Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les paysages médiévaux du Languedoc

 | 
Aline Durand

Chapitre II. L’armature du paysage se met en place (Xe-XIIe siècle)

Texte intégral

  • 1 P.-A. Février, « Problèmes de l’habitat du Midi méditerranéen à la fin de l’Antiquité et dans le Ha (...)
  • 2 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (XeXIVe siècle), (...)
  • 3 D. Baudreu et J.-P. Cazes, « Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude », M. Fixot et E. Zad (...)
  • 4 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., M. Bourin, « Le paysage bâti dans les campagnes bas-langu (...)

1Depuis une vingtaine d’années, le village, longtemps abandonné aux seuls historiens du droit, est redevenu l’un des champs de recherche privilégiés des historiens ruralistes. Dans le Midi, dès 1978, P-A. Février prônait la nécessité d’en aborder l’analyse sur la longue durée par la méthode régressive en croisant les données archéologiques de la fouille et celles, historiques, des chartes les plus anciennes1. En Languedoc, l’impulsion décisive est venue de la thèse de M. Bourin-Derruau2. Depuis, les origines villageoises et les formes spécifiques de l’habitat font l’objet de travaux où se conjuguent le terrain (prospection, fouille, analyse monumentale), les textes, la photointerprétation, les cadastres etc.3 Ceux-ci ont mis en lumière l’ampleur et la complexité des bouleversements affectant l’occupation des sols. En effet, dès le Xe siècle, probablement même dès le IXe siècle, l’habitat se polarise, se structure. Les premières amorces d’un rassemblement des hommes, les protovillages, émergent. Puis, aux alentours de l’an Mil, la militarisation des campagnes perturbe l’organisation naissante du peuplement. Vers 1070-1080, intégrant et synthétisant les différents éléments antérieurs, elle imprime au paysage une uniformité morphologique globale, celle du village enclos et groupé. Cette périodisation et cette vision des choses sont celles qu’offre l’analyse textuelle4. Je m’attacherai à en affiner la chronologie, la géographie, et à mieux en définir quelques-uns des caractères grâce à une relecture plus attentive des actes. Mais les sources écrites demeurent encore lacunaires jusqu’au milieu du XIe siècle (fig. 6 et 7) : il appartient donc aux archéologues de compléter et critiquer ce schéma.

La Maturation villageoise (IXe-Xe SIÈCLE)

  • 5 R. Fossier et J. Chapelot, Le village et la maison au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1980. R. Fossier,(...)
  • 6 Pour ma part, je qualifie de précastral toute forme d’habitat groupé ouvert ou fermé antérieure au (...)

2Au Xe siècle, le village au sens où le définissent généralement les historiens5 n’existe pas encore en Languedoc. Cependant, depuis l’époque carolingienne, le processus d’agrégation des maisons autour d’un pôle cémétérial, ecclésial, ou autre, est largement enclenché. Ces formes précastrales6 du regroupement des hommes se fondent dans le creuset des anciennes structures antiques ou carolingiennes. Elles respectent le réseau de peuplement. Le passé antique et les premiers éléments de christianisation des campagnes pèsent d’un poids certain dans cette esquisse d’organisation villageoise. Cette lente phase de maturation constitue l’une des caractéristiques et des originalités de la naissance du village languedocien.

Des structures recomposées ?

Une région vide d’hommes ?

  • 7 P. Bonnassie, « Du Rhône à la Galice : genèse et modalités du régime féodal », Structures féodales (...)

3Malgré la nette perduration de l’héritage carolingien et antique, y compris sur le plan du mode de production7, cette région connaît des difficultés dont rendent compte plusieurs indices.

  • 8 Cart. Nim. no 41, p. 70 (939), no 44, p. 76 (943), no 52, p. 90 (955), no 61, p. 103 (961), no 64, (...)
  • 9 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’église dans la province ecclésiastique de Narbonne (zone (...)
  • 10 M. Bourin-Derruau, Village..., op. cit., t. 1, p. 95.
  • 11 A. Parodi, C. Raynaud et J.-M. Roger, « La Vaunage du IIIe siècle au milieu du XIIe siècle. Habitat (...)
  • 12 H.G.L. t. V no 147 col. 312 et cart. Gell. no 8, p. 11 (1025-1039).
  • 13 [...] fecere novas maniguerias et reficere antiquas maniguerias disruptas A.D. Hérault G1793 1172.
  • 14 [...] cum terras cultas et incultas, tam dirruptas quant et suburbanas cart. Gell. no 144 p. 123 (9 (...)
  • 15 [...] ipsa ecclesia cum ipsas cellulas et cum ipsas curtes et cum ipsos casales disruptos et vestit (...)
  • 16 Cf. infra pp. 180-189.

4Le premier est constitué par les casales diruptiou disrupti – et le villare diruptum8. E. Magnou-Nortier voit dans ces casales disrupti des terres nouvellement défrichées, donc, l’un des indicateurs les plus sûrs d’une extension des cultures au Xe siècle9. M. Bourin-Derruau également10. Aux arguments développés par A. Parodi pour réfuter cette interprétation11, j’en rajouterai plusieurs. Le premier est l’exemple de l’église Sancta Reparata près de Villeneuve-lès-Maguelone qui est qualifiée de disrupta : c’est un ancien lieu de culte ruiné sur lequel s’étend une parcelle cultivée d’une modiée12. Un exemple plus tardif est celui des antiquas maniguerias disruptas de Mauguio qu’il faut remettre à neuf13. Le terme de disruptus s’oppose aussi à celui de suburbanus14 qui a trait à la zone des faubourgs : il désigne alors la partie en friche ou abandonnée en limite d’ager. Il forme également avec vestitus un couple antinomique : les casales où les tenanciers se sont acquittés de la vestitio, c’est-à-dire du droit d’entrée, contrastent avec ceux vides de tout occupant15. Enfin, la chronologie des défrichements forestiers languedociens situe les deux grandes vagues d’extension culturale consécutives à l’attaque de boisements au IXe siècle, voire à l’extrême fin du Xe siècle d’une part, et XIIe siècle d’autre part16. Ainsi les casales disrupti sont des habitations vides de tout tenancier, abandonnées, incultes voire carrément ruinées. Ils ne sont en aucun cas un signe de défrichement.

  • 17 B.N. lat.9999 no 17 f° 18v (893), no 53 f° 5v (975) ; cart. Nim. no 18, p. 30 (917), no 19, p. 31 ( (...)

5Le second indice concerne les terre vacue. Elles sont repérées aussi bien en Biterrois et Agadès qu’en Vaunage ou proche banlieue de Nîmes17. Elles attestent, sinon d’une déprise culturale, du moins de zones non cultivées au sein même de l’espace agraire. En effet, ces terres sont vides, non pas de tenanciers ou d’exploitants puisqu’elles sont arpentées puis données, échangées ou vendues entre des particuliers et l’Église, mais vides de cultures. D’ailleurs certaines font partie intégrante d’une exploitation viticole parfois toute récente : maiolus cum terra vacua, vinee cum tota terra vacua. La plupart, bien circonscrites dans le paysage, sont bordées de chemins, voies publiques ou fossés et environnées de terres cultivées en vignes ou céréales. Ces parcelles incultes ne contribuent pas à donner une physionomie homogène de l’ager languedocien du Xe siècle. Ni à offrir l’image d’un monde plein et de terroirs surpeuplés.

  • 18 J.-P. Devroey, « Mansi absi : indices de crise ou de croissance de l’économie rurale du Haut Moyen (...)

6Ces observations sur les casales disrupti et les terre vacue évoquent inéluctablement le vieux débat très fourni du mansus absus et de la terra absa carolingiens, quoique ces deux expressions ne se rencontrent pas dans les chartes régionales du Xe siècle. J.-P. Devroey18 dresse un bilan nuancé en insistant sur une définition au cas par cas. Mais il récuse la thèse « pessimiste ». En Languedoc, les qualificatifs de vacua et disruptus s’appliquent à des parcelles cédées en pleine propriété ou des biens alleutiers, exceptionnellement à une tenure soumise au régime domanial. Le contexte n’est pas identique. Les conclusions sémantiques, surtout pour disruptus, sont indéniables. Il reste que le couple antagoniste disruptus-vestitus fonctionne de façon analogue à celui d’absus-vestitus. Il y a là une analogie et sans doute une nouvelle pièce à verser au dossier.

  • 19 M. Zerner-Chardavoine, « Enfants et jeunes au IXe siècle. La démographie du polyptyque de Marseille (...)

7Sans noircir le tableau en concluant à une grave crise démographique, il faut tout de même voir dans ces deux indices convergents la marque d’une faible pression démographique. Elle conduit les hommes à abandonner leurs terres peu rentables et à vider les habitations. Dans le polyptyque de Marseille, nombre d’hommes et de femmes sont dits ad requirendum et, dans tous les domaines, beaucoup de terres sont abse. Cette situation n’est pas sans évoquer le Languedoc un siècle plus tard. Analysant les données démographiques de ce document, M. Zerner qualifie la population de pionnière19. Malgré l’absence totale d’information sur ce sujet, ce qualificatif ne pourrait-il pas s’appliquer également à l’ouest du Rhône pour cette phase qui précède immédiatement la grande expansion du XIe siècle ?

Qu’est-ce que la villa ?

  • 20 E. Magnou-Nortier, La société.... op. cit., pp. 154-155, et 1982, 1984. M. Bourin-Derruau, Villages (...)

8Au cœurs de l’histoire de l’habitat au Xe siècle, il y a la villa. L’ambiguïté du mot gêne considérablement notre perception de la réalité historique : aucun terme n’est à la fois plus galvaudé et moins défini. E. Magnou-Nortier comme M. Bourin-Derruau en ont donné une définition avant tout territoriale20 et ont réglé définitivement son sort à l’acception domaniale classique.

  • 21 [...] mandatarius... monstravit per ipsos terminos petrosos et fossatos antiques... usque in termin (...)
  • 22 Cette définition de terminus ne se trouve ni dans Du Cange, ni dans Niermeyer. Les deux dictionnair (...)
  • 23 Infra terminios de villa Sclaciano... Et in ipso terminio cart. Béz. no 23, p. 16 (946) le pluriel (...)
  • 24 [...] in terminum Agello ubi vocant Odenno superiore Teulet t. I no 12 p. 14 et H.G.L. t. V no 100 (...)

9La villa, c’est d’abord un finage limité de manière non linéaire mais approximative par le finage des autres ville. En effet, ce sont les termines ou fines, les termes, qui bornent les terres ultimes appartenant à la villa. L’emploi presque systématique de la préposition infra -et non pas de in- qui introduit le mot au pluriel21 plaide en faveur de cette acception22. Ces indices différencient les terminos des terminia pour lesquels ces usages sont rares. Mais, surtout, l’emploi conjoint des deux mots dans la même phrase montrent qu’ils ont chacun une signification propre23. Ces terminos font figure de tènements relativement flous dont les contours sur le terrain ne s’avèrent pas particulièrement précis. Ainsi le terminum Agello circonscrit la partie supérieure d’un ensemble plus vaste Odenno superiore24. Ce caractère incertain du terme que l’on ne fait que localiser grossièrement est à corréler avec le passage de l’ager au saltus et à la silva : la frange toujours fluctuante des terres cultivées oscille entre la friche, le gain sur la forêt et la remise en culture. Entre deux ville s’étend une zone mal définie dont la configuration change sans cesse.

  • 25 [...] in villa quae vocatur Pinetus sive in ejus terminio et in ipsa garriga quae est foras termini (...)
  • 26 [...] in villa Mirtiago et in ejus terminio adjacentem versus ilium puteum qui ad ipsam villam adaq (...)
  • 27 Cart. An. no 275, p. 401 (972-978), no 318, p. 436 (889-890).
  • 28 [..] in terminiis de villare Aviciaco H.G.L. t. V no 17 col. 93 (897) ; in villa Franconica... in i (...)
  • 29 [...] in terminium de villa Campanias superiore cart. Nim. no 17, p. 28 (vers 916) et no 18, p. 30 (...)
  • 30 Cart. An. no 111, p. 253 (996-1030) et ib. no 273, p. 399 (997-1031).

10Mais la villa est aussi un terroir cultivé duquel des garrigues échappent25. On sait fort peu de choses sur ses statuts. Ses limites sont connues des contemporains, quelquefois de façon stricte : à Rogues le terminium est borné d’un côté par le puits alimentant la villa et les autres proches ville26. L’étendue de la villa est pourtant sans cesse remaniée : de nouveaux terroirs s’y adjoignent, d’autres en sortent pour constituer des ville autonomes, suivant des processus que l’on ignore. Ainsi Rovetum et la terre publique du terminium de Molanicus, deux territoires qui se jouxtent en 889-890, se retrouvent fusionnés au sein de la villa Romolanicus un siècle plus tard27. Certaines ville ont un terroir perçu comme une entité unique et la villa est alors décrite comme un terminium. D’autres, plus rares, ont un dessin plus complexe et sont faites de plusieurs terminia28. A Campagnes, on individualise celui de la villa superiore par opposition probablement avec celui de la villa inferiore, chacun d’eux épousant la topographie du territoire ainsi délimité29. Mais il existe aussi des terminia qui ne correspondent à aucune villa ou partie de villa. Ils sont comme les témoins isolés d’un ancien maillage disparu tel celui de la Comba Alamandescha30.

  • 31 [..] in villa Vallis vineas duas cart. Béz. no 12, p. 10 (900) ; in villa quant vocant Valle Luposa(...)
  • 32 [...] valle Payguerolas ab integro cum ecclesia Sancti Johannis cum silvis et pertinenciis cart. Lo (...)

11Dès qu’on s’éloigne de la plaine et des Garrigues et que l’on pénètre dans les hautes vallées, en Lodévois ou Uzège, la villa se fait plus discrète : elle porte le nom d’un bassin entier31 et laisse présager d’une faible densité humaine. Ou bien, in vallis remplace le sempiternel in villa. La vallée seule forme alors le cadre de référence : elle suggère l’existence de zones vierges à coloniser. Elle fonctionne sémantiquement exactement comme la villa32.

  • 33 M. Bourin-Derruau, Villages.op. cit., t. 1, pp. 39-40.
  • 34 Similiter... Campanera, ipsa villa ab omni integritate, mansum seniore cum reliquis mansis ad ipsum (...)

12Grâce à l’inventaire quasi obligé des dépendances d’un honneur ou alleu cédé dans une villa ou de la villa elle-même, sa structure est connue. M. Bourin-Derruau33 distingue trois systèmes principaux : un système montagnard sylvo-pastoral avec pâturages, herbages et forêt ; un système agraire ordinaire, surtout agricole, mais où les terroirs complémentaires ne sont pas absents ; enfin, un système littoral ou de bord de rivière avec étangs, moulins, pêcheries, salines et plages. Certains éléments comme le moulin, les canaux d’irrigation, le puits ou le pressoir sont rares34. Ils sont dénombrés tantôt au pluriel, tantôt au singulier. Cette précision est d’autant plus précieuse qu’elle est significative. D’autres, tels l’église, ne sont pas automatiquement cités. Autant d’arguments pour considérer comme à peu près fidèle cette liste énumérative.

  • 35 E. Magnou-Nortier, « La terre, la rente et le pouvoir dans les pays de Languedoc pendant le Haut Mo (...)
  • 36 B. Cursente, « La société gasconne au miroir des cartulaires (XIe-XIIIes.) : notables du fisc ou pa (...)

13Au fil des cartulaires, la villa apparaît comme une cellule vivante, complexe, changeante, bien loin de la rigidité de l’interprétation strictement fiscaliste. Celle-ci fait de la villa l’assiette fixée une fois pour toute du fisc. Ainsi les descriptiones issues d’un même formulaire juridique se réduiraient à l’état récapitulatif des types de biens qui supportent des taxes fiscales35. Il n’est pas dans mon propos ici de développer cet aspect de l’historiographie actuelle car le dossier serait beaucoup trop fourni et il a déjà fait l’objet de débat36. Je me bornerai à souligner simplement que, si le cadre territorial de la villa peut éventuellement aussi jouer ce rôle fiscal, surtout au IXe siècle, la villa du Xe siècle est loin de n’être que cela comme le prouvent la réalité matérielle des confronts sur le terrain et la sémantique. De plus, la majorité des documents sur lesquels s’appuient les tenants de la Romanité couvrent des zones collinéennes ou montagnardes ou alors carrément littorales et marécageuses. Or, dans ces secteurs, les archaïsmes et les formalismes carolingiens perdurent plus facilement que dans la plaine. La villa est loin de n’être qu’un contenu juridique stéréotypé et figé dans le temps depuis l’Antiquité tardive. Elle renvoie presque toujours à une notion de groupement humain soit sur le plan territorial (finage) soit sur le plan écologique (terroirs). À partir de cet organisme vivant, l’organisation du paysage se polarise lentement, amorce primitive d’un resserrement de l’habitat.

L’ancrage de l’habitat

La polarisation du terminium ville

  • 37 [...] ipsa via qui de Carto ad Costaballenes discurrit cart. Nim. no 20, p. 35 (921) ; via qui vadi (...)
  • 38 M. Bourin, « Le paysage bâti dans les campagnes bas-languedociennes : le temps de nos incertitudes  (...)

14Parmi les indices qui révèlent une attraction croissante de l’espace autour d’un point particulier du terminium de la villa, l’un des plus manifestes est la désignation toponymique qui transparaît dans les confronts de voies de communication. Lorsqu’un chemin est appelé « chemin de Quart à Costebalen » ou « chemin d’Esclatian à Sauvian »37 alors que ces ville se jouxtent, le terminium de chacune d’entre elles ne constitue plus un ensemble homogène mais, au contraire, centré. Le toponyme cesse de faire référence à la villa au sens géographique et topographique du terme : il ne recouvre plus que le coeur même du terminium ville. Pour M. Bourin38, ce glissement toponymique du terroir vers le site suppose une concentration des maisons en un lieu précis du finage. Il montre aussi que le toponyme n’est pas encore complètement fixé puisqu’il se déplace au sein d’un même ensemble.

  • 39 [...] et una vinea que est super fluvium quem vocant Vister ad ipsas vineas quartier médiéval corre (...)
  • 40 E. Zadora-Rio, « Bulletin critique », Compte rendu de l’ouvrage de M. Bourin-Derruau, Villages... o (...)
  • 41 M. Bourin-Derruau, Villages.., op. cit., t. 1, pp. 40-41.

15L’une des preuves les plus logiques d’un regroupement précastral est sans doute à chercher dans le découpage rigoureux de l’ager en terroirs monoculturaux. Dès le Xe siècle, en Biterrois comme dans le comté de Nîmes ou de Substantion, la structure ordonnée et construite du paysage agraire est l’assise même de la polarisation de l’espace. Des quartiers entiers, consacrés à un même type de culture, en portent dès lors témoignage dans leur appellation39. Mosaïque polyculturale et habitat dispersé sont généralement associés. Or la spécialisation des terroirs en vastes ensembles homogènes suppose non plus des exploitations égrenées dans tout le finage mais un habitat, sinon groupé, du moins nettement centré. En effet, dans un contexte de peuplement intercalaire, la monoculture paraît peu rentable et coûteuse compte tenu des problèmes de transports et d’entretien du réseau de communication qu’elle implique. L’analyse d’E. Zadora-Rio sur ce point est tout à fait pertinente40. Cette organisation du système agraire est un acquis ancien41. Elle précède le rassemblement des hommes et lui donne toute son armature. L’ossature des terroirs s’affirme : c’est l’une des conditions sine qua non à la naissance du village.

  • 42 Pour les plus anciennes in terminio de villa Costabalenes infra ipsa villa cart. Nim. no 22, p. 39 (...)
  • 43 [...] in terminium de villa Vinosolo... Infra ipsa villa vel in ejus terminium cart. Nim. no 39, p. (...)
  • 44 [...] in villa Mediliano vel in ejus terminium cart. Ag. no 223, p. 206 (922).
  • 45 [...] in terminium de villa Bolianicus, super ipsa villa cart. Nim. no 31, p. 55 (927) ; infra term (...)

16Le signe sémantique le plus révélateur d’une amorce de regroupement au sein de la villa est la locution in ipsa villa. L’apparition de cette expression succédant, dans la même phrase ou au début de la suivante, à in villa de, montre que le mot villa désigne à la fois une étendue de territoire cultivé par un groupe de paysans et un lieu précis, à l’intérieur de cette étendue, dans lequel a commencé à se rassembler l’habitat42. La formulation oppose alors très clairement in ipsa villa à in terminio suo43. Parfois ipsa n’est pas précisé : seul le vel introduit une disjonction entre le noyau habité et son territoire44. L’emploi de descripteurs topographiques comme super ou subtus matérialise dans le paysage cette polarisation de l’espace par la prise en compte de l’une de ses composantes, la dénivellation45.

17Pour la première fois dans les actes, la locution in ipsa villa cerne deux notions fondamentales dans l’élaboration du paysage rural : celle d’habitat groupé et celle de fixité du groupe humain. Le concept de village, encore vague et incertain, commence à prendre forme : ce n’est plus seulement au territoire mais au site même que l’on renvoie pour définir la morphologie du peuplement. Cette matérialisation effective du protovillage dans les chartes traduit l’enracinement progressif des hommes. Pour ma part, je tiendrai l’apparition récurrente du in ipsa villa comme marquant le début de la phase médiévale du peuplement : l’emprise des hommes sur le terroir devient définitive et structurée ; elle s’inscrit désormais dans la permanence.

18Afin de mieux saisir cette tendance de fond, la mesure du rapport entre l’habitat dispersé du type in terminium de villa ou in villa et l’habitat polarisé in ipsa villa a été tentée. Le graphique (fig. 23 et 24), construit à partir des données brutes, fait ressortir l’évolution chronologique par tranches fines de dix ans. Pour le Xe siècle, le calcul du pourcentage de mentions sur le nombre d’actes consultés est impossible pour un intervalle de temps aussi court : la documentation, lacunaire et mal répartie, n’est pas suffisamment abondante. Il faut directement passer à une tranche de temps de cinquante ans pour le tenter (fig. 24). Le phénomène est alors appréhendé sur la longue durée. Même encore à ce niveau, la ri chesse des mentions peut être source de chiffres a priori peu fiables (addition des pourcentages in villa et in ipsa villa supérieur à 100 %). Pour justifier la cohérence des deux courbes (fig. 24), le coefficient de variation a été calculé. Il mesure la proportion de l’écart-type dans la valeur moyenne. Les résultats respectifs (0,043 et 0,060) montrent que les deux séries de données sont homogènes et qu’il n’y a pas de valeur aberrante. Les deux coefficients sont voisins : on mesure bien des variations identiques par rapport aux valeurs moyennes de chacune des deux courbes. Une interprétation d’ensemble est alors envisageable.

  • 46 [...] in villa Malas Pelles vel ad terminum ipsius ville H.G.L. t. II no 22, col. 77 (813) ; in vil (...)
  • 47 [...] in villas que nominant Colonicas, Colia, Veia, Cavariago, Alvernis, Armacianicus, Germino et (...)

19Dès le tout début du IXe siècle, l’introduction des conjonctions vel ou sive dans l’énoncé habituel de localisation d’un bien révèle que la villa d’une part, et son terminium d’autre part, commencent à être perçus comme deux entités distinctes46. Mais ces cas restent sporadiques et marginaux, même à la fin du siècle où, pour la première fois, un adjectif ista, ipsa ou jamdicta s’accole à villa : il désigne ce lieu du terroir où se rassemblent les hommes47. La formulation est encore balbutiante. Elle n’a pas le caractère formel et fixe qu’elle prend au Xe siècle. La véritable césure se place vers 920-940, moment où la courbe des ipsa villa devient continue. Son expansion ne fléchit pas jusqu’à la fin du siècle alors que le graphe de l’habitat dispersé demeure stable ou régresse. L’expression se fige en in terminium de villa...infra ipsa villa vel in suo terminio. Dans la seconde moitié du Xe siècle, la phase précastrale du regroupement des hommes est à son apogée.

Figure no 23. Évolution comparée de l’habitat dispersé in villa et de l’habitat polarisé in ipsa villa d’après les fréquences absolues (VIIIe-IXe siècle)

Figure no 24. Évolution comparée de l’habitat dispersé in villa et de l’habitat polarisé in ipsa villa d’après les fréquences rela tives (IXe-XIe siècle)

  • 48 Huic predicto Palatio castrum ex nomine Lupiartum imminet quod in mille equitibus ac fere todidem p (...)

20D’emblée, ce phénomène touche aussi bien le littoral que la Vaunage, les Garrigues ou la moyenne vallée de l’Hérault (fig. 25). Mais il est d’une inégale intensité, car plus accusé dans les parties basses, anciennement mises en valeur. Mais même là, des ville où l’habitat demeure dispersé existent encore : lorsque les paysans de Pallas se réfugient avec tous leurs biens dans l’enclos sacré de l’église pour échapper aux troupes de Bernard d’Anduze, ils ne laissent derrière eux que leurs maisons48.

L’apparition d’éléments fortifiés

  • 49 A.D. Hérault G277 cart. ST-Jacques (900), (901,) (945) ; cart. Ag. no 318, p. 283 (987-995) ; cart. (...)

21L’attraction croissante de l’espace autour d’un point particulier du terminium ville est parfois renforcée par la présence de pôles monumentaux, l’église bien sûr, à laquelle je consacrerai plus loin un chapitre propre, mais aussi, et c’est un aspect neuf au Xe siècle, des éléments de fortification (tabl. 7 et fig. 25), prémisses de l’enchâtellement des hommes. Parfois l’expression villa cum turre camoufle la lente agonie d’un castrum carolingien comme à Mèze, baptisé castrum en 844, puis villa pendant tout le Xe siècle49 ou Saint-Martin-de-Caux dont le castrum antiquum se réduit de plus en plus à l’église associée à une tour.

Figure no 25. La polarisation de l’espace (Xe siècle)

DATE

REFERENCE

LOCALISATION

V1ENTION

791

A.D. Gard H106 f° 1r

Aimargues, Saint-Saturnin-de-Nodels

...monasterium de Nozdellis quod nos construximus in honorem Sancti Saturnini Martiris cum ipsa turre quam nobis fecimus in ipsa matafera ob deffensionem patrie…

844

B.N. lat.9999. no 5. f° 4r et H.G.L. t. II. no 105. col. 221

Mèze

..castrum de Mesoa et castrum nuncuvantem turrem…

924

B.N lat.9999. no 27. f° 37r

Maorillart Onglous

…alodem auen habebat in villa Anvlone cum ivsa turre…

955

B.N lat.9999. no 7. f° 8v

Poussan

infra villa Portiano (Portiario surchargé par n) vel in suo terminio et...tertiam partent in casis et in casalicis et in oclatis et in exavis et in wsa turre et in camvis....

956

cart. Ag. no 320. p. 285

Vias, Médeilhan

...in villa Metiliano dono tibi medietatem de insis ecclesiis et de ipsa turre et de ipso cincto...

959

H.G.L. t. V no 104, III. col. 229

Creissan

...villam vocabulo Crexano cum suis terminiis cum ecclesiis qui in ipsa villa sunt fundatas... et ipsa turre cum cincto et vallo...

964

cart. Gell. no 279 p. 131

Mèze, Saint-Martin-de-Caux

...villam que vocant Caucos cum ipsa ecclesia Sancti Martini vel cum ipsa turre...

969

cart. Béz. no 31 p. 26

Vendíes. Savoie vieille

...in villa Sclaciano...medietatem de ecclesia Sancti Baudilii...cum insa sua medietate de insa turre et cum ivso novio...

977

Cart. Béz. no 39. p. 38

Lignan-sur-Orb

...villa vocabulo Lignano cum suis terminiis cum ipsa turre vel cinctos vel cum ipsos vallos...

978

H.G.L. t. V. no 130. col 285

Servian. Bouran

...Ipses alodes de villa Boraxo remaneat cenobio Sancti Pontii exceptis ipsam turrim: ipsam turrim cum ipsis mansionibus quae sunt ei junctae...

978

cart. An. no 314. pp. 432-433

Le Pouget, Saint-Amans-de-Teulet

...in terminium de villa Teuleddo...dono...alodem meum que de genitore meo advenit cum ipsa parte de ipsa turre que mihi procedit...

973

cart Ag. no 3l5. p. 281

Vias

...infra villam Aviates...Et in insa villa donamus tibi mansiones duas aue sunt infra cincto de turre Sancti Stevhani...

988

cart Lod no 11, p. 16 B.N. lat. 12761 f° 508 et Gallia Christiana t. VI. col. 268

Saint-Etienne-de-Gou rgas, Aubaigues

..Et turrem de Bernardo de Alba Aqua...

988

cart. Lod. no 11, p. 15 et ibid.

Fozières

...in villa quam dicunt Foderias ecclesiam quae est fundata in honorem Sanctae Mariae cum ipsaturri et cum ipsis fortalitüs quae modo sunt et in antea etiam erunt...

988

ibid.

Lodévois, Superbis

...in villa quam vocant Superbis eccleqiam quae est fundata in honorem Sancti Gerardi cum ipsa turre et cum ipso cincto et cum ipsis fortalitiis quae modo sunt et in antea erunt...

990

cart. Béz. no 49, p. 53 et H.G.L. t. V, no 150, col. 318

Saint-Pareoire Adeilhan

...villa Adiliano cum ipsas ecclezias et cum ipsa turre...

990

ibid.

Pézenas

...villa Pedenatis cum ipsa turre et cum ipsa fortaricia vel cum ipsa ecclesia vocabulo Sancti Pétri...

990

cart Béz. no 49. p. 54 et H.G.L. t. V. no 150, col. 318

Villeveyrac. Vairac

..villa Vairavn cum insa turre et cum ipso cinto et cum ipsa ecclesia…

990

ibid.

Florensac

...villa Florensiaco cum ipsa turre...

990

cart. Béz. no 49. p. 54 et H.G.L. t. V. no 150. col 319

Biterrois-Agadès,
Pavallano

...villa Pavallano cum ipsa turre et cum suas adjacentias...

1007

Cart Ag. no 327, p. 291

Aumes

...in villa Almas. Ibidem donamus vobis medietatem de ipsa turre et medietatem de ipso cincto et medietatem de ipsas forticias quas ibidem sunt et in antea erunt factae...

Tableau 7. L’apparition d’éléments fortifiés dans la villa au Xe siècle

  • 50 C. Duhamel-Amado, « Pouvoirs et noblesse dans la Gothie : formation du réseau aristocratique biterr (...)
  • 51 C. Duhamel-Amado, ib.
  • 52 J.-P. Poly, « Régime domanial et rapports de productions "féodalistes" dans le Midi de la France (V (...)

22À l’ouest du Causse d’Aumelas, la liste est longue de ces ville cum turre ; mais à l’est, c’est le néant car la tour de Saint-Saturnin-de-Nodels se rattache visiblement à un tout autre contexte et chronologique et social. Cette partition de l’espace qui recoupe celle des anciens pagi, des diocèses et des vicomtés pose quelques interrogations. Si géographiquement le Bas-Languedoc oriental se tourne davantage vers le sillon rhodanien et la Provence que le Biterrois ou l’Agadès, la disposition du relief et des paysages n’est certainement pas seule en cause. Le réseau aristocratique, les politiques vicomtales et les systèmes de solidarité entre les grandes familles bas-languedociennes, expliquent en grande partie cette disparité. C. Duhamel-Amado en a jeté les bases50. Déjà au Xe siècle, elle dessine en contre-jour la carte des fidélités et des investissements comtaux toulousains. Très présents en pays Nîmois, ils sont totalement exclus du Bédérès-Agadès. Dans ce dernier secteur, la puissance de la lignée vicomtale ne cesse de s’affirmer jusqu’au seuil du XIe siècle. La recherche des souches originelles du groupe aristocratique biterrois montre des alliances privilégiées avec les vicomtes de Narbonne, de Carcassonne et du Roussillon51, à la quasi exclusion de la lignée comtale bien représentée dans la partie orientale de la région. Aussi les pays de Béziers et Agde fonctionnent-ils suivant le modèle particulier de la villa cum turre. Elle serait une manière de positionner et affirmer l’autorité vicomtale par rapport à un environnement plus vaste. En revanche, tout le Bas-Languedoc oriental rappelle l’évolution provençale52.

  • 53 L. Schneider, « Habitat et genèse villagoise du Haut Moyen Âge. L’exemple d’une terroir du Biterroi (...)

23Beaucoup de ces ville ne comptent qu’une simple tour. D’autres sont ceinturées d’ouvrages défensifs, le cinctus et le vallum. Le perchement de la tour au plus haut point du terroir existe-t-il dès le Xe siècle ? Indubitablement, à Esclatian, l’église Saint-Bauzille et sa tour sont établies sur un puech. Mais les textes demeurent laconiques et ce sont l’archéologie et la topographie qu’il faut interroger pour réunir quelques indices sur la question. Si l’église romane de Saint-Martin-de-Caux est bâtie sur une butte, il n’est pas sûr que la tour le soit également car la conjonction vel introduit une dissociation entre l’édifice religieux d’une part et la construction défensive de l’autre. La tour de Saint-Amans-de-Teulet, retrouvée en prospection par L. Schneider53, est sur une concrétion de terrain en surélévation. À Fozières, l’église romane jouxte la tour qui a probablement pris le relais de la tour primitive du Xe siècle. Toutes deux sont sur un replat dominant une étroite vallée. Situation identique à Aubaigues où les restes du château médiéval rappellent certainement l’édifice du Xe siècle. En Lodévois comme dans la basse-plaine, les premiers ouvrages fortifiés du Xe siècle paraissent bien rechercher une implantation de hauteur, soit un véritable perchement lorsque le relief s’y prête, soit une simple surélévation.

  • 54 [...] in villa Mediliano vel in ejus terminio... in ipsa villa vel in ejus terminio cart. Ag. no 22 (...)
  • 55 [...] infra villas his nominibus Aimas et villam quam vocant Buada vel in carum terminio cart. Ag. (...)

