tout représentée alors qu’aujourd’hui les influences mésoméditerranéennes sont nettes. Il y a là un très intéressant décalage entraînant un début de zonation de la végétation médiévale méridionale.

Une frange supraméditeranéenne et montagnarde plus étendue

L’identification anthracologique de taxons mésophiles

58Du point de vue chronologique, les sites étudiés couvrent le millénaire médiéval, même si les interventions archéologiques concernant le Moyen Âge central sont plus nombreuses. Tous sont implantés dans l’étage supra-ou mésoméditerranéen correspondant à la chênaie marcescente ou à la chênaie mixte (fig. 45). Du sillon rhodanien avec les deux sites camarguais d’Augery et Psalmodi jusqu’au seuil de Naurouze avec Castelnaudary, Couges, Le Roc, Laval-Basse, Puy-Redon, en passant par la basse-plaine (Colombiers, Béziers, Montagnac et Lunel-Viel), le gradient écologique est-ouest apporte une note plus médioeuropéenne et atlantique dans le secteur occidental. Dans tous ces gisements, l’analyse anthracologique identifie, aux côtés d’essences méso-ou supraméditerranéennes, un nombre non négligeable de taxons mésophiles présents aujourd’hui dans l’étage collinéen de végétation ou dans l’étage montagnard (tabl. 19). Il s’agit d’Abies alba, Corylus avellana, Fagus sylvatica, Fraxinus excelsior, Ilex aquifolium, Ligustrum vulgare, Pinus sylvestris, Populus nigra, Ribes alpinum, Sorbus aria, Ulmus campestris auxquels s’ajoutent pour les sites lauragais Acer campestre-opulifolium, Clematis vitalba, Quercus sessiliflora-pedunculata et Viburnum opulus. Deux d’entre eux, le Hêtre et le Noisetier, se retrouvent dans toutes les flores mises au jour. À un moindre degré, le Sapin est également représenté dans la presque totalité des gisements. La moyenne des taxons mésophiles, très élevée durant la période carolingienne et vers l’an Mil, chute de façon sensible passé les XIe-XIle siècles, sauf à Castelnaudary et Laval-Basse. La position biogéographique des deux sites explique cette nuance régionale.

  • 98 A. Durand et J.-L. Vernet, « Anthracologie et paysages forestiers médiévaux. A propos de quatre sit (...)

59La caractérisation récurrente d’essences d’affinité montagnarde ou collinéenne atlantique dans des sites de basse altitude n’est pas sans poser un certain nombre d’interrogations. Le problème de la coexistence de ces taxons au sein de boisements méso- ou supraméditerranéens a déjà été abordé98. Trois explications peuvent être avancées :

  • les cours d’eau proches des sites archéologiques ont charrié, lors des crues, depuis les contreforts montagneux jusque dans les plaines, des branches et bois morts qui ont fait l’objet d’un ramassage par droit d’usage.

  • la société rurale des IXe-XIIIe siècles a instauré des circuits économiques qui impliquent un transfert de bois des marges minervoises ou caussenardes vers les basses vallées de façon suffisamment régulière pour être perçue à partir des restes archéologiques.

  • des boisements mésophiles survivent de manière exceptionnelle à basse altitude enclavés dans le milieu méditerranéen.

  • 99 Les premières comparaisons diachroniques pour une même séquence stratigraphique entre anthracoanaly (...)
  • 100 M. Farizier, Recherches sur les macroflores des tufs quaternaires du Sud de la France, Diplôme de l (...)

60Plusieurs arguments rendent caduque la première explication. Dans le cas de charbons dispersés en couche, la régularité des déterminations et des pourcentages obtenus est trop importante pour retenir un transport par les eaux puis un ramassage, tous deux soumis à de nombreux aléas. La variété des structures archéologiques, fossé, remplissage de sarcophage, de silos à grains, sols d’occupation..., plaide également en ce sens. Il semblerait aussi que les charbons donnent une image très locale de la végétation quand les pollens en offrent une vision plus large99. Enfin, le corpus médiéval complet des sites à taxons mésophiles auquel je me référerai dans un instant intègre des données obtenues sur des charbons de bois, des pollens et des feuilles fossiles. Dans ce dernier cas, celui de Valbonne, évoquer un transport fluvial lointain des feuilles est impossible car les travertins sont formés directement sur la source d’un petit ruisseau100.

Figure no 45. L’extension médiévale de la frange supraméditerranéenne et montagnarde en Languedoc

Tableau 19a. Les sites anthracologiques à taxons mésophiles (IVe-XIIe siècle)

Tableau 19b. Les sites anthracologiques à taxons mésophiles (XIIe-XVIe siècle)

  • 101 Il s’agit de la basse plaine car, pour l’Aude, il est fait mention de bois flottés sur le fleuve au (...)
  • 102 Cart. Guill. no 245, p. 409 (XIIe siècle) et no 275, p. 439 (XIIe siècle).
  • 103 Ibid. no 67, p. 120 (1130) et no 75, p. 141 (1145-1146).
  • 104 [...] licentia secandi et extrahendi ligna et trabes de nemoribus nostris ad omnes usos vestros B.N (...)
  • 105 Cf. infra pp. 389-396.

61La deuxième explication est aussi récusée. D’abord parce qu’à l’exception de Béziers et de Castelnaudary, les échantillons proviennent de sites ruraux où l’influence citadine se fait peu sentir, même à partir de la fin du XIIe-début du XIIIe siècle. Malgré le désenclavement progressif des campagnes, l’impact des circuits commerciaux à longue distance y est moins accentué. Et puis surtout, aucune mention assurée de transport régulier de bois des montagnes dans la plaine n’a été recensée durant le Moyen Âge central101. Les tarifs de leude et de tonlieux concernant le bois ou le charbon de bois102 n’indiquent pas leur provenance, mais, comme les autres marchandises d’usage courant, elle est probablement locale car évaluée en une charge, une saumata, de bois. Pourtant, le chargement des bateaux du port de Mauguio comporte des trabes et fusti magni et parvi103. Mais l’origine en est inconnue. Au contraire, lorsqu’ils sont détaillés, les droits d’usage en forêt démontrent que le bois à brûler ou à construire provient de l’environnement végétal immédiat104. Ce résultat est corroboré par les analyses anthracologiques de vestiges employés dans la construction105. Dans ces conditions, la probabilité d’importation de bois lointain, toujours envisageable, est peu plausible, d’autant que, dans toutes les fouilles qui ont livré un matériel important, les espèces non-méditerranéennes ont toujours été reconnues dans des conditions qui excluent un emploi spécifique (sols d’occupation, silos...).

La comparaison avec d’autres sites de plaine

  • 106 H. Triat-Laval, Contribution pollenanalytique..., op. cit.
  • 107 N. Planchais, « Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléoenvironnement végétal et évolutio (...)
  • 108 J.-L. Vernet, « Analyse anthracologique de la fosse 1 tardo-romaine de Médor (Ornaisons, Aude) », J (...)
  • 109 C. Heinz, Dynamique..., op. cit.
  • 110 M. Farizier, Recherches..., op. cit.

62Il faut à présent étayer la troisième hypothèse, celle d’une survivance à basse altitude, en se référant à la documentation paléoécologique existante pour d’autres sites méditerranéens de plaine (tabl. 20). J’enrichirai le corpus par les gisements médiévaux suivants : Grands Paluds de Fos et Meyranne106, Marsillargues107, Ornaisons108, Saint-Paul-TroisChâteaux109, Valbonne110. À Ornaisons, la flore du très Haut Moyen Âge évoque une végétation déjà très dégradée. Le Pin d’Alep prend une importance considérable corrélative de l’extension des cultures (Vigne, Olivier). C’est dans un tel contexte que hêtres et sapins sont représentés, les premiers surtout. Dans la moyenne vallée du Rhône, le gisement de Saint-Paul-Trois-Châteaux, daté des Xe-XIIe siècles, est proche de la limite entre le mésoméditerranéen et le supraméditerranéen. Aussi, l’influence de la chênaie caducifoliée à Erable champêtre, Erable de Montpellier, Aubépine, Cerisier de sainte Lucie et Buis y est-elle encore très perceptible. Les taxons mésophiles sont également présents : Hêtre, Noisetier, Houx et Frêne élevé. À Marsillargues, près de l’étang de Mauguio, les arbres forestiers mésophiles, principalement Hêtre, Noisetier, Orme, et Sapin, régressent durant la fin de la période « d » et le début de la période « e » qui correspondent au Haut Moyen Âge et Moyen Âge central, mais leur importance est encore notable. Enfin, malgré l’absence de datation auC14 pour les périodes les plus récentes, les concordances sont manifestes entre les diagrammes établis pour la basse vallée du Rhône (Meyranne et Grands Palus de Fos) et celui de Marsillargues.

Tableau no 20. Comparaison des flores médiévales à taxons mésophiles (documentation paléoécologique existante)

  • 111 M. Farizier, Recherches..., op. cit., pp. 294-295.

63Près de Pont-Saint-Esprit, la forêt de Valbonne a fourni des travertins à empreintes de feuilles datés par leC14 de 870 ± 50 BP, soit entre 1035 et 1255 apr. J.-C. Ils sont donc antérieurs ou à peine contemporains de la fondation du monastère en 1204. Les feuilles fossiles appartiennent aux espèces suivantes : Fagus sylvatica (81 %), Corylus avellana, Quercus à feuillage caduc, Populus tremula, Sorbus latifolia, Ulmus campestris111. Les taxons mésophiles de la flore médiévale sont encore aujourd’hui présents dans le paysage. En effet, le milieu végétal actuel est totalement atypique. S’il appartient à l’étage mésoméditerranéen supérieur et à la série « forêt mixte à chênes verts et chênes pubescents », ce qui est normal pour ces collines au sud du confluent Rhône-Ardèche entre 75 et 300 m d’altitude, on y rencontre aussi des peuplements importants de hêtres. Ils y prospèrent en bénéficiant d’un substrat favorable de marnes et sables crétacés et d’une topographie contribuant à la conservation de l’eau souvent à fleur de sol (fig. 46). Le cortège floristique de cette hêtraie est cependant appauvri par rapport aux stations montagnardes habituelles. Cette observation concorde avec celles effectuées sur les feuilles fossiles et les charbons de bois : le Hêtre n’est accompagné que du Sorbier torminal, de l’Orme champêtre, du Lierre, du Chêne sessiliflore, de l’Alisier blanc, du Houx et du Peuplier tremble. La hêtraie de Valbonne démontre qu’un boisement mésophile peut très bien exister et se maintenir dans l’étage mésoméditerranéen si des conditions édaphiques satisfaisantes compensent la longue période de sécheresse estivale. Ces conditions sont réunies le long des thalwegs des cours d’eau pérennes bordant les sites. Elles sont aussi réunies près des lagunes littorales où ont été implantés les sondages polliniques.