24La construction d’un point haut défensif au sein de la villa est un facteur de fixation du bâti. Les maisons de Bouran côtoient la tour. Le regroupement in ipsa villa de Médeilhan54 précède d’une trentaine d’années l’apparition de la tour et du cinctus. À Vias, les habitations sont à l’intérieur du cinctus de la tour Saint-Etienne. En 977, l’inventaire des biens afférents à l’ipsa villa fortifiée de Lignan commence par les maisons et les casais avec leurs cours et leurs accès. À Poussan, c’est encore plus net : les habitations et leurs dépendances sont citées avant la tour ; celle-ci introduit la description du terminium et le texte distingue infra villa vel in suo terminio. À Aumes aussi, le cinctus et la tour de 1007 concrétisent un regroupement établi depuis 98355. Dès lors que la notion d’enceinte, cinctus ou vallum, est formalisée dans les actes, il semble bien que la fortification enserre un tissu bâti. Mais l’édification d’une tour ne signifie pas pour autant que l’habitat s’articule entièrement autour du lieu fort voire même qu’il y ait un habitat. À Savoie Vieille, le regroupement s’effectue au pied du puech où s’élèvent l’église Saint-Bauzille et sa tour. À Saint-Martin-de-Caux, la dissociation entre l’église et la tour laisse préjuger une organisation complexe de l’habitat carolingien. Et la tour de Bernard d’Aubaigues paraît bien isolée. Quoiqu’il en soit, l’apparition d’éléments fortifiés dans la villa ne fait qu’entériner un processus de rassemblement déjà en cours : la tour seule n’est pas à l’origine du point de regroupement. Elle ne fait que cristalliser le phénomène.

25La villa cum turre du Xe siècle est loin d’annoncer le castrum du XIe siècle dont elle diffère sur plusieurs traits essentiels : l’importance du tissu humain originel en est un ; l’inexistence probable d’un bâtiment résidentiel de type maison forte ou maison seigneuriale autre que la tour, symbole du pouvoir, en est un second ; la forte implantation biterroise et agathoise de ce modèle lié à un contexte politique et social particulier un troisième. Même si deux des caractéristiques essentielles du castrum, le perchement et la fortification, se retrouvent dans la villa cum turre, cette forme de regroupement précastral demeure originale et limitée.

Un paysage bâti encore très rural

26Tout au long du Xe siècle, les termes ayant trait au bâtiment d’habitation, comme casal, mansio ou mansus, s’individualisent : de plus en plus souvent, ils sont cédés seuls, comme une unité spécifique dont les confronts marquent l’existence dans le paysage. Cette émergence d’un premier vocabulaire propre, peut-être encore fruste et ambigu, pour formaliser les notions liées à la maison se fait conjointement avec la polarisation de l’espace.

La maison unitaire paysanne

  • 56 M. Bourin-Derrau, Villages..., op. cit., t. 1, p. 45.
  • 57 [...] in villa Lieurates... Dono similiter in ipsa villa casale cart. An. no 113, p. 255 (886-900).
  • 58 Les deux termes fonctionnent sémantiquement de la même manière et comportent les mêmes éléments lor (...)
  • 59 [...] in terminium Gerrensis vel villa Vencrianicus infra ipsa villa... casa a sisca coperta... cum (...)
  • 60 [...] case coperte A.D. Gard. H106 f° 13v (789) ; casa ad sisca coperta cart. Nim. no 17, p. 28 (ve (...)
  • 61 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., p. 207 note 24.
  • 62 C. Mercier et C. Raynaud, « L’habitat rural en Gaule méridionale méditerranéenne aux VIe-VIIe s. Ap (...)
  • 63 O. Ginouvez, « Des maisons excavées à Narbonne autour de Tan mil », Archéologie du Midi médiéval, t (...)
  • 64 L. Schneider, inédit.
  • 65 J. Kotarba, P. Alessandri, M. Compan, A. Pezin. et H. Pomarèdes, Arles-13 Augery de Corrèges, Sauve (...)
  • 66 [...] casale cum curte et orto cum exeo suo et regresso cart. An. no 113, p. 255 (886-900) ; mansio (...)
  • 67 [...] casam cum curte et orto et vineam in se tenentem cum arboribus suis cart. An. no 313, p. 431 (...)
  • 68 [...] casale cum petia de terra culta et inculta... Et habet ipse casai cum curte cart. Nim. no 44, (...)

27Quelle est l’apparence matérielle du in ipsa villa ? Dès la fin du IXe siècle, elle se compose surtout de casales56. C’est en effet le terme qui revient le plus fréquemment lorsque la documentation en autorise l’approche. Le casal est la parcelle sur laquelle s’élève la demeure du paysan57. Est-elle enclose ? Rien ne permet de l’affirmer de façon catégorique car exavus ou exagus n’a jamais été relevé au sens indiscutable d’enclos. La casa, plus rarement la mansio58, dispose parfois d’un système de gouttière, distillicidia59, pour recueillir et évacuer les eaux de pluie. Dès le VIIIe siècle, lors de la rédaction de l’acte, il est presque toujours précisé qu’elle est couverte60. Cette insistance à la décrire pourvue d’un toit tient peut-être à la fragilité et au caractère peu durable de la couverture : elle serait en roseau, a sisca coperta61. Cette idée n’est pas démentie par l’archéologie : à Dassargues, au VIIe siècle, les fragments de tuiles sont très peu nombreux62, à Narbonne, vers l’an Mil, dans les maisons excavées, aucun fragment de tuile n’a été retrouvé63, ni à Marou64, encore moins dans les habitations d’Augery de Corrèges65. L’habitation comporte toujours des dépendances : dans l’ordre, la cour, l’hort, les droits d’accès (entrée et sortie)66. À ces dépendances presque obligatoires de la maison s’adjoint souvent une parcelle mise en culture : une vigne ou une treille, quelquefois adjacente67, plus rarement, une pièce de terre cultivée ou une friche68.

  • 69 Cart. Nim. no 17, p. 28 (vers 916) ; no 24, p. 45 (923) ; no 25, p. 47 (925) ; no 28, p. 51 (926) ; (...)
  • 70 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, p. 43.
  • 71 A. Machabey, La métrologie dans les musées de province et sa contribution à l’histoire des poids et (...)
  • 72 A. Machabey, ib., pp. 4, 30 et 137.
  • 73 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., p. 207.

28Le cartulaire de Nîmes fournit une série de mesures de ces casales grâce auxquelles une approche de leurs dimensions moyennes est permise 69. Malheureusement, à la différence du Biterrois, il est impossible de vérifier d’une façon ou d’une autre la valeur des unités de mesure, aucune équivalence entre elles n’étant mentionnée. Force est donc de prendre pour référence les étalonnages postérieurs au VIIIe siècle : les calculs effectués en Biterrois prouvent leur relative fiabilité70. À l’époque moderne, le dextrus nîmois vaut environ 4 m soit 12 pieds carolingiens de 0,33 cm chacun71. Dans le Midi du XIIIe siècle, la brassée est grosso modo équivalente à une canne soit 1,98 m72. Cette dernière valeur est légèrement supérieure à celle adoptée par E. Magnou-Nortier d’après J. Rouquette qui donne un ordre de grandeur beaucoup plus précis73. J’opterai pour un profil bas de la brassée à 1,80 m, A. Machabey s’appuyant sur des exemples du Haut-Languedoc où la canne est différente.

  • 74 O. Ginouvez, Des maisons..., op. cit.
  • 75 C. Mercier et C. Raynaud, L’habitat rural..., op. cit.

29La casa la plus petite est à Vendargues et mesure 5,40 sur 3,60 m. À Bernis, seule la longueur a été arpentée : 7,20 m. Les autres sont plus grandes : 10,80 m x 5,40 m et 14,40 m x 5,40 m. Les trois casales et leur cour commune de Rédessan doivent être relativement exigus : 32 m x 24 m, soit 10,60 x 8 m pour chaque unité dont il faut encore retrancher le tiers de la cour. Cependant, dans le même village et à la même date, un casal et sa cour mesurent 24 m x 24 m. En moyenne, la seconde mesure est deux fois plus petite que la première. Ces observations penchent en faveur de bâtiments habités de forme rectangulaire ou parallépipédique. Elles ne sont pas très éloignées de la réalité archéologique : les plans des maisons excavées de Narbonne s’apparentent à des parallélogrammes oblongs et leurs dimensions, pour les plus grandes, sont, dans l’ensemble, légèrement inférieures aux nôtres ; mais les longueurs sont minimales en raison de l’illisibilité de certains bords de fosses74. À Dassargues75, le bâti du second état de la ferme couvre une superficie de 100 m2 pour 60 m2 pour le premier, ce qui est dans l’ordre de grandeur des plus grands de nos casales.

  • 76 Infra ipsa villa... casales III cum curte vel exavo suo. Habent ipsi casales cum ipsa curte... cons (...)
  • 77 G. Fournier, Le peuplement rural en basse Auvergne durant le Haut Moyen Âge, Paris, PUF, 1962, p. 2 (...)

30Les cours sont nettement plus grandes que les habitations : 18 m x 9 m pour une casa de 10,80 m x 5,60 m et 40 m x 32 m pour une autre de 14,40 x 5,40 m. Mais elles sont parfois communes à plusieurs maisons puisque nombre de casales sont cédés cum curte au singulier. À Redessan, trois casales s’ouvrent sur un espace commun l’exavus communale76 à la manière auvergnate77. On rencontre encore cette locution un peu plus loin dans la même charte. À Vendargues aussi, l’une des habitations longe l’exavus communis. À Costebalen, l’exavus seul est mentionné, mais du côté où sont construits d’autres casales. On retrouve cet espace commun jusque dans la cité de Nîmes.

  • 78 Cart. Nim. no 17, p. 28 (vers 916.)
  • 79 Cart. Nim. no 22, p. 39 (923).
  • 80 Parodi et al, La Vaunage..., op. cit.
  • 81 P. Bonnassie, « Du Rhône à la Galice : genèse et modalités du régime féodal », Structures féodales (...)

31L’examen attentif des confronts dénote une organisation encore peu compacte du noyau bâti. À Campagnes, un jardin qui communique directement avec son casai jouxte un chemin et d’autres terres78 ; les casales de Costebalen et leur vigne, arpentés suivant deux côtés communs, sont bordés de deux voies de communication, d’une vigne et d’autres casales avec leur jardin79. Les confronts de casai à casai ou de casai à exavus communis n’existent la plupart du temps que sur un seul côté : les trois autres côtoient des terres. La morphologie d’un protovillage telle qu’elle est photographiée par la documentation écrite restitue l’image de petits groupes d’habitations distribuées autour d’un espace commun sur lequel se greffent également les parcelles cultivées. La desserte est assurée par un réseau de communication relativement dense. Il assure les premières lignes de force de la structuration villageoise. Cette organisation du peuplement est encore lâche puisque horts et vignes s’insèrent dans le tissu bâti. Les dimensions des parcelles attenantes au casai donnent toute la mesure du phénomène : l’hort de Campagnes est cadastré à 20 brassées sur 17 (le triple de la casa et le double de la cour), soit près de 36 m x 30,60 m ; la vigne de Costebalen à 49 dextres au sud sur 35 de l’autre côté, soit environ 196 m x 140 m. S’il en prend l’orientation, cet ager de village n’est pas encore tout à fait à l’échelle de la consommation familiale d’un casai. Le tableau ainsi brossé diverge quelque peu de ce qui a été dit de la Vaunage80 : l’agrégation des maisons in ipsa villa telle qu’elle est décrite par les textes ne forme pas encore un habitat groupé et compact aux maisons jointives. Mais déjà, l’existence de relations et de soli darités de voisinage sont suffisamment fortes pour qu’elles se traduisent dans la morphologie même du protovillage. Elle préjuge d’un sentiment communautaire latent. Elle préjuge également du rôle prépondérant des familles alleutières dans le processus de concentration81.

La maison paysanne complexe

  • 82 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, p. 45.
  • 83 B.N. lat. 9999 no 17, f° 18v (893). ; cart. Ag. no 179, p. 174 (954-980) ; cart. Nim. no 35, pp. 61 (...)
  • 84 G. Bois, La mutation de l’an mil. Lournand, village mâconnais de l’Antiquité au féodalisme, Paris, (...)
  • 85 [... ] in villa que vocant Patellaco... mansos tres... cum cartes et ortos et cum distillicidia sua (...)
  • 86 Infra ipsa villa donamus vobis ipso manso qui fuit Ricomo cum curte et orto et exavo et regressu ea (...)

32L’autre type d’habitation paysanne est le mansus cum curte, la maison complexe formée de plusieurs corps de bâtiment82. L’ambiguïté du mot mansus qui joue à la fois sur le registre de l’habitat et sur celui de l’exploitation rurale polyculturale est révélatrice de la polarisation de l’espace en plein essor au Xe siècle. Dès la fin du IXe siècle, dans les cités d’Agde ou de Nîmes83, le manse perd son sens primitif et ne correspond plus qu’au noyau bâti accompagné de sa cour, ses accès, son dispositif pour recueillir l’eau de pluie, son potager avec treilles souvent encloses, arbres et parfois puits. Le diminutif masellus ou l’expression casales disruptos cum curte cum puteo quantum ad ipsum mansum aspicit trahissent l’extrême parcellisation de l’exploitation originelle. La réduction de l’inventaire des biens afférents aux annexes et toutes proches cultures montre que c’est l’habitat seul qui désormais définit le mansus. L’espace agraire comme les zones sylvo-pastorales sont exclus de cette énumération. G. Bois arrive à la même conclusion en Mâconnais84. Cette progressive métamorphose de l’organisation même du mansus est visible surtout passé 950, moment où le mansus cum curte s’affirme comme l’une des composantes du in ipsa villa85. Et même lorsque le terroir agricole est encore présent dans les dépendances du manse, la scission entre le noyau bâti et les terres cultivables qui s’y rattachent est suggérée. Ainsi à Aimargues où la charte sépare ce qui est matériellement proche du manse et ce qui lui est simplement adjoint86.

  • 87 Cart. Béz. no 23, p. 16.

33La cas de Savoie Vieille illustre toute l’ambivalence du terme mansus à cette époque. Le testament de l’abbé Grégoire en faveur de Saint-Nazaire de Béziers cite pour la première fois la villa Sclaciano en 94687. Dès cette date, un début de concentration de l’habitat s’est amorcé autour du centre de la villa. En effet, le texte emploie la locution in ipsa villa qui fait référence au site habité par opposition au terminium, le territoire de la villa. Villa n’a pas son sens territorial. Le noyau central des quatre manses décrits in ipsa villa est constitué uniquement de jardins, casais, ferragines, droits d’entrée et de sortie, c’est-à-dire de bâtiments d’exploitation entourés de jardins et de potagers. La suite du texte détaille les parcelles cultivées rattachées à ces manses. Elles sont exploitées en divers tènements, in terminium, hors de la nébuleuse habitée. Enfin, l’existence d’une voie de communication allant d’Esclatian à Sauvian renforce d’autant l’hypothèse d’un regroupement de l’habitat en un point central de la villa.

  • 88 Cart. Béz. no 31, p. 26.
  • 89 C. Duhamel-Amado, « L’alleu paysan a-t-il existé en France méridionale autour de l’an Mil ? », R. D (...)

34C’est un document de 969 qui dépeint le mieux le hameau du Xe siècle88. Il décrit l’église Saint-Baudille d’Esclatian installée sur un puech non loin de la villa et dotée d’une tour. Les manses quant à eux confrontent fréquemment des casais, cours, horts ou ferragines, terres au sens de propriété, plus rarement d’autres manses, jamais des champs ou des vignes. L’acte établit une séparation nette entre le mansus d’une part et les cultures qui s’y rattachent d’autre part. En effet, la caractérisation de cette cellule rurale commence par la description du mansus et de ses confronts, ce qui donne au coeur de l’exploitation une réalité concrète tangible ; elle n’est suivie qu’après par l’énumération des champs et vignes ; ils sont introduits par la formule et ipse mansus habet campos tres. Le hiatus scindant les deux éléments est à la fois physique et mental. De même que dans le texte précédent, les parcelles cultivées se confrontent entre elles et constituent un terroir aux éléments jointifs : les vignes jouxtent des vignes, les champs d’autres champs. Elles sont à l’extérieur de l’habitat. Nombre d’entre elles sont proches de la garrigue ou des canaux d’irrigation que l’on peut rattacher à la proximité de l’étang de Vendres, signe d’une colonisation récente. Aussi, dans ce contexte précis, le terme de manse, s’il conserve son acception d’exploitation polyculturale89, renvoie-t-il déjà dans sa partie bâtie au mansus cum curte, la maison complexe formée de plusieurs corps de bâtiment. Cette situation recoupe l’interprétation que j’ai donnée de la charte précédente antérieure de 20 ans à celle-ci. Vers le milieu du Xe siècle, le point perché que constitue l’église Saint-Bauzille polarise le tissu humain. Il domine de sa tour quelques centres d’exploitation ou manses dont les noyaux centraux sont regroupés in ipsa villa au pied du puech.

  • 90 A. Settia, Castelli villagi nell’ Italia padana. Popolamento, potere et sicurezza fra IXe XIII seco (...)
  • 91 R. Comba, « Il primo incastellamento e le strutture economiche e territoriali del Piemonte sud-occi (...)

35Cet exemple précis montre une organisation encore souple du point de peuplement largement troué par le terroir potager et horticole. Elle accorde une place appréciable aux annexes de l’exploitation agricole. Il s’agit plus d’un agrégat de fermes ou de petites exploitations rurales que de véritables maisons complexes, denses et organisées en un plan d’ensemble. Cependant, la notion fondamentale de limite entre ce qui est bâti et la campagne environnante est clairement acquise : elle formalise l’aspect groupé de l’habitat. Ces caractéristiques sont perceptibles en Italie septentrionale à la même époque où les casais, leurs cours, leurs jardins in vico s’opposent aux terres cultivables appartenant au territoire du village dites de foris90. R. Comba dépeint le tissu humain post-carolingien piémontais comme tendanciellement aggloméré mais non rigidement concentré. Reprenant une expression de E. Conti, il parle de maisons « voisines mais non contiguës »91.

***

  • 92 L. Amblard, A. Girard et C. Raynaud, « Occupation du sol entre Lez et Vidourle : l’habitat rural da (...)
  • 93 Kotarba et al., Arles..., op. cit.
  • 94 C. Mercier et C. Raynaud, « L’habitat rural en Gaule méridionale méditerranéenne aux VIe-VIIe s. Ap (...)
  • 95 R. Guadagnin, sous la direction de, Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abba (...)

36Dès le début du Xe siècle, le Languedoc connaît une polarisation de l’espace qui est l’amorce d’un processus de bourgeonnement de l’habitat. Cette concentration primitive des hommes prend plusieurs visages : celui de la villa cum turre, du terminium ville, du circuitus ecclesie. Le tableau brossé par l’archéologie méridionale des protovillages depuis quelques années confirme le bien-fondé de l’analyse textuelle : en Vaunage comme en Lauragais, les formes précastrales du regroupement des hommes sont à l’image des descriptions textuelles92. En Camargue, le site carolingien d’Augery paraît bien restituer l’organisation d’une forme ouverte d’habitat groupé à la manière du in ipsa villa : des groupes de bâtiments d’habitation sont organisés autour d’espaces clos interprétés comme des cours et des jardins-potagers et ils forment le centre du noyau bâti93 ; ils rappellent les casales et leurs annexes des chartes. À Dassargues aussi, le regroupement est ouvert, souple et articulé autour d’un terroir94. Ce type d’habitat n’est pas foncièrement différent de ce que l’on observe en France du nord, à Villiers-le-Sec par exemple95. Très vite dans le Midi, le protovillage devient village : si les formes primitives de turgescence se perpétuent encore au XIe siècle, elles sont largement remodelées par l’enchâtellement des hommes.

De l’habitat castral au village fort

  • 96 C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés (...)
  • 97 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, p. 64.

37Avec l’an Mil commence la révolution castrale qui est un démembrement de l’autorité publique. La diffusion du phénomène, d’abord maîtrisée par quelques grandes familles aristocratiques étroitement apparentées, se fait au rythme de la constitution des lignées et des lignages96. La diffusion du terme castrum dans les actes du XIe siècle enregistre le fractionnement du pouvoir : jusqu’à la fin du siècle, et pendant encore la première moitié du XIIe siècle dans l’arrière-pays de Montpellier et de Nîmes, le castrum désigne le support de l’autorité banale97. La militarisation des campagnes, phénomène capital de l’histoire du peuplement languedocien, brouille complètement l’organisation de l’espace en protovillages. Au terme du processus, il y a la naissance du village.

L’encellulement des hommes : la militarisation des campagnes (vers 990-vers 1070)

  • 98 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval : le Latium méridional et la Sabine du IXe à la fin d (...)
  • 99 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, Du château du village.
  • 100 F. Journot, Archéologie des châteaux médiévaux de la montagne héraultaise (bassin de l’Orb et de la (...)
  • 101 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 63-77et 254-272

38À l’origine, incastellamento désigne la formation de villages groupés, perchés et fortifiés, formation largement encadrée, ordonnée et suscitée par les seigneurs locaux grâce à des chartes de peuplement98. Malgré des parentés indiscutables, M. Bourin-Derruau a montré qu’un tel schéma ne peut s’appliquer tel quel au Bas-Languedoc où le phénomène est spontané et le poids de l’héritage antique fort99. Le terme, et ses dérivés francisés ou occitanisés (enchâtellement, encastellment), comportent tous la notion sous-jacente et systématique de village dès l’origine. Mais le castrum est loin d’être toujours un village, notamment dans l’arrière-pays. L’étude entreprise par F. Journot100 sur les châteaux de l’arrière-pays le montre. Le processus castrai a déjà été décrit dans toute ses modalités101. Je n’y apporterai qu’un certain nombre de nuances.

Une partition de l’espace

  • 102 A. Debord, La société laïque dans les pays de la Charente Xe-XIIe siècles, Paris, Picard, 1984.
  • 103 Cart. Guill. no 401, p. 581.

39J’ai effectué le recensement des castra à partir des seules mentions chronologiques antérieures à 1150 (tabl. 8, fig. 26 et 28). Cet inventaire est d’emblée lacunaire puisqu’il ne tient pas compte de l’existence des lignages102 : c’est le cas de Servian, qui n’apparaît jamais en tant que castrum, mais dont la famille détentrice du lieu est l’une des plus puissantes de l’aristocratie biterroise dès le XIe siècle ; c’est aussi le cas de Vailhauquès, cité seulement vers 1066-1089, alors que Raimond de Vailhauquès, vraisemblablement le fondateur de la lignée castrale, fait partie de l’entourage de Guilhem de Montpellier, premier du nom, vers 980103. Il enregistre simplement la matérialisation de l’exercice du pouvoir de ban dans le paysage.

DATE

REFERENCE

LOCALISATION

972 (vers)

B.N. Doat vol. 40, f° 1v et H.G.L. t. V, col. 272 et col. 275

Céssenon

978

H.G.L. t. V, col. 286

Narbonnais-Biterrois, Saint-Martin

988

cart. Lod. no 11, p. 14 et B.N. lat. 12761, f°508

Le Bosc, Gibret

988

cart. Lod. no 11, p. 15 et B.N. lat. 12761, f° 508

Le Caylar (Hérault)

988

cart. Lod. no 11, p. 18 et B.N. lat. 12761, f° 508

Alzon, Roquefeuil

990

H.G.L. t. V, col. 314 et B.N. lat. 12760, no 9, f° 399

Saint-Thibéry

990

cart. Béz. no 46. p. 48, H.G.L. t. V, col. 315 et B.N. lat. 12760, n9, f° 399

Neffiès

990

cart. Béz. no 46, p. 48, H.G.L. t. V, col. 315 et B.N. lat. 12760, no9, f° 399

Mourèze

990

cart. Béz. no 46, p. 48, H.G.L. t. V, col. 315 et B.N. lat. 12760, no9, f° 399

Paulhan

990

cart. Béz. no 49, p. 53 et H.G.L. t. V, col. 318

Les Aires, Mourcairol

1000-1050

cart. Guill. no 377, p. 560, no 378, p. 561 et no 379, p. 562

Villeneuve-lès-Maguelone

1003-1010

cart. Gell. no 59, p. 56 et cart. Mag. no 4, p. 6

Mauguio

1004

cart. Gell. no 37, p. 38

Saint-Saturnin, Roc des Deux Vierges

1004-1031

A.D. Gard. H106, f° l64v

Aimargues, Teillan

1010

cart. Mag. no 4, p. 6

Maguelone

1012

cart. Gell. no 141, p. 121

Popian

1028

H.G.L. t. V, col. 384

Galargues-le-Montueux et Lunel, Nozé (lim. communale)

1029

cart. Gell. no 382, p. 314 et H.G.L. t. V, col. 389

Claret

1030

cart. Béz. no 62, p. 71

Lignan-sur-Orb

1030 (vers)

Miracles ste Foy de Conques, 1. III, XXI, p. 163 et Bonnassie, 1982

Loupian

1031

cart. Gell. no 447, p. 364

Cornus

1031-1060

cart. Gell. no 139, p. 119

Ceilhes-et-Rocozels, Rocozels

1036 (vers)

B.N. Doat vol. 166, f° 52 et H.G.L. t. V, col. 426

Colombières-sur-Orb, La Tour carrée

1036 (vers)

B.N. Doat vol. 166, f° 52 et H.G.L. t. V, col. 426

Roquebrun

1036 (vers)

B.N. Doat vol. 166, f° 52 et H.G.L. t. V, col. 426

Pézenas

1036 (vers)

B.N. Doat vol. 166, f° 53 et H.G.L. t. V, col. 426

Poussan

1036 (vers)

B.N. Doat vol. 166, f° 53 et H.G.L. t. V, col. 426

Le Pouget

1036 (vers)

B.N. Doat vol. 166, f° 53 et H.G.L. t. V, col. 426

Aumelas

1036-1060

cart. An. no 80, p. 218

Frontignan

1038

cart. An. no 241, p. 368

Nébian

1046

H.G.L. t. V, col. 453

Saint-Pons-de-Mauchiens

1050 (vers)

cart. Guill. no 348, p. 541 et cart. Mag. no 4, p. 6

Castries

1052

H.G.L. t. V, col. 464

Peyremale

1052

H.G.L. t. V, col. 465

Vézenobre

1060-1071

B.N. Doat vol. 166, f  49v et H.G.L. t. V, col. 496

Fontès, Mazerns

1060-1071

B.N. Doat vol. 166, f° 49v et H.G.L. t. V, col. 496

Roujan

1060-1071

B.N. Doat vol. 166, f° 50r et H.G.L. t. V, col. 496

Abeilhan

1060-1071

B.N. Doat vol. 166, f° 50r et H.G.L. t. V, col. 496

Vieussan

1060-1077

cart. An. no 156, p. 296 et cart. Gell. no 168, p. 151

Montpeyroux

1063

cart. Gell. no 322, p. 266

Coumonsec

1066-1089

cart. Guill. no 447, p. 627

Montarnaud

1066-1089

cart. Guill. no 447, p. 627

Vailhauquès

1068-1083

cart. Guill. no 484, p. 628 et no 57, p. 99

Castelnau-le-Lez

1071

A.D. Gard H106 f° 82r

Lunel

1075

cart. An. no 271, p. 397

Puéchabon

1076 (vers)

H.G.L. t. V, col. 625

Bouillargues, Caissargues

1077-1094

A.D. Hér. G277, cart. Saint-Jacques no 13

Montady

1080

cart. Gell. no 263, p. 219

Fontès

1081

cart. Gell. no 206, p. 178

Saint-Privat-les-Salces, Manse de la source Saint-Martin

1083

A.D. Hér. G277, cart. Saint-Jacques no 92

Lézignan-la-Cèbe

1085

cart. Gell. no 312, p. 258

Lavérune

1088

B.N. lat. 9999, no 7°, f° 71v

Castelnau-de-Guers

1088

Gallia Christiana, instr., t. VI, col. 131

Pouzolles

1094-1114

cart. An. no 176, p. 313

Nizas

1094-1107

cart. An. no 226, p. 356

Gignac

1096-1106

cart. Guill. no 368, p. 555

Calvisson

1097

cart. An. no 46, p. 185

Sauvian

1099

Gallia Christiana, instr., t. VI, col. 190

Nissan-lez-Ensérune

1099

A.D. Gard. H106 f° 32r

Salinelles

1101

cart. Gell. no 394, p. 327

Saint-Pierre-de-la-Fage, Partlages

1105

B.N. Doat vol. 165, f° 253 et H.G.L. t. V, col. 796

Capestang, Saint-Jean-de-Théssan

1105-1120

cart. Gell. no 291, p. 241

Fozières

1106

cart. Gell. no 180, p. 159

Balaruc-le-Vieux

1106

cart. Gell. no 267, p. 221

Murviel-lès-Béziers

1107

H.G.L. t. V, col. 805

Capestang

1109

cart. Mag. no 31, p. 67

Montferrier-sur-Lez

1109 (vers)

cart. Mag. no 32, p. 69

Murles

1109

A.D. Gard H194

Gard, Corolla

1109-1129

cart. Mag. no 50, p. 100

Brissac

1109-1129

cart. Mag. no 50, p. 100

Pégairolles-de-Buège

1110 (vers)

cart. Nim. no 200, p. 318

Boisseron

1110 (vers)

cart. Béz. no 122, p. 170

Villeneuve-lès-Béziers

1110

A.D. Gard. G284

Marguerittes

1110

cart. Gell. no 433, p. 350

Gard ou Bas-Aveyron, Alga

1110

cart. Gell. no 434, p. 350

Larzac-Causse ou Aveyron, Sullacherius

1110

cart. Gell. no 456, p. 371

Larzac-Causse ou Aveyron, Molnar

1111

cart. Béz. no 61, p. 206 et B.N. Doat vol. 61 f° 143v

Vendres, Castelnau

1113

cart. Mars. no 848, p. 234

Magalas

1113

cart. Guill. no 432, p. 612

Montbazin

1114

cart. Guill. no 402, no 404 et no 405, pp. 581, 583 et 584

Pignan

1114

cart. Mag. no 38, p. 80 et H.G.L. t. V, col. 841

Région de Montpellier, Spoluca ou Spolucera

1115

A.D. Gard. H106 f° 36r

Aubais

1117

H.G.L. t. V, no 456, III, col. 853

Boussagues

1118

B. N. Doat vol. 166, f° 2r et H.G.L, t. V, col. 868

Gard-Hérault, Cerver (Doat) ou Cermer (H.G.L.)

1120

Brunei no 18, n. 22

Bernis

1121

Teulet t. I no 48, p. 43

Beauvoisin

1122 (vers)

Teulet t. I no 49, p. 44

Le Cailar (Gard)

1123

cart. Béz. no 123, p. 172

Maraussan, Villeneuve Richin plus tard Villenouvette

1124

B.N. Doat vol. 166, f° 60r

Olargues (vers), Lauran

1124-1125

cart. Guill. no 125, p. 258

Beaulieu, Rouquettes

1125

cart. Mag. no 44, p. 91

Gigean

1126

cart. Gel l. no 444, p. 361

Bez-et-Esparon, Esparon

1127

H.G.L. t. V, col. 941

Olargues

1128

cart. Ag. no 159, p. 155

Vias

1130

cart. Mag. no 59, p. 118

Valflaunès, Hortus

1130-1170

A.D. Bouches-du-Rhône 56H4920

Saint-Florent

1131 (vers)

H.G.L. t. V, no 516, col. 979

Vauvert, Posquières

1132 (vers)

cart. Guill. no 71, p. 128

Saint-Mathieu-de-Tréviers, Montferrand

1133

cart. Ag. no 135, p. 134

Aumes

1133

cart. Ag. no 135, p. 134

Montagnac

1134

cart. Ag. no 278, p. 249

Marseillan

1136

B.N. Doat vol. 40, f° 62r

Avène

1140

Teulet t. I no 70, p. 50 et cart. Mag. no 67, p. 133

Lattes, Palude

1145

cart. Lod. no 18, p. 23

Saint-Félix-de-l’Héras

1145

cart. Lod. no 18, p. 23

Saint-Etienne-de-Gourgas, Aubaigues

1145

cart. Lod. no 18, p. 23

Octon, Lauzières

1145

cart. Lod. no 18, p. 23

Soubès

1 145

cart. Lod. no 18, p. 23

Le Bosc

1146

cart. Béz. no 158, p. 218

Puisserguier

1 146

A.D. Bouches-du-Rhône 56H47

Meynes

1146

A.D. Bouches-du-Rhône 56H47

Montfrin

1148

A.D. Haute-Garonne H Malte Saint-Félix XVIII, no 59

Cazouls-lès-Béziers, Campagnol les

1149

cart. Guill. no 551, p. 733

Murviel-lès-Montpellier

1149

B.N. Doat vol. 40 f° 65r

Montels

1149

cart. Ag. no 20, p. 34

Pézenas, Conas

1150

cart. Ag. no 15, p. 26

Bessan, Touroulle

Tableau no 8 : Les premières mentions de castra (950-1149)

Figure no 26. L’apparition du castrum en Languedoc (950-1149)

Figure no 27. Évolution comparée de la diffusion castrale en plaine et en relief (950-1149)

40La diffusion castrale est aussi précoce, sinon plus, dans la frange montagnarde ou dans les Garrigues que le long du littoral. À l’exception de Saint-Thibéry, castrum particulier s’il en est, aucun des castra antérieurs à l’an Mil ne se situe en plein coeur de la basse-plaine. L’évolution comparée des deux courbes des premières mentions de castra de relief et de castra de plaine (fig. 27) est presque parfaitement synchrone entre 1020 et 1070. Cette phase centrale, déterminante, est identique chronologiquement et numériquement dans les deux zones. À partir de 1070, et plus encore au XIIe siècle, la prépondérance du castrum de plaine sur le castrum de l’arrière-pays s’affirme progressivement. Cette divergence, qui s’accentue encore passé 1150, est révélatrice de clivages profonds.

  • 104 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., I, pp. 67-74.
  • 105 A. Durand, « Regroupement des hommes et création du maillage paroissial dans la Garrigue nord-montp (...)
  • 106 O. Ginouvez et L. Schneider avec la collaboration d’A. Gardeisen, « Un castrum de l’an Mil en Langu (...)

41En effet, au XIIe siècle, la plaine languedocienne de Béziers à Nîmes connaît l’ultime étape du processus : le castrum donne naissance à un village enclos. Un glissement sémantique s’opère alors : la connotation du terme avec l’autorité publique s’éclipse et castrum désigne le village groupé et fortifié104 ; des ville, qui ne sont pas, à l’origine, siège de l’autorité châtelaine, sont maintenant qualifiées de castrum telles Marguerittes, Marseillan, Vias, Villeneuve-lès-Béziers etc. Au contraire, dans les Garrigues et les premiers contreforts du Massif central, le sens originel de castrum persiste. Si, ça et là, quelques ville comme Fozières sont baptisées castrum, c’est véritablement l’exception. Dans la Garrigue nord-montpelliéraine ou dans la Vaunage105, la faiblesse numérique des castra par rapport au Biterrois ou à l’Agadès est flagrante. Passé 1100, la diffusion du terme continue de marquer fidèlement l’émergence de nouveaux lignages comme à Montferrier, Brissac, Pégairolles-de-Buège, Boussagues, etc. À l’image du Roc des Deux-Vierges106, la transformation du site castrai en village fort ne s’effectue pas ou s’effectue mal. Au seuil du XIIIe siècle, les reliefs languedociens apparaissent comme un conservatoire privilégié des formes castrales primitives. Cette opposition qui s’instaure vers 1070-1080 entre une basse-plaine où la trame des castra remodèle l’ensemble du réseau de peuplement et l’arrière-pays où la greffe demeure en grande partie bloquée aux premiers stades du processus constitue l’une des clefs de l’histoire régionale languedocienne.

  • 107 C. Duhamel-Amado, La famille..., op. cit. et « Aux origines des Guilhems de Montpellier (Xe-XIe siè (...)
  • 108 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., p. 234.
  • 109 Cet aspect a été éclairé par L. Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central  (...)

42Quelles raisons invoquer à cette coupure ? D’abord le déterminisme topographique qui dans l’arrière-pays rend plus difficile un regroupement suivant un plan radioconcentrique : il n’y a parfois pas de place pour d’éventuelles maisons sur certains pitons rocheux à Montferrand, à l’Hortus ou aux Deux-Vierges. Les rattachements lignagers et les réseaux d’alliances aristocratiques sont un second élément de réponse. Dans la moyenne vallée de l’Hérault, C. Duhamel-Amado avance que toutes les lignées castrales descendent d’un ancêtre commun, Guilhem de Gellone107. La souche Guilhelmide est prépondérante dans la formation du groupe aristocratique régional. Elle limite la dévolution du ban qui n’atteint pas, dans l’arrière-pays montpelliérain et jusqu’aux marges du Lodévois-Biterrois, le degré de la châtellenie réellement indépendante. Plus à l’est, l’importance de la lignée vicomtale nîmoise et de la maison d’Anduze-Sauve se conjugue à la forte présence du pouvoir comtal par le biais de la branche rouergate108. Les velléités d’émancipation des chevaliers sont atrophiées : l’apparition des branches cadettes est tardive (XIIe siècle) et reste peu développée en regard du dynamisme biterrois. La troisième raison, et à mon sens la principale, réside dans la solidité de l’implantation ecclésiastique dans l’arrière-pays. Le chapitre de Nîmes et les grandes abbayes telles Aniane, Gellone, Saint-Pons-de-Thomières ou Sauve sont trop influentes pour que des fortifications privées prolifèrent à proximité. Il est significatif que la densité castrale faiblisse de manière notable à l’approche de la sphère d’influence monastique109.

De l’ipsa villa au castrum

43Un nombre important de castra sont conçus initialement comme les héritiers d’une villa matricielle. Ils en gardent la toponymie romane en-an ou-argues (fig. 28). Leur site n’est jamais très éloigné de ce lieu du terroir qu’on appelait au Xe siècle in ipsa villa. Ils sont situés principalement dans les zones basses, et, s’ils se sont implantés sur une petite éminence, leur perchement est à peine perceptible dans la masse actuelle des maisons.

Figure no 28. Diffusion et implantation castrale (Xe-début XIIe siècle)

  • 110 [...] castellum et villam de Frontiniano cart. Guill. no 436, p. 616 (1112) ; castellum de Popiano (...)
  • 111 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XII no 134 (1192).

44L’emploi simultané des deux termes villa et castrum, sous le même toponyme, dans le même document, révèle la dualité de l’habitat. Cette bipolarisation de l’espace, in ipsa villa d’une part, autour du castrum d’autre part, est fréquemment attestée pendant le siècle de l’enchâtellement. Parmi de multiples exemples, je citerai Mèze, Paulhan, Pignan, Sauvian etc. Elle est d’autant plus durable que l’intervalle entre les deux sites est franc et leur dynamisme équivalent. Elle perdure fréquemment jusque dans le premier tiers du XIIe siècle110, sinon plus, car, lors de la lente métamorphose du castrum en village, la villa en devient souvent le faubourg ou le barri, le quartier hors les murs. À Lézignan-la-Cèbe un estar in villa confronte le castrum au midi111.

  • 112 Cart. Guill. no 432, p. 612 ; no 433, p. 613 ; no 634, p. 613 (1113).

45Le cas de Montbazin, qui présente toutes les caractéristiques d’un castrum issu d’une villa, est un peu particulier. Il montre à quel point, même lorsque la répartition du peuplement est un acquis ancien, l’implantation d’un castrum renouvelle l’organisation de l’espace et surtout la perception qu’en ont les contemporains. En effet, quand, en 1113, Bernard Guilhem de Montbazin abandonne ses possessions alleutières moyennant finances et prestation d’un serment de fidélité, c’est castellum et villam de Monbasen qui passent sous le contrôle des Guilhem112. C’est le seul et unique texte où la double appellation villa et castrum se fasse sous un toponyme médiéval. La villa matricielle, d’habitude éponyme du castrum, a été complètement occultée. Et pourtant, le site castrai n’est pas plus perché que celui de Poussan à quelques kilomètres de là. Ni le centre de l’ancienne villa, matérialisée par le siège de la paroisse à SainteColombe, plus éloigné qu’un autre. Simplement, ici, pour des raisons qui échappent, la nouveauté du castrum est d’emblée saisie, ce qui en dit long sur la façon dont il est ressenti.

  • 113 [...] in meo dominio in Castro et in villa de Lignano et in totis terminiis ejus cart. Béz. no 62, (...)
  • 114 [...] de castra et villa de Salviano et de ejus terminio cart. An. no 47, p. 187 (1097) ; de Fronti (...)
  • 115 [...] ipsum castrum... quod vocant Mesoa cum ipsa villa et cum ipsis terminiis H.G.L. t. V no 127, (...)

46Dans le terminium de ces castra, celui de la villa représente une part essentielle. Signe de cette intégration territoriale, le terme est employé au pluriel et non au singulier. Lorsque Escodocanus cède à Raimond de Falguières son honneur de Lignan, il différencie le castrum de la villa et rapporte au toponyme désignant le double habitat plusieurs terminia113, révélant ainsi que la naissance du castrum occasionne d’importants remaniements dans la maille des finages et des terroirs villageois. Ce réajustement territorial est parfois rapide comme à Sauvian et Frontignan114, mais, le plus souvent, la refonte est lente et l’on continue à individualiser les deux terminia115.

  • 116 M. Fixot, « La motte et l’habitat fortifié en Provence médiévale », Château-Gaillard, Études de cas (...)
  • 117 A. Settia, Castelli villagi nell’ltalia padana. Popolamento, potere et sicurezza fra IX e XIII seco (...)

47Une telle situation n’est pas particulière à la plaine languedocienne. En Provence aussi, un même site peut être appelé simultanément villa et castrum116. En Italie padane117, aux Xe et XIIe siècles, le castrum et le village préexistant – vicus ou villa, voire plus simplement locus – sont souvent indifféremment désignés par la même appellation toponymique. L’attraction de la forteresse n’est alors ni immédiate, ni massive, et très longtemps, les deux sites, juxtaposés, seront distingués, le site originel restant dynamique jusqu’à l’extrême fin du XIIe siècle. Puis le vieil habitat est lentement assimilé intra muros.

Les nouveaux sites perchés

  • 118 [...] castellum de Montadino cum terminio et ecclesia A.D. Hérault G277, no 13, cart. épiscopal (10 (...)
  • 119 B.N. Doat. H.G.L. t. V, no 209, col. 426 (vers 1036).

48Comme Montbazin, la plupart des autres castra sont perçus comme un habitat neuf, en rupture avec le réseau de peuplement antérieur. N’étant pas appréhendés comme les successeurs d’une villa, ils n’en reprennent pas le nom et l’expression villa et castrum ne leur est pas appliquée. Ils ne comportent dès lors qu’un seul terminium118. Leur toponymie en -mont ou -pui, plus rarement -roque, énonce leur caractéristique principale, le perchement (fig. 28). Elle se dégage des formes traditionnelles de l’onomastique. La figure emblématique du fondateur de la lignée castrale est souvent à l’origine de l’appellation donnée à l’éminence sur laquelle s’est construit le castrum : castello quem vocant poito de Inglino est le nom primitif du Pouget, castello quem vocant de Omelares de Guidone celui d’Aumelas119 et on devine un Arnald à Montarnaud et peut-être un Abon à Puéchabon.

  • 120 B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, (...)

49Les plus nombreux appartiennent aux Garrigues ou aux premiers contreforts du Massif central. On les trouve aussi sur les concrétions villafranchiennes du bassin de l’Orb ou de la moyenne vallée de l’Hérault. Le relief, compartimenté, se prête mieux au perchement et la mise en valeur, moins intense jusque dans le courant du XIe siècle, a donné moins d’inertie à l’ancienne répartition de l’habitat. Mais il en existe aussi dans les zones basses : Mauguio, Posquières, et plus à l’ouest, Gruissan en sont de purs exemples. De la simple dénivellation indiquant le passage entre deux terrasses fluviatiles à la crête accusée de l’Hortus ou du pic Saint-Loup en passant par les pointements secondaires isolés du haut Biterrois ou les cuestas et corniches du Bas-Languedoc oriental, l’installation sur un point fort est aussi diverse que la morphologie régionale présente de faciès contrastés. Les formes du perchement sont multiples et la typologie aussi variée que la dénivellation est prononcée. Néanmoins, le plan radioconcentrique et le plan en demi-lune étagée ou en éventail dominent. Le premier plutôt dans les secteurs de faible relief (vallées de Garrigues), le second dans les zones plus accidentées (frange montagnarde). Aucun exemple de plan linéaire à la manière des castelnaux gascons120 n’a été pour l’instant recensé.

  • 121 [...] sub Castro Melgorio in villa que vocatur Memtes donamus peciam de terra quam vocant Clausel c (...)

50Cette position privilégiée se matérialise dans le paysage : les terres cultivées, en particulier la zone horticole, sont désormais sub castrum. Et même lorsque le perchement est peu marqué, comme à Mauguio, symboliquement le château domine121. Il domine également les anciens habitats groupés in ipsa villa. Il n’est pas rare que les protovillages perdurent au pied ou non loin de la colline castrale : le semis humain se polarise alors en direction du site central mais, à la différence de la basseplaine, les distances verticale et horizontale, plus accentuées, renforcent l’individualisation des noyaux habités.

  • 122 A. Settia, Castelli.., op. cit. et M. Fixot, La motte..., op. cit.

51En Languedoc, comme en Italie padane ou en Provence122, la formation d’un village groupé et fortifié est longue et difficile. Une même dialectique complexe s’établit entre le castrum et le protovillage préexistant. L’habitat reste très longtemps bipolaire avant que le castrum ne prenne le pas sur l’ipsa villa. Dans les bassins comme dans les reliefs, l’attraction du site castrai sur les noyaux de peuplement antérieur n’est ni absolue, ni définitive. Vers 1060-1070, cette lente maïeutique instaure toutefois une opposition régionale entre les zones littorales où la réussite du castrum scelle la victoire du gros village fort et les reliefs où s’instaure un jeu instable et fragile entre la caserne perchée et l’habitat paysan en contre-bas. Cependant, dans les deux cas, il y a déplacement du centre de gravité du réseau de peuplement car, même pour les castra issus d’une villa matricielle, le renouvellement du site est perceptible.

Les résistances à la trame castrale

52Dans un paysage dominé par le castrum, l’éclosion d’autres formes de peuplement ne constitue ni un véritable contre-pouvoir politique, ni une menace démographique contre sa suprématie, surtout dans la basseplaine. Cependant, dans l’arrière-pays, le peu d’aptitude du castrum à rassembler les inermes, les contraintes imposées par la topographie dans l’exploitation des terroirs et l’existence de fronts pionniers de colonisation font s’épanouir au XIe siècle un nouvel habitat. Il s’agit soit d’une création autoritaire, soit au contraire spontanée, mais, dans les deux cas, elle rompt avec le réseau des protovillages et avec celui des castra.

Sauvetés, colonisation et Paix de Dieu

  • 123 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., pp. 292-312.
  • 124 C. Higounet, « Les sauvetés de Moissac », Annales du Midi, t. XXXV, 1963, pp. 505-511.

53La diffusion de la Paix de Dieu123 réactualise les notions de droits d’asile et de sauveté face aux exigences et aux extorsions toujours plus lourdes des seigneurs. Si elle favorise la formation des villages ecclésiaux, elle promeut aussi un nouveau type de village : la sauveté, définie comme un village d’hôtes de création préméditée124.

  • 125 G. Combarnous, Index de noms de lieux du cartulaire et de personnes dans le cartulaire de Gellone, (...)
  • 126 [...] in circuitu ecclesie dono terram ad construendas mansiones triginta passos in giro, id est ab (...)
  • 127 Cart. Gell. no 214, p. 185 (1060-1108).
  • 128 Cf. infra.
  • 129 P.-A. Clément, Les chemins à travers les âges en Cévennes et bas Languedoc, Montpellier, Presses du (...)
  • 130 A. Soutou, « Datation de la croix discoïdale ajourée de Saint-André-de-Vexos à Roquebrun », Bulleti (...)

54Le cas de Francigenus, localisé par G. Combarnous sur le Larzac vers la mare de la Trivalle à la Vacquerie125, est à cet égard exemplaire. En 1082-1099, la lignée des Deux-Vierges se défait en faveur de Gellone de l’alleu du lac de Francigenus pour y construire une église et des maisons dans un espace enclos de 30 pas autour du bâtiment cultuel126. Le partage de la juridiction entre la seigneurie ecclésiastique et la seigneurie laïque se calque sur la délimitation de la zone de paix dans laquelle l’abbé est souverain127. La fondation d’un village neuf et enclos dans le cadre d’une sauveté ecclésiale couvrant une surface d’environ un hectare autour de l’église participe ici au grand mouvement de colonisation de la frange montagnarde du XIe siècle128. L’un des buts inavoués est sans aucun doute le contrôle du chemin de la côte d’Arboras à la Trivalle par lequel transhument les moutons de la moyenne vallée de l’Hérault129. Si en 1122 ce site est encore qualifié de villa, en revanche vers 1140 ce n’est plus qu’un terminium. Son abandon serait alors précoce (deuxième moitié du XIIe siècle). Aujourd’hui, il ne resterait sur le terrain qu’une église, celle de Saint-Vincent de Soulage sur la commune de Saint-Maurice-Navacelles qu’A. Soutou identifie avec la construction ecclésiale de Francigenus130.

  • 131 A. Parodi, « Notice sur Sainte-Cécile-de-la-Melouse », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction (...)
  • 132 [...] et quartam partem ecclesie et quantum ibi est circa ecclesiam infra triginta dextros, sive si (...)
  • 133 Cart. Nim. no 154, p. 246 (1078).

55En 1080, à La Melouse, dans la vallée du Gardon131, un quart de l’église Sainte-Cécile et de tout ce qui est dans un rayon de 30 dextres, maisons, arbres, bois d’arbousiers, terre cultivée et inculte est vendu au prévôt de Nîmes, Pierre Guy132. Sainte-Cécile et le bois d’arbousiers jouxtent le cimetière133. L’établissement de la sauveté est récent : certes les maisons s’organisent autour des deux pôles cultuels à l’intérieur d’un espace de paix de 30 dextres ; mais le bâti laisse une large place aux arbres, aux parcelles cultivées et incultes, au bois d’arbousiers. Les circonstances de la fondation ainsi que l’implantation géographique sont identiques au cas précédent. Cependant, ici, on ignore si le nouveau site est entouré d’un fossé, d’une palissade ou d’une enceinte. Si enclos ou village il y a eu, ils n’ont laissé aucune trace dans le parcellaire.

  • 134 A.D Haute-Loire H174 no 1 (1098).

56En 1098, Gotafred, évêque de Maguelone, et Bérenger, évêque d’Agde, en présence de nombreux membres de l’aristocratie laïque régionale, circonscrivent une sauveté de 60 pas autour de l’église SaintVincent de Jonquières134 marquant la limite entre leurs deux diocèses. Des croix symbolisent concrètement les contours de cette zone de paix de près de 2 ha. Ici les prescriptions du concile de Latran en 1059 qui préconise 60 pas autour des majores ecclesie ont été suivies. Et l’importance stratégique de cette église pour l’abbaye de la Chaise-Dieu se trouve renforcée par la proximité du chemin de Saint-Jacques, de la Domitienne et de l’étang de Thau avec ses pêcheries et son sel.

  • 135 [...] de capella Sancti Johannis de Valle et de XXX passibus circa eam que a laicis comparavit... D (...)

57Plus tardive est l’église Saint-Jean-de-Celle ou de Laval à Mireval-Vic. Elle ne transparaît que dans un seul texte, lors d’un différend entre l’évêque de Maguelone et Guilhem de Montpellier, dans lequel l’évêque se plaint que la chapelle Saint-Jean de Valle et sa zone de paix de 30 pas, soit environ 55 m, ait fait l’objet de violences et déprédations135. Là encore, comme pour Jonquières, les canons conciliaires ont été suivis. L’enjeu que représente l’exploitation de l’étang, en pleine expansion, n’a pas dû être une préoccupation absente lors de l’établissement de la sauveté.

58Ce mouvement de colonisation porté par les institutions de paix se localise soit dans la bordure méridionale du Massif central soit près des étangs littoraux, mais là, les préoccupations de peuplement paraissent absentes, à la différence de la frange montagnarde. Il aboutit à la création volontaire de villages neufs, enclos, groupés autour des édifices cultuels dans le cadre d’une sauveté. Ce type d’habitat est le seul dans l’élaboration duquel l’Église joue un rôle décisif au XIe siècle.

L’habitat intercalaire

  • 136 [...] mansum unum Plagias ubi Guiramnus visus est manere cart. Gell. no 13, p. 16 (999) ; manso uno (...)

59Aux Xe et début du XIe siècle, de nombreux écarts apparaissent. D’abord désignés par la locution mansus ubi visus est manere, ils sont individualisés, à partir de 1060-1070, par un toponyme propre inscrivant ainsi leur permanence dans le paysage. Pendant une période transitoire, les deux systèmes coexistent136. Pour construire le graphique (fig. 29), je n’ai pris en considération que les manses où l’acception ancienne d’exploitation rurale s’est maintenue : l’énumération des parties constitutives, le détail des redevances à verser ou les limites topographiques le prouvent ; ou bien, le manse est parfaitement localisé géographiquement dans le terroir par un nom propre. Les mansi cum curte ou ceux pour lesquels la distinction n’est pas sûre ont été laissés de côté. Il est bien évident que la première mention d’un manse dans la documentation ne préjuge en rien de sa date de construction.

  • 137 Il faut souligner que la courbe d’apparition des écarts comme d’ailleurs celle des castra est indép (...)

60Les nouveaux écarts137 apparaissent de façon notable avant l’an Mil. Le phénomène est à son apogée durant la phase centrale de l’enchâtellement entre 1020 et 1070. Passé cette date, l’expansion de la courbe ne se dément pas jusqu’au seuil du XIIIe siècle où le mouvement s’essouffle. La césure des années 1060-1080 correspond très exactement à celle observée précédemment entre l’évolution castrale de la basse-plaine et de l’arrièrepays. En effet, l’apparition d’un habitat dispersé caractérise indiscutablement les zones de relief : la comparaison entre la courbe des écarts de montagne et ceux du littoral (fig. 30) montre l’importance médiocre du phénomène dans le plat-pays. Aussi bien dans le Biterrois que dans la plaine nîmoise ou montpelliéraine, dès l’an Mil, la tendance est à la concentration de l’habitat : la courbe décroît irrévocablement jusque dans les dernières années du XIIe siècle. À l’inverse, l’arrière-pays voit une accélération du processus. Passé 1060-1080, l’autre facteur discriminant décisif entre les deux aires est l’éclosion d’un habitat dispersé plus accusée en montagne qu’au bord de la Méditerranée.

  • 138 A. Settia, Castelli..., op. cit., pp. 266-267. R. Comba, « La dispersione dell’habitat nell’Italia (...)

61Là encore, les observations faites en Italie padane rejoignent celles qui viennent d’être établies. En effet, au XIIe siècle, les case isolate et petits groupes de case isolate se multiplient ou réoccupent d’anciens sites. Elles ne sont ni in vico, in villa, ou in castrum, mais in loco ubi dicitur, sur le territoire du village dont elles dépendent. C’est un habitat isolé. Dans toute l’Italie septentrionale, l’avènement du castrum ne signifie pas la fin automatique du peuplement intercalaire138. L’explication donnée par A. Settia est d’ordre essentiellement socio-économique : posséder une casa dans un castrum est encore un luxe auquel peu de personnes accèdent. En Languedoc, la cause est tout autre.

Figure no29. La naissance d’un habitat diffus en Languedoc (960-1209)

Figure no 30. Évolution comparée de la création d’écarts en plaine et en relief (960-1209)

62L’immense majorité de ces manses ne sont pas les points d’aboutissement de la désertion d’une ancienne villa ou la survivance d’anciens écarts ayant pris un nouveau relief par rapport aux jeunes castra. Au contraire, ils sont d’authentiques créations médiévales. Plusieurs indications penchent en faveur de cette hypothèse :

  • les toponymes de ces écarts sont quasiment tous médiévaux : Cabrairesse, Cabannis, Crozes, Ferrières, Montels, Montlobre, Paillade, Pouzols, Rouquette etc. Les rares exceptions à la règle tels Caunas, Coupiac, Retornas, Uglas, Védas, de toponymie romane, n’apparaissent jamais avant le XIe siècle : il pourrait s’agir de réoccupation de sites ;

    • 139 [...] unum mansum in boxeto cart. An. no 236, p. 364 1039 ; unum mansum totum... et unum boscum... (...)

    l’implantation de ces manses dans le finage villageois est très excentrée : soit à flanc de coteau, à mi-pente de la vallée et du plateau, soit en replat ou puech, soit encore en bordure de cours d’eau sur les basses terrasses fluviatiles. Nombreux sont ceux qui sont dit in boxeto, ad boscum139 ou encore proches de bois aujourd’hui disparus ou de lieux ermes aux confins du terroir. Pour d’autres, l’énumération des parties constitutives met l’accent sur la silva et son faciès de dégradation, la garrigue ;

    • 140 Cf. infra pp. 189-209.

    cette localisation aux marges de l’ager médiéval correspond exactement à la géographie des défrichements forestiers : mise en valeur de terroirs humides en bord de rivière, anthropisation des puechs ou petits accidents de terrain et surtout colonisation des versants140. Ainsi s’explique que beaucoup de ces manses portent un nom en rapport direct avec la végétation : Blaquière, Boissière, Esperelles, Espinas, Elzière, Joncasse, Malboussière, Matte, Rouvière etc.

  • 141 G. Démians d’Archimbaud, « Le village et l’habitat rural », X. Barral i Altet, sous la direction de (...)
  • 142 P. Toubert, « Les féodalités méditerranéennes : un problème d’histoire comparée », Structures féoda (...)

63En Languedoc, l’apparition des manses isolés est le corollaire de la naissance d’un habitat concentré dans la mesure où celui-ci est inadapté à la conquête des sols : c’est là l’une des raisons, et peut-être la principale, de l’arrêt précoce du processus d’enchâtellement des hommes dans l’arrière-pays. Si dans le plat-pays, déjà anciennement occupé, les terroirs neufs de rivage ou de soubergues trouvent tout naturellement leur place dans un espace agraire articulé autour d’un point central, en revanche, plus au nord, tout comme en Haute-Provence141, le compartimentage du relief conjugué à la mise en valeur des plateaux à vocation sylvo-pastorale rend plus délicate l’organisation rigoureuse en ensembles homogènes. La dispersion intercalaire représente une résistance au regroupement des hommes, mais c’est une résistance dynamique qui n’est pas due à un quelconque conservatisme. Le manse, c’est d’abord et avant tout un habitat de conquête forestière. Le concept de centralité prend alors toute sa valeur142 : l’habitat de plaine est nettement groupé, celui de l’arrière-pays est simplement centré. La maille serrée du village castrum biterrois ou montpelliérain encellule totalement un paysage où les écarts font figure d’exception. Dans la montagne ou en Garrigue, le réseau de peuplement est constitué autour de quelques noyaux majeurs in ipsa villa. Il intègre logiquement des châteaux dont la fonction primitive, militaire et stratégique, demeure encore essentielle au XIIe siècle et de grosses fermes isolées colonisant les marges de l’espace agraire.

L’urbanisme villageois au XIIe siècle

64Avec le triomphe de l’habitat groupé s’achève l’ultime phase du lent processus de maturation villageoise amorcé dès la fin de la période carolingienne. Le modèle de l’agglomération castrale imprime au paysage languedocien une uniformité morphologique globale. Le protovillage, lorsqu’il survit encore, se fond dans le creuset castrai. Des nuances s’instaurent çà et là et de nombreuses variables établissent des particularismes régionaux.

La refonte des villages précastraux

  • 143 [...] quartum de ferragine que est ante porta de Carcares cart. An. no 247, p. 373 (1094-1108)
  • 144 M. Fixot, « La construction de châteaux dans la campagne d’Apt et de Pélissanne du XIe au XIIIe siè (...)
  • 145 J.-P. Poly, « Régime domanial et rapports de productions "féodalistes" dans le Midi de la France (V (...)
  • 146 M. Aubrun, La paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris, Picard, 1986, p. 40.
  • 147 [...] de omni villa que est in circuitu ecclesie Sancti Martini de Dundras de infra cruces cart. Ge (...)
  • 148 Cart. Gell. no 71, p. 64.
  • 149 J. Lugand, R. Saint-Jean et J. Nougaret avec la collaboration d’A. Burgos, Languedoc roman, La-Pier (...)
  • 150 Cart. Gell. no 546, p. 469 (1162).
  • 151 La première enceinte datant des XIIe-XIIIe siècles est appelée ultérieurement fortalicium vetus dan (...)

65Dans ce processus globalisant, le dynamisme retrouvé des seigneuries ecclésiastiques conjugué à la pression démographique encore forte remodèle les ipse ville du Xe siècle. Certaines de celles qui ont résisté à la trame castrale retrouvent un second souffle. La reprise en main religieuse qu’effectuent aux XIe et XIIe siècles les grandes abbayes languedociennes par le truchement des prieurés facilite la cristallisation du bâti selon des formes proches du castrum populatum. Ils ne sont pas si rares ces vieux sites précastraux encore appelés villa en plein XIIe siècle qui s’entourent de murailles auréolées d’une ceinture horticole à la manière de la zone subcastrale, comme à Saint-Martin-de-Carcarès, dépendance d’Aniane143. En Provence, les travaux de M. Fixot ont souligné ce rôle du prieuré dans la structuration de l’habitat médiéval144. Le cas de Saint-Martin-deLondres illustre bien ce rôle. La villa est déjà recensée dans le bref carolingien de l’advocatus de l’évêque de Béziers, Ansefred, daté des VIIIe-IXe siècles voire même du VIIe siècle145. L’ancienneté de l’hagiotoponyme Saint-Martin suggère une fondation ecclésiale contemporaine146. Sous la protection des croix, se cristallise un regroupement précastral in circuitu ecclesie147. Vers 1036-1041148, Saint-Martin-de-Londres est église paroissiale, et certainement aussi cémétériale, mais cela n’est pas précisé avant 1088. À la fin du siècle, l’établissement d’un prieuré soumis à Gellone relance le développement du site : un nouvel édifice cultuel, plus en rapport avec le renom de l’abbaye, se construit149. L’importance grandissante du prieuré transforme le paysage monumental : au milieu du XIIe siècle, l’aire ecclésiale est flanquée d’un clocher et d’une tour- qui fait l’objet d’un litige sérieux avec les seigneurs de Montarnaud – et comprend un four ; le cimetière, lui, est habité150. Passé 1150, le qualificatif de castrum consacre le succès de cet habitat d’origine ancienne. Il s’est organisé autour de l’église et du cimetière dans un périmètre de sauvegarde fortifié d’une enceinte151. Le village ecclésial du Xe siècle a résisté à la vague castrale, puis est devenu un gros village fortifié rassemblé autour des pôles cultuels. À l’instar du castrum dont il emprunte les principaux attributs extérieurs, il s’urbanise.

  • 152 [...] cellarium cum domo cimiterii et quicquid habeo in cimiterio cart. Guill. no 225, p. 381(XIIe  (...)
  • 153 C’est le cas à Saint-André-de-Codols, Cazilhac ou Saint-Martin-de-Londres duas mansiones cum ipsa c (...)
  • 154 H.G.L. t. V no 122, col. 251 (844).
  • 155 A.D. Gard H106 f° 53r.

66D’autres indications confirment le potentiel d’attraction d’anciens noyaux polarisés. En effet, à partir du XIIe siècle, la construction de maisons d’habitation à l’intérieur du cimetière est de plus en plus attestée152. Il ne s’agit pas de bâtiments isolés, mais bien d’un véritable quartier bâti : maisons simples ou avec cours, fours, celliers... qui, souvent, jouxtent l’édifice cultuel puisque la plupart du temps ces nécropoles habitées sont associées à l’église du lieu153. L’une des meilleures descriptions est celle du cimetière de Saussines où l’église Saint-Etienne, déjà en place aux temps carolingiens154, a fini par rassembler les hommes dans le cadre de la villa du même nom. En 1236, un litige oppose Bermond, seigneur de Sommières, et l’abbaye de Psalmodi dont dépend le prieuré du village155. Le texte précise parfaitement les tenants et aboutissants de la genèse du site : in quo cimeterio est facta villa de Sulcinis. C’est bien là un regroupement de type précastral, hypothèse renforcée par la limitation expresse faite par Psalmodi à Bermond de Sommières, détenteur du ban, de la taille, tolde et queste sur les hominibus existentibus sive morantibus infra terminas cimiterii. L’habitat se groupe et s’articule autour de l’église fortifiée Saint-Etienne (incastellatio et castellatio). Ce même acte fait état de biens immeubles infra cimiterium et d’horrea, greniers ou magasins pour le stockage des denrées alimentaires, au coeur même du bâtiment ecclésial. À l’intérieur du cimetière, la densité du bâti est telle que ce sont les habitations et les rues du quartier établi sur la nécropole qui la délimitent. Les confronts donnent une idée de cet entassement : une des maisons abrite un four dont la paroi est mitoyenne avec une ferragine, elle même jointive avec l’angle formé par une autre maison. On se demande s’il reste encore de la place pour les tombes des fidèles... Dans un paysage dorénavant encellulé et urbanisé, le bourgeonnement des cimetière habités pérennise des structures de peuplement plus anciennes.

  • 156 Cart. Béz. no 56, p. 63.
  • 157 Cart. Béz. no 361, p. 544.
  • 158 Cart. Béz. no 177, p. 240.
  • 159 A.D. Hérault 12H7 (1195).
  • 160 Cart. Béz. no 138, p. 189.
  • 161 Cart. Béz. no 275, p. 390.

67Dernier exemple à verser à ce dossier, celui de Gabian. La villa, ainsi que les terres et vignes afférentes, fait partie du patrimoine carolingien de l’Église biterroise. Elle arrive en seconde position dans le bref d’Ansefred156. Point important : l’évêque la tient en mains propres ; elle n’est pas cédée en tenure aux vassi comme les autres ville énumérées dans la suite du texte. Cette situation originelle privilégiée au coeur du grand domaine épiscopal est encore consacrée en 1216 lors d’une ultime confirmation pontificale157. Elle tire peut-être son origine du fait que l’aqueduc romain approvisionnant en eau la cité est alimenté par la source de la Resclauze sise à Gabian. Entre 950 et 1100, la villa carolingienne cristallise un noyau de peuplement qui résiste à la déferlante castrale puisqu’en 1153, l’habitat est pour la première fois qualifié de castrum158. Une description détaillée d’un stare sive mansus avec jardin montre qu’il en a adopté la configuration159. En effet, cet estar est extra interiores muros, ce qui implique l’existence d’exteriores muros. Une double enceinte entoure le site. Elle délimite, quoique les termes ne soient pas employés, un cinctus inferior et un cinctus superior, siège du castellum, mot qui, lui, figure dans l’acte. La zone castrale inférieure est formée d’un bâti lâche de maisons composites distribuées sur une cour et bordées de vignes et d’horts. Les évêques s’attachent à favoriser le développement économique de Gabian : en 1130, à l’occasion d’une donation de dîme à Grézan, il est précisé que la redevance, qui consiste en trois setiers marchands de froment, doit être portée à Gabian, le centre de la dîmerie160 ; en 1180, un marché hebdomadaire le mercredi est attribué au village161 et il est rare de rencontrer une telle autorisation dans la documentation. Le soin apporté par les prélats à l’essor de leur seigneurie dans ce secteur fait de Gabian l’un des fleurons régionaux de leurs possessions dont ils remodèlent l’habitat suivant le plan castral.

Une architecture castrale (1050-1200)

  • 162 B.N. lat. 9999 f° 14r (872) ; cart. Ag. no 319, p. 284 (884) ; cart. Nim. no 86, pp. 13-139 (994).
  • 163 [·..] cum domibus que juxta ecclesiam sunt cart. An. no 271, p. 396 (1075) ; locus ad faciendam dom (...)
  • 164 Cart. Béz. no 54, p. 61 (1006) ; no 64, p. 73 et H.G.L., t. V., col. 446 (1043), no 65, p. 76 (1043 (...)
  • 165 Cart. Guill. no 357, p. 548 (1095-1114) ; cart. Mag. no 52, p. 105 (1109-1129) ; cart. Guill. no 54 (...)