Figure no 46. Coupe topographique et relevé succinct de végétation à Valbonne d’après L. Joubert (1929) et M. Farizier (1980)

  • 112 N. Planchais, Palynologie..., op. cit., « Impact de l’homme lors du remplissage de l’estuaire du Le (...)
  • 113 J.-L. de Beaulieu, « Analyses polliniques dans les Monts de l’Espinouse (Hérault) », Pollen et spor (...)
  • 114 E. Bazile-Robert, Flore et végétation du Sud de la France pendant la dernière glaciation d’après l’ (...)
  • 115 L. Chabal, Étude anthracologique..., op. cit. N. Planchais, « Palynologie de dépôts holocènes de La (...)

64Cette hypothèse est étayée par les études palynologiques et anthracologiques antérieures. Pour le Postglaciaire, H. Triat-Laval en Provence et N. Planchais en Languedoc ont envisagé une répartition de Fagus en îlots de plaine pour expliquer l’extension rapide de cette essence après les glaciations quaternaires112. A Marsillargues et Palavas, N. Planchais pense que des mosaïques de Fagus, largement mélangées à des boisements à Quercus et succédant à un stade précurseur à Alnus et Corylus, sont installées à la périphérie des zones alluviales. Elle corrèle l’installation de ces formations et les phases de régénération qui rythment l’histoire de ces taxons à l’âge du Bronze et du Fer à des fluctuations climatiques. Pour les deux palynologues, l’hypothèse du transport des pollens par les eaux est démentie et l’origine locale du Hêtre probable. Les analyses polliniques en montagne confirment indirectement cette interprétation. Dans le massif de l’Espinouse, J.-L. de Beaulieu repère, depuis l’Atlantique et le Sub-boréal, la progression du Sapin et surtout du Hêtre à partir de refuges périméditerranéens. Ce dernier taxon évolue ensuite conjointement avec la chênaie caducifoliée jusqu’aux périodes historiques. Il conclut que « depuis l’Atlantique (et jusqu’à l’actuel sous entendu), la végétation méditerranéenne n’a pas connu d’extension notable sur les flancs du Massif »113. Pour les macro-restes, la persistance de stations refuges pendant les interstades du Würm supérieur a été également démontrée114. Les données médiévales, relayées par celles de L. Chabal et N. Planchais pour la période gallo-romaine115, prolongent ces points de vue jusqu’aux Xe-XIIe siècles. Ils sont encore confortés par l’écologie actuelle.

L’apport de l’écologie actuelle

  • 116 M. Barbero, P. de Merle, G. Guende et P. Quézel, « La végétation du Mont Ventoux », La Terre et la (...)
  • 117 C. Allier et V. Bresset, « Les hêtraies des Baronnies, des Préalpes de Digne et du pays de Seyne. L (...)
  • 118 G. Dupias, Végétation des Pyrénées..., op. cit.
  • 119 J.-L. Vernet, communication orale.
  • 120 C. Vanden Berghen, Étude sur la végétation des Grands Causses du Massif Central de la France, Socié (...)
  • 121 J. Braun-Blanquet, N. Roussine et R. Nègre, Les groupements végétaux de la France méditerranéenne, (...)
  • 122 G. Dupias, Notice détaillée de la feuille de Rodez no 65..., op. cit., pp. 80-81.
  • 123 J. Braun-Blanquet, La forêt d’yeuse languedocienne, (Quercion ilicis). Monographie phytosociologiqu (...)
  • 124 J. Braun-Blanquet et al, Les groupements végétaux..., op. cit., pp. 237-238.
  • 125 R. Molinier et G. Talion, « La Camargue, pays de dunes et Vers la Forêt en Camargue », La terre et (...)

65De nombreux indices écologiques montrent que le Hêtre peut former une série à part entière dans l’étage supraméditerranéen et ne se cantonne pas uniquement à l’étage montagnard : les hêtraies à Buis et Lavande du Ventoux116, des Préalpes117 et des Pyrénées118, les hêtraies thermophiles de l’Aspromonte en Italie119 sont là pour le prouver. Pour les Grands Causses et la Catalogne, l’aire de dispersion du Buxeto-Fagetum correspond approximativement à celle de la chênaie pubescente à Buis (Querceto-Buxetum) et forme souvent des enclaves dans l’étage supraméditerranéen120. Dès 1952, J. Braun-Blanquet, définissant le Buxeto-Fagetum, note qu’« à l’approche de la région méditerranéenne, le Hêtre, devenu rare, se cantonne de plus en plus strictement sur les versants au Nord et à l’Est des basses montagnes où il constitue des îlots isolés dans le domaine du Chêne pubescent. On a l’impression très nette qu’il s’agit non pas d’avant-postes mais de restes de forêts jadis plus étendues. Quelques-unes de ces hêtraies ont bien conservé les caractères de l’alliance du Fagion (cf. Sainte-Baume)... La plupart d’entre elles, et en particulier celles situées dans l’arrière-pays de Montpellier, montrent une transition entre les Fagetalia et les Quercetalia pubescenti. Certains relevés au contact avec le Quercion pubescenti-sessiliflorae des Causses ont une prépondérance d’espèces du Fagion... »121. G. Dupias conforte cette opinion en s’appuyant sur l’exemple de la hêtraie en inversion d’étage du Bois de Salbouz au fond des gorges de la Virenque122. Aujourd’hui encore, le Hêtre se rencontre plus bas que sa limite normale : à 500 m d’altitude sur le versant sud du Larzac ou aux gorges d’Héric dans l’Espinouse123, au contact même du Chêne vert. Inversement, la chênaie d’yeuse supraméditerranéenne, dépourvue d’essences thermophiles, mais dans laquelle sont apparus Corylus avellana, Fagus sylvatica, Sorbus aria, Taxus baccata, remonte jusqu’à 700 m dans les Pyrénées et 960 m au Montsény en Catalogne124. Elle se trouve en relation immédiate avec les hêtraies. Dans les deux cas, chaque groupement garde son individualité floristique : ils n’interfèrent pas. Enfin, en Camargue, les relevés phytogéographiques font état localement de Cornus sanguinea, Ligustrum vulgare, Populus nigra, Quercus pedunculata, Ulmus campestris dans la composition de la ripisylve rhodanienne125. Ceci révèle une influence atlantique.

  • 126 M. Barbero et P. Quézel, « Les forêts de Sapin sur le pourtour méditerranéen », Anales del lnstitut (...)
  • 127 M. Peinardo Lorcas et J.-M. Martinez-Parras, El paysage vegetal de la Castilla-Mancha, Tolède, Serv (...)
  • 128 B. Thiébaut, Étude écologique de la Hêtraie dans l’arc montagneux nord-méditerranéen de la vallée d (...)

66Plus récemment, M. Barbero et P. Quézel insistent sur le fait que les hêtraies et les sapinières à Buis s’infiltrent parfaitement sous certaines conditions d’humidité dans le supraméditerranéen et le mésoméditerranéen sur tout le pourtour de la Méditerranée. Ils proposent que soit reconnue l’originalité floristique biogéographique et syngénétique de ces formations par la création d’une alliance propre126. Jusqu’à présent, malgré les affinités remarquées entre les groupements de ce type et certains assemblages supraméditerranéens, hêtres et sapins sont toujours classés dans l’étage de végétation montagnard, sauf en Espagne127. L’écologie actuelle de Fagus sylvatica en limite d’aire sur le rebord méridional du Massif central corrobore les conclusions des phytogéographes : elle est « indépendante du climat pluviothermique, mais coïncide toujours avec des brouillards abondants »128.

  • 129 G. Dupias, Notice détaillée de la feuille de Rodez no 65... op. cit., pp. 66-69 et Végétation des P (...)

67Quant au Pin sylvestre, chef de file de l’étage montagnard sec, il pénètre aussi bien dans le supraméditerranéen que dans le subalpin. Sa plasticité écologique est telle qu’il forme souvent, dans les Préalpes comme dans les Causses, un climax associé ou paraclimax dans une grande partie des faciès de dégradation de la chênaie supraméditerranéenne129. Son cortège floristique se compose d’Amelanchier ovalis, Buxus sempervirens, Corylus avellana, Sorbus aria, Sorbus torminalis, Acer opulifolium, Acer campestre, Acer monspessulanum et Juniperus communis. S’accommodant de tous les sols, il colonise les zones xériques dégradées de la chênaie marcescente. Les résultats anthracologiques médiévaux sont conformes à l’écologie actuelle : le Pin sylvestre ou Pin sylvestre-Pin de Salzmann apparaît dans les chênaies pubescentes dégradées, à basse altitude, à Colombiers, Augery et Psalmodi, trois sites où les conditions pédologiques sont rustiques et les roches décarbonatées. Il recolonise alors des sols difficiles et secs : rendzines formés sur roches-mères calcaire ou dolomitique, poudingues et lentilles de sable.

Les données microtoponymiques

  • 130 Cf. infra pp. 350-355.
  • 131 F.R. Hamlin, Les noms de lieux du département de l’Hérault. Nouveau dictionnaire topographique et é (...)

68Les analyses anthracologiques et polliniques prouvent que les essences mésophiles disparaissent du complexe écologique méditerranéen de basse altitude durant le Moyen Âge central. Par conséquent, le relevé systématique de tous les microtoponymes de plaine ou de piémont faisant référence à ces boisements donne une image géographique de leur extension (fig. 45). Même si l’image obtenue est d’époque moderne, ou encore plus récente, elle présente sous un jour nouveau les potentialités forestières en région méditerranéenne. Les principales formes retenues sont : fage et ses dérivés fau, fajole, fagette, fageas, fayard... (Fagus sylvatica), abélanède-avelanède et son synonyme vaïsse-baïsse-vaissièrebayssière (Corylus avellana). Les fraisses et les olms ont été éliminés de ce relevé, les premiers parce qu’ils recouvrent au moins deux espèces, Fraxinus excelsior (montagne) et Fraxinus oxyphylla (plaine), les seconds en raison de leur appartenance à la ripisylve méditerranéenne et de leur statut d’arbre utile130. Les sorbs, sorbières, sorbiers... n’ont pas été pris en compte : bien que F. Hamlin131, se basant en partie sur C. Rostaing, donne comme seule étymologie Sorbus domestica (étages méso-et supraméditerranéen), ces toponymes recouvrent aussi Sorbus aria (étages supraméditerranéen et montagnard), Sorbus aucuparia (étages montagnard et subalpin), Sorbus chamaemespilus et Sorbus torminalis.

  • 132 J.-L. de Beaulieu, Analyses polliniques..., op. cit.
  • 133 C. Heinz, Dynamique..., op. cit., pp. 189-193.

69La carte (fig. 45) fait ressortir sans aucune ambiguïté que l’extension de Fagus sylvatica et de Corylus avellana est plus méridionale au Moyen Âge qu’aujourd’hui. Ces arbres s’infiltrent dans ce qui est l’étage supraméditerranéen actuel, couvrant tous les premiers causses dont le Larzac. Ils descendent même jusqu’à 300-400 m d’altitude (ruisseau de Rivefage à Pégairolles-de-l’Escalette, la Fage du Salagou) dans l’étage mésoméditerranéen supérieur. Ils forment une ceinture continue sur tous les contreforts méditerranéens du Massif central. Ainsi à l’est de l’Espinouse, l’interpénétration Chêne pubescent-Hêtre-Noisetier est quasi constante depuis Verdun-en-Lauragais (Fajole à 460 m) jusqu’au Cabardès (Baisse de Fontiers-Cabardès et Cuxac-Cabardès). Le Noisetier, qui n’existe plus actuellement dans la végétation, est partout présent. Cette situation est conforme au spectre médiéval des sondages polliniques de Font-Salesse et Baissecure au coeur du Massif132. Au sud du seuil de Naurouze, quelques Fages marquent l’avancée ancienne de Fagus sylvatica jusqu’à la hauteur de Laurac, comme une préfiguration en quelque sorte des Plantaurels. La limite climatique atlantique-méditerranéen, qui passe à peu près à cette longitude, est pour beaucoup dans cette expansion. La transition méditerranéen-atlantique serait décalée plus à l’est au Moyen Âge. En effet, Hêtre et Noisetier remontent plus au nord dans la chênaie pubescente actuelle (La Fage près de Serviès-en-Val et Lavelanet à Villar-en-Val (400-450 m). Enfin, dans le sillon rhodanien, la hêtraie fossile de Valbonne, associée aux phytonymes Fage et Baisse et aux résultats anthracologiques du site médiéval de Saint-Paul-Trois-Châteaux133, est vraisemblablement un témoin ancien de l’aire de répartition de Fagus sylvatica antérieure à l’an Mil.

Les indices des textes

  • 134 [...] medietatem faginei nemoris quod Fajaobscura vocatur cart. Silv. no 357, p. 282 (1138) ; totum (...)
  • 135 [...] arbores quoque virides, quercus vel fagos, ibi incendere non habetis cart. Silv. no 381, p. 3 (...)
  • 136 [...] parrochia Sancti Petri de la Faia cart. Gell. no 157, p. 137.
  • 137 Cart. Gell. no 91, p. 80 (1031-1060).
  • 138 Cart. Gell. no 156, p. 134 (XIIe siècle).
  • 139 C. Douais, « Deux chartes du XIIe siècle. Camarès et Toulouse », Annales du Midi, t. 9, pp. 339-345 (...)

70La floristique médiévale n’était certainement pas une des préoccupations majeures des scribes médiévaux car les indications de cet ordre concernant la végétation sont rarissimes dans la documentation. Cependant, les cartulaires livrent de très précieux points de repère qui confirment l’extension méridionale de la frange supraméditerranéenne. En effet, ils mentionnent à plusieurs reprises la hêtraie de Faja obscura sur le Causse du Larzac (Commune des Rives)134. Cette hêtraie, d’une belle ampleur puisque qualifiée d’obscure, recouvre probablement le tènement actuel des Fagettes. En 1147, lors d’une vente de pacages au lieu-dit Les Calmels sur le territoire du Caylar, l’interdiction d’incendier les taillis de chênes ou de hêtres est clairement spécifiée135. Le déterminant Fage s’applique dès 1122 au village de Saint-Pierre136. Un peu plus au nord, vers Sauclières, on rencontre un Fau Freget137 et, vers Rogues, un manse de La Faiola138. Enfin deux actes des archives des Bertier à Pinsaguel signalent un fagum de Ubertas comme première citation en 1174 de SaintMartin des Ubertes à Ceilhes-et-Rocozels139. Sur le Larzac, le Hêtre est au XIIe siècle une essence très répandue quand aujourd’hui les pacages abusifs ont entraîné sa presque totale éradication. Les Causses constituent son domaine naturel et son aire de répartition vers 1150 couvre toute la bordure méridionale du plateau du Larzac. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que, profitant de conditions locales favorables, il soit descendu en plaine. La concordance des deux sources, textuelle et microtoponymique, donne une assise supplémentaire à l’interprétation globale et à la datation des formes cartographiées.

  • 140 Cart. Guill. no 245, p. 408 (XIIe siècle) et no 275, p. 438 (XIIe siècle).
  • 141 Item de vaccis, et vernicibus et agnis, non de cervis, neque de urcis neque de alis ferris bestiis (...)
  • 142 [...] si cervi in praedicto tenemento capti A.D. Bouches-du-Rhône 56H788 (1178) ; si... aper captus (...)

71D’autres signes indirects invitent à considérer la surface boisée en feuillus plus étendue au Moyen Âge. Au XIIe siècle, la leude de Montpellier taxe à plusieurs reprises les peaux et viandes de cerf140. La controverse entre l’évêque de Béziers, Guilhem, et Pons de Corneilhan au sujet du fief appelé sénéchalerie spécifie qu’il n’a aucun droit sur les cerfs, les ours et les autres bêtes sauvages141. Les bois des cerfs capturés en terres ou forêts seigneuriales sont fréquemment versés en redevance aux maîtres du sol142. La présence continue de l’animal est donc probable. Or le cerf vit dans toutes les forêts suffisamment vastes (5000 ha au moins), même s’il visite de temps en temps les zones péri-forestières. Il est un indicateur d’un climat un peu froid et humide favorisant le développement de la forêt de feuillus. Il ne s’adapte que difficilement à des boisements xérophiles.

***

  • 143 M. Wywial et J.-P. Bravard, « Éléments pour une écologie historique du hêtre dans le Bas-Dauphiné e (...)
  • 144 M. Campo, « Végétation würmienne en France. Données bibliographiques. Hypothèses », VIIIe congrès d (...)

72La confrontation des sources démontre que, jusque vers l’an Mil, des formations mésophiles enclavées dans l’étage mésoméditerranéen y ont perduré à la faveur d’un édaphisme particulier. Ces hêtraies ou chênaieshêtraies se localisent surtout dans les plaines humides, le long des thalwegs des cours d’eaux pérennes, au bord des lagunes ou des terrasses alluviales. La forêt médiévale correspondant à l’étage supraméditerranéen comprend aussi d’importants peuplements de Hêtre et de Noisetier qui ont aujourd’hui disparu de la végétation. Sur tout le pourtour méridional du Massif central et aux franges du Lauragais, de telles formations descendent localement plus bas que la limite de la chênaie pubescente (fig. 45). C’est la fièvre défricheuse du XIe siècle qui éradique totalement les reliques glaciaires prospérant à basse altitude. Ces observations paléoécologiques ouvrent de séduisantes perspectives quant à l’évolution d’ensemble des paysages méridionaux durant le Moyen Âge. D’ores et déjà, les recherches effectuées en Dauphiné et dans le sillon rhodanien corroborent les acquis languedociens143. Cependant, seule la multiplication des analyses devrait définitivement asseoir l’interprétation à l’échelle du sud de la France. Elle préciserait également la cartographie de ces « refuges glaciaires » qui jouent un rôle clef en période d’interstade et dont l’existence est prouvée par diverses études palynologiques et anthracologiques144. Il est encore trop tôt pour mesurer toutes les implications qui découlent d’une telle reconstitution des zones forestières aux Xe-XIIe siècles, mais il apparaît acquis que le degré d’humidité ambiante, facteur écologique primordial pour le maintien du Hêtre à basse altitude, était plus élevé au Moyen Âge qu’aujourd’hui. Corrélativement, le réseau hydrologique médiéval devait sans aucun doute être beaucoup moins intermittent ou en étiage qu’il ne l’est actuellement et le chapelet des étangs littoraux, dont beaucoup sont aujourd’hui asséchés, devait occuper une surface plus importante. Pour expliquer le maintien des hêtraies au-dessous de la limite montagnarde de 800 m d’altitude, N. Planchais évoque aussi le rôle des oscillations climatiques. Il est temps de se pencher sur ce point.

Végétation et climat du Languedoc au Moyen Âge

  • 145 P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Age, Paris, EHESS, 1987, pp. 30-31.
  • 146 R. Neboit, L’homme et l’érosion, Clermond-Ferrand, Faculté des Lettres de ClermontFerrand, 1983 don (...)
  • 147 J.-P. Bravard, A. Vérot-Bourrély et P.-G. Salvador, « Le climat d’après les informations fournies p (...)