68Avec l’avènement du castrum, la manière de percevoir le tissu bâti change. La documentation emprunte au registre urbain pour désigner les constructions castrales. La domus, la maison unitaire, est courante dans les cités d’Agde et de Nîmes dès le IXe siècle. Elle forme des quartiers de maisons se confrontant les unes les autres162. Certes les inventaires des alleux ou des ville antérieurs à l’an Mil n’ignorent pas la domus, mais ils préfèrent parler de casa, mansus ou mansio. Ce n’est qu’à partir de 1070-1090, et plus encore au siècle suivant, que la domus devient un élément à part entière du noyau habité des campagnes163. Le schéma est encore plus explicite pour la maison à étage, le solarium (fig. 31), qui, pendant le siècle de l’enchâtellement, n’est construite qu’en ville, à Béziers ou à Montpellier164. Ce n’est qu’à l’orée du XIIe siècle qu’elle conquiert peu à peu sa place dans le castrum : Castries, Aumelas, Cazilhac, Villeneuve Richin, Gigean165. D’autres mutations de vocabulaire sont enregistrées par les actes de la pratique. Dans la seconde moitié du XIe siècle, des termes neufs se diffusent pour désigner la maison castrale : stare (fig. 31), sala. C’est alors que disparaissent le mansus cum carte et surtout la casa qui jouent un si grand rôle dans la polarisation du terminium ville au Xe siècle. Le diagramme (fig. 32) montre que la période charnière où la courbe des staria prend le relais de celle des case se place entre 1050 et 1100, au moment où le castrum se transforme en un gros village fort. L’accélération du processus au XIIe siècle correspond à la vulgarisation de la forme castrale dans le monde rural.

  • 166 M. Bourin-Derruau, Villages.., op. cit., t. 1, p. 26. M.-G. Colin, I. Damas, N. Pousthomis-Dalle, L (...)
  • 167 O. Ginouvez, Des maisons..., op. cit. J. Kotarba et al., Arles-13... op. cit.
  • 168 C. Mercier et C. Raynaud, L’habitat..., op. cit.
  • 169 M.-G. Colin et al., La maison..., op. cit., pp. 75-77.

69Je soutiens l’idée que l’apparition dans les cartulaires d’un vocabulaire neuf, spécifique à la maison castrale, correspond à une évolution réelle dans le mode de construction. Un certain nombre d’observations m’y incitent. En effet, à partir de la seconde moitié du XIe siècle, l’avènement du stare et du solarium consacre le toit de tuiles ainsi qu’en témoignent à la fois les textes et l’archéologie166. Or les chartes nîmoises du Xe siècle ne connaissent que le toit de roseaux généralisé – a sisca cooperta – et les fouilles d’habitats carolingiens ou antérieurs à 1050 n’ont pour l’instant pas livré de couches de tuiles167. La naissance du village castrai indiquerait alors le passage à une toiture « en dur ». De même, les systèmes de drainage et d’évacuation des eaux se généralisent au sein du castrum. L’existence, à partir de la seconde moitié du XIIe siècle, d’une servitude de stillicide, le confirme : il s’agit d’organiser et d’entretenir entre voisins immédiats des dispositifs communs destinés à recueillir l’eau de pluie pour constituer une réserve d’eau potable et à évacuer les eaux usées. Là encore, le développement d’une maîtrise de l’eau plus rationnelle se marque concrètement dans l’architecture des bâtiments d’habitation. Au caput castri, la partie supérieure du village où réside l’aristocratie, les maisons à étage des chevaliers et des nobles dominent insolemment celles des artisans et cultivateurs. Facteur de différenciation sociale au XIe et encore XIIe siècle, le solarium est certainement d’une facture autre que le stare du roturier ou la casa du paysan. Le protovillage abritait-il déjà des maisons à étage ? À Dassargues, au VIIe siècle, les bâtiments ne sont pas vraiment construits pour en supporter le poids168. Peut-être ce niveau était-il destiné à un autre usage (stockage, atelier....). En tout cas, à partir de 1030-1060, l’étage, désormais perçu comme faisant partie de la sphère habitée à part entière, se diffuse. Au XIIIe siècle, le croît démographique le généralise. Les fouilles de castra languedociens169 montrent qu’au XIVe siècle, la maison à étage est le module de base de la cellule villageoise.

70À l’emploi du registre urbain viennent s’ajouter d’autres indications qui dénotent le poids du modèle citadin dans la formation du paysage bâti du castrum. La diffusion des treilles dans le tissu habité en est une. Durant le IXe siècle et encore au Xe siècle, ces treilles, à la fois jardin de plaisance et de rapport, sont le complément obligé du mansus cum curte citadin : c’est un phénomène typiquement urbain. À partir de la seconde moitié du XIe siècle, quelques stare des jeunes castra en comptent, mais ils sont encore exceptionnels. Puis cette pratique, limitée au seul noyau habité, devient plus courante.

Figure no 31. L’émergence d’un vocabulaire architectural propre au castrum (850-1199)

Figure no 32. Les mutations du vocabulaire désignant la maison (850-1199)

  • 170 J.-M. Pesez, « Archéologie de la maison paysanne », Villages et villageois au Moyen Âge, Actes du c (...)

71Ces signes, certes ténus, marquent me semble-t-il un tournant dans l’architecture villageoise : la maison castrale est mieux finie, plus haute, plus confortable, que les bâtiments encore très frustes et très ruraux du Xe siècle. Du moins les contemporains le ressentent ainsi, et de manière suffisamment forte pour que les scribes le consignent au fil des actes et des registres. Le Languedoc aurait alors lui aussi connu l’opposition classique entre la maison du Haut Moyen Âge issue de l’« infraconstruction » et celle des derniers siècles du Moyen Âge170.

Vers un univers minéral commun

  • 171 [...] in domo de Guillehni de Pozols que confrontatur a circio cum domo Pétri Guillelmi Rufeti et a (...)

72Ces mutations de vocabulaire ne signalent pas seulement une transformation architecturale : elles entérinent un rejet progressif des zones agricoles hors de l’espace bâti. Avec la disparition du mansus cum curte et du casai, les champs, les vignes, les prés se rencontrent de moins en moins fréquemment au détour des rues ou en bordure des maisons ; tout au plus de petits potagers et vergers, une simple treille et quelques ferragines viennent trouer la masse des maisons. Car les habitations se serrent de plus en plus : les estars confrontent d’autres estars, les maisons d’autres maisons et les pâtés d’habitations ne sont plus coupés que de venelles et de passages en cul-de-sac171.

  • 172 Cart. Ag. no 204, p. 193 (1146-1147).
  • 173 Cart. Mag. no 229, p. 412 (1194).
  • 174 Cart. Béz. no 320, p. 465 (1194) et no 332, p. 488 (1199).
  • 175 A.D. Gard H787 (XIIe-XIIIe siècle).
  • 176 Teulet t. I, no 144, p. 77 (1156).
  • 177 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XVI no 156 (1166).
  • 178 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XIX no 176 (1170).

73La densification croissante du bâti intra muros n’est pas sans poser des problèmes juridiques. À partir de 1150, les actes établissant la cession d’une habitation comprennent de plus en plus souvent des clauses de servitude qui révèlent la mitoyenneté. L’une des principales a trait au droit de charge sur le mur du voisin ou sur le mur commun. Dès 1146-1147, Raimond de Foreville autorise le tisserand Pierre Sicard à faire porter une charge sur le mur qui jouxte son manse de Vias moyennant une rente annuelle de quatre sous biterrois172. À Villeneuve-lès-Maguelone, chacun des deux propriétaires a droit de charge173 sur un mur commun séparant une cour d’une maison. Quand le mur est mitoyen, la réciprocité des obligations d’entretien et de port de charge est un usage régional de Béziers174 à Saint-Gilles. Dans ce dernier bourg, les coutumes175 comportent aussi de précieux articles détaillant minutieusement les droits et devoirs de l’une et l’autre parties lorsqu’une poutre d’un bâtiment vient s’appuyer sur le mur appartenant au voisin. En principe, le maître du sol, et par conséquent le propriétaire du mur, est seul habilité à en disposer. Et il ne s’en prive pas : interdiction de percer des ouvertures176, de construire un bâtiment plus élevé177, de détériorer ou d’endommager le mur, notamment en y adossant son tas de fumier178.

  • 179 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XIX no 176 (1170) ; cart. Mag. no 229, p. 412 (1194) ; cart. Béz (...)
  • 180 [...] in Castro deMarcelliano totas duas mansiones cum curia... et cum toto viridario... que se ten (...)
  • 181 D. Baudreu, « Une forme de villages médiévaux concentrés : le cas du Bas-Razès », Archéologie du Mi (...)
  • 182 Vetus garillans et cloaca secundum antiquam formam et statum pristinum sit et remanent et aqua ingl (...)

74La symbiose des bâtiments intensifie les relations de proche voisinage. La servitude de stillicide oblige à organiser et entretenir tout un système commun de chenaux, gouttières et citerne pour recueillir l’eau de pluie et évacuer les eaux usées179. La gestion quotidienne, ensemble, d’une réserve d’eau potable pour la consommation ou l’arrosage du potager ou du verger attenant aux maisons180 développe la solidarité entre voisins. À l’échelle du village, l’entretien commun de l’enceinte et des fossés joue le même rôle. En effet, comme tant de villages méditerranéens181, le castrum est entouré d’une enceinte en dur (muros), souvent complétée par des fossés (fosse, vallos) et un talus de terre (agger). Or les habitants doivent veiller à l’arrachage des arbres et des arbustes qui risqueraient d’en entraver le bon fonctionnement ; ils doivent aussi s’occuper du vallum qui paraît avoir servi en partie de collecteur d’eaux usées pour compléter le dispositif des anciens égouts – peut-être hérités de l’Antiquité ?182. Cette dernière recommandation suppose des fossés en eau et non à sec.

  • 183 [...] medietatem portalis et clavem et seram et cathenam portalis cart. Mag. no 283, p. 19 (1204).
  • 184 A.D. Hérault G1710 (1157).
  • 185 Cart. Mag. no 162, p. 299 (1174).
  • 186 Cart. Béz. no 246, p. 359 (1176)
  • 187 Cart. Mag. no 270, p. 465 (1202).

75Symboles de cette cohésion villageoise nouvelle, les portes monumentales sont équipées de chaînes et de serrures183 dont les clefs commencent à représenter le village tout entier : lorsque les seigneurs de Cournonsec reconnaissent tenir en fief de l’église de Maguelone la forcia de Vic, les claves ipsius forcie sont comprises dans la liste des biens afférents184 ; quand Guillerma reconnaît la souveraineté du prélat de Maguelone sur les portes du castrum de Gigean, elle prend garde de n’oublier les clefs185 ; et Béranger de Caux promet à Bernard, évêque de Béziers, de lui rendre fidèlement les clefs des portes du castellum de Vailhan186. L’hommage prêté pour le castrum de Teyran, où seules les clefs sont mentionnées187, montre qu’à l’agrégat d’exploitations encore très rurales du Xe siècle succède un village clos, minéral et urbain.

Echecs et désenchâtellement

  • 188 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t.1, pp. 71-72.
  • 189 M. Bourin-Derruau, « Valeur stratégique et valeur symbolique des fortifications castrales en Bas-La (...)

76Au seuil du XIIIe siècle, le triomphe général de l’urbanisme castrai dans les plaines bas-languedociennes ne doit pas oblitérer ses échecs. Entre le castrum démocratique de Vias qui rassemble l’ensemble de la population intra muros188 et celui de Montpeyroux qui reste fidèle à la version castrale originelle189, il y a une différence qui oblitère l’avenir même de l’habitat.

  • 190 P. Bonnassie, « Les descriptions de forteresses dans le Livre des Miracles de sainte Foy de Conques (...)
  • 191 A. Settia, « Incastellamento et decastellamento nell’italia padana fra X e XI secolo », Bollettino (...)
  • 192 Cart. Guill. no 80, p. 149 (vers 1132) ; Bull. Mag. no 198 bis, p. 367 (1215).
  • 193 Cart. Mag. no 202, p. 362, A.D. Hérault G4359 et cart. Guill. no 87, p. 160 (1189).
  • 194 Cart. Mag. no 356, p. 170 et A.D. Hérault G1475 (1217).

77Lorsque la dénivellation est accusée ou prend des proportions extrêmes à la manière des roques du Rouergue190, le castrum porte en lui les germes d’un désenchâtellement futur. Il est toutefois plus tardif, plus limité, et moins brutal qu’en Italie septentrionale191. Inadapté à la conquête des terres, incapable de réorganiser les terroirs de vallée, bref d’assumer matériellement les effets du développement économique, il n’exerce qu’une fonction militaire de surveillance : surveillance des paysans, mais aussi et surtout, surveillance des routes. Ainsi Montferrand, perché à la pointe orientale du pic Saint-Loup, contrôle tout le nord du pays de Montpellier qui prend le nom de comté de Montferrand ou Val Montferrand192. La puissance comtale y a établi un bayle qui tient, entre autres, le péage du chemin vieux de Montpellier à Ganges193 et de Montpellier à Quissac-Alès194. Aucun mouvement, aucun flux migratoire, aucun produit n’échappe à sa vigilance.

  • 195 P. Bonnassie, Les descriptions..., op. cit. M. Bourin-Derruau, Valeur..., op. cit.

78Une fois disparu le contexte social par lequel ils ont été portés, celui des guerres de rapines et de violence caractéristiques du XIe siècle195, tous les castra de fort relief sont amenés à végéter ou disparaître : ainsi les Deux-Vierges, Aumelas, L’Hortus, Montredon ou La Tour carrée à Colombières-sur-Orb etc. Si, à la faveur de troubles ultérieurs, ils ont sporadiquement retrouvé leur fonction primitive pour quelques bandes de pillards, la plupart sont aujourd’hui en ruines. Les crises du XIVe siècle conjuguée à la chute démographique et aux transformations sociales du groupe des milites rendent quasi inévitable leur désertion.

  • 196 P. Toubert, « Les destinées d’un thème historiographique : "castelli" et peuplement dans l’Italie m (...)

79Pour F. Cheyette, B. Cursente et D. Baudreu, la densité cartographique des villages ronds actuels reflète presque exactement l’ancien réseau castrai. En dépit de tous les avatars ultérieurs, l’ossature originelle du paysage bâti perdure. Évaluer l’impact de Tenchâtellement, c’est quantifier la fréquence des villages ronds par régions196. Ce calcul donne les résultats suivants :

Biterrois :

0,5 village par km2
soit 1 village pour 2 km2

Agadès-Moyenne vallée de l’Hérault :

0,05 village par km2
soit 1 pour 20 km2

Plaine montpelliéraine et nîmoise :

0,03 village par km2
soit 1 village pour 33 km2

Zones tabulaire des Garrigues :

0,01 village par km2
soit 1 village pour 100 km2

Bordure méridionale du Massif central :

0,006 village par km2
soit 1 village pour 170 km2

80Très forte en Biterrois, la densité des agglomérations rondes est déjà moindre en Agadès, dans la moyenne vallée de l’Hérault et dans les plaines orientales. Cependant, dans les trois régions, elle demeure encore élevée, consacrant ainsi la victoire du village-castrum. Une coupure claire marque le passage à la zone tabulaire des Garrigues ou à la Vaunage : les villages ronds, encore présents, ne composent plus une trame serrée à la différence du littoral. Enfin, le maillage est encore plus distendu dans la frange montagnarde. La répartition actuelle des agglomérations concentriques épouse parfaitement la morphologie d’ensemble bas-languedocienne : le relief y joue un rôle déterminant. En effet, le canevas des gros villages enclos s’arrête au pied de la bordure méridionale du Massif central ou des plis accusés de la région montpelliéraine. En revanche, malgré une dispersion intercalaire beaucoup plus importante qu’en plaine, il couvre non sans mal les Garrigues nîmoises et montpelliéraines. Il y est plus distendu, moins prononcé, en un mot plus embryonnaire qu’au bord du littoral ou que dans la moyenne vallée de l’Hérault, mais la forme groupée, ou plutôt centrée, est encore prééminente. Les marches d’escalier que constituent les plateaux secondaires calcaires sont, à tous égards, une zone de transition : ni échec avéré, ni non plus franche réussite.

***

81Depuis les formes primitives du protovillage jusqu’à la refonte de l’urbanisme villageois selon le modèle castrai, de profonds bouleversements affectent l’organisation du peuplement. Durant deux siècles, l’habitat se structure aux rythmes de l’histoire de la société. La gestation du village commence au Xe siècle avec la polarisation de l’espace : les maisons sont voisines, mais pas encore contiguës ou jointives. Cette phase primitive est décisive : le concept de village prend forme puisque la locution in ipsa villa formalise à la fois le caractère concentré du peuplement et sa fixité. Vers 1030, la multiplication des centres politiques constitue une rupture franche du tissu humain : le castrum concurrence les pôles de peuplement antérieurs comme en témoigne l’expression villa sive castrum. Mais, très vite, les éléments anciens sont soit éliminés soit intégrés dans la nouvelle trame du paysage. En cela, le Languedoc se rapproche de la Provence ou de l’Italie du nord et s’éloigne du modèle latial. Il en diffère aussi par la persistance et le dynamisme de l’habitat dispersé dans les zones de Garrigues et de montagne. De ce point de vue, vers 1060-1070, une forte opposition régionale – elle se perçoit encore aujourd’hui – s’instaure entre les deux secteurs : dans la plaine, le village groupé et fortifié devient la norme alors que, plus au nord, il faut plutôt parler de centralité. La tendance à la concentration des hommes génère d’autres formes, centripètes, de peuplement, mais elles demeurent faibles face poids du castrum ou de l’ancienne ipsa villa. Tout au long du XIIe siècle, le village s’urbanise : une nouvelle architecture, castrale, citadine, minérale, prend le relais de l’« infraconstruction » des casales carolingiens et favorise la cristallisation du sentiment communautaire que le XIIIe siècle concrétisera. La maturation villageoise a atteint sa phase de plénitude et de réussite.

Le pôle religieux et la topographie villageoise

  • 197 À partir de l’analyse morphologique des villages, D. Baudreu recherche les liens entre des habitats (...)
  • 198 M. Bourin et A. Durand, « Église paroissiale, cimetière et castrum », M. Fixot et E. Zadora-Rio, éd (...)

82J’ai volontairement laissé dans l’ombre jusqu’ici l’église paroissiale et le cimetière commun. Sans doute ai-je été prisonnière d’une historiographie qui jusque là mettait en avant, certes avec raison, mais de manière trop insistante, le pôle fortifié et laïc : les thèses en gestation de plusieurs autres chercheurs languedociens devraient y remédier197. Je me contenterai de développer un certain nombre de réflexions d’ensemble quant au rôle de l’aire ecclésiale dans l’organisation du peuplement et la genèse du village. Ces réflexions ne sont pas uniquement les miennes : à l’occasion du IIIe congrès d’archéologie médiévale tenu à Aix-en-Provence en 1989, M. Bourin et moi-même avions tenté de faire le point sur cette question198 ; c’est cette trame élaborée en commun que je reprendrai ici.

Le poids de l’église dans l’organisation de l’espace précastral

Paroisse, cimetière et villa

  • 199 On remarquera également que l’appartenance de l’église à la villa n’est pas exprimée sous la forme (...)
  • 200 [...] villam... cum ecclesia Sancti Hylarii constructa necnon et aliis ecclesiis que infra terminiu (...)
  • 201 [...] ipsa ecclesia... in villa que vocant Romolanicus... cum cellis et cimiteriis, cum decimis et (...)

83Un schéma idéal ferait correspondre villa et parrochia dans ce pays dont la christianisation est ancienne. La réalité est tout autre. D’abord parce que le terme de parrochia est rare dans les textes antérieurs au XIe siècle finissant pour décrire une circonscription religieuse. Ensuite parce que, s’il est vrai que certaines ville ont leur église, toutes ne disposent pas de cet équipement religieux dès le Xe siècle199. Quelques-unes n’en possèdent aucune, d’autres comptent de multiples sanctuaires. Et ce dernier cas est loin d’être rare200. Parfois, l’église possède ses propres terres. Ainsi, dans la villa Romolanicus, s’élève l’église Saint-Amans. Pourvue des principaux droits ecclésiaux et de nombre de celle et cimitaria, elle comprend aussi un territoire adjacent, Erignanum, qui visiblement lui est propre201. En effet, s’il se rattache bien à l’église, ce territoire n’est pas inclus dans les limites de la villa. Mais la dissociation est encore plus visible dans le cas de nouvelles constructions.

  • 202 Cart. Béz. no 9, p. 7 (897).
  • 203 Cart. Nim. no 20, pp. 33 et suivantes.
  • 204 G. Fournier, « La mise en place du cadre paroissial et l’évolution du peuplemen » t, Settimani di s (...)
  • 205 E. Magnou-Nortier, La société.., op. cit., pp. 288-289, 426-427 et 609-610. G. Fournier, La mise... (...)

84Lors de la consécration de l’église Sainte-Marie édifiée à Villa nova, on démembre une partie des dîmes de la paroisse Saint-Martin (de Divisan) pour en doter la nouvelle fondation. Pour compenser cette perte, les bâtisseurs offrent à Saint-Martin un alleu sis au terroir de Villeneuve et Maraussan. Lors de l’établissement du nouveau décimaire, les limites territoriales des deux ville, Divisan et Villeneuve, distantes d’une bonne dizaine de kilomètres, sont allègrement transgressées202. Celles des autres ville qui s’intercalent entre Divisan et Villeneuve ne sont pas mieux respectées. Situation identique à Luc, près de Nîmes : en 921 un litige oppose les habitants de la villa de Quart et ceux de la villa de Costebalen au sujet des dîmes in terminio de villa Luco ; l’enquête révèle qu’elles relèvent originellement de la paroisse Saint-André-de-Costebalen203 et non de Saint-Martin-de-Quart204. Et encore à Saint-Jean-de-Cocon en 898 et à Quarante en 902205, des conflits similaires éclatent. Autant d’exemples pour lesquels paroisse et finage villageois ne se superposent pas.

  • 206 G. Fournier, La mise..., op. cit.
  • 207 L. To Figueras, « El marc de les comunitats pageses : villa i parròquia en les diòcesis de Girone i (...)

85Ces quatre cas mettent tous en jeu des créations plus ou moins récentes d’édifices cultuels. Ils témoignent de retouches au canevas originel par le démembrement de portions de territoire d’anciens décimaires en faveur de nouvelles paroisses. Pour G. Fournier206, ces nouvelles paroisses sont de la seconde génération. Cette refonte introduit de nouvelles lignes de clivages dans l’occupation du sol qui peuvent porter en germe les changements ultérieurs dans le réseau et la dynamique du peuplement. Ainsi, l’extrême variabilité des situations interdit d’établir une correspondance entre villa et parrochia. De semblables observations ont été faites en Catalogne et en Italie septentrionale et latiale où l’ancien semis paroissial rural, calqué sur des édifices cultuels très isolés, n’est pas centré sur celui de l’habitat207.

  • 208 J. Giry, Les vieilles églises à chevet carré de l’Hérault, Rodez, 1983.
  • 209 Par exemple Sainte-Marie de Bessan, cart. Béz. no 22, p. 15 et H.G.L. no 74, col. 187 (940) ; Saint (...)

86Il n’y a pas plus de liaison univoque entre ecclesia et nécropole qu’il n’y en a entre villa et ecclesia. Certaines églises n’ont pas réuni autour d’elles les tombes des fidèles. Nombre d’églises rurales, disséminées aujourd’hui dans les campagnes et dont le vocable et le bâtiment révèlent l’ancienneté, ne paraissent pas avoir comporté d’enclos cémétérial à proximité208. D’ailleurs les actes distinguent les églises cédées avec le cimetière et celles pour lesquelles une telle précision est absente209.

  • 210 H.G.L. t. V no 68, col. 176.
  • 211 Cart. Béz. no 49, p. 52 (990).
  • 212 Cart. An. no 275, p. 401 (972-978).

87Là où les cimeteria sont mentionnés -au singulier parfois, mais souvent au pluriel-, ils ne voisinent pas, dans l’énumération des biens rattachés à l’alleu ou à la villa, avec l’église elle-même mais avec les celle. Ainsi, en 937, les ville de Boujan et Tampuniano comprennent ecclesia, celle, sacraria, cimiteria, case, casalicie...210 ; celle de Saint-André à Agde, ipsa ecclesia, terre et vinee, celle et cimiteria et terminium suum211 ; et l’église Saint-Amans dans la villa Romolanicus est donnée avec celle, cimitaria, decime, premicie212.

88Le sens de cimiteria n’est pas toujours parfaitement clair. Il comporte à la fois une notion locale et un aspect fiscal, celui-ci l’emportant au cours du XIe siècle. Désormais, les divers revenus ecclésiastiques, dîmes, prémices et autres, s’intercalent dans les énumérations entre l’ecclesia et les cimiteria ; cette première partie de l’énumération des biens cédés se clôt sur la notion d’ecclesiasticum ou autre honos et fief presbytéral qui résume les droits ecclésiastiques.

89Si la réunion en un même site de la nécropole et de l’église n’est pas systématique, elle n’en est pas moins fréquente dans le Languedoc du Xe siècle et constitue un pôle de grande importance dans le processus de rassemblement de l’habitat à son origine.

Une position topographique privilégiée

  • 213 ....] [ in villa Sclaciano et in suo terminio qui est fundata in villa Sclaciano cum ipsa medietate (...)
  • 214 ....] [ in villa quam dicunt Foderias ecclesiam quae est fundata in honorem S. Marine cum ipsa turr (...)

90Assurément l’église pèse d’un poids particulier dans le terroir de la villa. Elle est presque toujours indiquée comme le premier des éléments constitutifs de celle-ci dès lors qu’elle existe. Quelquefois, – je l’ai déjà montré – le poids de l’église, important au sein du terroir, est renforcé d’éléments défensifs. Ainsi en va-t-il à Poussan, Caux et Vairac. A Esclatian, l’église Saint-Bauzille est associée à une tour, un puech, une cella, un cimetière, des vignes et des terres213. À Fozières, dans l’arrièrepays, l’église perchée et fortifiée est flanquée d’une tour, tout comme celle de Soubès214.

  • 215 . Cart. Béz. no 49, p. 54 et H.G.L. t. V, no 150, col. 319.
  • 216 . [...] in villa Aimas. Ibidem donamus vobis medietatem de ipsa turre et medietatem de ipso cincto (...)

91Aussi, une église seule, un peu perchée, est-elle ressentie comme un lieu fort. C’est le cas de l’église Saint-Pons, à Mauchiens, que le vicomte de Béziers destine, parmi d’autres castra et ville fortes, à sa femme Arsinde, dans son testament de 990. Sur le modèle des autres lieux pour lesquels il énonce en premier la fortification comme centre du bien, il indique ecclesia que vocant Sancti Poncii cum ipso poio et ipsa villa quae vocant Malos Canos cum ipsa ecclesia quantum ibidem habeo215. Mais il est aussi d’autres points forts laïcs, dépourvus de tout bâtiment ecclésial comme à Aumes, Onglous ou Lignan en 977216.

  • 217 Cart. An. no 275, p. 401 (972-978) et no 320, p. 439 (vers 1022).
  • 218 [...] in terminium de villa Teuleddo in ejus terminium... alodem... cum ipsa parte de ipsa turre... (...)
  • 219 H.G.L., t. V, col. 316 et cart. Béz. no 49, p. 54.

92Deux pôles proches, laïc et ecclésiastique, peuvent se concurrencer, comme dans les villes voisines de Romolanicus et de Teulet. Installée dans la villa de Romolanicus, voici l’église paroissiale et son territoire adjacent Erignanum217. Près de Saint-Amans qui domine toute une partie de son terroir, la villa de Teulet comporte outre des manses et des terres, une tour218. De même à Aubaigues : l’église Saint-Étienne, aujourd’hui de Gourgas, s’oppose à la tour de Bernard d’Aubaigues ; comme pour accentuer la disparité entre les deux sites, ils sont cédés séparément dans le testament de saint Fulcran : l’église s’insère dans une première énumération de biens religieux et la tour en clôt une seconde219.

  • 220 H.G.L., t. V, col. 314 et cart. Béz. no 46, p. 49.

93Cette double polarité, bâtiment ecclésial d’une part, fortification laïque d’autre part, se manifeste dans le testament du vicomte de Béziers en 990. Chaque castrum ou chaque villa est cédé accompagné de l’église. Le couple n’est pas rompu mais la dualité constatée. La même année, le déguerpissement du même vicomte en faveur de l’abbaye Saint-Thibéry montre que cette dualité est topographique : castrum que vocant Paulianum totum et ab integrum revertatur ad Sanctum Tiberium et ecclesia que est constructa in honore Sancte Marie in eadem villa220. Le castrum (et son district judiciaire) est d’une tout autre nature que la villa à l’intérieur de laquelle, en un point différent de l’emplacement du castrum, une église a été édifiée.

94Même lorsque l’église est associée à un embryon de fortification ou fonctionne comme un lieu fort, elle n’apparaît pas encore systématiquement comme le centre d’un ensemble de maisons. Pourtant, lorsque l’habitat se polarise, l’église est un des premiers éléments autour duquel viennent s’agglutiner les maisons, comme en témoigne la position centrale du bâtiment cultuel au coeur de certains villages.

L’attraction du bâti

  • 221 Cart. Nim. no 60, p. 101.
  • 222 Cart. Nim. no 184, p. 296 (1060-1108).
  • 223 Cart. Nim. no 97, p. 154.
  • 224 [...] infra terminium de supradicta villa Generiacofundus possessionis sicut in predicta villa vel (...)
  • 225 A. Parodi, « Notices sur Dassargues, Mas-Saint-Jean, Redessan, Sainte-Cécile-de-la-Melouse, Luc et (...)
  • 226 [...] in terminium de villa Vinoloso et vilare Gracnaco subtus ecclesia Sancta Perpetua vinea habet(...)

95Tout au long du Xe siècle, un certain nombre d’indices annoncent une cristallisation des maisons autour de Taire ecclésiale. Lorsque Leutagarda fait don de l’église de Quilhan à Notre-Dame de Nîmes en 961221, elle y adjoint un manse qui ibidem est, ibidem c’est-à-dire dans l’honneur même où s’élève Saint-Firmin de Quilhan. Elle isole distinctement les dépendances immédiates du manse, la cour, l’hort, les accès et la distillicidia, des dépendances lointaines, les champs, les vignes, les arbres et le mou lin, introduits par la locution qui ad ipsum pertinent. Ce mansus cum curte est construit dans un périmètre proche de l’église. Mais cet exemple n’est pas entièrement probant car il pourrait s’agit là de la demeure du prêtre, demeure rattachée à la fondation d’une église d’origine privée. Au XIe siècle, quatre celliers du manse de Notre-Dame de Nîmes – probablement ce même manse dont il est question en 961 – sont juxta ecclesiam222. Au seuil de l’an Mil, toute la proche famille de Vidianus d’Aigremont fait offrande au chapitre cathédral nîmois de tout ce qu’elle possède en l’église de Générac, à savoir le presbytère, les dîmes et une maison avec une cour qu’ils y ont223. L’emploi de la locution mansio cum curte, formule proche du mansus cum curte, renvoie à une forme déjà groupée de l’habitat. Or dès 821, les chartes établissent une séparation entre la villa et son terminium224 par la conjonction vel. L’agrégation des maisons in ipsa villa autour de l’église serait ici ancienne. Elle s’apparenterait au cas de Dassargues225, d’ailleurs implanté dans le même secteur géographique. Bien que l’on ne puisse pas savoir exactement si le tissu bâti jouxte effectivement le bâtiment cultuel, ces deux exemples montrent que le rassemblement des hommes au Xe siècle s’effectue pour une bonne part autour de l’église. L’image de l’église monumentale isolée dans la campagne au milieu des terres cultivées ou en friche, qui pouvait parfois être celle du premier Xe siècle, s’estompe226.

  • 227 D. Baudreu, « Une forme de villages médiévaux concentrés : le cas du Bas-Razès », Archéologie du Mi (...)
  • 228 M. Passelac, « Nouvelles découvertes et observations aériennes de sites médiévaux en Languedoc », A (...)
  • 229 D. Baudreu, Le Bas-Razès..., op. cit., tableau p. 195.
  • 230 Pour une vue synthétique sur le sujet voir P. Bonnassie, « Les sagreres catalanes : la concentratio (...)
  • 231 Le premier concile méridional est celui La Prade C. Lauranson-Rosaz L’Auvergne et ses marges (Velay (...)
  • 232 R. Marti, « L’ensagrerament : l’adveniment de la sagreres feudals », Faventia, t. 10, 1988, pp. 153 (...)

96La polarisation de l’espace autour des bâtiments cultuels peut prendre une configuration particulière. La concentration de l’habitat se fait alors dans le cadre des « cercles de paix », c’est-à-dire de l’espace sacré, terre d’asile et de refuge, dont les canons conciliaires précisent qu’il s’étend dans un rayon de trente pas autour de l’église : ce sont les « villages ecclésiaux » selon l’expression de D. Baudreu227. Le rôle joué par l’aître, l’enclos ecclésial, dans la formation des localités est longtemps demeuré un espace mort de l’historiographie. Ce sont les archéologues audois qui, les premiers, les ont repérés par photographie aérienne à basse altitude228. Ils les décrivent comme entourés d’une enceinte, talus ou fossé, qui inclut souvent une nécropole ou une église. Lorsqu’il est estimable, le périmètre ainsi délimité est de l’ordre de 1000-1500 m2229. Les silos, creusés dans le substrat, sont omniprésents. En Catalogne et en Roussillon, ces dernières années, la recherche sur les sagreres ou cellares a pris un nouvel essor230. Elle démontre combien le phénomène, puissant, a contribué à la genèse du village et à l’encellulement des hommes : portée par la paix de Dieu231, la lame de fond est telle que le concept d’« ensagrerament » a été forgé par les historiens catalans232. Si les témoignages archéologiques commencent à constituer un corpus cohérent en Languedoc, en revanche, la documentation écrite correspondante demeure encore bien trop clairsemée et rare. Il n’est pas dans ma démarche de mener ici une enquête exhaustive sur le sujet qui demanderait de passer au crible toutes les sources disponibles. J’ai simplement rassemblé un certain nombre d’indices qui montrent que le Languedoc héraultais et gardois a été plus largement affecté par le phénomène que l’on ne pourrait le croire au premier abord.

  • 233 Cart. An. dipl. no 3, p. 45 et no 6, p. 49.
  • 234 [...] ecclesiam disruptam quae vocatur Sanctam Reparatam cum una modiata de terra quae est in circu (...)
  • 235 [...] ipsam terrain vocatam Lenticulam... et aliam peciam subtus rocam... et alinm terrain que est (...)
  • 236 Cart. An. no 56, p. 197 (1036-1060) ; no 161, p. 299 (1187) ; no 163, p. 301 (1203) et no 164, p. 3 (...)
  • 237 [...] in circuitu ipsa ecclesia de omnibus partibus habeat 30 dextros in pace. Et infra predictos t (...)
  • 238 M. Aubrun, La paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris, Picard, 1986, pp. 234-293.
  • 239 P. Bonnassie, Les sagreres..., op. cit.
  • 240 M. Bourin-Derrau, « Valeur stratégique et valeur symbolique des fortifications castrales en Bas-Lan (...)
  • 241 P. Bonnassie, Les sagreres..., op. cit.
  • 242 Cart. Béz. no 66, pp. 79-80.

97Pendant la « préhistoire » de l’« ensagrerament », en 822, les privilèges d’immunité accordés à l’abbaye d’Aniane préconisent que les églises ou leurs atria soient ceints de fossés ou de clôtures233. Les documents des Xe et XIe siècles font fréquemment état d’enclos ceinturant église et / ou cimetière (fig. 25). Ces enclos sont systématiquement appelés circuitus ou claustrum dans les chartes. Vers 1025-1039, l’église de Sancta Reparata, près de Villeneuve-lès-Maguelone, est ruinée et son circuitus n’abrite qu’une terre cultivée d’une modiée, soit environ 4 ha234. Le processus de concentration de l’habitat à l’intérieur du cercle de paix n’a pas été amorcé. À Aniane, le cimetière primitif Saint-Rome, fermé par une enceinte235, est lui aussi entouré de parcelles emblavées dans la première moitié du XIe siècle236. À Saint-Maurice-et-Navacelles, un rideau d’arbres au nord-est et la route au sud-ouest rappelle que le cimetière paroissial était enclos. Non loin de là, à Vissec, l’église Notre-Dame est explicitement entourée d’une zone de paix de 30 dextres à l’intérieur de laquelle personne ne peut nuire à autrui237. Cet espace sacré se matérialise encore aujourd’hui dans le paysage puisqu’un chemin elliptique entoure l’édifice religieux pérennisant le fossé ou l’enceinte médiévale. La surface ainsi délimitée est de 70. 685 m2. Si l’on calcule la surface d’un cercle de 30 dextres de rayon en donnant au dextre une valeur de 5 m, le résultat est de 70. 685 m2, donc identique, ce qui entérine du même coup la valeur du dextre sur le Causse. On pourrait multiplier les exemples de ces églises ou cimetières des Xe-XIe siècles aux dédicaces en Saint-Martin, Saint-André, Saint-Maurice ou Saint-Rome ceinturés d’un circuitus, souvent proches d’un castrum ou d’une cité, qui, peu à peu, ont été abandonnés au sein des terroirs culturaux. Ces vocables sont parmi les plus anciens. Pour M. Aubrun, ils appartiennent même à la vague des fondations mérovingiennes238. Si l’on se réfère à la chronologie établie par P. Bonnassie239, les exemples anciens de sagreres signalent la vigueur de la tradition antérieurement à l’an Mil. Puis, sans doute vers 1025-1030, vient l’âge de la sacraria-refuge. L’utilisation temporaire de l’enclos, l’absence de constructions solides expliquent sans doute que les circuitus languedociens recensés soient isolés en pleine campagne. Cependant, le cas de Sancta Reparata pose problème. Comment expliquer que l’église soit ruinée et l’enclos abandonné au moment où la militarisation des campagnes bat son plein et où les mauvaises coutumes s’instaurent sur fond de crise sociale, réactualisant ainsi les notions de droit d’asile et de paix240 ? Est-ce parce que les villageois trouvent directement refuge à Maguelone ? Ou plutôt parce que l’encellulement castrai des hommes se fait dans la violence et que, par leurs exactions, les milites détruisent impunément les abris sommaires des paysans sans faire grand cas des prescriptions religieuses ? Les exemples de Pallas et Bitignan, qui dénoncent les razzias et autres chevauchées musclées des hommes en armes, vont en ce sens. En effet, l’enclos de Pallas, près de Loupian, est violé à deux reprises par des bandes armées qui dérobent les biens et récoltes mis à l’abri par les paysans241. Bitignan fait l’objet d’une notice de plaid entre des laïcs accusés de s’être emparés par la force de l’église et de son honneur ecclésiastique et la communauté des chanoines de Saint-Nazaire de Béziers242. Le déguerpissement consacre le retour de l’aître dans le giron ecclésiastique.

  • 243 A.D. Gard H106 f° 28r.
  • 244 C. Pellecuer et M. Lugand, « Recherches récentes sur l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge du ba (...)
  • 245 Cart. Béz. no 32, p. 29.
  • 246 Cart. Béz. no 66, pp. 79-80.

98Au fur et à mesure que l’on avance dans le XIe siècle, les enclos de paix se remplissent de maisons. À Loupian, l’église Sainte-Cécile et sa nécropole sont mentionnées pour la première fois en 961243. L’enceinte n’apparaît dans les chartes qu’en 1086. Des sondages archéologiques récents ont repéré une zone cémétériale dont les inhumations les plus anciennes sont vraisemblablement carolingiennes. Elle s’organise autour d’un édifice et d’un habitat contemporains244. Un fossé, rapporté à une époque tardive (XIIe-XIIIe siècles), délimite l’enclos funéraire : il matérialise à mon sens sur le terrain le circuitus de 1086. Ce regroupement, l’archéologie le ferait remonter avant l’an Mil, c’est-à-dire durant cette phase si peu connue de la polarisation de l’espace, vers la fin du IXe et Xe siècle. Il ne résiste pas à la phase castrale qui attire les hommes à 500 mètres de là, dans le castrum de Loupian. L’exemple le plus achevé est celui de la villa de Bitignan et de son église Saint-André mentionnées pour la première fois en 969245. En 1053, le regroupement des hommes s’est concrétisé dans une zone de paix :...ipsa ecclesia Sancti Andree, que est fundata in villa Bitignano cum decimis et pertinentiis et offerendis et vigilliis et cimiteriis et ipsum preveurilum totum et ad integrum et ipsam ecclesiam totaux, intus et deforis, cum omni atrio que in circuitu ecclesie est ad ipsam ecclesiam pertinentem cum omnes mansiones que in circuitu ecclesie et in antea ibi erunt facte et cum omni honore ecclesiastico et terris et vineis246. Le circuitus, l’enclos, délimite clairement le noyau habité d’une part, et le terroir qui lui est rattaché d’autre part. Les notions « à l’intérieur » et « à l’extérieur » sont clairement explicitées par le texte. Les maisons se groupent autour de l’église et de l’aître, l’espace sacré, terre d’asile et de refuge. Au milieu du XIe siècle, le degré d’organisation et de structuration de l’habitat est tel qu’il signale un regroupement plus ancien de type précastral. Malgré cela, il ne résiste pas au remodelage induit par le castrum d’Abeilhan. Passé 1100, la densification du bâti atteint son point culminant et j’y viendrai dans quelques instants.

99Amorcée dès le Xe siècle, la concentration de l’habitat près de l’église dans le cadre d’une terre d’asile et de protection ne représente qu’une facette de la polarisation de l’espace autour de l’aire ecclésiale. Au demeurant, cette polarisation ne se fait que partiellement autour de l’église, à laquelle est adjointe parfois une tour et un ensemble fortifié. D’emblée, l’église ne s’impose ni comme le site inévitable de la nécropole, ni comme le centre privilégié de la villa. La dissociation topographique entre pôle politique et centre religieux est amorcée.

Le divorce de l’encadrement religieux et de la structure politique

  • 247 [...] ecclesiam que appellatur Sancte Crucis... in suburbio Castro de Melgorio juxta ecctesiam supr (...)

100Durant le XIe siècle, l’essor démographique et la tendance au regroupement des hommes transforment les ville. Nombre d’églises in ipsa villa s’entourent d’habitations, même parmi celles qui connurent par la suite anémie et disparition. Les exemples deviennent plus fréquents de maisons jouxtant l’église247. Mais la révolution castrale vient durablement perturber l’organisation naissante du peuplement et de l’encadrement religieux.

Les nouveaux sites perchés

  • 248 [...] et discurrit via que venit de Castro et descendit ad ecclesiam cart. An. no 226, p. 356 (1094 (...)

101Les castra perçus comme neufs ne s’implantent pas pour autant dans un pays vide, et notamment vide de tout équipement religieux (fig. 33). Des églises antérieures existent à proximité : Saint-Martin de l’Adisse à Montpeyroux, Saint-Saturnin-de-Camprignan au Pouget, Notre-Damede-Seistairargues près de Montarnaud, etc. Les documents n’ignorent pas cette proximité, ni l’appartenance du site castrai à une paroisse : explicitement, la liaison est faite entre le castrum et l’église, prenant en compte la dénivellation comme une caractéristique essentielle des rapports topographiques : les chartes spécifient que l’église est sub ou subtus castrum et parlent du chemin qui descend vers l’église248.

  • 249 B. Cursente, « Les habitats villageois fortifiés en Gascogne : une mise à jour », Habitats fortifié (...)

102Cette église, souvent associée à un cimetière, est de fondation antérieure au castrum : elle garde sa fonction paroissiale, au moins jusqu’au XIIIe siècle en règle générale. Dans la plupart des cas, l’habitat précastral demeure auprès du lieu de culte. Ainsi se constitue un couple dissocié par la dénivellation et par la distance horizontale presque toujours supérieure au kilomètre : l’église paroissiale d’une part, et le castrum d’autre part concrétisent chacun un noyau de peuplement. Cette distance franche qui sépare le château de l’édifice cultuel paraît être, vers l’an Mil, une réalité caractéristique des pays méridionaux de relief puisque des constatations similaires ont été dressées en Provence et en Gascogne249.

  • 250 J. Lugand, R. Saint-Jean et J. Nougaret avec la collaboration d’A. Burgos, Languedoc roman, La-Pier (...)

103Mais ces castra ne restent pas vierges de toute implantation religieuse : une chapelle castrale se construit dans l’enceinte. La plupart du temps, elle s’intègre aux fortifications. Toutes les chapelles castrales romanes encore en élévation étudiées par les historiens de l’art250 datent au plus tôt de la seconde moitié du XIe siècle, mais sont le plus souvent postérieures. Elles sont incorporées aux structures de défense : Notre-Dame à Pégairolles-de-Buèges et Aumelas, Notre-Dame-du-Fort à Montarnaud, Saint-Jean-Baptiste à Laroque-Aynier, et sans doute aussi Saint-Pierre à Montbazin. Il faut souligner que ce phénomène est inconnu dans le platpays. Il ne concerne que les castra de relief établis sur un site neuf où la dénivellation est importante, notamment tout ceux de la bordure méridionale du Massif central. Il s’agit d’un dispositif d’ensemble destiné à la défense alors qu’en plaine, les églises recensées intra muros ne font que jouxter l’enceinte sans participer pleinement à la stratégie militaire. Il y a là une différence fondamentale entre le littoral et l’arrière-pays.

Les castra issus d’une villa

  • 251 Cart. Béz. no 49, p. 52 et H.G.L. t. V no 150, col. 316.
  • 252 A.D. Gard H106 f° 28r.

104Dans les zones basses, le castrum, héritier du terroir de la villa, hérite également du bâtiment ecclésial, quand il a été édifié (fig. 33). L’habitat reste longtemps géminé, autour de l’église in ipsa villa d’une part et dans le castrum d’autre part. Loupian est un bon exemple de cette situation courante dans le plat-pays. En 990, Loupian est appelé villa251. En 1086, l’église Sainte-Cécile et le cimetière adjacent sont ad castrum252. Ad castrum, c’est-à-dire à environ 500 m en l’occurrence... En 1116, la villa est encore nettement distincte du castrum, mais la bipolarisation castrum / villa-ecclesia est claire. Le site de Sainte-Cécile est aujourd’hui dans les vignes, hors du village.

105Paulhan présente avec l’église Sainte-Marie un exemple analogue. À peine moins loin, et aujourd’hui intégrée au village, l’église Saint-Hilaire et le castrum de Mèze sont également dissociés tout comme Saint-Étienne et le castrum de Pignan.

  • 253 Cart. An. no 226, p. 356 (1094-1108) et no 224, p. 355 (1103) ; cart. Béz. no 46, p. 49 (990).

106Et les actes opposent alors clairement la paroisse, rattachée aux activités agricoles, et le castrum urbanisé, nouveau cadre administratif. C’est le cas à Gignac : l’église Saint-Pierre et son marché neuf rassemblent dans la villa, au pied du puech castrai, l’ensemble des activités économiques au carrefour de voies de communications importantes253.

107La différence principale avec le cas précédent tient au fait que, à l’origine, le castrum ne construit pas de chapelle castrale : il n’y a pas dédoublement de la fonction religieuse. Et rien n’empêche l’association topographique église-cimetière de subsister dans l’ancienne villa, lorsqu’elle existe.

La construction de l’église près du castrum

  • 254 Cart. Béz. no 46, pp. 48-49 et H.G.L. t. V, no 150, col. 314 (990) ; cart. Gell. no 447, p. 364 (10 (...)
  • 255 Cart. Béz. no 46, pp. 48-49 et H.G.L. t. V, no 150, col. 314 (990) ; A.D. Hérault 3H1 (1123).
  • 256 Cart. Guill. no 425, p. 605 (1148).

108Il arrive que le jeune castrum ne dispose d’aucun équipement ecclésial proche, notamment dans le cas de castra de relief (fig. 33). Autant que l’on puisse en juger quand l’absence d’indice d’ancienneté du bâtiment cultuel sur le castrum est totale, l’église s’édifie en même temps que le castrum. Elle est rarement intégrée au château proprement dit, à l’intérieur de l’enceinte. Elle s’implante le plus souvent légèrement en contrebas. Ainsi les églises dédiées à la Vierge à Mourèze et à Cornus254. À Neffiès qui dispose très tôt d’un barri, c’est-à-dire d’un quartier qui se développe hors enceinte, c’est là que s’établit l’église Saint-Alban255. A Castries, au XIIe siècle, l’édification de l’église paroissiale Saint-Étienne se fait à l’extérieur du périmètre fortifié. À Cournonsec, l’église Saint-Christophe est ante castrum de Cornone Sico256, soit à 200 m devant le village adossé aux premiers escarpements de la Moure. On pourrait multiplier les exemples.

  • 257 [...] in parrochia Sancti Hipoliti de castra quod vocant Fontes cart. Gell. no 263, p. 219 (1080) ; (...)

109En revanche à Fontès, aucun élément ne permet de comprendre pourquoi l’église paroissiale Saint-Hippolyte257, dont l’érection semble contemporaine ou postérieure à la fondation castrale, est installée de l’autre côté de la Boyne, bien loin du village, car il ne semble pas que le barri se soit jamais développé de ce côté.

  • 258 Cart. An. no 233, p. 361 (1094-1108) et no 92, p. 230 (1182) et tous les dons en alleu du castellum(...)

110Parfois, la structure paroissiale devient double : Popian est doté d’une première église Saint-Vincent, à 1 km au nord-ouest, probablement la paroisse primitive antérieure à la fondation castrale, et d’une seconde église Saint-Baudille-et-Saint-Amans qui paraît issue d’une réorganisation plus récente258.

L’église est au coeur du castrum

  • 259 Cart. Ag. no 352, p. 326 et cart. Lod. no 22, p. 25.

111On dénombre quelques cas exceptionnels d’église au coeur du castrum. Il s’agit presque toujours de castra appartenant à des seigneuries ecclésiastiques. Sans doute le roi Louis VII concède-t-il à l’évêque d’Agde en 1173 et à celui de Lodève en 1162, confirmant un soi-disant diplôme de Charles le Chauve, novas fortias praecipue illas quae fuerint in ecclesiis vel cimiteriis earumque domibus et pertinentiis ecclesiis vel cimiteriis259. Mais elles apparaissent fort peu nombreuses.

Figure no 33. Castra et églises (XIe – ΧΙIesiècle)

112En fait, au XIe siècle, peu de noyaux fortifiés établis dans le circuitus de l’église et du cimetière se sont développés. Esclatian ne profite pas du dynamisme que connaissent les proches villages de Sauvian et de Vendrès. À Vias, où existait un premier ensemble fort appartenant à l’église et où le castrum bénéficie au XIIe siècle d’un remarquable élan économique et social, le pôle de développement n’est pas l’église paroissiale.

113Saint-Pons-de-Mauchiens représente une exception. Alors que les autres églises perchées, comme Saint-Mamet, sont restées isolées et peu à peu ruinées, Saint-Pons devient le coeur d’un castrum laïc, dépendant pour partie des vicomtes de Béziers, pour partie de la seigneurie d’Aumelas et des seigneurs de Montpellier. Ici l’organisation entière du lieu fort s’articule autour de l’église.

  • 260 [...] ecclesia que vocant Sancti Pontii cum ipso poio, et ipsa villa que vocant Maloscanos cum ipsa (...)
  • 261 H.G.L. t. V,. no 226, col. 453.
  • 262 H.G.L. t. V, no 287, col. 564 (vers 1058) ; B.N. Doat vol. 166 f° 48r (1060-1071).
  • 263 H.G.L. t. V, no 406, II, col. 771.
  • 264 P.-A. Clément, Églises..., op. cit.
  • 265 Cart. Guill. no 553, pp. 711-712.

114En 990, l’église de Saint-Pons, installée au sommet de son puech, fait partie de la villa et paroisse de Maloscanos260. Puis en 1046, le castrum apparaît pour la première fois dans les actes261. Il porte en déterminant le nom de Maloscanos jusqu’à la fin du XIe siècle262 et le perd alors jusqu’à une époque récente. Au même moment, l’église Saint-Pons a désormais son double autel : Sainte-Marie est venue s’ajouter à Saint-Pons dans le vocable de l’église263. Peut-être cet épisode correspond-il à l’absorption de l’ancienne église de Maloscanos, distincte initialement de celle de Saint-Pons. C’est à cette époque que le vicomte partant en croisade en fait don à l’abbaye de Gellone. L’église romane actuelle est datée du XIIe siècle et sa construction se serait échelonnée sur une quarantaine d’années264. À la fin du XIIe siècle265, Guilhem de Montpellier renouvelle l’inféodation du lieu à Pierre de Rochefixe en lui laissant le soin d’y reconstruire une forcia. Il ajoute sciendum est quod infra istud praedictum castlar est predicta ecclesia Sancte Marie et Beati Poncii. L’église est au coeur de la partie la plus haute du castrum et le fait mérite d’être spécifié. Sans doute est-elle déjà devenue l’église paroissiale.

Le retour de l’église dans le village

115Dans de nombreux villages, la croissance du XIIe siècle fait revenir l’église au coeur du bâti. Sans doute le développement démographique soutenu et la diminution du nombre des sites d’habitat groupé impliquent-ils l’agrandissement des églises ; les campagnes de reconstruction s’accompagnent généralement d’un transfert de l’église paroissiale dans le castrum. Il s’effectue souvent dans les nouveaux quartiers, au barri, plus souvent encore dans le cinctus inferior qui s’élève alors.

Des schémas différents

  • 266 P.-A. Clément, Églises..., pp. 82-84. J. Lugand et al., Languedoc..., pp. 33-34. C. Pellecuer et M. (...)
  • 267 A.D. Gard H106 f° 28r (1086) et cart. Valm. reg. A f° 101r. Les premiers résultats des sondages arc (...)
  • 268 C. Pellecuer et M. Lugand, Recherches..., op. cit.
  • 269 A.D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas IV no 35 (1175), Pézenas XII no 136 (1205) et H Malte 105 B f°  (...)

116L’une des situations les plus fréquentes est la création d’une nouvelle église sous un nouveau vocable. Le cas de Loupian est encore une fois exemplaire. Une nouvelle église dédiée à Saint-Hippolyte est construite vers le milieu du siècle266, intra muros, mais en limite de l’enceinte extérieure. En 1181, Sainte-Cécile est encore l’église paroissiale. Toujours entourée du cimetière267, elle demeure sur son ancien site, à environ un demi-kilomètre du castrum. Le transfert de la paroisse à l’église du centre castrai se fait donc postérieurement à cette date, probablement au XIIIe siècle. Il vient entériner la victoire définitive du village enclos sur l’ipsa villa. Les recherches archéologiques268 en cours confirment en tous points l’interprétation historique d’ensemble de l’évolution topographique du site et du même coup la réalité matérielle du couple formé par villa et castrum de Loupian. Elles contribuent à faire de Loupian le prototype presque parfait des inter-relations entre l’habitat et l’encadrement religieux durant le Haut Moyen Âge et le Moyen Âge central. Nébian offre une variante de ce modèle : ici la nouvelle église Saint-Julien accompagnée de son cimetière est, à la fin du XIIe siècle269, hors les murs, au barri : elle s’y trouve encore aujourd’hui.

  • 270 Cart. Mag. no 93, p. 182 et A. Dupont, « Création et organisation d’une paroisse rurale au milieu d (...)
  • 271 VIIII semodiate vinearum que sunt in una tenezone et faciunt frontationem cum cimiterio antique San (...)

117Lorsque la réussite du castrum le transforme en un gros bourg fortifié, la chapelle castrale est parfois érigée en paroisse et l’ancienne paroisse, peu à peu désertée par les maisons, se transforme en église rurale. Tel est le cas de Puissalicon, où le clocher roman de la tour Saint-Étienne, à 1 km en contrebas, rappelle l’ancienne localisation paroissiale, transférée à la chapelle castrale. Il en va de même à Puéchabon, Pégairolles-de-Buèges, Laroque-Aynier... Ce dernier transfert est d’ordinaire postérieur au milieu du XIIe siècle comme à Laroque-Aynier où il est bien connu grâce à un document de 1155 qui a fait l’objet d’une analyse détaillée d’André Dupont270. Que devient alors l’ancienne église paroissiale avec son cimetière ? En général, comme à Mauguio271, elle est abandonnée au milieu des cultures ; abandonnée par les maisons, car la générosité des fidèles ne les oublie pas in articula mortis, y compris pour les oeuvres dont la fonction est d’entretenir les bâtiments.

  • 272 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XII no 134.
  • 273 B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, (...)

118Dans d’autres cas, le castrum grossit jusqu’à englober l’église. Soit que s’étende en sa direction un quartier non enclos ; ainsi à Lézignan-la-Cèbe : en 1192, une charte signale que l’un des estars de la villa où est édifiée l’église confronte le castrum au midi272 ; l’enceinte du cinctus inferior n’est pas encore construite et l’église Notre-Dame est hors les murs. Soit que, comme à Poussan ou à Sauvian, l’église paroissiale soit rapidement englobée par l’enceinte inférieure, celle du village. Certes l’accroissement du village est sollicité par le bâtiment ecclésial, mais le plan radioconcentrique demeure et l’on ne voit guère de village ressemblant à une comète dont la queue s’élancerait du castrum vers le pôle religieux, à la différence de nombreux castelnaux aquitains273. L’attraction de l’habitat en direction de l’église reste modérée et limitée aux castra de la plaine, là où la transformation du castrum en un village fortifié a réussi.

119Il faut enfin faire un sort particulier aux rares castra qui tombent entre les mains de l’Église, comme Nézignan-l’Évêque ou Montblanc. Malgré l’absence de sources écrites les concernant, l’emplacement actuel de l’église montre que l’autorité ecclésiastique l’a parfois installée au coeur du castrum. Ce n’est pas le cas à Nézignan où l’église est classiquement dans le cinctus inferior. Mais à Montblanc, la vaste église, choeur roman, mais nef et fortification gothiques, trône au milieu du village, comme le symbole de la seigneurie épiscopale.

120Cette réintégration de l’église dans le castrum est comme un second rejet, puisque, même intra muros, elle n’obtient jamais qu’une position marginale. Le cinctus superior ou le caput castri, qui représentent symboliquement l’aristocratie, lui demeure fermé. Cependant, l’installation de l’église dans le cinctus inferior ou au barri n’est pas dépourvue de sens. Elle fait de l’église la chose de la communauté et participe à la maturation du sens collectif des villageois. Non que les seigneurs se soient désintéressés du sort de l’église paroissiale, et même des autres églises du terroir : leurs testaments le montrent. Mais l’emplacement nouveau de l’église, au milieu des vivants, préfigure l’étape suivante où, au milieu du XIIIe siècle, l’administration communale naissante prend en main le bâtiment ecclésial, en assume la charge et préside à sa destinée.

La rupture du couple église-cimetière

121Cette insertion de plus en plus nette du bâtiment ecclésial dans le tissu bâti risque de remettre en cause l’association topographique du cimetière et de l’église. Il n’y a pas de place pour une nécropole autour d’une chapelle castrale. Pas de nécropole non plus près de l’église dans les rares cas où elle est au centre du castrum, comme à Saint-Pons-deMauchiens, ou dans les castra qui sont devenus des seigneuries ecclésiastiques. On continue d’ensevelir autour de l’ancienne église paroissiale. La situation est moins claire pour les anciennes églises paroissiales, peu à peu englobées dans le tissu bâti, très serré, du castrum, lorsque l’église siège au barri ou au cinctus inferior.

  • 274 Cart. Ag. no 87, p. 91 ; cart. Valm. Garrigues 96 f° 77v et, ibid. Font-Mars no 10.
  • 275 B.N. lat.9999 no 65 f° 67.
  • 276 A.D. Gard G234.
  • 277 Cart. Mag. no 29, p. 46 (1129-1160).

122Les renseignements écrits concernant la nécropole ne sont pas légion. Ils sont quelquefois explicites, comme à Montagnac ; trois mentions échelonnées à la fin du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle indiquent que des actes ont été passés dans le cimetière devant les portes de l’église SainteMarie274. Ou bien encore à Marseillan où en 1192 deux manses situés infra castrum confrontent le jardin de Saint-Jean (l’église), le fossé (vallatum) et le cimetière275. À Clarensac, en 1190, un stare et sa cour, construits sur le puech de l’église Saint-André, jouxtent le cimetière, d’autres staria et un jardin276. Enfin, à Villeneuve-lès-Maguelonne, le cimetière des laïcs est ceint de murs et de portails277.

  • 278 |...] duas mansiones cum ipsa corteta. Et sunt in cimiterio Sancti Andree de Codols... et pro mansi (...)
  • 279 Cart. Mag. no 29, p. 46 (1129-1160).

123Pour juger de la situation, il faut plus souvent s’appuyer sur des indices indirects. Les élections de sépulture indiquent le choix du cimetière d’une église sous la forme suivante : in cimiterio Sancti Joannis de Marselliano, par exemple. On suppose alors que le cimetière est demeuré près de l’église. De même lorsque le cimetière est habité. En effet, la construction de maisons, fours, celliers... à l’intérieur de la nécropole est de plus en plus attestée à partir du début XIIe siècle278. Elle témoigne certainement d’une densification du bâti au sein du village car la plupart du temps ces nécropoles sont associées à l’église du lieu, comme à SaintAndré-de-Codols, Cazilhac ou Saint-Martin-de-Londres279. Mais elle pérennise aussi et surtout les villages ecclésiaux dont la genèse remonte au Xe siècle. À partir de la seconde moitié du XIIe siècle, eux aussi sont qualifiés de castrum, c’est-à-dire de village enclos, signe d’une uniformité morphologique globale. Dans ces deux cas, on peut supposer que le cimetière est demeuré auprès de l’église.

  • 280 A.D. Bouches-du-Rhône 56H5253 (1161 et 1178) et A.D. Gard H659 (1178.)

124Au total, ces mentions sont peu nombreuses. En revanche, très fréquentes sont celles, laconiques, selon lesquelles un acte a été passé, non pas in cimiterio ante fores ecclesie, mais seulement ante fores ecclesie ou ante ostium ecclesie. Peut-on en conclure qu’il y a devant l’église, non pas un cimetière, mais un espace vague, une sorte de place non aménagée. Alors la majorité des castra languedociens aurait connu la dissociation médiévale entre l’église et la nécropole. Ainsi à Montfrin où plusieurs actes stipulent que le cimetière est à Saint-Martin-de-Trévils y compris si une nouvelle église est édifiée au castrum280. Malheureusement, on cherche vainement dans les confronts des terres vendues, cédées ou données, la trace d’un cimetière les bordant pour le localiser dans le terroir castrai. Peut-être est-ce chercher une aiguille dans une botte de foin ?

125Cette dissociation église-nécropole n’est en tout cas pas absolue. Encore aujourd’hui demeurent dans la région quelques églises paroissiales, aux limites du village, avec leur cimetière.

***

  • 281 A. Settia, Pieve..., op. cit. et Castelli.., op. cit., pp. 250-254.

126Au Xe siècle, la polarisation du terminium ville amorce une cristallisation du bâti autour de l’église paroissiale et de la nécropole et, déjà, l’aire ecclésiale concurrence les premières fortifications laïques. Si la réunion en un même site de la nécropole et de l’église n’est pas systématique, elle n’en est pas moins fréquente dans le Languedoc du Xe siècle. En Vaunage, en Lauragais, dans la plaine littorale, l’archéologie confirme cette analyse. Dans un long XIe siècle, quand se précise la transformation du pays par le castrum, la dissociation topographique entre l’église et le point fort laïc atteint son apogée. Les seules exceptions notables recensées concernent soit les seigneuries ecclésiastiques, soit les castra perchés en un site neuf où l’église paroissiale édifiée conjointement avec le castrum se trouve en contre-bas du castellum ; mais ces exemples sont relativement rares. La concentration des maisons in ipsa villa ou dans le circuitus de l’église, fortifié peut-être, a peu nourri le mouvement d’enchâtellement. Au contraire, le bâtiment paroissial est le dernier point de résistance d’une villa à l’encadrement castral. Sa disparition consacre presque toujours la mort du protovillage : beaucoup demeurent debout, isolées, bénéficiant des générosités des laïcs alors qu’au XIIe siècle la croissance démographique fait revenir l’église au sein du castrum où elle n’occupe cependant qu’une position marginale. En Italie padane, A. Settia insiste sur la non-coïncidence entre castrum et plebs qui a trop souvent été faite systématiquement et qui ne doit en aucun cas être généralisée. Il montre combien l’attraction entre castrum et pieve est complexe : elle se déroule sur la longue durée lorsque chacun des deux cristallise un noyau de peuplement281.

Les lignes de force du parcellaire et de la voirie (Xe-XIIe Siècle)

  • 282 R. Fossier, « Villages et villageois », Villages et villageois au Moyen Âge, Actes du congrès de la (...)

127« Pour qu’un village soit vraiment né il faut que le terroir où s’enchassent les maisons et leurs lieux de rencontre soit ordonné, dominé, articulé, sur ses chemins et entre des limites reconnues »282. Le village sans terroir ordonné, et finage clos n’existe pas. La polarisation, puis la concentration de l’habitat, impliquent donc presque sûrement une restructuration de l’espace agraire. Mesurer l’impact de la dynamique du peuplement sur l’agencement du parcellaire et l’armature des chemins est un exercice délicat lorsque le village n’est pas créé, pensé et ordonné par une autorité qui fixe par écrit un cadre juridique et spatial à son développement ultérieur. En l’absence de texte fondateur, il faut s’appuyer sur des indices indirects : changements sémantiques, confronts, dimensions de parcelles...

La réorganisation parcellaire

Le corpus et ses faiblesses

  • 283 F. Bange, « L’ager et la villa, structures du paysage à la fin du Haut Moyen Âge », Annales ESC, 19 (...)

128J’ai la chance de disposer pour les IXe-XIe siècles d’un corpus de 203 parcelles pour lesquelles les dimensions d’au moins deux côtés, longueur et largeur, sont connues. Pour la région nîmoise, sur les 213 chartes du cartulaire, 174 indications de ce type sont recensées. Elles concernent surtout la Vaunage et la plaine proche de la cité. Les cartulaires biterrois et agathois éclairent d’autres unités géographiques correspondant aux territoires d’Agde et de Béziers. Pour traiter les données, j’ai adopté la méthode employée par F. Bange et M. Bourin-Derruau283. Bien connus du médiéviste, les problèmes de représentativité, métrologie et chronologie évoqués par ces deux chercheurs sont identiques et j’ai donc souscrit à la plupart de leurs suggestions.

  • 284 [...] alia petia que habet per longo LVI et per lato, de uno fronte XXXI, et de alio XIII, cart. Ni (...)
  • 285 Pour M. Bourin, la mesure indiquée pour la longueur serait en fait la hauteur, mesure plus utile po (...)

129Au Xe siècle, le cartulaire de Nîmes différencie clairement et systématiquement pour chaque bien la longueur, longus, de la largeur, latus284 et énonce les mesures en dextres. Si ces indications manquent, la rose des vents ou surtout les quatre points cardinaux auxquels font référence la quasi-totalité des chartes nîmoises, tranchent généralement la question. Il faut noter que, dans l’Agadès ou le Bédérès, la description des confronts commence toujours par le côté ouest de la parcelle en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre alors qu’en pays nîmois, c’est l’est et plus rarement le sud qui sont à l’honneur. Pratique de scriptorium, mentalité paysanne traduisant des différenciations régionales, legs des arpenteurs romains ? Cependant, il est fréquent que les scribes nîmois détaillent trois côtés. L’interprétation classique, que j’ai fait mienne, est qu’il s’agit de trapèzes dont les longs côtés sont égaux et les petits parallèles285. Dans cette configuration, lorsque je ne pouvais différencier avec certitude la longueur de la largeur, j’ai éliminé les parcelles de cette étude. Au total, en dehors de quelques exceptions, toutes les autres données, soit 193, sont utilisables.

  • 286 Par terre labourable, il faut entendre campus, mais aussi terra et pecia terra, à l’exclusion de pe (...)

130L’étude des variations de la morphologie parcellaire repose sur l’étude du rapport de la plus grande longueur (Ll) sur la plus grande largeur (l1) (tabl. 9). Contrairement à F. Bange, je n’ai pas fait de moyenne lorsque les deux largeurs ou les deux longueurs étaient arpentées car ce calcul me paraît fausser les comparaisons ainsi que la procédure d’ensemble. L’échelle de temps choisie est d’une génération soit vingt-cinq ans. Malgré des disparités numériques évidentes avec un IXe siècle et un début du Xe siècle pauvres en parcelles arpentées, c’est celle qui correspond le mieux à la ventilation des données. Pour tenter de mieux visualiser les résultats, je les ai représentés graphiquement. J’ai également détaillé les vignes et les terres labourables286.

Tableau no 9. Evolution du rapport entre la plus grande longueur (L1) et la plus grande largeur (l1) (825-1099)

131Un dernier point doit être soulevé avant de dore ce petit préambule. L’immense majorité des parcelles cadastrées ont été données ou échangées entre des particuliers laïcs, plus rarement ecclésiastiques, et le chapitre de Nîmes. Une petite minorité seulement ont été achetées par l’Église. Une autre a fait l’objet de transactions entre des laïcs ou des prêtres à titre individuel. Ce n’est donc pas le seul patrimoine ecclésiastique qui est perçu.