73Comme l’a très justement écrit P. Alexandre, le désintérêt des historiens jusqu’à une date très récente pour l’histoire du climat, aussi bien que pour celle des autres phénomènes naturels, est dû en grande partie à l’anthropocentrisme des conceptions traditionnelles de l’histoire et de la géographie historique définies comme l’étude de l’homme social145. Depuis plusieurs décennies, ce sont les sciences de la nature qui, en ce domaine, ont fait progresser nos connaissances. Cependant, les cinq ou six dernières années ont vu la multiplication des colloques et rencontres interdisciplinaires sur le sujet, signe que le climat n’est plus un champ de recherche réservé à quelques pionniers ou quelques originaux. Aussi l’histoire médiévale du climat s’est-elle considérablement enrichie et affinée. Mais, malgré ces avancées, les travaux languedociens de première main susceptibles d’être comparés aux résultats anthracologiques demeurent trop clairsemés. Aussi dois-je élargir le cadre de référence à l’ensemble de la zone méridionale, voire alpine, pour tenter d’interpréter mes résultats en termes climatiques. En effet, différencier le poids des facteurs anthropiques ou climatiques régissant la dynamique des paysages est l’objet, depuis une trentaine d’années, de beaucoup d’études, souvent passionnantes... et passionnées, dont les points de vue et les prises de position divergent radicalement146. Pour J.-P. Bravard, « le jugement est influencé par des modes, preuve que les données de terrain sont insuffisantes à rendre compte la complexité des faits. Alors que les années soixante sont celles du tout climatique..., la thèse anthropique l’emporte nettement dans les années soixante-dix... Une position médiane est aujourd’hui recherchée »147. Pour la période dont je m’occupe, les signaux sont ambigus et enregistrent les effets combinés de l’évolution climatique et de l’action de l’homme : avec une certaine prudence, il faut toutefois tenter de les décrypter.

L’évolution climatique dans la France méridionale : les acquis

  • 148 P. Alexandre, ibid., pp. 657-676.
  • 149 En dehors des carences documentaires soulignées par l’auteur, E. Ornato discute fort longuement la (...)
  • 150 M. Jorda et J.-C. Roditis, « Les épisodes de gel du Rhône depuis l’an mil. Périodisation, fréquence (...)
  • 151 M. Pinna, « Il clima nell’alto medioevo. Conoscenze attuali e prospettive di ricerca », L’ambiente (...)

74La synthèse de P. Alexandre élaborée à partir de documents écrits originaux ne couvre malheureusement pas la région méditerranéenne durant le Moyen Âge central : les séries continues et homogènes établies à partir de sources très attentives au climat commencent en 1275 pour l’Italie du nord et 1396 pour le Bas-Languedoc et la Provence148. La lacune est définitive. Les courbes établies pour le sud sont donc peu fiables149. L’auteur insiste sur les divergences régionales entre l’Europe du nord et la Méditerranée, même si un certain nombre d’événements généralisés ou étendus sont communs aux deux zones. Si les sources climatiques généralistes sont quasiment inexistantes, la recension des épisodes de gel du Rhône depuis l’an Mil effectuée par M. Jorda et J.-C. Roditis apporte un témoignage très spécifique qui reflète, à sa manière, les grandes tendances de l’évolution climatique et en éclaire certains aspects150 : ainsi l’épisode du petit optimum médiéval s’individualise parfaitement entre les XIe et XIIe siècles, comme les hivers rigoureux et exceptionnels marquant le XIVe siècle, le XIIIe siècle s’inscrivant dans la continuité des siècles précédents. Mais pour englober tout le millénaire médiéval et affiner l’approche, il faut se tourner vers les sources non écrites. C’était déjà la conclusion du rapport que M. Pinna présentait à Spolète en 1989151.

  • 152 M. Provansal et C. Morhange, Seuils..., op. cit.
  • 153 G. Arnaud-Fasseta et M. Provansal, « Étude géomorphologique du delta du Rhône : l’évolution des mil (...)

75Depuis quelques décennies, en liaison avec les politiques d’aménagement du territoire, les géographes physiciens ont démontré que la géomorphologie était « une clé de lecture pertinente de la variabilité climatique... car le déclenchement de dynamiques de surface... implique le dépassement de seuils d’intensité et de durée des phénomènes climatiques »152. Les travaux menés en Grèce, Italie du sud, Provence, Alpes et sillon rhodanien153 caractérisent globalement l’Holocène comme une période d’intense activité de la torrentialité et du remblaiement, corrélative d’une dégradation saccadée ou continue des versants. Elle est entrecoupée de phases d’équilibre et de stabilité. À l’échelle de la France méridionale, les divers auteurs soulignent le synchronisme et les concordances entre les épisodes caractérisés dans la basse Provence et le domaine sud-alpin, même si, en milieu très anthropisé, une disparité spatiale des évolutions est observée. Après la crise érosive et torrentielle intense des Âges des Métaux, mise en relation avec une phase climatique fraîche et humide, l’activité érosive et alluviale s’apaise au cours des quelques siècles qui encadrent le début de notre ère. Tout se passe alors comme si les conditions climatiques étaient moins agressives pour l’environnement (climat plus sec ?, modification du régime saisonnier des précipitations ?). L’activité torrentielle reprend à la fin de l’Antiquité et au cours du Haut Moyen Âge en liaison probable avec une nouvelle dégradation climatique plus humide. Au même moment, près du littoral rhodanien, une remontée du plan d’eau et du système phréatique est enregistrée. Enfin, le déclenchement de l’incision actuelle au XIVe siècle marque la récurrence glaciaire, la fréquence des crues liées à de fortes précipitations et des successions d’étés pourris et d’hivers prolongés rigoureux correspondant au « Petit Âge glaciaire ». Tout au long de l’Holocène, ces phénomènes sont amplifiés par l’intensité et les modalités de la déforestation.

  • 154 J.-E. Brochier, « Deux mille ans d’histoire du climat dans le Midi de la France », Annales ESC, t.  (...)

76La sédimentologie corrobore ces résultats. Dans une zone extrêmement sensible aux agressions externes comme la Méditerranée, la dynamique sédimentaire est suffisamment modifiée pour que des événements climatiques de faible amplitude soient enregistrés par la stratigraphie. C’est le cas de l’abri de la Font-de-l’Oule, près de Fontaine-du-Vaucluse, et de Font-Juvénal, près de Carcassonne. Les analyses effectuées par J.-E. Brochier154 caractérisent nettement deux périodes froides -c’est-à-dire à hivers froids- : la première débute au VIIe siècle et se poursuit ensuite, la seconde démarre au XIVe siècle, bien que le maximum de l’oscillation soit postérieur. Ces deux vagues de froid encadrent un optimum climatique aux hivers doux et tempérés. L’enchaînement des événements climatiques est remarquablement identique dans les deux cas, ce qui leur confère un aspect régional certain. Les diagrammes montrent également une grande tendance à la dégradation du paysage. Cette érosion débute aux alentours du VIIe siècle et s’accélère surtout aux XIIIe-XIVe siècles. J.-E. Brochier corrèle la première pulsation froide au stade Xb de la tourbière de Fernau soit vers 400-750 apr. J.-C. et la seconde au « Petit Âge glaciaire » dont les premières manifestations datent du XIVe siècle. Par comparaison avec d’autres travaux, il scinde l’optimum climatique en deux épisodes : un VIIIe-XIIe siècle tempéré à tendance plutôt sèche, moyen en tout, et un XIIIe siècle manifestement plus humide.

  • 155 F. Serre, « Résultats dendroclimatiques pour les Alpes méridionales françaises », Evolution des atm (...)
  • 156 H.P. Holzhauser, « Mouvements des glaciers dans les Alpes suisses depuis 2700 BP », Les nouvelles d (...)
  • 157 J.-L. Borel, J.-L. Brochier et K. Lundstrom-Baudais, « Water level fluctuations of the lake of Pala (...)
  • 158 M. Magny, « Les fluctuations des lacs jurassiens et subalpins et l’histoire du climat au Moyen Âge  (...)
  • 159 M. Magny et H. Richard, « Essai de synthèse vers une courbe de l’évolution du climat entre 500 B.C. (...)

77En Europe tempérée, les travaux menés sur la variation de l’épaisseur des cernes des mélèzes155, sur les fluctuations holocènes des lacs jurassiens156 et alpins157 ou les avancées et reculs des glaciers158 confirment globalement la séquence dégagée par les géomorphologues et les sédimentologues méridionaux, même s’il reste beaucoup de chemin à parcourir pour affiner les corrélations dans le détail159. Du croisement des données ressort le schéma climatique méridional suivant : aux conditions sèches et douces de la période gallo-romaine succède une pulsation plutôt froide et pluvieuse dont l’ampleur, la mesure et les bornes chronologiques sont pour le moment assez incertaines (vers 400-vers 750 ou 850 ?) faute d’analyses plus nourries ; aux alentours de l’an Mil (IXe-XIe siècle) commence une phase à hivers doux plutôt sèche qui s’achève avec le début du XIVe siècle, moment où commence la péjoration du « Petit Âge glaciaire ». Le régime de pluviosité s’accentue tout au long du XIIIe siècle.

Essai de corrélation entre les résultats anthracologiques et l’évolution climatique

  • 160 R. Noel, « Les dépôts de pollens fossiles », Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 5 (...)

78Les données anthracologiques s’intègrent assez bien dans le canevas ci-dessus. L’épisode frais et humide centré sur la transition Antiquité tardive-Haut Moyen Âge facilite sans aucun doute le maintien et la descente de taxons montagnards, Hêtre, Noisetier et Sapin, dans la basse plaine. En effet, ces essences ne craignent pas les hivers plus rigoureux. De plus, une hygrométrie élevée est indispensable au Hêtre, ce qui concorde aussi avec une éventuelle modification du régime de la pluviosité. Dans l’Europe du nord-ouest, les phases de propagation de cette essence correspondent bien à des périodes de climat pluvieux160. Ainsi, sur la bordure méridionale du Massif central aussi, le Hêtre est un marqueur biogéographique et climatique intéressant. Les prochaines années devront s’attacher à déterminer si, depuis la Protohistoire, il y a eu propagation ou non des boisements mésophiles, Hêtre et Sapin, à basse altitude, et si ces avancées ou reculs sont en liaison avec des oscillations de faibles amplitudes. Cette péjoration du Haut Moyen Âge favorise également le Chêne pubescent au détriment du Chêne vert. Ainsi l’hypothèse d’une régénération forestière de la chênaie caducifoliée entre les IIIe et IXe siècles favorisée par une oscillation fraîche ne doit pas être écartée. Elle explique peut-être aussi l’importance de la formation au Moyen Âge central.

  • 161 G. Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers (Var) : contribution à l’archéologie de l’habitat (...)
  • 162 J.-L. Vernet, C. Pachiaudi, F. Bazile, A. Durand, L. Fabre, C. Heinz, M.-E. Solari, S. Thiébault, « (...)

79L’optimum climatique régional tempéré à tendance sèche et à hivers doux des VIIIe-XIIe siècles amplifie les processus d’anthropisation du paysage en cours : les deux phases médiévales de déforestation (IXe et XIe siècles) sont marquées par la disparition des boisements mésophiles et par l’intégration de nouveaux terroirs à l’ager. Elles conduisent à une diminution du degré d’humidité en accord avec une fluctuation climatique plus sèche. Les facteurs anthropiques et climatiques se conjuguent ici pour précipiter l’aridification du paysage languedocien. Le seul point de référence anthracologique provençal ne dément pas cette évolution. À Rougiers, l’analyse montre, depuis le XIIIe siècle, une lente diminution de la chênaie caducifoliée en regard de la progression régulière de la forêt sclérophylle et de son cortège floristique comme l’Arbousier et l’Alaterne161. Les quelques essences mésophiles présentes au début de la séquence, Hêtre et Erable principalement, disparaissent très vite. Les mesures du δ13 effectuées sur les charbons de bois de Lunel-Viel et de Montagnac font effectivement état de conditions climatiques plus sèches que pluvieuses vers l’an Mil : en effet, les points médiévaux se situent entre -25 et -24 pour mille dans une courbe holocène construite pour le Chêne pubescent où les valeurs les plus « hautes » gravitent à -23 pour mille162. Cependant, ces résultats demandent à être affinés par d’autres séries de mesures.

80Je serai tentée de corréler le début de l’érosion intense signalant la dégradation du paysage enregistrée par la sédimentologie à partir du VIIe siècle avec la première phase de défrichement à l’époque carolingienne établie par le sondage de Marsillargues et les résultats anthracologiques. Il y a cependant un hiatus chronologique d’environ un siècle et demi : il s’agit soit d’un vieillissement de la date au C14, phénomène fréquent durant les époques historiques, soit d’un décalage temporel régional. Cette dégradation se poursuit et s’accélère surtout aux XIIIe et XIVe siècles. Or les sites anthracologiques de cette époque, Saint-Victordes-Oules et Cassan, révèlent une végétation dégradée où la forêt a cédé le pas à la garrigue et aux pelouses. Les XIIe-XIIIe siècles paraissent bien être les points de départ d’un processus régressif intense, la couverture boisée se raréfiant. Ceci se traduit par une intense érosion des versants. Les stratigraphies sédimentologiques font état de la brutalité du phénomène.

  • 163 R. Dugrand, La Garrigue montpelliéraine. Essai d’explicaticm d’un paysage, Paris, PUF, 1964.

81Aujourd’hui, les différences de température et de pluviosité entre l’arrière-pays et la basse-plaine (fig. 19 et 20) sont sensibles : la pluviosité annuelle est plus abondante et mieux répartie dans les garrigues que sur le littoral163. Il est tout à fait probable que des nuances climatiques entre les deux zones existent également au Moyen Âge. Deux questions se posent : le petit décalage végétal altitudinal observé précédemment en regard de la situation actuelle ne doit-il pas être mis sur le compte de cette différence climatique ? La partition régionale de l’espace entre les reliefs et le littoral entérinée par deux écosystèmes différents ne doit-elle pas être mise pro parte sur le compte de ces nuances climatiques ? Seules des analyses ultérieures précises devraient y répondre. S’il est clair qu’il n’y a pas de divergence profonde entre les résultats anthracologiques et climatiques, je n’ai pu que mettre en évidence des corrélations et des concordances, non des liens de cause à effet indiscutables du climat sur la construction du paysage.

***

82Le rôle des paysans médiévaux dans la genèse du paysage languedocien est indéniable : à leur actif – ou plutôt passif ? –, on doit donc porter la fixation actuelle de l’étagement des boisements végétaux et la stabilisation relative du stock floristique méditerranéen. Les deux vagues de déforestations successives conjuguées aux pulsations climatiques engendrent une métamorphose radicale des écosystèmes forestiers. Les milieux humides ou palustres sont les plus drastiquement atteints. L’hygrométrie de la région s’abaisse. Si les défrichements carolingiens se situent plutôt dans le droit fil des déforestations antiques, ceux du XIe siècle, par le type d’assemblages essartés, rompent avec cette tradition. Amorcée depuis près de 8 000 ans, la rupture de l’équilibre biologique entre l’homme et la forêt arrive presque à sa conclusion. Le seuil de l’an Mil est bien une césure quasi irréversible dans l’histoire de l’environnement languedocien. Avec la mise en place d’un nouvel ordre social qui encellule le paysan dans un filet aux mailles de plus en plus serrées se consolide une emprise plus forte sur le milieu. La mosaïque végétale du premier Moyen Âge disparaît peu à peu. Au XIIIe siècle, elle laisse progressivement place à ce que l’on qualifie à tort de « paysage typiquement méditerranéen ». Tout au long de ce chapitre j’ai employé à diverses reprises les termes de dégradation, d’évolution régressive, de rupture par référence à des concepts issus de l’écologie et de la phytogéographie pour caractériser la dynamique des formations végétales. En fait il serait plus juste de parler d’adaptation, de domestication et surtout d’humanisation ou de sociabilisation du milieu. Dans le chapitre suivant, je m’attacherai à mieux cerner ces processus d’anthropisation de la végétation qui constituent Tune des clefs pour suivre la construction du paysage languedocien.

Notes

1 M. Bloch, Les caractères originaux de l’histoire rurale française, Oslo, 1931.

2 Cf. supra et N. Planchais, « Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléo-environnement végétal et évolution anthropique », Pollen et Spores, vol. 24, no 1, 1982, pp. 93-118.

3 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, « Histoire agricole et phytogéographie », Annales ESC, t. 17, 1962, pp. 434-447 et J.-P. Barry, Cartographie agraire de la commune de Boissières, thèse, université de Montpellier, Faculté des Lettres et Sciences humaines, 1952.

4 G. Kuhnholtz-Lordat, « La silva, le saltus et l’ager de garrigue », Annales de l’École d’agriculture de Montpellier, t. 26, fasc. 4, 1945.

5 F. Sigaut, L’agriculture et le feu. Rôle et place du feu dans les techniques de préparation du champ de l’ancienne agriculture européenne, Paris-La Haye, École pratique des Hautes études en sciences sociales et Mouton and Co, 1975.

6 T. Sclafert, Cultures en Haute-Provence : déboisements et pâturage au Moyen Age, Paris, EHESS, 1959, pp. 25-31 et 117-131 et F. Sigaut, L’agriculture..., op. cit., pp. 26-29 et 192-193.

7 G. Kuhnholtz-Lordat, La silva..., op. cit., pp. 61-62 et E. Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris-La Haye, École pratique des Hautes études en sciences sociales et Mouton, 1966, réimpression 1985, pp. 77 et 196-199.

8 E. Le Roy Ladurie, ibid., p. 77.

9 F. Sigaut, ibid., pp. 122-123.

10 G. Kuhnholtz-Lordat, ibid., et E. Le Roy Ladurie, ibid.

11 G. Kuhnholtz-Lordat, ibid., p. 62.

12 Cf. infra pp. 312-323.

13 N. Planchais, Palynologie..., op. cit.

14 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, Histoire..., op. cit.

15 M. Zerner-Chardavoine, « Enfants et jeunes au IXe siècle. La démographie du polyptyque de Marseille 813-814 », Provence historique, t. 31, fasc. oct.-déc, 1981, pp. 355-383. M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 47 et 56.

16 A.-J. Brutails, Étude sur la condition des populations rurales du Roussillon au Moyen Âge, Paris, Impr. nationale, 1891, p. 99. E. Cauvet, « Étude historique sur l’établissement des Espagnols dans la Septimanie aux VIIIe et IXe siècles », Bulletin de la Commission archéologique et littéraire de Narbonne, t. 1, 1977, pp. 343-390. A. Dupont, Les cités de la Narbonnaise première depuis les invasions germaniques jusqu’à l’apparition du consulat, Nîmes, Chastanier et Aimeras, 1942, pp. 328-338, 338-343, 375-399 et « L’aprisio et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France », Le Moyen Âge, t. 71, 1965, pp. 179-214.

17 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’église dans la province ecclésiastique de Narbonne (zone cispyrénéenne) de la fin du VIIIe siècle à la fin du XIe siècle, Toulouse, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1974.

18 J.-L. de Beaulieu et A. Pons, « Les peuplements peu productifs du Parc national des Cévennes », chapitre V, « Recherches pollen-analytiques sur l’histoire de l’action humaine dans la région du parc national des Cévennes », Annales du Parc national des Cévennes, t. 1, 1979, pp. 101-128.

19 N. Planchais, « Analyses polliniques du remplissage holocène de la lagune de Canet (plaine du Roussillon, département des Pyrénées orientales) », Ecologia mediterranea, t. 11, fasc. 1,1985, pp. 117-127.

20 La formule est de Jérôme Bonhôtre.

21 J.-P. Barry, Cartographie..., op. cit., pp. 9-13 et P. Ozenda, La végétation de la chaîne alpine dans l’espace montagnard européen, Paris, Masson, 1985, p. 136.

22 J’expliquerai cette absence par la suite cf. infra pp. 370-380.

23 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, Histoire..., cp. cit.

24 J.-P. Barry et E. Le Roy Ladurie, Histoire..., op. cit.

25 A. Deléage, La vie économique et sociale de la Bourgogne dans le Haut Moyen Âge, Mâcon, Protat Frères, 1941 et C. Higounet, « Les "artigues" des vallées luchonaises », France méridionale et Pays ibériques. Mélanges géographiques offerts en hommage à D. Faucher, t. 2, Toulouse, 1949, pp. 555-582 et « Les artigues du Midi de la France », Toponymie et défrichements médiévaux et modernes en Europe occidentale et centrale, Huitièmes journées internationales d’histoire médiévale et moderne tenues au centre culturel de l’abbaye de Flaran les 19-21 septembre 1986, Auch, Comité départemental du Tourisme du Gers, 1988, pp. 11-33.

26 Cf. infra chapitre suivant.

27 Cart. An. no 253, p. 378 (972).

28 Cart. An. no 269, p. 395 (1094-1115) et 270, p. 395 (1094-1115).

29 Cart. Gell. no 174, p. 155 (984-991) ; no 173, p. 154 (999) ; no 5, p. 7 (vers 1005) et no 82, p. 73 (1033-1036).

30 Bull. Mag. no 14, p. 29 (1116) et cart. Mag. no 99, p. 193 (1157).

31 H.G.L., t. II, no 122, col. 251 (844) et A.D. Gard H106 f° 3v (909), f° 199v (1054) et f° 24r (1125).

32 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 171-173.