Le dessin des parcelles

  • 287 Cart. An. no 113, p. 255 (886-900) et cart. Gell. no 201, p. 174 (1008).

132Arpentées sur les quatre côtés, 45 parcelles du Languedoc oriental ont été dessinées en respectant le principe de la représentation proportionnelle (fig. 34a à g). Les deux parcelles de la moyenne vallée de l’Hérault287, marginales numériquement et géographiquement, ont été laissées de côté. Ces dessins, juxtaposés, font ressortir une évolution de la configuration et de la taille du parcellaire.

  • 288 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 58-59.

133En effet, dans la toute première décennie du Xe siècle, les parcelles sont compactes et régulières : ce sont des carrés parfaits. Puis, vers 950, la morphologie change : les quadrilatères trapus, en nombre encore important, se sont parfois légèrement étirés jusqu’au rectangle ; mais, comme en Biterrois à la même époque288, le tracé en trapèze s’est imposé et dominent des formes plus allongées, plus irrégulières, beaucoup moins massives. Cette coexistence de deux types de dessin, carrés et rectangles d’une part, trapèzes d’autre part, se décèle encore au seuil du XIIe siècle. Cependant, à partir de 1040-1060, les parcelles redeviennent plus compactes, plus régulières : la tendance est à une configuration plus monotone, plus unifiée.

134L’ordonnance des terroirs change, la taille des parcelles aussi. Une décroissance régulière et continue s’effectue sur le long terme, avec une accélération nette du processus durant la seconde moitié du XIe siècle puisque les lanières et les micro-carrés de quelques dextres de côté font leur apparition. À cette date, les mesures, globalement plus petites, n’atteignent plus les dimensions imposantes du Xe siècle.

Figure no 34a. Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (905-986)

Figure no 34b. Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (955-956)

Figure no 34c. Formes probables des parcelles à Fontarèche en Uzège (1010)

Figure no 34d. Formes probables des parcelles dans les comtés de Nîmes et d’Uzès (1015-1021)

Figure no 34e. Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (1042-1060)

Figure no 34f Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (1078)

Figure no 34g. Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (1095-1108)

135Les changements du XIe siècle touchent plus rapidement les villages de plaine proches ou très proches de Nîmes, comme Marguerittes, Luc et Costebalen (fig. 34d no 21 et fig. 34g no 41, no 42 et no 43), ou la ville ellemême (fig. 34e no 26, no 28 et no 29), que les zones de garrigues ou les terroirs plus éloignés de la cité nîmoise. Au XIe siècle, le dessin trapézoïdal se maintient surtout à la Bastide-d’Engras et Aubord en 1078 (fig. 34d no 23 et fig. 34f no 30, no 31, no 34, no 35 et no 36), deux des zones les plus éloignées de Nîmes. À l’inverse, il disparaît passé 1042 aux environs de la cité. Faut-il y voir un trait d’archaïsme propre aux zones peu irriguées par les circuits commerciaux ? Ou au contraire un parcellaire de colonisation adapté aux exigences de terrains difficiles ? Pour y répondre, il faut approfondir la question des césures repérées par l’examen du dessin des parcelles.

La configuration des terroirs : évolution et dynamisme

136En travaillant sur le rapport longueur sur largeur pour l’ensemble des mesures connues, les changements de la morphologie parcellaire devraient apparaître plus clairement. Le tableau d’ensemble (tabl. 9) fait ressortir les deux coupures dégagées auparavant. Au IXe siècle, le rapport longueur sur largeur avoisine 1,5 alors qu’à partir de 900, il atteint brutalement 2,62 et croît très régulièrement jusqu’à 3 à la fin du siècle ; passé 1025, il rechute sensiblement à 1,83. Vignes ou terres labourables, les césures ont lieu au même moment et les variations du coefficient sont globalement identiques. Un seul point de discordance est repérable : la cassure des alentours de 900 est retardée de 25 ans pour le terroir viticole. Il ne faut pas accorder trop de poids aux deux derniers calculs effectués chacun à partir d’une seule mesure. Du point de vue régional, il n’y a pas de différence significative entre le Languedoc oriental et le Languedoc occidental (tabl. 9).

  • 289 F. Cheyette, « The Castles of the Trencavels : A Preliminary Aerial Survey », Order and innovation (...)

137La visualisation graphique des données montre qu’à l’époque carolingienne (fig. 35), les parcelles sont massives et compactes : les dimensions, presque égales, approchent le carré parfait. Tout au plus le paysage rural comporte-t-il quelques quadrilatères légèrement étirés. La taille paraît se réduire de moitié entre le début et la fin du IXe siècle. Elle reste imposante comparée au XIe siècle. Cette quasi rectitude parcellaire correspondant bien à celle enregistrée lorsque les quatre côtés sont décrits dans la première décennie du Xe siècle (fig. 34a no 1 et 2). Elle évoque inéluctablement la cadastration romaine. Or Plaissan, dans la vallée de l’Hérault, Corbian et Preissan, près d’Agde, ainsi que Maraussan, vers Béziers, fournissent, à trois exceptions près, tout le corpus du IXe siècle. Comme l’indique le toponyme roman en -an (-anum), ces ville sont anciennes. Elles fossilisent sans aucun doute les traces d’une centuriation antique. Et ce d’autant plus que la seule parcelle exotique dans ce lot de presque carrés est une petite lanière de quelques rangées de ceps située au Puech Asinier qui semble de colonisation plus récente. La part de l’héritage romain dans l’armature du paysage apparaît encore prépondérante au IXe siècle. Ce constat, déjà enregistré d’une manière globale par la photographie aérienne et l’archéologie289, est perceptible aussi dans la documentation écrite. Cette belle ordonnance régulière et massive évolue brutalement.

  • 290 F. Bange, L’ager.,.,ορ. cit.

138Dans le courant du Xe siècle (fig. 36), les parcelles s’allongent de plus en plus. Le nuage de points se concentre à 45 % dans la partie basse et gauche du tableau, entre les droites L=3l et L=8l. Cependant, le parcellaire carolingien régulier et compact se maintient de manière notable puisque presque 32 % des points se répartissent le long de l’axe L=l. Cet étirement des parcelles correspond non pas à une forme rectangulaire, mais à un tracé trapézoïdal, ainsi que le montrent les parcelles cadastrées sur les quatre côtés (fig. 34a et b). La dualité du tracé, déjà observée, révèle l’ampleur de la mutation en cours. Celle-ci affecte l’ensemble des terroirs. En effet, à l’image de la dispersion des points les symbolisant, les terres labourables-auxquelles on peut associer les pecie- présentent un dessin varié et sont très peu homogènes : petites (30 x 25 dextres2), moyennes (60 x 30 dextres2) et grandes (120 x 30 et 90 x 70 dextres2) parcelles se juxtaposent. Comme en Maçonnais290, les champs sont tendanciellement plus grands que les vignes : 56 % d’entre eux ont leur plus grande dimension supérieure ou égale à 60 dextres pour seulement 31 % des vignes. Celles-ci, plutôt compactes, se distribuent plus uniformément que les champs puisque les points se localisent majoritairement entre les droites L=l et L=2l. S’il reste encore des pièces cultivées imposantes en nombre non négligeable, près de la moitié oscillent entre 25 x 20 dextres2 et 60 x 30 dextres2. Il faut donc corriger la conclusion précédente tirée de l’étude des coefficients et moyennes des mesures : si la surface ne varie pas globalement en regard du IXe siècle, elle le doit à la permanence d’une minorité importante de vastes parcelles.

Figure no 35. La morphologie parcellaire (825-899)

Figure no 36. La morphologie parcellaire (900-974)

139Le processus d’étirement du parcellaire, enclenché au début du Xe siècle, se poursuit entre 975 et 1024 (fig. 37). Les formes allongées, trapézoïdales, deviennent majoritaires, mais le dessin parcellaire demeure dual : malgré une certaine diversité, 64 % des points symbolisant les parcelles céréalières sont sous la droite L=3l pour 36 % au-dessus. Les champs sont toujours plus vastes que les vignes : 29 % ont leur plus grande dimension inférieure ou égale à 60 dextres pour 24 % des vignes. Les pièces massives de large dimension, encore bien présentes dans le premier Xe siècle, font figure d’exception.

140À partir de 1025 (fig. 38), le nuage de points s’est replié à droite de la figure consacrant l’atomisation de la taille des parcelles. Les mesures diminuent du tiers en regard du IXe siècle : 64 % des terres cultivées, soit la majorité, sont inférieures à 30 x 25 dextres2. Les très grandes pièces ont disparu. La coexistence de deux dessins parcellaires, l’un allongé, l’autre plus massif et carré, est encore lisible. Cependant, la petitesse des parcelles tend à réduire les différences ; le tracé redevient plus harmonieux.

141Les chartes languedociennes enregistrent donc, à partir de 920-950, des ruptures survenues dans la morphologie et la taille du parcellaire, telle la diffusion d’un tracé trapézoïdal qui coexiste longtemps avec le dessin plus régulier de l’époque carolingienne. Ce remodelage aurait pu être issu d’une colonisation de zones difficiles. Il n’en est rien car les vagues médiévales de mise en valeur se placent respectivement au IXe et XIe siècles, non au Xe siècle. J’aurai l’occasion de développer ce point un peu plus loin. J’ajoute que les parcelles confrontant une garrigue ou un lieu herme sont bien rares. C’est bien la polarisation du terminium ville qu’il faut évoquer pour expliquer cette refonte.

Figure no 37. La morphologie parcellaire (975-1024)

Figure no 38. La morphologie parcellaire (1025-1099)

Un finage mieux charpenté

  • 291 R. Fossier, « Étapes de l’aménagement du paysage agraire au pays de Montreuil », Le paysage rural : (...)

142Dans la Picardie du premier tiers du XIe siècle, R. Fossier291 faisait observer que la naissance d’un réseau utilitaire et autonome de desserte rurale était l’une des principales étapes de l’aménagement du paysage agraire. Dans cette perspective, il convient de se demander de quand date l’étoile rayonnante des chemins, si caractéristique des villages languedociens et que les clichés aériens restituent si bien ? Car c’est elle qui, encore aujourd’hui, structure le finage et détermine les lignes de force du système agraire.

L’héritage antique

  • 292 F.R. Hamlin, Les noms de lieux du département de l’Hérault. Nouveau dictionnaire topographique et é (...)
  • 293 Cart. Béz. no 65, p. 74 (vers 1050) ; no 69, p. 84 et H.G.L. t. V, no 246, col. 486 (vers 1056) ; c (...)
  • 294 [...] inferiori via que est commuais strata, cart. Valm. reg.A f° 8v (1141).

143À l’époque carolingienne, le réseau viaire languedocien est probablement largement hérité de l’époque gallo-romaine puisqu’il est encore perçu comme tel par les scribes. En témoigne sa dénomination. Les deux termes les plus employés sont via et strata. Strata, ou étymologiquement route pavée292, désigne uniquement les grandes artères héritées de la Romanité : l’adjectif publica lui est presque systématiquement adjoint. Sur 102 occurrences du mot, seules 21 ne comportent pas cette précision. De nombreux actes de cession ou de confirmation concernant l’episcopatus ou le comitatus rangent la strata, soigneusement distinguée de la via, parmi les droits régaliens, épiscopaux et comtaux, ceux qui appartiennent à l’autorité publique par excellence au même titre que le droit de construire une forteresse293. S’opposant aux chemins secondaires privés, ces strate, d’essence avant tout publique, sont utilisables par tous294.

  • 295 Cart. Nim. no 25, p. 47.
  • 296 Quelques exemples de ces acceptions diverses : publica via que discurrit de S. Saturnine in Litorar (...)

144Le champ sémantique de via est beaucoup plus étendu que celui de strata : c’est la dénomination la plus générale et par là même la moins définie du chemin. Elle s’applique à tous les types de routes. Accompagnée de publica, via pérennise aussi les axes antiques, ceux qui gardent parfois leur ancien pavement de pierre : via calciata, via feraria295. Sans qualificatif, il désigne aussi bien les voies importantes ou secondaires, les rues, les traverses, les sentiers que les dessertes locales ou parcellaires, surtout lorsqu’il faut préciser la position d’un bien à l’intérieur du finage296. Et malheureusement, à l’exception de publica, les documents sont avares de ces adjectifs qui renseigneraient sur la catégorie exacte à laquelle appartient la via. En revanche, ils renferment des informations sur l’utilisation économique de la route et des produits transportés : via salinaria (chemin salinier), via vacaressa (passage d’animaux), via mercadel ou via mercatorum (voie marchande), via molnaressa ou mulnaricia (transport de farine) ; et parfois sur leur état : via crosa, via pulvereria.

Les nouveaux axes

  • 297 Caminus, cart. Nim. no 133, p. 214 (1043-1060), A.D. Gard. H106 f° 8r (vers 1071) ; carreria, cart. (...)
  • 298 Caminus, quand il est qualifié de vetus, major, publicus, renvoie à l’ancienne voie Domitienne ; il (...)

145À partir de la seconde moitié du Xe siècle, la manière de désigner le réseau viaire change : strata disparaît quasiment de la documentation au profit de termes neufs : caminus, carreria/cairrone297. Rarement qualifié de public298, ces axes sont désormais perçus comme un élément neuf du paysage. Au tournant du XIIe siècle, le système viaire est composé avant tout de chemins, voies et voies carrossables : les strate ont disparu des chartes. La période de substitution où la courbe des nouvelles dénominations prend le relais des antiques strate se place entre 1050 et 1099 (fig. 39). Au même moment, le processus castrai est en pleine expansion (fig. 26). La desserte de jeunes centres politiques créés ex nihilo nécessite le réaménagement d’anciennes routes et la création d’itinéraires neufs, plus directs. Pour de nombreux historiens, le contrôle des voies de communication est l’une des fonctions stratégiques qui président à l’implantation d’un castrum. La constitution de réseaux de castra destinés à surveiller l’ensemble d’un pays assure une meilleure efficacité au système tout en resserrant les liens entre les familles détentrices du ban. Les Guilhem de Montpellier en ont bien compris le mécanisme : par le biais d’Aumelas, avant-poste de leur seigneurie, ils s’efforcent de contrôler tout le nord-ouest du pays de Montpellier jusqu’à la frontière avec le Lodévois.

146La documentation perçoit bien une restructuration du réseau des routes et des chemins qui, si elle démarre au Xe siècle, est contemporaine du phénomène castrai. Or j’ai postulé que la polarisation de l’espace au Xe siècle impliquait un recentrage de la desserte sur le village, phénomène faiblement enregistré par les actes languedociens. Mais l’ambiguïté des termes gêne considérablement notre perception de la réalité historique ; celui universellement employé de via ne facilite pas la tâche car, sans qualificatif, il est impossible de savoir s’il désigne un axe antique ou une desserte nouvelle. Et il n’est pas souvent possible de suivre et de vérifier le tracé de la via sur le terrain. Il faut donc scruter de plus près les chartes et s’arrêter sur des témoignages plus ténus.

Figure no 39. Les mutations du vocabulaire désignant les voies de communication

  • 299 F. Cheyette et C. Duhamel-Amado, Organisation..., op. cit.

147Lors de leurs recherches sur les anciennes divagations du cours bas de l’Orb, F. Cheyette et C. Amado299 observent que le chevelu viaire centré sur les villages ignore la centuriation romaine encore lisible dans le paysage. Grâce à l’apport conjugué des actes écrits et de la photographie aérienne, ils affirment que ces chemins, antérieurs au XIIIe siècle, sont en place au moins pro parte au Xe siècle. Pour eux, l’habitat du Xe siècle est « lâche peut-être, mais centré sinon concentré ». D’autres indices vont dans cette direction.

  • 300 Cart. Nim. no 18, p. 30 (917) ; no 20, p. 35 (920) ; no 30, p. 54 (927) ; cart. Béz. no 23, p. 16 ( (...)
  • 301 La confusion entre semitarius et cimitarius est fréquente dans les chartes bas-languedociennes et n (...)
  • 302 Cart. Valm. reg. B Tribus Mensibis no 7 f° 184v (1215) ; A.D. Gard. H74 (1205).

148C’est d’abord la multiplication dans les premières décennies du Xe siècle de ces vie secondaires qui joignent deux sites de ville ou une villa et un édifice monumental300. C’est bien là le signe d’un resserrement de l’habitat et d’un recentrage des voies de communication autour du noyau bâti naissant. La bonne irrigation des parcelles est un second signe : pratiquement toutes sont bordées au moins sur un côté par un chemin qui n’est pas une via publica. Le phénomène s’amplifie tout au long du Xe siècle. Enfin, la réduction progressive de la taille des parcelles entraîne la densification des ramifications mineures au sein de l’ager : ces accès secondaires mènent au coeur même du terroir et de l’exploitation. Ce sont les semite, semitarius301 et les violum, viallus, viaculum302 que les chartes ne mentionnent qu’à partir de 920-950. En garrigue ou montagne, ce sont les serre plus rarement les podia. Ces chemins ne sont connus que par les descriptions de confronts car ce sont des voies privées. C’est à eux que font allusion les droits d’entrées et sorties cédés avec la parcelle bâtie ou cultivée. Ce faisceau d’indications convergentes montre que la polarisation croissante du terminium ville donne lieu à une refonte du réseau des chemins.

L’organisation en quartiers ou tènements

  • 303 [...] in terminium de villa Costabalenes... et ubi vocant Novellas alium campum... et ubi vocant Ca (...)

149À mi-chemin entre le terroir et la parcelle, les quartiers et tènements se définissent comme un ensemble de parcelles rassemblées par des traits communs, morphologiques, agricoles ou sociaux. Dès 920-940-avant pour la cité de Nîmes-, certaines parcelles ne sont plus simplement localisées dans le finage de la villa ou par rapport au noyau habité, mais dans un lieu précis du terroir. Ce lieu est individualisé par une désignation spécifique303. Une formulation autonome, microtoponymique, commence à se dessiner. Cependant, la dénomination n’en est pas encore strictement arrêtée et systématique : le scribe se contente la plupart du temps d’un simple in terminio de villa ou subtus ipsa villa.

  • 304 Cart. Gell. no 57, p. 54 (987-988) ; cart. Nim. no 110, p. 174 (1015) ; cart. Béz. no 60, p. 68 (10 (...)

150Ce n’est qu’à partir de 1020-1030 que l’on éprouve le besoin de préciser de plus en plus finement l’emplacement de la parcelle dans l’espace agraire. Les descriptions géographiques sont de plus en plus émaillées de locutions du type in loco quod dicitur ou in loco ubi vocant304. La manière de décrire et de désigner le bien change. Ce changement d’habitudes n’est pas seulement un changement dans la rédaction des formulaires. Sans doute l’organisation de l’espace en terroirs monoculturaux, en Biterrois notamment, aide-t-elle à la mise en place de ces quartiers. Mais cette explication demeure insuffisante. Avec la restructuration du parcellaire et du réseau viaire, il est nécessaire de trouver de nouveaux points d’ancrage, d’affirmer plus fermement la prise de possession sur l’environnement par une multiplication des localisations secondaires.

***

151La polarisation puis la concentration de l’habitat induisent une réorganisation des finages et des terroirs que les scribes finissent par prendre en considération. Les mutations sémantiques, la manière de décrire les biens et de percevoir l’espace en constituent autant de témoignages, certes fugaces, mais tout de même perceptibles. À la belle ordonnance de l’époque carolingienne où l’apport de la Romanité est encore bien présent, succède, au Xe siècle, un paysage plus irrégulier : le recentrage des voies de communication sur le protovillage perturbe les lignes de force du paysage en coupant les parcelles compactes et quasi rectilignes, donnant ainsi naissance à un tracé trapézoïdal, plus allongé. La coexistence de ces deux types de dessins, encore perceptible au XIe siècle, révèle un remodelage des terroirs. Ce remodelage est en passe d’être une uniformisation à la fin du XIe siècle due pro parte à l’atomisation de la taille des parcelles. Celles-ci, articulées en quartiers, mieux irriguées, confortent l’ossature de l’ager. Au travers de cette analyse, le Xe siècle apparaît avant tout comme une période de mutation : les protovillages s’enracinent progressivement dans les terroirs. L’avènement du castrum ne fait que modifier, et non bouleverser de fond en comble cette organisation.

152Je viens de consacrer un chapitre entier à la construction progressive du paysage bâti : l’ancrage de l’habitat, du finage et des terroirs sont autant de point forts qui structurent l’espace et établissent une trame construite sur les campagnes languedociennes. Mais le paysage rural ne se réduit pas seulement à sa partie édifiée, ordonnée : il me faut à présent me pencher aussi sur le paysage végétal.

Notes

1 P.-A. Février, « Problèmes de l’habitat du Midi méditerranéen à la fin de l’Antiquité et dans le Haut Moyen Âge », Jahrbuch des römisch-germanischen Zentralmuseums Mainz, t. 25,1982, pp. 208-247.

2 M. Bourin-Derruau, Villages médiévaux en Bas-Languedoc : genèse d’une sociabilité (XeXIVe siècle), t. 1 et 2, Paris, L’Harmattan, 1987.

3 D. Baudreu et J.-P. Cazes, « Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction de, L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Actes du 3e Congrès international d’archéologie médiévale tenu à Aix-en-Provence 28-30 septembre 1989, Paris, Documents d’archéologie française no 46, 1994, pp. 80-97. D. Baudreu, « Le Bas-Razès aux XIe-XIIe siècles, formes castrales et ecclésiales de l’habitat groupé », P. Sénac, sous la direction de, Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1995, pp. 187-228. F. Journot, Archéologie des châteaux médiévaux de la montagne héraultaise (bassin de l’Orb et de la Lergue) Xe-XIVe siècle, thèse d’archéologie et d’histoire de l’art de l’université de Rennes II, 1990. C. Mercier et C. Raynaud, « L’habitat rural en Gaule méridionale méditerranéenne aux VIe-VIIe s. Approche régionale et étude de cas », L’habitat rural du Haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne, Actes des Journées internationales d’Archéologie mérovingienne Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, Textes réunis par C. Lorren et P. Périn, Association française d’Archéologie mérovingienne, Rouen, 1995, pp. 193-206. A. Parodi, La plaine du Languedoc oriental au Haut Moyen Âge (IVe-XIe siècle) : textes et archéologie de l’espace rural, thèse de l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1992. C. Raynaud, F. Brien-Poitevin, L. Chabal, P. Columeau, M.-F. Diot, A. Durand, Y. Manniez et M.-P. Ruas, Le village gallo-romain et médiéval de Lunel-Viel (Hérault). La fouille du quartier ouest (1981-1983), Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, vol. 422, 1990. L. Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone (VIIIe-XIIe s.), thèse d’archéologie de l’université d’Aix-Marseille I, 1996.

4 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., M. Bourin, « Le paysage bâti dans les campagnes bas-languedociennes : le temps de nos incertitudes », X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 409-414. M. Bourin et A. Durand, « Église paroissiale, cimetière et castrum en bas Languedoc », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction de, L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Actes du 3e Congrès international d’archéologie médiévale tenu à Aix-en-Provence 28-30 septembre 1989, Paris, Documents d’archéologie française no 46, 1994, pp. 98-106. A. Durand, « Regroupement des hommes et création du maillage paroissial dans la garrigue nordmontpelliéraine aux Xe-XIIe siècles d’après le cartulaire d’Aniane », Actes du 110e Congrès national des Sociétés Savantes tenu à Montpellier en 1985, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, pp. 271-286.

5 R. Fossier et J. Chapelot, Le village et la maison au Moyen Âge, Paris, Hachette, 1980. R. Fossier, L’enfance de l’Europe, Paris, PUF, 2 vol., 1982, « La naissance du village », R. Delort, sous la direction de, La France de l’an Mil, Paris, Le Seuil, 1990, pp. 162-168 et « Villages et villageois », Villages et villageois au Moyen Âge, Actes du Congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public tenu à Caen en 1990, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, pp. 207-214. M. Bourin et R. Durand, Vivre au village au Moyen Âge. Les solidarités paysannes du XIe au XIIIe siècle, Paris, Messidor, 1984.

6 Pour ma part, je qualifie de précastral toute forme d’habitat groupé ouvert ou fermé antérieure au phénomène castrai et ne réserve pas le terme à l’habitat groupé enclos né avant le castrum.

7 P. Bonnassie, « Du Rhône à la Galice : genèse et modalités du régime féodal », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), colloque international CNRS-École française de Rome tenu à Rome 10-13 octobre 1978, Paris-Rome, École française de Rome, 1980, pp. 17-55.

8 Cart. Nim. no 41, p. 70 (939), no 44, p. 76 (943), no 52, p. 90 (955), no 61, p. 103 (961), no 64, p. 110 (965), no 68, p. 115 (973), no 71, p. 118 (974), no 75, p. 123 (979), no 98, p. 155 (1001) ; cart. Guill. no 376, p. 559 (980) ; cart. Béz. no 53, p. 59 (1005).

9 E. Magnou-Nortier, La société laïque et l’église dans la province ecclésiastique de Narbonne (zone cispyrénéenne) de la fin du VIIIe siècle à la fin du XIe siècle, Toulouse, Publications de l’Université de Toulouse-Le Mirail, 1974, pp 133-134 et 200-202.

10 M. Bourin-Derruau, Village..., op. cit., t. 1, p. 95.

11 A. Parodi, C. Raynaud et J.-M. Roger, « La Vaunage du IIIe siècle au milieu du XIIe siècle. Habitat et occupation des sols », Archéologie du Midi médiéval, t. 5, 1987, pp. 1-59.

12 H.G.L. t. V no 147 col. 312 et cart. Gell. no 8, p. 11 (1025-1039).

13 [...] fecere novas maniguerias et reficere antiquas maniguerias disruptas A.D. Hérault G1793 1172.

14 [...] cum terras cultas et incultas, tam dirruptas quant et suburbanas cart. Gell. no 144 p. 123 (996-1031) et no 141, p. 121 (1012).

15 [...] ipsa ecclesia cum ipsas cellulas et cum ipsas curtes et cum ipsos casales disruptos et vestitos cart. Guill. no 376, p. 559-980.

16 Cf. infra pp. 180-189.

17 B.N. lat.9999 no 17 f° 18v (893), no 53 f° 5v (975) ; cart. Nim. no 18, p. 30 (917), no 19, p. 31 (918), no 70, p. 117 (973) ; cart. Béz. no 23, p. 16 (946), no 52, p. 58 (993).

18 J.-P. Devroey, « Mansi absi : indices de crise ou de croissance de l’économie rurale du Haut Moyen Âge ? », Le Moyen Âge, t. 82, 1976, pp. 421-451.

19 M. Zerner-Chardavoine, « Enfants et jeunes au IXe siècle. La démographie du polyptyque de Marseille 813-814 », Provence historique, t. 31, fasc. oct.-déc, 1981, pp. 355-383.

20 E. Magnou-Nortier, La société.... op. cit., pp. 154-155, et 1982, 1984. M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, p. 61.

21 [...] mandatarius... monstravit per ipsos terminos petrosos et fossatos antiques... usque in terminium de villa Bruciano A.D. Gard G22 (898) ; infra terminos de villa Gramacianicus cart. Béz. no 29, p. 24 (960) ; infra terminos de villa Columbario ib. no 41, p. 41 (978) ; infra terminos de Aqua Viva B.N. Doat vol. 40 f° 19r (989) ; totam medietatem que ad ipsum mansum qui vocatur Cantalupus vel ad terminos ejus opertinuit cart. Gell. no 34, p. 35 (1027-1033).

22 Cette définition de terminus ne se trouve ni dans Du Cange, ni dans Niermeyer. Les deux dictionnaires donnent le sens de territoire, district ou finage et, dans les exemples qu’ils traitent, le mot, déjà d’un emploi peu fréquent, est rarement au pluriel.

23 Infra terminios de villa Sclaciano... Et in ipso terminio cart. Béz. no 23, p. 16 (946) le pluriel de terminium est terminia et non pas terminios, forme au masculin qui n’existe pas pour ce mot neutre ; aussi doit-on conclure qu’il s’agit de bien de terminos, comme dans l’exemple suivant, mais influencé par la proximité du terminium [...] infra terminos de villa Baxano, in ejus terminium ib. no 28, p. 23 (959).

24 [...] in terminum Agello ubi vocant Odenno superiore Teulet t. I no 12 p. 14 et H.G.L. t. V no 100 col. 224 (956).

25 [...] in villa quae vocatur Pinetus sive in ejus terminio et in ipsa garriga quae est foras terminium de Pineto cart. Ag. no 289, p. 260 (989).

26 [...] in villa Mirtiago et in ejus terminio adjacentem versus ilium puteum qui ad ipsam villam adaquat vel aliis villis circa commanentibus cart. Nim. no 4, p. 9 (889).

27 Cart. An. no 275, p. 401 (972-978), no 318, p. 436 (889-890).

28 [..] in terminiis de villare Aviciaco H.G.L. t. V no 17 col. 93 (897) ; in villa Franconica... in ipsa villa vel in sua terminia cart. An. no 289, p. 412 (956) ; in villa Lapideto vel in ejus terminiis B.N. Doat vol. 40 f° 19r (989) ; villa Tonneso cum sua terminia... in villa Pomairols vel in sua terminia cart. Béz. no 49, p. 55 (990) ; villa Granopiacho vel in sua terminia... in villa Surignano vel in sua terminia... in villa Veneris... vel in ejus terminia ib. no 50, p. 56 (991) etc.

29 [...] in terminium de villa Campanias superiore cart. Nim. no 17, p. 28 (vers 916) et no 18, p. 30 (917).

30 Cart. An. no 111, p. 253 (996-1030) et ib. no 273, p. 399 (997-1031).

31 [..] in villa Vallis vineas duas cart. Béz. no 12, p. 10 (900) ; in villa quant vocant Valle Luposa cart. Lod. no 11, p. 18, B.N. lat.12761 f° 508 et Gallia Christiana T. VI instr. col. 268 (988) ; in terminio de villa que vocant Valle Espinosa cart. Gell. no 386, p. 322 (996-1031) ; infra terminium de villa que vocant Valleta ib. no 21, p. 24 (1002) ; alodem villam quam vocant Valles ib. no 65, p. 60 (vers 1005).

32 [...] valle Payguerolas ab integro cum ecclesia Sancti Johannis cum silvis et pertinenciis cart. Lod. no 2, p. 1 (avant 817) et no 4, p. 2 (844) ; in terminium de Valle quam vocant Asperas cart. Gell. no 72 p. 65 (989) ; et in valle quem vocant Mas ipsum alodem cart. Lod. no 11, p. 18, B.N. lat. 12761 f° 508 et Gallia Christiana t. IV instr. col. 268 (988) ; aliquid de alode meo que abeo in comitatu Uzetico in valle Melcinnense in terminio que nominant ad Ipsos Alodes cart. Mars. no 198 p. 223 (1010).

33 M. Bourin-Derruau, Villages.op. cit., t. 1, pp. 39-40.

34 Similiter... Campanera, ipsa villa ab omni integritate, mansum seniore cum reliquis mansis ad ipsum mansum aspicientibus, curtes, exagae et regressae, terras et vineas cultas et incultas, ortos, oglatis, arboribus pomiferis et inpomiferis, pratis, pascuis, silvis, garricis, aquis aquarumve eductibus, una cum molinare qui est in ipso rio Ponderae et est infra terminum de villa Silvinianicus H.G.L. t. II, no 22, col. 77 (813) ; alodem in terminium de villa Rediciano... id est edificiis, domis, casis casariciis, curtis, ortis, oglatis, terris, vineis, cultis et incultis, et pratis, pascuis, silvis, garricis, arboribus pomiferis et inpomiferis, aquis aquarum vel deductibus earum cart. Nim. no 37, p. 64 (933) ; in villas que vocant Boiano et Tampuniano cum ipsa ecclesia tota... cum casis et casalibus, cum terris et vineis, cum exeis et regressiis, cum ortis et ortalibus atque oglatis, cum puteis, rivis, et fontis, molinis, molinaribus, aquis aquarumve decursibus earum, silvis, garricis cart. Béz. no 20, p. 15 et H.G.L. t. V, no 68, col. 276 (937) ; in terminium de villa Quilano ecclesia... Sancti Firmini... cum mansum qui ibidem est cum curte et orto et exeo et regressu suo et cum distillicidia sua et cum ipsos campos qui as ipsum pertinent cultos et incultos et cum ipsas vineas cultas et incultas et cum ipsos arbores qui ibid. sunt exceptus ipsum molinum qui est super fluvium Vidosole cum mansione et orto cart. Nim. no 60, p. 101 (961) ; villam vocabulo Luco... cum ipso suo terminio et villare quae vocant Munbriago... Ista omnia superius scripta id est in ecclesiis, domibus, curtis, ortis, ortalibus, vineis, terris, cultis et incultis, pratis, pascuis, silvis, garricis, arboribus pomiferis aquis aquarumve reductibus earum cart. Béz. no 33, p. 31 et H.G.L. t. V no 118, col. 260 (969) ; in Valle Anagia, in terminios de villas prenominatas... quantum infra ipsas villas villas vel in eorum terminios habeo id est in mansis coopertis ubi Ermenricus manet casaliciis disruptis, curtis, ortis, exavis, terris et vineis, cultis et incultis, arboribus pomiferis et impomiferis, oglatis cum ipsos puteos et cum ipsos torcularios qui ibidem sunt cart. Nim. no 108, pp. 170-171 (1011).

35 E. Magnou-Nortier, « La terre, la rente et le pouvoir dans les pays de Languedoc pendant le Haut Moyen Âge, 2e partie : la question du manse et de la fiscalité foncière », Francia, vol. 10, 1982, pp. 21-66. « À propos de la villa et du manse dans les sources méridionales du Haut Moyen Âge », Annales du Midi, t. 96, 1984, pp. 85-91. « L’impôt foncier du terroir de Saint-Julien de Psalmodi d’après les rôles de 1171 et de 1198 », Cahiers de civilisation médiévale, t. 29, 1986, pp. 207-230. « Les pagenses, notables et fermiers du fisc durant le Haut Moyen Âge », Revue belge de philologie et d’histoire, t. 65, 1987, pp. 237-256. « Le grand domaine, des maîtres, des doctrines, des questions », Francia, vol. 15, 1987, pp. 659-699.

36 B. Cursente, « La société gasconne au miroir des cartulaires (XIe-XIIIes.) : notables du fisc ou paysans ? » Villages et villageois, Actes du XXIe congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public tenu à Caen en 1990, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, pp. 53-65.

37 [...] ipsa via qui de Carto ad Costaballenes discurrit cart. Nim. no 20, p. 35 (921) ; via qui vadit de Sclaciano ad Salviano cart. Béz. no 23, p. 16 (946).

38 M. Bourin, « Le paysage bâti dans les campagnes bas-languedociennes : le temps de nos incertitudes », X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 409-414.

39 [...] et una vinea que est super fluvium quem vocant Vister ad ipsas vineas quartier médiéval correspondant probablement à Vinals de Bolhargues au compoix de 1479 cart. Nim. no 43, p. 73 (941) ; et una pecia trans ipsos ortos ib. no 44, p. 75 (943) exemple précoce d’un quartier horticole à Rédessan, village groupé et fortement structuré ; unus campus prope ipsos ortos cart. Béz. no 31, p. 27 (969) cas d’Esclatian évoqué plus loin ; Et subtus ipsa villa ubi vocant Orto ibique petia de terra culta cart. Nim. no 71, p. 118 (974) autre cas précoce de terroir horticole dans la villa de l’Agarne (Cne de Marguerittes), habitat polarisé et bien organisé ; via que discurrit de Aureliaco ad ipsas vineas que vocant Matenas cart. Béz. no 52, p. 58 (993).

40 E. Zadora-Rio, « Bulletin critique », Compte rendu de l’ouvrage de M. Bourin-Derruau, Villages... op. cit,. Archéologie médiévale, t. 19, 1989, pp. 394-397.

41 M. Bourin-Derruau, Villages.., op. cit., t. 1, pp. 40-41.

42 Pour les plus anciennes in terminio de villa Costabalenes infra ipsa villa cart. Nim. no 22, p. 39 (923) ; in terminium Gerrensis vel villa Venerianicus infra ipsa villa ib. no 24, p. 45 (924) ; infra terminium de villa Preissano... subtus ipsa villa cart. Ag. no 329, p. 292 (936).

43 [...] in terminium de villa Vinosolo... Infra ipsa villa vel in ejus terminium cart. Nim. no 39, p. 66 (936) ; in terminium de villa Rediciano vel Villa Nova. Infra ipsa villa...Et in terminio suo ib. no 44, p. 74 (943).

44 [...] in villa Mediliano vel in ejus terminium cart. Ag. no 223, p. 206 (922).

45 [...] in terminium de villa Bolianicus, super ipsa villa cart. Nim. no 31, p. 55 (927) ; infra terminium de villa Preissano... Et sunt ipsi campi subtus ipsa villa duo cart. Ag. no 329, p. 292 (936) ; Et in terminium de Villanova, subtus ipsa villa cart. Nim. no 44, p. 77 (943) ; in terminium de villa Octabiano, subtus ipsa villa ibique de vineas petias tres... alias vineas que sunt in ipso terminio super ipsa villa ib. no 47, p. 82 (945).

46 [...] in villa Malas Pelles vel ad terminum ipsius ville H.G.L. t. II no 22, col. 77 (813) ; in villa que dicitur Granatiacar sive infra terminium ipsius ville cart. An. no 290, p. 413 (815) ; in prefata villa (Toccana) vel in terminium ipsius ville... in villa Generiaco vel in terminium ville A.D. Gard. H106 f  14r (821). La charte no 289, p. 412 du cartulaire d’Aniane concernant l’étang Piperel et la villa Franconica et comportant la locution in ipsa villa vel in sua terminia jusqu’ici datée de 842 a été rédigée en réalité en 956. La formule anno III quod abiit Lodowicus imperator tradidit regnum in ipsius manus filii in Luterio est à rapporter non pas à Louis le Pieux mais à Louis d’Outre-Mer et son fils Lothaire. On dispose d’autres exemples de cette titulature dans le cartulaire de Gellone no 278, p. 231 redatée de juin 964 grâce en particulier à des correspondances de témoins et à la mention de l’évêque d’Uzès Amelius. En outre l’aumônier Ferraldus ou Farraldus est un éminent copiste du monastère d’Aniane à la même époque (ib. no 248, p. 375 ; no 253, p. 379 ; no 268, p. 394 ; no 272, p. 399 ; no 275, p. 402 ; no 292, p. 416 ; no 299, p. 422). Dans cette perspective, je jetterai de forts doutes sur la charte no 316, p. 426, elle aussi rapportée à Louis le Pieux, et ayant trait à la villa Franconica sous la forme un peu différente de in villa Franconica vel in stagno Piperello s eu infra terminium ipsius ville car elle demeurerait la seule charte carolingienne mentionnant la villa Franconica. Elle n’a pas été prise en considération dans l’analyse.

47 [...] in villas que nominant Colonicas, Colia, Veia, Cavariago, Alvernis, Armacianicus, Germino et ubi vocant Combatio et Pedrognanicus. Infra istas villas vel illorum terminia cart. Nim. no 3, pp. 6-7 (879) ; in villa Lieurates... Dono similiter in ipsa villa casale cum curte cart. An. no 113, p. 255 (886-900) ; in villa que dicitur Valeriano in jamdicta villa vel suo terminio cart. Béz. no 5, p. 2 (888) ; infra terminium de villa que vocant Cuminiano... in jam prefata villa vel ejus terminio ib. no 6, p. 4 (889) ; in villa (de) Agusanicis vel ejus terminio cart. Mag. no 3, p. 4 (899).

48 Huic predicto Palatio castrum ex nomine Lupiartum imminet quod in mille equitibus ac fere todidem peditibus miles quidam Barnardus, cognomine Pilitus vocatus, vallo obsedit ferroque, igni et rapinis cuncta que circa illud erant delevit. Hi tamen qui hujus mali prescii fuerunt, omnia sua intra murorum predicte ecclesie ambitum coacervaverunt et nichil extra preter tuguria sua reliquerunt, Bouillet, Livre III, chap. XXI, p. 163 (vers 1030).

49 A.D. Hérault G277 cart. ST-Jacques (900), (901,) (945) ; cart. Ag. no 318, p. 283 (987-995) ; cart. Béz. no 49, p. 54 et H.G.L. t. V no 150, col. 318 (990).

50 C. Duhamel-Amado, « Pouvoirs et noblesse dans la Gothie : formation du réseau aristocratique biterrois au Xe siècle », La Catalogne et la France méridionale autour de l’an Mil, Actes du colloque Hugues Capet 987-1987 de Barcelone (2-5 juillet 1987), Barcelone, Generalitat de Catalunya, 1991, pp. 160-173.

51 C. Duhamel-Amado, ib.

52 J.-P. Poly, « Régime domanial et rapports de productions "féodalistes" dans le Midi de la France (VIIIe-Xe siècles) », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), colloque international CNRS-École française de Rome tenu à Rome 10-13 octobre 1978, Paris-Rome, École française de Rome, 1980, pp. 57-84. G. Démians d’Archimbaud, « Le village et l’habitat rural », X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’An Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 82-102.

53 L. Schneider, « Habitat et genèse villagoise du Haut Moyen Âge. L’exemple d’une terroir du Biterrois nord-oriental », Archéologie du Midi médiéval, t. 10, 1992, pp. 3-38.

54 [...] in villa Mediliano vel in ejus terminio... in ipsa villa vel in ejus terminio cart. Ag. no 223, p. 206 (922).

55 [...] infra villas his nominibus Aimas et villam quam vocant Buada vel in carum terminio cart. Ag. no 323, p. 288 (983).

56 M. Bourin-Derrau, Villages..., op. cit., t. 1, p. 45.

57 [...] in villa Lieurates... Dono similiter in ipsa villa casale cart. An. no 113, p. 255 (886-900).

58 Les deux termes fonctionnent sémantiquement de la même manière et comportent les mêmes éléments lors de l’inventaire des parties constitutives : aucune différence n’a été relevée.

59 [...] in terminium Gerrensis vel villa Vencrianicus infra ipsa villa... casa a sisca coperta... cum exavo et regresso earum et cum distillicidia ipsius cart. Nim. no 24, p. 45 (924) ; casa aliqua cooperta cum curte, cum exavo vel regressa earum sive cum distillicidia earum ib. no 28, p. 51 (926) ; mansionem 1 a sisca cuperta cum suo exavo et cum distillicidia sua ib. no 36, p. 63 (932) ; in terminium de villa Agarna infra ipsa villa casales disruptos cum curte et exavo et regresso suo et cum distillicidia sua ib. no 71, p. 118 (974) ; pro ipsam mansionem qui est infra villa Veo... et pro ipsa curte et pro ipso orto et pro ipso exavo et regresso earum et cum distillicidias suas ib. no 119, p. 188 (1020).

60 [...] case coperte A.D. Gard. H106 f° 13v (789) ; casa ad sisca coperta cart. Nim. no 17, p. 28 (vers 916) ; casale a sisca cuberta ib. no 25, p. 46 (925) ; in casis coopertis ib. no 41, p. 70 (939) ; casa cooperta ib. no 44, p. 76 (943) ; in casis coopertis ib. no 52, p. 90 (955), no 61, p. 103 (961), no 66, p. 110 (965), no 75, p. 123 (979), no 98, p. 155 (1001) et voir note 8.

61 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., p. 207 note 24.

62 C. Mercier et C. Raynaud, « L’habitat rural en Gaule méridionale méditerranéenne aux VIe-VIIe s. Approche régionale et étude de cas », L’habitat rural du Haut Moyen Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne, Actes des Journées internationales d’archéologie mérovingienne Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, Textes réunis par C. Lorren et P. Périn, Association française d’archéologie mérovingienne, Rouen, 1995, pp. 193-206.

63 O. Ginouvez, « Des maisons excavées à Narbonne autour de Tan mil », Archéologie du Midi médiéval, t. XI, 1993, pp. 53-68.

64 L. Schneider, inédit.

65 J. Kotarba, P. Alessandri, M. Compan, A. Pezin. et H. Pomarèdes, Arles-13 Augery de Corrèges, Sauvetage programmé, deux parties, rapport de fouilles, 1987, dactylo.

66 [...] casale cum curte et orto cum exeo suo et regresso cart. An. no 113, p. 255 (886-900) ; mansione I cum curte et orto et exavo suo cart. Nim. no 65, p. 108 (965) ; omnes mansiones... cum ipsas curtes, cum ortis, cum exitis omnibus cart. Gell. no 45, p. 45 (996-1031). On retrouve cet ordre dans la formule énumérative des parties constitutives d’un bien.

67 [...] casam cum curte et orto et vineam in se tenentem cum arboribus suis cart. An. no 313, p. 431 (829) ; casales cum curte et orto et vinea cart. Nim. no 22, p. 39 (923). Dans la cité même de Nîmes, la vigne est toujours une dépendance normale du casai ou du manse : manso I qui est constructus cum ipsa trilia et orto cart. Nim. no 25, p. 46 (925) ; et casas II ad sisca coopertas cum curte et orto et vîtes et arbores qui ibidem sunt... casales disruptos cum ipsos clausellos ib. no 35, p. 61 (932).

68 [...] casale cum petia de terra culta et inculta... Et habet ipse casai cum curte cart. Nim. no 44, p. 74 (943).

69 Cart. Nim. no 17, p. 28 (vers 916) ; no 24, p. 45 (923) ; no 25, p. 47 (925) ; no 28, p. 51 (926) ; no 36, p. 63 (932) et no 44, pp. 74-78 (943).

70 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, p. 43.

71 A. Machabey, La métrologie dans les musées de province et sa contribution à l’histoire des poids et mesures en France depuis le XIIIe siècle, thèse d’université, faculté des Lettres de Paris, 1959, pp. 37,117 et 137.

72 A. Machabey, ib., pp. 4, 30 et 137.

73 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., p. 207.

74 O. Ginouvez, Des maisons..., op. cit.

75 C. Mercier et C. Raynaud, L’habitat rural..., op. cit.

76 Infra ipsa villa... casales III cum curte vel exavo suo. Habent ipsi casales cum ipsa curte... consortes de ambos latus et uno fronte exavo communale... donamus casa cooperta et casales dirupti... Habet consortes de uno latus Martinus vel suos heredes ; de uno fronte Mercorino vel exavo communale cart. Nim. no 44, p. 74 (943).

77 G. Fournier, Le peuplement rural en basse Auvergne durant le Haut Moyen Âge, Paris, PUF, 1962, p. 244.

78 Cart. Nim. no 17, p. 28 (vers 916.)

79 Cart. Nim. no 22, p. 39 (923).

80 Parodi et al, La Vaunage..., op. cit.

81 P. Bonnassie, « Du Rhône à la Galice : genèse et modalités du régime féodal », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), colloque international CNRS-École française de Rome tenu à Rome 10-13 octobre 1978, Paris-Rome, École française de Rome, 1980, pp. 17-55. J.-P. Poly, « Régime domanial et rapports de productions « féodalistes » dans le Midi de la France(VIIIe-Xe siècles) », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), colloque international CNRS-École française de Rome tenu à Rome 10-13 octobre 1978, Paris-Rome, École française de Rome, 1980, pp. 57-84.

82 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, p. 45.

83 B.N. lat. 9999 no 17, f° 18v (893). ; cart. Ag. no 179, p. 174 (954-980) ; cart. Nim. no 35, pp. 61-61 (932) ; no 49, p. 85 (947) ; no 53, p. 91 (956) ; no 69, p. 115 (973) ; no 77, p. 126 (983) ; no 85, p. 137 (991) ; no 88, p. 142 (993).

84 G. Bois, La mutation de l’an mil. Lournand, village mâconnais de l’Antiquité au féodalisme, Paris, Fayard, 1989. p. 67

85 [... ] in villa que vocant Patellaco... mansos tres... cum cartes et ortos et cum distillicidia sua et cum ipsas ajacentias cart. Nim. no 56, p. 96 (959) ; et in villa Vitis dono manso uno cum ipsa trilia que ibidem conjacet cart. An. no 253, p. 378 (972) ; mansos duos... infra villam Aviates cum curtes et exeos et regressos earum et cum ipso horto qui fuit Agilberto... Et in ipsa villa cart. Ag. no 315, p. 281 (973) ; in villa Paleriis vel in suo terminio. Tenet manso uno ubi Petrus Gavallanus habitat cum curte et orto et exeo et regresso et cum ipsa ferragine et cum ipsas terras et cum ipsas vineas qui ad ipsum mansum pertinet cart. Béz. no 43, p. 43 (vers 978) ; in villa que vocant Ortusanicus. Infra ipsa villa... manso uno ubi Altemirus visus est manere cum curte et orto et exavo et regressoque suo vel cum distillicidia sua cart. Nim. no 78, p. 128 (984) ; in villa Aureliaco vel in ejus terminia manso ubi Atuinus habitat cum curte et orto et exeo et regressio suo... Et alius campus... affrontat... in via que discurrit de Aureliaco ad ipsas vineas que vocant Matenas cart. Béz. no 52, p. 58 (993) ; in villa Columbario vel in ejus terminio... aliutn mansum ubi habitat Bonafusse cum casales disruptos qui ibidem adjacent et exevis et regresseis earum. De parte circi inlaterant ipsi mansi in manso de Ricardo sive in manso de Golfino sive in bordaria de infantes Folcrando... de aquilone... infrontat in ipsa via que vadit ad ipso puteo, de altano... in ipsa via vel terra Sancti Nazarii, de meridie affrontat in manso de infantes Lanfredo... Et in terminium de ipsa villa cart. Béz. no 53, pp. 59-60 (1005) la précision in terminio de ipsa villa introduisant la description des dépendances suppose que l’on vient de décrire l’ipsa villa. Même chose pour l’acte de 978.

86 Infra ipsa villa donamus vobis ipso manso qui fuit Ricomo cum curte et orto et exavo et regressu earum et cum ipsos arbores qui ibidem sunt et campis et vineis quantum ad ipso manso pertinet cart. Nim. no 46, p. 81 (944).

87 Cart. Béz. no 23, p. 16.

88 Cart. Béz. no 31, p. 26.

89 C. Duhamel-Amado, « L’alleu paysan a-t-il existé en France méridionale autour de l’an Mil ? », R. Delort, sous la direction de, La France rte l’an Mil, Paris, Le Seuil, 1990, pp. 142-153.

90 A. Settia, Castelli villagi nell’ Italia padana. Popolamento, potere et sicurezza fra IXe XIII secolo, Naples, Liguori editore, 1984, pp. 248-249.

91 R. Comba, « Il primo incastellamento e le strutture economiche e territoriali del Piemonte sud-occidentale fra X e XI secolo », Castrum 2. Structures de l’habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens : les méthodes et l’apport de l’archéologie extensive, Actes de la rencontre organisée à Paris 12-15 novembre 1984, collection de l’École française de Rome no 105, Publication de la Casa de Velazquez fasc. IX, Rome-Madrid, École française de Rome-Casa de Vélasquez, 1988, pp. 479-488.

92 L. Amblard, A. Girard et C. Raynaud, « Occupation du sol entre Lez et Vidourle : l’habitat rural dans les cantons de Lunel et Mauguio (Hérault) du Ier siècle avant au Xe siècle de notre ère », Actes du 110e Congrès national des sociétés savantes, Montpellier, 1-5 avril, Paris, Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1985, pp. 139-159. D. Baudreu, « L’habitat médiéval en Bas-Razès (Aude) », X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 448-451. D. Baudreu et J.-P. Cazes, « Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction de, L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Actes du 3e Congrès international d’archéologie médiévale tenu à Aix-en-Provence 28-30 septembre 1989, Paris, Documents d’archéologie française no 46, 1994, pp. 80-97. D. Baudreu, « Le Bas-Razès aux XIe-XIIe siècles, formes castrales et ecclésiales de l’habitat groupé », P. Sénac, sous la direction de, Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1995, pp. 187-228. J.-P. Cazes, « L’habitat rural dans le Lauragais », X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 447-448.1987. C. Raynaud, « Peuplement et habitat dans les campagnes languedociennes », X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’An Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 82-102. Parodi et al., La Vaunage..., op. cit.

93 Kotarba et al., Arles..., op. cit.

94 C. Mercier et C. Raynaud, « L’habitat rural en Gaule méridionale méditerranéenne aux VIe-VIIe s. Approche régionale et étude de cas », L’habitat rural du Haut Moyen Age (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne, Actes des Journées internationales d’archéologie mérovingienne Guiry-en-Vexin et Paris, 4-8 février 1993, Textes réunis par C. Lorren et P. Périn, Association française d’Archéologie mérovingienne, Rouen, 1995, pp. 193-206.

95 R. Guadagnin, sous la direction de, Un village au temps de Charlemagne. Moines et paysans de l’abbaye de Saint-Denis du VIIe siècle à l’An Mil, Paris, Éditions de la Réunion des Musées de France, Musée national des Arts et traditions populaires, 1988.

96 C. Duhamel-Amado, La famille aristocratique languedocienne. Parenté et patrimoine dans les vicomtés de Béziers et d’Agde (900-1170), Thèse d’État, Université de Paris IV-Sorbonne, 1995, t. I, Du groupe aristocratique au lignage, pp. 1-264.

97 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, p. 64.

98 P. Toubert, Les structures du Latium médiéval : le Latium méridional et la Sabine du IXe à la fin du VIIe siècle, 2 vol., Rome, École française de Rome, 1973.

99 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, Du château du village.

100 F. Journot, Archéologie des châteaux médiévaux de la montagne héraultaise (bassin de l’Orb et de la Lergue) Xe-XIVe siècle, thèse d’archéologie et d’histoire de l’art de l’Université de Rennes II, 1990 et « Châteaux du Languedoc montagnard aux Xe-XIe siècles (Hérault) », Archéologie du Midi médiéval, t. 10,1992, pp. 39-62.

101 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 63-77et 254-272

102 A. Debord, La société laïque dans les pays de la Charente Xe-XIIe siècles, Paris, Picard, 1984.

103 Cart. Guill. no 401, p. 581.

104 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., I, pp. 67-74.

105 A. Durand, « Regroupement des hommes et création du maillage paroissial dans la Garrigue nord-montpelliéraine aux Xe-XIIe siècles d’après le cartulaire d’Aniane », Actes du 110e Congrès national des Sociétés savantes tenu à Montpellier, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1985, pp. 271-286. A. Parodi et al., La Vaunage... op. cit.

106 O. Ginouvez et L. Schneider avec la collaboration d’A. Gardeisen, « Un castrum de l’an Mil en Languedoc central : le Rocher des Deux-Vierges à Saint-Saturnin (34) », Archéologie du Midi médiéval, t. 6, 1988, pp. 101-122.

107 C. Duhamel-Amado, La famille..., op. cit. et « Aux origines des Guilhems de Montpellier (Xe-XIe siècle). Questions généalogiques et retour à l’historiographie », Etudes sur l’Hérault, n. s. 7-8, 1991-1992, pp. 89-108.

108 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., p. 234.

109 Cet aspect a été éclairé par L. Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone (VIIIe-XIIe s.), thèse d’archéologie de l’université d’Aix-Marseille I, 1996.

110 [...] castellum et villam de Frontiniano cart. Guill. no 436, p. 616 (1112) ; castellum de Popiano et ejus villam ib. no 507, p. 689 ; no 509, p. 691 (1112) et no 521, p. 701 (1113) ; castellum de villa de Pinnano ib. no 402, p. 581 et no 404, p. 483 (1114) ; allodem de toto ipso castello de Lupiano et de tota ipsa villa H.G.L. t. V no 456, II col. 852 (1116) ; in Castro et villa de Lignano cart. Béz. no 139, p. 190 (1131) ; in toto Castro de Nibiano et villa et toto terminio ac sennorivo atque parochia ipsius castelli cart. Guill. no 538, p. 720 (1160).

111 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XII no 134 (1192).

112 Cart. Guill. no 432, p. 612 ; no 433, p. 613 ; no 634, p. 613 (1113).

113 [...] in meo dominio in Castro et in villa de Lignano et in totis terminiis ejus cart. Béz. no 62, p. 71 (1030).

114 [...] de castra et villa de Salviano et de ejus terminio cart. An. no 47, p. 187 (1097) ; de Frontiniano... in toto terminio ipsius castelli et ipsius ville cart. Guill. no 436, p. 616 et no 438, p. 617(1112).

115 [...] ipsum castrum... quod vocant Mesoa cum ipsa villa et cum ipsis terminiis H.G.L. t. V no 127, col. 563 (vers 1053) ; ipsum castrum de Porciano cum totis suis terminiis... et ipsum castrum de Teciano cum quantum habemus in ipso et in ejus terminiis ib. no 426, II col. 796 (1105) ; de Popiano... in ipso castello et in ejus villa et in toto terminio ejus castelli cart. Guill. no 507, p. 689 et no 520, p. 700 (1112) ; no 508, p. 690 (1113) ; no 510, p. 692 (1113) ; no 511, p. 693 (1113) ; no 516, p. 696 (1113) ; allodem de toto ipso castello de Lupiano et de tota ipsa villa et de totis ejus terminiis H.G.L. no 456, II col. 852 (1116).

116 M. Fixot, « La motte et l’habitat fortifié en Provence médiévale », Château-Gaillard, Études de castellologie médiévale, t. VII, Actes du colloque international tenu à Blois 2-7 septembre 1974, CNRS-Université de Caen, 1975, pp. 67-93 et « L’image du bâti (Provence-Alpes-Côte d’Azur) » et aussi notices, X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 671-680.

117 A. Settia, Castelli villagi nell’ltalia padana. Popolamento, potere et sicurezza fra IX e XIII secolo, Naples, Liguori editore, 1984, pp. 255 et 258-263.

118 [...] castellum de Montadino cum terminio et ecclesia A.D. Hérault G277, no 13, cart. épiscopal (1077-1094).

119 B.N. Doat. H.G.L. t. V, no 209, col. 426 (vers 1036).

120 B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1980, pp. 165-194.

121 [...] sub Castro Melgorio in villa que vocatur Memtes donamus peciam de terra quam vocant Clausel cart. Gell. no 59, p. 56 (996-1031).

122 A. Settia, Castelli.., op. cit. et M. Fixot, La motte..., op. cit.

123 E. Magnou-Nortier, La société..., op. cit., pp. 292-312.

124 C. Higounet, « Les sauvetés de Moissac », Annales du Midi, t. XXXV, 1963, pp. 505-511.

125 G. Combarnous, Index de noms de lieux du cartulaire et de personnes dans le cartulaire de Gellone, Clermont-L’Hérault, CNRS, 1975, p. 39.

126 [...] in circuitu ecclesie dono terram ad construendas mansiones triginta passos in giro, id est ab oriente triginta, ab occidente, triginta, a septentrione triginta, ad meridie triginta cart. Gell. no 213, p. 183.

127 Cart. Gell. no 214, p. 185 (1060-1108).

128 Cf. infra.

129 P.-A. Clément, Les chemins à travers les âges en Cévennes et bas Languedoc, Montpellier, Presses du Languedoc, 1983, pp. 73-74.

130 A. Soutou, « Datation de la croix discoïdale ajourée de Saint-André-de-Vexos à Roquebrun », Bulletin de la société archéologique et historique des hauts cantons de l’Hérault, no 12, pp. 47-54.

131 A. Parodi, « Notice sur Sainte-Cécile-de-la-Melouse », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction de, L’église, le terroir, Monographie no 1 du Centre de recherches archéologiques, Paris, CNRS, 1989, p. 127.

132 [...] et quartam partem ecclesie et quantum ibi est circa ecclesiam infra triginta dextros, sive sint mansiones, sive arbores, sive arboceta, sive terra culta vel inculta cart. Nim. no 159, p. 259.

133 Cart. Nim. no 154, p. 246 (1078).

134 A.D Haute-Loire H174 no 1 (1098).

135 [...] de capella Sancti Johannis de Valle et de XXX passibus circa eam que a laicis comparavit... De predatione rusticorum, cimiteriorum et ecclesiarum violatione cart. Guill. no 55, p.96 (vers 1140).

136 [...] mansum unum Plagias ubi Guiramnus visus est manere cart. Gell. no 13, p. 16 (999) ; manso uno de Castanario ubi Rainaldus visus est manere ib. no 111, p. 101 (1031-1060) ; mansus meus de Roveto ubi Airard visus est manere cart. An. no 133, p. 276 (1036-1061) ; manso quem vocant Montels ubi Leotardus visus est manere cart. Gell. no 54, p. 42 (1037-1046) ; manso de Carrugarias ubi Petrus et Pontius, frater suus visi sunt manere cart. Nim. no 131, p. 209 (1039-1077) ; mansum est in Poiols ubi Isoardus visus est manere... in manso de Poiols cart. Gell. no 17, p. 20 et no 136, p. 117 (1042) ; mansum de Poio Leto ubi Leotardus visus fuit manere ib. no 38, p. 30 (1050).

137 Il faut souligner que la courbe d’apparition des écarts comme d’ailleurs celle des castra est indépendante du nombre d’actes consultés.

138 A. Settia, Castelli..., op. cit., pp. 266-267. R. Comba, « La dispersione dell’habitat nell’Italia centro-settentrionale tra XII e XV secolo. Vent’anni di ricerche », Studi storici, anno 25, fasc. 3 Luglio-Settembre 1984, pp. 765-783 et « Il primo incastellamcnto e le strutture economiche e territoriali del Piemonte sud-occidentale fra X e XI secolo », Castrum 2. Structures de l’habitat et occupation du sol dans les pays méditerranéens : les méthodes et l’apport de l’archéologie extensive, Actes de la rencontre organisée à Paris les 12-15 novembre 1984, collection de l’École française de Rome no 105, Publication de la Casa de Velazquez fasc. IX, Rome-Madrid, École française de Rome-Casa de Vélasquez, 1988, pp. 479-488.

139 [...] unum mansum in boxeto cart. An. no 236, p. 364 1039 ; unum mansum totum... et unum boscum... quod est juxta supradictum mansum cart. An. no 224, p. 355 (1103).

140 Cf. infra pp. 189-209.

141 G. Démians d’Archimbaud, « Le village et l’habitat rural », X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’An Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 82-102.

142 P. Toubert, « Les féodalités méditerranéennes : un problème d’histoire comparée », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), colloque international CNRS-École française de Rome tenu à Rome 10-13 octobre 1978, Paris-Rome, École française de Rome, 1980, pp. 1-14.

143 [...] quartum de ferragine que est ante porta de Carcares cart. An. no 247, p. 373 (1094-1108)

144 M. Fixot, « La construction de châteaux dans la campagne d’Apt et de Pélissanne du XIe au XIIIe siècle », Archéologie médiévale, t. 3-4, 1973-1974, pp. 245-296 et « L’image du bâti (Provence-Alpes-Côte d’Azur) » et aussi notices, X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 671-680.

145 J.-P. Poly, « Régime domanial et rapports de productions "féodalistes" dans le Midi de la France (VIIIe-Xe siècles) », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), colloque international CNRS-École française de Rome tenu à Rome 10-13 octobre 1978, Paris-Rome, École française de Rome, 1980, pp. 57-84 et cart. Béz. no 56, p. 63. Malgré le fait que Saint-Martin-de-Londres appartienne au diocèse de Maguelone je suis F.R. Hamlin, Les noms de lieux du département de l’Hérault. Nouveau dictionnaire topographique et étymologique, Poussan, abbé L. Cabrol, 1983, p. 351 qui identifie le Dunderas du bref à Londres, aucune autre localisation n’étant satisfaisante ni même linguistiquement possible.

146 M. Aubrun, La paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris, Picard, 1986, p. 40.

147 [...] de omni villa que est in circuitu ecclesie Sancti Martini de Dundras de infra cruces cart. Gell.no 357, p. 290 (1116).

148 Cart. Gell. no 71, p. 64.

149 J. Lugand, R. Saint-Jean et J. Nougaret avec la collaboration d’A. Burgos, Languedoc roman, La-Pierre qui-Vire, Zodiaque, 2e édition, 1985, pp. 133-135.

150 Cart. Gell. no 546, p. 469 (1162).

151 La première enceinte datant des XIIe-XIIIe siècles est appelée ultérieurement fortalicium vetus dans les textes J. Lugand et al., ib.

152 [...] cellarium cum domo cimiterii et quicquid habeo in cimiterio cart. Guill. no 225, p. 381(XIIe siècle) ; domi cimitarii A.D. Gard G370 (XIIe siècle) ; quicquid... in usaticis domorum (et) cimiterii ecclesie Sancti Severi de Garricis cart. Mag. no 75, p. 155 (1147) ; stare cum curia... in cimiterio Sancti Michaelis de Brugueriis cart. Mars. no 1107, p. 582 (1164).

153 C’est le cas à Saint-André-de-Codols, Cazilhac ou Saint-Martin-de-Londres duas mansiones cum ipsa corteta. Et sunt in cimiterio Sancti Andree de Codols... et pro mansione que se tenet ad ecclesiam Sancti Andree cart. Nim. no 208, p. 330 (1108-1137) ; omnes qui ecclesie beati Leoncii de Cassiliaco censum s eu usaticum... debent scilicet Aldebertus de Cassiliaco pro suo stare et alio honore quem habet infra cimiterium cart. Mag. no 52, p. 104 (1109-1129) ; hommes habitantes in cimiterio Sancti Martini cocant in illo furno ad fornaticam cart. Gell. no 546, p. 469 (1162).

154 H.G.L. t. V no 122, col. 251 (844).

155 A.D. Gard H106 f° 53r.

156 Cart. Béz. no 56, p. 63.

157 Cart. Béz. no 361, p. 544.

158 Cart. Béz. no 177, p. 240.

159 A.D. Hérault 12H7 (1195).

160 Cart. Béz. no 138, p. 189.

161 Cart. Béz. no 275, p. 390.

162 B.N. lat. 9999 f° 14r (872) ; cart. Ag. no 319, p. 284 (884) ; cart. Nim. no 86, pp. 13-139 (994).

163 [·..] cum domibus que juxta ecclesiam sunt cart. An. no 271, p. 396 (1075) ; locus ad faciendam domum A.D. Hérault G277 no 89, cart. ST-Jacques (1096) pour les toutes premières mentions.

164 Cart. Béz. no 54, p. 61 (1006) ; no 64, p. 73 et H.G.L., t. V., col. 446 (1043), no 65, p. 76 (1043) ; no 69, p. 84 et H.G.L, t. V, col. 486 (vers 1056) ; cart. Guill. no 100, p. 209 (1103) ; no 131, p. 267(XIe-XIIe siècle).

165 Cart. Guill. no 357, p. 548 (1095-1114) ; cart. Mag. no 52, p. 105 (1109-1129) ; cart. Guill. no 547, p. 729 (1118) ; cart. Béz. no 124, p. 174 (1123) ; cart. Mag. no 46, p. 93 (1126).

166 M. Bourin-Derruau, Villages.., op. cit., t. 1, p. 26. M.-G. Colin, I. Damas, N. Pousthomis-Dalle, L. Schneider, sous la coordination de, M. Bourin, A. Durand, V. Forest, A. Gardeisen, M.-E. Gardel, F. Journot, L. Marambat, B. Pousthomis et M.-P. Ruas, La maison du castrum de la bordure méridionale du Massif central, Supplément no 1 à Archéologie du Midi médiéval, Carcassonne, Centre d’archéologie médiévale du Languedoc, 1996, p. 81.

167 O. Ginouvez, Des maisons..., op. cit. J. Kotarba et al., Arles-13... op. cit.

168 C. Mercier et C. Raynaud, L’habitat..., op. cit.

169 M.-G. Colin et al., La maison..., op. cit., pp. 75-77.

170 J.-M. Pesez, « Archéologie de la maison paysanne », Villages et villageois au Moyen Âge, Actes du congrès de la société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public tenu à Caen en 1990, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, pp. 181-192.

171 [...] in domo de Guillehni de Pozols que confrontatur a circio cum domo Pétri Guillelmi Rufeti et a corina cum domo Alamande, androna in medio et ab aquilone cum piano episcopi... et est iste honor in Castro de Villanova. La lecture complète de la charte montre qu’ici la maison unitaire a largement conquis sa place (15 domus: l’estar composite est n’est pas majoritaire (10 staria) cart. Mag. no 188, p. 344 (1186).

172 Cart. Ag. no 204, p. 193 (1146-1147).

173 Cart. Mag. no 229, p. 412 (1194).

174 Cart. Béz. no 320, p. 465 (1194) et no 332, p. 488 (1199).

175 A.D. Gard H787 (XIIe-XIIIe siècle).

176 Teulet t. I, no 144, p. 77 (1156).

177 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XVI no 156 (1166).

178 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XIX no 176 (1170).