33 P. Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe à la fin du XIe siècle : croissance et mutations d’une société, t. 1 et 2, Toulouse, Publications de l’université de Toulouse-Le Mirail, 1975, pp. 445-448.

34 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 94-96. A. Parodi, C. Raynaud et J.-M. Roger, « La Vaunage du IIIe siècle au milieu du XIIe siècle. Habitat et occupation des sols », Archéologie du Midi médiéval, t. 5, 1987, pp. 1-59.

35 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., pp. 200-202.

36 Cart. Nim. no 28, p. 52 (926).

37 Cart. Nim. no 83, p. 134 (947-986).

38 M. Bourin-Derruau, Villages...οp. cit., t.1, p. 95.

39 Cart. Nim. no 133, pp. 213-214 (1043-1060) et no 184, p. 297 (1060-1108).

40 Cart. Nim. no 115, p. 183.

41 Cart. Béz. no 77, p. 97 (1069).

42 Cart. Valm. reg. B Vairac f° 140r (fin XIIe siècle), 145r (1153), reg. B Font-Mars no 8 (1198), no 12 (1198) et no 38 (1163) et 1163, reg. B Garrigues no 7 (1199), no 17 (1199), reg.A f° 117v (1188), f° 126r (1187), etc.

43 C. Higounet, Les « artigues » des vallées luchonaises...op. cit. et Les artigues du Midi de la France..., op. cit.

44 Cart. An. no 47 p. 189 (1040-1067).

45 P. Bonnassie, « La croissance agricole du Haut Moyen Âge dans la Gaule du Midi et le Nord-Est de la péninsule ibérique : chronologie, modalités, limites », La croissance agricole du Haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, Géographie, Actes des10e journées internationales d’histoire médiévale et moderne tenues au Centre culturel de l’abbaye de Flaran des 9-11 septembre 1988, Auch, Comité départemental du tourisme du Gers, 1990, pp. 13-35.

46 [...] campus de Artigis cum garrigiis A.D. Bouches-du-Rhône 56H4340 (1186) et A.D. Hérault G472 (1186) ; garriga tota cum artigis ou une garrigue aux artigues A.D. Bouches-du-Rhône 56H4339 (1193), 56H4340 (1193) et A.D. Hérault G472 (1193).

47 L’étymologie donnée par F.R. Hamlin pour les deux Ourtigues de Gabian et Libouriac est erronée F.R. Hamlin, Les noms de lieux du département de l’Hérault. Nouveau dictionnaire topographie et étymologique, Mèze, Abbé Cabrol, 1983, p. 269 car il s’agit d’une déformation d’Artigue comme le prouvent les chartes médiévales concernant Libouriac. Se rattache aussi à cette catégorie le ruisseau d’Ourtigès sur la commune de Bréau-etSalagosse.

48 C. Higounet, Les artigues du Midi..., op. cit.

49 A.D. Bouches-du-Rhône 56H4340 (1186).

50 C. Higounet, Les artigues du Midi, op. cit

51 E. Le Roy Ladurie, Les paysans..., op. cit., p. 77 et 196-199 et F. Sigaut, L’agriculture..., op. cit., p. 177.

52 F. Sigaut, ibid., p. 178.

53 La villa est mentionnée à plusieurs reprises cart. An. no 55, p. 195 (830-838), no 335, p. 447 (830-838), no 59, p. 199 (873-875) et no 61, p. 201 (873-875). Elle aurait été localisée à cet endroit par J.-F. Lalanne (communication orale).

54 Cart. An. no 147, p. 287 (1016-1029) et 148, p. 288 (1016-1029).

55 Les ferriers ont été retrouvés par J.-F. Lalanne sans aucun doute possible (communication orale).

56 Manse de la Bue, d’Agrès, de Valle Lobeira cart. An. no 326, p. 443 (1204) et no 322, p. 440 (1205).

57 Cart. An. no 168, p. 304 (1094-1108) ; no 60, p. 200 (1094-1114) ; no 109, p. 251 (avant 1100) ; no 57, p. 197 (1100) ; no 58, p. 198 (1100) et no 333, p. 446 (1100).

58 Cart. An. no 147, p. 287 (996-1031) ; no 148, p. 288 (996-1031) ; no 149, p. 289 (996-1031) ; no 146, p. 285 (1036-1060) ; no 144, p. 284 (1036-1060) ; no 146, p. 285 (1031-1060).

59 Cart. An. no 147, p. 287 ; no 148, p. 288 ; no 149, p. 289.

60 Cart. An dipl. no 7, p. 52 (820) et no 11, p. 58 (852) pour les plus anciennes mentions.

61 H.G.L., t. III, col. 247, 255, 268 et ibid. t. IV, p. 401.

62 Cart. An. no 146, p. 286 (1031-1060).

63 Cart. An. no 144, p. 284 (1036-1060).

64 P. Bonnassie, La croissance..., op. cit.

65 Cart. An. no 146, p. 286 (1031-1060).

66 Cart. An. no 144, p. 284 (1036-1060).

67 [...] usque ad terminium de bastida de laco Balandone cart. An. no 149, p. 289 (1016-1031).

68 [...] illam scilicet bastidam que est apud Montana Ozilonis et apellatur Speronis cart. Gell. no 395, p. 328 (1080-1090).

69 [...] bastidam de Gras, bastidam de Barron... et bastidam Poncii Sarpelli au diocèse d’Uzès B.N., Doat, vol. 75 f° 3 r (1209) et vol. 72 f° 308 r (1213), B.N., lat. 9988 f° 21 r (1209) et f° 23 r (1213) ; et omne hoc quod habebam... infra bastidam de Arboratis A.D. Hérault 63H148 (1216).

70 C. Higounet, « La frange orientale des bastides », Annales du Midi, t. 61, 1949, pp. 359-367.

71 N. Coulet, « La naissance de la bastide provençale », Géographie historique du village et de la maison rurale, Actes du colloque de tenu à Bazas les 19-21 octobre 1979, Paris, CNRS, 1980, pp. 145-159 et « La bastide provençale au Bas-Moyen Âge : contribution à une histoire de l’habitat rural dispersé en Provence », Archeologia medievale, t. 7, 1980, pp. 55-71.

72 R. Comba, Metamorfosi di un paesaggio rurale. Uomini e luoghi del Piemonte sud-occidentale fra X e XVI secolo, Torino, Celid, coll. Cultura materiale 2, 1983, pp. 74-82 et 163-190 et « La dispersione dell’habitat nell’Italia centro-settentrionale tra XII e XV secolo. Vent’anni di ricerche », Studi Storici, anno 25, fasc. 3 Luglio-Settembre, 1984, pp. 765-783.

73 M. Fixot, « La construction de châteaux dans la campagne d’Apt et de Pélissanne du XIe au XIIIe siècle », Archéologie médiévale, t. 3-4, 1973-1974, pp. 245-296 et« Bastida de Banniols. Cadrix revisited », Provence historique, t. 34, 1985, pp. 289-298.

74 A. Cablat, « Les habitats de pierres sèches de l’Hérault. Quelques aspects de la vie rurale au Moyen Âge dans la région d’Aniane », Archéologie en Languedoc, no 5, 1982-1983, pp. 149-176.

75 A. Cablat, communication orale à L. Schneider.

76 L. Schneider, communication orale.

77 C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et d’Agde (900-1170), t. 2, Portraits de familles, livre 1, Thèse d’État, Université de Paris IV-Sorbonne, 1995, pp. 354-358.

78 C. Duhamel-Amado, ibid.

79 N. Coulet, La bastide..., op. cit.

80 Je n’ai pas recensé un seul contrat de défrichement ou de paréage. La seule entreprise connue de défrichement autoritaire encadrée par les seigneurs est celle des bastides de Puéchaut. Mais elle ne fournit guère d’indications sur la population qui s’y est installée : seulement quelques anthroponymes. Aialric, Pons Fulco et Pierre Rigasius sont vraisemblablement les exploitants des bastides ubi visi sunt manere. Mais qui sont-ils ? Des hommes de la haute aristocratie comme le pense E. Magnou-Nortier ? On les imagine mal isolés, pionniers, et s’occupant d’élever des animaux domestiques... Il est plus raisonnable de penser qu’il s’agit de paysans venus tenter leur chance. Mais d’où viennent-ils ? La question reste sans réponse.

81 Seule la mise en valeur des sols d’alluvion par le biais de la condamine s’est sans doute faite sous l’égide des puissants. J’en décrirai le mécanisme au chapitre suivant. Mais parce qu’elles sont terres indominicales, les condamines n’apparaissent qu’en filigrane dans la documentation et on ignore tout des modalités pratiques de la colonisation. Sans doute les établissements ecclésiastiques ont-ils requis les frères convers et les potentats laïcs la familia ou leurs tenanciers. Mais en l’absence de corvées spécifiques ou d’indications précises, il est difficile d’être affirmatif.

82 Cf. supra pp. 115-117.

83 La croissance agricole du Haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, géographie, Actes des10e journées internationales d’histoire médiévale et moderne tenues au Centre culturel de l’abbaye de Flaran des 9-11 septembre 1988, Auch, Comité départemental du tourisme du Gers, 1990.

84 D. Moreno, « Châtaigneraie "historique" et châtaigneraie "traditionnelle". Note pour l’identification d’une pratique culturale », Médiévales, t. 16-17,1989, pp. 147-169.

85 H. Triat-Laval, Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi- et post-glaciaire de la végétation de la Basse Vallée du Rhône, Thèse d’état, Université d’Aix-Marseille III, 1978

86 G. Dupias et R. Molinier, Carte de la végétation de la France, Montpellier no 73 (1/200 000), Paris, CNRS, 1968.

87 G. Dupias et R. Molinier, ibid.

88 P. Ozenda, Documents pour la carte de végétation des Alpes, vol. 4, 1966, Saint-Martin-d’Hères, Université de Grenoble, Laboratoire de biologie végétale, 1967 et La végétation de la chaîne alpine dans l’espace montagnard européen, Paris, Masson, 1985, pp. 135-136.

89 J.-L. Vernet, « Étude sur l’histoire de la végétation du Sud-Est de la France au Quaternaire d’après les charbons de bois principalement », Paléobiologic continentale, vol. 4, no 1,1973, pp. 1-90.

90 L. Chabal, « Étude anthracologique pour une histoire du paysage. Étude paléoécologique de l’occupation gallo-romaine », C. Raynaud, F. Brien-Poitevin, L. Chabal, P. Columeau, M.-F. Diot, A. Durand, Y. Manniez et M.-P. Ruas, Le village gallo-romain et médiéval de Lunel-Viel (Hérault). La fouille du quartier ouest (1981-1983), Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, vol. 422, 1990, pp. 315-325.

91 J.-L. de Beaulieu et A. Pons, « Les peuplements peu productifs du Parc national des Cévennes », Chapitre V, « Recherches pollen-analytiques sur l’histoire de l’action humaine dans la région du parc national des Cévennes », Annales du Parc national des Cévennes, t. 1, 1979, pp. 101-128.

92 P. Ozenda, Documents... et La végétation..., op. cit.

93 G. Dupias, Notice détaillée de la feuille de Rodez no 65, collection Carte de la végétation de la France au 1/200 000 Rodez - 65, Paris CNRS, 1969 pp. 66-68 et Végétation des Pyrénées... notice détaillée de la partie pyrénéenne des feuilles de Bayonne - 69, Tarbes - 70, Toulouse - 71, Carcassonne - 72, Luz - 76, Foix - 77 et Perpignan - 78, collection Carte de la végétation de la France au 1/200000e, Paris, CNRS, 1985, pp. 98-103.

94 P. Ozenda, Documents... et La végétation..., op. cit., pp. 138-144.

95 G. Dupias, Végétation des Pyrénées..., op. cit., pp. 102-103.

96 G. Dupias, ibid., pp. 96-98.

97 C. Heinz, Dynamique des végétations holocènes en Méditerranée nord-occidentale d’après l’anthracoanalyse de sites préhistoriques. Méthodologie et paléoécologic, Thèse de l’université des sciences et techniques du Languedoc, Montpellier II, 1988, p. 192 publiée dans Paléobiologie continentale, vol. 16, no 2, 1990.

98 A. Durand et J.-L. Vernet, « Anthracologie et paysages forestiers médiévaux. A propos de quatre sites languedociens », Annales du Midi, t. 99, no 180, 1987, pp. 397-405 et A. Durand, « Étude anthracologique pour une histoire du paysage. Étude paléoécologique des niveaux médiévaux », C. Raynaud, F. Brien-Poitevin, L. Chabal, P. Columeau, M.-F. Diot, A. Durand, Y. Manniez et M.-P. Ruas, Le village gallo-romain et médiéval de Lunel-Viel (Hérault). La fouille du quartier ouest (1981-1983), Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, vol. 422, 1990, pp. 315-316 et 325-337.

99 Les premières comparaisons diachroniques pour une même séquence stratigraphique entre anthracoanalyse et palynologie archéologique ont établi à la Balma Margineda que les vestiges ligneux traduisent une situation très localisée de la végétation environnante alors que les pollens enregistrent la dispersion pollinique avant que les plantes ne soient réellement installées C. Heinz, Dynamique..., 1988, pp. 163-168. Cet exemple concerne une période, une région, et, surtout, une situation différentes. Il faut tout attendre de prochaines analyses comparatives pour élargir cette conclusion.

100 M. Farizier, Recherches sur les macroflores des tufs quaternaires du Sud de la France, Diplôme de l’EPHE, Montpellier, 1980, p. 61.

101 Il s’agit de la basse plaine car, pour l’Aude, il est fait mention de bois flottés sur le fleuve au Bas Moyen Âge J.-P. Cazes, communication orale.

102 Cart. Guill. no 245, p. 409 (XIIe siècle) et no 275, p. 439 (XIIe siècle).

103 Ibid. no 67, p. 120 (1130) et no 75, p. 141 (1145-1146).

104 [...] licentia secandi et extrahendi ligna et trabes de nemoribus nostris ad omnes usos vestros B.N. Doat, vol. 59 f° 43 r (1165).

105 Cf. infra pp. 389-396.

106 H. Triat-Laval, Contribution pollenanalytique..., op. cit.

107 N. Planchais, « Palynologie lagunaire de l’étang de Mauguio. Paléoenvironnement végétal et évolution anthropique », Pollen et spores, vol. 24, no 1, 1982, pp. 93-118.

108 J.-L. Vernet, « Analyse anthracologique de la fosse 1 tardo-romaine de Médor (Ornaisons, Aude) », J. Guilaine, J. Vaquer, J. Coularou et F. Treinen-Claustre, coord., Ornaisons-Médor. Archéologie et écologie d’un site de l’âge du Cuivre, de l’Age du Bronze final et de l’Antiquité tardive, Toulouse-Carcassonne, Centre d’anthropologie des sociétés rurales, Archéologie en terre d’Aude, 1989, pp. 245-246.

109 C. Heinz, Dynamique..., op. cit.

110 M. Farizier, Recherches..., op. cit.

111 M. Farizier, Recherches..., op. cit., pp. 294-295.

112 N. Planchais, Palynologie..., op. cit., « Impact de l’homme lors du remplissage de l’estuaire du Lez (Palavas, Hérault) mis en évidence par l’analyse pollinique », Pollen et spores, vol. 29, no 1, 1987, pp. 73-88. H. Triat-Laval, Contribution pollenanalytique..., op. cit.

113 J.-L. de Beaulieu, « Analyses polliniques dans les Monts de l’Espinouse (Hérault) », Pollen et spores, vol. 11, no 1, 1969, pp. 83-96.

114 E. Bazile-Robert, Flore et végétation du Sud de la France pendant la dernière glaciation d’après l’analyse anthracologique, thèse3e cycle, Université des sciences et techniques du Languedoc, Montpellier II, 1979.

115 L. Chabal, Étude anthracologique..., op. cit. N. Planchais, « Palynologie de dépôts holocènes de Lattes (Hérault) », Compte rendu à l’Académie des sciences de Paris, t. 313, 1991, pp. 1357-1360.

116 M. Barbero, P. de Merle, G. Guende et P. Quézel, « La végétation du Mont Ventoux », La Terre et la Vie, revue d’Écologie appliquée, supplément 1, Le Massif du Mont Ventoux, Vaucluse. Éléments d’une synthèse écologique, 1978, pp. 21-38. P. Ozenda, La végétation..., op. cit., pp. 172-178

117 C. Allier et V. Bresset, « Les hêtraies des Baronnies, des Préalpes de Digne et du pays de Seyne. Leur place dans les Alpes du Sud », Ecologia mediterranea, t. 5, 1980, pp. 113-146.

118 G. Dupias, Végétation des Pyrénées..., op. cit.

119 J.-L. Vernet, communication orale.

120 C. Vanden Berghen, Étude sur la végétation des Grands Causses du Massif Central de la France, Société royale de botanique de Belgique, mémoire 1, Bruxelles, ministère de la Culture, de l’agriculture et de la formation universitaire, 1963, pp. 54-56.

121 J. Braun-Blanquet, N. Roussine et R. Nègre, Les groupements végétaux de la France méditerranéenne, Paris, CNRS, 1952, pp. 257-258. G. Dupias, Végétation des Pyrénées..., op. cit., pp. 96-98.

122 G. Dupias, Notice détaillée de la feuille de Rodez no 65..., op. cit., pp. 80-81.

123 J. Braun-Blanquet, La forêt d’yeuse languedocienne, (Quercion ilicis). Monographie phytosociologique, Mémoires de la société d’étude des sciences naturelles de Nîmes, no 5, Montpellier, Mari-Lavit, 1936, p. 120.

124 J. Braun-Blanquet et al, Les groupements végétaux..., op. cit., pp. 237-238.

125 R. Molinier et G. Talion, « La Camargue, pays de dunes et Vers la Forêt en Camargue », La terre et la vie, vol. 19, 1965, pp. 3-134 et 135-185. G. Dupias et R. Molinier, Carte de la végétation de la France, Montpellier 73 (1/200 000), Paris, CNRS, 1968.

126 M. Barbero et P. Quézel, « Les forêts de Sapin sur le pourtour méditerranéen », Anales del lnstituto Botánico Antonio José Cavanilles del CS/C, t. 32, vol. 2, 1975, pp. 1245-1289 et M. Barbero et al., La végétation du Mont Ventoux..., op. cit.

127 M. Peinardo Lorcas et J.-M. Martinez-Parras, El paysage vegetal de la Castilla-Mancha, Tolède, Servicio de publicaciones de la Junta de Comunidades de Castilla-La Mancha, 1985, p. 110.

128 B. Thiébaut, Étude écologique de la Hêtraie dans l’arc montagneux nord-méditerranéen de la vallée du Rhône à celle de l’Ebre, Thèse, Université des sciences et techniques du Languedoc, Montpellier II, 1979.

129 G. Dupias, Notice détaillée de la feuille de Rodez no 65... op. cit., pp. 66-69 et Végétation des Pyrénées..., op. cit. P. Ozenda, La végétation..., op. cit., p. 149.

130 Cf. infra pp. 350-355.

131 F.R. Hamlin, Les noms de lieux du département de l’Hérault. Nouveau dictionnaire topographique et étymologique, Poussan, abbé L. Cabrol, 1983, p. 375.

132 J.-L. de Beaulieu, Analyses polliniques..., op. cit.

133 C. Heinz, Dynamique..., op. cit., pp. 189-193.

134 [...] medietatem faginei nemoris quod Fajaobscura vocatur cart. Silv. no 357, p. 282 (1138) ; totum quod habebamus in Fajaobscura ib. no 361, p. 284 (1144) ; boscum qui appellatur Fajaobscura cum omnibus sibi pertinentibus ib. no 362, p. 284 (1144.)

135 [...] arbores quoque virides, quercus vel fagos, ibi incendere non habetis cart. Silv. no 381, p. 302.

136 [...] parrochia Sancti Petri de la Faia cart. Gell. no 157, p. 137.

137 Cart. Gell. no 91, p. 80 (1031-1060).

138 Cart. Gell. no 156, p. 134 (XIIe siècle).

139 C. Douais, « Deux chartes du XIIe siècle. Camarès et Toulouse », Annales du Midi, t. 9, pp. 339-345. F.R. Hamlin, Les noms de lieux..., op. cit., p. 191.