179 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XIX no 176 (1170) ; cart. Mag. no 229, p. 412 (1194) ; cart. Béz. no 320, p. 465 (1194) et no 332, p. 488 (1199) ; A.D. Gard H787(XIIeXIIIe siècle).

180 [...] in Castro deMarcelliano totas duas mansiones cum curia... et cum toto viridario... que se tenait... ab altano cum domo quam vocant Porticum quant mihi retineo cum curia ipsius portici versus corinam usque in pariete viridarium. in quo pariete ego et mei possumus cargare et edificare sine contrario et aqua illius edificii et portici cadat in viridarium A.D. Bouchesdu-Rhône 56H5401 (1189).

181 D. Baudreu, « Une forme de villages médiévaux concentrés : le cas du Bas-Razès », Archéologie du Midi médiéval, t. 4, 1986, pp. 49-73. B. Cursente, Les castelnaux..., op. cit. A. Settia, « Fortificazioni collettive nei villaggi medievali nell’alta italia : ricetti, ville forti, recinti », Bollettino storico-bibliografico subalpine, anno 74, 1976, pp. 528-617.

182 Vetus garillans et cloaca secundum antiquam formam et statum pristinum sit et remanent et aqua ingluvies perfluat (ou perfluant) per vallum quod est inter hortum domini episcopi et prepositi ad pratum. Vincenariii sive curatores operis arbores, arbusta radicibus extirpent et evellant secundum quod utilitati operis castri noverint expedire. Spatia inter claustrum Villanove que sunt vel fuerint inter domos que tenentur ab episcopo et muraient ambitum seu vallum, dominus episcopus pleno jure habeat pro regione et latitudine cujusque domus, salva libera tuitione et defensione et munitione castri bull. Mag. no 130 p. 211 (1194).

183 [...] medietatem portalis et clavem et seram et cathenam portalis cart. Mag. no 283, p. 19 (1204).

184 A.D. Hérault G1710 (1157).

185 Cart. Mag. no 162, p. 299 (1174).

186 Cart. Béz. no 246, p. 359 (1176)

187 Cart. Mag. no 270, p. 465 (1202).

188 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t.1, pp. 71-72.

189 M. Bourin-Derruau, « Valeur stratégique et valeur symbolique des fortifications castrales en Bas-Languedoc, XIe-XIIIe siècles », Castrum 3. Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, Actes du colloque de Madrid (1985), Casa de Velazquez-École française de Rome, 1988, pp. 99-106.

190 P. Bonnassie, « Les descriptions de forteresses dans le Livre des Miracles de sainte Foy de Conques », Mélanges d’archéologie et d’histoire médiévales en l’honneur du Doyen Michel de Boitard, Genève-Paris, Droz, 1982, pp. 17-26.

191 A. Settia, « Incastellamento et decastellamento nell’italia padana fra X e XI secolo », Bollettino storico-bibliografico subalpino, anno LXXIV, 1976, pp. 5-21 et op. cit., pp. 297-301.

192 Cart. Guill. no 80, p. 149 (vers 1132) ; Bull. Mag. no 198 bis, p. 367 (1215).

193 Cart. Mag. no 202, p. 362, A.D. Hérault G4359 et cart. Guill. no 87, p. 160 (1189).

194 Cart. Mag. no 356, p. 170 et A.D. Hérault G1475 (1217).

195 P. Bonnassie, Les descriptions..., op. cit. M. Bourin-Derruau, Valeur..., op. cit.

196 P. Toubert, « Les destinées d’un thème historiographique : "castelli" et peuplement dans l’Italie médiévale », Châteaux et peuplements en Europe occidentale du Xe au XVIIIe siècle, Actes des 1eres Journées internationales d’histoire médiévale et moderne tenues au Centre culturel de l’abbaye de Flaran les 20-22 septembre 1979, Auch, Comité départemental du tourisme du Gers, 1980, pp. 11-29.

197 À partir de l’analyse morphologique des villages, D. Baudreu recherche les liens entre des habitats disparus et l’église, ce qui lui permet de camper les caractères du village ecclésial et L. Schneider s’attache à définir le rôle du monastère et du prieuré monastique dans l’organisation de l’espace, L. Schneider, Monastères, villages et peuplement en Languedoc central : les exemples d’Aniane et de Gellone (VIIIe-XIIe s.), thèse d’archéologie de l’université d’Aix-Marseille I, 1996.

198 M. Bourin et A. Durand, « Église paroissiale, cimetière et castrum », M. Fixot et E. Zadora-Rio, éd., L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Actes du IIIe congrès international d’archéologie médiévale (Aix-en-Provence 28-30 septembre 1989), Paris, Maison des sciences de l’homme, Documents d’archéologie française no 46, 1994, pp. 98-106.

199 On remarquera également que l’appartenance de l’église à la villa n’est pas exprimée sous la forme laconique et directe Santus Petrus de Abeliano, par exemple, le vocable étant lié étroitement au nom de la villa. Dans les documents du Xe siècle, l’église est au mieux in villa X ou plus souvent ecclesia Santa Columba quae est fundata in villa de.

200 [...] villam... cum ecclesia Sancti Hylarii constructa necnon et aliis ecclesiis que infra terminium de ipsa villa fundate fuerint cart. An. no 117, p. 260 (avant 821) ; locum qui dicitur Cornilianicus ubi ecclesie constructe sunt id est Sancte Marie et Sancti Petri apostoli et Sancti Juliani martiris cum cellulis atque fiscis id est Sancti Clementis et Sancti Vicentii et Sancte virginis Agate nuper a sarracenis des tructa A.D. Gard H106 f° 3v (909) ; in villa de Mediliano vel in ejus terminio omnem alodem nostrum quantum ibidem habemus id est in ecclesia Sancti Saturnini et Sancte Marie et Sancti Sebastiani cart. Ag. no 223, p. 206 (922) ; in Florenciaco ecclesiam Sancti Johannis et Sancte Marie et Sancti Petri et Sancte Suzanne cart. Béz. no 46, p. 48, H.G.L. t. V, no 149, col. 314 et B.N. lat. 12760 no 9 f° 399 (990).

201 [...] ipsa ecclesia... in villa que vocant Romolanicus... cum cellis et cimiteriis, cum decimis et primiciis et cum ipsos mansos que ad ipsam ecclesiam pertinent et cum ipso territorio que vocant Erignano, cart. An. no 275, p. 401 (972-978) et no 320, p. 439 (vers 1022).

202 Cart. Béz. no 9, p. 7 (897).

203 Cart. Nim. no 20, pp. 33 et suivantes.

204 G. Fournier, « La mise en place du cadre paroissial et l’évolution du peuplemen » t, Settimani di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, XXVIII, Cristianizzazione e organizzazione ecclesiastica delle campagne nell’alto medioevo : espansione e resistence, Spoleto, 1980, pp. 495-575. A. l’arodi, « Notices sur Dassargues, Mas-SaintJean, Redessan, Sainte-Cécile-de-la-Melouse, Luc et Saint-André-de-CodoIs », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction de, L’église, le terroir, Paris, Monographie no 1 du Centre de recherches archéologiques, CNRS, 1989, pp. 124-128.

205 E. Magnou-Nortier, La société.., op. cit., pp. 288-289, 426-427 et 609-610. G. Fournier, La mise..., op. cit.

206 G. Fournier, La mise..., op. cit.

207 L. To Figueras, « El marc de les comunitats pageses : villa i parròquia en les diòcesis de Girone i Elna (final del segle IX-principi de l’ΧΙ) », La Catalogne et la France méridionale autour de l’an Mil, Actes du colloque Hugues Capet 987-1987 de Barcelone (2-5 juillet 1987), Barcelone, Generalitat de Catalunya, 1991, pp. 212-239. P. Toubert, Les structures..., op. cit., pp. 855-859. A. Settia, « Pievi e cappelle nella dinamica del popolamento rurale », Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto medioevo, XXVII, Cristianizzazione ed organizzazione ecclesiastica delle campagne nell’alto medioevo : espansione e resistenze, Spolète, 1980, pp. 445-489.

208 J. Giry, Les vieilles églises à chevet carré de l’Hérault, Rodez, 1983.

209 Par exemple Sainte-Marie de Bessan, cart. Béz. no 22, p. 15 et H.G.L. no 74, col. 187 (940) ; Saint-Martin de Deaux, cart. Nim. no 52, p. 90 (955). Aucune des trois églises de Vias, Saint-Saturnin, Sainte-Marie et Saint-Sébastien, ne comporte apparemment de cimetière, cart. Ag. no 223, p. 206 (922).

210 H.G.L. t. V no 68, col. 176.

211 Cart. Béz. no 49, p. 52 (990).

212 Cart. An. no 275, p. 401 (972-978).

213 ....] [ in villa Sclaciano et in suo terminio qui est fundata in villa Sclaciano cum ipsa medietate de ipsa turre et cum ipso pogio et cum ipsa cella et cum ipso cimiterio et cum ipsas terras et vineas et cum ipsos medios decimos, cart. Béz. no 31, p. 26.

214 ....] [ in villa quam dicunt Foderias ecclesiam quae est fundata in honorem S. Marine cum ipsa turri et cum ipsis fortalitiis quae modo sunt et in antea etiam erunt et in villa quam vocant Superbis (Supertis) ecclesiam quae est fundata in honorem S. Gerardi (Geraldi) cum ipsa turre et cum ipso cincto et cum ipsis fortalitiis quae modo sunt et in antea etiam erunt, cart. Lod. no 11, p. 15, Gallia Christiana, t. VI, col. 268 et B.N. lat.12761 f.° 508 (988).

215 . Cart. Béz. no 49, p. 54 et H.G.L. t. V, no 150, col. 319.

216 . [...] in villa Aimas. Ibidem donamus vobis medietatem de ipsa turre et medietatem de ipso cincto et medietatem de ipsas forticias que ibidem sunt et in antea erunt factae Aumes, cart. Ag. no 327, p. 291, donamus... villa vocabulo Lignano cum suis terminis, cum ipsa turre vel cinctos vel cum ipsos vallos et cum casis... Lignan, cart. Béz. no 39, p. 38.

217 Cart. An. no 275, p. 401 (972-978) et no 320, p. 439 (vers 1022).

218 [...] in terminium de villa Teuleddo in ejus terminium... alodem... cum ipsa parte de ipsa turre... et cum ipsos mansos et cum ipsas vineas et cum ipsos conplanterias que sunt subtus Sancto Amantio, cart. An. no 314, pp. 432-433 (978).

219 H.G.L., t. V, col. 316 et cart. Béz. no 49, p. 54.

220 H.G.L., t. V, col. 314 et cart. Béz. no 46, p. 49.

221 Cart. Nim. no 60, p. 101.

222 Cart. Nim. no 184, p. 296 (1060-1108).

223 Cart. Nim. no 97, p. 154.

224 [...] infra terminium de supradicta villa Generiacofundus possessionis sicut in predicta villa vel in terminium ipsius ville me compatit A.D. Gard H106 f° 14r.

225 A. Parodi, « Notices sur Dassargues, Mas-Saint-Jean, Redessan, Sainte-Cécile-de-la-Melouse, Luc et Saint-André-de-Codols », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction de, L’église, le terroir, Monographie no 1 du Centre de recherches archéologiques, Paris, CNRS 1989.

226 [...] in terminium de villa Vinoloso et vilare Gracnaco subtus ecclesia Sancta Perpetua vinea habet cart. Nim. no 10, pp. 20-21 (905) ; in terminium de villa de Bruus prope ecclesiam Sanctorum Cosme et Damiani terra vacua habente per longo dextros LXXV ibid. no 19, p. 31 (918) ; in terminium Gerrensis vel villa Veneriacus infra ipsa villa donamus tibi casa... Et in alio loco prope ecclesia Sancti Dionisii donamus tibi de terra culta ibid. no 24, p. 45 (924). Ici la précision du texte avec d’un côté le noyau habité infra ipsa villa et de l’autre in alio loco où s’est implanté l’édifice cultuel suppose que l’église, excentrée par rapport à l’habitat, est laissée pour compte dans le processus d’agrégation. Elle est seule au sein du terroir. Et encore à la fin du siècle duas partes de ipsa tota ecclesia Cumexanos et cum duas partes de ipso fonte et cum ipsos regos et de ipsos campas totos que pertinent a Sancto Genesio cart. Béz. no 26, p. 21 (958).

227 D. Baudreu, « Une forme de villages médiévaux concentrés : le cas du Bas-Razès », Archéologie du Midi médiéval, t. 4, 1986, pp. 49-73 et notices et articles de D. Baudreu et J.-P. Cazes dans Paysage monumental de la France autour de l’an Mil sous la direction de X. Barral y Altet, région Languedoc-Roussillon, Paris, Picard, 1987, pp. 447-451 et 483-485.

228 M. Passelac, « Nouvelles découvertes et observations aériennes de sites médiévaux en Languedoc », Archéologie du Midi médiéval, t. 2, 1984, pp. 5-14. D. Baudreu et M. Dauzat, « L’habitat médiéval de Saint-Andrieu (Fenouillet-du-Razès, Aude) », Archéologie du Midi médiéval, t. 3, 1985, pp. 27-40. D. Baudreu, « L’habitat médiéval en bas-Razès », X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 448-451. D. Baudreu et J.-P. Cazes, « Les villages ecclésiaux dans le bassin de l’Aude », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction de, L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Actes du 3e Congrès international d’Archéologie médiévale tenu à Aix-en-Provence 28-30 septembre 1989, Paris, Documents d’Archéologie française n” 46, 1994, pp. 80-97. D. Baudreu, « Le Bas-Razès aux XIe-XIIe siècles, formes castrales et ecclésiales de l’habitat groupé », P. Sénac, sous la direction de, Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1995, pp. 187-228.

229 D. Baudreu, Le Bas-Razès..., op. cit., tableau p. 195.

230 Pour une vue synthétique sur le sujet voir P. Bonnassie, « Les sagreres catalanes : la concentration de l’habitat dans le "cercle de paix" des églises (XIe siècle) », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction de, L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, Actes du 3e Congrès international d’archéologie médiévale tenu à Aix-en-Provence 28-30 septembre 1989, Paris, Documents d’Archéologie française no 46, 1994, pp. 68-79. A. Catafau, « Les celleres du Roussillon », P. Sénac, sous la direction de, Histoire et archéologie des terres catalanes au Moyen Âge, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1995, pp. 163-185. L’auteur de cet article vient de soutenir une thèse sur cette thématique (janvier 1997) à l’université de Toulouse II-Le Mirail, thèse en instance d’être publiée.

231 Le premier concile méridional est celui La Prade C. Lauranson-Rosaz L’Auvergne et ses marges (Velay, Gévaudan) du VIIIe au XIe siècle. La fin du monde antique ?, Le Puy, 1987, pp. 413 et suiv.

232 R. Marti, « L’ensagrerament : l’adveniment de la sagreres feudals », Faventia, t. 10, 1988, pp. 153-182.

233 Cart. An. dipl. no 3, p. 45 et no 6, p. 49.

234 [...] ecclesiam disruptam quae vocatur Sanctam Reparatam cum una modiata de terra quae est in circuitu ecclesie istius cart. Gell. no 8, p. 11 et H.G.L. no 147, col. 312 avec date de 989 fausse.

235 [...] ipsam terrain vocatam Lenticulam... et aliam peciam subtus rocam... et alinm terrain que est in circuitu cart. An. no 183, p. 322 (1066-1076).

236 Cart. An. no 56, p. 197 (1036-1060) ; no 161, p. 299 (1187) ; no 163, p. 301 (1203) et no 164, p. 301-302 (1203).

237 [...] in circuitu ipsa ecclesia de omnibus partibus habeat 30 dextros in pace. Et infra predictos terminas, nullus Homo alteri noceat cart. Nim. no 169, p. 274 (1084-1095).

238 M. Aubrun, La paroisse en France des origines au XVe siècle, Paris, Picard, 1986, pp. 234-293.

239 P. Bonnassie, Les sagreres..., op. cit.

240 M. Bourin-Derrau, « Valeur stratégique et valeur symbolique des fortifications castrales en Bas-Languedoc, XIe-XIIIe siècles », Castrum 3. Guerre, fortification et habitat dans le monde méditerranéen au Moyen Âge, Actes du colloque de Madrid (1985), Casa de Velazquez-École française de Rome, 1988, pp. 99-106. E. Magnou-Nortier, « Les mauvaises coutumes en Auvergne, Bourgogne méridionale, Languedoc et Provence au XIe siècle : un moyen d’analyse sociale », Structures féodales et féodalisme dans l’Occident méditerranéen (Xe-XIIIe siècles), colloque international cnrs-École française de Rome tenu à Rome 10-13 octobre 1978, Paris-Rome, École française de Rome, pp. 135-172

241 P. Bonnassie, Les sagreres..., op. cit.

242 Cart. Béz. no 66, pp. 79-80.

243 A.D. Gard H106 f° 28r.

244 C. Pellecuer et M. Lugand, « Recherches récentes sur l’Antiquité tardive et le Haut Moyen Âge du bassin de Thau : le site de sainte-Cécile à Loupian (Hérault) », Archéologie en Languedoc, 1989, pp. 121-135.

245 Cart. Béz. no 32, p. 29.

246 Cart. Béz. no 66, pp. 79-80.

247 [...] ecclesiam que appellatur Sancte Crucis... in suburbio Castro de Melgorio juxta ecctesiam supradicatam dono ipsam curtem que ibi est cum orto cart. Mag. no 4, p. 6 (1010) ; in tenninio de villa que vocant Ortariolas juxta ecclesiam Sancti Martini mansos duos B.N. lat.12761 no 3 f° 506 (1060-1108) ; unam ferraginem cum mansionibus et cum arboribus. Et est ipsa ferraginis juxta cimiterium ante ecclesiam Sancti Martini de Carcariensis cart. An. no 231, p. 360 (1061-1108) ; mansum juxta ecclesiam...mansum juxta Sanctum Petrum A.D. Hérault G277, cart. épiscopal de Béziers (1077-1094) ; ecclesiam Sancte Marie de Stagno... cum domibus que juxta ecclesiam sunt cart. An. no 271, p. 396 (1075) ; localem de VI brachia ad Sanctam Mariam de Stagno retro ecclesia cart. An. no 302, p. 423 (1094-1108) ; in villa de Sancta Eulalia... in ipsa villa dimidiam partent unius mansi qui est justa ecclesiam ibid., no 68, p. 207 (1094-1108) ; in ipsa villa que vocatur Luco prope ecclesiam scilicet juxta curtem suant dono locum ubi ipse qui has terras tenuerit mansiones suas faciat cart. Nim. no 167, p. 271 (1095) et A. Parodi, « Notice sur Luc », M. Fixot et E. Zadora-Rio, sous la direction de, L’église, le terroir, Monographie no 1 du Centre de recherches archéologiques, Paris, CNRS, 1989, p. 128.

248 [...] et discurrit via que venit de Castro et descendit ad ecclesiam cart. An. no 226, p. 356 (1094-1108) ; ecclesia Sancti Martini de Adiciano... sub Castro quod vocatur Montem Petrosum ou ad calcem chastelli Montis Petrosi cart. Gell. no 168, p. 151 (1077-1109) et no 165, p. 149 (1097) ; Sicardus videlicet et Eneas de Castro quod vocatur Murus Vetulus...guirpimus ecclesiam Sancti Johannis que sub prephato Castro consita est ibid. no 267, p. 221 (1106) ; in parrochia Sancti Supplicii sicut continetur viam (sic) que discurrit a Castro novo ad ecclesiam Sancti Supplicii A.D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas XI no 104 et no 105 (1180) ; Arsendis que fuit uxor Guillelmi de Abellano... et filius ejus petebant... otnnia estarias ista coffrontantur ab aquilone in via publica que discurrit a Castro apud ecclesiam Sancti Petri et in terminio de Abeliano...una terra que est subtus eundem castellum ibid., no XVI no 161 (1189) et XVII no 171 (1153).

249 B. Cursente, « Les habitats villageois fortifiés en Gascogne : une mise à jour », Habitats fortifiés et organisation de l’espace en Méditerranée médiévale, Table ronde tenue à Lyon les 4-5 mai 1982, Lyon, 1983, pp. 57-61. M. Fixot, « L’image du bâti (Provence-Alpes-Côte d’Azur) » et aussi notices, X. Barral i Altet, sous la direction de, Le paysage monumental de la France autour de l’an Mil, Paris, Picard, 1987, pp. 671-680.

250 J. Lugand, R. Saint-Jean et J. Nougaret avec la collaboration d’A. Burgos, Languedoc roman, La-Pierre qui-Vire, Zodiaque, 1985, 2e édition. P.-A. Clément, Églises romanes oubliées du Bas-Languedoc, Montpellier, Presses du Languedoc, 1989, pp. 375-384.

251 Cart. Béz. no 49, p. 52 et H.G.L. t. V no 150, col. 316.

252 A.D. Gard H106 f° 28r.

253 Cart. An. no 226, p. 356 (1094-1108) et no 224, p. 355 (1103) ; cart. Béz. no 46, p. 49 (990).

254 Cart. Béz. no 46, pp. 48-49 et H.G.L. t. V, no 150, col. 314 (990) ; cart. Gell. no 447, p. 364 (1031).

255 Cart. Béz. no 46, pp. 48-49 et H.G.L. t. V, no 150, col. 314 (990) ; A.D. Hérault 3H1 (1123).

256 Cart. Guill. no 425, p. 605 (1148).

257 [...] in parrochia Sancti Hipoliti de castra quod vocant Fontes cart. Gell. no 263, p. 219 (1080) ; B.N. Doat vol. 166 f° 48r (1060-1071).

258 Cart. An. no 233, p. 361 (1094-1108) et no 92, p. 230 (1182) et tous les dons en alleu du castellum aux seigneurs de Montpellier, cart. Guill. no 506 à 509, pp. 688-691 ; no 516, p. 697 ; no 520, p. 700 et n” 523, p. 702.

259 Cart. Ag. no 352, p. 326 et cart. Lod. no 22, p. 25.

260 [...] ecclesia que vocant Sancti Pontii cum ipso poio, et ipsa villa que vocant Maloscanos cum ipsa ecclesia et alium alodem quantum ibidem habeo H.G.L. t. V, no 150, col. 316 et cart. Béz. no 49, p. 54 (990).

261 H.G.L. t. V,. no 226, col. 453.

262 H.G.L. t. V, no 287, col. 564 (vers 1058) ; B.N. Doat vol. 166 f° 48r (1060-1071).

263 H.G.L. t. V, no 406, II, col. 771.

264 P.-A. Clément, Églises..., op. cit.

265 Cart. Guill. no 553, pp. 711-712.

266 P.-A. Clément, Églises..., pp. 82-84. J. Lugand et al., Languedoc..., pp. 33-34. C. Pellecuer et M. Lugand, Recherches..., op. cit.

267 A.D. Gard H106 f° 28r (1086) et cart. Valm. reg. A f° 101r. Les premiers résultats des sondages archéologiques C. Pellecuer et M. Lugand, Recherches..., op. cit,. font état d’une nécropole dont les inhumations les plus anciennes seraient carolingiennes. Elle serait associée à un édifice contemporain. Textes et archéologie donnent ici la même image du paysage bâti.

268 C. Pellecuer et M. Lugand, Recherches..., op. cit.

269 A.D. Haute-Garonne, H Malte Pézenas IV no 35 (1175), Pézenas XII no 136 (1205) et H Malte 105 B f° 55 no 27 (1177) ; cart. Gell. no 561, p. 485 (1207) ; A.D. Bouches-duRhône, 56H4343 no 4 (1215) ; cart. Valm. reg. B Vairac no 16 f° 141v (fin XIIe siècle).

270 Cart. Mag. no 93, p. 182 et A. Dupont, « Création et organisation d’une paroisse rurale au milieu du XIIe siècle : La Roque-Aynier », Études médiévales offertes au doyen A. Fliche, Montpellier, Faculté des Lettres de Montpellier, 1952, pp. 43-53.

271 VIIII semodiate vinearum que sunt in una tenezone et faciunt frontationem cum cimiterio antique Sancti Romani ad horientem cart. Mag. no 49, p. 97 (1109-1129).

272 A.D. Haute-Garonne H Malte Pézenas XII no 134.

273 B. Cursente, Les castelnaux de la Gascogne médiévale, Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1980, pp. 100-102 et atlas.

274 Cart. Ag. no 87, p. 91 ; cart. Valm. Garrigues 96 f° 77v et, ibid. Font-Mars no 10.

275 B.N. lat.9999 no 65 f° 67.

276 A.D. Gard G234.

277 Cart. Mag. no 29, p. 46 (1129-1160).

278 |...] duas mansiones cum ipsa corteta. Et sunt in cimiterio Sancti Andree de Codols... et pro mansione que se tenet ad ecclesiam Sancti Andree cart. Nim. no 208, p. 330 (1108-1137) ; omnes qui ecclesie beati Leoncii de Cassiliaco censum seu usaticum... debent scilicet Aldebertus de Cassiliaco pro suo stare et alio honore quem habet infra cimiterium... cart. Mag. no 52, p. 104 (1109-1129) ; hommes habitantes in cimiterio Sancti Martini cocant in illo furno ad fornaticam cart. Gell. no 546, p. 469 (1162).

279 Cart. Mag. no 29, p. 46 (1129-1160).

280 A.D. Bouches-du-Rhône 56H5253 (1161 et 1178) et A.D. Gard H659 (1178.)

281 A. Settia, Pieve..., op. cit. et Castelli.., op. cit., pp. 250-254.

282 R. Fossier, « Villages et villageois », Villages et villageois au Moyen Âge, Actes du congrès de la société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public tenu à Caen en 1990, Paris, Publications de la Sorbonne, 1992, pp. 207-214.

283 F. Bange, « L’ager et la villa, structures du paysage à la fin du Haut Moyen Âge », Annales ESC, 1984, no 3, mai-juin, pp. 529-569. M. Bourin-Derruau, Villages.., op. cit., t. 1, pp. 42-45 et 58-59.

284 [...] alia petia que habet per longo LVI et per lato, de uno fronte XXXI, et de alio XIII, cart. Nim. no 17, p. 29 (vers 916).

285 Pour M. Bourin, la mesure indiquée pour la longueur serait en fait la hauteur, mesure plus utile pour calculer la surface du trapèze. Cette hypothèse, plus logique, jette un jour nouveau sur les pratiques de formalisation, de désignation et d’arpentage des parcelles. Il faudra donc à terme reprendre tout le corpus dans cette perspective, « Délimitation des parcelles et perception de l’espace en Bas-Languedoc aux Xe et XIe siècles », Campagnes médiévales : l’homme et son espace, Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, pp. 72-85.

286 Par terre labourable, il faut entendre campus, mais aussi terra et pecia terra, à l’exclusion de pecia seul.

287 Cart. An. no 113, p. 255 (886-900) et cart. Gell. no 201, p. 174 (1008).

288 M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 58-59.

289 F. Cheyette, « The Castles of the Trencavels : A Preliminary Aerial Survey », Order and innovation in the Middle Ages : Essays in honor of Joseph R. Strayer, Princeton, Princeton University Press, 1976, pp. 255-272. F. Cheyette et C. Amado-Duhamel, « Organisation d’un terroir et d’un habitat concentré : un exemple languedocien », Habitats fortifiés et organisation de l’espace en Méditerranée médiévale, Table ronde tenue à Lyon les 4 et 5 mai 1982, Lyon, 1983, pp. 35-44. M. Bourin-Derruau, Villages..., op. cit., t. 1, pp. 162-163. F. Favory, J.-M. Malvis, C. Mercier, C. Raynaud, K. Roger, « Limitations antiques et morphologie parcellaire dans le Lunellois (Hérault) : données de fouilles récentes », Revue archéologique de Narbonnaise, t. 26, 1993, pp. 139-170.

290 F. Bange, L’ager.,.,ορ. cit.

291 R. Fossier, « Étapes de l’aménagement du paysage agraire au pays de Montreuil », Le paysage rural : réalités et représentations, Actes du Xe congrès des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public tenu à Lille 18-19 mai 1979 publiés dans la Revue du Nord, t. LXII, no 244,1980, pp. 97-120.

292 F.R. Hamlin, Les noms de lieux du département de l’Hérault. Nouveau dictionnaire topographique et étymologique, Poussan, abbé L. Cabrol, 1983, p. 144.

293 Cart. Béz. no 65, p. 74 (vers 1050) ; no 69, p. 84 et H.G.L. t. V, no 246, col. 486 (vers 1056) ; cart. Lod. no 22, p. 25 et H.G.L. t. V, no 650, col. 1262 (1162) ; B.N. lat.9999 no 6 fo7r (1173) ; cart. Ag. n” 352, p. 326 (1173-1174), no 6, p. 15 (1187) et no 342, p. 304 (1187) ; cart. Mag. no 230, p. 414 (1194) ; Teulet t. I no 943, p. 358 (1210).

294 [...] inferiori via que est commuais strata, cart. Valm. reg.A f° 8v (1141).

295 Cart. Nim. no 25, p. 47.

296 Quelques exemples de ces acceptions diverses : publica via que discurrit de S. Saturnine in Litoraria cart. Nim. no 18, pp. 31-32 (917) ; via que de ipsa villa discurrit ad alia villa que vocant Marceglago cart. Nim. no 43, p. 72 (941) ; vadit via presbiteronica usque ad combellam que est super fabrica et vadit subtus Pomairol et vadit usque ad via de Argelario, cart. An. no 147 et 148, pp. 287-286 (1016-1031) ; via que discurrit per ipsas vineas B.N. lat.9999 no 16 f° 17v (873) ; via que per ortum transit pro campo Guillelmo de Lubissano pergere cart. Guill. no 479, p. 665 (1165) ; via que intrat in estare Poncii Armandi cart. Guill. no 493, p. 677 (1175).

297 Caminus, cart. Nim. no 133, p. 214 (1043-1060), A.D. Gard. H106 f° 8r (vers 1071) ; carreria, cart. Béz. no 57, p. 65 (1010-1017) et cart. Mag. no 106, p. 202 (1129-1158).

298 Caminus, quand il est qualifié de vetus, major, publicus, renvoie à l’ancienne voie Domitienne ; il contraste alors avec caminus novus ou caminus Sancti Jacobi qui désigne la route médiévale doublant l’antique via entre Nîmes, Montpellier et Béziers, R. H. Bautier, « Recherches sur les routes de l’Europe médiévale II : le grand axe routier EstOuest du Midi de la France. D’Avignon à Toulouse », Bulletin philologique et historique, t. 1, 1961, pp. 277-308.

299 F. Cheyette et C. Duhamel-Amado, Organisation..., op. cit.

300 Cart. Nim. no 18, p. 30 (917) ; no 20, p. 35 (920) ; no 30, p. 54 (927) ; cart. Béz. no 23, p. 16 (946) ; no 31, p. 27 (969) ; cart. Ag. no 285, p. 257 (967) ; cart. Béz. no 41, p. 41(978), no 42, p. 42 (978) ; cart. Ag. no 313, p. 279 (986) ; cart. Béz. no 52, p. 58 (993) etc.

301 La confusion entre semitarius et cimitarius est fréquente dans les chartes bas-languedociennes et notamment dans le cartulaire de Nîmes.

302 Cart. Valm. reg. B Tribus Mensibis no 7 f° 184v (1215) ; A.D. Gard. H74 (1205).

303 [...] in terminium de villa Costabalenes... et ubi vocant Novellas alium campum... et ubi vocant Canuas comutamus vobis alium campum...et ubi vocant Genestedo comutamus vobis alium campum cart. Nim. no 22, pp. 39-43 (923) ; in terminium de villa Caragonia in loco ubi vocant Pedicas ibid. no 23, p. 43 (923) ; in terminium de villa Congenias ubi vocant Genesteto ibid. no 28, p. 52 (926) ; In locis denominatis que dicuntur ad ipsa Garriga et supra ecclesia Sancti Johanni...Habet ipse campus ad ipsa Garriga per longo...et una pecia trans ipsos Ortos...et ipsa vinea ad ipsos Argilarios ibid. no 44, p. 74 (943) et voir aussi cart. Nim. no 83, p. 134 (947-986) et no 71, p. 118 (974).

304 Cart. Gell. no 57, p. 54 (987-988) ; cart. Nim. no 110, p. 174 (1015) ; cart. Béz. no 60, p. 68 (1019) ; cart. An. no 56, p. 197 (1036-1060) ; cart. Nim. no 126, p. 199 (1042) ; cart. Ag. no 291, p. 262 (fin XIe siècle) etc.

Table des illustrations

Légende Figure no 23. Évolution comparée de l’habitat dispersé in villa et de l’habitat polarisé in ipsa villa d’après les fréquences absolues (VIIIe-IXe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure no 24. Évolution comparée de l’habitat dispersé in villa et de l’habitat polarisé in ipsa villa d’après les fréquences rela tives (IXe-XIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Figure no 25. La polarisation de l’espace (Xe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure no 26. L’apparition du castrum en Languedoc (950-1149)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure no 27. Évolution comparée de la diffusion castrale en plaine et en relief (950-1149)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure no 28. Diffusion et implantation castrale (Xe-début XIIe siècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Figure no29. La naissance d’un habitat diffus en Languedoc (960-1209)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure no 30. Évolution comparée de la création d’écarts en plaine et en relief (960-1209)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure no 31. L’émergence d’un vocabulaire architectural propre au castrum (850-1199)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure no 32. Les mutations du vocabulaire désignant la maison (850-1199)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure no 33. Castra et églises (XIe – ΧΙIesiècle)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Tableau no 9. Evolution du rapport entre la plus grande longueur (L1) et la plus grande largeur (l1) (825-1099)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure no 34a. Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (905-986)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Figure no 34b. Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (955-956)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure no 34c. Formes probables des parcelles à Fontarèche en Uzège (1010)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Figure no 34d. Formes probables des parcelles dans les comtés de Nîmes et d’Uzès (1015-1021)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure no 34e. Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (1042-1060)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Figure no 34f Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (1078)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Figure no 34g. Formes probables des parcelles dans le comté de Nîmes (1095-1108)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Figure no 35. La morphologie parcellaire (825-899)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure no 36. La morphologie parcellaire (900-974)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Figure no 37. La morphologie parcellaire (975-1024)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Figure no 38. La morphologie parcellaire (1025-1099)
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Figure no 39. Les mutations du vocabulaire désignant les voies de communication
URL http://books.openedition.org/pumi/docannexe/image/5159/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires du Midi, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.