140 Cart. Guill. no 245, p. 408 (XIIe siècle) et no 275, p. 438 (XIIe siècle).

141 Item de vaccis, et vernicibus et agnis, non de cervis, neque de urcis neque de alis ferris bestiis habeat Poncius pelles et pedes, et capita et ventrem cum budellis et sagimine cart. Béz. no 178, p. 242 (1153).

142 [...] si cervi in praedicto tenemento capti A.D. Bouches-du-Rhône 56H788 (1178) ; si... aper captus fuerit, nos et nostri capud habebimus ; et si cervus, ancam habebimus cart. Mag. no 335 bis, p. 132 (1214) ; de cervis captis in dicto territorio dabitis, de singulis, unam ancam, et de apris, caput A.D. Gard H107 f° 3 r (1209).

143 M. Wywial et J.-P. Bravard, « Éléments pour une écologie historique du hêtre dans le Bas-Dauphiné et la Dombes », Actes des XVIIe rencontres internationales d’archéologie et d’histoire tenues à Antibes (octobre 1996), Centre de recherches archéologiques, sous presse.

144 M. Campo, « Végétation würmienne en France. Données bibliographiques. Hypothèses », VIIIe congrès de l’INQUA tenu à Paris, Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, suppl., 1969, pp. 104-111. H. Triat-Laval, Contribution pollenanalytique..., op. cit. J.-L. Vernet, Études sur l’histoire..., op. cit. E. Bazile-Robert, Flore et végétation..., op. cit.

145 P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Age, Paris, EHESS, 1987, pp. 30-31.

146 R. Neboit, L’homme et l’érosion, Clermond-Ferrand, Faculté des Lettres de ClermontFerrand, 1983 donne le primat aux facteurs culturels alors que pour M. Provansal et C. Morhange, « Seuils climatiques et réponses morphogéniques en basse Provence depuis 5000 ans », Quaternaire, t. 5, no 3-4, 1994, pp. 113-118 « l’évolution géomorphologique de la basse Provence à l’Holocène n’est pas simplement superposable à l’anthropisation ».

147 J.-P. Bravard, A. Vérot-Bourrély et P.-G. Salvador, « Le climat d’après les informations fournies par les enregistrements sédimentaires fluviatiles étudiés sur des sites archéologiques », Les nouvelles de l’archéologie, t. 50,1992, pp. 7-13.

148 P. Alexandre, ibid., pp. 657-676.

149 En dehors des carences documentaires soulignées par l’auteur, E. Ornato discute fort longuement la validité méthodologique et statistique d’ensemble en pointant les faiblesses de l’ouvrage dans « L’exploitation des sources narratives médiévales dans l’histoire du climat : à propos d’un ouvrage récent », Histoire et mesure, 1988, 3e année, pp. 403-449.

150 M. Jorda et J.-C. Roditis, « Les épisodes de gel du Rhône depuis l’an mil. Périodisation, fréquence, interprétation paléoclimatique », Méditerranée, no 3-4,1993, pp. 19-30.

151 M. Pinna, « Il clima nell’alto medioevo. Conoscenze attuali e prospettive di ricerca », L’ambiente vegetale nell’alto medioevo, 37e Settimane di studio del centro italiano di studi sull’alto medioevo (30 mars-5 avril 1989), Spolète, 1990, pp. 431-451.

152 M. Provansal et C. Morhange, Seuils..., op. cit.

153 G. Arnaud-Fasseta et M. Provansal, « Étude géomorphologique du delta du Rhône : l’évolution des milieux de sédimentation fluviatiles au cours de l’Holocène récent », Méditerranée, no 3-4, 1993, pp. 31-42. J.-L. Ballais, M. Jorda, M. Provansal et J. Covo, « Morphogenèse holocène sur le périmètre des Alpilles », Archéologie et environnement : de la Sainte-Victoire aux Alpilles, Travaux du centre C. Jullian, no 14, Aix-en-Provence, Publications de TUniversité de Provence, 1993, pp. 515-547. J.-P. Bravard, « La métamorphose de rivières des Alpes françaises à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne », Bulletin de la société géographique de Liège, t. 25, 1989, pp. 145-157. M. Jorda, « Morphogenèse et évolution des paysages dans les Alpes de Haute-Provence depuis le Tardiglaciaire : facteurs naturels et facteurs anthropiques », Bulletin de l’Association des géographes français, no 472, 1980, pp. 295-304. M. Jorda et J. Vaudour, « Sols, morphogenèse et actions anthropiques à l’époque historique sur les rives nord de la Méditerranée », La mise en place, l’évolution et la caractérisation de la flore et de la végétation circumméditerranéennes, Actes du Colloque de la Fondation L. Emberger tenu à Montpellier les 9-10 avril 1980 publié dans un numéro spécial de Naturalia monspeliensis, 1980, pp. 173-183. M. Jorda, « Un milieu naturel montagnard et des hommes : lectures du paysage haut-alpin », Archéologie dans les Hautes-Alpes, Gap, 1991, et « Morphogenèse et fluctuations climatiques dans les Alpes françaises du Sud, de l’âge du Bronze au Haut Moyen Âge », Les nouvelles de l’archéologie, 1992, t. 50, pp. 14-50. R. Neboit, L’homme..., op. cit. et « Les basses terrasses alluviales, témoins de l’occupation des sols », Castrum 2. Structures de l’habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens : les méthodes et l’apport de l’archéologie extensive, Actes de la rencontre organisée à Paris 12-15 novembre 1984, collection de l’École française de Rome, no 105, Publication de la Casa de Velazquez fasc. IX, Rome-Madrid, École française de Rome-Casa de Vélasquez, 1988, pp. 401-405. M. Provansal et Morhange C., Seuils..., op. cit.

154 J.-E. Brochier, « Deux mille ans d’histoire du climat dans le Midi de la France », Annales ESC, t. 38,1983, pp. 425-438.

155 F. Serre, « Résultats dendroclimatiques pour les Alpes méridionales françaises », Evolution des atmosphères planétaire et climatologique de la Terre, colloque international, CNES, 1979, pp. 381-386.

156 H.P. Holzhauser, « Mouvements des glaciers dans les Alpes suisses depuis 2700 BP », Les nouvelles de l’archéologie, t. 5,1992, p. 37.

157 J.-L. Borel, J.-L. Brochier et K. Lundstrom-Baudais, « Water level fluctuations of the lake of Paladru (Isère France) in the Xth and XIth centuries A.D. », Ecologia mediterranea, t. XI, 1985, pp. 179-183. J.-L. Borel, J.-L. Brochier et J.-C. Druart, « Résultats préliminaires des études paléoécologiques et paléoclimatiques du sondage C (lac de Paladru France) », Ecologia mediterranea, 1994, t. 20, pp. 89-95.

158 M. Magny, « Les fluctuations des lacs jurassiens et subalpins et l’histoire du climat au Moyen Âge », Histoire et mesure, 1993, t. 8, no 2, pp. 5-17.

159 M. Magny et H. Richard, « Essai de synthèse vers une courbe de l’évolution du climat entre 500 B.C. et 500 A.D. », Les nouvelles de l’archéologie, t. 50, 1992, pp. 58-60.

160 R. Noel, « Les dépôts de pollens fossiles », Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 5, Turhout, Brepols, 1972, p. 72.

161 G. Démians d’Archimbaud, Les fouilles de Rougiers (Var) : contribution à l’archéologie de l’habitat rural médiéval en pays méditerranéen, Paris-Valbonne, CNRS, 1980, p. 407.

162 J.-L. Vernet, C. Pachiaudi, F. Bazile, A. Durand, L. Fabre, C. Heinz, M.-E. Solari, S. Thiébault, « Le 813 de charbons de bois préhistoriques et historiques méditerranéens de 35 000 BP à l’actuel. Premiers résultats », Compte rendu à l’Académie des Sciences de Paris, 1996, t. 323, pp. 319-324.

163 R. Dugrand, La Garrigue montpelliéraine. Essai d’explicaticm d’un paysage, Paris, PUF, 1964.

Table des illustrations

Légende Tableau 10. Evolution régressive et sociabilisation des paysages d’après d’anthracologie (IVe-XIVe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Tableau no 11a. Les marqueurs d’ouverture forestière caractérisés par l’anthracologie (IVe-XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Tableau no 11b. Les marqueurs d’ouverture forestière caractérisés par l’anthracologie (XIIe-XVIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure no 40. Les fronts pionniers de colonisation (finXe-XII siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure no 41. L’implantation des nouveaux manses (fin Xe-ΧΙIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure no 42. Distribution des nouveaux sites de manses par siècle (fin Xe-XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Figure no 43. L’occupation du sol dans le bassin de Vailhauquès (XIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Figure no 44. Localisation de la bastide de Puéchaut
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Tableau no 12. Évolution comparée de la chênaie pubescente et de la chênaie sempervirente d’après l’anthracologie(IXe-XIVe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Tableau no 13. Fréquences absolues des taxons dans les silos à grains de Lunel-Viel (Xe-XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Tableau no 14. Fréquences absolues et relatives des taxons dans deux silos à grains de Lunel-Viel (XIe-XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Tableau no 15. Fréquences absolues et relatives des taxons dans le fait 1011 de Cassan (fin XIIIe- début XIVe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau no 16. Fréquences absolues et relatives des taxons dans l’unité stratigraphique 1003 du Roc des Deux-Vierges à Saint-Saturnin (Xe-XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Tableau no 17. Présences ou absences des taxons dans les sites du Lauragais (Xe-XIVe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Légende Tableau no 18. Fréquences absolues et relatives des taxons dans le fossé de Castelnaudary (XVe-XVIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Figure no 45. L’extension médiévale de la frange supraméditerranéenne et montagnarde en Languedoc
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Tableau 19a. Les sites anthracologiques à taxons mésophiles (IVe-XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Tableau 19b. Les sites anthracologiques à taxons mésophiles (XIIe-XVIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Légende Tableau no 20. Comparaison des flores médiévales à taxons mésophiles (documentation paléoécologique existante)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende Figure no 46. Coupe topographique et relevé succinct de végétation à Valbonne d’après L. Joubert (1929) et M. Farizier (1980)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5162/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.